Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Deuxième partie. Applications

Chapitre II. Conjugaisons

Texte intégral

1Dans le 2e chapitre, il ne s’agit plus d’examiner des problèmes particuliers, mais de voir ce que l’analyse en morphèmes peut apporter dans la description de données plus systématiques de la langue comme la ou les conjugaisons du verbe.

2Nous n’examinerons pas le verbe français : nous renvoyons pour cela à notre livre intitulé Le système verbal français, publié en 1998 chez Armand Colin.

I. ESPAGNOL

A. 1e Conjugaison : Cantar « chanter »

1. Le lexème verbal

cantas « tu chantes » / amas « tu aimes » => /kant/ « chanter »
cantas « tu chantes » / bebes « tu bois » => /kanta/ « chanter ».

3Il y a donc apparemment deux solutions différentes.

4Mais on retrouve un radical canta- à tous les temps sauf au subjonctif présent. Et quand on a seulement cant-, ce deuxième radical est toujours suivi d’une voyelle autre que /i/ :

canto « ja chante », cante « que je chante », cantes « que tu chantes », etc.,

canté « je chantai », cantó « il chanta » ; mais cantáis « vous chantez »

5On est donc en droit de considérer que l’on a affaire à deux allomorphes d’un même lexeme, puisque ces deux segments différents, qui correspondent au même signifié « chanter », sont en distribution complémentaire.

6De cela il découle que l’on va postuler 6 morphèmes de personne, à savoir :

-o « je », -s « tu », -φ « il », -mos « nous », -is « vous » et -n « ils »

7que l’on va retrouver à l’indicatif imparfait, au futur, à l’imparfait, au subjonctif présent, aux deux prétendus imparfaits du subjonctif, au futur du subjonctif, à cette différence près que dans tous ces autres temps, le morphème de 1* personne ne présente pas un signifiant -o, mais un allomorphe 0. On remarquera qu’en espagnol les morphèmes de personne ne sont pas des mots antéposés au lexème verbal comme en français, mais ce qu’on appelle des désinences, c’est-à-dire des segments qui sont à la fin de la forme verbale qui contient le lexème verbal. On remarquera en outre une difficulté de la conjugaison espagnole : elle présente deux morphèmes de personne homonymes à signifiant zéro, à savoir le morphème de Personne 1 et le morphème de Personne 3. Il n’y a aucun intérêt à découper en deux les morphèmes personnels dits du pluriel ; car une éventuelle segmentation de -mos en -o- « je » et -m...s « pluriel », et de -is en -5 « tu » et -i- « pluriel » serait sémantiquement contestable, et surtout serait en opposition avec le -n, forcément insegmentable, de 3e personne du pluriel.

8Les grammaires découpent parfois certaines des formes verbales du présent en trois segments, à savoir :

cant-a-s, cant-a- φ, cant-a-mos, etc.

9en qualifiant de voyelle thématique le segment -a- intermédiaire. Cette voyelle thématique serait ce qui indique que le verbe appartient à la première conjugaison, la voyelle thématique -e- caractérisant la deuxième conjugaison (cf. beber « boire »), et la voyelle -i- la troisième conjugaison (cf. vivir « vivre »). Il est certain que cette prétendue voyelle thématique n’est pas un morphème, faute de correspondre à un signifié. Il convient donc de dire qu’elle fait partie du signifiant ou du lexème verbal ou du morphème personnel qui le suit. Nous avons vu qu’elle était plutôt un élément du signifiant d’une des variantes du lexème, ce qui veut dire que la première conjugaison se définira comme la conjugaison formée par l’ensemble des lexèmes dont le signifiant peut se terminer par une voyelle de timbre /a/.

2. L’imparfait de l’indicatif

10Quand on ne sait pas que le lexème verbal peut avoir un signifiant /kanta/, des paires minimales comme

cantabas « tu chantais » / cantas « tu chantes », cantamos « nous chantons » / cantabamos « nous chantions »

11peuvent recevoir deux interprétations, soit

cant-ab-as / cantas

12où l’imparfait ajouterait un segment -ab- au présent, soit

13canta-ba-s I cantas

14où c’est un segment -ba- qui, ajouté au présent, correspondrait au signifiant du morphème d’imparfait. Ces deux analyses sont compatibles avec l’hypothèse précédente à propos du lexème verbal ; car on pourrait aussi bien avoir l’allomorphe cant- devant le segment à initiale vocalique -ab-que l’allomorphe canta- devant le segment à initiale consonantique -ba-. Mais la seconde analyse est préférable ; car elle n’impose pas de postuler des variantes des morphèmes personnels qui soient différentes des signifiants que nous leur avons reconnus plus haut pour le prétendu présent.

15On opposera donc un morphème d’imparfait à signifiant /ba/ au zéro du présent cantas. Et l’on admettra que ce zéro n’est pas le signifiant d’un morphème de présent, mais correspond simplement à une absence de morphème. Car les prétendues significations que les grammaires reconnaissent traditionnellement au temps présent ne sont en fait que des significations qu’un énoncé au présent reçoit du fait des données énonciatives qui caractérisent cet énoncé, c’est-à-dire du fait de la situation énonciative de cet énoncé, de son contexte linguistique ou de la situation référentielle qu’il désigne. On en dira de même du prétendu mode appelé traditionnellement indicatif, ce qui veut dire que l’imparfait de l’indicatif met en œuvre 3 morphèmes, et le présent de l’indicatif seulement deux.

3. Le futur simple

16Des paires minimales comme

cantaras « tu chanteras » / cantas « tu chantes », cantaremos « nous chanterons » / cantamos « nous chantons », etc.

17peuvent recevoir, deux interprétations. Soit on a un morphème de futur (« prospectif ») invariant de signifiant kl et des variantes des morphèmes personnels, à savoir respectivement

-as « tu », -emos « nous », et « je », « il », -éis « vous » et -ân « ils »

18soit on a deux allomorphes /ra/ et /re/ et les mêmes morphèmes personnels que pour les autres temps mentionnés jusqu’à présent. La seconde analyse est préférable, pour deux raisons : d’abord la simplicité de la description. Il est plus simple de postuler deux allomorphes de futur plutôt qu’un seul signifiant de futur et 6 allomorphes de personnes. Mais à cette simplicité descriptive s’ajoute une cohérence avec le reste du système : ce sont les mêmes morphèmes de personnes qui auraient au futur un signifiant zéro qu’aux autres temps de la conjugaison. Les deux mêmes allomorphes de « prospectif » se retrouveraient bien sûr au futur antérieur :

hab-ré cantado « j’aurai chanté », hab-rá -s cantado « tu auras chantés », etc.

19Ces deux allomorphes sont en distribution complémentaire, laquelle semble conditionnée par le contexte morphématique. On a /re/ aux premières personnes du singulier et du pluriel, et à la deuxième personne du pluriel ; on /ra/ aux autres personnes. Faut-il dire dans ces conditions que /ra/ est la variante non marquée ? Cela n’est pas évident.

20Les grammaires scolaires donnent souvent des informations diachroniques, qu’il ne faut pas transposer telles quelles dans une description synchronique. Elles disent par exemple :

“Les terminaisons du futur sont celles du présent de haber (cf. français). On dit d’abord he de cantar (cf. j’ai à chanter) et cantar he, devenu plus tard cantar é” (Duviols, & Villégier, 1958, 134).

21Synchroniquement ce n’est plus vrai, puisque la Personne 4 est au futur cantaréis « vous chanterez », en face de habéis « vous avez », et non pas ‘cantar abéis ou même cantar aéis. D’autre part le signifié de « prospectif » du morphème de futur n’a plus rien à voir avec le signifié de subordination du morphème d’infinitif. Synchroniquement on ne peut pas analyser le morphème de « prospectif » en un morphème d’infinitif plus un autre morphème dont le signifiant serait la voyelle subséquente.

4. L’impératif et le subjonctif

22Même si certaines grammaires scolaires n’hésitent pas à attribuer cinq personnes à l’impératif, “« seules les 2e personnes (sing. et plur) <lui> appartiennent en propre” (Duviols & Villégier, 1958, 132), exactement comme à l’impératif dit présent du latin » (Touratier, 1997,28), à savoir :

canta « chante », canta-d « chantez ».

23Ceci veut dire que -d est un amalgame du morphème d’impératif et du morphème de Personne 4 (par opposition à cantâ-is « vous chantez »), et, de la même façon, que le φ de canta-φ « chante » (par opposition à canta-s « tu chantes ») est un amalgame à signifiant zéro du morphème d’impératif et du morphème de Personne 2.

5. Temps propres à l’espagnol

24Le prétendu “futur du subjonctif”, et le prétendu subjonctif imparfait en -ra- :

“Si l’on néglige le prétendu ‘futur du subjonctif’, qui ‘a complètement disparu de la langue parlée et presque complètement de la langue littéraire’ (Duviols & Villégier, 1958, 186), ainsi que la prétendue variante en -ra- du subjonctif imparfait, qui nous semble être plutôt une variante de l’indicatif plus-que-parfait (cf. Touratier, 1994, 428-429), on a la même structure morphologique qu’en français, moins les formes dites surcomposées, et avec la postposition systématique des unités morphologiques de Personne comme en latin” (Touratier, 1997, 28).

25Si toutefois le prétendu “futur du subjonctif” est bien un subjonctif et un futur, on peut analyser

canta-r-e- φ

26avec une variante /r/ de futur, et l’allomorphe /e/ de subjonctif que l’on a dans cant-e-s « que tu chantes », dans la mesure où cette variante apparaît après morphème pouvant se terminer par un -a-, et dans la mesure où le morphème de futur peut avoir un signifiant /ra/.

6. Le morphème commun aux formes composées

27Dire que les formes composées présentent l’auxiliaire haber + le participe passé est une description traditionnelle, et nullement une analyse en morphèmes. Des paires minimales comme :

ha-n canta-do « ils ont chanté » / canta-n « ils chantent », et ha-n canta-do « ils ont chanté » / ‘n canta-do ou ‘canta-do-n
he-mos canta-do
« nous avons chanté » / canta-mos « nous chantons », et he-mos canta-do « nous avons chanté » / ‘mos cantado ou ‘canta-do-mos

28montrent que les segments ha- ou hé- ne peuvent pas commuter seuls, et que si on les suppriment, il faut aussi supprimer le prétendu participe passé -do, ce qui donne alors des formes de présent, à condition de faire passer le morphème de personne après le lexème verbal. On en conclut que ha-... -do et he-... -do sont deux allomorphes à signifiant discontinu.

29La 1e personne du singulier du passé composé s’analysera alors avec un morphème à signifiant zéro de Personne 1 :

he-φ canta-do « j’ai chanté » / cant-o « je chante »

30plutôt qu’avec une variante zéro du premier segment de ce morphème, plus une variante du morphème de Personne 1.

31En ce qui concerne la Personne 5 du passé composé :

habéis canta-do « vous avez chanté »

32on postulera une variante habe- du premier segment, plutôt qu’une variante hab-, à quoi il faudrait ajouter une variante -éis de Personne 5. Ce habe-se retrouve d’ailleurs dans l’infinitif passé habe-r canta-do « avoir chanté », et dans le participe passé habie-ndo canta-do « ayant chanté ». Par contre on a bien une variante hab- dans les futurs antérieurs et les conditionnels passés :

hab-ré-φ canta-do « j’aurai chanté », hab-r-ia-φ canta-do « j’aurais chanté », etc.

33On pourrait récapituler toute cette analyse en morphèmes, en proposant le tableau suivant de la conjugaison du verbe cantar, qui est le modèle de ce que les grammaires appellent la première conjugaison.

B. 1e Conjugaison : Pensar « penser »

34Ce verbe est considéré comme un verbe irrégulier, parce qu’il présente une diphtongue -ie- à la place du -e- attendu aux indicatif, impératif et subjonctif présents :

piens-o, piensa-s, piensa, pensa-mos, pensâ-is, piensa-n
piense, pensad,
piens-e, peins-e-s, piens-e, pens-e-mos, pens-é-is, piens-e-n.

35Les grammaires donnent l’explication suivante :

“Un certain nombre de verbes des 1e et 2e conjugaisons ayant un e comme dernière voyelle du radical changent cet e en ie quand il porte l’accent tonique : à tout le singulier et <à la> 3e personne du pluriel des trois présents : Indicatif, Impératif, Subjonctif (Duviols, & Villégier, 1958,147).

36Il ne s’agirait donc pas de deux allomorphes, mais d’un morphème à signifiant invariant, dont le signifiant contient un phonème /e/ qui présente normalement sous l’accent tonique une variante phonologique diphtonguée. A moins qu’il ne faille postuler l’inverse, et dire que c’est le son [e] qui est la variante de la diphtongue /ie/, quand cette dernière n’est pas sous l’accent. De toute façon, il s’agit d’un problème de variation phonologique.

C. 3e Conjugaison : Vivir « vivre »

1. Le lexème verbal

37Deux allomorphes /viv/ et /vivi/ s’imposent si on oppose :

viv-o « je vis » / cant-o « je chante », vivimos « nous vivons » / cantamos « nous chantons », vivi-r « vivre » / canta-r « chanter », vivi-ré « je vivrai » / canta-ré « je chanterai », etc.

38le signifiant /viv/ apparaissant uniquement devant voyelle :

viv-a « que je vive », viv-as « que tu vives », etc.

a. Un premier problème

39Comment analyser les formes comme :

vives « tu vis », vive « il vit », viven « ils vivent ».

40On peut soit postuler que le lexème présente le signifiant viv-, et il faut alors postuler trois allomorphes de personnes, à savoir :

-es « tu », -e « il » et -en « ils »

41en se fondant sur les paires minimales

viv-es « tu vis » / viv-o « je vis », viv-e « il vit » / viv-o, et viv-en « ils vivent » / viv-o

42soit postuler un 3e allomorphe vive- du lexème verbal, en s’appuyant sur les paires minimales :

vives « tu vis » / canta-s « tu chantres », vive-φ « il vit » / canta-φ « il chante » et vive-n « ils vivent » / canta-n « ils chantent ».

43Cette seconde solution est plus intéressante, puisqu’elle coûte seulement un allomorphe de plus, et non pas trois. Elle a en outre l’avantage qu’elle permet d’expliquer le subjonctif imparfait viviese « que je vécusse » (ainsi que les prétendus subjonctif futur viviere et subjonctif imparfait en -ra-viviera « que je vécusse ») et le gérondif viviendo « en vivant », à partir d’un radical vive-, où le phonème /e/ présenterait sa variante diphtonguée, parce qu’il reçoit l’accent tonique.

44Quant à la distribution complémentaire entre les deux allomorphes vivi- et vive, elle est incontestable ; mais elle ne semble pas pouvoir recevoir une formulation simple. On est obligé de dire que l’on a vivi-devant les consonnes du futur et du conditionnel, devant celles des morphèmes d’infinitif, du morphème de Personne 4, du morphème d’impératif, et du morphème de participe passé (vivi-do « vécu »), mais que devant les autres consonnes ou devant la fin de mot on a vive-.

b. Le second problème

45Comment analyser le passé simple viví « je vécus ». Dans la mesure où toutes les formes de ce passé simple contiennent un -i-, et dans la mesure où toutes les formes du passé simple des verbes de la deuxième conjugaison ont ce même -/-, alors que le lexème verbal ne connaît aucun allomorphe en -i- final, le -i- ne peut être interprété que comme le signifiant du morphème de passé simple. Cela veut dire que le lexème « vivre » présente au passé simple la variante sans voyelle finale viv-, puisqu’il est suivi d’un morphème à signifiant vocalique.

46Duviols M., & Villégier, J., 19587, Grammaire espagnole avec exercices pratiques, Paris, Hatier, 302 p.

47Touratier Christian, 1997, “Description morphologique comparée du verbe”, in : Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, 14, 11-44.

II. L’exemple d’un verbe hebreu

48Il s’agit maintenant de pratiquer systématiquement l’analyse en morphèmes d’un verbe hébreu, en refaisant un exercice proposé par Gleason, 1969,56 sqq.

491. Morphèmes personnels (objet, ou 2e actant) (cf. Gleason, 1969,6.4, p. 56-57).

50Soit les trois formes verbales suivantes

1. /zskartûhuu/ « je me souvenais de lui »

2. /zakartîihaa/ « je me souvenais d’elle »

3. /zakartîikaa/ « je me souvenais de toi »

51La comparaison de 1. et 2. amène à envisager la possibilité de deux morphèmes personnels, à savoir /uu/ « lui (obj.) » et /aa/ « elle (obj.) ». Mais les paires 1. et 3. ou 2. et 3. montrent que c’est la commutation au niveau de la forme de /huu/ avec /kaa/ ou de /haa/ avec /kaa/ qui correspond au changement partiel de signification remplaçant « lui » de 1. par « toi » ou « elle » de 2. par « toi ». Il convient donc d’interpréter l’opposition entre 1. et 2. en découpant :

/zakartíi/ + /huu/ « je me souvenais » + « de lui » ~ /zakartíihaa/ « je me souvenais » + « d’elle »

52et non

/zakartíih/ + /uu/ « je me souvenais » + « de lui » ~ /zakartíih/ + /aa/ « je me souvenais » + « d’elle »

53comme le suggérerait une interprétation mécanique de la commutation que représentent 1. et 2.

54De la même façon, si on partait de la commutation qui correspond à la paire 2. et 3. interprétée mécaniquement, c’est-à-dire selon les apparences immédiates, on pourrait dire qu’au niveau purement formel, cette commutation remplace seulement /h/ par /k/. Mais si l’on postulait un morphème /h/ « elle (obj.) » et un morphème /k/ « toi (obj.), ceci serait contradictoire avec l’hypothèse de /uu/ « lui (obj.) » et /aa/ « elle (obj.) » que suggère la paire 1. et 2. On voit par contre que l’hypothèse descriptive qui admettrait les trois morphèmes : /huu/ « lui (obj.) », /haa/ « elle (obj.) » et /kaa/ « toi (obj.) » est meilleure, dans la mesure où elle résoud cette apparente contradiction, en faisant de /h/ et de /aa/ des parties du signifiant globalement associable au signifié « elle (obj.) ». Et l’on voit ainsi que si le segment phonique /haa/ est apparemment decomposable, étant formé de plusieurs phonèmes, en tant que signifiant de morphème il est insegmentable et représente donc une unité minimale. Il faut toute la combinaison phonologique /haa/ pour avoir le signifié « elle (obj.) ». Cette suite de phonèmes, qui est une combinaison d’unités de la seconde articulation, est donc minimale au niveau de la première articulation.

55Il importe de bien voir que la bonne interprétation morphématique d’une commutation qui met en parallèle une différence partielle de contenu et une différence d’un seul phonème dans l’expression ne consiste pas obligatoirement à postuler que cette différence d’un seul phonème est le signifiant qui supporte la différence partielle de signification. Cela peut certes être le cas ; mais il est aussi possible que la différence de contenu soit en fait portée par un signifiant qui soit plus grand que la seule différence d’un phonème que la commutation met en évidence. Ainsi, après avoir identifié l’unité significative /mεR/ dans

/ʒε vy vƆtR mεR/ « j’ai vu votre mère »

56en faisant commuter / meR / avec /ami/

/ʒε vy vƆtR ami/ « j’ai vu votre ami »,

57on ne va pas, à cause de la commutation possible avec /pεR/, qui remplacerait la signification de « femme qui a un ou plusieurs enfants » (DFC, 1966, 726) par celle de « homme qui a un ou plusieurs enfants », postuler trois morphèmes /p/ « homme », /m/ « femme » et /εR/ « qui a un ou plusieurs enfants ». Car d’une part on ne retrouve pas d’autres utilisations des éventuels morphèmes /p/ et /m/, et d’autre part il ne serait pas possible de retrouver dans /fRεR/ l’éventuel morphème /εR/. Ainsi /pεR/ et /mεR/ sont des unités significatives minimales. Et il suffit que les deux segments phoniques partiellement identiques comme /pεR/ et /mεR/ différent d’un phonème, en l’occurrence de /p/ et /m/, pour qu’ils soient deux signifiants morphématiquement insegmentables différents. Ce n’est pas /p/ qui s’oppose morphématiquement à /m/ ; c’est le segment /pεR/ qui s’oppose globalement et unitairement à /mεR/.

2. Morphèmes personnels (sujet, ou 1e actant)

4.zәkarnúuhuu/ « nous nous souvenions de lui »
5./zәkarnúuhaa/ « nous nous souvenions d’elle »
6. /zәkarnúukaa/ « nous nous souvenions de toi »

58La différence partielle, au niveau de l’expression, de ces trois nouvelles formes par rapport aux trois précédentes vient de ce que le segment /núu/ a commuté avec le segment /tíi/. Or cette commutation correspond à une différence partielle de sens, qui remplace le « je » des trois premières formes par un « nous ». Ceci amène à postuler donc deux nouveaux morphèmes, à savoir /núu/ « nous (suj.) » et /tíi/ « je (suj.) ».

59Mais rien ne prouve que cette analyse soit définitive : tant que le reste de la forme n’a pas été analysé, il ne s’agit que d’une hypothèse provisoire. Car, comme le dit justement H. A. Gleason, “les morphèmes pourraient être /rtíi/ « je » et /rnúu/ « nous »” (Gleason, 1969, 57), exactement comme nous avons vu qu’une hypothèse apparente de découpage en /aa/ et /uu/ devait être revue et remplacée par l’hypothèse plus large et plus fructueuse d’un découpage en /haa/ et /huu/.

60Remarquons incidemment que les trois nouvelles formes verbales citées confirment assez bien l’analyse proposée précédemment pour les pronoms dits objets des trois formes précédentes, puisqu’elles semblent bien associer aux mêmes différences formelles /haa/, /huu/, /kaa/ les mêmes différences de sens « elle (obj.) », « lui (obj.) », « toi (obj.) ».

3. Lexème verbal

7. /qәṭaltíihuu/ « je l’ai tué » ou « je le tuais »
8. /qәṭalnúuhuu/ « nous l’avons tué » ou « nous le tuions »

61La paire minimale constituée par 7. et 1.

/qәṭaltíihuu/ « je l’ai tué » ~ /zәkartíihuu/ « je me souvenais de lui »

62ainsi que celle qui est constituée par 8. et 4.

/qәṭalnúuhuu/ « nous l’avons tué » ~ /zәkarúuhuu/ « nous nous souvenions de lui »,

63fait commuter /zәkar/ avec /qәṭal/. Or cette commutation, au niveau de la forme, semble correspondre, au niveau du sens, au remplacement de « se souvenir » par « tuer ». Ceci conduit à postuler deux morphèmes, à savoir /zәkar/ « se souvenir » et /qәṭal/ « tuer ».

64Mais, comme le remarque H. A. Gleason, “nous n’avons cependant aucune raison d’être sûrs que chaque segment ainsi isolé ne constitue qu’un seul morphème” (Gleason, 1969, 57). Ce sont probablement des unités significatives ; mais elles ne sont pas forcément minimales. De fait, si l’imparfait ou le passé simple des traductions françaises correspond à quelque chose d’effectif en hébreu, il ne reste aucun segment qui puisse être considéré comme son signifiant. Se pose donc la question de savoir ce qui peut bien indiquer le passé dans les formes étudiées jusqu’à présent ?

4. Variation du lexème verbal : (cf.Gleason, 1969,58)

9. /zәkaarúuhuu/ « ils se souvenaient de lui »
10. /zәkaaráthuu/ « elle se souvenait de lui »

65La paire minimale que forment 9. et 10. invite à associer la différence partielle de signifiant à la différence partielle de signifié, et donc à postuler un morphème /úu/ « ils (suj.) » et un morphème /át/ « elle (suj.) ». Mais les paires théoriquement minimales 9. et 1.

/zәkaar-úu-huu/ « ils se souvenaient de lui » ~ /zәkar-tíi-huu/ « je me souvenais de lui »

66ou 9. et 4.

/zәkaar-úu-huu/ « ils se souvenaient de lui » ~ /zәkar-núu-huu/ « nous nous souvenions de lui »

67posent un problème ; car elles ne semblent pas vraiment minimales. Elles devraient s’opposer en remplaçant /úu/ « ils (suj.) » par /tíi/ « je (suj.) ou /át/ « elle (suj.) » par /núu/ « nous (suj.). Mais on constate qu’en plus de cette différence formelle, il y en a une seconde, puisqu’elles présentent un segment /zәkaar/, là où l’on attendrait /zәkar/. Comme “il y a une ressemblance évidente entre ces deux formes et <que> le sens paraît être le même <...> nous pouvons supposer que ce sont deux allomorphes d’un même morphème <...et donc> que /zәkar/ et /zәkaar/ sont des variantes d’un unique morphème provisoire” (Gleason, 1969, 58). Si tel est bien le cas, les phaires 9. et 1., et 9. et 4. sont, malgré les apparences, des paires minimales pour l’analyse en morphèmes : elles ne diffèrent que d’un seul morphème.

68L’hypothèse d’une allomorphie /zәkar/ et /zәkaar/ pose toutefois un problème : il faut savoir ce qui entraîne la variation du signifiant de ce morphème lexical. Si pour cela on ajoute aux formes que nous connaissons déjà d’autres formes, afin d’avoir un échantillon un peu plus fourni, on peut constater une différence d’environnement (de contexte phonique) entre ces deux prétendues variantes. Il suffit de faire un tableau en séparant les formes avec voyelle longue des formes avec voyelle brève. On trouve ainsi d’une part comme formes à voyelle brève :

1. /zәkar-tíihuu/ « je me souvenais de lui »
2. /zәkar-tíihaa/ « je me souvenais d’elle »
3. /zәkar-tíikaa/ « je me souvenais de toi »
4. /zәkar-núuhuu/ « nous nous souvenions de lui »
5. /zәkar-núuhaa/ « nous nous souvenions d’elle »
6. /zәkar-núuhaa/ « nous nous souvenions de toi »
11. /zәkar-túunii/ « vous vous souveniez de moi »

69et d’autre part comme formes à voyelle longue :

9. /zәkaar-úuhuu/ « ils se souvenaient de lui »
10. /zәkaar-áthuu/ « elle se souvenait de lui »
14. /zәkaar-óo/ « il se souvenait de lui »

70Un tel tableau permet tout de suite de constater “que /zәkar-/ se trouve devant une consonne et que /zәkaar-/ se trouve devant voyelle” (Gleason, 1969, 67). Dans la mesure où il y a ce qu’on appelle une distribution complémentaire entre les deux formes, c’est-à-dire que les contextes où apparaît une de ces formes excluent l’autre, et vice versa, il est légitime de parler de variante combinatoire.

71Mais tout n’est pas fini. Car qu’est-ce qui présente ici une variation : est-ce le lexème « se souvenir » ? auquel cas /zәkar/ et /zәkaar/ seraient bien des allomorphes, c’est-à-dire des variantes d’un morphème ? ou bien est-ce la voyelle /a/ ? auquel cas il s’agirait d’une variation phonologique, qui n’aurait donc rien à voir avec le lexème « se souvenir », et il serait inexact de parler d’allomorphe. Il conviendrait de parler seulement d’allophone. Car H. A. Gleason nous dit que si on élargit de plus en plus l’investigation, “il sera possible (pour l’hébreu) d’établir un schème des changements dans la longueur de la voyelle qui se retrouve dans toute la langue” (Gleason, 1969, 67) ; c’est nous qui soulignons). Ce schème général est le suivant :

“1e toute voyelle suivie de deux consonnes est brève, -sauf si elle porte l’accent, elle est alors brève ou longue-, /zәkar-tíihuu/ ; 2e normalement toute voyelle suivie d’une seule consonne est longue si la voyelle suivante est accentuée, /zәkaar-úuhuu/”

72(Gleason, 1969, 67). Il s’agit donc bien d’une règle phonologique, puisqu’elle concerne toute unité de la langue et non pas seulement telle ou telle classe de morphèmes. Gleason a donc tort de voir dans /zәkar/ et /zәkaar/ deux allomorphes. On a en réalité un morphème invariant, qui a la particularité de contenir dans son signifiant un phonème susceptible de présenter une variation. Quelle est alors la nature exacte de ce phonème ? Est-ce un /a/ bref ou un /a : / long ? Les mots analysés jusqu’à présent ne permettent pas de le dire. Car dans les mots du type /zәkartíihuu/ « je me souvenais de lui » le second phonème vocalique ne peut avoir qu’une réalisation phonétique [a] bref, puisqu’il est devant deux consonnes et qu’il n’est pas accentué. Et dans les mots du type /zәkaar-úuhuu/ « ils se souvenaient de lui », il ne peut avoir qu’une réalisation phonétique [a :] long, puisqu’il est suivi d’une seule consonne et d’une voyelle accentuée. Il faudrait donc trouver une forme où cette voyelle est suivie de deux consonnes, mais est accentuée, pour savoir si le signifiant contient un /a/ bref ou un /a : / long, vu que dans ce contexte l’opposition entre /a/ bref et /a : / long est possible.

73Si maintenant on ajoute les formes verbales suivantes :

15. /zaakártii/ « je me souvenais »
16. /zaakárnuu/ « nous nous souvenions »
17. /zaakár/ « il se souvenait »

74on constate que la paire 15. et 1.

/zaakártii/ « je me souvenais » ~ /zәkartίi-huu/ « je me souvenais de lui »

75se distingue avant tout par l’absence ou la présence du pronom /huu/ « lui (obj.) », mais aussi par le remplacement de /zәkar/ par /zaakár/, et par un déplacement de l’accent, qui est certes toujours sur l’avant-dernière syllabe du mot, mais l’avant-dernière syllabe du premier mot est l’antépénultième du second. La paire 16. et 4.

/zaakárnuu/ « nous nous souvenions » ~ /zakәrnúu-huu/ « nous nous souvenions de lui »

76met en évidence les mêmes différences partielles. On peut en conclure avant tout que les formes verbales 15. et 16. contiennent les mêmes morphèmes personnels /tii/ « moi (suj.) » et /nuu/ « nous (suj.) » que les formes verbales 1. et 4., et se distinguent des formes verbales 1. et 4. par l’absence de morphème personnel objet. On peut également en conclure que la syllabe accentuée /kár/ du lexème verbal contient un phonème /a/ bref, puisque dans cette position il est phonologiquement possible de choisir entre un /a/ bref et un /a : / long. Cela veut dire que le lexème de toutes les formes verbales avec pronom objet étudiées précédemment devait avoir comme signifiant /zәkar/. lequel se réalisait phonétiquement soit [zәkar] soit [zәkaar] suivant les règles de neutralisation des oppositions de quantité propres au système phonologique hébreu.

77Que faire maintenant de la différence entre /zәkar/ et /zaakár/, on est tenté évidemment d’y voir une variation. Mais là aussi s’agit-il d’une variation morphologique entre deux allomorphes ou d’une variation phonologique entre deux allophones ?

78Gleason admet que /zaakár/ est “simplement une autre variante conditionnée comme /zәkar/ et /zәkaar/” (Gleason, 1969, 59), c’est-à-dire, pour lui, un autre allomorphe de /zәkar/. En fait, il doit plus probablement s’agir de la même variation phonologique que celle dont il a été question jusqu’à présent, dans la mesure où la voyelle de la première syllabe est suivie d’une seule consonne et d’une voyelle accentuée, position où toute voyelle hébraïque ne peut avoir qu’une réalisation longue. La longue initiale de /zaakártíi/ s’expliquerait alors comme la longue intérieure de

9. /zәkaarúuhuu/ « ils se souvenaient de lui »

79ou de

14. /zәkaaróo/ « il se souvenait de lui »

80avec cette différence que la réalisation longue du phonème /ә/ serait [a : ] long et non [ә : ] long, qui n’existe pas en hébreu. Il resterait toutefois à vérifier l’exactitude de cette dernière description phonologique. Mais si tel est bien le cas, on doit dire que le lexème verbal de signifiant /zәkar/ et de signifié « se souvenir » est malgré les apparences invariant, les variations qu’il semble présenter étant dues en réalité au système phonologique de l’hébreu.

81Toute cette discussion montre combien il est important d’avoir fait la description phonologique d’une langue avant d’en faire la description morphématique, ou du moins de bien distinguer la description phonologique de la description morphématique ; car cela permet d’éviter d’attribuer à la morphologie des variations qui en fait sont dues à la phonologie.

5. Variation du morphème « lui (obj.) »

82L’analyse en morphèmes de la forme

14. /zәkaar-óo/ « il se souvenait de lui »

83pose un petit problème. Comment faut-il interpréter le seul segment /óo/ qui suit l’éventuel lexème /zәkar/, alors qu’on attendrait deux segments différents comme dans les formes 9. /zәkaar-úu-huu/ « ils se souvenaient de lui » et 10. /zakaar-át-huu/ « elle se souvenait de lui » par exemple. La paire

14. /zәkaaróo/ « il se souvenait de lui »
17. /zaakár/ « il se souvenait »

84permet de supposer que le segment /óo/ est associable au signifié « lui (obj.) », et que par conséquent il convient de voir dans 14. trois segments, à savoir /zәkaar-Ø-óo/, où Ø correspondrait au signifié « lui (suj.) », et dans 17. deux, à savoir /zәkaar-Ø/ avec le même morphème personnel à signifiant zéro.

85Mais si l’on admet ici un morphème /όo/ « lui (obj.) », cela veut dire qu’il doit s’agir d’une variante de /huu/ « lui (obj.) » que l’on a observé notamment dans :

9. /zәkaar-úuhuu/ « ils se souvenaient de lui ».

86Il importe alors de préciser le contexte qui entraîne cette variation morphologique. Comme on trouve le même suffixe /óo/ « lui (obj.) » dans :

18. /zәkartóo/ « tu te souvenais de lui »

87on est conduit à reconnaître qu’il y a entre les signifiants /óo/ et /huu/ une distribution complémentaire, le signifiant /óo/ n’apparaissant qu’après les morphèmes personnels Ø « lui (suj.) » et /t/ « toi (suj.) », et le signifiant /huu/ apparaissant dans tous les autres contextes morphémiques. Il s’agit donc bien d’une variation morphologique, puisqu’elle est conditionnée par la présence de certains morphèmes particuliers. La forme verbale 18. le montre très clairement. C’est après le /t/ signifiant du morphème personnel « toi (suj.) », et non pas seulement après le phonème /t/ qu’apparaît la variante /όo/ ; sinon on ne devrait pas trouver le signifiant /huu/ dans

10. /zәkaar-át-huu/ « elle se souvenait de lui ».

88où le morphème « lui (obj.) se trouve après un /t/ qui appartient au morphème de signifié « elle » et de signifiant /at/, et n’est donc pas le signifiant du morphème « toi (suj.) ».

89On parle d’allomorphes, c’est-à-dire de variation morphématique, lorsque deux signifiants différents sont d’une part associés à des signifiés qui paraissent identiques, et sont d’autre part en distribution complémentaire. On remarquera que le contexte qui entraîne ici la variation morphématique est de nature proprement morphématique. C’est en effet après les morphèmes personnels « il (suj.) » ou « tu (suj.) » qu’apparaît la variante /o0/ du morphème de signifié « lui (obj.) ».

90De la même façon on pourrait constater, si l’on avait un corpus plus fourni, que le signifiant /t/ du morphème personnel « tu (suj.) » est une variante qui, elle, apparaît devant la variante /oo/ du morphème personnel « lui (obj.) » ; car le signifiant ordinaire du morphème « tu (suj.) » au masculin est /taa/, comme dans

/zaakártaa/ « tu te souvenais », /laamadtaa/ « tu apprenais ».

6. Morphème à signifiant zéro

91On a précédemment postulé un morphème qui associe Ø au signifié « il (suj.) », dans

14. /zәkaaróo/ « il se souvenait de lui », analysé en /zәkaar-Ø-ôo/,

17. /zaakár/ « il se souvenait », analysé en /zakaar-Ø/.

92C’est ce qu’on appelle un morphème zéro, ou mieux un morphème à signifiant zéro. Il ne s’agit pas d’un morphème qui n’a pas de signifiant, ce qui serait un non sens, puisqu’un morphème est une unité à deux faces, qui associe un signifiant et un signifié. Il s’agit d’un morphème dont le signifiant est l’absence de marque formelle. Il ne faut donc pas confondre le zéro formel qui correspond à un morphème à signifiant zéro avec le zéro formel qui, lui, correspond simplement à une absence de morphème.

7. Morphème à signifant discontinu

93Quand nous avons comparé :

1. /zәkar-tίihuu/ « je me souvenais de lui »
4. /zәkar-núuhuu/ « nous nous souvenions de lui »

94avec

7. /qәṭal-tίihuu/ « je l’ai tué » ou « je le tuais »

8. /qәṭal-núuhuu/ « nous l’avons tué » ou « nous le tuions »

95nous avons été tenté de postuler deux morphèmes, à savoir /zәkar/ « se souvenir » et /qәṭal/ « tuer ». Mais nous avons négligé le fait que la différence partielle au niveau des signifiants entre 1. et 7. ou entre 4. et 8. n’était pas un segment /qәṭal/ à la place du segment /zәkar/, mais seulement trois consonnes non contiguës /q...t...l/ à la place des trois consonnes /z...k...r/. Car nos deux segments prétendument différents présentent les mêmes deux voyelle /ә...a/. Or on retrouve ces mêmes voyelles /ә...a/ dans d’autres formes verbales comme :

/∫amar-tίihuu/ « je l’ai gardé »
/qәṭal-núuhuu/ « nous l’avons pris »

96ce qui inviterait à admettre que le signifiant /zәkar/ n’est pas associable au seul signifié « se souvenir », mais au signifié complexe « se souvenir + passé », et par conséquent que le signifié « se souvenir » doit être associé à un signifiant consonantique discontinu /z...k...r/, et que la suite de voyelles non contiguës /a...a/ doit être, elle, un signifiant discontinu associable au signifié « passé ».

97Que faut-il entendre exactement par ce signifié de « passé », qui est rendu en français tantôt par un imparfait, tantôt par un passé composé ou un passé simple ? Pour répondre à cette question, il faudrait, après avoir identifié ce morphème de passé, faire une étude plus précise du fonctionnement de ce prétendu temps, ce qui permettrait d’arriver à une définition proprement sémantique beaucoup plus fine et plus juste. Mais il s’agirait alors plus d’un travail de sémantique que d’un travail de morphématique. On se contentera pour l’instant d’admettre, avec la tradition, un simple signifié de « passé ». Mais il est probable qu’un signifié comme « accompli » serait préférable.

98Pour en rester au niveau de l’identification des morphèmes, il serait intéressant de mieux asseoir le découpage morphématique, à première vue un peu surprenant, auquel on est finalement arrivé, et de chercher des confirmations dans d’autres commutations. Il existe par exemple des participes qui, combinés avec un pronom personnel, à quoi les grammaires traditionnelles ajoutent un verbe être sous-entendu, se traduisent par des présents :

99/hùu zookéer/ « il se souvient (litt. il <est> personne qui se souvient) » /anii ∫ooméer/ « je garde (litt. je <suis> personne qui garde) » /ataa qooṭéel/ « je tue (litt. tu <es> tuant) ».

100Si on admet que les pronoms personnels de ces phrases nominales sont des variantes des morphèmes personnels des verbes au passé, on peut dire que ces phrases nominales remplacent effectivement le morphème de passé à signifiant discontinu /ә...a/ par un morphème de participe également à signifiant discontinu /oo...ée/. On remarquera qu’il s’agirait alors d’un morphème de participe et non d’un morphème de présent.

101Mais à côté de ces formes au participe, il existe des futurs :

‘e-zәkor « je me souviendrai », ‘e-zәkor-huu « je me souviendrai de lui », ti-zәkor « tu te souviendras »
‘e-∫әmor-huu « je le garderai », ni-∫әmor-huu « nous le garderons », ti-∫әmeru-huu « vous le garderez ».

102Comme ces formes de futur présentent la même première voyelle que les formes de passé, on est conduit à postuler un lexème verbal /zәk...r/, et non pas simplement, comme on l’envisageait précédemment, /z...k...r/, un morphème /a/ de « passé », un morphème /0/ de « futur » et enfin une variante /’e/ du morphème « je », qui serait conditionné par la présence du morphème de futur.

103On voit ainsi que les morphèmes personnels dits sujets présentent trois variantes. Dans le contexte d’un verbe au passé, le signifiant est un suffixe /tii/, dans le contexte d’un verbe au futur, c’est un préfixe /’e/, et dans les autres cas, c’est un pronom syntagmatiquement indépendant /anii/.

III. LATIN

A. LES 5 CONJUGAISONS

104Le verbe latin présente cinq conjugaisons que les grammaires distinguent à partir des formes d’infinitif présent, accompagnées de la 1e personne du singulier de l’indicatif présent, à savoir 1) amāre « aimer » (amō « j’aime »), 2) monēre « avertir » (moneō « j’avertis »), 3) legere « lire » (legō « je lis »), 4) capere « prendre » (capiō « je prends »), et 5) audïre « entendre » (audiō « j’entends »), où le tiret au-dessus des voyelles indique qu’il s’agit d’une voyelle longue. On essaiera d’identifier les morphèmes qui entrent dans la constitution des séries suivantes de formes verbales appartenant à ces différentes conjugaisons latines.

  1. amant « ils aiment », monent « ils avertissent », legunt « ils lisent » legō « je lis », legis « tu lis », legit « il lit », legimus « nous lisons »

  2. amās « tu aimes », amat « il aime », amāmus « nous aimons », amō « j’aime » monēs « tu avertis », monet « il avertit », monēmus « nous avertissons », moneō « j’avertis »

  3. capiō « je prends », capis « tu prends », capiunt « ils prennent », capit « il prend », capimus « nous prenons »

  4. audiō « j’entends », audīs « tu entends », audiunt « ils entendent », audit « il entend », audīmus « nous entendons »

  5. monēbō « j’avertirai », monēbit « il avertira »,monēbunt « ils avertiront », monēbis « tu avertiras »

  6. monēbat « il avertissait », monēbās « tu avertissais », monēbant « ils avertissaient », monēbam « j’avertissais »

  7. moneat « qu’il avertisse », moneant « qu’ils avertissent », moneās « que tu avertisses »

  8. amābat « il aimait », amābās « tu aimais », amābant « ils aimaient », amābam « j’aimais »

  9. amābō « j’aimerai », amābit « il aimera », amābunt « ils aimeront », amābis « tu aimeras »

  10. legēbās « tu lisais », capiēbās « tu prenais », audiēbās « tu entendais »

  11. legerēs « que tu lusses », audīrēs « que tu entendisses », amārēs « que tu aimasses », caperēs « que tu prisses », monērēs « que tu avertisses », esset « qu’il fût », amāuissētis « que vous eussiez aimé »

  12. est « il est », amāuistis « vous avez aimé ».

1. Identification des lexèmes verbaux

105A partir des paires minimales de t., à savoir amant « ils aiment » / monent « ils avertissent », et amant I legunt « ils lisent », on peut postuler les morphèmes lexicaux

/ama/ « aimer »,
/mone/ « avertir »
/leg/ « lire ».

106A partir des paires minimales de 3. et 4., à savoir amās « tu aimes » / monēs « tu avertis », et amāmus « nous aimons » / monēmus « vous avertissez », on voit que ces lexèmes ont apparemment un autre signifiant :

/ama : / « aimer »
/mone : / « avertir ».

107Si on nous apprend que le système phonologique latin connaît une neutralisation des oppositions de quantité d’une part devant voyelle et d’autre part en syllabe finale fermée par autre chose qu’une sifflante, et si l’on accepte de décrire cette neutralisation en disant que dans ces contextes les voyelle longues comme les voyelles brèves ont une réalisation phonétique brève, ce qu’on peut noter à l’aide des deux règles phonologiques suivantes :

« + long » → [-long] / — -sifflant #
« + long » → [-long] / — voyelle

108on postulera pour ces deux lexèmes un seul signifiant, à savoir

/ama : / « aimer »
/mone : / « avertir »

109la seconde forme, c’est-à-dire la forme avec voyelle brève, étant due à une neutralisation phonologique, et ne correspondant donc pas à un allomorphe.

110A partir de la paire amō « j’aime » / moneō « j’avertis » de 3. et 4., on voit que le lexème de signifié « aimer » présente une variante /am/, dont le conditionnement semble le fait d’être suivi d’une voyelle, ce qu’un informateur pourrait confirmer en fournissant les formes de subjonctif présent amem « que j’aime », amēs « que tu aimes », etc., où le radical am-est également suivi d’une voyelle.

2. Reste le problème des autres verbes

111A partir des paires minimales de 2. et 4., à savoir legō « je lis » / moneō « j’avertis », legis « tu lis » / monēs « tu avertis », legit « il lit » / monet « il avertit », on est tenté de postuler un lexème « lire » avec deux signifiants différents leg- et legi-, ce que pourrait confirmer une paire de 2. comme legis « tu lis » / legit « il lit », où le signifiant legi- et le signifié « lire » sont effectivement communs, ce que pourraient par contre infirmer des paires de 2. et 5., comme legis I capis « tu prends » ou legit I capit « il prend », où seul un radical cap- semble s’opposer à leg-. Par contre à partir de 2. et 6., une paire comme legis I audīs « tu entends » opposerait audī- à legi-, alors que la paire legit « il lit » / audit « il entend » semble n’opposer qu’un radical leg- à aud-.

112Si on compare, à partir de 1., 2. et 5., les verbes en -i-, on voit que l’un présente toujours ce -i-, alors que l’autre ne le présente qu’à certaines personnes. Ceci invite à postuler pour l’un un radical invariant /kapi/, et pour l’autre soit deux allomorphes du lexème /leg/ et /legi/, soit des allomorphes de morphèmes de personnes /s/ et /is/ « tu », /t/ et /it/ « il », /mus/ et /imus/ « nous ».

113Et si on compare, à partir de 5. et 6., les paires capiō « je prends » / audiō « j’entends », capis « tu prends » / audīs « tu entends », capimus « nous prenons » / audīmus « nous entendons », on voit qu’à côté du lexème /kapi/ il existe des lexèmes verbaux en /i : / comme /audi : /, lequel connaît bien sûr les neutralistaions d’opposition de quantité devant voyelle ou devant une consonne finale autre que la sifflante -s. Cela fait donc 5 classes de lexèmes verbaux, 3 dont le radical se termine par une voyelle longue :

/ama : /, /mone : / et /audi : /

114un qui se termine par une voyelle brève

/kapi/

115et un autre qui se termine soit toujours par une consonne, à savoir

/leg/

116soit tantôt par une consonne tantôt par un -i- bref, à savoir

/leg/ et /legi/

117suivant la description adoptée.

3. L’imparfait et le futur

118A partir de 7. et de 4., des paires comme monèbas « tu avertissais » / monēs « tu avertis » et monēbis « tu avertiras » / monēs « tu avertis » invitent à postuler un morphème d’imparfait /ba : / et un morphème de futur /bi/.

119Comment analyser des paires comme monēbō « j’avertirai » / moneō « j’avertis » et monēbat « il avertissait » / monet « il avertit » ? D’abord monē- et mone- représentent le même signifiant, avec simplement une différence phonologique, due à la neutralisation des oppositions de quantité. Cette constatation revient à dire que le morphème de futur connaît, à la première personne du singulier, une variante /b/, (que l’on retrouverait dans monēbunt, si on l’analysait en monē-b-unt), et que l’imparfait doit avoir un signifiant invariant /ba : /, dont la voyelle finale recevra bien sûr une réalisation phonétique brève dans les contextes de la neutralisation de l’opposition de quantité.

120Mais si on oppose monēbis « tu avertiras » / monēbit « il avertira », on pourrait dire que le futur a ici un signifiant /b/ et que les morphèmes de personne présentent des variantes à initial vocalique /is/ et /it/. C’est le même problème que pour le lexème verbal du verbe legō. On admettra donc un signifiant /b/ devant voyelle, et un allomorphe /bi/ devant consonne.

121Mais comment interpréter les paires à partir de 8. et 9. monēbat « il avertissais » / moneat « qu’il avertisse », monēbās « tu avertissais » / moneās « que tu avertisses » ? On peut être tenté, si on applique mécaniquement la commutation, de penser que l’imparfait correspond seulement au phonème /b/, puisque /a/ est commun à l’imparfait et au subjonctif. Mais cela voudrait dire que le signifié « imparfait » (ou, si l’on préfère, « non actuel ») est la somme des deux signifiés de « futur » (ou, si l’on veut, « prospectif »), représenté par /b/, et de « subjonctif », représenté par /a/. Or cela ne paraît pas sémantiquement possible. Il faut donc admettre plutôt que l’opposition s’explique par un découpage monē-bā-s en face de mone-ā-s, et que si /ba : / est segmentable au niveau phonologique en deux unités, il est une unité minimale et donc insegmentable, au niveau de la première articulation, c’est-à-dire au niveau morphématique. En tant qu’unité minimale, il peut parfaitement s’opposer aussi bien au morphème /b/ de « futur » qu’au morphème /a : / de « subjonctif », puisque son signifiant, qui phoniquement est partiellement différent du leur, est de ce fait morphématiquement entièrement différent.

122L’analyse aussi bien de l’imparfait que du futur montre qu’il convient de se méfier quand les commutations font apparaître une différence d’un seul phonème. Cela ne prouve pas nécessairement que cette différence d’un phonème soit porteuse d’une signification et représente un morphème.

4. Variantes de l’imparfait

123Le morphème d’imparfait a-t-il toujours un signifiant en /ba : / ?

124A partir de 12., 5. et 6., on peut relever les paires capiēbās « tu prenais » / capis « tu prends », audiēbās « tu entendais » / audis « tu entends », qui montrent que le morphème d’imparfait présente une variante /e : ba : /. Mais comment analysez legēbās ? Le découpage leg-ēbā-s s’impose, à cause du parallélisme entre leg-ēbās, leg-unt et capiēbās, capi-unt, et non le découpage legē-bās, qui serait identique à celui de monē-bās.

125A partir de 13., 3. et 6., les paires amārēs « que tu aimasses » / amās « tu aimes », audīrēs « que tu entendisses » / audīs « tu entends » invitent à postuler un morphème (ou plutôt un amalgame) de subjonctif imparfait -rē-. Mais à partir de 13. et 14., les paires esset « qu’il fût » / est « il est », amāuissētis « que vous eussiez aimé » / amāuistis « vous avez aimé » montrent que cet amalgame doit présenter une variante -sē-.

126Comment décrire alors legerēs « que tu lusses » ? Soit avec une variante de plus -erē- pour l’amalgame du subjonctif et de l’imparfait, soit avec une variante de plus pour le lexème « lire », à savoir /lege/ à côté de leg-ō « je lis » et legi-s « tu lis ». Il serait possible d’aller plus loin, si l’on disposait d’informations supplémentaires sur la phonologie latine. D’abord si on connaissait la variation phonologique qui donne une réalisation ouverte au phonème /i/ devant la vibrante [r] ou devant #

/i/ - [e] / — [r]
/i/ — [e] / — #

127-variation qui explique notamment que le lexème « prendre », dont le signifiant se termine toujours par un /i/ bref (cf. en 5. capiō, capis, capiunt, etc.), présente un e final au subjonctif imparfait cape-rē-s « que tu prisses », à l’infinitif cape-re « prendre » et à l’impératif cape « prends »-, et si on admettait une règle de variation phonologique (ou d’alternance morphologique, ce qui serait à discuter), appelée rhotacisme, selon laquelle le phonème /s/ reçoit une réalisation vibrante, lorsqu’il est entre deux voyelles et au voisinage d’une frontière de morphème :

/s/ → [r] / V+ — V
/s/ → [r]/V— + V

128on pourrait dire que l’amalgame de subjonctif imparfait n’a qu’un seul signifiant /se : /, que l’on trouve tel quel dans essēs et amāuissēs, mais qui présente une réalisation vibrante dans amā-rē-s, monē-rē-s, audī-rē-s et cape-rē-s. Quant à legerēs, la seule possibilité pour y voir la même variation phonologique, c’est de postuler une frontière de morphème devant le segment -rè-, ce qui implique une variante /lege/ du lexème verbal/legi/, dont le phonème final lil se réalise ouvert, parce qu’il est devant la réalisation vibrante du phonème consonantique de l’amagame /se : /. Une telle description corrobore l’hypothèse descriptive préalablement proposée, selon laquelle les verbes, comme leg-ō « je lis », leg-unt « ils lisent », dont le radical se termine par une consonne, présentent un allomorphe qui ajoute un /i/ après ladite consonne, chaque fois que le lexème verbal se trouve devant une consonne, d’où legi-s « tu lis », legi-t « il lit », etc. en face de leg-ō « il lit », leg-unt « ils lisent ».

129Cette description a en outre l’avantage de permettre de dire qu’il y a en latin deux familles de conjugaisons, à savoir la famille des verbes dont le radical se termine par une voyelle non fermée, qui réunit ce que les grammaires latines appellent la première et la deuxième conjugaison, c’est-à-dire la conjugaison de amā-re et celle de monē-re, et la famille des verbes dont le radical se termine ou peut se terminer par une voyelle palatale fermée, qui réunit la troisème, la quatrième et la cinquième conjugaison, c’est-à-dire celle de leg-ō, lege-re (réalisation de /legi-se/), celle de capi-ô, cape-re (réalisation de /kapi-se/) et celle de audī-re. Ces deux familles ont la particularité d’utiliser un certain nombre d’allomorphes qui leur sont propres. La première famille a en effet des imparfaits en /ba : / et des futurs en Ibl ou /bi/, la seconde famille, des imparfaits en /e : ba : /, des futurs en /a : / ou /e : / (cf. legam « je lirai », legēs « tu liras », leget « il lira » ; capiam « je prendrai », capiēs « tu prendras », capiet « il prendra » ; audiam « j’entendrai », audiēs « tu entendras », audiet « il entendra », etc.), et une Personne 6 au présent en -unt (leg-unt « ils lisent », capi-unt « ils prennent » et audi-unt « ils entendent », en face de ama-nt « ils aiment » et mone-nt « ils avertissent »).

5. Conclusion méthodologique :

130la description finalement proposée est une théorie hypotéthique que le test de la commutation ne met pas directement en évidence ; mais si on la retient, c’est parce que les faits qu’elle embrasse et permet de présenter non seulement deviennent relativement cohérents, mais aussi peuvent “s’intégrer tous ensemble dans un système” (Gleason, 1969, 55) qui est l’ensemble des conjugaisons latines.

B. LES 1e ET 2e CONJUGAISONS LATINES

131On prendra comme base d’informations les tableaux suivants de la 1e et de la 2e conjugaison latine proposés par deux grammaires différentes. La partie gauche du tableau est empruntée à Bornemann, Eduard, 19646,

132Lateinische Sprachlehre, Frankfurt /Main, Hirschgraben, p. 46 et 54, et la partie droite à Michel, Jacques, 1960, Grammaire de base du latin, Anvers, De Sikkel, p. 110. On cherchera à savoir si les découpages fournies par ces grammaires correspondent à une bonne analyse en morphèmes.

1e conjugaison latine

1e conjugaison latine

2e conjugaison latine

2e conjugaison latine

133Pour éviter toute erreur dans la description morphématique, il importe de connaître préalablement quelques règles du système phonologique latin. D’abord la neutralisation des oppositions vocaliques de quantité, qui fait que toute voyelle reçoit une réalisation phonétique brève dans deux contextes différents : d’une part en hiatus devant voyelle, et d’autre part en syllabe finale fermée, quand celle-ci est fermée par une autre consonne qu’une sifflante.

134Ensuite, la sifflante /s/ présente une variante vibrante [r] lorsqu’elle est entre deux voyelles et en même temps au voisinage d’une frontière de morphèmes. Ainsi le verbe es-se « être » fait à l’imparfait [er-a-m] « j’étais », à partir d’une suite phonématique /es+a : +m/. C’est ce qu’on peut appeler le rhotacisme synchronique.

135Enfin, la neutralisation de l’opposition /i/ ~ /e/ en syllabe intérieure ouverte devant la vibrantre [r], où n’apparaît que la voyelle brève de timbre [e]. Ainsi capi-o « je prends » fait à l’infinitif [kape-re], réalisation phonétique de /kapi-se/, et au subjonctif imparfait [kape-re-m], réalisation phonétique de /kapi+se : +m/.

1. Les lexèmes

136Des paires minimales comme

laudō / laudās ou laudō / laudat

137invitent à postuler un lexème laud- « louer » et un morphème -ō « je » en face d’un morphème - ās « tu », ou un morphème -ō « je » en face d’un morphème -at « il », ce qui correspond aux découpages de Bornemann. Des paires minimales comme

laudās / amās ou laudat / amat

138iraient dans le même sens, en invitant à postuler des lexèmes laud- » louer » et ara- « aimer », puisqu’elles semblent faire commuter laud-avec am-, le segment -ās étant en effet commun.

139Mais si on fait commuter un verbe de la première conjugaison avec des verbes de la deuxième ou de la cinquième conjugaison, comme dans les paires :

laudās / monēs « tu avertis » ou laudās / audis « tu entends »
amat / monet « il avertit » ou amat / audit « il entend »

140on est alors amené à postuler plutôt des lexèmes laudā- « louer », monē- » avertir », audī- « entendre » et amā- « aimer », ainsi que des morphèmes personnels -s « tu » et -t « il », ce qui correspond aux découpages de Jacques Michel.

141Quelle solution retenir ? On constate que l’immense majorité des formes verbales de la première conjugaison ont en commun un segment lauda- ou ama-, suivant le verbe retenu, avec une voyelle finale tantôt brève tantôt longue, lequel segment, en vertu de la neutralisation des oppositions de quantité, représente en réalité un signifiant /lauda : / ou /ama : /. On constate en outre que quelques formes verbales perdent manifestement le a- final de ce radical, ce qui se produit lorsque apparaît ensuite une voyelle. C’est le cas de la 1e personne du présent am-ō, et de toutes les formes du subjonctif présent am-em, am-ēs, etc. Il est donc tentant de retenir la seconde série de commutations, et de postuler, pour les verbes dits de la première conjugaison, deux allomorphes, à savoir /lauda : / et /laud/ ou /ama : / et /am/, qui sont en distribution complémentaire, puisque la forme sans voyelle finale apparaît devant voyelle, et la forme avec un -a-final devant consonne ou fin de mot.

2. Les morphèmes de personne

142Il est clair que dans ces conditions, on doit admettre comme morphèmes de personne -ō « je », -s « tu » et -t « il ». On pourrait être tenté de retrouver ce « tu » et ce « il » dans la partie finale des désinences -ti-s « vous » et -n-t « ils », ce qui impliquerait que -ti- et -n- soient des signifiants d’un éventuel morphème de pluriel. Et une paire comme

am-ō / amā -mus

143amènerait à postuler un morphème non décomposable -mus de signifié « nous ». On évitera cette analyse à la fois disparate et compliquée des personnes dites du pluriel, en postulant plutôt, sur le modèle non décomposable de -mus « nous », des morphèmes -lis « vous » et -nt « ils », ce qui correspond aux découpages de Jacques Michel.

3. L’imparfait

144Si l’on oppose chacune des formes du présent aux différentes formes de l’imparfait :

amā-s / amā-bā-s, ama-t / amā-ba-t, etc.

145il est facile de mettre en évidence un morphème temporel de signifiant /ba :/ et de signifié « passé », ou mieux « non actuel ». Mais l’on voit alors que si presque tous les morphèmes de personne ont le même signifiant à l’imparfait qu’au présent, le morphème de signifié « je » par contre présente une variante -m, puisqu’on a la paire

am-ō / ama-ba-m.

146Il serait plus juste d’inverser les choses et de dire que le morphème de 1e personne a comme signifiant -m, mais présente une variante -ō dans deux contextes particuliers. Ce n’est en effet qu’au présent et au futur que ce morphème a un signifiant en -ō ; à tous les autres temps, il est en -m. C’est donc le signifiant -ō qui est marqué ou positivement définissable, et doit par conséquent être considéré comme la forme secondaire ou la variante.

4. Le futur

147Si l’on oppose les formes du présent aux formes du futur :

am-ō / amā-b ō, amā-s / amā-bi-s, ama-t / amā-bi-t, ama-nt / amā-bu-nt

148on est tenté de postuler un morphème de « futur » présentant les trois allomorphes -b-, -bi- et -bu-, auxquels s’ajouteraient donc les mêmes morphèmes -ō, -s, -t, -mus, -tis et -nt de personne qu’au présent. Ces morphèmes de personne seraient confirmés par les commutations

amābi-s / amābi-t ou amābi-mus / amābi-tis

149qui ont en commun un segment amabi-. Mais les commutations

amāb-ō / amāb-is ou amāb-it / amāb-unt

150inviteraient à postuler des morphèmes personnels -is, -it et -unt, puisqu’elles n’ont en commun que le segment amāb-.

151En ce qui concerne la 3e personne du pluriel, plutôt que de retenir une variante -bu- de futur, il est préférable d’admettre une variante -unt de 6e personne. Car on retrouve ce segment -unt de 6e personne, au présent de la 3e conjugaison : leg-unt « ils lisent » de leg-ō « je lis » (leg-is ou legi-s « tu lis »), et surtout des 4e et 5e conjugaisons : capi-unt « ils prennent » de capi-ō « je prends » (capi-s « tu prends »), et audi-unt « ils entendent » de audi-ō « j’entends » (audī-s « tu entends »), ainsi qu’au parfait : amāuer-unt « ils ont aimé », monuer-unt « ils ont averti », etc.

152Si on généralise cette analyse en disant que le morphème de futur a toujours un singifiant -b-, il faut admettre que tous les morphèmes de personne, sauf celui de 1e personne et celui de 6e personne, présentent une variante à initiale vocalique, soit

-is, -it, -imus, -itis.

153Mais il paraîtra plus simple de postuler, à la place de ces quatre variantes de morphèmes de personne, une seule variante -bi- pour le morphème de futur. On dira alors que le morphème de futur a un signifiant -b-devant voyelle :

amā-b-ō, amā-b-unt

154et un signifiant -bi- devant consonne :

amā-bi-s, amā-bi-t, amā-bi-mus, amā-bi-tis

155ce qui établit une belle distribution complémentaire entre les deux allomorphes.

156Quant aux paires minimales

amābās « tu aimais » / amābis, amābat « tu aimais » / amābit, etc.

157on ne peut pas les interpréter mécaniquement en prétendant qu’elles permettent d’identifier un morphème -ā- d’imparfait et un morphème -i- ou Ø de futur. Car il faudrait trouver à associer au segment -b- apparemment commun un signifié qui soit aussi commun à l’imparfait et au futur, ce qui semble bien impossible. En réalité ces paires doivent être analysées comme opposant un morphème de signifiant -b- ou -bi- à un morphème de signifiant -bā-, ce qui correspond aux découpages suivants :

amā-bā-s / amā-bi-s, amā-ba-nt / amā-b-unt

158qui, à l’imparfait, mais pas au futur, sont proposés par Jacques Michel. Dans la mesure où -ba- et -bi- sont des morphèmes, c’est-à-dire des unités significatives minimales, et donc indécomposables, et dans la mesure où leurs signifiants sont partiellement différents, ils sont morphématiquement totalement différents, malgré la ressemblance partielle de leurs signifiants. Il est donc juste de dire que le morphème indécomposable -bi- (ou -b-) s’oppose au morphème également indécomposable -ba-.

5. Les subjonctifs

159Des paires minimales comme

amēs « que tu aimes » / amās « tu aimes », amet « qu’il aime » / amat, amēmus « que nous aimions » / amāmus, etc.

160montrent que le subjonctif ajoute un segment -e- aux formes de présent, et non pas oppose ce segment -e- à un segment -a- d’indicatif. Car on sait que ama- et am- sont des variantes du lexème, et représentent donc tous les deux le même signifié lexical « aimer ». Ces paires doivent donc s’analyser ainsi :

am-ē-s / amā-Ø-s, am-e-t / ama-Ø-t, etc.

161où l’indicatif présent a un Ø en face du -e- qui représente le morphème de subjonctif, ou plutôt le morphème de « volonté ». Ce Ø n’est pas le signifiant d’un morphème ; il représente une absence de morphème, dans la mesure où ce qu’on appelle traditionnellement l’indicatif ne correspond à aucun signifié particulier.

162Le segment -e- est une variante du segment -a- qui est le signifiant du morphème de « volonté » à toutes les autres conjugaisons que la première. Ce -a- apparaît clairement à la deuxième conjugaison, à partir des paires

monēs « tu avertis » / moneās « que tu avertisses », monet « il avertit » / moneat « qu’il avertisse », etc.

163et se retrouve dans leg-ā-s « que tu lises », en face de legi-s « tu lis », capi-ā -s « que tu prennes », en face de capi-s « tu prends », audi-ā-s « que tu entendes », en face de audī-s « tu entends ». Le signifiant -e- est donc un allomorphe du morphème de « volonté » propre à la 1e conjugaison, c’est-à-dire aux lexèmes dont le signifiant se termine par un -a- : amā-re « aimer », laudā-re « louer », etc.

164En ce qui concerne le subjonctif imparfait, on pourrait, à cause de paires comme

amēs « que tu aimes » / amārēs « que tu aimasses », amet « qu’il aime » / amārent « qu’ils aimassent », etc.

165postuler que la différence de signifiant -r- marque l’imparfait, et est donc une variante du morphème d’imparfait -ba-, laquelle apparaîtrait dans le contexte du morphème de « volonté ». Mais comme le subjonctif imparfait de toutes les conjugaisons est en -re-, et qu’il s’oppose, sauf à la 1e conjugaison, à un subjonctif en -a- (cf. monē-rē-s « que tu avertisses (imparfait) » / mone-ā-s « que tu avertisses (présent) », lege-rē-s « que tu lusses » / leg-ā-s « que tu lises », cape-rē-s « que tu prisses » / capi-ā-s « que tu prennes », audī-rē-s « que tu entendisses » / audi-ā-s « que tu entendes »), il est préférable de s’appuyer sur les paires

amā-rē-s « que tu aimasses » / amā-s « que tu aimes » ? amā-re-t / ama-t, etc.

166pour postuler un amalgame -re- du morphème de « volonté » et du morphème de « non actuel ».

167Mais comme la consonne initiale de cet amalgame se trouve dans une position où il pourrait être une réalisation phonétique du phonème /s/, se trouvant en effet entre deux voyelles et après une frontière de morphème, et comme certaines formes du subjonctif imparfait (cf. es-sē-s « que tu fusses », pos-se-t « qu’il pût ») et toutes les formes de subjonctif plus-que-parfait (cf. amāis-sē-s « que tu eusses aimé », monuis-se-m « que j’eusse averti », lēgis-se-t « qu’il eût lu », etc.) présentent un segment -se-, on admettra que le signifiant de l’amalgame du morphème de « volonté » et du morphème de « non actuel » est en réalité la suite phonologique /se : /, dont l’initiale présentera une réalisation vibrante, quand cet amalgame suivra une voyelle. Le phonème /s/ se trouvant alors après une frontière de morphème et entre deux voyelles, il est dans le contexte du rhotacisme synchronique, c’est-à-dire de la variation qui lui vaut une réalisation phonétique vibrante.

6. Le perfectum

168Les grammaires latines appellent “série du perfectum” l’ensemble des formes verbales que constituent les temps appelés parfait, plus-que-parfait et futur antérieur, et considèrent qu’il s’agit d’un aspect à valeur d’« accompli », qu’elles opposent à l’aspect infectum « non accompli », dans lequel elles rangent les temps du présent, de l’imparfait et du futur. Des paires comme

amāuistis « vous avez aimé » / amātis « vous aimez », monuistis, c’est-à-dire en fait [monuwistis], « vous avez averti » / monētis « vous avertissez », dēlēuistis « vous avez détruit » / dēlētis « vous détruisez »

169invitent à associer le signifiant -uis- au signifié d’« accompli », si l’on voit dans /monu/ une variante du lexème /mone : / qui apparaît précisément dans le contexte du perfectum. Car on retrouve directement ou indirectement ce signifiant -uis- à toutes les personnes de tous les temps du perfectum, sauf aux 1e, 3e et 4e personnes du parfait (cf. amāuī « j’ai aimé », amāuit « il a aimé » et amāuimus « nous avons aimé »). On rencontre en effet expressément -uis- à la 2e personne du parfait : amāuistī « tu as aimé », monuistī « tu as averti », à toutes les personnes du subjonctif plus-que-parfait (amā-uis-sem « que j’eusse aimé », monuis-sēs « que tu eusses averti », etc.). Mais on doit retrouver également /uis/ dans toutes les formes en -uer- du plus-que-parfait, du futur antérieur, du parfait, etc. Car le phonème /s/ de /uis/ précède forcément une frontière de morphème. Lorsque celle-ci est suivie d’une voyelle, le phonème /s/ reçoit alors, en vertu du rhotacisme synchronique, une réalisation vibrante. Et cette vibrante donne au phonème vocalique /i/ qui la précède et est en syllabe intérieure ouverte une réalisation phonétique ouverte en [e]. La suite -uer-est donc la réalisation phonétique que les règles du système phonologique latin donnent aux deux derniers phonèmes du morphème /uis/. Cela admis, des paires comme

amāuit « il a aimé » / amat « il aime » et amâuimus « nous avons aimé » / amāmus « nous aimons »

170montrent que ce morphème de perfectum /uis/ connaît une variante /ui/, laquelle doit se réduire à lui devant voyelle, puisque l’on a amāu-ī « j’ai aimé », où -i est une variante du morphème de 1e personne propre au parfait.

7. Conclusion

171Au terme de cette analyse en morphèmes, on peut dire que les découpages proposés par la grammaire allemande et la grammaire belge citées plus haut sont, au perfectum, tous faux ou incomplets. Par contre à l’infectum, certains des découpages de la grammaire belge sont plus justes que ceux de la grammaire allemande, mais ils ne sont pas tous exacts, notamment au futur et au subjonctif présent.

172Si l’on voulait proposer un tableau qui identifie correctement le signifiant des morphèmes, il aurait la forme suivante :

173Ce tableau pourrait être pédagogiquement simplifié, si, dans chaque temps, on ne répétait pas la partie d’une forme verbale qui est identique à la précédente, afin de mieux mettre en évidence les variations.

174Touratier Christian, 1971, “Essai de morphologie synchronique du verbe latin”, in : Revue des Etudes Latines, 49, p. 331-357.

175— 1972, “Morphonologie du verbe latin”, in : BSL 67.1, 139-174.

IV. ITALIEN

176Il y aurait en italien 3 conjugaisons régulières, la troisième présentant deux formes partiellement différentes. Le Précis de grammaire italienne de Sébastien Camugli et Georges Ulysse de 1967 donne, pages 53 à 55, comme modèle de la première conjugaison parl-are « parler », de la deuxième ripet-ere « répéter » et de la troisième, pour la première forme serv-ire « servir » et pour la deuxième forme cap-ire « prendre ».

1. Les lexèmes verbaux

a. Au présent de la 1e conjugaison

177On a les oppositions suivantes :

parlo « je parle » / canto « je chante »
parlate « vous parlez » / cantate « vous chantez »
parlate « vous parlez » / ripete « vous répétez »
parlate « vous parlez » / servite « vous servez »

178Les deux premières paires invitent à postuler un lexème parl-, et les deux dernières un lexème parla-. Ou plus exactement la première paire impose de postuler un lexème verbal de signifiant parl-, la deuxième suggérerait aussi un lexème de signifiant parl-, combiné avec un morphème de personne -ate ; mais les deux dernières paires, militant en faveur d’un lexème parla-, invitent à réanalyser le parlate de la deuxième paire en parla + te plutôt qu’en parl + ate. Et l’on constate en outre que si un certain nombre de formes de la 1e conjugaison présentent, comme parlo, ce que les grammaires scolaires appellent le radical parl-, beaucoup d’autres de la même conjugaison présentent, comme parlate, un segment parla- (cf. l’imparfait parlavo « je parlais », le passé simple parlasti « tu parlas », le subjonctif imparfait parlassi « que je parlasse », l’infinitif parlare « parler »). Tout cela inviterait à associer le signifié verbal « parler » à deux signifiants différents, à savoir parl- et parla-, qui seraient par conséquent deux allomorphes du lexème verbal. Mais pour qu’il en soit bien ainsi il faudrait encore s’assurer que les deux candidats allomorphes sont effectivement en distribution complémentaire.

179Les grammaires scolaires, pour leur part, sont tentées de postuler dans toutes les formes verbales un même radical parl- et admettent alors qu’une voyelle dite thématique -a- s’ajoutent à ce radical, pour éviter le contact entre la consonne finale du radical et une consonne initiale subséquente. Mais cette explication peut recevoir trois présentations morphématiques différentes, suivant la place que l’on accorde à la voyelle thématique. Soit celle-ci correspond à un morphème qui vient s’intercaler entre le lexème verbal et le morphème de personne, à savoir parl-a-te. Mais comme ce prétendu morphème intermédiaire ne se voit reconnu aucun signifiant propre, une telle présentation morphématique n’est pas possible. Soit la voyelle thématique s’ajoute au signifiant du lexème verbal, ce qui donnerait un découpage parla-te et correspondrait à une variante du lexème verbal, comme le suggèrent certaines des commutations envisagées ci-dessus. Soit la voyelle thématique s’ajoute au signifiant du morphème personnel, ce qui donnerait un découpage parl-ate et correspondrait à un lexème verbal invariant et à une variante -ate du morphème de 2e personne du pluriel, à côté du -te qu’il faudrait admettre au moins pour le subjonctif imparfait parlaste « que vous parlassiez ». Telle est la solution de la grammaire de Sébastien Camugli et Georges Ulysse. Mais cette hypothèse est incontestablement plus onéreuse que la précédente ; car au lieu de supposer une simple variation du seul lexème verbal, elle impliquerait une variation pour la plupart des morphèmes qui suivent ce lexème verbal.

b. La 2e conjugaison et la 3e conjugaison

180Elles présentent la même situation avec des paires

ripeto « je répète » / cedo « je cède »
ripetete « vous répétez » / cedete « vous cédez »
servo « je sers » / parto « je pars »
servite « vous servez » / partite « vous partez »
ripetete « vous répétez » / parlate « vous parlez » / servite « vous servez »

181ce que les grammaires scolaires décrivent en disant que la 2e conjugaison ajoute une voyelle thématique -e- et la 3e une voyelle thématique -i-, là où la 1e conjugaison ajoute une voyelle thématique -a-. Mais si cette voyelle thématique n’est pas considérée comme une partie du signifiant qui suit le lexème verbal, cela veut dire que les trois conjugaisons de l’italien ne se distinguent pas entre elles par des désinences propres, à savoir

parl-ate, parl-are ; ripet-ete, ripet-ere ; serv-ite, serv-ire

182comme l’admet par exemple la grammaire de Sébastien Camugli et Georges Ulysse, mais qu’elles se distinguent par le signifiant propre au lexème verbal, la première conjugaison étant simplement celle des lexèmes dont le signifiant peut se terminer par un -a-, la deuxième, celle des verbes qui se terminent par un -e-, et la troisième, celle des verbes en -i, ce qui correspond à :

parla-te, parla-re ; ripete-te, ripete-re ; servi-te, servi-re.

183Et l’on remarquera que cela est très proche de ce qui se passe en latin, la langue-mère de l’italien, à cela près que l’on a, en latin, 4 conjugaisons : celle des lexèmes en -a- long (amā-re « aimer »), des lexèmes en -e- long (monē-re « avertir »), celle des lexèmes en -e- bref (lege-re « lire », cape-re « prendre »), qui est en fait la réalisation phonétique d’un -i- bref (cf. legi-s « tu lis », capi-ō « je prends »), et celle des lexèmes en -i- long (audī-re « entendre »).

184Si l’on essaie de préciser la distribution des deux allomorphes des lexèmes verbaux, on peut dire en considérant les formes du présent que les lexèmes verbaux présentent une variante sans voyelle finale lorsqu’ils se trouvent devant voyelle, en l’occurrence devant un -o ou un -i :

parl-o, parl-i, parl-iamo
ripet-o, ripet-i, ripet-iamo, ripet-ono
serv-o, serv-i, serv-e, serv-iamo, serv-ono.

185Et l’on a la forme complète du signifiant ailleurs, c’est-à-dire devant consonne et devant la fin de mot :

parla, parla-te, parla-no
ripete, ripete-te
servi-te.

c. La “deuxième forme” de la 3e conjugaison :

186Un grand nombre de verbes de la troisième conjugaison, c’est-à-dire de verbes dont le signifiant se termine par une voyelle fermée -i-, comme

capi-re, capi-te « vous comprenez » (cf. servi-re, servite)

187présente une forme différente du modèle servire aux personnes du singulier et à la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif, du subjonctif et de l’impératif, à savoir

capisco « je comprends » / servo, capisci « tu comprends » / servi, capisce

« il comprend » / serve, capiscono « ils comprennent » / servono che io capisca « que je comprenne » / che io serva, che tu capisca « que tu comprennes » / che tu serva, que egli capisca « qu’il comprenne » / che egli serva, che capiscano « qu’ils comprennent » / che servano capisca « comprends » / serva, capiscano « qu’ils comprennent » / servano.

188Au lieu de perdre sa voyelle finale devant une initiale vocalique, le lexème verbal présente une autre sorte de variation qui, elle, ajoute un segment consonantique /sk/ alternant avec // (noté aussi -sc-) devant la voyelle /i/, d’où

capisc-o, capisc-i, capiscono en face de serv-o, serv-i, serv-ono.

189Mais devant la diphtongue -ia-, le lexème verbal présente la même variante sans voyelle finale que le modèle servire, d’où

cap-iamo « nous comprenons », che cap-iamo « que nous comprenions »,
che cap-iate « que vous compreniez », comme serv-iamo, che serviamo, che serv-iate.

2. Les morphèmes de personne

190De notre découpage des formes verbales dites du présent il découle qu’on postulera 6 morphèmes de personne pour ce prétendu temps, dont 4 se retrouvent à toutes les conjugaisons, à savoir :

-o « je », -i « tu », -iamo « nous », -te « vous »,

191et dont 2 présentent une variation :

-Ø~ -e « il », -no ~ -ono « ils ».

192L’allomorphe -e de Personne 3 apparaît à la 3e conjugaison

serv-e « il sert », capisc-e « il comprend »

193et l’allomorphe -ono de Personne 6, quand le segment qui précède ne se termine pas par un -a- :

ripet-ono, serv-ono, capisc-ono en face de parla-no ou des imparfaits

ripeteva-no « ils répétaient », serviva-no, capiva-no.

194Quant à la Personne 4 du présent

parliamo, ripetiamo, serviamo, capiamo,

195si on postulait le même signifiant -mo ou éventuellement -amo que pour l’imparfait parla-va-mo « nous parlions », se poserait le problème de savoir quoi faire du -i-. Ce pourrait être la voyelle finale des lexèmes servi- et capi-, mais il n’y aurait plus de distribution complémentaire entre les deux allomorphes, puisque servi- pourrait apparaître devant voyelle. Et il faudrait postuler des variantes supplémentaires parli- et repeti- pour les lexèmes des deux premières conjugaisons. Il est beaucoup plus simple de postuler que -iamo est un allomorphe du morphème « nous », qui n’apparaît qu’au présent de toutes les conjugaisons, c’est-à-dire lorsque le forme verbale n’est formée que du lexème verbal et du morphème de personne. Ce segment simple -iamo est à distinguer du segment complexe que l’on trouve au subjonctif :

che parl-ia-mo « que nous parlions », che repet-ia-mo, che serv-ia-mo, che cap-ia-mo

196-ia- est un des deux éléments de la variante propre aux Personnes 4 et 5 du morphème de subjonctif, qui aux autres personnes de la 1e conjugaison a pour signifiant che... -i-

che io parl-i, che tu parl-i, che egli parl-i,che parl-i-no

197et à celles des autres conjugaisons che... -a- :

che io ripet-a, che tu ripet-a, che egli ripet-a, che ripet-a-no, che io serv-a, che tu serv-a, che egli serv-a, che serv-a-no, etc.

3. L’imparfait de l’indicatif

198Quand on ne sait pas que les lexèmes verbaux peuvent avoir devant consonne des signifiants /parla/, /ripete/, /servi/ et /capi/, des paires minimales comme

parlavi « tu parlais » / parli « tu parles », parlavo « je parlais » / parlo « je parle », parlava « il parlait » / parla « il parle »

199semblent établir que l’imparfait ajoute un segment -av- au présent, alors que des paires comme

parlavate « vous parliez » / parlate « vous parlez », parlavano « ils parlaient » / parlano « ils parlent »

200peuvent recevoir deux interprétations, à savoir :

parl-av-ate / parlate, parl-av-ano / parl-ano

201où l’imparfait ajouterait un segment -av- au présent, comme dans parl-av-i / parl-i, ou bien

paria-va-te / parla-te, parla-va-no / parla-no

202où c’est un segment -va- qui, ajouté au présent, correspondrait au signifiant du morphème d’imparfait. Ces deux interprétations sont parfaitement compatibles avec l’hypothèse qui postule deux allomorphes du lexème verbal. Car on pourrait aussi bien avoir l’allomorphe pari- devant un segment à initiale vocalique -av- que l’allomorphe parla- devant un segment à initiale consonantique -va-.

203De façon partiellement comparable, des paires comme

ripet-ev-i « tu répétais » / ripet-i « tu répètes », ripet-ev-o « je répétais » / ripet-o « tu répètes », et ripete-va-te « vous répétiez » / ripete-te « vous répétez », /ripete-va « il répétait » / ripete « il répète »
serv-iv-o « tu servais » / serv-o « tu sers », et servi-va-te « vous serviez » ! servi-te « vous servez »

204supposeraient des alternances supplémentaires -ev-/ -va- et -iv-/ -va-, ce qui représenterait finalement une description assez complexe.

205Par contre si l’on oppose parlavo « je parlais », parlavate « vous parliez » à repetevo « je répétais », repetevate « vous répétiez », et à servivo « je servais », servivate « vous serviez », on est amené à postuler une même analyse pour toutes les conjugaisons, selon laquelle le morphème d’imparfait présenterait simplement une alternance -va-/ -v-, la variante -v- apparaissant devant initiale vocalique, exactement comme le lexème parla-. On opposera donc un morphème d’imparfait à signifiant /va/ au zéro du présent parlate. Et l’on admettra que ce zéro n’est pas le signifiant d’un morphème de présent, mais correspond simplement à une absence de morphème temporel, les prétendues significations que les grammaires reconnaissent traditionnellement au temps présent n’étant dues qu’aux données énonciatives des énoncés au présent. Comme le mode dit indicatif n’est que le nom donné par la grammaire traditionnelle à l’ensemble des formes verbales dépourvues de tout morphème modal, on admettra que l’imparfait met en œuvre trois morphèmes seulement, à savoir le lexème verbal, le morphème de signifiant -va- et le morphème personnel, le présent n’ayant, lui, aucun morphème là où l’imparfait présente son morphème -va-.

206En ce qui concerne les morphèmes de personne, ils ont, à l’imparfait, exactement les mêmes signifiants qu’au présent, sauf le morphème de Personne 4, à savoir

-o « je », -i « tu », -Ø « il »,-te « vous », -no « ils ».

207Le morphème de Personne 4 présente l’allomorphe non marqué -mo, que l’on retrouve par exemple au futur parlere-mo « nous parlerons », au subjonctif présent che ripet-ia-mo « que nous répétions » et au subjonctif imparfait che servissi-mo « que nous servissions », et non la variante -iamo propre au présent.

4. Le futur simple

208Des paires minimales comme

parlerò « je parlerai » / parlo « je parle », parlerai « tu parleras » / parli « tu parles »

209invitent à postuler deux allomorphes -er- et -era- pour le morphème de futur, et à retrouver ce second allomorphe dans

parlera-Ø « il parlera », parlera-nno « ils parleront »

210le lexème ayant le signifiant sans voyelle finale, puisqu’il est devant un morphème à initiale vocalique. Et si l’on postule les mêmes signifiants pour les morphèmes de personnes que ceux postulés pour le présent ou l’imparfait, on doit envisager un troisième allomorphe -ere- pour décrire

parl-ere-mo « nous parlerons », parl-ere-te « vous parlerez »

211ce qui donnerait donc, pour le futur, une alternance à trois termes

-er-, -era-, -ere-.

212Mais si l’on oppose les conjugaisons entre elles

parlerò « je parlerai » / servirò « je servirai », parleremo I serviremo « nous servirons », parleranno I serviranno « ils serviront »

213il semblera préférable de postuler plutôt trois allomorphes

-r-, -ra-, -re-

214pour le morphème de futur, ce qui implique d’une part que le lexème a un signifiant à finale vocalique, puisqu’il se trouve devant un morphème à initiale consonantique, et d’autre part qu’à la 1e conjugaison, ce lexème présente au futur un allomorphe parle- au lieu de l’allomorphe parla-attendu, puisqu’on a parle-rò, et non *parla-rò, ou parle-rai, et non *parla-rai.

215II se pourrait toutefois que la variation présentée par la forme parlent soit pas une variation morphématique, mais simplement un problème de phonologie. Le son [e] pourrait n’être qu’une variante du phonème /a/ en position à la fois prétonique et non initiale. Si en effet le son [a] prétonique existe bien en italien, quand il est initial ou intérieur, comme le montrent les mots

falò « feu de joie », armatore « armateur » ou abbonamento « abonnement »,

216il ne semble pas exister en syllabe intérieure devant un /r/ explosif. On pourrait donc fort bien admettre que dans cette position le phonème /a/ présente une variante [e], ce qui amènerait alors à considérer parlerò comme la réalisation phonétique de /parla+r+ò/, et donc réduirait le lexème à ne plus présenter que les deux allomorphes déjà identifiés /parl/ et /parla/.

5. Le passé simple

217Il présente manifestement le signifiant à finale vocalique parla-, ripete-, servi- à toutes les personnes, sauf à la 3e du singulier de la 1e conjugaison parl-ò « il parla ». Ceci pose un problème dans la mesure où le signifiant à finale vocalique se trouve devant une voyelle dans parlai « je parlai », ripetei « je répétai », servii « je servis ». Mais si on admet que le morphème de passé simple a dans son signifiant le fait d’accentuer la voyelle qui précède, on peut alors dire que la différence entre la disparition de la voyelle finale du lexème dans parl-i « tu parles », ripet-i « tu répètes », serv-i « tu sers », et son maintien dans parla-i « je parlai », ripetei « je répétai », servii « je servis » vient de cette accentuation, ce qui continuerait d’établir une distribution complémentaire entre les deux allomorphes parl- et parla-, ripet- et ripete-, serv- et servi-. Cela imposerait alors de reformuler la condition de variation du lexème verbal en disant que l’allomorphe sans finale vocalique apparaît devant tout morphème à initiale vocalique qui n’entraîne pas une accentuation de la syllabe précédente.

218Cette description admise, on peut voir dans la désinence qui, à toutes les personnes sauf la 3e du singulier, suit le lexème au passé simple un amalgame des morphèmes de personne et du morphème de passé simple, puisque cette désinence est apparemment propre au passé simple. Il s’agit de

-i, -sti, -mmo, -ste et -rono

219étant entendu que ces amalgames entraînent obligatoirement l’accentuation de la syllabe qui précède, accentuation qui fait donc partie du signifiant des morphèmes amalgamés. Mais il est peut-être envisageable de limiter cet amalgame à la Personne 1, et de retrouver aux autres personnes les mêmes allomorphes qu’au présent par exemple, ce qui correspondrait aux découpages

-st-i, -m-mo, -s-te et -r-ono

220et reconnaîtrait au morphème temporel du passé simple quatre allomorphes entraînant l’accentuation de la syllabe précédente :

-st-, -m-, -s- (qui pourrait être une variante de -st- devant t), et -r-.

221Reste la description de parla « il parla ». On pourrait dire que -ò, accentué cette fois, et non pas précédé de l’accent, est aussi un amalgame des deux morphèmes de passé simple et de Personne 3. Mais la comparaison avec ripeté « il répéta » et servì « il servit » invite plutôt à considérer que le morphème de Personne 3 a, ici aussi, un signifiant Ø, et que le morphème temporel du passé simple est marqué par l’accentuation de la syllabe précédente, d’où ripeté et servì, mais que cette accentuation de la syllabe qui précède entraîne, dans la première conjugaison, un changement de timbre faisant passer la voyelle finale -a- du radical à -o-. Ceci voudrait dire que le morphème temporel aurait alors pour signifiant l’accentuation de la syllabe précédente associée à une forme de remplacement /o (a)/. La forme verbale parlò serait dans ces conditions formée des trois morphèmes suivants :

/parla + ‘o ← (a) + Ø/

222c’est-à-dire le lexème verbal à finale vocalique + la forme de remplacement du morphème de passé simple + le signifiant Ø du morphème de Personne 3.

6. Le conditionnel dit présent

223Il est traditionnellement considéré comme appartenant à un autre mode que l’indicatif par les grammaires scolaires. Mais il doit être réintégré dans le mode dit indicatif, c’est-à-dire en réalité dans les formes verbales dépourvues de morphème de mode, quand on remarque qu’il combine en fait deux temps de l’indicatif, à savoir le futur et le passé simple en italien, ou le futur et l’imparfait en français.

224Toutes les personnes de ce prétendu mode semblent en effet présenter d’une part la variante à finale vocalique du lexème verbal, et d’autre part la variante -re- du morphème de futur, comme on le voit clairement dans les paires minimales :

servi-re-ste / servi-re-te « vous servirez », servi-re-mmo / servi-re-mo « nous servirons »
ripete-re-ste / ripete-re-te « vous répéterez », ripete-re-mmo / ripete-re-mo « nous répéterons »
parle-re-ste / parle-re-te « vous parlerez », parle-re-mmo / parle-re-mo « nous parlerons ».

225A ces deux morphèmes, elles ajoutent aux 1e et 2e personnes du singulier et du pluriel le même signifiant que celui des amalgames des morphèmes de passé simple et de personne :

parlere-i / parla-i, parleresti / parla-sti, parlere-mmo / parla-mmo, parlere-ste / parla-ste.

226Mais comment faut-il analyser les deux dernières personnes

parle-re-bbe « il parlerait »,parle-re-bbero « ils parleraient », ripete-re-bbe, ripete-bbero et servi-re-bbe, servi-re-bbero ?

227Dans la mesure où l’on retrouve ailleurs dans la conjugaison italienne les désinences -e et -ero comme allomorphe de la Personne 3 et de la Personne 6, c’est-à-dire au subjonctif imparfait

che parlasse « qu’il parlât », che parlassero « qu’ils parlassent »

228on peut raisonnablement postuler que -bb- est dans parle-re-bb-e et parle-re-bb-ero le signifiant du morphème de passé simple, suivi des allomorphes -e et -ero de Personne 3 et 6. Le passé simple est donc un morphème très complexe, puisqu’il présenterait 6 (ou 5) allomorphes différents.

229Le conditionnel pose en outre un problème au niveau du signifié. En français, les emplois du conditionnel se comprennent bien, si l’on donne aux deux morphèmes qui le composent le signifié de « non actuel » pour l’imparfait, et de « prospectif » pour le futur. Mais en italien, il ne serait pas possible d’expliquer les emplois du conditionnel, en supposant qu’il combine le morphème de « prospectif » avec le signifié de « passé factuel » du morphème de passé simple. Il faut donc admettre que le signifiant de passé simple qu’il semble contenir est alors une variante du morphème d’imparfait, c’est-à-dire du morphème de « non actuel ». Une telle hypothèse est confirmée par les hésitations des dialectes italiens entre un conditionnel qui a une forme de passé simple du futur et un conditionnel qui a une forme d’imparfait du futur, comme en français.

230En conclusion, la conjugaison régulière de l’italien est beaucoup plus simple que ne le croient ordinairement les grammaires scolaires. Elles présentent certes trois conjugaisons. Mais ces conjugaisons ne se distinguent pas par des désinences verbales propres, comme on le prétend, mais seulement par la finale des lexèmes verbaux. Il y a ainsi les lexèmes verbaux dont le signifiant se terminent par un a, ceux qui se terminent par un e, et ceux qui se terminent par un i. Si l’on observe que chacun de ces lexèmes présente une variante sans finale vocalique, chaque fois qu’il se trouve devant une initiale vocalique qui n’entraîne pas une accentuation de la syllabe précédente, on peut dire qu’ils suivent tous, à peu de choses près, la même conjugaison, c’est-à-dire que les morphèmes qui s’ajoutent au lexème verbal présentent à chaque temps les mêmes signifiants. La seule véritable différence concerne le morphème de subjonctif qui, aux autres personnes que les Personnes 4 et 5, a des signifiants différents suivant les conjugaisons. Il a en effet un signifiant /i/ à la conjugaison des verbes à finale en /a/, et un signifiant en /a/ aux autres conjugaisons, son signifiant étant dans toutes les conjugaisons en /ia/ aux Personnes 4 et 5. En outre l’ensemble de ces morphèmes grammaticaux n’a pas trop de variantes, soit 2 ou 3, en dehors du passé simple, qui, lui, en présente 5 ou 6, et qui est le seul temps vraiment compliqué de l’italien.

231Le tableau suivant de la 1e conjugaison (tiré de Touratier, 1997, 39) récapitulera l’analyse en morphèmes qui vient d’être proposée.

232Camugli Sébastien, et Ulysse Georges, 1967, Précis de grammaire italienne, Paris, Hachette, 240 p.

233Genot Gérard, 1973, Grammaire de l’italien, Paris, PUF, 128 p.

234Touratier Christian, 1987, “Morphologie du verbe italien dans une perspective contrastive”, in : Cahiers d’études romanes, Aix-en-Provence, Université de Provence, 267-282.

235Touratier Christian, 1997, “Description morphologique comparée du verbe”, in : Travaux du Cerclelinguistique d’Aix-en-Provence, 14, 11-44.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540