Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IX

 | 
Georges Lote

Première section. Les genres littéraires

Chapitre III. La Poésie élégiaque et la Poésie bucolique

Texte intégral

I. L'ÉLÉGIE

  • 1 Rémond de Saint-Mard, p. 149 ; Leblanc, p. 25.

1Ce genre rencontre au xviiie siècle une certaine opposition1. Rémond de Saint-Mard le trouve monotone et parfaitement insipide. Leblanc en blâme la fadeur et les détails conventionnels, où reparaissent toujours les mêmes clichés : « On n'y parle que d'ombrages frais et de gazons verdoïans. L'aurore brillante et vermeille ou pâle et mourante ouvre toujours la scène, et Morphée la termine. Les oiseaux en sont souvent les acteurs. Les ruisseaux, qui partagent la peine par leur murmure plaintif, les arbres, qui témoignent leur sensibilité par l'agitation de leurs vertes feuilles, voilà les épisodes ». Le malin Piron a lui aussi raillé les plats lieux communs auxquels se complaisaient les poètes élégiaques :

C'est une Amarillis dont l'éclat sans pareil
Est toujours préférable à l'éclat du soleil,
Que son Mirtil attend sur l'herbette et la mousse.
Doux moment ! moment doux ! que ta douceur est douce !
(Les Fils ingrats)

  • 2 Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Elégie” ; Michault, préf., p. XII.

2Cependant l'Élégie, malgré ce qu'ont pu dire ces esprits chagrins, a conservé la faveur du public. Jaucourt la met directement au-dessous de la poésie dramatique. Michault, en invoquant le jugement des meilleurs maîtres, lui assigne la première place après les grands poèmes2. Très cultivée encore sous l'Empire et pendant la Restauration, elle jouit d'une vogue qui durera jusqu'à l'avènement du romantisme.

  • 3 Millevoye, Sur l'Elégie.

3D'un consentement unanime, elle n'est point caractérisée par sa forme, dont il sera parlé plus loin. Elle l'est au contraire par les sentiments qu'elle exprime, au sujet desquels s'élèvent cependant quelques discussions, et par le ton qui lui appartient. Sur ce dernier point, tout le monde est d'accord. C'est essentiellement un genre mélancolique et modéré, où s'exhalent des émotions personnelles. Il se signale par la simplicité des passions qui animent ses personnages. Il n'y faut donc pas d'ornements ambitieux. Les descriptions en sont exclues, sauf d'une manière accessoire et à condition qu'elles soient courtes ; mais jamais elles ne doivent y prendre les proportions qu'on donne ordinairement à des morceaux de bravoure. De même il est interdit d'y élever la voix avec trop d'éclat, bien que les soupirs et les exclamations y soient admis. Point d'éloquence tendue, point de pathétique forcené ni de déclamations véhémentes, bien que la douleur puisse y faire entendre des accents assez vifs ; rien de guindé ni de trop violent. Ce que le genre réclame au contraire, c'est un langage plein de douceur et de mollesse, d'où sont absents les mots pompeux tout autant que les mots vulgaires ; en particulier le poète ne doit emprunter ni à l'épopée ni à l'ode ce qui fait la majesté de leur style. Il emploiera au contraire des tours galants et des expressions délicates ; il écrira avec grâce et avec élégance ; au besoin il donnera même à ses phrases un faux air de négligence pour paraître plus naturel et plus naïf. Ces préceptes reparaissent chez tous les critiques. « Les sujets passionnés ne conviennent pas moins à l'Élégie, mais ils ne peuvent franchir un certain degré d'exaltation sans sortir des bornes prescrites, déclare encore Millevoye3. Les éclats de la fureur, les cris du désespoir lui sont interdits ; ils détruiraient le charme de la tristesse. Tel admirable monologue de nos tragédies ne formeront qu'une Élégie assez ridicule. Si la vérité, si le naturel font l'essence de toute poésie, où doivent-ils dominer si ce n'est dans une sorte d'ouvrage où il faut que le cœur parle seul ? La recherche, la déclamation, défaut partout condamnable, y seraient des vices odieux. L'esprit même, non cet esprit qui, nécessaire au talent, préside à l'ordonnance de ses travaux en rapprochant des rapports éloignés, mais les saillies, les brillantes vanités du style, y rappelleraient le pulcher assuittur pannus dont parle Horace, et le non erat his locus ».

4Ce qui embarrasse beaucoup les critiques, c'est la définition que Boileau a donnée de l'Élégie, car on y trouve ce vers qui suscite des polémiques :

Elle peint d'un amant la joie ou la tristesse.

5Or la joie peut-elle être de son ressort ? Leblanc ne le pense pas et Demandre pas davantage. Celui-ci met à sa disposition « les pleurs, les plaintes, les douleurs, les chagrins, les craintes et les regrets qui suivent les amants », mais rien de plus. D'autres cependant, pour venir à bout de la difficulté, et tout en maintenant à l'Elégie son caractère de poème mélancolique, admettent que sous certaines conditions il lui est permis d'exprimer quelque allégresse : elle peut par exemple vanter les douceurs de l'amour, raconter l'enivrement qu'ont ressenti des amants au temps d'une félicité qui n'est plus, et rappeler leur bonheur disparu : pourtant les accents de la tristesse devront dominer, et même ils profiteront de cette opposition. Telle est la solution conciliante que Michault propose à ses lecteurs. D'autres n'abordent même pas la question et acceptent la formule de Boileau sans la discuter : aux poètes de faire ce qu'il leur plaira, pourvu qu'ils trouvent les notes attendrissantes que commande le genre.

  • 4 Marmontel, El. de Litt., au motElégie, T. III, p. 102.
  • 5 Abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 131.

6Ce genre est tout de même assez libre, car il a le droit, selon les sujets qu'il traite, de prendre des tons variés. On peut concevoir l'Élégie comme un poème funèbre, comme une déploration sur la mort d'un ami, d'un prince ou d'un héros. Marmontel4, qui lui permet des accents héroïques, pense sans doute à ce dernier cas, tandis que la plupart des critiques lui défendent la pompe, l'austérité, la gravité : Michault fait remarquer que les héros ne se plaignent pas. D'ailleurs Boileau, en la peignant sous les traits allégoriques d'une femme en deuil, ne l'a pas autorisée à emprunter la voix grandiloquente de la muse de l'épopée. On peut la concevoir aussi comme un poème consacré à l'amour malheureux, pourvu qu'elle évite les accès de colère et de fureur que l'abbé Mallet consentirait à lui accorder5 : le violent désespoir de Didon n'y saurait trouver place. C'est surtout sous cet aspect qu'on la cultive au xviiie siècle, et le duc de Nivernais, en 1743, insiste pour qu'on lui conserve un caractère tendre et discret dans les plaintes sentimentales qu'on lui fait répandre. Cependant elle évolue au cours des années, selon la juste remarque qu'a faite H. Potez : d'abord amoureuse et galante, elle devient lugubre sous l'influence de Young, tandis qu'elle se ressent d'autre part de l'exemple de Gessner pour se faire sensible et larmoyante avec des poètes comme Berquin et Léonard.

7Mais où commence-t-elle et où finit-elle ? Dans quelles limites peut-on l'enfermer, et à quels signes peut-on la reconnaître ? Du moment que ce sont des plaintes et des gémissements qui la caractérisent et qu'elle nous révèle sa nature par le ton qu'elle prend, sans aucun autre trait qui puisse nous la révéler clairement, il est évident d'avance que ce ton peut s'insinuer partout. On a vite fait de constater que beaucoup de poèmes qui portent un autre titre sont en réalité des élégies. C'est ce nom qu'on pourrait donner aux Héroïdes d'Ovide, l'un des maîtres du genre, qui les a présentées comme des lettres en vers. Donc l'Élégie touche à l'Épître, comme l'écrit Leblanc : il reprend ainsi l'ancienne définition de Sebillet, de Jacques Pelletier du Mans, de de Laudun d'Aigaliers et de Colletet ; d'ailleurs Fontenelle a écrit quatre Lettres à l'imitation des Héroïdes d'Ovide dont l'inspiration est nettement élégiaque. On en jugera par ces quelques strophes dans lesquelles Cléopatre s'adresse à Auguste :

Je le sens bien, Seigneur, je me suis égarée :
J'ai trop dit que César a vécu sous mes loix ;
Bientôt vous me verrez pâle et défigurée,
Et vous condamnerez son choix.
Mais si le grand César souhaita de me plaire,
Mes jours couloient alors dans la prospérité.
Le sort, vous le savez, favorable ou contraire,
Décide aussi de la beauté.
Si de ces heureux jours je revoyois l'image,
Si mes larmes touchoient le ciel ou l'empereur,
Peut-être... Mais, hélas ! quel retour j'envisage !
D'où me vient cette douce erreur ? (IV)

  • 6 Abbé Batteux, T. III, p. 268 sq.
  • 7 Poët. franc., T. II, p. 304.
  • 8 L. Gorsse, p. XVII.

8L'abbé Batteux, en rappelant l'ode de Malherbe à du Périer, pense que l'Elégie n'est pas sans rapports avec la poésie lyrique6. L'auteur de la Poëtique françoise à l'Usage des Dames trouve qu'elle a des liens de parenté avec la tragédie, sauf qu'elle est dépourvue d'intrigue et d'action. Leblanc rappelle que la tragédie racinienne, Bérénice particulièrement, en est profondément pénétrée7. L. Gorsse publie en 1805 un long poème en plusieurs chants, intitulé Sapho, où il a cherché, nous dit-il dans sa préface, un compromis entre le drame, l'épopée et l'élégie : « De tout temps, l'Élégie fut en droit de peindre la joie ou la tristesse des amans ; nul genre de composition ne pouvoit donc mieux convenir que le genre élégiaque à un sujet qui roule uniquement sur l'amour... J'ai pensé cependant qu'il falloit donner aux élégies qui peindroient les diverses crises de l'amour de Sapho, un lieu commun qui les fît rapporter à un objet principal, en sorte qu'il en résultât un effet dramatique8.

9Mais c'est surtout vers l'Églogue que s'oriente l'Élégie, et c'est elle de préférence qu'elle tend à envahir. Non pas que toute Églogue soit forcément élégiaque, mais les personnages qu'elle met en scène ne sont pas des héros, ce qui promet que leur tristesse conservera un ton modéré et que leurs plaintes ne dégénéreront point en criailleries stridentes. Ce mélange s'est produit en Italie, comme on peut s'en convaincre en lisant les idylles du cavalier Marin. Il est donc tout naturel que les Français suivent cet exemple. A. Chénier, parmi tant d'autres poètes, s'est laissé emporter sans résistance. Il n'a pas été tenté par la poésie épique, nous dit-il,

Mais la tendre Elégie et sa grâce touchante
M'ont séduit : l'Elégie à la voix gémissante,
Au ris mêlé de pleurs, aux longs cheveux épars...
Oh ! je ne quitte plus ces bosquets enchanteurs
Où rêva mon Tibulle aux soupirs séducteurs,
Où le feuillage encore dit Corinne charmante,
Où Cynthie est écrite en l'écorce odorante,
Où les sentiers français ne me conduisaient pas. (Elégie à Lebrun)

  • 9 Abbé Joannet, T. III, p. 66.
  • 10 Michault, p. 144.

10Avant lui l'abbé Joannet avait fait ressortir les rapports du genre élégiaque et du genre bucolique : « L'ouvrage de poësie qui approche le plus de l'Eglogue est l'Elégie. Elles ne diffèrent souvent l'une de l'autre que par l'action. Une pièce pastorale est en effet une véritable Elégie dès que le sujet en est triste, surtout quand on lui a donné la forme narrative, forme plus particulièrement affectée à l'Elégie. Il est même si ordinaire de cacher sous une allégorie champêtre les événemens qui peuvent fournir des sujets à l'Elégie, et de transformer en bergers les acteurs qu'on y introduit et les personnes dont les malheurs en font le sujet, qu'on peut appliquer à cette pièce tout ce qui a été dit dans le chapitre précédent [qui traite de l'Eglogue] sur la scène, les mœurs et le ton qui conviennent au genre pastoral9. Inversement beaucoup de poèmes portent le titre d'Elégie sans la moindre raison valable. À ce propos Michault présente une série d'observations dont les dernières surtout méritent d'être retenues : « Colletet reprend fort judicieusement Claude Turrin de nous avoir donné des Idiles et des Eglogues sous le nom d'Elégies ; il auroit dû tout au moins, dit-il, les appeler des Elégies pastorales. Les œuvres de Beys sont remplies de ces sortes de défauts : la plûpart de ses pièces ont des titres qui ne leur conviennent point : son Epître de Chimene à Tircis est une véritable Elégie. L'Elégie au contraire qu'il a faite sur le Virgile le travesti de Scarron n'est autre chose qu'une Epître, de même qu'on pourroit donner le nom d'Eglogue à l'Elégie qu'il a composée sur la ruine d'un laboureur. Celle que Carpentier de Marigny adresse à Maître Adam doit être mise au nombre des Satires, comme aussi plusieurs des pieces élégiaques du fameux menuisier de Nevers sont des éloges pompeux qui portent improprement le titre d'Elégies »10. Pour beaucoup de poètes la confusion est donc complète, mais les critiques dans leur ensemble s'en rendent parfaitement compte et s'en plaignent quelquefois.

  • 11 Leblanc, pp. 22-23.

11Ce qui favorise ces empiètements de l'Élégie sur les autres genres, c'est que sa versification n'est soumise à aucune règle fixe. Lorsqu'elle avait été introduite en France à l'époque de la Renaissance, on avait songé à lui conserver la forme du distique, à l'exemple de Properce, de Tibulle et d'Ovide, qui usaient d'un groupe de deux vers dont le premier était un hexamètre et le second, plus court, un pentamètre. Claude de Pontoux s'était servi de ce mètre, puis il avait été abandonné, généralement au profit de l'alexandrin, et Vauquelin de la Fresnaye avait pris le parti de la liberté. Au xviiie siècle quelques poètes ont essayé de faire revivre le distique des Anciens et de lui trouver un équivalent. Tandis que Claude de Pontoux avait fait alterner les vers de 12 et de 10 syllabes, Desforges-Maillard associe l'alexandrin et l'hexasyllabe, tandis que Fontenelle, dans la première des Lettres qu'il a imitées des Héroïdes d'Ovide a opté pour une succession d'alexandrins et d'octosyllabes groupés en quatrains. Mais cette forme ne réussit pas à s'imposer, car elle paraît contraire à la simplicité du style qui convient à l'Élégie. Leblanc blâme Ovide de s'en être servi, ce qui dépare des poèmes où l'auteur latin a trouvé par ailleurs le juste ton qui doit être celui de ce genre : « Le grand défaut que l'on puisse lui reprocher, c'est d'y avoir mis trop d'esprit... Chaque distique est terminé par une pensée saillante qui ressemble un peu trop à l'Epigramme : la nécessité de finir le sens de deux vers en deux vers pourroit bien y avoir contribué... J'avouërai que je pense la même chose des quatre Lettres en vers de M. de Fontenelle. Il s'est imposé le joug des Stances, et chacune semble exiger à la fin ce qu'on appelle une pensée. Comme élégies, je les trouverois défectueuses pour s'éloigner trop de la nature par tout l'esprit qu'il y a mis : je les admire comme des ouvrages où il n'a cherché qu'à faire briller son talent pour la poësie... Les Stances ne conviennent pas à la véritable Elégie »11.

  • 12 Abbé Batteux, p. 269.
  • 13 Michault, p. 135.
  • 14 Idem, p. 137.
  • 15 L. Gorsse, préf., p. XXIII.
  • 16 Millevoye, Sur l'Elégie.

12Les remarques de Leblanc, que l'abbé Batteux appuie en invoquant les mêmes raisons12, n'ont pas empêché certains poètes, Baculard d'Arnaud et Millevoye par exemple, de recourir quelquefois à la forme strophique. Cependant la plupart ont écrit des pièces isométriques selon des formules très variées. Comme on l'avait déjà tenté au xviie siècle, certains usent de l'octosyllabe, le plus souvent à rimes mêlées, que n'ont dédaigné ni Parny, ni Millevoye. Le décasyllabe, dont s'étaient servis Marot et Passerat, est très répandu : on le trouve notamment chez Bertin, Parny et L. Gorsse ; Michault le recommande : « Ce mètre, dit-il13, est sans doute celui qui pourroit le mieux y convenir, par rapport à la liberté qu'il laisse dans les enjambements. La douleur ne veut point être contrainte, et nous n'avons point de vers plus libre que celui-là ». Ici cependant Michault fait erreur, car il existe à son époque un vers encore plus libre que le décasyllabe : c'est le vers libre proprement dit, dont nombre de poètes, parmi lesquels il faut citer Bonnard, ont usé. Il note pourtant très exactement que l'alexandrin a pris dans l'Élégie une place prépondérante à partir de Ronsard, qui a surtout employé ce mètre, comme Desportes et Bertaut. Le grand vers l'emporte encore chez Segrais et chez Voiture sur le décasyllabe, dont Richelet, dans son Traité, constate la disparition progressive, d'ailleurs sans aucun regret. « Il est certain, déclare Michault, que toutes nos élégies se composent à présent en vers alexandrins, du moins nos meilleurs poëtes élégiaques n'en employent-ils point d'autres »14. Les alexandrins par conséquent abondent, très souvent à rimes mêlées, comme on en rencontre chez Bertin et Parny, tantôt à rimes plates, ce que conseille Demandre, comme on ne trouve des exemples chez Ecouchard-Lebrun, A. Chénier et M.-J. Chénier. Mais ils ne peuvent maintenir la suprématie que voudrait leur faire reconnaître Michault. Les décasyllabes reparaissent, et les octosyllabes, et les stances, et parfois même les distiques et les strophes. La forme de l'Elégie, qu'on n'a pu réussir à fixer, redevient incertaine. Ce qui le montre bien, ce sont les quatre livres de poèmes que Baculard d'Arnaud publie en 1751 : le premier, à l'exception de la première pièce, est en alexandrins, le second en décasyllabes, le troisième en strophes, le quatrième en vers libres, et, dans sa partie finale, de nouveau en alexandrins. L. Gorsse autorise en 1805 pleine liberté métrique : alexandrins, vers de dix syllabes, stances, rimes plates ou croisées15. Millevoye à son tour déclare que dans le genre élégiaque nulle règle ne force le poète d'adopter tel ou tel système de versification : « Nous ne sommes asservis à aucune mesure déterminée. L'oreille et le goût nous avertissent du mètre et du rythme commandés par le sujet. Que notre Elégie soit en grands ou en petits vers, qu'on la divise en stances, qu'on la coupe par des refrains, elle n'en est que plus variée »16.

II. L'HÉROÏDE

13Elle a pour parrain lointain Ovide, qui, sous ce titre, a écrit des lettres en vers dans lesquelles les femmes illustres de l'Antiquité racontaient leurs amours. Pénélope, Briséis, Hélène, Didon, Médée découvraient ainsi les secrets de leur cœur. À une époque plus récente, Pope, en Angleterre, avait composé une Epître d'Héloïse à Abélard ; elle fut imitée en 1758 par Colardeau dans un poème qui fit sensation, et pour lequel il reprit l'appellation dont s'était déjà servi Ovide. L'Héroïde, dont il fut en France le créateur, et qui jouit d'une certaine vogue dans la seconde moitié du xviiie siècle, est un genre assez difficile à classer. Domairon la considère comme une variété de l'Épître ; mais elle n'y tient que par un caractère tout à fait extérieur, celui d'une correspondance qui met en relations des personnages célèbres, avec cette particularité que ce n'est jamais le poète qui s'exprime pour son propre compte, mais qu'il fait parler une héroïne à laquelle il confie la tâche d'exposer ses sentiments. On observera en outre que dans ce nouveau genre la teinte satirique parfois si largement répandue dans l'Épître fait toujours défaut.

14Sans méconnaître cette parenté qu'il serait d'ailleurs difficile de nier, il semble bien que c'est ici, entre l'Élégie et la poésie bucolique, qu'il faut faire une petite place à l'Héroïde française, qui emprunte quelque chose des deux genres, mais qui se rattache surtout au premier. On y rencontre parfois des passages d'une inspiration champêtre, comme dans ces vers que Colardeau suppose sortis de la plume d'Héloïse :

Viens : ces arbres touffus, ces pins audacieux
Dont la cime s'élève et se perd dans les deux,
Ces ruisseaux argentés, fuyant dans la prairie,
L'abeille sur les fleurs cherchant son ambroisie,
Le zéphyr qui se joue au fond de nos bosquets,
Ces cavernes, ces lacs, et ces sombres forêts,
Ce spectacle riant, offert par la nature,
N'adoucit plus l'horreur du tourment que j'endure.
L'ennui, le sombre ennui, triste enfant du dégoût,
Dans ces lieux enchantés se traîne et corrompt tout.
Il sèche la verdure, et la fleur pâlissante
Se courbe et se flétrit sur sa tige mourante.
Zéphyr n'a plus de souffle, Echo n'a plus de voix,
Et l'oiseau ne sait plus que gémir dans les bois.

15Mais ce n'est pas là un fait constant, car beaucoup de poèmes décorés du même nom ne présentent rien qui rappelle l'Idylle ou l'Églogue. L'Héroïde au contraire est toujours élégiaque, parfois avec des tons qui rappellent ceux de la tragédie :

O mon cher Abailard ! peins-moi ma destinée !
Rappelle-toi le jour où, de fleurs couronnée,
Oui, prête à prononcer un serment solennel,
Ta main me conduisit aux marches de l'autel...
Je jurai de quitter le monde et ses plaisirs.
D'un voile obscur et saint ta main faible et tremblante
A peine avait couvert le front de ton amante,
A peine je baisais ces vêtements sacrés,
Ces silices, ces fers à mes mains préparés.
Du temple tout à coup les voûtes retentirent,
Le soleil s'obscurcit, et les lampes pâlirent ;
Tout le ciel entendit avec étonnement
Des vœux qui n'étaient plus pour mon fidèle amant !
Tant l'Eternel encor doutait de sa victoire !
Je te quittais... Dieu même avait peine à le croire.
Hélas ! qu'à juste titre il soupçonnait ma foi !
Je me donnais à lui quand j'étais toute à toi.
(Colardeau, Lettre amoureuse d'Héloïse à Abailard)

16Ces gémissements venaient en droite ligne d'Ovide. Colardeau ne s'en tint pas là, car il composa aussi une héroïde d'Armide à Renaud. Gilbert lui apporta du renfort dans une Lettre de Didon à Enée, où il refit le quatrième livre de l'Enéide, puis il alla chercher un sujet dans l'histoire contemporaine et écrivit une Lettre de la Marquise de Gange à sa mère en l'intitulant « épître-héroïde ». D'autres poètes, le président Hénault, La Harpe, Dorat, cultivèrent le même genre, que Népomucène Lemercier, en 1804, tenta de renouveler dans ses Hérologues ou Discours des Héros, où il abandonna le ton élégiaque pour prendre le ton lyrique.

  • 17 La Harpe, III, 5.

17Mais bientôt le public et les critiques se lassèrent. La Harpe a des paroles élogieuses pour Colardeau : « L'épître d'Héloïse à Abélard, dit-il17, ouvrage plein de charme et d'intérêt, malgré ses inégalités et ses négligences » ; mais il remarque déjà que « les héroïdes ont le défaut de se ressembler toutes par le sujet : ce sont toujours des amantes délaissées ». Millevoye, dans son Discours sur l'Elégie se montre très dur : « Tel admirable monologue de nos tragédies ne formerait qu'une élégie assez ridicule, semblable à ces amplifications connues sous le nom d'héroïdes, genre détestable et faux qui se retrouve à deux époques bien marquées de la décadence des Lettres ». La sentence est définitive.

18L'Héroïde s'écrit en alexandrins à rimes plates.

III. LA POÉSIE BUCOLIQUE

  • 18 La Motte, T. III, p. 290.

19On peut en distinguer plusieurs variétés : tantôt c'est le poète lui-même qui raconte, tantôt il met en scène des personnages qui conversent entre eux, de telle sorte que le poème prend un tour dramatique plus ou moins accusé. De là à en faire une œuvre théâtrale, il n'y a qu'un pas, ce que le xviiie siècle a déjà démontré. Au xviiie on continua d'écrire des pastorales destinées à la scène ; Fontenelle pour son compte en a composé deux : Enone, en trois actes, dont le dernier est incomplet, et Endimion, en cinq actes, avec chœurs et danses. Les pastorales d'opéra sont aussi nombreuses, et, comme les bergers restent à la mode pendant la période postclassique, ils envahissent aussi l'opéra-comique. Selon La Motte et l'abbé Batteux, la poésie bucolique, littérairement, peut se présenter sous trois formes différentes : « Le poëte, déclare le premier à propos de l'Eglogue18, s'y contente souvent de faire parler ses bergers, et alors elle est dramatique ; il y parle quelquefois lui-même et raconte un seul événement, et alors elle est épique ; enfin elle est quelquefois l'un et l'autre, quand le poëte amène ses personnages par une narration, ou qu'après les avoir fait parler, il ajoûte à leurs discours ses réflexions particulières ». Cependant les critiques, le plus souvent, ne retiennent que les deux premières de ces divisions et ne mentionnent pas la troisième.

  • 19 Abbé Batteux, t. II, p. 107 ; Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Pastorale”.
  • 20 Sabatier de Castres, au mot ”Idylle”.
  • 21 Abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 110.
  • 22 Fontenelle, T. V, p. 9.

20La grande question est de savoir ce qui doit être appelé Idylle et ce qu'on doit nommer Églogue. Elle a déjà été posée au xviie siècle. On y revient au xviiie, avec beaucoup d'insistance, et on essaie de la résoudre en se basant sur d'autres considérations que celles qui avaient guidé Colletet. « L'Eglogue ou Idylle », dit Demandre, qui montre ainsi que pour lui les deux termes sont équivalents. Mais les autres théoriciens s'efforcent de prouver qu'il y a là deux variétés d'un même genre et qu'elles sont séparées par des nuances assez apparentes. Non pas que la différence soit grande, au contraire, elle est minime, ainsi que le reconnaissent l'abbé Batteux, Jaucourt et le dictionnaire de Trévoux19. Mais enfin on a l'habitude de donner le nom d'Idylle aux poèmes pastoraux en récit, et celui d'Églogue à ceux qui ont la forme du dialogue : « L'Idylle, dit Sabatier de Castres20, est un petit poëme pastoral, qui diffère de l'Eclogue en ce qu'il est toujours un simple récit, et que l'Eclogue peut avoir la forme du dialogue ». L'abbé Mallet s'exprime plus nettement encore : « Dans l'Eglogue on fait dialoguer des bergers entre eux ; ce sont eux qui racontent leurs propres avantures, leurs peines et leurs plaisirs, qui comparent l'innocence et la douceur de la vie qu'ils menent avec les passions et les soucis dont la nôtre est traversée. Dans l'Idille au contraire, c'est nous qui comparons le trouble et les travaux de notre vie avec la tranquillité de celle des bergers et la tyrannie de nos passions avec la simplicité de leurs mœurs. Celle-ci même peut rouler tout entière sur une allégorie soutenue, tirée de l'instinct des animaux ou de la nature des choses inanimées »21. Cette distinction entraîne une importante conséquence, que font ressortir de Castres, Mallet et Joannet : c'est que l'Idylle, où parle le poète, admet des sujets plus relevés et un style plus élégant, tandis que l'Églogue doit être plus simple dans son fond et dans son expression, à cause de l'humble condition des bergers qui y jouent un rôle, et qui, par définition, ignorent les finesses du beau langage. Quant à savoir si l'Idylle l'emporte sur l'Églogue ou inversement, c'est ce qu'il est difficile de dire. Les pièces en dialogue, selon Rémond de Saint-Mard, ne sont que des conversations ; on paraît préférer les pièces en récit, à condition qu'on puisse y découvrir, comme le désire Roy, l'esquisse d'une comédie. Mais pratiquement Idylle et Églogue peuvent prendre un caractère dramatique, si bien qu'à la fin du xviiie siècle les deux mots sont employés l'un pour l'autre. Mais l'abbé Joannet, dès 1752, s'est plaint que les poètes se montraient peu scrupuleux sur le titre qu'ils donnaient à leurs œuvres bucoliques22.

  • 23 Fontenelle, T. V, p. 9.
  • 24 La Motte, T. III, p. 285.

21On sait déjà que, depuis les origines, les bergers qui y figurent ne sont pas de vrais bergers, mais des êtres artificiels, qui ne travaillent jamais, font des vers et chantent leurs amours ; tous ont des passions tendres et douces, tous sont naïfs et sincères, aucun d'eux n'est capable de la moindre trahison, ni même d'une fourberie. Ces conventions anciennes subsistent, et même elles s'aggravent sous l'effort concerté de Fontenelle et de La Motte. Tous les deux sont trop intelligents pour ne pas se rendre compte que la poésie pastorale est un genre faux, parce que les personnages qu'elle met en scène ne correspondent à aucune réalité. Mais ils éprouvent le besoin d'embellir des scènes qui autrement leur paraîtraient rebutantes. La vie champêtre, déclare Fontenelle, n'est qu'un décor, et lui-même n'a d'autre but que d'offrir à ses lecteurs le spectacle d'existences pacifiques, uniquement consacrées à l'amour ; il serait bien plus invraisemblable encore de supposer que de pareilles existences puissent se dérouler dans des villes. La campagne est donc nécessaire comme toile de fond, mais il faut y supprimer tout ce qui pourrait choquer un goût délicat : « Je conçois donc que la poésie pastortale n'a pas de grands charmes si elle est aussi grossière que le naturel, ou si elle ne roule précisément que sur les choses de la campagne. Entendre parler de brebis et de chèvres, de soins qu'il faut prendre de ces animaux, cela n'a rien par soi-même qui puisse plaire : ce qui plaît, c'est l'idée de tranquillité attachée à la vie de ceux qui prennent soin des brebis et des chèvres »23. La Motte de son côté affirme qu'un poète ne saurait représenter les paysans tels qu'ils se manifestent aux yeux de ses contemporains : « L'Eglogue, qui a choisi les bergers pour ses personnages, auroit un grand tort de les prendre dans cet état d'avilissement où ils sont tombés. Leurs discours et leurs sentiments manqueraient également de cette grandeur et de cette délicatesse sans lesquelles aucune poësie ne sçauroit plaire »24.

  • 25 Roy, Reflexions sur l'Eglogue.
  • 26 Domairon, p. 78.
  • 27 Fontenelle, Discours sur la Nature de l'Eglogue, 1688 ; La Motte a soutenu la même théorie, T. III (...)

22Les peintres, tels que Watteau et Pater, satisfont à ce besoin d'idéaliser leurs pâtres en les costumant d'une manière galante et en décorant leur houlette d'un gracieux ruban. Les poètes, le cas échéant, n'hésitent pas à en faire autant. Cependant ils usent le plus souvent d'un autre procédé, qui semble leur promettre des descriptions plus vraisemblables : ils placent la scène de leurs Églogues et de leurs Idylles à une époque très reculée. C'est ce que leur conseille Roy en 1727 : « Si on en juge à la rigueur, écrit-il25, l'Eglogue porte un caractère faux aux yeux de notre siècle et de notre nation. Les bergers ordinaires ont toute la rusticité de l'indigence et de la servitude. Ils repetent des chansons, ils ne les inventent pas ; s'ils aiment, c'est sans réflexion ; s'ils refléchissent, la manière dont ils expriment leurs sentimens ne mérite guéres d'être écoutés. Les bergers poëtiques, au contraire, tels que ceux du Tasse, de Bonarelli et du cavalier Marin, passent leur vie à aimer, à chanter, à rafiner sur la tendresse : on ne se plaint que de leur trouver un esprit trop délicat et un langage trop recherché. Comment concilier ces oppositions ? Comment donner un air vraisemblable et élégant à la Bergerie ? Elle passe pour un phantôme de l'imagination : il s'agit de le rendre sensible et de le faire avouer par la raison. N'est-ce point en plaçant l'action et la scène dans un tems et dans un lieu plutôt que dans un autre ?... Comme l'Eglogue est un fruit de l'Age d'or, je crois qu'on ne sçauroit la raprocher trop près de sa naissance, de ce tems où les bergers, nez avec des mœurs aussi douces que l'air qu'ils respiroient, enfans des rois, inventeurs des arts, plus occupés de plaisirs que de besoins, joüissoient du loisir des dieux ». En 1804, Domairon expose le même point de vue : « Une vie agréable et tranquille, des mœurs simples et innocentes, des plaisirs purs, des passions douces, doivent être l'objet ou la matière de la poésie pastorale. Mais il n'est guere possible qu'on la trouve, cette matière, dans les événemens qui se passent entre les habitans de nos campagnes... Ce n'est donc pas l'état présent de la vie champêtre que le poète doit peindre. C'est la vie champêtre avec tous les agrémens qu'elle peut avoir et qu'elle a eus dans ces beaux siècles du monde, auxquels l'histoire ou la fiction a donné le nom d'Age d'or ; c'est cette vie délicieuse que le poète doit nous représenter pour nous en faire jouir, autant qu'il est possible, par le charme de l'illusion. Il faut donc qu'il remonte à ces temps heureux où les bergers, dociles aux sages lois de la simple nature, ignorant le crime et l'artifice, occupés du soin de leurs troupeaux, de la culture de leurs fruits, de leurs innocentes amours, couloient des jours dignes d'envie dans l'abondance et dans la liberté, dans le sein du repos et de la joie, au milieu des fêtes et des jeux »26. Ainsi fait généralement Fontenelle, qui a découvert chez Théocrite une certaine bassesse. Son horreur de la vulgarité l'a même conduit à prêter à ses personnages bucoliques un langage quintessencié et subtil qui les fait ressembler à des courtisans français, bien qu'il se soit défendu d'être tombé dans le moindre excès à cet égard : « Entre la grossièreté des bergers de Théocrite, et le trop d'esprit des bergers modernes, a-t-il écrit27, il y a un milieu à tenir... Il faut que les bergers aient de l'esprit, et de l'esprit fin et galant ; ils ne plairoient pas sans cela ; il faut qu'ils n'en aient que jusqu'à un certain point, autrement ce ne seroient plus des bergers ».

23Cependant, entre Roy et Domairon se sont passés bien des événements littéraires dont ce dernier a négligé de tenir compte. De bonne heure l'abbé Dubos a protesté contre l'invraisemblance de la poésie pastorale et demandé que les paysans qui y figurent fussent pris dans la réalité courante, d'après les modèles que pouvait fournir la France contemporaine : c'était là la seule chance qu'ils eussent de pouvoir intéresser le public. Gresset, lui aussi choqué, a désiré plus simplement qu'on en revînt au réalisme de Virgile, ce qui n'était pas montrer beaucoup d'exigence. Il s'adresse au poète latin :

Viens sur les Tyrsis de Mantoue
Réformer ceux de ce séjour :
Rends-nous ce goût qu'Euterpe avoue.
Guidé par toi, l'enfant Amour
Ne viendra plus dans nos montagnes
Parler aux nymphes des campagnes
Comme il parle aux nymphes de cour.
Affranchis l'églogue captive,
Tire-la des chaînes de l'art ;
Qu'elle soit tendre, mais naïve,
Belle sans soin, vive sans fard ;
Que dans des routes naturelles
Elle cueille des fleurs nouvelles
Sans les chercher trop à l'écart. (Ode à Virgile)

  • 28 Voltaire, Dict. phil., au motEglogue, T. XXXIX, p. 55.

24Quant à Voltaire, il se plaint que les poèmes bucoliques ne soient guère que des « madrigaux amoureux », qui conviendraient beaucoup mieux « aux filles d'honneur de la reine-mère qu'à des bergers »28.

  • 29 Mornet, Le Sentiment de la Nature, p. 155 sq.
  • 30 Saint-Lambert, Les Saisons, préf.
  • 31 Marmontel, El. de Litt., au motEglogue.
  • 32 A. Chénier lui-même n'y a pas échappé, comme le montre l'épilogue de ses Idylles :
    Ma muse pastoral (...)

25Mais l'Églogue et l'Idylle françaises vont bientôt se transformer sous des influences étrangères. Mme Bontemps traduit en 1759 Les Saisons de l'anglais Thomson ; en 1761 paraissent dans notre langue les Idylles du suisse Gessner, deux ouvrages qui rencontrent en France un succès considérable et qui battent en brèche la conception de Fontenelle et de La Motte29. Les paysages y sont beaucoup plus vrais qu'ils ne l'avaient été chez nos poètes nationaux, les détails plus rustiques et plus sincères. Est-ce à dire que les personnages mis en scène soient moins idéalisés ? Non pas, mais ils le sont d'une autre façon et déploient des vertus presque bourgeoises. Saint-Lambert, qui emprunte à Thomson le titre dont celui-ci s'est servi, salue le commencement d'une ère nouvelle : « En Angleterre, Thomson et Philips ont relevé la poésie champêtre ; en Allemagne, MM. Haller et Gessner lui donnent un éclat qu'elle n'avoit pas eu depuis Virgile. Elle n'a plus la rusticité qu'elle avoit autrefois ; elle n'a pas l'affectation, le précieux, l'esprit faux qu'elle a eu dans les deux siècles précédents. Elle peint la nature et des mœurs vraies, mais embellies. Les poëtes que je viens de nommer... ont fait pour leurs laboureurs et leurs bergers ce que Racine et M. de Voltaire ont fait pour leurs héros. Nous trouvons dans les uns et les autres notre espèce ennoblie et jamais exagérée ; ce sont des hommes qu'on n'a point vus, mais qu'on peut se flatter de rencontrer ; ils sont tels qu'on les demande »30. Marmontel désirerait une révolution complète. Il voudrait que la poésie pastorale représentât d'après nature les mœurs des campagnards et la misère de leur condition, ce qui la rendrait plus intéressante, plus pathétique et lui donnerait une utilité morale31. Mais, quoiqu'il y ait un certain réalisme dans les paysanneries de Lontherbourg, on n'ira jamais aussi loin qu'il l'a souhaité. A la fin du siècle A. Chénier retrempera l'Idylle aux sources antiques, sans retomber dans les mièvreries de Fontenelle. C'est chez Berquin et chez Léonard que se fait le mieux sentir l'influence de Gessner32.

  • 33 La Motte, T. III, p. 299.
  • 34 Abbé Fraguier, p. 141.
  • 35 Roy, Réflexions sur l'Eglogue ; abbé Joannet, T. III, p. 40 ; Demandre, T. I, p. 175 ; Domairon, p (...)

26Au jugement des critiques, le thème de choix qui est l'apanage de la poésie bucolique, celui qu'elle doit traiter de préférence à tout autre, c'est l'amour. Non pas l'amour violent et désespéré, comme La Motte serait assez disposé à l'admettre33, mais un sentiment doux, tendre et fidèle, d'où sont exclues les fureurs de la jalousie. Telle est la conception de Fontenelle. Ainsi pense également l'abbé Fraguier, qui ne veut pas voir la Tragédie pénétrer dans l'Églogue34. Ce serait là changer dangereusement le caractère d'un genre qui doit toujours être agréable : tout ce qui est permis à un berger, c'est de déplorer l'indifférence d'une bergère insensible, mais il ne faut pas qu'on le transforme en un barbare torturé par une noire jalousie. Est-ce là le seul thème qui soit autorisé ? Virgile ne l'avait pas cru, puisqu'il avait fait place aux événements contemporains dans ses Bucoliques. Il s'agit de savoir si on peut l'imiter. Fontenelle ne le veut pas. L'amour en effet est une passion universelle et qui intéresse tous les êtres humains. Au contraire des pâtres, si délicats qu'on les suppose, n'ont pas l'élévation d'esprit nécessaire pour raisonner sainement sur des problèmes plus graves qu'on ignore généralement dans les solitudes où s'écoule leur existence. Donc la politique, la religion et la philosophie leur seront interdites. Mais d'autres, et en grand nombre, sont d'un avis contraire. Ils aperçoivent nettement que l'amour galant et douceâtre que peignent les églogues affadit la poésie et la rend monotone. Il importe donc de lui donner quelque variété. Assurément il ne saurait être question d'imiter Bion, qui a chanté dans une de ses Idylles les fureurs des Atrides et montré toute l'Asie en feu, ni Théocrite, qui a raconté les exploits d'Hercule. Mais il est tout naturel qu'un berger fasse l'éloge des héros auxquels il doit la conservation de ses biens et quelquefois sa vie. Divers critiques prennent à ce sujet la défense de Virgile, car, disent-ils, les paysans de l'Antiquité, tout libres qu'ils étaient, dépendaient des souverains par lesquels ils étaient gouvernés : ils s'intéressaient donc à la mort ou à la naissance de leurs princes et en faisaient le sujet de leurs entretiens ; leurs champs n'étaient pas à l'abri des horreurs de la guerre ; on ne saurait s'étonner qu'ils se plaignissent entre eux des souffrances qu'ils enduraient, ni qu'ils aient célébré par des fêtes le retour de la paix. C'est là le point de vue auquel se placent Roy, l'abbé Joannet, Demandre et Domairon35, tout en conseillant aux poètes de se maintenir dans les limites de la vraisemblance : « Des bergers, dit Roy, doivent louer à leur manière ; ils ne parlent que de ce qui est à leur portée ; ils ne décrivent point les batailles, mais les douceurs de la paix et les fruits de la victoire. S'ils élèvent un peu le ton, ce doit être avec une adresse nouvelle ». Demandre ne voudrait pas approuver des excès injustifiables, car il s'agit de garder une juste mesure : « Quelquefois néanmoins l'Eglogue s'élève jusqu'à chanter les actions des héros, mais elle le fait d'une manière proportionnée au ton qui lui convient ; en s'approchant des grands, elle doit toujours avoir l'air modeste et simple qui lui est propre ».

27Le style qui appartient à la poésie pastorale n'est pas très différent de celui que réclame l'Élégie, puisqu'aussi bien les deux genres se ressemblent par beaucoup de points qui leur sont communs. On ne doit pas s'en faire une idée d'après les paysanneries de l'Opéra-comique, dont les personnages, soi-disant pour être plus vrais, parlent un jargon impur, conforme aux modèles donnés plus anciennement par la Comédie. Favart a rimé de nombreux passages comme le suivant, qui est extrait de La Chercheuse d'Esprit :

Et pourquoi non ? mon biau tendron
Oh ricaudaine, oh ricaudon,
Quoi que j'ayons l'air un peu rond,
J'en savons long.
Avec ce petit bec mignon,
Votre recharche, mon trognon,
N'est pas vaine.
Le joli minois que voilà ! Pour vous il me parle déjà. (V)

  • 36 Abbé Joannet, T. III, p. 52 ; Demandre, T. I, p. 375.
  • 37 La question du style de la poésie pastorale a été largement traitée par les critiques. Outre Joann (...)

28Mais un langage aussi corrompu est propre à ce genre de spectacles et ne pénètre pas dans des ouvrages en vers qui sont d'un rang beaucoup plus élevé. Au contraire les critiques interdisent à la poésie bucolique les vulgarités et la bassesse, à plus forte raison encore les grossièretés et les injures. Ils lui défendent aussi d'employer des expressions trop pompeuses et des ornements trop brillants, qui sont réservés à l'épopée. Les images lui sont permises, à condition qu'elles ne soient pas prétentieuses, car les discours humains ont toujours besoin de quelques fleurs qui leur servent de parure. Il en est de même des comparaisons ; mais, comme le veulent l'abbé Joan-net et Demandre36, il faut qu'elles soient tirées des objets qui sont familiers à des campagnards. Les descriptions et les narrations doivent être telles qu'on peut les attendre de la part d'aimables bergers sans grande culture ; dans leurs propos ils n'évoqueront pas les légendes de la Fable, ce qui manifesterait chez eux une érudition invraisemblable et un ridicule pédantisme ; ils se garderont de prendre un ton grave et soutenu ; ils n'abuseront pas des épithètes et les choisiront assez modestes ; ils éviteront surtout de parler en périodes majestueuses, ce qui sentirait l'étude. Enfin, s'il est bon de leur accorder quelque délicatesse, on ne saurait leur tolérer autant d'esprit que leur en a donné Fontenelle : les raffinements d'expression, les subtilités, l'afféterie sont autant de finesses qui seraient déplacées chez eux, car elles conviennent seulement à des personnages qui ont l'habitude des idées abstraites et qui sont rompus aux exercices d'éloquence. Le style de la poésie bucolique, comme celui de la poésie élégiaque, doit être élégant, mais simple, doux, naïf et gracieux, sans rien qui sente l'effort. Marmontel autorise cependant le poète, lorsqu'il parle pour son propre compte, à répandre dans ses vers quelques touches éclatantes ; mais les discours des bergers doivent être au contraire doux et naturels, sans aucune recherche d'expression37.

29L'Églogue et l'Idylle doivent encore être rapprochées de l'Élégie par l'extrême liberté de leur versification, qui n'est assujettie à aucune règle. On veut qu'elle soit légère, facile et harmonieuse, sans aucune obligation quant aux mètres. L'Académie des Jeux Floraux, il est vrai, exclut de ses concours les Idylles en vers libres ; mais l'abbé Sabatier de Castres proteste contre cette interdiction et demande qu'elle soit levée. C'est à peine si l'abbé Joannet déclare sa préférence pour l'alexandrin à rimes plates, surtout dans l'Églogue dramatique. En réalité toutes les formes sont admises, et les poètes choisissent sans aucun scrupule celle qui leur paraît s'accorder le mieux avec leur inspiration. On rencontre le distique élégiaque, dont s'est parfois servi Gresset dans sa traduction de Virgile :

Daphnis n'est plus ! en vain nos Muses le regrettent,
Les pleurs sont superflus.
Je le demande aux bois, et les bois me répètent :
Il n'est plus ! il n'est plus !
Destins trop rigoureux, inexorable Parque,
Quels injustes arrêts
Précipitent si tôt dans la fatale barque
Ce berger plein d'attraits ?... (Eglogue V)

  • 38 L'abbé Sabatier de Castres, au motEglogue, expose fort bien le sentiment des critiques : « Le p (...)

30Demandre reconnaît que les poètes, le plus souvent, usent d'alexandrins à rimes plates, mais il autorise une versification hétérométrique et la croisure des rimes. Desforges-Maillard, Berquin, Léonard ont employé les vers libres. Ce dernier poète a fait aussi appel à l'octosyllabe, et aux quatrains d'alexandrins ; l'une de ses pièces, La Veillée de Vénus, contient des passages en vers de douze syllabes, d'autres en décasyllabes, d'autres en octosyllabes, d'autres en vers de sept syllabes. Gresset a parfois choisi la strophe en quatrains d'octosyllabes. Il y en a donc pour tous les goûts, et l'indépendance des poètes est complète : ce qui les guide, c'est leur inspiration du moment38. Mais le genre lui-même n'a qu'une forme incertaine et ne peut se définir que par les sujets qu'il traite habituellement.

Notes

1 Rémond de Saint-Mard, p. 149 ; Leblanc, p. 25.

2 Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Elégie” ; Michault, préf., p. XII.

3 Millevoye, Sur l'Elégie.

4 Marmontel, El. de Litt., au motElégie, T. III, p. 102.

5 Abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 131.

6 Abbé Batteux, T. III, p. 268 sq.

7 Poët. franc., T. II, p. 304.

8 L. Gorsse, p. XVII.

9 Abbé Joannet, T. III, p. 66.

10 Michault, p. 144.

11 Leblanc, pp. 22-23.

12 Abbé Batteux, p. 269.

13 Michault, p. 135.

14 Idem, p. 137.

15 L. Gorsse, préf., p. XXIII.

16 Millevoye, Sur l'Elégie.

17 La Harpe, III, 5.

18 La Motte, T. III, p. 290.

19 Abbé Batteux, t. II, p. 107 ; Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Pastorale”.

20 Sabatier de Castres, au mot ”Idylle”.

21 Abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 110.

22 Fontenelle, T. V, p. 9.

23 Fontenelle, T. V, p. 9.

24 La Motte, T. III, p. 285.

25 Roy, Reflexions sur l'Eglogue.

26 Domairon, p. 78.

27 Fontenelle, Discours sur la Nature de l'Eglogue, 1688 ; La Motte a soutenu la même théorie, T. III, p. 324 : il invoque la manière dont on parle de l'amour dans les romans et les tragédies et trouve raisonnable que les bergers fassent preuve eux aussi de beaucoup de délicatesse : « N'est-il pas vrai encore qu'à ne regarder l'amour qu'en lui-même, c'est le dégrader ? »

28 Voltaire, Dict. phil., au motEglogue, T. XXXIX, p. 55.

29 Mornet, Le Sentiment de la Nature, p. 155 sq.

30 Saint-Lambert, Les Saisons, préf.

31 Marmontel, El. de Litt., au motEglogue.

32 A. Chénier lui-même n'y a pas échappé, comme le montre l'épilogue de ses Idylles :
Ma muse pastorale aux regards des Français
Osait ne pas rougir d'habiter les forêts.
Elle eût voulu montrer aux belles de nos villes
La champêtre innocence et les plaisirs tranquilles,
Et, ramenant Palès des climats étrangers,
Faire entendre à la Seine enfin de vrais bergers.
Elle a vu, me suivant dans mes courses rustiques,
Tous les lieux illustrés par des chants bucoliques.
Ses pas de l'Arcadie ont visité les bois,
Et ceux du Minucius, que Virgile autrefois
Vit à ses doux accents incliner leur feuillage...
Vous, Aréthuse, aussi, que de cette fontaine
Théocrite et Moschus firent la souveraine,
Et les bords montueux de ce lac enchanté,
Des vallons de Zurich pure divinité.
Qui du sage Gessner à ses nymphes avides
Murmure les chansons sous leurs arbres humides.

33 La Motte, T. III, p. 299.

34 Abbé Fraguier, p. 141.

35 Roy, Réflexions sur l'Eglogue ; abbé Joannet, T. III, p. 40 ; Demandre, T. I, p. 175 ; Domairon, p. 80.

36 Abbé Joannet, T. III, p. 52 ; Demandre, T. I, p. 375.

37 La question du style de la poésie pastorale a été largement traitée par les critiques. Outre Joannet et Demandre, on se reportera aux auteurs suivants : La Motte, T. III, p. 319-320 ; abbé Mallet, Poètes, T. I, p. 108 et 116 ; Marmontel, El. de Litt., au mot ”Eglogue”, T. III, p. 86 ; Domairon, p. 84, etc.

38 L'abbé Sabatier de Castres, au motEglogue, expose fort bien le sentiment des critiques : « Le poète est libre de donner aux vers de l'Eglogue une même mesure, ou de la varier, d'employer les rimes suivies ou les rimes croisées, les vers de douze syllabes, ou ceux de dix, de huit, de six, et de les mêler de grands et de petits ». Puis il ajoute : « Les vers de douze syllabes et d'une même mesure sont plus d'usage, et me paroissent plus convenables aux églogues, comme les vers libres me paroissent plus propres aux idylles ». Mais il n'impose rien, et ces dernières lignes n'engagent que lui.

© Presses universitaires de Provence, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter