Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Deuxième section

Talma

Texte intégral

1Nul n'ignore le nom de Talma. Il a illustré le théâtre français pendant les grandes années de la Révolution. Lié de bonne heure avec le général Bonaparte, il a conservé la faveur de l'empereur Napoléon. Il a joué à Erfurt devant « un parterre de rois » et il a traversé les fastes de l'Empire. Sous la Restauration les hommages les plus flatteurs ne lui ont pas manqué, et, précédant en cela Sarah Bernhardt, trente mille personnes ont assisté à ses funérailles. En voilà assez pour le désigner à l'admiration de la postérité. De là vient aussi que sa biographie nous est assez bien connue, dans ses grandes lignes comme dans ses détails les plus insignifiants. Nous savons par le menu l'histoire de ses deux mariages, ses relations avec Ducis, l'attitude qu'il a prise pendant les époques les plus troublées de la Révolution, ses prodigalités, ses opinions politiques et jusqu'à ses démêlés avec le curé de Saint-Sulpice. On nous a raconté heure par heure quels furent ses derniers moments et comment l'archevêque de Paris tenta d'approcher de son lit de mort. Des centaines d'anecdotes plus ou moins authentiques courent sur son compte. De sa vie je ne veux retenir que ce qui peut servir à mieux faire comprendre son talent d'artiste. Il me suffira donc de rapporter ici quelques détails essentiels de son existence. Fils d'un dentiste français établi à Londres, mais sans doute d'origine hollandaise, Talma naît en 1763. À partir de sa neuvième année, il reçoit à Paris, à la pension Verdier, une éducation française. Adolescent, il retourne en Angleterre, où il se familiarise avec la littérature et le théâtre anglais. Puis il revient à Paris où il exerce pendant dix-huit mois environ la profession de dentiste. Mais la scène l'attire, et d'ailleurs il a déjà joué à Londres dans une petite troupe d'acteurs recrutés parmi la colonie. Il entre donc à l'Ecole de Déclamation, puis débute à la Comédie française le 21 novembre 1787. Il meurt le 20 octobre 1826, d'un cancer des intestins.

2Il aborde le théâtre avec un physique mâle, mais agréable, des traits mobiles et expressifs, des yeux pleins de feu, toutes qualités qu'il a désignées lui-même comme celles qui conviennent à l'acteur de tragédie et que ses contemporains lui ont reconnus. Sa voix, naturellement dure et gutturale, s'assouplit bien vite par l'étude. Elle devient peu à peu richement étoffée, capable de produire des effets extraordinairement puissants, quoique Regnault-Warin, se refusant à la qualifier de sonore, lui accorde dans le médium seulement des timbres vibrants, pénétrants et ”sensibles”. Mme de Staël note qu'on est touché, dès qu'il ouvre la bouche, par la seule magie de son organe, avant même que le sens de ce qu'il dit ait excité l'émotion, et ses adversaires ne contestent rien de tout cela.

  • 1 Cette tradition existe toujours. C'est ainsi qu'un acteur contemporain, né à Paris, J. Truffier, a (...)
  • 2 Thurot, T. II, p. 395.

3Il a une prononciation nette, et il articule soigneusement, avec un souci de correction très marqué. Il ne possède pas naturellement l'r roulée, mais il l'acquiert, parce qu'elle est conforme à la tradition du Théâtre Français et qu'un bon comédien ne doit pas grasseyer1. Thurot nous rapporte de son côté qu'il faisait toujours sentir l'h aspirée2. Ce qu'il y a de certain, c'est que la technique de son art le préoccupe à tous les moments de sa carrière. À ses débuts, il ne sait pas encore reprendre son souffle à propos, ce qui lui donne ce hoquet que beaucoup de critiques ont condamné chez certains acteurs du xviiie siècle. Il entreprend donc de se corriger de ce défaut, et il finit par y réussir, grâce aux conseils de Mouvel, s'il faut en croire Népomucène Lemercier, grâce à ceux d'un très médiocre comédien nommé Dorival, au témoignage de Moreau. Il se rend maître ainsi de toutes les inflexions de sa voix, et il parvient à débiter les plus longues tirades du répertoire sans éprouver la moindre fatigue. Scrupuleux observateur des finesses de la langue, il trouve enfin dans son tempérament les ressources qui lui permettront de développer sa puissante originalité : « Ma constitution physique, nous dit-il dans le fragment d'autobiographie qu'il nous a laissé, quoique assez faible, me rendait propre à exprimer les passions ; une imagination active et mélancolique, une sensibilité extrême des nerfs, pénible pour moi sous d'autres rapports, devait me donner dans l'exercice de mon art cette facilité d'exaltation, cette faculté si nécessaire de me pénétrer profondément de mes rôles et de m'identifier avec eux ».

  • 3 Dans le Mahomet de Voltaire.
  • 4 Regnault-Warin, p. 148.

4Talma s'est fait remarquer à Londres, dans la petite société dramatique dont il était membre, ainsi qu'à Paris, dans les compagnies d'amateurs et de professionnels où il a joué avant d'entrer à la Comédie Française. Ses débuts sur ce dernier théâtre sont très sages. Ils ne provoquent pas grande sensation : ils ne laissent en aucune façon prévoir son avenir, car on n'aperçoit pas alors qu'il y ait autre chose en lui que l'étoffe d'un bon comédien ordinaire. Le Journal de Paris du 27 septembre 1787 ne lui décerne que des éloges modérés : « Le jeune homme qui a débuté hier par le rôle de Séide3 annonce les plus heureuses dispositions ; il a d'ailleurs tous les avantages naturels qu'il est possible de désirer pour l'emploi des jeunes premiers : taille, figure, organe ; et c'est avec justice que le public l'a applaudi ». Les Mémoires de Bachaumont, pour favorables qu'ils soient, ne crient pas au miracle ; ils signalent seulement que le nouveau venu joue selon ses moyens sans imiter personne, qu'il donne des preuves de bon goût sans maniérisme, enfin qu'il fait sentir l'harmonie du vers. Talma est donc fidèle aux principes de l'art classique, ce que note en justes termes Regnault-Warin : « C'est qu'avec beaucoup de qualités recommandables, écrit-il4, il n'en montrait aucune de dominante : c'est surtout qu'à travers ces qualités on ne voyait pas sourdre, percer, s'élever de ces travers saillants qui, n'étant presque jamais que des excès, promettent d'excellents fruits dans leur maturité. En un mot, Talma jouait raisonnablement ».

  • 5 Papiers Lebrun, n° 56, 1-2.
  • 6 Lafont, Discours sur la tombe de Talma, cité par Moreau.

5Au bout de quelques mois, il n'a pas encore réussi à s'imposer au public. Son père, qui a cherché à savoir comment le jugeaient les Parisiens, lui écrit de Londres le 14 juillet 17885 : « J'ai recueilli toutes les voix de ceux qui paroissent s'y connoître et qui vous ont vu jouer. Tous s'accordent à dire que vous avez grande espérance de devenir un jour un grand acteur si vous voulez vous donner un peu de peine pour y parvenir. Plusieurs choses vous manquent qui sont bien essentielles dans votre jeu et dans la déclamation : on vous trouve trop raide sur la scène, trop guindé dans la déclamation et dans le jeu ; vos bras n'ont pas assez de moëlleux et ne séduisent pas assez ; on vous demande, pour ajouter à l'expression de votre jeu, de la noblesse dans le maintien et de la noblesse dans les parties du corps ». Il passe ainsi deux années d'attente, confiné dans des rôles épisodiques, réprimant en lui-même des ardeurs fougueuses que condamne la tradition. Acteur du répertoire classique, il n'a encore fixé l'attention sur lui que pendant un court moment, dans le Brutus de Voltaire, et pour des raisons accessoires qui seront indiquées plus loin, quand tout à coup une tragédie moderne, le Charles IX de M.-J. Chénier, le place en vedette. À partir de cette date, il est l'étoile auprès de laquelle pâlissent les astres de moindre grandeur. Critiqué par quelques-uns, applaudi par le plus grand nombre, il reste au tout premier plan du Théâtre Français jusqu'à ses derniers jours. Il faut distinguer avec Népomucène Lemercier trois périodes dans sa carrière — Lafont6 n'en distingue que deux, mais moins légitimement : la première s'étend de 1789 jusqu'aux environs de 1804 ; la seconde, de 1804 jusqu'en 1814, la troisième de 1814 jusqu'à sa mort. Nous allons les examiner successivement.

Notes

1 Cette tradition existe toujours. C'est ainsi qu'un acteur contemporain, né à Paris, J. Truffier, a appris l'r roulée, qu'il ne possédait pas dans sa langue maternelle.

2 Thurot, T. II, p. 395.

3 Dans le Mahomet de Voltaire.

4 Regnault-Warin, p. 148.

5 Papiers Lebrun, n° 56, 1-2.

6 Lafont, Discours sur la tombe de Talma, cité par Moreau.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter