Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VIII

 | 
Georges Lote

Première subdivision

La quantité et le rythme

Texte intégral

1Y a-t-il une quantité en français, et les poètes peuvent-ils l'utiliser pour baser sur elle le rythme de leurs vers ? On sait qu'au xvie siècle toute une école s'était efforcée de définir les lois prosodiques auxquelles était soumise notre langue, et avait essayé d'y reconstituer des pieds métriques semblables à ceux des Anciens. Ainsi était née une versification quantitative de pure fantaisie, avec éclosion de nombreux hexamètres, vers saphiques, vers asclépiades ou iambiques, dans lesquels des brèves et des longues imaginaires se groupaient pour former des spondées, des dactyles, des iambes ou des anapestes. On pensait que ce système allait assurer à notre poésie le rythme dont elle avait besoin, et qu'alors elle n'aurait plus rien à envier à celle des Grecs et des Latins.

2Cette entreprise avorta. Cependant, tout au long du xviie siècle, beaucoup de lettrés persistèrent dans la même erreur et se figurèrent que les quantités comparables à celles des Anciens existaient réellement en français. L'illusion se propagea au xviiie par l'enseignement des collèges, mais sans qu'on puisse constater une floraison de vers métriques qui rappelle l'abondante production de la Renaissance. La tentative la plus connue est celle de Turgot, le futur ministre de Louis XVI, qui entreprit de traduire l'Enéide en hexamètres métriques français, composés de spondées et de dactyles. Voici un court échantillon de sa manière :

Jadis sur la fougère une musette accompagna mes chants.
J'osai depuis, sortant des bois, disciple de Cérès,
Forcer la terre à répondre aux vœux de l'avare agriculteur.
Mars aujourd'hui m'appelle. O Muse ! embouche la trompette.
Dis les combats. Muse, et ce guerrier que l'ardeur du destin,
Loin des murs d'Ilion en cendre et du tombeau de ses pères,
Aux champs ausoniens fit aborder après mille dangers.

3La prosodie de Turgot s'inspire visiblement des règles posées par l'abbé d'Olivet, aux théories duquel nous viendrons un peu plus loin. Il suffit de scander les deux premiers de ces hexamètres pour qu'on remonte aisément aux principes selon lesquels ils ont été construits :

Jādīs | sŭr lă foŭ | gēre ŭnĕ | mūsĕtte ăc | cōmpăgnă | mēs chānts.
J'ōsăi dĕ|pūis, sōr|tānt des | bōis, di | cīplĕ dĕ | Cērēs …

4Sans doute ne doit-on pas accorder trop d'importance à cet essai : la traduction de Turgot est une œuvre d'extrême jeunesse, écrite sous l'influence immédiate des professeurs dont il recevait alors les leçons. Cependant il conserve assez de confiance dans la métrique quantitative pour ne pas détruire son manuscrit et pour le faire imprimer.

  • 1 Abbé d'Olivet, p. 95.
  • 2 Abbé Dubos, T. I, p. 320 et 322.

5Avant lui, l'abbé d'Olivet a tenté de définir les lois de la prosodie française en se plaçant tour à tour à deux points de vue différents, dont le premier s'accuse chez lui avec beaucoup moins de vigueur que le second. Au fond, il est convaincu que les longues et les brèves de notre langue pourraient fournir à notre poésie un rythme comparable à celui des vers grecs et latins : « Voyons en quoi, dit-il1, et jusqu'à quel point nous pouvons tourner à notre usage les secours que les Anciens tiroient de leur prosodie. Il est clair que sa vertu consiste dans ce qu'ils appeloient le Rithme, c'est-à-dire l'assemblage de plusieurs temps, qui gardent entre eux certain ordre ou certaines proportions ». Déjà l'abbé Dubos avait nourri la même idée : « L'observation des regles de la poësie latine, avait-il écrit2, introduit nécessairement le rithme dans les vers composez suivant les regles de cette poësie. La suite des syllabes longues et brèves, entremêlées diversement, suivant la proportion prescrite par l'art, amene toujours dans les vers latins une cadence telle que l'espece dont sont les vers la demande … Les regles de la poësie françoise ne décident que du nombre arithmétique des syllabes qui doivent entrer dans les vers. Elles ne statuent rien sur la quantité, c'est-à-dire, en poësie, sur la longueur ou sur la briéveté de ces syllabes. Mais comme les syllabes des mots françois ne laissent pas d'être parfois longues ou brèves dans la prononciation, il résulte plusieurs inconveniens du silence que nos regles gardent sur leur combinaison. Il arrive en premier lieu que des vers françois, auxquels les regles n'auront rien à reprocher, ne laisseront pas de contenir des suites trop longues de syllabes brèves ou de syllabes longues. Or si ces suites durent trop longtemps, elles empêcheront qu'on ne sente aucun rithme dans la prononciation des vers. Le rithme ou la cadence d'un vers consiste dans une alternative de syllabes longues et brèves variées suivant une certaine proportion ; un trop grand nombre de syllabes longues employées de suite retarde trop la progression du vers dans la prononciation ; un trop grand nombre de syllabes brèves employées de suite la précipitent désagréablement ».

6Cependant l'abbé Dubos ne s'est pas maintenu sur cette position, et l'abbé d'Olivet pas davantage. Ils auraient sans doute désiré que d'autres fissent des essais en ce sens et ils disaient tout ce qu'il fallait pour les y inciter. Mais eux-mêmes connaissaient si bien l'échec de Baïf et de ses amis qu'ils se gardèrent soigneusement de donner de nouveaux exemples de vers prosodiques français, ou même d'assurer que cette mauvaise expérience, si elle était recommencée, aboutirait à un succès. En toute prudence, d'Olivet ne s'attarde pas à parler longuement des possibilités d'un rythme quantitatif. Mais il s'attache à montrer que, des combinaisons plus ou moins variées de brèves et de longues peuvent naître de précieux effets d'harmonie, que ces longues et ces brèves apportent à l'expression un puissant renfort, qu'elles sont une délicatesse peut-être accessoire, mais du moins féconde, dont les vrais poètes ne doivent point se désintéresser. D'ailleurs le rythme accentuel est déjà trop connu au xviiie siècle pour qu'on ose l'attaquer de front, mettre en doute son efficacité, et tenter ouvertement de lui substituer un rythme basé sur la longueur et la briéveté prosodiques des syllabes.

  • 3 Demandre, T. II, p. 290.

7Les lois que pose l'abbé d'Olivet ne sont pas tout à fait les mêmes que celles du grec et du latin. Mais le principe est identique : il s'agit pour les poètes de tenir compte, lorsqu'ils composent leurs vers, de la durée que reçoivent les syllabes dans la prononciation. Comment déterminer cette durée ? Elle est, selon l'auteur du Traité de la Prosodie françoise, toute relative. La longue n'est telle que par rapport à la brève, et la brève n'a cette valeur que comparée à la longue, sans qu'on puisse parler d'une proportion constante. En outre il existe des voyelles communes, qui sont tantôt brèves, tantôt longues. Enfin le degré de longueur ou de briéveté varie selon le mouvement du discours. Plus tard quelques esprits rigoureux tenteront d'établir entre les diverses voyelles des différences presque arithmétiques : « On peut donc, écrira Demandre en 17693, à peu près ranger nos voyelles 1° en très-brèves ; ce sont celles où l'e muet fournit le son, soit que cet e soit seul comme dans journée, soit qu'il soit articulé par quelque consonne, comme faire, soit qu'il ait quelques consonnes après lui, comme dans ils aiment ; 2° en plus brèves : si les premières n'ont qu'un demi-tems, celles-ci auroient un tems entier ; 3° en brèves : elles seront, d'après la supposition que nous venons de faire, d'un tems et demi ; 4° en longues : elles prendront deux tems ; 5° en plus longues, qui auront deux tems et demi, ou même trois tems ».

  • 4 Dumarsais, Logique et Principes de Grammaire, 1769, p. 543, a fait observer que sur ce point d'Oli (...)
  • 5 D'Olivet, p. 79-104.
  • 6 Idem, p. 105 : « Toute syllabe masculine, qu'elle soit brève ou longue au singulier, est toujours (...)

8Avec d'Olivet, nous n'en sommes point encore là, car il évite de se compromettre par des affirmations trop inconsidérées. Il rejette la règle de position : il n'admet pas que le redoublement de la consonne rende la syllabe longue, et dans ce cas il la fait brève (tette, patte ont l'e et l'a brefs, tandis qu'ils sont longs dans tête et pâte)4. Lorsque deux voyelles se suivent, il considère que la première est brève, sauf pourtant si la seconde est un e muet, car alors l'ordre des quantités se trouve interverti. Au reste, seule importe la durée des syllabes ; mais elle résulte de la longueur ou de la brièveté des voyelles. À la vérité il ne nous donne pas un catalogue complet de toutes les valeurs vocaliques, et il se garde d'établir des classifications minutieuses ; généralement il se contente d'examiner les différentes terminaisons, en insistant sur les syllabes pénultièmes des mots féminins : on a ainsi pāpe, mais rāpe ; dăme, mais infāme ; médăille, mais rimāille ; bibliothĕque, mais évēque ; je sĕme, mais baptēme ; brĕche, mais bēche ; Rŏme, mais atōme ; mŏde, mais je rōde ; astŭce, mais que je pūsse ; bŭt, mais affūt5. Pour les syllabes atones, il raisonne le plus souvent par analogie et s'abstient de discussions particulières. Naturellement on rencontre chez lui des erreurs d'oreille, des généralisations et des décisions d'autorité. On lit par exemple que les désinences eil et eille sont brèves (solĕil, vermĕil, etc.), sauf dans viēille, qui entraîne les quantités viēillard et viēillesse ; que ĕf est bref au singulier (chĕf, brĕf, etc.) et long au pluriel (chēfs)6, de telle sorte qu'on a logiquement dessĕin et dessēins ; que au est long en terminaison masculine devant une consonne muette ou en terminaison féminine (hāut, āune), tandis qu'il est douteux ailleurs : on constate en effet qu'il est considéré comme bref dans joyău, ăubade, ăudace, etc.

  • 7 D'Olivet, p. 101.
  • 8 Idem, p. 79.
  • 9 Demandre, T. II, p. 291.

9À étudier pourtant les notations de l'abbé d'Olivet dans leur ensemble, il est évident qu'il retombe dans la confusion que le xve siècle et le xviie avaient déjà faite et que le timbre, sans qu'il s'en rende compte exactement, est le critérium d'après lequel il juge : cela suffit d'ailleurs à faire de son ouvrage un guide commode pour qui veut être renseigné sur la justesse des rimes par rapport à la prononciation du xviiie siècle. En voici quelques preuves. En premier lieu on remarque que toutes les classifications d'i et d'u sont incertaines, et cela parce que la différence entre les variétés fermée et moyenne de ces deux voyelles est peu sensible à l'oreille : c'est là que les décisions arbitraires sont le plus nombreuses dans le Traité de la Prosodie françoise. En effet les i et les u surmontés d'un accent circonflexe (désinences verbales -îmes, -ûmes, -îtes, -ûtes, etc. où le signe écrit rappelle la chute d'une s étymologique ou analogique rejetée par la graphie) ont une valeur longue, parce que tous les â et tous les ô sont graves. En second lieu, l'influence de l'accent sur le timbre, observée par les phonéticiens modernes, n'échappe pas à d'Olivet, mais il croit qu'il s'agit là de modifications quantitatives : « Quelquefois même, écrit-il7, et dans le discours ordinaire aussi bien que dans la déclamation, une longue devient brève par la transposition du mot ; car on dit : un homme brāve, un homme honnēte, mais on dit un brăve homme, un honnĕte homme »8. Il entend aussi, selon la phonétique de son époque, que certaines finales sont moyennes au singulier, ouvertes au pluriel : il les note brèves dans le premier cas (cadĕt, bidĕt, etc.), longues dans le second (sujēts, bidēts, etc.). Enfin il suffit de transcrire quelques-unes de ses décisions à propos de la voyelle a : il est facile de voir qu'il la fait brève quand elle a un timbre moyen, longue quand elle est fermée : « DE L'A - Quand il se prend pour la première lettre de l'alphabet, il est long : un petit ā, une panse d'ā, il ne sait ni ā ni b. Quand il est préposition, il est bref : je suis ă Paris, j'écris ă Rome, j'ai donné ă Paul ; et de même quand il vient du verbe avoir : il ă de beaux livres, il ă été, il ă parlé ». De même encore l'a est long dans ācre, āge, āme, āne, āpre, mais il est bref au commencement du mot dans ăpôtre, ăpprendre, ăltéré, etc., à la désinence des futurs et des prétérits : aimă, chantă, aimeră, chanteră, etc., dans l'article lă, dans les possessifs mă, tă, să, etc. La même confusion éclate chez Demandre avec une indiscutable netteté : « Nous avons des voyelles dont le son est naturellement plus grave, et par conséquent plus long ; d'autres sont plus brèves, parce qu'elles sont plus aiguës »9.

  • 10 D'Olivet, p. 116.

10Toute succession de brèves ou de longues, par le jeu naturel de la déclamation, produit un rythme. Mais ce rythme, selon d'Olivet, n'a pas besoin d'être aussi rigoureux que celui des Grecs et des Latins, ni de s'exprimer par des pieds métriques définis à l'avance. Celui que les poètes français peuvent donner à leurs vers a pour lui l'avantage de la souplesse et de la liberté : « Arrêtons-nous, dit-il10, à l'effet que le Rithme est capable de produire. Or son effet propre et unique, c'est de rendre le discours ou plus lent ou plus vif. Plus lent, si l'on multiplie les pieds où dominent les longues ; plus vif, si l'on multiplie les pieds où dominent les brèves. Car les pieds sont dans les vers ce que les pas sont dans la danse. Il est vrai que les Anciens étant maîtres de l'arrangement des mots, pouvoient faire tout de suite autant de vers qu'ils vouloient, composez des mêmes pieds. Mais ce n'est pas de quoi il s'agit, et nous ne leur disputons pas cet avantage, si c'en est un. Peut-être, au fond, que ce retour uniforme de la même cadence, quelque régulière qu'elle soit, ne fait qu'une sorte de beauté qui, tout préjugé à part, ne tient pas moins que la rime à l'arbitraire. Quoi qu'il en soit, l'utilité réelle de leur prosodie, c'est de pouvoir donner au discours, ou de la vivacité, ou de la hauteur : et nous le pouvons aussi bien qu'eux. J'irois même jusqu'à dire que nous le pouvons plus aisément, puisque nous ne sommes pas obligez, comme eux, d'assembler des pieds, et de tels pieds, mais qu'il nous suffit de mettre ensemble, ou un peu plus de brèves, ou un peu plus de longues, selon le besoin ». On voit par ce texte comment le glissement s'opère et comment le rythme finit par se réduire à n'être plus qu'un des aspects de l'harmonie imitative. D'Olivet cite alors, pour illustrer sa pensée, quatre vers du Lutrin, dont le dernier est le seul, au cours de son opuscule, dont les syllabes soient marquées des signes de la brève ou de la longue :

Du moins ne permets pas … La Mollesse oppressée
Dans sa bouche à ces mots sent sa langue glacée ;
Et lasse de parler, succombant sous l'effort,
Soŭpīre, ĕtĕnd lēs brās, fĕrmĕ l’œil ĕt s’ēndōrt.

  • 11 Idem, p. 121.

11Cet alexandrin ne reproduit pas un hexamètre ou un sénaire iambique ; il ne copie aucun type métrique connu, à l'opposé des essais dont le xvie siècle avait été si prodigue. Mais d'Olivet l'accompagne de ce commentaire : « Assurément, si des syllabes peuvent figurer un soupir, c'est une longue précédée d'une brève et suivie d'une muette, soŭpīre. Dans l'action d'étendre les bras, le commandement est prompt, mais le progrès demande une longueur continuée, ĕtēnd lēs brās. Voici qu'enfin la Mollesse parvient où elle vouloit, fĕrmĕ l'ŏeil. Avec quelle vitesse ? Trois brèves. Et de là, par un monosyllabe bref, suivi de deux longues, et s'ēndōrt, elle se précipite dans un profond assoupissement »11. Donc, par un usage bien réglé des quantités, les poètes peuvent équilibrer leurs vers et leur donner toujours une durée à peu près équivalente. Ou bien, en accumulant les longues, selon l'effet qu'ils veulent produire, ils en ralentissent la marche, tandis qu'inversement, s'ils désirent les rendre plus rapides, ils n'ont qu'à les charger de syllabes brèves qui en accélèrent le mouvement. La déclamation, par son mécanisme naturel, réalise sans aucune difficulté les intentions des auteurs, intentions auxquelles leurs interprètes ne peuvent se dérober ; ainsi le rythme concourt à l'expression.

12Le système de l'abbé d'Olivet a retenu l'attention d'un certain nombre de critiques, et l'on peut être sûr que bien des poètes ont tenu compte de ses leçons quand ils écrivirent leurs vers. Ses idées furent d'autant mieux accueillies que le terrain avait été préparé par les ingénieuses remarques de l'abbé Dubos. On doit aussi mentionner que Louis Racine avait commenté d'une manière analogue d'autres alexandrins de Boileau :

N'attendoit pas qu'un bœuf pressé de l'aiguillon
Traçât à pas tardifs un pénible sillon.

  • 12 L. Racine, Mémoires de l'Ac. des Inscriptions, T. XV (1732), p. 223.

13« On est contraint, avait-il dit12, de les prononcer avec peine et lenteur ; au lieu qu'on est emporté malgré soi dans une prononciation douce et rapide par celui-ci :

Le moment où je parle est déjà loin de moi ».

  • 13 Burette, ïbid., T. V, p. 164. Burette (1665-1747), médecin, musicien, érudit, philologue, membre d (...)

14Les musiciens eux-mêmes avaient été invités à observer les longues et les brèves que présentent les mots de notre langue. « Quoique notre poésie, avait déclaré Burette13, ne se mesure point par les longues et les brèves, cela n'empêche pas que le chant ne doive faire sentir exactement, par la durée des sons, la quantité de chaque syllabe ; et c'est ignorance ou négligence des musiciens d'en violer les règles ».

  • 14 Hardion, T. III, p. 52.

15Ce sont ces préoccupations quantitatives que l'abbé d'Olivet a satisfaites en leur conférant un fondement d'apparence scientifique. L'influence de ses théories est très reconnaissable, parfois avec quelques corrections, dans certains manuels de littérature. « Les poëtes, écrit Hardion14, qui ont attention à entremêler toutes leurs syllabes de manière que les longues soûtiennent les bréves, et que les bréves à leur tour donnent aux vers une marche plus prompte et plus légère, affectent quelquefois de placer de suite plusieurs syllabes longues et d'un son étendu :

Traçât à pas tardifs un pénible sillon. (Boileau)

16D'autres fois les poëtes multiplient à dessein les syllabes bréves quand ils veulent faire marcher le vers avec plus de vitesse :

– Le moment où je parle est déjà loin de moi
– Le chagrin monte en croupe et galope avec lui. »

  • 15 Abbé Joannet, T. II, p. 9-10.

17L'abbé Joannet a joint à ses développements des calculs d'une arithmétique assez compliquée : « Personne, a-t-il dit15, n'ignore que toutes nos voyelles ne se prononcent pas avec une égale vitesse, et que toutes nos consonnes réunies à ces voyelles ne leur donnent pas une égale valeur de tems. Pour peu qu'on y fasse attention, on remarque qu'il y a des voyelles sur lesquelles nous courons légerement en parlant, et qu'il y en a d'autres qui demandent qu'on y appuye davantage ; que telles consonnes forment avec les voyelles des syllabes dont la prononciation doit être plus grave, tandis qu'il en est d'autres qui exigent qu'on les prononce avec plus de rapidité. Or un mot peut être totalement composé de ces voyelles et de ces syllabes, brèves ou longues, ou les unes et les autres peuvent s'y trouver entremêlées. Il y a encore des mots plus longs les uns que les autres, et dans lesquels les longues et les brèves sont plus multipliées. C'est ce qui fait que le nombre des syllabes ne décide pas toujours de la mesure d'un mot, puisqu'un terme de trois syllabes, par exemple, n'a pas quelquefois plus de tems, ni même autant qu'un mot de deux ; car si le mot le plus court est composé de deux longues, il équivaudra à un mot composé de deux brèves et d'une longue ; il aura même plus de tems qu'un mot formé de trois syllabes brèves ». Tout en faisant ressortir l'importance de l'accent, l'abbé Joannet attache une grande importance aux quantités métriques : « Quoique la prononciation française n'exprime pas d'une manière bien sensible cette valeur intrinsèque de chaque syllabe d'un mot, ajoute-t-il, puisque ce n'est guere que la pénultième qu'on marque plus particulièrement ou en coulant avec plus de vitesse, ou en appuyant davantage : cependant la quantité de ces syllabes n'en est pas moins réelle et ne s'en fait pas moins sentir aux oreilles délicates. C'est même le principe de la diversité qu'on trouve dans le stile de quelques écrivains. En effet ce retour fréquent des mots où regnent les brèves donne au stile de la vivacité. Celui des mots où dominent les longues lui fait entendre un air de gravité ».

  • 16 Marmontel, El. de Litt., à l'article ”Vers”.

18En 1760, un pasteur réformé de Londres, nommé Durand, reprend dans une dissertation les idées de l'abbé d'Olivet, et fait imprimer son mémoire dans une nouvelle édition du Traité de la Prosodie françoise. Du Marsais, dans ses articles de l'Encyclopédie, particulièrement au mot Accent, cite maintes fois et avec le plus grand respect ce même ouvrage, car il lui paraît évident à lui aussi que l'a est bref dans matin et long dans mâtin. Sans énumérer toutes les adhésions favorables, mentionnons encore celle de Marmontel : « Il en est du vers français comme du vers latin : quoi que l'on donne au sens et à l'expression, la beauté physique du nombre n'échappe jamais à l'oreille ; et le vers dont la scandaison a le plus d'harmonie est encore celui qui en a le plus, naturellement déclamé »16. Marmontel, qui a exposé par ailleurs des vues assez pénétrantes sur l'accent, ne nous présente aucun exposé dogmatique ; il n'accepte pas toutes les décisions de l'abbé d'Olivet, et maintient, semble-t-il, la loi de position telle que l'avaient mise en pratique les Anciens et les métriciens du xvie siècle. Il se borne à scander quelques alexandrins et quelques heptasyllabes français :

– Āu sēin tŭmūltŭēux dĕ lă guērrĕ cĭvīle …
– Īls sōnt ēnsĕvĕlīs sŏus lă māssĕ pĕsānte …
– Lēs ārmĕs dĕ l'Ămŏur quēlquĕfŏis jĕ dĕsire …
– Pēnsĕz-vōus quĕ l'hĩmĕnēe
N'āit păs ētēint sōn flāmbeāu ?

19Il est difficile de ne pas reconnaître dans ces notations l'influence signalée.

  • 17 Elle a été citée par Collé, qui abonde dans le même sens, Journal, T. III, p. 213.

20Cependant il n'y a pas eu unanimité de la critique et les théories quantitatives ont rencontré une certaine résistance. Le malicieux Piron, trouvant la doctrine assez comique, aiguisa contre son auteur une épigramme en forme d'épitaphe17 :

Ci-gît maître Jobelin,
Suppôt du pays latin,
Juré-peseur de diphtongue,
Rigoureux au dernier point
Sur la virgule, le point,
La syllabe brève et longue,
Sur le tiret contigu,
Sur l'accent grave et l'aigu,
L'U voyelle et l'V consonne.
Ce charme qui l'enflamma
Fut sa passion mignonne ;
Son huile il y consumma :
Du reste il n'aima personne,
Personne aussi ne l'aima.

  • 18 J.-J. Rousseau, Lettre sur la musique françoise, T. XI, p. 152.
  • 19 Diderot, T. V, p. 257.

21J.-J. Rousseau, qui demeura indifférent aux savantes démonstrations de l'abbé, assura que la musique ne pouvait tirer aucun parti des quantités, et refusa au français une prosodie certaine : « Je suppose, dit-il par une allusion très claire18, que la même langue dont je viens de parler eût une mauvaise prosodie, peu marquée, sans exactitude et sans précision, que les longues et les brèves n'eussent pas entre elles, en durée et en nombre, des rapports simples et propres à rendre le rythme agréable, exact, régulier ; qu'elle eût des syllabes ni brèves ni longues, et que les différences des unes et des autres fussent indéterminées et presque incommensurables, il est clair que la musique nationale, étant contrainte de recevoir dans sa mesure les irrégularités de la prosodie, n'en auroit qu'une fort vague, inégale et très-peu sensible ; que le récitatif se sentiroit surtout de cette irrégularité, qu'on ne saurait presque comment y faire accorder les valeurs des notes et celles des syllabes … et qu'on ne saurait jamais y rendre les vers dans un rythme exact et cadencé ». Diderot lui aussi a relevé « le défaut de prosodie marquée de notre langue en général »19, c'est-à-dire qu'il ne s'est pas laissé convaincre.

  • 20 J. de Maistre, Cinq paradoxes à Madame la Marquise de Nav…, T. VII, p. 397. Ce texte a été cité pa (...)

22C'est à la fin du xviiie qu'on a cessé de considérer les illusoires quantités vocaliques comme un élément essentiel du rythme. Envisagées en tant que moyen d'expression, elles ne seront bientôt plus que des timbres qui rentreront dans le vaste système d'assonances mis à la mode par les poètes romantiques. Joseph de Maistre a souligné d'une manière très satisfaisante la faiblesse des conceptions classiques héritées de l'Antiquité. Il a reconnu dans la lenteur ou la rapidité des vers un fait de déclamation, ce qui est l'évidence même, mais il leur a trouvé une autre cause que celle invoquée par l'abbé d'Olivet. Voici quelles ont été ses observations20 : « Quant à l'harmonie poétique des mots, qui est aussi une espèce de musique, elle n'a rien de réel. Lorsqu'une pensée nous paraît exprimée heureusement, nous prononçons les mots de la manière qui nous paraît la plus analogue au sens, et cela s'appelle harmonie imitative. Ainsi lorsque nous lisons :

Quatre bœufs attelés, d'un pas tranquille et lent,
Promenaient dans Paris un monarque indolent,

23la mesure est lente, dit-on. Sans doute ; c'est-à-dire que nous prononçons lentement parce qu'il s'agit de bœufs, et que les deux épithètes nous avertissent de lire tranquillement et lentement. Il n'y a là d'autre harmonie que celle que nous y mettons nous-mêmes. La répétition fait le reste. Au contraire quand nous lisons dans Racine :

Que ne puis-je, au travers d'une noble poussière,
Suivre de l'œil un char fuyant dans la carrière,

24le dernier vers est un éclair pour nous. Pourquoi ? Parce que Racine, ayant exprimé la rapidité du char par les paroles les plus parfaitement choisies, nous donnons à la prononciation un mouvement analogue. Mais si les mêmes mots exprimaient, dans le premier vers, le vol rapide d'un griffon, et, dans le second, la marche d'une tortue rampant dans la carrière, nous prononcerions en conséquence, et la poésie serait toujours imitative ». On ne saurait rien dire de plus juste.

Notes

1 Abbé d'Olivet, p. 95.

2 Abbé Dubos, T. I, p. 320 et 322.

3 Demandre, T. II, p. 290.

4 Dumarsais, Logique et Principes de Grammaire, 1769, p. 543, a fait observer que sur ce point d'Olivet s'était contredit, car il avait accordé que l'e était long dans greffe, malgré la consonne redoublée.

5 D'Olivet, p. 79-104.

6 Idem, p. 105 : « Toute syllabe masculine, qu'elle soit brève ou longue au singulier, est toujours longue au pluriel ». Mais cette règle, au xviiie siècle, ne vaut que si le mot se termine par une consonne muette. Il s'agit ici d'une extension injustifiée de la loi que l'auteur enregistre.

7 D'Olivet, p. 101.

8 Idem, p. 79.

9 Demandre, T. II, p. 291.

10 D'Olivet, p. 116.

11 Idem, p. 121.

12 L. Racine, Mémoires de l'Ac. des Inscriptions, T. XV (1732), p. 223.

13 Burette, ïbid., T. V, p. 164. Burette (1665-1747), médecin, musicien, érudit, philologue, membre de l'Académie des Inscriptions, a écrit de nombreux mémoires sur la danse et la musique des Anciens. Il a composé des cantates.

14 Hardion, T. III, p. 52.

15 Abbé Joannet, T. II, p. 9-10.

16 Marmontel, El. de Litt., à l'article ”Vers”.

17 Elle a été citée par Collé, qui abonde dans le même sens, Journal, T. III, p. 213.

18 J.-J. Rousseau, Lettre sur la musique françoise, T. XI, p. 152.

19 Diderot, T. V, p. 257.

20 J. de Maistre, Cinq paradoxes à Madame la Marquise de Nav…, T. VII, p. 397. Ce texte a été cité par A. Retté, Mercure de France, juillet 1899.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter