Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Avant-propos

Les origines de ce volume

Texte intégral

1Le présent ouvrage regroupe les contributions d’un colloque organisé sous le même intitulé que ce volume à Aix-en-Provence (22 et 24 novembre 2007) et à Marseille (La Vieille Charité, le 23 novembre). Furent alors présentées les dernières épreuves avant tirage du volume en anglais et en allemand Carl Menger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte / Discussed on the Basis of New Findings (frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 250 p., paru en 2008). Les présentations données lors du colloque firent souhaiter un nouveau recueil, cette fois en français. Certains auteurs ont ainsi participé aux deux volumes, avec le même coordinateur. Pour autant, les textes proposés sont différents.

  • 1 Ainsi celui de Bertram Schefold : « L’histoire économique de Max Weber et les traces de la lecture (...)

2Certains chapitres du présent volume n’avaient pas été fournis lors du Colloque, mais les participants ne s’en étonneront pas : les textes retenus ont été insérés car ils reflètent le même esprit. Certains ont d’ailleurs été discutés au séminaire de philosophie économique (séminaire CNRS conjoint des unités de recherche en économie GREQAM – ou Groupement de Recherches en Économie Quantitative d’Aix-Marseille, UMR 6579 du CNRS – et d’épistémologie CEPERC, ou Centre d’épistémologie et d’ergologie comparées, UMR 6059). Le séminaire, coordonné par Gilles Campagnolo à Aix-en-Provence, fonctionne comme un « laboratoire » des productions aixoises en philosophie économique. Les contributions présentées peuvent y être retravaillées. Révisions et additions expliquent ainsi en partie le délai entre la tenue du colloque et la présente publication, tandis que certains textes présentés à cette occasion étaient déjà prévus pour publication ailleurs1. Le lecteur ne s’étonnera donc pas de rencontrer ailleurs mentionné ce colloque qui a fait date, et c’est à l’obligeante insistance de collègues qui ont manifesté leur intérêt sans pouvoir y assister (en raison de troubles universitaires) qu’est due la présente publication spécifiquement dédiée à ce projet. Le lecteur s’en rendra compte : les contributeurs s’y engagent pour susciter d’autres lectures des textes de Menger.

3Du point de vue pratique, le colloque fut organisé sous l’autorité de l’unité CEPERC dans les locaux de l’unité GREQAM, à Aix-en-Provence et au Centre de la Vieille Charité de Marseille. Le cadre du programme du CNRS dénommé « Histoire des savoirs » et du projet « Carl Menger et l’évolution de l’École autrichienne, étude d’épistémologie sociale » (porté par Campagnolo) a suscité la coopération scientifique de membres extérieurs à ces unités (français et étrangers, comme le professeur karl Milford de l’université de Vienne, titulaire de la chaire qu’inaugura en son temps Menger lui-même). Sensible à cette ouverture internationale, la mairie de Marseille finança la journée tenue à Marseille.

  • 2 L’« Union pour la politique sociale » est l’association professionnelle des économistes germanopho (...)

4Le comité était composé, sous la responsabilité de Gilles Campagnolo, de Pierre Livet et Jean Magnan de Bornier pour la partie scientifique, de Michèle Chambert, Martine fize et Anaïs Mauriceau pour la partie administrative. Depuis l’étranger, karl Milford apporta un soutien qu’il renouvela tant pour le volume cité plus haut : Carl Menger. Neu erörtert… que pour la présente publication, à l’occasion du congrès annuel du Dogmenhistorischer Ausschuss des Vereins für Socialpolitik qu’il organisa à Vienne en mai 20092.

Notes

1 Ainsi celui de Bertram Schefold : « L’histoire économique de Max Weber et les traces de la lecture de Carl Menger qu’on y trouve » introduit-il le volume 6 d’histoire économique des Œuvres complètes de Weber (Band VI, Abteilung III : Vorlesungen und Vorlesungsnachschriften, 1919-1920).

2 L’« Union pour la politique sociale » est l’association professionnelle des économistes germanophones. fondée en 1872, du temps de Menger donc (ce dernier eut d’ailleurs à lutter vivement contre elle car son adversaire Schmoller la contrôlait), elle diffuse l’information sur les actions consacrées à la pensée économique de langue allemande, comme celle du coordinateur du présent projet (qui en est membre)

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable