Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Première section. Les genres littéraires

Chapitre V. La Fable et le Conte en vers

Texte intégral

  • 1 On consultera à ce propos : Gaullyer, p. 483 sq. ; Rémond de Saint-Mard, p. 114 ; abbé Batteux, T. (...)

1Les critiques du xviiie siècle, qui presque tous mentionnent la Fable et le Conte en vers, ne nous disent rien de bien notable à propos de ces deux genres1. Mais le fait même qu'ils en parlent, quelquefois même assez longuement, est la preuve que ces poèmes se sont assuré, en une centaine d'années, une place importante dans notre littérature.

  • 2 Abbé Joannet, T. III, p. 18.

2Tout le monde est d'accord avec l'abbé Joannet sur la définition qu'il donne de la Fable : c'est « une pièce qui, sous une allégorie, renferme une moralité ; c'est une fiction, dont la fin est de former les mœurs »2. On développe cette définition de vingt manières différentes ; on explique en quoi consiste l'allégorie ; on expose que les animaux mis en scène possèdent des passions humaines ; on étudie la moralité et la fiction qui l'enveloppe. Mais tout se réduit en somme à analyser le talent de La Fontaine, qui reste le modèle exquis sur lequel tous les poètes doivent se régler. Un exercice auquel on se livre volontiers consiste à évoquer les apologues de La Motte et à écraser celui-ci en le comparant au maître inégalable. Or ce n'est pas le seul La Motte qu'on pourrait lui sacrifier, mais encore tous ceux qui ont vainement tenté de rivaliser avec lui, et ils sont nombreux. À l'imitation de La Fontaine, on commence à écrire des Fables dès la fin du xviie siècle : Perrault et Fénelon nous en ont laissé quelques-unes. Le mouvement s'accentue au xviiie ; à côté des noms de La Motte et de l'abbé Aubert, qui se sont fait gloire d'inventer leurs sujets, à côté de celui de Florian, qui brille parmi tous les autres, on peut encore citer ceux du P. du Cerceau, de Grécourt, Moncrif, Richer, Pesselier, Panard, Sedaine, du duc de Nivernais, Vadé, Guichard, Dorat, Léonard, Boisard, Imbert, Ducis, Guinguené, Le Bailly.

  • 3 Idem, ibid., p. 20 et 23.

3Les préceptes qui intéressent surtout notre sujet sont ceux qui concernent le style et la versification de la Fable. Le style doit présenter les mêmes qualités que celui de La Fontaine ; Marmontel le veut simple, familier, naturel et surtout naïf ; il lui demande aussi de la vivacité, des images pittoresques, de la vérité dans le dialogue et beaucoup de variété. L'abbé Joannet donne aux poètes des conseils semblables qu'il développe avec une certaine ampleur : « La Fable n'étant que le récit d'un fait, le ton qui lui convient, c'est celui de la narration, c'est-à-dire que dans l'exposition du fait, il faut de l'ordre, de la netteté, de la précision ; que le style doit en être uni,... sans tours recherchés, sans périodes surtout ; qu'il n'y faut faire qu'un usage bien modéré des expressions figurées et des termes que le génie de la langue semble destiner aux grands sujets ; les pensées doivent aussi y offrir des images plus riantes que surprenantes, des sentimens plus ingénus que délicats, mais plus délicats encore que sublimes... Il est nécessaire de proportionner le stile à la nature des faits et à l'importance des personnages. Il faut plus de force, plus de noblesse dans le récit d'une action qui a quelque chose de grand, relativement aux personnages et à l'application qu'on en doit faire à nos mœurs, que pour décrire une allégorie qui n'offre rien de relevé en elle-même, ni relativement à l'instruction morale qu'on en veut tirer. Le lièvre timide ne doit pas parler du même ton que le lion courageux, etc., etc »3.

  • 4 Demandre, T. I, p. 415.

4Le P. Buffier fait observer que la forme versifiée n'est pas indispensable à ce genre, puisqu'Esope a écrit ses fables en prose. Pourtant l'usage s'est déclaré en faveur du vers, et ce vers ne peut être que le vers libre, dont La Fontaine a démontré l'excellence par l'heureux emploi qu'il en a fait. Ainsi que le remarque Demandre, il est dépourvu de la moindre raideur, il possède toute la délicatesse de la poésie et l'aimable négligence de la prose la plus familière4. Il suit sans effort tous les détours de la pensée, puisque le noble alexandrin et les mètres courts peuvent y prendre la place qui leur revient naturellement, selon que l'inspiration du poète se fait plus grave ou devient plus enjouée. Lui seul peut tout dire, car il est le seul qui par sa nature ne soit pas monotone. L'arrangement des rimes lui-même est laissé à la discrétion et au bon goût de l'auteur, qui peut à tout instant donner la preuve de son esprit et de son talent, ainsi que de la justesse de son oreille. L'à-propos avec lequel il change de mètre, varie ses coupes, suspend ou termine sa phrase, tout cela témoigne de sa virtuosité : cette forme si souple lui permet d'exprimer les mouvements de son âme ou de celle de ses personnages, ainsi que le caractère, et parfois grâce au secours de l'harmonie imitative, l'aspect même des objets qu'il dépeint.

  • 5 Idem, ibid., ib.

5« D'après La Fontaine, écrit Demandre5, on peut distinguer deux manières de traiter la Fable, l'une plus courte, et par là même plus simple : elle suit l'exemple des Anciens ; l'autre plus étendue, et plus mêlée de réflexions fines ou badines : c'est celle qui règne dans ses Contes ». Donc les deux genres sont très voisins l'un de l'autre, et la ligne de démarcation qui les sépare est assez peu nettement tracée. Beaucoup de récits qui sont intitulés Fable pourraient porter celui de Conte. La longueur, malgré Demandre, ne fait rien à l'affaire. Pratiquement le nom de Fable s'applique surtout à des scènes où figurent des animaux, selon la tradition ésopienne, tandis que les acteurs des Contes sont des hommes. Les deux genres ne sont pas nécessairement liés à la forme versifiée, mais le Conte en vers a joui au xviiie siècle d'une vogue qu'atteste le grand nombre des poètes qui l'ont cultivé, le P. du Cerceau, Grécourt, Piron, Voltaire, Des-forges-Maillart, Gresset, le duc de Nivernais, Guichard, Dorat, Masson de Marvilliers, Imbert, Florian, de Piis, Fabre d'Eglantine, Pons de Verdun, Andrieux, Legouvé, d'autres encore qui sont moins connus ou qui ont changé le caractère que lui avait maintenu La Fontaine. Dans cette liste, c'est Grécourt, Piron et Voltaire que leurs contemporains plaçaient au premier rang.

  • 6 Marmontel, El. de Litt, T. II, p. 20

6Le Conte, dans l'opinion générale, doit être un récit gai, selon l'idée que s'en était faite le xviie siècle, et qui était très ancienne. Selon Marmontel6, « il est à la Comédie ce que l'Epopée est à la Tragédie », c'est-à-dire que son action est mise en récit, au lieu d'être découpée en actes et en scènes ; mais cette définition fait ressortir la nécessité pour lui d'être plaisant et de provoquer le rire. Pour dérider leurs lecteurs, les auteurs de Fabliaux leur avaient souvent raconté des histoires grivoises, souvent avec une impudeur qui n'excluait pas les gravelures les plus osées. Cette tradition subsiste au xviiie siècle et on la retrouve chez divers poètes, par exemple chez Guichard. D'autres au contraire ont recours à un comique moins déshonnête, qui, s'il reste encore assez voisin de celui de la farce, ne fait pas de l'obscénité son moyen indispensable : les éditeurs de Kelh ont pris soin d'avertir les lecteurs de Voltaire qu'à l'exception d'un certain nombre de pièces de jeunesse, il s'était abstenu de traiter dans ses Contes des sujets scabreux. D'autres encore réduisent la part de la facétie à un minimum, comme l'a fait La Harpe dans Tangu et Félime, qui porte le titre de poème et se développe en quatre chants, mais qui est un conte. D'autres enfin, dès les approches de la Révolution et surtout sous l'Empire, sacrifient au goût troubadour et écrivent en vers des récits archaïsants qu'ils appellent ”ballades” ou ”romances” à l'exemple de ceux que nous ont laissés Léonard et Millevoye. Le romantisme poussera cette évolution jusqu'à son dernier terme en composant de petites épopées où l'anecdote prend un coloris nettement héroïque et quelquefois chrétien.

  • 7 Les rimes mêlées sont pour ainsi dire de règle ; cependant M.-J. Chénier a utilisé le décasyllabe (...)

7Pour le moment nous n'en sommes pas encore là. Pendant tout le xviiie siècle, le Conte en vers reste un genre simple, et l'on veille à lui conserver son style familier. On y admet des mots assez communs, et même bas ; très souvent on le pare des grâces marotiques, que nous n'apprécions plus du tout, mais que rejetait déjà la haute poésie, et cela seul suffirait à marquer le rang qu'on lui assigne. Cependant, sur un certain point, l'époque postclassique ne s'abandonne pas à l'aimable laisser-aller qu'on attendrait. La Fontaine, non pas exclusivement, mais en maintes circonstances, avait usé du vers libre, à cause de l'air de facilité que cette forme hétérométrique donnait à ses récits. Or le vers libre devient de plus en plus exceptionnel chez les conteurs, tandis qu'au contraire il se fait une place de plus en plus grande dans la Comédie et l'Épître, même dans l'Élégie. On le rencontre chez Imbert, qui l'a également employé dans ses Fables. Mais Imbert s'est aussi servi du décasyllabe à rimes mêlées7, comme Vergier, Piron, Grécourt, Gresset, Voltaire, La Harpe, M.-J. Chénier, Pons de Verdun, Florian, tandis que d'autres contes, en assez grand nombre, sont écrits, par quelques-uns de ces mêmes auteurs, en octosyllabes, eux aussi à rimes mêlées. Ce sont ces deux mètres, le décasyllabe et l'octosyllabe, qui dominent, et de beaucoup, tandis que le vers libre, contre toute attente, est peu à peu éliminé de ce genre. Quant aux Ballades et aux Romances, on considère qu'elles ne peuvent s'accommoder que de strophes dont le choix est laissé à la discrétion du poète. Tout le monde s'accorde à rejeter l'alexandrin ; sa marche trop tendue et trop solennelle ne paraît pas convenir à la simplicité du Conte en vers, dont il est entendu, pendant de longues années, que l'enjouement doit rester la qualité maîtresse.

Notes

1 On consultera à ce propos : Gaullyer, p. 483 sq. ; Rémond de Saint-Mard, p. 114 ; abbé Batteux, T. II, p. 31 sq. ; abbé Joannet, T. III, p. 18 sq. ; abbé Sabatier de Castres, au mot ”Fable” ; Voltaire, dans l'Encyclopédie, au même mot ; Marmontel, El. de Litt., au même mot ; Demandre, T. I, p. 414 ; abbé Mallet, Poètes, T. II, p. 195 sq. ; Domairon, p. 67 sq.

2 Abbé Joannet, T. III, p. 18.

3 Idem, ibid., p. 20 et 23.

4 Demandre, T. I, p. 415.

5 Idem, ibid., ib.

6 Marmontel, El. de Litt, T. II, p. 20

7 Les rimes mêlées sont pour ainsi dire de règle ; cependant M.-J. Chénier a utilisé le décasyllabe à rimes plates dans La Lettre de Cachet.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter