Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Deuxième partie. Applications

Chapitre I. La Genèse

Texte intégral

1Dans cette seconde partie, il s’agit d’appliquer à la description de langues appartenant à des familles linguistiques différentes les principes et les concepts de description présentés dans la première partie.

2Dans le premier chapitre, nous aborderons des problèmes particuliers parmi les plus importants que l’on rencontre dans des langues typologiquement différentes, en faisant l’analyse en morphèmes de certains des premiers versets du 1e chapitre du livre de la Bible intitulé la Genèse.

I. FRANÇAIS

“1. Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. 2. Or la terre était un chaos, et il y avait des ténèbres au-dessus de l’Abîme, et l’esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. 3. Dieu dit : « Que la lumière soit », et la lumière fut. 4. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres”. (Genèse, 1, 1-4, traduction de Emile Osty et Joseph Trinquet, dans : La Bible, 1973, Paris, Seuil, 35).

1. Les morphèmes du verset 1

3“Au commencement Dieu créa le ciel et la terre”.

4[o] au : Ce segment phonique est formellement insegmentable, puisqu’il s’agit d’un phonème, c’est-à-dire d’une unité minimale de seconde articulation. Il représente néanmoins deux morphèmes, comme le montrent les commutations :

au commencement... ~ à ce commencement... (« à l’époque qui commençait » ~ « à cette époque qui commençait »
au commencement... ~ à un commencement... (« lorsque c’était le commencement » ~ « lorsque c’était un commencement »

5qui situent dans le temps, comme au commencement, mais où commencement est déterminé non plus par un article défini dit traditionnellement contracte, mais respectivement par un démonstratif et par un article indéfini, ainsi que les commutations :

au commencement... ~ après le commencement... (« à l’époque qui commençait » ~ « après l’époque qui commençait »
au commencement... ~ dès le commencement... (« à l’époque qui commençait » ~ « à partir de l’époque qui commençait »

6où la détermination sémantique est la même que dans au commencement, mais où la situation dans le temps change.

7On peut donc conclure de ces deux sortes de commutations que le segment au représente deux morphèmes, l’un qui correspond à un déterminant et appartient au même paradigme que ce et un des deux premières commutations, l’autre qui correspond à une préposition, qui est opposable à après ou à dès, comme dans les dernières commutations. De fait, ce segment au, où les grammaires scolaires voient une contraction de l’article défini le et de la préposition à, est en distribution complémentaire précisément avec à + le, comme on le voit si on fait commuter le nom commencement avec un nom masculin dont l’initiale serait une voyelle :

au commencement... ~ à l’achèvement..., au commencement... ~ à l’horizon, etc.

8ou si l’on fait précéder le nom commencement d’un adjectif à initiale vocalique :

à l’inoubliable commencement..., à l’inévitable commencement..., etc.

9On dira donc d’une part que /o/ est un amalgame, c’est-à-dire qu’il représente deux morphèmes différents qui ont amalgamé leur signifiant en un tout formel dont on ne peut distinguer ce qui est le signifiant du premier morphème de ce qui est le signifiant du second morphème, et d’autre part que cet amalgame est une variante combinatoire des deux morphèmes à et l’, avec lesquels il est en distribution complémentaire, à l’apparaissant devant nom commun masculin à initiale vocalique, et a devant nom commun masculin à initiale consonantique.

10[kƆmãs + mã] commence-ment : synthème qui combine le lexème verbal « commencer » et le morphème grammatical de nominalisation -ment. Il n’est pas difficile en effet de faire commuter le premier segment de ce mot dit composé, en proposant les paires minimales :

au commencement.... ~ à l’achèvement..., au commencement... ~ au dénouement..., etc.

11Mais le suffixe -ment ne commute pas, ce qui, à vrai dire, n’est pas rare quand il s’agit d’un morphème fonctionnel. Il semble bien toutefois être le support d’une certaine signification, comme on peut le constater en parcourant les dictionnaires :

“commencement : Le fait de commencer, ce qui commence” (Le Nouveau Petit Robert), “ce qui forme la première partie d’un ensemble, ce qui doit être suivi d’autre chose” (Dictionnaire du Français Contemporain) “achèvement : Action d’achever ; fin” (LNPR), “Action de mener à son terme, de terminer” (DFC)
“dénouement : ce qui termine, dénoue une intrigue” (LNPR)

12Il n’est donc pas impensable d’attribuer comme signifié à l’éventuel morphème -ment d’une combinaison V+ment : « ce qui » + « V », c’est-à-dire « l’action qui » ou, par extension métonymique, « le résultat de l’action qui ».

13De fait, sans qu’il s’agisse vraiment d’une commutation (car on ne trouverait pas de contexte où les deux mots seraient interchangeables), on pourrait opposer le commencement, qui signifierait « ce qui commence », et le commençant, qui, lui, signifie « celui qui commence ».

14Tout ceci veut dire que la suite de phonèmes commencement est ce que Martinet a appelé un synthème, c’est-à-dire une combinaison figée de morphèmes qui, à cause de ce figement, fonctionne comme un seul morphème. On peut en effet dire au grand commencement comme au grand début, où la combinaison de morphèmes commence-ment a la même propriété syntaxique de recevoir une épithète que le morphème unique début, avec lequel du reste il est parfaitement commutable. On peut aussi dire au commencement du monde comme au début du monde, où le syntagme du monde est complément du synthème nominal comme il est complément de nom.

15[kRe + a] cré-a : lexème verbal « créer », c’est-à-dire « faire exister », et morphème temporel de passé simple qui a pour signifiant /a/ et pour signifié « passé factuel », comme le montrent les deux séries de commutations :

...créa, le ciel...pensa le ciel...,...créa le ciel... inventa le ciel...

16et :

...créa le ciel...créait le ciel...,...créa le ciel... crée le ciel...

17Faut-il dire que le segment /a/ est en réalité le support formel d’un signifié complexe de « passé factuel de 3e personne du singulier », comme le suggérerait l’analyse de la grammaire scolaire, qui voit dans ce -a final une désinence de 3e personne du singulier de passé simple. Cela semble difficile dans la mesure où l’on retrouve ce /a/ à d’autres personnes du singulier ou du pluriel du passé simple comme tu créas, nous créâmes et vous créâtes, ce qui implique que ce /a/ ne peut être que le signifiant d’un morphème de passé simple. Faut-il dans ces conditions ajouter un morphème à signifiant zéro comme support d’un éventuel signifié de « 3e personne du singulier » ? Non, car d’un part on ne saurait préciser, dans ce contexte, la valeur significative exacte de cette appellation grammaticale traditionnelle ; et d’autre part il est impossible de faire commuter cette prétendue 3e personne du singulier avec une autre prétendue personne :

*...Dieu créas le ciel, *...Dieu créâmes le ciel, *...Dieu créèrent le ciel

18sont également inacceptables en français. Si on a l’habitude de dire que créa est la 3e personne du singulier, c’est parce que cette forme est identique à il créa, qui, elle, signifie effectivement une 3e personne, c’est-à-dire une personne autre que la première, c’est-à-dire le locuteur, et la deuxième, c’est-à-dire l’interlocuteur, mais où c’est il (ou éventuellement /il... Ø/) et non -a qui est le signifiant de ce morphème de 3e personne. Une telle confusion entre une forme dite de 3e personne et une signification de 3e personne est un héritage malheureux des grammaires latines, qui ne distinguent pas ces deux réalités, parce que il créa et créa se disent, ou plutôt s’écrivent, tous les deux en latin creauit, comme ils se diraient tous les deux créé, en provençal (cf. Au coumençamen Dieu creè lou cèu, d’après F. Mistral ; et le passé simple amère, amères, amè), où éu creè signifierait « lui, il créa », et non pas « il créa ». Cette confusion entre forme et sens est en outre confortée en français même, par le fait que le morphème de personne a souvent un signifiant discontinu, dont la première partie est avant la forme verbale et la seconde, à la fin de la forme verbale. C’est évident dans :

nous cré-ons, nous créi-ons

19mais c’est aussi le cas, à l’écrit comme à l’oral lorsque la liaison est faite dans :

il créai-t, ils créai-ent

20souvent mal découpé en il, pronom personnel, et -ait, désinence de 3e personne d’imparfait, ce qui invite assez naturellement à voir, à tort, dans le -a de créa une désinence de 3e personne de passé simple. Le /a/ de :

Dieu créa le ciel

21est donc bien le signifiant du seul morphème de passé simple, dont le signifié est en réalité quelque chose comme « passé factuel », et non pas le signifiant d’un éventuel morphème dont le signifié serait « 3e personne passé factuel ». On peut continuer à dire que la forme créa est la 3e personne du singulier du passé simple du verbe créer, à condition de bien voir que seuls les derniers mots de cette définition ont une signification morphématique, cette forme verbale ne contenant que deux morphèmes, à savoir le lexème verbal /kRé/ et le morphème de passé simple /a/. Les premiers mots n’ont qu’une portée morphologique et veulent dire que l’accord morphologique du verbe avec son sujet n’ajoute aucune marque formelle après le morphème de passé simple, puisque la forme verbale se termine avec le signifiant /a/ du morphème de passé simple.

22La situation serait différente dans la phrase :

Dieu, il créa le ciel

23où la prétendue 3e personne du singulier correspondrait alors effectivement à un morphème, dont le signifiant serait précisément /il/ et non pas le -a de la désinence, et le signifié le contenu du SN ou du Nom Propre que ledit morphème personnel reprend anaphoriquement.

24La grammaire traditionnelle utilise en plus deux autres catégories pour définir la forme verbale créa, en précisant que c’est la 3e personne du singulier de l’indicatif passé simple actif du verbe créer. Faut-il voir dans le mode indicatif et dans la voix active de cette définition complète deux morphèmes qui auraient forcément un signifiant zéro, puisqu’il n’y a plus aucun segment de disponible dans la séquence phonique [kRéa], une fois que l’on a identifié le lexème verbal /kRé/ et le morphème de passé simple /a/ ? Il est vrai qu’en face du passé simple actif créa, il existe un passé simple passif fut créé, qui ne pourrait pas commuter dans la phrase :

Dieu créa le ciel et la terre

25car la présence du complément d’objet le ciel et le terre rend impossible l’apparition d’un passif. Mais dans certains cas particuliers le passif pourrait fort bien commuter avec l’actif :

César vit ~ César fut vu ; Pierre aima ~ Pierre fut aimé ; etc.

26On admettra que l’actif correspond alors non pas à un morphème à signifiant zéro, mais à une absence de morphème, comme le suggère déjà fortement le fait que soient considérés comme actifs les verbes qui ne connaissent pas de passif, tels être, venir, dormir, etc. et donc ne sauraient avoir des oppositions significatives de voix.

27II est certain que l’indicatif, dans créa, ne correspond pas non plus à un morphème à signifiant zéro, dans la mesure où en face de l’indicatif passé simple il n’existe, en français, ni subjonctif passé simple, ni impératif passé simple. On voit donc que les catégories traditionnelles d’indicatif ou d’actif sont simplement des étiquettes pour désigner des formes verbales qui ne contiennent pas de morphème de mode ou pas de morphème de voix.

28[l] ou [lә] le : morphème grammatical de définitude (= Déterminant défini), qui présente deux allomorphes, à savoir /lә/ devant une initiale consonantique et /1/ simplement devant une initiale vocalique (cf. [1 abim]). Ces deux allomorphes ne sont plus guère que des allographes dans le français dit standard ; car dans le français standard parlé ordinaire, /lә/ se réduit à [1] devant consonne, sauf devant ce que la tradition appelle à tort un “h aspiré” (cf. [lә ero], [lә yrl(ә)mã], etc.), et ne se distingue donc plus alors de la variante /1/.

29[sjεl] ciel : lexème nominal qui a la particularité morphologique de présenter une variation dans le contexte du morphème de « pluralité ». Alors que la suite de morphèmes :

30Défini + Pluralité + « eau » correspond aux signifiants respectifs :

/l + ez o/ (1-es eaux)

31la suite de morphèmes :

32Défini + Pluralité + ciel correspondra à une séquence :

/l + e sjØ/

33où le groupe de phonèmes du signifiant du lexème est remplacé par le phonème /Ø/. A la différence de ce qui se passe pour le pluriel chevaux, en face de cheval, il n’y a pas lieu de postuler une règle de variation morphologique ; car la variation entre /εl/ et /0/ ne concerne que ce seul lexème. Il s’agit donc d’une simple allomorphie lexicale /sjεl ~ sjØ/. Cette variation du lexème peut ne pas apparaître par recherche poétique :

“Les soleils mouillés De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes Si mystérieux De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes” (Baudelaire, “L’invitation au voyage”)

34ou lorsque le morphème ne signifie pas « l’espace infini qui s’étend au-dessus de nos têtes » (DFC, 239), mais est un terme de peinture qui désigne « la partie d’un tableau qui représente le ciel » (Littré). On remarquera enfin qu’à l’écrit la variation est notée par une alternance el I eu, et que le morphème de « pluralité » a dans les cieux la même marque orthographique discontinue s... x que dans les eaux.

35[la] la : variante du morphème de définitude « le » dans le contexte d’un nom morphologiquement féminin. Cette variante ajoute au signifiant normal de ce morphème un segment [a] dit traditionnellement de féminin, qui n’est pas une unité significative de féminin ; car le féminin n’est pas choisi en tant que tel par le locuteur par opposition à quelque chose d’autre. Il est impossible en effet de faire commuter le segment -a de féminin de la séquence :

...et l-a terre*...et l-e terre.

36Le féminin est imposé au locuteur français par le choix qu’il a fait du lexème terre. Il lui est impossible de dire *le terre. Mais s’il avait choisi le mot continent ou sol, il n’aurait pas pu dire *la continent ou *la sol. On ne peut donc pas prétendre que la commute avec le. En réalité, la alterne avec le, c’est-à-dire apparaît à la place de le dans certains contextes lexicaux particuliers. Il en découle que la et le sont des allomorphes d’un même morphème de définitude.

37Le genre grammatical n’est donc pas une unité significative, c’est seulement une caractéristique morphologique, qui est une propriété formelle des noms. Dire qu’un nom est féminin, cela ne veut pas dire qu’il y a dans sa signification quelque chose comme un trait sémique « femelle », mais qu’il ne se combine qu’avec une certaine classe d’allomorphes de déterminants et d’adjectifs. Ainsi le nom terre n’est combinable qu’avec les articles la, une et de la, ainsi qu’avec les adjectifs belle, grande, petite, tandis que le nom continent n’est combinable qu’avec les articles le et un ou les adjectifs beau, grand et petit.

2. Les morphèmes du verset 2

38“Or la terre était un chaos, et il y avait des ténèbres au-dessus de l’Abîme, et l’esprit de Dieu planait au-dessus des eaux”.

39[et + ε + t] ét-ai-t : lexème verbal « être », combiné avec le morphème

40“temporel” d’imparfait, qui a pour signifiant /ε/ et pour signifié « non

41actuel ». Des paires minimales comme :

...était... ~...devenait...(= « se mettait à être »),...était... ~..semblait... (= « avait l’air d’être »)

42permettent d’identifier un premier morphème de signifiant /et/ et de signifié « consister en ». On ne peut pas faire commuter de façon facilement interprétable le /ε/ d’imparfait, car un changement de temps serait accompagné d’un changement de radical (cf. ét-ait,f-ut, se-ra). Mais il serait facile de proposer des commutations, si on remplaçait était par semblait, qui contient le même segment d’imparfait que lui

/la tεR sãblεt œ kao/ ~ /la tεR sãbla œ kao/.

43Quant au -t final, c’est normalement le second élément du signifiant discontinu de « personne 3 », c’est-à-dire « personne autre que le locuteur et que l’interlocuteur » : on le trouverait par exemple dans /il etεt ãkƆR.../. Mais ici ce considéré traditionnellement comme une désinence (c’est-à-dire une finale) de troisième personne parce qu’il est couramment associé au pronom il de troisième personne, est un segment morphologique d’accord du verbe avec son sujet. Il est obligatoire en français, dès que l’on a un sujet et si ce sujet n’est pas au pluriel. N’étant pas choisi en tant que tel, il ne saurait être un morphème. On dira qu’il forme avec l’ensemble des morphèmes de l’expression verbale qui le précède un allomorphe de cette expression verbale, allomorphe qui apparaît dans le contexte d’un sujet qui ne contient pas le morphème de pluralité. Il faut préciser que ce segment morphologique n’est pas réalisé, quand il se trouve devant une initiale consonantique : [il etε syR lez o] en face de [il. etεt odsy dez o]. Il s’agit donc d’un t dit latent. Lorsqu’il est réalisé phonétiquement, les grammaires parlent alors de liaison. On remarquera qu’à l’imparfait, l’accord fait apparaître, à l’oral, un même segment /t/ latent, quand le sujet est au pluriel que lorsqu’il n’est pas au pluriel, mais que ce même segment est noté graphiquement par la seule lettre -t, au singulier, et par les trois lettres -ent au pluriel.

44[œ] un : morphème grammatical de « non définitude », qui s’oppose au morphème de « définitude » le.

45[kao] chaos : lexème nominal qui a pour signifié « grand désordre » (DFC.218)

46[il jav + ε] il y av-ai-t : le prétendu pronom y ne peut pas commuter seul. De fait dans l’énoncé où il se trouve c’est l’ensemble y av- que l’on pourrait éventuellement faire commuter en le remplaçant par exemple par tomb- ou plan- ou régn- :

il y avait des ténèbres / il planait des ténèbres / il régnait des ténèbres.

47Mais même le il de tous ces énoncés ne peut pas commuter. On le verrait nettement si on avait le présent ; car alors

Il y a des ténèbres au-dessus des eaux

48commuterait avec

Voici des ténèbres au-dessus des eaux.

49Donc /iljav/ est le signifiant d’un morphème verbal que l’on peut qualifier d’impersonnel, comparable à il pleut, et qui permet, comme voici ou c’est, de faire une phrase d’existence. Mais il a l’avantage par rapport à voici de pouvoir recevoir les morphèmes temporels des verbes, comme ici le morphème d’imparfait, et donc d’être un verbe, même défectif, ce qui n’est pas le cas de voici.

50Il importe de distinguer ce morphème verbal /iljav/, qui du reste se prononce couramment [jav]. de la combinaison de morphèmes homonyme que l’on aurait par exemple dans :

Pierre va en Suisse : il y a de gros intérêts

51il et y sont des morphèmes pronominaux construits avec le morphème verbal « avoir », comme le montrent les commutations :

il y a de gros intérêts ~ tu y as de gros intérêts ; il y a de gros intérêts ~ il y détient de gros intérêts ; il y a de gros intérêts — il a ici de gros intérêts.

52[de] de-s : plutôt l’article partitif que l’article indéfini au pluriel, article partitif au pluriel qui n’existe qu’avec des noms toujours au pluriel, comme c’est le cas de ténèbres. Le prétendu article partitif (du, de la, des) est décomposable en deux morphèmes : à savoir le morphème prépositionnel de, et l’article défini, comme le montrent les commutations :

il y avait des / les ténèbres ; manger du / le pain ; etc.

53S’il s’agissait de l’article indéfini comme dans :

Il y avait des chiens / un chien

54il contiendrait le même morphème de pluralité /e(z)/ que l’article défini les, et une variante /d/ de l’article indéfini un. Et s’il s’agissait de ce que les grammaires scolaires appellent la forme contracte de l’article défini pluriel les et de la préposition de, que l’on a par exemple dans :

la vie des parisiens, les thèses des structuralistes

55/e(z)/ serait alors une variante amalgamée du morphème de définitude et du morphème de pluralité.

56Dans le prétendu article partitif des, le morphème prépositionnel /d/ est suivi du segment /e/, qui devrait être aussi un amalgame de l’article défini /1/ et du morphème de pluralité. Mais, dans la mesure où son pluriel ne peut pas commuter avec un singulier, ce n’est en fait qu’une variante de l’article défini /1/, variante qui apparaît dans le contexte des noms qui sont morphologiquement toujours au pluriel comme : ténèbres. Mais on pourrait aussi penser que ces deux morphèmes amalgament leur signifiant, dans la mesure où il est tentant de voir un amalgame dans l’article contracte du, sur le modèle de l’article contracte au, où il est obligatoire de parler d’amalgame. Ceci veut dire que toutes les formes contractes de l’article sont peut-être à interpréter comme des amalgames.

57[tenεbR] ténèbres : lexème nominal qui est morphologiquement féminin et pluriel. Le lexème /tenεbR/ est ce que les grammaires appellent un plurale tantum, c’est-à-dire un mot qui est toujours au pluriel. Le pluriel n’y est donc pas un morphème, dans la mesure où il ne commute pas avec le prétendu singulier :

les ténèbres /*la ténèbre.

58Il en découle que le lexème /tenεbR/ est morphologiquement non seulement féminin, mais aussi pluriel et que l’on doit dire :

les épaisses ténèbres

59l-es ne sera pas la combinaison des deux morphèmes de « définitude » et de « pluralité », mais simplement un allomorphe complexe du morphème de « définitude » dans le contexte d’un lexème nominal qui est un plurale tantum.

60[o dәsy dә] au-dessus de : S’agit-il d’une suite analysable en plusieurs morphèmes ou d’un morphème unique ? Les grammaires parleraient d’une locution prépositive, c’est-à-dire d’un ensemble de mots qui fonctionne comme le mot unique qu’est une préposition. La commutation permettrait d’y retrouver plusieurs morphèmes. Il semble en effet possible de faire commuter la préposition contenue dans au- et le nom dessus :

vers le dessus des eaux, près du dessus des eaux,
au milieu des eaux, au centre des eaux, au bout des eaux.

61On pourrait envisager d’analyser la paire minimale :

au-dessus des eaux ~ au-dessous des eaux

62comme opposant la préposition [su] à une variante [sy] de la préposition sur. Mais comme de- ne commute pas devant [sy] ou [su], il est préférable d’expliquer cette paire minimale par l’opposition entre les deux noms dessus « partie supérieure » et dessous « partie inférieure ». Ces trois commutations inviteraient à faire de au-dessus de un synthème, c’est-à-dire un groupe de morphèmes qui fonctionnent comme un seul morphème. Il commute en effet avec les prépositions sur et dans.

63Mais l’article contenu dans au- ne semble pas pouvoir commuter, comme le montre le caractère inacceptable de :

un dessus des eaux, *à ce dessus des eaux.

64Et d’autre part le sens de au-dessus de paraît être celui de sur avec en plus un sème de « non contact ». Il est dans ces conditions préférable de dire que au-dessus de est une simple préposition, ou plutôt un morphème relationnel, morphologiquement composé certes, mais non pas morphématiquement complexe. Ceci veut dire que dans au dessus des eaux, le nom eaux n’est pas un complément du nom dessus, mais le régime d’une préposition. Une locution prépositionnelle n’est donc pas forcément un synthème. Comme le mot, c’est un concept morphologique, et non morphématique.

65[l abim] l’Abîme : le morphème grammatical de définitude /l/ et le lexème nominal /abim/, qui est morphologiquement masculin. Si on parle d’élision, cela n’a de sens qu’à propos de la notation graphique, selon laquelle l’article s’écrit normalement le et perd son -e final devant voyelle. Au niveau phonique on peut dire soit que le morphème de définitude présente un allomorphe /1/ devant voyelle et un allomorphe /lә/ devant consonne, soit qu’il a un signifiant invariant /1/, qui se réalise phonétiquement [1] devant voyelle mais qui peut présenter une réalisation phonétique [la] devant consonne, sans que celle-ci soit obligatoire. Tout dépend de la description phonologique que l’on propose pour le e dit caduc, encore appelé chva.

66[l εspRi dә djØ] l’esprit de Dieu : syntagme formé du morphème grammatical de définitude /1/, du lexème nominal /εspRi/, du morphème fonctionnel lui indiquant la fonction de complément de nom, qu’il est impossible de faire commuter, et du lexème nominal /djØ/, qui est morphologiquement masculin et qui fonctionne ici comme un nom propre, c’est-à-dire en fait comme un SN.

67[plan + ε +t] plan-ai-t : lexème verbal « planer », et morphème “temporel” d’imparfait qui exprime le « non-actuel ». Le -t final est une marque morphologique d’accord.

68[o dәsy dez o] au-dessus d-es eau-x : morphème prépositionnel au-dessus de, plus variante dans le contexte de la préposition de, qui amalgame le signifiant du morphème de définitude et celui du morphème de pluralité, et plus lexème nominal « eau », qui est morphologiquement féminin.

3. A propos du verset 3

69“Dieu dit : « Que la lumière soit », et la lumière fut”.

a. le problème du genre :

[la] la : (article dit féminin) Dans :

[djØ vi kә la lymεR etε bƆn] « Dieu vit que la lumière était bonne »

70une commutation de la avec une

[djØ vi k yn lymiεR etε bƆn] « Dieu vit qu’une lumière était bonne »

71montre que l’article dit défini la correspond à un morphème, dont le signifié pourrait être « définitude » en face de « non définitude ». Il est possible de proposer d’autres commutations qui établiraient la même conclusion :

[djØ vi kә Sεt lymiεR etε bƆn] « Dieu vit que cette lumière était bonne »
[djØ vi kә lœR lymiεR etε bƆn] « Dieu vit que leur lumière était bonne »
[djØ vi kә nƆtR lymiεR etε bƆn] « Dieu vit que notre lumière était bonne »

72Mais un problème se pose avec les paires minimales :

[djØ vi kә la lymiεR etε bƆn] « Dieu vit que la lumière était bonne » / [djØ vi kә sa lymiεR etε bƆn] « Dieu vit que sa lumière était bonne » [djØ vi kә la lymiεR ete bƆn] « Dieu vit que la lumière était bonne » / [djØ vi kә ma lymiεR ete bƆn] « Dieu vit que ma lumière était bonne ».

73Comment faut-il les interpréter ? La différence partielle de signifiant n’est que [s] en face de [1], ou de [m] en face de [l]. Cela pourrait vouloir dire que c’est seulement [l] et non pas /la/ qui est le signifiant du morphème de « définitude ». Mais alors que faudrait-il faire du /a/ ? Il pourrait évidemment être le signifiant d’un autre morphème ; mais lequel ? Il pourrait aussi, en tant qu’élément de signifiant, faire corps avec la consonne qui le précède et constituer avec elle le signifiant d’une unité morphématiquement minimale, ce qui reviendrait à admettre que l’opposition entre le morphème de simple « définitude » et le morphème de « possession par le locuteur » correspond à un découpage au niveau des signifiants du type :

[... la lymiεR...] / [... ma lymiεR...]

74et non plus du type :

[... l alymiεR...] / [... m alymiεR...]

75que suggère une interprétation mécanique de la commutation. Rien ne prouve que seule l’interprétation mécanique soit bonne. De fait le signifiant /la/ d’une unité significative minimale pourrait très bien s’opposer au signifiant d’un morphème /ma/. Car même si ces deux signifiants ont en commun un même son, ils seraient globalement différents puisqu’ils contiennent une différence phonique, et représenteraient bien alors deux unités significatives minimales, insegmentables en unités significatives plus petites, si elles sont segmentables en phonèmes partiellement identiques. Comment trancher entre ces deux interprétations des paires minimales citées plus haut ?

76Si l’on se fie aux découpages ou plutôt aux analyses de la grammaire traditionnelle, l’article dit féminin la semble morphologiquement composé : il ajoute apparemment à un segment de base /1/ un second segment [a], qui est précisément la raison pour laquelle on qualifie traditionnellement de féminine cette forme de l’article défini. Ne serait-ce pas une raison pour segmenter la en deux morphèmes, un éventuel morphème /1/ de « définitude » et un éventuel morphème /a/ de « féminin », ce qui correspondrait à la première interprétation des commutations citées précédemment ?

77Remarquons d’abord que l’éventuel signifié de « féminin » serait difficile à définir. Il ne saurait correspondre au sexe dit féminin, dans la mesure où la lumière, n’étant pas un être animé, n’est pas sexuée. Ce ne pourrait donc être qu’un signifié grammatical. Mais pour apporter une indication grammaticale utile pour la signification même de l’énoncé, il faudrait que le prétendu genre grammatical féminin de cet article soit choisi en tant que tel par le locuteur français de préférence à quelque autre genre, et donc qu’il indique quelque chose de spécifique à l’interlocuteur. Or ce genre est imposé au locuteur par le choix qu’il a fait ou va faire du lexème lumière et n’apporte aucune information pour la compréhension même du signifié de lumière et de la phrase où se trouve ce lexème. Il est en effet impossible au locuteur de dire

*...le lumière...

78en faisant commuter le féminin de l’article avec le masculin. Le segment /l/ n’est donc pas une unité significative de féminin ; il fait seulement partie du signifiant du morphème de « définitude ». Le segment /la/ est dans ces conditions très exactement une variante du morphème de « définitude » /1/, variante que l’on peut qualifier de féminine parce qu’elle n’apparaît que dans le contexte d’un nom morphologiquement féminin. On remarquera toutefois que cette variante n’apparaît pas quand le nom morphologiquement féminin avec lequel se combine l’article défini commence par une voyelle, comme dans par exemple l’amitié, l’espérance, etc.

79Pour clarifier la description morphologique, on peut utiliser la synthèse que nous avons proposée entre la description formelle et sans référence au sens de Zellig Harris et la description avec référence au sens des autres linguistes (cf. p. 57-58). On dira alors que l’article l-a est morphologiquement composé de deux segments morphologiques, le segment -a étant une marque de féminin, mais que ces deux segments représentent le signifiant d’un seul morphème, le morphème de « définitude », et sont en l’occurrence la variante féminine de ce morphème, la variante dite masculine correspondant au seul segment /1/.

80Mais que faut-il entendre par nom morphologiquement féminin ?

81On distingue en français deux sous-classes morphologiques de noms, qu’on appelle les noms masculins et les noms féminins, précisément selon la forme d’accord morphologique qu’ils entraînent pour les morphèmes qui sont en relation syntaxique avec eux. Sont dits masculins les noms qui sont compatibles avec les formes le, mon, ce, cet, etc. de déterminant, ou beau, grand, lumineux, etc. d’adjectif, et féminins ceux qui sont compatibles avec les formes la, ma, cette, etc. de déterminant ou belle, grande, lumineuse, etc. d’adjectif. Cela veut dire qu’il y a deux classes différentes de noms en français, qu’il est important de connaître non pour communiquer en français, mais pour faire des énoncés français acceptables. Si quelqu’un disait :

[djØ vi kә la lymiεR etε bƆ] « Dieu vit que la lumière était bonne »

82il se ferait comprendre, mais serait pris pour un étranger, un anglais par exemple. Le genre grammatical n’est donc qu’une propriété morphologique des lexèmes nominaux, propriété qui n’est pas apparente dans le signifiant même du nom, mais qui n’en détermine pas moins la forme des morphèmes qui sont en rapport syntaxique avec ce nom.

83Cette propriété grammaticale est purement morphologique et n’a rien à voir avec le sens. Plusieurs faits le montrent bien. D’abord des lexèmes de sens apparemment identique n’ont pas le même genre dans des langues différentes. Par exemple, en français, des mots comme le soleil, le tableau sont masculins, alors qu’en allemand die Sonne, die Tafel sont féminins ; inversement la lune, la mort, la table sont féminins, alors que der Mond, der Tod, der Tisch sont masculins. Ensuite des lexèmes peuvent changer de genre en passant d’une langue à une autre. Par exemple les mots latins flos, finis, cinis (cineris), qui sont masculins, ont donné les mots français la fleur, la fin, la cendre, qui sont féminins. Et inversement le mot féminin arbor a donné le mots masculin l’arbre. Enfin les mots peuvent changer de genre ou avoir deux genres dans une même langue. Par exemple amour, qui vient du mot masculin latin amor, “est ordinairement masculin au singulier et souvent féminin au pluriel” (Grevisse-Goosse, 199313, 715), exemple : les premières amours, les grandes amours. Ou encore, c’est en 1986 que l’Académie reconnaît au mot après-midi les deux genres masculin et féminin, après avoir dit qu’il était seulement masculin. Par contre les mots “âge, abîme, qui, à l’époque de Vaugelas, étaient féminins et masculins, sont maintenant exclusivement masculins” (Brunot-Bruneau, 19564,197).

84Remarquons cependant que les genres furent appelés masculin et féminin parce qu’ils étaient souvent associés à des lexèmes désignant des êtres animés respectivement mâles et femelles :

un homme, une femme ; un frère, une sœur ; un père, une mère ; un âne, une ânesse ; un comte, une comtesse ; etc.

85ce qui évidemment risque d’entraîner une confusion entre les genres et les sexes. Et, comble de malchance ! il arrive même au genre d’être le signifiant d’un morphème de sexe, le genre féminin ayant alors la même signification que le morphème de signifiant -esse :

un ami, une amie ; un élu, une élue ; un martyr, une martyre ; un ours, une ourse ; etc.

86comme

un poète, une poèt-esse ; un docteur, une doctor-esse ; un âne, une ân-esse, etc.

87Les grammaires compléteraient volontiers cette liste, en citant par exemple

un chat, une chatte ; un lion, une lionne ; un gamin, une gamine ; un fermier, une fermière ; un spectateur, une spectatrice ; etc.

88Mais ces derniers couples sont délicats à décrire, leur analyse dépendant de la description que l’on donne des adjectifs, auxquels ces couples ont bien l’air de ressembler.

89Description des animés mâles ou femelles : Si, comme sont tentées de le faire les grammaires scolaires, on dit que les féminins chaude, grasse ou bonne ajoutent un suffixe de féminin (c’est-à-dire en fait un segment morphologique) aux masculins chaud, gras ou bon, à savoir un -e avec ou sans redoublement de la consonne finale, à l’écrit, mais en fait, à l’oral, une consonne /d/, /s/ ou /n/, suivant les cas, on analysera de la même façon les couples de lexèmes nominaux, en admettant que les noms féminins sont formés de deux morphèmes, le premier étant un morphème lexical et le second un morphème de sexe dont le signifié est « femelle », et le signifiant un segment morphologique de féminin, soit :

/∫a + t/, /liƆ + n/, /gami + n/, /fεRmje + R/, /spektatœR + tRis ← (tœR)/.

90Mais si pour simplifier la morphologie des adjectifs, on dérive, comme sont tentés de le faire bon nombre de linguistes, le masculin du féminin, en disant que le signifiant premier de ces lexèmes est en fait la forme du féminin, à savoir :

/∫od/, /gRas/, /bƆn/

91et que le masculin correspond à une marque / ¢/ qui supprime la consonne finale du signifiant normal du lexème :

/∫od + / ¢ / = [ƒо], /gRas + ¢ / = [gRa], /bƆn + ¢ / = [bƆ]

92alors on doit dire que le trait sémique « femelle » fait partie du sémème des lexèmes dont le signifiant est :

/∫at/, /liƆ/n, /gamin/, /fεRmjeR/, /spektatRis/

93exactement comme il fait partie du signifié des lexèmes :

femme, jument, vache, etc.

94et que la marque /¢/ des noms masculins est le signifiant d’un morphème dont le signifié est non pas « mâle », mais « -femelle », lequel signifié annule donc le sème « femelle » des lexèmes, ce qui donne finalement des lexèmes de signifiant :

/∫а/, /liƆ /, /gamε/, /fεRmje/, /spektatœR/

95qui sont sémantiquement non marqués au point de vue du sexe. De fait le lexème chat par exemple doit être considéré comme le terme sémantiquement non marqué de l’opposition significative chat / chatte, puisqu’il peut, suivant les contextes et les situations, désigner soit un petit animal d’intérieur mâle soit simplement un représentant quelconque, c’est-à-dire mâle ou femelle, de la famille des félidés.

96Cette description a l’intérêt de postuler que le signifiant normal des noms et des adjectifs est la forme considérée comme féminine par la tradition, à savoir

/∫at/, /liƆn/, /gamin/, /feRmjeR/, etc.

/∫od/, /gRas/, /bon/, /gRãd/, /patit/, etc.

97Car c’est effectivement la forme que présentent ordinairement ces lexèmes quand il se trouvent dans un synthème :

chaton, chatte-rie ; garni ne-rie ; etc.
chaude-ment ; grasse-ment ; bonne-ment ; grande-ment, grand-eur ; petite-ment, petit-esse ; etc.

98Mais elle a l’inconvénient d’impliquer alors le trait sémique de « femelle » dans le signifié de ces synthèmes, ce qui n’est manifestement pas juste. On pourrait, pour remédier à cette difficulté, s’inspirer de la description de Gilles Bibeau, qui considère justement que la troncation, c’est-à-dire la disparition de la consonne finale, est un phénomène morphologique lié à la fin de mot (cf. Bibeau, 1975, 90-92). On postulera donc une troncation qui fait apparaître un allomorphe sans consonne finale lorsque l’adjectif ou le nom se trouve devant une frontière de mot. Préalablement une règle dite de liaison aura supprimé la frontière de mot après les adjectifs qui sont suivis d’un nom à initiale vocalique, ce qui empêchera l’application de la règle de troncation, et donnera des suites comme

un petit ami [patit ami], un bon ami [ban ami], un grand ami [gRãt ami], un gros ami [gRoz ami], etc.

99Par contre le genre féminin sera marqué par un segment morphologique / Ə /, qui, lui aussi, fera que la consonne finale de l’adjectif ou du nom ne sera plus devant une frontière de mot, ce qui donnera

une petite amie [уп(Ə) patit ami], une petite fille [yn(Ə) patit(Ə) fij]

100Quant aux noms désignant des êtres femelles, c’est ce même segment morphologique /э/ qui sera le signifiant d’un morphème de sexe « femelle », et qui donc empêchera la troncation de la consonne finale du lexème :

/уn-ә ƒat-ә/, /уn-ә liƆn-ә/ se réalisant [yn(ә) ƒat], [yn(ә) ljƆn]

101Une telle description du genre et du morphème de sexe permet de redire que le genre féminin et le sexe féminin sont marqués, et que le genre masculin et le sexe masculin sont non-marqués, ce qui correspond à l’intuition de la grammaire traditionnelle.

b. le nom : lumière

102Des commutations comme :

[djœ vi kә la lymjεR /zuRne etε bƆn] « Dieu vit que la lumière I journée était bonne »

103-cet exemple est préférable à un exemple comme :

[djœ vi kә la lymjεR / tεK etε bƆn] « Dieu vit que la lumière / terre était bonne »

104où la différence partielle de signifiant est apparemment seulement entre [lymj] et [t], et où il faudrait donc discuter et expliquer- invite à associer le signifié « lumière », c’est-à-dire « ce qui éclaire et rend visible les choses » au signifiant [lymjεR]. Mais faut-il décomposer ce signe linguistique en signes plus petits, comme pourrait le suggérer le fait que la grammaire traditionnelle reconnaîtrait un suffixe -ière dans la terminaison de ce mot ? Certes, il n’est pas impossible de proposer des commutations apparentes comme :

Dieu vit que la lumière / fermière / garçonnière / bonbonnière / soupière...

105Mais il semble difficile d’attribuer à cet éventuel suffixe -ière une signification qui soit la même dans les cinq unités significatives envisagées, la bonbonnière étant une “petite boite à bonbons” (LNPR), la garçonnière un “petit appartement de célibataire, servant souvent de lieu de rendez-vous” (LNPR), mais la soupière un “récipient large et profond <..> dans lequel on sert la soupe” (LNPR), et la fermière une “femme qui exploite un domaine agricole”. Et en outre il est impossible de faire commuter ce segment -ière après lum-, auquel on ne voit vraiment pas quel signifié serait associable. Le mot lumière correspond donc en français moderne à un seul morphème.

106On pourrait cependant être tenté d’identifier le segment initial lum- de lumière avec celui que l’on trouve dans luminaire ou illumination, dans la mesure où ces trois termes semblent avoir quelque chose en commun au niveau de la signification. Mais il importe de bien voir que des éventuelles paires comme :

Dieu vit que la lumière / l’illumination...
Dieu vit que la lumière / luminosité...

107ne sont pas des preuves, bien qu’entre les éléments remplacés il semble y avoir quelque chose de commun et de différent au niveau formel et au niveau du sens, puisque luminosité signifie « qualité de ce qui émet de la lumière » et illumination « lumière soudaine qui se fait dans l’esprit » (LNPR). La première paire en effet est loin d’être minimale, puisqu’elle remplacerait le suffixe -ière par les deux segments il- et -ination, auxquels il faudrait pouvoir associer un ou deux signifiés, ce qui semble impossible. Quant à la seconde, elle remplacerait soit -ière par -inosité, soit -ère par -nosité, éventuels suffixes auxquels on serait bien en peine d’attribuer un signifié, faute de pouvoir les retrouver ailleurs. Ou plutôt peut-être, elle remplacerait d’une part lum- par lumin- et d’autre part -ière par -osité, ce qui ne pourrait être considéré comme une paire minimale que si l’on avait par ailleurs déjà établi ce qu’il faut prouver, à savoir que l’éventuel radical lum- est la même chose que l’éventuel radical lumin-.

108En fait, s’il y a un rapport entre lumière et le suffixe -ière ou les mots de la famille de luminaire, illumination, c’est au niveau éthymologique ou historique. Le mot lumière est en effet issu du mot latin lūmin-āria, adjectif neutre pluriel substantivé qui, en latin chrétien et populaire, signifiait « choses qui illuminent, produisent de la lumière (notamment les astres) », et qui était alors effectivement un dérivé en -ārius du mot lumen, lumin-is « lumière », comme pourraient le montrer les commutations suivantes :

uide-o lumin-ari-a / lumin-a « je vois des astres / lumières »
uide-o lumin-ari-a / semin-ari-a / semin-a « je vois des astres / pépinières /semences »

109Mais en français moderne, lumière est une unité significative minimale.

c. [kә... swa] que... soit

110Que n’est pas ici une conjonction de subordination complétive, mais le que qui fait partie du subjonctif (cf. qu’il chante, que nous venions, etc.). Il se trouve en effet, dans notre texte, après l’ouverture des guillements. [kә] est en réalité ici le signifiant du morphème de subjonctif, dont le signifié est « volonté », exactement comme dans qu’il chante, que je chante, etc. Et [swa] est une variante du verbe « être », entraînée par la présence de ce morphème de subjonctif, quand ce dernier toutefois n’est pas accompagné d’un morphème temporel et que l’on a ce que la grammaire scolaire appelle le subjonctif présent.

111En l’absence de guillemets (Dieu dit que la lumière fût, ou, plus simplement Dieu dit que la lumière soit), le segment que serait alors le morphème de subordination complétive. Et ce morphème entraînerait la variante Ø du morphème de subjonctif, ce qui éviterait une séquence du type *Dieu dit que que la lumière soit. Mais du coup, puisque le verbe

112« être » présente une variante due au contexte du subjonctif, cette variante sert de relai visible au morphème de volonté. Par contre si le verbe n’avait pas de variante au subjonctif, il n’y aurait alors pas de différence entre la phrase signifiant une volonté (Dieu dit que l’homme chante) et la phrase signifiant une affirmation (Dieu dit que l’homme chante), sauf si l’on mettait un subjonctif imparfait de concordance des temps (Dieu dit que l’homme chantât) ou si l’on remplaçait la complétive par un infinitif (Dieu dit à l’homme de chanter).

4. A propos du verset 4

113“Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres”.

114[kә] que : morphème de subordination complétive, que l’on peut mettre en évidence en le faisant commuter avec le morphème interrogatif si ou le morphème temporel quand.

115[etε] ét-ai-t : imparfait du verbe « être ». On pourrait croire que ce temps n’est pas ici le signifiant d’un morphème de « non actuel », mais simplement un accord en temps (qu’on appelle traditionnellement concordance des temps) avec le verbe principal vit, qui est au passé simple. Il s’agirait donc d’un phénomène morphologique. En réalité, il y a une concordance sémantique entre cet imparfait et le passé simple, et non un simple accord formel. Car cet imparfait pourrait commuter avec un présent :

Dieu vit que la lumière est bonne

116et cela changerait le sens. La lumière serait dite bonne en général, alors qu’avec l’imparfait elle est bonne au moment où Dieu la voit. Le morphème de « non-actuel » intègre le procès qu’il affecte à l’intérieur du récit passé, alors que l’absence de morphème temporel en ferait une vérité générale.

117[bƆn] bonne : variante féminine du lexème adjectival « bon » dans le contexte d’un sujet féminin.

118[de] des : Dans sépara la lumière des ténèbres, des n’est pas du tout l’article indéfini au pluriel que l’on a par exemple dans :

Des inconnus se sont présentés hier chez moi.

119C’est une contraction de la préposition de et de l’article défini au pluriel les, comme dans :

C’est ici l’arrivée des bus
Je me souviens des jours anciens.

120Car le verbe séparer se construit avec deux compléments de verbe, dont le second est introduit par la préposition de : on sépare quelque chose de quelque chose d’autre. On pourrait penser que la préposition de signifie à partir de quoi Dieu a séparé la lumière, et par conséquent « l’origine, l’éloignement ». Mais il n’en est rien ; car dans une phrase comme

Dieu approcha la lumière des ténèbres

121le constituant introduit par de ne peut pas exprimer l’éloignement. Le signifié de cet éventuel morphème serait donc purement grammatical : il indique le second complément du verbe. Certes la position signale aussi que l’on a affaire à un 2e complément de verbe. Mais de n’est pas purement inutile et redondant, comme le montre une phrase du type :

Dieu sépara de la lumière les ténèbres

122où le second complément de verbe se trouve être le premier SN.

5. Problème du passé simple dans ces 4 versets

a. Appela et sépara

123Les deux formes verbales il appela et il sépara ne se distinguent que parce qu’elles mettent en œuvre deux lexèmes différents, comme le montre la paire suivante :

Dieu appela / sépara les eaux

124Par contre elles utilisent toutes les deux le même morphème grammatical de signifiant /a/, auquel les grammaires scolaires donnent le nom de passé simple. On peut le mettre en évidence par les paires minimales suivantes :

Dieu appela / appelle ([apәla] / [apεl]) les eaux Dieu sépara / sépare ([sepaRa] / [sepaR]) les eaux

125à condition d’admettre que, en vertu de la neutralisation de l’opposition /ә/~ /ε/ en syllabe finale fermée, [apεl] et [apәl] sont deux réalisations phonétiques différentes du signifiant /apәl/. On lui reconnaîtra le signifié particulier de « passé factuel », pour rendre compte de la différence de sens qu’il y a entre les deux morphèmes de signification passée de la paire minimale :

Dieu sépara / séparait la lumière.

b. Vit, fit et dit

Par ailleurs des commutations comme
Dieu vit / fit / pensa que la lumière était bonne

126montrent que tous les verbes au passé simple n’utilisent pas forcément le même signifiant /a/ pour le morphème de « passé factuel ». Ce dernier signifiant n’est en fait utilisé que pour les verbes dits du premier groupe par la grammaire traditionnelle, c’est-à-dire pour les verbes dont l’infinitif est en -er. Par contre la situation des verbes des deux autres groupes de conjugaison a l’air d’être beaucoup plus complexe.

Une paire minimale comme :
Dieu vit / fix. ([vi] / [fi]) que la lumière était bonne

127semble supposer un morphème lexical /V/ « voir » en face de /f/ « faire ». Et une paire minimale comme :

Dieu vit / voit ([vi] / [vwa]) que la lumière était bonne
Dieu fit / fait ([fi] / [fε]) que la lumière était bonne

128donne à penser qu’un morphème de « passé factuel » au signifiant /i/ s’oppose à un présent dont la marque formelle serait soit /ε/ soit /wa/. En fait, une fois que l’on a reconnu que le prétendu présent des grammaires scolaires n’était qu’un étiquette pour désigner les formes verbales qui ne contiennent pas de morphème temporel, on doit dire que la voyelle /ε/ et la diphtongue /wa/ appartiennent au signifiant des lexèmes verbaux, /fε/ et /vwa/, que l’on retrouve dans les imparfaits faisait et voyait, et donc que /f/ et /v/ sont des variantes du lexème verbal qui n’apparaissent que dans le contexte du passé simple ou du subjonctif imparfait (cf. que je fisse, que je visse, etc.). Ceci voudrait dire que ces lexèmes du 3e groupe, comme un certain nombre d’autres lexèmes du 3e groupe, présentent une variante /i/ du morphème de « passé factuel ». Et dans la mesure où un verbe comme faire présente déjà, comme tous les verbes des 2e et 3e groupes dont le radical se termine par une consonne, au moins deux variantes appelées ordinairement thème long et thème court, le thème long étant la forme qui se termine par une consonne, soit [fәz] ou [finis], et le thème court celle qui supprime cette consonne, soit [fε] ou [fini], on observera que le verbe voir, comme le verbe faire, utilise au passé simple une variante qui est un thème encore plus court que le thème court usuel, puisqu’il est amputé même de la voyelle du thème dit court.

129Mais tous les verbes du 3e groupe qui mettent en œuvre le signifiant lil du morphème de « passé factuel » ne présentent pas forcément une variante aussi courte. On a par exemple

il dorm-it

130avec un thème long (cf. il dor-t, mais nous dormons, il dorm-ait), ou

il cueill-it

131avec un radical invariant (cf. il cueill-e, il cueill-ait). Karel van den Eynde et Claire Blanche-Benveniste (1970, 416-417) ont donc proposé de décrire les passés simples en -i- à l’aide de deux variantes du morphème de « passé factuel », une variante simple /i/, qui est utilisée dans il cueill-it, il dorm-it, et une variante plus complexe /V¢i/, qui ajoute au segment-i- la chute de la consonne et de la voyelle qui le précèdent, et donc l’effacement de la finale du radical verbal. Dans ces conditions, les passés simples [fi] ne serait que la réalisation phonétique de la suite phonématique :

/fәz + V¢i/

132avec donc effacement de la voyelle /ә/ et de la consonne /z/ du radical verbal. S’il en est ainsi, on n’a pas une variante /f/ du lexème, mais le signifiant normal de ce dernier, à savoir le thème dit long /fәz/ ; et c’est une variante / V¢i/ de passé simple qui réduit apparemment le signifiant du lexème et donne ainsi l’impression que ce dernier présente un thème très court.

133Si maintenant on applique cette description au passé simple d’un verbe comme voir, deux solutions sont possibles. Soit on admet que ce verbe présente un thème long /vwaj/ (cf. nous voy-ons, je voy-ais) à côté du thème court /vwa/ (ci. je voi-s, que je voi-e), et l’on décrit son passé simple [vi] exactement comme celui de faire à partir d’une suite phonématique :

/il vwaj + V¢i + (t)/.

134Soit on préfère dire que [vwaj] n’est dû qu’à la variation phonologique de la diphtongue /wa/ devant voyelle, qui se réalise alors [waj], et l’on postule la même variante de passé simple :

/il vwa + V¢i + (t)/.

135Mais dans ce cas, l’élément ¢ du morphème de passé simple / V¢i/ n’a aucun effet, faute de rencontrer dans le radical verbal une consonne à effacer. Cette variante n’efface donc que la voyelle diphtonguée qui termine le radical.

136Le passé simple du verbe dire pourrait aussi en vertu des paires minimales suivantes :

Dieu dit / vit que la terre était bonne
Dieu dit / fit que la terre était bonne.

137se décrire avec une variante /d/ du lexème verbal /diz/ plus courte que sa variante dite courte /di/. Mais on préférera le décrire à l’aide de la même variante /V¢i / du morphème de passé simple que fit, et considérer que [di] est la réalisation phonétique de /diz + V¢i /.

138Si, en suivant toujours le point de vue de Karel van den Eynde et Claire Blanche-Benveniste, on explique le prétendu thème court des personnes du singulier du présent des verbes des 2e et 3e groupes par une variante discontinue des morphèmes de personne :

/Ʒ...¢ (z)/,/ty...¢(z)/,/il...¢(t)/

139on rattachera les homographes et homophones que sont le passé simple il dit et le présent il dit à deux organisations morphématiques différentes. Le présent il dit sera en effet la réalisation phonétique de :

/il diz + ¢(t)/,

140alors que le passé simple il dit correspondra à :

/il diz + V¢i + ¢(t)/.

c. Il y eut et il en fut ainsi

141Nous avons vu précédemment que ilijav (ou jav) était un lexème verbal signifiant l’existence, qui est morphologiquement composé du segment morphologique avoir, qui est identique à celui qui sert de signifiant au verbe « avoir ». Il ne s’agit donc pas d’un synthème, mais d’un lexème qui orthographiquement est en trois mots. Etant morphologiquement composé du même segment morphologique que le verbe avoir, il fait au passé simple [ijy] ou [iljy].

142Au passé simple, le verbe avoir semble présenter une variante zéro, qui, à l’écrit est notée e- ; car il est impossible de ne pas voir dans la voyelle [y] la même marque de passé simple que celle que l’on a dans voul-u-t, courut, etc. Il ne serait pas juste de considérer que ce [y] est un amalgame du lexème avoir et du morphème de passé simple, dans la mesure où, théoriquement, pour que l’on puisse parler d’amalgame, il faut que l’on ne soit pas en mesure d’associer à l’un ou à l’autre des morphèmes concernés une segment formel particulier.

143Mais si l’on admet l’existence d’une variante de passé simple /V¢y/, à côté de /y/ seul, il s’impose de décrire il eut comme la réalisation phonétique de :

/il av + V¢y + (t)/

144avec bien entendu effacement de la consonne finale et de la voyelle du radical, ce qui fait disparaître tout le radical.

145L’expression verbale en être est un lexème qui est morphologiquement composé du même signifiant que le lexème verbale être, mais n’est pas our autant un synthème contenant ce lexème. Elle signifie quelque chose comme « être à la suite de quelque chose, à la suite d’un changement ». Elle est surtout construite impersonnellement, c’est-à-dire avec un segment morphologique de Personne 3 /il... ¢(t)/ qui n’est le support d’aucun signifié. C’est le cas dans :

II en fut ainsi. Il en est des hommes comme des animaux.

146Mais elle peut aussi s’employer personnellement :

Il en est à la moitié du chemin. Il en est à son troisième whisky (LNPR).

147Pour faciliter l’analyse, on travaillera sur la forme morphologiquement simple, qui est partiellement homonyme, fut. Une paire comme :

et la lumière fut /parut

148invite à postuler que le lexème être présente, dans le contexte du passé simple, une variante /f/, à côté de /s(ә)/ dans le futur de et la lumière sera, ou de /et/ dans l’imparfait de et la lumière était. Et si l’on admet que /et/ et /f/ sont équivalents, puisqu’il s’agit de deux allomorphes, on verra dans le /y/ de fut, en face du /ε/ de était, le signifiant du morphème de passé simple, signifiant que l’on retrouve dans les passés simples :

il voul-u-t, il cour-u-t.

149Par contre, pour décrire parut, il faut admettre une variante /V¢y/, dans la mesure où le signifiant de ce lexème verbal est /paRεs/ comme dans :

nous paraissons, je paraissais, etc.

150Pour conclure, on voit que le morphème de « passé factuel » présente de nombreuses variantes. L’une est propre à ce qu’on peut appeler la première conjugaison ; c’est l’allomorphes /a/. Par contre, la seconde conjugaison, c’est-à-dire le deuxième et le troisième groupe de la tradition, n’a pas un allomorphe spécifique. Il en connaît au moins quatre, à savoir /i/, /y/, /V¢i/ et /V¢y/, à quoi il faudrait ajouter une variante à signifiant zéro pour les verbes dont le radical se termine précisément par un i ou un u, par exemple :

il conclu-t, exclu-t ; il ri-t, souri-t.

151Brunot Ferdinand, & Bruneau Charles, 19564, Précis de Grammaire historique de la langue française, Paris, Masson, 641 p.

152Bibeau Gilles, 1975, Introduction à la phonologie générative, Montréal, Paris, Bruxelles, Didier, 177 p.

153Van Den Eynde Karel, et Blanche-Benveniste Claire, 1970, “Essai d’analyse de la morphologie du verbe français. Présentation d’hypothèses de travail”, in : Orbis, 19,404-429.

II. Allemand

1. Verset 1

154Am Anfang schuf Gott Himmel und Erde.

155[am ‘anfaŋ ’∫uf ‘gƆt ‘himәl unt ‘e : rdә]

156à+le(Da) commencement créer(Prét) Dieu ciel el terre

157Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

Am Anfang

158Am : correspond à la préposition an et à l’article défini au datif d-em. De fait, on a les paires minimales suivantes :

a. Am Anfang « au commencement » / an einem Anfang « à un commencement »

159où l’on observe une opposition au niveau du sens entre « le » et « un »,

b. Am Anfang « au commencement » / vor dem Anfang « avant le commencement »

160où l’on a la même signification définie « le », mais une opposition de localisation temporelle entre « à » et « avant »,

c. Am Anfang « au commencement » / an der Beendigung « à la fin »

161où l’on a la même localisation dans le temps et la même définitude mais une opposition entre « commencement », qui est en allemand, un nom morphologiquement masculin, et « fin », qui, lui, est un nom morphologiquement féminin,

d. Am Anfang « au commencement » / während des Anfangs « pendant le commencement »

162où l’on a une localisation dans le temps qui est différente, mais où l’article défini et le nom changent de cas et se mettent au génitif.

163De tout cela, on conclura que Am Anfang contient au moins trois morphèmes, à savoir un morphème relationnel « à, lors », un déterminant défini « le » et un lexeme nominal « commencement », et correspond à quelque chose comme An d-em Anfang. On ne peut pas vraiment dire que les deux premiers morphèmes amalgament leur signifiant : car on retrouve dans am le début de la préposition an, et la fin de la désinence de datif de l’article dem. Il s’agit donc plutôt d’un mot-valise, que l’on pourrait analyser linguistiquement en considérant /a...m/ comme une variante du morphème relationnel à signifiant discontinu /an... Dat./, variante qui apparaîtrait dans le contexte où l’article défini présente, lui, une variante Ø, c’est-à-dire en réalité dans le contexte d’un nom morphologiquement masculin. Cela voudrait dire que la suite phonique [am] correspond à la séquence de segments morphologiques

/a...+Ø +...Dat./

164laquelle est le signifiant de deux morphèmes : un morphème relationnel à sigifiant discontinu et un déterminant défini à signifiant zéro.

165Anfang : On pourrait se demander si Anfang n’est pas un synthème formé des deux morphèmes an- et -fang, dans la mesure où il existe un nom der Fang « prise, capture » (cf. ge-fang-en « captif, prisonnier »), et un certain nombre de noms morphologiquement composés d’un préfixe an- : der Anruf « appel » en face de der Ruf « cri » (cf. rufen « crier »), die Ansage « annonce, avis » en face de die Sage « légende » (cf. sagen « dire »), der Anfall « attaque » en face de der Fall « chute » (cf. fallen « tomber »). Mais comme on ne voit pas quel signifié accorder au préfixe an- pour obtenir la signification de « commencement » en le combinant avec le signifié « prise », on est obligé d’admettre qu’en allemand moderne Anfang n’est pas (ou peut-être plus ?) analysable en deux unités significatives et ne représente donc qu’un seul morphème.

166Il existe un verbe anfangen « commencer », qui a, manifestement, le même sens que der Anfang. Cela pose un problème comparable à celui que pose l’existence en français de je marche à côté de la marche. Doit-on dire que le morphème /anfaŋ/ signifie seulement la notion de « commencer », ou qu’il y a deux morphèmes homonymes /anfaŋ/, l’un qui est un verbe, et l’autre un nom ? C’est cette seconde solution qui nous paraît préférable ; car les deux morphèmes ont effectivement des propriétés combinatoires différentes qui empêchent qu’on les confonde, et qui en même temps les opposent nettement : l’un se combine en effet avec des déterminants et des cas, l’autre avec des indices de personne et des temps.

167An + Dat. : La préposition an est rangée, avec auf « sur », unter « sous », über « au-dessus », in « dans », vor « devant », hinter « derrière », etc. parmi les prépositions dites mixtes, c’est-à-dire les prépositions qui se construisent avec le datif ou avec l’accusatif. Cette alternance peut donner l’impression que le datif et l’accusatif commutent après an ; mais ce n’est pas vrai, car les contextes sémantiques et syntaxiques où le datif est possible excluent l’accusatif, et réciproquement, comme on peut le voir dans les quelques exemples suivants :

  1. Sie steh-t an d-er Tür « Elle est devant / à la porte » (Bresson, 1988,136) D-as Bild hàng-t an der Wand « le tableau est accroché au mur » ; er lehr-t an d-er Oberschule « il est professeur au collège » (Clédière-Rocher, 1976,19)

  2. er geh-t an d-ie Arbeit « il va au travail » ; an d-ie Wand werf-en « lancer contre le mur », an jemand-en schreib-en « écrire à qqn » (Clédière-Rocher, 1976,19)

168etwas an d-ie Tafel schreib-en « écrire qqch au tableau », an d-ie Tür klopfen « frapper à la porte », sich an d-ie Wand lehn-en « s’appuyer contre le mur » (d’après Wahrig, 1980, 350) -Il est intéressant d’observer que si l’allemand considère qu’en écrivant, la main va jusqu’au tableau, puisqu’il met le constituant de lieu à la question wohin, le russe ne voit pas les choses de la même façon : il met le constituant de lieu à la question gde, en disant : pisat’ na dosk-e « écrire au tableau »-, sich an d-ie Arbeit setz-en (Wahrig, 1980, 34143) « se mettre au travail ».

169On pourrait ajouter à tous ces exemples, l’opposition suivante, où l’on voit assez bien la différence de contexte sémantique entre ces deux tours prépositionnels :

An den Anfang des Buches setzte er einige theoretische Definitionen “Au début du livre il (y) plaça quelques définitions théoriques” Am Anfang des Buches gab er (ou : gibt es) einige theoretische Definitionen “Au début du livre il donna (ou : il y a) quelques définitions théoriques”.

170Dans le dernier cas, il s’agit de dire l’endroit où se trouvent les définitions ; dans le premier, c’est l’endroit où l’auteur les a mises. Le résultat est peut-être le même, mais la façon dont on le présente n’est pas du tout la même.

171Traditionnellement, on formule cette différence en disant qu’il faut mettre le datif quand le complément de lieu correspond à la question de lieu Wo ? , c’est-à-dire se rattache à un verbe qui désigne le lieu où l’on se trouve, et l’accusatif quand le complément de lieu correspond à la question de lieu Wohin ? , c’est-à-dire se rattache à un verbe qui désigne le lieu où l’on se rend. Ceci veut dire que /an... Acc./ n’est qu’une variante de /an... Dat./, qui est entraînée par la présence d’un verbe qui exprime un changement de lieu.

Gott schuf Himmel

172schaff-en (schuf, ge-schaff-en) « créer, produire » : le verbe est au prétérit. Une paire comme :

Gott schuf.../ Gott sah... « Dieu vit le ciel »

173ne permet de rien dire sur l’éventuel morphème de prétérit, dans la mesure où les deux verbes n’ont aucun élément phonique commun qui puisse être considéré comme le support de leur signification commune de passé. Une paire comme :

Gott schuf.../Gott schafft... « créa »/« crée »

174montre par contre que la différence de sens entre un passé et un présent correspond apparemment à une alternance vocalique dans le radical. Si on admet que le prétendu présent de la tradition grammaticale correspond en fait à une absence de morphème de temps, cela veut dire que le radical du présent, à savoir schaff-, a toute chance de n’être rien de plus que le signifiant du morphème verbal « créer », ce que confirme le fait que le participe passé contienne le même radical, en y ajoutant sa propre marque discontinue (ge-schaff-en). Cela admis, il devient clair que la marque formelle de passé correspond alors au changement de voyelle que subit alors le radical, ce qui veut dire que le signifiant du morphème de passé est quelque chose comme /u ← (a)/, qu’on appelle une forme de remplacement (cf. Gleason, 1969, 61-62). Une telle forme de remplacement est donc une des variantes du morphème de prétérit. Le verbe sehen « voir » (sah, gesehen) présente une autre variante, qui est /a ← (e)/. Telle est la description morphématique que l’on peut donner de ce que les grammaires allemandes appellent les verbes forts, c’est-à-dire non-réguliers. Une autre forme de remplacement très productive en allemand est /a ← (i)/, que l’on trouve par exemple dans :

dring-en, drang, ge-drung-en « insister sur », trink-en, trank, ge-trunk-en « boire », etc. (cf. 1, p. 34).

175A côté de schaffen « créer », il existe un verbe dit faible, c’est-à-dire régulier, schaffen, qui veut dire « bien travailler, réussir ». Des paires comme :

Peter schafft / Peter schaffte es « Pierre réussit / a réussi »
ich schaffe / ich schaffte es « je travaille / travaillai bien »

176montrent que les verbes dits faibles forment leur passé en ajoutant au signifiant du lexème verbal un allomorphe de passé de signifiant /tә/.

Am Anfang schuff Gott Himmel

177Comme les deux noms ne sont pas accompagnés d’article, l’un parce qu’il est traité comme un nom propre (Gott), l’autre parce qu’il exprime une notion générale, rien n’indique le cas de ces N qui fonctionnent comme SN. C’est alors l’ordre des mots qui permet de savoir quel est le sujet et quel est le complément. Normalement le sujet vient avant le verbe, et le complément après le verbe. Mais lorsque, en allemand, on met en tête de phrase un syntagme prépositionnel, cela oblige à placer le sujet immédiatement après le verbe. C’est le procédé morphologique qu’on appelle traditionnellement l’inversion du sujet. Donc même s’il n’y a ni nominatif ni accusatif pour marquer les fonctions syntaxiques, Gott, qui suit immédiatement le verbe est forcément le sujet, et Himmel, qui vient ensuite, est le complément de verbe. L’ordre morphologique devient ainsi une marque indirecte des fonctions syntaxiques.

2. Verset 2

178Und d-ie Erde war wüst und leer, und es war Finster auf d-er

179[unt di : ‘e : rdә ‘var ‘vy : st unt ‘le : r unt εs var ‘finstәr aof de : r

180et le-No(f) terre être(Prét) désert et vide et ce être(Prét) obscur sur le-Da(f)

181« Et la terre était déserte et vide, et l’obscurité se trouvait sur la profondeur,

182Tiefe, und d-er Geist Gott-es schweb-te auf d-em Wasser.

183’ti : fә ‘unt de : r ‘gajst ‘gƆtәs ‘∫vebtә aof dem ‘vasәr]

184profondeur et le-No(m) esprit Dieu-Gé planer(Prét) sur le-Da(n) eau

185et l’esprit de Dieu planait sur l’eau ».

186Die Erde war wüst : Des paires comme :

Die Erde / Stadt war wüst « La terre / ville était déserte »
Die Erde / Der Mond war wüst « La terre / La lune était déserte »
Jene Erde / Jener Mond war wüst « Cette fameuse terre / Cette fameuse lune
était déserte »
Die Oberfläche I Das Gesicht der Erde I des Landes war wiist « La surface / La face de la terre / du pays était déserte »

187permettent d’isoler

  • un lexème de signifiant /’e : rdә/ et de signifié « terre »,

  • des morphèmes de déterminant die « la »,jene « cette »,

  • une variation D-er /D-ie de l’article défini

188et Jen-er /Jen-e du démonstratif suivant qu ils sont dans le contexte d’un nom morphologiquement masculin ou d’un nom morphologiquement féminin,

- une marque de fonction -ie ou -er

189suivant que le nom déterminé par l’article défini est sujet ou complément de nom, marque qui correspond à ce qu’on appelle un cas et reçoit le nom, la première, de nominatif et, la seconde, de génitif, et qui présente une variante respectivement -er et -es, quand le nom est morphologiquement masculin. Ces marques fonctionnelles ne peuvent pas commuter, car si on remplace le déterminant, ce ne peut-être que par un autre déterminant, qui se trouvera toujours dans un SN sujet, c’est-à-dire au nominatif. Pour faire apparaître un autre cas, il faut changer de fonction le SN, ce qui n’est pas toujours possible. Lorsque c’est possible, cela ne peut se faire qu’en ajoutant, comme dans le dernier exemple de commutations, d’autres morphèmes que le seul morphème casuel, en l’occurrence l’article et le nom au nominatif Die Oberfläche ou Das Gesicht, ce qui ne constitue donc pas une paire minimale.

190Des paires minimales comme :

Die Erde war / scheinte wüst « La terre était / paraissait déserte »
Die Erde war / ist wüst « La terre était / est déserte »

191montrent que war correspond à la fois au morphème verbal sein « être » et au morphème de prétérit -te, tout en n’ayant aucun segment phonique de commun avec le signifiant de ce verbe ni avec celui du morphème de prétérit. Il s’agit donc d’un amalgame.

192La paire minimale qui fait apparaître une variation du morphème casuel de nominatif :

Die Erde / Der Mond war wüst « La terre / La lune était déserte »

193permet aussi de constater que, contrairement au latin par exemple, le morphème adjectival qui remplit la fonction traditionnellement appelée attribut du sujet ne reçoit aucune marque casuelle. A la différence de l’adjectif épithète d’un SN sujet comme dans :

D-ie wüst-e Stadt leucht-ete « La ville déserte brillait »
Ein-e wüst-e Stadt leucht-ete « Une ville déserte brillait »
D-er wüst-e Mond leucht-ete « La lune déserte brillait »
Ein wüst-er Mond leucht-ete « Une lune déserte brillait »

194L’adjectif attribut ne se met pas au nominatif.

3. Verset 4

Und Gott sah, dass das Licht gut war. Da schied Gott
[unt gƆt za : das das liçt gu : t var da ∫i : t gƆt
Und Gott s-a-h, dass d-as Licht gut war.
Da sch-ie-d Gott
et Dieu voir(Prét.) que le-Nom(n) lumière bon être(Prét.) Alors séparer(Prét.) Dieu

195« Et Dieu vit que la lumière était bonne. Alors Dieu sépara la lumière de l’obscurité.

das Licht von der Finsternis. 5. Und nannte das Licht Tag
das liçt fƆn dεr finstәrnis unt nantә das liçt ta : k
das Licht von der Finster-nis. Und nann-te d-as Licht Tag
le-Acc(n) lumière de Ie-Dat(f) obscur-ité et appeler-Prêt. le-Acc(n) lumière jour
et appela la lumiere jour, et l’obscurité nuit ».

und die Finsternis Nacht.
unt di : finstarnis naxt] und die Finster-nis Nacht.
et le-Acc(f) obscur-ité nuit

196sah « vit » : Des commutations comme

Gott sah Iglaub-te dass.... « Dieu vit / crut que »

Gott sah I sieh-t dass.... « Dieu vit / voit que »

Gott sieh-t I glaub-t dass... « Dieu voit / croit que »

die Menschen sieh-en I glaub-en dass... « Les hommes voient / croient que »

197montrent que sah correspond, comme glaub-te, à deux morphèmes, en l’occurrence le lexème « voir » et le morphème temporel de prétérit, et que -t de sieh-t et glaub-t est un segment morphologique d’accord qui, au temps dit traditionnellement présent, s’ajoute obligatoirement au signifiant du verbe quand le sujet comme Gott n’est pas au pluriel (la grammaire scolaire dirait : quand le sujet est au singulier).

198Si on admet que le présent est une absence de morphème, on doit dire que le lexème « voir » a comme signifiant les deux allomorphes que l’on trouve au temps dit présent, à savoir /zi : / de sieh-t, et /ze : /, qui apparaît aux autres personnes que la 1e et la 2e du présent (cf. ich seh-e « je vois », wir seh-en « nous voyons », etc.). On pourrait considérer que /za : / est une troisième variante de ce lexème, entraînée par le contexte du morphème de prétérit, lequel présenterait alors un signifiant zéro, ou que c’est un amalgame du lexème « voir » et du morphème de « passé ». Mais il est préférable de dire que c’est le changement de timbre de la voyelle du lexème /ze : / qui correspond au « passé » du prétérit ; car on retrouve une semblable façon de marquer le prétérit dans d’autres verbes allemands, verbes que l’on peut pédagogiquement appeler “verbes (a, e)” ou “verbes (a, o)”, c’est-à-dire verbes qui changent le -e- de leur radical en -a- pour former leur prétérit, et qui gardent le -e- de leur radical ou changent ce -e-en un -o- pour former leur participe passé :

les-en (a, e) « lire », geb-en (a, e) « donner », tret-en (a, e) « aller (à pied) », werf-en (a, o) « jeter », brech-en (a, o) « casser », etc.

199Il s’agit donc de prétérits qui mettent en œuvre une forme de remplacement, ce qui veut dire que le prétérit /za : / correspond aux deux morphèmes /ze : /+/a ← (e)/.

200dass « que » est un morphème de subordination, qui pourrait commuter avec warum « pourquoi » ou ob « si ». Comme que en français, il indique simplement la subordination et non une fonction syntaxique, dans la mesure où il introduit aussi bien des complétives complément d’objet, comme dans le texte de la Bible, que des expansions d’adjectif appelées traditionnellement subordonnées consécutives :

Ich bin so glücklich..., dass meine Kunst darunter leidet (Goethe) « Je suis si heureux que mon art en souffre » (Fourquet, 1952,174).

201schied « sépara » : prétérit du verbe scheiden (ie, ie) « séparer ». A partir de paires minimales comme

Da schied I scheidet Gott das Licht « Alors Dieu sépara /sépare la lumière »
Da schied I trann-te das Licht « Alors Dieu sépara / écarta la lumière »

202-et est un segment morphologique d’accord avec le sujet Gott, qui ne contient pas le morphème de pluriel, et où -te doit être le signifiant du morphème de prétérit, on verra dans schied les deux morphèmes /∫ajd/ + /i : ← (aj)/, avec une forme de remplacement que l’on retrouve dans plusieurs autres verbes :

203schein-en (ie, ie) « sembler, paraître », bleib-en (ie, ie) « rester », meid-en (ie, ie) « éviter », schrei-en (ie, ie) « crier », preis-en (ie, ie) « vanter » ; etc.

204von + Datif « de » : En faisant une commutation du type de

Er schied das Licht von I mit der Finsternis « Il sépara la lumière des ténèbres / avec les ténèbres »

205on pourrait croire qu’il faut associer aux seules prépositions von et mit les sens « à partir de » et « avec ». Mais si on fait commuter le nom féminin Finsternis avec le nom masculin Himmel « ciel », l’article prend une autre forme qui représente cependant le même cas, appelé datif par les grammaires :

Er schied das Licht von der Finsternis / dem Himmel « Il sépara la lumière des ténèbres / du ciel ».

206On constate en outre l’impossibilité de faire commuter ce datif du syntagme prépositionnel avec par exemple un accusatif :

Er schied das Licht von d-er Finsternis / *von d-ie Finster-nis
Er schied das Licht von d-em Himmel *d-en Himmel.

207Tout ceci veut dire que c’est en réalité /fƆn... Dat/ et non la préposition von seule qui est le signifiant associable au signifié « à partir de ». Il s’agit par conséquent d’un morphème à signifiant discontinu.

208das, die, den « le » : On analyse traditionnellement ces trois formes en disant qu’il s’agit de l’accusatif respectivement neutre, féminin et masculin de article défini, que l’on cite ordinairement en lui donnant les formes dites de nominatif, à savoir der pour le masculin, die pour le féminin et das pour le neutre. Quand un SN n’est constitué que d’un article défini et d’un nom ces articles à l’accusatif sont tout ce qui indique la fonction de complément d’objet dudit SN :

Gott sah das Licht, die Finsternis, den Himmel « Dieu vit la lumière, l’obscurité, le ciel ».

209En termes de morphèmes, il s’agit de trois variantes, la première apparaissant lorsque l’article se combine avec un N morphologiquement neutre, la deuxième lorsqu’il se combine avec un N morphologiquement masculin, et la dernière lorsqu’il se combine avec un N morphologiquement masculin. Mais on ne peut pas dire que ce soit trois variantes d’un amalgame du déterminant « défini » et du morphème fonctionnel de « complément de verbe ». Car un certain nombre de formes de l’article défini sont très facilement segmentables. C’est le cas de l’accusatif masculin d-en

Gott sah d-en / einen « Dieu vit le / un ciel »

210du datif masculin d-em (en face de ein-em « un »), du génitif et du datif féminin d-er (en face de ein-er « une »). Ceci invite à retrouver dans le d-de das, die le signifiant de l’article défini, et à identifier -as et -le comme des variantes neutre ou féminine du morphème d’accusatif, c’est-à-dire du morphème de « complément de verbe », même si aucune commutation ne met en évidence un tel découpage. Car on dirait

Gott sah das I ein Licht ; Gott sah die I eine Finsternis

211sans que les accusatifs das et ein ou die et eine n’aient, deux à deux, une quelconque particularité phonique en commun.

212On proposera donc le découpage suivant des formes de l’article défini

213et de l’article indéfini

214keine « aucun » est le pluriel d’un déterminant négatif.

215die Finster-nis « ténèbres, obscurité » : Il existe un adjectif finster « sombre, noir », et un suffixe -nis qui semble permettre de faire des noms abstraits :

die Erlaubnis « permission » (cf. erlaub-en « permettre »), die Fäul-nis « la pourriture, putréfaction » (cf. faul-en « pourrir », die Fäule « pourriture »), die Bitter-nis « amertume, aigreur » (cf. bitter « amer »), die Erspar-nis « économie » (cf. erspar-en « économiser »), das Bekennt-nis « la confession » (cf. bekenn-en « avouer, confesser »), das Geheim-nis « le secret » (cf. geheim « secret »), das Hinder-nis « obstacle » (cf. hinder-n « gêner »).

216On peut donc considérer que Finster-nis représente un synthème, de même die Dunkel-heit « obscurité » (cf. dunkel « sombre » ; Die Frei-heit « liberté », frei « libre » ; die Dankbarkeit « gratitude », dankbar « reconnaissant » ; etc.). Des commutations du suffixe le confirmeraient :

die Finster-keit « le fait d’être sombre (das Finstersem) », der Finster-ling « l’obscurantiste ; personnage douteux ».

217nannte « appela » : prétérit du verbe nennen (nannte, genannt) « nommer, donner un nom ». Il s’agit d’un verbe dit faible puisqu’il utilise le morphème de prétérit -te :

er nannte / nennt das Licht Tag « il nomma / nomme la lumière jour »

218Mais c’est un verbe faible irrégulier de signifiant /nen/, qui présente une variante /nan/ dans le contexte du prétérit, avec une alternance vocalique /e ~ a/, qui affecte tous les verbes irréguliers dont le radical se termine par [en] :

brennen (brannte, gebrannt) « brûler », kennen (kannte, gekannt) « connaître », nennen (nannte, genannt) « nommer », rennen (rannte, gerannt) « courir à toute vitesse », trennen (trannte, getrannt) « séparer, désunir ».

219Ce qui distingue ces verbes faibles irréguliers des verbes dits forts, c’est que l’alternance vocalique n’est pas le signifiant du morphème de prétérit, mais simplement une allomorphie.

220Bresson, 1988, Grammaire d’usage de l’allemand contemporain, Hachette, 348 p.

221Clediere Jean et Rocher Daniel, 1976, Dictionnaires français allemand, Paris, Larousse, 600 p.

222Fourquet, 1952, Grammaire de l’allemand, Hachette, 284 p.

223Wahrig Gerhard, 1980, Deutsches Wörterbuch, Mosaik Verlag, 4358 col.

III. RUSSE

2243. и сказал бог : да будет свет. И стал свет,

225[i skazal bok da budjet svjet i stal svjet

226i skaza-l bog da bud-et svet i sta-l svet

227et dire(Perf)-Passé dieu(No) que être-P3 lumière(No) et devenir(Perf)-Passé lumière

228“Et Dieu dit : que soit la lumière. Et la lumière devint.

2294. И увидел бог свет. Что он хорош ;

230i uvidjel bok svjet Jto on xaro∫]

231i u-vide-l bog svet čto on horoš

232et Perf-voir-Passé dieu(No) lumière(No) que lui bon

233Et Dieu vit la lumière qu’elle était bonne.

234и отделил бог свет от тЬмы

235i atdjεlil bok svjεt at t’mәj]

236i ot-deli-l bog svet ot t’my

237et séparer-Passé dieu(No) lumière(Ac) de ténèbres(Gén)

238“Et Dieu sépara la lumière des ténèbres”

239Problème de l’opposition imperfectif/perfectif : Dans une paire comme :

240у-виде-л (u-vide-l)/ виде-л (vide-l) бог свет « Dieu vit / voyait la lumière »

241c’est manifestement y- qui distingue le passé perfectif, rendu en français par le passé simple, du passé imperfectif, rendu en français par l’imparfait. Il est donc tentant d’associer à ce signifiant un signifié comme « accompli », ou « mené à son terme final » (Veyrenc,1968, 70 parle de “limitation du procès”), et de dire qu’en face, ce qu’on appelle l’imperfectif est non pas un morphème d’aspect à signifiant zéro dont il faudrait préciser le signifié, mais une absence de morphème. Et cette façon de voir permet assez bien de rendre compte des emplois des prétendues formes d’imperfectif : on emploie l’imperfectif, chaque fois que l’on n’a pas à signifier l’« accompli ».

242Pour bien analyser la paire :

243отдели-л (otdeli-l) / отдел-я-л (otdel-a-l) бог свет от тъмы « Dieu sépara / séparait la lumière des ténèbres »

244il faut savoir d’une part que la lettre -Я- note le phonème “/a/ (précédé de consonne molle)” (Garde, 1980, 33) : dans ПЯТЪ « cinq » par exemple, il n’y a que trois phonèmes, à savoir /p’át’/, qui sont du reste prononcés [p’ät’ ] avec un [ä] antérieur “à peu près identique au [a] antérieur du français” (Garde, 1980, 79). Il faut savoir d’autre part que дели- est un radical verbal : on a par exemple дели-ТЪ « partager », dont le perfectif est по-дели-ТЪ, ou разделятъ « partager, diviser » (dont le perfectif est разделитъ), les grammaires signalant que “en règle générale, l’addition d’un préverbe à un imperfectif change non seulement l’aspect, mais <aussi> le sens du verbe” (Garde, 1980, 382). On ne peut donc pas voir dans le -И-, en face du -Я- d’imperfectif, un morphème de perfectif, ce qu’aurait pu suggérer la commutation :

[atdjel’il’] / [atdjel’al’].

245Dans cette paire on a en réalité d’une part un signifiant apparemment complexe ОТДели-qui doit être associé à un signifié également complexe « séparer » et « perfectif », et d’autre part une forme raccourcie отдел- et un signifiant -Я-, c’est-à-dire en fait /а/, qui a tout l’air d’être un morphème d’imperfectif. C’est ce que les grammaires appellent un imperfectif dérivé, c’est-à-dire obtenu à partir d’une forme perfective à l’aide d’un suffixe /а/ ou /iva/ qui s’ajoute au radical en supprimant la voyelle finale a-, i- ou o- de ce dernier (cf. Garde, 1980,371).

246Une telle analyse pose un problème, quand on admet que ces imperfectifs dérivés ont les mêmes emplois que les imperfectifs sans marque formelle, que nous avons décrits par une absence de morphème aspectuel. Mais la difficulté disparaît, si on observe que ces imperfectifs dérivés sont tous formés à partir de perfectifs à préfixe dit perfectivant, que celui-ci apporte en plus ou non une modification du sens du verbe. Dans le cas de ОТДелИ-ТЪ on peut admettre qu’en face du verbe simple дели Tb « partager », dont le perfectif est ПО-дели-ТЪ avec un morphème ПО-, le sens de « séparer » est la combinaison des significations « hors de » et de « partager », correspondant respectivement aux segments ОТ- et -дели-. Mais à cette signification résultante s’en ajoute une troisième, celle d’« accompli », dont le support doit être aussi le préverbe OT-. Car ОТДели-тЬ est un perfectif.

247Il est clair alors que le segment отдел- est, à l’imperfectif, une variante de отдели-. Et l’on peut supposer que le segment -Я- qui s’ajoute à ce segment verbal perfectif est le signifiant d’un morphème dont le signifié serait « pas accompli ». Car cet élément de signification annulerait le trait « accompli » que contient obligatoirement le segment verbal composé. Et ce faisant, le résultat, au niveau de la signification, serait le même que dans les imperfectifs comme ВИДе-Л « voyait » ou дели-Л « partageait », où il n’y a pas de morphème aspectuel.

248Le cas de СКаза-Л « a dit » est différent ; car le verbe СКаза-тЬ fait couple aspectuel avec le verbe говорить, qui signifie comme lui « dire », mais sans la nuance d’« accompli », de « mené à son terme final » qu’a le verbe сказа-TЬ. On doit donc dire que говори- est le signifiant associé à la seule signification de « dire », alors que сказа- représente, lui, un amalgame des morphèmes d’« accompli » et de « dire » ? Mais comme C- peut fort bien être le signifiant du morphème de perfectif (par exemple dans le couple дела-тЬ / с-дела-тЬ « faire »), on est conduit à dire que -каза- doit être une variante de « dire » dans le contexte du perfectif.

249Problème de la forme courte de l’adjectif : L’adjectif présente en russe deux formes, appelées respectivement forme courte et forme longue. La première se trouve quand l’adjectif est attribut, et la seconde lorsqu’il est épithète, comme dans :

увидел бог свет, что он хорош [uvidjel bok svjet ∫to on xaro∫] « Dieu vit que la lumière était bonne »
увидел бог хорош-ИЙ свет- Ø [uvidjel bok xaroj-ij svjet- Ø] « Dieu vit la bonne lumière ».

250Il est clair que « bon » correspond dans ces conditions au signifiant Хорош, qui apparaît seul, lorsque l’adjectif est attribut, et que l’accusatif -ИЙ de l’adjectif épithète est un accord morphologique, ce qui veut dire que /-ИЙ... Ø/ est le signifiant discontinu du morphème de « complément de verbe ».

251i skazal bog « et Dieu a dit » : Une commutation du verbe avec nazv-, qui donnerait :

i nazval bog... « et Dieu appela... » (vers. 8)

252invite à postuler les morphèmes /skaz/ « dire » et /al/ « passé ». Mais une commutation avec uvide-, qui donnerait :

iuvidel bog... « et Dieu vit... » (vers. 4)

253inviterait plutôt à postuler un lexème verbal de signifiant /skaza/ et un morphème de passé /1/. Par contre une paire minimale

skazal « a dit » / skazet « dit (au présent) »

254où le segment final -et est un segment morphologique de Personne 3, comme le confirmerait la paire minimale :

skaʒet « (il) dit » / pichet « (il) écrit »

255supposerait une autre forme pour le lexème verbal, à savoir /skaj/.

256Si l’on regarde le reste de la conjugaison du verbe, on trouve l’infinitif skaza-t’, le gérondif skaza-v, le participe passé actif skaza-vch-ij, le participe passé passif skaza-nn’-ij (cf. Garde, 1980, 351 pour pisat’ « écrire »), ce qui confirme que le second -a- de skazal doit faire partie du radical verbal. Par contre au présent on trouve pour chacune des personnes : skaƷ-u, skaƷ-ech’, skaƷ-et, skaƷ-em, skaƷ-ete et skaƷ-ut, à l’impératif on a skaƷ-i et au participe présent actif skaƷ-uchtch-ij, ce qui, à l’évidence, veut dire qu’à côté du signifiant /skaza/, le lexème verbal présente une variante combinatoire /skaƷ/ qui apparaît devant voyelle, variante qui se caractérise par la disparation de ce qu’on appelle traditionnellement le suffixe vocalique -a, et par une alternance consonantique de la chuintante -5- au lieu de la sifflante -z-. Il s’agit bien d’une variation morphématique, car le la sifflante [z] n’est pas une variante phonologique entraînée par la présence d’un /a/ subséquent, étant en effet parfaitement possible devant d’autres voyelles que /a/, comme le montrent par exemple les mots zemljá « terre » (cf. vers. 1 et 10), zimá « hiver » ou zub « dent », et cela même lorsque /z/ est au voisinage d’une frontière de morphème (cf. le mot de la 1e déclinaison : jelez-á « glande », dat. jelez-é, instr.jelez-ó; ou le mot de 2e déclinaison : gláz « œil », gén. glaz-á, dat. et loc. glaz-ú).

257Le verbe skazát’ fait couple aspectuel avec le verbe govortί’, qui signifie comme lui « dire », mais sans la nuance d’« accompli », de « mené à son terme final » qu’a le verbe skazát’, appelé de ce fait verbe perfecittif, par opposition à govorίt’, qui est, lui, un verbe imperfectif. Toute forme verbale russe doit en effet “être classée soit comme une forme d’aspect imperfectif, soit comme une forme d’aspect perfectif ” (Veyrenc, 1968,70).

258Le morphème de passé /1/ : à côté de skazal bog ou de byl vetcher « il y eut un soir » (vers. 8), on trouve bylo utr-o « il y eut un matin » (vers. 8) ou zeml-ja by-la bez-vidn-a. Il y a, d’après les grammaires, accord en genre du verbe au passé, qui présente la désinence -/ lorsque son sujet est masculin, et qui ajoute à ce -l- un -a (soit -l-a ) lorsqu’il est féminin, un –o (soit -l-o ) lorsqu’il est neutre, mais un -i (soit -l-i ), lorsque, quel que soit son genre, il est au pluriel. Ces segments supplémentaires ne sont pas des morphèmes, puisqu’ils sont imposés par la nature grammaticale du lexème qui sert ou devrait servir de sujet. Il s’agit donc d’un fait purement morphologique, que l’on décrira en disant que le morphème de passé présente plusieurs variantes en distribution complémentaire, à savoir /l/, /la/, /lo/et /li/.

259Si en face de skazal bog, on avait on skazal s bog-om « il parla avec Dieu », on verrait qu’au lexème /bog/ « dieu » s’ajoute en fait un morphème fonctionnel à signifiant zéro qui indique que ce lexème remplit la fonction de sujet dans la phrase de la Genèse. De fait au nominatif et accusatif bog, s’opposent un génitif bog-á, un datif bog-ú, un locatif bog-é et un instrumental bog-óm. C’est ce qu’on appelle la deuxième déclinaison (cf. Garde, 1980, 156 sqq), dont bog est un exemple masculin. Les mots utr-o « matin » (vers. 8), neb-o « terre » (vers. 1) relèvent de la même déclinaison, mais sont des mots neutres : ils se distinguent des masculins par un nominatif et un accusatif en -o.

260Le lexème neb-o a en outre la particularité de présenter une variante nebes- au pluriel : nom. pl. nebes-a, gén. pl. nebes-Ø, dat. pl. nebes-am, loc. pl. nebes-ah, instr. pl. nebes-am.

261Garde Paul, 1980, Grammaire russe, 1 Phonologie, Morphologie, Paris, Institut d’Etudes Slaves, 486 p.

262Veyrenc Charles-J., 1968, Grammaire du russe, Paris, PUF, Que sais-je ? n° 1278, 128 p.

IV. Finnois

1. Verset 1

263l.Alussa loi Jumala maan ja taivan. 2. Ja maa

264[‘alus : a loj ‘jumala ‘ma : n ja ‘tajva : n ja ‘ma :

265Alu-ssa lo-i Jumala maa-n ja taiva-n. Ja maa

266début-Ines créer-Prêt Dieu-No terre-Gé et ciel-Gé et terre

267« Au commencement, Dieu créa la terre et le ciel. Et la terre

268oli tyhjä ja autio. Ja pimeys oli syvyy-den päällä,

269‘oli ‘tyhjae ja ‘awtio ja ‘pimeys ‘oli ‘syvy : den ‘pae : l : ae

270ol-i tyhjä ja autio. Ja pimeys ol-i syvyy-den päällä,

271être-Prét vide et désert et obscurité être-Prét abîme-Gé sur

272était vide et déserte ; et l’obscurité était sur l’abîme.

273ja Jumala-n henki liikku-i vett-en päällä. [ja ‘jumalan ‘henki ‘li : k : ui ‘vet : en ‘pae : l : ae] ja Jumala-n henki liikku-i vett-en päällä.

274et Dieu-Gé esprit planer-Prét eau-GéPI sur

275Et l’esprit de Dieu planait sur les eaux ».

276Alu-ssa « au début » : D’après les paires minimales suivantes :

Alu-ssa/Kevä-ssä/Lopu-ssa/Hetke-ssä lo-i Jumala... « Au début / Au
printemps / A la fin /A un moment, Dieu créa... »
Alu-ssa/Alu-ksi lo-i Jumala... « Au début / Pour le début Dieu créa... »

277on admettra un morphème lexical de signifiant /alu/ et de signifié « début », et un morphème relationnel /ssa/ « à », qui correspond au cas appelé traditionnellement inessif, c’est-à-dire désignant le lieu ou le moment où l’on se trouve.

278La voyelle finale de ce morphème présente une variante phonologique dite claire à (d’où -ssä), dans le contexte d’un lexème à voyelles claires. On appelle en effet voyelles claires les voyelles d’avant ä, ö et y, et voyelles sombres les voyelles d’arrière ä, ö et u, les voyelles e et i étant appelées neutres parce qu’elles se combinent avec l’une et l’autre séries, mais étant bien sûr des voyelles d’avant, comme les voyelles dites claires. Ainsi kevät « printemps » et hetki « moment », qui ont, le premier, une voyelle claire ä et un e, le second, des voyelles d’avant, auront un inessif en -ssà ; par contre alku « début » et loppu « fin », qui n’ont que des voyelles d’arrière, auront un inessif en -ssa.

279D’autre part [alu] est la réalisation phonétique de la suite de phonèmes /alku/, tout comme /lopu/ est la réalisation phonétique de /loppu/. Il existe en effet, dans le système phonologique du finnois, une règle de variation, que les manuels appellent à tort règle d’alternance consonantique (cf. Kokko-Zalcman, 1974, 27-28), en vertu de laquelle une occlusive intérieure explosive présente une réalisation affaiblie en syllabe fermée à voyelle brève. Ainsi les occlusives longues reçoivent une réalisation brève, d’où :

lopussa, inessif de loppu ; akan, génitif de akka « bonne femme ».

280Et les occulusives brèves présentent, /p/ une réalisation constrictive [v], /t/ une réalisation sonore [d], et /k/ une réalisation Ø, d’où :

281alussa, inessif de alku ; Turussa, inessif de Turku ; maidon, génitif de maito « lait » ; ravan, génitif de rapa « boue ».

282lo-i : prétérit de luo-da « créer ». D’après les paires minimales suivantes :

Alu-ssa lo-i / tek-i Jumala maa-n « Au commencement, Dieu créa / fit la terre »

Alu-ssa luo / teke-e Jumala maa-n « Au commencement Dieu crée / fait la terre »

283on voit que -i est le signifiant d’un morphème de prétérit, et que le lexème de signifié « créer » semble présenter une variante /lo/ au prétérit, à la place de son signifiant usuel /luo/, variation que l’on retrouve par exemple dans :

jo-i-n « je buvais », à côté de juo-n « je bois » du verbe juo-da,
to-i-n
« j’apportais », à côté de tuo-n « j’apporte » du verbe tuo-da,
so-i-n
« je mangeais », à côté de syö-n « je mange » du verbe syö-dä.

284Mais en réalité, il s’agit ici non pas d’une variation morphématique, mais d’une variation phonologique, le phonème /i/ entraînant l’apparition de variantes pour le phonème vocalique qui le précède (cf. Karlsson, 1983, 40-41). Il donne une réalisation brève aux voyelles longues qui le précèdent :

ma-i-ssa « dans les terres » de maa « terre »
pu-i-ta « des arbres (Parti.) » de puu « arbre » ;

285il simplifie les diphtongues :

ö-i-ssa « dans les nuits » de « nuit »
so-i-ssa « dans les marais » de suo « marais ».

286Il s’agit bien d’une variation phonologique, puisqu’elle affecte aussi bien les verbes que les noms, et n’est nullement limitée à un lexème ou même à une classe de morphèmes. On dira donc que [loj] n’est que la réalisation phonétique de la suite phonématique /luo-i/, avec une réalistion phonétique simple de la diphtongue /uo/.

287ol-i syvyyde-n / vet-ten päällä : « ... était au-dessus de l’abîme / des eaux ».

288ol-i : prétérit du verbe ol-la « être », ole-n « je suis », ol-i-n « j’étais ». D’après les paires minimales :

oli / on « était / est », oli / kävel-i « était / se promenait » (de kävel-lä, kävele-n, kävel-i-n), oli / liiku-i « était / se mouvait » (de likku-a, liku-n, likku-i-n)

289on identifie le morphème de prétérit /i/ et un allomorphe /o/ du morphème « être », qui par ailleurs a au moins deux autres allomorphes, à savoir /ole/, lequel apparaît devant consonne (d’où ole-n « je suis », ole-t « tu es », ole-mme « nous sommes », etc.), et /on/, lequel n’apparaît qu’à la 3e personne dite du singulier.

290Des paires minimales comme :

ol-i vet-ten / kiel-ten päällä « était au-dessus des eaux / langues »
ol-i syvyyde-n / talo-n päällä « était au-dessus de l’abîme / la maison »

291permettent d’identifier une variante vet- de vesi « eau » (vede-n, vet-tä, sur le modèle de kieli « langage », kiele-n, kiel-tä ), et une variante syvyyde- de syvyys « abîme » (syvyyde-n, syvyyt-tä, sur le modèle de hyvyys « bonté », hyvyyde-n, hyvyyt-tä).

292vesi « eau » (vede-n, vet-tä) : Si on admet que le nominatif, dans la déclinaison de kieli et de hyvyys, n’ajoute rien au radical, comme dans les autres déclinaisons, alors il faut poser une variante morphologique vesi propre au nominatif, à côté de vet-. Ce lexème présente encore une variante à finale vocalique vete- devant initiale vocalique, variante qui reçoit une réalisation phonétique [vede] quand le phonème /t/ ouvre une syllabe fermée à voyelle brève, en vertu de la règle phonologique dite d’alternances des consonnes. Il faut donc postuler au plus quatre allomorphes pour le morphème de signifié « eau », à savoir : vesi devant Ø ou frontière de mot, vet- devant t, vete- devant toute autre consonne, et, semble-t-il, /ves/ devant le -i de pluriel. On peut toutefois se demander si ce /ves/ ne serait pas une réalisation phonétique de /vet/ en vertu d’une règle phonologique selon laquelle le phonème /t/ présenterait une réalisation sifflante [s] devant +i.

293On observe en effet en finnois que

  1. “-t- se change parfois en -s- si, après la suppression de -a ou -ä, il se trouve immédiatement devant le -i de passé” (d’après Karlsson, 1983, 132), ce qu’on peut illustrer par :

tietä-ä « savoir » : tiedä-n « je sais », tietä-ä « il sait », ties-i-n « je savais » pyytä-ä « demander » : pyydä-n « je demande », pyytä-ä « il demande »,
pyys-i-n « je demandais »
huuta-a « crier » : huuda-n « je crie », huuta-a « il crie », huus-i-n « je criais »
Taita-a « pouvoir » : taida-n « je peux », taita-a « il peut », tais-i-n « je pouvais »

  1. Les verbes dont le radical à l’infinitif se termine par un t- et non plus par tä-lta- selon le modèle de huomat-a « remarquer » changent ce t-en s- au passé (cf. Karlsson, 1983,132 ; Kokko-Zalcman 1974,53) :

huomat-a « remarquer » : huomaa-n « je remarque », huomaa-Ø
« il remarque », huomas-i-n « je remarquais »
vastata « répondre » : vastaa-n « je réponds », vastaa-Ø « il répond »,
huomas-i-n « je répondais ».

294Mais il y a des exceptions au premier des cas mentionnés, par exemple :

pitä-ä « tenir » : pidä-n « je tiens », pitä-ä « il tient », pid-i-n je tenais, pit-i « il tenait »
hoita-a « s’occuper de » : hoida-n « je m’occupe de », hoita-a « il s’occupe de »,
hoid-i-n « je m’occupais de », hoit-i « il s’occupait de »
kyntä-ä « labourer » : kyndä-n « je laboure », kyntä-ä « il laboure »,
kynd-i-n « je labourais », kynt-i « il labourait ».

295Dans tous ces cas, la sifflante représente effectivement un ancien t, qui se serait donc changé historiquement en s devant un -i- de passé ou de pluriel. Peut-on dire pour autant que synchroniquement le phonème /t/ présente dans ces mêmes contextes une variante sifflante ? Si on l’admet, il faut reconnaître que certains lexèmes sont en quelque sorte marqués comme ne se soumettant pas à cette règle phonologique. C’est de cette façon que certains phonologues générativistes ont proposé de traiter les exceptions. Mais ici, comme l’éventuel changement a lieu devant une frontière de morphème, et en l’occurence uniquement devant les morphèmes de pluriel et de passé, ne serait-il pas préférable de dire qu’on a affaire à une règle d’alternance morphologique du type :

/t/ →/s/—+i

296et non pas de variation phonologique du type :

/t/ →[s]—+i

297La flêche signifierait /t/ « alterne morphologiquement avec » /s/, et non plus /t/ « se réalise phonétiquement » [s]. Ceci voudrait dire que la variation morphologique est généralisable, puisqu’on peut la formuler à l’aide d’une règle de variation. Mais comme cette variation serait morphématique, il serait moins choquant de dire que certains lexèmes ne présentent pas ladite variation.

298Qu’en est-il en ce qui concerne les noms ? On trouve aussi quelques exceptions apparentes comme :

tunti « heure » (Gén. tunni-n, partit, tunti-a) : Nom. Pl. tunni-t, Gén. tuntien, Petit, tunte-j-a, Iness. tune-i-ssa
vati « plat » (Gén. vadi-n, Partit, vati-a), risti « croix » (Gén. risdi-n, Partit,
risti-a)

299où l’on ne trouve -ti- qu’au génitif pluriel ; à tous les autres cas du pluriel, sauf bien entendu le nominatif, on a un radical tunte-, qui n’est que la réalisation de /tunti/ devant un -i- de pluriel (cf. Karlsson, 1983,41, 6°). Il est donc bien tentant de considérer que le radical a la forme tunti- dans tuntien, et qu’il reçoit une désinence -en de génitif pluriel propre à cette déclinaison, mais comparable à la désinence -ten de la déclinaison dont le modèle est kieli (kiele-n, kiel-tä) « langue » (cf. Nom. Pl kiele-t, Gén. Pl. kiel-ten, Partit. Pl. kiel-i-ä, Iness. kiel-i-ssä), etc.) ou de la déclinaison dont le modèle est ajatus (ajatuks-en, ajatus-ta) « pensée » (cf. Nom. Pl. ajatukse-t, Gén. Pl. ajatus-ten, Partit. Pl. ajatuks-i-a, etc.).

300Quoi qu’il en soit, il serait préférable de postuler que le lexème vesi « eau », comme du reste le lexème käsi, käde-n, kät-tä « main », présente quatre et non pas trois allomorphes, en ajoutant que l’un de ces allomorphes correspond toutefois à une règle de variation morphologique qui a une certaine généralité et n’est pas propre à ce lexème, c’est-à-dire l’alternance /vet/ ~ /ves/.

301päällä « au-dessus » : est précédé d’un nom au génitif, cas qu’il n’est pas possible de faire commuter. On peut seulement choisir entre un génitif singulier et un génitif pluriel :

ol-i vede-n / vet-ten päällä « était au-dessus de l’eau / des eaux ».

302Car päällä est une postposition qui régit le génitif. On pourrait toutefois être tenté de retrouver dans päällä une combinaison de morphèmes formée à partir du nom pää « tête, bout », mis à l’adessif, qui signifierait le lieu près duquel on se trouve. Mais comme il n’est pas vraiment possible de considérer que le sens de päällä correspond à la somme des significations des morphèmes pää et adessif, on ne verra pas dans päällä un synthème, mais véritablement une postposition, qui commuterait par exemple avec alla « sous ».

303Le finnois n’a pas de préposition, mais ses postpositions ont exactement les mêmes propriétés morphologiques que les prépositions : elles régissent un cas, qui, en finnois, est le plus souvent un génitif. Ceci veut dire que /Gén... päällä/ est donc le signifiant discontinu d’un morphème relationnel de signifié « au-dessus de ». Mais ceci n’est peut-être pas tout-à-fait exact, quand on s’aperçoit que la désinence casuelle d’adessif de päällä pourrait être remplacée par une désinence casuelle d’allatif, si toutefois le constituant de lieu se trouvait non plus après un verbe d’état, mais après un verbe de changement de lieu, comme dans :

tul-i vet-ten pää-lle « venait au-dessus des eaux ».

304Mais dans la mesure où le changement de cas est alors imposé par le contexte sémantique du verbe avec lequel la postposition se combine, cela veut dire que /Gén... päällä / et /Gén... päälle/ sont tout simplement deux allomorphes d’un même morphème relationnel.

305N’y aurait-il pas une difficulté dans la possibilité d’une paire minimale comme :

tul-i vet-ten pää-lle / pää-ltä « venait au-dessus / d’au-dessus des eaux » ?

306Cela n’est pas certain. Car cette paire pourrait fort bien s’expliquer par l’existence de deux morphèmes relationnels, l’un signifiant « au-dessus de » et ayant les allomorphes /Gén... päällä/ et /Gén... päälle/, et l’autre associant le signifié « d’au-dessus de » au signifiant discontinu /Gén... päältä/

307On donnera, pour terminer, le paradigme des trois lexèmes nominaux étudiés :

2. Versets 3 et 4

3083. Ja Jumala sanoi : « Tulkoon valkeus ». Ja valkeus tuli.

309Ja Jumala-Ø sano-i-Ø : « Tul-koo-n valke-us-Ø ». Ja valke-us-Ø tul-i-Ø.

310et Dieu-No dire-Prét venir-Impér-P3 blanc-N-Nom et blanc-N-Nom venir-Prét-P3

311« Et Dieu dit : Que la lumière vienne. Et la lumière vint.

3124. Ja Jumala näki, että valkeus oli hyvä ; ja Jumala

313Ja Jumala-Ø näk-i-Ø, että valke-us-Ø ol-i-Ø hyva ; ja Jumala-Ø

314et Dieu-No voir-Prét-P3 que blanc-N-Nom être-Prét-P3 bon et Dieu-No

315erotti erott-i-Ø

316séparer-Prét-P3

317Et Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière de l’obscurité ».

318valkeuden pimeydestä.

319valke-ude-n pime-yde-stä.

320blanc-N-Gén obscur-N-Ela

321Tulkoon valkeus « Que la lumière vienne » : Tulkoon : Des paires minimales comme :

322Tulkoon valkeus / Valkeus tulee « Que la lumière vienne / La lumière vient »

323Tulkoon / olkoon valkeus « Que la blancheur vienne / soit »

324où l’impératif du verbe tul-la « venir » (tule-n « je viens », tul-i « il venait ») s’oppose soit au présent du même verbe soit à l’impératif du verbe ol-la « être » (ole-n « je suis », ol-i « il était ») mettent en évidence un lexème tul- de signifié « venir », qui présente une variante à finale vocalique tule- devant consonne (d’où tule-n, tule-t « tu viens », tule-mme « nous venons », tule-tte « vous venez », tule-vat « ils viennent ») sauf devant la consonne de l’infinitif et de l’impératif.

325Quant à l’impératif : tule « viens », tul-koon « qu’il vienne », tul-kaamme « venons », tul-kaa « venez », tul-koot « qu’ils viennent », il est très tentant d’y retrouver un morphème de « volonté » qui aurait trois allomorphes, à savoir /ko : /, /ka : / et Ø. Mais cela implique que tous les morphèmes personnels sauf « nous » présentent des variantes dans le contexte de ce morphème, une variante Ø pour « tu » et « vous », une variante -t pour « ils », et une variante -n pour « il ». Mais cette dernière variante se retrouve ailleurs, par exemple dans la forme de 3e personne du verbe ol-la « être », qui est o-n, et dans la variante / : n/ du morphème possessif -nsa (cf. talo-nsa « sa / leur maison » en face par exemple de talo-si « ta maison »), que l’on peut trouver quand ce morphème suit une voyelle brève différente de la voyelle finale du radical, comme dans :

(hei-dän) talo-ssa-an « dans leur maison », (häne-n) äidi-ltä-än « de sa mère (Abl.) », (he-i-dän) isä-lle-en « à leur père (îllat.) »

326et que nous avons proposé de retrouver dans les désinences de passif -ta-an et -tt-i-in, ce qui, dans le cas par exemple du verbe anta-a « donner (anna-n « je donne », anto-i « il donnait »), serait illustré par :

anne-ta-an « on donne », anne-tt-i-in « on donnait »,

327à côté des formes composées de passif, où / : n/ est remplacé par le -n ou le Ø de l’auxiliaire ol-la :

o-n anne-tt-u « on a donné », ol-i-Ø anne-tt-u « on avait donné »

328(cf. Touratier, 1988,127-146).

329Valkeus : A partir de commutations comme :

Tulkoon valkeus / päivä / elämä « Que la blancheur / le jour / la vie vienne »

330on constate que le signifiant valkeus est associable au signifié « blancheur ». Mais comme à côté de ce nom, on a l’adjectif :

valkea, valkoinen « blanc » (valkaista « blanchir ») ;

331de la même façon que l’on a les familles de mots :

332kostea « humide », kosteus « humidité » ; pimeä « obscur », pimeys « obscurité » ; korkea « haut », korkeus « hauteur »

333on postulera un synthème avec un morphème nominalisant -us, alternant avec -ude-, ainsi que le montre par exemple le génitif valke-ude-n. Ceci implique que valk- signifie la blancheur, sans qu’il y ait appartenance à une classe syntaxique, et que pour avoir un adjectif, il faut ajouter un morphème adjectivant -a, tout comme on obtient un nom en ajoutant le morphème nominalisant -us.

334Jumala näki, että... « Dieu vit que...

Jumala näki / näkee, että... « Dieu vit / voit que... »
Jumala näki / Minä näin, että... « Dieu vit / Je vis que... »

335C’est le prétérit du verbe näh-dä « voir » (näen « je vois », näke-e « il voit »). Le lexème présente un signifiant näk-, qui alterne avec un signifiant näke- devant consonne et fin de mot. Ce dernier signifiant reçoit une réalisation phonétique [næe], quand le phonème /k/ ouvre une syllabe fermée. Quant à näh-, il pourrait s’agir d’une réalisation phonétique de /näk/ devant -d-, comme pourrait le donner à penser le parallélisme avec teh-dä « faire », tee-n « je fais », tek-i « il faisait ».

336erotti valkeuden pimeydesta « il sépara la blancheur de l’obscurité » :

337erotti : Une paire comme :

Jumala erott-i / veti valkeuden pimeydestä « Dieu sépara / tira la blancheur de l’obscurité »

338où l’imparfait du verbe erotta-a « séparer » (erota-n « je sépare », erott-i « il séparait ») commute avec l’imparfait du verbe vetà-à « tirer, attirer » (vedä-n « je tire », vet-i « il tirait »), permet d’identifier l’unité significative de signifié « séparer » et de signifiant erott-. Ce signifiant connaît une autre réalisation phonétique, où le phonème /t : / présente une réalisation faible [t] en syllabe fermée, comme on le verrait dans :

erotti / erotin / erotan valkeuden pimeydestä « il sépara / je séparai / je sépare la blancheur de l’obscurité »

339Mais ce dernier exemple nous montre que cette unité significative présente un allomorphe avec finale vocalique que l’on trouve devant initiale consonantique et devant un a ou un ä graphiques (qui notent en réalité un allongement en fin de mot), donc devant une initiale consonantique ou une fin de mot. On a en effet au présent erota-n « je sépare », erotta-a « il sépare », et à l’infinitif erotta-a « séparer ».

340Certes la dernière commutation aurait pu suggérer l’hypothèse qu’entre erotin « je séparais » et erotan « je sépare », la différence s’expliquait par un morphème d’imparfait -i- en face d’un morphème de présent -a-. Mais l’impossibilité d’attribuer un signifié unique et cohérent à l’éventuel morphème de présent, ainsi que le fait que ce -a- apparaisse aussi à l’infinitif, appelé pourtant sans véritable raison infinitif présent par les grammaires, invite à ne voir que deux morphèmes dans erota-n (à savoir « séparer » + « je ») en face des trois morphèmes de erot-i-n (à savoir « séparer » + « passé » + « je »).

341Il est possible qu’il faille considérer l’unité significative erotta-comme un synthème. Il existe en effet un substantif ero « séparation ». Et puisque à côté d’un nom comme koulu « école », il existe un dérivé verbal koulu-tta-a « instruire », il faut peut-être voir dans ero-tta-a le lexème ero-plus un morphème de dérivation -tta-, qui fait de ce nom un verbe.

342Une fois que l’on sait que erott- et erot- sont deux réalisations phonétiques d’une même unité unité significative, il est clair que dans la paire minimale :

erotti / erotin valkeuden pimeydestä « il sépara / je séparai la blancheur de l’obscurité »

343nous avons, dans l’absence de segment formel qui caractérise la désinence dite traditionnellement de 3e personne, un morphème à signifiant Ø et à signifié « il ». Mais dès qu’on ajoute un sujet au singulier, comme dans :

Jumala erotti valkeuden pimeydestä « Dieu sépara la blancheur de l’obscurité »

344cette prétendue désinence est alors imposée au locuteur en tant qu’accord morphologique obligatoire, et n’est donc plus le signifiant d’un morphème.

345Par contre, une fois que l’on sait que erott- et erotta- sont deux allomorphes d’un même lexème, il est évident que la paire minimale

erott-i-Ø / erotta-a valkeuden pimeydestä « il sépara / sépare la blancheur de l’obscurité »

346montre que le morphème à signifiant zéro « il » de l’imparfait connaît une variante, en l’absence du morphème de « passé », qui est graphiquement notée par un -a, et qui correspond en fait simplement à un allongement de la voyelle finale du radical, soit /erotta+ : /. Mais dans la paire minimale :

Jumala erott-i / erotta-a valkeuden pimeydestä « Dieu sépara / sépare la blancheur de l’obscurité »

347cet allongement n’est qu’un accord morphologique avec le sujet au singulier. On dira donc que /erotta : / avec un /a : / long n’est qu’une variante du seul lexème, celui-ci se trouvant dans le contexte d’un SN sujet qui ne contient pas le morphème de pluralité.

348pimeyde-stä : Une paire comme :

erotti valkeuden pimeyde-stä / nyö-stä « il sépara la blancheur de l’obscurité / de la nuit »

349permet d’associer au signifiant pimeyde- le signifié « obscurité ». Ceci correspond au thème à finale vocalique du mot pimeys « obscurité » (Gén. : pimeyde-n, Partit. : pimeyt-tä). Mais comme il existe un adjectif pime-ä « obscur », on dira que pime-yde- est un synthème formé du lexème pime- » blanc » et du morphème nominalisant -yde- I -ys, qui n’est qu’une réalisation phonétique avec voyelles claires du morphème nominalisant de valke-us « blancheur ».

350Karlsson Fred, 1983, Finnish Grommar, trad. par Andrew Chesterman, (original : 1978), Helsinki, Werner, 222 p.

351kokko-zalcman Anna, 1974, ON TIE... Cours de finnois en 24 leçons, Helsinki, 254 p.

352Touratier Christian, 1988, “Un cas d’extraposition : le « passif » en finnois”, in : Etudes finn-ougriennes, 20,127-146.

V. Hongrois

1.Verset 5

3535. És nevezé Isten a világosságot nappalnak és a setétsget nevezé

354[e:∫nεvεze: i∫tεn a vila:go∫∫a:got nappalnak e:∫ a ∫εtet∫e:gεt nεvεze:]

355És nevez-é Isten-Ø: a világ-os-ság-ot nappal-nak és a setét-ség-et nevez-é

356et appeler-Pass Dieu-Nom le clarté-Adj-N-Acc jour-Dat et le obscur-N-Acc appeler-Pass

357« Et Dieu appela la lumière jour, et l’obscurité, il l’appela nuit. Et il y eut <un> soir, et il y

358éjszakának: és l őn este és lő : n reggel; első nap

359[e :jsaka : nak e:∫ lØ:n ε∫tε e : ∫ lØ:n Rεggεl εl∫Ø: nap]

360Ejszaká-nak: és l-ő-n este és l-ő-n reggel; első nap

361nuit-Dat et être-Pass- P3 soir et être-Pass-P3 matin premier jour

362eut <un> matin : premier jour »

363Isten-Ø : Une commutation comme

364nevezé Isten / Péter / Janos a világosságot « Dieu / Pierre / Jean nomma la lumière »

365met en évidence le lexème de signifiant /i∫tεn/ et de signifié « Dieu ».

366Problème du nominatif. Ne faut-il pas postuler un morphème à signifiant zéro dont le signifié purement grammatical serait d’indiquer la fonction syntaxique de sujet ? Si oui, alors il s’agirait d’un bon exemple de ce que Nida appelait un zéro morphémique, c’est-à-dire d’un morphème qui a toujours un zéro pour signifiant.

367nevez-é : contient deux morphèmes que l’on peut mettre en évidence par les commutations suivantes :

nevezé / nevez Isten a világosságot « Dieu nomma / nomme la lumière »→ -é « passé »
nevezé / kéré Isten a világosságot « Dieu nomma / demanda la lumière » →nevez- « appeler ».

368Il convient peut-être de signaler que de nos jours on dirait en réalité :

nevez-t-e Isten a világosságot

369ainsi que

És nevez-t-ük / nevez-t-ed a világosságot « Et nous avons nommé / tu as nommé la lumière ».

370A l’époque de la traduction de la Bible nevez-t-e « il a appelé » existait à côté de nevez-é « il appela », formes qui s’opposaient à peu près comme en français un passé composé s’oppose à un passé simple. Mais la forme sémantiquement proche du passé simple français a disparu en hongrois moderne, qui ne dispose plus que du seul passé nevez-t-e.

371világos-ság-ot : On peut faire commuter l’adjectif világos « clair, lumineux » devant le suffixe -ság ou -ség, et à chaque fois on obtient un nom de même signification :

nevezé Isten a világos-ság / szép-ség / nagy-ság / emberi-ség /magyar-ság « Dieu nomma la clarté, beauté, grandeur, l’humanité / la hongrité ».

372On dira donc que -ság est un morphème grammatical qui permet de faire un nom abstrait à partir d’un adjectif, la variation que l’on observe entre -ság et-ség n’étant qu’un problème de phonologie, que l’on appelle l’harmonie vocalique.

373Mais faut-il voir dans világos deux morphèmes, à savoir un lexème nominal világ- avec un morphème-os adjectivant comme dans :

nap-os « ensoleillé », en face de nap « soleil », magányos « solitaire » en face de magány « solitude » ?

374En hongrois ancien, on aurait pu dire :

le-gy-en ág « que la clarté soit »

375qui se serait opposé à :

le-gy-en világ-os « qu’il soit lumineux »

376ce qui montre qu’en hongrois ancien világos était un synthème adjectival. Mais en hongrois moderne, világ au sens de « clarté » n’existe plus. Il n’y a plus que le mot világ signifiant « monde ». Ceci veut dire que l’ancien synthème n’est plus aujourd’hui qu’un simple lexème adjectival.

377éjszaká-nak : dans a setétsget nevezé éjszakának / nappalnak, « il appela l’obscurité nuit / jour ». Il existe aussi éj et éjjel signifiant « nuit ». Bien qu’il existe également un lexème jel signifiant « marque, signe », on ne peut pas dire que éjjel soit un synthème, puisqu’il ne garde aucune trace de la signification de « marque ». D’autre part, il n’y a pas de lexème *szaká. Il faut donc voir dans éjszaká rien de plus qu’un morphème.

378l- őn « il fut ». C’est le verbe lesz « être, devenir » (len-ni) au passé simple, qui a donc disparu maintenant, et serait remplacé en hongrois moderne par le-tt-Ø. On trouve cette désinence de passé dans

t-őn « il fit », v-ón « il acheta »

379des verbes tesz « faire » (ten-nï) et vesz « acheter » (ven-ni). Cela met en évidence une variante l- de le- « être », et une variante -őn de « passé » à la troisième personne. Il est possible que le -n final ne soit qu’une variante après voyelle du -en de 3e personne de le-gy-en « qu’il soit », et donc que -ő- soit alors une variante du morphème -a- de « passé ».

380első « premier » : Des commutations comme

első ~ végső « dernier », első ~ közepső « central, médian »

381pourraient inviter à postuler un lexème el- « un », à partir duquel le morphème -ső formerait un adjectif, comparable à közepső à partir de közep « centre », ou à végső à partir de vég « fin ». Mais le segment -ső de első ne commute avec rien, pas même avec zéro, puisqu’il n’existe pas de lexème *el « un ». Il semble donc difficile de voir dans elsó un synthème, à moins d’admettre que el- est une variante liée de egy « un » qui n’apparaît que dans le contexte subséquent de -só. De toute façon, ce synthème n’en serait pas moins une irrégularité dans le système morphématique des nombres ordinaux hongrois, puisque normalement ceux-ci “se forment par l’adjonction d’un suffixe -ik aux nombres fractionnaires” (Lelkes, 1967, 295), par exemple :

három « trois », harmad « un tiers », harmad-ik « troisième »
négy « quatre », negyed « un quart », negyed-ik « quatrième »
öt « cinq », ötöd « un cinquième », ötöd-ik « cinquième », etc.

2. Versets 3 et 4

3823. És monda Isten : Le-gy-en világosság : és lón

383[e : ∫ monda i∫tεn lεĮεn vila : go∫∫a : g e : ∫ lØ : n]

384És mond-a Isten-Ø : Le-gy-en világos-ság-Ø : és l-ó-n

385et dire-Pass.-P3 Dieu-Nom. être-lmpér-P3 clair-N-Nom et être-Pass.-P3

386« Et Dieu dit : “Que la lumière soit ! ” et la lumière fut.

387világosság. 4. És látá Isten, hogy jó a világosság ; és

388[vila : go∫∫a : g e : ∫ la : ta : i∫ten hoĮ jo : a vila : go∫∫a : g e : ∫

389világos-ság-Ø. És lát-á-Ø Isten-Ø, hogy jó a világos-ság-Ø ; és

390clair-N-Nom. et voir-Pass.-P3 Dieu-Nom. que bon le clair-N-Nom. et

391Et Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière

392elválasztá Isten a világosságot a setétségtó 1.

393[εlva : lasta : i∫tεn a vila : go∫∫a : got a ∫εte : t∫e : ktØ : l]

394el-választ-á-Ø Isten-Ø a világos-ság-ot a setét-ség-tól.

395hors-choisir-Pass.-P3 Dieu-Nom. le clair-N-Acc. le obscur-N-Abl.

396de l’obscurité ».

397mond-a « a dit » : Deux morphèmes d’après les paires minimales :

mond-a / mond Isten « Dieu a dit / dit »
mond-a / lát-a Isten « Dieu a dit / a vu ».

398Mais si la phrase était formée seulement de :

Mond-a

399elle signifierait « Il a dit ». Et une paire minimale comme :

Mond-á-m / Mond-a « J’ai dit / Il a dit »
Mond-á-m / Mond-á-nak « J’ai dit / Ils ont dit »
Mond-á-m / Mond-á-l « J’ai dit / Tu as dit »

400amènerait à postuler un morphème à signifiant zéro et de signifié « il », en face du morphème -m « je » ou du morphème -l « tu ». Il serait plus juste de dire que ce Ø est accompagné d’un abrègement de la voyelle qui précède ; car, à toutes les personnes du passé en -a-, ce -á- est long sauf à la 3e personne. De toute façon, il y a dans la phrase Mond-a trois morphèmes, à savoir Mond-a-Ø. C’est à cause du dernier morphème que l’on dit que mond-a est la 3e personne du singulier du temps appelé Elbeszéló múlt. Mais dans le contexte du sujet Isten « Dieu » la désinence Ø dite de 3e personne n’est pas choisie par le locuteur, elle est obligatoire, du fait que le sujet Isten n’est pas au pluriel ; et s’il avait été au pluriel, il aurait fallu dire, obligatoirement aussi, mond-á-nak :

mond-á-nak az isten-ek « les dieux n’ont pas dit.... »

401-nak n’aurait pas plus été choisi. Le zéro accompagné d’un abrègement du morphème de passé étant, dans le texte de la Bible, un phénomène d’accord morphologique, n’est pas le signifiant d’un morphème ; et le verbe mond-a n’y représente donc que les deux morphèmes mond- « voir » et -a « passé ».

402De nos jours, on dirait dans la langue courante :

mond-t-a Isten...

403avec le passé de ce qu’on appelle la conjugaison définie (ou objective), alors que la forme biblique mond-a, qui est une forme de la conjugaison indéfinie (ou subjective), serait l’équivalent de la forme moderne de passé dite de la conjugaison indéfinie (ou subjective) mond-ott. On sait en effet que le verbe hongrois a la particularité de présenter deux conjugaisons différentes suivant son emploi syntaxique : la “conjugaison définie, dite objective, pour les verbes qui sont associés à un objet déterminé”, et la “conjugaison indéfinie, dite subjective, pour les verbes intransitifs et les verbes transitifs s’ils sont employés sans objet direct ou avec un objet indéfini” (Lelkes, 1967,114). Si donc on oppose

Mond-t-a / Mond-t-uk / Mond-t-ad « il a dit / nous avons dit / tu as dis »

404on est amené à considérer que /t/ est, en hongrois moderne, le signifiant du morphème de passé, et /a/ celui du morphème personnel « il ». On retrouve ce /t/ de passé dans la conjugaison indéfinie à toutes les personnes sauf à la 3e, ce qui oblige à analyser -ott de mond-ott comme un amalgame du morphème de passé et du morphème « il ». Ce /t/ disparaît au présent des deux conjugaisons. A la conjugaison indéfinie, mond-ott « il a dit » s’oppose à mond-Ø « il dit », et à la conjugaison définie, mond-t-a « il a dit » s’oppose à mond-ja « il dit ».

405La forme mond-t-a existait à l’époque de la traduction de la Bible, et s’opposait à mond-a, un peu comme, en français, un passé composé s’oppose à un passé simple. Mais le passé simple mond-a a, depuis, disparu. C’est une première différence entre le hongrois biblique et le hongrois moderne. A cela s’ajoute une seconde différence. Aujourd’hui, quand le complément de verbe est une subordonnée, on doit mettre les formes de la conjugaison définie, alors que dans le hongrois biblique, on pouvait mettre les deux conjugaisons. Dans le texte, nous avons la conjugaison indéfinie, ce qui serait donc maintenant impossible.

406formes anciennes formes actuelles

407passé indéfini passé défini passé indéfini passé défini

408mond-é-k mond-á-m mond-t-am mond-t-am

409mond-á-l mond-á-d mond-t-ál mond-t-ad

410mond-á-φ mond-á- φ mond-ott mond-t-a

411mond-á- nk mond-ó-k mond-t-unk mond-t-uk

412mond-á-tok mond-á-tok mond-t-atok mond-t-átok

413mond-á nak mond-á-k mond-t-ak mond-t-ák

414formes actuelles

415présent indéfini présent défini

416mond-ok mond-om

417mond- φ mond-ja

418mond-unk mond-juk

419mond-tok mond-játok

420mond-anak mond-ják

421le-gy-en « qu’il soit » : Des paires comme :

le-gy-en / ve-gy-en « qu’il soit / qu’il achète »

le-gy-en / e-gy-en « qu’il soit / qu’il mange »

422opposent l’impératif de lesz « devenir » (len-ni) à l’impératif de vesz « acheter » (ven-nï) et de eszik « manger » ; elles établissent que le- doit être le signifiant du morphème de signifié « être, devenir ». Des paires comme :

le-gy-en / ie-gy-ünk « qu’il soit / que nous soyons »
le-gy-en / le-gy-ek « qu’il soit / que je sois »
le-gy-en / le-gy-él « qu’il soit / que tu sois »

423établissent que -en est une variante du morphème « il » dans le contexte de l’impératif. On peut admettre enfin que -gy- est le signifiant du morphème de « volonté », en invoquant les paires :

le-gy-en / lesz-Ø « qu’il soit / il est »
le-gy-él / lesz-el « que tu sois / tu es »

424à condition de savoir que -en et -Ø sont deux allomorphes du même morphème « il », et d’admettre que lesz- est une variante de le-, que l’on retrouve à toutes les personnes du présent de ce verbe. Dans le texte de la bible, où l’on a :

le-gy-en világos-ság « que la clarté soit »

425la désinence dite de 3e personne n’est qu’un accord morphologique avec un sujet qui ne contient pas le morphème de pluriel. Ceci veut dire que le-gy-en est une variante dans le contexte d’un sujet au singulier de la combinaison des deux morphèmes le-gy.

426lát-á Isten hogy... : Une paire comme :

mond-á / lát-v /sten hogy... « Dieu a dit / a vu que... ».

427permet d’identifier le lexème lát- « voir », auquel s’ajoute le morphème de passé -á-, dont il a déjà été question plus haut. S’il n’y avait pas de sujet comme dans :

Lát-á /sten hogy... « Il vit que... »

428on aurait un morphème à signifiant zéro de signifié « il », et la forme verbale serait rattachée à la conjugaison dite définie, parce que le -á- de passé n’est pas abrégé. Dans le texte de la Bible, puisqu’il n’y a pas de morphème de personne, la prétendue 3e personne du singulier étant un accord morphologique avec le sujet Isten, il est préférable de dire que nous avons purement et simplement le signifiant de deux morphèmes, et rien de plus : ce qui est un signifiant zéro, quand il y a la signification de « il », n’est dans le cas présent, rien du tout.

429On notera qu’ici nous avons la conjugaison définie, alors que dans le verset précédent, nous avions la conjugaison indéfinie. Ceci confirme bien qu’en hongrois ancien, on pouvait mettre le verbe soit à la conjugaison définie soit à la conjugaison indéfinie quand son complément est une complétive.

430Une paire comme :

lát-á /sten hogy / amikor jó a világos-ság « Dieu vit que / quand la lumière était bonne »

431permet de postuler un morphème de subordination complétive hogy « que » en face du morphème de subordination temporelle amikor « quand ».

432... hogy jó világos-ság « que la lumière est bonne » : Des commutations comme :

hogy jó / nagy a világos-ság « que la lumière est bonne / grande »
hogy jó a / egy világos-ság « que la / une lumière est belle »

433mettent en évidence les deux morphèmes a « le » et jó « bon ». Ces deux morphèmes ne connaissent aucune variante masculine ou féminine, le hongrois, à la différence du français, ignorant les différences morphologiques de genre grammatical.

434el-választ-á Isten a világos-ság-ot a setét-ség-töl « Dieu sépara la lumière de l’obscurité ».

435L’accusatif : Les paires minimales suivantes :

el-választ-á <...> a vilâgos-ság-ot / az eg-et / a nap-ot / a hajnal-t <..>
« sépara la clarté / le ciel / le jour / l’aube <..> »

436montrent d’une part que l’article défini a présente une variante az devant initiale vocalique, d’autre part que lorsqu’on fait commuter le lexème, la désinence-ot soit subsiste, soit est remplacée par -ét ou par -t. Il doit s’agir d’un morphème fonctionnel qui indique la fonction de complément de verbe que remplissent tous ces lexèmes. La différence entre -ot et -ét est un problème de variation phonologique, qui est due à l’harmonie vocalique. Il s’agit donc du même signifiant, mais dans des contextes phoniques différents. Par contre, -t est un allomorphe de ce dernier morphème : il apparaît après voyelle ou après consonne à allure vocalique comme l. Traditionnellement, les grammaires disent que ces trois segments en distribution complémentaire représentent un cas, qu’elle appellent l’accusatif. Ce cas est donc le signifiant du morphème fonctionnel de complément de verbe.

437L’ablatif : Des paires comme

el-választ-á / sten a világos-ság-ot a setét-ség-tól / az ég-tól / az éjjel-tól « Dieu sépara la lumière de l’obscurité / du ciel / de la nuit »

438garde un segment től / tól, dans lequel les grammaires reconnaissent habituellement un autre cas qu’elles appellent l’ablatif, et qui semble être ici le signifiant d’un second complément de verbe.

439el-választ-á « (il) sépara » : Si le verbe contient le morphème -á- de passé et relève de la conjugaison définie, puisqu’à la 3e personne du singulier ce -á- n’est pas abrégé, on peut dire que les paires :

el-választ-á / választ-á Isten a világos-ság-ot « Dieu sépara (détacha) / choisit la clarté »
el-viv-é / viv-é Isten a világos-ság-ot « Dieu emporta / porta la clarté »

440(en hongrois moderne, on dirait vit-t-é, serait, en hongrois moderne comme en hongrois ancien, l’équivalent clair du -á sombre) permettent de supposer que le préverbe el- est, dans ces deux cas, le signifiant d’un morphème signifiant quelque chose comme « hors de » -« séparer » correspondant à « choisir (d’où simplement : prendre) hors de », et « emporter » à « porter hors de »—. On remarquera que le complément à l’ablatif ne peut, dans les deux cas, s’employer qu’avec le synthème contenant le morphème el-. On ne saurait dire :

*választ-á / viv-é Isten a világos-ság-ot a setét-ség-tól « Dieu choisit / porta la clarté hors de la lumière ».

441Pour signifier de telles choses, il faudrait dire :

választ-á / viv-é Isten a világos-ság-ot messze a setét-ség-töl « Dieu choisit / porta la clarté loin de la lumière »

442où l’on a l’habitude de dire qu’on ajouterait un adverbe au SN à l’ablatif. En fait, il serait plus juste de dire qu’on a utilisé /messze... Abl./, ce qui voudrait dire que messze est très exactement ici une préposition, alors qu’on dit couramment qu’il n’y a pas de prépositions en hongrois, mais seulement des postpositions. Mais si messze est effectivement un adverbe, quand il est employé seul, quelle différence y a-t-il avec le fr. dedans, qui est certes un adverbe, mais peut, dans la langue familière, s’employer comme préposition, à la place de dans. On dira donc que messze a setét-ség-tól est un circonstant après les verbes simples választ-á / viv-é, alors qu’il est un second complément de verbe après les verbes composés el-választ-á / el viv-é. Ceci veut dire que la valence du synthème verbal n’est pas la même que celle du verbe simple dont il est composé. Le verbe simple a une valence deux, mais en formant une unité avec le préverbe el-. ajoute à la valence du verbe simple l’éventuel complément sémantique du préverbe ajouté, ce qui lui vaut donc une valence trois.

443L’analyse du préverbe pourrait être contestée. Car on pourrait trouver que la situation de elválaszt « séparer »/vàlaszt « choisir » est intermédiaire entre celle de elmegy « s’en aller »/megy « aller », où le préverbe est manifestement le signifiant d’un morphème, et celle de elbeszél « raconter »/beszél « parler », où l’on a deux lexèmes partiellement homonymes.

444setét-seg « obscurité » : en hongrois moderne, on dit sötet-ség en face de sötet « obscur », comme bölcses-ség « sagesse » en face de bölcs « sage », fehér-ség « blancheur » en face de fehér « blanc », fekete-ség « noirceur » en face de fekete « noir ». Il s’agit donc d’un synthème, avec la variante claire -ség du morphème qui permet de faire un nom à partir d’un adjectif, la variante sombre étant le suffixe -ság dont il a été question plus haut. La répartition de ces deux variantes pose le problème général de ce qu’on appelle l’harmonie vocalique.

445L’harmonie vocalique : Quelle que soit leur quantité, les voyelles hongroises ressortissent à trois groupes :

  1. Les voyelle claires (ou antérieures) : e ; ö, ő ; ü, ὕ

  2. Les voyelles sombres (ou postérieures) : a, á ; o, ó ; u, ú

  3. Les voyelles indifférentes ou neutres (ou intermédiaires) : ë, é ; i, í.

446(Suavageot, 1982, XVII).

447Et le principe de l’harmonie vocalique est le suivant : “Un seul et même mot ne peut comprendre que des voyelles claires (et indifférentes) ou des voyelles sombres (et indifférentes)” (Sauvageot, 1982, XVIII).

448Et la différence d’avec le finnois, c’est que les mots monosyllabiques ou polysyllabiques dont les voyelles sont indifférentes peuvent être considérés comme des mots à voyelle claire ou des mots à voyelle sombre, alors qu’en finnois, ces voyelles étant antérieures comme les voyelles claires font entrer lesdits mots uniquement dans la classe des mots à voyelle claire. Ainsi que le note Sauvageot pour le hongrois, “la seule difficulté résulte des cas où la première syllabe du mot présente une voyelle indifférente (ë, é ; i, í). Il faut savoir si elle doit être considérée comme faisant fonction de voyelle claire ou de voyelle sombre” (Sauvageot, 1982, XVIII), ce qu’il illustre par

ír « écrire », donnant : íras « écriture »,férfi « homme » donnant : férfi-as « viril » (mots sombres)
íz « saveur » donnant : (ízlés « goût » (mot clair).

449Exemples de mots à voyelles claires :

Isten « Dieu » (voyelle indifférente, puis voyelle claire) → isten-ség « divinité », Isten-tl (ablatif : « de Dieu »), isten-ek « dieux » sôtét « obscur » (voyelle claire, puis voyelle indifférente) → sötét-ség « obscurité », sôtét-ség-tl « obscurité (Abl.) », sötét-ség-ben « obscurité (Iness.) », sötét-ség-et « obscurité (Acc.) »

450Exemples de mots à voyelles sombres :

világ anc. hong. « lumière » (voyelle indifférente, puis voyelle sombre) —* világos « lumineux », világos-ság « clarté », világos-ság-ban (inessif : « dans la lumière »), világos-sàg-tl (ablatif : « de la lumière »), világos-ság-ot « clarté (Acc.) ».

451Mais dans les mots polysyllabiques étrangers ou considérés comme tels, c’est la dernière voyelle qui détermine l’appartenance aux mots clairs ou sombres :

sofőr-nek « chauffeur (Dat.) », gyertyá-val « bougie-avec », valcer-ek « valse-Plur. », templom-ban « église-dans », leány-tl « jeune-fille-de », viperá-tl « vipère-de », oktber-ben (ou oktber-ban) « octobre-dans ».

452Lelkes István, 1967, Manuel de hongrois, Budapest, Tankönyvkiadό, 833 p.

453Sauvageot Aurélien, 1982, Premier livre de hongrois, Paris, Publications des orientalistes de France, 323 p.

454Touratier Christian, et Agnel Eva, 1990, “Transitivité et conjugaison objective du hongrois”, in : Etudes Finno-Ouganiennes XXI, 105-118.

VI. Latin

4551. In principio creauit Deus caelum et terram. 2. Terra autem erat

456[in priŋ’kipijo : kre’a : wit ‘deus ‘kajlum et ‘terram ‘terra awtem ‘erat

457In principi-o crea-ui-t De-us caelum et terr-am Terr-a autem er-a-t

458dans commencement-Abl créer-Perf-P3 dieu-No ciel-Acc et terre-Acc terre-No or être-Impft-P3

459« Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était vide et

460inanis et uacua ; et tenebrae super faciem abyssi et spiritus Dei

461i’na : nis et ‘wakuwa et ‘tenebraj super ‘facijem a’bissi : et ‘spiritus ‘dei :

462inan-is et uacu-a et tenebr-ae super faci-em abyss-i et spirit-us De-i

463vide-No et désert-NoF et ténèbres-NoPI sur face-Ace abîme-Gén et esprit-No dieu-Gén déserte ; et les ténèbres étaient au-dessus de la face de l’abîme et l’esprit de Dieu se

464ferabatur super aquas. 3. Dixitque Deus : « Fiat lux » et

465fere : ‘ba : tur super ‘akwa : s dik’sitkwe ‘deus ‘fi : jat ‘lu : ks et

466fer-eba-tur super aqu-as Dixi-t-que De-us : « Fi-a-t lux et

467porter-Impft-P3(Pass) sur eau-AccPI dire(Per)-P3-et dieu-No devenir-Subj-P3 lumière(No) et déplaçait au-dessus des eaux. Et il dit, Dieu : « que la lumière soit » et il y eut la

468facta est lux. 4. Et uidit Deus lucem quod esset bona

469‘fakta ‘est ‘lu : ks et ‘wi : dit ‘deus ‘lu : kem kwod ‘esset ‘bona fac-ta es-t lux Et uidi-t De-us luc-em quod es-se-t bon-a

470devcnir-PerfPas-P3 lumière(No) et voir(Perf)-P3 dieu-No lumière-Ace que être-SubjImpft-P3 bon-No lumière. Et Dieu vit que la lumière était bonne (litt. vit la lumière qu’elle était bonne), et diuisit lucem ac tenebras. 5. Appellauitque lucem diem et tenebras et di : ‘wi : sit ‘ltikem ak ‘tenebra : s appella : ‘uitkwe ‘lu : kem ‘dijem et ‘tenebra : s et diui-si-t luc-em ac tenebr-as. Appella-ui-t-que luc-em di-em et tenebr-as

471et séparer-Perf-P3 lumière-Ace et ténèbres-AccPI appeler-Perf-P3-et lumière-Acc jour-Acc et ténèbre-AccPI et il sépara la lumière et les ténèbres. Et il appela la lumière jour et les ténèbres nuit ;

472noctem ; factumque est uespere et mane dies unus.

473‘noktem fak’tumkwe ‘est ‘wespere et ‘ma : ne ‘dije : s ‘u : nus]

474noct-em ; fac-tum-que-es-t uesper-e et mane di-es un-us

475nuit-Acc faire-PerfPass-et-P3 soir-Abl et matin jour-No un-No et d’une nuit et d’un matin il y eut un jour. »

1. Verset 1

476in principi-o « au commencement » : Des commutations comme

477in / ab principio « au / dès le commencement »

478in principio / initio « au commencement / début »

479permettent d’identifier un lexème de signifiant principi- et de signifié « commencement », et donnent l’impression que la préposition in est le signifiant d’un morphème relationnel qui situerait dans l’espace ou dans le temps et aurait donc un signifié comme « dans, en ». Mais les lexèmes prinicipi- ou initi- reçoivent dans le contexte de cette préposition une désinence casuelle, traditionnellement appelée Ablatif, qui ne peut ni être supprimée ni commutée avec un autre cas. Certes si on emploie après m d’autres lexèmes, on voit apparaître d’autres formes casuelles, par exemple dans

in prim-o congress-u « au premier choc », in ea aetat-e « à cet âge ».

480Mais il s’agit de variantes du même Ablatif, ces lexèmes relevant d’une autre déclinaison. Il en découle que le signifié « dans » n’est pas associable au seul segment morphologique in, mais au signifiant discontinu /in... Abl/.

481crea-ui-t De-us « Dieu créa... » : La forme verbale creauit ne contient que deux morphèmes, à savoir le lexème créa- « créer » et le morphème grammatical -ui-, qui signifie 1’« accompli », avec ici une valeur temporelle, comme le montrent les commutations

creauit / creat Deus « Dieu créa / crée... », creauit / deleuit Deus « Dieu créa / détruisit... »

482Le segment morphologique -t, traditionnellement appelé désinence personnelle de troisième personne, n’a pas ici de signification, et est obligatoire. On parle traditionnellement d’un accord avec le sujet, l’accord étant un phénomène purement morphologique. Une forme verbale se voit en effet obligatoirement adjoindre un segment morphologique -t, lorsque son sujet est au singulier, comme c’est le cas ici avec Deus. Mais si on mettait ce sujet au pluriel, alors le verbe recevrait obligatoirement un segment morphologique -nt ou -unt, suivant son temps. On dirait en effet

crea-nt de-i « les dieux créent », creauer-unt de-i « les dieux créèrent ».

483Ces segments morphologiques ne contribuent en rien au sens de l’énoncé. Par contre, lorsque le verbe est employé sans sujet, alors ces segments morphologiques -t et -nt deviennent le signifiant de morphèmes personnels, étant en effet respectivement associables aux signifiés « il » et « ils ».

484cael-um et terr-am « le ciel et la terre(Compl) » : Les deux lexèmes présentent, chacun, une désinence casuelle dite d’Accusatif, qui marque la fonction de complément du verbe creauit. Traditionnellement, on dit que les noms ainsi coordonnés remplissent la même fonction syntaxique, et donc que le verbe creauit a deux compléments. Mais si on définit les fonctions syntaxiques en termes exclusivement syntaxiques, on dira qu’un constituant remplit la fonction de complément de verbe, quand il se combine avec un verbe pour former avec lui une construction exocentrique appelée syntagme verbal. Dans cette optique, c’est le constituant complexe caelum et terram qui est le complément du verbe creavit. Et cela implique que les deux désinences d’Accusatif ne représentent pas deux morphèmes fonctionnels de complément de verbe, mais sont le signifiant discontinu du morphème de complément de verbe, la coordination étant le contexte qui entraîne cette variante discontinue du morphème fonctionnel.

2. Les déclinaisons

485terr-am « terre-Acc. », cael-um « ciel-Acc. », luc-em « lumière-Acc », facie-m « face-Acc. » : Ces cinq mots sont tous au même cas : l’accusatif singulier. Cette unité morphologique correspond apparemment à 4 segments morphologiques, qui appartiennent à ce que la tradition appelle des déclinaisons différentes. Les noms latins présentent en effet deux fois six formes différentes, ou plutôt se voient ajouter, pour former des mots, deux séries de 6 unités morphologiques qualifiées de casuelles, à savoir la série dite du singulier, et la série du pluriel. Les unités morphologiques de ces deux séries présentent théoriquement 5 segments morphologiques différents, ce qui constitue 5 systèmes de variantes appelés traditionnellement les 5 déclinaisons nominales du latin, et détermine par conséquent 5 familles morphologiques de noms latins.

486Ainsi terr-am est à l’accusatif des noms de la première déclinaison, dont le nominatif serait terr-a (cf. verset 2), et le génitif terr-ae. Appartiennent à cette première déclinaison aqu-a « eau », dont on a l’accusatif pluriel aqu-as au verset 2, et tenebr-ae « ténèbres », qui en latin, comme en français, n’existe qu’au pluriel, et dont on a le nominatif au verset 2, et l’accusatif tenebr-as aux versets 4 et 5.

487Le mot cael-um est à l’accusatif des noms de la deuxième déclinaison, dont le nominatif serait cael-um aussi, mais pourrait être cael-us, et le génitif cael-i. Quand son nominatif est cael-um, il s’agit d’un nom neutre ; lorsqu’il est cael-us, il s’agit d’un nom masculin. Le lexème de principium « commencement » est un nom neutre, qui se trouve à l’ablatif dans principi-o du verset 1. Celui de de-us « dieu », qui est au nominatif au verset 1, 3 et 4, est un nom masculin ; par contre abyss-us « abîme », que l’on a au génitif abyss-i au verset 2, est normalement un nom féminin, mais parfois masculin.

488Le mot luc-em est à l’accusatif de la troisième déclinaison ; le verset 3 fournit son nominatif, à savoir lux, c’est-à-dire /lu : k-s/ ; le génitif en serait luc-is. Le mot nox « nuit », c’est-à-dire (/nok-s/, appartient à la même déclinaison. Son accusatif est noct-em, au verset 5, et son génitif noct-is.

489Quand on ne considère que l’accusatif faciem « face » du verset 2, on pourrait penser qu’il s’agit comme luc-em ou noct-em, d’un lexème de la 3e déclinaison. Mais il s’agit en fait d’un lexème de la quatrième déclinaison ; car il suit un modèle différent, son nominatif étant faciès, et son génitif faciei. En outre le segment morphologique d’accusatif ne doit pas être -em, comme dans luc-em, mais seulement -m. Car la voyelle -e- fait partie du signifiant du lexème, lequel se termine à tous les cas par un -e- tantôt long tantôt bref : nom. faciē-s, gén. facie-ī, dat face-ī, abl.faciē, acc.facie-m, etc. Cette voyelle n’est brève que dans les contextes où il y a neutralisation de l’opposition phonologique /e : / ~ /e/, et où le système phonologique impose une réalisation brève aux voyelles, c’est-à-dire devant voyelle, comme dans die-ī, et en syllabe finale fermée par une autre consonne que /s/, comme dans die-m. Cette quatrième déclinaison est peu productive ; mais elle est mise en œuvre par quelques lexèmes très fréquents comme diēs « jour », que le verset 5 présente au nominatif, et à l’accusatif, ou comme rës « chose ».

490On pourrait croire que le lexème spirit-us « esprit » du verset 2 appartient à la deuxième déclinaison, mais il suit un autre modèle de déclinaison qui fait certes spiritum à l’accusatif, mais spiritūs au génitif, spirituī au datif et spiritū à l’ablatif. C’est ce qu’on appelle la cinquième déclinaison, laquelle est aussi un modèle assez peu productif.

491Le verset 5 présente l’ablatif du mot curieux uesper « soir », qui hésite entre deux déclinaisons, à savoir uesper, uesperi de la deuxième déclinaison, et uesper, uesperis de la troisième déclinaison, l’ablatif uesper-e relevant bien sûr de la troisième déclinaison. La langue classique faisait du reste un mélange de ces deux déclinaisons, en préférant un accusatif uesper-um (de la deuxième déclinaison donc), et un ablatif uesper-e (de la troisième déclinaison).

3. Le verbe « être »

492erat « il était », esset « qu’il fût », est « il est » : La commutation

erat ~ eram « j’étais »

493permet d’identifier un morphème de troisième personne -t et un morphème de première personne -m. Et la commutation

erat ~ erit « il sera »

494invite à postuler le signifiant -a- d’un morphème de « non actuel », et le signifiant -(- d’un morphème de « prospectif », ce que confirment des commutations comme

erat « il était » ~ amaueram « j’avais aimé », erit ~ « il sera » ~ amaueris « tu auras aimé »

495à condition de savoir que -uer- est dans amaueram et amaueris le signifiant d’un morphème aspectuel d’« accompli ». Seul en effet le verbe esse « être » et ses composés posse « pouvoir », abesse « être absent », etc. et les formes verbales dites du perfectum, c’est-à-dire pourvues du morphème d’« accompli », utilisent un morphème de « non actuel » en -a- seulement. Les autres verbes, quand ils n’ont pas le morphème d’« accompli », présentent les allomorphes -ba- ou -eba- (cf. ama-ba-t « il aimait » ou ferebatur « il était porté »).

496Si l’on considère la paire minimale

erat « il était » ~ est « il est »

497qui confirme bien que la présence de -a- correspond au signifié de « passé » ou mieux de « non actuel », on voit que le signifié « être » est alors associé non plus au signifiant er-, mais au signifiant es-, signifiant que l’on retrouve d’un reste dans le subjonctif imparfait es-set « qu’il fût ». Mais il ne s’agit pas de deux allomorphes ; car, il existe en latin une règle de variation phonologique qui donne au phonème sifflant /s/ une réalisation phonétique vibrante, quand ce phonème se trouve entre deux voyelles et au voisinage immédiat d’une frontière de morphème. Tel n’est pas le cas du /s/ au voisinage d’une frontière de morphème, mais devant consonne de /es-t/ ; mais tel est le cas du /s/ de ce même signifiant devant la voyelle /a/ du morphème de « non actuel ». On peut donc dire que [erat] est la réalisation phonétique de /es-a-t/, et que, dans ces conditions, [er] et [es] ne sont nullement deux allomorphes du lexème de signifié « être », mais deux réalisations phonétiques différentes d’un même signifiant /es/. Par contre, ce lexème connaît un véritable allomorphe à certaines personnes du présent, et à toutes les personnes du subjonctif présent, où son signifié est représenté par le signifiant /s/ seulement, comme on peut le voir dans :

s-um « je suis », s-unt « ils sont », s-i-m « que je sois », s-i-s « que tu sois », etc.

498Quand on analyse le subjonctif imparfait esset « qu’il fût », on doit reconnaître qu’il y a bien quatre morphèmes, à savoir le lexème « être » de signifiant es-, le morphème de troisième personne de signifiant -t, et les deux morphèmes de « volonté » et de « non actuel », comme le montrent la commutation

esset « qu’il fût » ~ erat « il était »

499où les deux formes ont en commun une valeur de « non actuel », mais se distinguent par la présence du morphème de volonté en face de son absence, et la commutation

esset « qu’il fût » ~ sit « qu’il soit »

500où les deux formes ont en commun d’exprimer une volonté, mais se distinguent par la présence du morphème de « non actuel » en face de son absence. Mais dans ces deux commutations, on constate que l’élément de signifié qui, à chaque fois, est commun ne correspond pas à un élément de signifiant commun. On voit seulement que, dans la première commutation, le remplacement de -se- par -a- ne laisse de commun que le signifiant /es/, réalisé [es] ou [er], du lexème « être », et le signifiant -t du morphème de personne. Il n’y a donc rien qui puisse représenter le signifié commun de « non actuel ». De même dans la seconde commutation, le remplacement de -se- par -i-, qui semble ne correspondre qu’à la disparition du signifié de « volonté », ne laisse rien comme support du signifié commun de « non actuel », ce qui n’a pas changé dans cette commutation correspondant, en début de mot, aux deux allomorphes /es/ et /s/ du lexème « être », et en fin de mot, au signifiant -t du morphème personnel. Ces commutations mettent en évidence la présence de deux signifiés différents, sans pour autant faire apparaître les signifiants qui correspondent à ces signifiés. La conclusion qui en découle est que le segment -se-, qui, tout en n’étant pas décomposable, représente deux morphèmes différents, est un amalgame. Les deux morphèmes de « non actuel » et de « volonté » amalgament donc leur signifiant dans ce segment -se- indécomposable.

4. Le passif

501ferebatur « il était porté » : Les commutations

ferebatur ~ fertur « il est porté », ferebatur ~ le gebatur « il était lu » ~ audiebatur « il était entendu »

502permettent d’identifier un lexème fer- « porter », et un morphème de « non actuel » -eba-, ce que confirmeraient des commutations comme

ferebatur ~ fero « je porte », ferebatur ~ feram « je porterai », ferebatur ~ ferre « porter »

503où la présence du segment phonique fer- entraîne celle du signifié « porter », et des commutations comme

ferebatur ~ legebamini « nous étions lus » ~ audiebas « tu entendais »

504où la présence du segment -eba- entraîne celle du signifié « non actuel ». Il est tentant à partir d’une commutation comme

ferebatur ~ ferebat « il portait »

505de postuler un morphème de « passif » de signifiant -ur, que l’on pourrait retrouver dans la paire

ferebantur « ils étaient portés » ~ ferebant « ils portaient ».

506Mais il faudrait postuler d’autres variantes pour les autres personnes, à savoir -r à la place de -m ou en plus pour la première personne

ferebar « j’étais porté » ferebam « je portais » ; feror « je suis porté » ~fero « je porte »

507-r à la place de -s pour la quatrième personne

ferebamur « nous étions portés » ferebamus « nous portions »

508et -ri- à la deuxième personne

ferebaris « tu étais porté » ~ ferebas « tu portais ; ferris « tu es porté » ~ fers « tu portes »

509à quoi s’ajouterait un amalgame -mini du morphème de « passif » et du morphème de cinquième personne :

ferebamini « vous étiez portés » ~ ferebatis « vous portiez ».

510Et dernière complication, ce morphème polymorphe se mettrait tantôt après le morphème de personne, comme dans

ferebat-ur, ferebant-ur, fero-r

511tantôt avant, comme dans

fereba-ri-s

512tantôt à la fin du morphème de personne, comme dans

fereba-mur

513et tantôt combiné avec le morphème de personne, comme dans

fereba-mini.

514Il est probablement plus simple et plus naturel de dire qu’il y a toujours amalgame du morphème de passif et du morphème de personne, même lorsqu’on a l’impression qu’on pourrait isoler le morphème de personne, ce qui donnera :

-or « je + Passif », -ris « tu + Passif », -tur « lui + Passif », -mur « nous + Passif », mini « vous + Passif », -ntur « eux + Passif ».

515Le passif latin présente une autre particularité. A l’aspect « accompli », le morphème de passif amalgame aussi son signifiant, mais avec le morphème d’« accompli », et non plus avec le morphème de personne, comme on le voit dans

facta est « elle fut créée »

516où /ta... es/ est le signifiant et du Passif et de 1’« accompli », comme le montrent les commutations

facta est « elle fut créée » ~ facitur « elle est créée »

517fac- et faci- sont deux allomorphes du lexème de signifié « faire, créer », et

facta est ~ fecit « elle fit, créa »

518où /e : ← (a)...i/ est un des allomorphes du morphème d’« accompli ». Entre /ta... es/ et -tur, d’une part, et entre /ta...es/ et /e : ...i/ d’autre part, on ne voit rien de commun pour manifester le signifié qui, à chaque fois, est commun. L’ensemble /ta... es/ est donc un amalgame. Mais cet amalgame a la particularité d’être en fait constitué de deux segments discontinus. La discontinuité n’apparaît pas dans la chaîne [fakta est] du verset 3 ; mais elle apparaîtrait si la seconde partie de ce signifiant, que les grammaires appellent traditionnellement l’auxiliaire esse, était antéposée au mot contenant le lexème verbal, dans par exemple est facta, ou si elle était effectivement séparée de ce mot par l’enclave du sujet, dans une phrase comme

et facta lux est « et la lumière fut créée ».

5. Le perfectum

519creauit « il créa », appellauit « il appela », dixit « il dit », uidit « il vit », divisit « il sépara » : Tous ces verbes sont au parfait, temps qui est uniquement caractérisé par l’aspect dit perfectum. Les deux premiers sont faciles à analyser, si on oppose

creauit « il créa » ~ créat « il crée », appellauit « il appela » ~ appellat « il appelle »

520et

creauistis « vous créâtes » ~ creatis « vous créez », appellauistis « vous appelâtes » ~ appellatis « vous appelez ».

521Ces paires minimales mettent en évidence un morphème d’« accompli » avec deux allomorphes : -ui- et -uis-., que l’on retrouve, le premier, dans creauimus « nous créâmes », et le second, dans creauisti « tu créas », creauerunt « ils créèrent », où [wer] est une réalisation phonétique de Avis/, le phonème /s/ présentant une variante vibrante [r] entre deux voyelles et au voisinage d’une frontière de morphème, et l’opposition phonologique /i/ ~ /e/ étant neutralisé au profit de [e] devant vibrante (cf. Touratier, 1971, 351-354).

522Le troisième verbe dixit « il dit » s’analyse aussi assez facilement à partir des paires

dixit « il dit, il a dit » ~ dicit « il dit », dixistis « vous avez dit, vous dites » ~ dicitis « vous dites »

523à condition d’admettre que /di : k/ et /di : ki/ sont deux allomorphes du même lexème « dire », avec cette particularité qu’à l’infectum, c’est-à-dire en l’absence du morphème d’« accompli », /di : ki/ est la variante de /di : k/ qui apparaît devant consonne (cf. dic-o « je dis », dic-e-s « tu diras », dic-a-s « que tu dises », mais dici-s « tu dis », dici-mus « nous disons », dice-re-m « que tu disses », réalisation phonétique de /di : ki-se : -m/), mais qu’au perfectum, seul est utilisé le signifiant /di : k/, même devant consonne (d’où /dik-sis-tis/ « vous avez dit », dic-t-us « ayant été dit », etc.). On voit alors que le morphème d’« accompli » présentent deux autres variantes, à savoir /si/ et /sis/ (cf. Touratier, 1971, 354), que l’on retrouve bien sûr, la première, dans diximus « nous dîmes », et la seconde, dans dixisti « tu as dit » et dixerunt « ils dirent ».

524La dernière forme diuisit « il sépara », qui se rattache au verbe diuido « je sépare », met en œuvre les mêmes variantes du morphème d’« accompli » ; mais elle pose quelques problèmes de phonologie et d’orthographe. Les paires

dīuīsit « il sépara » ~ dīuidit « il sépare », dīuīsistis « vous séparâtes » ~ dīuiditis « vous séparez »

525s’analysent mieux, si on les écrit comme elles étaient en fait écrites à l’époque de Cicéron, c’est-à-dire avec une géminée sifflante au parfait :

dīuīssit « il sépara » ~ dīuidit « il sépare », dīuīssistis « vous séparâtes » ~ dīuīditis « vous séparez ».

526On voit alors que le lexème « séparer » a, au temps de l’infectum, deux signifiants différents, à savoir dīuid- et, devant consonne, dīuidi-, mais aux temps du perfectum, une troisième variante dīuīs-, qui n’est en fait que la réalisation phonétique d’une suite phonématique /di : ui : d/. Car devant sifflante, il y a, en latin, neutralisation de l’opposition « voisé » ~ « non voisé », comme on peut le voir dans scrip-s-i « j’ai écrit » en face de scrib-o « j’écris », ou dans ac-t-us « ayant été fait » en face de ag-o « je fais ». Et les apicodentales présentent en plus dans ce contexte une variante sifflante (cf. pos-sum « je puis », en face de pot-es « tu peux », fos-sus « ayant été creusé » en face defodi-o « je creuse »). On peut donc dire que [di : wi : ssit] est la réalisation phonétique de /di : ui : d-si-t/. A tout cela s’ajoute une complication orthographique. A la fin du premier siècle ap. J.-C, les géminées sifflantes reçurent une réalisation simple après voyelle longue, ce qui fait que [di : wi : ssit] devint [di : wi : sit] et fut alors écrit diuisit, avec un seul s. Et les latinistes utilisent curieusement cette façon d’écrire postérieure pourtant à ce qui est pour eux la norme du latin universitaire, c’est-à-dire au latin cicéronien.

527Reste le parfait uidit « il a vu ». Il utilise une troisième sorte de variante du morphème d’« accompli », qui n’est alors marqué ni par un [w], comme dans creauit « il a créé », ni par un [s], comme dans dixit « il a dit », qui sont les deux types de parfaits les plus fréquents, mais par un allongement de la voyelle du lexème verbal. En effet uīdit « il a vu » s’oppose à uidet « il voit », le lexème ayant deux allomorphes : uide-, utilisé à l’infectum, et uid- au perfectum. Par conséquent uidit et uidistis s’analyseront en trois morphèmes : le lexème /uid/ « voir », plus le morphème d’« accompli » / i/ ou / : ... is/, et le morphème de personne /t/ ou /tis/ (cf. Touratier, 1971,254).

528On conclura, à propos de la conjugaison latine, que les grammaires ont l’habitude de parler de cinq conjugaisons différentes, qu’elles distinguent principalement par l’infinitif dit présent : amāre « aimer » pour la 1e conjugaison, monēre « avertir » pour la deuxième, legere « lire » de legō » je lis » pour la troisième, capere « prendre » de capiō » je prends » pour la quatrième, et audīre « entendre » de audiō « j’entends » pour la cinquième. Mais ce classement n’est valable que pour les temps de l’infectum ; car il ne permet pas de prédire les formes que prendront les temps du perfectum. Les verbes de la première conjugaison n’ont pas forcément un perfectum en /uis/ (dare « donner » fait au parfait dedit « il donna »), ni les verbes de la deuxième conjugaison un perfectum à allongement comme uīdit en face de uidēre, (monēre « avertir » fait au parfait monuit « il a averti », manēre « rester » mansit « il resta », et mordēre « mordre » momordit « il mordit »), ni les verbes de la troisième conjugaison un perfectum sigmatique comme dixit « il a dit » de dicere « dire », (cadere « tomber » fait au parfait cecidit « je suis tombé », legere « lire » lēgit « il a lu », et colere « honorer » coluit « il honora »). Il faudrait donc parler des conjugaisons de l’infectum et des conjugaisons du perfection, en précisant qu’il n’y a pas de relation bijective entre l’ensemble des conjugaisons de l’infectum et l’ensemble des conjugaisons du perfectum.

529Touratier Christian, 1971, “Essai de morphologie synchronique du verbe latin”, in : REL 49, 331-357.

VII. Grec ancien

L’Analyse en morphèmes :

A propos de Sept., Gen. 1,1-10.

5301.’Ev ἀρxñ ἐπoίηoєv ὁ θєòs τòv oὐραvòv καί τὴν γñν. 2. ἠ δέ

531en arch-ē e-poiē -s-en ho the-os t-on ouran-on kai t- ēn g- ēn h-ē de

532dans commencement-Da faire-Aor-P3 le(No) dieu-No le-Acc ciel-Acc et le-Acc terre-Acc le-No or

533“1. Au commencement Dieu fit le ciel et la terre. 2. Or la

534γῆ v ἀóρατos καì ἀκατασκєúαơτos, καaι σkóτos ἐπάv τñs

535g-ē ē-n a-ora-t-os kai a-kataskeuas-t-os kai skot-os epanō t-ēs

536terre-No être(Imppf)-P3 pas-voir-qui.peut-être et pas-préparer-Adj-No et obscurité-No au-dessus le-Génterre était invisible et inorganisée et l’obscurité était au-dessus de l’abîme et le souffle de

537ἀβúσσou, Kαì πυεũµα θεoũ ἐπεθέρετo ἐπάvω τoũ ὒδατos.

538a-buss-ou kai pneuma-ø the-ou ep-e-pher-eto epanō t-ou hudat-os

539pas-fond-Gén et souffle-No dieu-Gén sur-Impf-porter-P3 au-dessus le-Gén eau-Gén

540Dieu était porté au-dessus de l’eau.

5413. Kαì εĩπεv ὁ θεòs Гευηθήτω φῶs. Kαì ἐγέvετo φῶs.

542kai eip-en h-o the-os genē-thē-tō phō-s kai e-gen-eto phō-s

543et dire(Aor)P3 ! e-No dieu-No devenir-Aor-Impér(P3) lumière-No et devenir(Aor)-P3 iumière-No

544Et Dieu (litt. : le dieu) dit : “Qu’il y ait de la lumière ». Et il y eut de la lumière”.

5454. Kαì εĩδεv ὁ θεòs τò φῶs ὃτι καλóv. καì διεxώρισεv ὁ θεòs

546kai eid-en h-o the-os t-o phô-s hoti kal-on kai di-e-khôri-s-en h-o the-os

547et voir(Aor)-P3 le-No dieu-No le-Ac lumière-Ac que beau-No et entre-séparer-Aor-P3 le-No dieu-No

548Et Dieu vit que la lumière était bonne (litt. : la lumière qu’elle <était> bonne). Et Dieu fit

549ἀυα µέσov τou Φωτòs καì ἀvα µέσov τoũ σκóτous.

550ana mes-on t-ou phôt-os kai ana mes-on t-ou skot-ous

551sur milieu-Ac le-Gén lumière-Gén et sur miiieu-Ac le-Gén obscurité-Gén

552une séparation entre la lumière et l’obscurité.

5535. καì ἐκάλεσεv ó θεòs τò Φῶs pµέραv Kαì τò okóτos ἐKάλεσεv

554kai ekale-s-en h-o the-os t-o phō-s hēmer-an kai t-o skot-os ekale-s-en

555et appeler-Aor-P3 le-No dieu-No le-Ac lumière-Ac jour-Ac et le-Ac obscurité-Ac appeler-Aor-P3

556“Et Dieu (litt. : le dieu) appela la lumière « jour » et l’obscurité, il l’appela « nuit ».

557υúκτα. Kαì ἐγέυετo ἐσπέρα καì ἐyέvετo πρωí, ἠµέρα µíα.

558nukt-a kai e-gen-eto hesper-a kai e-gen-eto prôi ëmer-a mi-a

559nuit-Ac et Aug-devenir(Aor)-P3 soir-No et Aug-devenir(Aor)-P3 matin jour-No un-No

560Et il y eut un soir et il y eut un matin, un jour.

5616. Kαì єĩπєv ὁ θєós, Гєvηθήτω στєρέwµα ἐv µέσω τoũ ὕδατos

562kai eip-en h-o the-os genē-thē-tō stereōma-ø en mes-ō t-ou hudat-os

563et dire(Aor)-P3 le-No dieu-No devenir-Aor-P3(lmpér) firmament-No dans milieu-Dat le-Gén eau-Gén

564Et Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu de l’eau et qu’il soit une séparation entre eau

565Kαì ἒστω διαχωρíζov ἀvά µέσov ὓδατos Kαì ὓδατos. Kαì

566kai es-tō dia-chôriz-on-ø ana mes-on hudat-os kai hudat-os kai

567et être-P3(Impér) entre-séparer-Part-No sur milieu-Acc eau-Gén et eau-Gén et

568ἐγέvєτo

569e-gen-eto

570Aug-devenir(Aor)-P3

571et eau ». Et il en fut ainsi”. (Harl, Marguerite, 1986, La Bible d’Alexandrie, La Genèse,

572oὓtωs.

573houtōs ainsi

574Paris, Cerf, 85-88).

Introduction

575Alors qu’en littérature ou en grammaire on a l’habitude de considérer que l’unité linguistique minimale est le mot, les linguistes estiment que l’unité minimale de l’analyse linguistique, et notamment de la description syntaxique, est le morphème. Ils entendent par là un signe linguistique minimal, c’est-à-dire la plus petite unité qui ait à la fois un signifiant et un signifié, pour reprendre la terminologie même du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, ou, pour utiliser des termes moins techniques, l’unité minimale qui conjoint une expression formelle et un contenu.

576En définissant le signe linguistique, Saussure a tout de suite observé que la relation entre le signifié et le signifiant du signe linguistique était immotivée. C’est ce qu’il a appelé le principe de “l’arbitraire du signe”. Cela veut dire que le signifiant n’est nullement la traduction phonique du signifié, tout comme le signifié n’est pas la traduction sémantique ou conceptuelle du signifiant. De fait, on s’aperçoit que le signifié “voir” ou “percevoir par la vue”, n’a aucune raison intrinsèque d’être associé avec la suite de trois phonèmes formée par la consonne [v], la diphtongue [wa] et la consonne [r] de son signifiant en français, sinon il serait impossible de comprendre pourquoi ce même signifié est associé en allemand avec le signifiant sehen, ou en grec avec le signifant ὀρᾶv, lesquels n’ont, comme on s’en rend aisément compte, manifestement rien à voir avec le signifiant du morphème lexical français. Et c’est ce principe qui expliquera toutes les anomalies morphologiques que le descripteur pourra rencontrer quand il fera l’analyse morphématique d’une langue, et notamment l’absence d’isomorphie entre les signifiants et les signifiés que l’on observe par exemple dans les morphèmes à signifiant discontinu, où un seul élément de signifié correspond à deux segments non contigus de signifiant, ou dans les amalgames, où deux unités de signifié sont représentées par un seul segment formel, etc.

577Pour identifier les morphèmes d’une langue comme le grec, on utilise, dans la mesure du possible, la procédure de la commutation, c’est-à-dire que dans un énoncé, de préférence court, on remplace un segment phonique par un autre segment, et on voit quel changement partiel ce remplacement entraîne au niveau de la signification. Il est alors assez logique de supposer que le nouveau segment est le support du nouvel élément de signification qui apparaît dans l’énoncé, et par conséquent que le segment formel qui a ainsi été remplacé devait être le signifiant associable à l’élément de signification qui a disparu. Et si le signe linguistique ainsi identifié provisoirement est minimal, c’est-à-dire n’est pas décomposable en signes linguistiques plus petits, il peut être considéré comme un morphème de la langue à décrire.

1. Quelques cas faciles

578Essayons d’appliquer cette procédure à une phrase grecque assez simple comme le premier verset du livre de la Genèse dans la Septante. Et commençons par identifier les lexèmes, c’est-à-dire les morphèmes qu’on peut qualifier de lexicaux, et plus particulièrement les lexèmes nominaux.

579Si, dans ce premier verset, on remplace le mot ἀρxñ par le mot τελεuτñ ou δεíλη, c’est-à-dire en réalité le segment ἀρx par le segment τελεuτ ou δεíλ, la phrase ne signifie plus “Au commencement Dieu créa...”, mais “A la fin Dieu créa” ou “En après-midi Dieu créa...”. Il en découle que le segment ἀρx- doit sûrement être le support de la signification de “commencement”, le segment tελεut- de celle de “fin” et le segment δεíλ- de celle de “après-midi”. Et si ces signes linguistiques ne sont pas décomposables en signes linguistiques plus petits, ils peuvent être considérés comme des morphèmes de la langue grecque.

580ὲν ἀρχ ῆ ἐποίησεν ό θε òs

581Τòλευτ “fin” κúρι οs “maître”

582δείλ η “après-midi”ἅνθρωπ “homme”

583τòν οὐραν òν καì τὴν γ ῆν “vie”

584βί ον “vie” ζω ήν “lune”

585ἄνεμ “vent”σελήν ην

586ἥλι “soleil”

587De la même façon, la commutation de θεòs avec κúριos “maître” ou ἂθρωπos “homme” invite à voir dans le segment θε- le signifiant d’un lexème de signifié “dieu”. Et la commutation de oùpavôv avec βίov “vie” ou ἂvεµov “vent”, et celle de γñv avec ζωήv “vie” ou σελήvηv “lune” conduisent à postuler les morphèmes lexicaux oùpαv- “ciel” et y- “terre”.

2. Cas, genre et nombre

588Si l’identification des quatre lexèmes nominaux du premier verset de la Genèse ne pose guère de problèmes, l’analyse des propriétés grammaticales de cas, genre et nombre que les grammaires reconnaissent traditionnellement à ces quatre noms est un peu plus délicate.

a. L’accusatif

589Dans τòν oὐραυòν, il y a deux segments d’accusatif. Mais ces deux segments ne sont pas indépendants l’un de l’autre. Si on fait commuter l’un, il faut obligatoirement changer l’autre. On ne pourrait pas avoir quelque chose comme : *τoùs oùpαυòν. Il faudrait dire : tous oùpαvoùs, ce qui signifie que -òν... -òν, tout comme -oùs... -oùs, constituent à eux deux une seule unité fonctionnelle. Et si ces deux segments ont un rôle significatif, ils ne peuvent donc que représenter un seul morphème, qu’on caractériserait morphologiquement en disant que c’est un morphème à signifiant discontinu. Il s’agirait donc de la manifestation de l’arbitraire du signe linguistique en vertu de laquelle à un seul signifié correspondraient deux morceaux non contigus de signifiant.

590Il n’est ordinairement pas possible de mettre en évidence l’existence d’un morphème fonctionnel en le faisant commuter avec quelque chose qui pourrait être un autre morphème. Car le constituant sur lequel porte ledit morphème fonctionnel ne changerait pas de fonction syntaxique et resterait toujours un complément de verbe, comme dans le cas de ἐπoίησευ ὁ θeòs τòυv oὺpaυòν. Dans cette phrase, le syntagme nominal t- oupαv- ne pouvant être que complément du verbe ἐπoίησεν, il est impossible de mettre un autre morphème que celui qui indique cette fonction de complément de verbe, et par conséquent de faire commuter l’accusatif -òν... -òν avec quelque autre morphème fonctionnel que ce soit. Mais si l’on remplaçait l’accusatif de tòv oùpavòv par un génitif, il faudrait ajouter quelque chose pour justifier ce génitif, et dire par exemple

ἐπoίησεν ὁ θεòs τoũ oὐρανoũ τὰ ὑψηλὰ “Dieu fit les hauteurs du ciel”.

591Ce ne serait pas une paire minimale, puisque, en plus du remplacement des accusatifs par des génitifs, on aurait ajouté l’article et le nom τὰ ὑψηλὰ, qui, eux, sont à l’accusatif comme l’était τòν oὐρανòν. Mais en changeant de cas le SN τòν oὐρανòν, on aurait changé sa fonction de complément du verbe : il serait devenu complément d’un nom, lui-même complément de verbe. On peut donc légitimement admettre, grâce à cette opposition, que les deux segments d’accusatif -òν... -òν sont le signifiant discontinu d’un morphème fonctionnel de complément d’objet - il serait préférable de dire morphème fonctionnel de complément de verbe, pour avoir une appellation exclusivement syntaxique.

592En réalité, le morphème de complément de verbe n’a pas comme signifiant seulement -òν.... òν, mais les quatre segments d’accusatif -òν... -òν... -ὴν... -ῆν. Car, si on définit les fonctions syntaxiques en termes structuraux, on ne peut pas dire que les deux SN coordonnés de τòν oὐρανòν καì τῆν γῆv représentent deux compléments de verbe. On doit plutôt admettre que c’est toute la construction avec coordination qui est le complément de verbe de ἐπoíηoεν, et qui est donc affectée par le morphème de complément de verbe, chacun des morphèmes de cette construction recevant un segment du signifiant discontinu de ce morphème fonctionnel.

b. Genre

593Les désinences d’accusatif qui représentent le signifiant discontinu du morphème fonctionnel de complément de verbe ne sont pas, d’après la grammaire traditionnelle, de simples accusatifs, mais des accusatifs singuliers soit au masculin soit au féminin. Faut-il considérer que ces catégories de masculin et de féminin sont des morphèmes grammaticaux, c’est-à-dire qu’elles correspondent à un signifié particulier ? Pas du tout, puisque le genre masculin de τòv oὐpανòν par exemple n’est nullement choisi en tant que tel par le locuteur par opposition à un autre genre éventuel. Il n’est pas possible en effet de faire commuter le masculin de τòv oὐpανòν avec un féminin ou un neutre,

*τὴν oὐρανòν, *τò oὐρανòν

594étant également inacceptables. Le genre masculin est imposé au locuteur une fois qu’il a fait le choix du lexème /oὐραν/. On ne peut donc pas dire que -òv commute avec -ὴν. Ces deux segments alternent simplement en fonction des contextes dans lesquels ils se trouvent. Le genre grammatical n’est donc pas une unité significative, mais seulement une caractéristique morphologique qui est une propriété formelle des noms. Dire qu’un nom est masculin, cela n’implique pas qu’il y a dans sa signification quelque chose comme un trait sémique “mâle” ; cela veut simplement dire qu’il n’est combinable qu’avec certaines classes d’allomorphes de désinences casuelles. Le locuteur apprend le genre grammatical d’un lexème en même temps qu’il apprend ce lexème. Mais il n’est pas toujours possible de connaître ce genre à partir du seul segment casuel avec lequel il se combine. S’il est certain en effet que tous les lexèmes qui mettent en œuvre la variante -ὴv d’accusatif singulier sont comme le mot γñv des lexèmes féminins, il n’est pas nécessaire qu’un lexème mettant en œuvre la variante -òv d’accusatif soit un lexème masculin. Car dans le contexte de :

ἐπoίησεv ὁ θεòs τὴv....

595on pourrait, à la place de γñv, avoir :

xέρσ-ov “terre ferme, continent”, ὁδ-óv “route”

596qui présentent le segment casuel -òv, mais n’en sont pas moins des lexèmes morphologiquement féminins, comme le montre la variante de leur article.

597Si le genre grammatical n’est qu’une marque morphologique, il lui arrive cependant d’être le signifiant d’un morphème de sexe, lorqu’il s’oppose significativement au féminin, comme dans :

ὁ θε-ós “le dieu” ~ ἡ θε-ós “la déesse” ou ἡ θε ά
ὁ ἀδελφ-ós “le frère” ~ ἡ ἀδƐλφ-ή “la sœur” ;

598ou plus exactement, il arrive alors au seul genre féminin d’être le signifiant d’un morphème de sexe “femelle” ; car le masculin ne correspond en fait qu’à l’absence du morphème de sexe “femelle”. En effet, si en grec ἡ ὂνos désigne, comme en français ânesse, une femelle, cette femelle n’en appartient pas moins à l’espèce ἡ ὂvos, c’est-à-dire n’en est pas moins un âne au sens dit générique du terme. Or la possibilité de ce sens générique ne se comprend que si l’on admet que le masculin est le terme non marqué d’une opposition de sexe, c’est-à-dire qu’il correspond simplement à l’absence de tout morphème de sexe. C’est seulement lorsqu’on oppose expressément le terme morphématiquement non marqué au terme morphématiquement marqué, qu’il prend contextuellement la signification d’“âne mâle”. Mais par lui-même, c’est-à-dire en dehors de toute opposition contextuelle, il ne signifie nullement le sexe, mais seulement la notion d’“âne”.

c. Singulier

599Il est certain que si, dans :

ἐπoίησεν... τòν oὑpανòν καì τὴv γñν

600on remplace le singulier par le pluriel :

ἐπoίησεν... τoὐs oὐpανoὐs καì τάs γᾶs “il fit les cieux et les terres”

601on s’aperçoit que la signification change et que les segments discontinus -oùs... -oùs... -as... -as représentent deux morphèmes différents, à savoir le morphème fonctionnel de complément de verbe et le morphème de pluralité. Et comme on ne peut pas isoler dans cette marque formelle ce qui est le support de la valeur de complément de verbe et ce qui est le support de la valeur de pluralité, on parle alors d’un amalgame, c’est-à-dire d’un segment formel ou d’une suite de segments formels qui est globalement le signifiant de deux morphèmes différents.

602Faut-il dire, dans ces conditions, qu’un ou plusieurs segments d’accusatif dit singulier doivent être considérés non plus simplement comme le signifiant d’un morphème fonctionnel de complément de verbe, mais comme des amalgames de ce même morphème de complément de verbe et d’un morphème de singularité ou d’unicité ? Bien sûr, si la catégorie traditionnelle de singulier correspond à un signifié particulier. A première vue, on a facilement l’impression que le singulier signifie l’unicité ; mais si l’on y regarde de près, on s’aperçoit vite que c’est loin d’être aussi certain. D’abord ce n’est vrai que pour les objets qu’on peut compter ou dénombrer, comme le remarque justement Jean Humbert (19542, 18-20). Mais même lorsqu’un lexème correspond à des objets dénombrables, il peut, au singulier, prendre une valeur dite générique, c’est-à-dire désigner tous les individus de la classe, et donc ne plus correspondre du tout à un seul élément. En outre dans le cas particulier des lexèmes qui désignent des objets uniques, et notamment dans le cas du mot “ciel”, il n’y a pas véritablement de différence de désignation entre le singulier et le pluriel, si le pluriel dit ou suggère quelque chose de plus que le singulier. En ce qui concerne le mot grec γñ, il n’est même pas bien attesté au pluriel.

603On a donc tout intérêt à considérer que le prétendu singulier n’est pas associable à un signifié particulier, qu’il est le terme non marqué des oppositions de nombre, et donc qu’il correspond à une absence de tout morphème de nombre, c’est-à-dire, en grec à l’absence du morphème de pluralité ou du morphème de dualité. Ce n’est donc pas, comme ont parfois été tentés de le dire les linguistes, un morphème à signifiant zéro ; c’est seulement une absence de morphème.

3. Verbe

604Passons maintenant à l’analyse de la forme verbale.

a. Le lexème verbal

605Comment interpréter les commutations suivantes, où tous les verbes sont au temps dit aoriste :

’Eν ἀρχῆ ἐπoίησεν ὁ θεòs τòν oὐραvòν

  1. ἐΦίλησεν “aima”

  2. ἒβλεΨεν “regarda”

  3. ἐδήλωσεν “montra”

606La première commutation invite à postuler un lexème /πoί/, la deuxième et la troisième commutation un lexème /πoίη/. Tout le problème est alors de savoir si la voyelle /η/ fait partie du signifiant du lexème verbal ou du signifiant du morphème temporel d’aoriste qui suit ce lexème. Pour essayer de trancher, faisons commuter le temps. Si l’on remplace l’aoriste par un futur, un présent, un imparfait ou un parfait, cela donne :

’Ev ἀρxῆ ἐπoίησεν ό θεòs τòν oὐραvòν

  1. πoίησει “fera”

  2. πoεῖ “fait”

  3. ἐπoíει “faisait”

  4. πεπoίηκε “a fait”

607On en conclut qu’il doit falloir postuler un signifiant /πoί/ au moins pour le présent et l’imparfait, mais qu’on devrait envisager un allomorphe /πoίη/ pour les autres temps. Il semble en effet plus simple de postuler une seule variante du lexème, plutôt que trois variantes de morphème de temps avec initiale vocalique en /η/ pour “faire”, et trois autres variantes de morphème de temps avec initiale vocalique en /ω/ pour “montrer”. Et au lieu de définir la distribution de ces allomorphes du lexème à partir des temps verbaux, à savoir /πoί/ ou /δήλ/ au présent et à l’imparfait, et /πoίη/ ou /δήλw/ à l’aoriste, au futur, et au parfait, il serait plus simple de dire que /πoίη/ et /δήλω/ apparaissent devant consonne, et /πoί/ et /δήλ/ devant voyelle. Une telle description aurait alors l’intérêt de différencier dans leur signifiant même les verbes traditionnellement dits contractes des verbes dits réguliers. Les verbes dits contractes comme πoιƐῖν “faire”, δηλoũν “montrer”, ou encore τιµᾶv “honorer”, auraient ainsi la particularité de présenter une variante qui ajoute à leur signifiant une voyelle longue finale, d’où πoιή-, τιµή-, ou δηλώ -, alors que les verbes réguliers comme λúω “je délie” ou βλέπω “je regarde” n’auraient pas cette variante avec voyelle supplémentaire, faisant respectivement au futur λúσω et βλέψω (c’est-à-dire /blep-s-o : /), et à l’aoriste ἒβλuσα et ἒβλƐψα, avec par conséquent le même signifiant qu’au présent.

608Une telle description des verbes dits contractes peut en suggérer une autre plus proche de la grammaire traditionnelle. Au lieu de dire que les verbes contractes présentent un radical avec voyelle finale longue et un autre sans cette voyelle, ne pourrait-on pas plutôt se conformer à la présentation, d’inspiration historique, des grammaires scolaires, pour lesquelles le radical des verbes contractes se termine toujours par une voyelle, qui est longue au futur, à l’aoriste et au parfait, mais brève au présent et à l’imparfait. Et lorsque cette voyelle finale est suivie d’une désinence à initiale vocalique, c’est-à-dire au présent et à l’imparfait, il se produit une contraction, d’où l’appellation de verbes contractes. La grammaire de Allard et Feuillâtre (1944, 49), comme du reste le manuel d’initiation de Jean-Victor Vernhes (1989, 32), présente en effet de la façon suivante la conjugaison au présent de πoιεῖν, δηλoῦν “montrer” et τιµᾶν « honorer » :

[πoιε-ω] πoιῶ [πoιε-oµεν] πoιoũµεν

[πoιε-ειs] πoιεῖs [πoιε-ετε] πoιεῖtε

[πoιε-ει] πoιεῖ [πoιε-ouσι] πoιoũσι

[δηλo-ω] δnλῶ [δηλo-oµεv] δηiλoũµεν

[δηλo-ειs] δηλoῖs [δηλo-ετε] δηλoũτε

[δηλo-ει] δηλoῖ [δηλo-ouσι] δηλouσι

[τιµα-ω] τιµῶ [τιµα-oµεν] τιµῶµεν

[τιµα-ειs] τιµᾶs [τµα-ετε] τµᾶτε

[τιµα-ει] τιµᾶ [τιµα-oνσι] τιµῶσι

609ce qui veut dire que les formes attiques πoιῶ et πoιεῖs sont issues, par contraction, de formes plus anciennes πoιέῶ et et πoιέειs, ou les formes δnλῶ et δηλoῖs de formes plus anciennes δηλóω et δηλóειs, etc.

610Est-il possible de calquer la description synchronique du grec attique classique sur cette présentation historique, et de postuler que les verbes dits contractes ont deux allomorphes à finale vocalique, à savoir πoιέ- /πoιή-, τίµα- / τιµή-, ou δήλo-, δηλώ-, plutôt qu’un allomorphe court et un allomorphe long πoί- / πoιή-, Tίµ- / tιµή-, ou δήλ-, / δηλώ’- ? Cela supposerait l’existence de règles phonologiques de variation correspondant aux règles historiques de contraction. Mais il faut reconnaître qu’on ne voit vraiment pas comment les locuteurs pouvaient, en synchronie, découvrir, à partir de la seule différence d’accentuation, que les sons [εῖ] et [oῖ] de πoιεî et δηλoῖ n’étaient que la réalisation phonétique des suites de phonèmes /έει/ et /óει respectivement, et que [oũ] était la réalisation phonétique tantôt de la suite /έoυ/ (cf. πoιoυσι) tantôt de la suite /óoυ/ (cf. δηλoυσι). Il semble donc préférable de considérer que ces règles dites de contraction correspondaient, au niveau synchronique, non à des variations phonologiques de l’attique, mais à des équivalences dialectales dans un diasystème, où, par exemple, le phonème /εῖ/ de l’attique équivalait au groupe de phonèmes /έει/ de l’ionien, et le phonème /oυ/ de l’attique au groupe de phonèmes /έo/ de l’ionien, etc., l’ionien présentant en effet les formes non contractes d’où sont issues les formes contractées de l’attique.

b. L’aoriste έπoίησƐν

611Si l’on compare cette forme de 3e personne du singulier d’aoriste actif avec δι-ε-xώρισεν “sépara” du verset 7 et ἐκάελσεν “appela” des versets 8 et 10, et si l’on admet que la prétendue voix active correspond en réalité à une absence de tout morphème de voix, on est conduit à postuler que /σ/ est le signifiant du morphème d’aoriste, et /ε/ une variante d’un éventuel morphème de 3e personne dans le contexte de l’aoriste. A vrai dire, c’est seulement /ε/ qui est cette variante de 3e personne, le segment / εv/ n’étant lui-même qu’une variation phonologique pour empêcher l’hiatus. Un /v/ de liaison, que les grammaires appellent éphelcistique, s’ajoute en effet aux désinences verbales qui se terminent par une voyelle brève, lorsque cette dernière doit se trouver devant une autre voyelle.

612Quant au segment /σ/, il n’apparaît en fait que devant voyelle, alternant avec /σα/ devant consonne ou fin de mot, ainsi que le montre toute la conjugaison de l’aoriste :

ἐ- πoίη-σα, ἐ- πoίη-σα-s “tu fis”, ἐ- πoίη-σƐ(v) “il fit”, ἐ- πoίη-σα-µεv “nous fîmes”,ἐ- πoίη-σα-τε “vous fîtes”,ἐ- πoίη-σα-v “ils firent”.

613Et plus précisément, à l’indicatif, c’est-à-dire en l’absence de tout morphème de mode, ce n’est pas /σ/ ou /’α/, mais les formes discontinues /ε...σ/ ou /ε...σα/ qui sont le signifiant du morphème d’aoriste, ainsi que le montrent des paires comme :

ἐ- πoίη-σ- ε ~ πoίη-σα- τω “qu’il fasse”

614ou

ἐ- πoίη-σ- ε ~ πoίη-σ- ε ι “il fera”.

615Les grammaires appellent augment la voyelle è- qui précède ainsi les radicaux verbaux d’aoriste, ou d’imparfait et de plus-que-parfait.

616Il faudrait essayer de préciser le signifié de ce morphème d’aoriste. Si on postule un signifié de “factuel”, et si on admet le principe général que le signifié d’un morphème verbal ou d’un morphème relationnel peut être appliqué à trois domaines différents que l’on pourra, à la suite de Gustave Guillaume et de Bernard Pottier, appeler le domaine spatial, le domaine temporel et le domaine notionnel, ce dernier se définissant négativement par rapport aux deux autres comme le domaine ni spatial ni temporel, on pourra dire que, lorsque le signifié “factuel” est appliqué au domaine notionnel, il signifie simplement que le procès verbal est un fait en soi, une observation disons objective, que seul le contexte peut éventuellement situer dans le temps. Mais lorsqu’il est appliqué au domaine temporel, il prend alors le sens de “fait passé” ; car seules les données temporelles passées peuvent être vraiment appréhendées comme des faits. L’aoriste a alors une valeur identique à celle du passé simple français. Mais la différence entre l’aoriste et le passé simple vient de ce que le passé simple a, lui, comme signifié “passé factuel”, et non pas seulement “factuel”.

c. L’accord du verbe

617La grammaire traditionnelle reconnaît dans le - ε(v) final de la forme verbale d’aoriste une désinence de 3e personne dite du singulier. Si le singulier est en réalité une absence de morphème de nombre, faut-il dire que cette désinence est au moins le signifiant d’un morphème de 3e personne ?

618Deux raisons principales s’y opposent. D’abord on ne voit pas bien quel signifié précis on pourrait attribuer à cette catégorie traditionnelle dans le contexte où elle se trouve ici. Et ensuite -et surtout- il est impossible de faire commuter, dans le contexte où elle se trouve, cette prétendue 3e personne avec une autre personne,

*ἐπoίησα ὁ θεòs τòν oὐρανòν et *ἐπoίησαµεν ὁ θεòs τòν oὐρανòν

619étant également inacceptables en grec. Le segment final -ε(ν) est donc imposé au locuteur, une fois qu’il a choisi un sujet comme ó θεòs, c’est-à-dire un sujet sans morphème de pluralité. Si au lieu de ce sujet il avait dit quelque chose comme oí θεoì, c’est-à-dire “les dieux”, il n’aurait pas pu dire :

*ἐπoίησεν oἱ θεoì τòν oὐρανòν

620mais aurait été obligé de dire cette fois :

ἐπoίησαv oí θεoì τòν oὐρανòν.

621C’est ce que l’on appelle l’accord en nombre du verbe avec son sujet. Cela veut dire que dans le contexte d’un SN sujet le lexème verbal ou toute l’expression verbale présente une variante qui lui ajoute obligatoirement un segment dit de personne du pluriel, si le sujet contient le morphème de pluralité, ou un segment formel dit de personne du singulier, en l’absence de ce morphème de pluralité.

622Mais pourquoi la grammaire traditionnelle appelle désinences de personne ces segments de variation du lexème ou de la locution verbale ? Tout simplement parce qu’en l’absence de tout SN sujet, ces segments finaux sont le signifiant de morphèmes à valeur anaphorique ou cataphorique que l’on peut appeler la 3e ou la 6e personne. Ainsi dans une phrase comme :

ἐπoίησε τòv oὐρανòν « il fit le ciel »

623le segment formel -ε(ν) serait effectivement le support d’une valeur comme “il”, qui désignerait soit un individu ou un objet mentionné dans le contexte soit un individu ou un objet de la situation énonciative. C’est parce que le grec donne la même forme ἐπoίησε à deux réalités fonctionnelles différentes que les grammaires grecques se sont cru autorisées à leur donner la même appellation. Mais une langue comme le français, où le segment [fi] de :

Dieu fit le ciel

624n’est pas du tout identique à la suite [il fi] de :

Il fit le ciel

625montre par comparaison combien il peut être dangereux de se fier à la seule morphologie, sans tenir compte en même temps du fonctionnement des formes, pour identifier et dénommer ces dernières.

4. Les autres constituants du premier verset

La construction ἐν ἀρxῆ

626Le datif du nom ne peut commuter qu’avec le segment -αῖs, qui est lui aussi un datif, mais combiné avec le morphème de pluralité. Il en découle que le datif ne peut pas commuter dans le contexte de ce qu’on appelle la préposition ἐν. Si on fait commuter le lexème avec /θερ/ qui signifie “été”, on obtient :

ἐν θἐρει“en été”

627où le segment -ῆ semble avoir disparu, mais a été remplacé par la variante de datif d’une autre déclinaison. Et si maintenant on fait commuter le segment initial ἑv avec par exemple πρós, on est obligé de remplacer en même temps le datif par un accusatif et de dire :

πρòs (τὴν) ἀρχὴν « vers le commencement », πρòs (Tὴv) δείληv “vers l’après-midi”.

628On voit ainsi que les deux segments non contigus /ἐv/ et Dat. ou /πρòs/ et Acc. constituent le signifiant discontinu d’un morphème unique qui signifie respectivement “dans” et “vers”.

b. Les autres morphèmes

629On peut mettre en évidence l’article dit défini de ὁ θεòs en le faisant commuter avec zéro, ou avec l’indéfini τιs :

ὁ θεòs ~ θεòs ou ὁ θεòs ~ θεòs τιs

630ce qui dans les deux cas donnera une signification indéfinie du type de “un dieu”. Quant à la conjonction καì, elle pourrait commuter avec ἢ, ce qui entraînerait une coordination en “ou” à la place de “et”.

5. Quelques problèmes des versets 6 à 10

a. Les aoristes dits seconds

631A côté des aoristes dits sigmatiques comme ἐπoίησεν, les grammaires relèvent des aoristes qu’elles qualifient de seconds. Le texte en a deux exemples : εἶπεν “dit” (verset 6 et 9) et εἶδεν “vit” (verset 8). Ces aoristes seconds présentent les même marques morphologiques que l’imparfait, ainsi qu’on peut le constater en comparant avec l’imparfait ἒ-λu-ε (ν) “il déliait” en face de l’aoriste ἒ-λu-σ-ε(ν) “il délia”. Mais ce qui permet de les distinguer des imparfaits, c’est que le verbe ne présente pas alors le même radical. On a ainsi les aoristes εἶπε (ν) et εἶδε(v) en face des imparfaits λεy-ε (ν) “il disait” et ἐ-ώρ-α “il voyait”. Peut-on dire que cette variation du radical correspond à un amalgame du lexème verbal et du morphème d’aoriste ?

632Comme la désinence -ε(ν) de l’aoriste sans sujet ne correspond qu’à la personne, il est probable qu’il en est de même à l’imparfait, ce qui veut dire que les désinences dites secondaires de l’imparfait, à savoir :

-ov, - εs, - ε(ν), -oµεν, - ετε, -oν, -έτην

633ne doivent être que des variantes des désinences personnelles dites primaires, à savoir :

-ω, ειs, -ει, -oµεv, -ετε, -quoi, ετoν.

634Si les désinences secondaires ne signifient pas par elles-mêmes le temps “non actuel”, il n’est pas choquant de les voir apparaître ailleurs qu’à ce temps, et notamment à l’aoriste. Mais cela veut dire d’une part que l’augment est le signifiant du morphème temporel de “non actuel” qui caractérise l’imparfait, d’autre part que c’est le radical des aoristes dits seconds qui les spécifient comme des aoristes, et donc que ce radical est en fait un amalgame du lexème verbal et du morphème d’aoriste. A cet amalgame s’ajoute, bien sûr, l’augment qui entre dans la constitution de la variante du morphème d’aoriste lorsque celui-ci ne se combine pas avec un morphème de mode.

b. Le tour els et l’accusatif

635On trouve εἰs oυναγωγὴν “dans un rassemblement” et εἰs τὰs oυναγωγὰs “dans leurs rassemblements” au verset 9. Il est certain, dans la mesure où l’accusatif ne peut pas commuter dans le contexte de la préposition els, que l’on a affaire à un morphème à signifiant discontinu. Mais s’agit-il d’un autre morphème que le morphème /ὲν... Dat./ ? Et si oui, quelle différence de sens y a-t-il entre eux deux ?

636A vrai dire, si l’on regarde bien le fonctionnement de ces deux tours, on constate que ces deux éventuels morphèmes ne peuvent pas commuter, /els... Acc./ n’apparaissant que dans le contexte des verbes signifiant un changement de lieu (cf. Touratier, 1979, 58-63 et 63-64). Il s’agit donc de deux variantes d’un même morphème relationnel dont le signifié est de situer à l’intérieur d’un repère à limite double.

c. Les morphèmes de γενηθήτω “qu’il devienne” :

637Le texte présente plusieurs formes verbales également à la 3e personne de l’impératif : ? ἔστω “qu’il soit” (vers. 6), συναχθήτω “qu’il soit rassemblé” (vers. 9), Ỏфθήτω “qu’il soit vu” (vers. 9). Des paires minimales comme :

γενηθήτω γενήθητι “deviens” γενηθήτω γενήθητε “devenez”

638pourraient inciter à découper la désinence -τω en -τ-ω>, et à voir dans - τ - le signifiant du morphème de “volonté”, et dans -u celui du morphème de 3e personne. Mais comme - τε de γενήθητε “devenez” est un signifiant du morphème 4e personne que l’on retrouve ailleurs (cf. ποιεĩτε “vous faites”, τιμᾶτε “vous honorez” δηλοũτε “vous montrez”, ἐ -ποιή|- σα - τε “vous fîtes”), il est préférable de considérer -toj comme insegmentable, et par conséquent comme un amalgame du morphème de 3e personne et du morphème d’impératif.

639Par ailleurs les deux impératifs passifs συναχθήτω et ỏφθήτω contiennent un même segment -θή|-, qui peut être considéré comme le signifiant amalgamé du morphème de passif et du morphème d’aoriste. Des paires minimales à l’aoriste comme :

λυθήτω “qu’il soit délié” ~ λυσάτω “qu’il ait délié” ~ λυετω “qu’il délie”, λuθητε “soyez délié” ~ λύετε “ayez délié” ~ λύετε “déliez”

640confirmeraient cette analyse, puisque les désinences personnelles -τω et -τε, qui apparaissent aussi bien au passif qu’à l’actif, ne sauraient être le signifiant aussi du passif. Et l’on retrouve ce -θή- d’aoriste passif dans l’indicatif aoriste ὤφθη, “il fut vu” (vers. 9), lequel forme avec ỏφ-θή-τω une opposition confirmant que la désinence - τω est bien le support de la valeur d’impératif, si l’on reconnaît dans la longueur de la voyelle initiale de ὤφθη une variante de l’augment vocalique qui apparaît normalement à l’indicatif aoriste, imparfait ou plus-que-parfait.

641Cependant l’impératif aoriste γενη-θή-τω a la particularité de présenter ce même segment - θή- sans pour autant avoir un sens passif. Les grammaires grecques donnent le nom de voix moyenne aux verbes qui ont une forme passive, et un sens non pas passif, mais en quelque sorte réfléchi. Or le verbe γίγνομαι, dont γενηθήτω est une forme d’aoriste, n’a même pas une des significations réfléchies de la voix moyenne, puisqu’à la différence des moyens ordinaires, il ne s’oppose ni à un actif, ni à un passif. Ceci veut dire que, dans ce cas, le segment θή- n’est nullement un amalgame du morphème de passif et du morphème d’aoriste, mais seulement le signifiant du morphème d’aoriste.

642Reste à préciser le signifiant du lexème verbal lui-même. Une paire comme :

γενηθήτω όφθήτω

643invite à postuler un radical γενη-, que l’on retrouve par exemple dans le futur γενή-σ-ομαι-onai “je deviendrai”. Mais il faut ajouter à ce radical un segment morphologique de passif pour obtenir le signifiant du lexème verbal, ce qui explique que, pour ce verbe, le morphème d’aoriste n’ait pas le signifiant attendu - σα -, mais une variante - θή-, homonyme de l’amalgame du morphème d’aoriste et du morphème de passif, et que le futur présente la forme γενή-σ-ομαι et non pas *γενή-σ-ω, avec une variante de première personne - ομαι, homonyme de l’amalgame du morphème de première personne et du morphème de passif. A côté de ce signifiant complexe / γενη+Passif/, le lexème verbal connaît, au présent, une variante /γι-γν+Passif/ (d’où γίγνομαι “je deviens”), et, à l’aoriste, une variante /γεν+Passif/, qui est plus classique que la variante / γενη +Passif/, et qui représente en fait un amalgame du lexème verbal et du morphème d’aoriste, puisque l’aoriste ὲ-γεν-όμην “je devins” est un aoriste dit second, c’est-à-dire un aoriste qui a une forme d’imparfait. Notre texte biblique utilise d’ailleurs la personne 3 de cet aoriste second, à savoir ὲ-γέν- ετο, aux versets 6, 8 et 9. Ce lexème verbal, décidément très irrégulier, présente, au parfait, une autre variante, qui a la particularité de ne pas entraîner la présence du segment morphologique de passif, à savoir /γον/, d’où le parfait dit second (c’est-à-dire marqué uniquement par le redoublement et non par le signifiant discontinu formé par le redoublement et le segment –κ) γέ-γον-α “je suis devenu”.

644Cette forme de parfait γέγονα invite à revenir sur le découpage de l’aoriste, dans la mesure où ce parfait a tout l’air de présenter des variantes de désinences personnelles -a pour la 1e personne, -αs pour la 2e, -ε pour la 3e, -αμεν pour la 4e, etc. qu’il est tentant de retrouver à l’indicatif aoriste. Ceci donnerait un découpage ἔ-λυ-σ-αs au lieu de ἔ-λυ-σα-s, avec dans ces conditions, pour le morphème d’aoriste, un signifiant invariant /σ/ au lieu de l’alternance /σα/ devant consonne et /σ/ devant voyelle.

6. En conclusion

645On peut dire que la grammaire grecque a tout intérêt à profiter du renouvellement et de la rigueur que peut apporter la linguistique moderne. Et l’essai de description qui précède semble bien montrer que l’analyse en morphèmes permet de renouveler et de repenser complètement la morphologie, ainsi du reste que la sémantique grammaticale.

646Par ailleurs, comme l’analyse en morphèmes permet de présenter les langues d’une façon plus rigoureuse et plus efficace, elle pourrait peut-être également servir à initier utilement et rapidement les grands débutants au fonctionnement de la langue grecque.

647Allard J., & Feuillatre E., 1944, Grammaire grecque, à l’usage des Classes de la 4e à la 1e, Paris, Hachette, 262 p.

648Humbert Jean, 19542, Syntaxe grecque, (Ie éd. : 1944), Paris, Klincksieck, 464 p.

649Touratier Christian, 1979, “Accusatif et analyse en morphèmes”, in : BSL, 1979,74.1, p. 43-92.

650Vernhes Jean-Victor, 19892, Initiation au grec ancien, Gap, Ophrys, 321 p.

VIII. Hebreu

651Le texte hébraïque est l’original dont tous les autres textes cités jusqu’à présent ou par la suite sont en théorie la traduction.

652Dans notre présentation du verset 5, la première ligne donne le texte hébraïque, qu’il faut donc lire en commençant par la fin, puisque l’hébreu se lit de droite à gauche. La deuxième ligne transcrit chaque mot en mettant sous chaque lettre hébraïque sa translitération, dans l’ordre donc où elle apparaît en hébreu. Il faut par conséquent lire cette ligne à l’envers, en commençant par la dernière lettre du dernier mot. La troisième ligne remet les lettres et les mots de la deuxième ligne dans l’ordre de l’écriture française, c’est-à-dire en allant de gauche à droite. Cette troisième ligne est découpée en morphèmes. La quatrième ligne note bien sûr la valeur ou le nom de chacun des morphèmes (ou des segments morphologiques) de la ligne précédente. Et la dernière ligne propose une traduction française.

653Hālyāl ’ ārāq kešoḥalaw moy ro’āl myihole’ ’ ārqiyaw

654wa yi-qrā’ ’elohim l-ā-’or yom wa-l-a-ḥošek qārā’ laylāh

655Invers P3-appeler Dieu à-le-lumière jour et-à-le-obscurité appeler(Acc) nuit

656“Dieu appela la lumière jour, et l’obscurité, il l’appela nuit.”

657« Dieu appela la lumière jour, et l’obscurité, il l’appela nuit ».

658wa yi-qrā’ « il appela » et qārā’ « il appela » : “A ce que nous appelons temps, dit la Grammaire de l’hébreu biblique de Paul Joiion, répondent en hébreu deux formes que nous nommerons, faute de mieux parfait et futur, par exemple dans la conjugaison simple : parfait qâtal « il tua, il a tué » ; yiqtél « il tuera »“ (Joüon, 1987, 93). D’autres grammaires parlent de “passé” et de “futur”, en précisant que “le passé hébreu exprime l’achèvement d’une action ou la pleine réalisation d’un état” (Horowitz, 1960, 56), tandis que “le futur hébreu exprime une action ou un état qui auront lieu, mais également une action ou un état qui se prolongent” (Horowitz, 1960, 57). La forme verbale qārā’ du texte de la Genèse est la 3e personne masculine du “parfait” ou “passé” du verbe « appeler », et yiqrā’ en est la 3e personne masculine du “futur”.

659S’il faut analyser en morphèmes ces deux formes verbales, on est tenté de considérer que le lexème verbal de signifié « appeler » a comme signifiant les quatre phonèmes communs aux deux formes, mais que ces quatre phonèmes peuvent constituer tantôt un signifiant continu qrā’/ que l’on a au “futur”, tantôt un signifiant discontinu q...r ā’, que l’on a au “passé”. Ceci amène à supposer que la différence entre les deux formes verbales est le support de la différence de temps, et que par conséquent le morphème de “passé” doit avoir pour signifiant le -ā- qui s’intercale entre les deux segments de l’allomorphe discontinu du lexème -lequel -ā- de “passé” serait confirmé notamment par l’opposition bārā’ « il créa » ~ yi-brā’ « il créera »-, et que le suffixe yi- devrait être le signifiant du morphème de “futur”.

660Des commutations comme

qārā’ « il appela » ~ qārā’tiy « j’appelai » ~ qārā’ta « tu appelas » ~ qārā’a « elle appela »
bārā’ « il créa » ~ bārā’tiy « je créai » ~ bārā’ta « tu créas » ~ bārā’a « elle créa »

661invitent alors à postuler des morphèmes personnels propres au “passé” :

- φ « il », -tiy « je », -ta « tu », -a « elle ».

662Mais des commutations comme

yi-brā’ « il créera » ~ ’e-brā’ « je créerai » ~ t’i-brā’ « tu créeras » ~ ti-brā’ « elle créera »

663montrent que le préfixe yi- ne peut pas être le signifiant du morphème de “futur”, puisqu’il n’apparaît pas aux autres personnes de ce temps, mais seulement à la troisième personne masculine du singulier. Elles obligent donc plutôt à admettre des variantes de morphèmes personnels propres au “futur” :

yi- « il », ’e- « je », t’i « tu », ti- « elle ».

664Si cette analyse est à retenir, cela veut dire que ce qu’on appelle le futur correspond soit à une absence de morphème soit à un morphème à signifiant zéro. Nous allons voir plus bas que l’on a tout intérêt à considérer que le futur est en hébreu un véritable morphème, dont la signification est le contraire de celle du morphème de passé. Cependant plutôt que de dire qu’il s’agit d’un morphème à signifiant zéro, il nous semblerait préférable, dans la mesure où ce morphème fait apparaître des préfixes personnels qui lui sont propres, de considérer que ces préfixes sont la marque à la fois d’une personne et du temps dit futur, ce qui revient à dire qu’ils sont des amalgames d’un morphème de personne et d’un morphème temporel.

665Toutefois dans notre verset, la forme verbale yi-qrā’ est suivie du sujet ’elohim ; le préfixe n’est donc plus que le signifiant du morphème de « futur », puisque la prétendue 3e personne du singulier n’est pas choisie comme telle, étant théoriquement imposée par le fait que le sujet ne contient pas le morphème de pluralité. Le sujet elohim a cependant la particularité morphologique de contenir une marque de pluriel -im. Mais, comme nous le verrons par la suite, cette marque de pluriel n’est pas sentie comme signifiant la pluralité. Il ne s’agit donc pas de l’unité significative de pluriel, mais d’un simple segment morphologique qui fait partie intégrante du signifiant du lexème de signifié « dieu ».

666wa- : Une fois que l’on a établi que yi-qrā’ et qārā’-φ sont deux temps différents d’un même verbe que l’on devrait traduire respectivement par « il appellera » et « il appela », il faut bien reconnaître que dans notre texte l’adjonction de wa- au prétendu “futur” semble faire de wa-yi-qrâ’ un équivalent sémantique de qârâ’. Ceci veut dire que la particule wa- ainsi ajoutée doit être considérée comme un morphème d’inversion temporelle, qui change un “futur” en un “passé”, mais qui pourrait également changer un “passé” en un “futur”. De fait, les grammaires signalent que

“Dans la Bible et la poésie on emploie couramment la forme du passé comme futur et, inversement, la forme du futur comme passé. On obtient le renversement du temps à l’aide du) <waw> renversif (Horowitz, 1960,60).

667Ce phénomène apparemment curieux se comprend mieux si l’on donne aux deux morphèmes temporels concernés des signifiés contraires, et si l’on remplace les appellations temporelles de « futur » et de « passé » que, tout en signalant leur inadéquation, les grammaires admettent, par des signifiés aspectuels comme « non accompli » et « accompli ».

668De tels signifiés aspectuels rendraient d’ailleurs plus justement compte des emplois effectifs de ces prétendus temps. Sans aller jusque là, la Grammaire de Paul Joiion signale bien la difficulté :

“Les formes temporelles de l’hébreu expriment à la fois des temps et certaines modalités de l’action. Comme dans nos langues, elles expriment principalement des temps, à savoir le passé(‘), le futur et le présent ; mais elles les expriment souvent d’une façon moins parfaite que dans nos langues parce qu’elles expriment aussi certaines modalités de l’action, ou aspects(2)- Ces aspects sont 1) l’unicité et la pluralité de l’action <..>, 2) l’instantanéité et la durée de l’action <...>. Ces deux aspects sont du reste analogues et sont, de fait, exprimés généralement par les mêmes formes”.
[1 : Il est bon de remarquer que les grammairiens arabes appellent mâdï = passé la forme qatala, correspondant au qatal hébreu. Cette forme exprime donc bien pour eux un temps.]
[2 : Ce terme, emprunté à la grammaire comparée des langues slaves, où l’aspect joue un rôle important, a l’avantage d’être bref. Cf Brugmann, Abrégé de grammaire des langues indo-européennes, 1905, p. 521 sqq.] (Joüon, 1987, 291).

669Les choses sont plus simples, si l’on admet que la signification de passé ou de futur ne sont en fait que les réalisations temporelles d’un signifié respectivement d’« accompli » ou de « non accompli », signifié qui par lui-même n’est pas temporel. Une telle présentation aspectuelle du verbe sémitique permet alors de postuler que le signifié du morphème d’inversion temporelle est l’équivalent d’une négation. Il devient en effet normal que les deux morphèmes « non » + « accompli », soient sémantiquement l’équivalent du morphème unique « non accompli », et inversement que la combinaison « non » + « non accompli » signifie la même chose que le morphème unique d’« accompli ». L’existence de ce morphème d’inversion suppose donc qu’à la différence de ce qui se passe en arabe, le non accompli correspond bien à un morphème aspectuel particulier, et non pas seulement à l’absence du morphème aspectuel d’« accompli ». Ce morphème doit en effet avoir par lui-même un signifié contraire de celui du morphème d’« accompli », si l’on veut comprendre l’existence du wa inverseur d’aspect.

670Un autre fait pourrait confirmer que l’inaccompli (ou le prétendu “futur”) est bien en hébreu un véritable morphème, et non pas seulement l’absence du morphème d’accompli, c’est l’existence en hébreu postbiblique d’une troisième forme temporelle que les grammaires appellent le “présent”. Il s’agit en fait d’une construction nominale sans verbe « être » d’un pronom personnel et d’un participe présent, laquelle correspond aux emplois non duratifs du présent français. A côté des deux séries de temps

bārā’tiy « j’ai créé », bārā’ta « tu as créé »,bārā’ « il a créé », bārā’nu « nous avons créé », bārā’-tem « vous avez créé », bārā’u « ils ont créé », ‘ebrā’ « je créerai », t’ibrā’ « tu créeras », yibrā’ « il créera », nībra’ « nous créerons », fibrā’u « vous créerez », yībra’u « nous créerons ».

671existe la série

’aniy borē’ « je crée », ’atāh borē’ « tu crées », hu’ borē’ « il crée », ’anahnu borē’iym « nous créons », ’atem borē’iym « vous créez », hēm borē’iym « ils créent ».

672Il aurait été inutile de créer une troisième série de formes verbales sans morphème de temps, si l’inaccompli (ou le prétendu “futur”) avait déjà été une série de formes verbales sans morphème de temps. Et dans la mesure où il y a une différence d’emploi et de signification entre le prétendu

673“présent” et l’inaccompli, il faut bien qu’il y ait une différence morphématique entre ces deux temps.

674l-ā- or « à-le-lumière » : On peut identifier le lexème ’or à partir de commutations comme

wa yi-qrā’ lā’or / lašaḥar/labahiyrût yom « il appela la lumière / l’aube / la clarté jour ».

675Devant ce lexème il y a une préposition. Car si on fait commuter la détermination définie, on constate que le l- subsiste, alors que -a- disparaît :

wa yi-qrā’ lā’or / la’or yom « il appela la lumière / une lumière jour »
wa yi-qrā’ lā’or / lasemes yom « il appela la lumière /le soleil jour ».

676Et si l’on fait commuter le verbe, on voit que /- disparaît :

wa yi-qrā’ lā’or/I wa yar et hā’or « il appela / vit la lumière ».

677Il semble donc que l comme et, soit une préposition qui introduit le complément de certains verbes. Par ailleurs la détermination définie correspond à ha- (ou hā- devant les consonnes ‘Alef к, ’Ayin Y et Resh ך), comme on le voit dans :

bàrâ’ ‘elohiym ‘et hà-’or I ha-sâmayim I hâ-’ârew « Dieu créa la lumière / le ciel / la terre ».

678On peut donc dire que l’article présente une variante sans consonne initiale -a- après la préposition /-. De fait les grammaires signalent que

“La préposition à s’exprime en hébreu par la lettre ל ? placée devant le nom. à un petit enfant lə-yeled qātā
Lorsque le nom est défini, le ה est supprimé et sa voyelle passe sous le ל
L’adjectif qualificatif prend normalement l’article défini :
au petit enfant la-yeled ha-qātān” (Horowitz, 1958b, leçon V).

679’elohiym « Dieu » : morphème lexical comme le montre la commutation :

wa yi-qrā’ ‘elohiym / moše lā’or yom « Dieu / Moïse appela la lumière jour ».

680Si le nom de Dieu contient le segment -iym de pluriel que l’on a par exemple dans

wa yi-qrə’û yeladiym lā’or yom « des enfants appelèrent la lumière jour »

681en face de

wa yi-qrā’ yeled lā’or yom « un enfant appela la lumière jour »

682ce segment n’est nullement le signifiant du morphème de pluralité, ainsi que le manifeste le fait que le verbe wa yi-qrā’ soit à la 3e personne du singulier, et non à la 3e personne du pluriel. Mais cela n’est pas une preuve décisive, dans la mesure où en hébreu il est toujours possible de considérer le pluriel comme un collectif, et donc de mettre alors le verbe au singulier. D’ailleurs il peut même arriver en hébreu biblique que l’adjectif épithète de ‘elohiym soit mis au pluriel, comme dans l’expression elohiym adiriym « Dieu tout-puissant ». Il convient donc de dire que les locuteurs n’ont pas le sentiment que ce segment de pluriel soit un morphème de pluralité. Mais il faut reconnaître que cela pose tout de même un problème d’exégèse : il est curieux en effet que dans une religion fondamentalement monothéiste, un des noms de Dieu contienne une marque de pluriel.

683On sait que « Dieu » se dit eloah (avec un -a- pour faciliter la prononciation du -h final) dans le livre de Job. On dit aussi el qanû « le dieu jaloux » en hébreu postbiblique.

684Horowitz Maurice, 1960, Précis de grammaire hébraïque. Le guide de l’hébraïsant égaré, Paris, Institut de la connaissance hébraïque, 110 p.

685Horowitz Maurice, 1960b, Initiation à la langue hébraïque en 100 mots, Paris, Institut de la connaissance hébraïque.

686Jouon Paul, 1987, Grammaire de l’hébreu biblique, (1e éd. : 1923), Rome, Institut biblique pontifical, 542+79*p.

IX. Arabe : Genèse 1,4-5

687wa ra’aa ’allaahu ’arma ’annuwra hasanun wa faṣala

688wa ra’a-a ’all-u’anna ’an-nūr-a hasan-u-n wa faal-a

689et voir(Acc)-Pers3 Allah-Nom que le-lumière-Ac bon-No-un et séparer(Accomp)-Pers3

690« et Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres »

691’allaahu bayna ’annuwri wa ’alalaami

692’allâh-u bayna ’an-nûr-i wa ’al-alām-i

693Allah-Nom entre le-lumière-Gén et le-ténèbre-Gén

694’anna’an-nūr-a hasan-u-n « que la lumière (était) bonne » : Les

695noms arabes suivent une déclinaison à trois cas. "L’arabe, dit en effet la petite Grammaire de Gérard Lecomte, connaît trois cas : le nominatif, le cas direct (dit parfois « accusatif ») et le cas indirect (dit parfois « génitif »), auxquels sont affectées respectivement les trois voyelles u, a, i. Ces trois voyelles portent le tanwin <c’est-à-dire « le redoublement du signe d’une voyelle à la fin d’un nom » (Lecomte, 1968, 18)> lorsque le nom est « indéterminé », c’est-à-dire lorsqu’il peut se traduire par un nom muni de notre article indéfini" (Lecomte, 1968, 91). La Grammaire illustre cette déclinaison à l’aide du lexème « chien » /kalb/, de son féminin /kalb-at/ « chienne », et de son pluriel dit interne /kilāb/ :

696Indéterminé Déterminé

697Nominatif kalbun / kalbatun / kilābun al kalbatu / al-kilābu

698Accusatif kalban / kalbat / kilāban al-kalba /al-kalbata / al-kilāba

699Génitif kalbin / kalbatin / kalābin al-kalbi / al-kalbati / al-kilābi

700Si l’on sait d’une part que l’article “al- est invariable et se lie au nom” (Lecomte, 1968, 100), et d’autre part que sa latérale finale s’assimile dans de nombreux cas à la première consonne du nom sur lequel il porte, on reconnaîtra dans ‘an-nûr-a l’article défini /al/, le lexème /nu : r/ « lumière », et la désinence d’accusatif -a. Ordinairement le segment morphologique d’accusatif est le signifiant du morphème fonctionnel de complément de verbe. Mais ici, il est imposé par la présence de la particule dite de “subordination complétive” ‘anna « que », et semble former avec cette dernière le signifiant discontinu du morphème de subordination. “La subordination complétive, dit en effet Gérard Lecomte, s’exprime avec ‘an et ‘anna qui ne sont que deux formes de la même particule” (Lecomte, 1968, 120). Mais alors que “an entraîne normalement un verbe à l’inaccompli subjonctif”(Lecomte, 1968, 120) -c’est-à-dire à l’inaccompli “marqué par la voyelle -a brève (au lieu de -u) aux personnes sans désinence, et par la chute du -n aux désinences longues” (Lecomte, 1968, 23)-, “‘anna ne peut être suivie que d’un nom au cas direct <c’est-à-dire à l’accusatif> ou d’un pronom affixe <c’est-à-dire d’un pronom “virtuellement au cas direct ou indirect” (Lecomte, 1968, 106)> sans préjudice de la composition de la subordonnée : ‘a-’lam-u ‘anna-ka ganiyyun « je sais que tu es riche »” (Lecomte, 1968,120).

701On pourrait penser que ‘anna fait de l’accusatif ‘an-nûr-a un complément du verbe principal ra’aa « vit ». Mais s’il en était ainsi, l’adjectif « bon » serait un attribut du complément de verbe, et devrait donc être à l’accusatif (cf. Lecomte, 1968,98), comme dans le verset suivant

sammā ‘allāh-u ‘an-nûr-a nahār-a-n « Dieu appela la lumière jour ».

702Or dans notre texte il présente la morphologie normale d’un attribut du sujet de phrase nominale, c’est-à-dire de phrase formée d’un nom et d’un adjectif, comme dans l’exemple

al-kalbu qablhun « le chien est méchant » (Lecomte, 1968,98).

703Doit-on dire alors que la seconde partie de l’éventuel signifiant discontinu de subordination ‘anna... -a se met à la place du -u de nominatif, et est donc une forme de remplacement ? Dans la mesure où il semble préférable de ne parler d’une forme de remplacement que lorsque celle-ci est, à elle seule, le signifiant d’un morphème, on dira plutôt que l’accusatif de ’an-nr-a est une variante du morphème de sujet dans le contexte de la conjonction de subordination ‘anna, et l’on ne parlera plus d’un morphème de subordination à signifiant discontinu, ‘anna étant alors le signifiant complet du morphème de subordination.

704On remarquera que l’adjectif attribut du sujet, comme de l’objet du reste, présente toujours une forme indéterminée en-n, et non pas seulement le nominatif -u ; c’est ce qui fait que la désinence -n que reçoivent les noms et les adjectifs n’est pas simplement un article indéfini, puisqu’elle n’a une telle valeur qu’après les noms.

705faala ’allāhu « Allah sépara » : Le verbe fasala est à la 3e personne du masculin singulier de l’accompli. La commutation de l’accompli avec l’inaccompli donne

faala « il sépara » / yafilu « il sépare »

706où seules les trois consonnes f.. ..l sont communes. Par ailleurs on trouve faal- à toutes les personnes de l’accompli et -afil- à toutes les personnes de l’inaccompli :

1. faṣal-tu ’a-fsil-u
2. faṣal-ta (faṣal-ti) ta-fṣil-u (ta-fṣil-īna)
3. faṣal-a (faṣal-at) ya-fṣil-u (ta-fṣil-u)
2. faṣal-tumā ta-fṣil-āni
3. faṣal-â (faṣal-atâ) ya-fsṣl-âni (ta-fṣil-āni)
1. faṣal-nā na-fṣil-u
2. faṣal-tum (faṣal-tunna) ta-fṣil-ῡna (ta-fṣil-na)
3. faṣal-tῡ (faṣal-na) ya-fṣil-ῡna (ya-fṣil-na).

707On est donc tenté de faire correspondre à ces deux segments faal- et -afil-au moins les signifiés complexes respectivement de « séparer + accompli » et « séparer + inaccompli ». Ceci implique que -a final de l’accompli fasal-a, et y -...-w de l’inaccompli yafsilu sont le signifiant du morphème personnel « il », sauf bien sûr quand il y a un sujet nominal, comme c’est le cas dans le verset de la Genèse. Car alors ces deux segments ne peuvent pas commuter, étant en effet imposés par la présence du nominatif non pluriel ‘allāhu.

708Si maintenant on fait commuter :

faṣala « il sépara » / kataba « il écrivit » / fa’ala « il fit »

709on est tenté de dire, comme dans la présentation maintenant traditionnelle de l’arabe, que /f... ṣ... l/ est le signifiant -ou la racine trilitère- à associer avec le signifié « séparer », et les deux voyelles non contiguës /a.... a/ le signifiant à associer avec le signifié « accompli ». Mais la commutation

faṣala / šariba « il but »

710amène à postuler que seul le premier /a/ est le signifiant du morphème d’accompli, ce qui implique que /f... ṣal est le signifiant à associer au signifié « séparer ». Il faut alors postuler une variante /f... ṣil/ de ce morphème lexical dans le contexte de l’inaccompli. Mais si l’on avait le verbe « faire », le lexème ne présenterait pas de variante à l’inaccompli, puisque la 3e personne du singulier serait alors yaf’alu, avec le même segment /f‘al/ que dans fa’ala, moins la discontinuité.

711Plutôt qu’une variante dans le contexte de l’inaccompli, on aurait pu postuler une variante conforme à ce que la grammaire traditionnelle appelle la racine trilittère du verbe, et un morphème d’inaccompli à signifiant discontinu /a... il pour yafsilu « sépare », ou la... al pour yaf’alu « fait ». Mais comme on retrouve la même seconde voyelle dans les impératifs ifili « sépare », if’ali « fais », iktubi « écris », il est préférable de voir dans /fil / une variante du seul signifiant du lexème verbal « séparer ».

712Autre remarque à propos de l’inaccompli. Si l’on admet que l’inaccompli est un temps non marqué, c’est-à-dire un temps qui, en l’occurrence, ne contient pas le morphème de l’accompli, le phonème -a-de la première syllabe ne peut plus être le signifiant d’un prétendu morphème de « non accompli ». On est alors obligé de le rattacher au segment initial du morphème de personne, ce qui fait que le morphème « il » ne présente pas dans le contexte de l’absence du morphème d’accompli un signifiant discontinu y-...-u, mais un signifiant discontinu ya-...-u. Devant un sujet comme dans

ya-fṣil-u ‘allāhu « Allah sépare »

713le segment discontinu ya-,..-u n’est pas le signifiant d’un morphème, mais un simple accord morphologique, ya-fil-u étant alors une simple variante du lexème « séparer » dans le contexte d’un sujet qui n’est pas au pluriel.

7145. sammaa ’allaahu ’annuwr-a nahaaran wa sammaa addulmaata laylan

715sammā ’allāh-u ’an-nûr-a nahār-a-n wa sammā ad-dulmāt-a layl-a-n

716appeler(Acc) le-Dieu-No le-lumière-Ac jour-Ac-un et appeler(Acc) le-ténèbres-Ac nuit-Ac-un

717« Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit »

718’allāli-u « Dieu » : Une commutation comme

’al-lāh-u / ‘tl-rajul-u « l’homme »

719pourrait donner à penser que ‘al-lih-u est un synthème formé de l’article défini, d’un lexème signifiant « dieu », auquel s’ajouterait le morphème de nominatif -u, indiquant la fonction de sujet, et s’opposant à l’accusatif -a, et au génitif -i. Mais si l’on fait commuter l’article défini avec l’article indéfini, qui lui est postposé

al-lāh-u / ilâh-u-n « un dieu » / al ilāh-at-u « la déesse »

720on voit que « dieu » a pour signifiant ilāh, et non *lāh, ce que confirme le synthème ilāh-at-u, qui, lui, ajoute le morphème de féminin -at-. Le nom de « Dieu » est donc en arabe un lexème morphologiquement complexe, mais non un synthème.

721sammi (ou sammaa, une voyelle longue pouvant être considérée comme deux brèves) « il appela » : Si on fait des commutations à l’intérieur du temps appelé traditionnellement l’accompli, des paires comme :

sammay-tu « j’appelai » / sammay-nā « nous appelâmes », sammay-tu « j’appelai » / samma-a « il appela »

722invitent à voir dans les désinences -tu, -na, -a le signifiant des morphèmes de personne « je », « nous » et « il », ce que confirment des commutations comme :

sammay-tu « j’appelai » / katab-tu « j’écrivis », sammay-nâ « nous appelâmes » / katab-nâ « nous écrivîmes », samma-a « il appela » / katab-a « il écrivit ».

723Il en découle que sammay- et samma- doivent être des variantes correspondant aux deux signifiés « appeler », et « accompli », l’une apparaissant devant consonne, et l’autre devant la voyelle [a]. Mais il serait aussi possible que samma- soit simplement la réalisation phonétique de sammay-, si jamais le son fj] présentait une variante zéro entre deux phonèmes [a]. La question serait à examiner.

724Si maintenant on fait commuter l’accompli avec ce qu’on appelle l’inaccompli, on a des paires comme :

samma-a « il appela » / yu-sammi « il appelle », sammay-tu « j’appelai » / tu-sammi-i « tu appelles », sammay-na « nous appelâmes » / nu-sammi-i « nous appelons ».

725Comment les interpréter ? Si on admet que l’inaccompli correspond à une absence d’aspect (et non pas à un aspect de sens négatif), et si on sait qu’à l’inaccompli, les désinences de personnes sont normalement discontinues, comme dans

‘a-ktub-u « j’écris », ta-ktub-u « tu écris », ya-ktub-u « il écrit », na-ktub-u « nous écrivons », etc.

726on peut admettre que sammi- est le signifiant du lexème de signifié « appeler ». Cela veut dire que le second -a- (et non le premier) de samma-ou de sammay- est le signifiant du morphème d’accompli, et que le -y-serait une variante de lil après une voyelle. On aurait dans ces conditions affaire aux découpages suivants :

samm-a-a « appeler-passé-il », samm-a-y-tu « appeler-passé-je ».

727Cette analyse séduisante présente toutefois quelques difficultés. D’abord il faudrait expliquer la présence au moins apparente d’un radical sammay- à deux des personnes féminines de l’inaccompli, à savoir :

tu-sammaj-na « vous (fém.) appelez », yu-sammaj-na « elles appellent » (cf. ta-fṣil-na « vous (fém.) séparez », ya-fṣil-na « elles séparent »).

728A quoi correspond ce -a-, dont la présence par contre expliquerait bien la variation de lil en -y- ? D’autre part, il faudrait expliquer le même radical samm- aux troisièmes personnes masculines du pluriel de l’accompli samm-ū « ils appelèrent », et de l’inaccompli samm-ûna « ils appellent », et à la deuxième personne masculine du pluriel de l’inaccompli tu-samm-ûna « vous appelez ». La présence d’une même voyelle longue d’arrière entraînerait-elle la disparition et du segment -a- d’accompli, et de la voyelle finale i du lexème verbal ?

729Conjugaison de sammā :

730l’accompli :

sammay-tu « j’appelai », sammay-ta « tu appelas » (sammay-ti « tu (fém.) appelas »), samma-a « il appela » (samm-a-t « elle appela »), samm-a-y-nâ « nous appelâmes », samm-a-y-tun « vous appelâtes » (samm-a-y-tunna « vous (fém.) appelâtes »), samm-û « ils appelèrent » (samm-a-y-ma « elles appelèrent »)

731l’iaccompli :

’u-sammi-i « j’appelle », tu-sammi-i « tu appelles » (tu-samm-ina « tu (fém.) appelles »), yu-sammi « il appelle » (tu-sammi-i « elle appelle ») nu-sammi-i « nous appelons », tu-samm-ûna « vous appelez » (tu sammaj-na « vous (fém.) appelez »), ju-samm-ûna « ils appellent » (ju-sammaj-na « elles appellent »)

732Le verbe hannā « donner un surnom » a les mêmes formes d’accompli.

733Lecomte Gérard, 1968, Grammaire de l’arabe, Que sais-je ? n° 1275, Paris, PUF, 128 p.

734Touratier Christian, 1997, “Propositions pour une analyse morphématique du verbe

735Arabe”, in : Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, 14, 121-134.

X. Japonais

7364. Kami wa « hika-ri a-re » to iw-are-ta. Suruto hika-ri ga a-tta.

737[kami wa hikari are to iwareta syryto hikari rja atta]

738Dieu Thème éclairer-Nom êlre-Impér que dire-Poli-Passé et.puis éclairer-Nom Sujet être-Prêt.

739“Dieu dit : Que la lumière soit. Et la lumière fut”.

7405. Kami wa so-no hika-ri o mi-te yoshi to s-are-ta.

741[kami wa sono hikari o mite jo/i to sareta]

742Dieu Thème ce.là-Dét éclairer-Nom Compl voir-et bon que faire-Poli-Passé

743“Dieu vit cette lumière et dit qu’elle était bonne”

744Kami wa so-no hika-ri to yami to o waker-are-ta.

745[kami wa sono hikari to yami to o wakerareta]

746Dieu Thème ce.là-Dét éclairer-Nom et ténèbres et Compl séparer-Poli-Passé

747“Dieu sépara cette lumière des ténèbres”.

748hika-ri « lumière » : Soit les commutations :

749Kami wa “hikari / taiyô a-re” to iwareta « Dieu dit : Que la lumière / le soleil soit ».

750On peut donc postuler un morphème hikari « lumière ». Mais il existe un verbe hika-ru « briller, être lumineux », qui pourrait inciter à voir dans hika- un lexème verbal signifiant « briller, éclairer » et dans -ri un morphème de dérivation nominale signifiant « ce qui », la signification « lumière » correspondant ainsi à un synthème. Une telle analyse serait confirmée par l’existence du nom kima-ri « décision » à côté du verbe kima-ru « décider » ou l’existence du nom odo-ri « danse » à côté du verbe odo-ru « danser ».

751iw-are-ta « dit » : A partir des commutations :

752Kami wa “hikari are” to iwareta / sakenda / sakebareta « Dieu dit / cria / cria : Que la lumière soit » on isole i(w)- signifiant du lexème « dire » (verbe i-u opposé au verbe sakeb-u « crier »), dont la forme usuelle de passé est sakenda, tandis que sakebareta en est la forme dite honorifique ou polie. En fait le morphème de passé a pour signifiant /ta/, dont le phonème initial se réalise [t] après voyelle, mais [d] après consonne, et est donc le même dans saken-da et dans sakebare-ta, ce qui veut dire d’une part que dans sakenda, le phonème final Ibl du lexème /sakeb/ « crier » doit présenter devant la dentale [d] une variante [n], et d’autre part que la forme sakebareta ajoute un segment -are- qui doit être considéré comme un morphème honorifique. Une telle analyse est confirmée par le fait que le verbe yom-u « lire » présente un passé normal yon-da (avec réalisation apicale du phonème /m/ devant la dentale [d]) et un passé honorifique yom-are-ta, le présent honorifique du même verbe étant yom-are-masu. De même, le verbe sin-u « mourir » présente un passé courant sin-da, à côté du passé honorifique sin-are-ta.

753ar-e « soit » :

Kami wa “hikari are / hikare / okiro” to iwareta « Dieu dit : Que la lumière soit / brille / se lève »

754Les lexèmes verbaux présentent plusieurs variantes, appelées bases par les grammaires, variantes qui, suivant les cas, modifient la voyelle du radical ou ajoutent un segment à ce dernier :

755A partir de la base indéterminée, on obtient notamment la forme négative ari-nai « ne pas exister », iwa-nai « ne pas dire », shi-nai « ne pas faire », mi-nai « ne pas voir » ; à partir de la base connective, notamment la forme suspensive, dont il sera question plus bas ; à partir de la forme du dictionnaire, la forme impérative négative brutale : iu na « ne dis pas ! », suru na « ne (le) fais pas ! », miru na « ne regarde pas ! » ; à partir de la base conditionnelle, la forme conditionnelle : sure-ba « si (je) fais », mire-ba « si (je) vois ». Enfin certains des verbes comme ie « dis ! » utilise la base conditionnelle comme forme impérative.

756Par contre les formes impératives telles que are « soit » ou miro « vois » sont plus qu’une simple variante du lexème. Leur voyelle finale est en fait le signifiant du morphème de volonté. Il serait plus juste de dire qu’elles contiennent la variante dite “forme du dictionnaire”, à savoir respectivement aru « être » et miru « voir », à quoi elles ajoutent la forme de remplacement respectivement /e « - (u)/ et /o « - (u)/, qui est le signifiant du morphème de volonté. La petite grammaire qui est à la fin du dictionnaire de la Japan Fondation dit en effet :

757“La forme impérative pleine se construit de la façon suivante :

  1. les verbes du type I remplacent la finale -u par -e.

758yomu « lire » yome « lis »

759iku « aller » ike « vas »

  1. les verbes du type II remplacent la finale -ru par -ro. taberu « manger » tabero « mange »

760miru « voir » miro « vois »” (d’après Basic Japanese-English

761Dictionary, 1986,946).

762Problème de wa/ ga : Dans une paire comme :

763Kami wa / Kami ga “hikari are” to iwareta « Dieu, il dit / Dieu dit : Que la lumière soit »

764la différence n’est apparemment pas grande, aussi peu grande que celle qu’il y a entre les deux traductions françaises proposées. Si cette paire est identique à celle du français, on peut dire avec Maurice Coyaud : “La marque du sujet est ga ; la marque du thème est wa” (Coyaud, 1979, 116). Ce linguiste décrit en effet la structure de la phrase :

sakana wa tai ga ii
poissons thème dorade sujet bon
« A propos de poissons, la dorade est bonne »

765qui met en œuvre et wa et ga, à l’aide du schéma suivant :

766(Coyaud, 1979, 117). Nous avons proposé de remplacer par des étiquettes syntaxiques les termes de thème et de thématiseur, qui correspondent à des rôles informatifs et non à des fonctions syntaxiques, en disant que le thème est un SN extraposé, “c’est-à-dire un C(onstituant) I(mmédiat) de P qui est en même temps une expansion de P. Mais comme la valeur sémantique de cette fonction consiste à faire du syntagme qu’elle affecte le thème du contenu de la P par rapport à laquelle elle est extraposée, Maurice Coyaud n’a pas tort de dire que sakana est le thème de l’énoncé, à condition de bien voir que cette appellation appréhende alors les choses du point de vue non plus syntaxique mais informatif” (Touratier, 1987, 69). Le morphème wa est donc un morphème fonctionnel qui indique la fonction syntaxique d’extraposition, et le morphème ga un morphème fonctionnel qui indique la fonction syntaxique de sujet. Nous proposons pour notre part la représentation suivante de la structure syntaxique de la phrase japonaise de Maurice Coyaud :

767Les particules wa et ga jouent par conséquent le même rôle que des cas. Et l’intérêt du japonais, c’est précisément d’avoir un cas spécial pour la fonction d’extraposition, alors que des langues à cas comme l’allemand ou le russe ne signalent l’extraposition que par l’ordre des mots, exactement comme la langue sans cas qu’est le français.

768Suruto hikari ga atta « Et puis la lumière fut » :

Suruto / sorekara hikari ga atta « Et puis / après cela la lumière fut.

Suruto hikari ga atta / okita « Et puis la lumière fut / se leva.

769On a le morphème a- « être » (cf. infinitif a-ru) en face de oki- radical du verbe oki-ru « se réveiller, se lever », et-tta au lieu de -ta. Les grammaires parlent de "son assimilé", ce qui doit faire allusion au fait que l’ancienne forme de passé arita s’est contractée en arta, puis en atta. Synchroniquement cela veut dire que -tta et -ta sont des variantes du morphème de passé.

770sono hikari « cette lumière-là » : La commutation

Kami wa sono / kono hikari o mite « Dieu vit cette lumière-là / cette lumière-ci »

771met en évidence le morphème démonstratif sono « ce... -là ». En fait les deux mots sono et kono doivent être découpés en deux morphèmes, à savoir so-no et ko-no, la première syllabe portant la notion de deixis lointaine ou proche, et la seconde celle de déterminant. A cela s’opposent les pronoms démonstratifs lointain ou proche so-re et ko-re, les démonstratifs de lieu so-ko et ko-ko, les démonstratifs de manière so-chira et ko-chira, etc.

772Forme suspensive mi-te : Des commutations comme

Kami wa sono hikari o mite / mikake-te / nagame-te « Dieu vit /.aperçut / contempla cette lumière-là »

773permettent d’identifier la variante mi- du verbe mi-ru « voir », l’ensemble mi-te étant ce qu’on appelle “la forme suspensive en –té. Celle-ci ajoute à la base dite connective du verbe, en l’occurrence mi-, le suffixe -te, et sert à coordonner “plusieurs propositions de même nature, non dépendantes les unes des autres d’un point de vue sémantique” ou plusieurs SV ou V. Avec un tel tour, “on se dispense d’exprimer le temps, l’aspect et certaines expressions modales telles que le désidératif (souhait) ou la politesse <et> on maintient les verbes en « suspens » à l’aide de -te jusqu’au dernier verbe qui est à lui seul le porteur de ces marques grammaticales” (Shimamori, 1994, 58) pour l’ensemble des verbes ainsi coordonnés. La forme suspensive mi-te a donc, dans notre texte, la même valeur de passé que le verbe s-areta qui suit. Pour le montrer, il suffit de supprimer yoshi to s-areta. On constate alors que la phrase n’est pas acceptable, sauf si on remplace -te par un morphème de passé, soit mi-rareta.

774Morphème casuel d’objet : Le japonais utilise pour indiquer les relations syntaxiques des “particules casuelles” (Basic Japanese-English Dictionary, 1986, 928) comme o, qui est une “particule utilisée pour un objet direct, pour le lieu où un mouvement se produit ou qu’un mouvement traverse” (d’après Basic Japanese-English Dictionary, 1986, 559). La particularité de ces morphèmes casuels est qu’à la différence de ce qui se passe en latin ou en russe par exemple, ces morphèmes ne sont pas rattachés au nom, mais viennent après tout le syntagme nominal qui remplit la fonction qu’ils indiquent. C’est ainsi que dans notre texte le morphème de complément de verbe o vient après tout le SN formé d’un déterminant et d’un nom, soit sono hikari o, sans être répété après chaque constituant de ce syntagme. On verra dans un des versets suivants ce même morphème de complément après les constituants d’un SN avec coordination :

Kami wa hikari to yami to o wakerareta « Dieu sépara et la lumière et l’obscurité ».

775L’adjectif : Avec la commutation

yoi / utsukushii to sareta « dit qu’elle était bonne / belle »

776on identifie le morphème yoi « bon » (ou yoshi, variante pas entièrement libre), qui est ce qu’on appelle un “mot de qualité purement japonais”, parce qu’il se termine en -i. Ces “mots de qualité purement japonais” sont en quelque sorte des adjectifs ; mais ils “diffèrent des adjectifs qualificatifs du français essentiellement <parce qu’>ils ne changent pas de forme selon le genre et le nombre du nom auquel il se rattachent” (Shimamori, 1994, 25). En outre ils “peuvent constituer, à eux seuls et sans changement de forme, un énoncé minimal complet” :

Yoshi « C’est bon »

777On leur donne une forme polie en ajoutant desu :

Yoi desu « C’est bon ».

778Si cet énoncé minimal doit être au passé, on remplace la désinence -i de “mot de qualité” par -ku, à quoi on ajoute la forme passée du verbe d’existence aru, soit at-ta, ce qui donne -ku at-ta et est aujourd’hui contracté en -katta :

Yo-katta « Ce fut bon 

779(cf. Shimamori, 1994, 29 : samu-i « il fait froid » - » samu-katta « il a fait froid »), la forme non contractée pouvant d’ailleurs "être attestée en cas d’insertion de la particule wa ou mo :

Kinō wa samuku wa atta ga, tenki wa yokatta « Hier, bien qu’il ait fait froid hier, il a fait beau »” (Shimamori, 1994, 29).

780On voit ainsi que si l’adjectif peut fonctionner seul comme noyau central d’énoncé, la conjugaison qu’il présente au passé par exemple est en fait l’adjonction d’une sorte de copule au passé.

781D’autre part, “en japonais, à la différence du français, le sujet n’est pas un constituant obligatoire d’un énoncé complet” (Shimamori, 1994, 4). Ainsi, quand le contexte ou la situation énonciative permet d’identifier qui est concerné par l’énoncé ou la phrase à un seul terme, il n’y a pas lieu d’exprimer un sujet. C’est ainsi que, dans notre texte,

yoshi to sareta

782signifie

« (il) dit qu’elle (c’est-à-dire la lumière, dont il vient d’être dit que Dieu la contempla) était bonne ».

783Le to qui suit ici l’adjectif est ce qu’on appelle le to de citation, c’est-à-dire en fait une conjonction de subordination complétive.

784s-are-ta « il dit : Des commutations comme

yoi to sareta / sakebareta / omowareta « dit / cria / pensa qu’elle était bonne »

785montrent que s-, qui commute avec les verbes sakeb-u « crier », omo-u « penser, croire », est le signifiant chargé de représenter le lexeme su-ru, lequel a deux sens : 1) « poser, faire », mais 2) « dire », quand son complément, comme dans notre texte, est une subordonnée. A ce lexeme sont ajoutés successivement le morphème de politesse -are- et le morphème de passé -ta. On voit que, tout comme dans une phrase dite indépendante, l’adjectif peut à lui seul fonctionner comme noyau d’un proposition subordonnée.

786La coordination : Il faut distinguer le to de citation du to qui, seul ou redoublé, signifie « et », et coordonne dans une enumeration exhaustive ; il s’oppose alors à ya « et, ou », utilisé, lui, dans une enumeration non exhaustive (d’après Basic Japanese-English Dictionary, 1986, 877 : “Ya is used when citing only part of a set of items”). Exemples :

Sore to kore o kudasai « Please give me this and that » (Basic Japanese-English Dictionary, 1986, 928)
Kami wa hikari to yami to o wakerareta « Dieu sépara et la lumière et l’obscurité »
Tokei ya megane o kaimashita « I bought a watch, glasses, and other things » (d’après Basic Japanese-English Dictionary, 1986, 928).

787On voit par conséquent que la coordination n’a absolument pas la même morphologie quand elle apparaît dans un SN que dans un SV. “Les mots : to, ya, narabi ni <« aussi bien que »>, oyobi <« ainsi que »>, précise en effet la grammaire de Reiko Shimamori, servent uniquement à joindre des noms. -Ces mots ne peuvent, en aucun cas, être employés pour unir des verbes ou des mots de qualité (on recourt, en ce cas, à la base connective ou la forme suspensive en -te <…>), ni des propositions ni des phrases (pour cela, on se sert de conjonctions de phrases, telles soshite <« et alors »>)—” (Shimamori, 1994,64).

788Coyaud Maurice, 1979, “Thème et sujet en tagalog (Comparaisons avec le mandarin, le coréen et le japonais)”, in : BSL 74.1,113-139.

789Shimamori Reiko, 1994, Grammaire japonaise systématique, Paris, Maisonneuve.

790The Japan Fondation, 1986, Basic Japanese-English Dictionary, Tokyo, Bonjinsha, 958 p.

791Touratier Christian, 1987, “Définition typologique du sujet”, in : Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, 5,59-79.

XI. Chinois

1. Versets 1 et 2

792tài chū shàng dì chuàng zào tiān dì

793[tàj t∫ῡ ∫àŋ di t∫uàŋ dzào t∫ēn dĩ

794origine Dieu créer ciel terre

795« Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.

7962. tiān dì hùn dùn hái méi yŏu chéng xíng

797tjēn dĩ xùn dùn xáj méj jŏ t∫oén sín

798ciel terre chaos encore pas avoir prendre forme

799Le ciel et la tere étaient encore un chaos qui n’avait pas pris forme.

8003 .shēn yuān yí piàn hēi àn

801∫φn yēn i pjèn xēj àn

802abîme un obscur

803L’abîme était totalement obscur.

8044. shàngdì de líng hún yùn xíng zài shuĭ miàn shàng

805Jàn dì dƏ lín xún yùn sín dzàj swej mjèn ∫àn]

806Dieu de âme se déplacer au eau surface dessus

807L’esprit de Dieu se déplaçait à la surface de l’eau ».

808shàngdì « Dieu » : est présenté comme un seul mot dans le dictionnaire (The Chinese-English Dictionary, 1987, 597) et traduit par « God ». Mais ce mot est formé des deux mots simples : shàng « supérieur ; en haut ; vers le haut (upper ; up ; upward : The Chinese-English Dictionary, 1987,596) » et di « l’être suprême 1) Dieu, 2) l’Empereur (the Supreme Being 1) God 2) Empereur : The Chinese-English Dictionary, 1987, 149) ». S’agit-il d’un synthème ou d’un seul morphème lexical ? On pourrait avoir une commutation de avec shàngzhû, qui signifie aussi « Dieu », mais très précisément « le maître d’en haut ». D’autres commutations de sont possibles :

shàngcéng « couches supérieures, niveaux supérieurs (upper strata ; upper levels : The Chinese-English Dictionary, 1987, 597) », formé de céng « (layer ; tier ; stratum : The Chinese-English Dictionary, 1987, 67) couche ; gradin, étage ; couche »,
shàngdaì « génération(s) précédente(s) », formé de dai « génération », shànggû « la haute antiquité », formé de l’adjectif gu « vieux ». Mais peut-on faire commuter shàng ? Apparemment oui : shàngâi « Dieu (souverain, maître d’en haut) » / tiāndi « Dieu (maître du ciel) » / xiāndì « empereur précédent » / huángdì) « empereur jaune ».

809Donc shàngdì signifie « Dieu » en tant qu’il est « l’empereur, le premier être d’en haut », ce qui reviendrait à dire que ce mot composé est bien formé de deux unités significatives en quelque sorte soudées, et doit donc être considéré comme un synthème.

810chéngxíng « prendre forme » (cf. chéng jiā « prendre femme » où jiâ signifie « famille »). Mais peut-on faire commuter chéng, qui, seul, signifie « ljréaliser, 2) devenir » ? Il semble que oui :

chéngxing « prendre forme » / zaòxíng « fabriquer une forme ».

811Il s’agit donc d’un verbe morphématiquement complexe, puisqu’il combine deux morphèmes verbaux, et que sa signification est le résultat de la combinaison des signifiés de ces deux morphèmes lexicaux.

812yùnxíng « se mouvoir, être en mouvement » est un verbe composé formé de deux verbes, à savoir :

yùn « se mouvoir, tourner, virer »

813xíng « aller, marcher » (cf. wŏ fù xing « mon père marche » (en chinois ancien ; en chinois moderne, on dirait plutôt : wŏ fù xing zhŏ). On peut faire commuter yùn devant xing :

yùnxing / bùxing « aller à pied, marcher » (cf. le « pas »)

814et xing après yùn :

815yùnxing / yùndòng « faire de l’exercice », c’est-à-dire « se déplacer et bouger » / yùnsòng « transporter », c’est-à-dire « déplacer en direction de, pour donner, transmettre ». Le sens du verbe composé yùnxing peut fort bien résulter de la combinaison des sens des deux lexemes verbaux qui le composent ; il correspond à « se mouvoir en allant, en marchant ». C’est donc aussi un synthème.

816zài shuí miàn shàng « au-dessus de la surface des eaux » : Une première commutation

zài shuï miàn shàng « au-dessus de la surface des eaux » / zài shuî miàn λià « au-dessous de la surface des eaux »

817permet d’identifier un lexème shàng « dessus (angl. upper, up, upward) ». Une deuxième commutation

zài dì miàn shàng « au-dessus de la surface de la terre » / zài di shàng « au-dessus de la terre »

818permet d’identifier le lexème miàn « surface ». Et une troisième commutation

zài dì shàng « au-dessus de la terre » / zài cūo shàng « au-dessus de la table »

819permet d’identifier le lexème di « terre ». Reste zài, qui seul est une préposition indiquant la localisation, par exemple dans :

zài shuǐ miàn « à la surface de l’eau »

zài xuéxiào lí kāi huì « tenir une réunion à l’école » (Alleton, 1973,118).

820La préposition zài « à » ne commutant pas dans le voisinage de shàng « dessus », il faut voir dans zài... shàng une locution prépositionnelle morphologiquement complexe, mais morphématiquement simple, comme peut l’être en français au-dessus de, lequel commute globalement avec une préposition comme sur ou dans, et introduit un constituant formant avec cette préposition morphologiquement complexe un syntagme prépositionnel ou adverbial.

2. Version plus moderne

821Voici une autre version plus moderne des mêmes versets, qui se carcatérise par le fait de présenter des morphèmes grammaticaux dont la version ancienne citée ci-dessus se passait, par exemple la préposition de

i zuichū « au commencement »

822la conjonction de

tiān hé dì « le ciel et la terre »

823le morphème d’accompli de

chuàng zào lé « créa »

824la copule de

shì yi piàn hùndùn « être un chaos ».

825zài zuì chū shàng zhŭ chuàng zào le tiān hé dì

826[zàj zuĭ t∫ū ∫àn zhŭ t∫uàn dzào lé tjēn hé dĭ

827A début Dieu créer perf. Ciel et terre

828« Au commencement Dieu créa le ciel et la terre

829rán ér dà dì shì yi piàn hùndùn

830rán ér dà dì ∫i yi pjὲn xùndùn

831or (grand) terre être un Spécif. chaos

832Mais la terre entière un chaos.

833ér zài shēn yuān zhī yŏu hēi àn

834ér dzàj ∫φn yēn zhī ∫àŋ jŏ xēj àn

835et à profond source de dessus avoir obscurité

836Et au-dessus de l’abîme il y avait des ténèbres.

837zài shuĭ zhí shàng yǒu shàng zhǔ dĕ shén líng

838dzàj swĕj zhí ∫àŋ jǒ Jàn zhǔ dĕ ∫én líŋ ]

839à eau de dessus avoir Dieu de dieu esprit

840Au-dessus de l’eau il y avait l’esprit (divin) de Dieu ».

841zài zuì chû « au tout début » : D’abord deux commutations :

zài zuì chū « au début » / cóng zuì chū « à partir du début » => zài « à »

zài zuì chū / zài zuì hoù « à la fin » => chû « début ».

842Il est également possible de faire commuter zuî

zài zuì chū / zài niánchū « au commencement de l’année ».

843Mais il ne serait pas possible dans le texte de la Bible de faire commuter zui avec zéro, et de dire *zài chû « au commencement ». Par contre, le morphème zài, qui est un adverbe d’intensité ou de “degré” (cf. Alleton, 1973, 124), précédant le plus souvent un adjectif, signifie quelque chose comme « le plus » (cf. hko « bien », zui hào « le mieux »). Il en découle que zài zui chû signifie quelque chose comme « au tout début », c’est-à-dire « au commencement des temps ». Le nom chû a donc en chinois le sens relatif de « le commencement de », et ne peut pas être employé absolument pour présenter comme le nom français commencement l’effet de sens de « commencement des temps ». Pour obtenir une signification comparable, il faut ajouter au lexème chu l’adverbe de degré zuï.

844shàngzhŭ « maître d’en haut » : C’est un synonyme de shàngdî « Dieu », qui, comme shàngdì, est en fait un synthème. On peut en effet faire commuter la première syllabe, ce qui donne

dìzhu} « maître, c’est-à-dire : propriétaire de la terre »

fángzhu}, vwilzhu} « propriétaire (de la maison) »

845Par conséquent shàngzhù signifie bien « Dieu », mais en tant que « maître d’en haut ».

846chuàngzào « créer ; produire ; écrire (créate ; produce ; write : The Chinese-English Dictionary, 1987, 108) » : Ce verbe est apparemment formé du verbe simple zào :

wŏ bàbà zào fáng zĭ « mon père construit une maison »

847où ži cependant est obligatoire pour que la phrase soit grammaticale, mais n’a pas de sens. Son premier élément chuàng se retrouve dans de nombreux verbes, qui semblent également composés :

chuànglì « fonder, constituer, être à l’origine de (found ; origínate : The Chinese-English Dictionary, 1987, 108) (par exemple une société, un organisme) »
chuàngxîn « créer du nouveau, avancer de nouvelles idées », avec l’adjectif xin « nouveau »
chuàngbàn « fonder, constituer (establish : The Chinese-English Dictionary, 1987,108) (par exemple un lycée, une université) ».

848Et il est possible de le faire commuter :

zhìzào « fabriquer », c’est-à-dire « instituer et créer »,jiànzào « construire, c’est-à-dire « ériger et construire »

849zhì pouvant signifier seul « créer, fabriquer », mais uniquement en chinois ancien, et jiàn s’employant seul en chinois écrit comme dans jiàn guô « établir, fonder une nation ». Il est donc possible de voir dans ces verbes composés des synthèmes, qui, dans la langue parlée, sont déjà devenus des morphèmes uniques. Le nombre de ces synthèmes ou de ces anciens synthèmes s’explique probablement par le fait qu’en chinois moderne les mots doivent plus ou moins être bisyllabiques, alors qu’en chinois ancien les mots sont le plus souvent monosyllabiques.

850tiān hé dì « ciel et terre » : On peut faire commuter avec huô « ou » :

tiân hud dì « ciel ou terre »

851On a donc le morphème « et ».

852dàdì « 1) terre entière ; 2) territoire entier (d’un pays) ». Ce mot est formé de l’adjectif « grand » et du nom « terre ». Mais dàdi, qui pourrait signifier « grande terre » par opposition à pingdi « terre plate, terrain plat » ou à caôdi « pelouse, prairie (= herbe terre) », signifie en fait « terre », au deuxième sens du mot français terre, à savoir “Continent, sol sur lequel on marche, par opposition à la mer, ou parfois à l’air” (Lexis), et non plus au sens de “étendue de sol qui est la propriété de quelqu’un” (Lexis). On peut donc considérer que le sens de « terre, continent » est un développement particulier à partir du sens de « grande terre », et par conséquent que dàdì est bien un synthème, mais un synthème dont le sens n’est pas à proprement parler celui de la combinaison des deux lexemes qui le forment, mais est dérivé à partir du sens de cette combinaison. On remarquera aussi que là où le français n’hésite pas à associer deux sens à un même signifiant, le chinois préfère marquer formellement la différence de sens, en opposant un synthème à un lexeme.

853shì yí piàn hùndùn « être un chaos » : On identifie le morphème verbal shi, morphème verbal de signifié « être », grâce à la commutation :

shì yi piàn hùndùn / chéng yi piàn hùndùn « devenir un chaos ».

854La commutation

shì yí piàn hùndùn / shì yí pian yûn « être un nuage »

855semble faire de hùndùn un morphème unique. Et la commutation

shì yí piàn hùndùn / shì liăng piàn hùndùn « être deux chaos » ;

856invite à voir dans le morphème numéral « un ». Quant à piān, c’est un “spécificatif” qui caractérise un objet plat et mince (cf. yì-piān mîanbâo « une tranche de pain », yì-piān shùyè « une feuille [d’arbre] », yí-piān câodi « une prairie », exemples de Alleton, 1973, 52). Par contre serait un spécificatif pour « objet qu’on tient en main » : wŏ gěi nĭ yì bà dāo « Je vous donne un couteau » en face de wŏ gěi nĭ yì bà dāo « je vous donne un coup de couteau ».

857shēnyáun « abîme » : où shēn signifie « profond », comme on peut le voir dans

shēn dòng « un trou profond » / xiaŏ dòng « un petit trou »

858et yuán signifie « gouffre, eaux profondes » ; par conséquent shēnyuán est un synthème signifiant « gouffre profond => abîme ».

859yŏu hēiàn « y avoir une noire obscurité » : peut s’opposer à

shi héi àn « être une noire obscurité ».

860Dans hëiàn, on retrouve l’adjectif hēi « noir » que l’on a dans

hēi shì « marché noir », hēi doù « haricot noir »

861et que l’on pourrait faire commuter avec nui de

yŏu huì àn « il y a une obscurité légère ».

862On peut donc admettre que hēiàn signifie quelque chose comme « obscurité noire », c’est-à-dire « obscurité profonde », ce qui correspond assez bien au lexeme français ténèbres, qui a un sens plus fort que le synthème obscurité (cf. Bénac, 1956, Le dictionnaire des synonymes, 633 : “Obscurité, absence partielle ou totale de lumière, désigne abstraitement une qualité ou un état. Ténèbres, absence totale de lumière, évoque une chose concrète”). On voit ainsi que le chinois exprime par un synthème ce que le français exprime, lui, par un seul lexeme. Le chinois est donc plus explicite.

863shàngzhü de shénlíng « l’esprit de Dieu » : Les commutations

shén líng « esprit sacré » / shén yì « volonté de Dieu, volonté divine », shén tōng « aptitude remarquable, pouvoir divin »

864permettent d’identifier le lexeme líng « esprit », et montrent qu’il est légitime de retrouver dans shénlíng le lexeme shén, qui signifie « 1) dieu, divinité, 2) surnaturel, sacré ». On peut également faire commuter ce dernier lexeme avec yōu « écarté, séparé, pâle » ou « grand père, ancêtre », et obtenir yōuling « esprit, fantôme » ou zŭlíng « âme des ancêtres ». Le syntagme nominal chinois se traduira par « l’esprit de Dieu », mais il signifie en fait, d’une façon plus riche, « l’esprit divin du maître d’en haut ».

865Quant au constituant de de ce syntagme

866nominal, c’est un morphème grammatical qui indique que le nom qui le précède est complément du nom qui le suit. Donc en chinois, “le déterminant précède le déterminé” (cf. Alleton, 1973,56).

3. Verset 4

867shàngdì kànjiàn lĕ guàng shì hǎo de

868[∫andì kὲndƷjὲn lĕ guãn ∫i ǎo de

869en. haut souverain voir achevé lumière être bon

870« Dieu vit que la lumière était bonne.

871[suŏyĭ shàngdì fēnkāi guāng gēn hēiàn

872[suŏjĭ ∫aŋdĭ fēnkāj guãŋ gēn ējàn]

873c’est pourqoui en. haut souverain séparer ouvrir lumière et noir sombre

874c’est pourquoi Dieu sépara la lumière et les ténèbres ».

875kànjiàn « voir » : Ce verbe est composé de deux verbes simples, pour lesquels le dictionnaire donne comme première traduction “see « voir »”. Mais il ne semble pas pour autant que les locuteurs natifs donnent exactement le même sens à

kànjiàn lĕ guàng « avoir vu la lumière »
kàn lĕ guàng « avoir regardé la lumière »
jiàn lĕ guàng « avoir vu, perçu la lumière ».

876Le verbe kànjiàn a le même sens de « voir » que le verbe simple jiàn qui le compose, et dont il est quasiment un synonyme. Mais on peut penser qu’il ajoute la nuance d’« effort pour regarder », laquelle correspond au sens de l’autre verbe simple qui le compose. Il est vrai que l’on peut faire commuter ces deux verbes simples :

kànjiàn / /huìjàn « rencontrer », c’est-à-dire « voir dans une réunion » (cf. huì « se réunir, réunir ») / tīngjiàn « entendre », c’est-à-dire « percevoir en écoutant » (cf. tīng « écouter »)

kànjiàn / kàntòu « comprendre à fond ; voir à travers » / kànbìng « visiter, voir (un malade) » (cf. bìng « malade »).

877Mais dans la mesure où kànjiàn semble bien avoir finalement le même sens que le verbe simple jiàn, il est tentant de le considérer comme un simple lexeme, qui doit être plus moderne que le verbe jiàn, à cause de sa forme bisyllabique.

878On remarquera qu’à la différence du français, le chinois n’emploie aucun morphème de subordination comme fr. que pour indiquer que le constituant propositionnel guàng shî hào de est une subordonnée à rattacher au verbe kànjiàn « voir ».

879fēnkāi : est un verbe composé qui signifie :

fēnkāi « separate, part (séparer, partager) »

880et dont les verbes qui le composent signifient :

fēn « divide, separate, part (diviser, séparer, partager) » kSi « open (ouvrir) ».

881Malgré la similitude de sens entre fènkâi et le verbe simple fên, il n’est guère possible de voir dans ce verbe composé un synthème, dans la mesure où son sens n’a apparemment rien à voir avec celui du verbe simple kal « ouvrir ».

882En conclusion, on signalera ce qui peut paraître une des principales difficultés du chinois moderne en ce qui concerne l’analyse en morphèmes. Alors que, dans le style littéraire ancien, les lexemes étaient le plus souvent monosyllabiques, “dans les textes descriptifs contemporains <...> la plupart des mots sont dissyllabiques” (Alleton, 1970, 19), et peuvent alors être soit des combinaisons de morphèmes figées que Martinet appelle synthèmes, soit des lexemes morphologiquement complexes, mais morphématiquement simples. On a pu voir que si dans un grand nombre de cas il était légitime de parler de synthème, il n’était pas toujours facile de trancher entre ces deux solutions théoriques possibles.

883Alleton Viviane, 1973, Grammaire du chinois, Que sais-je ? n° 1374, Paris, PUF, 128 p.

884Alleton Viviane, 1970, L’écriture chinoise, Que sais-je ? n° 1519, Paris, PUF, 128 p.

885The Chinese-English Dictionary, 1987, (1e éd. : 1978), Hong Kong, The Commercial Press, 976 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Appendice
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-12.png
Fichier image/png, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1519/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6k

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540