Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Deuxième section. La Césure et la rime

Chapitre I. La césure

Texte intégral

  • 1 .Je renvoie au chapitre intitulé ”La lutte contre le privilège de la rime et de la césure”.
  • 2 . Voltaire, dans l'Encyclopédie, au mot ”Hémistiche” ; cet article est reproduit dans le Dict. phïl (...)

1On sait déjà les efforts qu'ont faits au xviiie siècle un certain nombre de comédiens pour se soustraire à la servitude de la césure, et l'on n'ignore pas que quelques critiques les y ont encouragés1. On sait également qu'il s'est trouvé des métriciens qui ont essayé d'obscurcir la notion de la césure en désignant par ce mot tous les forts arrêts de sens qui pouvaient se manifester à diverses places du vers, tandis qu'ils entendaient réserver le nom d'hémistiche à la coupe qui marquait la sixième syllabe de l'alexandrin et la quatrième du décasyllabe : c'est le point de vue qu'adopte l'abbé Féraud dans son Dictionnaire, en quoi d'ailleurs il a été précédé par Voltaire2.

2On sait enfin que beaucoup de poètes, à l'imitation de Quinault, ont, dans les passages les plus pathétiques de leurs tragédies, rompu leurs hémistiches par des énumérations, des interrogations, des exclamations qui pouvaient entraîner de longs silences, et qui tendaient, en concurrençant le repos de la sixième syllabe, à lui enlever ainsi son privilège. On rencontre en effet chez Voltaire de nombreux alexandrins comme le suivant :

Où suis-je ? ô ciel ! où suis-je ? où porté-je mes vœux ?
Zaïre, Mérestan... couple ingrat, couple affreux ! (Zaïre, V, 7)

3Tout cela a déjà été indiqué et étudié au cours de cet ouvrage. Mais il nous reste à faire connaître la doctrine qu'exposent les traités de versification et à laquelle les poètes, si l'on fait abstraction de l'artifice qui vient d'être rappelé, demeurent obstinément fidèles.

  • 3 . De Longue, p. 93.

4Le xviiie siècle n'apporte rien de bien nouveau aux idées que le classicisme avait nourries à l'égard de la césure, et il maintient les règles anciennes. Il n'y a qu'un seul théoricien d'avant-garde, de Longue, qui le premier, comme on le sait déjà, a envisagé la possibilité du ternaire romantique, ce qui fait de lui un précurseur d'importance et lui assure une place glorieuse parmi les métriciens français3.

  • 4 . Voltaire, dans l'Encyclopédie, au mot ”Hémistiche”.
  • 5 . Marmontel, El. de Litt., au mot ”Vers”, T. VI, p. 464.
  • 6 . Cf. supra, p. 118.
  • 7 . Cependant Sabatier de Castres (au mot ”Césure”) et Dumarsais (Encyclopédie, au même mot) voudraie (...)

5Tous les métriciens accordent, comme le veut la tradition, une césure à l'alexandrin et au décasyllabe. Seul Voltaire, en la refusant à ce dernier vers, fait exception : « Ce repos à la moitié d'un vers n'est proprement le partage que de l'alexandrin. La nécessité de couper toujours ces vers en deux parties égales, et la nécessité non moins forte d'éviter la monotonie, d'observer ce repos et de le cacher, sont des chaînes qui rendent l'art d'autant plus précieux qu'il est plus difficile... Dans les vers de cinq pieds ou de dix syllabes, il n'y a point d'hémistiche, quoiqu'en disent tant de dictionnaires, il n'y a que des césures »4. Toutefois, pratiquement, il ne s'est guère écarté de la tradition, ou plutôt il ne s'en est écarté que dans la mesure où il la faisait pour l'alexandrin, où il avait soin, selon la formule dont s'est servi Marmontel, de « ménager de temps en temps, dans la coupe du vers, des repos plus marqués que le repos de l'hémistiche »5. Il a aussi tenté, ainsi qu'on l'a déjà vu6, de le scinder en 6 + 4 ; mais il s'est opposé à ce qu'on le divisât en 5 + 5, sauf dans les chansons, parce que ce serait là retomber dans l'ennuyeuse uniformité qu'on reproche avec raison à l'alexandrin, sans qu'il soit guère possible, à cause de l'exiguïté du mètre, de dissimuler la pause centrale par d'autres arrêts de sens plus importants situés à d'autres places. Quant aux vers plus petits que le dodécasyllabe et le décasyllabe, il reste entendu qu'ils n'ont pas de césure, c'est-à-dire pas de repos déterminé d'avance7.

  • 8 . Restaut, p. 466.

6En somme, malgré tout ce que peuvent écrire un petit nombre de novateurs, la doctrine officielle reste immuable. On la retrouve dans tous les traités de versification élémentaires, dans les dictionnaires et les ouvrages d'enseignement : « La césure, dit Restaut8, est un repos qui coupe le vers en deux parties, dont chacune s'appelle hémistiche, c'est-à-dire demi-vers. Et ce repos bien ménagé contribue beaucoup à la cadence et à l'harmonie des vers françois. Les regles que l'on peut donner sur la césure sont renfermées dans ces trois vers de M. Despréaux :

Ayez pour la cadence une oreille sévère ;
Que toujours dans vos vers le sens coupant les mots,
Suspende l'hémistiche, en marque le repos.

7Il n'y a que les vers de douze syllabes et ceux de dix qui aient une césure : les autres, c'est-à-dire ceux de huit, de sept et de six syllabes, n'en ont point. La césure des vers de douze syllabes, ou des vers alexandrins, est à la sixième syllabe, en sorte qu'elle partage le vers en deux parties égales. La césure des vers de dix syllabes ou des vers communs est la quatrième syllabe, et elle coupe le vers en deux parties inégales dont la première est de quatre syllabes et la dernière de six ».

  • 9 . Marmontel, El. de Litt., au mot ”Vers”, T. VI, p. 464.
  • 10 . Le P. Buffier, Abrégé, p. 496 ; abbé Joannet, T. I, p. 37 sq.
  • 11 . On se reportera au texte du Dictionnaire de Trévoux cité plus loin ; cf. infra, p. 159.
  • 12 . Restaut, p. 468 sq.

8Pour que la césure soit acceptable, il faut, ainsi que le remarque Marmontel parmi d'autres critiques, que le sens offre à la voix une possibilité d'arrêt suspensif à la place désignée : « Ainsi, entre le nominatif et le verbe, entre le verbe et son régime, entre le substantif et son adjectif, entre deux termes comparés ou relatifs l'un à l'autre, la suspension est assez sensible si la voix y peut faire la plus petite pause »9. Mais il y a des cas où le mot qui termine le premier hémistiche et celui qui commence le second sont trop liés l'un à l'autre pour qu'on puisse raisonnablement les dissocier. Le P. Buffier et l'abbé Joannet10 énumèrent ces cas, qui avaient déjà provoqué les âpres critiques de Malherbe. Ils interdisent de finir le premier hémistiche par une préposition placée devant son régime, par le pronom conjoint devant son verbe, par le verbe séparé de sa négation, par le pronom sujet qui séparé de son verbe, par l'adjectif devant son substantif, par le substantif devant l'adjectif qui le qualifie, par le verbe auxiliaire devant son participe passé. Ni l'un ni l'autre n'écrivent, pas plus que ne l'avait fait Malherbe, qu'alors il ne faut marquer la sixième syllabe de l'alexandrin ou la quatrième du décasyllabe. Ce qu'ils disent suppose qu'on s'y arrête en effet conformément à la règle, mais que ce repos est en désaccord avec le sens et par conséquent ne satisfait pas l'esprit11. Les traités de versification poursuivent ces fautes avec la plus grande sévérité. Voici des vers que condamne Restaut12 sans en nommer les auteurs :

  • Sais-tu qu'on n'acquiert rien – de bon à me facher
  • Et pourrions par un prompt – achat de cette esclave...
  • Ce jargon n'est pas fort – nécessaire, ce me semble.
  • Nous verrons qui tiendra – mieux parole des deux.
  • Je me flatte que vous – me rendrez votre estime.
  • Songeons que la mort nous – surprendra quelque jour.
  • Vous devez vaincre le – penchant qui vous entraîne.
  • Fuyons les vices qui – nous font perdre la grace.
  • Tant mieux. Vous saurez que – depuis tantôt la belle...
  • Si notre esprit n'est pas – sage à toutes les heures...
  • Tout ce que vous avez – été durant vos jours.
  • Car le ciel a trop pris – plaisir de m'affliger.
  • Non, je ne souffrirai – pas un pareil outrage.
  • Croyez que vous n'aurez – jamais cet avantage.
  • Peut-être encor qu'avec – toute ma suffisance...
  • De vous revoir après – ce traitement indigne.
  • Quoi ! vous fuyez tandis – que vos soldats combattent ?

9Mais voici maintenant des vers dont on nous a nommé les auteurs :

Derrière elle faisait – dire : Argumentabor. (Boileau, Sat. X)

  • 13 . Larochefoucauld-Liancourt, II, p. 196.

10L'Académie, dans son Examen grammatical des Œuvres de Boileau, a fait cette observation, qu' « on ne doit pas mettre faisait dans le premier hémistiche et dire dans le second »13. L'abbé Dubos avait également proposé et fait approuver par cette illustre compagnie un Commentaire sur l'Athalie de Racine, qui fut plus tard repris et révisé par La Harpe et d'Alembert ; les deux vers suivants ont soulevé un blâme :

  • Tandis que je me vais – préparer à marcher... (Ath., I, 13)
  • Il faut que vous soyez – instruit, même avant tous, (ibid., IV, 2)
  • 14 . Idem, T. I, p. 218 sq.

11Le premier avait échappé aux commentateurs, mais la vigilance de d'Alembert ne l'a pas laissé passer. De son écriture, il a noté dans la marge : « La plupart ont prétendu que le vers n'est pas régulier, parce qu'il ne doit point y avoir de repos entre je vais et préparer, et que ces deux mots ne doivent pas être en différents hémistiches ». Le second est accompagné de cette remarque : « L'Académie a trouvé négligé l'hémistiche de ce vers »14. Parmi les alexandrins que condamne Demandre, et qui sont très souvent ceux-là mêmes qui figurent dans le catalogue de Restaut, on rencontre celui-ci, extrait du Menteur de Corneille :

Sans commencer par où – vous devez achever. (III, 1)

  • 15 . Demandre, T. I, p. 180.

12Il a été censuré par Voltaire en ces termes : « Cet hémistiche ne seroit pas permis dans le style élevé : c'est une licence qu'il faut prendre très rarement dans le comique : une conjonction, un adverbe monosyllabe, un article doivent rarement finir la moitié d'un vers »15.

  • 16 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 54.

13Sur la question de savoir en quoi consiste la césure, les critiques sont assez divisés. On a perdu de vue depuis longtemps qu'elle était à l'origine la seule syllabe sur laquelle s'attardait la voix à l'intérieur du vers. Certains pourtant, en prêtant bien l'oreille, se rendent compte qu'elle est un accent à place fixe, qu'on la prolonge plus qu'on ne le fait sur les syllabes atones, et ils en donnent une définition correcte. Par exemple le Traité des Belles-Lettres s'exprime d'une manière satisfaisante : « Dans les vers de douze syllabes, la césure doit toujours porter sur la sixième syllabe, et sur la quatrième dans les vers de dix... L'e muet ne sçauroit servir de césure : on doit appuyer sur la césure, et il faut au contraire couler légèrement sur l'e muet »16. Demandre présente de justes observations : « Dans les alexandrins, la césure porte toujours sur la sixième syllabe... dans les vers communs ou de dix syllabes, la césure est toujours à la quatrième... Il s'ensuit :... que la césure ne sauroit être à une syllabe formée par un e muet, puisque le propre de cet e est de faire couler la voix sans l'arrêter, et d'être à peine entendu ; ainsi on ne peut dire :

Elle connoît seule – ce secret qu'on ignore...

14mais il faut pour qu'il y ait un vers :

Elle seule connoît – ce secret qu'on ignore. »

15Cette règle, continue-t-il, souffre une exception : « Si la derniere syllabe du premier hémistiche finit par un e muet, qui s'élide avec la voyelle initiale de l'hémistiche suivant, alors le repos se fait sur la syllabe qui précède cet e muet, et pourvû qu'il en reste encore cinq devant elles, le vers est bon ; ainsi l'on dit très bien :

16Ou la fortune éve – ille et la haine et l'amour,

17quoi qu'on ne puisse pas dire :

La fortune éveille – la discorde et l'amour,

  • 17 . Demandre, T. I, p. 172-173.

18parce que le repos porteroit sur un e muet »17. Sabatier de Castres écrit à son tour : « La césure sépare le vers en deux parties, dont chacune est appelée hémistiche, c'est-à-dire demi-vers :

Un sot plein de sçavoir est plus sot qu'un autre homme. (La Fontaine)

19La syllabe voir est la césure ou repos, et cette syllabe finit le premier hémistiche... Dans les grands vers, c'est-à-dire dans ceux de douze syllabes, la césure doit se trouver dans la sixième syllabe, car c'est après elle que se fait le repos :

Un sot en écrivant fait tout avec plaisir. (Boileau)

20... Dans le vers de dix syllabes, la césure doit se trouver dans la quatrième syllabe :

Ce monde-ci n'est qu'une œuvre comique. (J.-B. Rousseau)

  • 18 . Sabatier de Castres, au mot ”Césure”.
  • 19 . De Wailly, p. 515.
  • 20 . Domergue, p. 288.

21... Il n'y a pas ordinairement de césure à observer dans les vers qui ont moins de dix syllabes »18. Ouvrons maintenant de Wailly : « La césure est un repos qui coupe le vers en deux parties ou hémistiches. Ce repos doit être à la sixième silabe dans les grands vers et à la quatrième dans ceus de dis silabes »19. Domergue déclare que la césure est un repos réservé aux alexandrins et aux décasyllabes, puis il complète sa pensée par cette phrase qu'il faut retenir : « Le repos doit tomber sur une syllabe sonore »20.

  • 21 . Le P. Buffier, Abrégé, p. 496.

22Cependant d'autres critiques sont frappés par ce fait que la césure est une fin de mot. Cette fin de mot leur semble destinée à provoquer une suspension de l'émission vocale ; pour eux l'impression visuelle oblitère l'impression auditive ; ils observent mal, et alors ils considèrent que le phénomène consiste en un silence, une pause qui prend place après la tonique de l'hémistiche : ils dissocient les deux idées de césure et de repos, sans s'apercevoir que le silence est un fait accidentel, qui peut se produire ou ne pas se produire à la coupe sixième de l'alexandrin ou quatrième du décasyllabe, mais qui n'est pas obligatoire. Alors, envisagée de ce point de vue, la définition change, et la césure n'est plus qu'un repos qui intervient après la dernière syllabe du premier hémistiche. Malgré les termes très nets qu'emploie Sabatier de Castres, on voit déjà ce glissement se dessiner sous sa plume. Le P. Buffier, en remontant à l'étymologie du mot césure, avait prévenu la confusion qui permet de passer du sens de repos à celui de pause : « La césure, avait-il dit21, consiste en ce que la sixième silabe d'un vers de douze silabes soit la derniére d'un mot... De la vient le mot césure, de caedere, couper, parce qu'elle coupe les vers comme en deux parties : elle est aussi appelée repos parce que la prononciation s'y repose tant soit peu, pour marquer la séparation... La césure partage ainsi le vers en deux parties, apellées hémistiches, mot qui signifie station et milieu ».

  • 22 . Abbé Joannet, T.I, p. 34.
  • 23 . Dumarsais, dans l'Encyclopédie, au mot ”Césure”.

23Mais beaucoup d'autres métriciens tombent dans l'erreur : « Il y a une césure ou repos, écrit l'abbé Joannet22, dans l'alexandrin et le décasyllabe. Dans les vers de douze syllabes, ce repos doit se trouver après la sixième syllabe, et, dans ceux de dix, après la quatrième ». Dumarsais partage le même sentiment : « La césure est un repos que l'on prend dans la prononciation d'un vers après un certain nombre de syllabes. Ce repos soulage la respiration et produit une cadence agréable à l'oreille : ce sont ces deux motifs qui ont introduit la césure dans les vers... Dans les grands vers, c'est-à-dire dans ceux de douze syllabes, la césure doit être après la sixième syllabe... Dans les vers de dix syllabes, la césure doit être après la quatrième syllabe »23. Il n'est même pas venu à l'idée de Dumarsais que, si l'on n'éprouvait pas le besoin de renouveler ses provisions d'air à l'hémistiche, sa définition était telle qu'elle supprimait purement et simplement la césure. L'abbé Féraud, dans son Dictionnaire critique, ne se met pas en frais d'explications. Il se borne à écrire que la césure est un « repos qui, dans le vers alexandrin, se fait après la sixième syllabe, et après la quatrième dans les vers de dix syllabes ».

  • 24 . L'erreur est complète : je renvoie à mon Alexandrin français. Il y a possibilité de silence parto (...)

24Ce qu'il y a de vraiment étrange, c'est que beaucoup d'auteurs passent d'une conception à l'autre et les mélangent comme s'ils ne se rendaient pas compte qu'en la matière un peu de précision serait indispensable. Il est intéressant de reproduire un certain nombre de ces textes. Le premier en date figure dans le Dictionnaire de Trévoux : « Dans les vers alexandrins, la césure doit être après la sixième, dans ceux de dix, après la quatrième. Il ne faut point de césure dans les vers de huit syllabes... Il seroit assez malaisé de bien soutenir la voix sur dix ou sur douze syllabes de suite sans respirer24, surtout dans une prononciation grave et majestueuse, comme lorsqu'on récite ou qu'on déclame des vers. C'est pour cette raison qu'on a voulu marquer, dans les deux espéces de nos plus grands vers, un certain repos qui les partage en deux hémistiches, et c'est à quoi on a donné le nom de césure. Dans les vers de dix syllabes, la césure porte toujours sur la quatrième et sur la sixième dans ceux de douze. La syllabe qui porte la césure ne sauroit souffrir l'e muet. La césure doit toujours tomber sur la dernière syllabe du mot, à moins que cette syllabe n'ait un e muet, car alors on rejette la césure sur la pénultième, et on élide l'e muet avant l'hémistiche suivant, qui doit commencer par une voyelle ; la césure est fausse toutes les fois qu'en s'y arrêtant on sera obligé de s'éloigner de la manière naturelle de parler ou de lire, qui ne permet pas de se reposer pour reprendre sa respiration, en désunissant certains mots qui sont liez ensemble, et qui doivent être dits tous d'une haleine, comme l'adjectif et le substantif, le nom et son régime, le verbe auxiliaire et le participe qui y est attaché, lorsqu'ils se suivent immédiatement, à moins que ce qu'on résèrve pour le second hémistiche ne le remplisse tout entier ». C'est là un tissu de contradictions, mais le rédacteur ne semble pas s'en être aperçu. A-t-il au contraire brouillé les choses intentionnellement, parce qu'il se jugeait incapable de les élucider, ou bien la question lui a-t-elle paru si peu importante qu'il a laissé courir sa plume ? L'inattention semble l'hypothèse la plus vraisemblable.

  • 25 . Restaut, p. 467.
  • 26 . Abbé Joannet, T. I, p. 35.
  • 27 . Demandre, T. I, p. 174.

25Passons maintenant à Restaut. Il a bien écrit que la césure des alexandrins était à la sixième syllabe et celle des vers de dix à la quatrième, mais il a révisé cette déclaration par l'addition suivante : « Quand on dit que la césure des vers alexandrins est à la sixième syllabe et que la césure des vers communs est à la quatrième, on entend qu'après l'une ou l'autre de ces syllabes il doit y avoir un repos naturel qui mette un intervalle entre le premier et le second hémistiche, en sorte qu'on puisse les distinguer en récitant les vers, sans forcer et sans obscurcir le sens de la phrase25. L'abbé Joannet, qui a débuté en donnant une mauvaise définition, revient ensuite à la bonne, et même il les mélange dans la même phrase, à propos de petits vers que j'ai cités d'autre part et où il découvre des repos intérieurs : « Je suis persuadé que les vers qui paraîtront les plus gracieux à la prononciation seront le second, le troisième, le quatrième, le cinquième, le huitième et le neuvième, dans lesquels le repos se trouve après la troisième ou la quatrième syllabe ; le premier et le sixième vers paraîtront au contraire moins harmonieux, parce que le repos ne se prend proprement que sur la seconde syllabe, à raison de l'e muet qui forme la troisième »26. Demandre commence son article en décrivant très correctement le phénomène de la césure ; puis, comme il a lu Restaut et qu'il le suit de près, il lui emprunte le passage qu'on a lu ci-dessus, à peine modifié dans sa forme, et tombe dans une extrême confusion : « Quand on dit qu'il doit y avoir une césure après les six premières syllabes dans les grands vers et après les quatre premières dans les vers communs, on entend qu'elle soit telle qu'on puisse y faire un repos, sans manquer à la maniere ordinaire de lier et de parler. Ce repos désunit en quelque sorte les mots qui le précedent de ceux qui le suivent, ou du moins les éloigne... Mais, comme ce repos de l'hémistiche n'est pas nécessairement un repos entier [ ?], qu'il suffit que ce soit un demi-respos [ ?], il n'est pas non plus nécessaire que le sens de la phrase finisse à la césure : il suffit qu'il y offre un objet assez complet pour que l'esprit puisse s'y fixer un instant et qu'on puisse, sans choquer la liaison grammaticale des mots, y reprendre légerement haleine »27. C'est un parfait galimatias. De Wailly au contraire s'exprime très correctement. Il a dit que le repos était à la sixième syllabe de l'alexandrin et à la quatrième du décasyllabe. À propos de vers comme le suivant :

Ton jugement est vain, – léger, précipité,

  • 28 . De Wailly, p. 515.

26il se contente d'ajouter que la coupe y est bonne « parce qu'on peut faire suivre une petite pause »28 ; mais il ne fait pas de cette pause, de ce silence, le caractère qui permet de reconnaître la césure.

  • 29 . Le P. Buffier, Abrégé, p. 500.
  • 30 . Il condamne donc à nouveau la césure épique, abolie depuis fort longtemps.

27Les critiques du xviiie siècle maintiennent soigneusement la règle selon laquelle la syllabe de l'hémistiche doit être formée par une tonique, ce qui exclut de cette place l'e muet, auquel il est également interdit de former la septième syllabe de l'alexandrin ou la cinquième du décasyllabe, tandis qu'il est admis partout dans les petits vers. On ne relève aucune divergence chez les métriciens, ce qui permet de passer rapidement sur cette question. Il suffit de citer le P. Buffier29, dont le texte est tout à fait orthodoxe : « Observez comme une suite de ce que nous avons dit, que l'e muet final suivi d'une s ou d'nt, comme dans trônes, disent, ne peut jamais se trouver ni dans la sixième ni dans la septième silabe du vers. Car ne pouvant alors (à cause de la consonne dont il est suivi) s'unir avec une voyéle suivante, s'il tomboit dans la sixième silabe, le vers manqueroit de césure, l'e muet ne pouvant faire la césure lui-même ; et, s'il tombait dans la septième silabe, le vers auroit une silabe de trop30, comme :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Mais si l'éclat des trônes a jamais ébloui.

28On voit ici que la septième silabe nes, à cause de la consonne s, ne pouvant s'unir avec la voyelle suivante a, elle en fait une silabe diférente, ce qui met une silabe de trop dans ce vers, comme aussi dans le suivant :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 0
Tous a l'envi célèbrent une fête si belle. »

  • 31 . Voltaire, Dict. phil., au mot ”Hémistiche”.

29Les traités de versification reproduisent volontiers les vers de Boileau qui concernent la césure, et quelques-uns répètent après lui qu'elle consiste en une suspension de sens. Pourtant ils n'appuient guère sur ce point particulier, parce que beaucoup de lettrés protestent contre la déclamation circonflexe de l'alexandrin, d'où résulte une insupportable monotonie. Voltaire, en des vers bien connus31, enseigne même qu'il faut varier la place où les phrases se terminent afin de remédier à cette pernicieuse uniformité. Lui-même, dans ses tragédies, présente quelques exemples comme les suivants :

  • Fatime, on ne vient point. – Quoi ! dans ce trouble extrême... (Zaïre, III, 5)
  • O ciel ! expliquez-vous. – Quoi ! toujours me troubler ! (ib., IV, 2)
  • Qu'on détache ses fers. – Ecoutez, Corasmin... (ib., V, 10)
  • César, il faut parler. – Ces sceptres, ces couronnes... (La Mort de César, I, 1)
  • Il n'a su qu'opprimer. – Le meurtre et la fureur... (ib., I, 4)
  • Tu l'as trop mérité. – Ta fière ingratitude... (ib., II, 5)
  • Va, tu n'es plus mon fils. – Va, cruel citoyen... (ib., II, 5)
  • Que me dit-il ? Approche. – O ciel ! ô Providence ! (Alzire, II, 1)
  • Gusman était son nom. – Le destin qui m'opprime... (ib., II, 4)
  • Je n'ai rien déguisé. – Soit grandeur, soit faiblesse... (ib., IV, 2)
  • Il court à la prison. – Déjà la nuit plus sombre... (ib., IV, 3)

30Or il est assez avare de ce procédé, qu'on rencontre surtout dans les courtes répliques du dialogue, mais qui reste tout à fait exceptionnel dans les longues tirades, et rare d'une façon, générale : Zaïre n'en présente pas plus d'une demi-douzaine de cas, La Mort de César environ une vingtaine, Alzire pas plus d'une douzaine. Voltaire, malgré ses déclarations de poète émancipé, veille à ne pas terminer un sens à la césure, car c'est sur la rime, et non pas sur la coupe de l'hémistiche, que doit tomber la voix : il demeure profondément classique.

31Il reste aussi convenu que les césures ne doivent pas s'accorder par leurs timbres ni entre elles, ni avec les fins de vers voisines, quelle que soit l'orthographe des homophonies qui se correspondent, car l'oreille est alors exposée à se méprendre sur la place exacte de la rime. Le Traité de la Versification française qui précède le Dictionnaire des Rimes de P. Richelet dans les éditions Berthelin, en 1751, et de Wailly, en l'an VII, condamnent les vers suivants :

  • Vous faites bien, et moi – je fais ce que je doi. (Racine)
  • Aux Saumaises futures – préparer des tortures. (Boileau)
  • Mais son emploi n'est pas – d'aller dans une place
    De mots sales et bas – charmer la populace. (id.)
  • J'eus un frère, Seigneur, – illustre et généreux,
    Digne par sa valeur – du sort le plus heureux. (Crébillon)
  • Un fiacre me couvrant – d'un déluge de boue,
    Contre le mur voisin – m'écrase de sa roue,
    Et, voulant me sauver, – des porteurs inhumains
    De leur maudit bâton – me donnent dans les reins. (Boileau)
  • Tant de fiel entre-t-il – dans l'âme des dévots ?
    Et toi, fameux Héros, – (id.)

32Voici les commentaires de d'Açarq sur un certain nombre de vers où les auteurs n'ont pas observé la règle :

........................................– laissons à l'Italie
De tous ces faux brillants l'éclatante folie.
Tout doit tendre au bon sens, mais pour y parvenir
Le chemin est glissant – et pénible à tenir. (Boileau, Art p., I)

33« Il auroit mieux valu bannir de ces trois hémistiches la consonnance qui ne doit tomber que sur les syllabes finales de nos vers ».

Il suffit. Cependant – n'as-tu rien négligé
Des ordres importants dont je t'avais chargé ? (Rac, Bér., I)

34« Cependant, importants riment pour l'oreille mal à propos ».

Vous portates la mort – jusque sur leurs murailles,
Ce jour presque éclaira – vos propres funérailles.
Titus vous embrassa – mourant entre mes bras. (Id., ib.)

35« Eclaira, embrassa en hémistiches sont une petite faute ; embrassa, bras hémistiche et finale en sont une autre ».

Tu ne l'ignoras pas, – toujours la renommée
Avec le même éclat – n'a pas semé mon nom. (id., ib., II)

36« Eclat, pas forment pour l'oreille une identité de désinence qu'il eût été plus parfait d'éviter ».

Il était temps encor, – que ne me quittiez-vous ?
Mille raisons alors – consoloient ma misère.
Je pouvais de ma mort – accuser votre père. (id., ib., IV)

37« Cette consonnance d'hémistiches seroit blâmée dans un écolier ».

Ses yeux, remplis d'amour, de larmes sont noyés !
Je suis bien indigné – de voir tant de caprices,
Mais moi-même après tout – ai-je eu moins d'injustices ?
Ai-je été moins coupable – à ses yeux offense's ? (Voltaire, Zaïre, IV, 2)

38« Noyés, indigné, finale et hémistiche qui riment pour l'oreille, c'est une faute... Noyés, offensés, même consonnance qui n'est séparée que par une rime intermédiaire, c'est une faute de plus ».

Et jeune, impatient, – léger, présomptueux,
Il peut croire aisément – ses téméraires vœux. (Id., ib., IV, 7)

39« Impatient, aisément, tache légère, mais tache ».

Un regard de Zaïre – aura pu l'aveugler.
Sans doute il est aisé – de s'en laisser troubler.
Il croit qu'il est aimé... (Id., ib., ib.)

  • 32 . D'Açarq, p. 14, 49, 54, 57, 64, 158, 162.
  • 33 . Demandre, T. I, p. 181.

40« Aveugler, aisé, troubler, aimé, finales et hémistiches qui riment coup sur coup »32. Demandre cite beaucoup de cas semblables, mais sans les commenter un à un. Il se contente de formuler une remarque générale : « Il faut encore observer, dit-il33, qu'il suffit, pour rendre le vers défectueux, que l'hémistiche approche beaucoup de la rime, c'est-à-dire qu'il ait un son trop analogue, soit avec la fin du vers, soit avec le vers précédent, soit avec le suivant, ou même avec un hémistiche voisin. L'oreille semble exiger cette sévérité, cependant il faut convenir que les meilleurs auteurs ne l'ont pas toujours eue ».

41Il n'y a plus rien à ajouter, du moins pour la période que nous étudions, présentement, à l'histoire de la césure. Certes elle n'est déjà plus du goût de tout le monde ; des protestations s'élèvent contre son despotisme et l'on sait que la déclamation essaie parfois de la rendre moins sensible. Mais on vient de voir qu'au point de vue théorique le xviiie siècle campe encore sur les positions occupées par le classicisme et manifeste la volonté très ferme de les défendre. Sauf quelques reculs insignifiants et quelques velléités de détail, il entend bien que rien d'essentiel ne soit changé à la facture du vers, et il le dit par la voix de ses théoriciens les plus autorisés. Sa résistance laisse présager d'ardents conflits qui éclateront dès que des révolutionnaires sans scrupules, grossissant de vieux griefs, s'insurgeront contre les règles sur lesquelles était basée notre vieille versification. Alors la césure déclinera avec rapidité et finira, au bout d'une longue agonie, par n'être plus guère qu'un souvenir.

Notes

1 .Je renvoie au chapitre intitulé ”La lutte contre le privilège de la rime et de la césure”.

2 . Voltaire, dans l'Encyclopédie, au mot ”Hémistiche” ; cet article est reproduit dans le Dict. phïl. ; j'ai cité ce texte, cf. supra.

3 . De Longue, p. 93.

4 . Voltaire, dans l'Encyclopédie, au mot ”Hémistiche”.

5 . Marmontel, El. de Litt., au mot ”Vers”, T. VI, p. 464.

6 . Cf. supra, p. 118.

7 . Cependant Sabatier de Castres (au mot ”Césure”) et Dumarsais (Encyclopédie, au même mot) voudraient que l'octosyllabe et l'heptasyllabe fussent césurés à la quatrième ou à la troisième syllabe, ce qui, affirment-ils, renforcerait leur harmonie.

8 . Restaut, p. 466.

9 . Marmontel, El. de Litt., au mot ”Vers”, T. VI, p. 464.

10 . Le P. Buffier, Abrégé, p. 496 ; abbé Joannet, T. I, p. 37 sq.

11 . On se reportera au texte du Dictionnaire de Trévoux cité plus loin ; cf. infra, p. 159.

12 . Restaut, p. 468 sq.

13 . Larochefoucauld-Liancourt, II, p. 196.

14 . Idem, T. I, p. 218 sq.

15 . Demandre, T. I, p. 180.

16 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 54.

17 . Demandre, T. I, p. 172-173.

18 . Sabatier de Castres, au mot ”Césure”.

19 . De Wailly, p. 515.

20 . Domergue, p. 288.

21 . Le P. Buffier, Abrégé, p. 496.

22 . Abbé Joannet, T.I, p. 34.

23 . Dumarsais, dans l'Encyclopédie, au mot ”Césure”.

24 . L'erreur est complète : je renvoie à mon Alexandrin français. Il y a possibilité de silence partout où le sens est fortement coupé, à la rime et parfois à la césure ou même ailleurs. Mais le silence est souvent un procédé expressif et n'implique pas toujours une reprise d'haleine.

25 . Restaut, p. 467.

26 . Abbé Joannet, T. I, p. 35.

27 . Demandre, T. I, p. 174.

28 . De Wailly, p. 515.

29 . Le P. Buffier, Abrégé, p. 500.

30 . Il condamne donc à nouveau la césure épique, abolie depuis fort longtemps.

31 . Voltaire, Dict. phil., au mot ”Hémistiche”.

32 . D'Açarq, p. 14, 49, 54, 57, 64, 158, 162.

33 . Demandre, T. I, p. 181.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter