Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Note éditoriale

Gilles Campagnolo

Texte intégral

Sur les deux principaux fonds d’archives, au Japon et aux États-Unis

1Les archives Menger ont été laissées dans l’oubli et inexploitées pendant longtemps. La raison en est que les fonds étaient d’accès difficile : l’un (le principal, en particulier la bibliothèque de près de vingt mille volumes que possédait Menger) est conservé au Japon, à l’université Hitotsubashi (kunitachi, banlieue de Tokyo) ; l’autre a reposé dans la cave de la demeure de Karl Menger fils (archives autant familiales que professionnelles) aux États-Unis, avant qu’à son décès (en 1985) sa fille ne livre le tout au Pr Roy Weintraub, de l’université Duke, en Caroline du Nord (lui-même le fils du Pr Sydney Weintraub, ami de Karl Menger). Notons incidemment qu’à Vienne il reste très peu de choses (diverses listes de cours par exemple dans les archives de l’Université passées aux archives d’État).

2La bibliothèque paternelle fut vendue après le décès de Menger en 1921 par sa veuve, afin de survivre à la misère qui sévissait en Autriche après la Première guerre mondiale. L’acheteur « le plus offrant » fut une université japonaise, et les documents partirent pour un lointain exil. L’université japonaise en question, l’« école des hautes études commerciales » de Kanda, au centre de Tokyo, est devenue depuis lors l’université Hitotsubashi (relocalisée à kunitachi, en banlieue de Tokyo ; l’histoire de l’université et des archives est narrée dans Ootsuka k. et alii [1975]). La collection y est aujourd’hui conservée quasiment en son entier au « Centre de recherches sur la littératures des sciences sociales occidentales » de l’université – sauf quelques dizaines de volumes qui avaient complètement disparu (et dont jusqu’à l’existence était ignorée même des spécialistes : Kauder ne la mentionnait pas) ; nous les avons retrouvés dans la bibliothèque du département d’économie de l’université de Tokyo, l’ancienne université impériale usuellement connue sous le nom de Todaï. En ce qui concerne le contenu de cette grande bibliothèque, rappelons que Menger avait réuni près de vingt mille volumes (l’une des grandes collections privées de son époque, un trésor que l’université de Vienne voulait accaparer gratis après la mort de Menger). Il en avait annoté bon nombre, dont un important exemplaire de ses Grundsätze et des volumes variés (l’Éthique à Nicomaque d’Aristote est l’un des plus riches en annotations manuscrites). Or, à l’exception notable de l’historien de l’utilité marginale Emil Kauder [Kauder, 1959-1960], de quelques érudits japonais sur place et des membres du projet qui a donné lieu au présent volume, cette source est restée peu exploitée alors même que son existence était connue (sauf les volumes à l’université de Tokyo). Cette documentation fournit des informations précieuses sur les réflexions de Menger et les révisions qu’il souhaitait éventuellement apporter à ses œuvres. Outre les travaux des contributeurs de ce volume, elle pourra nourrir bien des commentaires avant d’être épuisée.

3Parmi ces archives, notons les annotations manuscrites inédites de Menger sur le volume des Grundsätze envoyé par l’éditeur à l’auteur juste après sa parution en 1871, et corrigé au long des cinquante années suivantes. Il est, depuis 1922, conservé au Japon. Cet exemplaire est numéroté 3 par Menger, et il en existe en effet deux autres conservés à l’université Duke, mais dont on ne peut pas garantir pareillement l’authenticité des notes, qui sont au contraire à coup sûr identifiables comme dues seulement à Menger père dans le cas du volume qui se trouve au Japon. Le décryptage de ces notes avait été entamé par Emil Kauder, la correction de cette transcription a été menée par Campagnolo en même temps que par un groupe de chercheurs japonais (Y. Ikeda, C. Nakayama, S. Tomo). il en résulte trois relevés distincts qui regroupent l’ensemble des annotations manuscrites inédites de Menger à ses propres Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de 1871 : 1) on peut trouver le volume par Kauder, typographié mais conservant nombre d’erreurs, au fonds d’archives Menger ; 2) le volume des chercheurs japonais, sous la forme d’un rapport administratif, a été déposé auprès du Ministère de la recherche japonais ; 3) le volume élaboré par Campagnolo, sous forme de relevé intégral des notes avec corrections au vu des textes, est disponible auprès du Centre de recherches CNRS/CEPERC. Aucun volume n’étant encore édité commercialement (2009), des bribes circulent sur le Net, toutefois sans garantie de la validité de la source ni des corrections effectuées – en particulier sur le site du centre Ludwig von Mises (Alabama, États-Unis), citées par exemple par Salerno. Dans le présent volume, le chapitre de Niall Bond renvoie à ces dernières. La prudence qui doit prévaloir quant à leur exactitude exige toutefois d’émettre des réserves et de revenir aux relevés mentionnés.

  • 1 Aux États-Unis, nous avons pu examiner le fonds à loisir sur place (financement EDUCO et Duke, fév (...)

4Aux États-Unis, se trouvent surtout les archives de la Perkins Library de l’université Duke (Caroline du Nord), comportant les carnets de notes de Menger père ainsi que des archives familiales diverses (un bric-à-brac de lettres professionnelles ou intimes, diplômes, médailles, etc.) et encore deux exemplaires annotés de la main de Menger de ses Grundsätze (voir la section suivante de cette note). Ces archives sont aujourd’hui dépouillées [Caldwell, 1990 et catalogue des microfilms par Adam Matthew Publications, indiqué dans les références bibliographiques en début de volume]1.

Sur les deux éditions des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (1871 et 1923)

5Comme les références bibliographiques le font voir, il existe deux éditions des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de Menger : l’originale (de 1871), et celle publiée par son fils Karl Menger (1902-1985) à titre posthume en 1923. Carl Menger était décédé en 1921 ; son chef-œuvre datait déjà d’un demi-siècle, mais il n’avait pas donné l’édition révisée qu’il avait prévue, notamment en raison du fait suivant : quoique son intention originelle était que les Grundsätze constituassent le premier tome d’une œuvre plus importante, la « querelle des méthodes » (le Methodenstreit), dans laquelle il s’était trouvé embarqué, l’avait conduit à remettre ce projet sine die. La révision et la réédition de l’œuvre de 1871 s’imposaient donc et, à partir de 1889 en particulier, il s’y attela – mais sans parvenir au but, laissant après lui des monceaux de notes sur ses propres ouvrages. Alors que son fils entendait reconstituer fidèlement la pensée paternelle quand il entreprit d’achever la réédition, il ne peut pas tenir compte de ces notes dans les ouvrages expédiés au Japon. La même chose se retrouve dans nombre d’autres domaines concernant l’œuvre de Menger : l’exportation du Nachlass a soustrait la majeure part du matériel d’étude de la « doctrine Menger ». Par ailleurs, les cahiers de notes qui subsistaient entre les mains du fils étaient trop foisonnants d’indications variées. Le fils renonça à les mettre en ordre et publia l’édition posthume selon ses propres vues ; les différences qui apparaissent entre les deux éditions témoignent alors d’une lecture certainement différente de celle de son père, lecture redevable à d’autres influences que celles qui imprégnaient le milieu intellectuel un demi-siècle plus tôt.

6Dans l’édition de 1871 de l’ouvrage qui fut bientôt reconnu comme l’œuvre maîtresse de Carl Menger, les Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, les difficultés qui demeuraient, dues à cet état de choses, suscitaient des questions qui ont depuis lors agité les commentateurs. L’auteur voulait remettre son ouvrage sur le métier et il avait discuté longuement pour lui-même différents points : les annotations sur les volumes que lui avait envoyés son éditeur, Wilhelm Braumüller, à la sortie du livre, en témoignent. Sur des pages blanches collées au début du volume, ainsi que sur les pages intercalaires vierges de l’exemplaire (il était alors de coutume d’imprimer un exemplaire avec ces pages pour les révisions des auteurs), on peut encore aujourd’hui lire ces « repentirs » faits de révisions, de corrections et surtout d’ajouts que Menger comptait apporter à la seconde édition de son ouvrage. Son fils Karl, pour la réédition posthume de 1923, n’avait malheureusement plus à sa disposition nombre d’archives, notamment le volume le plus annoté de la main de son père décédé – puisque ce volume avait déjà quitté l’Europe pour le Japon, à la suite de la vente effectuée par sa mère.

7Malgré ce qu’écrit Menger fils, la consultation des volumes conduit donc à penser qu’il a lui-même pu inscrire des notes dans les deux autres volumes des Grundsätze contenant déjà des annotations paternelles, de sorte qu’on ne peut savoir à coup sûr ce qui appartient en propre au père que dans le volume conservé au Japon. Sur ce dernier est effectivement porté en première page ce numéro 3 déjà évoqué et qui est l’indice de l’existence des deux autres volumes qui sont conservés à Duke depuis 1990. Kauder n’en eut pas connaissance en son temps, mais Yagi et nous-même avons pu bénéficier de ces archives du fils déposées à Duke.

8Outre le volume des Grundsätze, c’est en réalité la bibliothèque tout entière qui avait abrité ses pensées que Menger père avait laissée après lui (au sens propre, son Nachlass) et qui manifeste le « work-in-progress » de l’économiste viennois [Campagnolo, 2008b, chap. « Menger : from the works published in Vienna to his Nachlass »]. En effet, tout un système de correspondance apparaît entre les notes qu’il portait sur les volumes qu’il lisait et sur ses propres ouvrages. Or cette source riche était devenue quasiment inaccessible du fait de l’éloignement géographique. De plus, pendant une bonne partie du xxe siècle, les conflits ne facilitaient pas les échanges, et des préoccupations plus « vitales » préoccupèrent les universitaires européens : de nombreux économistes autrichiens s’exilèrent aux États-Unis, en passant comme Hayek par la Grande-Bretagne, ou comme Ludwig von Mises par la Suisse. Les suites de cet exil, tant du matériau de première main que des hommes, eut des conséquences notables. La lacune concernant les concepts sous-tendant la pensée de Menger dans la Vienne des années 1870 est à cet égard manifeste. Entre lui et son fils, un monde avait changé.

9De Carl Menger à Karl Menger, et d’une édition à l’autre, montrons ici quelques différences pour illustrer ce point en présentant d’abord une comparaison des tables des matières des deux volumes :

Les deux versions des Principes de l’économie politique de Carl Menger : 1871 1923

Les deux versions des Principes de l’économie politique de Carl Menger : 1871 1923
  • 2 « Two souls reside within my breast » dans l’introduction en anglais de la réédition ultérieure [M (...)

10La question est donc de savoir ce qui, dans la version donnée par le fils de Menger, revient en propre à ce dernier, et ce qui était effectivement conforme aux intentions du père pour une version révisée qu’il n’a finalement lui-même jamais donnée. Menger fils acheva ce que son père n’avait pu mener à terme, mais ne le trahit-il pas en quelque manière ? Il proclama dans l’introduction de l’édition, en hommage à son père mort en 1921, que « deux âmes avaient élu domicile en son sein » (nous dirions que « deux cœurs battaient dans sa poitrine »)2. Or, l’on trouvera chez le père une inspiration aristotélicienne (le chapitre du présent volume par Campagnolo et Lordon y revient), et chez le fils plutôt des éléments congruents avec le positivisme logique dont il fut un représentant éminent dans la Vienne des années 1930. Ainsi divergeaient clairement les pensées du père et du fils ; l’examen des variations entre les textes des Grundsätze le révèle.

11Des traits majeurs de la conception mengérienne sont, en vérité, en jeu : le réalisme et l’échelle des biens comme la triade « survivre – vivre – bien vivre » (au sens d’Aristote) manifestaient ainsi chez Menger père une conception causale de la déduction en science, que le père fondait sur cette « réalité », ce qui ne devait pas être le cas du fils. S’il est déjà possible de saisir rapidement la chose par ce simple tableau comparatif, il est certes impossible de mener ici, dans une simple note éditoriale, la comparaison détaillée des points soulevés par la lecture attentive des deux éditions. Mais surtout, il ne peut être répondu à la question de l’attribution des concepts qu’en retournant aux manuscrits mêmes. L’absence du matériau d’archives avait privé Karl Menger fils d’indications importantes pour la réédition qu’il donnait. Elle l’empêchait également de vérifier, texte à l’appui, si les choix qu’il effectuait correspondaient ou non aux intentions paternelles.

  • 3 Le tableau se trouve dans un carnet conservé dans la boîte d’archives 24 de la bibliothèque Perkin (...)

12Pourtant, il aurait pu s’appuyer sur des éléments des carnets paternels qu’il avait conservés, et qui sont aujourd’hui à Duke. Ainsi du tableau de concepts suivant, rédigé par son père sous l’intitulé de « Geflügelte Worte » (« Mots », ou plutôt : « pages volantes »)3

  • 4 Voir la liste des principaux articles concernant le fonds d’archives de l’université Hitotsubashi (...)

13Ce qui aurait été dicté par l’utilisation des écrits laissés par Menger père, comme dans le cas de ce tableau, voilà qui a donc été laissé de côté par son fils dans une grande mesure. Le travail de reconstitution en est rendu d’autant plus ardu, mais également plus nécessaire, pour rétablir la « doctrine Menger » dans son caractère originel. Pour cela, il fallait donc examiner de près les annotations de Menger père, ce qui supposait d’abord de déchiffrer l’écriture manuscrite et de la retranscrire. Ce travail fut entamé par Emil Kauder au début des années 19604

14Du point de vue des textes, il faut donc relever ce qui, dans la version donnée par le fils diffère, dans la lettre et dans l’esprit, des écrits laissés par le père. Les deux raisons principales des différences sont les suivantes : premièrement, Karl Menger fils n’avait pas à sa disposition nombre de documents de son père quand il mit au point la seconde édition (en l’absence de la bibliothèque expédiée au Japon) ; deuxièmement, en dépit de sa bonne foi, et malgré ses déclarations, le fils n’avait pas les mêmes conceptions que son père sur des points essentiels comme la théorie de la science (réalisme aristotélicien paternel, positivisme hypothético-déductif du Cercle de Vienne quant au fils), et le fait que ces choses sont connues n’a pas manqué d’influencer le travail ultérieur d’édition des textes – peut-être même trop, en conduisant à sous-estimer l’importance de l’édition de 1923, argumente G. Becchio dans ce volume. Mais il reste clair que des différences sensibles doivent apparaître – comme dans le cas de l’influence aristotélicienne reçue par Menger père, mais absolument pas par le fils. Il n’est donc possible de répondre de manière définitive à leur question de l’authenticité de ce qui nous est parvenu qu’en retournant, une fois encore, aux textes.

15Il reste alors à procéder à une analyse tant interne qu’externe des écrits, par la mise en contexte. Donnons-en un exemple bref sur la base du tableau comparatif donné supra des tables des matières des éditions de 1871 et de 1923. Qu’apparaît-il ? D’abord, le raisonnement portant sur le caractère relationnel passe au second plan en 1923. Ce qui fait qu’un bien est économique, chez Menger père, c’est pourtant la relation dans laquelle le sujet le fait entrer en vue de la satisfaction d’un besoin ultime qu’il ressent – et dont, en vertu de l’unicité de cette sensation qui lui est propre, il est bien le seul à pouvoir juger. Le sujet devient un agent économique en ce qu’il repère ce qui est à sa disposition (verfügbar) dans son environnement (Außenwelt – les Geflügelte Worte sont assez clairs sur ce point). La notion relationnelle de « bien » donne également matière à une différence avec ce qui apparaît tendanciellement à la lecture du texte de 1923, où un psychologisme a minima fait régulièrement surface. Par exemple, Menger fils superpose un concept de « besoin » qui y caractérise moins la relation que la nature d’un objet auquel on pourrait, en somme, presque l’imputer comme une propriété. Cette simple comparaison donne donc bien quelques indications, comme on le voit déjà dans le fait que deux chapitres sont intercalés par Menger fils au début de l’ouvrage.

  • 5 « Pour qu’une chose devienne un bien, ou, en d’autres termes, pour que la qualité d’être un bien l (...)

16Si l’on se rappelle comment Carl Menger (père) caractérisait la théorie des biens économiques5, on verra que Karl Menger (fils) souligne le premier point (certes, à juste titre important) en centrant sur lui un nouveau premier chapitre de l’ouvrage. Or, dans ses annotations manuscrites et corrections diverses, Menger père n’indiquait nullement une telle intention. La réponse à la question de l’attribution des conceptions différentes qui surgissent dans la seconde édition ne peut donc venir que des archives : voilà un premier élément certain. Après une lecture attentive, nous pensons pouvoir affirmer premièrement, que le raisonnement sur le caractère économique des biens, c’est-à-dire une formulation particulière de la théorie de l’utilité marginale selon Menger père est moins, au contraire de ce qui apparaît souvent tendanciellement dans la seconde édition, une caractéristique de nature psychologique que l’enchaînement de déductions logique fondées sur le rapport entre les biens et les fins (subjectives) de l’agent. Deuxièmement, il est possible de dire que l’enchaînement fondé dans la causalité ainsi conçue l’est selon un réalisme inspiré d’Aristote, auquel Menger fils devait être étranger par sa formation et comme le montrent amplement ses autres textes [Menger k., 1979]. Ce réalisme inspiré d’Aristote constitue également le causalisme qui forme le fond méthodologique de la réflexion de Menger père ; il est prégnant dans le cadre même de la recherche de « lois » générales de la science, tandis qu’on sait que la recherche de lois se fait selon une approche nomologico-déductive de la science anti-réaliste chez les « positivistes logiques » qui formaient les cercles dans lesquels évoluait Menger fils.

  • 6 Notre attention a été attirée sur cet auteur par les réflexions de David Versailles, que nous reme (...)

17Il faut encore relever les différences entre des termes parfois proches, mais néanmoins utilisés selon des usages divergents par le père et par le fils. Certains écarts ont d’ailleurs été repérés par les commentateurs : ainsi, celui qui existe entre les termes Bedarf et Bedürfnisse [Bloch, 1937]6. Pourtant synonymes dans l’allemand courant, les deux termes prennent un sens technique distinct dans les deux ouvrages, ce qui indique une séparation profonde quant à la conception du « subjectivisme » mengérien. En effet, « Bedürfnisse » prend plus facilement le sens « objectif » de la quantité de biens nécessaire à la satisfaction d’un besoin, alors que le terme Bedarf insiste plutôt sur le besoin lui-même. Ce sont là questions d’accent mis sur les caractéristiques du concept, mais le mélange entre les deux termes est dû au fils dans l’édition de 1923, ce que corroborent à la fois l’inclusion dans le volume d’une Théorie des besoins (Die Lehre von der Bedürfnisse) comme chapitre inaugural neuf et le troisième chapitre intercalé, alors qu’en 1871 Menger père liait fortement les chapitres du début de l’ouvrage.

  • 7 Mais les dates mêmes portées sur ces carnets rendent improbable leur usage pour les annotations ma (...)
  • 8 C’est à l’époque de Menger père que se constitue la psychologie expérimentale, notamment dans l’œu (...)

18Les éclaircissements que semblait vouloir le fils se révèlent sources de confusions entraînées par des variations qui nuisent à la clarté du contenu de la doctrine, entraînant par exemple certains héritiers de l’école autrichienne (en l’occurrence Ludwig Lachmann) précisément à reprocher à Menger de ne pas avoir accompli son programme « subjectiviste » de manière complète [Lachmann, 1978, p. 57-59]. Or c’est inexact et peut-être dû, dans une certaine mesure, à une influence possible exercée par la relecture du fils… faute de pouvoir entièrement se prononcer sur ce point, il n’en reste pas moins que la généralisation de la notion d’agent économique « standard » dans le mainstream de la profession économique, envisagé d’un point de vue de plus en plus psychologique, crée également des difficultés d’interprétation de cette spécificité autrichienne qu’est l’individualisme méthodologique pur, tant sur un plan philologique (dans le corpus de l’école) qu’interprétatif (chez ses interprètes, au sein de l’école comme en dehors d’elle). Que disent les archives sur ce point ? D’une part, les carnets de notes de Menger père, que son fils put utiliser, montrent certes son intérêt pour la psychologie à la fin de sa vie7. Mais, d’autre part, les progrès dans la définition du nouveau paradigme économique (marginaliste) l’ont été en séparant progressivement, de plus en plus nettement, l’idéal rationnel de l’agent économique (sorte d’idéal-type dans la théorie pure autrichienne, comme devait le relever Max Weber) et les lois psychologiques expérimentales (c’est-à-dire empiriques) qui décrivent comment on atteint la « satiété » de sa satisfaction (notamment la loi de Weber-Fechner)8. En cernant de plus en plus précisément les objets des disciplines, on évite les confusions qu’entraîne la tendance à nourrir un champ disciplinaire des résultats d’un autre. Menger et Weber se sont employés à des distinctions les plus claires possibles à cet égard. Mais leurs disciples ont pu augmenter la confusion au lieu de la réduire.

19Quoi qu’il en soit, la terminologie même de Menger fils diffère de celle de Menger père, qui faisait dériver, lui, le concept de « valeur » chez le sujet économique de « l’utilité » qu’il éprouve vers la « signification » qu’il en construit (de Nützlichkeit, on passe ainsi à Bedeutung) en fonction du temps et de ses connaissances (de son ignorance). Lequel des deux termes est le plus subjectif ? Lequel est le plus proche de l’intuition originelle de la doctrine mengérienne originelle ? Ces questions demeurent ouvertes à l’analyse, mais leurs réponses dépendent des textes et ne peuvent pas être considérées comme allant de soi. il faut donc retourner à ces textes et à l’accès possible qu’on peut en avoir – chaque chapitre du présent volume est en somme consacré à cette entreprise dans le domaine déterminé que son auteur a choisi. Or, outre les changements apportés au texte de 1871 de Menger par son fils, la tradition « autrichienne » se met en place tout entière sur un accès restreint à ces textes ; le cas de l’édition de 1923 n’en est, en l’occurrence, que l’exemple le plus frappant, du fait de l’évolution entre les deux éditions. Ces archives manquèrent à l’école de pensée autrichienne alors que ses membres devaient à leur tour s’exiler ; ils partirent le plus souvent pour des terres de langue anglaise : ce fut en particulier, en passant par la London School of Economics, vers Chicago, dans le cas de Hayek, mais tant d’autres encore fournirent les bataillons des départements d’économie et/ou de sciences sociales aux États-Unis dès l’Entre-deux-guerres.

Sur la réédition de l’œuvre publiée de Menger par Friedrich Hayek : un éclairage sur les Gesammelte Werke

20S’il convient de discuter le cas de Hayek, après celui du fils de Menger, toujours dans la perspective de la « succession éditoriale » du fondateur de l’école autrichienne, c’est que Hayek plus que tout autre a agi pour se présenter en héritier légitime, « petit-fils spirituel » (nous traduisons l’allemand Enkelschüler) de Menger. Sa réédition des Œuvres fournit encore aujourd’hui l’accès le plus aisé aux textes de Menger.

21La réimpression et la republication par Hayek des œuvres de Menger eut lieu de 1934 à 1936 à la London School of Economics, dans un contexte (celui de la publication de la Théorie générale de keynes) qui était aussi polémique que celui de l’époque de Menger. Les quatre tomes des Carl Menger Gesammelte Werke ont été ultérieurement réédités et réimprimés en Allemagne en 1968-1970 par J.C.B. Mohr (qui a repris le fonds de l’éditeur Paul Siebeck, à Tübingen). Dans l’Entre-deux-guerres, quand Hayek œuvrait en Angleterre, si le nom de Menger était connu et son renom intact, peu nombreux étaient ceux qui le lisaient véritablement. Hayek changea cela. Ce mérite lui demeure pleinement. Les œuvres qu’il a recueillies sont les suivantes :

  • L’édition originale des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (Principes d’économie politique) parus à Vienne chez Wilhelm Braumüller en 1871, reproduite à l’identique dans le volume I ; c’est l’ouvrage théorique fondateur de la tradition autrichienne. La seconde édition fut donnée par le fils de Menger (cf. les explications de la section précédente dans la présente note éditoriale).
  • L’édition originale des Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften [sic] und der Politischen Oekonomie insbesondere (Recherches sur la méthode des sciences sociales et de l’économie politique en particulier) parue à Leipzig chez Duncker & Humblot en 1883, reproduite à l’identique dans le volume II ; cet ouvrage de méthodologie marqua l’apogée du conflit entre la tradition autrichienne naissante et l’historicisme économique de l’école allemande, le fameux Methodenstreit (« querelle des méthodes ») de la fin du xixe siècle.
  • dans le volume III, différents écrits plus courts sur des questions de méthode et d’histoire de l’économie politique (Kleinere Schriften zur Methode und Geschichte der Volkswirtschaftslehre). Menger y développe des réflexions sur les théories « sociales » des économistes classiques9 ; ou encore des portraits (parfois des nécrologies) des représentants des écoles de son temps (par exemple sur « Wilhelm Roscher », en 1894).
  • dans le volume IV enfin : Schriften über Geld und Währungspolitik, différents écrits monétaires parfois longuement développés, comme l’article Geld, dont la première version de 1892 pour le Handwörterbuch der Staatswissenschaften fut révisée pour aboutir au texte reproduit dans les G. W. (texte daté de 1909).

22Comme la plupart des travaux d’édition majeurs de ce genre, on ne saurait jamais assez les louer, quoiqu’il faille souligner qu’il y avait également des raisons d’urgence polémique dans le champ théorique qui appelaient une telle initiative. Il est bien connu que Lionel Robbins avait fait venir Hayek en vue de s’opposer le plus efficacement possible à la diffusion du keynésianisme depuis Cambridge. On peut même dire que l’inflexion de la London School of Economics, fondée bien plus tôt par des socialistes fabiens, résulta de cette orientation de manière quasiment définitive. La raison était que l’interrogation keynésienne portait profondément sur la nature de la science économique : en donnant naissance à une branche même de cette science (la macro-économie, pour le dire vite), elle imposait la confrontation à un niveau fondamental, précisément celui qu’avait convoqué Menger un demi-siècle plus tôt, pour fonder sa doctrine, notamment en discutant la méthodologie d’un individualisme strict (qui n’avait pas pris son nom de Menger, mais bien de ses héritiers). Les outils théoriques tirés de l’œuvre de Menger constituaient de la sorte le solide héritage intellectuel revendiqué par Hayek dans l’introduction des G. W., en même temps que la « pierre sur laquelle il bâtissait sa propre église ».

23Mais si Hayek permettait (et conseillait) de revenir au fondateur, c’était tout autant pour imposer ses propres concepts, point toujours identiques aux originaux ; en somme, on risquait aussi de quitter la doctrine Menger par son entremise – et c’est ce qui se passa. Ce dernier point doit être souligné : tout en recensant bien tous les textes de Menger, mais en rééditant certains d’entre eux publiés de son vivant, Hayek opérait des choix. Et s’il fournissait la bibliographie complète de l’auteur, il effectuait sa propre sélection et ne rendait pas de nouveau tous les textes accessibles. Il se positionnait en même temps lui-même comme autorité et donnait comme corpus de référence à la tradition autrichienne ses propres choix. En outre, la bibliographie ne contient, et pour cause (Hayek connaissait l’existence des archives et affirme ne pas vouloir s’y pencher plus que Karl Menger fils ne l’avait fait !), aucune indication ni sur les notes manuscrites inédites (qui se retrouvaient au Japon), ni sur les carnets sur lesquels Karl Menger avait fait l’impasse pour publier l’édition de 1923. Hayek est conscient que Menger fils a changé le texte des Grundsätze, et il revient pour cette raison à l’édition d’origine, mais c’est aussi parce qu’il n’entend pas entreprendre un travail philologique pourtant nécessaire (mais où il ne disposerait pas non plus de toutes les archives indispensables). De la sorte, il ne tient pas compte du souhait de l’auteur de réviser son texte. Bref, les indications abondantes et précieuses de Menger sur ce qu’il voulait retoucher de son œuvre disparaissent de ce fait pour longtemps corps et biens… Et il n’en est plus question jusqu’aux recherches d’archives de Kauder. Contrainte matérielle inévitable, soit ; mais les conséquences sont majeures et regrettables : en figeant le texte fondateur dans un état non définitif aux yeux de son auteur, sans rien établir scientifiquement, Hayek ne fait rien moins que trahir la doctrine du fondateur, pour y appuyer d’autant plus facilement ses analyses, voire soutenir des thèses qui lui sont propres…

  • 10 Une récente (et fiable) histoire du libéralisme choisit ainsi naturellement Hayek pour présenter l (...)

24La légitimité ainsi acquise devait conduire tant ses disciples que ses adversaires (socialistes et/ou keynésiens) à risquer de confondre les doctrines de Menger et de Hayek – puisque, encore aujourd’hui, ce dernier est regardé comme le plus représentatif des auteurs « autrichiens »10. C’est du sein même de l’école que les résistances à cette interprétation vinrent alors, et Ludwig von Mises, l’aîné de Hayek dans la lignée « autrichienne », eut ses propres disciples avides de restituer une orthodoxie qui devait parfois tourner à l’autoproclamation d’un extrémisme revendiqué [Campagnolo, 2006]. Là encore, en somme, il faut remarquer que l’autorité des textes, qui devrait toujours seule prévaloir, est bien mise à mal. Une analyse qu’on pourra dire d’« épistémologie sociale », soucieuse de comprendre l’évolution de l’école et la révision du corpus à laquelle les membres procédèrent est alors nécessaire. Le programme dont le présent volume réunit les actes visait précisément cet objectif ; ce n’est point dans cette note éditoriale, mais dans l’introduction et la conclusion générale de ce volume qu’il faudra donc y revenir.

  • 11 Le texte français a pratiquement disparu de toutes les bibliographies anglo-saxonnes sur le sujet (...)

25Comme dernier mot dans cette note éditoriale, il reste enfin à attirer l’attention sur le texte proposé comme document dans le présent ouvrage. La bibliographie de Hayek mentionne bien sûr l’article On the Origin of Money, que Menger avait fait paraître dans The Economic Journal en 1892, la même année que son grand article « Geld » dans le Handwörterbuch der Staatswissenschaften (Dictionnaire des sciences politiques) et que son seul article publié directement en français « La monnaie, mesure de valeur », paru initialement sous la signature « Charles Menger », Revue d’économie politique (vol.VI, p. 159-175). Quoique très connu et très souvent commenté, au point d’éclipser les deux autres textes de 1892 chez les commentateurs11, l’article rédigé en anglais a subi bien des outrages, notamment dans les traductions qui circulent sur le Net. C’est pourquoi la première traduction française intégrale, ici effectuée par nos soins, est apparue d’autant plus utile, voire absolument nécessaire. Un commentaire en est donné dans le chapitre rédigé par Campagnolo et Tosi.

Bibliographie

Références bibliographiques

Catalogue du fonds Menger du « Centre de recherches sur la littératures des sciences sociales occidentales » de l’université Hitotsubashi, kunitachi, Tokyo, Japon. Premier catalogue : Tokyo Shoka Daigaku Fuzoku Toshokan Karu Menga bunko mokuroku, 1922. Second catalogue, Hitotsubashi Daigaku Fuzoku Toshokan Karu Menga bunko mokuroku II, 1955.

Catalogue du fonds Menger de la Perkins Library de l’université Duke, Durham, Caroline du Nord, États-Unis d’Amérique : Economists’ Papers. Series Three : the Papers of Carl Menger, 1840-1921, from the William R. Perkins Library, Duke University. Part1 : Notebooks, Notes on Economic Principles and Notes on Money. Part 2 : Lectures, Notes on Methodology, Correspondence, Biographical Materials, Miscellanea and Printed Matter (including the annotated Grundsätze). A Listing Guide to Parts 1 & 2. Malborough, Adam Matthew Publications and Duke University, Durham, North Carolina, USA, 1996.

Bloch H. S., La théorie des besoins de Carl Menger (introduction de Gaëtan Pirou), Paris, 1937.

Caldwell B. (dir.), « Menger and his Legacy in Economics », History of Political Economy, supplément annuel au n 22, Duke University Press, Durham-London, 1990.

Campagnolo G., « Menger : Money as Measure of Value. Translated by G. Campagnolo. With an English Presentation of Menger’s Essay in Monetary Thought », History of Political Economy, vol. 37/2, 2005, p. 233-261.

« Seuls les extrémistes sont cohérents », Rothbard et l’École austro-américaine dans la querelle de l’herméneutique, Lyon, ENS-Éditions, 2006 (comprend la traduction de : Rothbard M., « The hermeneutical invasion of philosophy in economics », Review of Austrian Economics, 1989).

Kevorkian G. (dir.), La pensée libérale. Histoire et controverses, Paris, Ellipses, 2010.

Lachmann L., « Carl Menger and the incomplete revolution of subjectivism », Atlantic Economic Journal, 1978, 6 (3), p. 57-59.

Menger K. (fils), introduction (Einleitung der Herausgeber) de l’édition de 1923 des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (notée [Menger, 1923]).

Selected Papers in Logic and Foundations, Didactics, Economics, Dordrecht, Boston & London, Reidel, 1979.

Ootsuka K. et alii, Hitotsubashi Daigaku Fuzoku Toshokan Shi (Histoire de la bibliothèque rattachée à l’université Hitotsubashi), Tokyo, Hitotsubashi University Press, 1975.

Rosner P., « Liberal positions in Carl Menger’s writings », in Campagnolo (dir.), CarlMenger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte / Discussed on the Basis of New Findings, frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008(b), p. 127-148.

Weber M., « Die Grenznutzlehre und das “psychophysische Grundgesetz” », 1908, in Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, UTB, (Paul Siebeck), J. C. B. Mohr, 1988, p. 384-399.

Yagi K., « Carl Menger’s Grundsätze in the making », History of Political Economy, 1993, vol. 25, n 4, p. 697-724.

Notes

1 Aux États-Unis, nous avons pu examiner le fonds à loisir sur place (financement EDUCO et Duke, février 2002 et novembre 2006). Au Japon, nous avons bénéficié d’une bourse ministérielle japonaise (Monbusho) dès 1997-1999, puis de financements pour consulter ces archives, notamment l’ACI du CNRS d’où résulte le présent volume.

2 « Two souls reside within my breast » dans l’introduction en anglais de la réédition ultérieure [Menger, 1923]

3 Le tableau se trouve dans un carnet conservé dans la boîte d’archives 24 de la bibliothèque Perkins, Université Duke. Un commentaire de ces « Menger Papers, Box 24 » a été donné par [Yagi, 1993]. Mais déjà en France, il fallait noter, sur les concepts mêmes, et ceux utilisés en particulier dans le volume posthume des Grundsätze de 1923, un travail de thèse [Bloch, 1937]. L’original du tableau est naturellement en allemand. Nous avons repris les termes anglais de la trad. Dingwall et Hoselitz [Menger, 1871/1950] (par exemple, means of subsistence revient p. 133, p. 170, etc. du texte anglais) et choisi les termes français en suivant des indications de Menger lui-même, qui maîtrisait le français et s’interrogeait sur les meilleures correspondances. L’édition anglaise préfacée par Frank Knight offre au public anglophone la version de référence dans laquelle les disciples américains des auteurs autrichiens devaient dès lors lire le texte de 1871. Aucune nouvelle traduction intégrale n’a été entreprise depuis lors, et c’est ainsi notamment que l’édition de 1923 (avec les différences soulignées ici) n’est pas traduite. Parce que les textes ne sont parfois plus lus en allemand, même par les héritiers du courant autrichien, l’influence de cette édition, qui est cependant réelle, est passée par les commentaires de seconde main sur les textes de Menger fils en particulier et n’est souvent pas reconnue comme telle. Par ailleurs et pour dire le moins, le travail de traduction de 1950 jette un trouble dans l’interprétation de Menger. Les difficultés rencontrées par les traducteurs, qu’eux-mêmes reconnaissent dans leur introduction (préface de [Menger, 1871/1950]), et les approximations dans la traduction de certains termes (comme leur choix très discutable du terme « economizing » pour « wirtschaftenden ») nécessiteraient un nouveau travail de traduction en anglais. Il existe d’ailleurs en revanche deux traductions en italien de chacune des deux éditions des Grundsätze ! Quant au français, le projet de traduction des Grundsätze de 1871 est en cours par le directeur du présent volume.

4 Voir la liste des principaux articles concernant le fonds d’archives de l’université Hitotsubashi dans les références concernant Menger supra.

5 « Pour qu’une chose devienne un bien, ou, en d’autres termes, pour que la qualité d’être un bien lui appartienne, il faut par conséquent que soient réunies les quatre conditions préalables requises suivantes : 1. Un besoin humain.; 2. Des propriétés de la chose telles qu’elles la rendent apte à se trouver établie dans une relation causale avec la satisfaction de ce besoin. ; 3. La connaissance de cette relation causale de la part de l’homme. ; 4. La disposition de cette chose de sorte que, véritablement, puisse effectivement être obtenue la satisfaction de ce besoin-ci. » [Menger, 1871, p. 3, notre traduction]

6 Notre attention a été attirée sur cet auteur par les réflexions de David Versailles, que nous remercions ici.

7 Mais les dates mêmes portées sur ces carnets rendent improbable leur usage pour les annotations manuscrites relevées sur le volume des Grundsätze de 1871 envoyé par l’éditeur, sans certitude sur ce point toutefois. Sur cette question du rapport de Menger père à la psychologie de son temps, voir [Campagnolo., 2008b, chap. « Was the Austrian School a “Psychological” School in the realm of Economics ? », p. 165-186]

8 C’est à l’époque de Menger père que se constitue la psychologie expérimentale, notamment dans l’œuvre de Wundt, dont Menger prit connaissance ; les notes manuscrites montrent toutefois ses réticences à l’utiliser dans le domaine économique. L’article de Weber concernant les limites de la loi psychologique de la satiété (dite « loi de Weber-Fechner », du nom d’un psychologue homonyme) est également très clair à ce sujet [Weber, 1908/1988]

9 Avec un écho certain dans le grand public de son temps : par exemple, l’essai « Die Social-Theorien der classischen National-Oekonomie und die moderne Wirthschaftspolitik », parut d’abord dans la Neue Freie Presse de Vienne car Menger était proche de Moritz Szeps, son fondateur et directeur (no 9470 et 9472 des 6 et 8 janvier 1891)

10 Une récente (et fiable) histoire du libéralisme choisit ainsi naturellement Hayek pour présenter l’ancrage autrichien [kévorkian (dir.), 2010]

11 Le texte français a pratiquement disparu de toutes les bibliographies anglo-saxonnes sur le sujet au profit de l’article On the Origin of Money. La traduction anglaise s’imposait donc ; elle a été donnée dans [Campagnolo, 2005]. Dès lors, la référence est réapparue dans les bibliographies des articles spécialisés…

Table des illustrations

Titre Les deux versions des Principes de l’économie politique de Carl Menger : 1871 1923
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable