Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

La « doctrine Menger » et les traditions

Menger était-il aristotélicien ?

Nouvelles réflexions sur un débat déjà ancien à l’occasion d’une réponse à Ricardo F. Crespo

Gilles Campagnolo et Aurélien Lordon

Texte intégral

  • 1 Cette contribution a été entamée par se sauteurs au sein du « séminaire de philosophie économique » (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Dans un article de 2003, Ricardo Crespo défendait l’idée que Carl Menger ne serait pas un « aristotélicien orthodoxe », comme de nombreux auteurs ont pu le prétendre. Selon Crespo, bien que Menger ait eu la volonté de s’afficher comme aristotélicien, ses théories se révèlent sur des points fondamentaux en contradiction avec les préceptes du penseur de l’Antiquité. En premier lieu, la classification des sciences adoptée par Aristote ne serait pas compatible avec la méthodologie proposée par Menger pour la science économique. La question se pose également du caractère « testable » des résultats de la science. Ensuite, la méthode de recherche exacte proposée par Menger, et que Crespo définit comme essentiellement hypothético-déductive, serait en contradiction avec l’esprit de la méthode aristotélicienne : pour Aristote, l’économie serait une science pratique, alors que Menger en défend mordicus le statut théorique. Enfin, la compréhension des structures sociales organiques que Menger fournit n’aurait rien d’aristotélicien, en raison de ce caractère « organique » spontané, et non constructiviste, que Menger leur assigne. En conclusion de son travail, Crespo affirme ainsi que Menger n’aurait en fait pas vraiment compris Aristote :

  • 2 Texte original : « This paper has raised doubts about the purity of [Menger’s] Aristotelianism. […] (...)

Dans le présent article, on a émis des doutes quant à la pureté de l’aristotélisme de Menger […] Menger utilise certes des concepts aristotéliciens ; il connaît la philosophie d’Aristote – et il l’a appliquée au champ social. Toutefois, il ne la connaît pas avec la précision d’un philosophe de profession. Bien qu’il maîtrise le langage d’Aristote, il n’en saisit pas complètement l’esprit. [Crespo, 2003, p. 81]2

3Dans les pages qui suivent, nous visons précisément à vérifier la validité des thèses de Crespo. Le premier problème qui se pose à la lecture de son article est que Crespo ne définit guère ce qu’il entend par la notion qu’il emploie pourtant d’« aristotélisme pur ». Pour recevoir le qualificatif d’« aristotélicien », faut-il être en accord avec toutes les thèses d’Aristote ? faut-il seulement admettre pour examen les thèses principales de l’auteur ? Dans ce cas, d’ailleurs, quelles sont-elles selon Crespo ? il semble indispensable de clarifier ce point pour comprendre l’argumentation qu’il propose. C’est pourquoi, dans un premier temps, nous discutons la notion d’aristotélisme en tant que telle. Nous entrons ensuite dans le détail de l’argumentaire de Crespo, en examinant successivement si la classification des sciences adoptée par Menger est, ou non, en désaccord avec celle proposée par Aristote, puis si la conception mengérienne de la recherche exacte est effectivement aristotélicienne, et enfin si la thèse de Menger sur les structures sociales organiques est en adéquation avec la pensée d’Aristote.

Quel rapport Menger entretenait-il avec la pensée aristotélicienne ?

4Avant d’entrer dans le détail de l’argumentation de Crespo, il est indispensable d’apporter quelques précisions sur la notion d’aristotélisme et sur la conviction que se forgèrent différents commentateurs de Menger quant au lien entre le fondateur viennois de l’école autrichienne et le philosophe antique.

  • 3 On sait que, dans le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (1632), Galilée mit en scène tr (...)

5Rappelons, de prime abord, qu’on parle d’aristotélisme en plusieurs sens et que le terme a souvent été employé dans l’histoire des polémiques entre savants à titre d’argument d’autorité supposément incontestable, par exemple dans la controverse ptoléméo-copernicienne aux xvie et xviie siècles3. Ce n’est bien entendu pas dans un tel sens que les commentateurs de Menger parlent de son « aristotélisme ». il est cependant bon de rappeler ce point, d’une part, car Menger a rencontré lui aussi des adversaires souhaitant lui opposer l’autorité du Stagirite, et d’autre part, car il montre qu’aucun auteur moderne ne peut bien entendu admettre l’ensemble des conceptions aristotéliciennes. Être « aristotélicien » ne peut donc certainement pas signifier admettre toutes les idées du penseur de l’Antiquité.

  • 4 Dans le chapitre suivant de ce volume, Herta Mayerhofer discute, d’un point de vue philosophique et (...)

6Rappelons encore que l’« aristotélisme » fut également un autre nom pour la doctrine, qui n’était que dérivée des œuvres d’Aristote, qu’adoptèrent progressivement aux xiie et xiiiesiècles les représentants de la scolastique universitaire, prompts à réconcilier la philosophie d’Aristote et le christianisme des Évangiles – nombre d’auteurs avaient cherché à marier philosophes antiques et Pères de l’Église depuis les premiers siècles de l’ère chrétienne (ainsi dans l’école d’Alexandrie), toutefois saint Thomas d’Aquin reste pour le monde médiéval le porte-étendard de ce courant, lui dont les textes valaient quasiment article de foi. Mais il ne nous occupera pas ici4.

7Dans des développements beaucoup plus récents de la philosophie, notamment en philosophie analytique, l’aristotélisme a pu également être défini comme l’attitude qui consiste à épouser la doctrine adoptant l’éthique aristotélicienne. L’Oxford Concise Dictionary donne, pour l’entrée « Aristotelian » : « A disciple or student of the Greek philosopher Aristotle. – adj. : of or concerning Aristotle and his ideas ». C’est en ce sens littéral que les commentateurs spécialistes de la pensée économique d’Aristote emploient le terme (renvoyons ici aux études allant de [Jackson, 1879] et [Burnet, 1900] à [Soudek, 1952] ou encore [Meikle, 1995]). En revanche, le sens que lui assigne Alasdair Macintyre [1990] détache sciemment certains traits qui finissent par caractériser des pensées qui ne sont plus qu’assez éloignées du Stagirite, voire que les spécialistes et les hellénistes pourraient parfois carrément récuser au vu des textes. Alternativement à la morale du penseur antique, c’est alors souvent à sa méthodologie scientifique qu’on rattache l’aristotélisme, en un sens très large. Être aristotélicien consiste alors, de manière plutôt vague, à suivre une définition telle que celle donnée par la version non abrégée du dictionnaire d’oxford : « A person whose thinking and methods tend to be empirical, scientific, or commonsensical » (« Une personne dont la manière de pensée et les méthodes tendent à être empiriques, scientifiques ou à suivre le bon sens »).

8De manière un peu plus technique et précise, on fait alors parfois consister l’aristotélisme dans l’adoption d’une approche réaliste et « immanentiste » en épistémologie. Le rapport à la réalité qu’on cherche ainsi à décrire fait d’Aristote le représentant de positions dont la définition, telle qu’elle est employée certes un peu indûment, est bien plus moderne. C’est le plus souvent dans ce sens-là que Menger se voit à son tour qualifié aujourd’hui de « penseur aristotélicien », en référence à des catégories qui sont celles de la philosophie analytique contemporaine plutôt que celles des traditions antérieures, par exemple de la veine scolastique. Ainsi, Bostaph renvoie-t-il au sens que le terme « réalisme » prend dans la critique philosophique de la pensée économique contemporaine quand il écrit que :

  • 5 Texte original (notre traduction) : « in his solution of the problem of universals, Menger can usef (...)

Pour sa manière de résoudre le problème des universaux, on peut utilement identifier dans Menger un « réaliste modéré » ou un « aristotélicien ». […] C’est parce que sa conception de la réalité était aristotélicienne qu’il croyait que les entités agissent dans la réalité en conformité à leur nature propre et en entrant dans des relations « typiques » [Bostaph, 1978]5.

9La difficulté dans les critiques de Crespo tient à ce qu’elles ne remettent pas en cause l’une ou l’autre de ces doctrines préalables, et Crespo ne définit, ni au moins ne caractérise ce qui ferait de Menger un « pur aristotélicien », alors même qu’il semble que ce soit ce qu’il essaie d’évaluer. Comme il ne donne pas de définition explicite, à moins de lui en prêter une de manière arbitraire, il est donc impossible de le comprendre autrement que comme s’il voyait dans un partisan d’Aristote quelqu’un qui admettrait l’ensemble de ses thèses. La critique apparaît alors pour le moins superflue, du fait que Menger lui-même rejetait directement et explicitement certaines thèses aristotéliciennes. Par exemple, dans ses Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de 1871, il affirme que la théorie de la valeur qu’on pourrait identifier chez l’Ancien contient des éléments erronés : Aristote a ainsi tort, selon Menger, d’affirmer que les biens échangés peuvent être purement et simplement considérés comme des équivalents et que chacun des partenaires doit avoir autant après qu’avant l’échange. Menger écrit :

  • 6 Note de bas de page de Menger ; texte original (traductionCampagnolo) : « Schon Aristoteles (Eth. N (...)

Cette erreur [consistant à considérer les quantités de biens dans l’échange comme des équivalents] avait déjà été faite dès Aristote (Éthique à Nicomaque, livre v, 7), qui écrit : « En effet, posséder plus qu’il ne nous revient, c’est ce que l’on appelle faire un gain, tandis que posséder moins qu’on n’avait en commençant, c’est subir une perte. Ainsi en va-t-il dans l’achat et dans la vente […] Par contre, quand les parties n’ont ni plus ni moins mais exactement ce qu’elles avaient en commençant, on dit que l’on a sa part et que l’on ne gagne ni ne perd » (Éthique à Nicomaque, v, 5, 1132b, 11-17). Poursuivant de la sorte, il [Aristote] écrit : « Alors, s’il y a d’abord une égalité proportionnelle de biens, et qu’ensuite une action réciproque a lieu, le résultat se produira tel que mentionné. Et cette proportion ne se retrouvera pas si les biens ne sont de quelque manière égaux » [Menger, 1871, p. 173]6

10Et le rejet manifesté par le Viennois n’est pas un apax : Menger refusait également la conception aristotélicienne de l’apparition de la monnaie, affirmant qu’Aristote est dans l’erreur quand il affirme que la monnaie naît d’un accord pragmatique entre individus. on peut en déduire que Menger a clairement conscience d’être en désaccord avec certains points de la pensée aristotélicienne :

  • 7 Note de bas de page de Menger ; texte original (traduction Campagnolo) : « Aristoteles sagt an eine (...)

Dans un passage souvent cité, Aristote dit que la monnaie trouve son origine dans des conventions passées, non de nature mais par la loi (Éthique à Nicomaque, livre v, 5, 1133a, 29-32). il exprime même de manière encore plus claire ses vues dans sa Politique (i, 6) où il écrit que « les hommes se sont mis d’accord pour employer l’un envers l’autre dans leurs affaires quelque chose […] par exemple du fer, de l’argent, ou des choses du même genre », et il fournit là son explication de l’origine de la monnaie (ibid., 9, 1257a, 36-40). [Menger, 1871, p. 256]7

11Si Menger manifeste un certain recul par rapport aux thèses aristotéliciennes, il est clair en revanche que la pensée du philosophe lui tient à cœur. il cite presque toujours Aristote de préférence aux autres auteurs dont il reconnaît certes également l’intérêt. il résume souvent leurs idées, alors qu’il détaille particulièrement la pensée du Stagirite. il écrit ainsi, dans la suite de la note précédente sur la monnaie :

  • 8 Suite de la note de bas de page précédent ; texte original (traduction Campagnolo) : « Der Gang der (...)

[…] Si l’on veut résumer le cours suivi par ces auteurs dans leurs enquêtes, on voit qu’ils commencent presque toujours par rendre manifestes les difficultés qu’il y a à échanger au moyen du seul troc simple. Ensuite, ils montrent qu’il est possible de lever ces difficultés en introduisant la monnaie. Plus loin dans le cours de leur argumentaire, ils soulignent combien les métaux précieux sont spécialement appropriés pour servir de monnaie, et finalement, en citant Aristote, ils parviennent à la conclusion que les métaux précieux deviennent effectivement de la monnaie au travers des règlements qu’établissent les hommes. [Menger, 1871, p. 257]8

12Les archives montrent suffisamment que Menger a en effet lu Aristote avec une grande attention. il a abondamment annoté les ouvrages du philosophe qu’il possédait et dont la liste dans sa bibliothèque personnelle peut être établie à partir de deux sources, qui se recoupent en partie (là où le recoupement manque la raison est que les ouvrages ont été perdus) :

    • 9 [Gauthier et Jolif, 1958] présentent leur traduction de L’Éthique à Nicomaque en insistant sur les (...)

    les catalogues des fonds d’archives, qui donnent les ouvrages effectivement conservés jusqu’aujourd’hui, soit au Centre de littérature sur les sciences sociales, Université Hitotsubashi (Japon) où sa bibliothèque est conservée, soit à la bibliothèque Perkins de l’université Duke (Caroline du Nord : voir la note éditoriale au début de ce volume). Menger possédait en particulier la traduction par le Dr Riedler de l’Éthique à Nicomaque : Nikomachische Ethik, premier volume de la collection Aristoteles Werke, Schriften zur praktischen Philosophie, paru à Stuttgart, chez offander, en 1856. Cette traduction ne signale malheureusement pas les interpolations dues aux éditions successives de l’ouvrage d’Aristote9. Menger put donc parfois être joué par cette difficulté supplémentaire dans le texte, même s’il lisait aussi le texte original dans le grec ancien. il ne savait pas non plus que dans l’appendice de ce petit volume, un autre texte d’un grand intérêt pour lui comme pour nous, Ökonomik. Ein Fragment, contenant les deux premiers des trois Économiques attribués à Aristote, était en réalité apocryphe. À l’époque, ces écrits étaient encore attribués à Aristote. Les volumes des Politiques, que Menger cite également, ont en revanche malheureusement disparu de sa bibliothèque, sans que nous ayons d’explication – si le volume a été conservé par le fils de Menger, il aurait dû se retrouver aux États-Unis où celui-ci s’était réfugié à partir de 1938, avec le fonds, où se trouvent encore des papiers intéressants de son père, qui est conservé maintenant à l’université Duke ; mais nous avons vérifié et ce n’est pas le cas : il a donc dû être perdu lors des transferts dus à l’exil. Ce n’est malheureusement pas le seul volume dans ce cas.

  1. la liste des ouvrages d’où Menger tire les citations de ses textes, qu’elles soient publiées ou manuscrites et encore inédites – c’est précisément pourquoi nous avons voulu les consulter et collationner cette liste. La plus riche des sources consiste dans les annotations manuscrites laissées par Menger sur ses propres volumes, notamment celles ajoutées à ses propres Grundsätze de 1871 – trois volumes lui ont été envoyés pour révisions éventuelles par son éditeur Wilhelm Braumüller, mais le dernier, numéroté 3, conservé au Japon est au total le plus utilisable ; des références à Aristote se trouvent ainsi dans cet ouvrage aux pages : 5, 71, 72, 94, 112, 137, 139, 142, 143, 145, 155, 196 210, 211, 215, 217, le plus souvent en allemand, mais parfois en latin ou en grec. Les références à l’Éthique à Nicomaque sont données par Menger avec celles aux sections de sa propre copie de l’ouvrage, nous permettant de la sorte d’établir la correspondance bienvenue pour notre propos.

  • 10 Le texte de ces citations est trop long pour être donné ici ; le lecteur intéressé en trouvera une (...)

13Les indications recoupées de ces deux sources peuvent seules (insistons-y) étayer quelque intuition que les commentateurs aient pu avoir par ailleurs. Elles autorisent à dire quels autres volumes d’Aristote Menger consulta également : les Politiques, les Topiques et les Premiers analytiques dans l’Organon. L’ampleur des renvois faits par Menger diffère selon les ouvrages. Les annotations font foi et il apparaît clairement que rien n’égale, du point de vue de l’enquête philologique, la correspondance stricte qu’on peut établir entre les notes portées dans les marges de l’Éthique à Nicomaque (trad. Riedler) et l’exemplaire des Grundsätze « numéro 3 ». Dans la bibliothèque conservée au Japon, l’Éthique à Nicomaqueest ainsi probablement le volume le plus précieux dans notre perspective. Et cela, d’autant que l’exemplaire des Grundsätze vaut surtout par la nature des notes qui indiquent que Menger trouve à plusieurs reprises chez Aristote des idées qui le confortent dans sa pensée et montrent que celle-ci concorde avec certaines thèses aristotéliciennes [Campagnolo, 2002]10. En outre, Menger consacre également une annexe de ses Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der politischen Oekonomie insbesondere de 1883 [Menger, 1883, Appendice vii, p. 267-270] à démontrer, contre les adversaires qui prétendent lui opposer le fait qu’Aristote a décrit l’homme comme un animal politique, non pas comme un être isolé, que sa théorie sur les origines de l’État est en conformité avec la pensée aristotélicienne. Au total, Aristote est probablement l’auteur que Menger cite le plus et discute de la manière la plus détaillée, souvent mot à mot. Dans les commentaires sur Menger, plusieurs auteurs ont d’ailleurs souligné ce fait incontestable qu’Aristote a été une source d’inspiration pour Menger. Mais qu’en tiraient-ils alors ?

14Les commentateurs soulignent en général d’abord la volonté de Menger de chercher l’essence (das Wesen) des phénomènes en économie, un point qu’ils jugent d’obédience aristotélicienne. Plusieurs ont, dans cette perspective, vu chez Menger une approche « réaliste immanente » des phénomènes économiques [par exemple, mais une liste complète serait plus longue : Bostaph, 1978 ; Smith, 1990 ; Mäki, 1990 et 1997 ; Hands, 2001]. Ce point est d’importance car, pour nombre d’entre ces auteurs, l’adoption d’une approche réaliste immanente constitue l’essence même de l’aristotélisme, qui sous leur plume devient une sorte de label attaché à la position épistémologique réaliste, qu’ils défendent eux-mêmes souvent (comme Mäki ou encore [Lawson, 1997]). Par ailleurs, une autre théorie présentée par Menger a été également depuis longtemps considérée comme incontestablement liée à une inspiration aristotélicienne, celle concernant la fixation du prix [kraus, 1905 ; kauder, 1957 ; Campagnolo, 2002]. Et il est exact et conforme aux témoignages des archives que Menger a lu dans le livre v de l’Éthique à Nicomaque les prémisses d’une théorie de la valeur. kraus [1905] croyait l’y retrouver déjà formulée ; il est plus raisonnable et exact de montrer qu’elle n’est pas explicitée comme telle chez l’Ancien [Campagnolo et Lagueux, 2004]. Mais on peut en un sens lire chez Menger le développement des thématiques qui ont émergé avec le Stagirite. Ainsi que l’explique Campagnolo[2002], la preuve philologique formelle de ce rapprochement se trouve dans la correspondance stricte qui existe entre les notes manuscrites de Menger sur sa copie de l’Éthique à Nicomaque et ses propres Grundsätze.

15Pour récapituler notre propos quant à la notion même d’aristotélisme appliquée à Menger, Menger s’inspire effectivement incontestablement d’Aristote sur des points fondamentaux et le cite régulièrement, montrant le plus souvent que sa pensée est en accord avec celle du philosophe antique. Mais il n’hésite pas non plus à manifester des désaccords quand cela lui semble nécessaire. Cela fait-il de lui un « pur aristotélicien » ou un « aristotélicien hétérodoxe », si l’on reprend les catégories implicites de Crespo ? La question, on s’en rend compte, a ici en fait aussi peu de sens que d’importance s’il s’agit de manifester une obédience stricte – et d’ailleurs, en quel sens ? il existe en effet nombre de définitions différentes de l’« aristotélisme » et, de ce fait, il importe moins de savoir quel serait le degré de « pureté » éventuelle de l’aristotélisme contenu dans la doctrine Menger, que de déterminer précisément ce qu’il faut confronter dans les idées des deux penseurs. Ce qu’on peut affirmer avec certitude, c’est qu’Aristote est assurément une grande référence pour Menger, sans doute la première en importance : l’attestent le nombre des citations mais aussi les points qu’il y discute et reprend de ses lectures. Aucun auteur moderne n’est évidemment le disciple aveugle de thèses distantes de vingt-cinq siècles (sauf peut-être ces adversaires dont le Viennois montra bien que la lecture était « aveugle ») ! il est absurde d’affirmer, comme Crespo, que si la pensée de Menger est en opposition avec celle d’Aristote sur tel ou tel point, cela signifierait que celui-ci n’aurait pas compris Aristote. il a simplement librement développé ses propres théories dans ses propres ouvrages.

16Pour autant, les points soulevés par Crespo ne peuvent pas être considérés comme absolument dénués d’importance. En effet, en présentant certaines des supposées contradictions entre les deux œuvres, Crespo met en fait indirectement en cause certains dogmes concernant Menger – et, peut-être d’ailleurs sans le vouloir, il met en question l’existence d’une « doctrine-Menger ». C’est pourquoi il nous intéresse ici. En affirmant que Menger n’a pas respecté la classification aristotélicienne des sciences, Crespo conduit ainsi à réfléchir sur le bien-fondé de souhaiter une recherche enfin de nature parfaitement exacte en économie. La proposition selon laquelle « il ne serait pas aristotélicien de considérer comme absurde l’idée de tester empiriquement les résultats de la recherche exacte » conduit en particulier à reconsidérer cette même thèse, que certains disciples autrichiens ont attribuée à Menger, tandis que d’autres ne la jugent mengérienne que de manière très « impure ». Enfin, la dernière critique que formule Crespo se situe à un niveau différent : se plaçant au plan éthique, il affirme que la conception que Menger propose des institutions organiques ne respecterait pas l’éthique aristotélicienne, notamment quant à la façon dont un gouvernement doit gérer la Cité, ou encore quant à la manière dont les citoyens doivent mener leurs actions au sein de cette même cité. Le lecteur l’aura compris : il s’agit donc moins au final de vérifier si Menger est, oui ou non, « aristotélicien », mais bien plutôt de conduire à examiner sous un nouveau jour ces trois éléments clés de la « doctrine Menger ».

L’économie : science pratique ou science théorique ? Conceptions de l’économie selon Aristote et Menger

  • 11 Texte original : « Menger transforms an Aristotelian practical science into a theoretical science.  (...)

17Crespo commence par expliquer que la classification des sciences proposée par Aristote est incompatible avec la méthodologie économique mengérienne. il affirme que Menger transforme une science pratique aristotélicienne en une science théorique11. Pour vérifier cette thèse, réexaminons brièvement les théories des deux auteurs sur le sujet.

Les conceptions de l’économie selon Aristote et Menger

  • 12 ou encore « poétiques », dans une traduction moins jargonnante. il ne faut toutefois surtout pas li (...)

18Aristote distingue trois catégories de sciences – les sciences théoriques, les sciences pratiques et les sciences poïétiques12– qui diffèrent largement dans leurs objets, dans leurs buts et dans leurs méthodes. Les sciences théoriques ont pour objet la connaissance des principes premiers, c’est-à-dire des choses quine sont pas soumises au changement. Elles comprennent en premier lieu, d’une part, les idéalités conceptuelles (les « idées » au sens donné d’abord par Platon à la notion d’eidos) et, d’autre part, les entités mathématiques (numériques et géométriques). il convient de rappeler que la pensée grecque, à la différence de la conception moderne à laquelle nous sommes habitués, sépare ces entités immuables de celles du monde en mouvement qui nous environne et que décrit notamment la physique. il y a donc un « au-delà » du monde physique qu’il est possible d’étudier (une méta-physique, au sens littéral, précisément). Dans les sciences théoriques, on utilise exclusivement la méthode d’analyse déductive pour révéler les causes des choses. Elles sont immuables, à l’image de la sphère des étoiles fixes, tandis que s’il y a également des causes à l’œuvre dans le monde physique, celles-ci sont en mouvement, désordonnées et point complètement stables. Hormis le « premier moteur » qui anime ce monde, mais demeure quant à lui immobile, et dont la notion relie ces deux ordres (avant d’être reprise comme thème divin dans le monde chrétien qui acclimata ainsi la pensée d’Aristote), tout est soumis au passage du temps et à la dégradation de la matière. Les rapprochements entre les conceptions de l’individu, de l’âme et du progrès n’étaient pas encore le fait des Grecs – mais on les retrouve au contraire bien entendu chez un Moderne comme Menger. Quoi qu’il en soit, ce premier type de connaissance est pour Aristote seul susceptible de démonstration rigoureuse.

  • 13 Par le terme grec praxis, en tant qu’il s’oppose à poïesis, on qualifie des activités qui sont auto (...)
  • 14 Dans les notes de son volume des Grundsätze (au dos de la page de dédicace), Menger note la référen (...)

19Les sciences pratiques (ou « praxiques »13) comprennent, quant à elles, la politique, l’éthique et l’économique – cette dernière est alors définie, comme le veut l’étymologie du terme (composition d’oikos et de nomos : la « loi du foyer »)comme l’art d’administrer une propriété, un domaine. il faut y faire preuve de prudence (phronèsis) encore plus que de sagesse (sophia, qualité qui convient plutôt à l’activité de contemplation – theoria), et l’activité contraire et répréhensible consiste alors à accumuler des richesses sans limites, ce qui risque de mener à la démesure et à la catastrophe : bref, chez Aristote, la gestion domestique, d’une part, et la chrématistique, d’autre part, se partagent les considérations relatives à ce que nous appelons l’économie en un sens large (incluant, sans s’y limiter, la gestion, y compris dans le domaine que nous appelons « privé »). Dans les sciences pratiques, on vise à déterminer les conditions de l’action bonne, non à produire quelque objet « concret »14. En cela, les sciences poétiques s’opposent effectivement aux sciences praxiques dans la mesure où les premières intéressent, non pas l’action de l’homme conçue en elle-même et pour elle-même, mais rapportée à ses productions, par exemple techniques ou artistiques. Concernant les activités qui visent à la production d’une œuvre, elles n’ont de ce fait pas de but en elles-mêmes, mais seulement dans la chose réalisée – cela leur a valu d’être stigmatisées comme inférieures, dénigrement qui demeura des Grecs jusqu’à Hegel, à l’aube de l’âge moderne [Campagnolo, 2003a et 2006].

20De cette opposition durable dans la représentation des activités humaines, un constat de méthode découle : les sciences pratiques, au sens antique, n’aboutissent jamais à des démonstrations rigoureuses. La raison en est qu’elles portent toujours sur des cas particuliers. Chaque problème politique ou économique est en effet unique. De ce fait, ces sciences ne peuvent pas être enseignées aussi véritablement que les connaissances théoriques : seule l’expérience est à même d’indiquer quel type d’action est le plus approprié en fonction de la situation. Cette confiance dans l’expérience n’est donc pas le simple réflexe d’un esprit paresseux, mais bien une nécessité pratique dans cette tradition. Menger s’y inscrirait-il alors à son tour ? il ne semble pas – nous allons y revenir.

21Chez Aristote, l’économie (définie au sens antique) est exclusivement une science pratique. il en va autrement dans l’analyse mengérienne. Menger distingue en effet trois sortes de disciplines dans l’analyse économique : l’analyse historique, l’analyse théorique et l’analyse pratique. L’analyse économique de type historique, en particulier dans la version de l’historicisme allemand dominant au xixe siècle, consiste essentiellement, à partir d’observations statistiques ou de collections de faits historiques, à analyser l’évolution d’entités collectives (États, nations, classes, etc.), acceptées d’emblée comme non-problématiques. Le mode d’analyse par la compilation des enquêtes, préconisé par les membres de cette école, trouve un adversaire résolu en Menger, qui affirme qu’il ne permet de découvrir aucune loi économique. Chez le fondateur de l’historicisme, Wilhelm Roscher, dans les années 1840, c’est en effet la construction de parallèles qui prédominait (Parallelismenbildung) ; mais à travers eux, Roscher voulait identifier, au sein même de l’histoire, par une sélection dont les critères restaient peu clairs, quelques régularités auxquelles les échanges obéiraient. Une méthode de variation différentielle lui est substituée par son successeur et critique, Gustav von Schmoller, le chef de file de la « jeune » école historique et du Verein für Socialpolitik (« Union pour la politique sociale » fondée en 1872, qui regroupe le plus gros de la profession des économistes et des hauts fonctionnaires et administrateurs de langue allemande). Mais elle aussi se heurte à la difficulté inévitable du besoin toujours plus grand de données empiriques, alors même que les « prédécisions » épistémologiques et théoriques y sont laissées dans l’ombre. Menger devait là-contre mener la « querelle des méthodes » (Methodenstreit) tout au long des années 1880.

22Car, pour Menger, c’est précisément une analyse économique théorique que doit viser le savant. Seule, elle peut assurer la découverte de « types » et de relations « typiques » auxquels la compréhension des actions d’échange doit être rapportée, sous la forme de lois, censées être fiables car construites par l’esprit en recherchant des causes valant explication rationnelle. il existe donc deux orientations de recherche pour parvenir au but de la science : une recherche empirique réaliste et une recherche, elle, exacte. La recherche empirique réaliste procède de l’induction – sur la définition mengérienne de cette induction, voir [Milford, 1989]. Elle ne permet de découvrir seulement que des « lois empiriques », soit, selon les termes de Menger reprenant le vocabulaire roschérien, de simples »parallélismes de l’histoire économique ». Cette recherche-là ne permet pas d’établir en toute certitude des « lois naturelles exactes » ; elle n’est cependant pas dénuée de tout intérêt selon Menger, car elle s’avère particulièrement utile pour illustrer l’analyse détaillée des phénomènes complexes. La seconde orientation de recherche théorique est, elle, au sens propre, la recherche de type exact. Elle enseigne quels types sont « purs » et quelles relations sont « pures » entre ces types. Ce mode d’analyse est, lui, pleinement hypothético-déductif. Pour Menger, des lois exactes en découlent logiquement, même en économie, dès qu’on pense les types purs comme isolés les uns des autres. Ainsi émerge une connaissance directe des lois économiques qui peut avoir l’évidence des définitions et des axiomes de la logique. C’est donc en réalité pour Menger une raison (théorique) pure qui se trouve à l’œuvre.

  • 15 Rappelons déjà qu’il n’existe pas de concept positif (c’est-à-dire dont un schème puisse être fixé) (...)

23Enfin, la dernière forme d’analyse économique dans le dispositif de Menger est l’analyse pratique. Elle enseigne quelles mesures prendre en fonction de conditions économiques particulières. Le Viennois distingue ici « l’économie politique » – en ce qu’elle est censée dire comment un gouvernement agit, voire doit agir (la dimension normative n’est pas exclue, mais elle est considérée en fonction des circonstances économiques toujours particulières) – de « l’économie privée » (« Privatwirtschaft », c’est-à-dire l’action économique individuelle), qui explique comment un individu agit effectivement pour atteindre ses objectifs économiques propres (certes, dans des circonstances économiques toujours particulières). ici l’expérience directe et la connaissance de l’histoire sont plus à même d’aider le dirigeant ou le simple agent à résoudre leurs problèmes. La raison pratique, pour Menger, ne saurait donc garantir la scientificité de l’économie politique, seulement son ancrage dans la liberté et la volonté de l’agent qui décide. Celles-ci fondent la chaîne causale sur la nature humaine, afin de déduire l’enchaînement des lois tout entier au sein d’un savoir positif15.

Ces conceptions sont-elles contradictoires ?

  • 16 Outre l’Éthique à Nicomaque, la référence est ici : Aristote, Métaphysique, A, 1, 981a1b9. Elle s’i (...)

24Il convient maintenant de nous demander si ces conceptions sont ou non contradictoires. Crespo le soutient ; montrons que c’est là de sa part une erreur de perspective. Après ces rappels, comment les conceptions aristotéliciennes et mengériennes se confrontent-elles en effet ? Dans son exemplaire de l’Éthique à Nicomaque, Menger approuve Aristote quant à l’aspect pratique de l’action à tirer du savoir économique, qu’il ne conçoit pas comme opposé au savoir théorique, mais comme complémentaire de lui. En effet, Menger retient d’Aristote qu’il n’y a de science que du général16, et l’étude des événements singuliers (l’histoire) est bien de ce fait rejetée hors la théorie, dans le domaine de l’accidentel, c’est-à-dire de ce qui ne se reproduit que rarement de la même manière. En outre, la nécessité de lois que la raison pure puisse trouver en économie n’est pas pour autant, on l’a vu, de l’ordre du nécessaire, au contraire des opérations géométriques chez Platon, puis chez Aristote. Dans sa lecture du Stagirite, Menger trouve donc confirmation à la fois que la science ne résulte ni de compilations factuelles (typiques des historicistes), ni des seuls raisonnements mathématiques (du domaine de l’immuable), mais de l’attention aux motivations de l’action humaine et à son déroulement réel où les causes s’enchaînent – ce qui relève directement, d’Aristote jusqu’à nous, de ce qu’on nomme proprement la philosophia practica.

  • 17 Est-ce alors une « praxéologie » « avant la lettre » ? Nous n’abordons pas la question complexe de (...)
  • 18 La question de l’induction aristotélicienne (έπαγωγή) reparaît alors. La prudence s’impose de nouve (...)

25Dans l’Éthique à Nicomaque, les livres sur la justice (V), l’amitié (VIII-IX) et la magnanimité (IV) ont attiré l’attention de Menger, car les vertus y sont décrites comme des comportements individuels rationnels – proches de ce qu’il nomme des « types ». Cette « science de l’action humaine » se déduit de la situation des agents telle que la conceptualise l’économiste17 ; il faut retenir que le modèle causal en est partout la pierre de touche. or, puisque le général est en droit universel (sans être nécessaire au sens des nombres)18, alors la conception mengérienne de la science fait bien de celle-ci une science théorique, mais qui requiert une exemplification pratique. Le phénomène de l’échange pris au sens économique doit être analysé depuis ses motivations jusqu’à sa concrétisation, selon une description rationnelle et théorique du monde pratique – ainsi les rapports entre théorie et pratique ne sont pas d’opposition, mais d’ajustement au but recherché. Menger souligne fortement le passage qui suit dans son édition de 1856 du texte d’Aristote :

Le menuisier et le géomètre cherchent tous deux l’angle droit, mais pas de la même manière : le premier cherche l’angle plus ou moins droit qui est utile à son œuvre ; le second cherche l’essence ou la différence spécifique de l’angle droit lui-même, car il est un contemplateur du vrai.[Aristote, Éthique à Nicomaque, éd. allemande tr. de Dr Riedler, p. 25, notre traduction].

26La présentation des théories des deux penseurs et la consultation détaillée des notes manuscrites de Menger montrent donc que leurs conceptions de l’économie ne sont pas si opposées que Crespo le prétend. La conception mengérienne de l’économie ne remet pas en cause la classification aristotélicienne, mais la tourne à son avantage, car Menger rappelle qu’il y a bien une dimension pratique dans l’économie. il ne rejette donc pas la conception aristotélicienne, mais il ouvre en revanche un nouveau champ à la recherche, celui d’une analyse économique pure, qui n’a cependant pas vocation à remplacer la science économique pratique, comme le laisse entendre à tort Crespo. il s’agit d’un nouveau champ d’investigation relevant de l’analyse hypothético-déductive, car il porte sur le monde économique « pur » (au sein duquel les formes et les lois sont universellement valides). La principale raison pour laquelle Aristote rejetait en effet la possibilité d’une analyse théorique en économie était que le monde économique réel est mouvant, complexe et que chaque nouveau problème y est un cas particulier. Mais si, en procédant à l’analyse d’un monde économique pur abstrait, Menger s’ouvre la possibilité d’une analyse hypothético-déductive cohérente, alors il ne rejette pas pour autant l’importance d’une application pratique adaptée aux cas singuliers. La situation est en somme analogueau rapport entre les sciences de type théorique et celles de type historique : différentes, elles se complètent, sans se substituer les unes aux autres. Tout est question de perspective et cela mène l’observateur scientifique à choisir librement et sans exclusive son propre angle d’approche.

  • 19 De la Critique de la raison pure de kant, c’est la deuxième édition (celle de référence : Kritik de (...)

27Nous confirme dans cette interprétation la lecture que Menger fait d’un philosophe bien postérieur, Emmanuel kant. Dans une note marginale portée sur l’exemplaire du manuel de philosophie que Menger utilisait [Überweg, 1872], en face du chapitre sur la Critique de la raison pure d’Emmanuel kant, Menger a écrit : « Kant sieht in der theoretische Nat[ional]ök[onomie] keine reine Vernunft » (« kant ne voit aucune raison pure à l’œuvre dans l’économie politique théorique ») [Überweg, 1872, p. 172]. Exact ou non, ce jugement sur l’œuvre du philosophe de königsberg est essentiel pour comprendre l’ambition de l’économiste viennois : il s’agit, pour Menger, d’étendre à l’économie une révolution du même type que celle opérée en philosophie par Kant19.

  • 20 Texte original de [Crespo, 2003] : « [for Menger] economics becomes pratically assimilated to a Nat (...)

28L’important à retenir ici est donc que Menger ne dit pas que l’analyse économique exacte devrait devenir le seul champ valable d’investigation, qu’elle devrait valoir à titre exclusif en économie. Crespo a tort d’affirmer que « [pour Menger], l’économie peut en pratique s’assimiler à une Natur-wissenschaft [science naturelle] »20. La recherche exacte est certes une dimension de l’analyse économique, mais elle n’en est qu’une parmi d’autres. Elle n’a pas vocation à remplacer l’analyse économique pratique qui a, elle, vocation à assister l’homme d’État, d’une part, ou l’agent économique individuel, d’autre part, à agir en fonction de situations toujours diverses. La notion de recherche exacte oriente Menger vers la recherche de lois économiques pures valables uniquement dans un monde économique pur. Mais il ne se propose pas pour autant d’utiliser directement ces lois dans le monde « réel » pour agir : c’est cela qui serait contradictoire.

  • 21 Qu’on pourrait dire « abstrait » si le terme n’appelait des réserves, sauf à en détailler technique (...)

29Au contraire de Crespo qui identifie une contradiction avec Aristote là où il n’y en a point, soulevons toutefois à notre tour une difficulté, plus réelle sans doute, et dans laquelle on trouve d’ailleurs peut-être une des faiblesses de la « doctrine Menger » : elle n’explique pas en détail la nature de l’utilité de la recherche exacte, peut-être parce qu’elle paraît si évidente. Mais si les lois en question ne sont valables que dans un monde économique « pur »21, à quoi servent-elles ? Et comment doivent-elles être formulées ? Resurgit la question du lien entre monde phénoménal « réel » et monde pur, un lien éventuellement formalisé (mais point n’est besoin des mathématiques, un langage parmi d’autres, pour formaliser un raisonnement analytique) : si Menger ouvre un champ d’investigations neuf par rapport à Aristote, l’intérêt du nouveau chantier reste encore à préciser. Une explication possible est qu’il permet de mieux saisir les phénomènes sociaux organiques complexes. L’unité de la doctrine, qu’on accordera (sans plus de discussion ici) chez Aristote, serait-elle alors réglée, chez Menger, par le rapport à cette complexité, et qu’entendre exactement par là ? Nous y reviendrons après avoir traité le second argument de Crespo contre l’« aristotélisme » de Menger, où il s’agit de l’exactitude des lois.

L’orientation exacte de la recherche : son infaillibilité peut-elle être un concept aristotélicien ?

L’argument de Crespo sur l’infaillibilité de la recherche « exacte »

30Dans les Untersuchungen, Menger affirme très clairement ses doutes quant à l’intérêt de tester empiriquement les résultats de la recherche exacte en économie :

  • 22 Traduction des Untersuchungen [Campagnolo, 2010] de : « Die reine Theorie der Volkswirtschaft an de (...)

Vouloir mettre à l’épreuve la théorie pure de l’économie politique à travers le monde empirique, considéré dans sa pleine réalité effective, c’est là un procédé analogue à celui d’un mathématicien qui voudrait rectifier les principes de la géométrie au moyen de la mesure des objets réels sans penser que ces derniers, et en vérité l’idée même de grandeur que suppose la géométrie pure, ne leur sont pas identiques, ni non plus que chaque mesurage comporte nécessairement en lui-même des éléments d’inexactitude. Le réalisme dans la recherche théorique n’est pas quelque chose de supérieur par rapport à la direction exacte dans cette dernière ; c’est quelque chose de différent. [Menger, 1883, livre i, chap. 5, p. 54]22

  • 23 Texte original de Crespo [2003] : « Aristotle does not have any problem in testing theories. »
  • 24 Il faut ajouter que, dans les Untersuchungen de 1883, Menger admet, à l’instar d’Aristote, que, pou (...)
  • 25 Texte original de Crespo [2003] : « Credit must be given rather to observation than to theories, an (...)

31Selon Crespo, une proposition comme le passage cité ci-dessus va à l’encontre de la pensée aristotélicienne, car « Aristote ne verrait aucun problème à tester des théories » [Crespo, 2003, p. 74]23. L’argumentation de Crespo pour défendre ce point de vue peut paraître à première vue étonnante (puisque la science expérimentale n’existait pas dans la Grèce antique…). Elle est la suivante : il reconnaît d’abord (et, semble-t-il, sans craindre la contradiction avec ce qui précède) qu’Aristote défend les raisonnements purement « abstraits » dans ses Premiers Analytiques. Là, Aristote pose en effet le syllogisme comme procédé par excellence de la science, procédé dont l’emploi doit garantir d’avancer sûrement vers la vérité à la condition que les prémisses du raisonnement soient elles-mêmes vraies. Mais, ajoute Crespo, Aristote n’utilise en fait que très rarement cette manière de procéder. Les ouvrages « scientifiques » d’Aristote (Crespo entend par là ceux dédiés à des savoirs sur les phénomènes du monde physique, biologique, voire économique…) révèlent que le Stagirite privilégiait en pratique une autre méthode de recherche, à savoir l’induction. La preuve en est qu’il donnait une large part à l’observation des faits. Dans l’Éthique à Nicomaque, Aristote ne rappelait-il d’ailleurs pas que c’est l’expérience avant tout qui fait les hommes politiques de qualité24 ? or, dans la Génération des animaux, Aristote affirmait même qu’il convenait d’accorder plus de crédit à l’observation qu’aux théories, et à n’en accorder aux théories que si ce qu’elles affirment est conforme aux faits observés25. Ainsi pour Crespo, si l’attitude de Menger est consistante avec les Premiers analytiques, elle ne l’est pas avec la façon réelle qu’a Aristote de faire de la science. Pourtant, il nous semble que Crespo méconnaît là un leitmotiv de la pensée de Menger.

L’utilité de l’observation des faits selon Menger

32Ce qui pose problème dans l’argumentation de Crespo est qu’elle laisse croire que Menger est opposé par principe à l’observation des faits. Ce n’est absolument pas le cas, comme on a pu le voir précédemment – ainsi que dans [Lordon et ohana, 2008]. À de nombreuses reprises, Menger affirme l’importance que peut avoir l’observation des faits, indispensable dans le champ de l’économie pratique, mais également utile dans le cadre de l’analyse économique réaliste-empirique. L’observation des éléments les plus simples de la réalité économique est assurément jugée indispensable par Menger :

  • 26 Traduction des Untersuchungen [Campagnolo, 2010] de : « Diejenigen, welche in der Geschichte der Vo (...)

Ceux qui prennent l’histoire économique comme unique fondement empirique légitime de la recherche théorique, dans le domaine de l’économie humaine, se trompent par conséquent fondamentalement car, outre ce qui est bien, après tout, un fondement empirique de la recherche théorique ayant la plus haute valeur, il convient d’ajouter ici qu’il est impossible de se passer de l’expérience même de la vie ou – ce qui est la même chose – de l’observation des phénomènes singuliers de l’économie humaine. À vrai dire, il est impossible de se passer de l’observation la plus vaste possible au point que, sans l’étude de l’histoire économique, nous ne pourrions en vérité forger aucune théorie des phénomènes économiques qui soit hautement développée, et que, sans l’observation des phénomènes singuliers de l’économie humaine, nous n’en pourrions toutefois concevoir aucune théorie en général. [Menger, 1883, livre II, chap. 2, p. 123]26.

  • 27 Menger le cite dans ses notes à plusieurs reprises, par exemple en note marginale ajoutée à la page (...)

33Autre témoignage, plus condensé et brièvement formulé, mais allant dans le même sens, celui que Menger empruntait à Say, à savoir l’aphorisme suivant qu’il aimait à citer : « Les faits sont nos maîtres à tous »27. Aussi, pour autant que Menger considère que les théories de la recherche exacte ne peuvent certes être « testées » à la manière de celles des sciences de la nature, ce n’est pas au nom d’une prétendue supériorité exclusive de l’analyse déductive sur l’analyse inductive, d’une validité absolue du raisonnement pur censé disqualifier toutes les formes possibles d’observation du « réel ». Les tests de la recherche exacte ne sont une « absurdité méthodologique » tout simplement que parce que l’on y travaille sur un monde économique « abstrait » qui, par définition, n’existe pas dans la réalité. Et cela est le cas pour de bonnes raisons, à savoir celles qui permettent la formulation même de travaux consistant dans une recherche exacte. Menger pose en effet explicitement quatre hypothèses de travail au fondement de ses travaux :

  • les agents poursuivent exclusivement leur propre intérêt individuel.

  • les agents individuels sont conscients des fins qu’ils poursuivent et des moyens qu’ils doivent mettre en œuvre pour les atteindre.

  • la situation économique qui conditionne leur environnement et ces conditions mêmes ne leur sont pas totalement inconnues.

  • il n’y a pas de force qui restreigne la liberté des individus.

34À partir de ces hypothèses et en procédant par expérience de pensée, l’économiste – dont la tâche est désormais définie comme celle d’un chercheur (et non d’un conseiller du prince, par exemple, à la manière des historicistes allemands) – est à même de découvrir des lois exactes en économie. Menger précise bien que ces conditions hypothétiques ne se retrouvent jamais dans la réalité. À son avis, l’être humain n’est notamment pas exclusivement guidé par son intérêt personnel. il existe nombre d’autres tendances (altruisme, respect des traditions…) qui le poussent à agir. Mais l’analyse « exacte » en économie « pure » prend cependant exclusivement en compte les aspects économiques de la vie sociale. C’est en cela qu’elle est une analyse économique pure. Si les tests sont inutiles, c’est parce que les lois qui peuvent être découvertes par ce biais ne se retrouvent jamais de façon exacte dans la réalité. Ainsi, Menger explique que même la loi de l’offre et de la demande n’est pas toujours vérifiée.

35En définitive, pour Menger comme pour Aristote, il existe des domaines qui se prêtent à l’expérimentation, d’autres qui s’y prêtent moins et d’autres encore qui ne s’y prêtent pas du tout. Pour Aristote, du fait de la notion grecque d’idéalité (eidos étant ici pris au sens de ce que nous nommons concept, à partir du terme latin, et à quoi s’ajoutent les nombres), les sciences théoriques sont exclusivement « abstraites ». Pour Menger, il existe donc en particulier la recherche économique exacte, dont la pureté est selon lui pour la première fois à juste titre soulignée. Mais elle n’est pas seule. on peut d’ailleurs penser à ce propos que Crespo sort véritablement de son contexte la citation d’Aristote qu’il tire de la Génération des animaux. Le texte dans son intégralité est le suivant :

  • 28 Texte repris par Crespo de la traduction anglaise (telle qu’il indique l’avoir trouvée sur le « Net (...)

Telle est donc la façon dont paraît se faire la génération des abeilles si l’on part du raisonnement et des faits qui semblent établis à propos de ces insectes. Mais les faits ne sont pas connus d’une manière satisfaisante et, s’ils le deviennent un jour, il faudra se fier aux observations plus qu’aux raisonnements, et aux raisonnements dans la mesure où leurs conclusions s’accorderont avec les faits observés. Une preuve encore que les abeilles ne naissent pas d’un accouplement, c’est que le couvain tient peu de place dans les alvéoles de cire. or tous les insectes engendrés par copulation ont un accouplement qui dure longtemps, une ponte rapide, et ce qu’ils pondent est une sorte de larve d’une certaine taille. [Aristote, 760b28-761a2, trad. fr. de P. Louis, 1961, p. 127]28

36Aristote affirme donc qu’on doit apporter plus de crédit aux observations qu’aux théories en ce qui concerne l’étude de la reproduction des abeilles (ou de tel ou tel cas, considéré dans sa singularité d’espèce) et non pas de manière générale. Ce passage ne remet donc aucunement en cause les principes des Premiers analytiques. D’ailleurs, Menger conviendrait très certainement que l’observation est plus adéquate que l’analyse apriorique pure pour découvrir les modalités de la reproduction des abeilles. C’est ici une question de bon sens ! L’expérimentation est en effet requise de manière intensive dans les sciences de la nature car c’est un domaine naturellement étranger à l’esprit humain. Cela ne signifie pas non plus qu’il n’y ait lieu d’y affirmer des prédécisions de type théorique (dans la manière de mener l’expérimentation, dans les choix guidant l’observation, etc.). il convient d’en être conscient, mais sans se passer du recours aux faits. En définitive, Crespo a tort d’affirmer que Menger n’aurait pas cette même conception, et si l’on évoque à propos d’Aristote un « test des théories » (dans un vocabulaire anachronique de style poppérien), alors les deux auteurs évaluent de façon très similaire l’intérêt de l’induction. Menger souligne d’ailleurs lui-même sa proximité avec Aristote sur ce point :

  • 29 Traduction des Untersuchungen [Campagnolo, 2010] de : « Wird die Welt der Erscheinungen in streng r (...)

De ce point de vue – c’est-à-dire en considérant le monde des phénomènes de manière rigoureusement réaliste, de sorte que les lois de ce dernier ont purement et simplement pour signification les régularités constatées dans les faits, par la voie de l’observation, quant à la succession et à la coexistence des phénomènes réels qui appartiennent à certaines formes phénoménales –, la « loi » qu’on obtient ne peut en vérité seulement dire que ceci : des phénomènes concrets de la réalité effective appartenant aux formes phénoménales A et B doivent s’ensuivre, de manière régulière ou sans exception, des phénomènes appartenant à la forme phénoménale C ; ou encore, que leur coexistence doit être observée avec ceux-ci. La conclusion que des phénomènes A et B en général (soit : dans tous les cas, même dans ceux qui ne font pas l’objet d’observation !) suit le phénomène C, ou encore que les phénomènes dont il s’agit ici coexistent en général, cela outrepasse l’expérience, cela outrepasse le point de vue de l’empirisme strict ; cette conclusion n’est pas rigoureusement garantiedu point de vue de la perspective adoptée ci-dessus. Aristote a reconnu cela à juste titre en contestant le caractère rigoureusement scientifique de l’induction. [Menger, 1883, livre I, chap. 4, p. 35]29

37Les deux auteurs adoptent donc bien une même approche à propos du test des théories. La différence est en définitive la même que dans la section précédente : Menger ouvre, quant à lui, un champ de recherche nouveau par rapport à la science théorique au sens aristotélicien. Et ce qui est dit des modalités de la reproduction des abeilles peut bien valoir pour tel phénomène économique, ou encore la formation de telle institution – le dernier point qu’évoque Crespo.

La méthode d’analyse des structures sociales organiqueschez Aristote, Menger et… Hayek

L’argument de Crespo concernant les structures sociales organiques

38Le dernier point sur lequel Crespo croit voir diverger les deux penseurs concerne l’analyse des « structures sociales organiques ». Rappelons d’abord que Menger distingue, d’une part, les institutions qui sont le produit de calculs humains (par l’effet de la législation, des conventions ou d’accords de formes diverses), qu’il appelle des structures sociales « mécaniquement » issues de décisions « pragmatiques », et, d’autre part, les institutions sociales qui résultent de manière inattendue de l’entrecroisement des actions humaines multiples – appelées structures sociales organiques. En portant sur elles un regard rétrospectif, non seulement ces dernières apparaissent bien comme elles sont en vérité, de véritables ordres spontanés : elles servent le bien-être général de la société sans qu’une volonté commune ait été à l’origine de leur mise en place. La monnaie, le langage ou l’État sont des exemples de ces ordres spontanés selon Menger. on ne s’étonnera pas que friedrich Hayek ait pu revendiquer cet héritage.

39Or, selon Crespo, l’analogie institution/organisme n’est pas « aristotélicienne ». La première raison qu’il allègue – mais qu’il ne fut pas le premier à donner, loin de là, car, nous le verrons, Menger lui-même eut à soutenir des assauts similaires – est que la conception de l’organisme de Menger aurait pour conséquence que les parties puissent survivre hors du tout, et donc lui survivre, et cela, car elles sont, en définitive, préconçues comme antérieures à lui – à la fois dans les sens logique, ontologique et chronologique. Or ce ne serait selon Crespo (après bien d’autres) de toute évidence pas le cas chez Aristote pour qui les parties n’existent pas en dehors du tout. La manière dont Crespo expose le débat peut paraître tout à fait absconse [Crespo, 2003, p. 79 et suivantes]. Si nous faisons cependant effort pour saisir cette approche redevable à une longue tradition d’interprètes « holistes » d’Aristote (pour le dire vite), ce que Menger tente d’expliquer au travers de l’analogie institution/organisme serait « antiaristotélicien » puisque l’esprit de la philosophie d’Aristote est de privilégier le bien commun, ce à quoi la politique vise en tant que reine des sciences, parce que l’homme a pour vocation de servir d’emblée ce bien par-dessus tous les autres. La conclusion de l’Éthique à Nicomaque comme l’introduction des Politiques sont d’ailleurs explicites à ce sujet. Ce n’est alors que par hasard (qu’on peut éventuellement appeler une « chance ») que des actions individuelles désordonnées mènent au bien commun ; mais elles ne le garantissent évidemment pas automatiquement. or puisque le bien commun est le but suprême, ce qui est effectivement un thème explicitement aristotélicien, il ne pourrait s’acquérir à coup sûr, sinon au mieux, que par des efforts menés en commun.

  • 30 Texte original : « Justice, as a general virtue, consists in taking care of the end of the society (...)

40Dans cette perspective, l’ordre n’est pas un fait, mais un objectif, voire un devoir des autorités et il ne peut s’atteindre spontanément en dehors de leur action législative. Le gouvernement a un devoir à remplir : faciliter l’obtention de ce bien commun, et il n’est légitimé que dans ce seul but ; mais il a aussi un droit : limiter la liberté d’individus qui n’existent, au fond, que par son action supposée bienveillante. C’est pourquoi, en outre, les citoyens ont, eux aussi, vocation à agir en gardant à l’esprit le bien commun. Crespo le dit à sa manière : « La justice, comme vertu en un sens général, consiste à se préoccuper des fins de la société considérée dans son ensemble » [Crespo, 2003, p. 80]30. Une société juste au sens aristotélicien ne pourrait donc être qu’une société où l’État dicte ce qui doit être, tandis qu’elle ne saurait comporter en son sein quelque chose comme des « ordres spontanés », un oxymore qui manifesterait une contradiction de fond. Dans la tradition évoquée précédemment, c’est bien ce qu’on prête à Aristote comme intention profonde et ce qui guiderait l’énonciation de sa formule la plus célèbre : « L’homme est un animal politique ». C’est aussi le reproche que les adversaires de Menger lui firent à plusieurs reprises et à quoi il répondit dans l’Appendice vii des Untersuchungen de 1883.

  • 31 Nous renvoyons le lecteur à la traduction et au commentaire des Untersuchungen [Campagnolo, 2010], (...)

41Pourtant, cette analyse, qui n’est pas propre à Crespo, loin de là, reste très discutable, aujourd’hui comme hier. En effet, rien n’indique précisément que la conception mengérienne des ordres spontanés contrevient à l’éthique sociale aristotélicienne. Au contraire, si Menger sentait bien que le reproche lui était fait trop fréquemment pour qu’il n’y répondît pas, il était si à son aise pour répliquer à ses adversaires que, dans l’appendice cité, il retourna contre eux le texte aristotélicien même31. Notamment, on peut estimer que l’existence des individus n’est pas un obstacle, mais bien plutôt la condition de possibilité afin de comprendre la formation d’une institution, quelle qu’elle soit. Cette prémisse de l’individualisme méthodologique (pour appeler les choses par le nom qu’elles ont prises, quoique postérieurement à l’œuvre de Menger), Menger la repère dans le texte même d’Aristote. Un observateur impartial ajouterait sans doute aussi, peut-être de manière faussement naïve, que, si un homme d’État comprend qu’en certaines situations le bien commun pourrait découler du fait de ne pas agir, alors se retenir d’agir deviendrait une action politique vertueuse. De même, si l’individu comprend que la poursuite de son intérêt personnel en certaines situations mène au bien commun, alors suivre son intérêt personnel dans ces situations peut être considéré comme vertueux, tout à fait en conformité avec le sens aristotélicien. Le fait que, dans le texte d’Aristote, le « bien commun » ne soit pas atteint spontanément n’exclut pas l’idée que, dans certains domaines, l’ordre spontané puisse être préférable à toute décision explicite. Ce qu’ajoute la compréhension moderne (héritée des Lumières, notamment écossaises, mais aussi autrichiennes) et qui est présent chez Menger, c’est que la fréquence et l’importance, le nombre et la portée de ces cas sont demeurés insoupçonnés pendant longtemps.

42Or les exemples abondent – et pas des moindres. Pour reprendre l’exemple le plus souvent mentionné chez les commentateurs, celui de la monnaie, la décision politique idéale (déjà dans l’esprit de Menger) est de laisser libre le choix du bien qui servira comme instrument d’échange. En suivant leur intérêt personnel, les individus (agents économiques et citoyens politiques à la fois) sont naturellement venus, et viendront tout aussi naturellement dans l’avenir, à adopter le bien qui possède le degré le plus élevé de capacité à être écoulé (sur le marché). Le terme de Menger est Absatzfähigkeit ; le terme est parfois rendu par un anglicisme peu élégant : « marketabilité », les auteurs anglophones traduisant le mot allemand par marketability – ou encore saleability (ou saleableness, que Menger lui-même approuva : voir l’article traduit dans le présent volume en document annexe). Si les citoyens avaient à l’esprit que la poursuite de leur intérêt personnel en ce cas précis mène au « Bien commun », alors leur action sur ce point pourrait être considérée comme vertueuse. Ce qu’il faut ajouter, et que Menger ajoute effectivement, c’est que, même s’ils n’ont pas ce point à l’esprit quand ils agissent, le résultat de leur action libre est le même : la sélection du bien le plus apte à jouer le rôle d’intermédiaire des échanges.

  • 32 La bibliographie concernant Hayek est immense. L’un des auteurs du présent chapitre y a contribué d (...)
  • 33 La question de l’origine de la monnaie, c’est-à-dire d’une sélection de type évolutionniste conform (...)

43L’analyse de Menger est d’autant moins contradictoire avec l’esprit de l’éthique aristotélicienne que le Viennois ne défend pas l’ordre spontané comme mode général de gouvernement. il indique seulement dans son ouvrage qu’il existe des institutions qui sont des ordres spontanés et il se propose de les étudier tout particulièrement, puisque cet aspect n’a pas été selon lui assez remarqué jusqu’alors, notamment en raison de l’orientation politique et scientifique des auteurs allemands historicistes, puissants contributeurs de l’effort conscient pour stabiliser une unification volontariste de la nation allemande (menée par la force sous l’impulsion du gouvernement prussien de Bismarck). Mais, soulignons-le, on se tromperait à faire de Menger, haut-fonctionnaire impérial autrichien en même temps que professeur et précepteur du prince héritier d’Autriche-Hongrie, un défenseur de l’ordre spontané comme mode général de gouvernement. C’est sans doute même là une des grandes différences entre son analyse et celle de Hayek qui, pour se dire son disciple, affiche, quant à lui, clairement sa préférence pour les ordres spontanés dans l’ensemble de la société, en particulier dans la deuxième partie de son œuvre32. Pour répondre définitivement à Crespo, « victime » à son insu peut-être de l’interprétation hayékienne qui radicalise, systématise et biaise finalement le propos mengérien sur les institutions organiques, la meilleure stratégie est peut-être de traiter brièvement du cas de la monnaie dans la perspective de la formation de valeur, chez Menger et chez Hayek33.

L’exemple de la monnaie

  • 34 Menger a publié son article en 1892 dans le Handwörterbuch der Staatswissenschaften, mais la versio (...)

44La question de la défense de la création monétaire spontanée a connu récemment un regain d’intérêt évident chez les spécialistes, renouveau d’autant plus d’actualité que les événements économiques portent à discuter nombre de thèses soutenues jusqu’aujourd’hui. Sans embarquer ici dans un tel débat, remarquons que la « doctrine Menger » y tient sa place, en tant que telle, pas seulement par l’entremise de ses interprètes. En témoigne le fait que la première traduction anglaise de l’article Geld a été publiée en 2002 [Latzer et Schmitz, 200234]. Le seul article publié en français par Menger, La monnaie mesure de valeur [1892fr], contemporain de la première version de Geld [Menger, 1892alld] a, lui aussi, été récemment proposé pour la première fois en anglais [Campagnolo, 2005]. La composition même de ces textes de théorie monétaire incite à revenir sur des interprétations reçues dans une certaine « vulgate » autrichienne. L’examen montrera ici l’intérêt de relire le document annexé à ce volume (le texte publié en anglais par Menger la même année 1892) pour saisir comment les critiques portées à l’instar de Crespo proviennent de malentendus qui doivent être dissipés.

  • 35 Voir la recension de l’ouvrage par [Campagnolo, 2003b].

45Latzer et Schmitz [2002] s’intéressent à l’évolution des systèmes de paiement, un thème historique mais également un débat contemporain, du troc à la monnaie électronique35. La relecture du texte Geld y sert l’analyse présente ; la première traduction anglaise de Geld s’accompagne d’études qui, dans une seconde partie, en se réclamant de la pensée de Menger, explorent les théories bien plus récentes de prospection (search theory) et l’essor de la monnaie « électronique » (e-money). En mobilisant les concepts créés par Menger autour de 1900 (de 1892 à 1909, de la première version de l’article encyclopédique à la dernière), on peut en effet mettre en évidence certaines insuffisances de certains modèles néo-classiques [Alvarez, 2003]. Mais la prudence s’impose car d’autres types de modèles sont séduisants (modèles à générations oLG : OverLapping Generations Models, ou SSM : Spatial Separation Models – chapitres de George Selgin, Lawrence White et Stefan Schmitz respectivement) mais n’ont de fait que peu à voir avec le cadre conceptuel mengérien originel. Cette mise au service d’intuitions anciennes pour l’analyse contemporaine conduit certes à illustrer de manière neuve le concept d’ »écoulabilité des biens » (Absatzfähigkeit), mais elle ne doit pas susciter des extrapolations auxquelles le fondateur n’aurait pas souscrit – ou bien, il convient de préciser à quel moment les analyses des textes d’origine et du contexte actuel de la recherche imposent une séparation nette entre ces conceptions.

46En effet, on peut se demander si, pour autant que les intuitions mengériennes soient riches, les auteurs du « free-banking » s’inspirent réellement des idées de Menger, et si la « doctrine Menger » ainsi revisitée est compatible avec celle des origines. L’apologie actuelle de la concurrence entre une monnaie publique (imposée par un monopole légal) et d’éventuelles monnaies battues à titre privé se trouvait-elle chez le Viennois ? on sait que Menger participa comme expert à la réforme monétaire entamée en 1892 par le gouvernement impérial, mais il n’était en rien proche d’idées de ce type, pas plus qu’il ne pensait qu’un « ordre spontané » pût jamais être l’unique ou la meilleure forme d’organisation du gouvernement. En revanche, il soutenait effectivement que la conformité au concept d’Absatzfähigkeit qu’il proposait pour la monnaie faisait en vérité converger les pratiques vers les systèmes de paiement qui présentent le moins d’obstacles à la circulation des biens, ce qui est proprement et inévitablement ce que recherchent des agents libres de leurs mouvements et de leurs décisions économiques. Mais cela n’excluait pas à ses yeux l’action de l’État, si elle favorisait cette voie. il faut donc distinguer dans la question monétaire entre ce que dit Menger et ce que sa postérité pose (ou suppose)… Et nous ne sommes pas aussi loin d’Aristote que nous pourrions le penser quand nous lisons Menger ; les héritiers lointains du professeur viennois, eux, risquent véritablement de l’être.

47En effet, dès 1892, Menger donnait au public francophone un texte essentiel dont la réception, même en sourdine [Campagnolo, 2008c], ne laisse pas de renvoyer à Aristote. De même que dans les notes de ses propres Grundsätze, où le concept de nomisma (qui apparaît à la fin du livre v de l’Éthique à Nicomaque) est évoqué à plusieurs reprises (pages 155, 196, 210, 211, 215, 217 du volume), Menger cite Aristote à la fin de l’essai français [Menger, 1.892fr, p. 174] – mais cette fois négativement. il rappelle ce qu’il regarde comme une source d’erreur lourde de conséquences, celle que nous avons mentionnée au début de ce chapitre, à savoir que l’égalité supposée nécessaire avant et après l’échange est impossible et qu’elle incite à tort à rechercher une substance commune dans les termes de l’échange :

Si l’on part de cette idée erronée que dans un échange les deux contractants doivent recevoir des biens de valeur égale, parce qu’autrement l’un perdrait toujours autant que gagnerait l’autre, il est nécessaire, ainsi qu’on l’a répété mille fois depuis Aristote, de posséder un moyen d’égaliser les valeurs échangées, et, par conséquent, une mesure du prix. Deux quantités égales à une troisième sont égales entre elles ; si nous pouvons acquérir deux biens ou deux groupes de biens avec la même somme, nous pourrons également les troquer sans détriment pour aucune des parties, et s’il existe une différence, on possède le moyen de la combler. L’argent est donc la mesure des prix dans ce sens qu’il permet d’échanger des quantités de valeurs égales.
Cette fonction attribuée à la monnaie ressemble beaucoup à celle dont l’investissent d’autres théories de mesure de la valeur, et nos observations de principe contre les premières porteraient également contre celle-ci. Ayant cependant reconnu que les rapports d’échange sont déterminés non par un mesurage de valeur quelconque, mais par le rapport de l’offre à la demande, il nous reste à expliquer comment les prix sont fixés par ce rapport et sans mesure préalable. [Menger, 1.892fr, p. 174]

48Dans ce texte « français », Menger fait un sort aux théories « substantialistes » de la valeur, ce qu’il appelle la « doctrine régnante », qui englobe tant les libéraux de l’École de Manchester que les historicistes de l’École allemande :

On admet toujours que le quantum de valeur renfermé dans la marchandise est une grandeur inconnue qui doit être mesurée par le quantum de valeur renfermé dans le numéraire, lequel resterait une grandeur connue quoique variable. [Menger, 1.892fr, p. 159]

  • 36 Parmi les diverses analyses qui sont ainsi menées à l’inverse de la manière adéquate de procéder (...)

49Menger nie qu’un quantum de valeur soit « renfermé » à l’intérieur des objets et que la monnaie fonctionne comme numéraire, du seul fait, présupposé à tort, qu’elle « contiendrait » également une certaine quantité de valeur qui, elle, serait connue et servirait à mesurer la valeur des choses, alors que leur « quantité intrinsèque » serait autrement inconnue et qu’on ne pourrait pas la « nombrer ». En effet, selon ces théories que combat Menger, c’est dans la chose que la valeur « inconnue » est recélée, comme une qualité physique déterminée (ou encore en tant que « travail mort » chez Marx) et sans accès possible autre qu’à travers la mesure qu’on peut en donner, qui est à son tour le prix du bien mesuré en monnaie36. Sur ce point, la postérité autrichienne a incessamment condamné les mêmes travers qui étaient à la fois ceux des auteurs classiques, des marxistes, leurs héritiers en plus d’un sens, et des historicistes (le manuel Das Geld de karl knies [1885] représentait alors ce courant dans la théorie monétaire). Pourtant, cette postérité se réclamerait-elle du fondateur quand il soutient que l’État a un rôle éminent à jouer, par sa politique monétaire, certes minimale, mais cohérente avec son intervention en tant qu’émetteur de monnaie « publique » ? Or, l’existence de la monnaie comme institution « organique » née spontanément n’est pourtant pas incompatible avec ce dernier point.

  • 37 Cette lacune est aujourd’hui encore existante, si l’on doit en rester au cadre du monétarisme refor (...)

50En outre, la position de Menger est stable, présente dès ses textes monétaires de 1871 et jusqu’à 1892 en particulier – alors qu’il est expert auprès du gouvernement pour conseiller la réforme monétaire (Währungsreform) devenue pressante dans la crise. Menger n’innove pas en prônant la fin du bimétallisme (qu’avait réalisée l’Union latine formée dans la décennie précédente), mais il voit sans conteste en l’État (à travers la banque centrale) un monopoleur et un veilleur de la monnaie, qui sait discerner la menace inflationniste (un terme qu’on emploie ici avant la lettre : il ne devait être forgé que plus tard). Menger avait repéré la lacune patente de la théorie classique à cet égard, qui ne pouvait être comblée qu’en sortant du paradigme né de Smith et de Ricardo37. Même si les héritiers de Menger, Hayek le premier, ont élaboré des concepts en fait absents chez Menger (comme l’idée de l’« essor et de la chute du nationalisme monétaire » fournie par Hayek – the rise and fall of monetary nationalism), imputer inversement les prémisses du free-banking de la fin du xxe siècle au fondateur viennois est donc tout simplement une extrapolation erronée.

51Chez Menger, le rapport à la référence aristotélicienne n’est jamais éloigné : ici, l’État (la Cité, pour user du terme que Menger ne récuserait pas, même si l’État-nation moderne diffère de la polis antique) a donc bien un rôle à jouer. En standardisant le medium des échanges, il contribue à son « écoulabilité ». En contrôlant l’émission de monnaie, il donne un repère stable à ce que Menger nomme « valeur » des marchandises et il permet d’imputer au moins en partie les variations de prix sur les marchés à l’un ou à l’autre des termes de l’échange – une approche qui n’a plus rien à voir avec l’idée d’un quantum de valeur intrinsèque et substantiel. Le soubassement théorique de l’argumentaire de l’article de la Revue d’Économie Politique conduit Menger à écrire qu’« un État,ou un groupe d’États, peuvent décréter la quotité des émissions du numéraire » [Menger, 1892fr, p. 173], position inverse de celle des free-bankers. Sur ce point, une partie du courant « autrichien » s’écarte de la « doctrine Menger », l’important étant pourtant de ne pas la travestir quand on prétend garder comme références les textes mêmes. Des vues différentes peuvent être soutenues, mais qu’on ne les attribue pas plus à Menger que ses adversaires n’attribuaient les leurs à une lecture erronée d’Aristote !

  • 38 Streissler écrit en effet : « Pour Menger, il [l’État] est simplement d’emblée superflu » (« To Men (...)
  • 39 Le lecteur trouvera détaillée l’analyse de l’exégèse aristotélicienne menée par Menger au meilleur (...)

52Aussi l’image de Menger (souvent donnée aujourd’hui) d’un théoricien du non-interventionnisme absolu est-elle au moins simpliste – voire carrément fausse lorsqu’on prétend, par exemple, que l’État est tout à fait superflu chez lui [Streissler, 2002, p. 22]38. S’il l’est quant à l’émergence de la monnaie, il ne l’est plus à une étape ultérieure de facilitation de l’institution organique – et c’est pourquoi le phénomène de standardisation s’est développé naturellement à son tour. Certes, les relations d’échange entre les individus sont préalables à l’État (la démonstration faite sur le cas de la monnaie peut l’être à partir de l’analyse du texte littéral d’Aristote donné dans l’Appendice vii des Untersuchungen39) ; mais l’État joue un rôle (de coercition et/ou de facilitation) dans les échanges et les créances. En rédigeant l’histoire de l’utilité marginale et des sources autrichiennes, kauder [1957] avait d’ailleurs bien vu la nécessité de chercher les sources de la pensée de Menger dans ses notes de lecture, en particulier chez Aristote.

Conclusion

53En somme, et pour conclure, soulignons que demander sans plus de précision si Menger était « aristotélicien » a sans doute peu de sens en tant que tel. Au terme de notre enquête, le juge de paix entre tenants et opposants de cette attribution reste les textes mêmes. Pas plus qu’il ne convient d’attribuer les idées de Menger directement à Aristote, il ne faut pas non plus, inversement, refuser de lire l’inspiration qu’il a explicitement reconnue et qui est si claire qu’elle lie le penseur viennois au Stagirite par-delà les siècles… Pour soutenir cette influence aristotélicienne chez Menger, il suffit de s’appuyer sur ses textes publiés et les annotations marginales qu’il a laissées pour réviser ses œuvres (en particulier les Grundsätze de 1871, qui complètent le tableau). Il est non seulement clair, preuves à l’appui, que Menger a lu l’Éthique à Nicomaque en profondeur, et qu’il a retrouvé et/ou repris certaines intuitions, mais encore que les domaines d’enquête neufs ouverts par le philosophe antique étaient, encore après vingt-cinq siècles, de la plus grande importance pour le professeur viennois, qui les combinait toutefois dans un but neuf : une théorie économique pure, but qui n’avait pas pu être celui d’Aristote, mais qui n’est pas incompatible avec l’interprétation de ses textes, si elle est bien conduite et respecte la méthode déjà prônée par le Stagirite, celle que Menger pense retrouver à sa manière. Menger n’hésite pas pour autant, nous l’avons dit, à manifester parfois son désaccord sur tel ou tel passage du texte aristotélicien : quoiqu’il s’occupe d’établir sa propre doctrine, Menger ne réfléchit jamais de manière doctrinaire.

54Grâce en particulier aux ressources fournies par les archives, il n’y a donc pas de doute pour former un jugement d’ensemble positif quant à la compatibilité de la « doctrine Menger » avec les conceptions d’Aristote, ou encore quant à la concordance de ses propres intuitions avec nombre d’énoncés du Stagirite. La chose avait déjà été remarquée par les premiers commentateurs [kraus, 1905, par exemple] ; il convenait seulement de la prouver – faute de quoi, la suspicion demeurait, le texte de Crespo en témoigne. Mais cette remise en cause provenait sans doute aussi d’interprétations ultérieures données trop rapidement tant de la « doctrine Menger », d’une part, que de l’« aristotélisme », d’autre part. or les raccourcis ont toujours conduit à la confusion (voir la critique de [kraus, 1905] donnée dans [Campagnolo, 2002]) ; ils ont nui à la pensée du Viennois – et ce, alors même qu’on concluait à juste titre en faveur d’une influence certaine du Stagirite sur le Viennois, et qu’on entendait défendre l’école qui était née avec Menger. Mais l’argumentation insuffisamment fondée pèche toujours et la critique est donc salutaire.

  • 40 Entr’ouvrons les coulisses de cette discussion de spécialistes : Campagnolo et Crespo avaient évoqu (...)

55Dans les pages qui précèdent, nous pensons avoir rétabli les faits et traité les questions dans l’ordre où Crespo, le commentateur critique auquel nous répondions en l’occurrence, avait choisi de les aborder. Il est apparu que son tort était double : d’une part, de ne pas retourner aux archives – mais il avait souligné d’emblée qu’au cas où des notes manuscrites contrediraient son propos, il se réjouirait d’avoir matière à reformuler ses arguments [Crespo, 2003, première note de la première page]. S’il restait donc (cela en partie inconsciemment) dépendant d’interprétations qui font écran à la doctrine d’origine, il donnait ainsi l’occasion des rectifications et des mises au point qui accompagnent toute mise en garde : en parlant du rapport de Menger à Aristote, Crespo reportait l’attention sur des biais qu’introduisent des lectures non éclairées par les archives et il agissait utilement. En collègues, nous avons en somme répondu à sa demande en « rectifiant le tir »40.

56Enfin, puisqu’il ne s’agit point finalement de décider si Menger était un « pur aristotélicien », mais plutôt de quel point de vue, et à propos de quel concept, il peut éventuellement être dit tel, la « doctrine Menger » a ici reçu en fin de compte un précieux éclairage supplémentaire.

  • 41 Voir la note éditoriale circonstanciée au début de ce volume.

57C’est en définitive une réponse à la question de ce volume tout entier concernant l’existence d’une « doctrine Menger » que suggère l’analyse de la fréquentation assidue du Stagirite par le fondateur viennois. Et cela, alors même qu’il put en aller tout autrement chez ses héritiers : Hayek revendiqua des outils théoriques tirés de Menger dans l’introduction aux œuvres complètes qu’il réédita41, mais il ne se réclamait pas plus d’Aristote que ne le faisaient d’autres « Autrichiens » comme Mises ou les free-bankers. Or c’est sans doute dommageable, car ce qui était perdu au passage, c’est une source autrichienne des origines dont les échos donnent un ton tout en nuances et en finesse pour l’analyse de la science et du monde, une entreprise qui est de l’intérêt des philosophes comme des économistes. Paradoxalement, l’article de Crespo, lui-même féru d’aristotélisme et peu enclin à la suspicion « anti-philosophique » (ici, « anti-aristotélicienne ») donne l’occasion de sortir de l’oubli, trop aisément accepté, les archives qui fournissent des indications aussi abondantes que précieuses. Que retrouvons-nous alors ? La nécessité de lire Menger, de lire Aristote, et de les lire l’un avec l’autre, pour travailler, non sur des intuitions, parfois ingénieuses, quoique toujours un peu douteuses, mais sur les rapprochements qui surgissent en comparant les textes et les savoirs.

Bibliographie

Alvarez A., « Learning to Choose a Commodity-Money : Carl Menger’s Theory of

imitation and the Search Monetary framework », The European Journal of the

History of Economic Thought, 2003, 11(1), p. 53-88.

Aristote, De la génération des animaux, trad. Pierre Louis, Paris, Les Belles Lettres, 1961.

– Organon : vol. 3, Premiers Analytiques, trad. J. Tricot, Paris, Vrin, 2007 ; vol. 5, les Topiques, trad. J. Tricot, Paris, Vrin, 1990.

– La Métaphysique, dans les traductions suivantes : trad. J. Tricot, Paris, Vrin, 1933, réimp. 1991 ; trad. J. Tricot, version révisée, élargie et commentée, Paris, Vrin, 1953.

– Les Économiques, dans les traductions suivantes : trad. van Groningen et Wartelle, Les Belles Lettres « Budé », 1962 ; trad. J. Tricot, Paris, Vrin, 1958.

– Les Politiques, dans les traductions suivantes : trad. J. Tricot, Paris, Vrin, 7e éd., 1995 ; trad. Aubonnet, Les Belles Lettres « Budé », 1968.

– L’Éthique à Nicomaque, dans les traductions suivantes : trad. française par Gauthier et Jolif, Louvain, Presses Universitaires de Louvain et Paris, B. Nauwelaerts, 1958 ; trad. française par J. Tricot, Paris, Vrin, 1963 ; trad. allemande par le Dr Riedler Nikomachische Ethik, collection Aristoteles Werke, Schriften zur praktischenPhilosophie (vol. i), Stuttgart, offander, 1856.

Bostaph S., « The Methodological Debate between Carl Menger and the German

Historicists », Atlantic Economic Journal, 1978, vol. 6, p. 3-16.

Burnet J., The Ethics of Aristotle, Methuen, 1900.

Caldwell B. (dir.), « Menger and his Legacy in Economics », History of Political

Economy, supplément annuel au n°22, Duke University Press, Durham-London 1990.

Campagnolo G., « Une source philosophique de la pensée économique de Carl Menger :

l’Éthique à Nicomaque d’Aristote », Revue de philosophie économique, 2002/2, n°6 p. 5-35.

– « Modernité de la production et production du monde moderne : travail et richesses selon Hegel », in kervégan J.-f. et Marmasse G. (dir.), Hegel, penseur du droit, Paris, CNRS Éditions, 2003a, p. 193-210.

– recension de [Latzer et Schmitz (dir.), 2002], European Journal of the History of Economic Thought, 2003b, vol. 10/3, p. 505-509.

– Critique de l’économie politique classique. Marx, Menger et l’école historique, Paris, Presses Universitaires de France, 2004.

– resentation « Money as Measure of Value. An English Presentation of Menger’s Essay in Monetary Thought », History of Political Economy, vol. 37/2, 2005, p. 233244, et trad. « Menger : Money as Measure of Value. Translated by G. Campagnolo », ibid., p. 245-261.

– « Penser la vie matérielle des hommes : le jeune Hegel et les producteurs modernes », in Arndt A. et al. (dir.), Hegel-Jahrbuch 2006 : Das Leben denken, Berlin, Akademie-Verlag, 2006, p. 302-306.

– Carl Menger, Entre Aristote et Hayek : aux sources de l’économie moderne, Paris, CNRS Éditions, 2008a, 241 p.

– (dir.), Carl Menger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte /

Discussed on the Basis of New Findings, rankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008b, 250 p.

– « De Carl Menger à karl Menger – à Charles Menger ? sur la diffusion de la pensée économique autrichienne », in U. Weinmann (dir.), France-France : transferts d’idées / histoires parallèles ?, revue Austriaca, janvier 2008c, no 63, p. 133-150.

– Recherches sur la méthode, traduction intégrale, présentation et commentaires de : Menger Carl, Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der Politischen Oekonomie insbesondere (Leipzig, Duncker & Humblot, 1883, 288 p.) Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

– et Lagueux M., « Les rapports d’échange selon Aristote. Éthique à Nicomaque V et VIII-IX », Dialogue, revue de l’Association canadienne de philosophie, 2004, vol. XLIII/3, p. 443-469.

Crespo Ricardo F, « Three Arguments Against Menger’s suggested Aristotelianism »,

Journal des économistes et des études humaines, mars 2003, vol. 13, no 1, p. 63-84.

Galilei Galileo, Dialogo sopra i due massimi sistemi del Mondo, 1632, in Opere, Edizione Nazionale, vol. vii, trad. française : Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, traduit par M. Spranzi, Paris, Presses Universitaires de france, 2004.

Garve C., Abhandlung über die Verbindung der Moral mit der Politik, Breslau, 1788.

gauthier et Jolif, Commentaire de l’Éthique à Nicomaque en deux volumes, Presses Universitaires de Louvain, 1958.

Hands W., Reflection without rules, Cambridge, New york, Cambridge University Press, 2001, 480 p.

Jackson H., The Fifth book of the Nicomachean Ethics of Aristotle, Cambridge,Cambridge University Press, 1879, réimpression : New york, Arno Press, 1973.

Kant E., Kritik der reinen Vernunft, deuxième édition, Riga, 1787 (possédée par Menger) ; trad. française par Delamarre et Marty, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », t. I, 1980, p. 718-1470.

Kauder E., « Intellectual and Political Roots of the older Austrian School », Zeitschrift für Nationalökonomie, vol. 17, 1957, p. 411-425.

– Carl Mengers Anmerkungen zu seinen « Grundsätzen der Volkswirtschaftslehre », copie dactylographiée, Université Hitotsubashi, 1959.

– Carl Mengers erster Entwurf zu seinem Hauptwerk « Grundsätze » geschrieben als Anmerkungen zu den « Grundsätzen der Volkswirtschaftslehre » von K.-H. Rau, copie dactylographiée, non disponible dans le commerce, Université Hitotsubashi, 1960.

Kevorkian G. (dir.), La pensée libérale. Histoire et controverses, Paris, Ellipses, 2010.

Knies K., Das Geld. Darlegung der Grundlehren von dem Gelde, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1885 (2e éd.).

Kraus O., « Die aristotelische Werttheorie in ihren Beziehungen zu den Lehren der moderner Psychologenschule », Zeitsschrift für die gesamte Staatswissenschaft, Tübingen, Laup’schen Buchhandlung, 1905.

Latzer M. et Schmitzs. W. (dir.), Carl Menger and the Evolution of Payments Systems, Première partie : trad. De M. Streissler et L. B. Yeager, Cheltenham, E. Elgar 2002.

Lawson T., Economics and Reality, London, Routledge, 1997.

Lordon A. et Ohana M., « Empirical studies and Mengerian Methodology », in Campagnolo G. (dir.), 2008b, p. 201-217.

Macintire A., Three rival Versions of moral Inquiry, Notre Dame (ind.), University of Notre Dame Press, 1990, 241 p.

Mäki U., « Menger Economics in Realist Perspective », in Caldwell B. (dir.), CarlMenger

and His Legacy in Economics, Durham, Duke University Press, 1990, p. 289-312.

– « Universals and the Methodenstreit : A reexamination of Carl Menger’s conception of Economics as an exact Science », Studies in History and Philosophy of Science, 1997, vol. 28, no 3, p. 475-495.

Meikle S., Aristotle’s Economic Thought, oxford, Clarendon Press, 1995.

Milford K., Zu den Lösungsversuchen des Induktionsproblems und des Abgrenzungsproblems bei CarI Menger, Vienne, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1989.

Say J.-B., Mélanges et Correspondance d’Economie Politique, Paris, 1833.

Smith B., « Aristotle, Menger and Mises : An Essay in the Metaphysics of Economics », in Caldwell B. (dir.), Carl Menger and His Legacy in Economics, Durham, Duke University Press, 1990, p. 263-288.

Soudek J., « Aristotle’s Theory of Exchange. An inquiry into the origin of Economic Analysis », Proceedings of the American Philosophical Society, 1952, vol. 96, no 1 p. 45-75.

Streissler E., « Carl Menger’s article “Money” in the History of economic Thought », in Latzer et Schmitz, Carl Menger and the Evolution of Payments Systems : from Barter to Electronic Money, Cheltenham, Elgar, 2002, p. 11-24.

Sugimura K., Inquiry into Menger’s Methodology of Social Sciences, Tokyo,Shogakenkyûkan, 1926.

Überweg F., Grundriss der Philosophie der neuer Zeit, Berlin, Mittler, 1872.

Yamada Y., Carl Menger : The Formation of Modern Economics, Tokyo, 1955.

Notes

1 Cette contribution a été entamée par se sauteurs au sein du « séminaire de philosophie économique » d’Aix-en-Provence coordonné par Campagnolo; le travail commun a été présenté par Lordon au colloque dont le présent volume réunit les actes, occasion pour laquelle la mise au point du texte a été achevée par Campagnolo. Lordon a soutenu sa thèse de doctorat à Aix-en-Provence sur « cartels et trusts »; concernant Menger, il a également cosigné le chapitre « Empirical studies and Mengerian Methodology » avec Marc ohana, in [Campagnolo, (dir.), 2008b].

2 Texte original : « This paper has raised doubts about the purity of [Menger’s] Aristotelianism. […] Menger uses Aristotle’s concepts; he knows Aristotle’s philosophy, and he applied it to the social field. However, his knowledge does not have the precision of a professional philosopher. Although he commands Aristotle’s language, he does not completely capture his spirit. ».

3 On sait que, dans le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (1632), Galilée mit en scène trois personnages, dont l’un donnait les arguments de la représentation du monde issue d’Aristote, que l’astronome de Pise nomma Simplicio, ce qui le ridiculisait d’entrée. Simplicio n’admettait pas la nouvelle représentation héliocentrique. Pourtant, certains éléments contenus dans la Métaphysique d’Aristote, comme la représentation grecque de la division du cosmos en monde sub-lunaire et monde supra-lunaire, apparaissaient déjà indubitablement erronés au regard des nouvelles découvertes de l’époque. Le modèle ptoléméen, dérivé d’observations antiques compliquées à loisir, et quoique moins naïf qu’il ne nous paraît aujourd’hui, montra évidemment de plus en plus clairement son infériorité par rapport au modèle héliocentrique. L’Église le défendit alors (et défendit sa propre autorité) en usant du nom d’Aristote (elle ne revint sur sa condamnation de Galilée qu’à la fin du xxe siècle, trois siècles plus tard…)

4 Dans le chapitre suivant de ce volume, Herta Mayerhofer discute, d’un point de vue philosophique et anthropologique, la conception de la nature humaine dans l’Antiquité, au Moyen Âge (notamment chez saint Thomas) et chez Menger

5 Texte original (notre traduction) : « in his solution of the problem of universals, Menger can usefully be identified as a “moderate realist” or “Aristotelian”. […] Because his view of reality was Aristotelian he believed that entities in reality act according to their nature in “typical” relationships »

6 Note de bas de page de Menger ; texte original (traductionCampagnolo) : « Schon Aristoteles (Eth. Nicom. v, 7) verfällt in diesem irrthum » [suivent les deux citations d’Aristote] et nous avons rétabli la référence exacte pour la seconde : Menger donne à tort Eth. Nicom. v, 8, alors qu’il s’agit de v, 5, 1132b, 11-17, qui est un doublet de 1132a10-18, ce qui est toujours source de confusion dans ce passage qui concerne ce qui est juste dans l’échange volontaire : Gauthier et Jolif éclaircissent la chose et nous citons ce passage dans leur traduction [Aristote, tr. Gauthier et Jolif, 1959, p. 132]. En allemand, la traduction d’Aristote que Menger a lue donnait ce qui suit : « Wenn jemand mehr erhält, als er ursprünglich hatte, so sagt man, er sei im Vortheil ; wenn er weniger erhält, so ist er im Nachtheil ; so beim kaufen und Verkaufen. Wenn aber der ursprüngliche Besitz weder grösser, noch kleiner geworden, sondern im Verkehre gleichgeblieben ist, so heisst es, man habe das seinige, und sei weder im Vortheil noch im Nachtheil » et « Wenn vorerst die verhältnissmässige Gleichheit bestimmt ist und demgemäss die Vergeltung oder Ausgleichung stattfindet, so ist dies das, was wir meinen… Denn ein Austausch ist unmöglich ohne Gleichheit »

7 Note de bas de page de Menger ; texte original (traduction Campagnolo) : « Aristoteles sagt an einer vielfach angeführten Stelle [Menger donne Eth. Nicom. v, 8, nous avons rétabli les références exactes] das Geld sei durch Uebereinkunft entstanden : nicht durch die Natur, sondern durch das Gesetz. Deutlicher gibt er noch an einer andern Stelle (Pol., i, 6) dieser Meinung Ausdruck ». Suit en allemand la citation d’Aristote : « Die Menschen sind übereingekommen, etwas als Aequivalent für jede Waare zu geben und zu nehmen » et la conclusion de Menger : « und daher die Erscheinung des Geldes ». Pour expliciter ce passage, certaines traductions ajoutent qu’il s’agit par exemple du fer, de l’argent, ou des choses du même genre. Sur l’émergence de la monnaie, voir dans ce volume le chapitre par Campagnolo et Tosi ainsi que le texte de Menger traduit en annexe

8 Suite de la note de bas de page précédent ; texte original (traduction Campagnolo) : « Der Gang der Untersuchung bei diesen Schriftstellern lässt sich fast durchwegs dahin zusammenfassen, dass sie zunächst die Schwierigkeiten darlegen, welche aus dem blossen Tauschhandel für den Verkher entstehen, hierauf die Möglichkeit hinweisen, diese Schwierigkeiten durch Einführung des Geldes zu beheben, im weitern Verlaufe der Darstellung die besondere Eignung der edlen Metalle zu diesem Zwecke betonen, und endlich mit Berufung auf Aristoteles zum Schlusse gelangen, dieselben seien durch Menschensatzung thatsächlich zum Gelde geworden. »

9 [Gauthier et Jolif, 1958] présentent leur traduction de L’Éthique à Nicomaque en insistant sur les deux traditions éditoriales qui rendent difficile de positionner et d’interpréter certains passages, à cause de ces interpolations.

10 Le texte de ces citations est trop long pour être donné ici ; le lecteur intéressé en trouvera une partie dans [Campagnolo, 2002]. La liste exhaustive des citations dans les annotations requiert d’éditer l’ensemble des notes, un projet qui a donné lieu d’abord aux travaux d’Emil kauder, puis à celui de Campagnolo. Un volume de notes est déjà disponible et attend publication (avec la première traduction française des Grundsätze de 1871, en préparation par Campagnolo)

11 Texte original : « Menger transforms an Aristotelian practical science into a theoretical science. » [Crespo, 2003, p. 71]

12 ou encore « poétiques », dans une traduction moins jargonnante. il ne faut toutefois surtout pas limiter ces sciences à la production d’art (au sens où nous l’entendons). Ce type d’activités concerne ce qui vise à la production d’œuvres, par exemple une œuvre d’artisanat, et se caractérise par le fait qu’elles ont par conséquent leur but, ou telos, hors d’elles-mêmes. Cette dépendance externe explique leur statut systématiquement jugé inférieur

13 Par le terme grec praxis, en tant qu’il s’oppose à poïesis, on qualifie des activités qui sont autotéliques, c’est-à-dire qui contiennent leur but en elles-mêmes : on joue ainsi « pour jouer », alors qu’on fabrique un objet pour l’utiliser. Là encore un usage jargonnant est parfois de mise chez les philosophes ; aussi vaut-il mieux définir un usage spécifique et technique du concept, comme Marx l’a fait – mais on peut regretter que la vulgate marxiste a sans doute échoué à le conserver et a rendu le terme quasiment impropre à l’usage

14 Dans les notes de son volume des Grundsätze (au dos de la page de dédicace), Menger note la référence « Aristote, Politiques 26 » et cite le passage suivant, qu’il tire sans doute en réalité de [Garve, 1788, p. 45] : « Die oekonomie selbst oder die häusliche Verwaltung hat nicht die Erwerbung zu ihrem einzigen & höchsten Zweck » (« L’économie même ou la gestion domestique n’a pas dans la production son but spécifique et le plus élevé »)

15 Rappelons déjà qu’il n’existe pas de concept positif (c’est-à-dire dont un schème puisse être fixé) de liberté chez kant. Mais nous reviendrons sur l’auteur de la Critique de la raison pure.

16 Outre l’Éthique à Nicomaque, la référence est ici : Aristote, Métaphysique, A, 1, 981a1b9. Elle s’impose, même si le volume n’est pas dans la bibliothèque de Menger. Comme Menger ne s’y réfère pas directement, nous ne développons pas ce rapprochement possible, mais non étayé par les archives.

17 Est-ce alors une « praxéologie » « avant la lettre » ? Nous n’abordons pas la question complexe de la postérité de cette thématique par laquelle l’héritier de Menger que fut Ludwig von Mises, inclut l’économie dans cette science qu’il souhaite nouvelle et qu’il baptise donc praxéologie.

18 La question de l’induction aristotélicienne (έπαγωγή) reparaît alors. La prudence s’impose de nouveau car, si Menger cite les Topiques, le volume n’est pas archivé dans sa bibliothèque.

19 De la Critique de la raison pure de kant, c’est la deuxième édition (celle de référence : Kritik der reinen Vernunft, Riga, 1787) que possédait Menger. Mais il n’était certes pas kantien, à la différence de ce qu’ont affirmé des commentateurs japonais en lisant de manière sans doute précipitée ces mêmes archives [Sugimura, 1926 ; yamada, 1955]. La recherche japonaise contemporaine a heureusement dépassé ces erreurs – dans les références bibliographiques concernant Menger, au début du présent volume, les principales traductions de Menger en japonais sont indiquées.

20 Texte original de [Crespo, 2003] : « [for Menger] economics becomes pratically assimilated to a Naturwissenschaft (Natural science) ».

21 Qu’on pourrait dire « abstrait » si le terme n’appelait des réserves, sauf à en détailler techniquement le sens philosophique, ce qui n’a pas sa place dans le présent essai.

22 Traduction des Untersuchungen [Campagnolo, 2010] de : « Die reine Theorie der Volkswirtschaft an der Erfahrung in ihrer vollen Wirklichkeit erproben zu wollen, ist ein Vorgang, analog jenem eines Mathematikers, welcher die Grundsätze der Geometrie durch Messungen realer objecte berichtigen wollte, ohne zu bedenken, dass diese letzteren ja mit den Grössen, welche die reine Geometrie supponiert, nicht identisch sind, auch jede Messung nothwendig Elemente der Ungenauigkeit in sich schliesst. Der Realismus in der theoretischen forschung ist gegenüber der exacten Richtung der letzteren nicht etwas höheres, sondern etwas verschiedenes ».

23 Texte original de Crespo [2003] : « Aristotle does not have any problem in testing theories. »

24 Il faut ajouter que, dans les Untersuchungen de 1883, Menger admet, à l’instar d’Aristote, que, pour être efficace, l’homme d’État a besoin avant tout d’expérience. Mais l’analyse n’est pas close pour autant. Voir la présentation de la traduction française de l’ouvrage de Menger dans [Campagnolo, 2010].

25 Texte original de Crespo [2003] : « Credit must be given rather to observation than to theories, and to theories only if what they affirm agrees with the observed facts ».

26 Traduction des Untersuchungen [Campagnolo, 2010] de : « Diejenigen, welche in der Geschichte der Volkswirthschaft die allein berechtige empirische Grundlage für die theoretische forschung auf dem Gebiete der menschlichen Wirthschaft erkennen, befinden sich demnach in einem fundamentalen irrthum, indem neben der obigen, allerdings höchst werthvollen empirischen Grundlage der theoretischen forschung auch die gemeine Lebenserfahrung oder, was das Nämliche ist, die Beobachtung der Singularerscheinungen der menschlichen Wirthschaft, ja, wie hier hinzugefügt werden muss, eine möglichst umfassende Beobachtung derselben unentbehrlich ist, so unentbehrlich, dass wir uns ohne das Studium der Geschichte der Volkswirthschaft zwar keine hochentwickelte Theorie der volkswirthschaftlichen Erscheinungen, ohne die Beobachtung der Singularerscheinungen der menschlichen Wirthschaft aber überhaupt keine Theorie der letzteren zu denken vermögen »

27 Menger le cite dans ses notes à plusieurs reprises, par exemple en note marginale ajoutée à la page VI de ses propres Grundsätze qu’il révisait alors ; il le reprend des Mélanges posthumes de Say [Say, 1833, p. 114].

28 Texte repris par Crespo de la traduction anglaise (telle qu’il indique l’avoir trouvée sur le « Net ») : « Such appears to be the truth about the generation of bees, judging from theory and from what are believed to be the facts about them ; the facts, however, have not yet been sufficiently grasped ; if ever they are, then credit must be given rather to observation than to theories, and to theories only if what they affirm agrees with the observed facts. A further indication that bees are produced without copulation is the fact that the brood appears small in the cells of the comb, whereas, whenever insects are generated by copulation, the parents remain united for a long time but produce quickly something of the nature of a scolex and of a considerable size » (Nous soulignons la partie que Crespo retient).

29 Traduction des Untersuchungen [Campagnolo, 2010] de : « Wird die Welt der Erscheinungen in streng realistischer Weise betrachtet, so bedeuten Gesetze dieser letzteren lediglich die auf dem Wege der Beobachtung constatirten thatsächlichen Regelmässigkeiten in der Auseinanderfolge und in der Coexistenz der realen Phänomene, welche gewissen Erscheinungsformen angehören. Ein unter dem obigen Gesichtspunkte gewonnenes „Gesetz“ vermag in Wahrheit nur zu besagen, dass auf die den Erscheinungsformen A und B angehörigen concreten Phänomene in der Wirklichkeit, regelmässig oder ausnahmlos, der Erscheinungsform C angehörige Phänomene gefolgt seien, oder mit denselben coexistent beobachtet wurden. Der Schluss, dass auf die Erscheinungen A und B überhaupt (also in allen, auch den nicht beobachteten fällen !) die Erscheinung C folge, oder dass die hier in Rede stehenden Phänomene überhaupt coexistent seien, geht über die Erfahrung, über den Gesichtspunkt des strengen Empirismus hinaus ; er ist vom Standpunkte der obigen Betrachtungsweise nicht streng verbürgt. Aristoteles hat dies richtig erkannt, indem er den streng wissenschaftlichen Charakter der induction läugnete ; […] ». C’est Menger qui souligne.

30 Texte original : « Justice, as a general virtue, consists in taking care of the end of the society as a whole. »

31 Nous renvoyons le lecteur à la traduction et au commentaire des Untersuchungen [Campagnolo, 2010], comme au chapitre 1 de la troisième partie dans [Campagnolo, 2004].

32 La bibliographie concernant Hayek est immense. L’un des auteurs du présent chapitre y a contribué dans une récente histoire du libéralisme [kévorkian G., (dir.), 2010, p. 161-178].

33 La question de l’origine de la monnaie, c’est-à-dire d’une sélection de type évolutionniste conforme au concept d’Absatzfähigkeit, est, quant à elle, développée à partir du texte même de Menger, dans le chapitre de ce volume par Campagnolo et Tosi.

34 Menger a publié son article en 1892 dans le Handwörterbuch der Staatswissenschaften, mais la version ultime date de 1909 et c’est elle dont la traduction a été assurée par M. Streissler et L. B. yeager (cent dix pages dans l’original, p. 25-108 in [Latzer et Schmitz (dir.), 2003]).

35 Voir la recension de l’ouvrage par [Campagnolo, 2003b].

36 Parmi les diverses analyses qui sont ainsi menées à l’inverse de la manière adéquate de procéder (à partir de l’individu, selon Menger), on trouverait donc par exemple toute l’analyse de la « transformation » selon Marx.

37 Cette lacune est aujourd’hui encore existante, si l’on doit en rester au cadre du monétarisme reformulé par Milton friedman. L’École autrichienne porte sa critique de cette vision du monde jusque de nos jours, précisément à l’encontre de l’École de Chicago : le qualificatif « ultralibéral » est donc bien maladroit si l’on n’entend pas faire des distinctions majeures entre ceux qu’on qualifie souvent de la sorte.

38 Streissler écrit en effet : « Pour Menger, il [l’État] est simplement d’emblée superflu » (« To Menger, it [the State] is superfluous in the first place ») : ce commentaire est simpliste et erroné au vu des textes.

39 Le lecteur trouvera détaillée l’analyse de l’exégèse aristotélicienne menée par Menger au meilleur niveau tant philologique que philosophique, dans [Campagnolo, 2004, livre iii, chap. 1 p. 210-216]. C’est pourquoi nous ne l’avons pas reprise dans les pages du présent chapitre.

40 Entr’ouvrons les coulisses de cette discussion de spécialistes : Campagnolo et Crespo avaient évoqué certaines questions et leurs désaccords au colloque de la société savante History of Economics Society, en 2000 à Vancouver ; avec Lordon, les débats qui trouvent ici leur débouché constituaient une suite logique et Lordon eut l’idée de cette réponse d’abord dans le cadre du séminaire de philosophie économique d’Aix-en-Provence. Encore une fois, les archives ont permis de trancher dans les discussions amicales et animées qui sont les nôtres, mais qui rejoignent (et permettent ainsi de finaliser) le débat bien plus ancien sur l’« aristotélisme » de Menger. Lordon s’est depuis lors retiré du monde universitaire et c’est peut-être ici sa dernière, et précieuse, coopération savante.

41 Voir la note éditoriale circonstanciée au début de ce volume.

Auteurs

Gilles CAMPAGNOLO : philosophe, chercheur au CNRS (unité CEPERC, Centre d’épistémologie et d’ergologie comparée : CNRS/Université de Provence), peut être contacté à l’adresse : Gilles.Campagnolo@univ-provence.fr

Aurélien LORDON : économiste, post-doctorant à l’Université de Rennes (doctorat soutenu au sein de l’unité GREQAM, Groupe de Recherche en économie quantitative : CNRS/Université Cézanne – Aix-Marseille III), peut être contacté à l’adresse : aurelien.lordon@uhb.fr

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable