Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Première section. Les genres littéraires

Chapitre IV. La Poésie didactique et la Poésie satirique

Texte intégral

I. LA POÉSIE DIDACTIQUE

  • 1 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.
  • 2 Léonard, Discours sur l'Humanité, poème philosophique ; M.-J. Chénier, Discours sur la Calomnie ; (...)
  • 3 Abbé Batteux, T. II, p. 168 sq.

1« Le poème didactique en général, dit l'abbé Sabatier de Castres1, peut se définir : la vérité mise en vers ; et, par opposition, l'autre espèce de poësie : la fiction mise en vers ». En se plaçant à ce point de vue, le xviiie siècle accorde à ce genre une extension très large et lui attribue des ramifications infinies, car les sujets les plus variés relèvent de lui. Est didactique la poésie descriptive, que célèbrent avec complaisance Colardeau et Clément. La poésie champêtre autre que l'Idylle et l'Églogue, c'est-à-dire celle qui dépeint les travaux de la terre ou le cours des saisons, l'est également. On doit ranger dans la même catégorie tous les ouvrages en vers qui traitent de problèmes moraux, philosophiques ou religieux : à ce titre lui appartiennent les récits historiques, puis encore les ”discours”, comme ceux que Marmontel lut à diverses reprises au cours des séances de l'Académie française ou ceux que composaient Léonard et M.-J. Chénier2. Il en est de même de la Fable, puisqu'elle a pour but d'instruire. Il en est de même encore, selon l'abbé Batteux, de la Satire et de l'Épître « qui contiennent ordinairement des leçons de vertu, de mœurs, de goût, et qui sont par cette raison, comme le poëme didactique, la vérité, et non la fiction, mise en vers »3. Les poèmes didactiques proprement dits, d'après ce même critique, sont ceux « qui ne contiennent que des observations relatives à la pratique », comme les Géorgiques de Virgile, ou l'Art poétique de Boileau.

2La production est intense, et rien ne décourage les poètes, qui versifient inlassablement en s'attaquant aux thèmes les plus divers. Il ne saurait être question de dresser ici un catalogue complet de leurs ouvrages. Mais il est utile de citer quelques titres qui donneront une idée de cette passion enseignante et descriptive. Louis Racine est l'auteur du Poème sur la Grâce et de La Religion. Dorat a donné des préceptes de technique théâtrale dans La Déclamation. Watelet a publié L'Art de peindre en 1760, Lemierre La Peinture en 1769 et Les Fastes ou les Usages de l'Année en 1779. Tout le monde a entendu parler de L'Agriculture ou les Géorgiques françaises de Rosset ; on connaît mieux encore Les Saisons de Saint-Lambert, Les Mois de Roucher, La Maison rustique de Fontanes, Les Géorgiques et Les Jardins de Delille, qui a été l'un des princes du didactisme. M.-J. Chénier l'a attaqué à ce propos :

  • 4 Autre attaque de M.-J. Chénier dans son Discours sur les Poèmes descriptifs (1805), où il adresse (...)

Un Scudéri moderne, en sa veine indiscrète,
Décrit tout sans pinceaux, sans couleur, sans palette...
Il va décrire encor, pour la centième fois,
Ou le combat du coq, ou le cerf aux abois,
Tantôt le chantre ailé que baigne une eau limpide,
Tantôt le bœuf pesant ou le coursier rapide.
(Essai sur le Principe des Arts)4

3Mais tous ces ouvrages, qui révèlent une certaine prédilection pour les sujets champêtres, sous l'influence de Virgile et des Anglais, ont trouvé de nombreux lecteurs ; M.-J. Chénier lui-même a cédé à l'attrait du didactisme, mais sur un autre terrain, qui était celui de la philosophie sociale et de la morale pratique.

4Le poème didactique, encombré de descriptions et de préceptes, est très estimé au xviiie siècle, tandis qu'il ne présente plus pour nous qu'un intérêt assez mince. Domairon le met au nombre des grands genres, auprès de l'épopée, de la tragédie et de la comédie. Il a conscience, si l'on peut parler ainsi, de la place qu'il occupe dans la hiérarchie littéraire et il fait des efforts visibles pour en être digne. Il se divise volontiers en ”chants”, ou en ”livres”, comme l'Iliade ou les Géorgiques. Il débute généralement par des vers pompeux dans lesquels le poète expose son programme, tout comme l'a fait Virgile en tête de l'Enéide, et il contient souvent une invocation solennelle aux Muses ou à quelque divinité antique. Lemierre prend un ton héroïque pour annoncer son poème de La Peinture :

Je chante l'art heureux dont le puissant génie
Redonne à l'univers une nouvelle vie,
Qui, par l'accord savant des couleurs et des traits,
Imite et fait saillir les formes des objets,
Et, prêtant à l'image une vive imposture,
Laisse hésiter nos yeux entre elle et la nature.

5Les Saisons, de Saint-Lambert, commencent par une déclaration analogue :

Je chante les saisons et la marche féconde
De l'astre bienfaisant qui les dispense au monde.
Il prodigue au printemps la grâce et la beauté ;
Du trésor des moissons il enrichit l'été ;
L'automne les enlève aux campagnes fertiles,
Et l'hiver en tribut les reçoit de nos villes.

6Les Quatre Saisons ou les Géorgiques françaises, de Bernis, s'ouvrent par la même introduction grandiloquente, bien que le poète s'exprime en maigres octosyllabes :

J'ai chanté les heures du jour,
Je chante aujourd'hui le retour
Et le partage de l'année.
Flore, que ta main fortunée Présente l'ouvrage à l'amour !

7L'entrée en matière de Gabriel Legouvé, dans Les Souvenirs ou les Avantages de la Mémoire, est plus vive :

Sur l'immortel sommet de la double colline,
Tu créas la mémoire, auguste Mnémosyne ;
Je chante tes bienfaits, souris à mes accords !

8Celle de Millevoye, dans L'Invention poétique, se fait encore plus pressante :

N'est-il plus de lauriers pour le chant didactique ?

9Mais partout on retrouve en somme le même cliché, à peine varié par d'insignifiants détails.

  • 5 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.
  • 6 Précis, p. 251.
  • 7 Jaucourt, Encyclopédie, au motPoëme didactique.
  • 8 Idem, ibid. Il pense au meurtre de César, au commencement du règne d'Auguste, à l'épisode d'Aristé (...)

10Le xviiie siècle se rend bien compte que ce qui fait le fond de la poésie didactique, quel que soit le sujet qu'elle traite, est toujours assez médiocre. Les préceptes qu'elle distribue généreusement ne sont qu'une espèce de sagesse primaire ; les indications techniques qui y sont contenues ne sont pas données par des spécialistes et ne brillent pas par leur originalité, malgré le travail de documentation préalable auquel s'est livré l'auteur, et malgré l'utilité que peuvent présenter ses développements. Si l'on doit y chercher un enseignement pratique, il est certain qu'on consultera avec beaucoup de fruit tel manuel écrit par un praticien qui connaît tous les secrets de son art ou de son métier. Considérée dans sa substance, elle est totalement dépourvue d'émotion et de charme esthétique. « Ce genre, dit Sabatier de Castres5, est une sorte d'usurpation que la poésie a faite sur la prose ». Le Précis des Lois du Goût écrit que « la poësie didactique est la plus simple et... la moins poétique de toutes »6. Jaucourt reconnaît que ce n'est point par sa vérité objective que la poésie didactique peut satisfaire le public7, mais bien par ses hors-d'œuvre et par l'agrément de ses épisodes : « Il est si vrai que ce sont ces visages qui sont cause qu'on se plaît tant à lire les Géorgiques que l'attention se relâche sur les vers qui donnent les préceptes que le titre a promis... Les poëmes didactiques que leurs auteurs ont dédaigné d'embellir par des tableaux pathétiques assez fréquents ne sont guère entre les mains des hommes. Quel que soit le mérite de ces poëmes, on en regarde la lecture comme une occupation sérieuse, et non pas comme un plaisir : on les aime moins, et le public n'en retient guère que les vers qui contiennent des tableaux pareils à ceux dont on loue Virgile dans les Géorgiques »8.

  • 9 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.
  • 10 Demandre, T. II, p. 108.

11Seul Marmontel semble croire que les enseignements techniques ou moraux contenus dans ces sortes d'ouvrages sont un élément considérable ou même l'élément principal de l'intérêt qu'on leur accorde communément. C'est tout au moins ce qui paraît ressortir de ces quelques lignes que cite de lui Sabatier de Castres9 : « La facilité qu'on a de se graver dans la mémoire des maximes enchâssées dans la mesure d'un vers, et de se les rappeler aisément à l'aide de la rime ou de la cadence, fait l'avantage de ce poëme ; ajoutez-y l'attrait que donne l'harmonie et le coloris à une étude qui quelquefois seroit pénible par elle-même ». Peut-être en a-t-il été ainsi pour un certain nombre de lecteurs, et il est probable que beaucoup de poètes se sont bercés de ce qui nous ont fait aujourd'hui l'effet d'avoir été une belle illusion. Cependant, même chez Marmontel, il s'agit bien d'une affaire de présentation, et son point de vue rejoint en somme celui des autres critiques. À leur avis, c'est leur forme qui donne aux poèmes didactiques tout leur prix. Leur versification n'est jamais très variée : bien que Bernis se soit servi de l'octosyllabe, le mètre en usage est l'alexandrin, qui jouit pour ainsi dire d'un monopole : « Le poëme didactique, dit Demandre10, ne peut guère souffrir que le vers alexandrin et en rimes suivies ». Mais déjà, puisqu'il est entendu que l'art de la poésie réside dans la difficulté vaincue, il y a quelque mérite pour l'auteur à faire entrer dans ses hémistiches, en respectant les règles de la métrique, des notions pour lesquelles la prose est un instrument d'expression beaucoup plus désigné.

  • 11 D. Mornet, Sentiment de la Nature p. 390.

12Le vocabulaire tout d'abord pose des questions embarrassantes. Comment traiter un sujet technique sans employer des mots de métier ou des termes que la belle langue poétique ne saurait admettre ? Comment écrire desgéorgiques par exemple sans parler le vulgaire langage des paysans ? « Clément, remarque D. Mornet11, ne veut dans la poésie ni agriculture, ”mot barbare, ni arbre fruitier, choux, foin, pois, noisette, ni vache ou engrais qu'emploie Saint-Lambert, ni couloir, fanon, sainfoin, avoine, claie, cosse qu'emploie Delille »... Le Journal de Monsieur demande à la poésie de dédaigner « la bassesse et la rusticité d'un langage qui blesse à chaque moment l'oreille » ; en 1784, le Mercure de France regrette encore de lire dans une traduction d'Homère ils ne boivent point de vin, et Domairon demande au poète de savoir parler « des objets bas, ignobles et dégoûtants avec une élégante noblesse ». Peu à peu pourtant les termes techniques pénètrent en masse toujours plus dense dans la poésie, surtout avec Delille. Mais à chaque instant le poète leur préfère quelque belle périphrase destinée à montrer qu'ils connaissent, malgré les apparences, les lois du beau langage, et qui donne la preuve de leur ingéniosité. De brillantes épithètes, soigneusement choisies, peuvent également servir à relever la médiocrité des mots.

  • 12 Marmontel, El. de Litt., au motDidactique, T. II, p. 499.
  • 13 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.
  • 14 Idem, ibid.

13C'est l'extrême soin donné au style qui corrige ce que le poème didactique a de trop austère. Il vaut surtout par la parure qu'un auteur habile lui prête, par l'éclat de ses descriptions, par l'abondance de ses images et par la variété de ses épisodes. Marmontel ne veut pas qu'il puisse prendre le ton de l'Épopée, de la Tragédie ou de l'Ode12. Mais d'autres lui demandent au contraire d'être tour à tour humble ou sublime, afin que l'intérêt ne fléchisse jamais13. De fortes pensées et des sentences, des rappels opportuns de la Fable, de riches ornements feront les délices du public et provoqueront son approbation : « Les poëtes didactiques... s'arrogent tous les privilèges du style poëtique, déclare Sabatier de Castres14. Ils chargent leurs idées en prenant des termes métaphysiques au lieu des termes propres... Ils emploient des tours hardis, des constructions licencieuses, des figures de mots et de pensées qu'ils placent d'une façon singulière ; ils sèment des traits d'une érudition détournée et peu commune ; enfin ils prennent tous les moyens de persuader à leurs lecteurs que c'est un Génie qui leur parle, afin d'étonner par là leur esprit et de maîtriser leur attention ». Certains critiques qui, à côté de Virgile, citent comme modèles Hésiode et Lucrèce, discernent fort bien qu'il y a là, d'une manière plus ou moins visible, un retour à la poésie philosophique, s'il est vrai que, comme le dit Marmontel, « dans le didactique, le rôle du poète est celui d'un sage dont on écoute les leçons ». Le didactisme est un courant qui traverse toute notre histoire littéraire et qu'on verra reparaître, au xixe siècle, dans l'œuvre de Sully-Prudhomme. Mais c'est assurément pendant la période postclassique qu'il a connu, sous diverses espèces, sa vogue la plus indiscutée.

II. LA POÉSIE SATIRIQUE

  • 15 Le P. Buffier, Traité phil. et pratique de Poësie, p. 466.
  • 16 Abbé Batteux, T. II, p. 210. Jaucourt (Encyclopédie, au motSatire) et Sabatier de Castres répèt (...)
  • 17 Abbé Joannet, T. III, p. 88.
  • 18 Voltaire, Mémoire sur la Satire, T. XLVI, p. 295.

14On en distingue plusieurs genres, et d'abord celui qui porte le nom de Satire. La Satire, observe le P. Buffier15, peut se passer du vers, puisqu'elle consiste en préceptes qui ont trait aux mœurs et qu'on peut tout aussi bien exprimer en prose ; mais elle est servie par l'appareil de la versification, à cause des expressions vives et figurées qui sont propres à la poésie. L'abbé Batteux donne à ce mot une acception très large : « La forme de la Satire est assez indifférente par elle-même. Tantôt elle est épique et en récit, tantôt dramatique ; le plus souvent elle est didactique. Quelquefois elle porte le nom de discours, quelquefois celui d'épître. Toutes ces formes ne font rien au fond. C'est toujours satire, dès que c'est l'esprit d'invective qui l'a dicté »16. Mais enfin il existe des poèmes qui sont spécialement intitulés Satire et c'est d'eux qu'il s'agit pour l'instant : ce sont des ouvrages en vers dans lesquels on censure les vices et les défauts des hommes. Toutes les règles formulées à ce sujet par le xviie siècle restent valables, y compris celle qui interdit de donner à ces compositions un tour de diffamation personnelle, ce qui serait contraire, nous dit l'abbé Joannet, aux « lois de la religion » et à « l'esprit de société »17. Mais Voltaire se plaint que cette convention soit trop souvent violée et que certains écrivains poussent la noirceur jusqu'à user du style marotique, qui est « la pierre sur laquelle on aiguise aisément le poignard de la médisance »18, style sans dignité, mais qui, à cause de cela même, « est très propre aux contes cyniques et à l'épigramme ». La Satire non seulement attaque les mœurs corrompues, mais sert aussi à la critique littéraire, comme au temps de Boileau. Le xviiie siècle, avec Lagrange-Chancel et A. Chénier, lui annexe en outre le domaine de la politique où, sous le règne de Louis XIV, il lui avait été impossible de pénétrer. Sous le Consulat, Parny a vilipendé l'Angleterre dans un ouvrage en quatre chants, Goddam !, écrit avec une verve corrosive, mais qu'il a seulement désigné sous le nom de ”poème”.

  • 19 Domairon, p. 99.

15Le style de ce genre littéraire doit être simple, aisé et ne pas comporter de figures trop recherchées. Il faut que l'auteur soit assez habile pour l'accommoder aux pensées qu'il veut exprimer, comme a su le faire Horace, qui reste un modèle inégalable. Tout l'intérêt de la Satire réside dans les idées qui y sont développées, idées offensives et pleines de sel : il importe donc qu'elles soient exposées de la manière la plus naturelle, sans être étouffée par des ornements qui les dissimuleraient et même qui pourraient les défigurer. Le mode d'expression qui lui convient le mieux est en somme celui dont on use dans la comédie, à cause de sa limpidité, avec plus ou moins de force selon la gravité des vices que le poète a entrepris de corriger, et selon le degré de virulence qu'il veut mettre dans ses attaques. « Il pourra parler, dit Domairon19, sur un ton sérieux, caustique et mordant, ou sur un ton léger, plaisant et badin ; se déchaîner avec force contre le vice, ou se borner à une simple raillerie. Dans le premier cas, il doit employer un style ferme, plein et nerveux ; dans le second, un style fin, agréable et enjoué, mais toujours simple, naturel et facile, parce que le style de la Satire est le plus conforme au style ordinaire ».

  • 20 Abbé Batteux, T. II, p. 204 : « Nos satiriques français ne se sont servis que de l'alexandrin » ; (...)

16Ce qu'écrivent les critiques de la versification qui convient à ce genre est très loin d'être exact. À les en croire, le seul mètre en usage serait l'alexandrin20. Or l'examen des textes prouve le contraire. Les Philippiques, de Lagrange-Chancel, dirigées contre le Régent, sont des espèces d'odes en dizains d'octosyllabes. A. Chénier a eu recours à une forme spéciale, l'ïambe, qui consiste dans l'alternance d'un vers long et d'un vers plus court. Voltaire s'est servi tour à tour du décasyllabe à rimes plates, du décasyllabe à rimes mêlées, et même de l'heptasyllabe à rimes mêlées. L'Ombre de Duclos, de La Harpe, est en décasyllabes. D'autres poètes il est vrai, tel Gilbert, n'ont employé que l'alexandrin ; mais ce n'est point là, tant s'en faut, une loi qui ne souffre point d'exceptions. D'ailleurs, dans tous les genres satiriques, la liberté métrique est chose tout à fait habituelle.

  • 21 Abbé Batteux, T. IV, p. 193.
  • 22 Marmontel, El. de Litt., au motEpigramme, T. III, p. 229. L'indignation de Domairon (p. 44) n'e (...)

17L'Épigramme tient une grande place dans la production du xviiie siècle. C'est une invective de dimensions beaucoup plus réduites que la Satire et d'un venin plus concentré. On ne se souvient plus guère de ce qu'elle désignait primitivement. L'abbé Batteux et le Dictionnaire de Trévoux sont les seuls à rappeler que ce mot avait anciennement un autre sens : « L'Epigramme, dit le premier21, était autrefois la même chose que ce que nous appelons aujourd'hui Inscription. Elle se gravait sur les frontispices des temples, sur les monumens, sur les édifices publics, etc. Celles qui se mettaient sur les tombeaux furent nommées Epitaphes ». Cette conception a été définitivement remplacée par la conception moderne, qu'ont fait prévaloir Boileau et le P. Mourgues. Pour tout le monde, l'Épigramme se reconnaît à deux traits qui en sont inséparables : la brièveté et la pointe brillante qui la termine. Plus encore que la Satire, elle tombe volontiers dans la diffamation personnelle, ce qui est un moyen de piquer la curiosité du public et d'alimenter sa malveillance : elle atteint d'autant mieux ce résultat qu'elle est très courte et se grave très facilement dans la mémoire. « Lorsqu'elle est mordante, a dit Marmontel22, il est rare qu'elle ne soit pas odieuse ; et si à la diffamation elle joint la calomnie, elle est atroce. L'écrivain qui en fait son talent ressemble trop à un chien enragé pour ne pas mériter d'être traité de même. Autant le talent de tourner une Epigramme injurieuse est commun, vil, méprisable, autant celui de rendre un éloge piquant, par un tour épigrammatique, est rare, exquis et précieux ». Mais l'Épigramme n'est pas faite pour l'éloge, ou bien alors elle porte un autre nom, et comment résister, quand on est homme de lettres, à la tentation de lancer une flèche empoisonnée à un ennemi qu'on déteste ? La protestation de Marmontel est restée vaine.

18L'Épigramme peut traiter toute espèce de sujets, nous disent les théoriciens, railler des travers personnels ou servir a la critique littéraire, bien entendu sans longs discours. Tout son sel réside dans sa pensée dernière, que l'on appelle la ”pointe” ou lachute de ce poème. Cette pensée doit être vive, nette, et caustique. C'est par elle que l'auteur démontre sa virtuosité, et c'est là que le public l'attend. La cuirasse de l'adversaire n'a-t-elle qu'un tout petit défaut, c'est là qu'il faut lancer le javelot avec une sûreté telle que la blessure soit meurtrière. Lebrun, qui s'y connaissait, l'a dit avec beaucoup de justesse :

L'Epigramme est un jeu d'escrime :
L'adresse à la force s'y joint.

19Le poison est d'autant plus actif qu'il est moins dilué ; l'Épigramme est d'autant plus redoutable qu'elle est plus courte. Ici se pose la question de la longueur qu'elle peut avoir. Quelques-uns qui pensent encore aux exemples qu'a donnés Marot, sont favorables au dizain, dont Lebrun a fait l'éloge :

J'aime parfois l'Epigramme en distique,
Bon mot rapide en deux vers échappé ;
J'aime encor plus le dizain marotique,
Son coup plus sûr et son dard mieux trempé.
Léger distique à peine vous effleure ;
D'un bon dizain le trait profond demeure.
L'un, de l'esprit est le brillant stylet,
L'autre au génie offre une arme virile.
D'un bon dizain Rousseau vous enfilait :
Un bon dizain est la lance d'Achille.

20Deux vers sont d'ailleurs un minimum, et dix un maximum que plusieurs critiques poussent jusqu'à quinze. Entre ces limites extrêmes le choix des poètes reste libre. Voici un cinquain d'Imbert, assez condensé, Contre un Homme laid qui se croyait beau :

Il est certain ruisseau, miroir trop peu flatteur,
Qui peint aux yeux, sans artifice,
Et les attraits, et la laideur.
Fuis ce miroir ; en s'y voyant, Narcisse
Mourut d'amour, tu mourrais de frayeur.

21Mais c'est par le moyen du distique que le xviiie siècle a réalisé ses plus incontestables chefs-d'œuvre. Nul n'ignore celui-ci, asséné comme un coup de massue par Baour-Lormian :

Lebrun de gloire se nourrit.
Aussi voyez comme il maigrit.

22Ce trait serait mortel s'il n'était dépassé en méchanceté par la réplique de Lebrun lui-même, elle aussi sans bavure :

Sottise entretient la santé :
Baour s'est toujours bien porté.

  • 23 Abbé Mallet, Poëtes,. I, p. 205 ; Sabatier de Castres, au motEpigramme.
  • 24 Abbé Joannet, T. III, p. 11.

23Les mètres employés sont très divers. L'abbé Mallet et Sabatier de Castres conseillent le décasyllabe, comme étant « le plus propre au badinage, à la naïveté, ainsi qu'à la narration et au dialogue, qui font souvent partie de l'Epigramme »23. Guichard et d'autres poètes ont eu recours au distique d'alexandrins. J.-B. Rousseau, considéré comme un modèle dans ce genre, s'est servi de décasyllabes à rimes mêlées, sauf dans un seul cas où il a fait appel à l'octosyllabe. Voltaire a secrété son venin dans quelques pièces en vers libres, ce qu'a fait également Ruthière ; mais il a usé également du décasyllabe et de l'octosyllabe soit en rimes plates, soit en rimes mêlées ; certaines de ses épigrammes, d'une longueur peu commune, Les Pour, Les Que, Les Qui, Les Quoi, Les Oui, Les Non, sont distribués en quatrains. La plupart de celles qu'il a écrites sont isométriques, bien qu'il n'ait pas dédaigné la forme hétérométrique, que d'autres ont cultivée comme lui. En somme toutes les combinaisons sont permises : « On est libre pour la mesure des vers et pour l'ordre des rimes », se contente de dire l'abbé Joannet24.

  • 25 Idem, T. III, p. 8.
  • 26 Abbé Batteux, T. IV, p. 219 ; le P. Buffier, Abrégé, p. 512 ; Poëtique françoise, T. II, p. 344 ; (...)

24Le Madrigal, qui avait été l'objet d'un véritable engouement au xviie siècle, a perdu pour ainsi dire tout son prestige et se survit à lui-même. Il ne mène qu'une existence très effacée au milieu des autres genres. Cela ne veut pas dire qu'il ait complètement disparu, car les manuels de littérature le mentionnent encore et on en rencontre encore quelques exemplaires, disséminés çà et là dans les recueils de poésie. Le président Hénault, Bernis, Boufflers par exemple l'ont cultivé, mais sans manifester pour lui une prédilection particulière. Il importe pourtant de lui faire ici une petite place, bien qu'il n'ait rien de satirique, tout au contraire. Mais la plupart des critiques le rattachent à l'Épigramme, avec laquelle il possède au moins un caractère commun, qui frappe à première vue : celui de la brièveté. « Quoique les Anciens, déclare l'abbé Joannet25, n'ayent point de terme qui réponde au Madrigal, cependant les pièces de poësie qui parmi nous portent ce nom ne leur étoient point inconnues ; en effet, à ne parler que des poëtes latins, ne trouve-t-on pas parmi les épigrammes de Martial, dans les poësies de Catulle, quelques petites pièces qui, pour le nombre des vers, excèdent à peine celui de sept ou huit, auquel se forme ordinairement l'Epigramme, pièces dont le caractère est noble ou enjoué, dont la matière est gracieuse ou galante, dont la pensée est moins subtile, moins piquante que brillante et délicate, et certainement nous n'avons pas une autre idée du Madrigal... L'expression en doit être polie, le tour noble, la pensée fine et délicate, et la moindre licence en est absolument bannie ». D'autres auteurs, l'abbé Batteux, le P. Buffier, la Poëtique française à l'Usage des Dames, Voltaire, Restaut, de Wailly, Domergue, Domairon insistent sur cette parenté26.

  • 27 Sabatier de Castres, au motMadrigal.

25On pourrait définir le Madrigal comme une épigramme louangeuse, ce qui n'est pas en contradiction avec ce qu'a écrit Boileau à son sujet. Il suit de là que ce poème se signale par la politesse et la distinction de son style, toujours galant, aimable, noble, et d'où la moindre pensée mordante, le moindre mot caustique sont forcément exclus. Il est bon que le Madrigal se termine par quelque trait ingénieux et brillant, mais à la conditon qu'on y exprime quelque compliment ou quelque sentiment de tendresse ; il a, dit l'abbé Batteux, « une pointe toujours douce, gracieuse, qui n'a de piquant que ce qu'il lui en faut pour n'être pas fade ». À la différence de l'Épigramme, il ne se réduit jamais à la dimension d'un simple distique ; mais il peut consister dans un quatrain. Dans sa forme la plus longue, il peut atteindre douze vers selon le P. Buffier, quinze selon Sabatier de Castres27, tandis que Restaut lui en accorde dix-sept. Ici encore le mélange des rimes et la mesure des vers sont ad libitum, comme il est indifférent que le poème soit isométrique ou hétérométrique. Desforges-Maillard a quelquefois employé le vers libre : en d'autres circonstances il s'est servi d'une suite de strophes ; l'un de ses madrigaux, Le Départ douloureux, se compose de cinq quatrains d'alexandrins à rimes alternées.

  • 28 Abbé Batteux, T. II, p. 266.

26L'Épître est l'un des genres qui sont le plus largement représentés au xviiie siècle, parce que ses limites ne sont pas étroitement fixées et qu'on peut y traiter tous les sujets qu'on veut. « Sa matière, dit l'abbé Batteux28, est d'une étendue qui n'a point de bornes. On peut, sous le titre qu'elle porte, louer, blâmer, raconter, philosopher, disserter, enseigner ». La conception qu'on en a ne diffère pas de celle que s'en était faite le xviie siècle. Ce qui la caractérise, c'est qu'elle est essentiellement une lettre en vers et qu'elle est toujours adressée à quelqu'un. Cette règle de présentation extérieure mise à part, aucune prescription ne vient contraindre le poète, qui disserte sur tout ce qui lui plaît, sauf qu'il se laisse guider par l'exemple et par l'usage, mais sans aucune obligation. Elle n'est pas très différente du Discours en vers, lui aussi fort à la mode à la même époque et qui jouit de la même liberté. Ce qui l'en sépare, c'est que le Discours ne suppose pas un destinataire unique qui est censé lire tout seul la pièce écrite pour lui ; il repose au contraire sur cette convention, parfois pratiquement réalisée, qu'il a été composé pour un groupe d'auditeurs, pour une assemblée devant laquelle il sera prononcé, et qui en prendra connaissance en l'écoutant. Pour le reste, les deux genres se confondent et sont la plupart du temps réunis par les critiques.

  • 29 Poëtique françoise à l'Usage des Dames, T. II, p. 318.
  • 30 Ibidem, ib., p. 314.

27À certains égards, l'Épître peut être rangée parmi les poèmes diadactiques, puisque l'auteur y soutient toujours une thèse qui lui paraît juste, ou qu'il y expose le résultat de ses réflexions. L'Héroïde n'est que l'un de ses aspects. Elle déborde aussi sur l'Élégie, dont « elle sçait exprimer avec grace et d'une maniere intéressante les mouvemens tendres et touchans »29. Elle s'élève parfois, ainsi que le rappelle Gaillard, jusqu'à la sublimité du poème épique : « Quoi de plus brillant, de plus pompeux, de plus sublime, que la fameuse description du passage du Rhin, dans la quatrième Epître de M. Boileau ? »30. Parfois elle n'est réellement qu'une lettre qui roule sur les événements les plus communs de la vie et qui en raconte les incidents journaliers. Mais le plus souvent elle est critique, parce qu'on y discute de morale ou de littérature, selon le tour qu'elle avait pris généralement depuis Vauquelin de la Fresnaye. C'est par ce côté qu'elle touche à la Satire, avec laquelle elle finit bien souvent par se confondre :

  • 31 Hardion, T. III, p. 108.

28« Le but de l'Epître en vers, déclare Hardion31, doit être d'enseigner la vertu et de perfectionner la raison. Elle embrasse la morale chrétienne, les devoirs de la vie civile, les préceptes du bon goût si utile pour répandre dans la société la douceur des mœurs et la politesse du langage. Elle fait l'éloge des princes, des hommes vertueux et de ceux qui se distinguent par de grands talens. Ce sont des exemples qu'elle met devant les yeux, et la manière dont elle les présente invite à les imiter ».

  • 32 Abbé Batteux, T. II, p. 266.

29Les règles du style qui lui convient, nous dit l'abbé Batteux32, sont celles du style épistolaire. On y veut de la simplicité, de la vivacité, des traits d'esprit. On recommande d'y éviter les grandes périodes et les expressions forcées. Mais tout de même on n'y parle pas comme en prose : « Qu'elle ait au moins, conseille Batteux, un degré ou de force, ou d'élégance, en un mot, un degré de soin au-dessus de celui qu'elle aurait si on ne l'eût mise en prose ». Sans doute reconnaît-on qu'elle s'accommode surtout du style tempéré, « le style des fleurs, des sentimens, de la délicatesse et de l'harmonie », comme le déclare l'auteur de la Poëtique françoise. Mais, comme elle s'attaque à tous les sujets, son ton s'élève ou s'abaisse, il varie avec l'inspiration du poète et même avec la dignité de la personne à laquelle il s'adresse. Ainsi le sublime peut succéder au familier et au badin, tandis qu'en certains passages fleurissent les images, les belles descriptions, et les narrations les plus vives ; ailleurs des développements sérieux se font remarquer par leur fermeté, et même quelquefois par leur force. Il faut se garder surtout de tomber dans la monotonie.

30À la variété du fond et de la forme correspond nécessairement celle de la versification. Elle est laissée au choix de l'écrivain, qui tâche de la mettre d'accord avec le sujet qu'il traite. Le grand alexandrin à rimes plates jouit d'une vogue qu'il doit à l'exemple donné par Boileau. C'est à lui qu'ont eu recours Louis Racine, Bernis, La Harpe, l'abbé de Voisenon, Colardeau, Ducis, A. Chénier, M.-J. Chénier, Luce de Lancival et bien d'autres poètes. Des épîtres en décasyllabes à rimes plates ou à rimes mêlées se rencontrent chez J.-B. Rousseau, Gentil-Bernard, Colardeau, Bertin. L'octosyllabe, très rarement à rimes plates, le plus souvent à rimes mêlées et quelquefois à rimes croisées, a été pratiqué par Desforges-Maillart, Grécourt, Gentil-Bernard, Lemierre, Bernis, Barthe, Dorat, Bonnard. C'est de l'heptasyllabe à rimes mêlées que s'est servi Piron dans son Epître à Mlle Chéré. Le président Hénault a construit son Epître de Psyché à l'Amour en quatrains composés de trois alexandrins et d'un octosyllabe à rimes croisées. Le vers libre a reçu l'hommage de Barthe, de Sedaine, de Boufflers, de Ducis, de Dorat, de Bonnard, sans parler des noms qu'on pourrait ajouter aux leurs. Saint-Lambert a employé la strophe libre dans la pièce Chloé, ce badinage tendre, et il n'est pas le seul à l'avoir fait. Enfin quelques écrivains ont mélangé la prose aux vers. Si l'on considère ces énumérations de poètes, on constate que le plus souvent chacun d'eux ne s'en est pas tenu à une seule forme. Voltaire par exemple s'est servi tour à tour de l'alexandrin à rimes mêlées, du décasyllabe à rimes plates ou à rimes mêlées, de l'octosyllabe à rimes mêlées, du vers libre, et une seule fois, dans un poème dédié au marquis de Villette, de strophes libres.

  • 33 Demandre, T. I, p. 406.
  • 34 Abbé Joannet, T. III, p. 94.
  • 35 Sabatier de Castres, au motEpître.

31Quelques critiques ont essayé d'expliquer ce chaos, et de rattacher la forme versifiée à l'inspiration du poète, en classant les mètres d'après le rapport qu'ils pouvaient avoir avec les sujets traités. Demandre se borne à une brève indication33 : il désire l'alexandrin à rimes plates pour les sujets élevés, le décasyllabe pour les sujets satiriques, l'octosyllabe pour les sujets gracieux, le vers libre pour ce qu'il y a de moins noble. Il a été précédé en cela par l'abbé Joannet34, qu'a suivi également Sabatier de Castres35. C'est celui-ci qui se livre à ce propos aux développements les plus étendus. Au sommet du genre vient l'Épître en vers héroïques, « qui approche beaucoup de la Satire, parce qu'elle renferme toujours une critique des mœurs ou d'ouvrages d'esprit ». Il met à la seconde place l'Épître en décasyllabes, bien qu'elle ne diffère guère de la précédente ; il en donne comme modèle la pièce de Gresset adressée à sa Muse et Les Charmes de l'Etude de Marmontel ; mais parfois, dit-il, le poète y prend un ton plus âpre : « philosophe pour le fond, il bannit la gravité de l'extérieur philosophique : vrai Démocrite, il se fait un plaisir de considérer le citoyen ridicule ou le mauvais auteur, pour faire rire de ses défauts et en divertir un ami ou l'auteur lui-même ; ses réflexions sentent presque toujours le badinage, mais souvent un badinage amer... Ces sortes d'ouvrages sont peut-être plus satyriques que la Satyre elle-même, parce qu'ils sont toujours plus mordans... Le style de ces pièces est dans le goût marotique ». Le troisième rang appartient à l'Épître en octosyllabes, qui n'a jamais rien d'apprêté et qui se recommande aux poètes à cause de la liberté qu'elle laisse à la rime. Tout en bas de l'échelle se trouve l'Épître mêlée de prose, celle qui se rapproche le plus du caractère de la lettre proprement dite, celle qui a le moins de prétentions, qui peut tout dire sur un ton tantôt cinglant, tantôt badin, sans ornements poétiques : dans ce genre ont excellé Bachaumont, Chapelle, Hamilton, Chaulieu et Voltaire.

Notes

1 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.

2 Léonard, Discours sur l'Humanité, poème philosophique ; M.-J. Chénier, Discours sur la Calomnie ; Discours sur l'Intérêt personnel ; Discours sur les Entraves données à la Littérature ; Discours sur la question si l'Erreur est utile aux hommes.

3 Abbé Batteux, T. II, p. 168 sq.

4 Autre attaque de M.-J. Chénier dans son Discours sur les Poèmes descriptifs (1805), où il adresse tout de même quelques compliments à Delille, qu'il place au même rang que Thomson et Saint-Lambert. Mais il condamne ses imitateurs, qui ont la fureur de décrire sans cesse, sans réussir à peindre, et il lance cet appel aux poètes :
Préservez vos écrits de ce goût insensé
Produit par l'ignorance et par elle encensé.

5 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.

6 Précis, p. 251.

7 Jaucourt, Encyclopédie, au motPoëme didactique.

8 Idem, ibid. Il pense au meurtre de César, au commencement du règne d'Auguste, à l'épisode d'Aristée, à l'histoire d'Orphée et d'Eurydice.

9 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.

10 Demandre, T. II, p. 108.

11 D. Mornet, Sentiment de la Nature p. 390.

12 Marmontel, El. de Litt., au motDidactique, T. II, p. 499.

13 Sabatier de Castres, au mot ”Didactique”.

14 Idem, ibid.

15 Le P. Buffier, Traité phil. et pratique de Poësie, p. 466.

16 Abbé Batteux, T. II, p. 210. Jaucourt (Encyclopédie, au motSatire) et Sabatier de Castres répètent ce qu'a dit Batteux. Le Dictionnaire de Trévoux, au même mot, définit la Satire comme « une espèce de poème épique (sic) ».

17 Abbé Joannet, T. III, p. 88.

18 Voltaire, Mémoire sur la Satire, T. XLVI, p. 295.

19 Domairon, p. 99.

20 Abbé Batteux, T. II, p. 204 : « Nos satiriques français ne se sont servis que de l'alexandrin » ; abbé Joannet, T. III, p. 90 : « Les vers de douze syllabes sont seuls en usage dans la Satire proprement dite ».

21 Abbé Batteux, T. IV, p. 193.

22 Marmontel, El. de Litt., au motEpigramme, T. III, p. 229. L'indignation de Domairon (p. 44) n'est pas moins vive : « Le genre de l'Epigramme, dans l'acception qu'on donne communément à ce mot, est trop dangereuse et apporte d'ailleurs trop peu de gloire pour qu'on ne doive pas se l'interdire sévèrement. Il n'appartient qu'à un esprit méchant et à un cœur corrompu d'attaquer les personnes et de rimer des obscénités ».

23 Abbé Mallet, Poëtes,. I, p. 205 ; Sabatier de Castres, au motEpigramme.

24 Abbé Joannet, T. III, p. 11.

25 Idem, T. III, p. 8.

26 Abbé Batteux, T. IV, p. 219 ; le P. Buffier, Abrégé, p. 512 ; Poëtique françoise, T. II, p. 344 ; Voltaire, Dict. phil., au motEpigramme, T. XLVI, p. 473 ; Restaut, p. 499 ; de Wailly, p. 537 ; Domergue, p. 305 ; Domairon, p. 46.

27 Sabatier de Castres, au motMadrigal.

28 Abbé Batteux, T. II, p. 266.

29 Poëtique françoise à l'Usage des Dames, T. II, p. 318.

30 Ibidem, ib., p. 314.

31 Hardion, T. III, p. 108.

32 Abbé Batteux, T. II, p. 266.

33 Demandre, T. I, p. 406.

34 Abbé Joannet, T. III, p. 94.

35 Sabatier de Castres, au motEpître.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter