Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Troisième section. Le Vers et la langue.

Chapitre I. Le compte des syllabes

Texte intégral

1Le vers français, selon tous les critiques, continue d'être basé sur le syllabisme. Or trois questions intéressent le syllabisme et en règlent les conditions : d'abord l'hiatus (quelquefois) et l'élision, puis le régime de l'e muet, enfin la diérèse et la symétrie des diphtongues. Ce sont ces trois questions que nous allons maintenant examiner l'une après l'autre.

I. L'HIATUS ET L'ÉLISION

2À considérer les choses en gros, et sans revenir sur le détail, toute syllabe écrite est nombrée, sauf la syllabe féminine de la rime, qui l'a été plus anciennement, mais qui commence à ne plus l'être. Toute voyelle qui est en contact avec une autre voyelle, exceptions mises à part (paon, taon), forme un hiatus, et cet hiatus est permis à l'intérieur des mots, mais interdit entre deux mots consécutifs, sauf si l'hiatus réel est dissimulé dans l'écriture par une h dite aspirée, pour laquelle d'ailleurs il n'existe plus aucune aspiration. L'e muet doit être obligatoirement élidé devant un mot qui commence par une voyelle ou par une h dite muette et est tenue pour nul dans la mesure du vers. On sait déjà quelle a été à cet égard l'évolution de la langue, et comment ces règles se sont établies. Il n'y a donc qu'à prendre ici les choses telles qu'elles se présentent au xviiie siècle, à exposer ce qu'en disent les métriciens et à faire connaître, sur ces divers points, quel est l'usage des poètes.

  • 1 Marmontel, El. de Litt., au mot ”Hiatus”, T. IV, p. 68. Cf. A. François, La Lgue Postel., T. II, p (...)
  • 2 Harduin, p. 106.

3La proscription de l'hiatus n'est pas approuvée par tout le monde, et certains bons esprits ont la hardiesse, comme autrefois Mlle de Gournay et C. Huyghens, de montrer que les lois qui régissent notre poésie sont, sur certains points, fort peu logiques, ce qui pourrait bien être une invitation à les modifier. C'est après 1750 que plusieurs voix s'élèvent pour en faire ressortir la faiblesse. Marmontel1 s'aperçoit que la rencontre de deux voyelles, interdite entre deux mots en contact, est parfaitement admise et considérée comme correcte en position intérieure, dans des noms propres empruntés à l'Antiquité, comme Danaé, Laïs, Dea, Leo, Thoas, Leucothoé, Phaon, Léandre, Actéon, Méléagre. Il a tort de mêler à cette série l'expression il y a, sans s'apercevoir qu'une semi-consonne s'intercale devant Va pour empêcher la rencontre prohibée, mais il plaide en faveur de il a été à, et il fait de l'hiatus une question d'harmonie dont l'oreille seule doit être juge : certains assemblages, a-u, o-i, a-an, o-un sont déplaisants et doivent être évités ; d'autres au contraire n'offrent aucune dureté et même ne sont pas dépourvus d'une douceur indiscutable. À son avis l'hiatus ne devrait pas faire l'objet d'une règle générale, mais relever seulement de l'audition. En 1757, Harduin2 s'insurge plus vivement encore : il laisse entendre que c'est l'exemple des Latins qui a déterminé les prescriptions adoptées par les Français : l'hiatus, qu'on trouve si choquant entre deux mots, devait être aussi rude en position intérieure : « On ne voit pas que les poëtes latins aient rejeté, autant qu'ils le pouvoient, les mots où se rencontroient ces hiatus : leurs vers en sont remplis, et les nôtres n'en sont pas exempts. Non seulement nos poëtes usent librement de ces sortes de mots, quand la mesure et le sens du vers paroît les y obliger ; mais lors même qu'il s'agit de nommer arbitrairement un personnage de leur invention, ils ne font aucun scrupule de lui appliquer un nom dans lequel se trouve un hiatus, et je ne crois pas qu'on leur ait jamais reproché d'avoir mis en œuvre les noms de Cléon, Chloé, Arsinoé, Zaïde, Zaïre, Laonice, Léandre, etc. ». Puis il continue par une remarque intéressante : elle prouve qu'il ne connaît pas l'histoire de la langue, ce dont nul ne saurait s'étonner, mais en même temps que le compte des syllabes dans les vers ne correspond plus à la prononciation ordinaire du français : « Il semble même que, loin d'éviter les hiatus dans le corps d'un mot, les Français ayent cherché à les multiplier, quand ils ont séparé en deux syllabes quantité de diphtongues qui font syllabe dans la conversation. De tuer, ils ont fait tu-er, et ont allongé de même la prononciation de ru-ine, vi-olence, pi-eux, étudi-er, passi-on, di-adême, jou-er, avou-er etc. On ne juge cependant pas que cela rende les vers moins coulants, on n'y fait aucunement attention ».

  • 3 Beauzée, T. I, p. 31.
  • 4 J. de Maistre, T. VII, p. 307. A. Retté a cité ce passage dans le Mercure de France, juillet 1899.
  • 5 Voltaire, Lettre du 19 mars 1770.

4Beauzée riposte que l'hiatus cause un bâillement et fatigue les poumons, forcés de fournir une plus grande quantité d'air. Il éprouve un certain respect pour l'état de choses établi, et il le défend comme il peut, par des arguments qui ne résistent pas à l'examen, tandis que Marmontel, pour condamner les hiatus désagréables, avait parlé avec beaucoup plus de prudence du « jeu de l'organe ». Pourtant il est ébranlé et il s'associe aux observations de Harduin, mais avec des réticences : « On doit se défier beaucoup, dit-il3, des exceptions à une loi qui paraît universelle et fondée en nature : souvent on ne la croit violée que parce que l'on n'en connoît pas les motifs, les causes, les relations, le degré de subordination à d'autres lois plus générales ou plus essentielles ». Ces dernières réflexions n'empêchent pas Joseph de Maistre4 de revenir à la charge en 1795 pour dénoncer l'incohérence de la règle de l'hiatus : « Il n'y a rien de si choquant dans la langue française que l'hiatus, mais c'est encore pure convention et pure habitude : la nature n'y est pour rien du tout. On nous a dit dès l'enfance : Soyez choqués dès qu'une voyelle en rencontre une autre. Nous sommes choqués par obéissance, et cette obéissance devient coutume. Mais si l'hiatus se trouve au milieu d'un mot, au lieu d'être placé d'un mot à l'autre, voilà que, par une magie inexplicable, il opère un effet diamétralement contraire, de manière que les mots les plus sonores de la langue sont ceux qui renferment des hiatus, comme Héloïse, Adélaïde... et mille autres, et le mot poésie lui-même. On les recherche même en poésie, car rien, par exemple, n'empêcherait Voltaire d'appeler une de ses héroïnes Zamire au lieu de Zaïre. Puisqu'il créait la princesse, il était bien libre de la nommer ». Il y a là un appel très net à une réforme d'ensemble ; mais il n'est suivi d'aucun résultat, tellement est grande la force de la tradition. Voltaire, qui n'arrive pas à distinguer la voyelle de la semi-voyelle et qui veut paraître libéral, n'aurait d'ailleurs jamais approuvé l'abrogation de cette règle, tout au plus envisage-t-il quelques licences possibles, et dans des genres médiocres : « Je fais une grande différence entre les bâillements des voyelles au milieu des mots et les bâillements entre les mots, parce que les syllabes d'un mot se prononcent tout de suite, et qu'on doit très souvent, dans le discours soutenu, séparer un peu les mots les uns des autres. Je fais encore une grande différence entre le concours des voyelles et le heurtement des voyelles, il y a longtemps que je vous aime : il y a est fort doux ; il alla à Arles est un heurtement affreux. Nous avons la voyelle qui entre et la voyelle qui n'entre point. Je dirais hardiment dans une comédie de bas comique : 17 y a plus d'un mois que je ne vous ai vu »5.

  • 6 De Longue, p. 41 ; Harduin, p. 106 ; cf. A. François, T. II, p. 2083.

5On découvre aussi qu'un e muet final qui suit directement une voyelle tonique et qui est placé devant un autre mot commençant par une autre voyelle ne dissimule l'hiatus que pour l'œil, mais le laisse subsister pour l'oreille, sans l'adoucir le moindrement du monde s'il est cacophonique. En 1737, de Longue part en tirailleur : des mots comme destinée, jalousie, étendue, joie, loue, selon lui, ne devraient jamais figurer devant voyelle à l'intérieur d'un vers, même pas à l'hémistiche, où la rencontre des sons n'est pas moins désagréable qu'ailleurs. Dix ans plus tard, et avant Harduin, l'abbé Batteux proteste que en proie à Pradon, ma joie et mes douleurs, cette Troie où je cours « font un choc de voyelles aussi dur que bonté infinie et peut-être plus »6. Dans des cas semblables, fait observer Marmontel, l'e muet s'élide, et les deux autres voyelles entrent en contact. Il cite ces deux vers de Racine :

  • Hector tomba sous lui, Troi' expira sous vous
  • Allez donc, et portez cette joi' à mon frère.
  • 7 Marmontel, El. de Litt., au mot Hiatus, T. VI, p. 69-70.

6« Il y a peu d'hiatus, dit-il7, aussi rudes que celui de ces deux vers : la règle qui permet cette élision et qui défend l'hiatus est donc une règle capricieuse, et aussi peu d'accord avec elle-même qu'avec l'oreille, qu'elle prive d'une infinité de douces liaisons ».

  • 8 D'Alembert, Lettres à Voltaire, 11 mars 1770 et 26 mars 1770.

7Voilà donc la guerre allumée sur un nouveau point, et la discussion s'engage à ce sujet entre d'Alembert et Voltaire : « Notre poésie, écrit le premier8, me semble ridicule. On rejette : J'ai vu mon père immolé à mes yeux, et on admet : J'ai vu ma mère immolée à mes yeux, quoique l'hiatus du second vers soit beaucoup plus rude ». Ici encore Voltaire prend la défense de la tradition, en usant d'arguments pitoyables : « Immolée à mon père n'écorche point mon oreille, réplique-t-il, parce que les deux e font une syllabe longue. Immolé à mon père m'écorche, parce qu'e est bref ». D'Alembert ne se déclare point satisfait, mais n'invoque pas de meilleures raisons : « Mon oreille est assurément la très humble servante de la vôtre, mais immolée à mes yeux me paraît plus dur qu'immolé à mes yeux, par la raison même que vous apportez du contraire, celle de la prolongation de la voyelle ». En 1795 J. de Maistre revient sur cette question avec une âpre ironie, comme s'il voyait dans la façon dont elle a été résolue une preuve de la sottise humaine : « Il n'est pas permis... de dire en vers nu et blessé, mais nue et blessée va le mieux du monde. Si je m'avisais de prononcer ce vers en présence d'une oreille française :

C'est un croyant soumis, à sa foi attaché,

8ce serait un scandale épouvantable ; je crois même qu'une dame qui aurait les nerfs délicats pourrait fort bien s'évanouir. Mais si je dis :

C'est Vénus tout entière à sa proie attachée,

  • 9 Quicherat, p. 388 sq.

9le vers devient superbe et n'a plus rien de choquant, quoiqu'il soit parfaitement égal pour l'oreille d'écrire -oi à ou -oie à. Mais c'est qu'on nous a dit : Lorsque vous verrez un e muet entre deux voyelles, vous ne devez point être choqués, quand même il ne se prononce pas” ». Quicherat à son tour fera ressortir l'absurdité de cette règle, mais sans plus de succès que ses prédécesseurs9.

10Pour que la versification soit correcte, en dehors du cas que nous venons d'examiner, il faut qu'une consonne termine le premier des deux mots qui se trouvent en présence, lorsque le second commence par une voyelle. Mais il s'agit de savoir si cette consonne finale, au xviiie siècle, est toujours articulée. Dans la conversation ordinaire, elle ne l'est guère plus souvent qu'aujourd'hui, car beaucoup de liaisons déjà ne se font pas toujours sentir. Mais le discours soutenu ou la déclamation sont beaucoup plus conservateurs, et les grammairiens nous attestent l'existence d'une double prononciation. Le P. Mourgues et Hindret, au xviie siècle, avaient déjà noté cette distinction. En 1705, Régnier-Desmarais écrit que « la prononciation qui regarde la chaire, ou le barreau, ou la poésie, a ses règles à part », et qu'elle « ne supprime pas facilement les lettres finales ».

  • 10 Tous ces textes dans Thurot, T. II, p. 9 et p. 89-90.

11En 1753, Antonini dit qu' « il est nécessaire, dans la prononciation soutenue, de faire sentir la consonne finale sur la voyelle qui commence le mot suivant ». En 1769, Demandre constate que la prononciation propre à la déclamation « consiste à appuyer davantage sur les syllabes des mots et à en faire sentir les lettres finales, quand le mot suivant commence par une voyelle ou une h non aspirée ». Enfin de Wailly, en 1763, enseigne que « dans les vers, dans les discours prononcés en public, on fait sentir la plupart des consonnes finales, quand le mot suivant commence par une voyelle ou par une h muette »10.

  • 11 Prince de Ligne, Lettres à Eugénie, p. 87.
  • 12 M. Wilmotte, p. 12.

12Les deux témoignages qui nous sont apportés par Régnier-Desmarais et par de Wailly nous montrent déjà que toutes les précautions des poètes, ainsi que l'attention qu'ils mettent à respecter les lois de la versification n'empêchent pas que des hiatus réels ne se produisent quelquefois, surtout dans la bouche de diseurs inexpérimentés ou d'acteurs négligents. Au contraire, les grands comédiens, surtout dans les genres élevés, prennent soin d'observer les liaisons, mais en les atténuant quand ils les jugent désagréables. « Il y a des liaisons ridicules que l'on supprime, écrit le prince de Ligne11, amateur de spectacles et habitué des théâtres, puisqu'elles feraient des sens louches. Il y en a de nécessaires, quoique bien dures, qu'on adoucit... Le bruit court en ville ne se dira pas bien, Courtenville a l'air du nom de quelqu'un. On ne dit pas dans Le Cid le Cham-pouvert. On ne doit pas dire non plus sur la cham-p à Paris. Ce sont de ces choses qu'on doit éviter... Il y a de la pédanterie à s'arrêter trop à certains effets de l'orthographe. Il y aurait de l'ignorance à ne pas s'y conformer, puisque cela dérangerait le méchanisme de la prosodie ». Il semble bien que M. Wilmotte12, qui a commenté les renseignements que nous apporte le prince de Ligne, ait eu trop de propension à en conclure que les liaisons ne se faisaient plus : « On ne fait plus sonner les r, sur le théâtre de Paris, écrit celui-ci, comme on le faisait autrefois » ; ou encore : « la liaison de l'n est nulle, et c'est très bien fait » ; ou encore : « les s, qui à la fin des mots suivis d'une voyelle, doivent tous se faire sentir, peuvent se prononcer sans pourtant rappeler celles des parades et des Mlles Zirzabelles ». Il est difficile de croire qu'à la Comédie Française un bon acteur, dans aimer et chérir, n'articule pas l'r qui termine le mot aimer, et que, s'il ne disait pas le cham-n ouvert, il disait peut-être le cham-n ouvert (Jã-n-uvèr), ou bien que, dans certains cas difficiles, il n'évitait pas la liaison par un silence bien placé, au moins toutes les fois que c'était possible. Le prince de Ligne parle lui-même d'atténuation, et il a présenté l'observation suivante, qui prouve bien que tous les comédiens ne déclamaient pas d'une manière négligée et que tous ne transportaient pas au théâtre leurs habitudes du langage ordinaire : « Un perruquier d'une jolie figure, qui se sauve d'un hôtel garni, un garçon serrurier qui quitte sa boutique et ses parents, ne peut pas éviter les hiatus et les fausses liaisons ».

  • 13 Papiers Lebrun, Carton 29, n° 123.

13Bien évidemment, sur ce point comme sur d'autres, il y avait des novateurs et des conservateurs, et ce sont les premiers qui, à la longue, ont fini par l'emporter, mais seulement à une date plus récente. Que cette façon d'éviter l'hiatus en faisant sentir les consonnes terminales ait déjà semblé à beaucoup de gens assez désagréable parce qu'elle était en dehors de l'usage courant, voilà qui est hors de doute ; mais la tradition avait encore nombre de partisans. Dhannetaire, qui est à l'avant-garde de la nouvelle école, nous le montre bien : « C'est encore un de ces acteurs, écrit-il à propos d'un de ses confrères, qui ont la manie d'observer, soit en parlant, soit en chantant, les liaisons les plus recherchées du langage. Liaisons qui sentent le purisme, tout au plus permises dans les vers ou dans le discours soutenu, et non dans le dialogue familier... Affectation d'ailleurs contraire au parler naturel et aux règles les plus connues de la grammaire et de l'usage, surtout dans les nasales, dont la liaison trop exacte est un vice réel de prononciation ». Mais voici maintenant un texte très intéressant, une lettre de Talma à un avocat nommé Daleg13, au sujet de cet alexandrin de Racine :

Soumis avec respect à sa volonté sainte.

14où une prononciation moderne n'articule ni le c ni le t du mot respect, ce qui engendre forcément un hiatus. Talma au contraire faisait entendre les deux consonnes. Il n'envisage pas un seul instant qu'il puisse y avoir collision des deux voyelles : tout le problème se réduit pour lui à savoir s'il faut prononcer le c seul, ou à la fois le c et le t : « Retrancher le t de ce vers rend la liaison de ce mot avec le suivant sèche et surtout vulgaire, en ce qu'on pourrait paraître ne pas savoir comment ce mot s'écrit. En faire au contraire sauter le t d'une manière légère, rend cette partie du vers moins dure et moins aride, et certes j'aime mieux dire :

Soumis avec respectassa volonté sainte,

15que respecassa ; remarquez surtout que le mot avec, qui précède, a la même terminaison que respec, de sorte que cela ferait de suite avec respec, ce qui ne serait pas très harmonieux ; de plus on pourrait encore entendre :

Soumis avec respè qu'à sa volonté sainte,

  • 14 Ce texte doit retenir l'attention pour ce qu'il nous apprend des idées de Talma sur la césure : il (...)

16ce qui ne serait pas français pour l'oreille. Au reste je ne fais en cela que m'écarter d'une règle spéciale pour rentrer dans la règle générale qui veut que la dernière consonne d'un mot s'unisse avec la voyelle qui commence le mot suivant. Et, par ce moyen, je conserve du moins toute la douceur et la pureté du vers de Racine »14.

  • 15 Dangeau, p. 19 sq.

17C'est l'hiatus de la voyelle nasale placée devant une autre voyelle qui suscite le débat le plus ample. Il est soulevé pour la première fois par l'abbé de Dangeau : « Quand un musicien, écrit-il15, voudra chanter ce vers :

Ah ! j'attendrai longtemps, la nuit est loin encore,

18il fera tout ce qu'il pourra pour éviter le bâillement : ou il prendra une prononciation normande et dira : la nuit est loin-n-encore ; ou il mettra un petit g après loin et dira : la nuit est loin-g-encore, ou il fera une petite pause entre loin et encore. La même chose arrive aux comédiens dans des rencontres semblables. Mais quelque expédient que prennent le comédien et le musicien, ils tomberont dans de nouveaux inconvénients en voulant éviter celui du bâillement ». Ces collisions sont très fréquentes dans la poésie française. En voici des exemples empruntés à Corneille :

  • Arrachez Achillas et Photin à la mort. (Pompée, IV, 2)
  • M'envoie un compagnon en ce pieux office, (ibid., V, 1)
  • Mais avant de Créon on verra la ruine. (Médée, I, 5)
  • Et que, si de Léon on me fait un époux. (Pulch., V, 1)
  • 16 Restaut, p. 458 ; abbé Joannet, T. I, p. 22 sq.

19Restaut et l'abbé Joannet16 en ont recueilli bien d'autres chez des auteurs du xviiie siècle :

  • La première fois qu'un renard
    Apperçut le lion, animal redoutable,
    Il eut une peur effroyable
    Et s'enfuit bien loin a l'écart. (dans Restaut)
  • Ou comme l'airain enflammé
    Fait fondre la cire fluide. (J.-B. Rousseau)
  • Les Lincestres, les Aubris
    S'occupoient peu des écrits
    D'Anacréon et d'Horace (idem)
  • A mes cris redoublés fermant son sein impie. (Viguier)

20L'abbé Joannet déclare que l'hiatus est surtout désagréable lorsque, comme dans ce dernier vers, les voyelles qui ont le même « ou à peu près » le même son se trouvent mises en présence. Selon Marmontel, les nasales an et en sont plus dures devant voyelle que on et un : ainsi leçon utile, commun à tous sont plus supportables que main habile, océan irrité. Boileau lui-même a dit :

Le chardon importun hérissa nos guérets,

21ce qui ne blesse pas trop l'oreille, tandis que Racine s'est rendu coupable d'une grosse négligence en écrivant :

Pourquoi d'un an entier l'avons-nous différée ?

  • 17 Marmontel, El. de Litt., articleHarmonie de style, T. IV, p. 29.
  • 18 D'Olivet, p. 69.
  • 19 Abbé Joannet, T. I, p. 24.

22Telle est la difficulté. L'abbé d'Olivet prend le parti de la nier, en assimilant la nasalité à l'h aspirée : « Quelle est donc la nature des voyelles nasales ? Je les reconnais pour des sons vraiment simples et indivisibles, mais de là s'ensuit-il que ce soient de pures et franches voyelles ? Pas plus, ce me semble, que si l'on attribuoit cette dénomination aux voyelles aspirées. Toute la différence que j'y vois, c'est que, dans les aspirées, la consonne h les précède, au lieu que, dans les nasales, la consonne n les termine... Or, si l'aspiration empêche l'hiatus, la nasalité ne l'empêchera-t-elle pas ?... Je me persuade que, les voyelles aspirées et les nasales étant, les unes aussi bien que les autres, non des voyelles pures et franches, mais des voyelles modifiées, elles peuvent les unes comme les autres empêcher l'hiatus »1718. Mais il est seul de son avis, et les autres critiques ne se laissent pas prendre à ce fallacieux raisonnement. Ils constatent qu'il y a faute, c'est-à-dire que cette manière d'écrire ne correspond plus à la prononciation normale du français. Certains font ressortir que c'est un provincialisme. « Les poètes de la Garonne, écrit Joannet19, me paroissent plus sujets que d'autres à ce défaut. Je crois découvrir la cause dans leur maniere de prononcer. En effet, ils font toujours résonner les dernières consonnes, quelles qu'elles soient, avant les voyelles ; ainsi, au lieu de dire sein impie, rien en, limon organisé, ils prononcent sein n'impie, rien n'en, limon n'organisé ». D'autres y voient une particularité du français parlé en Normandie, ce qui était déjà l'explication proposée par Dangeau. Celui-ci raconte que pour s'en convaincre il a lu le Cinna de Corneille, né à Rouen, le Mithridate de Racine et le Misanthrope de Molière. Il a compté 26 cas d'hiatus par voyelle nasale dans la première de ces pièces, 11 dans la seconde, 8 seulement dans la troisième ; les opéras de Quinault en présentent bien moins encore, et même, dans l'un d'eux, il n'en a trouvé aucun.

  • 20 Idem, ibid., p. 26.

23Mais enfin de tels hiatus attendent à tout moment les poètes et les acteurs, et alors comment peuvent-ils se tirer d'affaire ? Les poètes ont toujours la ressource de choisir leurs mots de telle sorte qu'aucun heurt dangereux ne puisse se produire : c'est la solution qui vient tout de suite à l'esprit de Restaut et de l'abbé Berthelin. Quant aux comédiens, ils peuvent observer que la voyelle nasale est souvent suivie d'une consonne, comme dans grand, camp, puissant, champ, fond, prompt, biens, besoins, etc. « Si cette dernière consonne se prononce fortement devant une voyelle, dit l'abbé Joannet20, comme dans grand, puissant, besoin, biens, alors le son nazal n'est plus le son dominant, mais c'est celui de la consonne suivante. Dans cette circonstance, la voyelle nazale ne produit aucun baillement dans le vers :

  • Dieu, que ton pouvoir est grand et redoutable ! (J.-B. Rousseau)
  • Soutiens ma foi chancellante,
    Dieu puissant, inspire-moi ! (idem)
  • Il offre au timide étranger
    Un bras prompt à le protéger (id.)
  • Que deviendront ces biens votre orgueil se fonde ? (id.)
  • Il previent nos besoins, il adoucit nos gênes. (id.)
  • 21 Restaut, p. 458 ; de Wailly, p. 522.

24Si au contraire la consonne qui suit la lettre nazale ne se prononce pas fortement devant une voyelle, comme p dans camp et champ, à dans fond, tond, etc., cette consonne n'ajoutant aucun son à la terminaison nazale n'empêche pas l'hiatus ou le baillement, et par conséquent on doit éviter le concours de ces sortes de terminaisons avec des mots qui commencent par une voyelle ». Ainsi Joannet ne conseille pas de prononcer tout le cam-p ennemi, en faisant une liaison contre laquelle protestera d'Alembert ; mais d'autre part il ne veut pas de collision cacophonique, et, en dernier ressort, il se rallie à la proposition de Restaut et de l'abbé Berthelin. D'autres au contraire se rendent compte qu'on peut parfois annuler l'hiatus dans la déclamation en mettant, toutes les fois que le sens s'y prête, un silence entre les mots en contact. C'est un procédé que suggère Restaut et que recommande de Wailly21. On améliore ainsi des vers comme les suivants, qui deviennent supportables grâce à ce subterfuge :

  • Disperse tout son camp à l'aspect de Jéhu. (Racine)
  • Celui qui met un frein à la fureur des flots... (Id.)

25Au contraire l'abbé Joannet repousse ce silence sauveur, parce qu'à son avis « le repos de l'hémistiche n'est pas assez long pour que l'oreille oublie le son de la nazale qui l'a frappée ».

26Cependant il y a des circonstances dans lesquelles le diseur, qui ne fait pas le vers, doit à tout prix choisir. À propos de l'alexandrin qu'a cité Dangeau :

Ah ! j'attendrai longtemps, la nuit est loin encore

27Harduin proteste que la liaison de l'n, qui était peut-être supportable cinquante ans auparavant, écorche les oreilles de ses contemporains. Mais certains métriciens, pour éviter l'hiatus, conseillent de la faire, et il est certain qu'elle se maintenait au théâtre dans les genres élevés. C'est qu'en effet l'usage ne l'a pas abolie partout dans la conversation courante. D'Olivet fait remarquer qu'on fait toujours sonner la consonne nasale lorsque les deux mots en contact sont inséparablement unis : on arrive, on est arrivé, bon ange, certain auteur, en Italie, je n'en ai point, il est bien élevé, il n'a rien oublié. « Les monosyllabes on, en, un, note Joannet, les pronoms et les noms adjectifs terminés de la sorte, mais immédiatement suivis de leurs substantifs, perdent en quelque façon leur son nazal dans la même circonstance, ainsi que bien et rien quand ils sont unis étroitement au mot suivant. Vous ne devez donc pas craindre de placer ces nazales dans un vers... :

  • Prenons la raison pour arbitre
    Et cherchons en eux leurs vertus. (Rousseau)
  • Du furieux fait un Achille,
    Du fourbe un politique habile,
    Et de l'athée un esprit fort. (idem)
  • Parmi tant de mortels que du souverain être. » (L'honneur, épître)

28Cette analogie agit dans un sens conservateur. En 1751, Berthelin, citant l'alexandrin suivant :

Non, non, un roi qui veut seulement qu'on le craigne...

  • 22 Berthelin, p. XXVIII.

29déclare que l'n du second nom doit se lier à la voyelle initiale du mot suivant22. C'est seulement en l'an VII que de Wailly supprimera cette remarque, certainement parce qu'il a proposé l'artifice d'un bienfaisant silence. « Je crois, quoi qu'en dise M. Restaut, ajoute Berthelin, que dans un discours soûtenu on peut faire sonner l'n dans illusion, ambition, etc., et prononcer illusion n'étrange, ambition n'illustre ». D'Hannetaire témoigne qu'il est courant d'entendre au théâtre : mon intention-n'est de vous obliger. Il résulte de tout cela, semble-t-il, que les forces qui s'emploient à consolider la règle de l'hiatus sont encore plus considérables que celles qui poussent à la détruire.

  • 23 Abbé d'Olivet, p. 56 sq.
  • 24 D'Alembert, Encyclopédie, au mot Elision.

30Toutes les prescriptions formulées par les traités du xviie siècle et relatives à la rencontre de deux voyelles qui appartiennent à deux mots différents, sont répétées par les critiques du xviiie, qui n'en donnent jamais l'explication historique et qui souvent ne les comprennent pas. l'h aspirée empêche la liaison de la consonne précédente et l'élision de l'e muet ; mais le souffle qui la caractérise a disparu sur presque tout le territoire. Or l'abbé d'Olivet écrit à ce propos : « La langue françoise, qui n'aime et ne cherche rien tant que la douceur, n'attribue nul autre effet à l'aspiration que celui de communiquer à la voyelle aspirée les propriétéz de la consonne ; et c'est là tout ce qu'opère la lettre h, par où se distingue la voyelle aspirée. Prononçons abeille, et haquenée. Quant au son naturel de l'a, il est le même dans ces deux mots. Toute la différence consiste en ce que l'a n'est pas aspiré dans le premier, et qu'il l'est dans le second »23. Il donne, d'après le Dictionnaire de l'Académie, une liste de mots qui, dit-il, « conservent leur aspiration initiale », en d'autres termes dont l'h continue d'être dite aspirée ; mais il ne voit pas du tout que l'amuissement de cette h a pour résultat d'établir un hiatus obligatoire, et parfois très dur. D'Alembert24 constate au contraire que « le concours de deux voyelles est permis dans la poésie, quand la seconde est précédée d'une h aspirée, comme dans ce héros, la hauteur, c'est-à-dire que l'hiatus n'est permis que dans le cas où il est le plus rude à l'oreille ». Les poètes se laissent guider par la tradition, et écrivent comme l'ont fait leurs devanciers, même Voltaire, bien qu'il ait condamné cet alexandrin de Corneille :

Mettre un roi hors du trône, et donner ses états. (Cinna, III, 4)

31Pourtant il bouscule la règle lorsqu'elle le gêne, et il écrit sans scrupule :

Je meurs au moins sans être haï de vous. (Enfant prodigue, IV, 3)

  • 25 De Wailly, p. 420.
  • 26 Demandre, T. I, p. 452 sq.

32Ce qu'il y a de plus intéressant à noter, ce sont certaines variations de l'usage. De Launay remarque, en 1719, que Henri doit être aspiré dans le discours oratoire et en poésie, mais non pas dans la conversation ordinaire, où une telle prononciation serait affectée, observation que répète d'Olivet. Celui-ci nous fait savoir aussi qu'on ne dit plus je hésite, mais j'hésite, même en vers, qu'on peut entendre toile d'Hollande, fromage d'Hollande, eau de la reine d'Hongrie, point d'Hongrie, mais que l'h reste aspirée dans les autres expressions où entrent les mots Hollande et Hongrie, ainsi que dans l'adjectif hideux. De Wailly25 prend parti pour l'aspiration dans Hollande, Henri, Hongrie. Il faut également écrire et dire le huit, le huitième, la huitaine ; Demandre26, qui est aussi de cet avis, cite à l'appui ces vers de Richer :

Se rend droit entre huit et neuf
Où le clair-voyant Pique-beuf
Avoit choisi son corps de garde.

33Les critiques du xviiie siècle, assez déconcertés par les règles de l'hiatus, enregistrent l'usage, mais manquent des connaissances phonétiques suffisantes pour en faire ressortir le motif. De Wailly indique que oui, pris substantivement, n'admet ni élision ni liaison. La valeur consonantique de la semi-voyelle leur échappe complètement : « Les auteurs les plus exacts, déclare Demandre, n'ont point d'égard à l'hiatus dans la répétition du mot oui, apparemment parce que ce mot ne peut se répéter qu'on n'appuie beaucoup sur le premier et plus encore sur le second, et qu'en conséquence on ne doive reprendre haleine et faire un repos entre les deux, ce qui empêche l'hiatus d'être senti :

Oui, oui, crois si tu veux qu'on en veut à ta vie (Scudéry)

34Mais l'hiatus ne se souffre point entre le mot oui et un autre mot, soit qu'il soit placé devant, soit qu'il soit placé après. Ainsi on ne diroit pas :

Il m'a blessé ; oui je l'en punirai. »

35Il considère le tant y a de Racine, dans Les Plaideurs, comme une faute faite à dessein par le poète, parce qu'elle est dans le caractère du personnage qu'il fait parler. L'h, prétend-il, est aspirée dans hier monosyllabe, ce qui permet devant elle un mot terminé par une voyelle : de la sorte ces deux alexandrins de Thomas Corneille sont fort bons :

  • Aussi hier à l'abord il m'étoit fort nouveau.
  • Sachez que don Alvar vous conta hier l'histoire...

36Le onze, le onzième, sont conformes à la prononciation commune. Ils sont protégés par la remarque du Dictionnaire de l'Académie : « Onze – Encore que ce mot, et celui d'onzième, commencent par une voyelle, cependant il arrive quelquefois, et surtout quand il est question de dates, qu'on prononce et qu'on écrit, sans élision, l'article ou la préposition qui les précède : de onze enfants qu'ils étoient, il en est mort dix. De vingt, il n'en est resté que onze. La onzième année ». Demandre écrit donc que « l'o à la tête du mot peut faire office de consonne » et empêcher l'hiatus. Il constate la syllabation des poètes et cite cet exemple de Saint-Amant :

Vous le voyez sur le Pont-Neuf,
Tout barbouillé d'un jaune d'oeuf,
Depuis sept heures jusqu'à onze,
Faire la cour au roi de bronze.

37Mais il a tellement le respect de la règle qu'il oppose à cet hiatus l'élision faite par Voiture dans le décasyllabe suivant :

Mais cependant je suis dedans l'onzième.

38Il est donc conservateur, comme tous ses contemporains, et son désir secret serait sans doute d'éliminer quelques exceptions ainsi que les anomalies qui lui déplaisent. Visiblement l'hiatus, surtout quand il est apparent à l'œil, dérange les idées qu'il possède sur l'harmonie de la poésie. L'abbé Berthelin voudrait plus de sévérité et pourchasse même les rencontres de voyelles qui sont admises dans les expressions toutes faites : « Quoique certaines personnes prétendent que quelques mots liés, tels que peu à peu, pié à pié, etc., n'en font qu'un, cependant il faut les éviter comme un écueil dans la poësie, à cause de l'hiatus ». Demandre n'hésite pas à conseiller des liaisons un peu trop forcées : « Si, en se servant de ces expressions pié à pié, pié à terre, on veut éviter l'hiatus, il faut écrire pied à pied, pied à terre, et faire sonner le d comme un t... Il faut également faire sentir le d, si l'on veut que ce vers de Sarrasin soit bon :

Pour subsister mange son bled en verd. »

39Pourtant l'Académie, rencontrant chez Boileau cet alexandrin :

De ce nid à l'instant sortirent tous les vices,

  • 27 Ces vers sont cités par Tobler, V.F., p. 68. Le cas est examiné par l'abbé Joannet (T. I, p. 31). (...)

40avait noté qu'il y avait là un hiatus réel, parce que le d ne se fait pas sentir dans nid, où il n'est d'ailleurs qu'une restitution étymologique, comme dans les mots pied, nœud, et parfois nud. Mais il suffit d'une simple apparence orthographique ou de quelque licence qui s'appuie sur des exemples antérieurs pour que les règles de l'élision et de l'hiatus semblent sauvées. Il y a longtemps que le, pronom atone postposé à un impératif dont il est le complément, est devenu tonique. Cependant Voltaire écrit encore27 :

  • Laissez-le au moins ignorer que c'est vous. (Enf. prod., IV, 3)
  • Plaignez-le, il vous offense, il a trahi son roi. (Ad. du Guesclin, III, 3)
  • Retournez vers ce peuple, instruisez-le en mon nom. (Mahomet, II, 3)
  • 28 Cf. A. François, Lg. Postel., T.II, p. 1453.

41Dans d'autres cas, l'introduction arbitraire d'une lettre analogique donne au poète le nombre de syllabes dont il a besoin et l'aide à compléter son vers. On a signalé chez Voltaire ces deux alexandrins dont le second a été approuvé par Domergue, qui y voit une licence autorisée28 :

  • Retranches, ô grand Dieu, des jours de ce grand roi... (La Henr., VII)
  • Achèves, ô mon Dieu ! Ce sont là de tes coups...

42(cf. A. François, Lg. postel., T. II, p. 1453)

43Voici enfin des octosyllabes où l'addition frauduleuse d'une s, au lieu d'empêcher l'élision, a pour but de faire croire qu'il n'y aura pas heurt de deux voyelles en contact :

  • N'y compte plus, muse étourdie,
    Et vas extravaguer ailleurs. (Dorat, Ep. à ma Muse)
  • Fais-toi dévote aussi, Fanchette :
    Vas, il n'est pas de sot métier. (Béranger, Les Capucins)

44L'intention de Dorat et de Béranger était-elle que leurs lecteurs fissent la liaison de l's qu'ils ont ajoutée à va avec la voyelle qui commence le mot suivant, comme Demandre l'a proposé pour le d du mot bled dans le décasyllabe de Sarrasin qu'il a cité ? Ces faits permettent au moins de conclure que le xviiie siècle, à quelques très rares exceptions près, ne songe aucunement à réformer la versification française dans un sens plus libéral, mais qu'il se contente de satisfactions de pure forme, et que, au lieu de considérer la réalité phonétique du langage courant, il préfère s'abandonner à de vaines illusions.

II. L'E MUET

  • 29 Beauzée, Encyclopédie, au mot Muet.

45Il ne sera question à cette place que de l'e muet qui se rencontre à l'intérieur des vers, car, à propos de la rime féminine, nous étudierons celui qui les termine. Dans la situation qui vient d'être définie, rien n'est changé par rapport à ce qui existait au xviie siècle. En principe, tout e muet écrit forme syllabe et est compté, sauf élision s'il n'est pas suivi d'une consonne et s'il se trouve devant une autre voyelle qui commence un autre mot. Quand la voyelle prononcée qui précède l'e muet n'est pas la voyelle accentuée du mot, c'est-à-dire quand l'e muet est en position intérieure, il est considéré comme sans valeur. Voici ce que dit à ce sujet Beauzée29 : « Les besoins de notre versification, essentiellement ennemie des hiatus, ont d'abord favorisé la licence que nos pères ont prise d'écrire gaîment, gaîté, remercîment, éternûment, dévoûment, etc., et les prosateurs ensuite les ont imités dans plusieurs mots semblables. Mais il semble que l'on craigne de généraliser les principes de notre orthographe... ; l'Académie même, qui dans son Dictionnaire de 1762 écrit remercîment, secoûment, éternûment, sans e, ne laisse pas d'écrire reniement, dévouement, remuement, avec un e ». « Il seroit à souhaiter, dit M. de Wailly (De l'Orthographe, 1771, p. 63) que l'on gardât la même marche pour les autres noms formés des verbes en -ier, -ouer, -oyer, etc., et qu'on écrivît sans e tous ces noms : renîment, crucifîment, dénoûment, engoûment, aboîment, dévoûment, etc. Cet e ne se prononce point, et jamais on n'en tient compte dans la poésie... Si l'on retranche l'e dans les substantifs et les adverbes, ne sera-t-il pas convenable de le retrancher aussi dans les futurs et les conditionnels des verbes en -éer, -ier, -oyer, -uer ? J'agrêrai, je crêrois, je remercîrai, nous justifîrons, nous emploîrons, nous éternûrons ». Comme ce n'est pas le xviiie siècle qui a dû prendre l'initiative de cette réforme métrique et qui l'a trouvée déjà accomplie dans l'héritage que lui ont laissé les grands classiques, il l'accepte sans aucune résistance. Du moment que Racine a dit :

Avant la fin du jour, vous me justifîrez. (Bén., III, 3)

46Voltaire peut écrire à son tour :

C'est là que j'expîrai le crime involontaire... (Alzire, V, 4)

47Cette règle est donnée par les traités, notamment ceux de Restaut, de Demandre et de Domairon.

  • 30 Boindin, Réfl. crit., T. II, p. 95.
  • 31 A. François, Lg. postel., T. I, p. 990, n. 10.

48Au contraire, des e muets situés à l'intérieur des mots derrière consonne, et qui sont nuls dans la conversation courante, forment syllabe et comptent dans le vers. Il n'y a à ce sujet qu'une seule remarque qui est de Boindin, à propos de termes comme ressemeler, redevenir : « alors, dit-il, quoique ces e muets ne se fassent pas plus sentir à l'oreille que lorsqu'on les supprime, on en fait autant de syllabes différentes ; et ces syllabes, dans l'usage, sont équivalentes à celles qui sont composées de diphtongues, ou d'une seule voyelle, avec deux ou trois consonnes »30. Mais ces lignes ont seulement trait à la versification et à la conversation courante et non à la déclamation du vers, sur laquelle nous restons dans l'ignorance. Il est extrêmement vraisemblable que le numérisme du vers était rigoureusement observé dans les grands genres, et qu'il ne se relâchait que dans la comédie la plus légère. On peut en juger par un fait que rapporte A. François31. L'acteur Molé, au cours de représentations données à Rouen, avait syncopé certaines consonnes et beaucoup de voyelles, dont un grand nombre d'e muets. Un anonyme écrivit au Journal des Spectacles, le 15 février 1778, pour se plaindre que des manières de parler comme l's amants, s't objet, s't espoir, quéques, quéconte, v'la, d'sormais, s't homme, l's hommes, se fissent entendre au théâtre. Il s'agissait évidemment d'une pièce en prose. Le rédacteur en effet répondit que si Molé avait articulé ainsi, c'était son rôle de petit maître qui l'exigeait, mais qu'ailleurs c'était inadmissible : « Je ne balance point... à déclarer avec vous qu'une telle licence n'est pas tolérable dans les rôles qui exigent de la noblesse, et qu'elle est d'autant moins admissible dans les comédies en vers, qu'elle brise la mesure et fatigue les oreilles un peu familières avec la poësie ».

49Quand un e muet, à l'intérieur du vers, succède directement à une voyelle tonique, il faut de toute nécessité qu'il puisse s'élider sur une voyelle qui commence le mot suivant, ce qui exclut tous les pluriels, sauf l'exception dont il sera parlé plus loin. Malfilâtre écrit donc très correctement :

Vins montrer la charrue et son antique usage,

50tandis qu'il lui aurait été impossible de dire :

Vins montrer les charru(es) et leur antique usage.

51Les poètes, souvent très gênés par cette règle, n'osent pas l'abolir, parce qu'il s'agit là d'une tradition métrique. Au lieu de l'enfreindre ouvertement et de s'en débarrasser pour toujours, ils préfèrent, quand ils le peuvent, ruser avec la syntaxe, ce dont ils ne se privent pas quand il s'agit de l'accord des participes passés :

  • Immobile, saisi d'un long étonnement,
    Je l'ai laissé passer en son appartement. (Rac, Brit., II, 2 ; la – Junie)
    – C'est moi qui l'offensais, moi qu'en cette journée
    Il a vu souhaiter ce fatal hyménée. (Volt., Zaïre, V, 4 ; moi = Zaïre)
  • Ce que mes yeux trompés t'ont vu toujours paraître.
    (Id., Tancr., IV, 2 ; te = Aménaïde)
  • Dans ces vaisseaux ingrats qu'ils m'ont vu secourir,
    Les cruels voudraient-ils m'accorder une place ?
    (Delille, En., IV ; me = Didon)
  • Madame, si pourtant j'ose ainsi vous nommer,
    Quel est votre dessein ? Quels bords vous ont vu naître ?
    (Baour-Lormian, Jér. dél., IV)
  • Mais quoi ! C'est un village, enfin, qui t'a vu naître,
    Ma sœur... (Collin d'Harleville, Mœurs de Jour, II, 2)
  • Notre tendre amitié remplit le cours des heures :
    Ces arbres l'ont vu naître, et, témoins de nos jeux,
    En croissant, chaque jour, l'ont vu croître avec eux. (Cas. Delavigne)

52Lorsqu'un critique reprocha à C. Delavigne cette violation de la règle d'accord, il allégua l'opinion de Condillac, d'après laquelle le participe doit être laissé invariable quand il est suivi d'un infinitif, et il se retrancha derrière l'exemple de Racine qui figure en tête de la précédente liste.

53Et cependant il y a une exception, celle qui concerne les troisièmes personnes du pluriel de l'imparfait et du conditionnel des verbes, ainsi que les deux formes aient et soient des verbes avoir et être. Il n'y a donc aucune faute dans les alexandrins suivants :

  • Conjurai(ent) le soleil d'éclairer tant d'horreurs. (Ducis)
  • Ne goûtai(ent) qu'en tremblant le bonheur de sentir. (Saint-Lambert)
  • Des malheureux traînai(ent) des membres inutiles. (L. Racine)
  • Un jour, par nos neveux, soi(ent) mis au rang des fables. (Rulhière)
  • 32 Domairon, p. 6-7.

54Mais l'exception se limite strictement aux cas précités sans qu'elle puisse être étendue à d'autres verbes, tout simplement parce que les poètes de l'époque classique n'ont pas osé risquer cette réforme, qui ne leur aurait guère coûté. « Les mots qui ont une voyelle avant l'e muet final, dit Domairon en 180432, tels que manie, punie, vue, perdue, rosée, brisée, boue, roue, plaie, vraie etc., ne peuvent s'employer dans le corps d'un vers que quand ils sont suivis d'un mot qui commence par une voyelle avec laquelle l'e muet s'élide. Les mots dans lesquels l'e muet, précédé d'une voyelle et suivi d'une ou plusieurs consonnes, ne peut point se confondre, pour la prononciation, avec une autre voyelle, tels que orgies, hardies, frappées, emploient, avouent, etc., ne peuvent jamais entrer dans le corps d'un vers ». Les poètes romantiques laisseront les choses subsister dans cet état.

  • 33 Cf. supra.
  • 34 Cf. supra.
  • 35 Grétry, Essais, T. I, p. 142.

55L'e final des mots, qui forme syllabe avec une consonne antécédente, semble avoir été régulièrement prononcé à l'intérieur du vers quand il n'était pas élidé. Le P. Buffier, Bouilhitte, Voltaire, Demandre, exigent qu'il en soit ainsi pour conserver la mesure. Il ne faudrait sans doute pas y ajouter une signification trop grande au désir qu'ils expriment si certains témoignages ne nous apportaient la confirmation de cette habitude. Il va de soi que le syllabisme n'est rigoureusement respecté que dans les genres élevés, la poésie lyrique, l'épopée, la tragédie et la comédie sérieuse. Au contraire, dans les genres plus légers, il est admis que la prononciation peut être beaucoup moins exacte. Les poètes ont depuis longtemps le sentiment fort net du désaccord qui existe entre la prononciation courante et le syllabisme du vers, et, dans des pièces familières, par le procédé de l'apocope, ils essaient de réduire la distance qui sépare la prose de la poésie. Alors l'apostrophe remplace l'e muet supprimé, et la mesure s'établit d'après la syllabation du langage populaire, que les auteurs sont du reste assez loin de toujours traduire d'une manière satisfaisante. On a déjà eu sous les yeux assez d'exemples de cette métrique particulière33 pour qu'il ne soit pas nécessaire d'en donner ici de nouveaux. Le peintre Wicar, dans des vers précédemment cités34, a usé d'une autre méthode : il n'use pas de l'apostrophe et maintient aux mots leur orthographe correcte, mais il ne compte pas l'e muet écrit, même entre trois consonnes : les douze syllabes de ses alexandrins sont des syllabes de prose nombrées d'après l'oreille. Grétry en a fait autant, cette fois sans craindre de détruire la mesure des vers que lui proposait le poète, dans Isabelle et Gertrude, une œuvre de Favart, la première pièce dont il ait composé la musique : souvent il n'accorde à l'intérieur du vers aucune note à la syllabe féminine écrite et comptée, lorsqu'il pense qu'il serait inopportun de l'articuler, et il procède ainsi, nous dit-il35, sur le conseil de Voltaire lui-même. Voici les trois vers qu'il cite :

Il faut la voir, cette dame Gertrude,
Avec son grand mouchoir
Noir.

  • 36 Restaut, p. 473.

56Dans la poésie élevée au contraire, un fléchissement doit être considéré comme improbable, tout au moins pendant la plus grande partie du xviiie siècle. On tend à éliminer les e muets qui pourraient présenter des difficultés de prononciation. Les critiques préfèrent encor en deux syllabes à encore en trois, avec à avecque, qui leur paraît artificiel : « Encore, de trois syllabes avec l'e muet, dit Restaut36, a quelque chose de languissant dans le corps du vers, avant un mot qui commence par une consonne, et il est mieux de ne l'employer ainsi qu'à la fin du vers ». À propos de cet alexandrin de Corneille que Lekain rencontre dans son Commentaire sur Nicomède :

Lui rendre Nicomède, avecque ma couronne, (V, 2)

  • 37 Lekain, p. 222.

57il note : « Avecque est très dur à prononcer, vu que, pour ma mesure du vers, il est indispensable d'articuler les deux syllabes. Sans affaiblir le sens, je crois que l'on y peut substituer ainsi que ». Le même Lekain nous fait aussi connaître le scandale qu'a soulevé au Théâtre Français la diction relâchée du comédien Auger : « M. le Maréchal rendrait service à la Comédie, écrit-il à Richelieu37, s'il daignait faire dire à cet acteur qu'il faut savoir ses rôles pour les réciter ; qu'un vers de douze syllabes n'en admet point quatorze, et ne veut pas en perdre quatre ou cinq ; que le théâtre est l'école de la langue, et que c'est là qu'il convient d'en respecter les règles ». C'est la première protestation qui s'élève contre la destruction du syllabisme écrit sur cette scène où on ne joue que des pièces d'une haute tenue littéraire. Encore n'est-il pas bien sûr que les réductions dont s'irrite Lekain fussent dues à la non-articulation de l'e muet ; il se peut que sa colère ait été provoquée par des remaniements de texte aussi improvisés qu'illégitimes, parce qu'Auger savait mal ses rôles. En 1763, de Wailly expose qu'il y a deux prononciations, l'une pour le vers, l'autre pour la prose : « L'e muet final et suivi d'un mot qui commence par une consonne doit se prononcer plus fortement dans les vers qu'il ne se prononce dans la prose :

Mais l'esprit a toujours une nouvelle grâce...

  • 38 De Wailly, p. 440.
  • 39 Cf. Thurot, T. I, p. 173-174.

58Une nouvelle : cinq syllabes. Dans la prose au contraire, ils se prononcent comme s'ils ne fesoient que trois syllabes »38. Le Syllabaire de Bouillon déclare également à propos de l'e muet : « En prose on ne le prononce qu'autant que la voix est obligée de s'arrêter dessus pour pouvoir se faire bien entendre, comme dans les justes cherchent, où la voix est obligée de s'arrêter un peu sur -tes »39.

59À peine, lorsque la diction du drame bourgeois commence à pénétrer dans la tragédie, ou bien dans le drame bourgeois en vers, peut-on supposer une certaine rupture du syllabisme, rupture dont il n'est pas certain qu'elle ait toujours sa cause dans la suppression de l'e muet. Le prince de

  • 40 Prince de Ligne, Lettres à Eugénie, p. 21.
  • 41 Aristippe, p. 130.

60Ligne, qui nous permet de formuler cette hypothèse, s'exprime en effet peu clairement, et, tout en autorisant certaines libertés, ne veut pas que le vers doive perdre son caractère syllabique traditionnel : « Il faut respecter l'harmonie, écrit-il40, et avoir pitié d'un pauvre diable qui aura sué deux ans pour faire ce que vous défaites en une minute. Mais un tenez, un à propos de temps en temps, un ah !, un mais, un oh ! oh ! et tout ce que l'auteur se seroit permis, s'il n'avoit pas dû s'assujettir aux règles de la césure, et s'il ne devoit pas être aussi plus lu que récité, tout cela, quoi qu'on en dise, peut être permis, mais encore une fois, qu'on n'en abuse pas ». Pourtant, à partir du dernier quart du xviiie siècle, les choses paraissent avoir marché assez vite. Sous la Restauration, Aristippe constate que la déclamation des acteurs ne respecte pas la loi du numérisme : « Souvent ils ne font pas sentir la valeur d'une longue et d'une brève ; ils disent avid-de-lauriers pour avide-de-lauriers. On n'entend jamais non plus leurs terminaisons féminines dans les pièces en vers »41.

III. LA DIÉRÈSE ET LA SYNÉRÈSE DES DIPHTONGUES

  • 42 Jaucourt, dans l'Encyclopédie, au mot ”Syllabe”.

61Dans vieux, la diphtongue -ieux ne fait qu'une syllabe, tandis qu'elle en forme deux dans prodigieux, ce qui est très important pour la syllabation et qui ne va pas sans présenter de grosses difficultés. Extérieurement les deux finales sont semblables et pourtant elles ne doivent pas avoir la même valeur. Selon que -ieux compte pour une syllabe ou pour deux, le cas échéant, le poète réussit ou ne réussit pas à faire son vers. Mais il lui faut apprendre de quelle façon il est autorisé à nombrer, et sur ce point il en est réduit à des renseignements confus, ainsi que le fait ressortir Jaucourt42, qui reproduit ce passage du P. Mourgues : « Comme le nombre des syllabes fait la mesure du vers français, il seroit à souhaiter qu'il y eût des règles fixes et certaines pour déterminer le nombre des syllabes de chaque mot, car il y a des mots douteux à cet égard, et il y en a même qui ont plus de syllabes en vers qu'en prose. Les noms qui se terminent en -ieux, en -iel, en -ien, en -ion, en -ier, etc. causent beaucoup d'embarras à ceux qui se piquent d'exactitude. Odieux, précieux sont de trois syllabes, et cependant cieux, dieux, lieux n'ont qu'une syllabe. De même fiel, miel, bien, mien sont monosyllabes ; mais dans lien, ancien, magicien, académicien, musicien, la terminaison en -ien est de deux syllabes. Dans les mots fier, altier, métier, la rime en -ier est d'une seule syllabe, et de deux dans bouclier, ouvrier, meurtrier et fier, quand il est verbe. Toutes ces différences demandent une explication particulière pour ne s'y pas tromper et ne pas faire un solécisme de quantité. En général il faut consulter l'oreille, qui doit être le principal juge du nombre de syllabes, et pour lors la prononciation la plus douce et la plus naturelle doit être préférée ».

  • 43 Voltaire, Lettre du 17 mars 1749.

62Mais que peut dire leur oreille à des Parisiens du xviiie siècle ? Elle leur enseigne que généralement, et sauf le cas où la diphtongue est précédée d'un groupe de consonnes comme bl ou tr (oublier, meurtrier, etc.), seuls les parleurs provinciaux font sentir la diérèse dans le langage courant, qu'un Provençal ou un Wallon prononcent pi-eux et li-ens, mais qu'à Paris on articule communément pieux et liens, tandis que les poètes continuent de compter deux syllabes dans ces mots et dans un grand nombre d'autres. Si dans la diction leurs vers restent tels qu'ils les ont composés, c'est à la faveur d'une prononciation artificielle, différente de celle adoptée par l'usage, mais qui se conserve plus ou moins parfaitement quand on lit un morceau de style soutenu, ou encore au théâtre. Une telle manière d'articuler demande parfois un certain effort : « Privilégiés, note Voltaire dans une lettre à Frédéric II43, est de cinq syllabes, et non de quatre ; et c'est un mot dont les syllabes sourdes et maigres déplaisent à l'oreille. Il ne doit point entrer dans la poésie ».

  • 44 Tous ces textes dans Thurot, T. I, p. 532.

63De nombreux témoignages montrent que la diérèse n'avait lieu qu'en vers. « Dans les mots en -ion, écrit Régnier-Desmarais en 1705, l'o se prononce entièrement séparé de l'i..., mais dans la liberté de la conversation, il arrive assez souvent de n'en faire qu'une syllabe... Quant à Louis, réjouis, évanouis, etc., ils ne font de diphtongue que dans la prononciation négligée du discours familier : car, dans les vers et dans la prononciation régulière, on n'y sent point de diphtongue, l'i faisant alors une syllabe entièrement détachée de l'on ». En 1730, de la Touche nous apporte une déposition analogue : « Les voyelles qui forment deux sons dans les diphtongues se prononcent presque toutes dans une seule syllabe en prose ». En 1753, c'est le tour d'Antonini : « Les mêmes voyeles qui forment la diphtongue dans le discours familier, parce qu'elles se prononcent comme une seule syllabe, ne la forment pas dans la poésie et dans le discours soutenu où elles se prononcent en deux syllabes, lierre, violent, précieux, etc. » En 1757, Hardouin constate que « le langage familier, qui aime la brièveté, réduit souvent à une syllabe ce qui en fait deux dans le discours soutenu »44. En conséquence il va de soi que tous les musiciens marquent la diérèse telle

64que la compte le poète. Je ne connais qu'une seule exception, dans le Roland de Marmontel et Piccini, où l'on rencontre ce vers :

65Mais je suppose qu'il y a là une faute de l'édition Lefèvre et qu'il faut lire :

  • 45 Marmontel, El. de Litt., au mot Déclamation.

66Tout le monde admet qu'il existe deux prononciations, l'une valable pour la poésie, l'autre pour la prose ordinaire : « Par la même raison, écrit Marmontel45, qu'un tableau destiné à être vu de loin doit être peint à grandes touches, le ton du théâtre doit être plus haut, le langage plus soutenu, la prononciation plus marquée que dans la société ».

  • 46 Restaut, p. 460.

67On apprend dans les manuels quels sont les mots qui font la diérèse des diphtongues et quels sont ceux qui ne la font pas. Mais les auteurs de ces manuels ne donnent aucune explication pour justifier les scansions qu'ils imposent. « IA, écrit Restaut46, forme généralement deux syllabes, soit dans les noms, soit dans les verbes, comme di-amant, di-adème, étudi-a, confi-a, oubli-a, etc., excepté dans quelques mots qui se réduisent à-peu-près à ceux-ci : diable, fiacre, liard, familiarité, familiariser ». Tout n'est plus qu'une affaire de mémoire. S'il faut pourtant donner une satisfaction aux esprits curieux, l'argument qu'on invoque est celui de la tradition. L'exemple des grands ancêtres établit la loi :

  • De peur de perdre un liard, souffrir qu'on vous égorge
  • Dont la fière grandeur d'un rien se formalise, Et qui craint qu'avec elle on ne familiarise.

68Si des poètes réputés ne sont pas d'accord entre eux, ce sont les plus illustres sur lesquels il faut se guider : « L'autorité de Boileau et de Racine sur la versification, dit l'abbé Joannet47, doit l'emporter sans doute sur celle de Corneille et de Sarrasin, qui emploient hier pour une syllabe ». Quelquefois les métriciens ont recours à des experts, qui décident en se basant sur de vagues impressions. L'abbé Berthelin cite Richelet : « J'ai consulté M. d'Ancour, déclare celui-ci, parce qu'il écrit agréablement en vers et en prose, qui pense qu'autant qu'il étoit possible, on ne devoit faire des substantifs en -ien qu'une syllabe, à cause que la prononciation étoit plus douce et plus naturelle d'en user de la sorte. Je serois volontiers de cet avis. La raison le favorise, et peut-être que l'usage prendra bientôt parti de la raison en faveur de quelques-uns de ces mots. Gardien semble du moins aussi doux de deux syllabes que de trois, et magicien de trois que de quatre. Quiconque a un peu d'oreille sent cela, et, en matière du nombre des syllabes, l'oreille en est le principal juge. Heureux qui l'a bonne ! » De Wailly, en tête de son édition du Dictionnaire des Rimes, a supprimé ce passage. Pourtant, dans ces conditions, les poètes pressés par la nécessité, en prennent à leur aise avec la scansion syllabique. M. Hossner48 a noté Guienne et Guyon, archidiacre, bréviaire, poete, necromancien, Julien, Jésuites chez Voltaire, qui compte généralement poëte. Demandre constate que pour beaucoup de mots la versification est hésitante. Il cite cette observation de Voltaire : « Autrefois, selon sa volonté, un auteur faisoit hier d'une syllabe et ancien de trois. Aujourd'hui cette méthode est changée. Ancien, de trois syllabes, rend le vers languissant ; ancien, de deux syllabes, devient dur. On est réduit à éviter ce mot, quand on veut faire des vers ou rien ne rebute l'oreille ». Assez découragé, et n'y comprenant rien, Demandre se risque à formuler l'observation suivante : « Nous avons ici donné l'usage le plus suivi par les poëtes, mais il ne faut pas croire qu'il soit général. Des articles sur lesquels nous venons de donner des règles, il en est bien peu pour lesquels on ne trouve des exemples contraires à ce que nous venons d'en dire ; cependant, comme nous avons toujours parlé d'après le plus grand nombre, on ne doit pas moins s'en rapporter à ce qu'on trouvera de réglé ici »49. Ainsi que pour toutes les autres règles qui concernent le syllabisme, personne cependant n'ose prendre l'initiative d'une réforme d'ensemble. Les poètes n'ont presque rien modifié, presque rien amélioré, presque rien changé, guidés qu'ils étaient par cette idée fausse que Malherbe, Corneille et Racine avaient pour toujours donné au vers ses formes parfaites, et qu'aucune des entraves que leurs grands prédécesseurs avaient acceptées ne devait être brisée.

Notes

1 Marmontel, El. de Litt., au mot ”Hiatus”, T. IV, p. 68. Cf. A. François, La Lgue Postel., T. II, p. 2082.

2 Harduin, p. 106.

3 Beauzée, T. I, p. 31.

4 J. de Maistre, T. VII, p. 307. A. Retté a cité ce passage dans le Mercure de France, juillet 1899.

5 Voltaire, Lettre du 19 mars 1770.

6 De Longue, p. 41 ; Harduin, p. 106 ; cf. A. François, T. II, p. 2083.

7 Marmontel, El. de Litt., au mot Hiatus, T. VI, p. 69-70.

8 D'Alembert, Lettres à Voltaire, 11 mars 1770 et 26 mars 1770.

9 Quicherat, p. 388 sq.

10 Tous ces textes dans Thurot, T. II, p. 9 et p. 89-90.

11 Prince de Ligne, Lettres à Eugénie, p. 87.

12 M. Wilmotte, p. 12.

13 Papiers Lebrun, Carton 29, n° 123.

14 Ce texte doit retenir l'attention pour ce qu'il nous apprend des idées de Talma sur la césure : il sait parfaitement qu'elle n'est pas caractérisée par un silence.

15 Dangeau, p. 19 sq.

16 Restaut, p. 458 ; abbé Joannet, T. I, p. 22 sq.

17 Marmontel, El. de Litt., articleHarmonie de style, T. IV, p. 29.

18 D'Olivet, p. 69.

19 Abbé Joannet, T. I, p. 24.

20 Idem, ibid., p. 26.

21 Restaut, p. 458 ; de Wailly, p. 522.

22 Berthelin, p. XXVIII.

23 Abbé d'Olivet, p. 56 sq.

24 D'Alembert, Encyclopédie, au mot Elision.

25 De Wailly, p. 420.

26 Demandre, T. I, p. 452 sq.

27 Ces vers sont cités par Tobler, V.F., p. 68. Le cas est examiné par l'abbé Joannet (T. I, p. 31). Il en a réuni plusieurs exemples tirés de poètes du xviie siècle, et il prononce à leur égard une condamnation qui n'est suivie d'aucun succès :
– Et dans tous vos discours consolez-le à jamais. (Godeau, Plaintes de David)
– Soutiens-le, il va frapper, saintement homicide. (Le P. Lombard)
– Et d'un parler affable ou d'un avis sincère
Consolez-le en ses maux. (Desmarets, Stances)

28 Cf. A. François, Lg. Postel., T.II, p. 1453.

29 Beauzée, Encyclopédie, au mot Muet.

30 Boindin, Réfl. crit., T. II, p. 95.

31 A. François, Lg. postel., T. I, p. 990, n. 10.

32 Domairon, p. 6-7.

33 Cf. supra.

34 Cf. supra.

35 Grétry, Essais, T. I, p. 142.

36 Restaut, p. 473.

37 Lekain, p. 222.

38 De Wailly, p. 440.

39 Cf. Thurot, T. I, p. 173-174.

40 Prince de Ligne, Lettres à Eugénie, p. 21.

41 Aristippe, p. 130.

42 Jaucourt, dans l'Encyclopédie, au mot ”Syllabe”.

43 Voltaire, Lettre du 17 mars 1749.

44 Tous ces textes dans Thurot, T. I, p. 532.

45 Marmontel, El. de Litt., au mot Déclamation.

46 Restaut, p. 460.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter