Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 2

 | 
Claude Mesliand

Conclusion

Texte intégral

1Le choix de l'année 1939 comme terme de notre étude ne tient pas seulement à la commodité de la recherche, si justifiée d'ailleurs que puisse être cette considération. Dans une économie agricole qui s'était résolument orientée vers des productions indissociables pour leur diffusion de l'élévation du niveau de vie, très éloignées de la définition classique et vitale des subsistances, la guerre qui commence alors va apporter une perturbation considérable, pour de longues années. L'agriculture vauclusienne, telle qu'elle s'était progressivement construite, n'était pas adaptée à un contexte de pénurie, et elle sera lourdement pénalisée par les temps d'autérité et de privations qu'imposent la défaite et l'occupation. Puisqu'il y a, incontestablement, rupture brusque et profonde dans l'évolution, l'année 1939 constitue un poste d'observation tout à fait valable pour une vue plongeante sur le temps écoulé depuis les années 1860.

2L'agriculture vauclusienne nous est apparue comme une réussite : l'un de mes partis-pris, quand j'ai engagé ce travail, était bien de faire l'histoire d'une réussite, dans un secteur de l'économie nationale qui n'en compte pas tellement. Il y a là déjà un facteur d'originalité, que soulignent encore les conditions de sa mise en œuvre et de sa réalisation. Mais il convient de réfléchir sur cette réussite, sur ce qu'elle signifie.

3Le paysage, l'agencement intelligent et soigné de l'espace agricole, la circulation intense sur les routes et chemins ruraux, l'animation des places des villages, l'agitation fiévreuse mais aussi calculée des marchés, l'aspect coquet des fermes et maisons paysannes... autant d'indices apparents et indiscutables d'une prospérité, d'une plénitude de vie par où il est légitime de chercher une mesure concrète de la réussite économique. La tradition n'est certes pas absente, dans le langage et les coutumes, dans certains gestes du travail, mais l'essentiel est bien dans la recherche multiforme du moderne : de la camionnette aux valeurs de bourse, des châssis vitrés aux engrais chimiques, des caves coopératives à la prospection des marchés lointains, l'assimilation du progrès sous ses formes les plus diverses et même la démarche pionnière – qui n'exclut pas des prises de risques – composent un comportement collectif. Les loisirs eux mêmes n'y échappent pas, comme en témoigne l'attrait du sport-spectacle : rugby, football, motoball font courir les paysans vauclusiens, qui participent aux passions sportives plus qu'ils ne pratiquent les sports.

4Réussite et modernisme, c'est une association logique, attendue. L'intelligence du paysan vauclusien, c'est d'avoir de bonne heure compris que l'audace, voire l'anticipation étaient payantes. Bien entendu, le processus de modernisation dans lequel s'est inscrite l'agriculture vauclusienne procède du mouvement général de l'économie : l'urbanisation et la progression du niveau de vie sont à la source des orientations nouvelles qu'elle a prises à la fin du siècle dernier. Ni les cultures maraîchères, ni la viticulture de qualité ne sont concevables, telles qu'elles ont été développées, hors de ce contexte. A cet égard, c'est justice de reconnaître que le progrès est venu du dehors. Le paysan vauclusien a su être un homme de son temps, s'introduire dans une évolution d'ensemble qui commandait sa démarche, tout en lui laissant une marge d'initiative qu'il a su exploiter.

5Nulle fatalité, en tout cas, dans la profonde mutation qui a modernisé l'agriculture vauclusienne en moins d'un demi-siècle. Si l'on veut bien se souvenir qu'elle a pris racine dans une série de crises dévastatrices du système agricole traditionnel – crises qui ont précédé mais n'ont pas évité au Vaucluse l'impact de la grande dépression agricole de la fin du xixe siècle – on est au contraire conduit à souligner que les hommes ne l'ont pas attendue passivement et qu'elle ne leur a pas été accordée comme un don du ciel.

6Notre réflexion rencontre un double écueil : d'un côté, nous devons l'inscrire dans un cadre général où il apparaît que le progrès agricole a sa source dans l'industrialisation ; de l'autre nous devons mettre à sa juste place le rôle des conditions naturelles dans la mise en œuvre réussie de l'agriculture moderne. Ne court-on pas de ce fait le risque de réduire à l'excès la part consciente qu'ont prise les hommes dans cette élaboration ? Il est vrai que le soleil est un atout maître des productions agricoles vauclusiennes, qu'il explique la saveur de ses fruits, la chaleur de ses vins et le caractère primeur de ses productions maraîchères. Mais cet atout, encore faut-il savoir le jouer à bon escient ! Et c'est là qu'apparaissent les paysans, riches de l'expérience de leurs aînés, mais aussi de leur imagination créatrice et de leur obstination dans l'effort. Les asperges de Lauris figuraient sur les menus des plus grands restaurants parisiens et londoniens, à des saisons quelque peu insolites... Mais le procédé des chaufferies, généralisé à moindres frais par les châssis vitrés, demandait ingéniosité et travail intense. Les fraises de Pernes et de Carpentras, voilà bien un autre symbole de la réussite de l'agriculture vauclusienne. Certes, mais le soleil n'y a pas suffi : Les fraisières les plus productives et les plus précoces ont été implantées sur des sols caillouteux, naguère encore infertiles. L'homme a su y conduire l'eau, ouvrir des rigoles longuement parcourues par l'eau brune de la Durance dont les limons ont peu à peu colmaté les cailloux : fertilité du limon, bienfaisance de l'eau et aussi chaleur restituée par les cailloux donnent aux fruits leur grosseur, leur saveur et leur précocité. Croit-on que ce résultat était inscrit dans les astres ? Et je ne dis rien d'un calendrier de travaux d'une densité qui n'est pas sans évoquer les contraintes du travail à la chaîne, dernier exemple, parce qu'il faut bien se limiter : les vins de Châeauneuf ont acquis une notoriété internationale et apporté l'aisance et même la richesse à leurs producteurs. Mais il faut avoir parcouru le vignoble, avec ses galets plus gros que le poing qui dérobent à la vue une maigre terre arable, pour comprendre l'effort et la peine qu'il a fallu dépenser pour imposer la vigne dans ces terres impossibles. J'ai limité mes exemples à des réussites spectaculaires, qui ont donné du Vaucluse l'image flatteuse d'une terre de facilite. Il en est d'autres qui sont à la fois plus modestes et moins assurées, où la réalité est encore plus austère. Ne discutons pas l'impression générale de réussite, mais il est juste de souligner que partout, même là où elle se montrait généreuse, la nature a été comprise et intelligemment sollicitée par les paysans vauclusiens. A cet égard, la réussite économique est leur victoire, commune encore qu'inégalement partagée.

7Victoire d'autant plus remarquable que quand ils se sont engagés dans la voie du progrès, l'avenir était bien loin d'avoir livré tous ses secrets. Il est juste, mais il est aussi facile, de dire aujourd'hui que les paysans vauclusiens ont été servis par l'évolution économique générale. N'oublions pas que l'entreprise dans laquelle ils ont mis toutes leurs forces et leurs espoirs était alors, au tournant de notre siècle, une entreprise pionnière avec tous les risques que cela comporte. Sans doute n'avaient-ils pas le choix : les crises qu'ils avaient subies leur imposaient en quelque sorte une fuite en avant. Mais il fallait de la volonté, surtout si l'on tient compte que les désastres qu'ils avaient essuyés les laissaient démunis financièrement.

8C'est par là que la réussite économique prend sa signification sociale. La terre vauclusienne, nous l'avons vu, est très inégalement partagée, et ce ne sont pas ceux qui en avaient la plus belle part, notamment dans les régions les plus favorables, qui ont accompli l'effort décisif. Il y a eu, parmi les grands propriétaires, des hommes de progrès qui ont ouvert des voies nouvelles, mais leur rôle a toujours été réduit, compensé largement en termes négatifs par la passivité et le désintérêt croissant du plus grand nombre des détenteurs de grands domaines. Ceux qui ont œuvré pour l'avenir, ce sont les petits paysans sur leur exploitation familiale. Les voies qu'ils ont suivies, même s'il est vrai qu'ils n'ont pas toujours été les premiers à les emprunter, ils ont su les aménager en fonction de leurs possiblités : il y a une remarquable cohérence entre l'agriculture maraîchère, qui réalise une spécialisation dans la diversité et la mobilité des productions, et la mise en œuvre d'un potentiel d'initiative et de travail intelligent qui est la grande richesse, à défaut de capitaux disponibles, de l'exploitation familiale.

9On ne saurait oublier que dans ce corps à corps avec la modernité, il y a eu des perdants qui ont d'ailleurs pour la plupart disparu de la scène villageoise. Je veux parler de tous ceux qui sont partis, sous l'empire de la nécessité, les ouvriers agricoles en premier lieu, les paysans les moins bien pourvus de terres ensuite. Ces départs n'ont pas toujours brutalement interrompu l'activité des exploitations agricoles qu'à terme seulement ils condamnaient : combien de ménages ont vieilli sur place, sans perspectives d'avenir puisque leurs enfants avaient abandonné la terre ? Les statistiques ne peuvent naturellement pas rendre compte de cette marginalité, où se loge une résignation douloureuse, où s'inscrit aussi l'avenir de ceux qui sont restés. Car c'est par là, autant que par l'éclatement des grandes propriétés, que s'est progressivement consolidée la paysannerie : les départs, le plus souvent, ne coupent pas le cordon ombilical qui relie le paysan à sa terre natale, mais vient un moment où la séparation s'impose, par la vente des biens qu'on avait conservés ou que les vieux parents cultivaient tant bien que mal.

10Par ce processus, les paysans vauclusiens ont pu faire évoluer leurs propriétés et leurs exploitations au rythme que leur imposaient et leur permettaient tout à la fois les progrès techniques. Dans leur grande majorité ils sont restés de petits propriétaires et de petits exploitants, travaillant par eux-même leurs biens, mais ils ont arrondi leurs propriétés – ce qui permettait aussi de les rendre plus homogènes, de les remembrer avant la lettre –, investissant ainsi une partie non négligeable de leurs gains. Et ils ne pouvaient pas faire autrement, contraints qu'ils étaient par la dynamique du progrès. Cela me ramène à l'aisance des paysans vauclusiens, qui n'est certes pas sans nuances mais qui est une donnée incontestable. Elle n'est nullement dissimulée, et l'on a vu que les signes extérieurs s'en découvrent aisément. Ce serait être bien superficiel qu'y voir la simple traduction d'une réussite facile, elle s'accompagne en effet d'une inquiétude moins visible et pourtant bien réelle : elle n'est jamais acquise durablement, ce qui est l'inévitable rançon d'une économie de marché aussi bien que la contrainte des aléas météorologiques, et l'on ne peut se prémunir contre l'échec ou l'accident imprévisibles, et qu'il faut pourtant prévoir, que par l'investissement foncier, qui permet d'accroître les recettes ou de mieux les répartir. Aussi la consolidation de la petite propriété paysanne, son glissement progressif vers les couches supérieures de la petite propriété est-elle une évolution positive, mais aussi nécessaire si la paysannerie veut, autant qu'elle le peut, assurer son avenir. Elle n'en est jamais, il faut bien le voir, totalement maîtresse, mais dans le Vaucluse elle a mis beaucoup de chances de son côté.

11Sa réussite ainsi analysée s'inscrit dans la continuité et la transmission, d'une génération à l'autre, des biens et de l'expérience – qui fait aussi partie du patrimoine. L'enracinement est un facteur essentiel d'une réussite qui s'obtient par aménagements successifs du système de production, où l'innovation est en quelque sorte assurée par les résultats antérieurement acquis. Il se crée ainsi une dynamique du succès, qui repose sur une base progressivement élargie et des techniques et qualités de travail constamment et patiemment enrichies. Tradition et progrès ne sont à cet égard nullement antinomiques, et j'ai souvent été frappé par la relation de confiance et d'échanges entre les deux générations qui coexistent généralement dans la même exploitation agricole. Des vieux aux jeunes, il est rare qu'il y ait rupture, mais bien au contraire s'établit une collaboration où le pouvoir traditionnel du père ne prend pas, m'a-t-11 semblé, une forme pesante, tyrannique et paralysante pour son fils. L'ouverture au progrès, parce qu'elle est une vertu ancienne, se transmet et stimule l'initiative des jeunes.

12Une paysannerie profondément enracinée et tournée vers l'avenir, inséparablement. Et pourtant, elle accueille des éléments nouveaux. Les départs et une natalité calculée sinon contrôlée ont créé un déséquilibre que l'immigration seule pouvait corriger : d'origine montagnarde mais plus encore méditerranéenne, elle a vite résolu les inévitables problèmes d'adaptation et la communauté de culture aussi bien que le naturel accueillant des paysans vauclusiens ont facilité une insertion réelle, activée par les mariages. Des familles nouvelles s'installent dans les villages, qui s'engagent dans une promotion économique et sociale nécessaire au dynamisme économique lui-même. Les nouveaux venus sont de rudes travailleurs, qui participent largement à l'effort général. Déjà, là aussi, des réussites apparaissent, remarquables par la rapidité avec laquelle elles ont été acquises.

13On obtient ainsi l'image, non pas figée mais mobile et pourtant toujours cohérente, d'une démocratie rurale. Ne soyons pas, cependant, idylliques : les différences ne manquent pas, d'un pays à un autre car la réussite n'est pas uniforme, et aussi à l'intérieur même d'une population donnée car la réussite n'a pas supprimé les inégalités sociales. A cet égard, il convient de porter attention à l'émergence d'une paysannerie riche, produit de circonstances économiques particulièrement favorables et d'aventures individuelles heureuses. Certes, ce n'est pas chose nouvelle que l'existence de notables paysans, mais ceux des années de l'entre-deux guerres sont bien différents de ceux des générations précédentes. Pour certains, leur position est héritée, une continuité peut s'observer. Ce n'est pas, toutefois, le cas le plus fréquent car les notables traditionnels n'ont pas fait bonne figure dans la mutation qui a transformé l'agriculture vauclusienne et leur position s'est rarement transmise passivement. Les paysans riches de l'agriculture vauclusienne des années 1920 et 30 sont plutôt des entrepreneurs, servis par leur audace autant qu'aidés par leur patrimoine, et ils ont atteint le seuil au delà duquel l'exploitation familiale bascule vers l'entreprise capitaliste. Ils sont peu nombreux, mais ils proposent un mode d'évolution contradictoire avec la lente promotion de la petite et moyenne exploitation. Rien n'est joué, il serait excessif d'annoncer un affrontement, sous quelque forme que ce soit, entre ces réussites très inégales. Mais le problème est posé des voies de la croissance pour l'avenir, et la présence d'un secteur capitaliste est une réalité dont il faut tenir compte.

14Cela dit, le Vaucluse nous propose tout au long de ces trois-quarts de siècle où nous avons suivi l'évolution de son agriculture et de sa paysannerie un modèle de croissance original et c'est ce qu'il convient de mettre en lumière. Fondé sur une spécialisation diversifiée, qui ne conduit qu'exceptionnellement à la monoculture et qui stimule l'innovation, selon les sollcitations du progrès et du marché, il s'accorde avec les ressources financières et le potentiel humain de l'exploitation familiale. Peut-on dire que toute l'agriculture vauclusienne se retrouve dans un modèle unique ? La diversité de ses options introduit incontestablement au moins des nuances, et plus encore l'inégalité des performances. Mais il est remarquable que dans son ensemble l'agriculture vauclusienne progresse par imitation et adaptation des voies et méthodes suivies et adoptées par les zones pionnières : des cultures maraîchères de Cavaillon aux légumes de plein champ du bassin d'Apt, du vignoble de Châteauneuf-du-Pape à celui du pays d'Aigues ou des coteaux de la vallée de l'Ouvèze, la démarche est identique et c'est en ce sens qu'il existe bien un modèle de croissance propre à l'agriculture vauclusienne. Sans doute peut-on remarquer des taux de croissance inégaux, mais du plus faible au plus fort ils sont toujours supérieurs à la moyenne nationale et cela renforce encore la spécificité du modèle.

15Il ne suffit pas à notre curiosité de dévoiler les traits d'un modèle de croissance original, même s'il y a là une justification majeure du travail réalisé. Je poursuivais en effet un autre objectif, plus ambitieux et aussi plus difficile à atteindre : établir, sur cette base économique, la réalité d'une personnalité collective elle-même originale. C'est déjà un résultat important de notre recherche d'avoir montré la relation dialectique qui s'est nouée entre le système économique et les caractéristiques sociales de la paysannerie vauclusienne : ni l'un ni les autres ne seraient intelligibles pris isolément et la croissance économique n'est pleinement singnificative que si l'on prend en compte, pour les rapports sociaux qu'ils traduisent, les hommes qui en sont les agents et, pour une part, les bénéficiaires. S'il y a personnalité collective, s'exprimant dans des comportements collectifs spécifiques, remarquables par leur cohérence autant que par leur originalité, elle ne peut s'analyser et se définir que par référence à ce couple économie-société que nous avons de bout en bout traité dans son unité. Mais la relation entre ces deux niveaux de l'analyse historique n'est ni simple, ni évidente.

16Personnalité collective et culture spécifique, au sens large que de nouvelles approches de l'Histoire s'efforcent de définir, on voit bien que c'est un même domaine de l'investigation historique. Soucieux de rechercher des cohérences – ou de découvrir leur absence – entre les différents modes d'expression de cette culture, j'ai considéré que l'attitude envers les biens matériels ne devait pas être ignorée. A cet égard, l'étude de la fortune paysanne ne nous a pas seulement informés sur la différenciation et la hiérarchie sociales à l'intérieur de la paysannerie vauclusienne, elle nous a aussi livré d'utiles indications sur l'évolution des esprits envers l'argent, dans les différentes formes où il peut se matérialiser. Nous voyons ainsi se préciser l'image collective du paysan vauclusien, tout à la fois prudent par son sens de l'épargne et ouvert, voire audacieux, par sa perception des formes nouvelles qu'elle peut prendre. La notion d'une épargne active ne lui est pas étrangère, et il est là dans la logique de sa fréquentation des marchés. C'est une même logique que nous a révélée l'étude de la consommation. Non seulement elle ne retarde pas sur la progression du revenu, mais aussi elle se diversifie et s'élargit à des catégories de biens significatives de la modernité. On peut parler de cohérence, entre la base économique et son prolongement dans l'utilisation de son produit financier, en termes d'accumulation et de consommation immédiate. Cette cohérence, à vrai dire, était attendue. Si l'on préfère, une fois posée l'hypothèse de travail, c'est dans le domaine de la vie matérielle qu'on pouvait penser la découvrir le plus facilement. Il n'empêche : elle est très forte, elle s'établit aussi très rapidement et c'est cela qui est à souligner car on sait bien qu'en milieu rural la coutume est puissante et que les idées reçues sont difficiles à ébranler. Il semble bien que ce ne soit pas le cas chez les paysans vauciusiens, pour qui la modernité ne se découpe pas en compartiments étanches les uns par rapport aux autres.

17Peut-on apprécier eh termes de modernité les comportements idéologiques et politiques ? La question serait délicate, si on la posait avec l'arrière-pensée d'un jugement de valeur. Elle est tout à fait justifiée, si on la pose en référence à l'évolution générale des idées. La paysannerie vauclusienne est largement déchristianisée, seul un noyau généralement faible a résisté aux sollicitations du modernisme – pour reprendre précisément le langage des responsables ecclésiastiques. Et elle affirme un tempérament politique de gauche, de manière et de mesure indiscutables. Naturellement, la corrélation entre ces deux attitudes est sans surprise, encore que le détachement religieux n'entraîne pas automatiquement à des options politiques socialiste et communiste, ce qui est fréquemment le cas en Vaucluse. Un problème ne peut être esquivé, que nous n'avons volontairement pas abordé dans notre travail : les engagements religieux et politiques n'ont-ils pas leur explication en amont de la période étudiée ? Auquel cas leur signification "moderne" ne serait plus, ou pourrait ne pas être corrélée avec la mutation économique. Il est certain que le détachement religieux s'enracine dans un temps où il ne pouvait pas s'exprimer, il est également certain que la tradition républicaine et les positions qu'elle induit se sont inscrites dans les consciences bien avant la fin du Second Empire. Mais l'important pour notre propos, c'est que le mouvement qui s'est incontestablement mis en marche dès les premières années de la Troisième République, sur ce fond de subconscient collectif, ne s'est pas détourné de sa route par la suite. La continuité est remarquable, et l'on peut bien alors parler de cohérence.

18Sans aucune doute, dans ces domaines d'expression culturelle la tradition est une force, elle contribue à modeler les consciences bien après les événements qui l'ont fondée. D'où l'idée que l'étude des mentalités propose une histoire des résistances. C'est là que pour la paysannerie vauclusienne les choses se compliquent : la tradition est ici source du mouvement, et elle est, avons-nous montré, constamment entretenue et évoquée au bénéfice du mouvement. Plus surprennante encore est l'observation que les paysans restent fidèles à cette tradition politique du refus de l'ordre établi et d'aspiration à l'égalité alors qu'elle se charge d'un contenu révolutionnaire et qu'eux-mêmes bénéficient d'un processus d'enrichissement qui, en d'autres lieux, infléchit vers la droite leurs choix politiques. Car tel est le constat final : une paysannerie individualiste et aisée, qui maintient son orientation à gauche et persiste dans son détachement religieux.

19Il y a bien là un comportemment collectif, ou une culture, spécifique. La réussite économique n'est pas dans le Vaucluse facteur d'engagement politique conservateur, elle n'a pas soumis à érosion lente ou à déchirure brutale une tradition politique de gauche que confortait l'indifférence religieuse. Si réelle qu'elle soit, la réussite économique présente ici un caractère précaire et la loi des marchés, d'expérience quotidienne, conduit beaucoup de paysans vauclusiens à être critiques envers les mécanismes de l'économie capitaliste, tout au moins à être réceptifs à la critique que les partis de gauche en proposent. Par ailleurs, nombre d'entre eux sont conscients qu'il y a une solidarité de fait entre eux et la classe ouvrière, en ce sens que l'élévation de son niveau de vie est pour eux un facteur de croissance de leurs productions. Ces considérations, où l'on est en droit de voir une cohérence de leur comportement politique par rapport à leur situation économique, nous permettent de comprendre la permanence de la tradition républicaine qui sous-tend les votes de gauche. Mais il est certain que cette tradition a aussi une vie autonome, qu'elle exprime une éthique que ne saurait remettre en question, aux yeux de beaucoup, l'amélioration de leur condition personnelle.

20On le voit, je ne proposerai pas d'explication mécanique. Tel n'était pas mon projet, et ma conviction est au terme de cette étude plus forte encore qu'elle ne l'était lorsque je l'ai commencée : de l'économique au politique, la relation est complexe et les options politiques et idéologiques ont une incontestable autonomie, qui nous justifie d'ailleurs plus encore dans l'ambition d'une Histoire totale, car elle seule peut rendre compte de la diversité des facteurs qui fondent l'évolution d'une société et des interactions qu'ils déterminent. A ce prix, une société devient intelligible dans son mouvement et l'Histoire apporte sa contribution spécifique à la connaissance du présent. C'était là, en fin de compte, mon ambition, soutenue par la vive sympathie que j'éprouvais, qui s'est heureusement vérifiée et confirmée, pour ces paysans laborieux et ouverts dont la réussite m'apparaît à bien des égards exemplaire.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter