Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Aspects théoriques de la « doctrine Menger »

Carl Menger et l’école autrichienne sur la question de la connaissance

Abdelaziz Berkane

Texte intégral

1L’apprentissage est devenu un thème de recherche essentiel en économie depuis quelques années. Cet intérêt découle d’une insatisfaction à maintenir, sans la fonder, l’hypothèse de rationalité parfaite, qui a longtemps structuré l’approche la plus courante du comportement économique individuel. De nouvelles voies de recherche tendent ainsi à se développer, commandées par la reconnaissance de la nécessité de disposer sur le plan analytique d’un concept pertinent d’agent économique pour un traitement satisfaisant de l’apprentissage.

2Dans l’histoire de la pensée économique, l’analyse mengérienne de l’émergence des institutions sociales se fonde sur une forme particulière d’hétérogénéité des agents économiques, qui permet d’envisager un apprentissage qui passe par l’interaction sociale. Le point de vue que nous défendons est que, par comparaison avec l’approche théorique de Menger, la conceptualisation des comportements économiques individuels retenue dans la tradition de l’équilibre général crée de l’homogénéité. Or cette homogénéité est liée en particulier à une conception de la connaissance qui apparaît relativement restrictive. En effet, une conceptualisation usuelle de la rationalité économique ne prend pas en compte les enjeux liés à des connaissances diffuses et non organisées : l’agent économique est supposé prendre des décisions parfaitement rationnelles à partir de connaissances codifiées, explicites et objectives. À l’inverse, dans l’optique de Menger, la connaissance ne se limite pas à cette connaissance codifiée : il est nécessaire de tenir compte également d’un savoir plus diffus, de connaissances tacites dont n’ont pas toujours conscience les individus et qui sont mobilisables dans l’action, c’est-à-dire à travers les interactions des comportements individuels.

  • 1 Si l’appartenance à la tradition autrichienne de nombre d’auteurs cités ici est difficilement discu (...)

3Mais saisir l’intelligibilité de l’explication mengérienne des phénomènes institutionnels concernant la question de l’apprentissage suppose de considérer que la nature tacite de la connaissance constitue un élément unificateur de ce qu’il est convenu d’appeler désormais la tradition théorique autrichienne. Pour ce faire, il convient de retenir une définition relativement large de cette tradition dont on peut considérer plusieurs générations : la première comprend le fondateur Carl Menger ainsi qu’Eugen von Böhm-Bawerk et Friedrich von Wieser et ses « continuateurs » directs ; les « émigrants » [Longuet, 1998, p. 14] : Ludwig von Mises, Joseph A. Schumpeter, Friedrich von Hayek, voire la génération suivante, avec Ludwig Lachmann, constituent la seconde génération ; enfin, la troisième génération correspond aux auteurs autrichiens contemporains, notamment américains – ou, dans les termes de Gilles Campagnolo, l’école « austro-américaine » d’israel kirzner et Murray Rothbard d’abord, puis de disciples tels Pete J. Boettke ou David Prychitko1.

4Au-delà des divergences d’analyse, parfois importantes sur certaines questions, il s’agit de montrer que, dans leurs explications du fonctionnement du marché ou de la dynamique économique, les auteurs constitutifs de la tradition autrichienne mobilisent une théorie particulière de la connaissance ou, du moins, dans la mesure où l’on ne peut pas parler d’une théorie constituée, une conception particulière de la connaissance. La prise en compte des interactions sociales et de leurs effets est liée à celle de l’importance de connaissances tacites dans le processus de la décision individuelle, connaissances mobilisables au travers de ces interactions (notre première partie). Mais la « découverte » de ces connaissances tacites suppose d’envisager une catégorie particulière d’agents économiques, qui ont la capacité d’exploiter des connaissances existantes, mais sous forme non organisée. En effet, la tradition théorique autrichienne fonde une forme particulière d’hétérogénéité des agents économiques.

5Cette hétérogénéité suppose en particulier de concevoir des « acteurs critiques » dont le statut méthodologique permet d’envisager un processus d’apprentissage découlant des interactions des comportements individuels et basé sur l’influence sociale de tels acteurs. Cette influence peut être appréhendée en tant que processus qui favorise la mobilisation et la diffusion interindividuelle de connaissances, processus initié par les nouveautés comportementales introduites par ces « innovateurs » que furent les « Autrichiens ». L’interaction des comportements peut alors être considérée comme potentiellement source d’apprentissage, dans la mesure où certains agents sont susceptibles de générer de nouvelles connaissances à partir des informations reçues : cette capacité « cognitive » fonde la distinction contemporaine entre les notions d’information et de connaissance, les auteurs autrichiens considérés mettant l’accent, de manière plus ou moins explicite, sur la nature interprétative de la seconde notion (notre deuxième partie).

La nature tacite de la connaissance

6La forme d’apprentissage envisagée dans le cadre de la tradition autrichienne, un apprentissage qui passe par l’interaction sociale, permet d’intégrer analytiquement la dimension tacite de la connaissance : en effet, c’est le processus d’interaction lui-même qui donne en quelque sorte une plus grande « lisibilité » à ces connaissances diffuses. Ce processus est au cœur de l’analyse mengérienne de l’émergence des institutions, processus que nous nous proposons d’expliciter en examinant en particulier l’explication par Menger de l’émergence de la monnaie et de l’économie de marché (première partie de cette section). Dans la continuité, sur ce plan-là, des travaux de Menger, les autres auteurs constitutifs de la tradition autrichienne mobilisent, dans des problématiques différentes concernant le fonctionnement du marché ou la dynamique économique, cette idée selon laquelle, quoiqu’une grande partie de la connaissance humaine soit de nature tacite, c’est-à-dire non explicite et présente sous forme non organisée, celle-ci peut-être rendue disponible au travers des interactions des comportements individuels (deuxième partie de cette section).

L’analyse mengérienne de l’émergence des institutions sociales

  • 2 Notre traduction de ce passage des Untersuchungen de 1883. La traduction française intégrale de l’o (...)

7Selon Menger, il convient de s’intéresser aux institutions « organiques », dont l’émergence, contrairement aux institutions « pragmatiques », « s’avère ne pas être le résultat d’un accord des membres de la société ou d’une législation positive » [Menger, 1883, p. 130]2. Les institutions sociales sont ainsi considérées comme la conséquence, involontaire, des comportements individuels, dont les interactions participent d’une amélioration de la connaissance individuelle : plus généralement, Menger fait du progrès de la connaissance humaine le facteur essentiel du développement économique (en premier lieu). Ses explications, par exemple, de l’émergence de la monnaie ou de l’économie de marché sont basées sur la description d’un processus d’amélioration (et de diffusion) des connaissances des agents (et individuellement entre eux, en second lieu).

L’évolution de la connaissance individuelle

  • 3 La traduction française intégrale de l’ouvrage par Gilles Campagnolo est en préparation. Le texte e (...)
  • 4 Pour une comparaison des conceptions du développement économique chez Smith et Menger, voir égaleme (...)

8Menger considère l’accroissement de la connaissance comme la cause essentielle du progrès [Menger, 1871/1950, p. 74 sq.]3, annonçant par exemple les réflexions actuelles sur l’ « économie de la connaissance ». Les commentaires de [foray, 2000 ; Dulbecco et Garrouste, 2000, notamment p. 76-77] notent que « lorsqu’il critique l’explication smithienne du progrès économique, Menger estime que celui-ci est consécutif à l’accroissement de la connaissance que les individus ont de la relation entre leurs besoins et l’ensemble ordonné des biens économiques »4.

9Menger met en particulier l’accent, dans son analyse du comportement économique, sur l’importance d’un savoir diffus, dans des circonstances « de temps et de lieu » données, lié aux activités concrètes dans lesquelles sont engagés les individus. Ainsi, ceux-ci assimilent-ils progressivement, mais de façon définitive, des connaissances que l’on pourrait qualifier de « techniques » ou « scientifiques », qui sont donc suffisamnent explicites pour eux et qui concernent « la connexion causale [entre les biens et la satisfaction des besoins qu’ils permettent] » [Menger, 1871/1950, p. 52], « les relations entre leurs besoins et les moyens dont ils disposent » [ibid., p. 114] ou encore « les relations entre les biens d’ordre supérieur et les biens d’ordre inférieur » [ibid., p. 56-57]. Outre ces connaissances techniques, Menger souligne également l’importance d’acquérir des connaissances moins explicites, voire tacites, toutes connaissances liées à l’activité concrète dans laquelle les individus sont engagés et qui mettent donc en jeu leurs interactions avec d’autres agents.

  • 5 Au chapitre IV des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, qu’il consacre à la théorie de l’échange, (...)

10Par exemple, l’acquisition par les individus de la connaissance que l’échange est un moyen d’atteindre leurs buts plus facilement et plus sûrement que par une production isolée, voilà qui est l’acquisition d’une connaissance technique. Mais cette connaissance n’est pas suffisante. Pour que l’échange se potentialise5, il est nécessaire que « les deux individus [aient] perçu la relation [qui leur permettrait de mieux satisfaire leurs besoins au travers de l’échange de leurs dotations initiales] et ils doivent pouvoir réaliser effectivement l’échange des biens » [Menger, 1871, p. 180]. Cette connaissance nécessaire à la découverte des opportunités d’échange, « […] émerge du processus d’échange [et] fournit aux individus une connaissance complémentaire pour la réalisation de leurs objectifs » [Chamilall, 2000, p. 88].

11Plus précisément, selon Menger, si tous les gains de l’échange ne sont pas immédiatement exploités, c’est que ces deux conditions préalables à l’échange, à savoir donc la connaissance des opportunités d’échange et le pouvoir d’exécuter les opérations d’échange reconnues comme économiques, sont habituellement acquises par les participants seulement après un certain temps [Menger 1871/1950, p. 188]. Plus généralement, Menger considère, pour des raisons d’approche subjectiviste, que la satisfaction des besoins est un processus d’ajustement dans lequel des jugements peuvent être faits par les agents économiques. L’auteur mentionne ainsi souvent les changements dans les goûts qui surviennent dans le processus de consommation au sein d’une civilisation en progrès. Le progrès économique signifie que les agents perçoivent de nouveaux besoins et de nouvelles connections entre les choses et le bien-être humain.

12La valeur est donc « cognitive » : c’est un jugement et, en tant que tel, il change selon les circonstances et à cause des processus d’apprentissage. Ainsi, dans le chapitre « Économie et Biens Économiques », Menger précise, dans l’édition des Grundsätze de 1871, que les biens sont « un résultat de l’expérience passée » et que « l’expérience nous apprend que les biens d’un même type […] perdent leur caractère économique selon les circonstances qui changent » [Menger, 1871/1950, p. 81 et p. 102]. Loin d’être a-historiques et prédéterminés, les biens proviennent de « notre nature et de notre développement précédent » [ibid., p. 217]. La valeur attribuée aux biens, dit Menger, peut même être « imaginaire » [ibid., p. 120] dans la mesure où la connaissance que l’on a besoin de ces biens, pour notre bien-être, n’est pas en général certaine. Les goûts non plus ne peuvent pas être statiques car ils peuvent être réévalués à travers le processus de consommation. Menger fait ainsi explicitement référence à « des changements dans les goûts », « une disparition de certains besoins humains et la découverte de nouveaux » [Menger, 1871/1950, p. 65, p. 102, p. 148, p. 231-232]. Dans cette perspective, le passage du temps modifie les perceptions des individus quant à la relation entre les biens et les besoins, modifiant le processus même de satisfaction des besoins. Cette conception subjective de la valeur fait que le « temps mengérien » n’est pas neutre : la valeur des biens se modifie selon les circonstances et du fait des processus d’acquisition de connaissances par les individus au fil du temps ; le passage du temps fait que les connaissances des agents, concernant les liens de causalité entre leurs besoins et les biens à même de les satisfaire, évoluent. La théorie mengérienne de la valeur révèle l’approche générale de Menger selon laquelle « toutes les choses sont soumises à la loi de la causalité » [Menger, 1871, p. 1 de l’édition allemande d’origine, p. 51 de la trad. anglaise (1871/1950)].

13On retrouve ce principe de causalité chez Mises. Le concept d’«  action humaine » comporte l’idée que, pour qu’un individu agisse, il faut qu’il conçoive que son acte modifie l’état dans lequel il se trouve, pour créer une situation qu’il estime plus favorable. L’action humaine est finalisée vers l’atteinte d’un état futur plus satisfaisant pour l’individu. Selon Mises, l’individu agit en fonction de connaissances qu’il possède des relations causales, lui permettant d’atteindre son objectif [Mises, 1949, p. 25-26]. Dans la même perspective que Menger, Mises considère en effet que le progrès des connaissances humaines relatives aux relations de causalité accroît l’efficacité des actions et réduit l’erreur humaine. Ainsi, le « temps autrichien » est d’abord un « temps de l’apprentissage », dans la mesure où son passage permet, en reprenant la thématique hayékienne, aux individus d’acquérir, de découvrir de la connaissance : selon Hayek [Hayek, 1945], cette acquisition de connaissances représente la source essentielle d’évolution économique, à travers la modification des plans individuels qu’elle engendre.

14Les connaissances dont disposent les individus déterminent ainsi leurs actions. Menger ne suppose pas que les individus aient un accès direct à la vérité à propos du monde qui les entoure, mais qu’ils construisent des théories subjectives à partir desquelles ils agissent [Vaughn, 1990] : le progrès dans la connaissance va dans le sens d’une correction des théories « fausses ». C’est cette amélioration de la connaissance qui est à l’origine des institutions. La monnaie et l’économie de marché sont ainsi analysées comme le résultat spontané des interactions des comportements individuels, interactions qui permettent des procédures d’apprentissage, dans le sens d’une acquisition de connaissances tacites, existantes, mais non exploitées par les agents économiques.

L’émergence de la monnaie et des marchés du point de vue cognitif

15En ce qui concerne la monnaie, son émergence est analysée par Menger comme la conséquence des inconvénients du troc direct et la prise de conscience progressive, de la part des individus, que leur intérêt est d’accepter en échange des leurs, des biens dont ils n’ont pas forcément besoin mais qui sont plus facilement « échangeables » sur le « marché » (en premier lieu). En ce qui concerne les marchés, l’émergence d’une économie décentralisée correspond à l’abandon d’une économie de « production sur ordre » ; la généralisation d’une économie de marché passe alors par une amélioration progressive de l’organisation des marchés dont les « intermédiaires » sont les agents (en second lieu).

  • 6 Voir [Menger, 1892an, p. 242] ; c’est le terme anglais saleableness rendant l’allemand Absatzfähigk (...)

16L’émergence de la monnaie doit attirer notre attention dans un premier temps. Menger explique l’émergence de la monnaie à partir des inconvénients liés au troc. Ceux-ci ont pu être surmontés du fait de l’existence de degrés d’« échangeabilité » différents des marchandises6. Mais c’est à travers le processus d’échange que les agents économiques se rendent compte que certaines marchandises sont plus « échangeables » que d’autres, en ce qu’elles sont le plus souvent recherchées par les partenaires d’échange. Prychitko écrit :

Une caractéristique marchande d’un bien telle que son échangeabilité […] n’est pas une information objective […] ; c’est plutôt une connaissance qui peut être découverte et constituée à travers des processus effectifs d’échange. [Prychitko, 1995, p. 156]

17Certains individus, peu nombreux, « les plus clairvoyants » dit Menger [Menger, 1892an, p. 242], parviennent à surmonter les inconvénients du troc, et à obtenir plus facilement les biens voulus, en les échangeant contre des marchandises dont ils n’ont pas besoin, mais qui sont plus « échangeables » que d’autres :

Il est évident que cette connaissance [de l’échangeabilité supérieure de certaines marchandises] ne survient pas dans toutes les parties d’une nation en même temps. En premier lieu, c’est un nombre limité d’agents économiques qui reconnaît l’avantage de cette procédure [consistant à employer les biens les plus échangeables] [ibid., p. 249].

18L’émergence de la monnaie, « le plus liquide de tous les biens » [ibid., p. 242], est seulement progressive, en ce qu’elle résulte de processus d’imitation. Les autres individus imitent les comportements des individus « les plus clairvoyants », car cela leur permet de réduire le temps qui leur est nécessaire pour rechercher les individus qui sont susceptibles d’échanger directement, par le troc, des biens avec eux. Chamillal reprend :

L’effet immédiat de [tels] comportements imitatifs est de réduire le nombre de marchandises servant comme intermédiaire d’échange ; ces comportements donnent lieu à un processus cumulatif qui renforce l’échangeabilité initiale des marchandises découvertes [par les individus les plus clairvoyants], jusqu’à ce qu’émerge la monnaie [Chamilall,2000, p. 97].

19Menger met en évidence ce phénomène :

Une fois que les marchandises comparativement les plus aptes à être écoulées sont devenues de la « monnaie », l’événement a en premier lieu pour effet d’accroître substantiellement leur propre aptitude originelle, déjà élevée, à être écoulées. […] De la sorte, en devenant de la monnaie, ces biens qui sont comparativement plus aptes à être écoulés produisent l’effet de différencier de plus en plus leur propre degré d’aptitude à être écoulés de celui de tous les autres biens. or la différence quant à cette aptitude cesse pour de bon de n’être que différence de degré, et doit, pour finir, être regardée, sous un certain angle, comme quelque chose d’absolu. [Menger, 1892an, section vii, p. 250 et 251-252, trad. Campagnolo en annexe].

20Dans l’optique de Menger, la monnaie émerge ainsi, spontanément, des interactions des comportements individuels :

[…] Nous ne pourrons parvenir à comprendre pleinement l’origine de la monnaie qu’en apprenant à considérer cette procédure, dont nous traitons ici et qui s’est établie dans la société comme l’issue spontanée et la résultante non-préméditée d’efforts tous particuliers et individuels de la part des membres de la société, ayant peu à peu cheminé jusqu’à être en mesure de distinguer différents degrés dans l’aptitude des marchandises à être écoulées à la vente [ibid., section VI, p. 250, trad. Campagnolo].

21Ces interactions permettent des processus d’apprentissage interindividuel dans la mesure où elles favorisent la mobilisation et la diffusion d’une connaissance tacite, ainsi que l’« échangeabilité » plus grande de certains biens.

22Il est important de noter que l’émergence d’une institution peut supposer une double diffusion : la diffusion (ou l’échange) de l’objet lui-même, ici les biens, mais également celle de la connaissance que véhicule cet objet, ici le degré d’« échangeabilité » des biens. Cette seconde diffusion est initiée par un processus d’émergence de nouveauté, qui peut être décrit à travers le comportement des agents « innovateurs », qui acceptent des biens dont ils n’ont pas besoin pour leur propre consommation, mais dont ils reconnaissent le degré d’« échangeabilité ». L’explication mengérienne de l’émergence de l’économie de marché renvoie également à l’apparition de tels agents « innovateurs ».

23L’émergence des marchés doit maintenant, dans un second temps, nous retenir. Menger décrit plusieurs étapes dans le développement des marchés. De la même façon que les limites du troc favorisent l’émergence de la monnaie, ce sont les limites de la production sur ordre qui en font un système non généralisable et poussent les agents économiques à l’abandonner [Menger, 1871,p. 235-238]. Des marchés organisés ne sont qu’une étape dans le processus d’émergence d’une économie de marché généralisée. L’étape suivante consiste en l’apparition d’un groupe spécifique d’agents dont la fonction est d’améliorer l’organisation des marchés ; ce sont les « intermédiaires », « une classe spéciale d’agents économiques qui se chargent des parties intellectuelles et mécaniques des opérations d’échange pour la société et qui sont rémunérés pour cela, avec une partie des gains du commerce » [ibid., p. 239]. En effet, les biens économiques, pour la plus grande part, ne passent pas directement des producteurs aux consommateurs mais suivent souvent des chemins complexes à travers les mains d’intermédiaires plus ou moins nombreux. Par leur métier, ces personnes sont habituées à traiter certains biens économiques comme des marchandises et à réserver certains endroits ouverts au public pour les vendre, les marchandises se distinguant des biens de consommation [ibid., p. 239]. Plus explicitement, des économies de marché impliquent l’émergence d’un « arrangement institutionnel » [Arena, 1997] qui favorise un grand nombre de transferts volontaires. Les « marchandises », selon Menger, sont les produits que certains agents destinent à la vente. Le fait qu’une personne réserve une partie de ce qu’elle possède pour l’échange n’est pas toujours évident pour d’autres personnes. on peut exprimer son intention de vendre de différentes façons : la plus courante est cependant de proposer ses marchandises sur les lieux où les acheteurs ont l’habitude de se rassembler (marchés, foires, magasins, etc.).

24Ainsi émergent des marchés plus ou moins organisés : le concept de « marchandise », nous dit Menger, dans l’usage courant, tend à désigner ces biens économiques dont l’intention, de la part de leurs propriétaires, est de les vendre, ce qui peut facilement être discerné par d’autres personnes [Menger, 1871, p. 238]. Dans son optique, des marchés organisés (lieux de rencontre vendeurs-acheteurs) favorisent ainsi une prise en considération croissante de cette intention de vendre et une amélioration de la connaissance qu’en prennent les individus ; mais, comme dans le cas de la monnaie, il faut des agents qui, par un comportement « innovateur », aient « pris les devants » (ici, dans le sens d’une amélioration de l’organisation des marchés). Notons que Menger ne considère pas l’activité des intermédiaires comme improductive : parce qu’ils ne contribuent pas directement à l’augmentation physique des biens, leur activité a souvent été considérée comme telle. Mais un échange de type économique participe, montre Menger, à une meilleure satisfaction des besoins humains et à l’accroissement de la richesse des participants aussi efficacement qu’un accroissement physique des biens. Toutes les personnes qui servent d’intermédiaires d’échange sont alors, en faisant en sorte que les opérations d’échange soient toujours économiques, aussi productives que le fermier ou l’industriel. La finalité de l’économie n’est pas l’augmentation physique de la quantité des biens, mais toujours la satisfaction la plus complète possible des besoins humains. Les commerçants ne contribuent pas moins à cet objectif que les personnes que l’on qualifie, de façon exclusive, de productives.

25Chez Menger, la connaissance a un rôle fondamental dans l’émergence des institutions. C’est à travers un processus d’acquisition de connaissances que les individus créent, sans intention de le faire, des institutions qui leur permettent alors d’atténuer leur incertitude et d’accroître leur rationalité. Ainsi, le développement de biens plus échangeables réduit-il le nombre des échanges indirects, réduisant alors l’incertitude du marché. De la même façon, la généralisation des middlemen, dans les économies de marché modernes organisées, permet de réduire l’incertitude entre producteurs et consommateurs engendrée par le marché. Dans ces deux exemples, les institutions sociales sont donc le résultat spontané des interactions des comportements individuels, interactions qui permettent en particulier la mobilisation et la diffusion de connaissances tacites, comme par exemple l’« échangeabilité » supérieure de certains biens dans le processus d’émergence de la monnaie.

26La « découverte » de telles connaissances tacites est le fait d’un nombre restreint d’individus, caractérisés par un comportement « innovateur ». Ce qui est en jeu ici, c’est la connaissance que possèdent les individus et leur subjectivité : en effet, les individus ont des capacités différentes et donc pas les mêmes connaissances des relations entre les biens et les besoins. Malgré les fortes divergences entre les auteurs sur certaines questions, concernant notamment la nature « équilibrante » ou non du processus marchand, cette dimension des comportements individuels peut être considérée comme une caractéristique majeure de la tradition théorique autrichienne : en effet, pour expliquer l’émergence des institutions, le fonctionnement du marché ou la dynamique économique, les auteurs constitutifs de cette tradition sont conduits, dans cette perspective mengérienne, à envisager une catégorie particulière d’agents économiques qui initient le changement. Selon les auteurs et les problématiques qu’on privilégie, on rencontre ces agents sous des appellations diverses : « leaders », « entrepreneurs », « spéculateurs », « individus perspicaces », dont les capacités leur permettent d’exploiter des connaissances non explicites, présentes mais sous forme non organisée.

Connaissance et processus de découverte

27S’inscrivant dans la continuité de la problématique mengérienne, Hayek construit son programme de recherche autour du « problème de la formation spontanée des institutions » [Hayek, 1973-1979, p. 26]. Au sein de ce programme, il met en particulier l’accent sur la nature en grande partie tacite et dispersée de la connaissance, dans la mesure où celle-ci est au centre du problème de la coordination des actions individuelles : dans sa critique du rationalisme « constructiviste » [ibid.], Hayek souligne l’enjeu, pour les décisions individuelles, d’un savoir lié à la pratique dont les individus n’ont pas toujours conscience (nous le verrons dans un premier moment). Dans le cadre général de la tradition autrichienne, la « découverte » de connaissances non codifiées est liée au comportement « innovateur » d’un nombre restreint d’individus (discuté dans un second moment).

La conception hayékienne de la connaissance

28La vision hayékienne de la connaissance remet en cause la conception « cartésienne » de la rationalité économique, en ce qu’elle est basée sur une vision restrictive de la connaissance. on retrouve cette critique à deux niveaux.

29Il y a, d’une part, une critique de nature « épistémologique » : l’approche néoclassique est « constructiviste » et tombe sous la critique que Hayek adresse au rationalisme de la philosophie des Lumières. Hayek décrit sous le terme de « constructivisme » certains aspects de la tradition cartésienne. Ce terme qualifie une conception qui envisage une construction rationnelle de la société : le caractère ordonné de la société est dû à des institutions et à des pratiques délibérément créées dans ce but. L’efficacité des actions individuelles découle de leur rationalité, au sens cartésien du terme. En effet, selon Hayek, c’est à Descartes que l’on doit la plus complète expression des idées fondamentales de ce « rationalisme constructiviste ». Ainsi, l’appellation « action rationnelle » serait réservée à l’action déterminée essentiellement par une vérité connue et démontrable. Alors, seul ce qui est vrai dans ce sens-là peut conduire à l’action réussie, et l’individu doit sa réussite à son raisonnement ainsi conçu.

30En conséquence, et c’est le deuxième niveau de critique, lorsque la théorie néoclassique conceptualise le comportement des agents économiques, elle adopte également, selon Hayek, une vision de la connaissance codifiée : il est supposé que les individus sont capables de faire un choix conscient, délibéré, dans lequel ils quantifient et ordonnent des préférences et maximisent une fonction d’utilité. on considère ainsi que l’individu ne pourrait agir que du fait de sa capacité de déduction logique à partir de prémisses explicites. Cette idée, selon Hayek, est contredite par la réalité : l’action individuelle est efficace car elle est guidée, principalement, par des règles de conduite non verbalisées. En effet, c’est l’obéissance à de telles règles qui permet à l’individu de s’adapter à son environnement, des règles qu’il n’a pas créées et dont il n’a pas souvent une connaissance explicite, bien qu’il soit en mesure de les respecter en agissant :

L’homme est tout autant un animal obéissant à des règles qu’un animal recherchant des objectifs. Et il est efficace, non pas parce qu’il sait pourquoi il doit obéir aux règles qu’il observe en fait, ni même parce qu’il est capable d’énoncer toutes ces règles en paroles, mais parce que sa pensée et son agir sont régis par des règles qui, par un processus de sélection, se sont établies dans la société où il vit, et qui sont ainsi le produit de l’expérience des générations [Hayek, 1973-1979, p. 12-13].

31Cette critique hayékienne du constructivisme signifie que les agents n’ont pas seulement une connaissance qui est purement codifiée, mais encore une connaissance « non organisée » ; ils ont aussi une connaissance tacite (des « connaissances informelles »), un savoir pratique, issus « de l’interaction entre les gens, et entre les gens et le monde naturel […] » [Hayek, 1945, p. 521]. Selon Hayek, lier l’efficacité de l’action au seul savoir explicite ôterait d’ailleurs à l’individu bon nombre de moyens les plus efficaces de réussite dont il dispose, car notre pensée est guidée par des règles dont l’efficacité est liée paradoxalement au fait que nous les suivons de façon inconsciente. Notons que lorsque Schumpeter décrit les qualités nécessaires à la réussite dans une dynamique, il renvoie à cette idée :

[…] ici, pour le succès, tout dépend du « coup d’œil », de la capacité de voir les choses d’une manière que l’expérience confirme ensuite ; […] même et surtout si on ne peut se rendre compte des principes d’après lesquels l’agent agit. […] Un travail préliminaire et une connaissance approfondie, l’étendue de la compréhension intellectuelle, un talent d’analyse logique peuvent être, suivant les circonstances, des sources d’insuccès [Schumpeter, 1935, p. 122].

32Schumpeter écrit également :

[…] Parfois, l’intuition d’un individu expérimenté peut être un guide plus sûr d’une action correcte que ne l’est une analyse [« théorique »] qui, par nature, ne met l’accent que sur un nombre limité d’éléments mesurables et ainsi oublie d’autres facteurs, ce qui fait perdre la saveur intime des choses [Schumpeter, 1939, p. 5].

33C’est cette conception constructiviste dont s’inspire la théorie néoclassique qui fait découler, pour Hayek, la préférence pour tout ce qui est fait « consciemment » ou « délibérément » et la signification péjorative attribuée aux termes « irrationnel » ou « non conscient ». Cet auteur privilégie ainsi dans son analyse la connaissance tacite et inconsciente. L’analyse hayékienne diverge, sur ce point, de l’analyse disons plus « traditionnelle » de Mises. Celui-ci définit l’action humaine comme un comportement intentionnel ou un ajustement conscient. Mises est ainsi très critique à l’égard de ceux qui soutiennent que les décisions individuelles peuvent avoir un contenu inconscient ; il considère que l’action humaine découle de délibérations conscientes et tend à montrer que les comportements inconscients doivent être écartés de la science [Longuet, 1998]. Hayek, au contraire, considère que la conscience n’est qu’une des modalités possibles de l’action, mais pas la plus essentielle : l’action humaine n’est ni purement réflexe ni purement rationnelle ; elle est nécessairement gouvernée par des règles. Ainsi, l’efficacité de l’action individuelle ne dépendra pas d’une parfaite rationalité, mais au contraire d’une limitation du champ d’exercice de la raison et de l’ensemble des actions gouvernées par la conscience.

34Les analyses précédentes de Menger et de Hayek montrent que la connaissance sur laquelle se basent les processus de décision individuelle ne peut pas se limiter à la connaissance dite scientifique et codifiée. il est nécessaire de tenir également compte d’un savoir plus diffus, dont les individus n’ont pas toujours conscience et qui est mobilisable dans l’action, c’est-à-dire à travers les interactions des comportements individuels. Mais ces interactions sont à leur tour potentiellement source d’apprentissage interindividuel, si les agents économiques impliqués présentent un minimum d’hétérogénéité : il paraît en effet difficile d’apprendre en interagissant avec des individus qui nous sont absolument identiques. Comparativement au cadre d’analyse homogénéisant de la microéconomie traditionnelle, la tradition théorique autrichienne fonde un certain type d’hétérogénéité des comportements individuels, hétérogénéité qui renvoie essentiellement aux aptitudes différentes dont sont dotés les agents. Ces différences sont à l’origine de la caractérisation de certains individus, peu nombreux, qui, du fait de capacités particulières qui les distinguent des individus « moyens », selon l’expression de Schumpeter, peuvent initier le changement.

Hétérogénéité des agents et apprentissage

35La conceptualisation des comportements individuels par la tradition théorique autrichienne fonde une approche caractéristique du changement économique : celle-ci est basée sur l’idée selon laquelle il existe dans toutes les sociétés des individus qui consolident les acquis, des « suiveurs », et d’autres, en nombre restreint, qui essaient de remettre en cause ce qui est dominant ; on a là le ferment de l’évolution en ce que ces derniers peuvent, selon les circonstances, devenir des « innovateurs », exerçant alors un rôle de leadership pour se débarrasser de l’ancien et favoriser le changement vers ce qui est neuf.

36L’analyse mengérienne de l’émergence de la monnaie et des marchés suggère que ces « innovateurs » sont incités à agir en particulier parce qu’ils découvrent une alternative. Mises confirme cette idée :

La mentalité des lanceurs d’affaires, des spéculateurs et des entrepreneurs, n’est pas différente de leurs congénères humains […], [mais] ils comprennent avant les autres, qu’il y a un écart entre ce qui se fait et ce qui pourrait être fait [Mises, 1949, p. 354].

37Cette découverte d’une alternative caractérise par exemple, dans les analyses de Menger et de Wieser quant à l’émergence de la monnaie, et au-delà de leurs différences d’approche, les individus qui réalisent l’importance des inconvénients liés à une économie de troc et qui s’aperçoivent qu’ils peuvent obtenir les biens qu’ils souhaitent plus facilement s’ils proposent en contrepartie des marchandises plus « échangeables » que d’autres. Ainsi, alors que la majorité des individus recherche un « gain » dans les relations d’échange existantes, ces « innovateurs » substituent à ces relations d’autres relations de cause à effet, modifiant ainsi le cadre de leur activité. L’innovation se situe dans le fait que cette substitution porte sur de nouvelles relations, non encore entièrement déterminées (ou vérifiées) : les « innovateurs » voient dans cette substitution, malgré le degré d’incertitude qu’elle comporte, un moyen d’améliorer leur situation (en obtenant plus facilement les biens recherchés) et donc d’améliorer leurs connaissances.

38Dans le cadre analytique général de la tradition autrichienne, des pistes sont proposées pour expliquer la découverte d’une alternative par les « innovateurs ».

39L’une d’elles est de considérer que l’innovateur a la capacité de tirer profit d’un contexte particulier, dans la mesure où il est à même de pouvoir mobiliser et exploiter des connaissances déjà existantes, mais seulement sous forme non organisée ou tacite. L’extrait suivant illustre cette proposition :

Le chef en tant que tel ne « trouve » ni ne « crée » les nouvelles possibilités. Elles sont toujours présentes, formant un riche amas de connaissances. […] Seulement ces possibilités sont mortes, n’existant qu’à l’état latent. La fonction de chef consiste à leur donner vie, à les réaliser, à les exécuter [Schumpeter, 1935, tad. fr. 1999, p. 125].

40Hayek met particulièrement l’accent sur l’importance de ce savoir « pratique ». Celui-ci n’est pas distribué uniformément dans la société. il existe, en effet, des savoirs plus fiables ou des pratiques plus éclairées que d’autres : ainsi, souligne Hayek, certains individus, entrepreneurs, fonctionnaires, professionnels, peuvent connaître mieux que d’autres les types d’actions à mener pour améliorer une situation jugée problématique dans leurs sphères d’activités respectives. Mais ces individus ne possèdent pas pour autant un savoir vérifié, qui résulterait de recherches scientifiques et qui pourrait se substituer à leur jugement et à leur savoir pratique afin de prendre des décisions [fisette, 1989, p. 161-177].

41Les « innovateurs » sont ainsi les agents à même de saisir cette connaissance « contextuelle », les « agents les plus clairvoyants » selon les termes appropriés de Menger [Menger, 1892an, p. 242]. Cette clairvoyance découle du fait que, selon le « subjectivisme autrichien », les différences de perception impliquent que les agents ne sont pas confrontés aux mêmes problèmes, ou pour le dire autrement, ne perçoivent pas les mêmes problèmes. Ainsi, selon Mises, les individus ont une logique de raisonnement commune qui leur dit comment procéder dans leur recherche de connaissance, mais l’expérience oriente leur réflexion vers certains problèmes et les détourne de certains autres [Mises, 1949, p. 70].

42Dans cette optique, ce qui apparaît décisif dans le comportement innovateur, c’est la capacité de l’agent à tirer profit d’un contexte donné. Commentant la définition hayékienne de l’entrepreneur, Solal note :

L’entrepreneur n’est pas celui qui détient à un moment donné l’information utile à la réalisation d’un plan, il est celui qui a su explorer son environnement, ayant la capacité, dans des circonstances singulières de temps et de lieux, de mettre en place ces « procédures de découverte » comblant son ignorance et donc lui donnant droit à l’exploitation éventuelle d’une opportunité de profit [Solal, 1997, p. 678].

43On retrouve cette idée hayékienne chez Schumpeter, qui note que « la stratégie d’innovation réclame […] l’aptitude à reconnaître dans une situation donnée les facteurs qui détermineront le succès. » [Hayek, 1949, p. 177]. Cette capacité de « découverte » ne signifie pas, comme le précise kirzner à travers son concept de vigilance, que l’agent observé dispose nécessairement de plus d’informations que les autres :

Le genre de « connaissance » requise pour l’activité d’entrepreneur [étant], en fin de compte, de « savoir où chercher la connaissance » plutôt que la connaissance réelle de l’information du marché [kirzner, 1973, p. 68].

44Même si la spécification de l’activité de l’entrepreneur n’a pas le même statut méthodologique selon les auteurs [Gloria-Palermo, 1999], Schumpeter, dans sa théorie de la dynamique, ou Mises et kirzner, dans leurs analyses du fonctionnement du marché, font de cette capacité à l’innovation la caractéristique majeure de l’entrepreneur. Si Mises définit cette capacité, inégalement répartie entre les individus, comme celle de réagir, plus ou moins rapidement, à des changements de situation [Mises, 1949, p. 269], kirzner introduit le concept de « vigilance » pour qualifier cette capacité individuelle à percevoir les opportunités du marché : cet auteur considère également que cette capacité est le propre des entrepreneurs et est inégalement répartie entre les agents. kirzner évoque même l’idée d’une inégalité naturelle des individus car il fait de cette vigilance un véritable don :

Cependant ce serait une erreur d’imaginer que la découverte spontanée est un processus […] qui donne également ses bénéfices à tous les hommes. La vérité est que la capacité à apprendre sans recherches délibérées est un don que les individus ont à des degrés complètement différents. C’est sûrement ce don que nous avons à l’esprit lorsque nous parlons de vigilance entrepreneuriale [kirzner, 1979, p. 148, notre traduction].

45Le concept de vigilance est donc lié ici aussi à une conception caractéristique de la connaissance individuelle. kirzner considère que la théorie néoclassique ne traite que de l’information délibérément acquise. En effet, pour lui, à côté de cette connaissance, l’individu peut découvrir spontanément un certain nombre de connaissances indispensables dont il ne sait pas a priori qu’elles existent : « À la différence de l’acquisition délibérée, l’acquisition spontanée ne peut renvoyer à la capacité du calcul rationnel » [ibid., p. 32]. Cette acquisition spontanée de connaissances provient d’une capacité à percevoir les opportunités offertes par le marché, ce que kirzner appelle donc la « vigilance », comme nous venons de le voir ; il écrit :

Le genre de « connaissance » requise pour l’activité d’entrepreneur est, en fin de compte, de « savoir où chercher la connaissance » plutôt que la connaissance réelle de l’information de marché. Le terme qui saisit le plus étroitement ce genre de « connaissance » semble être la « vigilance » [i.kirzner, 1973, p. 68].

46Pour préciser la nature de cette capacité, notons encore l’extrait suivant :

La vigilance entrepreneuriale consiste, après tout, dans la capacité à noter, sans recherches, les occasions qui ont été oubliées jusqu’ici. il est certain qu’elle peut aussi inclure la capacité à noter les occasions de recherches intentionnelles profitables. Mais cette occasion a été découverte par l’entrepreneur vigilant sans recherche [ Kirzner, 1979, p. 148].

47L’optique kirznérienne, selon laquelle l’entrepreneur a la capacité d’exploiter des opportunités pourtant existantes, illustre une caractéristique importante de l’approche autrichienne traditionnelle des processus économiques : l’analyse des comportements doit être centrée sur les mécanismes interprétatifs des agents. Si les individus sont hétérogènes du fait qu’ils tirent parti différemment du même environnement, il est possible de concevoir que leurs interactions permettent des procédures d’apprentissage. L’analyse de ces procédures suppose en particulier de s’intéresser aux processus de création et de diffusion de connaissances entre les agents économiques. Ainsi, Dulbecco et Garrouste considèrent comme suit l’apport analytique de l’approche autrichienne quand elle justifie et analyse le rôle de l’entrepreneur :

En partant de l’hypothèse d’une inégale répartition de la capacité qu’ont les individus à traiter les informations qui leur parviennent, [cela fait] que la place qui revient à la dynamique de la connaissance, son acquisition, sa répartition, et sa diffusion, est, alors, un problème essentiel. [Dulbecco et Garrouste, 2000, p. 77].

48Le subjectivisme de la tradition autrichienne découle donc en partie de la conception de la connaissance que la plupart des auteurs appartenant à cette tradition adoptent. Si cette conception tend à mettre l’accent sur la nature en grande partie tacite de la connaissance, elle fait également référence à la connaissance comme distincte de l’information. Selon foray, ne pas assimiler ces deux notions permet d’intégrer dans l’analyse économique les thèmes d’apprentissage et de cognition, que l’auteur considère comme centraux pour l’analyse des économies modernes fondées sur la connaissance :

La connaissance possède quelque chose de plus que l’information ; elle renvoie à la capacité que donne la connaissance à engendrer, extrapoler et inférer de nouvelles connaissances et informations […]. La connaissance est d’abord fondamentalement une capacité d’apprentissage et une capacité cognitive, tandis que l’information reste un ensemble de données formatées et structurées, d’une certaine façon inertes ou inactives, ne pouvant par elles-mêmes engendrer de nouvelles informations [foray, 2000, p. 9].

49Si la notion d’information est par définition homogénéisante, celle de connaissance peut être caractérisée par sa dimension subjective et interprétative. Dans cette perspective, prendre en compte le rôle de l’apprentissage dans la détermination du comportement économique suppose de s’intéresser à la façon dont les agents acquièrent des connaissances au travers de leurs interactions, en considérant la spécificité des connaissances individuelles, puisque celles-ci sont liées à des processus d’interprétation.

Information et connaissance

50Les auteurs autrichiens que nous considérons s’inscrivent dans une optique qui adopte une vision de la connaissance en tant que structure :

Une telle conception s’éloigne de l’économie de l’information dans la mesure où 1) elle met l’accent sur le fait qu’information et connaissance sont de nature différente, et 2) elle conçoit l’information non comme une donnée, mais comme indissociable de sa signification pour l’individu qui l’émet ou la reçoit. Les conséquences d’une telle vision sont importantes [Garrouste, 1999, p. 147].

51Ainsi conçue, la connaissance se distingue de l’information, une même information pouvant faire l’objet d’interprétations différentes. Cette dimension interprétative de la connaissance permet de penser analytiquement l’émergence de la nouveauté (première section ci-dessous). Dans le cadre de l’approche économique contemporaine, le fait de définir l’information de façon objective sous-tend une homogénéité des agents, l’information agissant en fait comme équivalent général dans les prises de décisions individuelles. À l’inverse, dans le cadre de la tradition autrichienne, la distinction entre l’information et la connaissance participe une nouvelle fois de l’hétérogénéité des agents et de leurs connaissances, source potentielle d’apprentissage (seconde section ci-dessous).

La problématique de l’émergence de la nouveauté

52La tradition théorique autrichienne offre un espace analytique pour la prise en compte des processus d’apprentissage, dans la mesure où il est fait référence, au sein de cette tradition, à la distinction entre les notions d’information et de connaissance, les auteurs mettant l’accent, de manière plus ou moins explicite, sur la nature interprétative de la seconde notion. Pour saisir l’importance analytique de cette distinction, on peut noter a contrario que le processus d’interaction, dans le cadre de la problématique de l’équilibre général qui structure l’approche économique usuelle, est en fait très centralisé, dans la mesure où l’on considère implicitement un ensemble d’agents décentralisés qui interagissent par le seul biais d’une information centralisée, le système de prix, identique pour tous. Dans le cadre d’une telle approche, le fait de définir l’information de façon objective sous-tend une homogénéité des agents, l’information agissant en définitive comme un équivalent général dans les prises de décision individuelle.

53À cette conception « objective » de l’information, les auteurs autrichiens opposent uneconception « cognitive » de la connaissance : celle-ci concerne l’ensemble des croyances et des représentations des individus. Parmi les auteurs autrichiens, c’est avec Lachmann, Hayek qui a sans doute le plus approfondi cet aspect de la connaissance individuelle. Selon Christian Schmidt et David Versailles [Schmidt et Versailles, 1999], quand Hayek entreprend d’introduire une dimension cognitive dans l’analyse des phénomènes économiques, il est clair qu’il se réfère à la connaissance et non pas à l’information. Hayek définit la connaissance par opposition au simple savoir-faire (skill), qui constitue une forme particulière de la connaissance, la première étant définie dans son acceptation la plus large comme la référence qui permet de donner un sens au second, c’est-à-dire à ce savoir :

Le développement de la connaissance et le développement de la civilisation se confondent dès lors que la connaissance est supposée inclure toutes les adaptions humaines à un environnement qui contient l’expérience passée. Ainsi définie, la totalité de la connaissance n’est pas comprise dans l’ensemble de nos aptitudes intellectuelles, de même que cet ensemble ne s’identifie pas à cette totalité. Nos habitudes et nos compétences, nos attitudes émotionnelles, nos outils et nos institutions sont, de ce point de vue, autant d’adaptations à l’expérience passée, qui se sont développées grâce à l’élimination sélective de conduites moins adéquates. Autant que notre connaissance consciente, cela participe à établir celles de nos actions qui sont couronnées de succès. [Hayek, 1960, p. 26, notre traduction].

54Cet extrait illustre une nouvelle fois pourquoi l’auteur n’assimile pas la connaissance individuelle à la seule « connaissance explicite et consciente » [ibid., p. 25]. À son tour, fleetwood a bien exprimé cette acception large de la connaissance selon Hayek lorsqu’il souligne qu’elle inclut en fait trois forme principales de connaissance : la connaissance « explicite générale », la connaissance « explicite locale » et la connaissance « tacite et inconsciente » [fleetwood, 1997, p. 164-166]. Cette dernière forme de connaissance est primordiale dans l’analyse hayékienne, dans la mesure où elle renvoie à une forme de connaissance accessible directement, car, à la différence des connaissances explicites locales et générales, elle ne nécessite pas la définition préalable d’un objectif d’apprentissage délibéré. Elle est littéralement « absorbée » jour après jour par le biais de l’interaction sociale à laquelle participe tout individu depuis sa naissance. Elle n’est pas obtenue grâce à des institutions formelles, mais par le recours répété à des règles de conduite sociale dont l’agent ne comprend pas nécessairement le rôle ni même la signification.

55Plus généralement, dans l’optique de la tradition autrichienne, la distinction entre l’information et la connaissance conduit à l’hétérogénéité des individus : en effet, la connaissance finale utilisée par l’individu lui est spécifique et personnelle ; chaque individu construit et utilise une connaissance qui peut être différente. Encore une fois, Hayek insiste à différentes reprises sur la nécessité que cette connaissance puisse être partagée par plusieurs individus [Hayek, 1945]. En effet, le problème qu’il a posé concernant la dispersion de la connaissance peut se comprendre comme suit [Garrouste, 1999] : si l’on ne réduit pas l’information à une donnée, la coordination d’agents aux connaissances hétérogènes ne va pas de soi ; toute relation, tout échange d’information est soumis à une interprétation, de sorte que la convergence des comportements résulte nécessairement de processus d’apprentissage. La notion de connaissance permet en conséquence de saisir analytiquement l’idée selon laquelle les agents économiques sont à même d’utiliser ou d’« exploiter » différemment une même information reçue, ou plus généralement un même contexte d’action. L’interaction de leurs comportements peut alors être considérée comme potentiellement source d’apprentissage, dans la mesure où certains agents sont susceptibles de générer de nouvelles connaissances à partir des informations reçues.

56En effet, la connaissance, par sa dimension interprétative, permet de penser analytiquement l’émergence de la nouveauté :

La génération de nouveauté ne fait pas partie de l’économie conventionnelle. En économie évolutionniste, au contraire, la nouveauté est un événement qui a une signification théorique. Elle représente, dans son statut ontique, une singularité. […] [Mais] dans les modèles disponibles, n’apparaît pas comment la nouveauté est générée « de l’intérieur » […]. Si l’on admet avec force que la nouveauté est une caractéristique constitutive de toute approche évolutionniste, cela n’implique pas que cela soit réellement pris en compte [dans les analyses]. il est nécessaire de noter qu’il semble parfois y avoir un « biais caché » dans le travail des auteurs qui insistent sur la signification de la nouveauté, sur la créativité de l’action humaine [Dopfer, 1997, p. 321322, notre traduction].

57La pertinence de cette hypothèse peut être appréciée, en considérant par exemple les analyses courantes en termes d’asymétrie d’information. La « transaction » informationnelle entre deux agents peut lever cette asymétrie, mais cette transaction ne génère pas une nouvelle information. il n’y a pas véritablement création, seulement une diffusion, car il est supposé que l’information existe initialement ; seulement, l’un des agents ne dispose pas de certaines informations qui sont détenues par l’autre : les agents, dans ce contexte, « n’ignorent pas leur ignorance » [Centi, 1999, p. 296]. Si l’on suppose au contraire que l’information n’est pas initialement donnée ou bien qu’elle est dispersée, c’est le processus réel d’échange d’information lui-même qui va déterminer la nature de l’information générée. Ce processus de « création », endogène, repose sur l’idée, développée en particulier comme nous le verrons par la suite chez Ludwig Lachmann, que la connaissance, et c’est ce qui la distingue fondamentalement de l’information, permet, du fait de sa nature interprétative, de générer de nouvelles informations : la connaissance est ainsi une capacité d’apprentissage et une capacité cognitive [Lachmann, 1986 ; foray, 2000].

58Pour suggérer cette problématique de l’émergence de la nouveauté, les auteurs constitutifs de la tradition autrichienne mobilisent de manière récurrente, dans des problématiques différentes, l’idée d’« agents critiques » qui, du fait de leur « clairvoyance », disait Menger, de leur « vigilance », dit kirzner [1973, 1979], sont capables d’enclencher le changement.

Interactions et nouveauté

59L’originalité de la tradition autrichienne dans le traitement du concept d’agent économique consiste à envisager une catégorie particulière d’agents économiques à même, du fait de dispositions caractéristiques, d’introduire de la « nouveauté ». En effet, l’action individuelle, dans l’optique subjectiviste adoptée par les auteurs autrichiens, comporte un élément de découverte :

En effet, si le marché n’est pas essentiellement considéré comme un mode d’allocation de ressources, la véritable décision humaine, en suivant israel kirzner, ne s’incarne pas uniquement en une activité « économisatrice », consistant à allouer de manière optimale des ressources rares à des fins alternatives, donc dans un cadre moyens/fins donné, mais comprend un élément de découverte et de sélection de ce cadre, c’est-à-dire un aspect entrepreneurial : du fait de notre ignorance et des effets du temps [Chaumont-Chancelier, 1999, p. 144-145].

60Cet « aspect entrepreneurial », c’est-à-dire cette dimension créatrice, est présent par exemple, nous l’avons vu, dans l’explication mengérienne de l’émergence de la monnaie et de l’économie de marché, à travers l’action respectivement des « agents les plus clairvoyants » [Menger, 1892an, p. 242] et des « intermédiaires » (ibid., p. 239). Se prononçant également sur l’émergence de la monnaie, Wieser montre comment cette institution trouve son origine dans l’introduction d’un comportement efficient de la part de leaders qui, imités par les masses, voient le résultat final de leurs actions se matérialiser sous une forme non anticipée. En fait, Wieser reprend et dépasse l’analyse de Menger.Cet auteur inscrit l’analyse mengérienne de l’émergence de la monnaie dans une problématique plus générale du leadership. Voyons-le de plus près.

61Selon Wieser, les relations de pouvoir entre des leaders et les masses, selon une distinction qu’il juge constitutive de toute société [Wieser, 1926, trad. angl. 1983, p. 35], participent aux changements institutionnels. Si les leaders sont autonomes, leur énergie leur permettant d’agir selon leurs propres objectifs, les masses ne sont pas pour autant passives : elles peuvent accepter ou rejeter ce que les leaders ont décidé, et leur attitude est essentielleen ce qu’« elles déterminent ce qui sera ou ne sera pas » [Wieser, 1914, trad. angl. 1967, p. 157]. Mais, selon l’auteur, les masses, comme les leaders, n’agissent jamais avec une conscience claire de l’objectif : « elles ne sont pas téléologiques » (ibid., p. 165, notre traduction). Elles suivent plutôt la « voie » du succès ouverte par les leaders, sans en mesurer la portée. En agissant ainsi, elles donnent à cette voie le poids de leur nombre : « Seule une partie de la force dont découlent les institutions sociales est dirigée selon un objectif ; l’influence finale décisive des masses opère au-delà de l’objectif. » [ibid., p. 165]. Alors, si les masses sont d’accord avec les actions des leaders, elles sont conduites à les imiter, favorisant l’émergence spontanée d’institutions sociales :

À travers l’initiative des leaders et à travers l’accord des masses, la société développe certaines institutions suivant les besoins communs, comme s’il se créait une volonté sociale organisée. La monnaie, les marchés, la division du travail, l’économie sociale elle-même, sont de telles créations [Mitchell, 1917, p. 104, notre traduction].

62On trouve également chez Schumpeter, dans la même perspective historique que Wieser, une théorie du leadership social, dont l’entrepreneur n’est qu’une des formes dominantes dans la société capitaliste. Schumpeter montre dans quelle mesure la résistance au changement est inhérente à cette notion de leadership social. La résistance apparaît alors comme une conséquence inévitable de l’activité entrepreneuriale :

Dans la plupart des cas, c’est seulement un individu ou quelquesindividus qui voient la nouvelle possibilité et sont capables de faire face aux résistances et difficultés que rencontre toujours l’action en dehors des ornières de la pratique établie [Schumpeter, 1991, p. 413, notre traduction].

63L’entrepreneur est également chez Mises, mais dans une optique moins historique, l’agent qui permet de considérer la dynamique économique. L’auteur explique que les actions individuelles sont soumises à l’incertitude car les individus n’ont pas une connaissance parfaite, la prise en compte de cette incertitude supposant à son tour, pour comprendre le fonctionnement du marché, l’introduction d’un type de comportement particulier. Ainsi, l’« entrepreneur-promoteur » désigne la catégorie d’agents qui cherche à réaliser un profit, « en adaptant la production aux changements probables de situation » [Mises, 1949, p. 269] : les « chefs de file » [ibid., p. 269] ont des qualités de rapidité et d’efficacité face aux changements, qui les distinguent des autres agents qui se contentent de les imiter. Ces promoteurs-entrepreneurs jouent un rôle directeur puisqu’ils sont ceux qui « prennent de l’avance », sont « les plus pénétrants, apprécient la situation plus correctement que les moins intelligents et, par conséquent, réussissent mieux leurs opérations. » [ibid., p. 346]. La vigilance et le comportement spéculatif tourné vers la découverte de nouvelles opportunités, qui caractérisent les actions des entrepreneurs, sont d’autant plus « décisifs » [ibid., p. 347] qu’ils ne peuvent que se soumettre à long terme à la « souveraineté des consommateurs »[ibid., p. 285].

64Dans son analyse de la coordination des actions individuelles, Hayek considère que celle-ci est favorisée par le fait que les agents adhèrent progressivement à certaines règles comportementales. Si ces règles émergent spontanément des interactions entre les agents, la coordination suppose que certains comportements soient abandonnés au profit d’autres, perçus comme plus efficaces. Ici encore, il est nécessaire de considérer que certains individus font l’expérience de nouveaux comportements, comportements qui, s’ils sont imités, pourront se généraliser :

La plupart des étapes dans l’évolution ont été franchies grâce à quelques individus rompant avec certaines règles traditionnelles et pratiquant de nouvelles formes de comportement [Hayek, 1973-1979, p. 192].

65Cet élément de découverte découle de la forme d’hétérogénéité selon laquelle les agents sont considérés comme à même d’interpréter et d’utiliser différemment une même information reçue. on voit là une caractéristique majeure de la connaissance par rapport à l’information.

66La caractérisation de l’entrepreneur en tant qu’ « innovateur » par Mises ou Schumpeter renvoie, plus ou moins explicitement, à la distinction entre les notions d’information et de connaissance. Ainsi Mises considère-t-il que « […] le marché dont la catallactique s’occupe est plein de gens qui sont à des degrés divers informés des changements de données et qui, même s’ils ont la même information, l’apprécient différemment » [Mises, 1949, p. 345]. Si l’on suit certains commentateurs [Santarelli et Pesciarelli, 1990], Schumpeter établit qu’à la différence de ce qui se passe dans la statique, les perceptions de la réalité par les agents apparaissent distinctes dans la dimension dynamique. Même s’il paraît difficile de trouver dans le travail de Schumpeter une référence explicite à la distinction entre les notions d’information et de connaissance, celui-ci montre dans quelle mesure les entrepreneurs, en tant qu’éléments moteurs du développement économique, sont caractérisés par le fait d’élaborer des plans d’action en s’inscrivant dans le futur, à la différence des autres agents dont les actions sont basées sur les expériences passées [Schumpeter, 1947].

67Dans son analyse des mobiles de l’entrepreneur, Schumpeter oppose donc deux types de croyances [Arena et festré, 2002] : les unes, fondées sur la routine, conduisent à interpréter tout changement comme un facteur d’accroissement de l’incertitude potentielle ; les autres, caractérisant l’entrepreneur, consistent au contraire à voir dans l’innovation un facteur de progrès économique et social [Schumpeter, 1939, vol. 1, p. 100]. Cette différence est liée à la conception du temps mobilisée par Schumpeter. L’« innovateur » s’inscrit dans une temporalité d’où émerge la nouveauté : à la différence du temps du flux circulaire qui implique une adaptation passive, le temps, dans le développement, oriente les actions économiques, plus intentionnelles, vers des objectifs totalement nouveaux pour lesquels il n’y a pas encore d’expérience.

68Dans cette perspective schumpétérienne, on peut parler d’un « temps autrichien » comme d’un temps non homogène : dans l’optique des auteurs autrichiens considérés, même si la plupart n’ont pas fait du temps un objet d’étude en soi, les agents économiques, du fait de leur subjectivité, sont à même de s’inscrire dans des temporalités différentes, d’autant que le cadre de leurs actions est donc supposé évoluer. En effet, si le temps modifie leurs connaissances, les agents vont, du fait de leurs perceptions quant à ces changements, ajuster leurs comportements. Si ces perceptions diffèrent du fait de l’hétérogénéité des individus, ces ajustements ne vont pas se réaliser de la même façon selon les agents, des individus se situant plutôt dans un contexte temporel passé, d’autres, peu nombreux, ayant pour horizon le futur [Berkane, 2005]. Ainsi, pour Mises, les « hommes ordinaires » ne font qu’adapter à leur individualité des idées et des croyances qu’ils héritent du passé et/ou de l’environnement :

[L’homme ordinaire] ne crée pas lui-même ses idées et ses critères de valeur ; il les emprunte à d’autres. Son idéologie est ce que son entourage lui impose […] L’homme ordinaire ne spécule pas sur les grands problèmes. En ce qui le concerne, il s’en remet à l’autorité d’autres que lui, il se conduit comme « toute personne décente doit se conduire » ; il est comme un mouton dans le troupeau [Mises, 1949, trad. fr. 1985, p. 5].

69À l’inverse, les « promoteurs » sont des « chefs de file », « qui ont plus d’initiative, d’esprit aventureux, un coup d’œil plus prompt que la foule » ; ce sont « les pionniers qui poussent et font avancer le progrès économique » [ibid., p. 169]. Ces promoteurs sont avant tout des innovateurs et c’est pourquoi Mises les appelle aussi des « génies créateurs » [ibid., p. 145]. Leur mobile « n’est pas le désir de provoquer un résultat, mais l’acte de produire ce à quoi [ils] pensent » [ibid., p. 146]. ils correspondent à « une caractéristique générale de la nature humaine » [ibid., p. 269] et c’est pourquoi, comme chez Schumpeter, ils existent dans la plupart des sociétés, à des époques variées ou dans le contexte d’activités diverses [ibid., p. 269-270]. Dans le cadre des économies de marché, ces promoteurs apparaissent notamment, pour Mises, sous la forme d’entrepreneurs.

70Cette hétérogénéité des perceptions des agents économiques peut être considérée comme l’une des modalités possibles pour penser la spécificité de la notion de connaissance, celle-ci ayant la capacité, soulignons-le en reprenant les idées de foray [foray, 2000], de produire de nouvelles connaissances. Lachmann a particulièrement développé l’analyse de cette nature interprétative de la connaissance. Cet auteur distingue l’information de la connaissance, définissant cette dernière comme un « composé de pensées » qu’un individu peut mobiliser en vue d’une action à un moment donné [Lachmann, 1986, p. 49]. Selon Lachmann, si la distinction entre l’information, en tant que flux de messages, et la connaissance, comme « composé de pensées », repose en partie sur la distinction traditionnelle flux/stock, elle repose en partie aussi sur celle entre une entité objective et un composé de pensées privé et subjectif [Lachmann, 1986, p. 49]. Mettant l’accent sur le rôle de l’interprétation subjective, Lachmann définit cette dernière comme la possibilité de transformer une information en connaissance utile, rejoignant Menger qui considérait, note Vaughn, que « […] les individus ne doivent pas seulement acquérir la connaissance, ils doivent aussi avoir le pouvoir de faire quelque chose de leur connaissance » [Vaughn, 1990, p. 381, notre traduction].

71Cette possibilité, différente selon les individus, est étroitement liée au stock de connaissances déjà détenu. L’information reçue, nous dit Lachmann, est appelée additive si elle vient simplement s’ajouter à ce stock : la découverte de nouvelles sources d’offres ou d’opportunités de marché plus rentables illustre ce type d’information. Mais l’information reçue a une valeur plus importante pour l’individu si elle est complémentaire de la connaissance détenue : en effet, si une information additive concerne une connaissance de circonstances particulières, une information complémentaire permet de confirmer ou de modifier la connaissance de relations générales (généralisations empiriques), cette dernière pouvant être mobilisée en plusieurs occasions [Lachmann, 1986, p. 51-52]. De plus, la connaissance de circonstances particulières nécessitera relativement plus d’informations pour son « entretien » que la connaissance générale, la première devenant plus rapidement « obsolète ».

Conclusion

72De ce qui précède, il est essentiel de retenir la place de la connaissance, son rôle dans l’émergence des institutions et dans l’analyse mengérienne des comportements individuels : c’est par un processus d’acquisition de connaissances que les individus créent, sans intention de le faire, des institutions qui permettent d’atténuer leur incertitude. Ce processus d’apprentissage, qui passe par l’interaction des comportements individuels, permet fondamentalement la mobilisation et la diffusion de connaissances, non exploitées car présentes seulement sous forme non organisée.

73La tradition théorique autrichienne, dont Menger fut l’un des fondateurs, se caractérise par la prise en compte de cette nature tacite de la connaissance dans le traitement du concept d’agent économique ; elle envisage une forme particulière d’hétérogénéité des agents qui permet de fonder une forme d’apprentissage qui passe par l’interaction sociale : le processus de « découverte » de ces connaissances tacites est initié par une catégorie particulière d’individus, peu nombreux, qui sont à même, du fait de dispositions particulières, d’interpréter différemment de la majorité des individus les informations reçues et de générer de nouvelles connaissances.

74En définitive, l’examen de la tradition théorique sous cet angle de la question de la connaissance a permis de remettre à l’ordre du jour un certain nombre de dimensions méthodologiques, parfois indûment négligées dans le mainstream, comme l’hétérogénéité et la subjectivité des agents économiques, en particulier à partir de la distinction conceptuelle entre l’information et la connaissance.

Bibliographie

Arena R., « Marshallians and Austrians on markets : uncertainty reduction, organisation and institutions », Contribution à la conférence Celebrating Brian Loasby’s work at Stirling University (1967-1997), 26-28 août 1997.

Arena R. et Dangel-Hagnauer C. (dirs), « The Contribution of Joseph A. Schumpeter to Economics », Economic Development and Institutional Change, Londres, Routledge, 2002.

Arena R. et Festré A., « Connaissance et croyances en économie : l’exemple de la tradition autrichienne », Revue d’Économie Politique, septembre-octobre 2002, n°5, p. 635-657.

Berkane A., « Comportements d’agents, interaction sociale et processus économiques : le cas de la tradition théorique autrichienne », thèse pour le Doctorat de sciences économiques, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 2005.

Campagnolo G. et Tosi G., « L’origine de la monnaie selon Carl Menger. Une relecture à partir de la traduction française de l’essai On the Origin of Money (1892) », chapitre du présent volume.

Centi J. P., « Money and credit in an open-ended universe », Journal des Économistes et des Études Humaines, juin/sept 1999, vol. 9, n°2/3 (n°spécial sur Hayek), p. 293-320.

Chamilall N. S., « La genèse du label autrichien : la pensée de Carl Menger », Journal des Économistes et des Études Humaines, mars 2000, vol. 10, p. 53-118.

Chaumont-Chancelier F., « Action humaine et évolution culturelle : vers un entrepreneur en institution », thèse de Doctorat en sciences économiques, Aix-Marseille iii, 1999.

Dopfer K., « How economic institutions emerge : institutional entrepreneurs and behavioral seeds », in y. Shionoya et M. Perlman (dirs), Innovation in Technology, Industries and Institutions, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, p. 299-329.

Dostaler G. (dir.), F. Hayek : philosophie, économie et politique, Paris, Economica, 1989.

Dulbecco P. et Garrouste P., « Structure de la production et structure de la connaissance : éléments pour une théorie autrichienne de la firme », Revue Économique, janvier 2000, vol.51, n°1, p. 75-101.

Fisette J., « Hayek et la décision », in G. Dostaler (dir.), F. Hayek : philosophie, économie et politique, Paris, Economica, 1989, p. 161-177.

Fleetwood S., « Hayek iii : The Necessity of Social Rules of Conduct », in S. frowen (dir.), Hayek : the Economist and Social Philosopher – A Critical Retrospect, New york, St. Martin’s Press, London, Macmillan, 1997.

Foray D., L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte, 2000.

Foster J., « Competitive Selection, Self-organisation and Joseph A. Schumpeter », Journal of Evolutionary Economics, 2000.

Garrouste P., « Apprentissage, interactions et création de connaissance », Revue d’Économie Industrielle, 1999, n°88, trimestre 2, p. 137-151.

Gloria-palermo S., The Evolution of Austrian Economics, from Menger to Lachmann, Londres, Routledge, 1999.

Hayek F., « The use of knowledge in society », American Economic Review, 1945, 35, p. 519-530, repris in f. Hayek (dir.), 1949, p. 77-91.

– (dir.), « individualism and Economic order », 1949, Chicago, The University of Chicago Press, 1980.

– « The Constitution of Liberty », Chicago, University of Chicago Press, 1960.

– Law, Legislation and Liberty. A new Statement of the liberal Principles of Justice and political Economy, The University of Chicago Press (Rules and Order, 1973 ; The Mirage of social Justice, 1976 ; The political Order of a free People, 1979). Traduction française par R.Audouin : Droit, législation et liberté. Une nouvelle formulation des principes libéraux de justice et de liberté, Paris, PUf, 1980-1983 (3 vols : « Règles et ordre », « Le mirage de la justice sociale », « L’ordre politique d’un peuple libre »).

Kirzner I. M., Competition and Entrepreneurship, Chicago, University of Chicago Press, 1973.

– Perception, Opportunities and Profits, Chicago, University of Chicago Press, 1979.

Lachmann L., The Market as an Economic Process, New ork, Basil Blackwell, 1986.

Longuet S., Hayek et l’école autrichienne, Circa, Nathan, 1998.

Mises L. von, Human Action. A Treatise of Economy, 1949, trad. Par R.Audouin, L’action humaine : Traité d’économie, Paris, Puf, 1985.

Mitchell W.C., « Wieser’s theory of social economics », Quarterly Journal of Economics, mars 1917, no 1, vol. 32.

Nelson R. et Winter S., « An Evolutionary Theory of Economic Change », Cambridge, Cambrige University Press, 1982.

Prychitko D. (dir.), Individuals, Institutions and Interpretations hermeneutics applied to Economics, Avebury, Aldershot and Brookfield, 1995.

Ravix J.-L., « Production, institutions et organisation de l’industrie. Une contribution à la méthode économique », thèse pour le doctorat d’État de sciences économiques, Université de Nice-Sophia Antipolis, 1994.

Santarelli E. et Pesciarelli E., « The emergence of a vision : the development of Schumpeter’s theory of entrepreneurship. », History of Political Economy, 1990, vol.22, no 4, p. 677-696.

Schmidt C. et Versailles D.W., « Une théorie hayékienne de la connaissance ? », Revue d’Économie Politique, 1999, 109 (6), p. 817-832.

Schumpeter J. A., Histoire de l’analyse économique, Paris, Gallimard, 3 vols, [1954] 1983.

– Impérialisme et classes sociales, Paris, Champ. flammarion, [1919] 1984.

– Théorie de l’évolution économique : recherches sur le profit, le crédit, l’intérêt et le cycle de la conjoncture, Paris, Dalloz, [1935] 1999.

– Business Cycles : A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, 2 vols, New ork et Londres, McGraw-Hill Book Company, 1939.

– « The Creative Response in Economic History », Journal of Economic History, 1947, 7, p. 149-59. Repris dans R. V. Clemence (dir.), Essays of J.A. Schumpeter, Cambridge, Mass, Addison-Wesley Press, 1951, p. 216-226.

– The Economics and Sociology of Capitalism, édité par R. Swedberg, Princeton, Princeton University Press, 1991.

Solal P., « Procédure de découverte, sélection naturelle et coordination des activités industrielles », Revue d’Économie Politique, septembre-octobre 1997, 107/5, p. 671-694.

Vaughn K. I., « The Mengerian roots of the Austrian revival », History of Political Economy, 1990, no 22 (suppl.), p. 379-407.

Wieser F. von, Natural Value, Londres, Macmillan, [1889] 1930.

– Social Economics, trad. Anglaise, in Reprints of Economic Classics, New Kell, M. A. Kelley, [1914] 1967.

– Das Gesetz der Macht, 1926, traduit par W. E. kuhn, The law of power, (avec une introduction de W.J. Samuels), Université de Nebraska-Lincoln, 1983.

Notes

1 Si l’appartenance à la tradition autrichienne de nombre d’auteurs cités ici est difficilement discutable, il faut la justifier pour certains. Ainsi, dans le cas de J. A. Schumpeter, qui a connu Menger et fut l’élève de Böhm-Bawerk et de Wieser, elle peut paraître évidente. En même temps, Schumpeter est parfois présenté comme un auteur de synthèse, dont les analyses mobilisent des aspects walrassiens, marxiens et classiques ; il s’agit également d’un auteur qui, au regard de la dimension de son œuvre, pourrait constituer à lui tout seul une tradition théorique autonome (d’ailleurs, les auteurs évolutionnistes « néo-schumpétériens » se réclament aujourd’hui d’une telle tradition). Pourtant, l’ » affiliation » autrichienne de Schumpeter se justifie. En effet, l’interprétation évolutionniste de cet auteur, si elle n’est pas fausse, est réductionniste en ce qu’elle limite sa contribution à l’analyse de la relation entre la concurrence et l’innovation dans une économie de marché. Pourtant, l’examen de ses écrits, et en particulier de ses écrits sociologiques, montre que, loin d’être évolutionniste, son approche appartient clairement à l’approche institutionnaliste de la théorie économique. Cette interprétation institutionnaliste plutôt qu’évolutionniste de Schumpeter [Arena et Dangel-Hagnauer, « The Contribution of Joseph A. Schumpeter to Economics », in Arena et Dangel-Hagnauer (dir.), 2002] découle de la volonté de cet auteur de construire une théorie générale des relations entre le changement institutionnel (ou organisationnel) et le changement économique. Une telle théorie exige de prendre en compte l’histoire, et Schumpeter répondit à cette exigence en développant une approche caractéristique qui attribue à la sociologie économique un rôle d’intermédiaire entre l’histoire et l’analyse économique [Schumpeter, 1954]. De plus, dans l’analyse du développement, Schumpeter accorda une place aux concepts d’auto-organisation [foster, 2000] et de leadership social, mettant ainsi l’accent sur un type de relations entre les individus et la société. Finalement, il éclaira la nécessité d’une théorie dynamique qui mette l’accent sur l’impact réel des institutions sur la dynamique du système économique, en incluant les normes sociales et les règles comportementales.

2 Notre traduction de ce passage des Untersuchungen de 1883. La traduction française intégrale de l’ouvrage de Menger par Gilles Campagnolo est disponible aux Éditions de l’EHESS (Paris) en 2010.

3 La traduction française intégrale de l’ouvrage par Gilles Campagnolo est en préparation. Le texte est ici cité à partir de la traduction anglaise [Menger, 1871/1950].

4 Pour une comparaison des conceptions du développement économique chez Smith et Menger, voir également [Ravix, 1994].

5 Au chapitre IV des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, qu’il consacre à la théorie de l’échange, Menger met l’accent en permanence sur « l’existence d’échanges potentiels » ou encore sur « la découverte de possibilités d’échange ».

6 Voir [Menger, 1892an, p. 242] ; c’est le terme anglais saleableness rendant l’allemand Absatzfähigkeit pour lequel Campagnolo et Tosi préfèrent « écoulabilité ». Voir la traduction de l’essai « on the origin of Money » par Campagnolo en annexe de ce volume ainsi que le commentaire dans le chapitre par Campagnolo et Tosi « L’origine de la monnaie selon Carl Menger ». Nous proposons « échangeabilité » mais, quoi qu’il en soit, il s’agit toujours à l’origine du même concept mengérien en allemand.

Auteur

Abdelaziz BERKANE : professeur de sciences sociales au lycée de Pont-de-l’Arc, associé à l’unité GREDEG (CNRS/Université de Nice-Sophia-Antipolis), peut être contacté à l’adresse : abberkane@orange.fr

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable