Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Aspects théoriques de la « doctrine Menger »

Existe-t-il une « doctrine-Menger » « hétérodoxe » ?

Sur la lecture et l’interprétation des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (seconde version, 1923) par Karl Polanyi

Giandomenica Becchio
Traduction de Gilles Campagnolo

Texte intégral

Introduction

1La littérature secondaire des commentaires portés sur l’École autrichienne reconnaît généralement une absence d’homogénéité entre des auteurs qui sont rarement de simples épigones du maître fondateur, Carl Menger. Cette école compte plutôt dans ses rangs des savants d’un tout autre calibre, dont chacun est tenté de développer « sa » théorie économique originale, qui soit bien à lui. Ce qui rapproche ces « Autrichiens », ce qui leur est commun à travers différentes générations, c’est leur définition des catégories économiques et l’étude de l’émergence et de l’évolution des institutions. Ces deux grands thèmes sont précisément ceux que Menger a transmis non seulement à ses successeurs directs : Eugen von Böhm-Bawerk et friedrich von Wieser, mais surtout à Josef Schumpeter, à Ludwig von Mises et à friedrich von Hayek. L’historiographie les reconnaît tous, à juste titre, comme « membres officiels » de l’École autrichienne, mais l’on peut y ajouter des auteurs non-économistes de profession qui se rapprochent des questions économiques et, dans le cadre de leurs recherches, croisent en effet la « doctrine Menger ».

2C’est là selon nous le cas, qui nous retiendra dans les pages qui suivent, de Karl Polanyi, qui se réclame explicitement de Menger. il voit en ce dernier le fondateur d’une approche économique « substantiviste », selon l’expression que nous avons forgée [Becchio 2002 ; Cangiani 2006] et dont la notion sera développée dans les pages qui suivent. Polanyi donna une interprétation différente de la vision traditionnelle et orthodoxe qui a pris le dessus et qui est restée dominante chez les représentants reconnus de l’école autrichienne. Cette interprétation « hétérodoxe » de la pensée de Menger, Polanyi la fonde sur la deuxième édition des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (Principes d’économie politique), donnée en 1923 par le fils de Menger lui-même, Karl Menger. La première édition datait de 1871 et Menger père n’avait pas pu mener à terme la révision qu’il souhaitait.

3Nous entamerons donc notre propos par une comparaison succincte des deux éditions de l’ouvrage fondateur de la tradition « autrichienne », avant de prendre en considération, dans un second temps, l’œuvre de Polanyi en tant que telle. Selon ce dernier, il est possible d’affirmer que Menger a frayé deux voies qui divergent vers des positions antagoniques en économie : d’une part, il existe bien un héritage de formalisme « à la Robbins », qui tient l’économie pour la science des choix effectués sous la contrainte de ressources rares dont il faut user pour des fins données telles que la satisfaction des besoins de chaque individu pris séparément ; d’autre part, on y trouve un « substantivisme », qui a été découvert et exposé par Polanyi, et qui se réclame explicitement d’un aspect de la théorie mengérienne selon nous sciemment laissé dans l’ombre par ses disciples, et en premier lieu par Hayek, parce qu’ils l’ont considéré comme malcommode ou inadapté à leurs propres vues.

Les deux éditions des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (Principes d’économie politique), 1871 et 1923 : une comparaison

  • 2 Soit après la publication, en 1883, de l’ouvrage sur la méthode, les Untersuchungen über die Method (...)
  • 3 Cet élément est confirmé par le fait que, sur le volume original des Grundsätze der Volkswirtschaft (...)

4Dans la première édition des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (1871), Menger a posé les fondements théoriques de la version autrichienne de ce qu’on a appelé la « révolution marginaliste », formulant une théorie générale de la science économique opposée tant à la position classique (d’Adam Smith à John Stuart Mill) qu’à la méthode de l’École historique allemande qui dominait le monde académique de langue allemande. il entama, à partir de 18852, la reformulation de son ouvrage de 1871 qu’il entendait publier sous un titre nouveau, Reine theoretische Wirtschaftslehre (Théorie économique pure)3.

  • 4 Toutefois, il manquait à l’héritier nombre d’éléments pour ce faire, notamment les notes manuscrite (...)

5Ajoutons qu’en 1889, poussé par ses collègues et par ses disciples, Menger rédigea une introduction à ce projet renouvelé dans laquelle il affirmait qu’avait effectivement émergé une nouvelle orientation en économie politique, du fait des publications de son propre ouvrage, mais également de ceux de Jevons et de Walras. Ce qu’on appela le « marginalisme » recevait ainsi son acte de naissance officiel. Le texte de 1889 s’intitulait : Grundzüge einer Klassifikation der Wirtschaftswissenschaften (Éléments d’une classification des sciences économiques). Jusqu’à son décès en 1921, Menger se consacra à réviser son ouvrage de théorie de 1871, les Grundsätze. il en rédigea une seconde version qui ne résulta qu’en une édition posthume, en 1923, grâce au travail d’édition réalisé par son fils, Karl Menger4.

  • 5 Voir le recueil de textes publiés par Menger (fils) [Menger K., 1994] et l’article de l’auteur comp (...)

6Le destin de la seconde édition des Grundsätze ne fut toutefois certes pas à la hauteur de celui de la première : cette seconde version est rapidement quasiment tombée dans l’oubli et la mesure de cet oubli peut se voir en ce qu’il n’en existe encore aujourd’hui aucune traduction anglaise… Dans l’introduction de l’édition de 1923 des Grundsätze, Menger fils, qui était lui-même positiviste et fréquentait le « Cercle de Vienne » dans les années 1920-1930, rappelait également que le contexte philosophique post-kantien régnant en Allemagne avait pu engendrer à l’époque de la méfiance à l’égard de la recherche purement spéculative dans le domaine pratique (au sens technique que lui donne la philosophie, à savoir ce qui est possible par le jeu de la volonté, comme l’échange de biens et services par exemple) ; il lui attribuait d’ailleurs dans une certaine mesure l’insuccès d’abord presque complet de l’école du libre-échange et, initialement, le grand triomphe corrélatif de l’historicisme juridique. Selon son fils, Menger père avait toujours manifesté des positions philosophiques « anti-aprioristiques » comme anti-kantiennes, au point d’avoir prévu de rédiger un texte qui aurait pu s’intituler Critique de la métaphysique et de la soi-disant raison pure d’un point de vue empirique, qui aurait donc été centré sur la critique de la métaphysique en fournissant une réfutation de la vision kantienne de la raison pure. Quoiqu’il en eût gardé l’idée en tête, aux dires de son fils, Menger père ne mena jamais non plus ce projet à terme. Et c’est encore dans l’introduction de l’édition de 1923 que Menger fils rappelle que, malheureusement, son père ne parvint jamais à achever cette rédaction pourtant projetée5.

7Dans l’introduction de cette édition, Karl Menger fils a également écrit, à juste titre d’après les indications données en son temps par le père sur ses propres intentions, que le volume des Grundsätze aurait dû consister en une première partie, portant sur les aspects les plus généraux de la théorie, en vue d’une entreprise plus large en quatre volumes distincts. Le deuxième tome aurait dû porter sur les questions d’intérêt du capital, du salaire, de la rente foncière, du revenu, du crédit et de la monnaie-papier. Dans le troisième volume, la théorie de la production et du commerce aurait été traitée, et enfin, le quatrième tome aurait été consacré à la critique de la politique économique effective et à des propositions de réforme sociale.

8Le point de départ de Menger père consiste à observer les phénomènes réels de l’économie « en cherchant à les rapporter à leurs facteurs causaux et aux motivations psychologiques qui sont à leur origine », écrit son fils. Ce dernier rappelle alors que ce fut de la volonté même de son père que la première édition des Grundsätze n’avait pas été traduite en d’autres langues, car il avait la ferme intention de la réviser et de l’augmenter avant que cela ne se fît. Vers la fin du siècle, Menger père avait commencé à se consacrer à l’étude de la physiologie et de la biologie et, dans les années 1900, il avait pris sa retraite de l’université de Vienne pour se consacrer exclusivement à sa tâche d’achever la théorie des besoins. Le souhait profond de Menger père était donc de publier la nouvelle édition des ses Grundsätze. Avant sa disparition, le chapitre iii était prêt, ainsi qu’une grande partie de la théorie de la valeur et les chapitres VI à IX. Les chapitres consacrés à la théorie des biens, du capital et de l’intérêt demeuraient dans un état bien plus fragmentaire, mais Menger fils précisait qu’à ses yeux et sur ces points au moins, il n’existait pas de modification majeure par rapport au contenu de la première édition. En dépit de cela, il faut bien constater que, dans la seconde édition, se trouvent ajoutés par le fils : d’abord, un nouveau chapitre sur les besoins ; ensuite, dans le chapitre ii, des idées assez différentes de celles des Grundsätze de 1871 quant au concept de « relations » (Verhältnisse) ; et enfin, se trouvait en sus, dans le chapitre III, la question de la détermination du nécessaire. Selon Karl, le fils, ce n’est qu’au sein du chapitre iv qu’on trouvait toutefois des innovations majeures :

  • 6 Texte original : « Ganz neu hinzugekommen sind die Ausführungen von § 1 über das Wesen der Wirtscha (...)

Les explications du § 1 concernant la nature [ou l’« essence »] de l’économie sont, quant à elles, totalement nouvelles, forgées comme des notes à joindre à la théorie du besoin (aux alentours de 1901). La première édition ne comportait ni la définition de l’économie et de sa différenciation interne entre les deux aspects, subjectif et objectif, ni les propositions concernant les points de départ et d’arrivée de l’économie comme telle dans ses rapports à la consommation, à la division du travail technique et à la production. Là [dans la première édition], l’économie était désignée comme étant l’activité orientée vers l’obtention et la conservation de la plus grande quantité possible d’un bien, après en avoir reconnu le manque de disponibilité dû au caractère rare, ainsi que de sa consommation en vue de satisfaire avant tout les besoins les plus importants de la manière la plus économique qui fût6.

9En comparant les deux éditions des Grundsätze, on peut mettre en évidence non seulement de multiples points d’accord – cela est heureusement naturellement le cas – mais aussi quelques divergences majeures. Il y a huit chapitres dans la première édition des Grundsätze de 1871 : le premier est consacré à la théorie générale des biens, le deuxième à la définition de la nature (ou de l’essence) de l’économie et des biens économiques, les suivants respectivement à la valeur, à l’échange, aux prix, à la distinction entre valeur d’usage et valeur d’échange, aux marchandises et, enfin, à la monnaie. Dans la seconde édition, le premier chapitre est ajouté et consacré à la théorie des besoins, le deuxième chapitre à la théorie générale des biens, le troisième chapitre à la mesure des besoins et des biens ; le quatrième chapitre, lui, est nouveau et cependant également intitulé la « théorie de l’économie et des biens économiques », tandis que les autres portent à leur tour sur les éléments suivants : la valeur, l’échange, les prix, les marchandises et la monnaie, et qu’ils ne se différencient donc pas essentiellement du contenu de la première édition.

10Dans la première édition, on remarquera qu’il se trouvait, dans le deuxième chapitre, une section (la troisième) intitulée « À propos de l’origine de l’économie et des biens économiques » qui pourrait bien avoir été à l’origine du quatrième chapitre de la seconde édition. Là, Menger avait tâché de définir la nature des biens économiques. Selon lui, les individus singuliers, tout comme les membres de la nation prise dans son ensemble, entrent en contact par le commerce qu’ils entretiennent entre eux quand ils cherchent à couvrir par avance leurs besoins futurs en formant des hypothèses sur les quantités de biens qui leur seront alors nécessaires. Si nous paraphrasons ici le passage du texte de Menger, disons qu’il faut pour cela comprendre « la manière dont les hommes, en se fondant sur les circonstances indiquées ci-dessus, emploient les quantités de biens dont ils disposent (biens de consommation et instruments de production) en vue de satisfaire le mieux possible leurs besoins » [Menger, 1871, II, § 3]. Selon Menger, si l’on appliquait le concept de « nécessaire » non pas à un individu isolé, mais bien à la société tout entière, alors il s’ensuivrait l’impossibilité de ce que tous les individus composant cette société soient jamais tous pleinement satisfaits. Arrivés à ce point, il n’y aura pas d’autre conséquence possible que l’émergence de l’égoïsme de l’homme, du fait duquel chacun cherchera à se satisfaire soi-même, même si c’est au détriment d’autrui. Paraphrasons encore Menger : la nécessité même que les individus singuliers se voient garantir par la société entière la possession de leurs biens est ainsi patente, et cela contre les actes de violence éventuellement engagés par d’autres individus pour les en dépouiller. ils parviennent de la sorte à l’origine économique de notre système juridique actuel, le fondement de la propriété, en particulier la garantie du patrimoine [ibid.] Par conséquent, la loi, pas plus que l’économie, n’est une création volontaire des hommes, mais représente plutôt la seule solution pratique au problème de l’inégalité entre le besoin du nécessaire et la quantité de biens disponibles.

11Que se passe-t-il lorsque la quantité des biens disponibles est supérieure au nécessaire ? Menger se posait la question. Mais, dans ce cas, la question semble résolue parce que nous ne sommes pas en présence d’une activité économique, et que les biens en question ne sont pas des biens économiques.

  • 7 On sait que Menger a classé les biens de consommation et de production selon l’ordre qui règle leur (...)

12Le caractère plus ou moins économique d’un bien (sa plus ou moins grande « économicité ») ne se situe pas en effet au sein des biens eux-mêmes, mais ces derniers acquièrent ce caractère économique s’ils entrent dans un certain rapport quantitatif par rapport au nécessaire ; ils le perdent de même si ce rapport se trouve inversé. Les biens non-économiques peuvent devenir des biens économiques, soit à la suite de l’augmentation du nécessaire (du fait de la croissance démographique, ou d’un développement des besoins, ou encore de l’exigence nouvelle née de la découverte de nouveaux moyens de les employer), soit à la suite de la diminution des quantités disponibles de ces mêmes biens. De manière générale, tout progrès de la civilisation accroît également ce qui est regardé comme nécessaire. Le nécessaire quant à des biens d’ordre supérieur est déterminé par le caractère économique des biens qui leur correspondent à des ordres inférieurs. De plus, aucun bien d’ordre supérieur ne peut acquérir et conserver le caractère de bien économique s’il n’est pas usité dans la production de biens économiques d’ordre inférieur7. En addition à ce dernier point, Menger pouvait affirmer que les points de départ comme d’arrivée de l’activité économique se situaient dans l’homme même, lui qui satisfait le besoin de ce qui lui nécessaire à travers sa propre activité économique.

  • 8 Les archives sont-elles assez probantes de ce point de vue ? Becchio le pense. Mais cela prête à di (...)
  • 9 Dans une note, Menger rappelle qu’il existe bien quelques courants philosophiques pour lesquels la (...)

13Dans la seconde édition des Grundsätze, Menger fils introduit un contenu neuf dans le quatrième chapitre, qui s’ouvre sur la définition de la nature (ou de l’essence) de l’économie. Si le fils publie ce texte, il convient de prêter attention au fait qu’il semble que c’est Menger père qui avait rédigé les passages où la « satisfaction harmonique des besoins » réels et imaginaires conduit chaque individu à mener une vie prospère8. Toujours est-il que, pour parvenir à la fin de la satisfaction, il est indispensable pour l’agent d’avoir à disposition les moyens nécessaires dont l’on puisse se servir de manière directe quand se fait jour un désir quelconque. Puisque les hommes sont d’abord concernés par leur propre conservation (celle de leur vie et de leur bien-être), ils cherchent toutes les ressources pour s’assurer de tels moyens9. Afin de satisfaire les besoins propres à chacun de la meilleure manière qui soit, il convient de manifester une certaine largeur de vues vers le futur :

  • 10 Texte original : « Wir befriedigen den weitaus größten Teil der sich jeweilig unmittelbar geltendma (...)

La majeure part de nos besoins présents se trouve satisfaite par des biens qui sont produits dans les périodes précédentes, tandis que nous nous préoccupons, dans le moment présent, de la satisfaction des besoins futurs. L’effort des hommes pour satisfaire leurs besoins se développera progressivement de plus en plus vers la préoccupation concernant les périodes à venir10.

14Cet élan ne suffit toutefois pas encore à expliquer l’économie réelle : trouver les moyens indispensables pour avoir ce qui nous est nécessaire est bien certainement la fin de l’économie ; mais pour en saisir la nature, nous devons tenter de nous rendre compte du type d’activité vers laquelle les hommes se tournent et de la voie qu’ils empruntent afin de parvenir à cet objectif bien établi, et cela en partant des conditions économiques réelles dans lesquelles ils se trouvent. Nous observons même, sous un autre angle, qu’il ne suffit pas de prendre en considération l’économie seulement comme tendance, ou « disposition » à s’assurer les moyens de satisfaire les besoins. L’économie, considérée en tant que phénomène réel, présuppose non seulement la connaissance et la prévision des besoins et des moyens nécessaires pour les satisfaire, ni non plus seulement la volonté de nous assurer cette satisfaction future, mais encore et surtout la saisie des circonstances naturelles et juridiques telles que notre activité pour ce faire puisse bien avoir lieu.

15Par conséquent, toute économie réelle comporte, selon Menger, tant un aspect subjectif qu’un aspect objectif. Du point de vue subjectif, elle consiste dans l’activité déployée par une ou plusieurs personnes dans leur emploi (production ou échange) des biens qui, en fonction des circonstances naturelles et juridiques, se trouvent à leur disposition (y compris les prestations de travail qui leur sont spécifiques à elles, ou à d’autres), de sorte qu’ils puissent servir à satisfaire leurs besoins. Du point de vue objectif, elle consiste en revanche dans l’ensemble des biens et du travail (celui propre à une personne, ou à d’autres) dont une ou plusieurs personnes disposent ou peuvent prévoir disposer, en fonction des circonstances naturelles et juridiques où elle(s) se trouve(nt), pour obtenir, à partir de là et sous des conditions déterminées, la satisfaction de ses (leurs) propres besoins. Pris isolément, chacun de ces deux aspects (subjectif et objectif) ne représente pas l’économie comme telle, mais seulement les deux facettes différentes indissolublement liées de ce qui est un seul et même phénomène sur le plan réel. Le point de départ de toute économie, ce sont les biens qui y sont disponibles immédiatement en fonction des conditions naturelles dans lesquelles on se situe. Ensuite, à travers la production et l’échange, il est possible de disposer de biens de manière indirecte et il est possible de choisir entre de nombreuses combinaisons de produits et de marchandises – encore appelés dans la théorie la plus standard des « paniers de biens ». Mais cette disponibilité des biens est fournie par les actes mêmes de « notre » action économique subjective. Le point d’arrivée de l’économie consiste bien à couvrir ce qui est nécessaire en biens de consommation (c’est-à-dire des biens qui peuvent satisfaire directement nos besoins) ainsi que cet autre aspect du nécessaire qui n’est toujours qu’indirectement satisfait (puisqu’il est déterminé par ce qui nous semble nécessaire en biens de consommation) et qui résulte des choix économiques que nous avons effectués. Ainsi, Menger concluait-il :

  • 11 Texte original : « Dieser Ausgangspunkt und dieser Zielpunkt unserer Wirtschaft sind nichts Willkür (...)

Les points de départ et d’arrivée de notre économie ne sont pas arbitraires, mais dépendent bien plutôt de notre volonté et ils sont déterminés par les circonstances réelles du moment […] En conséquence, il n’y a pas lieu d’identifier le concept d’économie avec celui d’« économicité » [ou caractère d’être « économique »], par quoi l’on entend une activité économique qui s’exerce de manière à adhérer strictement à son but, et il n’y a par conséquent aucun paradoxe si l’on parle dans des cas concrets d’une « économie économique », ou bien d’une « économie non-économique »11.

16Selon Menger, le travail même est un bien parmi les autres, comme les autres, mais il nous semble qu’on a peu compris cela et c’est pourquoi l’on en a fait la mesure de la valeur dans la théorie classique de la valeur-travail et, conjointement à l’épargne, le facteur unique et déterminant de la formation du capital, en particulier dans la théorie de la valeur remaniée par Marx. Voilà qui a été la source de la conception prédominante dans les sciences sociales de son temps et selon laquelle il existerait un contraste, voire une contradiction, entre la formation du revenu et sa distribution. Menger poursuivait :

  • 12 Texte original : « Ein unbefangener Blick auf die reale Volkswirtschaft lehrt, dass die Sicherstell (...)

Une observation dénuée de parti-pris portée sur l’économie nous montre que la satisfaction des besoins humains se trouve garantie, d’une part, par l’ensemble des biens dont nous disposons directement au moment où notre activité se tourne vers eux (les prestations de travail y comprises) et qu’elle dépend, d’autre part, de l’activité positive qui se donne comme but et comme direction la couverture de notre besoin infini en biens12.

  • 13 Soit, dans le texte original les deux expressions : « die technisch-ökonomische Disposition » et «  (...)

17Dans cette manière de considérer et de décrire le processus économique et ses catégories, il apparaît ainsi avec évidence que l’interprétation de Polanyi était correcte, selon laquelle la pensée de Menger avait mûri et attribuait finalement deux significations à ce qui relève de l’économique. C’est précisément là que Menger a introduit la distinction, que Polanyi juge fondamentale, entre les deux dispositions élémentaires de l’économie humaine, à savoir la disposition dite « technico-économique » et celle dite « seulement » économique, fondée sur la rareté des biens disponibles13.

18Dans la première disposition, les biens de consommation se présentent comme le résultat de la combinaison entre les moyens de production directement disponibles :

  • 14 Texte original : « Die technisch-ökonomische Disposition umfaßt die Erkenntnis unserer voraussichtl (...)

La disposition technico-économique comporte la connaissance de nos besoins anticipés en biens d’usage, celle de la manière et de la quantité dans lesquelles ils se présenteront dans le temps et dans l’espace ; puis, la connaissance des biens dont nous disposons directement pour nous assurer de satisfaire nos besoins futurs, de la manière et de la quantité, ainsi en outre que du temps et du lieu, dans lesquels ils se présenteront et seront disponibles pour nous à l’égard de ce but ; ensuite, la connaissance du besoin (manifeste) en biens qui ne sera pas couvert par les biens dont nous disposons directement et qu’il faudra produire avec des moyens de production appropriés (ainsi que le rapport technique entre les moyens de production et les biens d’usage en question) ; enfin, [la disposition technico-économique comporte] les actions par lesquelles les moyens de production disponibles (y compris l’activité de travail technique à notre disposition !) remplissent l’objectif et l’orientation de couvrir notre besoin final de biens en temps et en lieu, et en outre dans la quantité et dans la qualité qui lui correspondent14.

19La seconde disposition, ou tendance, est rendue inévitable par l’insuffisance des moyens disponibles pour satisfaire les besoins propres aux individus :

  • 15 Texte original : « Für die aus der obigen elementaren Ursache hervorgehende Richtung der dispositiv (...)

Pour les raisons élémentaires indiquées, une expression spécifique qui correspondrait complètement à ce concept manque malheureusement pour cette direction de l’activité qui vise à couvrir notre besoin final en biens et les actes de connaissance conditionnés par elle. À la différence de la simple direction technico-économique dans les efforts des hommes, je désignerai cette direction-là comme « économicisante »15.

20Selon Menger, et quoiqu’elles soient en vérité liées, ces deux dispositions dépendent de causes différentes et indépendantes, et le résultat de leur union vérifie trois phénomènes économiques se caractérisant chacun par un effort particulier fourni par les agents économiques que sont les hommes, à savoir :

  • 16 Texte original : « Das Streben, jeden technisch-ökonomischen Erfolg mit dem geringsten Aufwande von (...)

[C’est] l’effort fourni, à chaque succès technico-économique, pour tirer le plus grand succès technico-économique possible en consommant le moins possible de biens de ce type ; [c’est] l’effort fourni, dans le but et la visée de couvrir, au moyen des biens à notre disposition sans délai, non seulement notre besoin en biens en général, mais pour nous garantir de satisfaire des besoins plus importants et d’actions ayant trait à ces besoins (en mettant de côté ceux de moindre importance), c’est-à-dire l’effort fourni pour choisir, parmi les multiples manières possibles d’utiliser ces biens, celles qui permettront d’atteindre ce but de la manière relativement la plus complète ; enfin, à quelque égard qu’on vise à couvrir notre besoin en biens de la manière la plus complète, [c’est] l’effort fourni sur la voie de la production technique, pour transformer les biens de consommation économiques dont nous disposons en « biens principaux » (en capitaux au sens le plus large du mot), et inversement, ceux-ci en biens de consommation, et en outre dans cette perspective, de transformer les biens de production en biens d’usage, et éventuellement ces derniers en biens de productions, et ceux-là finalement, en fonction des besoins, de nouveau en biens d’usage16.

Existe-t-il une « doctrine-Menger » « hétérodoxe » (Polanyi) s’opposant à une doctrine « orthodoxe » (Hayek) ?

21L’interprétation de Menger que propose Polanyi, celle qui nous occupera dans cette seconde section, vise à fournir une justification de sa propre approche substantiviste dans la théorie. Polanyi acquiesce à l’interprétation communément répandue selon laquelle, dans la première édition des Grundsätze, Menger a posé les fondements théoriques de la version autrichienne de ce qu’on a appelé la « révolution marginaliste ». L’objectif principal de Menger consiste à parvenir à formuler une théorie générale des prix de tous les biens, y compris des biens de production, qu’il considère comme des biens de consommation dont la consommation n’est pas achevée. Sur la base de cette hypothèse, il établit une connexion entre la valeur des biens de production et l’utilité qu’attend le consommateur quand il use des biens finaux obtenus par leur transformation.

  • 17 Il faut souligner de nouveau que Hayek avait décidé de ne pas inclure la seconde édition des Grunds (...)

22L’interprétation, que nous appellerons « orthodoxe », du sens et de la portée de l’œuvre de Menger nous est ici fournie par Hayek, notamment dans le texte de 1934 [Hayek, 1934] qu’il donna à l’occasion de la réimpression en langue originale allemande des Gesammelte Werke du fondateur de l’École autrichienne pour le compte de la London School of Economics17. Hayek écrivit en anglais cette longue introduction bio-bibliographique du maître à penser autrichien décédé une douzaine d’années plus tôt pour souligner les grandes lignes caractéristiques qu’il jugeait fondamentales dans son œuvre, tout en déplorant la faible notoriété dont elle jouissait alors, en dehors des cercles restreints du milieu académique de langue allemande. Hayek y rappelle notamment que Menger avait été le premier à poser, dans l’idée même de rareté des biens, les fondements de la distinction entre biens économiques et non-économiques, sans toutefois utiliser le terme même d’« utilité marginale » (Grenznutz), que l’on doit à Friedrich von Wieser. Après sa dernière contribution théorique publiée, les articles sur la monnaie de 1892 (notamment l’article Geld, l’entrée sur la monnaie du dictionnaire encyclopédique des sciences politiques, le Handwörterbuch der Staatswissenschaften), Menger s’était consacré à l’étude des sujets philosophiques qui l’intéressaient, en parallèle à la rédaction de cette seconde édition des Grundsätze que Hayek définit alors comme suit :

Un volumineux ensemble de manuscrits, mais tout fragmenté et distordu, auquel seul l’effort patient et prolongé d’un expert qui s’en chargerait avec soin pourrait donner une forme accessible. Pour le moment, quoi qu’il en soit, les résultats du travail de Menger durant ses dernières années doivent être regardés comme purement et simplement perdus [Hayek, 1934, p. 416].

23Polanyi était d’une opinion diamétralement opposée. Pour lui, la seconde édition des Grundsätze joue un rôle fondamental dans l’histoire de la pensée économique. Dans son essai intitulé Carl Menger’s two meanings of « economics », dont on peut situer la rédaction entre 1958 et 1960, mais qui n’est paru qu’à titre posthume en 1971, Polanyi rappelait que, dans le quatrième chapitre de cette seconde édition des Grundsätze, Menger avait distingué, ce qui était absent de la première édition, deux « dispositions » au sein de l’économie : l’une est technico-économique (eine technisch-ökonomische Disposition), et l’autre « économicisante », si l’on peut ainsi traduire sparende oder ökonomisierende Disposition [Menger, 1923, p. 76] – ce qui correspond à l’anglais economizing, qu’utilise Knight. La disposition fondée sur le postulat de la rareté est la seule qui a été dite maximisante ou économique. Polanyi écrit :

  • 18 Texte original : « Because of the brilliant and formidable achievements of price theory opened up b (...)

En raison des brillantes et formidables réalisations de la théorie des prix inaugurée par Menger, la nouvelle signification « économicisante » ou encore formelle [nous soulignons] de l’économique est devenue le sens [c’est Polanyi qui souligne], et la signification plus traditionnelle, mais apparemment banale, de la « matérialité », qui n’était pas liée à la rareté, a perdu son statut académique et on l’a finalement oubliée […] Elle s’est effacée des consciences et elle a perdu son identité propre en ce qui concerne la pensée économique18.

24Polanyi rapporte sa propre définition du « substantivisme » précisément à cette signification du terme économique même – et c’est sur cette base perdue de vue qu’il fonde ses recherches d’anthropologie économique concernant les économies des pays en voie de développement et les civilisations anciennes et primitives. Que révèlent en effet celles-ci ?

  • 19 Texte original : « A variety of no-gainful motivations which induced man to take part in production (...)

Un éventail de motivations qui ne se rapportent pas au gain et qui poussent l’homme à participer à la production [et] qui réfutent le mythe d’un préjugé utilitaire omniprésent [… et] qui montrent des cas de civilisations développées n’ayant pas de système de marché19.

25Polanyi a inauguré cette direction neuve dans la recherche. il reconnaît comme son véritable prédécesseur le Menger de la seconde édition des Grundsätze et se présente comme un héritier, fidèle à cette version-là, où il entend souligner que Menger s’était montré, selon lui, « soucieux de limiter la stricte application de ses Grundsätze à l’économie d’échange moderne [en allemand : Verkehrswirtschaft]. L’édition posthume regorge en effet de références à l’échange ou à l’économie de marché pour lesquelles les Principes ont été initialement forgés, d’une part, et aux économies qui ne sont pas de marché, ou économies arriérées, d’autre part » [ibid.].

26Quand, par la suite, l’économie théorique fondée sur le principe de rareté est parvenue aux résultats que nous savons, la signification formaliste de l’économie est demeurée seule valide, tandis que l’aspect substantiel a perdu tout sens. À cela s’ajoute le fait que l’édition posthume des Grundsätze n’a jamais été rééditée, ni par Robbins et Hayek quand ils ont rassemblé et republié les œuvres en allemand de Menger en 1934, ni quand knight décida, par la suite, en 1950, de publier une traduction anglaise des Grundsätze : il choisit la seule première version de 1871. En outre, knight choisit de rendre le terme « wirtschaftenden Menschen », c’est-à-dire « les hommes qui sont actifs économiquement parlant, qui font acte en termes d’économie » par le mot anglais economizing – ce que Menger aurait réduit au sens de sparend, c’est-à-dire au sens formel ; on perd alors la signification « substantielle » qu’avait wirtschaftend à l’origine, puisque le mot correspondait chez Menger à l’activité économique comme telle, et cette signification substantielle n’est pas celle du formalisme technico-économique, comme cela était bien précisé dans la seconde édition. Polanyi commentait encore :

  • 20 Texte original : « Economizing was the equivalent not of ‘wirtschaften’, but of ‘sparend’, which he (...)

« Economizing » n’équivalait pas à « wirtschaftend », mais à « sparend », qu’il [Menger fils rééditant l’œuvre du père] avait expressément introduit dans l’édition posthume dans le but de distinguer l’allocation de biens en quantité insuffisante par rapport à une autre direction de l’économie, direction qui, elle, n’implique pas nécessairement l’insuffisance [de biens]20.

27L’objectif visé par Polanyi était de parvenir à une définition plus générale de l’économie (« a broader approach to the economy », écrit-il [Polanyi, 1971]), en comparant les institutions typiques du marché autorégulé et les formes culturelles qui correspondent aux économies dénuées de marché. Selon Polanyi, le sens le plus général de l’économique réside dans sa définition substantielle même, celle que fournit précisément, et pour la première fois, Menger dans la deuxième édition des Grundsätze [voir Becchio 2002 ; Cangiani 2006 ; Berger 2008]. Polanyi précise que Menger (père, mais bien entendu tel que le fils nous le livre dans cette forme révisée de l’ouvrage) avait composé la seconde édition des Grundsätze dans la ferme intention de limiter l’application de la signification purement formelle de l’économie au seul système économique « moderne », c’est-à-dire à celui fondé sur l’échange. Selon lui, l’intention de Menger avait été de formuler une théorie plus générale de l’économie par rapport à celle fondée sur le postulat de la rareté des ressources, qui ne pouvait expliquer à lui seul toutes les formes économiques qui se sont effectivement succédées dans le cours de l’histoire. Voilà pourquoi, toujours dans cette optique, Menger avait introduit la signification substantielle de l’économique à côté de sa signification formelle. Celle-là correspondait donc à une seconde définition de l’économie par Menger ; elle permettait de construire un modèle d’économie distinct, compris comme le processus continuel d’une offre de biens matériels, à la fois canalisée par les institutions préexistantes et présupposée par cette fonction même.

  • 21 L’auteur traduit embedded par « incorporato » en italien (« incorporé ») et donc non seulement « en (...)

28Selon Polanyi, la distinction entre ces deux sens de l’économique, distinction qui n’est présente que dans la seconde édition des Grundsätze, devait permettre de forger deux modèles de l’économie : celui de marché où l’économie est séparée de la sphère politique, et celui de l’économie entendue comme processus à la fois institutionnalisé et enchâssé (embedded21) dans le champ politique. Le premier modèle économique se fonde sur la définition de l’économie comme « sparende Disposition », tandis que le second l’est sur la définition de l’économie comme « technisch-ökonomische Disposition ». Alors que les économies de marché sont fondées sur un système autorégulé qui détermine les prix (pricemaking), les économies sans marché se tournent vers d’innombrables formes de modèles socio-culturels qui, toutefois, peuvent tous être rapportés au jeu de deux processus institutionnels élémentaires, à savoir la réciprocité et la redistribution. Les partisans de l’économie de marché regardent ces deux modèles (la réciprocité et la redistribution) autres que l’échange marchand (où il y a un prix de marché à payer) comme dépassés ; ils les excluent et les isolent au sein d’une sphère autonome extérieure à l’échange économique entendu comme marchand.

29Tout au contraire, une économie de type substantiel considère l’économie tout entière comme le développement d’un processus multiforme qui s’est institutionnalisé. Menger était conscient de cette distinction et l’a introduite selon Polanyi, répétons-le, dans le quatrième chapitre de la seconde édition des Grundsätze, chapitre qui s’ouvre sur la définition de la nature (ou de l’essence)de l’économie, et définition qui a été ignorée par Knight comme par Hayek.

30Il faut encore ajouter que le concept « formel » de l’économie a par conséquent été le seul popularisé, et très largement, sur la base du principe de rareté des ressources, selon la définition fameuse donnée en 1932 par Lionel Robbins. Le comportement des hommes est entièrement défini dans ce cadre à partir de l’idée de « rareté des moyens de satisfaire des fins d’importance diverse » (« scarcity of means to satisfy ends of varying importance », [Robbins, 1932]). Cette idée est devenue le mot d’ordre universel et le sens même donné à ce qui relève de l’économie. Selon Polanyi, Menger avait pourtant montré une autre voie en spécifiant très clairement ce qui suit :

  • 22 Texte original : « The scarcity meaning of economics could not be universalized so as to cover the (...)

La signification de l’économie fondée sur la rareté ne peut pas s’universaliser de manière à couvrir le phénomène de la vie humaine en général […] Au lieu de composer, à la manière dont Robbins le fit, le sens fondé sur la rareté et celui fondé sur la subsistance en un seul concept universellement applicable à l’économie, Menger, lui, au contraire, a construit une définition englobante de « l’économique » qui permettrait, tout en laissant de l’espace pour les deux significations, de les relier mutuellement en fonction des conditions empiriques qui sont responsables de leur présence même22.

31C’est cette distinction qui a été perdue de vue au sein de l’histoire de la pensée et de la théorie économique, et qui a été récupérée en son temps aussi bien par la sociologie que par l’anthropologie – mais point, et pour cause, par la science économique.

Quelques conclusions

32Selon Polanyi, si l’on prend en considération l’œuvre tout entière de Menger, en particulier la deuxième édition des Grundsätze, il est possible d’affirmer que ce dernier a frayé deux voies qui divergent vers des positions antagoniques en économie. D’une part, il existe bien un héritage de formalisme « à la Robbins », qui tient l’économie pour la science des choix effectués sous la contrainte de ressources rares dont il faut user pour des fins données telles que la satisfaction des besoins de chaque individu pris séparément. D’autre part, on trouve un « substantivisme », qui a été découvert et exposé par Polanyi, sur lequel il fonde lui-même sa recherche dans le champ anthropologique.

33Polanyi définit en fait pour la science économique un paradigme nouveau en recherchant une signification plus générale de l’économique en tant que tel, un sens qui puisse s’appliquer à toutes les sociétés humaines, y compris celles dont le type n’est pas capitaliste. C’est ainsi que prend naissance l’approche substantiviste en économie ; elle met en évidence l’interaction entre l’homme et son environnement en vue de la satisfaction des besoins matériels, un phénomène qui est typique et inhérent à toutes les sociétés humaines et que Polanyi fait dériver de sa réflexion sur l’œuvre de Menger dans la forme révisée des Grundsätze éditée à titre posthume par son fils. L’on pourrait ici parler d’un « substantivisme mengérien » qui représente pour Polanyi le point de départ d’une quête d’un concept plus général de l’économie comme telle, qui soit en mesure de décrire et d’interpréter des modèles économiques concernant toutes les époques et toutes les civilisations, et qui rapproche de fait en vérité l’économie de l’anthropologie. Cela est possible en constituant une anthropologie économique substantiviste qui, répétons-le, mette en évidence l’interaction homme-environnement en vue de satisfaire les besoins matériels, ce qui n’est pas sans analogie avec l’entreprise parallèle, qui fut celle de Max Weber, d’une « sociologie économique », violant de la sorte sciemment l’interprétation « autrichienne » commune, la version orthodoxe donnée de la pensée de Menger par les représentants de l’école. Selon Polanyi, ces derniers ont supposé avec bien peu de respect ce qui suit, et dont Polanyi s’indigne :

  • 23 Texte original : « That poor old Menger had not understood his own theory. it was not necessary, th (...)

Le « pauvre vieux » Menger n’aurait pas lui-même compris la portée de sa propre théorie. il n’était pas nécessaire, pensaient-ils [ces disciples bien peu déférents envers le fondateur de leur école, suggère Polanyi], d’introduire une théorie plus générale pour comprendre parfaitement l’activité économique dans son intégralité. Le mécanisme des prix, avec ses processus annexes (ceux produits par Jevons et par les économistes mathématiciens, dans la formulation de la théorie marginaliste de l’utilité) aurait pu suffire à tout expliquer23.

  • 24 Texte original : « [To] create a concept of the human economy, which can be applied in all social s (...)

34Au contraire, selon Polanyi, Menger s’est lui-même rendu compte de la distinction qu’il fallait nécessairement opérer entre la signification économique surgie de la rareté et le fait que subsiste une autre disposition dans l’« économique », qui est telle qu’elle fait parvenir à ce que Polanyi appelle de ses vœux, à savoir « une conception de l’économie humaine qui puisse être appliquée avec cohérence à toutes les sciences sociales en rapport à l’économie, ce qui inclut en son sein l’analyse économique elle-même24 ».

Bibliographie

Becchio G., Polanyi e la visione austriaca del mercato, Torino, Cesmep working paper, 2002/3, p. 1-40.

– « Unexplored Dimensions : karl Menger on Economics and Philosophy », Advances in Austrian Economics, vol. 12, Bingley, Howard House, 2009.

Berger S., « Karl Polanyi’s and Karl William Kapp’s Substantive Economics : important insights from the Kapp-Polanyi Correspondence », Review of Social Economy, 2008, vol. 66, n°3, p. 381-396.

Campagnolo G., Carl Menger, entre Aristote et Hayek : aux sources de l’économie moderne, Paris, CNRS Éditions, 2008.

Cangiani M., « From Menger to Polanyi : Towards a Substantive Economic Theory », The History of Economic Thought, juin 2006, vol. XLVIII, n°1, p. 1-15.

Hayek F. Von, « Carl Menger », Economica, 1934, vol. I, n°4, p. 393-420.

Knight F., « introduction to Carl Menger », introduction à sa traduction des Grundsätze de 1871 de C. Menger, publiée sous le titre : Principles of Economics, The Free Press, Glencoe, 1950, p. 9-36.

Menger K., Einleitung, introduction à son édition de C. Menger, Grundätze der Volkswirtschaftslehre, 2. Auflage, Wien, 1923, p. v-xviii.

– Reminiscences of the Vienna Circle and the Mathematical Colloquium, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1994.

– nombreux textes reproduits in [Becchio, 2009].

Polanyi K., The Great Transformation. The political and economic origins of our time, New York, Farrar & Rinehart, 1944.

– Dahomey and the slave trade. An analysis of an archaic economy, Seattle, The Washington Press, 1966.

– « Carl Menger’s two meanings of « economics », in G. Dalton (ed.), Studies in economic Anthropology, Washington : American Anthropological Association, 1971, p. 16-24.

– Introduzione, in A. Salsano (dir.), La libertà in una società complessa, Torino, Bollati Boringhieri, 1987.

Essais de Karl Polanyi, présentés et introduits par M. Cangiani et J. Maucourant, postface d’A. Caillé et J.-L. Laville, Paris, Seuil, 2008.

Robbins L., Essay on the nature and significance of economic science, London, Macmillan, 1932, deuxième édition 1935.

Salsano A., introduction à la première édition italienne, La Grande Trasformazione de Polanyi, Torino, Einaudi, 1974, p. vii-xxxi.

– (dir.), La libertà in una società complessa, Torino, Bollati Boringhieri, 1987.

Überweg F., Grundriss der Philosophie der neuer Zeit, Berlin, Mittler, 1872.

Notes

2 Soit après la publication, en 1883, de l’ouvrage sur la méthode, les Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der Politischen Oekonomie insbesondere et, l’année suivante, des lettres ouvertes de la polémique contre Gustav von Schmoller, les Irrthümer des Historismus. Nous travaillons à partir des traductions italiennes de ces textes.

3 Cet élément est confirmé par le fait que, sur le volume original des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, conservé dans le fonds Menger de l’université Hitotsubashi, le titre original est barré et remplacé à la main par ce second titre : le changement du plus banal des intitulés à cet autre est profondément novateur dans le sens où il s’agit de disqualifier la notion même de Volkswirtschaftslehre au profit de l’approche théorique : cela illustre le Methodenstreit ou « querelle des méthodes », dont Menger fut un acteur central : le lecteur pourra se référer à une vaste littérature sur ce sujet. En revanche, en ce qui concerne le raturage du titre du volume conservé au Japon, la chose a été découverte par ceux qui ont examiné les textes sur pièce et sur place [voir Campagnolo, 2008].

4 Toutefois, il manquait à l’héritier nombre d’éléments pour ce faire, notamment les notes manuscrites apportées par le père sur le volume que lui avait renvoyé pour corrections son éditeur viennois, Wilhelm Braumüller, et qui avait été vendu, avec l’ensemble de la bibliothèque de Carl Menger, à l’université de commerce de kanda au Japon : ce point est, on le verra, essentiel. Cette université, d’abord dénommée en raison du quartier central de Tokyo où elle se trouvait, changea de nom lorsqu’elle déménagea pour devenir l’université connue aujourd’hui sous le nom de Hitotsubashi. Les archives dont il s’agit sont les vingt mille volumes de la bibliothèque de Menger père vendue au plus offrant par sa veuve. L’existence des notes était connue du fils qui avait renoncé à les exploiter, et ne le pouvait de toute façon plus, une fois le volume portant la plupart des notes expédié au Japon. Il y avait cependant deux autres exemplaires du même ouvrage portant quelques notes qui étaient restés en sa possession : ils se trouvent aujourd’hui au Centre Perkins de la bibliothèque de l’université Duke (Caroline du Nord, États-Unis), mais ils portent moins d’indications fiables que le volume au Japon. Sur ces questions, nous renvoyons le lecteur à la note éditoriale détaillée au début du présent volume.

5 Voir le recueil de textes publiés par Menger (fils) [Menger K., 1994] et l’article de l’auteur comprenant certains autres textes économiques de Menger fils [Becchio, 2009].
Notons que les archives livrent un indice allant dans le sens indiqué ici : Menger écrit, en marge du manuel d’introduction à la philosophie moderne d’Überweg (Grundriss der Philosophie der neuer Zeit, 1872) : « Kant sieht in der theoretische Nat[ional]ök[onomie] keine reine Vernunft » (soit : « Kant ne voit aucune raison pure [à l’œuvre] dans l’économie politique théorique » , p. 172, note marginale). La raison pratique, pour Menger, ne saurait garantir la scientificité de l’économie politique mais seulement son ancrage dans la liberté et la volonté, ce qui fonde la chaîne causale mais ne permet pas de la déduire toute entière jusque dans un savoir positif – car, il faut ici le rappeler, il ne peut pas exister pas de concept positif de la liberté dans l’architectonique kantienne.

6 Texte original : « Ganz neu hinzugekommen sind die Ausführungen von § 1 über das Wesen der Wirtschaft, zu denen Notizen im Anschluß and die Bedürfnislehre (etwa 1901) abgefasst wurden. Weder die hier gegebene Definition der Wirtschaft und die Unterscheidung der subjektiven und objektiven Seite derselben, noch die Ausführungen über Ausgangspunkt und Ziel der Wirtschaft und ihr Verhältnis zu konsumtion, Verteilung, technischer Arbeit und Produktion waren in der ersten Auflage enthalten. Dort wurde als Wirtschaft die Tätigkeit bezeichnet, die nach der Erkenntnis, dass gewisse Güter in unzureichender Menge vorhanden seien, sich auf die Erhaltung und konservierung jeder Teilquantität dieser Güter, auf die Befriedigung der wichtigeren Bedürfnisse mit gegebenen Quantitäten derartiger Güter und auf die zweckmäßigste Verwendung dieser letzteren gerichtet ist » : [Menger K., 1923, p. XIII].

7 On sait que Menger a classé les biens de consommation et de production selon l’ordre qui règle leur obtention : les biens de consommation sont dits du premier ordre, les biens immédiatement nécessaires à les obtenir sont de rang immédiatement supérieur, ceux qui permettent d’obtenir ces derniers sont d’ordre (ou de rang) trois, etc. L’exemple donné par Menger est celui du pain pour lequel il faut de la farine, de l’eau, un pétrin, le travail du boulanger, etc. et donc à l’ordre troisième un moulin, le travail du meunier, celui du fabricant de pétrin, et à l’ordre quatrième un champ, des semences, le travail du paysan etc.

8 Les archives sont-elles assez probantes de ce point de vue ? Becchio le pense. Mais cela prête à discussion car les documents pouvant appuyer ce point de vue sont seulement ceux conservés à Duke – et l’authenticité de ce qui a été écrit par le fils et de ce qui l’a été par le père peut toujours être matière à discussion dans les manuscrits. on pourrait également alléguer des raisons tirées de la critique interne du texte pour essayer de trancher. À la rigueur, quoi qu’il en soit de ce point de philologie, les intuitions de Polanyi, opposées à celles de Hayek, ouvrent un champ de réflexion qu’il convient d’explorer en dehors même de la preuve de l’attribution rétrospective de son inspiration à Menger père. Bien entendu, cela dépasse alors le propos du présent volume.

9 Dans une note, Menger rappelle qu’il existe bien quelques courants philosophiques pour lesquels la véritable fin de l’agir humain ne consiste pas à satisfaire des besoins, mais à connaître l’ataraxie, cet état d’indifférence qui fait renoncer à ces besoins qui constituent autant de liens entre l’homme et le monde extérieur, son environnement. Selon Menger, il y a alors deux voies possibles pour se rendre indépendant du monde extérieur : soit être capable, que ce soit de nature ou par apprentissage, de réprimer ses propres besoins, soit les satisfaire de la manière la plus absolue. Mais, alors que la première voie conduit à « l’appauvrissement complet, physique et psychique, de l’individu », la seconde doit « garantir de la manière la plus complète la satisfaction équilibrée des besoins réels, physiques et psychiques, au moyen d’une sage économie (fondée sur la continence et sur la modération) ». Le texte original ici paraphrasé est le suivant : « Der erster Weg – die Unterdrückung unserer Bedürfnisse – hat indess den Nachteil, dass er zur Vernichtung oder doch zur Verkümmerung, der letztere den Vorzug, dass er uns zur höchsten erreichbaren Entwicklung unserer physischen und psychischen individualität führt » [Menger, 1923, p. 57-58]. Ajoutons qu’on reconnaîtra l’influence de la conception grecque, et en particulier aristotélicienne, de la prudence (phronèsis), que Menger relevait dans ses notes portées sur le volume de l’Éthique à Nicomaque qu’il possédait et qui est conservé dans sa bibliothèque située aujourd’hui au Japon. Voir dans ce volume le chapitre de Campagnolo et Lordon.

10 Texte original : « Wir befriedigen den weitaus größten Teil der sich jeweilig unmittelbar geltendmachenden Bedürfnisse durch Ergebnisse vergangener Epochen, während wir jeweilig darauf bedacht sind, die Bedürfnisse in kommenden Zeitperioden sicherzustellen. Das Streben der Menschen, ihre Bedürfnisse zu befriedigen, wird mit fortschreitender Entwicklung mehr und mehr zur Vorsorge für die Befriedigung in kommenden Zeitperioden entwickeln. » [Menger, 1923, p. 59].

11 Texte original : « Dieser Ausgangspunkt und dieser Zielpunkt unserer Wirtschaft sind nichts Willkürliches, sondern unabhängig von unserem Willen durch die jeweilige Sachlage gegeben… Mit dem begriffe der Wirtschaft ist somit nicht zu verwechseln jener der Wirtschaftlichkeit, unter welchem man die zweckentsprechende Richtung der Wirtschaft versteht, und es schließt durchaus kein Paradoxon in sich, wenn im konkreten falle von einer wirtschaftlichen (ökonomischen), beziehungsweise von einer unwirtschaftlichen (unökonomischen) Wirtschaft gesprochen wird » [Menger, 1923, p. 61] ; il convient, en raison du caractère délicat du vocabulaire de souligner le jeu rendu possible en allemand par les doublets de mots forgés sur les étymologies gréoc-latine, d’une part, et germanique, d’autre part.

12 Texte original : « Ein unbefangener Blick auf die reale Volkswirtschaft lehrt, dass die Sicherstellung der Befriedigung der menschlichen Bedürfnisse durch den entsprechenden Güterbesitz einerseits von den uns in Rücksicht auf jene Zeiträume, auf die sich unsere Vorsorge erstreckt, jeweilig unmittelbar verfügbaren Gütern (einschließlich der technischen Arbeitsleistungen) und andererseits von jener dispositiven Tätigkeit abhängt, welche diesen Ziel und Richtung auf die Deckung unseres endlichen Güterbedarfes gibt » [Menger, 1923, p. 63].

13 Soit, dans le texte original les deux expressions : « die technisch-ökonomische Disposition » et « die aus der Unzulänglichkeit der uns verfügbaren Güter sich ergebende (die sparende) Richtung der menschlichen Wirtschaft » [Menger, 1923, p. 73-74].

14 Texte original : « Die technisch-ökonomische Disposition umfaßt die Erkenntnis unserer voraussichtlichen Bedürfnisse an Genußgütern, der Art und des Maßes dieser Bedürfnisse und ihres örtlichen und zeitlichen Auftretens ; die Erkenntnis der zur Sicherstellung der Befriedigung dieser Bedürfnisse uns unmittelbar verfügbaren Genußgüter, der Art und des Maßes der letzteren, ferner des ortes und der Zeit, innerhalb deren sie in Rücksicht auf den obigen Zweck uns verfügbar sind ; die Erkenntnis unseres durch die uns unmittelbar verfügbaren Genußgüter nicht gedeckten (offenen) Bedarfes an den letzteren und der zur Hervorbringung derselben tauglichen Produktionsmittel (des technischen Zusammenhanges der Produktionsmittel und der betreffenden Genußgüter) ; die dispositiven Akte, durch welche den uns verfügbaren Produktionsmitteln (einschließlich der uns verfügbaren technischen Arbeitsleistungen !) Ziel und Richtung auf die örtlich, zeitlich, ferner quantitativ und qualitativ entsprechende Deckung unseres endlichen Güterbedarfes gegeben wird » [Menger, 1923, p. 74].

15 Texte original : « Für die aus der obigen elementaren Ursache hervorgehende Richtung der dispositiven, auf die Deckung unseres endlichen Güterbedarfes gerichteten Tätigkeit und die hierdurch bedingten Erkenntnisakte fehlt es leider an einem besonderen, den obigen Begriff vollkommen deckenden Ausdruck. Ich werde dieselbe (zum Unterschiede von der bloßtechnisch-ökonomischen Richtung der menschlichen Bestrebungen) als die sparende (die ökonomisierende) Richtung derselben bezeichnen » [Menger, 1923, p. 76].

16 Texte original : « Das Streben, jeden technisch-ökonomischen Erfolg mit dem geringsten Aufwande von ökonomischen Gütern dieser Art den größtmöglichen technisch-ökonomischen Erfolg zu erzielen ; das Streben, den uns in unzulänglicher Weise verfügbaren Gütern nicht nur Ziel und Richtung auf die Deckung unseres Güterbedarfes überhaupt, sondern auf die Sicherstellung der Befriedigung der wichtigeren Bedürfnisse und Bedürfnisakte (mit Hintansetzung der minderwichtigen) zu geben, d.i. zwischen den mannigfachen möglichen Verwendungsarten der Güter diejenigen zu wählen, durch welche der obige Zweck relativ am vollständigsten erreicht wird ; das Streben, wo immer die Rücksicht auf die möglichst vollständige Deckung unseres Güterbedarfes diese erfordert, auf dem Wege der technischen Produktion die uns verfügbaren ökonomischen Verbrauchsgüter in Hauptgüter (in kapitalien im weitesten Verstande des Wortes) und umgekehrt diese in Verbrauchsgüter, ferner im Hinblicke auf den nämlichen Zweck die Produktionsmittel in Genußgüter, diese eventuell in Produktionsmittel und diese, beziehungsweise ihre Nutzungen schließlich wieder in Genußgüter umzugestalten » [Menger, 1923, p. 79].

17 Il faut souligner de nouveau que Hayek avait décidé de ne pas inclure la seconde édition des Grundsätze dans la réimpression des œuvres de Menger (Carl Menger Gesammelte Werke). Voir la note éditoriale au début du présent volume.

18 Texte original : « Because of the brilliant and formidable achievements of price theory opened up by Menger, the new “economizing” or formal meaning of economic became the meaning, and the more traditional but seemingly pedestrian meaning of ‘materiality’, which was not scarcitybound, lost academic status and was eventually forgotten… [It] faded from consciousness and lost its identity for economic thought » [Polanyi, 1971, p. 18]. Les italiques de « the meaning » sont de Polanyi, ceux de « formal » de Becchio.

19 Texte original : « A variety of no-gainful motivations which induced man to take part in production [and] refuted the myth of an all-pervading utilitarian bias [and] showed cases of high cultures having no market system » [ibid.].

20 Texte original : « Economizing was the equivalent not of ‘wirtschaften’, but of ‘sparend’, which he had expressly introduced in the posthumous edition in order to distinguish the allocation of the insufficient means from another direction of the economy which does not necessarily imply insufficiency » [Polanyi, 1971, p. 19].

21 L’auteur traduit embedded par « incorporato » en italien (« incorporé ») et donc non seulement « enchâssé », qui est la traduction française usuelle pour le terme anglais, mais véritablement « assimilé » par le corps, ici le corps politique. Cette tradition remonte à l’introduction de la première édition italienne de La Grande Transformation [Salsano, 1974].

22 Texte original : « The scarcity meaning of economics could not be universalized so as to cover the phenomenon of human livelihood in general […] instead of compounding as Robbins did, the scarsity and the subsistence meaning into one universally applicable concept of the economy, Menger, on the contrary, constructed a comprehensive definition of ‘economic’ which while leaving room for both meanings, would permit them to be related to one another according to the empirical conditions which caused them to be present. » [Polanyi, 1971, p. 22-23].

23 Texte original : « That poor old Menger had not understood his own theory. it was not necessary, they felt, to bring in a more general theory in order to understand perfectly all economic activities. The price mechanism, with the additions to it – those made by Jevons and the mathematical economists, the restatement of it as the marginal theory of utility – could explain everything » [Polanyi, 1971, p. 21].

24 Texte original : « [To] create a concept of the human economy, which can be applied in all social sciences that treat of the economy, including economic analysis itself » [Polanyi, 1971, p. 23]. C’est Polanyi qui souligne.

Auteur

Giandomenica BECCHIO : économiste, maître de conférences à l’Université de Turin, peut être contactée à l’adresse : Giandomenica.becchio@unito.it

Gilles Campagnolo

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable