Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

La « doctrine Menger » et les traditions

Carl Menger entre épistémologie et idéologie

Niall Bond

Texte intégral

  • 1 Signalons toutefois que la relation n’avait pas échappé à Raymond Aron dans sa thèse consacrée à ce (...)
  • 2 Voir notamment le texte de Gilles Campagnolo sur le rôle de médiateur paradoxal que joua Menger ent (...)

1Ici, nous proposons de considérer les réflexions méthodologiques de Carl Menger au-delà de la discipline universitaire qu’il cherche à définir, c’est-à-dire la théorie économique. Les considérations épistémologiques de Menger conjuguent la Wissenschaftstheorie – la théorie qui vise à circonscrire les disciplines scientifiques, en particulier dans le cadre académique, et à dire comment elles s’articulent – et l’Erkenntnistheorie – la « théorie de la connaissance » au sens propre, c’est-à-dire l’ensemble des considérations générales relatives à notre manière de connaître les phénomènes. En raison du fait qu’on a souvent cantonné Menger à l’histoire des sciences économiques, les tentatives sont peu nombreuses qui ont proposé d’élucider le rapport entre la « doctrine Menger » et les écrits de penseurs des Geisteswissenschaften (ou sciences humaines) qui étaient ses contemporains, comme Wilhelm Dilthey, Heinrich Rickert ou Georg Simmel1. Seule la recherche sur Max Weber tend régulièrement à présenter Menger dans un paysage plus large que celui des économistes de la fin du xixe siècle2.

2Dans cette perspective, les réflexions qui suivent, consacrées à Menger, partiront du paradoxe suivant : l’élimination a priori de toute matière extérieure au questionnement initial que se propose le chercheur et au point de vue qu’il entend se donner est peut-être bien non seulement une condition sine qua non de l’abstraction scientifique (et donc de la théorie en tant que telle), mais elle risque encore d’illustrer tout autant la démarche d’idéologues bornés. Sous cet angle, l’ambiguïté de sens du terme « doctrine » apparaît, ainsi que l’enjeu de la signification de la naissance d’une « école » qui s’est rendue célèbre pour ses positions radicales. Menger lui-même était tout le contraire d’un idéologue borné ; mais il nous semble que cet homme des Lumières à la culture impressionnante a pu participer, par la manière dont il a défini les frontières de la recherche économique, à préparer le terrain à des idéologues oublieux des différences qui existent entre circonscrire un objet de recherche et présenter la « réalité » des faits. Ce contraste que nous situons quant à nous au sein même de l’école dite « autrichienne » est frappant. Il faut donc le rapporter à l’œuvre originale de Menger pour traiter les questions qu’il soulève.

  • 3 Mais Menger cachait sans doute son jeu, comme l’indiquent des notes manuscrites relevées dans ses a (...)

3De prime abord, la position politique (indéniablement, selon nous, favorable au libéralisme économique) qu’on a parfois jugé qu’adoptait Menger au sein de la discipline économique peut surprendre, en particulier si l’on tient compte de la lecture précoce qu’il fit des textes de Karl-Heinrich Rau ou encore de sa propre Habilitation à diriger des recherches passée en 1872 auprès de Lorenz von Stein, le célèbre promoteur des sciences sociales dans la langue allemande, qui était dans la tradition hégélienne, avec de fortes sympathies socialistes et, somme toute, un « compagnon de route » de l’historicisme3. La position épistémologique de Menger servit de même la science mais fut polémique tant vis-à-vis des libéraux que des utilitaristes, comme également dans le combat contre l’historicisme et le caméralisme traditionnel – c’est aussi dire qu’elle fut utile dans la lutte contre le corporatisme à Vienne durant sa carrière universitaire qui dura trois décennies (de 1873 à 1903 ; l’empereur Franz-Josef le nomma professeur ordinaire d’économie politique en 1878). Ajoutons que les relations de Menger avec la famille royale (puisqu’il fut le tuteur du prince héritier, Rudolf, et que ses contacts directs perdurèrent) lui permirent ensuite de devenir conseiller à la Cour (Hofrat) et membre de la Chambre des pairs (Herrenhaus) autrichienne en 1900. En situant donc, dans ce chapitre, le rôle de Menger comme penseur « en sciences humaines » dans le contexte de son époque, au-delà du débat qui fit rage entre les seuls économistes, nous voulons appuyer notre réflexion en particulier sur certains philosophes des sciences humaines et de l’économie sociale, épistémologues « avant la lettre » à la fin du xixe et au début du xxe siècle (Dilthey, Rickert, Simmel et Weber, mais aussi Herbert Spencer et Ferdinand Tönnies).

4Les aspects philosophiques au sein des écrits méthodologiques de Menger dans les années 1880 ont contribué à approfondir la querelle née avec Gustav von Schmoller (la célèbre « dispute sur les méthodes » ou Methodenstreit). Ils concernent selon nous les points suivants :

  1. l’étendue et les limites des sciences économiques et leurs méthodes;

  2. la distinction entre connaissance de faits spécifiques et de relations générales, entre l’histoire et la théorie°;

  3. la signification des « types » pour la théorie°;

  4. la rationalité en finalité orientée par des motifs pécuniaires ;

  5. l’individualisme méthodologique ;

  6. les pièges que constituent les métaphores de l’organisme ou du mécanisme dans les sciences humaines ;

  7. l’explication de l’action humaine présentée par différence avec sa compréhension ;

  8. les valeurs et les normes implicites dans les sciences.

5Nous les regrouperons pour les aborder dans les sections suivantes : la théorie « contre » l’histoire et la notion de « types » en sciences économiques dans les impasses de la réduction du « réel » ; le rationalisme économique et la satisfaction des besoins chez Menger ; des critiques de la « réduction » utilitariste ; l’individualisme méthodologique et la lutte contre les métaphores collectivistes, avant de finir par quelques notes sur le Methodenstreit et quelques brèves conclusions. Ces aspects surgissent de façon récurrente dans maints débats d’alors mais aussi d’aujourd’hui, de sorte qu’il est bon de passer en revue les positions adoptées par la plus vaste gamme possible de penseurs, en repérant le rapport entre la définition philosophique d’un objet d’étude et la volonté (ou l’absence de volonté) de prendre en compte certains aspects du « réel ». C’est le but de cette contribution.

6Avant de l’entamer, il convient de rappeler que Menger fut a posteriori regardé comme le précurseur de l’individualisme méthodologique qu’illustra à son tour Weber (celui-ci fut un lecteur avisé de celui-là), mais aussi d’idées de Joseph Schumpeter (comme la « destruction créatrice ») ou de Ludwig von Mises (et de son « apriorisme » radical), tout cela rigoureusement à l’opposé de cette « économie sociale » qu’on impute parfois à Weber [Swedberg, 1998] – de sorte que la position de Menger apparaît d’emblée complexe par rapport à l’opposition fondamentale qui existe entre la théorie économique néoclassique et l’économie sociale wébérienne, opposition qui a poussé Schumpeter à expulser l’œuvre de Weber de sa narration des sciences économiques [Schumpeter, 1954/trad. fr. 1983]. Les différences entre Menger, Weber et les auteurs dits « néo-classiques », si on les résume au positionnement quant à la méthode « individualiste », semblent alors liées autant à des questions d’idéologie que d’épistémologie. Et cela, alors même que la « dispute sur les méthodes » (le Methodenstreit) s’était déclenchée dans un contexte complexe de débats entre théoriciens et historicistes, mais aussi entre « individualistes » et « socialistes », et encore entre économistes tenants « de la production » et économistes qu’on pourrait dire partisans « de la consommation » ; l’on pourrait ajouter, si l’on voulait élargir encore la perspective : entre utilitaristes et romantiques, entre rationalistes radicaux (individualistes) et irrationalistes ou « vitalistes » (dans la tradition de Nietzsche) dont certains se disaient souvent eux-mêmes « sociaux ».

7Les écrits sur la méthode de Menger touchent donc à bien des domaines qui se trouvèrent par la suite, et du fait de ces mêmes débats, situés à l’extérieur des sciences économiques. Ils manifestent également des enjeux qui dépassent beaucoup les limites de la discipline, même à l’époque. Au moment où Dilthey publiait lui-même son ouvrage qui fit date dans les sciences humaines, l’Introduction aux sciences de l’esprit (Einleitung in die Geisteswissenschaften, 1883), les écrits de la décennie 1880 présentent entre eux des rapprochements qui méritent d’être signalés. C’est en effet avant 1885 que Menger a selon nous donné son avis définitif dans le domaine méthodologique (ses Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der Politischen Oekonomie insbesondere datent de 1883, ses Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökonomie de 1884). Après avoir défendu la théorie « pure » dans les sciences économiques, Menger s’est tourné vers d’autres horizons de pensée, notamment dans la décennie suivante vers les questions relatives à la monnaie. Ici nous présentons d’abord la position qu’il adopte en faveur de la théorie (« contre » l’histoire) et de l’utilisation des « types » en économie (son « rationalisme »), pour tenter finalement de le situer dans certaines des controverses de son temps (attaques contre l’utilitarisme, débats sur les métaphores « collectivistes » et « dispute sur les méthodes » avec Schmoller). D’emblée, il est clair par cette énumération de questions que la signification de sa « doctrine » doit exister et surtout qu’elle dépasse les sciences économiques du seul xixe siècle.

La théorie « contre » l’histoire et la notion de « types » en sciences économiques dans les impasses de la réduction du « réel »

8Les écrits méthodologiques de Menger sont capitaux pour les sciences humaines dans leur ensemble. Menger les entreprit en économie en particulier au moment où les sciences économiques en Autriche peinaient à sortir de l’ombre du caméralisme et où la situation de l’économie autrichienne ainsi que les pratiques de gouvernance économique y sombraient sous les vestiges de corporatismes surannés. L’on peine à trouver dans l’empire d’alors quelque réflexion fondamentale de théorie de la connaissance (d’« épistémologie », mais le terme est alors encore à forger) chez les économistes – hormis les écrits importés d’Angleterre de John Stuart Mill. Mill avait proposé des méthodes adaptées aux « moral sciences » [Mill, 1864] qui furent traduites par Gomperz (qui rendaient « sciences morales » par le vocable « Geisteswissenschaften »)[Mill, 1864, trad. allemande, 1884, rééd. 1968]. Les écrits de Mill débordaient le cadre des disciplines économiques, concentrant l’étude logique sur la distinction entre déduction et induction. Or, les méthodes sous-jacentes à la théorie économique de Menger partent non de l’induction de séries récurrentes, mais de la déduction logique possible à partir de simples suppositions.

9Menger et Mill avaient en commun de tenter d’expliciter la formation de la théorie même, de forger des connaissances de type « général ». Menger procédait en énumérant les suppositions des déductions possibles. Lorsqu’il usait du thème de « lois de la nature », c’était pour indiquer que ses prédécesseurs avaient distingué entre lois de nature et lois des hommes. Dans ses Untersuchungen [Menger, 1883], cette distinction se révèle importante, car d’aucuns partaient alors du principe que seule la nature non-animée pouvait être observée et qu’elle se réduisait simplement à des régularités qu’ils nommaient alors « lois », tandis que les actions des hommes étaient conçues comme spontanées, « libres » et « à l’abri » de toute attribution causale. On ne pourra jamais assez souligner l’importance de la position prise par Menger dès 1871 dans ses Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, et réaffirmée en 1883, en faveur d’une science nomothétique qui saisisse les régularités des comportements humains.

10Cette position s’applique dans un champ où les effets causaux des actions et des motifs sont certes à la réflexion le plus palpable : la rationalité des fins y a pour effet mesurable l’augmentation des gains. Mais cette défense de la possibilité d’une science de l’homme apte à saisir, non pas (comme chez Auguste Comte ou Spencer) le sens général de l’évolution de la société humaine, mais les seules conséquences d’actions « isolées », voilà ce qui marqua la fondation des « sciences humaines ».

  • 4 Pour traduire « allgemein », nous préférons « général » à « universel », ce qui correspond à l’empl (...)

11Menger précise également la nature des « régularités » de la science de l’homme qu’est l’économie. L’intitulé du troisième chapitre des Untersuchungen annonce le caractère de son argument en défense de cette science contre ceux qui doutent : « la nature particulière du savoir théorique dans le domaine des sciences économiques n’enlève rien au caractère théorique de l’économie politique (Nationalökonomie) ». Menger refuse l’idée que les « lois de nature » se limitent aux sciences naturelles, alors que les sciences humaines devraient se contenter de « lois empiriques » : quelles que soient les spécificités des lois dans les sciences économiques, ces spécificités n’invalident pas le caractère théorique de l’économie politique [Menger, 1883, p. 26]. Menger distingue entre « deux catégories majeures de savoir scientifique », à savoir « l’individuel » et « le général »4, c’est-à-dire, respectivement, les « phénomènes concrets dans leur position dans le temps et dans l’espace et leurs relations concrètes les uns avec les autres », et « les formes des phénomènes récurrents dans ces relations » :

  • 5 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Die Welt der Erscheinungen kann unter zwei wese (...)

On peut considérer le monde phénoménal depuis deux points de vue essentiellement différents. Ou bien, il s’agit de phénomènes concrets situés dans l’espace et dans le temps et entrant dans des relations concrètes les uns avec les autres ; ou bien, de formes phénoménales qui reviennent dans le cours changeant de ces derniers, et dont la connaissance constitue l’objet de notre intérêt scientifique. La première direction de recherche relève de la connaissance du concret, à plus justement parler de l’individuel ; la seconde, de celle du général dans les phénomènes. Et par conséquent, respectivement à ces deux directions principales dans l’aspiration à la connaissance, se présentent à nous deux grandes classes de connaissances scientifiques, que nous appellerons, pour faire bref, quant à la première, individuelle, et quant à la seconde, générale. [Menger, 1883, p. 3]5

12Alors que même des esprits sans éducation comprennent l’importance pour la vie pratique des phénomènes tangibles, le savoir théorique crée en revanche pour eux des difficultés insurmontables ; on distinguera donc entre sciences d’expérience, dites « historiques », et sciences « théoriques » :

  • 6 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Das interesse, welches der menschliche Geist an (...)

L’intérêt que l’esprit humain prend à la connaissance des phénomènes concrets (de ce qui est individuel) et leur importance pour la vie pratique sont évidents d’eux-mêmes ; de même, quant à la nature formelle des résultats de l’aspiration à la connaissance qui relève de ce qui est individuel. L’essence et l’importance des connaissances générales ne sont pas aussi facilement comprises de l’entendement commun, et par conséquent, quelques remarques pourraient bien trouver ici leur place à ce sujet, quant à l’importance de cet objet pour comprendre l’essence des sciences théoriques et leur opposition aux sciences historiques. [Menger, 1883, p. 4]6

13Maintenant, face à la diversité illimitée des phénomènes concrets et des relations entre ces phénomènes, les théoriciens saisissent les formes récurrentes sous forme de « types ». Des relations, dont les séquences, les évolutions, peuvent être « typiques », caractérisent les types. Par exemple, les phénomènes de l’achat et de la vente, de la monnaie, de l’offre et de la demande, des prix, du capital, des taux d’intérêt sont des types, tandis que les phénomènes récurrents, telles la baisse des prix à la suite de l’expansion de la monnaie ou la baisse des taux d’intérêt à la suite d’un cumul de capital important sont des relations typiques :

  • 7 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Trotz der grossen Mannigfaltigkeit der concrete (...)

En dépit de la grande multiplicité des phénomènes concrets, il est possible de nous apercevoir, même à l’occasion d’une observation faite en passant, que ce n’est pas chaque phénomène singulier qui présente une forme phénoménale particulière, différente de celle de tous les autres phénomènes. L’expérience nous enseigne bien plutôt que des phénomènes déterminés se répètent, avec une exactitude tantôt plus grande, tantôt moindre, et qu’ils reviennent dans le cours changeant des choses. Nous appelons ces formes phénoménales des types. Il en va de même des relations entre les phénomènes concrets. Celles-ci non plus ne présentent pas toutes une particularité constante dans chaque cas singulier ; mais plutôt, il ne nous est pas difficile d’observer certaines relations qui reviennent plus ou moins régulièrement (par exemple, des régularités dans la succession de l’un à l’autre phénomène, dans leur évolution, dans leur coexistence) : nous appelons ces relations typiques. Les phénomènes de l’achat, de l’argent, de l’offre et de la demande, du prix, du capital, du taux d’intérêt sont des exemples de formes phénoménales typiques de l’économie politique, tandis que la baisse régulière des prix d’une marchandise suite à l’augmentation de l’offre, que la hausse des prix des marchandises suite à une augmentation des moyens [de paiement] en circulation, que la baisse du taux d’intérêt suite à une accumulation de capital très considérable, etc., tout cela se présente à nous comme des relations typiques entre des phénomènes économiques. L’opposition entre ce que nous appelons phénomènes généraux et phénomènes individuels et, respectivement, entre la connaissance générale et la connaissance individuelle des phénomènes, cela estdonc parfaitement clair d’après ce qui vient d’être dit. [Menger, 1883, p. 4-5]7

14Menger trace la frontière entre les sciences théoriques et les sciences historiques de manière très apparente, alors qu’on pourrait remarquer que la théorie, c’est-à-dire principalement l’activité de formation des types, dépend tout autant du constat porté sur les phénomènes tangibles, tandis que le récit historique dépend, lui, tout autant d’une connaissance de relations récurrentes. C’est là une des raisons que Schmoller présente pour rejeter cette classification de Menger, qui divise les sciences économiques selon un objectif cognitif, ou encore selon la seule logique des opérations de l’esprit. Or, dans les sciences économiques, Menger a démarqué nettement les sciences historiques (ou statistiques : une « histoire chiffrée » très pratiquée par l’École historique allemande) des sciences théoriques. La division est simple (trop, selon Schmoller) et nette entre des tâches et des fonctions différentes :

  • 8 Note de Menger [Menger, 1883, p. 6, note 3 ; trad. Campagnolo, 2010] : « L’“individuel” ne doit en (...)
  • 9 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Zu den ersteren gehören die Geschichte und die (...)

Aux premières appartiennent l’histoire et la statistique de l’économie politique, aux secondes l’économie politique théorique (l’économie nationale théorique) : les deux premières ont donc pour tâche d’explorer les phénomènes économiques individuels8, même si c’est en les considérant depuis des points de vue différents ; les secondes ont pour tâche d’explorer les formes phénoménales et les lois (l’essence générale et la configuration réciproque générale) des phénomènes économiques. [Menger 1883, p. 5 sq.]9

15Dans la note de bas de page de Menger du passage ci-dessus, Menger a distingué de manière significative importante entre l’« individuel » (au sens que Menger donne à individuel) et le « singulier » d’une part, et entre le « général » et le « collectif » d’autre part. Il illustre son propos plus au long :

  • 10 Notre traduction du texte original : « Ein bestimmtes Volk, ein bestimmter Staat, eine concrete Vol (...)

Un certain peuple, un certain état, une certaine économie nationale, une coopérative, une «commune etc. sont par exemple des phénomènes individuels, mais en aucun cas des phénomènes singuliers, (mais au contraire des phénomènes collectifs), alors que les formes des phénomènes du bien, de la valeur utile, de l’entreprise etc. sont des phénomènes généraux, mais pas des phénomènes collectifs. Le fait que les sciences historiques de l’économie présentent les phénomènes individuels de l’économie n’exclut ainsi en aucun cas qu’elles les présentent sous un angle collectif. Toutefois, la distinction entre la recherche sur, et la présentation de l’individuel et du général des phénomènes humains est précisément ce qui distingue les sciences sociales historiques des sciences sociales théoriques. [Menger, 1883, p. 6, note de bas de page]10

16La même mise en garde se trouve dans Économie et Société de Max Weber : l’emploi de concepts collectifs pour la compréhension des contextes des actions des hommes individuels est parfois inéluctable [Weber, 1920/trad fr. 2003, p. 6]. Aussi leur rejet en bloc est-il précipité. Pour Weber, les sciences empiriques de l’action, la sociologie et l’histoire, sont axiologiquement neutres et il ne cherche pas à leur trouver un sens « juste » ou « valide » [Weber, ibid., p. 2]. La sociologie forme donc des « types » et recherche les règles générales, à la différence de l’histoire, qui aspire à l’analyse causale et à l’attribution causale d’actions, de structures et de personnalités individuelles et culturellement importantes [Weber, ibid., p. 9]. On constate toutefois également la distance entre les méthodes de Weber et de Menger. Dans Économie et Société, il ne s’agit point pour l’économiste qu’est Max Weber de clarifier le rapport entre théorie et histoire dans les sciences économiques : le regard qu’il porte sur l’économie est désormais un regard sociologique, comme il l’exprime clairement dans la section fournissant ses « catégories sociologiques fondamentales de l’action économique » [Weber, ibid., p. 31 sq.].

17Il existe encore une troisième sorte de sciences selon Menger : elle n’enseigne pas seulement ce qui existe, mais ce qui devrait être dans certaines circonstances données. Menger les appelle les « sciences dites pratiques ou arts » (« die sogenannten praktischen Wissenschaften, oder Kunstlehren ») et désigne par là, parmi les sciences de l’économie : les sciences de la finance, d’une part, la politique économique, d’autre part [Menger, 1883, p. 7]. Le caractère normatif joue ainsi un rôle-clef dans l’épistémologie mengérienne des sciences économiques : c’est là une différence importante par rapport à la position que devait prendre Weber deux décennies plus tard. À la différence de Weber, Menger n’avait nullement été influencé par les écrits dévastateurs de Nietzsche sur les sciences utilitaristes, comme Die fröhliche Wissenschaft (les écrits posthumes liés à ce « gai savoir » ne furent connus que plus tard) [Nietzsche, (1882) 1982]. Menger croyait à la possibilité pour les sciences économiques d’imposer leur « bon sens » aux gouvernants, un rôle qu’il joua lui-même dans l’éducation économique et morale du prince héritier d’Autriche-Hongrie, comme dans ses luttes contre les vestiges du féodalisme en Autriche, par exemple à l’occasion de la réforme monétaire de 1892.

  • 11 La citation provient de Savigny, Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft, 1815, I, p. 496 (...)

18Concluons sur ce point qu’en distinguant trois formes de sciences économiques, Menger spécialisait sciemment l’activité de recherche. Certes, il serait caricatural de supposer qu’il envisageait un travail de spécialistes cantonnés soit dans les sciences historiques ou statistiques, soit dans le développement de la théorie, soit dans l’adoption de normes applicables, sans échanges ni passerelles entre leurs questionnements. Mais sa classification fait voir des disciplines scientifiques indépendantes les unes des autres, voire qui se confronteraient les unes aux autres comme si elles appartenaient à des camps opposés. Le contexte historique l’a ensuite de fait voulu, même si ce n’est pas Menger qui a « ouvert les hostilités » lors de la « querelle sur les méthodes », ni qui a introduit la polémique dans la science. Ses écrits méthodologiques renvoient alors au fondateur de l’École historique du droit, Friedrich Carl von Savigny : « l’histoire, selon Savigny, est non seulement une collection d’exemples, mais le seul et unique ( !) chemin vers un savoir véridique de nos situations [Menger 1883, p. 14]11». Or le souci de Menger consiste à affirmer la possibilité et le caractère indispensable d’un savoir théorique ; il rétorque donc :

  • 12 Notre traduction du texte original : « Das historische Verständnis der concreten Socialerscheinunge (...)

La compréhension historique des phénomènes sociaux concrets n’est nullement le seul et unique chemin que nous pouvons prendre dans la recherche scientifique. On lui oppose au contraire la compréhension théorique des phénomènes sociaux comme étant tout aussi valable et tout autant significative. [Menger, 1883, p. 16-17]12

  • 13 Notre traduction du texte original : « Die theoretische Nationalökonomie kann nie als eine historis (...)

19La position prise par Menger ne consista pas à ouvrir les hostilités, mais à poursuivre plutôt en revanche dans la confrontation déjà engagée. Une solution pacifique aurait été de constater l’interdépendance réciproque dans l’observation des phénomènes relevant de l’individuel (au sens mengérien de ce qui est situé dans l’espace et le temps) et de la déduction à partir du général. La position de Menger, retranchée dans la défense de la théorie pure, reste, nous semble-t-il, d’une part, en de çà du potentiel cognitif de sa doctrine sur le rapport entre le récit des faits et l’apprentissage de vérités générales, et elle le prédestine, d’autre part, à un conflit ouvert avec Schmoller, qui doit les conduire tous deux à des positions qui frôlent progressivement la caricature. Menger défend avant tout la dignité de la théorie contre ses détracteurs, et puisqu’il voit chez les historicistes l’incapacité de saisir le simple fait de l’existence des causes, sa pugnacité peut se comprendre du point de vue de la psychologie d’un grand auteur quand il écrit : « L’économie politique théorique ne peut jamais être interprétée comme une science historique, ou comme certains le veulent, comme une science pratique [Menger, 1883, p. 29] 13 ».

  • 14 Le lecteur pourra consulter [Albert et Topitsch (dir.), 1979, p. IX] ainsi que l’article de Max Web (...)

20Ce refus fermement signifié du statut pratique de la théorie n’est pourtant pas encore un positionnement spécifique de neutralité axiologique – au sens de la position qui ne devait émerger que deux décennies plus tard sous la plume de Weber, encore une fois par opposition au conservatisme de Schmoller14. La seule supposition naïve que les sciences peuvent être en elles-mêmes normatives sans que les valeurs ultimes présentes derrière les normes soient en rien préalablement clarifiées présage à nos yeux le risque de récupération de la théorie scientifique par des idéologues, en particulier, dans le cas « autrichien », par Schumpeter et Mises (nous nous référons ici pour aller très vite au cadre dit « néolibéral » conçu comme idéologie).

21Menger reste le défenseur acharné de l’idée que des lois sont possibles en théorie économique et, dans ses Untersuchungen, il énumère en effet les conditions d’application de lois économiques de ce genre [Menger, 1883, p. 49] comme, par exemple, à propos de la (banale) relation directe et exactement proportionnelle entre l’augmentation de la demande et l’augmentation des prix dont les conditions sont les suivantes : 1) le désir des sujets engagés dans des activités économiques de réaliser leur « intérêt économique » ; 2) leur compréhension de cet intérêt, qui passe par la connaissance des prix sur le marché et des meilleurs moyens d’atteindre leurs buts économiques ; 3) leur connaissance complète de toutes les circonstances économiques qui pourraient avoir une incidence sur les prix ; et 4) l’absence de toute contrainte qui pourrait les empêcher de poursuivre leurs intérêts économiques ou qui conduirait à réduire leur liberté. Menger écrit :

  • 15 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Die exacte forschung auf dem Gebiete der Preise (...)

La direction exacte de la recherche dans le domaine des phénomènes de prix nous enseigne, par exemple, que l’augmentation du besoin d’une marchandise qui se produit dans une région de circulation déterminée conduit, sous certaines hypothèses, à une hausse du prix dans une mesure que l’on peut déterminer exactement – que l’augmentation du besoin de cette marchandise soit elle-même la suite d’un accroissement de population, ou de la plus grande intensité avec laquelle le besoin de la marchandise en question apparaît chez les sujets économiques singuliers (Voir mes Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, I, p. 172 sq.). Ces hypothèses résultent d’elles-mêmes de toute exposition ordonnée de l’économie nationale théorique ; ce sont les suivantes : 1) tous les sujets économiques ici pris en considération tendent leurs efforts vers une perception complète de leur intérêt économique ; 2) dans la confrontation des prix, ils ne sont dans l’erreur ni quant à l’objectif qu’ils ont à suivre du point de vue économique, ni quant aux moyens adéquats pour l’atteindre ; 3) la situation économique, dans la mesure où elle influence la formation des prix, ne leur est pas inconnue ; 4) aucune contrainte extérieure ne leur portant préjudice n’est exercée sur leur liberté économique (sur la poursuite de leurs intérêts économiques). [Menger 1883, p. 56]15

22En l’absence de ces conditions, les lois n’expriment alors que de simples tendances : il est futile de s’attendre ici à une précision extrême. La différence entre les lois de la nature « non-animée » et les lois qui guident les actions des hommes ne consiste donc ni en l’absence chez l’homme de rapports entre causes et effets, ni en une différence qualitative dans la formation des concepts, mais surtout dans l’intelligibilité potentielle des actions. Ainsi, la nature n’est pas « comprise » au même sens que l’action humaine, et d’ailleurs, puisque, lors de la formation de chaque concept donné, nous vidons en quelque sorte le « réel » de sa « substance », il est impossible, même pour une science « exacte », d’expliquer en toute exactitude la façon exacte dont pousse même un simple brin d’herbe donné. La différence entre notre compréhension de la nature et notre compréhension de l’action humaine réside notamment et précisément là.

23À la différence de Weber, Menger semble pourtant se sentir moins concerné par l’intelligibilité des actions des hommes qui agissent dans l’économie. Il part simplement du principe que l’homme à tendance à agir dans son « intérêt économique ». À nos yeux, deux grandes faiblesses de la pensée de Menger se présentent ici, à savoir qu’il omet de préciser ce que signifie cet « intérêt économique » (un terme en quoi Weber voyait une énorme naïveté de la part des économistes), et qu’il suppose que la rationalité que sous-tend cette notion d’intérêt domine effectivement les actions des hommes dès lors qu’ils ont affaire avec la création et la diffusion de valeur, ou encore avec la consommation. La théorie économique que Menger présente écarte donc systématiquement de la considération théorique tout aspect de l’action humaine qui n’est pas « économique », en ce sens (éventuellement fondé sur un calcul en unités monétaires) qu’il vise la satisfaction optimale des besoins dans le but de les satisfaire et de se procurer un bien-être. D’autres auteurs ont vu là une réduction du champ de vision qui ne permet plus que de saisir des tendances, certes utiles, mais vidées de sens si l’on perd la conscience de la réduction du « réel » qu’elle implique : la théorie tourne alors en idéologie.

Rationalisme économique et satisfaction des besoins(Bedürfnisbefriedigung) chez Menger

24Malgré le risque qu’indique la conclusion de la section précédente, on ne peut pas accuser Menger d’avoir préparé un dogmatisme réducteur et utilitariste, car il a, plus que tout économiste avant lui, insisté sur la nature de l’abstraction dans la théorie économique et sur les limites de ses propres énoncés. Cette prudence le met à l’abri, et elle fut sans doute trop vite oubliée après lui. Toutefois, il insistait déjà lourdement sur l’universalité radicale du rationalisme économique dont il se fit le théoricien et le héraut :

  • 16 Le verbe « wirtschaften » qui n’existe pas dans d’autres langues que l’allemand, est une source con (...)

Quel que soit le lieu d’habitation des hommes et le niveau de leur civilisation, nous pouvons observer que les individus économiquement actifs (wirtschaftenden)16pèsent l’importance de la satisfaction de leurs besoins divers et variés en général, qu’ils pèsent surtout l’importance relative des actions distinctes qui induiront une satisfaction plus ou moins complète de tout besoin, et qu’ils sont finalement guidés par le résultat de cette comparaison vers des activités qui assurent la satisfaction la plus complète de leurs besoins. [Notes de Menger à ses propres Grundsätze, citées par Joseph T. Salerno, site consulté le 05/05/2008 ; notre traduction]

  • 17 Nous paraphrasons ici le sens du passage suivant : « Das menschliche Vorstellungsgebilde der Welt i (...)

25Cet extrait est d’une grande importance : un glissement s’opère selon nous entre le théoricien qui énumère les conditions sine qua non pour élaborer sa théorie et le scientifique soi-disant « empirique » qui déclare assez arbitrairement un aspect de la réalité comme universel. Le philosophe Vaihinger, dans sa Philosophie du « comme si » [Philosophie des Als-Ob, 1911], expliquait que nous sommes cognitivement tributaires de notre capacité de concevoir la réalité comme quelque chose de plus simple qu’elle n’est en réalité17. En énumérant les conditions d’optimisation de l’utilité (ou du profit), Menger semble conscient de la réduction qu’il opère ; il annonce pourtant ici que les hommes sont toujours « En fin de compte » guidés par le résultat d’une comparaison rationnelle entre les moyens d’aboutir à la satisfaction la plus complète de leurs besoins. La généralisation du propos peut paraître douteuse. Mais si l’on reproche à Menger de surestimer « naïvement » la puissance de la rationalité humaine, force est de reconnaître que son analyse lui permet de repousser les frontières de la compréhension de l’action économique qu’est la satisfaction du besoin. Il écrit :

Ce ne sont pas des espèces en tant que telles, mais uniquement des choses concrètes qui sont disponibles pour les individus économiquement engagés. Seules ces dernières sont donc des biens, et seulement les biens font l’objet de notre activité économique et de notre évaluation. [notes des Grundsätze, citées par Salerno, ibid.]

26Les biens sont valorisés de manière subjective : Menger part du principe que le choix des biens et les actions qu’on entreprend pour les atteindre se fondent sur le « jugement fait par des individus économiquement actifs quant à l’importance de maîtriser ces choses pour le maintien de leurs vies et de leur bien-être. » Le saut dans le cadre même du raisonnement est d’importance : Menger part de l’idée (déjà problématique) que l’activité dite économique se fonde systématiquement sur un choix rationnel (ce qui est déjà présent dans la définition de « wirtschaften »), mais il passe ensuite à la supposition que les choix sont forcément faits en considérant le « maintien de la vie et du bien-être » – voilà l’aspect du raisonnement qui semble manifestement loin d’être toujours le cas. Menger intègre ici un normativisme implicite, dont les conséquences sont de surcroît à la fois de nature utilitaire et politique (disons, pour aller vite, « économiquement libérale et socialement conservatrice ») : les choix des acteurs seront-ils ipso facto regardés comme les « bons choix », puisqu’ils visent le bien-être ? Cette vision utilitariste fait distinguer des ordres de biens entre ceux qui servent à la consommation et ceux qui permettent d’atteindre (de produire) ces biens de consommation :

Si on suppose […] que tous les biens disponibles d’un ordre supérieur sont employés de la façon la plus économe, la valeur d’une quantité concrète d’un bien d’ordre supérieur est égal à la différence d’importance entre les satisfactions qui peuvent être atteintes lorsque nous disposons de la quantité donnée de biens d’ordre supérieur dont nous souhaitons déterminer la valeur et les satisfactions qui seraient atteintes si nous n’avions pas cette quantité à notre disposition. [notes des Grundsätze, citées par Salerno, ibid.]

27Les biens d’ordre supérieur sont ceux qui servent à produire des biens d’un ordre inférieur : on a besoin des premiers pour obtenir les derniers. Ainsi, si on désire du pain, pour l’obtenir, on doit avoir de la farine et, en remontant la chaîne des biens, un moulin, de la terre etc. La question relative au besoin (ou au désir) ultime n’est jamais résolue de la sorte : le choix ultime reste toujours subjectif. L’avance que représente la brèche ouverte par Menger dans la théorie économique consiste alors, selon Joseph T. Salerno [site web de l’institut Ludwig von Mises, consulté 5/5/2008] à intégrer le consommateur et sa demande dans la réflexion économique – comme si cela n’était pas déjà le cas auparavant objecterait-on… Alors que les prix s’expliquent de la sorte par les calculs et les actions des hommes, leur niveau semblerait pourtant mystérieusement indépendant de toute volonté humaine. Menger a développé une théorie compréhensive du processus de formation des prix, structurée autour de ce que Salerno appelle les « trinités parallèles de concepts liés : fin – moyen - réalisation / l’homme-monde extérieur -subsistance / désirs – biens – satisfaction » [ibid.]. Salerno estime que Menger a su « élaborer une théorie compréhensive de l’action humaine » préfigurant le travail de Mises. Cette lecture est selon nous partielle et partiale. D’ailleurs, cette théorie paraît ignorer sciemment tout aspect du comportement humain qui se situerait à l’extérieur de cette litanie trinitaire de concepts…

28Si Menger a contribué à faire comprendre les actes de volonté qu’exprime la décision de consommer tel bien donné qu’un individu rationnel recherche sur un marché, en revanche, il a dû pour cela, selon nous, ignorer des avertissements clairs sur les limites de cette démarche, avertissements qui avaient pourtant été clairement formulés non seulement par ses adversaires contemporains, mais, bien auparavant, dès le début du siècle que ses écrits clôturaient – à savoir dans la critique romantique de l’utilitarisme. Quand Menger emploie le terme verstehen (« comprendre »), il ne prend toutefois en effet guère en compte ni l’évolution de ce terme depuis lors, ni la spécificité qui lui avait été attribuée par des auteurs comme Johann Droysen ou Léopold Ranke : alors que ces historiens avaient usé du mot pour saisir les motifs des acteurs, Menger persistait à l’utiliser de manière bien plus générale pour désigner les rapports causaux. En ce sens, Menger n’a pas seulement contribué à l’avancement de la compréhension des actes de volonté liés à la satisfaction des besoins, mais bien également malheureusement à une régression dans la compréhension par les économistes de la diversité des motivations humaines dans le système de production de biens destinés à une consommation potentielle – il faut donc faire retour aux critiques antérieures de la « réduction utilitariste », notamment chez les auteurs romantiques.

Critiques de la « réduction utilitariste »

  • 18 Pour un avis contraire, voir Campagnolo [2004 et 2010].

29Nous partageons l’avis de Salerno pour qui l’objectif de Menger ne fut pas de miner l’école classique, mais de la renforcer18. C’est alors que les reproches de Schmoller prennent sens, et c’est la raison pour laquelle Menger semble avoir choisi de négliger certaines critiques (parmi celles nombreuses que reçut cette école). Pourtant, Menger reprit par ailleurs quelques-unes des attaques contre le classicisme dans sa version smithienne… Contentons-nous de mentionner ici la remise en cause de l’omniprésence de la motivation tirée du profit, qui avait déjà été très clairement formulée par Adam Müller, un des fondateurs de la pensée historique. Müller oppose à Smith le fait que ce dernier suppose, dans la Recherche sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations, et à la différence notable de ce qu’il avait écrit dans sa Théorie des Sentiments Moraux – contraste qui donna lieu à la question connue comme le « Das Adam Smith Problem » dans l’exégèse allemande – que l’« atomisme » (c’est-à-dire l’orientation purement égoïste des individus) et le seul calcul de l’intérêt personnel suffisent pour expliquer l’action de l’homme dans le champ économique. L’individu, selon Smith lu par Müller, a quasiment une obligation éthique de poursuivre uniquement ses intérêts les plus immédiats, car cette poursuite égoïste est la meilleure garantie de la prospérité générale. Müller lie ainsi le constat d’un essor du calcul orienté vers le profit et sa propre critique de la société – il nous semble que, du point de vue de la culture du moins, Menger n’est pas finalement loin de partager cet avis pessimiste formulé bien avant lui :

Plus la notion de la valeur absolue de la propriété privée et par conséquent le culte des possessions matérielles se répand, moins les hommes paient avec leur personne et leur parole, c’est-à-dire la vraie monnaie, plus vitale paraît la monnaie métallique, car son usage extérieur semble la garantie du droit romain et semble soutenir l’illusion folle que l’État existe encore. [Müller, 1809, p. 3 sq ; notre traduction]

  • 19 Le même écrivait : « il n’y a pas lieu de penser l’homme en dehors de l’État » (« Der Mensch ist ni (...)

30L’obsession des gouvernements d’accumuler de l’argent sous forme de métal les pousse d’ailleurs à des erreurs qui s’appellent des « réformes ». Pour Müller, les gouvernants « ne s’étaient pas rendu compte qu’ils avaient vendu leur âme » car, là où « l’appel personnel d’un seigneur féodal aurait suffi auparavant, il était devenu nécessaire de faire appel à l’or, pour que cet appel ne fût pas sans effet. » Tous les efforts, privés et publics, ne visaient plus que le profit et « l’ensemble de la sagesse politique se trouvait réduit à des exercices d’addition et de soustraction. » [Müller, 1809, p. 2 et passim] Des questions se posent alors pour une véritable science économique, qui devrait dresser un état des vrais biens (y compris ceux qui ne se trouvent pas sur le marché, n’étant ni aliénables ni divisibles) et qui tiendrait compte du travail des fonctionnaires et des femmes. Les gouvernants devraient se demander si l’art de l’État (ars gubernandi) qu’on opposait jusque-là à l’art des affaires (ars mercatoria) n’était pas réduit à se limiter à des réflexions sur la production, sans plus intéresser la consommation, abandonnée au désir individuel et à la nature particulière de chacun. Trois « sectes » étaient désignées à la vindicte par Müller : le mercantilisme (dans la version donnée par Colbert sous Louis XIV), l’école physiocratique de François Quesnay et le libre échange selon Smith. Pour lui, elles commettaient des erreurs similaires en limitant la question économique à la maximisation de la production et en faisant viser toute la réflexion disciplinaire à maximiser, soit la monnaie métallique (chez Colbert), soit la création des matières premières (chez Quesnay), soit la production d’objets à forte valeur marchande (chez Smith). La critique principale de Müller contre Smith et ses héritiers « classiques » consistait à dire qu’ils cherchaient dans « une pulsion humaine de commercer » l’origine du « phénomène merveilleux de la vie qu’est un État avec une industrie et un commerce florissants ». [Müller, 1809, p. 2]. Pour lui, le péché originel des sciences économiques consiste à ignorer toutes les tendances humaines sauf la pulsion marchande. De la sorte, on ignore notamment l’État, qui est, pour Müller, la représentation véritable de toute union sociale, la réconciliation avec soi de la société civile où l’échange de monnaie n’est qu’une séduction symbolique vide : pour preuve, tous ceux qui cherchent l’argent pour l’argent restent perpétuellement insatisfaits [Müller, rééd. 1922, p. 139]. Müller retrouve l’antienne de la critique aristotélicienne de la chrématistique et regarde l’homme comme impensable sans l’État ; par conséquent, il lui faut le libérer du joug de l’argent, véritable « despote universel »19.

31Il nous semble que Menger a choisi d’ignorer la mise en garde moralisante de Müller, qui a été déclinée sur tous les tons dans nombre d’écrits (pas toujours les meilleurs) de l’École historique. La connaissait-il ? Rien dans la bibliothèque de Menger conservée au Japon n’indique d’intérêt quelconque pour Müller. Mais il ne pouvait pas ignorer ce thème rebattu, et le choix d’exclure toute motivation extérieure au pur calcul du profit dans sa théorie ouvre manifestement un gouffre entre son approche et celle, postérieure, de Weber. Weber a certes été largement influencé par d’autres réflexions sur la valeur que celles du romantisme, notamment par sa lecture de Nietzsche [fleury, 2005]. on sait que la genèse du capitalisme peut être attribuée, selon Weber, moins à la généralisation de la poursuite rationnelle de la satisfaction par le sujet qui compare des possibilités hédoniques alternatives qu’en particulier à un ethos inspiré par un ascétisme collectif, tout aussi susceptible de faire l’objet de généralisations économiques, mais qui s’opposent, elles, à l’hédonisme rationnel de la pensée classique. Il existe donc au sein des collectivités où le renoncement au plaisir immédiat active un potentiel d’accumulation de capital, un mécanisme supérieur à celui de sociétés propulsées par la seule recherche hédoniste. Encore faudrait-il pouvoir identifier le mécanisme mengérien et le schème hédoniste, ce qui paraît séduisant mais est en réalité erroné [Campagnolo, 2008c]. Bref, la question n’est pas résolue ; mais il reste que Weber avait, lui, trouvé une régularité différente de la pulsion égoïste. D’ailleurs, il ne la voyait pas à l’œuvre dans le seul protestantisme calviniste, mais aussi dans les monastères catholiques : cette généralisation de comportements individuels sous l’influence d’une doctrine anti-hédoniste permit même à Weber de développer une théorie dynamique du capitalisme différente de l’approche autrichienne comme aux antipodes de l’économie classique.

Individualisme méthodologique et lutte contre les métaphores collectivistes

32Si Menger introduit ce qu’on appellera plus tard l’individualisme méthodologique dans la théorie économique pure, et là seulement, à l’opposé de la démarche organiciste pour laquelle il cite en tout premier lieu le juriste Savigny, cet individualisme destiné à jouer un rôle bien au-delà des frontières de sa discipline – ce qui est souligné notamment par [Hodgson, 2007] – conduisit aussi Menger à reconnaître l’intérêt de la croissance « spontanée » (« organique » est le terme qu’il utilise au livre iii des Untersuchungen) d’institutions nées de ces comportements individuels. Menger condamnait toutefois comme trop vague l’utilisation généralisée de cette analogie dans l’économie théorique, dont l’objet consistait dans l’analyse des conséquences des actions de l’individu et d’agrégats d’individus. Les arguments qu’il présente dans une perspective rationaliste devaient avoir une immense influence dans la discipline scientifique où l’analogie de l’organisme social est la plus fréquente : la sociologie.

33Sans vouloir faire remonter les méthodes « organicistes » à la République de Platon, le contraste a toujours frappé les esprits entre un corps social sain et un corps social fébrile, corrompu par le luxe ou d’autres maux. L’analogie organiciste reprise en termes modernes jouit d’un regain d’intérêt dans le monde germanique à partir des écrits de Johann Gottfried Herder, le philosophe quasi-officiel du romantisme du Sturm und Drang. Il plaida haut et fort pour comprendre les associations politiques durables comme des organismes [Herder, 1784-1791, rééd. 2002] et la vision organiciste devint le concept-clef herderien en politique : toute théorie traitant l’État comme une machine « hors du temps » laissait selon lui échapper la réalité de la vie sociale et politique [Barnard, 1965, p. 31]. L’analogie organique fut dès lors omniprésente dans la pensée politique et sociale romantique allemande ; ainsi, dans sa Signatur des Zeitalters de 1820, Friedrich Schlegel déclare-t-il que la « bonne méthode » est la méthode organique pour la raison suivante :

Les rapports réciproques entre tous les membres vivants essentiels de l’ensemble de la société humaine et de ses corporations servent de fondation solide et de référence certaine, si nous procédons à partir du fait supposé que les formes et types divers de la société, ou les divisions et les sphères de l’association humaine, ne s’entravent ni ne se perturbent, mais au contraire se soutiennent et coopèrent comme des membres et des organes du corps humain. [Schlegel, rééd. 1985, p. 145, notre traduction]

34Dans Vom Beruf unserer Zeit für die Gesetzgebung (1814), Savigny déclare que « l’esprit populaire » (du Volksgeist) est de « nature organique », s’épanouit dans le « contexte vivant des parties intégrantes dans son évolution progressive » et constitue la source du droit « qui doit être comprise dans son contexte organique » [Savigny, 1814, p. 9-16 ; Larenz, 1991, p. 14, notre traduction]. Or l’analogie organique était le plus souvent employée par les romantiques allemands, sous l’influence forte du philosophe contre-révolutionnaire anglais Edmund Burke, avec des intentions conservatrices affichées. inversement, la conception « mécaniciste », à la fois individualiste et rationaliste, née en partie dans la pensée du droit naturel (jus naturalisme) contractuel, se déployait dans la vision individualiste du monde qu’illustrait la pensée économique classique (pourtant elle aussi originellement britannique). La critique allemande du classicisme, dans l’école historique de l’économie nationale, se nourrit à cette analogie pour contrer l’individualisme. Au fond, nombre de penseurs du dix-neuvième siècle finirent par user de cette analogie, qui jouit ainsi d’une énorme popularité, avec des intentions divergentes : en France, Saint-Simon oppose les périodes « organiques » de l’histoire et les époques « critiques » ; en Angleterre, Coleridge défend le plus ardemment la vision organique de l’Église et de l’État ; en Allemagne, le « professeur des professeurs » de Berlin, Hegel, contraste l’État organique avec la société civile « atomisée » – usant du terme effectivement en vigueur jusque dans les textes de Menger. Mais c’est surtout en sociologie que l’analogie devait se répandre, chez Spencer, René Worms, Paul de Lilienfeld, Albert Schäffle, ferdinand Tönnies, etc. dans la conviction que la science devait pouvoir examiner les lois du comportement et de l’évolution sociale sous la forme d’un tout (à l’instar d’un organisme vivant).

35Dans cette généalogie trop longue à dresser de manière exhaustive, un exemple de pensée organique d’un intérêt particulier en raison de son influence est celui de Spencer, qui regarda les sociétés comme des agrégats croissant à des taux différenciés, présentant des niveaux d’évolution vers la formation de sociétés toujours plus grandes et de nations plus puissantes agrégeant de petites communautés, selon des structures progressivement toujours plus complexes et impliquant la dépendance croissante entre les parties agrégées. Toutefois, nonobstant son adhésion à l’analogie de l’organisme social, Spencer n’en épousait pas toutes les conséquences, notamment politiques, car le « progrès » dans l’évolution impliquait pour lui forcément la liberté d’action de la part des individus autonomes (hors de leurs relations d’inter-dépendance). Il s’opposa donc à toute ingérence du pouvoir politique dans la société et sur les marchés, approchant ainsi un individualisme politique de type idéologiquement libéral en économie [Roark, 2004]. Ce point dépasse-t-il notre propos ? Pas forcément.

36Le parallélisme entre la pensée libérale de Spencer et les considérations théoriques de Menger est en effet frappant. Le glas de l’analogie organique a sonné pour la théorie sociale à la fin du xixe siècle, en particulier dans la sociologie française, du fait des critiques d’Emile Durkheim, au cours des années 1890, de François Simiand ensuite (il contestait le statut de l’analogie comme méthode scientifiquement valide), de Célestin Bouglé, qui en limita l’intérêt à une heuristique (point de départ d’hypothèses de recherche donc, mais aucunement substitut d’une explication véritable) et de Gabriel Tarde, enfin, qui considérait « l’organicisme non seulement superflu mais aussi dangereux [Mucchielli, 1998, p. 270] ». Dans la théorie sociale, l’organicisme avait constitué une réaction politique face au constat de l’emprise de l’individualisme sur la société moderne : la critique de la théorie du contrat social de René Worms n’affirmait-elle pas encore que les hommes ne s’associent pas, mais qu’ils sont « nés associés » [Geiger, 1981] ? Les théories du « quasi-contrat » allaient dans le même sens. Bref, l’organicisme servait pour beaucoup, et avec des intentions tantôt conservatrices tantôt socialisantes, de remède-miracle face au laisser-faire et au laisser-aller que l’époque leur paraissait manifester [Barberis, 2003]. Les plans épistémologique et idéologique se mêlaient sans discrimination et le désordre régnait dans la science. Pourtant, les réticences de type logique trouvaient à se reformuler : l’analogie organiciste est attaquée au troisième Congrès de l’institut international de sociologie tenu à la Sorbonne en juillet 1897 sous la présidence de Paul de Lilienfeld – et en dépit du partie pris de ce dernier en faveur de l’organicisme. Gabriel Tarde oppose à la théorie « organique » une théorie « psychologique » de la vie sociale. La théorie organique est attaquée par Casimir de kelles-krauz sous l’angle du matérialisme économique. La critique dévastatrice de Nikolai karéiev souligne la faiblesse de toute théorie qui prétend à l’exclusive (les échanges suscités sont présentés sobrement par René Worms lui-même dans ses notes sur le congrès [Worms, 1897]). En fin de compte, l’analogie décrivant l’organisme social est vouée à disparaître à l’aube du xxe siècle. Mais il avait fallu qu’une dénonciation du caractère non-valide des « concepts collectifs » fût formulée.

37À ce dernier titre, il ne fait alors aucun doute que la réflexion méthodologique de Menger, sa « doctrine », a joué un rôle majeur dans l’usage éclairé de l’analogie organiciste (à partir du livre iii des Untersuchungen) et qu’elle a contribué au refus de l’envahissement des sciences économiques par cette « pensée sociale » fondée sur des concepts illusoires, les « concepts collectifs » ou Kollektivbegriffe. Dans cette perspective, la courroie de transmission la plus efficace de la critique mengérienne des analogies abusives depuis l’économie vers la sociologie (n’oublions pas que le titre des Untersuchungen se traduit par Recherches sur la méthode des sciences sociales [en général] et de l’économie politique en particulier) fut Weber lui-même. Ses articles sur la méthode des sciences économiques soulignent qu’il a fait aborder pleinement les faiblesses des « méthodes » de l’école historique. Weber s’en prend à Wilhelm Roscher et à Karl knies [Weber, 1903-1906, rééd. 1988], respectivement le fondateur et sans doute l’auteur le plus prestigieux de l’école historique de la première génération, dont les premiers ouvrages avaient paru dès les années 1840, mais furent révisés et republiés jusqu’après 1900. Pour Weber, la méthode « historique » de Roscher ne pouvait logiquement avoir pour seule vocation que de reproduire toute la réalité de la vie économique ; à la différence de l’aspiration de l’école classique, qui découvrait des régularités dans la diversité de la réalité, Roscher visait une reproduction du réel et on est surpris de trouver, parmi ceux dont il s’estime proches, Smith lui-même, ou Malthus et l’auteur du manuel d’économie allemand le plus lu au xixe siècle, Rau. Roscher pensait (et émettait souvent l’avis) qu’il incombait à l’économie nationale de repérer des lois de développement de l’État et des « lois naturelles » de l’économie [ibid., p. 7].

38Selon Weber, Roscher avait voulu imiter, mais avait en vérité réinterprété, la méthode au préalable proposée par Savigny pour le droit, qui visait à combattre le rationalisme législateur des Lumières et à défendre un droit qui émergerait « organiquement » de la communauté d’un peuple. Mais, à la différence de Savigny, Roscher avait fait de la notion d’« esprit du peuple » une « essence réelle uniforme de caractère métaphysique » et il l’interprétait non comme un résultat, mais comme la cause réelle des phénomènes culturels « qui émanent au sein d’un peuple ». Roscher regardait ainsi le peuple comme une « unité métaphysique », comme un individu doté d’une évolution et d’une vie propres qui ressembleraient à celles d’un être humain. Trop prudent pour employer explicitement le mot d’« organisme » comme explication de l’essence du peuple, Roscher l’emploie toutefois comme « expression la plus succincte d’un ensemble de problèmes », et c’est ce que Weber pointe [Weber, 1903-1906, p. 9-10]. S’il y a bien problème, c’est de travailler avec un concept aussi vague : comme Roscher accepte qu’il est en principe possible de saisir les réalités économiques concrètes sous forme de « lois », alors l’unité du contexte historique et social est pour lui un objet indistinct dont l’explication et l’analyse causales ne doivent finalement jamais être entreprises – un dogme qu’il ne tente même pas de justifier, rappelle Weber [ibid., p. 35-36]. L’on peut soupçonner que Weber visait Schmoller au-delà de Roscher. Quoi qu’il en soit, dans sa propre critique des historicistes, Menger avait formulé cet argument et Weber se réfère explicitement à lui et à sa distinction entre sciences théoriques usant de lois et sciences de la réalité pleinement empirique (soit une volle empirische Wirklichkeit).

39Weber observa ici et là toutefois que, selon lui, Menger avait tiré quelques fausses conclusions de cette distinction [Weber, 1903-1906, p. 3, deuxième note de bas de page]. En critiquant ensuite knies, Weber présente l’ouvrage méthodologique Die politische Ökonomie vom Standpunkt der geschichtlichen Methode [1853, deuxième édition en 1883] dans le contexte de la dispute entre Menger et Schmoller et la parution de l’Einleitung in die Geisteswissenschaftende Dilthey. Weber reproche à knies d’avoir commis l’erreur de considérer toute action se fondant sur une rationalité des fins comme nécessaire, tandis que toute autre action, de type « irrationnel », serait, elle, libre [Ibid., p. 42-43, 45]. À la différence de knies, Menger limitait la discipline économique à l’étude de la rationalité économique et de ses conséquences. Ailleurs, en 1908, Weber précise son jugement sur ce point : Menger « n’était pas allé au bout, mais il a présenté des idées excellentes [Weber, 1908, p. 396] ». Dans Économie et Société, Weber déclara enfin que la méthode de la sociologie organique que Schäffle proposait (Bau und Leben des sozialen Körpers, un ouvrage classique à l’époque) ne pouvait servir qu’à des illustrations pratiques ; il s’agissait de cerner l’importance et la fonction des éléments dans un ensemble [Weber, 1920-1972, p. 7]. L’influence ultérieure de Weber sur la sociologie américaine et mondiale conduisit à abandonner l’analogie organique de manière permanente ; bien plus tard, Talcott Parsons devait ouvrir sa Structure de l’action sociale sur cette question : « Qui lit encore Spencer ? », pour conclure que celui-ci avait disparu avec la croyance en un progrès fondé sur l’évolution forcément positive d’un organisme social [Parsons, 1937, p. 1]. Menger avait bien joué un rôle, dans la réflexion sur les méthodes des sciences humaines, qui dépassait les frontières de l’économie.

Un mot sur le Methodenstreit

40Quand, en 1883, Schmoller avait publié sa recension critique des Untersuchungen de Menger, intitulée « Zur Methodologie der Staats- und Socialwissenschaften » dans le Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirthschaft im deutschen Reiche, il pensait établir qu’il était inutile de diviser les sciences économiques en sous-disciplines destinées à l’application de méthodes différentes [Schmoller, 1883]. La réponse de Menger, l’année suivante, dans ses lettres ouvertes publiées sous le titre Les erreurs de l’historicisme dans les sciences économiques allemandes (Die Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökonomie) [Menger, 1884], ajoutait peu à l’argument initial ; mais le ton polémique y rendait très explicite le reproche qu’il faisait à titre très général aux économistes allemands de son temps ; en bref, ces derniers ne comprenaient (presque) rien à leur propre discipline. Menger s’y montrait à la fois susceptible et offusqué par le refus de Schmoller d’accepter sa classification, dans le souci de ne pas scinder la belle unité de la science économique, une vue qui n’était aux yeux de Menger qu’un mythe.

  • 20 Voir la deuxième partie de l’ouvrage dirigé par Campagnolo [2008b] et qui fait pendant, pour les le (...)

41Or Schmoller reconnaissait pourtant qu’il y avait une « certaine justification » à la distinction faite par Menger entre, d’une part, le récit historique et, d’autre part, la généralisation théorique. Mais Menger ne pouvait s’arrêter là et il affirmait encore que l’École historique n’était pas le produit d’une évolution interne aux sciences économiques, mais de l’ingérence de la part d’historiens dans ces sciences : « Depuis le début [l’École historique] signifiait l’importation de savoir historique dans notre discipline théorique-pratique [Menger 1884, p. III, notre traduction] » ; « c’était de l’extérieur que l’on a fait entrer la méthode historique dans notre science [ibid., p. IV] ». Ces passages sont révélateurs d’un double registre : ne s’y retrouve plus la juxtaposition de trois sous-disciplines au sein des sciences économiques (c’est-à-dire sciences « historiques », « théoriques » et « pratiques »), mais au contraire l’idée d’une seule science économique originale qui existerait, à la fois théorique et pratique, en évitant de laisser contaminer son domaine par les historiens. Menger reproche à Schmoller de ne pas avoir reconnu sans ambages la différence fondamentale entre les sciences historiques et les sciences économiques ; c’est alors que Menger distingue, quant à lui, parfois les termes « Volkswirthschaft » et « politische Ökonomie » [Menger 1884, p. 29]. Mais, dans ces passages, il prend position contre l’utilisation des méthodes « historiques » par des économistes. Il est donc possible que sa position soit moins un refus (en témoignent nombre d’autres passages) qu’une défense du troisième aspect « pratique », c’est-à-dire normatif, qui renvoie à son rationalisme radical et à sa vision libérale du marché – quoique là encore le débat soit ouvert à ce propos20. De manière analogue mais encore plus prononcée, c’est l’héritier autrichien Schumpeter qui allait écarter des sciences économiques toute considération qui ne serait pas « pure » au sens réduit, excommuniant ainsi, en pape autoproclamé de sa discipline, Weber (et tant d’autres) de « la » science économique [Bond, 2006, p. 7-14].

Quelques brèves conclusions

42Menger a été, comme le souligna Weber, parmi les premiers à distinguer (pour emprunter le langage de Rickert) entre une démarche nomothétique (fondée sur des lois) et une démarche idiographique (visant au « réel »). Il réclamait pour la théorie économique le statut d’une science nomothétique, énumérant les conditions pour qu’une science de la rationalité économique pût se fonder sur des régularités empiriques. Sa critique des présupposés des penseurs historicistes eut une influence qui dépassa largement les frontières, en train d’être redessinées, de sa discipline principale. Sa doctrine était plus large, et Weber, influencé par elle (mais certes encore par Simmel, Dilthey et Rickert), importa les critiques mengériennes de l’histoire dans sa philosophie sociale et dans sa « sociologie compréhensive », tout en les enrichissant.

43C’est au milieu du vingtième siècle que furent déclarés « morts » les défenseurs d’une théorie organique de l’économie sur la base de « concepts collectifs », ceux-là même que Menger condamnait comme non-valides et contre lesquels il avait combattu au nom d’une science exacte. L’histoire des idées a tendance à manifester cependant des mouvements cycliques : observons pour conclure que des économistes et des historiens de l’économie contemporains, comme Paul Ormerod ou Geoffrey M. Hodgson, plaident aujourd’hui, un siècle après le Methodenstreit, pour revivifier les sciences économiques par la notion d’évolution et pour une théorie organique [Hodgson, 1993 et 2001 ; ormerod, 1994]. Toutefois, aucune revalorisation contemporaine d’une pensée organique ne pourra faire l’économie d’étudier les textes de Menger de 1883 et 1884 et leur continuation dans les écrits méthodologiques de Weber. Les sciences humaines doivent en effet se garder de confondre rigueur méthodologique – la distinction claire des objets d’études – et l’interdiction de réfléchir « au-delà » des cantonnements entre disciplines. Certains auteurs (comme Schumpeter) ne furent pas toujours conscients de cette distinction et prirent selon nous, et en quelque sorte dans le sillage de Menger, une attitude partiale qui ne pouvait qu’être dommageable.

Bibliographie

Albert H. et Topitsch E. (dirs), Der Werturteilsstreit, Darmstadt, 1979.

Aron R., La philosophie critique de l’histoire, Paris, Vrin, 1938, rééd. Seuil « Points », 1970.

Barberis D. S., « in search of an object : organicist sociology and the reality of society in fin-de-siècle france », History of the Human Sciences, 2003, vol. 16, n°3, p. 51-72.

Barnard f. M., Herder’s Social and Political Thought. From Enlightenment to Nationalism, oxford, Clarendon Press, 1965.

Bond N., « Eliminating the “social” from “Sozialökonomik” », Economic Sociology.

The European Electronic Newsletter, février 2006, vol. 7/2, p. 7-14.

http://econsoc.mpifg.de/archive/esfeb06.pdf.

– « Existe-t-il une pensée économique allemande ? », in A. Alcouffe et C. Diebolt (dirs), La pensée économique allemande, Paris, Economica, 2009, p. 1-23.

Campagnolo G., Critique de l’économie politique classique. Marx, Menger et l’École historique, Paris, Presses Universitaires de France, 2004, 336 p.

« Carl Menger, lecteur des économistes libéraux français », Revue française d’économie, 2008a, XXII/4, p. 139-198.

– (dir.), Carl Menger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte, frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008b.

– « Was the Austrian School a “Psychological” School in the realm of Economics in Carl Menger’s view ? », in Campagnolo (dir.), Carl Menger. New erörtert…, 2008c, p. 165-186.

– « Constitution d’une approche réflexive comparative du capitalisme : sur la nature de l’influence exercée par Carl Menger sur la pensée historique allemande entre Schmoller et Weber », in A. Alcouffe et C. Diebolt (dirs), La pensée économique allemande, Paris, Economica, 2009, p. 171-200.

– Recherches sur la méthode en sciences sociales, et en économie politique en particulier, traduction intégrale par Gilles Campagnolo de l’ouvrage Untersuchungenüber die Methode der Socialwissenschaften [sic] und der Politischen Oekonomie insbesondere, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

Dilthey W., Einleitung in die Geisteswissenschaften : Versuch einer Grundlegung für das Studium der Gesellschaft und der Geschichte, Bd. 1, Gesammelte Schriften,Goettingen, Vandenhoek & Ruprecht, 9e éd., 1990 ; trad. française par S. Mesure et H. Wismann, Critique de la raison historique – Introduction aux Sciences de l’Esprit – et autres textes, t. 1 des Œuvres, Paris, Cerf, 1992.

Fleury L., « Max Weber sur les traces de Nietzsche ? », Revue française de sociologie, octobre-décembre 2005, n°46/4, p. 807-839.

Geiger R. L., « René Worms, l’organicisme et l’organisation de la sociologie », Revue française de sociologie, 1981, vol. 22, n°3, p. 345-360.

Herder J. G., Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit (4 parties, 17841791) Werke, t. 3, 1, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2002.

Hodgson G. M., Economics and Evolution : Bringing Back Life into Economics,Cambridge, Polity Press, 1993.

– How Economics Forgot History : The Problem of Historical Specificity in Social Science, Londres, Routledge, 2001.

– « Meanings of Methodological individualism », Journal of Economic Methodology, juin 2007, 14(2), p. 211-226.

Knies K., Die politische Ökonomie vom Standpunkt der geschichtlichen Methode, Saarbrücken, VDM, Müller, 2006 (reproduction de l’édition de Braunschweig, Schwetke, 1883 ; première éd. 1853).

Larenz K., Methodenlehre der Rechtswissenschaft, 6e édition, Berlin, Springer-Verlag, 1991.

Mill J. S., A system of logic, ratiocinative and inductive : being a connected view of the principles of evidence and the methods of scientific investigation (5e éd.) Parker, Londres, 1864. Traduction allemande : System der deduktiven und induktiven Logik : Eine Darlegung der Grundsätze der Beweislehre und der Methoden wissenschaftlicher Forschung / Unter Mitwirkung des Verfassers übersetzt und mit Anmerkungen, révisée et annotée avec l’auteur (et portant ses remarques) par Theodor Gomperz, 2 vols, 1re et 2e éd., reproduction de l’édition de Leipzig 1884 in J. S. Mill, Gesammelte Werke, Scientia Verlag, Aalen, t. 2, 1968.

Mucchielli L., La découverte du social, Paris, La Découverte et Syros, 1998.

Müller A. H., Nationalökonomische Schriften. Ausgewählt und eingeleitet von (choisis et introduits par) Albert Josef klein. Verlag Albert kern. Lörrach 1983. Contient notamment : « Colbert, Adam Smith und die Physiokraten », 1809.

« Die heutige Wissenschaft der Nationalökonomie kurz und fasslich dargestellt », 1816.

– Versuch einer neuen Theorie des Geldes. Mit erklärenden Anmerkungen versehen von (avec notes explicatives par) H. Lieser, Jena, Verlag von Gustav fischer, rééd. 1922.

Nietzsche f., Die fröhliche Wissenschaft. (1882), in Sämtliche Werke, t. 3, kritische Studienausgabe, Deutscher Taschenbuch Verlag, Munich, de Gruyter, 1980, p. 343-652.

– Legaisavoir :«lagayascienza» ;Fragmentsposthumes,été1881–été1882, textes et variante sétablis par G.Colli et M. Montinari ; traduits del’allemand parP. klossowski, éd. rév., corr. et augmentée par M. B. De Launay, Paris, Gallimard, 1982.

Ormerod P., The Death of Economics, London/Boston, faber & faber, 1994.

Parsons T., The Structure of Social Action. New york, Macgraw Hill, 1937.

Platon, La République, trad. Georges Leroux, Paris, flammarion, 2002.

Roark E., « Herbert Spencer’s Evolutionary individualism », Quarterly Journal of Ideology, 2004, 27, parties 3 & 4 reprises dans : A Critique of Conventional Wisdom, An electronic journal, http://www.lsus.edu/la/journals/ideology.

Salerno J. T., « Carl Menger : The founder of the Austrian School (1840-1921) ». Site web de l’institut Ludwig von Mises institute, http://mises.org/about/3239, consulté le 05/05/2008.

Savigny F. C. von, article inaugural du Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft, 1815.

– Vom Beruf unserer Zeit für Gesetzgebung und Rechtswissenschaf, Goldbach : keip, 1997, (reproduit de l’édition de Heidelberg, Mohr und Zimmer, 1814, p. 9-16) ; traduction française : De la vocation de notre temps pour la législation et la science du droit, Paris, Presses Universitaires de France, 2006.

Schlegel F., « Signatur des Zeitalters », in P. klaus (dir.), Die politische Romantik in Deutschland. Eine Textsammlung, Stuttgart, Reclam, 1985, p. 94-166.

Schmoller G. von, « Zur Methodologie der Staats- und Socialwissenschaften », Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirthschaft im deutschen Reiche, Leipzig, Duncker & Humblot, 1883, p. 239-258.

Schumpeter J. A., History of Economic Analysis, oxford University Press, eed. 1954, traduction française par Casanova, Histoire de l’analyse économique, vol. iii « L’Âge de la science : de 1870 à J. M. keynes », Paris, Gallimard, 1983.

Smith A., The Theory of Moral Sentiments, Glasgow, 1759.

– An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Edinburgh, 1776 ; traduction française par E. Blanc, P. Philippe et J.-M. Servet, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Economica, 2000.

Swedberg R., Max Weber and the Idea of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 1998.

Vaihinger H., Philosophie des Als Ob, Berlin, Reuther & Reichard, 1911.

Weber M., Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriss der verstehenden Soziologie, 1920, 5e édition révisée par J. Winckelmann, Tübingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1972 ; Traduction française : Économie et Société, Paris, coll. Agora, éd. Pocket, 2 t., 2003.

Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, UTB, (Paul Siebeck),J. C. B. Mohr, 1988 contient en particulier :

– « Roscher und knies und die logischen Probleme der historischen Nationalökonomie », 1903-1906, p. 1-145. « Der Sinn der ‘Wertfreiheit’ der soziologischen und ökonomischen Wissenschaften », 1917. « Die Grenznutzlehre und das « psychophysische Grundgesetz », 1908, p. 384-399.

Worms R., « Notes. Le troisième congrès de l’institut international de Sociologie », Revue Internationale de Sociologie, août-septembre 1897, 5e année, no 8-9, p. 657-661.

Notes

1 Signalons toutefois que la relation n’avait pas échappé à Raymond Aron dans sa thèse consacrée à ces penseurs allemands [Aron, 1970].

2 Voir notamment le texte de Gilles Campagnolo sur le rôle de médiateur paradoxal que joua Menger entre Gustav Schmoller et Weber [Campagnolo, 2009].

3 Mais Menger cachait sans doute son jeu, comme l’indiquent des notes manuscrites relevées dans ses archives et manifestant indubitablement le peu d’estime qu’il avait pour Stein [Campagnolo, 2004, p. 153, note 2].

4 Pour traduire « allgemein », nous préférons « général » à « universel », ce qui correspond à l’emploi par Menger de « allgemein » et de « generell » comme synonymes.

5 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Die Welt der Erscheinungen kann unter zwei wesentlich verschiedenen Gesichtspunkten betrachtet werden. Entweder sind es die concreten Phänomene in ihrer Stellung in Raum und Zeit und in ihren concreten Beziehungen zu einander, oder aber die im Wechsel dieser letzteren wiederkehrenden Erscheinungsformen, deren Erkenntnis den Gegenstand unseres wissenschaftlichen interesses bildet. Die erstere Richtung der forschung ist auf die Erkenntnis des Concreten, richtiger des Individuellen, die letztere auf jene des Generellen der Erscheinungen gerichtet, und es treten uns demnach, entsprechend diesen beiden Hauptrichtungen des Strebens nach Erkenntniss, zwei grosse Classen wissenschaftlicher Erkenntnisse entgegen, von welchen wir die ersteren kurz die individuellen, die letzteren die generellen nennen werden », dans le premier chapitre, intitulé Ueber die verschiedenen Gesichtspunkte der Forschung auf dem Gebiete der Volkswirthschaft (Sur les différents points de vue de la recherche dans le domaine de l’économie politique).

6 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Das interesse, welches der menschliche Geist an der Erkenntniss der concreten Erscheinungen (des individuellen) nimmt und die Bedeutung desselben für das praktische Leben ist von selbst ersichtlich : desgleichen die formale Natur der Ergebnisse des auf das individuelle gerichteten Erkenntnisstrebens. Nicht eben so nahe liegend dem allgemeinen Verständnisse sind das Wesen und die Bedeutung der generellen Erkenntnisse, und mögen desshalb um der Wichtigkeit dieses Gegenstandes für das Verständniss des Wesens der theoretischen Wissenschaften und ihres Gegensatzes zu den historischen einige diesbezügliche Bemerkungen hier ihre Stelle finden ».

7 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Trotz der grossen Mannigfaltigkeit der concreten Erscheinungen, vermögen wir, selbst bei flüchtiger Beobachtung, wahrzunehmen, dass nicht jedes einzelne Phänomen eine besondere, von jener alle übrigen verschiedene Erscheinungsform aufweist. Die Erfahrung lehrt uns vielmehr, dass bestimmte Erscheinungen, bald mit grösserer, bald mit geringerer Genauigkeit sich wiederholen und in dem Wechsel der Dinge wiederkehren. Wir nennen diese Erscheinungsformen Typen. Ein gleiches gilt von den Beziehungen zwischen den concreten Erscheinungen. Auch diese weisen nicht in jedem einzelnen fale eine durchgängige Besonderheit auf ; wir vermögen vielmehr unschwer gewisse, bald mehr, bald minder regelmässig wiederkehrende Relationen zwischen denjenigen zu beobachten (z.B. Regelmässigkeiten in der Aufeinanderfolge, in der Entwickelung, in der Coexistenz derselben), Relationen, welche wir typische nennen. Die Erscheinungen des kaufes, des Geldes, des Angebotes und der Nachfrage, des Preises, des Capitals, des Zinsfusses sind beispielsweise typische Erscheinungsformen der Volkswirthschaft, während das regelmässige Sinken des Preises einer Waare in folge der Vermehrung des Angebotes, das Steigen der Waarenpreise in folge einer Vermehrung des Umlaufsmittel, das Sinken des Zinsfusses in folge beträchtlicher Capitalanhäufung u.s.f. sich uns als typische Relationen zwischen den volkswirthschaftlichen Erscheinungen darstellen. Der Gegensatz zwischen dem, was wir generelle und individuelle Erscheinungen, beziehungsweise generelle und individuelle Erkenntnisse der Erscheinungen nennen, ist nach dem Gesagten wohl vollkommen klar. ».

8 Note de Menger [Menger, 1883, p. 6, note 3 ; trad. Campagnolo, 2010] : « L’“individuel” ne doit en aucune façon être confondu avec le “singulier”, ou avec ce qu’on désigne par là, et les phénomènes individuels ne doivent en aucune façon être confondus avec les phénomènessinguliers » (Menger souligne). Ajoutons que si Menger est bien à l’origine de ce qui fut par la suite appelé (par Friedrich von Wieser et Josef Schumpeter) « individualisme méthodologique », Menger utilise le terme individuell au sens de ce qui est situé dans le temps et l’espace. Pour ce que l’individualisme méthodologique désigne plus tard comme individuel, Menger utilisait « atomique » conformément à l’usage alors régnant (chez Mill par exemple) d’Atomismus/Atomism dans les sciences sociales de l’époque. Ce lexique étant établi, le terme qui s’oppose à l’« individuel » (c’est-à-dire à l’« atomique ») est précisément le « général », tandis que l’opposé d’un « phénomène singulier » est un « phénomène collectif ».

9 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Zu den ersteren gehören die Geschichte und die Statistik der Volkswirthschaft, zu den letzteren die theoretische Volkswirthschaftslehre (die theoretische Nationalökonomie) ; denn die beiden ersteren haben die Aufgabe, die individuellen volkswirthschaftlichen Phänomene, wenn auch unter verschiedenen Gesichtspunkten der Betrachtung, die letztere die Erscheinungsformen und Gesetze (das generelle Wesen und den generellen Zusammenhang) der volkswirthschaftlichen Erscheinungen zu erforschen ». Menger ajoute encore la longue note de bas de page suivante (traduction Campagnolo) : « L’économie politique théorique doit explorer l’essence générale et la configuration générale des phénomènes économiques, et non analyser à peu près les concepts économiques pour tirer de cette analyse les conséquences qui s’ensuivent. L’objet de la recherche théorique dans le domaine de l’économie politique, ce sont les phénomènes et, respectivement, leurs aspects déterminés, et non pas leurs images linguistiques, les concepts. L’analyse des concepts peut, dans certains cas, avoir une certaine importance pour exposer la connaissance théorique de l’économie politique, [mais] le but de la recherche dans le domaine de l’économie nationale théorique ne peut cependant toujours être que l’établissement de l’essence générale et de la configuration générale des phénomènes économiques. C’est un signe de leur faible compréhension que précisément certains représentants de l’école historique n’aient [pris] pour but de leurs recherches théoriques que d’analyser les concepts, quand ils enquêtent sur l’essence du bien, l’essence de l’économie, l’essence de la valeur, du prix, et toutes sortes de choses du même ordre ; et qu’ils ne voient dans leur aspiration à une théorie exacte des phénomènes économiques que l’“exposé d’un système de concepts et de jugements” (voir en particulier le Thucydide de Roscher, p. 27). Une série d’économistes nationaux français sont tombés dans une erreur semblable en se méprenant sur les concepts de « théorie » et de « système », et en ne comprenant sous ces derniers seulement que des expressions et, respectivement, des constructions doctrinales, qui fussent obtenues par voie déductive, à partir d’axiomes a-prioriques (voir en particulier J.-B. Say, Cours, 1852 i, p. 14 sq. ou encore, voir J. Garnier quand il dit : “C’est dans le sens de doctrine erronée qu’on prend le mot “Système” en économie politique”, Traité d’écon[omie] pol[itique], 1868, p. 648.) ». La référence au volume sur Thucydide renvoie à la thèse d’habilitation de Wilhelm Roscher, en 1840, où celui-ci exposait pour la première fois les principes méthodologiques fondateurs de la première école historique allemande (développés dans son Histoire de l’économie nationale allemande d’un point de vue historique, 1843). Les références à Say et à Garnier se retrouvent en note marginale des volumes de la bibliothèque personnelle de Menger [Campagnolo, 2008a].

10 Notre traduction du texte original : « Ein bestimmtes Volk, ein bestimmter Staat, eine concrete Volkswirtschaft, eine Genossenschaft, eine Gemeinde u.s.f. sind beispielsweise individual-, indess keineswegs Singularerscheinungen (sondern Collectiv-Phänomene), während die Erscheinungsformen des Gutes, des Gebrauchswerthes, des Unternehmers u.s.f. wohl generelle, indess keine Collectiverscheinungen sind. Dass die historischen Wissenschaften von der Volkswirthschaft die individuellen Phänomene dieser letzteren darstellen, schliesst demnach keineswegs aus, dass sie dieselben unter dem Gesichtspunkte collectiver Betrachtung uns zum Bewusstsein bringen. immer ist jedoch der Gegensatz zwischen der Erforschung und Darstellung des Individuellen und Generellen der Menschheitserscheinungen das, was die historischen von den theoretischen Socialwissenschaften unterscheidet ». [orthographe d’époque et soulignements de Menger].

11 La citation provient de Savigny, Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft, 1815, I, p. 496 ; la mise en exergue est de Menger.

12 Notre traduction du texte original : « Das historische Verständnis der concreten Socialerscheinungen ist indess keineswegs das einzige, zu welchem wir auf dem Wege wissenschaftlicher forschung zu gelangen vermögen. Demselben steht vielmehr das theoretische Verständnis der Socialphänomene als durchweg gleichwerthig und gleichbedeutend gegenüber. ».

13 Notre traduction du texte original : « Die theoretische Nationalökonomie kann nie als eine historische, oder, wie manche wollen, als eine praktische Wissenschaft aufgefasst werden ».

14 Le lecteur pourra consulter [Albert et Topitsch (dir.), 1979, p. IX] ainsi que l’article de Max Weber « Der Sinn der ‘Wertfreiheit’ der soziologischen und ökonomischen Wissenschaften » [Weber, 1917, rééd. 1988, p. 501] et la présentation de certains aspects de la relation entre les trois auteurs dans [Campagnolo, 2009].

15 Traduction [Campagnolo, 2010] du texte original : « Die exacte forschung auf dem Gebiete der Preiserscheinungen lehrt uns z.B., dass die in einem bestimmten Verkehrsgebiete hervortretende Steigerung des Bedarfes nach einer Waare (sei es nun, dass dieselbe die folge einer Bevölkerungsvermehrung, oder der grösseren intensität ist, in welcher das Bedürfniss nach der bezüglichen Waare bei den einzelnen wirthschaftenden Subjecten auftritt) unter gewissen Voraussetzungen zu einer dem Masse nach genau bestimmbaren Steigerung der Preise führe (Siehe meine Gr.d.V. i, 172 sq.). Diese Voraussetzungen, welche sich aus jeder geordneten Darstellung der theoretischen Nationalöknomie von selbst ergeben, sind : 1) dass alle hier in Betracht kommenden wirthschaftenden Subjecte ihr ökonomisches interesse vollständig wahrzunehmen bestrebt sind, 2) dass dieselben im Preiskampfe, sowohl über das bei demselben ökonomisch zu verfolgende Ziel, als auch über die hier einschlägigen Mittel zur Erreichung desselben sich nicht im irrthume befinden, 3), dass ihnen die ökonomische Sachlage, soweit sie auf die Preisbildung von Einfluss ist, nicht unbekannt sei, 4) dass kein die ökonomische freiheit derselben (die Verfolgung ihrer ökonomischen interessen) beeinträchtigender äusserer Zwang auf sie geübt wird. ».

16 Le verbe « wirtschaften » qui n’existe pas dans d’autres langues que l’allemand, est une source continuelle de malentendus en raison de sa polysémie. « Wirtschaften » peut signifier d’une part participer aux actions de production, de distribution ou de consommation de biens (de manière typique, mais pas forcément, sur un marché) ; en même temps, le verbe peut vouloir dire : prendre une décision fondée sur l’efficience. Le mot est parfois mal traduit en anglais par « economize » ; or, « economize » signifie « économiser ». Ces confusions linguistiques traduisent un flou dans l’appréhension des enjeux auxquels la terminologie renvoie. Nous traduisons nous-mêmes depuis les textes originaux – aussi voulons-nous souligner ici l’importance de ces enjeux de traduction.

17 Nous paraphrasons ici le sens du passage suivant : « Das menschliche Vorstellungsgebilde der Welt ist ein ungeheures Gewebe von fiktionen voll logischer Widersprüche, d. h. von wissenschaftlichen Erdichtungen zu praktischen Zwecken bzw. von inadäquaten, subjektiven, bildlichen Vorstellungsweisen, deren Zusammentreffen mit der Wirklichkeit von vornherein ausgeschlossen ist. » [Vaihinger, 1911, p. 14].

18 Pour un avis contraire, voir Campagnolo [2004 et 2010].

19 Le même écrivait : « il n’y a pas lieu de penser l’homme en dehors de l’État » (« Der Mensch ist nicht zu denken ausserhalb des Staates. ») [Müller, 1816, p. 254 sq. et p. 259 nous traduisons].

20 Voir la deuxième partie de l’ouvrage dirigé par Campagnolo [2008b] et qui fait pendant, pour les lectorats germanophone et anglophone, au présent volume. La partie, due à des auteurs de nationalité, mais pas forcément de perspective, autrichienne, est consacrée à cette question.

Auteur

Niall BOND : politiste, maître de conférences à l’Université Lyon II, peut être contacté à l’adresse : Niall.Bond@univ-lyon2.fr

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable