Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Introduction

Existe-t-il une « doctrine Menger » (eine Mengerlehre) ?

Gilles Campagnolo

Texte intégral

1L’école d’économie politique dite « autrichienne » est surtout connue pour ses positions dites, non sans quelques bonnes raisons, mais souvent confusément, « néo-libérales » Ces positions ont été rendues fameuses dans les dernières décennies du xxe siècle par ses membres les plus connus : Friedrich von Hayek, Ludwig von Mises, Murray Rothbard – il faudrait encore citer Israel Kirzner et Ludwig Lachmann, surtout connus dans les cercles académiques (Mises, né en 1881, est décédé en 1973 ; Hayek, Rothbard et Lachmann dans la décennie 1990 ; Kirzner est encore actif). Cette notoriété teintée d’esprit de parti fait toutefois malheureusement oublier, à tort, nombre des propositions scientifiques, théoriques et méthodologiques « autrichiennes », ainsi que les origines de cette école. Tant les thuriféraires « extrémistes » de la défense du marché (Rothbard fut leur chef de file autoproclamé, [Gloria-Palermo, 2002 ; Campagnolo, 2006]) que les « adversaires du marché » (quel que soit le sens d’une telle formule) semblent trop fascinés par le « chiffon rouge » de l’« ultralibéralisme » pour poser les questions qui comptent quant au contenu même de la pensée d’ancrage autrichien.

2Une perspective impartiale exige plutôt de porter un regard différent sur Carl Menger (1840-1921), professeur de l’université de Vienne et haut-fonctionnaire de l’Empire austro-hongrois dans la « Vienne 1900 », le penseur qui fut reconnu a posteriori comme le fondateur de l’école dite pour cette raison « autrichienne ». Dans sa postérité, les héritiers les plus connus, tels Mises et Hayek, durent s’exiler (en Grande-Bretagne et aux États-Unis) et leurs propres disciples appartenaient déjà au « Nouveau monde » plus qu’ils n’avaient de liens à l’« ancien ». Bref, en un siècle, c’est de la Mitteleuropa au Middle West qu’il a fallu suivre l’école de pensée économique autrichienne. Dans ce volume, c’est en quelque sorte le chemin inverse qui est proposé au lecteur. Car même si Hayek revint enseigner à la fin de sa vie en terre germanique (à Fribourg-en-Brisgau), les origines s’étaient effacées, et aujourd’hui c’est plutôt à une version que nous appellerions « austro-américaine » de cette école que le public est confronté. Pour l’éclairer, car la lacune, nous y reviendrons, est grandement dommageable, sur le cadre conceptuel d’origine de la doctrine « autrichienne » ou plutôt de la « doctrine Menger », les contributeurs du présent volume ont réuni leurs travaux, issus de plusieurs disciplines (voir l’Avant-propos au début de ce volume, sur les origines de la publication). La confusion qui règne entre les différentes formes d’économie appelées « libérales » doit être levée si la réflexion se veut efficace sur la crise de la pensée qui accompagne la crise économique mondiale présente et qui manifeste maints aspects analogues à celle connue il y a un siècle. or tant les partisans que les critique de la pensée autrichienne ont à gagner à plus de clarté : parce que, selon la définition que Maurice Merleau-Ponty, dans sa leçon inaugurale au Collège de France, donnait du philosophe, celui-ci se distingue par son sens des ambiguïtés et son goût de la clarté, c’est une quête de vérité qui nous conduit, philosophes, économistes et politistes ici rassemblés, à discuter l’existence d’une « doctrine Menger ». Il est d’abord à noter que les propositions théoriques et méthodologiques « autrichiennes » ont sans conteste possible différencié cette école de l’économie dominante du mainstream – et de la vulgate conservatrice (au plan politique) qui lui est associée aux États-Unis depuis les années 1950 (et de là, en pratique, partout ailleurs dans le monde). Il s’agit, par exemple, du monétarisme d’un Milton Friedman et de l’enseignement de l’École de Chicago, voix dominante du camp libéral, dont l’un des résultats les plus notoires est le fameux « consensus de Washington » au niveau des instances économiques mondiales. Or, l’école autrichienne ne s’inscrit pas dans ce cadre. Pour la comprendre, il faut saisir l’évolution qui l’a menée au stade présent et l’a tenu éloignée du mainstream. Pour appréhender cette évolution, il faut la rapporter à ses origines viennoises et donc remonter à la « doctrine originelle », laisser le Middle West états-unien pour revenir à la Mitteleuropa. Si la pensée autrichienne demeure parfois énigmatique (et si elle est marginalisée dans l’économie institutionnalisée des grandes universités et des revues de « rang A »), c’est sans doute en partie parce que ses fondements reconduisent à la philosophie continentale, et que l’ignorance des fondements classiques de la modernité est, malheureusement, grande. or, loin de l’image partisane que donne, à tort ou à raison, le style de pensée polémique des « Autrichiens », c’est en convoquant des disciplines connexes et des questionnements multiples sur l’économie, comme le fit Menger, qu’on peut rendre justice à son œuvre et à sa « doctrine », voire, si on peut l’en tirer, à une Mengerlehre.

  • 1 Nous désignons par là les territoires correspondant au IIème Reich allemand mené par la Prusse, en (...)

3Questionner l’existence et le contenu d’une Mengerlehre, c’est se donner les moyens de mettre en évidence à la fois les variations dans les positions « autrichiennes » et leur présence récurrente, distincte de la voix dominante monopolisée par l’École de Chicago (sous les magistères de Friedman, de Gary Becker et des « Chicago boys »). Si, dans les années 2008-2010, c’est non seulement une économie « mondialisée » entière qui est entrée en crise, mais encore une pensée économique, alors le caractère différent et peut-être encore novateur, et utile, de la doctrine Menger, n’apparaîtra que plus vivement. Ce programme, nous le détaillerons en conclusion. En revanche, ce qu’il appartient au présent volume de mettre en évidence, c’est le long et précautionneux, mais indispensable, retour aux origines, à la pensée de Menger lui-même. Autour de 1900, en particulier en terre de langue allemande1, les théories économiques continentales participaient d’un foisonnement scientifique dont la richesse signalait également une crise générale profonde de la rationalité, concernant aussi bien la logique, l’épistémologie naissante, la méthodologie des sciences de la nature (Naturwissenschaften) et de l’esprit (Geisteswissenschaften), que la théorie de la connaissance (Erkenntnistheorie).outre les domaines propres à l’économie (théories de l’échange, de la valeur, du capital, de la monnaie, entre autres), Menger inscrivait sa réflexion dans ce cadre – sinon toujours publiquement, du moins pour sa gouverne, les notes de ses archives en témoignent. Plusieurs de ces champs disciplinaires étaient alors en cours de refonte et leurs délimitations, scientifiques et académiques, tracées à nouveaux frais. La postérité des auteurs de cette période a parfois eu du mal à identifier leurs problématiques de ce fait : ainsi, Max Weber est vu comme un sociologue, lui dont la Vocation de savant commence par ces mots : « Nous, économistes… » [Weber, 1919, p. 1]. Les héritiers n’ont pas non plus toujours présenté la même largeur de vues que la figure à laquelle ils prêtaient allégeance, et c’est incontestablement de ce point de vue qu’une critique de type politique a souvent pu porter contre l’« école autrichienne », née autour de 1900 de la doctrine de Menger pour se développer sur plusieurs générations jusqu’aujourd’hui.

  • 2 Où les deux Enkel-schüler (c’est-à-dire « petits-élèves », comme on dit des « petits-enfants », ma (...)

4Pourtant, inversement, il conviendrait d’arguer que l’approche des héritiers de Menger a parfois consisté à renouveler la doctrine d’origine en l’englobant dans des projets connexes, par exemple chez ses Enkel-Schüler : citons la définition de l’« action humaine » dans la « praxéologie » de Mises, ou la systématisation de la théorie de l’information et de l’émergence spontanée (Menger disait « organique ») des institutions à l’ensemble des sciences sociales, chez Hayek. Enfin, un certain rapport à l’histoire et à la politique active caractérisent une version contemporaine de la pensée économique autrichienne « orthodoxe » à travers l’extrémisme rothbardien [Campagnolo, 2006]. C’est dire que, depuis les disciples directs de Menger que furent Eugen von Böhm-Bawerk et Friedrich von Wieser, à l’Entre-deux-guerres, d’abord à Vienne autour du fameux « Cercle de Vienne » (Wiener Kreis) et du « cercle Mises » (Miseskreis) (Hayek prenait, lui, la tête d’un « institut de conjoncture », le Konjunktur-Institut), puis en Grande-Bretagne et aux États-Unis2, la prégnance d’une attitude marquée par une large ampleur de vues, allant bien au-delà du domaine de l’économie stricto sensu, s’est maintenue. Elle s’est toutefois conjuguée à une rigueur doctrinale pouvant confiner à la raideur doctrinaire, notamment après que les disciples de Mises eurent suscité un regain d’intérêt à partir des années 1970, en réaction à la contestation sociale et politique dans les années 1960. Ce contexte explique des alliances stratégiques avec des courants conservateurs dans lesquels Hayek ne se reconnaissait pas : l’appendice intitulé Why I am not a conservative (Pourquoi je ne suis pas conservateur) à The Constitution of Liberty [Hayek, 1960] le dit bien. Mais la confusion a prévalu, et les divergences des « Autrichiens » avec les économistes « standard » ont souvent été négligées. Le besoin même, dans la présente introduction, de repartir des préjugés actuels pour les corriger, et les lignes précédentes qui soulignent la nécessité d’en appeler au fondateur lui-même, Menger, en témoignent. Or, il convient, pour éviter les confusions, de rappeler les éléments théoriques et méthodologiques explicites chez Menger car, si le contenu de la doctrine est correctement rapporté à la pensée du fondateur, on verra se dessiner, sur le spectre entier des disciplines qu’il aborda, de quoi différencier sa réflexion de l’économie dominante comme des autres versions de l’économie contemporaine.

  • 3 Il est impossible d’entrer ici dans les débats sur la notion d’« homogénéité » qui a fait confondr (...)

5La difficulté de se détacher de l’image qui s’est superposée à la réalité de la pensée autrichienne n’est d’ailleurs pas le seul fait du public non spécialisé : les historiens de la pensée économique ont longtemps confondu (dans leur jargon, « homogénéisé ») les conceptions de Menger et celles de ses contemporains, Léon Walras et Stanley Jevons – tout comme aujourd’hui un terme d’usage journalistique, « ultralibéralisme », recouvre une variété de visions peu compatibles entre elles3. Menger est alors le plus souvent présenté comme un simple méthodologue dont on connaîtrait en fin de compte les positions en les assimilant à celles de ses contemporains. C’est faux, et si des économistes comme Hayek ou Mises ont livré à leur tour des messages essentiellement différents de ceux du gros de leur profession, c’est en réalité en raison même de l’héritage mengérien. Et pourtant, on l’a dit, ils le mâtinent de considérations qui leur sont propres et ne donnent à leur tour qu’une image très partielle de la réflexion qu’élaborait le professeur viennois. C’est pourquoi les auteurs réunis ici entendent parler d’une « doctrine », faisant le choix conscient de souligner la consistance d’une pensée, originelle et originale, qui tient d’elle seule sa vigueur propre et qui occupe une place aussi haute dans l’histoire de la pensée économique que celle d’un Adam Smith, d’un Karl Marx ou d’un John Maynard Keynes. Quant à l’accusation portée d’être une pensée « doctrinaire », en un sens péjoratif, elle tombera d’elle-même au regard de la fécondité et de la prudence, au sens quasiment aristotélicien, que manifeste l’œuvre de Menger. Sa doctrine requiert un œil neuf, le commentaire doit donc en être révisé à raison d’une multiplicité de lectures possibles, et au regard des textes permettant de trancher entre elles, éventuellement même selon des versions « hétérodoxes » : une telle révision en profondeur ne peut avoir lieu qu’à partir du retour à l’œuvre originelle – c’est donc ici l’enjeu de ce volume.

6Deux œuvres de Menger sont fondatrices, rappelons-le : dans la théorie économique, ses Principes d’économie politique (Grundsätze der Volkswirtschaftslehre [Menger, 1871]), et en méthodologie et théorie de la connaissance, ses Recherches sur la méthode des sciences sociales, et de l’économie politique en particulier (Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der Politischen Oekonomie insbesondere [Menger, 1883]).

  • 4 Menger accompagna le Kronprinz Rudolf dans son tour d’Europe de l’ouest, le formant aux théories e (...)
  • 5 En 1897, Menger fut nommé correspondant de la Société Statistique de Paris. En 1901, il devint Pré (...)

7Menger était conscient de ce rôle fondateur et visait sciemment à réorienter la recherche économique de son temps, à un moment où elle était entrée dans une crise profonde. D’une part, la polémique vive qu’il entretint dans la « querelle des méthodes » avec l’École historique allemande de l’économie l’avait mis sur le devant de la scène – en 1884, il publiait des lettres ouvertes qui marquaient le tournant de la guerre ainsi déclarée (Die Irrthümer [sic] des Historismus in der deutschen Nationalökonomie). D’autre part, Menger avait le soutien des plus hautes autorités impériales avec lesquelles ses liens avaient toujours été très proches – comme précepteur du prince héritier en particulier, et malgré l’hostilité que son modernisme lui valait auprès d’une bonne partie de la Cour4. Atteste du soutien des cabinets ministériels, dans la lutte contre l’influence allemande (prussienne) et pour l’édification d’une école de pensée d’obédience « autrichienne », la correspondance qui a été retrouvée avec le Kultusministerium chargé des Universités : elle peut être collationnée à partir des archives ministérielles – citons un exemple, parmi d’autres : la lettre du 19 mars 1903, publiée dans [Ikeda, 1997, p. 5]. D’une envergure internationalement reconnue5, le travail de Menger recevait l’aval du Kultusministerium impérial austro-hongrois pour que sa chaire viennoise obtînt les moyens de concurrencer l’école historique, symbole, sur le plan académique, de la puissance du IIe Reich allemand – si l’empire austro-hongrois s’était incliné sur le champ de bataille de Sadowa en 1866 et était dès lors passé au second rang au plan diplomatique international, il connaissait une efflorescence de créativité et d’inventivité dans les domaines scientifique, technique et artistique qui faisait de lui un acteur de premier rang à cet égard.

8Il serait à peine exagéré de dire que la tâche de moderniser l’empire incombait à la nouvelle école, et Menger jouait en vérité lui aussi ce rôle de héraut des temps nouveaux – après tout bien partagé dans l’« apocalyspe viennoise », avec Adolf Loos, Ludwig Wittgenstein ou Sigmund Freud, entre autres grands contemporains [Campagnolo, 2008a, chapitre 1]. Ses disciples directs, ou du moins ceux qui accompagnaient la constitution de l’école autrichienne, Böhm-Bawerk et Wieser, devaient d’ailleurs jouer des rôles de premier plan dans la vie sociale et politique : ils furent tous deux ministres de l’économie durant la première guerre mondiale. Déjà, à l’occasion de la Währungsreform de 1892, Menger avait lui-même conseillé la commission de réforme monétaire (il prônait la fin du bimétallisme dans l’Empire). Menger rédigea à cette occasion ses principaux articles sur la monnaie : la première version de « Geld » pour le Handwörterbuch der Staatswissenschaften (Dictionnaire des sciences politiques) et, en parallèle, les deux essais : « La monnaie, mesure de valeur », seul texte publié en français (sous la signature « Charles Menger ») dans la Revue d’économie politique, et « on the origin of Money », dans The Economic Journal, qui est le document fourni en première traduction intégrale à la fin du présent volume.

  • 6 La faiblesse de la bureaucratie impériale pourtant omniprésente était due notamment à l’incurie lé (...)

9Si le cadre historique et l’ethos d’une fonction d’État impériale, bureaucratique et professorale entrent ici en ligne de compte pour discuter les modes d’influence entre constitution des savoirs, appui politique (d’ailleurs parfois vacillant6) et validation scientifique, il faut être attentif à replacer la doctrine Menger au sein des traditions d’idées où elle dut s’insérer. Menger devait s’accommoder du dogme néo-aristotélicien qui régnait sur l’université de Vienne où il enseignait ; ses adversaires crurent rusé d’user de cet argument d’autorité (celle d’Aristote en particulier !) contre lui, mais loin de le rejeter, il sut le retourner à son profit et montrer que sa propre réflexion était en harmonie avec les écrits du philosophe antique. La doctrine Menger se replace alors dans la perspective de l’entière tradition philosophique, qui renvoie à l’Antiquité, au Moyen Âge et aux Lumières : dans le présent volume, c’est sur la question de la « nature humaine » que Herta Mayerhofer souligne des convergences et des divergences anthropologiques, tandis que Campagnolo et Aurélien Lordon font un point détaillé sur la question de l’aristotélisme de Menger, question souvent débattue dans les études mengériennes, mais posée à nouveaux frais en réponse à un article de Ricardo Crespo qui manifeste les mésinterprétations de l’œuvre. Les difficultés d’interprétation qui ont parfois conduit à réduire la doctrine de Menger à celle de ses héritiers, et les discours de ces derniers à des idéologies, voilà qui est ensuite discuté par Niall Bond. Ces trois contributions forment une première partie qui discute la « doctrine Menger » au regard des traditions intellectuelles du passé (du passé lointain, quand il s’agit du Stagirite, jusqu’aux économistes et sociologues du temps de Menger, qui s’y référaient eux-mêmes).

10La deuxième partie aborde ensuite quelques aspects théoriques de la « doctrine Menger », dont l’existence est interrogée non seulement au regard de sa spécificité au sein du contexte académique de l’époque, mais encore dans son contenu : en quoi, si doctrine il y a, constitue-t-elle un moment de la pensée dont les acquis nous paraissent consistants et nous sont, éventuellement, encore utiles ? Par exemple, quid de son rôle dans l’évolution de la théorie de la connaissance où Menger inscrivait ses Recherches sur la méthode [Menger, 1883] et engageait ses disciples ? Ce point est discuté par Abdelaziz Berkane. La doctrine a pour centre l’économie, mais elle la dépasse largement, et ses éléments de « philosophie sociale » (oserait-on dire, si le terme ne risquait d’être mal interprété) incitent à questionner leur usage possible pour une théorie de la valeur sociale non économique. La conclusion de Pierre Livet quant à une telle option est plutôt négative, mais le questionnement qu’il propose conduit à souligner d’autant plus vivement combien la lecture de Menger évite toute vision doctrinaire prédéterminée tant dans la théorie que dans la méthode. Au point qu’on peut se demander, avec Giandomenica Becchio (chapitre traduit et adapté de l’italien par Campagnolo), si n’existe pas la possibilité d’une doctrine-Menger « hétérodoxe ». Son point de départ serait la lecture et l’interprétation que fait Karl Polanyi des Grundsätze dans leur réédition par le fils Menger [Menger, 1923] (il est conseillé au lecteur de lire d’abord, à ce propos, les explications données sur les deux versions, 1871 et 1923, de l’ouvrage principal de Menger, dans la note éditoriale qui précède cette introduction dans le présent volume). Parallèlement à Hayek, mais bien différemment, Polanyi, formé à Vienne, hérite lui aussi de la « tradition » autrichienne.

  • 7 Comme présenté dans l’Avant-propos, il s’agit du projet « Carl Menger et l’évolution de l’École au (...)

11Les aspects théoriques de cette deuxième partie surprendront donc sans doute les lecteurs habitués à une certaine « vulgate autrichienne », qui a pris la malheureuse habitude de se répéter. Les contributeurs du présent ouvrage veulent au contraire que les intuitions autrichiennes servent utilement la réflexion présente dans les sciences ; or Menger offre à cet effet des mécanismes exploratoires, sans doute parfois insolites mais très souvent pertinents, et cela dans des domaines qu’il a contribué à faire émerger. Ce caractère pleinement interdisciplinaire est conforme à l’esprit qui a nourri le programme de recherche aux origines de ce volume7 ; mais il l’est aussi, croyons-nous, à l’esprit autrichien même, sans qu’il soit besoin de l’inscrire dans une appartenance à un courant particulier en son sein. Si la fécondité des conceptions de Menger est démontrée dans les thèmes abordés, dans l’effort de déterminer l’existence d’une « doctrine-Menger » (et ce qu’elle désigne), on ne peut naturellement pas ici viser l’exhaustivité. Il s’agit plutôt de susciter des recherches autant philosophiques qu’économiques à partir des questions que Menger suscite.

  • 8 Notons au passage, concernant l’article Geld, qu’une traduction française est en projet par les mê (...)

12Dans la troisième partie, l’intérêt des contributeurs les porte vers les théories du capital et de la monnaie. Élaborées autour de 1900 (la première version de l’article Geld date de 1892, l’ultime de 1909), elles retrouvent aujourd’hui une actualité pressante, selon toute probabilité en raison de la situation de crise économique et financière de la fin de la première décennie du xxie siècle. Des traductions récentes vers l’anglais en témoignent : celles de Geld [trad. Monika Streissler et Leland B. Yeager, in Latzer et Schmitz, 2002, p. 25-107] et « La monnaie, mesure de valeur » [Campagnolo, 2005b]. Une approche comparatiste est utile : la doctrine de Menger sur le capital est présentée par Jean Magnan de Bornier par rapport à celle de Böhm- Bawerk, à laquelle il a souvent été dit (sans preuves formelles apportées jusqu’ici) qu’elle s’opposait – des archives inédites sont ici utilisées pour montrer en quoi c’était le cas. Dans le chapitre en question Magnan de Bornier poursuit donc l’étude de ce qu’on appelle de manière quelque peu impropre « la théorie autrichienne du capital », dans la continuité de ses travaux sur la dynamique économique et la possibilité d’en rendre compte à travers une conception temporelle du capital. Sur les origines de la monnaie, Campagnolo et Gilbert Tosi commentent, au regard des théories contemporaines, le texte publié par Menger en anglais en 1892, texte certes bien connu, mais dont la présentation par les auteurs anglo-saxons a laissé le plus souvent de côté sa relation aux articles Geld et « La monnaie, mesure de valeur » (du moins avant leur traduction en anglais). Inversement, cet essai en anglais était, quant à lui, traduit seulement partiellement et/ou maladroitement dans notre langue : Campagnolo propose ici une première version intégrale fiable (contrairement à celles qui circulent sur la « Toile ») entendue pour servir, nous l’espérons, à l’enseignement dans les départements d’économie8.

13Si une doctrine Menger existe en tant que telle, bien distincte des interprétations ultérieures, notamment sur les points évoqués dans ce volume, répondre à la question de savoir si elle est pour autant une, unifiée et unique, voilà donc qui réclamait de mettre au jour le work-in-progress du penseur. Le regard neuf qu’on entend ici porter passe par l’examen des formulations qu’il a données, corrigées, révisées, complétées… Soucieux de la cohérence interne de son propos (et contraint de s’expliquer du fait du long combat mené contre l’historicisme allemand), Menger a peaufiné l’expression de ses conceptions. or la discussion de l’unité d’une telle doctrine ne relève pas seulement d’une « archéologie du savoir », ou d’une fidélité qui rabattrait la doctrine sur un dogme, mais elle doit permettre de rapporter les lectures rétrospectives suscitées par Menger à leurs sources véritables, d’autant plus essentielles. À la légende doit se substituer la lecture. L’attention portée à la seconde dissipera la première et les considérations infondées qui peuvent l’entacher et qui la maintiennent, quoi qu’il en soit de sa pertinence, aux marges des disciplines qu’elle aborde. Or cette enquête nous a conduit à repérer des instruments de diffusion du savoir et à demander comment s’est composé le corpus de textes auquel l’école autrichienne fait référence.

  • 9 Un angle d’analyse y est en particulier traité qui est ici sciemment laissé de côté, c’est l’aspec (...)

14Dans les trois parties du présent volume, les contributeurs bénéficient ainsi du travail déjà mené dans cette perspective de philologie comparée sur le Nachlass mengérien, en particulier dans le précédent recueil paru à Vienne avec les contributions de six collègues autrichiens [Campagnolo, 2008b] : le lecteur trouvera là le complément naturel du présent volume ; dans celui qu’il a maintenant entre les mains, l’évolution des concepts mengériens et une épistémologie du paradigme dit « autrichien » est proposée qui s’appuie avec bonheur sur les bases philologiques et sur d’autres aspects théoriques présentés dans le recueil complémentaire9.

  • 10 Sur ce point, voir en particulier le chapitre par Campagnolo G., « Was the Austrian School a “Psyc (...)
  • 11 Cette approche prépare en somme le terrain à la lecture « polanyienne » proposée par Becchio. Meng (...)

15Pour clore cette introduction, quelques rapides rappels sont néanmoins utiles, et c’est par eux que nous terminons. Les écrits de Menger sont de trois types, à savoir : des fonds d’archives, contenant nombre de fragments inédits (notes, corrections etc.), des ouvrages publiés et des articles publiés. Les références bibliographiques sont fournies au début de ce volume avant la note éditoriale (avec les abréviations standard par lesquelles les textes sont appelés tout au long des chapitres qui suivent). Aujourd’hui, il n’est en effet plus possible (comme cela a malheureusement été le cas durant quasiment tout le xxe siècle) de renvoyer seulement aux écrits publiés par Menger de son vivant, ni même aux textes édités à titre posthume. Les annotations qu’il a laissées sur les volumes de sa bibliothèque sont maintenant connues grâce à l’étude des fonds d’archives (au Japon, par le fait de Kauder et de notre propre entreprise d’exhumation et d’édition ; à Duke, par de plus nombreux commentateurs, dont certains ont été réunis dans [Caldwell, 1990]). Menger y traite de champs variés des Geisteswissenschaften (terme qu’on rendrait en français par « sciences humaines et sociales » si « sciences morales » ne semblait si daté). Outre l’économie politique, naturellement, ses préoccupations s’étendaient, on l’a dit, à la méthode et à la théorie de la connaissance, voire à une conception (critique) de la psychologie (contre Wilhelm Wundt et à partir de la notion reprise d’Aristote de psychè10) ou à l’anthropologie11. À travers cet intérêt pour les domaines les plus variés, Menger forgea une « philosophie des sciences », ou encore une « épistémologie » avant la lettre – puisque le terme n’apparaît en effet qu’au seuil du xxe siècle, en France et en Angleterre en particulier.

  • 12 Encore une fois, nous renvoyons le lecteur à la note éditoriale à propos des trois volumes des Gru (...)

16L’importance que tous les contributeurs du présent collectif portent aux archives vient de ce que, grâce à elles, le Viennois est l’un des rares économistes (avec Marx en particulier) dont le work-in-progress, le processus de travail, peut être suivi en détail et en entier. Dans ce volume, plusieurs chapitres renvoient à des notes manuscrites de Menger, en particulier celles portées sur la copie des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre qu’il reçut de son éditeur, Wilhelm Braumüller, pour apporter les révisions et les corrections en vue d’une seconde édition, copie aujourd’hui conservée au Japon12. Pour travailler sur le capital chez Menger, Magnan de Bornier utilise en particulier un autre manuscrit retrouvé dans les nombreux brouillons disponibles à la bibliothèque d’archives Perkins de l’université Duke. Sur cette terre d’exil et d’asile américaine, le fonds apporté par le fils Menger contient des textes parfois typographiés (en particulier ceux qui l’ont plus tard été par le Dr Albert H. Zlabinger, professeur au Valdosta State College, Géorgie, dans les années 1970). Une source comparable est due à Emil Kauder dans le fonds localisé au Japon (voir la note éditoriale). À propos de la monnaie, les auteurs anglo-saxons n’utilisaient le plus souvent que le texte anglais de 1892, mais maintenant aussi l’article de 1909 (puisqu’il est traduit en anglais…). Or, les contributeurs du présent volume utilisent l’ensemble des archives. La tendance suivie par tous est ici la redécouverte des textes originels. Des considérations purement pratiques ont trop longtemps retardé l’enquête (par exemple, même en allemand, seule la version Geld de 1909 est reproduite dans les Gesammelte Werke, vol. IV). or les archives sur lesquelles s’appuient les différentes contributions constituent désormais une source féconde qu’on ne peut plus négliger.

  • 13 Des explications quant à cet état de fait sont avancées dans [Campagnolo, 2008e].

17Le travail d’exhumation de ces archives fait donc ressortir ce qui est resté trop longtemps ignoré. Les raisons du long oubli où elles furent laissées sont la dispersion géographique des sources, due à l’histoire du xxe siècle (les péripéties du Nachlass sont narrées en détail dans [Campagnolo, 2000, 2001 et 2008b]), mais aussi le manque d’empressement à réviser certaines conceptions « autrichiennes ». Aussi l’étude de la « doctrine Menger » proprement dite commence-t-elle étonnamment à peine dans certains domaines. Puisque les textes publiés sont désormais connus, elle doit partir de commentaires s’appuyant en connaissance de cause sur les indications que recèlent les fonds d’archives. Dans cette perspective, il est en particulier possible de mesurer combien la postérité a parfois usé de termes inadéquats ; mais cet usage même manifeste ses objectifs propres et évolutifs – car en révisant une doctrine, on en crée une autre. Or l’usage originel peut être retrouvé, grâce aux sources. Qu’il ait fallu attendre si longtemps, voilà seulement qui est à déplorer – comme d’ailleurs, le retard de la diffusion de cette pensée en France13.

18Pour autant, peut-il en être autrement ? En vérité, la démarche des contributeurs exposée ci-dessus, de même que leurs appartenances nationales et académiques disciplinaires variées l’auront fait comprendre, philosophie et économie se croisent et se conjuguent sans cesse dans l’œuvre de Menger : il est aisément compréhensible qu’il en aille de même dans son commentaire. Mais ce sont toujours des accents qu’on repère et des contenus philosophiquement et théoriquement divers. Voilà qui témoigne d’une science qui s’affirme, d’une part, et d’une réflexion indivisible qui se fait jour, d’autre part : nous sommes tentés de la nommer « philosophie économique ». Or, tandis que, par la première, la « doctrine Menger » a opéré un changement de « paradigme », la seconde a instauré et inspiré l’enquête épistémologique (la conclusion générale y reviendra). C’est en fonction de l’état d’avancement de celle-ci qu’on saisit le sens de celle-là. En prenant appui sur les sources, le présent volume veut contribuer à cet avancement, en comblant certaines lacunes qui demeuraient, et constituer un pas supplémentaire dans un appel enthousiaste à l’étude approfondie de la « doctrine Menger » dans l’avenir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Caldwell B. (dir.), Menger and his Legacy in Economics, supplément annuel et numéro spécial de la revue History of Political Economy, n 22, Durham-London, 1990.

Gloria-Palermo S., The Evolution of Austrian Economics, from Menger to Lachmann, Londres, Routledge, 1999.

Hayek F., Constitution de la liberté, Paris, Litec, série « Liberalia, économie et liberté », 1960, tr. par R. Audouin et J. Garello de The Constitution of Liberty, The University of Chicago Press, 1960, avec l’appendice intitulé Why I am not a conservative (Pourquoi je ne suis pas conservateur).

Jaffe W., « Menger, Jevons and Walras De-homogeneized », Economic Inquiry, décembre 1976, vol. 14/4, p. 511-524.

Latzer M. et Schmitz S. W. (dir.), Carl Menger and the Evolution of Payments Systems, 1re partie : trad. de Geld de Menger par M. Streissler et L. B. yeager, Cheltenham, E. Elgar, 2002.

Menger K. (fils), introduction (Einleitung der Herausgeber) de l’édition de 1923 des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (notée [Menger, 1923]).

Rosner P., « Liberal Positions in Carl Menger’s Writings », in Campagnolo (dir.), Carl Menger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte / Discussed on the Basis of New Findings, frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008(b), p. 127-148.

Streissler E., Menger : Lectures to Crown Prince Rudolf, Aldershot, Edward Elgar, 1994.

Weber M., Die Wissenschaft als Beruf, 1919, rééd. Tübingen, J.C.B. Mohr-Paul Siebeck ; tr. Le savant et le politique, tr. par J. freund, int. par R. Aron, Paris, Plon, 1959, rééd. Union générale d’édition, 1992 ; 2e tr. par C. Colliot-Thélène, Paris, La Découverte, 2003.

Notes

1 Nous désignons par là les territoires correspondant au IIème Reich allemand mené par la Prusse, en particulier sous l’autorité ferme de Bismarck puis sous celle, plus vacillante, de Guillaume IV, et à un empire d’Autriche-Hongrie qui avait en sa capitale, la brillante Vienne, le « Paris de l’Europe centrale ». Les frontières des deux empires s’étendaient bien plus à l’Est qu’aujourd’hui le territoire germanophone, car, en dépit des concessions obtenues par les populations slaves, on y parlait encore partout allemand. La situation devait changer avec la Grande guerre et l’effondrement, puis le démantèlement des empires centraux (par le traité de Versailles en 1919) ; Vienne allait devenir la capitale d’un État réduit à la taille d’une province.

2 Où les deux Enkel-schüler (c’est-à-dire « petits-élèves », comme on dit des « petits-enfants », mais au sens d’un héritage intellectuel) les plus connus se réfugièrent dès avant la seconde guerre mondiale – Mises en passant par la Suisse plutôt que par l’Angleterre, pour arriver à New York University (NYU) où il devait dès lors tenir, d’abord dans un relatif oubli, un séminaire qui a subsisté toutefois jusqu’aujourd’hui. Hayek, lui, eut des difficultés pour passer de la London School of Economics, où Robbins l’avait invité, à l’université de Chicago, où il ne fut pas accueilli dans le département d’économie dominé par les économètres, mais chez les social scientists auxquels il donna par la suite du fil à retordre.

3 Il est impossible d’entrer ici dans les débats sur la notion d’« homogénéité » qui a fait confondre les thèses des marginalistes. L’article séminal pour mettre en évidence la confusion fut [Jaffé, 1976], suivi de nombreux autres.

4 Menger accompagna le Kronprinz Rudolf dans son tour d’Europe de l’ouest, le formant aux théories et à la réalité économiques de son temps. Les leçons ont été retrouvées et publiées, mais l’interprétation donnée dans la traduction anglaise [Menger/Streissler, 1994] est sujette à caution ; renvoyons sur ce point à la contestation des positions de Streissler par P. Rosner : « Liberal positions in Carl Menger’s writings » in [Campagnolo (dir.), 2008b, p. 127-148].

5 En 1897, Menger fut nommé correspondant de la Société Statistique de Paris. En 1901, il devint Président de l’institut international de Sociologie dont le siège était à Paris (et la langue officielle, le français). Un autre événement servit sa renommée : le faste de son jubilé pour ses soixante-dix ans. Un courrier intéressant à cet égard est la lettre de Charles Rist à l’organisateur viennois de la célébration (lettre datée du 26/10/1909).

6 La faiblesse de la bureaucratie impériale pourtant omniprésente était due notamment à l’incurie légendaire de ses fonctionnaires (la fameuse Schlamperei) en temps de paix, et, en dépit des parades et des bals brillants de la Cour viennoise, à une véritable faiblesse militaire depuis Sadowa (1866) jusqu’au désastre de 1918, dans une première guerre mondiale provoquée en grande partie par la conduite intransigeante et téméraire du gouvernement d’Autriche-Hongrie après l’attentat de Sarajevo de l’été 1914.

7 Comme présenté dans l’Avant-propos, il s’agit du projet « Carl Menger et l’évolution de l’École autrichienne » coordonné par Campagnolo au sein du programme du CNRS « Histoire des savoirs », qui a donné lieu au colloque d’où sont tirés les actes réunis dans ce volume.

8 Notons au passage, concernant l’article Geld, qu’une traduction française est en projet par les mêmes auteurs.

9 Un angle d’analyse y est en particulier traité qui est ici sciemment laissé de côté, c’est l’aspect politique. Il est longuement exploré (pour le lecteur anglophone) dans la partie « Menger : a true thinker in the tradition of liberal economics ? » du recueil complémentaire [Campagnolo (dir), 2008 b, p. 109-164 : chapitres de P. Rosner, H. Mayerhofer et W. Wilke]. Disons d’un mot que les positions de Menger le distinguent de ses successeurs, du Hayek de Droit, Législation et Liberté, comme des partisans autrichiens du soi-disant (et si mal-nommé) « ultra-libéralisme » (si nous les situons dans un courant allant de L. von Mises à M. Rothbard).

10 Sur ce point, voir en particulier le chapitre par Campagnolo G., « Was the Austrian School a “Psychological” School in the realm of Economics in Carl Menger’s view ? », in [Campagnolo (dir.), 2008b], p. 165-186. Dans le présent volume, la troisième section du chapitre de Mayerhofer revient sur ce point.

11 Cette approche prépare en somme le terrain à la lecture « polanyienne » proposée par Becchio. Menger était en vérité un collectionneur invétéré de récits de voyage et de rapports « ethnographiques » avant la lettre : environ le tiers des vingt mille volumes de sa bibliothèque conservée au Japon consiste en ouvrages de ce genre.

12 Encore une fois, nous renvoyons le lecteur à la note éditoriale à propos des trois volumes des Grundsätze révisés par Menger père, dont le plus utilisable, à la fois le plus lisible et celui dont il est certain que toutes les notes sont de lui, est celui conservé au Japon.

13 Des explications quant à cet état de fait sont avancées dans [Campagnolo, 2008e].

Auteur

Philosophe, chercheur au CNRS (unité CEPERC, Centre d’épistémologie et d’ergologie comparée : CNRS/Université de Provence), peut être contacté à l’adresse : Gilles.Campagnolo@univ-provence.fr

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable