Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Première section. Mètres et strophes

Chapitre I. Les Mètres

Texte intégral

  • 1 Restaut, p. 454.
  • 2 Demandre, T. II, p. 384.

1Bien que Fénelon, dans sa Lettre à l'Académie, paraisse avoir un moment envisagé une transformation totale de notre système syllabique, les mètres, au xviiie siècle, continuent d'être la base sur laquelle s'appuie la versification française : on en tient compte même lorsqu'il s'agit d'écrire des vers libres, qui, malgré leur nom, ne doivent pas être abandonnés tout à fait à la fantaisie des poètes, mais être formés d'éléments connus et qui ont déjà fait leurs preuves. À lire les critiques, il semble que la littérature de l'époque postclassique ne dispose que de ressources beaucoup plus restreintes que par le passé : « La structure du vers français, écrit Restaut1, ne consiste qu'en un certain nombre de syllabes. Ainsi on peut d'abord diviser les différentes sortes de vers par le nombre des syllabes qui les composent. On en compte communément de cinq sortes, savoir : les vers de douze syllabes, ceux de dix syllabes, ceux de huit syllabes, ceux de sept syllabes, ceux de six syllabes ». Demandre2 à son tour s'exprime de la manière suivante : « Tout le monde admet des vers françois de cinq espèces relativement au nombre des syllabes, ceux de douze, ceux de dix, de huit, de sept et de six. Quelques auteurs en voudroient faire admettre de onze, de neuf et de cinq ; mais si l'on en trouve des exemples dans de célèbres écrivains, il est certain que ces exemples tiennent à des circonstances particulières. Dans les vers mêlés, on n'en reçoit que des cinq espèces principales ; ceux de neuf ou de onze syllabes n'ont jamais passé qu'à la faveur du chant ; ils sont sujets à une très grande difficulté pour le repos ou hémistiche qui se trouve également mal placé après la quatrième ou la sixième syllabe ; ceux de cinq ont un inconvénient aussi considérable, en ce que le retour trop fréquent des rimes fatigue l'oreille ». L'énumération est la même dans le Dictionnaire de Trévoux, chez l'abbé Joannet, chez de Wailly, et même chez Marmontel, qui ne fait qu'une brève allusion à l'hexasyllabe. Telle est la doctrine strictement orthodoxe. Mais cela ne veut pas dire que ce soient les seuls mètres qui existent. Cela signifie que ce sont les seuls qui conviennent pour des ouvrages d'une réelle valeur littéraire et qui s'imposent par le rôle important qu'à une date antérieure ils ont joué dans notre poésie. Les autres, qui sont très rarement nommés par les théoriciens, ne sont qu'un complément de moindre dignité, des minores qui peuvent bien être d'un emploi assez courant, mais qu'on n'a pas le droit de mettre sur le même pied que les précédents et auxquels on ne saurait accorder la même estime.

2Au premier rang des mètres aristocratiques prend place l'alexandrin. On en fait encore beaucoup au xviiie siècle. On reconnaît à ce vers d'éminentes qualités : il a de la pompe, de la noblesse, de la majesté et de l'harmonie. Il règne sans partage dans l'épopée et la tragédie, c'est-à-dire dans les genres les plus sérieux et les plus appréciés. Il est aussi d'un usage très fréquent dans la comédie, l'églogue, l'élégie, la poésie didactique et la satire. Il est l'instrument tout désigné pour qui veut traiter un grand sujet. Divers auteurs, comme le P. Buffier, l'appellent le vers héroïque. Il jouit d'un tel renom qu'il devient pour certains écrivains étrangers un objet d'envie. En Italie en effet, Pier Jacopo Martelli s'en inspire pour créer le vers dit martellien, à rimes plates, composé de deux hémistiches de sept syllabes chacun dont la dernière est atone, si bien que la césure et la rime correspondent à la césure et à la rime féminines de l'alexandrin français. Il s'en sert dans plusieurs de ses tragédies, Ifigenia in Tauro, Persalide, Rachele, Procolo. Goldoni le lui emprunte et l'utilise dans un certain nombre de ses comédies, entre autres dans La Peruviana dont voici un passage :

Perchè sfuggirmi, ingrata ? — Zilia, perchè sfuggirmi ?
Non mi chiamar nemico, — si amante non vuoi dirmi.
Hai tu rossor ch'io sappia — Ch'ami un amante infido ?
Colpa non ha il tuo cuore — che di costanza è il ruido.
Ma s'ei crudel si lascia, — s'altra bellezza onora,
Vendica i torti tuoi, — volgiti a chi t'adora,
Sposami, e son contento, — anima mia diletta ;
Se per amor ricusi, — fallo almeno per vendetta. (IV, 3)

  • 3 Abbé Mallet, Poètes, p. 66.
  • 4 Marmontel, El. de Litt., au mot ”Alexandrin”, T. I, p. 117-118 ; cf. encore ibid., au mot ”Vers”, (...)
  • 5 On se reportera aux vers cités ci-dessus.
  • 6 Diderot, T. VIII, p. 406, ”Paradoxe”.

3Cependant, malgré cette gloire, on est bien obligé de constater qu'une certaine désaffection se manifeste à l'égard de ce mètre qui avait envahi tous les genres au xviie siècle. On en a trop fait, on en a trop lu ; on en a trop entendu. On a commencé à s'en lasser. L'abbé Mallet3 reconnaît que sur son compte les sentiments sont partagés. Beaucoup lui reprochent l'uniformité de sa césure et ses rimes plates, qui se suivent de deux en deux tout au long d'une pièce de théâtre ou d'un poème épique. Il voudrait ne le conserver que dans la tragédie, où la tradition l'impose, et où, par sa haute tenue, il contribuerait à assurer la séparation des genres. Les idées de l'abbé Mallet sont reprises et exposées à nouveau par Marmontel : « Nos grands vers, dit celui-ci4, sont encore monotones, et cette monotonie tient à deux causes : l'une, parce qu'on ne se donne pas assez de soin pour varier les césures ; l'autre, parce que, dans nos poëmes héroïques, les vers sont rimés deux à deux, et rien de plus fatigant pour l'oreille que ce retour de deux finales consonnantes, répété mille et mille fois. Il seroit donc à souhaiter qu'il fût permis, surtout dans un poëme de longue haleine, de croiser les rimes, en donnant, comme a fait Marmontel, une rondeur harmonieuse à la période poétique. Peut-être seroit-il à souhaiter aussi que, selon le caractère des images et des sentiments qu'on auroit à peindre, il fût permis de varier le rhythme et d'entremêler, comme a fait Quinault, le vers de huit avec celui de douze ». Un autre remède consisterait, tout en laissant subsister l'hémistiche, à introduire de forts arrêts de sens à d'autres places du vers, pour contrebalancer la césure. Comme on le voit, il s'agit là d'un procès en bonne et due forme. Les mêmes préventions sont partagées par Voltaire5 et à plus forte raison par Diderot6, qui trouve l'alexandrin beaucoup trop noble pour le dialogue dans la poésie dramatique. Certains écrivains n'ont recours à lui qu'assez rarement : on en rencontre fort peu dans les œuvres de Parny.

4Ce qu'il perd est regagné par la décasyllabe, qu'il avait autrefois évincé à son profit. Ce vers, que l'on appelle encore ”vers commun”, ne réussit peut-être pas à reprendre tout le terrain qu'il avait dû céder ; mais il marque des avantages considérables et il trouve pour le défendre des avocats d'une grande autorité. Il est d'un usage fréquent dans les contes, dans les épîtres, dans les épigrammes et dans une foule d'autres poèmes : c'est de lui que se sert Voltaire dans ses comédies. Il en a fait l'éloge, en lui sacrifiant l'alexandrin :

Apamis raconta ses malheureux amours
En mètres qui n'étaient ni trop longs ni trop courts
Dix syllabes par vers, mollement arrangées,
Se suivaient avec art, et semblaient négligées.
Le rythme en est facile, il est mélodieux.
L'hexamètre est plus beau, mais parfois ennuyeux.
(Les trois manières)

  • 7 Marmontel, El. de Litt., au mot Vers”, T. VI, p. 473.
  • 8 Voltaire, dans L'Encyclopédie, au mot ”Hémistiche”.

5Marmontel est du même avis : « De notre vers de dix syllabes, écrit-il7, la marche est régulière, et n'est point fatigante : il coule de source, il est doux sans lenteur, il est rapide sans cascade, et l'inégalité des deux hémistiches, avec le mélange des finales alternativement sonores et muettes, suffit pour le sauver de la monotonie ». Sans doute lui aussi a-t-il des rimes, mais il est astreint à des règles moins rigides que l'alexandrin, car on peut mélanger les homophonies qui le terminent, les croiser ou les embrasser de manière à les rendre moins monotones, tandis qu'elles vont toujours deux par deux dans les grands vers. Sans doute encore possède-t-il une césure. Mais celle-ci la partage en deux hémistiches inégaux et peut être contrebalancée par de forts arrêts de sens qui le coupent de telle sorte que la suspension régulière y est rendue moins sensible. Voltaire pense même que la loi de l'hémistiche n'est pas applicable au décasyllabe : « Le vers est souvent en deux mesures, écrit-il8, l'une de quatre, l'autre de six syllabes, mais on lui donne aussi souvent une autre place, tant la variété est nécessaire :

Languissant, faible, et courbé sous les maux,
J'ai consumé mes jours dans les travaux.
Quel fut le prix de tant de soins ? L'envie.
Son souffle impur empoisonne ma vie.

  • 9 Tobler, V.F., p. 115 ; cf. Quicherat, p. 181.

6Tobler a remarqué qu'il avait parfois séparé ses ”vers communs” en 6 + 4, et il a renvoyé aux exemples suivants, empruntés à la comédie La Prude, qu'il cite d'après Quicherat9 :

  • Un tel mérite est rare, – il me surprend. (I, 1)
  • Nous en sommes fort près, – et notre gloire… (I, 3)
  • Il est si sérieux. - Si plein d'aigreur. (II, 1)
  • Il dit que je suis belle. - Il n'a pas tort. (II, 7)
  • Il ne repose point, - car je l'entends. (III, 4)

7Mieux encore, Voltaire s'est prononcé expressément contre la coupe 5 + 5, qui diviserait le décasyllabe en deux moitiés égales et le ferait ressembler à l'alexandrin : « On ne peut couper ces vers en deux parties de deux pieds et demi… On en voulut faire autrefois de cette espèce… On prétendait imiter les vers pentamètres latins, les seuls qui ont en effet naturellement cet hémistiche… Mais ce genre de vers français au contraire ne pouvant jamais avoir que des hémistiches de cinq syllabes, et ces deux mesures étant trop rapprochées, il en résultait nécessairement cette uniformité ennuyeuse qu'on ne peut rompre comme dans les vers alexandrins… Ces vers de cinq pieds à deux hémistiches pourraient se souffrir dans des chansons :

L'amour est un dieu – que la terre adore ;
Il fait nos tourments, – il sait les guérir
Dans un doux repos, – heureux qui l'ignore !
Plus heureux cent fois – qui peut le servir !

8Mais ces vers ne sauraient être tolérés dans des ouvrages de longue haleine, à cause de la cadence uniforme. « Il faut donc laisser au décasyllabe la liberté dont il jouit et l'augmenter encore dans toute la mesure du possible. Ajoutons enfin que, comme il n'est pas réservé à la poésie héroïque et qu'on s'en sert volontiers pour traiter des sujets plaisants, il admet l'enjambement, ce qui contribue encore à lui donner une souplesse et une aisance que ne possède pas l'alexandrin. Grâce au parrainage de Voltaire et aux vastes possibilités qu'il offrait aux poètes, le vers de dix syllabes devait fournir une belle carrière, même dans des œuvres élégantes et d'une inspiration quelque peu soutenue : il a servi à Gentil-Bernard pour son Art d'aimer et à Imbert pour un poème en quatre chants, Le Jugement de Pâris.

  • 10 Marmontel, El. de Litt., au mot ”Vers”, T. VI, p. 473.
  • 11 Lefranc de Pompignan, Prophétie de Mahum, II ; Lebrun, Odes, III, 5 ; J.-B. Rousseau, Odes, II, 6  (...)
  • 12 Lebrun, Odes, III, 8 ; Ducis, La Jeune Immortelle ; Millevoye, La Fleur.
  • 13 Piron, Epître à Mlle Chéré ; Lemierre, Envoi d'un Souvenir ; Millevoye, Le Sort d'un amant ; Desfo (...)
  • 14 Demandre, T. II, p. 385-386.

9Les octosyllabes, les heptasyllabes et les hexasyllabes terminent la série des vers qui conviennent pour traduire une inspiration soutenue. Les deux premiers sont surtout estimés et se recommandent par des qualités différentes. L'octosyllabe, selon Marmontel10, « a du nombre et de l'impulsion, et il est susceptible de tous les mouvemens de la passion et de l'enthousiasme » ; l'heptasyllabe « a de la vitesse, de la légèreté, et la gaîté surtout en est le caractère ». Tous les deux se construisent en séries isométriques, surtout les heptasyllabes qui, comme le déclare le même critique, « ont une marche sautillante qui leur est propre et veulent être isolés ». L'un et l'autre sont fort en usage dans l'Epitre et surtout dans l'Ode, ainsi que dans la Chanson. Il serait superflu de le montrer pour les vers de huit, qui sont le mètre favori de J.-B. Rousseau dans sa poésie lyrique. Mais le vers de sept jouit d'une faveur à peine moindre. On le rencontre quatre fois dans les Odes de ce dernier poète, où il forme des neuvains et des dizains, et c'est en dizains qu'on le retrouve chez Lefranc de Pompignan et chez Lebrun11. Mais Lebrun et d'autres avec lui en composent aussi des quatrains12 ou des pièces non strophiques13. Quant à l'hexasyllabe qui, nous dit l'abbé Joannet, possède « une cadence aisée et vive », il a les mêmes destinations que les précédentes, mais, en suites continues, il est moins répandu qu'eux dans les ouvrages d'une tenue quelque peu sérieuse, car ces vers, écrit Demandre14, « seroient fatiguans par le retour fréquent des rimes, si on les employait seuls ; aussi a-t-on soin de les joindre pour l'ordinaire à d'autres vers de différentes mesures ». Construits en séries isométriques, ils apparaissent dans les Cantates de J.-B. Rousseau, ainsi que dans diverses pièces, comme L'Orgie, de Dorat, et Le Projet d'Orgie de Bertin ; mais J.-B. Rousseau en a fait aussi des chansons en dizains, Colardeau des Couplets en strophes de huitains, d'autres poètes des strophes de quatrains. En outre, selon le conseil de Demandre, on les mélange très souvent, dans les compositions d'une inspiration très élevée, avec les alexandrins les plus majestueux.

10Sauf erreur, on n'a pas écrit au xviiie siècle de vers de treize ou de quatorze syllabes, dont personne ne parle plus. Ceux de onze ou de neuf syllabes sont condamnés par le Dictionnaire de Trévoux : « Les vers masculins de neuf et de onze syllabes, dit-il, ne sont guère supportables dans notre langue, quoiqu'il y en ait des exemples dans Malherbe et autres bons poëtes ; mais ces exemples sont bien rares et ne doivent pas être imitez ». Il n'est pas certain qu'on ne découvrirait pas encore quelques vers de onze dans les livrets d'opéra. Du moins La Poëtique françoise à l'Usage des Dames signale-t-elle qu'il en existe de neuf ; mais elle les juge elle aussi avec une extrême sévérité : « Il y a des vers de neuf syllabes, mais ils ont, à mon gré, quelque chose de si traînant et de si prosaïque, que je ne les admet point au nombre des vers ; ainsi je suis dispensé de donner des regles pour leur construction. Eh voici quelques-uns de L'Idylle de M. Racine Sur la Paix :

De ces lieux l'éclat et les attraits…
Sont des dons de ses mains bienfaisantes.

  • 15 Poétique françoise…, T. I, p. 17.

11Il me semble qu'on en trouve aussi dans les Opera de Quinault et dans les Chansons de Vergier ; peut-être sont-ils favorables pour la musique »15. Malgré cet arrêt fortement motivé, Voltaire en a écrit quelques-uns, et, bien qu'il soit admis que seuls l'alexandrin et le décasyllabe sont soumis à la loi de l'hémistiche, il leur a donné une césure troisième, comme l'avait fait autrefois Malherbe :

  • 16 Tobler, V. Fr., p. 122.

D'Adonis – c'est aujourd'hui la fête ;
Pour ses jeux – la jeunesse s'apprête.16 (Samson, III, 1)

  • 17 Le P. Buffier, Abrégé…. p. 490-491.
  • 18 L'abbé Batteux leur reconnaît plus de feu ou plus de douceur que n'en ont les grands, qui ont au c (...)

12Bien souvent les traités ne mentionnent pas d'autres mètres. Mais il y a pourtant des exceptions. « On trouve dans Marot, dit le Dictionnaire de Trévoux, de petits vers de deux, de trois et de quatre syllabes. On ne s'en sert plus que dans les chansons, où on employe ces tronçons de vers afin de mettre une rime à toutes les cadences sensibles d'un air ». Restaut, de Wailly, Domergue donnent le même complément au catalogue des grands vers qu'ils ont énumérés. À considérer cette discrétion des critiques, on ne se douterait guère du rôle qu'ont joué les mètres courts dans la versification du xviiie siècle. Ils dérangent l'idée qu'on se fait officiellement d'une poésie noble, pompeuse, qui a pour mission d'exprimer des sentiments élevés. Déjà le P. Buffier avait dédaigné l'hexasyllabe, dans lequel il ne voulait voir qu'un vers d'accompagnement, et il avait écrit17 que « les vers qui ont moins de six syllabes n'entrent point dans les piéces régulières, mais seulement dans les chansons et autres piéces libres, où le poëte n'a guéres pour régies que son oreille et son goût particulier ». Mais le silence de la plupart des critiques dissimule l'état de choses réel, qui est tout différent. Le xviiie siècle, qui se trouve assez mal à l'aise dans les imposantes architectures du style Louis XIV, manifeste également une prédilection très marquée pour les petits vers, prestes et légers18, où les rimes reviennent à des intervalles très rapprochés, où l'habileté métrique est parfois très remarquable et qui sont le triomphe de la difficulté vaincue. Il en bâtit des poèmes élégants et alertes, qu'il appelle pièces fugitives, dans lesquels il donne libre cours à sa malice en y insérant des pensées fines et délicates, souvent pimentées par les traits d'une verve impertinente, à moins qu'il ne s'en serve pour des effusions galantes, pour de brèves descriptions ou pour des couplets destinés à être chantés.

13Voici des vers de cinq syllabes de Parny :

  • 19 Parny, Poésies erotiques, I, Billet.

Apprenez, ma belle,
Qu'à minuit sonnant,
Une main fidelle,
Une main d'amant,
Ira doucement,
Se glissant dans l'ombre,
Tourner les verroux
Tirés sur vous.
Apprenez encore
Qu'un amant abhorre
Tout voile jaloux.
Pour être plus tendre,
Soyez sans atours,
Et songez à prendre
L'habit des amours.19

14Gentil-Bernard s'est servi du même mètre dans L'Automne, L'Hiver et Le Printemps, dont les deux premières sont décorées du nom d'Epître, bien qu'elles n'aient pas de destinataires. Sont également dans la même mesure le Fragment d'une Epître de Madame la Comtesse de Grismondi à ses Vers, traduit de l'italien par Lemierre, la Description poëtique du Matin de Bernis, la pièce intitulée A mes Amis, de Léonard. On pourrait multiplier les exemples.

15Voici maintenant des vers de quatre syllabes, dont Gentil-Bernard est l'auteur :

Rien n'est si beau
Que mon hameau.
O quelle image !
Quel paysage
Fait pour Watteau !
Mon ermitage
Est un berceau
Dont le treillage
Couvre un caveau.
Au voisinage,
C'est un ormeau
Dont le feuillage
Prête un ombrage
A mon troupeau ;
C'est un ruisseau
Dont l'onde pure
Peint sa bordure
D'un vert nouveau.
Mais c'est Sylvie
Qui rend ces lieux
Dignes d'envie,
Dignes des dieux.
Là chaque place
Donne à choisir
Quelque plaisir
Qu'un autre efface.
C'est à l'entour
De ce domaine
Que je promène,
Au point du jour,
Ma souveraine…

16Parny, entre d'autres poètes, s'est amusé à des jeux semblables, notamment dans l'églogue Hier, Nicette qui figure dans ses Poésies érotiques.

17Les pièces en vers de trois syllabes sont plus rares, bien qu'il ne soit pas impossible d'en rencontrer. Celle qu'on va lire a pris place dans le recueil de l'abbé Charuel d'Antrain. Elle est datée de 1750 ; c'est un Compliment à un Abbé et Général d'Ordre, et, par son caractère, elle diffère totalement de celles qu'on vient de lire :

Beau séjour,
Que ta cour
M'édifie !
Chaque jour
De la vie,
On vous prie,
Dieu d'amour.
Votre flamme
Brûle une âme
Tour à tour.
Loin du monde,
Votre paix Est profonde.
Non, jamais
Votre asyle
Doux, tranquille,
Ne ressent De l'orage,
Du naufrage,
L'accident.
Solitude,
Ton étude
Rend les sens
Innocens,
Tes délices
Sont sans vices,
Tes rigueurs
Sans langueurs,
Là la joie
S'y déploie.
En ce lieu
On se livre
Tout à Dieu :
Pour le suivre,
Quel honneur !
Quel bonheur !…

18Les vers de deux syllabes et ceux d'une seule ne se trouvent pas, semble-t-il, en séries continues. On pourrait d'ailleurs faire rentrer les hexasyllabes, les heptasyllabes et les octosyllabes dans le groupe des petits vers, propres à exprimer de légers badinages, si les poètes n'en usaient pas très fréquemment, des deux derniers surtout, pour en faire l'instrument du plus haut lyrisme.

  • 20 Lefranc de Pompignan, Prophétie d'Isaïe, LU et LUI ; Prophétie d'Ezéchiel, XVI, 5 ; XXIII, 5 ; XXX (...)

19Reste la question du mélange des mètres. Ils peuvent se succéder par masses compactes qui présentent tour à tour un dessin différent ou un schéma plusieurs fois répété. Cette construction est celle des cantates. La troisième Cantate allégorique de J.-B. Rousseau se décompose ainsi : un dizain 8, 12, 12, 12, 8, 8, 12, 8, 8, 12 sur des rimes ababcdcdcd ; trois quatrains d'octosyllabes sur des rimes abab ; un huitain 12, 8, 12, 12, 8, 12, 8, 12 sur des rimes abccdeed ; un quatrain en hexasyllabes abab ; un sixain de même mesure ababab ; un autre quatrain de pareille mesure abab ; un sizain abbacdcdceffefef. La Prophétie d'Isaïe et la Prophétie d'Ezéchiel, de Lefranc de Pompignan20 laissent apparaître des changements fréquents et tout aussi considérables. La cinquième ode du livre second de Lebrun,

20Pendant une Maladie de l'Auteur, est écrite en quatrains dont quelques-uns, au milieu d'alexandrins, peuvent admettre un vers plus court qui occupe soit la première, soit la seconde, soit la troisième, soit la quatrième place.

21À considérer les choses en gros, les mélanges de mètres ont lieu selon des retours réguliers ou d'une manière irrégulière. Le premier type est celui des strophes hétérométriques dans lesquelles la même disposition des vers se reproduit sans changement jusqu'à la fin du poème. Mais il n'est pas forcément strophique, ainsi que le montrent les ïambes d'A. Chénier. Deux pièces de Ducis, La Côte des deux Amants et Vers pour une Fête à la Vieillesse, toutes les deux en alexandrins à rimes plates, sont suivies l'une et l'autre d'un Envoi en vers libres. Gilbert, dans L'Amant désespéré, a employé des strophes de quatrains et de cinquains dont les unes sont isométriques et les autres hétérométriques, où des alexandrins et des octosyllabes alternent sans défaillance, mais où la phrase ne se termine pas forcément au bout de deux ou de quatre vers :

Nul ne resteroit donc pour attendrir l'histoire
Sur tant de justes massacrés !
Pour consoler leurs fils, leurs veuves, leur mémoire !
Pour que des brigands abhorrés
Frémissent aux portraits noirs de leur ressemblance !
Pour descendre jusqu'aux enfers
Nouer le triple fouet, le fouet de la vengeance
Déjà levé sur ces pervers !
Pour cracher sur leurs noms, pour chanter leur supplice !
Allons, étouffe tes clameurs,
Souffre, ô cœur gros de haine, affamé de justice.
Toi, vertu, pleure si je meurs.

22Le poète n'a pas inventé cette forme, issue du distique élégiaque latin, mais soustraite à l'obligation de finir le sens à place fixe : il y en a des exemples au xvie siècle, chez Robert Garnier, et au xviiie chez Senacé et J.-B. Rousseau, d'ailleurs sans aucune inspiration satirique.

23Le second type est celui des strophes libres, dans lesquelles l'auteur dispose à son gré les vers longs ou courts, et dont chacune diffère de la précédente. Je transcris le début du troisième chant du Temple de Guide, poème de Léonard :

Je parlais encore de Thémire ;
Aristée, attentif à ce doux entretien,
Soupirait son amour, et voulut le décrire.
Voici ce qu'il me dit : je ne supprime rien,
Le dieu qui l'inspirait est le dieu qui m'inspire.
Ma vie est peu fertile en grands événemens,
Tout en est simple : j'aime, et vous allez apprendre
Les sentimens d'une âme tendre,
Et ses plaisirs et ses tourmens.
Ce même amour qui fait mon bonheur et ma gloire
Fait aussi toute mon histoire.
Camille est née à Guide au milieu des grandeurs.
Faut-il peindre celle que j'aime ?
Son image s'imprime au fond de tous les ceurs.
Elle a ces agrémens flatteurs,
Cet air qui vous ravit plus que la beauté même…

  • 21 Domairon, p. 13.

24Le même mélange irrégulier de mètres divers se retrouve, sans séparation strophique, dans les contes, dans les fables, dans les opéras et les opéras-comiques, où figurent souvent les vers les plus petits, de deux syllabes ou même d'une seule syllabe, dont on ne se sert pas en séries longues et continues. « On peut, dit Domairon21,… et surtout dans des pièces badines, ou destinées à être mises en musique, faire des vers de tout pied, qu'on appelle libres, et croiser les rimes en consultant toujours l'oreille et l'harmonie ». Le fragment suivant a pour auteur Favart :

  • 22 Sorte de voiture étroite.

Un goût de caprice
Le prendra pour quelque actrice.
Il la meublera
Et l'étalera,
Et dans la coulisse
D'un souper lui parlera.
« Viens, c'est à l'écart,
Sur le rempart. »
Sa Désobligeante22
Y conduit l'infante.
Là, parlant d'abord,
Pensant après,
On donne essor
Aux malins traits.
L'absent a tort,
Et les bons mots
Sont les plus sots propos.
On parle vers
Concerts,
Bijoux,
Ragoûts,
Chevaux
Romans nouveaux,
Pagodes,
Modes,
On médit,
On s'attendrit,
On rit.
Grand bruit
Au fruit.
Au bal, on achève la nuit.
Le matin, mis comme un valet,
Pâle et défait,
Monsieur, dans un cabriolet,
Part comme un trait
Et pousse deux
Chevaux fougueux. (La Soirée des Boulevards)

25On cite volontiers ce couplet de Panard, composé de vers de cinq, de quatre et même d'une syllabe :

On voit des commis
Mis
Comme des princes,
Et qui sont venus
Nus
De leurs provinces.

  • 23 Abbé Joannet, T. I, p. 12.

26La variété des mètres est très appréciée dans certains genres : « Il y a encore, dit l'abbé Joannet23, des vers d'un tout petit nombre de syllabes, mais il est rare de s'en servir ailleurs que dans les chansons, et dans les airs d'opéra ou de cantate. La différence même de la mesure, dans les vers dont ces airs sont composés, contribue beaucoup à l'harmonie du chant. C'est pourquoi on y employe des vers d'onze, de neuf, de cinq, de quatre, de trois, de deux et même d'une seule syllabe ».

  • 24 Demandre, T. II, p. 376.

27Dans les poèmes hétérométriques, qu'ils soient réguliers ou irréguliers, quelques règles limitent la liberté des versificateurs. Il est recommandé, par Demandre notamment24, de ne pas mettre des vers de sept syllabes à côté d'autres vers de huit ou de six, parce que ce concours est jugé désagréable. Marmontel a fait à cet égard des remarques judicieuses : « Dans les Stances, les vers de mesure inégale qui s'entremêlent avec le plus de grâce et d'harmonie, sont les vers de douze et de huit, et les vers de douze et de six. La cadence du vers de sept brise celle des vers de huit et n'est point analogue à l'harmonie du vers de douze ; les vers de sept… doivent être isolés. Le vers de dix syllabes se mélange quelquefois aux vers de douze, mais en laissant une mesure vide, ce qui est pénible à l'oreille, et ce n'est jamais dans la stance que ce mélange doit avoir lieu. Les vers de mesure inégale, bien assortis dans les poésies familières, en font l'harmonie et le charme. Dans le poème lyrique, et singulièrement dans le récitatif, cet art d'entrelacer des vers d'inégale mesure et d'en croiser les rimes pour donner à la période une forme plus élégante et plus harmonieuse, exige une oreille exercée. C'était l'un des secrets de la magie de

  • 25 Marmontel, Encyclopédie, au mot ”Vers”.

28Quinault… Lorsque dans une langue la poésie est telle qu'au défaut d'une prosodie régulière et sensible, la rime en marque la mesure, les intervalles et les repos, et que par habitude l'oreille s'est fait un plaisir de ces finales consonnantes, le sentiment de l'harmonie naît en partie de cet enlacement, et Quinault, ainsi que Malherbe, a eu quelque mérite à l'y faire contribuer »25. Il n'y a pas de poète qui ne se rende compte, au xviiie siècle, que l'hexasyllabe se marie admirablement avec l'alexandrin, dont il représente exactement la moitié, et que la juxtaposition de vers de sept syllabes et d'autres vers de huit ou de six n'a rien de particulièrement heureux. Mais les règles dont il vient d'être question tombent d'elles-mêmes quand il s'agit de poèmes destinés à être chantés, parce que la musique détourne l'attention des paroles ou corrige les alliances fâcheuses. On a vu que Favart place à côté l'un de l'autre les mètres les plus voisins, cinq et quatre, quatre et trois, deux et un : la mélodie fait tout passer.

  • 26 Il a composé de même une bouteille, des losanges, etc.

29On s'est aperçu que les successions de vers de mesures différentes pouvaient produire sur l'œil, d'après la forme écrite, une certaine impression de découpage, comme c'était le cas pour le poème qui, pendant la période médiévale, avait reçu le nom d'Arbre fourchu. On imagina donc d'utiliser les diverses combinaisons syllabiques pour représenter figurativement de menus objets, si bien que la versification en prenait une valeur pour ainsi dire symbolique. Cette idée est très ancienne, puisqu'elle a été exploitée par des poètes grecs. Elle reprend quelque vigueur au xviiie siècle, et il importe de montrer ici, quand ce serait seulement par un seul exemple, à quelles réalisations elle conduisait. Il suffira de reproduire la pièce par laquelle le joyeux Panard nous a laissé l'image de son verre26 :

  • 27 F.M.A.D.M.D.B.D., p. 19.
  • 28 Louis Racine, T. V, p. 104

30Mais les critiques jugent que de pareils amusements donnent chez ceux qui s'en rendent coupables la preuve d'un parfait mauvais goût. Ils sont unanimes à condamner ces vers nommés rhopaliques, du grec ῥóπαλoν, qui signifie massue, parce qu'ils figuraient, par leur aspect extérieur, une massue ou tout autre objet. Le Traité des Belles-Lettres27 proteste contre les poèmes « dont les vers, d'inégale grandeur, et placés dans un certain ordre, formaient des ovales, des triangles, des croix, pitoyable manie », et rappelle que nous possédons encore cinq pièces de Symnius de Rhodes qui représentent une hache, un autel, un œuf, un sifflet, des ailes. Louis Racine s'exprime avec la même sévérité : « On a toujours méprisé, dit-il28, ces vers techniques, enfants du mauvais goût, les Rophaliques [sic], rétrogrades, léonins, numéraux, acrostiches, etc., et ces pièces anciennes que leurs formes mystérieuses ont fait nommer la flûte, l'autel, l'œuf, les ailes, la hache, etc. ». Pour les esprits sérieux, les ressources de la versification doivent servir à des exercices moins vulgaires et moins vains. En particulier les mètres et les rimes ont permis aux poètes de combiner diverses espèces de strophes grâce auxquelles ils ont pu traduire leurs plus belles inspirations lyriques. Ce sont ces strophes que nous allons maintenant examiner.

Notes

1 Restaut, p. 454.

2 Demandre, T. II, p. 384.

3 Abbé Mallet, Poètes, p. 66.

4 Marmontel, El. de Litt., au mot ”Alexandrin”, T. I, p. 117-118 ; cf. encore ibid., au mot ”Vers”, T. VI, p. 472.

5 On se reportera aux vers cités ci-dessus.

6 Diderot, T. VIII, p. 406, ”Paradoxe”.

7 Marmontel, El. de Litt., au mot Vers”, T. VI, p. 473.

8 Voltaire, dans L'Encyclopédie, au mot ”Hémistiche”.

9 Tobler, V.F., p. 115 ; cf. Quicherat, p. 181.

10 Marmontel, El. de Litt., au mot ”Vers”, T. VI, p. 473.

11 Lefranc de Pompignan, Prophétie de Mahum, II ; Lebrun, Odes, III, 5 ; J.-B. Rousseau, Odes, II, 6 ; III, 5 ; III, 9 ; IV, 1. Ce vers est assez rare chez Parny.

12 Lebrun, Odes, III, 8 ; Ducis, La Jeune Immortelle ; Millevoye, La Fleur.

13 Piron, Epître à Mlle Chéré ; Lemierre, Envoi d'un Souvenir ; Millevoye, Le Sort d'un amant ; Desforges, Maillard, La Procédure normande.

14 Demandre, T. II, p. 385-386.

15 Poétique françoise…, T. I, p. 17.

16 Tobler, V. Fr., p. 122.

17 Le P. Buffier, Abrégé…. p. 490-491.

18 L'abbé Batteux leur reconnaît plus de feu ou plus de douceur que n'en ont les grands, qui ont au contraire le privilège de la majesté (T. I, p. 197).

19 Parny, Poésies erotiques, I, Billet.

20 Lefranc de Pompignan, Prophétie d'Isaïe, LU et LUI ; Prophétie d'Ezéchiel, XVI, 5 ; XXIII, 5 ; XXXVII, 1.

21 Domairon, p. 13.

22 Sorte de voiture étroite.

23 Abbé Joannet, T. I, p. 12.

24 Demandre, T. II, p. 376.

25 Marmontel, Encyclopédie, au mot ”Vers”.

26 Il a composé de même une bouteille, des losanges, etc.

27 F.M.A.D.M.D.B.D., p. 19.

28 Louis Racine, T. V, p. 104

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter