Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VIII

 | 
Georges Lote

Quatrième section

Les artisans du progrès

Texte intégral

1Malgré la timidité relative des réformes réalisées, on ne saurait se refuser à reconnaître que l'art de la déclamation, au xviiie siècle, diffère notablement de ce qu'il avait été au xviie. Le goût public, en évoluant, transforme peu à peu la diction scénique comme il modifie à la même époque tous les autres arts. Mais rien ne s'accomplit au théâtre sans la pression des critiques ni sans le consentement des comédiens. Ceux-là agissent par leurs propos ou par leur plume, ceux-ci par leur exemple, et leur œuvre est également féconde, si l'on veut bien toutefois tenir compte qu'ils n'ont pas tous la même autorité ni le même talent. Les premiers discutent avec un intérêt passionné de problèmes qui revêtent à leurs yeux une considérable importance littéraire et artistique. Les autres sont des praticiens, mais des praticiens attentifs aux théories que mettent en circulation les lettrés qui les entourent. Encore qu'ils n'hésitent pas, le cas échéant, à placer leur mot dans le débat, leur rôle essentiel consiste surtout à faire passer les nouveautés dans le domaine des réalisations immédiates, avec plus ou moins d'ampleur et de bonne volonté, presque toujours après avoir longuement réfléchi sur les moyens qu'ils peuvent employer pour rendre sensibles aux oreilles les beautés des grands maîtres classiques, mais en tenant compte de ce que leur permettra ou ne leur permettra pas la faveur de leur public.

2Les idées des théoriciens nous sont connues par ce qu'ils ont écrit. Ici les documents abondent, car beaucoup d'écrivains ont été attirés par la question de la déclamation théâtrale, indépendamment des livres que nous ont laissés les spécialistes et des traités didactiques qui devaient servir à l'enseignement. Les pages qui suivent, tout au moins en partie, ont donc pour but de résumer les doctrines dont on a déjà rencontré quelques traits épars, et de préciser la valeur de quelques ouvrages généralement assez connus, mais dont la signification n'a pas toujours été mise en lumière comme il convenait. Certains auteurs, plus ou moins étroitement, sont encore dans la dépendance du classicisme ; d'autres — et ce sont les encyclopédistes — s'éloignent de lui avec une ardeur quelquefois tumultueuse et à des degrés divers. S'il est utile de consacrer dès maintenant quelques lignes à Diderot, qui fera l'objet d'une étude séparée et beaucoup plus détaillée, à propos de ce drame bourgeois dont il est le créateur, il faut au moins, dans la multitude des critiques, mettre à part Voltaire, à cause de ses curiosités universelles, de sa haute culture, de la place qu'il a tenue dans son siècle et de l'influence qu'il y a exercée. Tout cela est relativement facile.

  • 1 Quelques indications biographiques sont ici nécessaires, tout au moins pour les acteurs et les act (...)

3Il l'est beaucoup moins de parler des comédiens, surtout si l'on renonce à rapporter les anecdotes plus ou moins vraies qui sont répandues sur leur compte, et si l'on se propose de définir, autant qu'il est possible, quelle a été leur manière de déclamer. L'histoire les égalise le plus souvent dans une commune admiration, faute de pouvoir retenir d'eux autre chose que leur illustre nom. Même à ce dernier point de vue, rares, très rares sont ceux dont la renommée a survécu jusqu'à nos jours. Dazincourt, Clairval, Brizard, les Dangeville, Grandval, Bellecour, Vanhove, célèbres en leur temps, sont aujourd'hui bien obscurs, quoiqu'ils aient brillé tantôt dans le tragique, tantôt dans le comique, parfois dans les deux genres, car il arrivait que les acteurs ne fussent pas spécialisés. C'est seulement par quelques lettres de Voltaire, et par sa tragédie de Mahomet second que Lanoue n'est pas tout à fait ignoré. Molé s'efface dans un passé lointain. Larive, que sauve son œuvre de professeur, est totalement oublié en tant que comédien. Mme Favart émerge encore, mais simplement parce qu'elle joua dans les camps du maréchal de Saxe et parce qu'elle avait épousé l'auteur des Trois Sultanes. Que représente Mlle Dumesnil à l'esprit de nos contemporains ? Presque rien sans doute. On connaît pourtant encore Préville, qui excellait dans la comédie, Mlle Gaussin, Adrienne Lecouvreur et Mlle Clairon, ces deux derniers surtouts, auxquelles il faut ajouter Lekain1. Mais s'il s'agit de préciser la nature de ces talents très divers, on manifeste le plus grand embarras. On les mesure, semble-t-il, bien plus à la place que ces comédiens ont occupée dans la société de leur temps qu'à leurs qualités professionnelles. Souvent ce sont les incidents d'une existence tapageuse qui fixent l'attention sur tel ou tel de ces comédiens. Quelquefois au contraire les éloges d'écrivains renommés ont placé sur quelques têtes des auréoles éblouissantes dont le temps n'a pas encore terni l'éclat. Que Voltaire ait prononcé, ou Dorat, ou même Arnault, et c'en est assez pour que la consécration soit acceptée sans critique, avec d'autant plus de facilité que ces voix mélodieuses ont cessé pour toujours de retentir et qu'il est peu commode de contrôler les dédains et les louanges. L'autorité d'un grand écrivain ne suffit pourtant pas à entraîner la conviction, car il faut se demander tout au moins si l'acteur autrefois si vanté ne l'a pas été par reconnaissance pour des services particuliers rendus par lui ou pour s'assurer de sa docilité. Enfin la question se pose de savoir si un certain goût littéraire, différent du nôtre, n'a pas faussé les jugements que nous acceptons aujourd'hui sans résistance, et si ce qu'on a qualifié perfection au xviiie siècle ne mériterait pas un autre nom beaucoup moins louangeur. Il y a là un ensemble de considérations critiques dont il faut évidemment tenir compte et que nous nous proposons de ne pas perdre de vue au cours de ces chapitres.

Notes

1 Quelques indications biographiques sont ici nécessaires, tout au moins pour les acteurs et les actrices dont il ne sera pas question plus loin. Quelques-uns ont d'ailleurs laissé des mémoires qui ne sont pas sans intérêt.
Dazincourt (Albouy, dit) — Naquit à Marseille en 1747 et mourut en 1809. Il joua d'abord à Bruxelles, puis à Paris, et débuta au Théâtre Français en 1776. Comique réputé, il créa Figaro dans Le Mariage de Figaro. Les Mémoires publiés sous son nom sont apocryphes.
Clairval (Guignard, dit) — Né à Etampes en 1747, il mourut à Paris en 1795. Il débuta à l'Opéra-Comique en 1758. Lorsque ce théâtre fut supprimé en 1762, il entra à la Comédie Italienne. Il joua les amoureux dans le drame, la comédie et l'opéra-comique et fut l'interprète favori de Grétry.
Brizard (Britard, dit) — Cf. supra, p. 24, n. 1.
Dangeville (Botot, dit) — Il était né à Paris et vécut de 1669 à 1743. Il joua au Théâtre Français de 1697 à sa mort. Comique, il était spécialisé dans les rôles de paysans naïfs.
Dangeville, fils du précédent (Paris, 1707-1787) joue les rôles comiques au Théâtre Français de 1730 à 1763.
Mlle Dangeville (1714-1796), sœur du précédent (Paris, 1714-1796), figure dans la troupe du Théâtre Français de 1730 à 1763 ; elle y représente les soubrettes, et même les grandes coquettes.
Grandval — Né et mort à Paris (1710-1785) ; il avait débuté au Théâtre Français en 1729, et il y joua tous les rôles. Évincé par Lekain dans la tragédie, il se confina à partir de ce moment dans la haute comédie, où ses manières distinguées, la finesse et la grâce de son débit lui valurent de nombreux succès.
Bellecour — Cf. supra, p. 24, n. 2.
Vanhove — Cet acteur, qui semble avoir été assez médiocre, était né à Lille en 1739 et mourut à Brunoyen en 1803. Avant de débuter au Théâtre Français en 1777, il fit d'abord partie des troupes de La Haye et de Bruxelles. Il jouait les pères nobles dans la haute comédie, et surtout les rois dans la tragédie. Sur sa fille, Charlotte Vanhove, cf. supra, p. 13, n. 4.
Lanoue (Sauvé, dit) — Né à Meaux en 1701, il mourut à Paris en 1761. Il joua dans différentes villes de France, d'abord à Lyon, puis à Strasbourg, puis à Paris, enfin à Rouen, avant de débuter au Théâtre Français en 1741. Il prit sa retraite en 1757. La tradition veut qu'il ait été excellent dans les rôles de raisonneurs, mais elle admet, sur la foi de Voltaire, qu'il manquait de moyens dans la tragédie.
Mme Favart — Elle débuta en 1744 à la cour ducale de Lunéville comme comédienne, chanteuse et danseuse. Après une vie un peu agitée, elle entra au Théâtre Italien en 1750. Elle se fit remarquer dans les rôles d'opéra-comique par sa grâce, sa verve et son naturel. Elle était née en Avignon en 1727 et mourut à Belleville en 1772. Sa maison était très fréquentée par les hommes de lettres de l'époque, notamment par l'abbé de Voisenon.
Mlle Gaussin (Mlle Gaussem, dite) — Née et morte à Paris, elle était fille d'un laquais du célèbre comédien Baron. Elle grandit donc sur le théâtre. Elle fit d'abord partie de la troupe de Lille, puis débuta au Théâtre Français en 1731. Elle jouait les princesses de tragédie et les amoureuses de comédie, et elle remporta de nombreux succès. C'est une des rares actrices dont la manière nous soit connue avec quelque précision, grâce à Marmontel, qui a peut-être exagéré l'éloge : « Mlle Gaussin, a-t-il écrit, était en possession de l'emploi des princesses ; elle y excellait dans tous les rôles tendres et qui ne demandaient que l'expression naïve de l'amour et de la douleur. Belle, et du caractère de beauté le plus touchant, avec un son de voix qui allait au cœur, et un regard qui dans les larmes avait un caractère inexprimable, son naturel, lorsqu'il était placé, ne laissait rien désirer, mais dans les rôles de fierté, de force et de passion tragique, tous ses moyens étaient trop faibles ; et cette mollesse voluptueuse qui convenait si bien aux rôles tendres était tout le contraire de la vigueur que demandait le rôle de mon héroïne » (Mémoires, III). Mlle Clairon est sévère, mais elle l'est pour tout le monde : « Elle était Mlle Gaussin dans tout. Zaïre et Rodogune étaient jetées dans le même moule : âge, état, situation, temps, lieux, tout avait la même teinte » (Mémoires, p. 69). Collé lui reconnaît du naturel dans la comédie (Journal, mars 1750).
Préville (Dubus, dit) — Né à Paris en 1721, il mourut à Beauvais en 1799. Peut-être l'homme de théâtre le plus intelligent de son temps, il fut le roi des acteurs de comédie, et il a enthousiasmé ses contemporains. Il avait commencé par être apprenti maçon ; puis, délaissant la truelle, il devint clerc chez un notaire. De là il passa à la scène, joua à Dijon, Strasbourg, Lyon et Rouen. Enfin, à la mort du dernier des Poisson, il débuta au Théâtre Français en 1753, dans le rôle de Crispin du Légataire universel. Il quitta le théâtre en 1786, mais y reparut en 1791 et en 1794. Il a laissé des Mémoires très intéressants. Il a cabale avec sa femme, qui était également actrice, contre les deux drames de Diderot, dans lesquels tous les deux tenaient des rôles.
Je passe sous silence un grand nombre de comédiens moins connus ou de moindre envergure. Je donne ailleurs quelques renseignements sur Larive et sur Molé. Adrienne Lecouvreur, Lekain, Mlle Clairon et Mlle Dumesnil vont être étudiés en détail ci-après. La plupart des acteurs du xviiie siècle paraissent très jeunes sur la scène, sans avoir étudié, et se forment par l'exemple, puisqu'il n'y a pas de Conservatoire. Il en est qui sont d'une prodigieuse ignorance, tel ce Ribon dont parle Marmontel : « Ribon était beau et bien fait, et, dans son action, il ne manquait pas de noblesse ; mais il manquait d'intelligence et d'instruction, au point qu'il fallut lui expliquer son rôle en langue vulgaire et le lui montrer mot à mot comme à un enfant » (Mémoires, III).

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter