Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Deuxième partie. Applications

Chapitre III. Les débuts de l’écriture

Texte intégral

1Les écritures les plus anciennes, comme l’écriture cunéiforme sumérienne, que l’on date de -3300 av. J.-C, et l’écriture hiéroglyphique égyptienne, que l’on date de -3200 av. J.-C, ont la même particularité de présenter des caractères graphiques qui peuvent avoir trois valeurs différentes. Un caractère peut en effet être soit un logogramme, c’est-à-dire un signe qui note le signifié d’un lexème et, ce faisant, représente à lui seul tout le lexème, soit un phonogramme, c’est-à-dire un signe qui note un élément phonique du signifiant d’un lexème, soit enfin un déterminatif, c’est-à-dire un signe qui note ni le signifiant ni le signifié d’un lexème, mais indique seulement la classe sémantique à laquelle appartient le lexème auquel il est rattaché.

2En hiéroglyphes égyptiens par exemple, le signe graphique correspondant à un cercle avec un point au milieu peut, à lui seul, signifier le « jour », ou le « soleil », et noter ainsi deux lexèmes différents, homographes mais non homophones, à savoir le mot hrw « jour » (cf. Gardiner, 19943, 37), et le mot r ‘ « 1) soleil, 2) jour » (cf. Gardiner, 19943, 37). Mais il peut aussi s’ajouter à l’écriture d’un assez grand nombre d’autres mots à titre de déterminatif générique, premièrement aux lexèmes signifiant une propriété ou une action du soleil, comme

jtn « disque solaire » (cf. Gardiner, 19502, 555), sšp « lumière du jour » (cf. Gardiner, 19502, 592), wbn « se lever, briller » (cf. Gardiner, 19502, 30 et 560), etc.

3et deuxièmement aux lexèmes appartenant au champ sémantique du temps, comme

rk « temps, époque » (cf. Gardiner, 19502, 578), r’nb « quotidiennement » (cf. Gardiner, 19502,577), nḥḥ « éternité » (cf. Gardiner, 19502,575), etc.

4S’il est suivi du déterminatif de divinité, il alors le sens du « dieu-soleil Rê ». Par contre il n’est pas utilisé comme phonogramme.

5Le signe graphique constitué d’un œil est le logogramme qui note le lexème « œil », dont le signifiant est jrt. Mais ce peut être aussi un phonogramme bilitère correspondant aux deux consonnes initiales du signifiant de ce lexème, et notera alors le verbe jrj « faire » ou encore le début du lexème irtt « lait ». Et il sert aussi de –déterminatif à tous les lexèmes qui sont en rapport avec la vue, par exemple

dgj « voir, regarder », šp « aveugle », rs « (être) éveillé, vigilant », etc.

6De même en sumérien, le signe graphique représentant une sorte d’étoile à huit branches à l’aide de deux coins hortogonaux et deux coins obliques qui se croisent en leur milieu, peut noter les deux noms dingir « dieu » et an « ciel », ainsi que l’adverbe an « en haut ». Mais il peut également servir de phonogramme en notant la syllabe an, qui correspond au signifiant du lexème « ciel », comme dans la forme verbale ba-an-dù « il construisit ». Il peut enfin être utilisé comme déterminatif et indiquer que le nom propre auquel il est ajouté est un nom de divinité. On a l’habitude de le transcrire alors par un petit d en exposant.

7Plusieurs caractéristiques opposent cependant ces deux sortes d’écritures. D’abord les caractères graphiques de l’égyptien sont nettement figuratifs, ou, comme on le dirait aujourd’hui, iconiques. Ils sont en effet souvent intrinsèquement motivés, représentant, de façon schématisée et généralement reconnaissable une fois que l’on est prévenu, la réalité extralinguistique à laquelle correspond la signification du mot qu’ils représentent ou un objet extralinguistique qui a un certain rapport avec cette signification. C’est ainsi que le « soleil », avons-nous dit plus haut, est représenté par un cercle avec un point au milieu (r*), le « ciel » par une barre que surélèvent deux points d’appui latéraux (pt), ou la « nuit » par le ciel d’où tombe une étoile (gr). Il en fut de même en sumérien, comme on peut le constater dans les inscriptions qui sont encore linéaires. Mais il est très difficile, voire impossible de reconnaître ce qui a motivé les signes, une fois que ceux-ci ont été écrits en cunéiformes et qu’ils ont pris les apparences qu’ils ont reçues en sumérien, puis en akkadien. Cette première différence entre l’écriture égyptienne et l’écriture sumérienne est donc conjecturelle, puisqu’elle est finalement le résultat d’une évolution à partir d’un même point de départ.

8La deuxième grande différence entre ces deux écritures concerne leur partie phonographique. Les phonogrammes sumériens notent en effet des syllabes, qui sont le plus souvent ouvertes, alors que les phonogrammes égyptiens notent seulement des consonnes, ces signes pouvant être unilitères, bilitères ou trilitères, c’est-à-dire noter une, deux ou trois consonnes. Mais cette différence aussi est plus apparente que réelle ; car un théoricien de l’écriture comme Gelb a pu justement montré que l’écriture prétendument consonantique de l’égyptien ancien était en fait une écriture syllabique, dont la particularité consistait à noter par un même signe graphique toute la classe des syllabes qui contenaient la même ou les mêmes consonnes (cf. Gelb, 1973,86-92).

9La troisième différence est le support sur lequel ces écritures étaient utilisées. L’écriture hiéroglyphique est, comme son nom l’indique, une écriture monumentale, тά ίερoγλυφίκiά voulant dire en grec « les (caractères) gravés sacrés » (cf. ίερós, ά, óv « sacré » et γλúφω « sculpter ; graver »). On la trouve donc gravée sur des monuments et des statues, mais aussi peinte sur des murs ou des sarcophages. Suivant la configuration du monument ou de l’objet sur lequelle elle est utilisée ou suivant ce qu’il représente, elle se déroule de gauche à droite, de droite à gauche, ou de haut en bas et en même temps de gauche à droite, ou enfin de haut en bas et en même temps de droite à gauche. L’écriture cunéiforme par contre se pratiquait sur des tablettes d’argile cru, où il n’est guère possible de tracer des lignes courbes et des dessins. Ceci obligeait les scribes à faire des incisions successives dans l’argile à l’aide de la pointe d’un roseau taillé en biseau, incisions qui avaient plus ou moins la forme d’un clou ou d’un coin, ce qui valut à leur écriture le nom d’écriture cunéiforme, c’est-à-dire "en forme de coin" -cf. latin cuneus « coin (à fendre, ou à caler »). Et les scribes incisaient la tablette qu’ils tenaient dans la main en procédant de gauche à droite.

10II y a certes d’autres différences de détail entre l’écriture hiéroglyphique et l’écriture cunéiforme. Mais elles n’ont pas l’importance des trois différences mentionnées plus haut, importance qui apparaît bien dans les noms différents que reçoivent ces deux écritures, qui mettent pourtant en œuvre les mêmes principes logographiques.

11Gelb I.-J., 1973, Pour une théorie de l’écriture, (original : 1952), Flammarion, 304 p.

I. Hiéroglyphes égyptiens

1. Début de l’ Hymne au Dieu créateur

12Ce texte est la transcription hiéroglyphique du papyrus hiératique 1116A de l’Ermitage Impérial de Pétrograd, faite par Sottas et Drioton, 19892, 174.

13s yr n

14š sƆ Ɔ « idée abstraite » nṱr « dieu » m r f

15šsƆ nṱr m yr-n-f

16« sage » « dieu » « quand » « faire »-« Passé »-« il »

17« Que Dieu fut sage quand il fit la condition

18ḥn\ r « gens » w /

19h n « idée abstraite » t « pluriel » cw t « collectif »

20ḥn r(m)ṱ cwt

21« condition » « homme+ «pluriel», « troupeau »

22Des hommes, troupeau de Dieu !

23n yr p t « terre » n n

24t nṱr « dieu » f « ciel » « pays irrigué » « cœur » s « plur »

25nt nṱr yr-n-f pt (tƆ) n (yb) sn

26« pour » « dieu » « faire »- » Passé »- » il » « ciel » « terre » « pour » « cœur » « eux »

27Il fit le ciel et la terre à leur intention. »

2. Explications pour la lecture

28Sous chaque mot traduit, on trouvera le nom et une explication de chacun des caractères graphiques qui permettent de le noter, dans l’ordre où on les lit. L’ordre de la lecture est ici double : il va, d’une façon générale, de gauche à droite, et, à chaque étape, de haut en bas.

29šs’ « sage » :

30Verrou : idéogramme pour « verrou » (s), et par conséquent signe monolitère pour la sifflante s. L’idéogramme représente fidèlement les verrous pour porte à deux battants qu’on fermait de l’extérieur. Il y avait sur un battant deux anneaux, dans lesquels glissait le verrou, et un troisième anneau sur l’autre battant.

31Pièce d’eau : logogramme pour « pièce d’eau » (s), et par conséquent phonogramme monolitère pour š.

32Coffret avec couvercle : logogramme pour « dos » (s), et par conséquent bilitère pour s’.

33Vautour percnoptère : idéogramme pour « vautour » (‘) et par conséquent signe monolittère de ‘. Il faut lire en fait šs’, avec une inversion tardive entre sifflante et schuintante.

34Petit trait oblique : simplification qui remplace un déterminatif, qui en l’occurrence aurait été une tête de bubalis, le bubalis se disant šs’w. La tête de bubalis est donc un phonogramme trilitère pour šs’, et aussi le déterminatif pour les mots du genre de šs’ « être sage, habile », ce qui aurait été le cas ici.

35Rouleau de papyrus : idéogramme pour « rouleau de papyrus » (md’t), et déterminatif générique des termes liés à l’écriture, et aussi des notions abstraites, comme celle d’être « grand, riche », d’être « sage ».

36ntr « dieu » :

37Etendard : tissu flottant sur un mat, considéré dès l’époque archaïque, sans qu’on sache vraiment pourquoi, comme l’emblème de la divinité. C’est donc un logogramme pour « dieu » (ntr), et par conséquent un signe trilitère pour ntr. Il est aussi, mais très rarement un déterminatif générique pour un dieu

38dieu assis avec barbe postiche : déterminatif des noms de divinités.

39m « quand » :

40Chouette : signe monolitère pour m, dont on ne connaît pas l’origine.

41yrnf « il fit » :

42Œil : idéogramme pour « œil » (jrt), et par conséquent signe bilitère pour jr. C’est aussi le déterminatif générique des lexèmes en relation avec l’action de voir et l’organe de la vue. Ici il note le signifiant jr- du verbe « faire ».

43Bouche : idéogramme pour « bouche » (r ou r’), dont la signification originelle était en fait « fente, fêlure » et aussi « scission » ; de là, la valeur phonétique monolitère de r.

44Eau : surface d’eau ridée, ce signe est toujours employé avec la valeur monolitère de n, alors que l’idéogramme pour « eau » (mw) est constitué d’un ensemble de trois surfaces d’eau ridées, les unes en dessous des autres. On a supposé que ce signe alphabétique était issu du mot nt « eau », qui, à vrai dire n’est pas attesté avant le Moyen Empire. Peut-être est-il plutôt issu de mwjt, mot qui désigne 1’« eau » dans les Textes des Pyramides ?

45Vipère à cornes : idéogramme pour « vipère » (ft, et aussi démotique fy), d’où la valeur monolitère de f.

46n « condition » :

47Corde tressée, en fait mèche de lin tressé : idéogramme pour « mèche » (t), et signe monolitère pour , le aïn et le -t ne comptant pas.

48Herbe : déterminatif des noms de plants et de fleurs, qui, “à l’origine, <...> représentait les plantes aquatiques, typiques des marais” (Maria Carmela Betrò, 1995,135), et signe bilitère n (à partir de nj « jonc »).

49Eau : signe monolitère de n.

50rmt « hommes » :

51Bouche : monolitère r

52Entrave : t

53Homme assis avec une jambe repliée sous la cuisse et l’autre dont le genou est relevé : idéogramme pour « homme » (s), et déterminatif générique des mots qui se rapportent à l’homme et à ses occupations.

54Femme assise, “strictement enveloppée dans un vêtement qui la couvre jusqu’aux pieds” (Maria Carmela Betrò, 1995, 35) : déterminatif des mots se rapportant à la femme et à ses occupations, notamment du lexème « femme » (s-t). La combinaison de ces deux déterminatifs génériques, accompagnée bien entendu des trois traits de pluralité, comme ici, sert de déterminatif générique aux noms collectifs se rapportant à l’espèce humaine, par exemple à rmt-w « les gens, l’humanité ». C’est d’ailleurs le mot que nous avons ici, bien que seules la première et la dernière consonne soient écrites : la présence du déterminatif permet de faire ordinairement l’économie du m intérieur. Il faut donc lire rmt, ou avec un -w de pluriel rmt-w.

55Trois traits : déterminatif de « pluralité ».

56‘wt « troupeau » :

57Bâton de berger : logogramme de « bâton de berger, crochet » (‘wt), et par conséquent signe trilitère pour Svt.

58Caille : signe monolitère pour w, dont on ne connaît pas l’origine. On a ici en fait une abréviation hiératique du signe de la caille.

59Pain : logogramme pour « pain » (t), la miche semi-circulaire étant une forme très usuelle, mais non exclusive donnée au pain en Egypte ; signe monolitère pour t.

603 traits dans le sens vertical : variante des trois traits verticaux placés côte à côte, et donc marque de pluralité.

61Petit trait oblique : simplification qui remplace un déterminatif, qui en l’occurrence aurait été un chevreau. Chevreau : idéogramme pour « chevreau » (jb) et par conséquent bilitère pour jb. Mais aussi déterminatif pour le petit bétail, pour le troupeau, ce qui aurait été le cas ici.

62nt « pour » :

63Eau : monolitère n. Pain : monolitère t.

64ntr « dieu » :

65Etendard : trilitère pour ntr.

66Dieu assis : déterminatif des noms de divinités.

67yrnf « il fit » :

68Œil : signe bilitère pour jr. Bouche : signe monolitère pour r. Eau : signe monolitère pour n. Vipère à cornes : signe monolitère pour f.

69pt « ciel » :

70Siège : logogramme pour p « natte, base » et à l’époque ptolémaïque « siège », d’où monolitère pour p.

71Pain : signe monolitère pour r.

72Ciel : idéogramme pour « ciel » (pt), ce que signale le petit trait qui suit, et déterminatif générique pour les synonymes.

73t’ : « terre » :

74Terre alluviale plate avec, éventuellement en dessous, trois points représentant des grains de sable : idéogramme pour « terre, pays » (t’), et par conséquent, mais rarement, signe bilitère pour t’.

75Canal d’irrigation : déterminatif des noms de « pays (irrigué) ».

76n « pour » :

77Eau : signe monolitère pour n.

78yb « cœur » :

79Cœur : idéogramme pour « cœur » (jb), et déterminatif générique dans le synonyme ’tj. Ici, il s’agit de l’idéogramme, comme le signale expressément le petit trait vertical qui suit.

80sn « eux » :

81Etoffe repliée : normalement signe monolitère de ; dur, mais aussi de s doux. Son origine n’est pas connue.

82Eau : signe monolitère pour n.

83Trois traits verticaux côte à côte : déterminatif de pluralité, laquelle correspond au signifiant -w.

84En conclusion de cette lecture, on signalera d’abord le caractère redondant de l’écriture, les phonogrammes répétant les logogrammes, et surtout les phonogrammes se répétant eux-mêmes : une trilitère peut être suivie d’une ou de deux monolitères qui reprennent certaines de ses consonnes, ou une bilitère peut répéter la monolitère qui précède, etc. Mais inversement, cette écriture peut supprimer des consonnes, quand le déterminatif rend la lecture évidente. On remarquera ensuite que le caractère figuratif est loin d’être toujours évident quand on ne connaît pas le sens ou la valeur du signe, ce qui explique que l’on ne sache pas toujours ce que le signe graphique représente exactement.

3. Analyse en morphèmes

85Les commutations

šs’ ntr « dieu (est) sage » ~ nfr ntr « dieu (est) bon »
šs’ ntr « dieu (est) sage » ~šs’ s « l’homme (est) sage »

86permettent d’identifier le lexème nominal ntr « dieu » et le lexème adjectival šs’ « sage ». A cela il faut ajouter que l’ordre non marqué de la phrase non verbal adjectival ou nominal est l’ordre sujet - prédicat. L’ordre inverse, qui est celui du texte, présente donc une mise en relief que veut rendre la traduction « Que dieu fut sage ! ». La phrase non verbale n’est pas linguistiquement située dans le temps. C’est le contexte qui ici la situe dans le passé.

87yr - n - f « il fit » : Ce verbe contient trois morphèmes, à savoir un morphème personnel -f « il », un morphème temporel -n- « passé », et le lexème verbal yr- « faire », comme le montrent les trois commutations suivantes :

yr - n -f « il fit » ~ yr - n - k « tu fis »
yr - n - f « il fit » ~ sdm-n- f « il entendit »
yr - n - f « il fit » ~ yr - k’ - f « il fera ».

88m « quand » : Par la commutation suivante

šs’ ntr m yrnf... « dieu fut bon quand il fit... » ~ n yrnf... « parce qu’il fit... »

89on voit que m est un morphème de signifié « quand ». Mais m est aussi une préposition dont un des sens est « dans, en » :

m r « dans la bouche », m smw « en été », m m"t « en vérité » (cf. Gardiner, 19943,124-125).

90L’égyptien montre bien qu’il n’y a pas de différence de nature entre les prépositions et les conjonctions de subordination. “La plupart des prépositions jouent le rôle de conjonction de subordination pour introduire des propositions circonstancielles” (Menu, 1993, 68). Il s’agit en fait, en égyptien, d’un seul et même morphème relationnel, qu’on traduira par une préposition quand il se combinera avec un syntagme nominal, et par une conjonction de subordination, quand il se combinera avec une proposition. C’est ainsi qu’à la fin du texte cité, n correspondra à une préposition dans le syntagme n yb sn « pour leur cœur », parce qu’il est devant un nom.

91n r(m)t « condition des hommes » : Les commutations

yrnf n rmt « il fit la condition des hommes » ~ yr’nf ‘n r(m)t « il fit la vie des hommes »
yrnf ḥn rmt « il fit la condition des hommes » ~ yrnf ḥn cwt « il fit la condition du troupeau »

92permettent d’identifier les lexèmes nominaux rmt « hommes, humanité », et cwt « troupeau », qui sont des lexèmes de sens collectif, ce qui explique qu’ils soient suivis de la marque de pluriel.

93Le complément de nom correspond à deux tours différents, appelés respectivement “génitif direct” et “génitif indirect”. Le génitif direct désigne la simple juxtaposition des deux noms, où le second nom est le complément du premier, comme dans

n rmt « la condition des hommes, de l’humanité »

94“Au génitif indirect, le nom est précédé de l’adjectif génitival -ny « appartenant à », un dérivé en -y de la préposition n « à, pour »” (Gardiner, 19943, 66). Mais “à époque ancienne, l’adjectif génitival montre une tendance à devenir invariable sous la forme n” (Gardiner, 19943, 66) :

cwt nt ntr « troupeau pour (à) dieu »,

95avec nt, réduction postérieure de n(y)t, variante féminine de l’adjectif génitival. Cette variante féminine est imposée par le -t marque de féminin que présente le nom cwt auquel est rattaché le complément de nom.

96pt t’ « le ciel et la terre » : Les deux paires minimales

yr - n - f pt t’ « il fit le ciel et la terre » ~ yr - n - f nwy t’ « il fit les eaux et la terre »
yr - n - f pt t’ « il fit le ciel et la terre » ~ yr - n - f pt r’ « il fit le ciel et le soleil »

97permettent d’identifier les deux lexèmes nominaux pt « ciel » et t’ « terrre ».

98L’égyptien ne connaît pas la structure de coordination, mais seulement celle de juxtaposition, quand il s’agit d’exprimer une coordination copulative, faute de disposer d’un morphème équivalent de fr. et « addition ». Il connaît par contre la structure de coordination, pour exprimer une disjonction, utilisant alors le coordonnant rpw « ou » :

m nb, m sn, m ḫnms rpw « en tant que souverain, en tant que frère, ou en tant qu’ami » (d’après Gardiner, 19943,69).

99Par contre, il peut exprimer sémantiquement 1’« addition », en remplaçant le dernier syntagme de la structure de juxtaposition par une syntagme prépositionnel introduit par la préposition r « sur » et surtout la préposition n’ « avec » :

ms-w-j n’ sn-w-j « mes enfants et mes frères » (= « enfant-Plur-je » « avec » « frère-Plur-je » (d’après Gardiner, 19943,69).

100n yb sn « pour leur cœur, à leur intention » : Les commutations

n jb sn « pour leur cœur » ~ n ršwt sn « pour leur joie »
n jb sn « pour leur cœur » ~ n jb-k « pour ton cœur » ~ n jb-f « pour son
cœur »
n jb sn « pour leur cœur » ~ ḥr jb sn « dans leur cœur »

101montrent que ce syntagme prépositionnel contient trois morphème : la préposition n « à, pour », le nom jb « cœur », et le morphème personnel sn « eux ». Car ce qui est traduit en français par le déterminant possessif (ou mieux personnel) mon est en fait le morphème personnel eux, « pour leur cœur » correspondant en fait en égyptien à « pour cœur <d’>eux ». Ces morphèmes personnels qui s’ajoutent au nom sont exactement les mêmes que ceux qui s’ajoutent au verbe. La conjugaison du verbe sdm « entendre » aux personnes masculines du temps dit imperfectif est en effet la suivante :

sdm-j « j’entends », sdm-k « tu entends », sdm-f « il entend », sdm-n « nous entendons », sdm-tn « vous entendez », sdm-sn « ils entendent ».

4. Texte en hiératique

102Il existe en Egypte, à côté de l’écriture hiéroglyphique, deux autres écritures qui en sont issues, à savoir l’écriture hiératique, écriture à l’usage des prêtres (cf. ἱερατικós, ή, óν « sacerdotal », adjectif tiré du verbe ἱερᾶσθαι « être prêtre »), qui est une cursive dérivée de l’écriture hiéroglyphique, et l’écriture démotique, écriture de l’usage courant qui est une cursive dérivée de l’écriture hiératique, et encore plus simplifiée qu’elle. Pour avoir une idée des rapports et des différences entre l’écriture hiéroglyphique et l’écriture hiératique, voici l’original hiératique du texte hiéroglyphique ci-dessus étudié. Dans ce texte hiératique, l’écriture va de droite à gauche.

103n yr s

104f r m « dieu » nṱr « idée abstraite » Ɔ sƆ š

105yr - n - f m nṱr šsƆ

106« faire »-« Passé »-« il » « quand » « dieu » « sage »

107« Que Dieu fut sage quand il fit la condition

108w « gens » r \ hn

109« collectif » t cw « pluriel » t « idée abstraite » n h

110cwt r(m)ṱ ḥn

111« troupeau » « homme »+ » pluriel » « condition »

112des hommes, troupeau de Dieu !

113n n « terre » p yr n

114« plur » s « cœur » « ciel » t f « dieu » nṱr t

115sn (yb) n (tƆ) pt yr - n - f nṱr nt

116« eux » « cœur » « pour » « terre » « ciel » « faire »- » Passé »- » il » « dieu » « pour »

117Il fit le ciel et la terre à leur intention ».

118BetrÒ Maria Carmel, 1995, Hiéroglyphes. Les mystères de l’écriture, Paris, Flammarion, 251 p.

119Gardiner Alan, 19943, Egyptian Grammar, Being an Introduction to the Study of Hieroglyphs, (1e éd. : 1927), Cambridge, University Press, 646 p.

120Menu Bernadette, 1989, Petit lexique de l’égyptien hiéroglyphique à l’usage des débutants, Paris, Geuthner, 311 p.

121—, 1993, Petite grammaire de l’égyptien hiéroglyphique à l’usage des débutants, Paris Geuthner, 8 pl. + 202 p.

122Sottas H, et Drioton E., 19892 : , Introduction à l’étude des hiéroglyphes, (1e éd. : 1922), Paris, Geuthner.

II. Cunéiformes sumériens

123Texte de l’inscription UET (= Ur Excations, Texts, 1928 et suiv., London), 8,4 : 21 :

124La première colonne présente le texte de l’inscription en cunéiformes ; la deuxième colonne transcrit chaque caractère graphique en les séparant par un tiret ou espaces, que celui-ci soit un signe syllabique, un logogramme ou un déterminatif ; et la troisième note les morphèmes ainsi transcrits en les séparant par un espace, quand ils correspondent à un mot, ou par un point, quand ils ne sont qu’une partie d’un mot.

125La transcription ne distingue pas les caractères qui sont des logogrammes de ceux qui sont des syllabogrammes. Mais on peut approximativement considérer que tout caractère plurisyllabique ou monosyllabique qui correspond à un lexème entier est un logogramme.

126Dédia une offrande votive. L’homme qui cette inscription effacera, Gilgamesh puisse-t-il le maudire ! »

127Pour ce texte sumérien, la deuxième ligne donne, séparés par un tiret la translittération des syllabes ou des mots qui sont notés par chaque signe graphique cunéiforme, les lettres en exposant comme -d ou -ki étant des déterminatifs de noms propres respectivement de divinité ou de ville. La troisième ligne représente ce qu’on appelle la normalisation du texte, et sépare, comme on le fait traditionnellement, les mots (c’est-à-dire en fait les lexèmes) et les morphèmes par des points, tout en restituant entre parenthèses les indications grammaticales qui sont omises.

128Le sumérien est une langue à déclinaison, avec dix cas qu’il serait plus juste d’appeler des postpositions ; car ils n’affectent pas, comme dans les langues indo-européennes par exemple, le noyau nominal et les éventuels adjectifs du syntagme dont ils indiquent la fonction, mais suivent le dernier morphème de ce syntagme. On signalera principalement l’accusatif, qu’il serait plus juste d’appeler l’absolutif, puisqu’il affecte le sujet des verbes intransitifs, et ce qu’on a l’habitude de traduire comme l’objet des verbes transitifs, et l’ergatif, qui marque ce qu’on traduit par un sujet de verbe transitif. L’absolutif a une marque Ø, et l’ergatif une marque -e. En plus de ces deux cas typiques des langues dites à structure ergative, on ajoutera au moins le génitif, de signifiant -ak, le datif, de signifiant -ra, le directif, de signifiant -se, et le comitatif, de signifiant -da.

129Il faut signaler une autre particularité grammaticale du sumérien. Son verbe présente, entre son préfixe initial de conjugaison et le lexème verbal, des infixes casuels qui correspondent notamment au datif, au comitatif et au terminatif, la présence de ces infixes permettant de ne pas utiliser la postposition de même valeur dans le SN concerné. Il peut également utiliser des préfixes et des suffixes pronominaux, qui reprennent ou précisent les personnes sujet, ergatif ou objet.

1. Le constituant au datif

130lugal.ani « son roi » : Les commutations

lugal.an/ / lugal.zu « ton roi » / lugal.gu10 « mon roi »

131permettent d’identifier le morphème possessif de 3e personne -ani « son, sien ». Quant à lugal, qui signifie « roi », il s’agit d’un synthème formé à partir du lexème lu « homme adulte, être humain » et gal « grand, chef », comme le montrent les commutations :

lugal « homme grand » / kurgal « haute montagne (métaphore pour les temples de Sumer) »
lugal « homme grand » / lúlul « homme faux, traître » / luzáh « homme fugitif » / lúzuh « homme qui vole, voleur ».

132Mais dans la combinaison figée lugal, le lexème -gal s’est fixé avec le sens figuré de « grand socialement », donc « roi », et non pas de « grand » pour la taille. Ce synthème pourrait commuter avec des lexèmes comme

en « seigneur », rig5 « gardien de temple » ou ir « esclave ».

133Après le syntagme apposé lugal.ani, on supplée le datif -ra ; car tout le syntagme nominal Bilgameš Endimgig lugal.ani.(ra) est le constituant qui sémantiquement va avec l’infixé de datif -na- de la forme verbale a.mu.na.ru du verbe à signifiant discontinu a...ru « donner, offrir un présent votif, dédier ».

134On pourrait identifier ce lexème verbal avec les commutations

a.mu.na.ru « il le lui dédia » / mu.na.dù « il le lui construisit » / mu.na.gub « il le lui installa »

135où l’on retrouve le même infixe de datif.na. et le même préfixe mu. de conjugaison. On trouve plus bas, dans la subordonnée temporelle

ud é.dNanna mu.dù.a « quand il construisit le temple de Nanna »

136le verbe sans l’infixé de datif. Quant au préfixe de conjugaison mu-, il ne fait pas partie du signifiant du lexème verbal, comme c’est le cas des suffixes -i ou en latin, qui terminent les lexèmes verbaux appartenant respectivement à la 1" ou à la 2e conjugaison (cf. amā-re « aimer », monē-re « avertir »). Il s’agit d’un authentique morphème, qui peut commuter avec le préfixe de conjugaison i-, comme on le voit dans le relative

lú é.dEnlil.a(k) i.n.du.a « qui a construit le temple d’Enlil »

137(le préfixe -n- de i.n.du.a indiquant, comme on le verra par la suite, que l’agent du procès est une 3e personne du singulier animée). Mais malheureusement les spécialistes ne s’accordent sur le sens des différents suffixes de conjugaison. “Le préfixe /mu-/, admet-on généralement, semble marquer le haut statut de l’agent ou encore l’action d’un subordonné en faveur d’un supérieur” (Mugnaioni, 1997, 143), ce qui a tout l’air de représenter deux valeurs contraires. Et le préfixe /i-/ marquerait, lui, "une action accomplie par un inférieur ou un ennemi, ou tout autre action sans mise en relief (Mugnaioni, 1997, 144). On remarquera seulement, pour compliquer les choses, que, dans le dernier exemple, la relative avec préfixe de conjugaison i- a comme antécédent Urnammu, lequel est également, dans le texte étudié, l’agent du verbe avec préfixe de conjugaison mu-.

138dBilgameš Endimgigki lugal.ani.(ra) « A Gilgamesh de Endimgig, son roi » : Ce syntagme nominal pourrait recevoir le morphème -ra de datif, qui, s’il était exprimé, se trouverait à la fin de tout le syntagme, c’est-à-dire après tous les compléments du noyau nominal de ce syntagme, et non après son noyau nominal (à savoir dBilgameš). Ce syntagme nominal précise le bénéficiaire que suppose le “préfixe de datif” (Mugnaioni, 1997, 146) à la 3e personne animée -na- que présente le verbe a.mu.na « il lui dédia une offrande votive ».

2. Le constituant à l’ergatif

139UrdNammu « Urnammu » : Il s’agit d’un nom propre ; mais ce nom propre a un sens, étant en quelque sorte un synthème, formé par la combinaison du lexème nominal ur « 1) chien, 2) guerrier » et du nom du dieu Nammu, le déterminatif d en exposant indiquant précisément que Nammu est le nom d’une divinité. Le nom propre Urnammu signifie donc « chien de Nammu, guerrier de Nammu ». Il est à mettre en parallèle avec un synthème comme

ur.maḫ « lion, i.e. chien grand, chien sublime »

140où il est parfaitement possible de faire commuter le second segment :

ur.tur « chien de compagnie, i.e. chien petit »

141comme le premier segment :

sukkal.ma « premier ministre, chancelier, i.e. ministre grand ».

142Dans le cas du nom propre Urnammu, il est possible de faire commuter dNammu, et d’obtenir ainsi d’autres noms propres comme UrdŠulgi, UrdNanše, UrdSîn. Par contre il ne semble pas possible de faire commuter Ur devant dNammu ; mais le sumérien peut utiliser d’autres lexèmes nominaux comme premier élément d’un nom propre, par exemple lu « homme, être humains » ou geme « esclave féminine, gardienne », comme dans :

dDamu, LúdInanna, LúdIskur, LúdSára
GémedIgalim, GémedNungal.
nitah kalag.a « homme puissant » : Les commutations
nita kalag.a / nin kalag.a « reine, dame puissante »
nita kalag.a / nitaḫ gibil.a « homme nouveau »

143permettent d’identifier les lexèmes nitah « homme » et kalag « puissant ». Quant au suffixe -a, il indique que le lexème kalag est employé comme adjectif. Car kalag seul signifierait « être fort », de même gibil signifierait « être neuf, devenir nouveau ».

144lugal Urim.a(k) « roi d’Ur » / lugal Kiengi.k « roi de Sumer » : Il s’agit d’une commutation avec le même morphème de génitif -ak. Mais celui-ci présente deux variantes, à savoir -k seulement, lorsqu’il est après voyelle, comme dans lugal Kiengi.k, soit -a seulement, lorsqu’il est devant consonne, comme dans lugal Urim.a, suivi de lugal Kiengi.Kiuri.k. Et quand il est à la fois après voyelle et devant consonne, il présente une troisième variante, à savoir Ø. C’est ce que nous avons dans la subordonnée temporelle

ud é.dNanna mu.dù.a « quand il construisit le temple de Nanna ».

145UrdNammu nita kalag.a lugal Urimki.a(k) lugal Urim.a(k) lugal Kiengi.k Kiuri.k.e « Urnammu, l’homme puissant, le roi d’Ur, le roi de Sumer et d’Akkad » : le morphème casuel d’ergatif -e se trouve à la fin du syntagme nominal, c’est-à-dire après les deux appositions au nom propre UrdNammu, et même après le morphème de génitif -k du complément de nom (kiuri.k) de la dernière apposition (lugal Kiengi.k Kiuri.k), ce qui fait que l’on a alors deux morphèmes casuels directement à la suite l’un de l’autre, à savoir -k-e.

3. Le constituant temporel

146ud é.dNanna mu.n.dù.a « quand il construisit le temple de Nanna » :

147la commutation

é.dNanna « temple de Nanna » / uru.dNanna « ville de Nanna »

148permet d’identifier le lexème é « temple ». Le syntagme é.dNanna+Ø n’est suivi d’aucune désinence, parce qu’il est à l’absolutif. La commutation

ud é.Nanna mu.n.du.a / é.Nanna.(k) mu.n.du « il a bâti le temple de Nanna

149-où -n- marque que l’agent de l’action est une troisième personne animée il- donne l’impression que ud...a est le signifiant discontinu d’un morphème temporel de signifié « quand », impression que pourrait confirmer le petit lexique de Lucien-Jean Bord, qui sous l’entrée u4, variante de ud, mentionne l’expression “u4...a « quand »” (Bord, 2001b, 146). Mais lorsqu’on sait que ud (ou u4) est un lexème qui signifie « l) jour, lumière du jour ; 2) époque, temps », et quand on voit la commutation

ud é.Nanna mu.n.du.a / é.Nanna mu.n.du.a « l’homme qui a construit le temple de Nanna »

150il est clair que ce que l’on traduit par « quand il construisit le temple de Nanna » signifie en fait « le jour où il construisit le temple de Nanna ». On admettra donc d’une part que -a est le signifiant d’un morphème de subordination relative, qui est invariable, et d’autre part que “le sumérien n’a pas de proposition subordonnée circonstancielle” (Bord, 2001, 83).

4. La fin de la 1e phrase

151namtila.ni.še « pour sa vie » : On peut mettre en évidence la postposition -Se « vers, pour », qui correspond au cas appelé “directif (ou terminatif)”, en la faisant commuter avec le morphème d’ablatif-instrumental -ta :

namtila.ni.še / namtila.ni.fa « grâce à sa vie ».

152Ici le morphème -ani « sien » présente une variante -ni, comme le montre la commutation

namtila.ni. še / namtila.zu. še « pour ta vie ».

153Cette variante apparaît après voyelle.

5. La seconde phrase

154mu.šr.a.bi.a « dans cette inscription » : le mot mu.šar.a est un synthème formé à partir du lexème mu « mot » et du verbe šar « écrire », mis au participe à l’aide du morphème -a. On peut faire commuter le premier morphème de ce synthème avec le lexème im « argile » :

mu.šar.a / im.šar.a « argile écrite, tablette ».

155Quant au dernier -a, il s’agit de la postposition de locatif, que l’on trouve par exemple dans

é.a « dans la maison », uru-a « dans la ville », etc. (cf. Bord, 2001,49).

156Il faut transcrire ce qui est noté -ba par bi.a ; car des “voyelles qui se suivent immédiatement se contractent”(Bord, 2001, 25), notamment i + a = a, et u + a - a. Le suffixe -bi « ce » est un morphème démonstratif, qui pourrait commuter avec -ne « ce... ci » ou -Se « ce...là » (cf. Bord, 2001,40).

157šu.bi.b.ur.e.a « qui l’effacera » : Le verbe šu...ur « effacer » doit être un synthème à signifiant discontinu, qui signifie « bouger la main ». On peut faire commuter le premier segment, ce qui donne :

gĩš...ur « herser, bouger la herse »

158et le second segment, ce qui donne :

šu...ti « recevoir, accepter, i.e. prendre dans la main », šu...tag « prendre en main, tisser, orner », šu...ba « donner en partage, i.e. donner ou diviser de la main », šu...bar « libérer, i.e ; ouvrir la main », šu...il « prier, i.e. lever la main », etc.

159Le préfixe personnel -b- marque la troisième personne du singulier, comme le préfixe —n- ; mais il s’agit alors d’une troisième personne inanimée, alors que -n- correspond à une troisième personne animée.

160Ce qui est écrit šu-bi-ib-ùr-a correspond en fait à šu.bi.b.ùr.e.a avec le morphème aspectuel e, qui disparaît devant la voyelle -a du morphème de subordination relative. La présence de ce morphème apparaîtrait expressément en dehors de la subordonné relative, dans une paire comme :

šu.bi.b.ur.e « il l’effacera » / šu.bi.b.ur « il l’a effacé ».

161Le verbe sumérien est en effet traversé par une opposition aspectuelle qui était appelée “par les scribes babyloniens <...> amu littéralement « rapide » et Marû « gras »” (Mugnaioni, 1997, 136). Les spécialistes ne sont pas d’accord sur les valeurs qu’il faut reconnaître à ces deux séries de formes. “Certains y voient une différence d’ordre remporel du type : passé ~ présent/futur, d’autres croient y reconnaître une articulation aspectuelle : accompli ~ inaccompli, d’autres encore pensent à un rapport du type ponctuel ~ duratif’ (Mugnaoini, 1997, 136). Une chose est certaine : le Marû est morphologiquement marqué par rapport au amu. Il se forme en effet soit “en géminant la racine du amu” (Mugnaioni, 1997, 153) soit “par la suffixation de la particule /-e/ appelée suffixe de Marû” (Mugnaioni, 1997, 153), comme dans le texte étudié, soit enfin par un radical “entièrement différent de celui du amu” (Mugnaioni, 1997, 153). Mais s’il est morphologiquement marqué, il doit être sémantiquement non marqué, vu les valeurs de « présent/futur », d’« inaccompli » ou de « duratif » qu’on lui reconnaît. Si donc on admet que le amu a une signification plutôt d’« accompli », cela veut dire que les verbes au amu ont, comme certains perfectifs du russe, dans leur signifié même un sème d’« accompli », et que les verbes au Marû présentent, eux, un morphème de signifiant -e, comme dans šu.bi.b.ur.e « il l’effacera », et de signifié « non accompli », lequel morphème, en s’ajoutant à une forme de amu, annule le trait sémique d’« accompli » de ce dernier, ce qui donne finalement un complexe verbal sémantiquement non marqué. Quand le verbe au Marû a un radical totalement différent du verbe correspondant au amu, il n’y a pas lieu de postuler un morphème de « non accompli » : on a alors un Marû morphologiquement et sémantiquement non marqué.

162La différence entre Marû et amu a une conséquence syntaxique. Le suffixe -b- de 3e personne inanimée, qui, comme -n-, “renvoie à l’agent de l’action” (Mugnaioni, 1997, 150), quand le verbe est au amu, renvoie au “patient de l’action” (Mugnaioni, 1997, 154), c’est-à-dire à l’absolutif, quand le verbe est au Marû, conformément au schéma suivant (cf. Mugnaioni, 1997,154).

163« le roi construira le temple »

164nam.a.ba.da.kur5.e « puisse-t-il le maudire » : Le verbe nam...kur, qui signifie « maudire » est probablement un synthème. Il est formé du verbe simple kur5, qui signifie « couper », et d’un nom qui peut avoir le sens de « destinée, destin ». On peut faire commuter ce verbe simple, ce qui donne par exemple

nam...tar « décider du sort de, fixer la destinée »

165ainsi que le premier élément nominal, comme on le voit dans

di...kur5 « juger, couper le procès », gù...kur5 « couper le cou », segur 10... « récolter, moissonner, i.e. couper les moissons ».

166Le segment a. est un “préfixe <modal> Assertif ~ Optatif” qui, avec un verbe au Marû, a plutôt “une valeur optative” (Mugnaioni, 1997, 139), comme on le voit par les commutations suivantes :

nam.a.ba.da.kur5.e « puisse-t-il le maudire » / nam.ba.da.kur5.e « il le maudira » / nam.ba.da.kur5. « il l’a maudit »

167Le segment ba. est un préfixe de conjugaison, et. da. est un infixe de comitatif, le verbe nam...kur se construisant avec un comitatif et signifiant par conséquent « maudire avec ».

168Bord Lucien-Jean, 2001, Petite grammaire du sumérien à l’usage des débutants, Paris, Geuthner, 95 p.

169Bord Lucien-Jean, 2001b, Petit lexique du sumérien à l’usage des débutants, Paris, Geuthner, 183 p.

170Mugnaioni Remo, 1997, “Aperçu du système verbal en sumérien”, in : Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, 14, 135-163.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540