Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 2

 | 
Claude Mesliand

Chapitre IV. Les paysans vauclusiens et la politique

Texte intégral

  • 1 J. Gouault. Comment la France est devenue républicaine. Les élections générales et partielles à l' (...)

1Tout au long de la Troisième République le département de Vaucluse a affirmé une incontestable personnalité politique. Ses représentants à l'Assemblée Nationale avaient fait bloc pour l'amendement Wallon et pour le vote des lois constitutionnelles1, portés par un courant d'opinion majoritaire, et c'est ainsi que s'est enracinée une tradition républicaine qui s'est rapidement reconnue dans l'aile radicale – ou intransigeante – du parti républicain. Le Vaucluse est apparu comme une terre d'élection du Radicalisme et bientôt l'un de ses fiefs, image qu'a contribuée à dessiner le destin national assumé par Edouard Daladier dans l'entre-deux guerres. Cette vision d'ensemble ne peut être récusée dans le raccourci saisissant qu'elle suggère, mais il est nécessaire de l'analyser et de lui restituer ses détails et son mouvement, car du début à la fin de la Troisème République le Radicalisme a singulièrement évolué dans son contenu politique et il faut soumettre à inventaire précis l'impression de continuité et de force dominante qu'il donne à première vue. Formuler ces précautions indispensables n'amoindrit nullement l'idée d'une personnalité politique, expression d'une culture politique, propre au Vaucluse, mais au contraire vise à la cerner de plus près, au-delà de ses apparences.

2Peut-on imaginer que cette culture politique s'élabore hors de la paysannerie vauclusienne ? La simple considération du poids qu'elle représente dans le corps électoral interdit de le penser, et plus encore la prise en compte de sa fonction économique et de sa place dans la société. Les paysans vauclusiens ne peuvent avoir un comportement politique en quelque sorte passif, résultant d'un effet de mimétisme ou encore d'influences sociales et idéologiques qu'ils subiraient docilement ou inconsciemment. Sans doute, ces facteurs d'entraînement existent et, dans un pays à forte centralisation, ne doivent pas être négligés. Mais pour notre propos, l'essentiel n'est pas là, il est dans l'idée suivante : les paysans vauclusiens sont des acteurs, au sens plein du terme, de la vie politique locale et départementale, par l'assimilation qu'ils réalisent, dans les conditions qui leur sont propres, des grands thèmes de la vie politque nationale. Et c'est bien à ce titre que les positions politiques qu'ils prennent et assument dessinent une personnalité politique qui est un mode d'expression de leur culture.

I – CARACTERISTIQUES DE LA VIE POLITIQUE VAUCLUSIENNE (1870-1914)

3Personnalité et culture politiques s'entendent dans un cadre socio-économique donné, à l'intérieur duquel la vie politique s'organise et se déroule d'une manière relativement originale. Le cadre ainsi défini impose des conditions nécessairement contraignantes, encore que les hommes par leur action politique puissent les faire évoluer. Dans cette hypothèse, il est nécessaire d'étudier les données caractéristiques de la vie politique vauclusienne, c'est à dire une prise en charge spécifique des grands problèmes politiques nationaux. Naturellement, il ne saurait être question de s'engager dans une analyse événementielle de la vie politique vauclusienne, mais plus simplement l'objectif visé est d'en dégager les points forts et les particularités, par lesquels justement peuvent commencer à se dessiner les traits d'un comportemment politique original.

A – ENRACINEMENT DU RADICALISME

4Les débuts difficiles de la Troisième République ont été marqués en Vaucluse par des luttes vives, passionnées et âpres, qui se sont durablement inscrites dans les consciences et ont créé les conditions d'antagonismes excluant le recours à la conciliation et au compromis. Reprenant la tradition des Blancs et des Rouges, l'affrontement des monarchistes et des républicains vauclusiens a découpé le paysage politique en deux camps aux contours nettement tranchés et aux frontières infranchissables, la Droite et la Gauche.

  • 2 A. Autrand. Un siècle de politique en Vaucluse. Avignon 1958.
  • 3 Ils avaient bien présenté des candidats aux élections de 1861, mais sans y croire et ils n'avaient (...)

5Avant même que l'Empire ne s'effondre, les républicains vauclusiens avaient fait l'épreuve positive de leur force et de leur cohérence. Aux élections législatives de 1869 leurs candidats avaient recueilli les suffrages de 29 % des électeurs inscrits au premier tour, chiffre porté à 33 % au second tour. L'ambiguïté du plébiscite du 8 mai 1870 ne les avait guère troublés, puisqu'ils s'étaient comptés 30 % du corps électoral à lui répondre par un non catégorique2. C'étaient des positions certes minoritaires, mais elles s'étaient exprimées dans un contexte très défavorable et il n'est pas surprenant qu'elles soient devenues largement majoritaires dès la chute de l'Empire. Les élections à l'Assemblée Nationale permettent de prendre la mesure de ce renversement de majorité, mais on ne doit pas oublier qu'elles sont la sanction d'une activité politique intense, qui a substitué dans de nombreuses communes des commissions municipales républicaines aux municipalités élues sous l'Empire, et qui a donné la parole au peuple, dans les cafés, les cercles et les chambrées, c'est-à-dire dans tous les lieux où le débat politique pouvait prendre forme. L'adhésion à la République est incontestablement un mouvement populaire, l'expression d'une vague de fond qui surprend et inquiète le parti monarchiste. Il faut à cet égard préciser : ce sont les légitimistes qui s'expriment, c'est d'Henri V qu'il est question et c'est le drapeau blanc que l'on sort, dans les cercles des Amis de l'Ordre, dans les villages qui ont résisté à la poussée républicaine. Ils ont sur les orléanistes l'avantage d'être restés sur la réserve à l'égard de l'Empire et même de l'avoir combattu dans les élections législatives de 1869, sans grande conviction il est vrai3. Et ils sont bien décidés à jouer leur carte.

6Ce scénario n'est certes pas particulier au Vaucluse, mais dans sa mise en oeuvre il comporte des éléments moins banals. L'administration préfectorale, manifestement décontenancée par la vigueur du parti républicain qu'elle a précisément mission de combattre depuis 1872, justifie son impuissance par des considérations désabusées sur l'extrémisme et la démagogie des républicains, que conforterait en quelque sorte l'intransigeance déraisonnable des monarchistes. C'est ce qu'exprime par exemple le sous préfet de Carpentras quand il écrit en mai 1873 que

  • 4 A.D.V. 1M 686.

"l'exagération des sentiments politiques est telle dans cet arrondissement que le véritable parti conservateur, qui compte dans ces rangs les grands propriétaires fonciers, l'élite du barreau, le haut du commerce, n'a plus ni autorité, ni influence ; il est presque complètement annihilé et dans les élections législatives, départementales et municipales, ou ses candidats échouent, ou il s'abstient d'en présenter et même de voter. Pourtant il est hors de doute que s'il voulait mettre de côté son exclusivisme, ses préventions, faire quelques concessions et accepter franchement la République conservatrice, il aurait facilement raison de la démagogie et reprendrait bientôt son ancienne situation"4.

7Mais comment les monarchistes pouvaient-ils renoncer à leur objectif ? Ce qui est vrai, c'est qu'ils s'aveuglaient sur leurs forces réelles et que d'échec en échec il n'y eut bientôt plus d'autre ressource pour contenir la poussée républicaine que de recourir à la répression, sans reculer devant sa forme la plus grossière, la fraude électorale cynique et massive. C'est là que la tradition républicaine en Vaucluse trouve sa plus grande originalité. L'Ordre Moral, avec ses formes larvées et hypocrites de répression, n'avait pas réussi à faire reculer le parti républicain qui non seulement l'avait emporté dans une élection législative partielle en 1874 sur le nom prestigieux de Ledru-Rollin, mais encore était parvenu à faire élire un sénateur en janvier 1876 et avait enlevé trois des quatre sièges de député aux élections législatives des 20 février et 5 mars 1876. Encore faut-il ajouter que le député conservateur élu dans l'arrondissement d'Avignon ne devait son succès qu'à la fraude et qu'ayant été invalidé il fut battu par son adversaire républicain un an après. Il y avait, du fait de ces succès répétés, le risque réel que se découragent les conservateurs, et leurs maîtres à penser en étaient conscients, comme en témoigne une correspondance adressée par le vicomte Henri de Pontmartin au Vicomte de Salvador le 31 janvier 1876. Le vicomte de Salvador, leader des légitimistes vauclusiens, vient d'être battu aux élections sénatoriales, qu'il avait pourtant soigneusement préparées, et son ami lui apporte un réconfort en forme d'analyse politique :

  • 5 Bibliothèque du Musée Calvet. Manuscrit 5831. Correspondance du vicomte de Salvador. L'appui que l (...)

"Tu as maintenant à remplir une tâche digne de toi : empêcher nos amis de la Société des Amis de l'Ordre d'Avignon et de Caumont de renoncer à la lutte et même au vote pour les élections législatives ; ce serait une faute. Au fond, les élections d'hier, douloureuses et cruelles pour nous, ne sont pas absolument accablantes pour Mr Doncieux (le préfet) ... Qu'il obtienne le 20 février (date des élections législatives) seulement deux bonnes nominations sur quatre, et le voilà plus affermi qu'ébranlé dans sa préfecture. Or, nous n'aurons jamais un meilleur préfet, tant que le Roi ne sera pas là pour nous en donner un de sa main"5

8On ne peut être plus clair – ni plus cynique ! – sur la mission assignée au préfet.... Mission qui ne fut qu'à demi remplie, puisqu'un seul député conservateur fut élu le 20 février. Aussi bien fallait-il employer les grands moyens et c'est ce qui fut fait après la crise du 16 mais 1877. Certes, la répression eut alors une portée nationale, mais le département de Vaucluse fut l'un des mieux servis, sous la conduite zélée d'un nouveau préfet, Ducrest de Villeneuve.

  • 6 A.D.V. 1M808. Etat des révocations, suspensions, changements ou déplacements dans le département d (...)
  • 7 On comprend pourquoi à la lecture d'un rapport du sous-préfet d'Apt en mai 1873 qui indique que "l (...)

9Plus question de finasser, l'attaque est brutale et massive et il est probable qu'elle n'est pas toujours menée avec discernement, car le temps presse et l'important est de donner satisfaction aux revendications des conservateurs, pour désorganiser les structures du parti républicain, frapper ses relais et ses propagandistes, intimider les hésitants6. Passons sur les mesures de révocation et de déplacement qui affectèrent la haute administration préfectorale et les chefs des différents services, financiers, judiciaires, postaux... Elles avaient leur importance, mais ne pouvaient être perçues comme des atteintes directes à leur liberté par les Vauclusiens. Il en est tout autrement avec la dissolution de 46 conseils municipaux, la fermeture d'une trentaine de cercles – dans ce domaine la répression s'était abattue dès 1873 –7, de 62 cafés et débits de boissons, la dissolution de plusieurs syndicats d'arrosants, du conseil des directeurs de la Caisse d'Epargne de Carpentras et des mesures individuelles peut-être plus sensibles encore : 103 maires et adjoints sont révoqués, 35 instituteurs sont déplacés, 65 gardes champêtres et 8 gardes forestiers sont révoqués et aussi 8 facteurs. Aucune commune du département n'est épargnée par cette répression multiforme, qui ne s'embarrasse d'aucune justification et qui atteint ici des sommets, à la mesure de l'enjeu.

  • 8 Journal officiel. Compte-rendus des débats à la Chambre des Députés.
  • 9 A.D.V. 1M808.
  • 10 Les fraudes sont obtenues par des moyens très diversifiés. Les plus efficaces sont celles qui perm (...)

10C'est donc dans un climat lourd et tendu que se déroule le scrutin du 14 octobre 1877... Divine surprise ! Les candidats conservateurs l'emportent nettement dans les quatre arrondissements, trop nettement car il est bien difficile de croire sérieusement à un tel renversement de majorité. L'explication ne tardera pas : la chambre des députés votera en février 1878 l'invalidation de ces quatre députés, et les rapports présentés à cet effet8 aussi bien que les témoignages et faits rassemblés par la commission d'enquête9 établissent de manière indiscutable que, peu confiants dans la répression qu'ils avaient pourtant maniée sans douceur,les hommes du 16 mai, préfet et sous-préfet, commissaires de police et force armée, hommes de main du parti conservateur avaient multiplié le jour du vote les fraudes, qualifiées par le rapporteur sur l'élection dans l'arrondissement d'Avignon de "pratiques dont on ne trouve l'emploi que dans ces régions",10 alors que le rapporteur sur l'élection dans l'arrondissement de Carpentras indique qu'elles proviennent "d'un concert et d'une sorte de complot organisés dans les hautes sphères et dans les cercles du parti de l'ordre".

11Ces faits ne sont pas anecdotiques. Certes, la fraude fut mise en échec puisque les élections qui eurent lieu après l'invalidation des conservateurs furent un succès pour les candidats républicains, sans concurrents dans les arrondissments d'Avignon, Apt et Carpentras. Mais les violences des hommes du 16 mai ont profondément et durablement marqué la conscience républicaine et l'ont engagée dans une attitude dure, intransigeante à l'égard des conservateurs. La tradition des Rouges et des Blancs, avec son contenu de conflit passionné, s'en trouve justifiée et du même coup l'aile "radicale" du parti républicain s'affirme comme la force décisive, par sa résolution et son intransigeance, dans un combat où la République a été agressée par des armes qui disqualifient ceux qui les ont utilisées. L'orientation radicale du parti républicain trouve incontestablement dans l'ordre moral et ses violences, cauteleuses ou brutales, une source majeure de son inspiration populaire. Elle s'enracinera d'autant plus aisément que la victoire républicaine offre un terrain de revanche où peuvent s'exprimer aisément les sentiments populaires : la question scolaire, sur le déroulement de laquelle je n'ai bien sûr pas l'intention de revenir, devient un terrain fertile de politisation des masses parce que les curés et leurs soutiens avaient activement participé à l'entreprise du 16 mai.

  • 11 A.D.V. 3M267.

12Le Vaucluse, après cette expérience, ne peut être une terre de conciliation. Forts d'une conviction militante qui n'est pas étrangère au caractère sociologique de leur recrutement, les républicains occupent systématiquement tous les terrains, que leur abandonnent d'ailleurs assez souvent leurs adversaires, plus sensibles au découragement. On le voit à l'élection complémentaire de 1879, dans l'arrondissement d'Orange où ils inaugurent une tactique qui aura des suites et qu'on peut qualifier de politique du pire : incapables de présenter un candidat, ils font voter en sous-main pour le candidat radical le plus à gauche, Humbert, venu de Paris où il était rédacteur à l'Intransigeant11. Manoeuvre dérisoire, qui d'ailleurs échoue, mais qui contribue à donner – et le fait se renouvellera – un caractère de "combine", ou de jeu subtil aux mains de personnages influents, aux consultations électorales. Il y a là un élément malsain qui ne doit pas être sous-estimé dans la pratique électorale vauclusienne. Mais le découragement peut aller jusqu'à la désertion pure et simple du terrain politique, et c'est le problème que se posent les conservateurs aux élections de 1881, où leurs chances paraissent effectivement bien minces. Les uns veulent se compter, mais d'autres y voient un risque de déconsidération, comme ce correspondant cavaillonnais du vicomte de Salvador qui lui déconseille de se présenter :

  • 12 Bibliothèque du Musée Calvet. Manuscrit 5831.

"On va donc au devant d'un fiasco complet, chose qu'il faut éviter à tout prix. Il convient de conserver son prestige pour les luttes à venir. Dans cette lutte vous en sortiriez amoindri aux yeux des paysans"12.

13La référence aux paysans est révélatrice d'un état d'esprit et d'un comportement social. Bien que son indentification soit impossible, il y a tout lieu de penser que le signataire de cette lettre est un grand propriétaire, noble ou même bourgeois : c'est dans cette couche sociale que se recrutent bon nombre de dirigeants du parti conservateur,et leur analyse de la réalité politique est fortement marquée par leur vision de la société, où les rapports d'autorité et de clientèle fondés sur le rang social et la fortune sont à leurs yeux déterminants. Il est certain que l'influence politique qu'ils exercent s'explique pour une bonne part par le jeu de ces rapports, mais son recul indiscutable, qu'ils se refusent à analyser lucidement, avec esprit critique, montre bien que dans une société rurale affrontée à une grave crise économique, s'interrogeant profondément sur ses certitudes traditionnelles, ce type de relations sociales et politiques tombe en désuétude.

14Hésitants et divisés sur l'attitude à adopter, les conservateurs vont aux élections de 1881 en ordre dispersé et sans conviction. Ils sont absents dans l'arrondissement d'Apt, où ils éprouvent les plus grandes difficultés à s'organiser, ils portent partiellement leurs suffrages sur le candidat le plus à gauche dans l'arrondissement d'Orange – qui devient ainsi le champ privilégié d'application de la politique du pire – et leur présence à Avignon et Carpentras est plus symbolique que combative. Le succès est facile pour les candidats républicains, qui rivalisent d'ardeur dans le "radicalisme" de leurs programmes. Ainsi se consolide la tradition d'un républicanisme agressif et intransigeant, conscient de sa force et des succès qu'il remporte.

B – LES MODERES NE REUSSISSENT PAS A S'IMPLANTER

  • 13 Une lettre du vicomte d'Adhémar au vicomte de Salvador (Bibl. Musée Calvet. Man. 5810), écrite que (...)
  • 14 Le sous-préfet de Carpentras, dans l'arrondissement duquel les conservateurs ont remporté d'incont (...)
  • 15 L'Union de Vaucluse.

15Le renoncement des conservateurs est aussi une attitude tactique, qui prend tout son sens compte tenu du fait qu'ils sont en Vaucluse conduits par les légitimistes, de plus en plus anachroniques. La mort du comte de Chambord en 188313 favorise le renouvellement de leur équipe dirigeante et l'adoption d'une ligne politique plus souple dans la forme, cultivant l'ambiguïté pour retenir les voix des légitimistes obstinés aussi bien que pour attirer celles des républicains déçus et mécontents. Cette mutation, amorcée lors des élections municipales de 188414, s'achève au début de l'année 1885" lorsqu'on se met à préparer activement les élections législatives prévues pour octobre : les conservateurs de tout obédience font alliance derrière un journal local, l'Union de Vaucluse, qui annonce dans un éditorial du 1er janvier 1885 qu'il devient maintenant, aux yeux de tous, sans aucune distinction de nuances, son (au Parti Conservateur) organe attiré et officiel", sur un programme où l'accent est mis sur la défense des libertés mais aussi sur le soutien de la cause monarchique15.

  • 16 A. Autrand.op.cit.

16Dans le même temps où le parti conservateur se rénovait, les républicains se divisaient. Portés par leur dynamisme mais aussi par la conjoncture locale à une victoire complète, les radicaux vauclusiens trouvaient en face d'eux des modérés, se réclamant de la pensée politique de Jules Ferry, encouragés à se regrouper et à se poser en rivaux des radicaux par le préfet Assiot qui mit à leur service l'influence de l'administration. Ces répulicains opportunistes étaient d'autant plus déterminés que les succès radicaux attiraient dans le département de jeunes ambitieux, éloquents et très entreprenants qui faisaient obstacle à leurs propres ambitions. Après la canditature Humbert de 1879, les radicaux d'Orange avaient porté leur choix en 1882, pour remplacer le député A. Gent devenu sénateur, sur un jeune avocat à la Cour d'Appel de Paris, J. Gaillard, et l'année suivante les radicaux de l'arrondissement d'Apt avaient fait appel pour succéder à Naquet lui aussi devenu sénateur, à un autre jeune et brillant avocat parisien, G. Laguerre16. Le parti républicain opportuniste prit, de ce fait, le caractère d'une structure d'accueil pour des politiciens locaux déçus et blessés dans leurs ambitions par la spectaculaire "colonisation" radicale du département.

17Aussi bien les divergences doctrinales, pour réelles qu'elles sont, recouvrent aussi des oppositions de personnes, des rivalités d'ambitions qui sont pour beaucoup dans le ton acerbe des polémiques entre républicains. Il semble que les opportunistes, qui connaissaient bien la force d'entraînement du verbe radical et mesuraient pour eux-mêmes les risques d'une compétition, ont tenté auprès des radicaux, avec l'appui du préfet, une démarche de conciliation pour aboutir à la formation d'une seule liste républicaine, sur la base d'une égale représentation des deux fractions du parti républicain. Démarche sans succès, repoussée avec dédain par des radicaux sûrs de leur force, si l'on en croit la feuille radicale le Réveil du Midi, qui conclut un article en ces termes :

  • 17 Le Réveil du Midi. 19 Avril 5831.

"Tas de farceurs ! Le peuple est derrière vous. Savez-vous ce qu'il dit : pas de conciliation ! Une liste radicale et une bonne, s'il vous plaît ! La masse des électeurs républicains connaît ses vrais amis, et ne veut pas que leurs noms soient en contact avec ceux des créatures d'Assiot ou de Ferry"17.

18La division des républicains est donc le terme d'une évolution parallèle à celle qu'a suivie, mais en sens inverse, le parti conservateur. C'est la conjonction des deux phénomènes qui détermine, dans sa complexité mais aussi dans son originalité, la conjoncture politique. Les forces du mouvement se dispersent, et donc s'affaiblissent, au moment même où les partisans de l'ordre établi paraissent en mesure de remettre en question la victoire qu'elles avaient acquise de haute lutte. Engagées dans une compétition dont la suprématie radicale est l'enjeu, les deux fractions du parti républicain ne risquent-elles pas de faire le jeu du parti conservateur, en position d'arbitrer à son avantage le conflit des frères ennemis ? Il est certain, en tout cas, que chacun des trois partis qui allaient s'engager dans la campagne électorale avait conscience de jouer une grosse partie.

19L'adoption du scrutin de liste, introduisait un élément nouveau dans la préparation des élections. Les états-majors politiques exerçaient jusqu'alors leur action dans les limites de l'arrondissement, qui avait acquis de ce fait une personnalité politique autonome, et il fallut en tenir compte dans l'élaboration des listes de candidats : sur chaque liste chaque arrondissement eut son candidat. Leur désignation se fit en deux temps pour les opportunistes et les conservateurs : d'abord dans le cadre de l'arrondissement,puis au cours d'une réunion départementale qui rassemblait des délégués qui s'étaient déjà prononcés sur le candidat de leur arrondissement. Il ne semble pas que cette procédure ait soulevé de difficultés, mais le choix arrêté par les délégués du parti conservateur pour l'arrondissement de Carpentras témoigne éloquemment du souci de présenter des hommes nouveaux. Nous pouvons en juger, en effet, par une lettre personnelle de Paul Ravoux au vicomte de Salvador, pour lui rendre compte du congrès conservateur de Carpentras :

"Le nom de Mr Eugène Fortunet a réuni une grande majorité au scrutin secret... Tout le monde ici rend un hommage sincère au grand talent et à l'honorabilité de Mr de Barcilon (légitimiste qui avait été à plusieurs reprises le candidat du parti conservateur dans cet arrondissement) mais on est obligé de convenir que la popularité, au point de vue électoral et politique, s'est complètement éloignée de lui.

  • 18 Bibliothèque du Musée Calvet. Manuscrit 5831.

... Les délégués, hommes sérieux et au courant de l'esprit public dans nos communes, ne se sont préoccupés que du succès. A ce point de vue, je crois qu'ils ne se sont pas trompés, le vent est en ce moment favorable à Mr Fortunet, qui, à une grande fortune, joint également une somme de qualités diverses, qui en font un homme de valeur"18.

20Quelque dépit que puissent en éprouver les anciens légitimistes, le choix de Fortunet indique nettement la volonté du parti conservateur de tout mettre en oeuvre pour obtenir le succès. Il est possible, à cet égard, que la situation de fortune du candidat désigné ait pesé dans la balance, car le financement de la campagne électorale pouvait s'en trouver facilité.

  • 19 Ce député, le docteur Poujade, vétéran des luttes républicaines, apparaissait comme un solitaire, (...)

21Les radicaux s'en remirent, pour le choix de leurs candidats, à une procédure différente de celle de leurs concurrents : elle témoigne de leur solide implantation partout dans le département, mais aussi des ambitions politiques que suscite la puissance même du parti radical en Vaucluse. Huit candidats se présentaient aux suffrages des militants radicaux, dans une compétition publique. En fait, trois d'entre eux étaient indiscutables et assurés d'être désignés : les trois députés sortants, Laguerre pour l'arrondissement d'Apt, Saint Martin pour celui d'Avignon et Gaillard pour celui d'Orange. La lutte devait donc se circonscrire à cinq postulants pour une place, correspondant à l'arrondissement de Carpentras dont le député sortant ne se représentait pas19. Elle fut courtoise, mais très animée, et contribua pour beaucoup à créer un climat électoral passionné.

22Soucieux de se faire connaître, désireux d'acquérir ou de confirmer une popularité susceptible de déterminer en leur faveur le choix des militants radicaux, les candidats à la députation sur la liste radicale tiennent, d'avril à août, des réunions publiques dans de nombreuses communes du département, qui nous sont connues par les compte-rendus qu'en donne, dans sa chronique locale, le journal radical Le Réveil du Midi. Propagandistes pour leur compte personnel, les orateurs l'étaient aussi pour le compte du parti radical, qui s'assurait ainsi une avance très nette sur ses rivaux dans l'organisation et le lancement de la campagne électorale : A. Michel, le plus actif d'entre eux, est signalé par le Réveil du Midi dans 23 réunions, Valabrèque dans 9 et Tamisier dans 8. Il est probableque les correspondants locaux du journal dénombraient avec générosité les auditoires de ces réunions, mais il est à noter qu'ils les évaluent fréquemment à plusieurs centaines de personnes, dans des commmunes rurales, à la saison des grands travaux agricoles : curiosité ou sympathie ? Les deux sans doute, et le fait en lui-même est significatif de l'intérêt qu'éveille l'approche des élections, en même temps qu'il témoigne de la solidité de l'organisation politique.

  • 20 Le Réveil du Midi. 28 août 1885.

23Dans ces réunions préélectorales, les orateurs exposent le plus souvent le programme radical, et on imagine aisément que les assauts d'éloquence auxquels ils se livrent les conduisent à rivaliser d'intransigeance. C'est à ce titre, sans doute, qu'il convient de relever la mention, faite dans de nombreux compte-rendus de réunion, d'une quête au profit du sou des écoles laïques : c'est un geste politique, qui a valeur de symbole et transpose la lutte électorale sur le plan des principes les plus intransigeants. Dans le même esprit, les candidats radicaux proposent au jugement de leurs électeurs leur passé politique. C'est ainsi que Rédier maire et conseiller général de l'Isle, accompagne sa déclaration de candidature d'une éloquente autobiographie20. Fils d'un proscrit de décembre, il a servi à l'armée du Nord en 1870 comme capitaine de Mobiles. L'Ordre Moral l'a frappé d'amende et de prison, et le gouvernement Ferry l'a révoqué de son mandat municipal.

  • 21 Le Radical de Vaucluse 13 septembre 1885.

24C'est donc en toute connaissance de cause que les délégués du parti radical, réunis en congrès départemental à Avignon le 6 septembre se prononcent entre les candidats qui sollicitent leurs suffrages : A. Michel, représentant de commerce à Carpentras, est désigné au second tour de scrutin21. Et la présentation du candidat désigne souligne l'importance que les radicaux attachent aux principes qui guident leur action politique :

"Libre penseur convaincu, le citoyen A. Michel prêche d'exemple en élevant ses enfants en dehors de toute religion. Aussi est-il un partisan acharné de l'enseignement laïque... Dès son arrivée à la mairie, il fit supprimer toute allocation à l'école congréganiste de filles... ; il laïcisa la salle d'asile ; les processions furent interdites sur la voie publique et, grâce à sa persistance à assister aux réunions des conseils de fabrique, le conseil municipal put, également, refuser les traitements des vicaires et des autres cultes.

  • 22 Ibidem. 20 sept. 1885.

... Au point de vue politique, A. Michel appartient depuis son enfance au parti républicain... Sous l'Empire déjà il faisait partie du comité républicain de l'arrondissement de Carpentras. Pendant les deux crises de l'Ordre Moral, il ... a toujours tenu bravement tête à la réaction dans les journaux et dans les réunions"22.

  • 23 Le Radical Progressiste. 1er oct. 1885.

25L'insistance des Radicaux à justifier leurs candidats sur le plan des principes conduit les opportunistes à les suivre sur ce terrain où les références puisées dans l'évocation du passé tiennent lieu d'aptitudes à remplir le mandat de député. Les candidats opportunistes sont des notables, par leurs activités professionnelles et les mandats électifs qu'ils détiennent : Guérin est avocat et maire de Carpentras, Achard est avocat et premier adjoint au maire d'Avignon, Capty est avocat et premier adjoint au maire d'Orange, et Delpech, ingénieur et grand voyageur, a été préfet des Bouches-du-Rhône après le 4 septembre. Mais ces qualités ne sont évoquées qu'incidemment dans la présentation des candidats que publie le journal électoral de la liste opportuniste23. La propagande opportuniste insiste plus volontiers sur le passé de luttes républicaines des candidats, et elle n'hésite pas à revendiquer pour eux le titre de radicaux, repris de façon inattendue dans la dénomination de la liste opportuniste, qui s'intitule : "Liste radicale progressiste". Cette annexion, qui soulève les vénémentes protestations des radicaux authentiques, donne la mesure de l'indentification qui s'est réalisée, en peu de temps, entre République et Radicalisme : les opportunistes sont bien obligés de l'admettre, et de s'en servir. H. Capty lutte depuis 20 ans "pour le triomphe des idées radicales" et il reste "fidèle aux principes d'un radicalisme éclairé, sincère, sans exagération ni défaillance". E. Guérin "radical en politique... l'est bien plus en économie sociale" et Delpech, "vétéran des luttes populaires" est déjà entré dans la légende :

  • 24 Ibidem.

"Faut-il donner à Delpech le titre de républicain radical ? Sans doute il le mérite, au moins autant que beaucoup d'autres, mais ce ne serait pas assez. Delpech a prouvé plusieurs fois qu'il saurait mourir pour sa cause, et si ambitieuse que semble l'épithète, Delpech est un républicain héroïque"24.

  • 25 L'Union de Vaucluse. 24 sept. 1885.
  • 26 Ibidem. 25 sept. 1885.

26Le parti conservateur ne s'appesantit pas, pour sa part, sur le passé politique de ses candidats. Ce sont des hommes d'ordre, de bien et de dévouement qui offrent le concours de leur savoir et de leur expérience à leurs concitoyens. Bernard, ancien juge à la Cour d'Appel de Dijon, originaire d'Apt, est un enfant du pays, et ce fait est souligné avec insistance, par opposition au "député exotique" de l'arrondissement d'Apt25. Monier-Vinard, avocat à Orange, est bien informé des questions économiques de sa région. D'autre part, "père d'une nombreuse famille, il partage son temps entre son cabinet et les douces joies de son intérieur".26

  • 27 Ibidem. 23 sept. 1885.
  • 28 Ibidem. 22 sept. 1885.

27Fortunet est avocat, mais il a abandonné le barreau "pour se livrer à cette noble et grande étude de l'agriculture". Membre de la société d'agriculture de Vaucluse, il est président du syndicat des engrais, dont il a été l'un des fondateurs en 188427. G. Verdet, candidat pour Avignon, dont la richesse est grande, .... "a su par son travail, son intelligence, son activité, augmenter considérablement la fortune de son patrimoine". Président du tribunal de commerce d'Avignon depuis plus de 25 ans, ancien industriel en garance, il "cherche dans l'agriculture un aliment à son activité.... Il a pu constater à ses dépens les souffrances de l'agriculture"28.

28Ainsi se confirme le souci du parti conservateur de faire peau neuve, de ne pas heurter de front les convictions républicaines. La manoeuvre est délicate, car il faut compter avec les monarchistes intransigeants, et G. Verdet s'en ouvre à Fortunet dans une lettre du 9 septembre :

  • 29 Bibliothèque du Musée Calvet Manuscrit 5831.

"Il paraît qu'il sera nécessaire, à la grande réunion que nous avons indiquée à Avignon pour le 25, d'accentuer la note royaliste pour décider les Blancs à voter sans abstention. Il est même très probable que si nous nous maintenions uniquement sur le terrain des affaires nous serions interpellés et sommés très nettement d'affirmer notre drapeau. II peut y avoir là pour nous une sérieuse difficulté"29.

  • 30 C'est ainsi que le correspondant de Gadagne, E. Brémond, du vicomte de Salvador lui écrit le 15 Ju (...)

29C'est pourtant "sur le terrain des affaires" que se fondent les espoirs des conservateurs. Leur calcul politique est simple : il ne suffit pas de faire le plein des suffrages conservateurs au sens traditionnel du terme, il faut détacher de l'électorat républicain une frange de mécontents, et c'est dans les campagnes qu'ils se trouvent, c'est là aussi qu'il est le plus facile d'aller les chercher, en jouant habilement avec des notables républicains que l'échec de leurs ambitions personnelles rend disponibles ou que le rapport des forces local inquiète30. Ce n'est pas par hasard si les candidats conservateurs ont tous des liens avec l'agriculture, et il est incontestable que l'un d'entre eux, Fortunet, a fait ses preuves dans la lutte contre le phylloxera. Les opportunistes ont bien vu le danger, eux qui visent une clientèle électorale voisine de celle recherchée par les conservateurs, et ils réagissent avec une vigueur quelque peu inattendue, comme on peut le voir dans un article du Mont Ventoux, intitulé "Les candidats honteux" qui vise les conservateurs :

  • 31 Le Mont Ventoux 20 sept. 1885.

"Voyez quels soins ils mettent à s'intituler propriétaires et viticulteurs. Propriétaires, ils le sont, nous n'en disconviendrons pas, mais défenseurs de l'agriculture, jamais. Posséder est un avantage, mais pas un mérite et parce que ces quatre Messieurs ont eu la bonne fortune de naître propriétaires et grands remueurs de capitaux, il ne s'en suit pas forcément qu'ils portent à l'agriculture, au commerce et à l'industrie, un intérêt autre que leur propre intérêt"31.

30Les candidats conservateurs exploitent dans leur propagande la crise agricole, sans pour autant l'analyser ni proposer un programme agricole. Bien sûr, ils s'en prennent au libéralisme économique et recommandent des mesures protectionnistes, ils réclament le dégrèvement de l'impôt foncier et s'élèvent contre les tarifs ferroviaires qui avantagent les produits étrangers, mais ce n'est pas d'une grande originalité. Ils sont plus incisifs dans leur illutration du postulat selon lequel le gouvernement républicain n'a que mépris pour l'agriculture, et il faut bien dire qu'ils ne reculent pas devant une argumentation grossière, faisant appel à des reactions antiparlementaires. Critiquant le budget de l'Etat, ils écrivent :

  • 32 L'Union de Vauciuse 25 sept. 1885.

"Les électeurs de la campagne savent qu'à la Chambre, lorsque se discute une question intéressant l'agriculture, les bancs se vident et la buvette se remplit ; ils savent qu'on ne pense à eux qu'au moment des élections et que les élus s'amusent ensuite entre eux des phrases creuses de leurs programmes..."32.

31Sachant bien que les paysans de Vaucluse se débattent dans de graves diffficultés financières, les conservateurs s'en prennent au déficit bugetaire, dont ils accusent, entre autres, le gaspillage et la corruption. C'est ainsi qu'ils relèvent, dans le budget du ministère de l'Agriculture, un crédit de 11.500 F pour la lingerie du ministère :

  • 33 Ibidem. 22 sept. 1885.

"A qui fera-t-on croire que le blanchissage des serviettes coûte 11.500 F ? Comment se défendre de prêter l'oreille à ce que disent les méchantes langues, que depuis quelques années ces augmentations (de crédit) sont appliquées au complément de trousseau de la femme et des filles du ministres ?"33.

32L'intention est évidente : au-delà des hommes, ministre et députés, c'est le régime républicain qui est visé : le malaise que la crise fait peser sur la population agricole devient une arme, pour discréditer la République. Le parti conservateur a renoncé à l'attaquer le front, en tant que telle, conscient qu'il n'y gagnerait rien, mais aggraverait au contraire son isolement politique. C'est pour le rompre qu'il fait de la crise agricole une idée force de sa propagande électorale : il s'efforce d'éveiller l'idée d'une solidarité et de cristalliser dans un vote de mécontentement les inquiétudes et déceptions qui unissent dans un malaise commun les payans, de gauche et de droite.

33La crise agricole n'offre pas de telles facilités aux partis républicains, qui assument devant l'opinion la responsabilité de la République et de ses oeuvres. Leur discrétion sur ce point contraste avec la véhémence et la complaisance du parti conservateur, elle traduit un certain embarras, en regard du problème lui-même, mais aussi de la progagande conservatrice.

34Les radicaux semblent ignorer la crise agricole, et ce silence prudent témoigne à coup sûr de leur impréparation à l'interprétation politique des faits économiques. Confrontés avec le phénomène brutal de la baisse des prix agricoles, ils doivent tenir compte des intérêts de leur clientèle populaire urbaine, qui n'a pas lieu de s'en plaindre : aussi se gardent-ils soigneusement de prendre position sur le problème du protectionnisme. Mais les candidats radicaux sont aussi les députés sortants, situation inconfortable en période de crise : une campagne insidieuse et diffuse, où se rejoignent d'ailleurs conservateurs et opportunistes, les accuse d'avoir négligé, dans l'exercice de leur mandat parlementaire, la défense des intérêts agricoles de leur département, et les faits semblent donner corps à cette accusation. La question des irrigations est exploitée contre les députés sortants : le projet du canal de Pierrelatte est en panne, et l'utilisation des eaux de la Durance soulève de vives controverses entre le Vaucluse et les Bouches du Rhône. Certes, le député d'Avignon Saint-Martin s'est élevé à la tribune de la Chambre contre le projet d'un nouveau canal sur le territoire des Bouches du Rhône, mais son éloquence a été vaine. Et les candidats radicaux éprouvent la fragilité de leur position, d'autant plus qu'ils n'ont aucun lien personnel avec la profession agricole et que deux d'entre eux sont des étrangers au département... Dans ces conditions, on s'explique aisément leur silence sur les problèmes de l'agriculture vauclusienne.

35Les opportunistes ne les abordent, ces problèmes, que dans la mesure où ils leur assurent, ou peuvent leur assurer, un avantage sur les radicaux. Ils font ressortir les aptitudes de leurs candidats, qui complètent heureusement la fermeté de leurs opinions républicaines :

"Radical en politique, E. Cuérin l'est bien plus en économie sociale ; il sera partisan, promoteur au besoin, de réformes utiles au commerce et surtout à l'agriculture".

  • 34 Le Radical Progressiste. 1er oct. 1885.

"Les Vauclusiens ont besoin de députés qui s'occupent autant des intérêts matériels que des intérêts politiques. A ce point de vue, les hautes études et les capacités diverses de F. Achard offrent toute garantie ; il a l'étoffe d'un député d'affaires"34

36Et dans leur profession de foi, les candidats opportunistes font suivre leur programme politique de promesses à l'usage des électeurs paysans :

"Nous nous souviendrons que notre département, atteint plus que tout autre, a besoin aussi de toute la sollicitude et de toute la vigilance de ses mandataires.

  • 35 Ibidem.

La question des irrigations est une question vitale pour nos contrées ; nous apporterons tous nos efforts à sa prompte solution. Enfin, sans vouloir affirmer une doctrine économique absolue, nous pensons que l'état actuel de notre agriculture réclame impérieusement des mesures protectrices"35.

37Ces déclarations valent surtout par les critiques implicites qu'elles contiennent sur l'action des députés radicaux : elles complètent l'effet de la campagne dirigée contre eux bien plus qu'elles ne peuvent tenir lieu de programme.

38La crise agricole est donc présente dans la campagne électorale, mais deux observations doivent être faites. En premier lieu, elle est évoquée pour sa dimension nationale bien plus que dans ses aspects proprement vauclusiens, ce qui donne aux discours qui lui sont consacrés un caractère stéréotypé. On le comprend d'ailleurs – c'est la seconde remarque qui s'impose – car on spécule sur l'inquiétude qu'elle suscite et le mécontentement qu'elle peut provoquer, bien plus qu'on ne l'analyse en vue de proposer des mesures positives pour en sortir. Elle entre dans le jeu des passions partisanes et de ce fait il est certain qu'elle sert essentiellement les intérêts des conservateurs, qui sont par ailleurs persuadés que c'est en direction des paysans qu'ils doivent faire porter leur effort.

  • 36 A.D.V.3M2668.
  • 37 Compte tenu de la fraude aux élections d'octobre 1877, il faut remonter en 1876 pour trouver une é (...)

39Sont-ils payés de leur peine ? Apparemment, le premier tour du scrutin leur est favorable, puisqu'il les place largement en tête, leur liste recueillant 43 % des suffrages exprimés sur l'ensemble du département et 48 % dans les seules communes rurales, où l'expression politique est essentiellement déterminée par les électeurs paysans qui y sont largement majoritaires36. Ces résultats ont fait forte impression, par leur contradiction –également apparente – avec les résultats des élections précédentes, où les conservateurs avaient pratiquement renoncé à se battre. Mais si on les compare à ceux de 187637 ils traduisent une très légère perte d'influence, de l'ordre de 1 %. En vérité, l'électorat conservateur s'était sentie peu concerné par les scrutins où ses représentants faisaient défection et le fait qu'il se mobilise à nouveau est certes encourageant pour le parti conservateur mais plus encore constitue un avertissement pour le parti républicain, victime de la conjoncture et aussi de sa division. C'est d'ailleurs sur elle que comptaient les conservateurs, qui ne peuvent réussir, du fait du scrutin majoritaire, que s'ils franchissent la barre des 50 %... Ils en sont loin et de ce point de vue les résultats du premier tour sont médiocres car s'ils ont retrouvé leur électorat traditionnel, ils n'ont absolument pas mordu sur celui des républicains. Peuvent-ils espérer y parvenir au second tour ? C'est ce qu'écrit à Fortunet son correspondant pour le canton de Sault, estimant que :

  • 38 Archives Fortunet.

parmi les 10.000 voix de Guérin (tête de liste des opportunistes), nous en aurons un grand nombre, je pense. Certains républicains pouvaient aller jusqu'à Guérin ; voudront-ils aller jusqu'à Saint-Martin ou Laguerre ? Je ne le crois pas"38

  • 39 Le Réveil du Midi 7 oct. 1885.

40Espoir rapidement déçu ! Dès le 7 octobre, les candidats opportunistes –"radicaux-progressistes" comme ils s'étaient appelés –se désistent sans la moindre équivoque, "fidèles à la discipline républicaine", afin d'assurer "le triomphe définitif de la République contre la réaction monarchique et cléricale"39. Le journal radical s'en félicite et situe l'enjeu clairement :

  • 40 Ibidem.

"Entre les républicains de nuances diverses d'un côté, et les réactionnaires de l'autre, il y a des abîmes. Modérés et radicaux ont, chez nous, la même aversion pour les ennemis de la Révolution et de ses principes"40.

41Les résultats du second tour traduisent la cohérence du parti républicain, dont les candidats l'emportent avec 54 % des suffrages, 50 % dans les communes rurales. Un nombre insignifiant d'électeurs modérés ont rallié le camp conservateur, et ce sont toujours les républicains les plus avancés qui représentent dans le Vaucluse l'idée républicaine.

42L'aventure boulangiste pouvait permettre un reclassement des opinions politiques, puisque deux des quatre députés radicaux, Saint-Martin et Laguerre, s'y étaient pleinement engagés. Mais le radicalisme vauclusien, même amoindri par ces défections, avait les moyens de renouveler son personnel politique et ce sont les conservateurs, toujours en quête d'un appoint de suffrages, qui prirent langue et trouvèrent un terrain d'entente avec les boulangistes vauclusiens. On en a la preuve, pour l'arrondissement d'Orange, par une lettre du conservateur G. Verdet à J. Auffray, dirigeant parisien du boulangisme. Il s'y emploie à rassurer les boulangistes de Paris – et par leur intermédiaire ceux d'Orange – sur le caractère révisionniste de la candidature conservatrice de Monier-Vinard, choisie par un congrès conservateur dont le président

"a établi nettement que le choix des délégués devait se porter sur la personne qui pourrait assurer l'union de tous les opposantes sans distinction de parti et sur le programme de la révision et de la consultation nationale"

  • 41 A.D.V. 1J. Papiers Saint Martin.

43mots d'ordre acceptés sans réticence par Monier-Vinard, ce qui fait dire à G. Verdet qu'une candidature boulangiste suscitée contre lui "serait une faute"41.

  • 42 Courrier du Midi – 21 sept. 1889.
  • 43 Fortunet, candidat conservateur à Carpentras, ne dissimule pas ses convictions. Dans sa profession (...)

44Faute que les conservateurs ne commettent pas et l'on a, en fin de compte, deux candidats conservateurs à Orange et Carpentras, et deux candidats boulangistes à Apt et Avignon... La distribution des rôles est bien faite, mais cette alliance purement négative, que le journal conservateur le Courrier du Midi soutient ouvertement, donnant la consigne de voter, "quand vous n'aurez pas vous-mêmes de candidats, pour les candidats révisionnistes, fussent-ils républicains, contre les candidats du gouvernement"42, ne trompe pas les électeurs qui confirment leur confiance aux tenants d'un républicanisme intransigeant sur les principes, opposé à toute compromission avec les partisans de la monarchie43.

  • 44 A.D.V. 3 M270.

45Ainsi, la vie politique vauclusienne ne cesse de renforcer l'aile radicale du parti républicain et l'attitude ambiguë des conservateurs, prêts à exploiter toute circonstance favorable à leurs vues sans rien abandonner de leur hostilité à la République, n'y est parodoxalement pas étrangère. Le ralliement dans ces conditions n'avait guère de chances de réussir, et pourtant le Vaucluse élit en 1893 un conservateur rallié, le commandant Ducos qui posa sa candidature au second tour dans l'arrondissement d'Orange alors qu'au premier trois candidats se réclamant du radicalisme s'étaient mesurés pratiquement sans opposition44. Ducos était sincèrement rallié, mais son succès ne témoigne pas en faveur d'un mouvement d'opinion de même nature que son engagement personnel, puisqu'il fut obtenu dans une élection triangulaire, en raison de l'indiscipline de l'un des concurrents du premier tour, erreur qu'exploitèrent parfaitement les conservateurs, abstentionnistes du premier tour.

  • 45 Son ami H. de Vichet lui écrit, après que les tentatives pour susciter une candidature de Paris on (...)

46C'est dans l'arrondissement de Carpentras – autre zone de force des conservateurs – qu'apparaissent avec la plus grande netteté les insurmontables difficultés du ralliement dans le Vaucluse. Fortunet, qui échoué de peu en 1885 et 1889, qui avait été élu conseiller général du canton Sud de Carpentras en 1886, était le leader incontesté du parti conservateur. Atteint par la mort de sa femme, il avait décidé de renoncer à la vie politique, mais la conjoncture de 1893 conduit ses amis à le presser de revenir sur sa parole et à poser sa candidature45, ce qu'il accepte en fin de compte. Il réunit au premier tout 42 % des suffrages, alors que le candidat "opportuniste", en fait l'homme du sénateur Guérin qui était alors ministre de la Justice et cherchait à asseoir l'aile modérée du parti républicain dans son département, en obtient 25 % et les deux candidats radicaux 33 %. La personnalité du candidat opportuniste, le député sortant Béraud – élu en 1891 dans une élection partielle par une entorse à la discipline républicaine qu'avaient arbitrée en sa faveur les conservateurs –, rendait difficile un désistement des radicaux à son profit, et les chances de Fortunet étaient réelles. Or, il se retire de la compétition entre les deux tours de scrutin, malgré l'intervention pressante d'un cousin à lui – que Fortunet présente comme "un ami intime de Guérin, ministre de la Justice" – qui l'assure que "le gouvernement espérait vous voir arriver... Ordre avait été donné de vous soutenir quand même sans trop le laisser voir" et qui ajoute avec une belle franchise :

"Allez jusqu'au bout, vous serez vainqueur. Et ce faisant, vous ne ferez que suivre les conseils de certains esprits déliés comme Léon XIII, qui n'est ni un politicien, ni un buveur de bocks.

Je vous assure que si dans votre proclamation vous glissez le mot république en l'entourant de toutes les confitures restrictives, vous battrez Béraud et Naquet joliment".

47Fortunet répond longuement, revenant d'abord sur les circonstances de sa candidature :

"On a fini par vaincre ma résistance... en me faisant espérer que ma candidature achèverait, entre les modérés de tous les partis, une oeuvre de conciliation déjà fort avancée et à laquelle j'avais puissament contribué.

... En me rendant aux encouragements des républicains modérés et en posant ma candidature, j'ai espéré rendre définitive une alliance qui s'était déjà affirmée dans deux élections précédentes et dont la durée me paraissait devoir être profitable au pays".

48Mais son attente et son espoir ont été trompés : à Carpentras même, l'analyse des résultats démontre que "je n'ai pas eu 20 voix républicaines. Je m'étais grossièrement trompé". D'où sa décision de se retirer, avec l'accord de ses électeurs, avec "un regret, un seul, c'est de laisser derrière moi, à Carpentras, un parti radical à qui son nombre promet l'avenir, et un parti conservateur très légitimement irrité".

49"A qui la faute ?" ajoute-t-il. Guérin, impliqué dans cette péripétie, a tenu à s'en expliquer dans une lettre qu'il lui a adressée après que le second tour eut vu le succès du candidat radical, le revenant Naquet. Et l'argumentation qu'il développe pour justifier qu'aucune voix républicaine modérée ne se soit portée sur lui est sérieuse :

"J'ai lu très attentivement votre profession de foi : j'y ai vainement cherché une adhésion, si vague et si résignée fût-elle, à la République".

50Evoquant l'action des propagandistes conservateurs, il poursuit :

  • 46 Tous les textes explicatifs du retrait de Fortunet se trouvent dans ses archives personnelles.

"Dans la plupart des réunions, le rôle de ces amis imprudents s'était borné à faire le procès de la République et des républicains. C'était, vous l'avouerez, un singulier moyen de gagner les suffrages des républicains"46.

51Nous sommes au coeur du problème. Ni les républicains, ni les conservateurs, n'ont pu prendre du recul avec leurs engagements initiaux et se dégager – serait-ce prudemment –des principes qui les justifiaient. Rouges et Blancs ils sont restés, dans la tradition des deux grandes Révolutions. Certains de leurs leaders, attentifs à l'évolution du monde, conscients de l'émergence de nouvelles questions politiques et sociales qui appellent une nouvelle disposition des forces politiques et de nouvelles alliances, sont réellement désireux d'enterrer la vieille hache de guerre et d'introduire dans la vie politique un principe de modération où se retrouveraient tous ceux qui accordent la priorité au maintien de l'ordre économique et social construit par le capitalisme. Mais les passions qu'ils ont d'ailleurs contribué à entretenir sont plus fortes que leur volonté et les opinions apparemment extrêmes restent dominantes. Elles ne sont pas pour autant d'un poids égal et Fortunet fait preuve de lucidité quand il prévoit la victoire du radicalisme. La question est de savoir s'il conservera longtemps sa signification initiale.

C – AMBIGUTTE DU RADICALISME

52Le label radical a fait ses preuves, il correspond indiscutablement à une sensiblilité populaire où convergent la tradition révolutionnaire et républicaine, les luttes scolaires et anticléricales et aussi où s'exprime un tempérament égalitaire, rebelle à l'autorité et sensible au discours politique construit sur ces principes. La tentation est donc grande pour les candidats républicains de toutes nuances de se réclamer du radicalisme et il n'est pas difficile de constituer des structures prenant en charge une candidature radicale. Les élections de 1898 montrent cette tendance à exploiter l'étiquette radicale, qui disperse les voix républicaines au premier tour. Le risque n'est pas bien grand, face à un parti conservateur qui s'efforce de se renouveler sur le thème du nationalisme mais qui n'a pas surmonté ses échecs antérieurs. Et l'on compte sur la discipline républicaine pour resserrer les rangs au second tour... Candidatures multiples, difficiles à classer politiquement car elles expriment aussi des ambitions personnelles contradictoires, prolongées par un face à face républicains-conservateurs, le jeu est apparemment simple et il a l'avantage pour les radicaux "bon teint" – je veux dire ceux qui formulent les programmes les plus avancés et l'anticléricalisme est à cet égard une pierre de touche indiscutable – de permettre la concentration des voix républicaines sur leurs noms. C'est ainsi que Reboulin, député sortant de l'arrondissement d'Apt, est éliminé au profit d'Abel Bernard, avocat parisien qui s'est fait élire maire de Cadenet. C'est aussi le jeu rigoureux de la discipline républicaine, après un premier tour où quatre candidats de nuance radicale s'étaient mesurés, qui élimine le député rallié d'Orange et c'est un autre avocat parisien, Paul Faure, qui lui succède. Ainsi se confirme l'attraction vauclusienne pour des hommes politiques parisiens en quête d'une circonscription réputée facile, et les électeurs républicains n'en prennent pas ombrage. Ces hommes politiques sont généralement des orateurs de grand talent, et c'est une qualité qui compte dans les villages vauclusiens.

  • 47 A.D.V. 3M272.
  • 48 M. A. Bernard obtient le soutien de Clovis Hugues, originaire du village de Ménerbes.
  • 49 Le règlement du Congrès prévoyait sa composition :

53On sait que le radicalisme, courant politique devenu majoritaire, s'est oragnisé en 1901 en formation politique nationale, le Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste. Cette mutation s'imposait à lui pour gérer avec un minimum de discipline sa représentation parlementaire, mais elle n'était pas facile à faire entrer dans les moeurs et le Vaucluse en est un bon exemple, dès les élections législatives de 190247. Dans les arrondissements d'Apt et d'Orange, pas de problème majeur. Abel Bernard est le candidat unique du Comité radical et radical-socialiste de l'arrondissement d'Apt48, où son adversaire Laguerre, qui ne désarme pas après sa mésaventure boulangiste et réussit le tour de force de se présenter comme candidat "radical antiministériel", ne peut en vérité compter que sur le soutien des conservateurs, auxquels il adresse de douteux clins d'oeil, sur le thème d'un patriotisme teinté de nationalisme qui ne peut tromper personne. A Orange s'était constituée une Fédération du parti républicain, radical et radical-socialiste de l'arrondissement" qui avait organisé "le Congrès des républicains de l'arrondissement"49, réuni le 23 mars pour désigner le candidat radical et le député sortant, Paul Faure, avait été facilement choisi. Mais à côté d'un candidat socialiste-révolutionnaire, trois autres se firent connaître sous l'étiquette radicale, dont un était dangereux, le docteur Loque, conseiller général de Bollène.

  • 50 Le préfet de Vaucluse indique dans un rapport de décembre 1901 que "l'intervention de Pourquery de (...)
  • 51 Le bureau du Groupe de Défense Républicaine était composé du président du Conseil d'arrondissement (...)

54La situation était plus embrouillée à Avignon et Carpentras, où les rivalités personnelles et la confusion politique n'avaient pas permis que se constituent des instances représentatives du parti radical. A Avignon, le député sortant Pourquery de Boisserin était violemment critiqué, en raison de sa gestion municipale et aussi pour ses compromissions avec les nationalistes50, et il lui fut opposé un autre candidat radical-socialistes, G. Coulondre, le seul d'ailleurs que reconnaissaient, en vue d'un désistement, les socialistes qui présentaient leur propre candidat. A Carpentras, la décision du député sortant de ne pas se représenter ouvrait une compétition ardente, à laquelle là aussi les socialiste participent avec la candidature d'un journaliste parisien, G. Bertrand. Mais c'est entre les radicaux que se jouait la partie et le souhait de la direction nationale du parti de faire élire Ed. Ignace, avocat parisien et proche collaborateur de Ed. Lockroy, se heurtait à la vive opposition de nombreux radicaux de l'arrondissement qui se constituèrent en groupe de défense républicaine51 et présentèrent la candidature de Paul Vialis, maire et conseiller général de Mormoiron, enfant du pays qui "a toujours combattu le cléricalisme et la réaction" et qui "n'a jamais été et ne sera jamais inféodé à une personnalité politique quelconque". On pouvait difficilement être plus clair, et il convient de relever ce premier acte de rebellion des militants et notables radicaux contre une candidature parisienne.

  • 52 Au second tour de scrutin, le candidat conservateur Gardair perd les trois quarts de ses voix. On (...)

55Par conséquent, l'effort d'organisation et de clarification politiques que représentait la création du parti radical-socialiste se heurtait à des usages locaux – les candidatures multiples – et aussi à des ambitions que la confusion autour du concept de radicalisme facilitait incontestablement. L'investiture d'un candidat par le parti ne levait pas toute équivoque sur les intentions ou arrière-pensées politiques de ses concurrents, et la compétition restait ouverte. Mais elle pouvait être arbitrée par les conservateurs qui commencent dès lors, lorsqu'ils ne sont pas en mesure de défendre leurs propres chances, à pratiquer non plus la politique du pire, mais celle du moindre mal. Tactique qui échoue à Apt, mais qui réussit à Orange où où ce sont les conservateurs qui assurent le succès du Docteur Loque contre Paul Faure, qu'ils poursuivaient d'une haine tenace depuis qu'il avait battu le commandant Ducos. Est-ce à dire que Loque adhère aux idées des conservateurs ? Certainement pas, mais il est compromis par le soutien qu'ils lui ont ostensiblement apporté et il s'opère, sous son nom et l'ambiguïté de ses références politiques, un transfert de suffrages qu'il serait fort imprudent de continuer à classer à gauche. Les choses sont encore plus compliquées dans l'arrondissemnt d'Avignon, où Coulondre a librement interprété le concept de discipline républicaine car il n'était pas plus que Pourquery de Boisserin – qui l'avait largement devancé au premier tour – le candidat du Parti Radical-Socialiste qui s'était prudemment abstenu de faire un choix entre eux. Et il se pourrait bien que des voix conservatrices se soient portées sur lui52, dans l'espoir que l'échec de Pourquery ouvrirait une crise municipale à Avignon.

  • 53 Encyclopédie Socialiste, sous la direction de Compère-Morel. Les Fédérations Socialistes. t. IV.
  • 54 Jaurès était venu à Carpentras le 16 mars 1902 soutenir la candidature de Bertrand et il avait par (...)

56Pour forte qu'elle soit, la position des radicaux n'est pas pour autant confortable. Ils sont sollicités sur leur droite par les conservateurs, qui ne peuvent échapper à la nécessité d'un reclassement politique et qui à cet effet jouent des contradictions internes du radicalisme pour se réintroduire dans un jeu politique où l'anathème contre la République n'est plus rentable. Mais ils sont aussi interpellés sur leur gauche par le jeune parti socialiste, dont les deux composantes guesdiste et jauressienne – qui existaient l'une et l'autre dans le Vauciuse53 – ont été unifiées en 1905 dans la S.F.I.O. Il y avait eu des candidats socialistes aux élections de 190254, ils sont présents également à celles de 1906 et, pour la première fois, ils menacent les positions radicales. L'unité de candidature est en effet toujours aussi difficile à obtenir chez les radicaux, dont les candidats "officiels", c'est-à-dire investis par des congrès dont la légitimité est souvent discutée, sont concurrencés dans tous les arrondissements... Aussi le premier tour de scrutin place en tête des candidats "républicains" le candidat socialiste dans les arrondissements de Carpentras et d'Orange, ce qui donne à la discipline républicaine un contenu tout nouveau, embarrassant pour certains radicaux. Officiellement, les candidats du parti radical se retirent, mais à Carpentras Saint-Martin, fort de son passé radical, maintient une candidature qui n'avait pourtant pas rassemblé 9 % des suffrages au premier tour et l'emporte sur Bertrand, candidat socialiste qui est bien loin de retrouver les voix des deux candidats authentiquement radicaux du premier tour. A Orange, l'ancien député Ducos pose sa candidature in extremis, avec une profession de foi où il se fait le défenseur de l'ordre républicain contre le collectivisme et l'anarchie socialistes, mais il ne peut empêcher l'élection d'Alexandre Blanc, premier député socialiste du Vauciuse. La discipline républicaine s'est correctement appliquée, facilitée sans aucun doute par la personnalité de Ducos, son catholicisme militant qui rebutait, bien plus que les idées socialistes, beaucoup d'électeurs, notamment dans les villages où la conquête républicaine s'était faite dans la lutte contre l'Eglise.

  • 55 Le Beffroi, journal d'Apt qui fait campagne pour Laguerre publie le 27 mars un article destiné aux (...)
  • 56 Succès sans lendemain...Laguerre meurt en 1912 et son concurrent malheureux de 1910, Tissier, est (...)
  • 57 Le journal La Croix du Comtat a suivi de près les élections dans l'arrondissement d'Orange. Il a d (...)

57Les choses ne se passent pas de la même manière en 1910. Cette fois, c'est à Apt que le candidat officiel du parti radical est mis en échec, par un autre "radical", le vieux Laguerre qui savait pouvoir compter encore sur de solides amitiés, le souvenir de son talent oratoire55 et aussi les capacités de manoeuvre des conservateurs, bien trop faibles ici pour tenter sérieusement leur chance56. Pourquery de Boisserin refait surface a Avignon, profitant d'une erreur d'appréciation de la direction nationale du Parti Radical qui a cru pouvoir imposer contre lui un candidat parisien, lequel a subi un échec cuisant. La référence que Pourquery de Boisserin n'a jamais manqué de faire au radicalisme permet dans une certaine mesure de sauver la face et ménager l'avenir. A Orange, les radicaux, malgré un gros effort, n'ont pu ravir la première place au député sortant socialiste et plutôt que d'assurer sa réélection par un désistement en bonne et due forme, ils se contentent de retirer leur candidat et la présence contre A. Blanc d'un radical "indépendant" facilite la manoeuvre visant à se débarrasser de lui. On voit bien l'attraction qui s'exerce sur le parti radical, dès lors qu'il est relayé par une gauche socialiste en passe de le supplanter, et une fraction non négligeable de son électorat y est sensible57.

58A Carpentras aussi le candidat socialiste est arrivé en tête du premier tour, les autres voix se dispersant sur quatre candidats se réclamant du radicalisme et un socialiste indépendant. Les conservateurs avaient fait voter pour lui, manoeuvre tortueuse destinée à préparer la candidature au second tour d'un des leurs, dont les chances ne seraient alors pas négligeables. Mais le candidat radical le mieux placé maintient sa candidature et dans une élection trangulaire il est élu.

59Ces péripéties ne sont pas négligeables, elles traduisent, au-delà de leur aspect manoeuvrier, la difficulté croissante qu'il y a pour les radicaux à se situer nettement à gauche. Ils sont, en fait, en position centriste, et c'est la plus inconfortable qui soit sur l'échiquier politique français. Hommes de gauche par leur histoire et leur langage, les réalités économiques et sociales les éloignent peu à peu de leur tradition. Ils y reviennent néanmoins en 1914, rapproches des socialistes par leur position commune en faveur de l'impôt progressif sur le revenu et contre le service militaire de trois ans.

  • 58 L'Eclair. 24 avril 1914.
  • 59 Ibidem. 21 avril 1914.
  • 60 Pourquery de Boisserin est vivement critique pour son vote favorable à la loi de trois ans. La jeu (...)

60Sur ces questions en effet, la gauche est clairement délimitée et du même coup une droite modérée défend ses chances, à visage découvert à Orange avec le député sortant Lacour et à Apt avec Bourdin, maire d'Apt que l'Eclair recommande chaudement à ses lecteurs58, de façon plus incertaine à Avignon où Pourquery de Boisserin, quoique favorable aux trois ans qu'il a votés, n'inspire guère confiance. Si à Carpentras la droite est absente, cela n'empêche pas l'Eclair de recommander de voter pour l'un des deux candidats radicaux non officiels, Faujas ou Daladier, qui donnent "des garanties de moindre désordre", par rapport au "blocard enrage" qu'est Guichard député sortant et au candidat socialiste Lussy, "juif" de surcroît...59. Mais les données politiques sont sans équivoque, en particulier la loi des trois ans sensibilise les jeunes60, et cette fois la discipline républicaine ne fait l'objet d'aucune finasserie, ce qui permet l'élection du socialiste A. Blanc à Orange et de trois députés radicaux dans les autres arrondissements.

  • 61 Après la création du parti radical, ses instances responsables nationales et locales avancent natu (...)

61Ainsi, quand la guerre éclate, l'opposition Gauche-Droite vient à nouveau de s'exprimer avec netteté et la bipolarisation de la vie politique reste une donnée fondamentale, toujours, à l'avantage de la Gauche qui monopolise la représentation parlementaire, s'assure une très large majorité au conseil général et contrôle presque tous les conseils municipaux. Mais c'est une Gauche complexe et à bien des titres ambiguë qui domine la vie politique vauclusienne. Elle est cohérente et indiscutablment unie sur les grands principes républicains, mais sont-ils encore sérieusement mis en question ? Les conservateurs vauclusiens sont sortis de leur rêve monarchique, affaiblis d'ailleurs par leur obstination à refuser la République, et ils essayent de tirer vers eux une fraction du parti républicain qui ne renonce pas pour autant à l'étiquette radicale, d'une efficacité éprouvée sur l'éloctorat populaire61. La lente montée du socialisme, assez puissant pour gagner un siège de député, ne peut que contribuer à cette translation du radicalisme, dont ni les dirigeants ni tous les électeurs ne sont prêts à accepter les objectifs de transformation économique et sociale du socialisme, et ce ne sont pas les retrouvailles électorales de 1914, imposées par la conjoncture, qui peuvent masquer les divergences à l'intérieur de la Gauche vauclusienne. Bien entendu, elles ne sont pas propres au Vaucluse mais ici la puissance du radicalisme aussi bien que l'héritage idéologique qu'il assume compliquent les choses. La question, en tout cas, est posée de la place réelle du radicalisme sur l'échiquier politique vauclusien.

62Question que je laisse sans réponse. L'analyse sociologique incline à penser que, par la médiation des notables qui se sont fait un nom et une réputation politiques grâce à lui, le radicalisme est progressivement investi par la bourgeoisie, qui sait récupérer ses principes et son disours. Précisément, le discours politique du radicalisme classe encoe ceux qui le proclament et, naturellement, la masse de ceux qui l'entendent avec conviction, souvent même avec passion, à gauche. Il y a là, me semble-t-il, deux définitions possibles du radicalisme, et je ne sais laquelle des deux l'emporte sur l'autre, en 1914.

D – DISCOURS ET STRUCTURES POLITIQUES

63Ce qui est certain, c'est que depuis 1870 l'activité politique a été sollicitée de façon privilégiée par des problèmes d'ordre idéologique, qui appelaient tout naturellement des positions de principe, faisant référence aux deux grandes traditions, révolutionnaire et monarchique. Il s'est ainsi construit un discours politique, dans lequel les républicains radicaux – ou "avancés", le terme revient fréquemment dans les rapports préfectoraux aussi bien que dans les professions de foi – étaient particulièrement à l'aise. Le discours conservateur est sobre, sévère comme les principes d'ordre qu'il entend défendre, il fait appel aux vertus chrétiennes et ne s'échauffe quelque peu que pour évoquer les traditions provinciales. On ne sent pas, à la lecture des programmes conservateurs ni à celle des journaux qui les soutiennent, de grandes envolées d'éloquence visant à soulever l'enthousiasme. Les passions de ce côté sont froides et animées d'un sombre fanatisme.

64Tout autre est le discours républicain, chaleureux et courroucé, annonçant un avenir radieux, fustigeant les nantis, les hommes du passé et de l'obscurantisme. En toutes circonstances, il se place sous le patronage des principes révolutionnaires et le sens du devoir qu'il veut traduire est toujours orienté vers des fins optimistes, où le bonheur de l'humanité est présenté comme une réalité du lendemain accessible à tous. On comprend d'ailleurs le succès jamais démenti des hommes de la parole dans le parti répulicain, particulièrement chez les radicaux, et la facilité avec laquelle ont été accueillis, dans l'ensemble, les candidats "parachutés" qui, presque tous, étaient des avocats. Ils ont d'une certaine manière créé un style, et les moins cultivés des candidats radicaux l'imitent avec aisance. Qu'on en juge par la profession de foi de Paul Vialis, élu député de l'arrondissement de Carpentras en 1902, après une carrière politique modeste, dans le cadre de son bourg de Mormoiron et du canton dont il est le chef-lieu :

"Après avoir lutté pendant trente ans pour la République, je croyais le moment venu de me consacrer davantage à ma famille et de céder à de plus jeunes le poste du combat – Le Congrès de Défense Républicaine m'a fait l'honneur de me confier le drapeau du peuple, pour l'élever contre les coalitions réactionnaires, de nouveau renaissantes – Renonçant à tout souci personnel, obéissant au devoir, me voici sur le front de bataille ! Vieux soldat de la Liberté, je dois être debout, quand la Royauté et le Cléricalisme relèvent la tête.

Républicain d'avant-garde, sans compromission, comme sans faiblesse – connaissant les besoins de mon pays et profondément dévoué à ses intérêts – tel j'ai toujours été, tel je me présente à vous, tel je resterai.

Citoyens,

Mon programme est tout entier dans mon passé.

Enfant du peuple, fils de la glèbe, il n'est pas de réforme, politique ou sociale, qui m'effraie – Ce que je veux, c'est la République du Peuple ; c'est tout ce qui intéresse l'Ouvrier et le Paysan ; c'est, pour le prolétariat des villes et pour la démocratie agricole, plus de bien-être et plus de justice.

A l'heure présente – quand la Réaction se redresse et, usant de masques et de mots trompeurs, tente de détruire l'oeuvre de la 3e République – je suis fier de n'être pas de ceux qui reculent, pas même de ceux qui transigent ! Les lois, contre lesquelles le Nationalisme s'insurge, sont notre gloire et notre patrimoine intangibles ! Les réformes prochaines, que le Cléricalisme essaie d'arrêter, doivent aboutir sans retard !

Ces déclarations me dispensent, vous le reconnaîtrez, de vous exposer plus en détail un programme politique".

65Suit un ensemble de réformes économiques, reprenant pour l'essentiel le programme des associations et syndicats agricoles...auquel soucsrivent tous les candidats ! Il est présenté en petits caractères, sans le moindre commentaire.

66Et la conclusion éclate comme une sonnerie de clairon :

  • 62 A.D.V. 3M272.

"Si vous me faites l'honneur de m'accorder vos suffrages, c'est à l'Extrême Gauche que j'irai siéger"62.

67Qu'on me pardonne cette longue citation d'un texte qui aujourd'hui peut nous apparaître comme un exercice rhétorique. Il n'était pas perçu comme tel, et ce n'est pas une déclaration isolée, où s'exprimerait une personnalité bien particulière. Je l'ai retenu, parmi bien d'autres, parce que les allusions au contexte politique qu'il contient, nécessairement, n'enlèvent rien au caractère intemporel du discours, à la permanence de ses thèmes et références. A cet égard, il est exhaustif : la République et la Liberté, contre lesquelles combattent des ennemis nommément désignés, la Royauté et le Cléricalisme. L'honneur et le devoir se confondent, dans une lutte où l'abnégation personnelle répond en écho à l'intransigeance des principes. Et voilà pourquoi le passé de l'homme politique répond de son programme, qui n'a besoin que d'une formulation générale, toujours dans la logique des principes républicains. La relation ainsi établie, de manière paradoxale, entre le passé et l'avenir doit d'ailleurs retenir toute notre attention : loin d'être une maladresse de style, elle est parfaitement significative d'une conviction profondément enracinée que la République ayant comme fin le bonheur du peuple, elle engage ceux qui s'en réclament sincèrement dans la voie du progrès social. Qu'il s'accomplisse par des réformes apparaît alors comme une méthode dynamique, et surtout l'engagement républicain fonde une tradition à laquelle seront fidèles les enfants des vétérans des luttes républicaines lorsqu'ils glisseront du radicalisme de leurs pères au socialisme et même au communisme. Voilà pourquoi il n'est pas si facile de décider, encore en 1914, de la place du radicalisme : s'il est poussé à droite, il est aussi et contradictoirement retenu à gauche par la tradition qu'il a forgée et il n'y a pas solution de continuité entre lui et le socialisme qui s'affirme sur sa gauche. Naturellement, cette analyse vaut pour une société paysanne, où les rapports sociaux n'ont pas la netteté ni les contraintes qu'on connaît bien dans les sociétés industrielles.

68Le discours politique, dans sa forme orale plus encore que dans sa version écrite, est important dans les villages provençaux. Même si l'on fait la part de l'improvisation, l'oral s'écarte peu de l'écrit. En tout état de cause, il en reprend les idées et l'art de l'orateur consiste à les rendre plus accessibles et plus convaincantes, par des tournures et expressions familières qui seront même parfois formulées en langue provençale. Les discours électoraux, tels qu'ils ont été prononcés, ne sont naturellement pas venus jusqu'à nous mais les compte-rendus qu'en publie la presse, les rapports auxquels ils donnent lieu de la part des services préfectoraux sont convergents : les réunions électorales sont très suivies, plus ou moins selon la notoriété des candidats et la sympathie dont ils jouissent dans les villages où ils s'arrêtent, mais l'indifférence n'est pas de mise et l'auditoire n'est qu'exceptionnellement clairsemé. Il est souvent passioné, et les exemples ne manquent pas de réunions tumultueuses, mais là n'est pas l'essentiel car les passionné s'éteignent aussi vite qu'elles s'enflamment elles font partie du décor, en quelque sorte. L'important, c'est la capacité du peuple provençal à recevoir et faire siennes des idées et dès lors elles seront reprises, reformulées dans les structures de vie sociale qui existent dans tous les villages. Du café au cercle, dans les veillées familiales, elles circulent et ce qui en reste, au-delà de l'événement qui les a fait naître, ce sont les principes qui les animent. Simplification jusqu'au schématisme et jusqu'à l'outrance ? Assurément, ce risque existe mais c'est bien ainsi que se forme une sensibilité collective, au bénéfice d'un drapeau et de quelques idées-force. Cette circulation du discours politique a fait beaucoup pour la diffusion des idées républicaines, sous leur forme et leur expression les plus chaleureuses.

69Le lieu par excellence de la vie politique, ce sont les cercles – dont le siège est fréquemment une salle de café. Mon propos n'est pas ici de faire l'histoire de ces structures de vie sociale, dont on sait depuis les travaux de M. Agulhon qu'elles ont de lointains antécédents et qu'elles constituent le mode privilégié d'organisation de la sociabilité méridionale. Leurs statuts leur interdisaient toute discussion de caractère philosophique, religieux et politique, et c'est sur le plan de l'amitié, du loisir collectif et de la solidarité qu'ils situaient leur champ d'activité. Il est indéniable que cette fonction a été remplie, sous des formes diverses, mais il est non moins certain que la politique a pénétré dans les cercles et l'on ne peut séparer l'expérience du suffrage universel, en 1848, de la vie politique dont les cercles, concurremment avec les clubs, furent le support matériel. D'où des mesures répressives, fermeture et même dissolution, qui conduisirent sous le Second Empire à un "recentrage" de leurs activités, étroitement contrôlées par la police et l'administration préfectorale. Quand l'Empire s'effondre, des cercles existent dans beaucoup de bourgs et villages : Cercle des Amis, Cercle de l'Union, Grand Cercle... leur titre est un gage apparent d'indifférence politique et les critiques qui leur étaient adressées concernaient surtout la pratique des jeux de hasard.

  • 63 La documentation sur les cercles est concentrée, aux Archives Départementales, dans les liasses 4M (...)
  • 64 A.D.V. 1M758. Le sous-préfet de Carpentras indique dans un rapport du 5 mai 1871 que tous les cerc (...)
  • 65 A.D.V. 1M686

70Mais il était inévitable que resurgisse très vite la tradition de 1848. On ne comprendrait pas, autrement, les nombreuses demandes d'autorisation déposées en préfecture63 ni les indices relevés par les commissaires de police d'une activité intense de discussion, sur des sujets de toute évidence politique64. La confirmation du caractère politique que prenaient les cercles ne tarda d'ailleurs pas, l'Ordre Moral se chargea de l'administrer avec vigueur – pas toujours cependant avec discernement – et de 1873 à 1877 les fermetures se succédèrent, frappant tous ceux qui apparaissaient comme des structures de regroupement et d'action des républicains. A Sarrians, le cercle de l'Egalité – nom provocateur ! –avait été ouvert en janvier 1872, et il comptait trois mois plus tard 132 membres. Dès lors, il inquiétait la majorité conservatrice de la commune, qui obtint en septembre 1873 l'intervention du commissaire de police pour enlever le buste de Marianne qui était exposé dans le local du cercle, et en août 1874 le préfet prononçait sa dissolution. A Robion, le cercle de l'Union créé en 1860 était bien neutre, mais il né peut le rester et en 1874 le clivage conservateurs-républicains se manifeste à l'occasion du renouvellement de son bureau. II n'en faut pas plus pour qu'il soit dissous et dans les semaines qui suivent la préfecture autorise la création d'un nouveau cercle, "de l'Agriculture et du Commerce", à partir d'une note qui indique que "ce cercle remplace le cercle de l'Union dissous en décembre 1874 et dont les éléments radicaux ont été éliminés". En vérité, l'administration préfectorale avait fort bien compris, comme l'indiquait le sous-préfet d'Apt dans un rapport de mai 1873, que les cercles "permettent, dans les communes où leurs tendances sont démagogiques, de propager rapidement un mot d'ordre dans toute la population ou, en temps d'élection, une candidature"65. Aussi bien ne voulait-elle pas se priver de ce soutien lorsqu'il pouvait être favorable aux conservateurs.

  • 66 A Mornas, le Cercle agricole, ouvert en 1877, est une structure au service des conservateurs. En 1 (...)
  • 67 A Mazan, il fallut un an pour que la demande formulée par le "Cercle des agriculteurs" fut accepté (...)

71Quasi disparition des cercles à tendance républicaine, maintien et création des cercles conservateurs, tel est le bilan des années 1873-1877. Il faut reconnaître que le gouvernement républicain fut par la suite plus tolérant, en ce sens qu'il ne prononça pas de dissolution de cercles conservateurs66. Mais il freina autant qu'il le put la création des nouveaux67 et surtout il donna satisfaction à toutes les demandes présentées par les républicains. Dans beaucoup de villages, ces demandes visaient simplement à redonner vie aux cercles frappés par la répression de l'Ordre Moral, mais l'intérêt politique que pouvaient présenter les cercles apparut rapidement aux républicains là où ils étaient minoritaires et ils l'expriment très franchement dans les demandes qu'ils formulent. Ainsi de celle pour la création d'un "Cercle Républicain", à Saint-Saturnin-lès-Avignon, en 1886 :

"Les membres fondateurs du cercle projeté reconnaissant que, dans la commune de Saint-Saturnin, la réaction fait tous ses efforts pour diviser et renverser le parti républicain, que les réactionnaires sollicitent les suffrages de républicains sincères (mais que leur travail place dans une situation relativement dépendante) ont résolu de former un cercle destiné à réunir, à grouper les forces républicaines, et à assurer la prospérité de l'enseignement laïque dans leur localité".

72Démarche analogue à Gadagne, en 1889 :

"Nous croyons fermement, Mr le Préfet, que la création de ce cercle sera pour nous une nouvelle force dont nous avons grandement besoin pour combattre l'ennemi commun qui nous fait perdre chaque élection par la puissance des espions qu'on entretient dans les lieux publics.... Notre devoir est tout tracé, c'est de nous organiser sérieusement, ce qui nous a toujours fait défaut, pour les luttes prochaines".

73Par conséquent, les cercles sont devenus des strutures d'encadrement de la vie politique. A ce titre, ils sont inévitablement appelés à se diversifier, à mesure qu'apparaissent des nuances et même des formations politiques nouvelles à l'intérieur du parti républicain. Rien de semblable du côté des conservateurs, plus homogènes pour des raisons qui tiennent aussi à leurs origines sociales et qui n'éprouvent pas le même besoin d'une organisation de nature politique car ils sont, bien plus que les républicains, habitués et soumis à des rapports hiérarchiques, passant d'ailleurs fréquemment par la médiation des prêtres. Le cercle est avant tout une instance de discussion, préalable à la diffusion des mots d'ordre, à l'élaboration des listes de candidats, et il est de ce fait dans la logique de la sensibilité républicaine. Ce qui n'empêche pas, il faut le reconnaître, qu'il puisse être manipulé par des notables, qui l'utilisent parfois à des fins électorales personnelles. Mais ce sont là des faits mineurs, qui comptent peu en regard du fait politique considérable que constitue la mise en place, dans les années 1880-1900, de structures politiques organisées, quasi permanentes, capables de relayer jusque dans les plus petits villages les positions politiques nationales. On ne peut pas parler encore d'organisations politiques au sens des partis, car les cercles ne sont reliés les uns aux autres que par des affinités de pensée, leur action n'est pas coordonnée sur le plan départemental et leur autonomie de fonctionnement a comme corollaire l'absence de règles de discipline. Mais on se rapproche indiscutablement des partis politiques, et le parti radical quand il s'organisera prendra appui spontanément sur les cercles proches de ses objectifs.

74Il serait fort utile de pouvoir établir la typologie politique des cercles. Entreprise très difficile, car la documentation est à cet égard bien partielle et incertaine et les titres que prennent les cerles sont parfois ambigus. On peut cependant proposer la classification suivante, valable pour le début de notre siècle :

  • Cercles conservateurs, aisément repérables par leur localisation dans les bastions du conservatisme et par les vocables qu'ils utilisent : les Amis de l'Ordre, l'Ordre, l'Agriculture.
  • Cercles républicains, dans les villages où le parti républicain est encore tenu de conserver sa cohésion, face à des conservateurs toujours actifs et redoutables.
  • Cerles radicaux, dont beaucoup apparaissent à la fin du xixe siècle. Ils sont le produit d'une différenciation politique qui s'est réalisée au bénéfice des républicains "avancés" et ils jalonnent les zones de force du radicalisme.
  • Cercles socialistes, d'une définition plus délicate. En effet, c'est l'administration préfectorale qui les classe ainsi, et il ne semble pas qu'ils puissent être confondus avec les groupes socialistes, organisations de base de la Fédération Socialiste Autonome ou de la Fédération du Parti Ouvrier Français. Dans ces cercles, les idées socialistes rencontrent une sympathie marquée, sous l'impulsion naturellement de membres socialiste et il faut voir là le témoignage concret de l'attraction qu'exerce le socialisme sur une fraction du parti républicain, en dehors et au-delà des structures d'organisation que commencent à se donner les partis qui s'en réclament explicitement. C'est une démarche importante, par laquelle s'amorce le processus de glissement des éléments les plus avancés du parti républicain, du radicalisme vers le socialisme.

75On mesure ainsi la fonction de politisation des masses populaires exercée par les cercles. C'est par leur médiation que les idées-force du discours politique ont pénétré dans les consciences et que des hommes se sont rassembés sur les grands principes républicains. Ils ont incontestablement diffusé une culture politique et contribué à établir, dans sa dynamique aussi bien que dans sa permanence, la tradition républicaine.

II – L'ENTRE-DEUX-GUERRES

76Continuité ou rupture ? La question ne peut être esquivée. Dans le panorama politique national, le Vaucluse apparaît toujours comme une terre du radicalisme, mais on observe que, s'il reste le maître du jeu, le parti radical doit compter sur sa gauche avec la poussée des partis socaliste et communiste qui ont en commun, malgré leur division , de mettre en cause le système économique et qui proposent, de ce fait, une nouvelle définition de la Gauche. Le terrain qu'occupe le parti radical dans l'espace électoral n'est plus le même qu'avant guerre, et la Droite lui abandonne, en fait, une bonne partie du sien , considérant avec une morose résignation qu'il constitue le meilleur rempart qu'on peut opposer au collectivisme. Mais ce sont des considérations tactiques liées aux conditions politiques locales, et il faut les ajuster aux impératifs du jeu politique national qui ramènent le parti radical dans une Gauche dilatée jusqu'à déformation... L'écheveau politique reste donc embrouillé, il est nécessaire d'en démêler les fils.

A – LE PARTI COMMUNISTE ET LA TRADITION REPUBLICAINE

77En Vaucluse comme partout en France, les élections de novembre 1919 ont été décevantes pour la Gauche socialiste, dont la liste conduite par Alexandre Blanc, l'un des "pèlerins de Kienthal", rassemblait des militants favorables à des relations fraternelles avec l'Internationale de Moscou. Le scrutin de liste, qui les dispensait de la traditionnelle référence à la discipline républicaine devenue compromettante du fait de l'évolution de la S.F.I.O., favorisait les radicaux mais permettait aussi à la Droite de se compter sur l'ensemble du département et ce pouvait être l'occasion d'une redistribution du jeu politique dans le département, puisque les candidats de l'Union Nationale recueillaient 25 % des suffrages. Aucune liste n'ayant recueilli la majorité absolue des suffrages, l'application de la représentation proportionnelle envoyait à la Chambre deux radicaux, Guichard et Daldadier, un Socialiste, A. Blanc – adhérent au Parti Communiste après le congrès de Tours – et un conservateur, Méritan.

78Equitable répartition entre des forces politiques simplifiées, sinon réellement clarifiées dans leur identité profonde. La résurgence d'un conservatisme agressif, encouragé par le contexte national, souligne la permanence d'une opposition aux principes républicains. Mais qu'en est-il de la Gauche, après la scission de Tours ? Plus de 90 %.des mandats de la Fédération du Vaucluse s'y étaient portés sur la motion majoritaire recommandant l'adhésion à la Troisième Internationale et le jeune parti communiste disposait d'une solide base de départ puisqu'il pouvait compter sur l'infrastructure de l'ancien parti socialiste, sur son journal local l'Avenir qui paraissait à Carpentras et sur le plus grand nombre de ses élus. En particulier, des maires socialiste avaient adhéré au parti communiste, à Bédoin, Sarrians, Villes-sur-Auzou, Bonnieux, Lacoste, Mondragon, Beaumes. Minoritaires dans leur conseil municipal, ils disposaient néamoins d'une influence personnelle à ne pas négliger.

  • 68 A.D.V. 1M816. Rapport du préfet du 19 avril 1921 qui indique que le parti communiste s'est donné u (...)
  • 69 Ibidem.

79Conscient de cette situation favorable, le parti communiste s'efforça de la consolider par une campagne de propagande et d'organisation à laquelle Marcel Cachin prit part aux côtés d'Alexandre Blanc et de la direction fédérale qui avait désigné l'un de ses membres, cheminot révoqué, comme délégué permanent à la propagande68. Si l'on en croit les rapports préfectoraux, cette campagne obtint des résultats impressionnants : le 29 août 1921, le préfet fait état de la création de 30 nouvelles sections, de 500 adhésions et il présente les forces du parti communiste en ces termes : 2 100 membres et 76 sections ; 84 conseillers municipaux, 8 maires et 8 adjoints dans 15 communes du département69. Ce bilan n'est malheureusement pas vérifiable, et il semble quelque peu gonflé. Cependant, la progression des idées communistes ne fait aucun doute, comme en témoigne le résultat obtenu par le candidat communiste à une élection cantonale partielle dans le canton de Bédarrides en décembre 1921 : il rassemble au second tour 41 % des suffrages exprimés. Mais la personnalité du candidat n'y est pas étrangère, il s'agit de Denante, instituteur à Courthezon, candidat aux élections législatives de 1919, délégué au Congrès de Tours. Par contre, à Ville-sur-Auzon où le maire était passé au parti communiste, le candidat communiste ne recueille que 10 % des voix dans une élection partielle. On peut penser que le maire l'avait appuyé et cet échec représente un désaveu indiscutable de sa propre évolution.

80Les sous-préfets d'Orange et de Carpentras ont essayé d'analyser l'attraction qu'exerce le parti communiste, particulièrement sur les paysans. Celui de Carpentras a retenu des réunions de propagande qui se sont tenues dans son arrondissament que

  • 70 Ibidem. Rapport du 29 déc. 1921.

"les conférenciers s'abstiennent d'exposer leur programme, ils s'attachent tout spécialement à critiquer les décisions du Parlement et les actes du gouvernement. Lorsque les esprits sont suffisamment surexcités, il est fait appel au concours de tous les partisans d'une politique républicaine plus avancée pour grossir les rangs du parti communiste"70.

81Il rejoint ainsi l'analyse faite par son collègue d'Orange :

  • 71 Ibidem. Rapport du 12 août 1921.

"Sans rien connaître des directives du parti, les paysans de Vaucluse vont au communisme, parce qu'il représente l'opposition au régime actuel et surtout parce que, dans le parti républicain, il leur paraît être le groupe le plus avancé. J'ajoute que la plupart des militants les plus notoires sont des propriétaires fort aisés, qui ne songent nullement à mettre leurs actes en accord avec leurs principes"71.

82La sociologie du communisme fait manifestement problème pour ce fonctionnaire, il y revient quelques mois plus tard :

  • 72 Ibidem. Rapport de Mars 1922.

"Dans les petites agglomérations agricoles, il semble bien que c'est la question militaire qui domine, si même elle n'est pas la seule en jeu. On retrouve dans les sections communistes des négociants, des propriétaires et même des ouvriers qui ne songent nullement a mettre leurs actes en rapport avec leurs principes, mais pour la plupart ils ont fait la guerre et ont la haine du militarisme"72.

83Nous trouvons dans ces analyses confirmation de la dynamique de la tradition républicaine. L'adhésion au parti communiste relève d'un tempérament politique, qui s'est affirmé dans des luttes que les propagandistes communistes rappellent et reprennent au bénéfice de leur idéal. C'est une question de conscience et d'éthique politiques bien plus que l'affirmation d'une position de classe, et l'on ne comprendrait pas le courant de sympathie qui s'est manifesté autour des orateurs communistes si l'on ne tenait pas le plus grand compte de la tradition républicaine telle qu'elle s'est constituée dans le Vaulcuse, dans les villages plus encore que dans les villes.

  • 73 La police s'efforçait de placer des informateurs dans les rangs communistes, et il n'est pas possi (...)
  • 74 A.D.V. 1M816. Dans un village, l'organisation communiste est signalée en 1921-22 et 1925, et les m (...)
  • 75 Ibidem. Rapport de février 1922.

84Ces adhésions sont-elles compatibles avec la "bolchévisation" du parti, avec la volonté d'affirmer son caractère de classe, d'y installer une discipline rigoureuse ? Inévitablement, des problèmes devaient surgir, qui ne furent d'ailleurs pas tous résolus par des démissions. Nous savons en effet que, dans les villages, des militants persistèrent dans leur engagement, alors même qu'il les isolait des autres républicains avec lesquels ils avaient commencé leur carrière politique, avec qui aussi ils étaient restés en relations d'amitié. Sur les adhésions sentimentales de 1921 se fondèrent des convictions durables, qui ne furent pas toujours dociles et qui eurent quelque mérite à surmonter les difficultés surgies du sectarisme et de l'ouvriérisme. Les informations transmises à la préfecture par les commissaires de police et les sous-préfets sont, certes, parfois douteuses, en raison même des méthodes utilisées pour les obtenir73, mais les noms de militants qui sont cités, lorsqu'ils reviennent à des périodes éloignées, témoignent d'une continuité dans l'appartenance au parti. Il en est ainsi à Bonnieux, Mondragon, Conquières, Lacoste, Visan, Courthezon74 : dans ces villages, un noyau stable se maintient contre vents et marées, et c'est autour de lui que continue à s'affirmer une présence communiste. Elle est cependant réduite dès 1922, car de nombreuses défections se produisent alors. Des élus, en premier lieu, qui rejoignent le Parti Socialiste, ainsi que le signale le sous-préfet de Carpentras observant à Carpentras, Monteux, Mormoiron, Sarrians "une sécession, qui ira probablement en s'accentuant,... entre les partisans du communisme intégral et ceux qui se réclament encore des principes de 3aurès et de ses doctrines"75. Le maire de Beaumes annonce publiquement sa démission du parti communiste, en février 1922 ; le docteur Hugou, élu conseiller général du canton de Bollène en mai 1922, fait de même dès le mois d'octobre. Le malaise est incontestable et derrière les élus, de nombreux militants se retirent. Si l'on en croît les informateurs du sous-préfet de Carpentras, le docteur Ayme, l'un des dirigeants de la Fédération, aurait déclaré au congrès fédéral que

  • 76 Ibidem. A Jonquières, d'après le sous-préfet d'Orange, des défections seraient "pour la plupart de (...)

"d'après les résultats d'une enquête faite personnellement par lui dans les sections de l'arrondissement de Carpentras, les effectifs s'allègent de tous les éléments non foncièrement acquis aux idées communistes"76.

  • 77 A.D.V. 3M280. Les conservateurs identifient le Cartel des Gauches au Bloc des Gauches d'avant 1914 (...)

85Quoiqu'il en soit, il est indiscutable que le parti communiste a maintenu une implantation relativement importante et que les militants qui lui sont restés fidèles sont prêts à suivre ses consignes, à faire campagne sur son programme et ses objectifs aux élections de 1924. La présence d'une liste du BLoc Ouvrier et Paysan, qui s'oppose au "Bloc national de gauche" aussi bien qu'au "Bloc national de droite", émanation l'un et l'autre de la bourgeoisie capitaliste, modifie, bien sûr, les données du jeu électoral vauclusien. La coalition décidée au plan national entre radicaux et socialistes, sous le nom de Cartel des Gauches, permet de reconstituer la gauche d'avant 1914, dont les communistes se sont exclus et ont été exclus. Elle reconnaît au parti radical une place prépondérante, mais elle sert aussi les intérêts du parti socialiste, toujours affaibli par la saignée de militants provoquée par la scission de Tours, qui profite ainsi de la locomotive radicale sans prendre le risque d'une présence autonome, aux résultats incertains. Réinstallé à gauche, le parti radical est logiquement concurrencé sur sa droite, d'une part par des Républicains modérés qui se présentent sous le signe de la "Concentration Républicaine anti-collectiviste" – montrant ainsi qu'ils en ont après son alliance avec le parti socialiste beaucoup plus qu'au parti radical lui-même –, d'autre part par des conservateurs intransigeants qui ont cependant estimé prudent de s'abriter derrière la barrière de l'"Entente Républicaine"77.

86Du fait de la nouvelle disposition des forces politiques, il est difficile de comparer les résultats de cette élection à ceux de 1919. L'espace sensiblement élargi qu'occupent les deux listes de droite – 11 % et 13 % des inscrits votent respectivement pour la liste de concentration et celle d'Entente Républicaine alors que la liste d'Union Nationale n'en avait recueilli que 16 % – montre bien les réticences d'une fraction de l'électorat radical dès lors que le parti radical s'engage sur sa gauche. Et les communistes ont obtenu un résultat plus qu'honorable, avec 11 % des inscrits. Une nouvelle opposition de gauche est née, et ses forces se situent dans les campagnes autant que dans les centres urbains, puisque le calcul des voix dans les deux cas aboutit exactement au même pourcentage. La singularité du parti communiste, qu'il n'a nullement dissimulée, ne l'empêche pas de bénéficier de la dynamique de la tradition républicaine, mais il obtient ses meilleurs scores dans les villages où il a maintenu une organisation et une présence militantes : Courthezon, où il rassemble 28 % des voix des inscrits, Lacoste – 33 % – Mondragon – 30 % –, Visan – 29 %. La défection de ses élus l'a durement pénalisé à Sarrians, Villes-sur-Auzon où il atteint à peine 5 % des inscrits, mais elle ne l'a pas gêné à Beaumes où il obtient 26 %.

87Le retour au scrutin d'arrondissement et la politique d'union nationale suivie par Poincaré après l'échec du Cartel devant le Mur d'Argent modifient à nouveau le jeu politique vauclusien. Rien à signaler à cet égard du côté des communistes, qui font un gros effort avec la présentation de candidats nouveaux, choisis pour leur fermeté politique mais aussi pour leur talent oratoire. Fontenay, journaliste à l'Humanité, fait très grosse impression à cet égard dans l'arrondissement d'Orange où il rassemble des auditoires nombreux et attentifs et le docteur Ayme, infatigable et fougueux, sait admirablement inscrire dans la tradition républicaine, à laquelle on reste très attaché dans la vallée de la Durance, les combats sociaux et l'internationalisme de son parti. Depuis 1926, la Fédération communiste avait multiplié les réunions de propagande et le préfet dans un rapport de 1930 rappelle cette période qui marque à ses yeux "l'apogée du Parti Communiste" :

"Il y avait à cette époque de sérieux militants résolus, infatigables comme activité, qui se livraient à une propagande acharnée et sans répit, mettant sur pied des réunions publiques, précédés d'une profusion d'affiches, de tracts et de papillons, où pouvaient se compter six ou sept cents communistes, qui attiraient un nombre équivalent de curieux".

88Il signale tout particulièrement l'action du responsable aux questions agricoles qui

  • 78 A.D.V. 1M816. Ce militant communiste était devenu président de la Caisse de crédit agricole de Cav (...)

"après s'être livré à une campagne d'agitation chez les paysans, réussissait à devancer l'initiative de l'organe officiel agricole en créant des comités et des caisses de crédit, notamment à Cavaillon et Bédoin"78.

  • 79 A.D.V. 1M816. Propos prêtés par un informateur du préfet au secrétaire de la Fédération, dans une (...)

89Le parti communiste attendait un bon résultat de ces élections, mais il n'envisageait pas de désister ses candidats, dans la logique de son mot d'ordre "classe contre classe". Ses dirigeants avaient de la gauche vauclusienne une vision où la clairvoyance et le schématisme se mariaient curieusement. Pour eux, "les socialistes n'existent pas, à part des comités électoraux composés d'anciens radicaux qu'une idéologie de gauche a fait glisser vers le parti socialiste mais qui n'ont pas la moindre idée du socialisme" et ils voyaient dans le parti radical l'adversaire principal, "qui abuse de son pouvoir pour influencer les électeurs vauclusiens lesquels sont surtout anticléricaux"79.

  • 80 Roumagoux présente en ces termes le parti radical : "Entre les partis de collectivisme et les part (...)
  • 81 Guichard multipliait à la Chambre les interventions mineures qu'il pouvait faire valoir comme corr (...)
  • 82 Daladier pour la première fois de sa carrière politique apparaît dans l'arrondissement d'Orange et (...)

90Sans cloute, le glissement des Radicaux vers le parti socialiste est une réalité, et il est vrai que la pratique militante des socialistes est très éloignée de celle des communistes, mais les communistes sous-estiment l'influence des socialistes, qui concentrent leurs efforts dans les arrondissements d'Avignon – où Gros peut se présenter à la fois comme maire et député sortant – et c'Apt, où ils présentent le premier adjoint au maire de Marseille, Léon Bon. Les radicaux ont conscience des inconvénients de leur position charnière et ils abordent le scrutin avec un programme prudent et balancé80. Analysant avec lucidité l'entreprise des socialiste, ils savent que leurs positions sont menacées sur Avignon mais le choix qu'ils font suscite une candidature concurrente, celle d'Arlaud qui se présente comme radical-socialiste indépendant, "sans étayer ma candidature d'un congrès toujours facile à organiser pour ou contre quelqu'un". Parce qu'ils espèraient retrouver le siège de l'arrondissement cfApt, la bataille a été chaude pour la désignation de leur candidat et le choix de Roumagoux, réputé modéré, provoque la prise de position du maire de Pertuis en faveur du candidat socialiste. Daladier, par sa dimension nationale, et Guichard, fourmi besogneuse et politicien habile81, étaient indiscutables à Orange82 et Carpentras.

91La Droite est curieusement timide, après deux scrutins où elle avait pourtant fait bonne figure, alors que le contexte national lui est favorable. Le "recentrage" des radicaux la gêne, et le scrutin d'arrondissement met en évidence les carences de son implantation locale. Reprenant une tactique éprouvée, elle s'abrite derrière le radical indépendant à Avignon et le maire de Carpentras, "républicain social"...faute d'une investiture plus retentissante. C'est à Orange qu'elle se bat pour son propre compte, consciente que le choix fait par Daladier risque fort de la mettre hors-jeu pour longtemps. Mais la candidature d'E. Mittler est placée sous les auspices d'un très inédit "Cercle d'Union Républicaine et Démocratique de l'arrondissement d'Orange", véritable pot-pourri regroupant les "Républicains nationaux, Républicains de Gauche, Radicaux-Socialistes et Socialistes indépendants anticartellistes". Contre Daladier, il ne fallait faire l'impasse sur aucune des familles politiques classées à gauche... Mais la référence anticartelliste lève toute équivoque !

92Les résultats sont tout à l'avantage du parti radical, qui compte trois élus. Mais les socialistes ont fait la percée dans l'arrondissement d'Avignon et ils se placent dans celui d'Apt, qui était à leur portée si les communistes avaient joué à leur profit le jeu de la discipline républicaine. Ils s'y sont, bien sûr, refusés et leur électorat les a relativement bien suivis, puisque Ayme a retrouvé au second tour 73 % de ses voix du premier tour, sans d'ailleurs que les manquantes se reportent toutes sur le candidat socialiste. Le commissaire de police spéciale d'Avignon s'est procuré – par quels moyens ? – le rapport rédige par Ayme sur cette élection, on y lit ceci :

  • 83 La profession de foi des candidats communistes s'adresse aux "Travailleurs vauclusiens" avec une f (...)

"Nous n'avons eu qu'un cas d'indiscipline. A La Tour-d'Aigues, un camarade connu pour être des nôtres, vieux militant, a fait poser une affiche demandant au 2ème tour le vote pour Bon. Je suis venu aussitôt à La Tour et ai exécuté ce copain pour la discipline du Parti et l'édification des vingt jeunes et nouveaux adhérents"83.

93Les consignes du parti furent moins bien suivies à Avignon, où le report des voix communistes sur le candidat socialiste fut, semble-t-il, de l'ordre de 40 % : il y avait là danger de droite et les vieux réflexes étaient loin d'avoir disparu. Par contre, à Orange, Fontenay retrouva toutes ses voix du premier tour et Girard à Carpentras améliora sensiblement son score. Dans les deux cas, les candidats radicaux n'avaient plus d'adversaires à leur droite, et les vieux réflexes ont joué là au bénéfice des communistes qui apparaissaient comme la première force de gauche.

94L'électeur communiste apparaît donc avec une certaine originalité. Prenant racine dans la tradition républicaine, il reste sensible aux impératifs du combat de la Gauche contre la Droite qu'il superpose au concept marxiste de lutte de classe. Ce qui l'éloigné de la gauche non communiste, c'est l'ostracisme qui frappe le parti communiste, le sentiment d'exclusion qu'il éprouve pour lui-même et qui est en contradiction avec le vieux principe républicain : "pas d'ennemi à gauche !", qui est bien souvent à l'origine de sa propre démarche. Sociologiquement plus hétérogène que dans les villes, l'électorat communiste des campagnes vauclusiennes y est aussi plus nombreux et sur ce point une évolution s'est dessinée depuis 1924 : les électeurs communistes des communes rurales représentent en effet 16 % des inscrits, alors qu'ils ne sont que 13 % dans les villes, et l'évolution ainsi constatée est parfaitement divergente avec celle qu'on peut également observer dans l'électorat socialiste. Il faut, sans aucun doute, y voir l'effet de la dynamique de la tradition républicaine, qui dans les villages joue au profit des communistes plus qu'à celui des socialistes, difficiles à différencier des Radicaux. C'est ce qui explique que là où il avait enregistré ses meilleurs résultats en 1924, le parti communiste les maintient et même parfois les améliore, comme c'est le cas à Mondragon, Roaix, Visan. Par une évolution de même nature, il devient une force importante dans des villages jusqu'alors soumis à la domination de la Droite : on remarque ce phénomène à Camaret, Jonquières et il est clair que, là, il a pris au parti radical devenu prisonnier de la Droite le flambeau de la tradition républicaine.

95On comprend mieux dans ces conditions le grave échec des candidats communistes aux élections de 1932. Certes, c'est un échec national mais l'électorat vauclusien est plus que d'autres sensible au sectarisme, aux crises intérieures réglées par des exclusions, à l'outrance du verbe communiste qui annonce à l'évidence de nouveaux refus de désistement. Et les candidats communistes perdent 50 % des suffrages qu'ils avaient acquis en 1928 – soit beaucoup plus que la moyenne nationale –, au profit, pour l'essentiel, des candidats socialistes. L'avertissement est incontestable, il montre les limites de l'engagement qu'on peut demander à des hommes qui, par leur tradition aussi bien que par leur propre expérience, ne peuvent pas voir de contradiction – de leur fait en tout cas – entre leurs sympathies communistes et leur appartenance à la Gauche.

B – L'EVOLUTION DU RADICALISME

96Mais quel est le contenu, quelles sont les frontières de la Gauche ? Problème considérable, que pose immanquablement la diversité des formations politiques qui se réclament de la Gauche, de sa tradition et de ses principes, pour définir et prendre cependant des positions souvent divergentes sur les grandes questions du présent et de l'avenir. Problème national, mais il ne se pose pas partout en des termes absolument identiques car ses données doivent tenir compte des conditions départementales qui sont elles-mêmes très diversifiées. Dans le Vaucluse, on ne saurait le traiter convenablement sans prêter une attention particulière au parti radical, héritier direct de la tradition républicaine et force politique dominante – voire dominatrice – du département.

97C'est précisément sa position de force dominante qui était, dès avant 1914, à la source de l'ambiguïté du radicalisme vauclusien : il avait élargi son espace électoral de manière quelque peu suspecte par rapport aux principes qu'il affirmait. Cette ambiguïté persiste après la guerre, dans des conditions nouvelles. On observe en effet un mouvement qui déplace de la gauche vers la droite le champ politique qu'il occupe, mais ce mouvement n'est pas, pour l'essentiel, à son initiative. D'une part, les formations politiques qui se sont constituées sur sa gauche lui disputent le terrain dont il s'était rendu maître ; d'autre part, la Droite se résigne à lui concéder le sien, quand cette démarche en retraite lui paraît être la meilleure des opportunités qui s'offre à elle. Il y a là une situation dont les radicaux vauclusiens mesurent aussi bien les risques à long terme –comment préserver leur identité ? – que les avantages tactiques immédiats, au bénéfice de leur position dominante.

98C'est sur la foi de leur identité, acquise dans les luttes des débuts de la Troisième République, que les radicaux ont conquis leur position dominante. Peuvent-ils espérer conserver celle-ci s'ils perdent celle-là ? Conscients de cette contradiction, ils sont très attentifs, dans leur discours, aux références qui les situent dans la tradition républicaine et même ils n'hésitent pas à s'affirmer comme les représentants de tous les républicains. Daladier se présente à Orange en 1928, après qu'il a été "sollicité par les élus et les militants républicains de tous les arrondissements", Guichard a été désigné en 1928 par "le Congrès Radical-Socaialiste de l'arrondissement de Carpentras où étaient représentés les élus et militants républicains...", Ulysse Fabre se dit en 1932 "fort de l'amitié et de la confiance des républicains" de l'arrondissement d'Avignon. En conséquence, ils demandent que jouent en leur faveur la discipline républicaine, et leur candidature prend alors la signification d'un devoir qu'ils assument devant tous les républicains, comme l'indique Daladier dans son appel pour le scrutin de ballotage en 1928 :

Le suffrage universel s'est prononcé en pleine clarté. Alors que tous les partis et toutes les opinions ont pu s'affirmer, il m'a désigné par six mille quatre cent vingt voix comme le candidat de la discipline républicaine. Cette décision me dicte mon devoir. Je demande à tous les républicains de s'unir pour assurer dimanche prochain 29 avril la victoire éclatante et définitive de la République démocratique et sociale".

99Il faut bien, en effet, caractériser la République et là aussi les radicaux ne s'écartent pas de la tradition de progrès social, d'égalité devant l'instruction et de pacifisme généreux qu'ils ont d'ailleurs contribué à construire. Langage au demeurant fort imprécis, d'où la prudence n'est pas exclue : le progrès social "dans l'ordre" précise Daladier en 1928, "en dehors de tout esprit de lutte de classes", affirme Garnier, candidat à Avignon en 1928 et Ulysse Fabre renchérit en 1932 en s'affirmant "ennemi déclaré de la lutte des classes".

100C'est par là que le discours radical devient quelque peu irréel pour les hommes de gauche et qu'il apparaît à beaucoup suspect parce que trop soucieux de rassurer la Droite. Du capitalisme en tout cas, pas question, si ce n'est sous des formules d'une grande prudence, soigneusement balancées, comme celles qu'utilise Daladier en 1932 :

"La propriété individuelle et la liberté des entreprises doivent être respectées. Mais les entreprises qui font appel à l'épargne publique ou qui constituent de véritables monopoles de fait ne sauraient mettre en péril la souveraineté de la nation. Elle a le droit d'organiser le contrôle de son économie".

  • 85 Jean Touchard : La Gauche en France depuis 1900. Paris 1977.p.120.

101Daladier, considéré à Paris comme "l'espoir de la gauche du parti radical"85, cela n'est pas évident dans ses déclarations vauclusiennes ! Mais ce n'est pas ce qu'on attend de lui dans l'arrondissement d'Orange, où le parti communiste est presque seul sur sa gauche. Retenir dans la mouvance radicale le peuple de gauche par l'évocation de la tradition républicaine et attirer à lui les modérés qu'inquiète la puissance communiste, tel est localement son problème et son discours tient le plus grand compte de ces données, qui n'ont pas grand chose à voir avec ses ambitions nationales.

  • 86 13 voix seulement de majorité pour le Dr Roumagoux, député sortant radical. Le candidat communiste (...)

102Le pragmatisme des radicaux est un obstacle aux ambitions des socialistes, qui sont dans l'obligation de les devancer au premier tour s'ils veulent compter sur un désistement communiste en leur faveur. L'élection de 1932 dans l'arrondissement d'Apt est à ce point de vue intéressante. Le député sortant radical s'y représente, pratiquement sans concurrent sur sa droite et les socialistes lui opposent un candidat sérieux, Charles Lussy journaliste au Populaire et authentique tribun, qui fait une campagne rigoureuse et doctrinale, destinée de toute évidence à capter l'électorat qui s'était porté sur le Docteur Ayme en 1928 et à offrir une alternative réellement de gauche dans un arrondissement où la Droite est depuis longtemps résignée. Mais il lui manque quelque 300 voix pour arriver en première position au premier tour et il est obligé de ce fait de ne pas respecter la discipline républicaine pour défendre ses chances au scrutin de ballotage, dont l'issue dépend pour une bonne part du comportement des électeurs communistes – il n'en restait que 602, contre 1549 en 1928. Il s'en explique, en avançant l'idée qu'il n'y a pas "le moindre péril de droite", ce qui l'autorise à "continuer la bataille", dans la logique des résultats du premier tour où "la majorité des électeurs a indiqué, sans ambages, son désir de changer de méthodes et d'hommes". Mais à qui fera-t-on croire que, si résignés qu'ils soient, les électeurs de droite se sont tous réfugiés dans l'abstention ? Ce sont eux, bien évidemment, qui ont assuré – de justesse – le succès du candidat radical86. Mais le candidat socialiste ne pouvait pas invoquer leur arbitrage, contraint qu'il était de ménager formellement son concurrent radical du fait des rapports de bon voisinage qui unissaient leurs deux partis.

  • 87 La candidature d'Ulysse Fabre, conseiller général de Vaison et président du conseil général, était (...)

103Il reste que le radicalisme vauclusien subit une incontestable érosion de ses positions, puisqu'il est sérieusement menacé à Apt après avoir perdu – et échoué dans sa tentative de reconquête87 –le siège d'Avignon. Quoiqu'il fasse pour l'éviter, son image de gauche se ternit dans l'opinion populaire et les complaisances qu'ont à son égard les forces de Droite – qu'il ne peut repousser car il a besoin de leurs voix ! – compromettent à moyen terme ses positions. Il est conduit, de ce fait, à de complexes louvoiements, mais aussi il assume de plus en plus une fonction politicienne, mettant à contribution son caractère de parti de notables avec les facilités d'intervention, de constitution de clientèles que cela lui confère.

104Fonction politicienne : j'entends par là l'utilisation de l'autorité et de l'influence politiques que confère un mandat électif à la solution de problèmes particuliers par lesquels s'expriment des intérêts personnels ou collectifs. Définition très vaste, à l'intérieur de laquelle se logent des cas très différents, sur lesquels on peut porter des jugements de valeur variés... On conçoit plus aisément l'intervention d'un député dans les bureaux d'un ministère pour faire avancer un dossier d'électrification d'une commune que la démarche visant à obtenir la légion d'honneur, ou un bureau de tabac pour une personne dont on attend essentiellement la reconnaissance exprimée en allégeance électorale –réelle ou supposée, cela ne change rien à la chose. Il est de fait que la fonction politicienne s'exerce dans l'un et l'autre cas, et elle est inséparable d'une conception du mandat électif où se retrouve, naturellement transposé, le rôle social du notable traditionnel. L'influence politique remplace celle de la naissance et de l'argent et il est certain que les notables radicaux, maires, conseillers d'arrondissement et conseillers généraux, sont bien souvent de condition modeste. Mais la permanence de leur fonction politique et l'influence qui lui est attachée en font des personnages utiles et ils exploitent la considération qui en découle au bénéfice de leur position politique et plus largement au bénéfice de leur parti.

  • 88 Jean Touchard op. cit. p. III cite un texte de Daladier au congrès radical de 1933 qui est un élog (...)

105Les radicaux vauclusiens, leurs leaders politiques en tout premier lieu, ont parfaitement compris l'efficacité de la fonction politicienne. Bien entendu, ils n'en ont pas le monopole mais ils la rationalisent, en quelque sorte, et cela pour deux raisons. La dynamique de la tradition républicaine a déplacé sur leur gauche l'action proprement militante, car elle implique une générosité et une disponibilité qui trouvent bien mieux à s'exprimer dans les formations politiques les plus avancées, ouvertes sur l'utopie : la fonction politicienne devient alors un substitut à l'action militante88 et elle ne peut être laissée à l'improvisation, son efficacité dépend de l'organisation qu'on lui donne. C'est alors qu'intervient la seconde raison, liée à des données vauclusiennes et plus précisément à la dimension nationale de Daladier, concrétisée par les responsabilités ministérielles auxquelles il accède à plusieurs reprises. La fonction politicienne trouvait là son efficacité maximum, et il était logique de l'organiser avec le plus grand soin.

  • 89 Le fond Requêtes et Recommandations n'est pas encore classé. Un étudiant de Maîtrise travaillant s (...)

106Nous connaissons cette organisation, à partir d'un fonds d'archives, "le fonds du Secrétariat Particulier de Daladier", partie d'un ensemble de liasses en provenance de la Préfecture de Vaucluse sous le générique de requêtes et recommandations89. La confusion des documents provenant du secrétariat particulier de Daladier et de ceux classés par les services préfectoraux est par elle-même significative : les canaux d'acheminement des requêtes et recommandations étaient distincts, mais leur traitement était identique. Daladier d'ailleurs avait pris soin d'installer en bonne place à la préfecture des hommes sûrs : celui qui devait être jusqu'en 1940 son plus proche collaborateur, Clapier, est promu chef de cabinet du préfet Monis en 1919, fonction qu'il cumule avec celle de la direction du secrétariat administratif du Conseil Général. Ce sont là des postes stratégiques, dans la perspective de la fonction politicienne.

  • 90 La promotion de Bizardel à la sous-préfecture indique que dès 1926 Daladier songeait à s'y présent (...)
  • 91 Clapier est nommé en 1933 conseiller référendaire à la Cour des Comptes. Il occupera la direction (...)
  • 92 Il semble, d'après la composition des dossiers, qu'avec Mr Autrand les rapports du secrétariat par (...)

107En juin 1924, lorsqu'il devient ministre des Colonies, Daladier se constitue un secrétariat particulier et c'est Clapier qui en devient le chef, doublé à Paris –dans les bureaux du Ministère –d'un adjoint, Bizardel, "Chef adjoint du Cabinet du Ministre, chargé du secrétariat particulier". Celui-ci, Orangeois de naissance, deviendra sous-préfet d'Orange en avril 1926, après que Daladier sera redevenu simple député90. Naturellement, la structure du secrétariat particulier suit l'évolution de la carrière de Daladier, et sa justification est d'autant plus grande que Daladier est ministre. C'est ce qui explique l'apparition d'hommes nouveaux, mais toujours choisis pour leur fidélité autant que pour leur compétence : en 1932 , lorsque Clapier suit son "patron" à Paris et devient directeur de son cabinet au Ministère des Travaux Publics91, il est remplacé à Avignon par A. Autrand dans sa triple fonction au cabinet du préfet, au conseil général et au secrétariat particulier et Mlle Mollet prend à Paris la direction du secrétariat particulier, sous le double contrôle de Clapier et d'Autrand92.

108Mais cette organisation de sommet n'est efficace que si des dispositions sont prises pour que montent jusqu'à elle – si possible décantés, instruits et aussi présentés pour leur intérêt politique –les dossiers par lesquels se concrétise la fonction politicienne. C'est là que les notables radicaux, à tous les niveaux de l'exercice d'un mandat électif, entrent en scène, comme acteurs nécessaires. Il y a, certes, des solliciteurs qui s'adressent directement à Daladier, et aussi aux autres parlementaires qui agissent pour leur propre compte, mais ces démarches ne sont pas les plus nombreuses ni, surtout, les plus recommandées. L'entreprise que met sur pied Daladier vise un objectif plus ambitieux : servir sa propre personne, bien sûr, puisqu'il est au sommet de la hiérarchie, mais bien plus encore servir le parti radical qui apparaît comme le gestionnaire collectif de tous les intérêts particuliers, les uns tout à fait légitimes, d'autres assurément plus discutables. C'est ainsi que la fonction politicienne peut se substituer à l'action militante, sans être rabaissée à une collection d'interventions intéressées, et contribuer à maintenir autour du parti les sympathies que lui disputent les nouveaux partis de gauche. Il convient donc que les requêtes, collectées au niveau le plus bas – l'individu, la commune –soient transmises jusqu'à l'organisation de sommet, qui est la plus qualifiée pour les traiter et en faire redescendre les retombées politques jusqu'à leur point de départ. Le notable, en situation d'intermédiaire entre le requérant et l'homme politique qui a le pouvoir d'obtenir la décision espérée, doit d'une certaine manière s'effacer devant l'intérêt supérieur du parti qui, d'ailleurs, n'oubliera pas son rôle et le paiera en retour, soit par le renouvellement de son mandat, soit par l'accession à une fonction élective plus importante.

  • 93 Les oiseaux sont attirés par des "appelants", c'est à dire des oiseaux en cage dissimulés à proxim (...)

109La rigueur de cette démarche est illustrée par l'affaire de la chasse au poste, en 1924. La chasse au poste, c'est-à-dire le tir des petits oiseaux d'une cachette préalablement aménagée, est une distraction très prisée des paysans provençaux93. Or, un arrêté du ministre de l'agriculture, le 25 septembre 1924, l'interdit dans le Vaucluse... Aussitôt, les protestations se font entendre et elles sont dirigées, soit spontanément, soit par l'intermédiaire des élus locaux, vers Daladier que sa position de ministre désigne comme l'homme capable d'annuler cette décision. Le ton des protestations, et aussi l'enjeu de l'affaire, est donné par cette lettre d'un paysan d'Entrechaux, qui avait été délégué au congrès de la fédération radicale :

"Maintenant, je vous ferai remarquer Mr le Député que la presque totalité des permis de chasse délivrés dans le département de Vaucluse ont été demandés pour cette chasse précitée plus haut. Et si c'est cela que vous appelez donner satisfaction autant que possible à la modeste population du Vaucluse, comme vous nous l'avez promis lors de votre visite en période électorale, eh bien je vous en remercie.

110Nous avions été déjà serrés pendant 4 années et plus par le Poincarisme, mais maintenant je crois que nous allons l'être davantage par le cartel de gauche que nous avons élu à deux mains, le 11 mai dernier.

Monsieur le Député, je m'adresse à vous parce que vous êtes le premier représentant du département et j'estime que vous pouvez nous donner satisfaction d'ici peu".

111Dès lors, la machine politicienne se met en route et Daladier, parfaitement informé, intervient avec le succès espéré auprès du Ministre de l'Agriculture. Le 8 octobre, il adresse à ses amis vauclusiens le télégramme suivant :

"Sur mon intervention, Ministre Agriculture a prescrit à Préfet Vaucluse appliquer pour présente saison de chasse réglementation en vigueur ces dernières années".

112La suite, nous la connaissons par la lettre que lui adresse le surlendemain le maire de Carpentras :

"Mon cher ami,

Dès la réception de ton télégramme, relation a chasse au poste, qui m'est parvenu à 8 heures du matin, l'ami Vaissières a fait le nécessaire pour le communiquer à toutes parties intéressées.

Guichard (le député de Carpentras) s'était hâté de téléphoner à Laborel et nous avons pu avec peine arrêter au Ventoux (journal local) un article dithyrambique en sa faveur signé par cet idiot de Laborel.

A peine une centaine de numéros étaient sortis de la presse et Batailler a arrêté son tirage pour composer autrement l'article. Il a expédié les cent numéros en dehors du département. Il a été très chic, nous lui revaudrons ça par quelques insertions.

Nous avons en même temps affiché à la porte de la Mairie et communiqué le télégramme à tous les correspondants.

Bien cordialement,".

113On ne saurait être plus démonstratif, et tout commentaire est parfaitement inutile.

114Ainsi conçue et mise en oeuvre, la fonction politicienne couvre un terrain considérable. De 1921 à 1940, les recommandations et requêtes parvenues à Daladier, directement ou par l'intermédiaire des élus et responsables politiques locaux, ont pu être recensées. 752 ont un caractère collectif et concernent des travaux d'équipement –voierie, électrification –, des constructions-écoles, caves coopératives –, des travaux d'irrigation ou d'assainissement. Ce sont naturellement les plus justifiées, même si elles s'inscrivent dans un calcul électoral, comme celle-ci, transmise par Ulysse Fabre, conseiller général de Vaison, à Clapier en janvier 1928 :

"A la suite des démarches que j'avais faites à Paris avec Serre (sénateur radical du Vaucluse), il nous avait été promis par Carrier à l'Agriculture que le deuxième projet d'électrification rurale (syndicat de Vaison et autres communes) serait compris dans les premières répartitions de 1928.
Il faudrait que Bizardel (le sous-préfet d'Orange) suive l'affaire et que Daladier fût le premier avisé et au plus tôt. C'est très important car onze communes sont intéressées et j'avais dit aux maires qu'ils attendraient la subvention pendant deux ou trois ans. Si on l'obtient de suite, ce serait un gros effet pour Daladier".

  • 94 Des députés ont d'ailleurs recours à lui, quand leurs propres démarches ont échoué.
  • 95 Des électeurs communistes s'adressent parfois à Daladier, très ouvertement.
  • 96 L'efficacité des interventions de Daladier n'est pas du goût de tout le monde, puisque Gros écrit (...)

115On dénombre également 5 630 requêtes individuelles, dont 2 400 concernent des électeurs de l'arrondissement d'Orange. Cette disproportion s'explique aisément, elle s'atténuerait si l'on pouvait faire le compte de celles qui ont été transmises directement aux autres parlementaires. Il reste que la fonction originale de Daladier est incontestable94, et on le vérifie en analysant la répartition chronologique de ces démarches : leur nombre s'accroît en période électorale, mais aussi chaque fois que Daladier est ministre. Il en vient de partout, y compris par l'intermédiaire de députés socialistes95, et l'on mesure l'importance des maires et conseillers généraux car ils sont très souvent le premier relais entre le solliciteur et Daladier. Il est relativement aisé de classer ces requêtes individuelles. Les plus nombreuses concernent des affaires militaires, affectations militaires, permissions, décorations... Viennent ensuite celles qui ont pour objet l'enseignement, demandes de bourses96, placement en internat, mais aussi nomination d'instituteurs, palmes académiques. Les questions fiscales – exonération ou report d'impôts –sont fréquemment évoquées, de même que celles qui relèvent de l'aide sociale et l'on remarque que pendant les années de crise leur nombre s'accroît. Les étrangers désireux de se faire naturaliser sont souvent recommandés. Les demandes d'emplois réservés, de pensions, de promotions administratives sont les moins nombreuses.

116L'important, c'est le nombre et la méthode suivie pour traiter ces affaires. On ne sera pas surpris que de nombreuses lettres comportent un commentaire politique : tel requérant est "un bon républicain" qui se souviendra du service rendu, tel autre est en mesure d'apporter des voix, ou encore telle démarche si elle réussit portera un coup au prestige d'un maire dont il faudrait se débarrasser... A cet égard, Daladier s'est particulièrement intéressé au canton de Bollène car les démarches qu'il effectuait étaient pour lui un moyen d'y contrecarrer l'influence communiste. On voit bien par là comment s'opposent la fonction politicienne et l'action militante.

117Mais ce serait une erreur de penser que cette entreprise avait un caractère occulte. Certes, ses mécanismes étaient discrets, les arrière-pensées et calculs qui accompagnaient les requêtes n'étaient connus que des initiés, mais la fonction politicienne, en elle-même, est revendiquée par Daladier. Il l'affirme clairement dans sa profession de foi de 1932 :

"Aujourd'hui, je viens vers vous avec la conscience d'avoir accompli mon devoir. Un homme politique doit être jugé sur ses actes. Pendant ces quatre années, je me suis rendu à diverses reprises dans toutes nos communes, m'efforçant de les aider à réaliser, avec l'appui indispensable des pouvoirs publics, tous les projets qui ont pour but d'améliorer la situation de nos populations laborieuses. Développemnt de l'enseignement public à tous les degrés, constructions d'écoles, de stades pour la jeunesse, développement des associations et des coopératives, électrification, adduction d'eau, hydraulique agricole, construction et modernisation d'hôpitaux, amélioration des communications, ont retenu et retiennent encore toute mon attention. Membre du gouvernement, j'ai classé dans le réseau national de nombreuses routes, assurant ainsi au département et aux communes, avec des économies considérables, de plus grandes facilités...

De même, ne connaissant au lendemain de nos luttes politiques courtoises, condition nécessaire de la vie publique sous un régime de liberté, que des citoyens également dignes d'être protégés ou défendus, je me suis efforcé de les aider de mon mieux, sans distinction de parti, lorsqu'ils ont fait appel à mon intervention. Dans une République, tous les citoyens ont droit à la justice et à la protection des lois".

118Et les autres députés le suivent dans cette conception de l'action parlementaire. Roumagoux en 1932 présente comme le résultat de ses interventions le maintien de l'arrondissement d'Apt, la promesse de construction d'une ligne ferroviaire Avignon-Pertuis-Nice ; il insiste sur les projets communaux qu'il a appuyés. Mais c'est à Guichard que revient la palme : il ne prend même plus la peine de présenter un programme politique ; sa profession de fois énumère, références chronologiques à l'appui, toutes ses interventions à la Chambre, les rapports et propositions de loi qu'il a présentés, les dégrèvements fiscaux qu'il a obtenus et il poursuit par l'énumération des projets qui lui tiennent à coeur car, "naturellement, il reste beaucoup à faire". On peut sourire à la lecture d'un tel document, catalogue d'interventions mineures où l'on décèlerait à grand peine une idée directrice. Mais cette conception grossièrement matérialiste du rôle du député, dans la logique du scrutin d'arrondissement, correspond aussi à l'idée, que développe aussi l'économie marchande spéculative, selon laquelle un député doit servir à des intérêts concrets ; une relation de bons et loyaux services réciproques doit s'établir entre ses électeurs et lui. Mentalité contradictoire avec celle qui prend appui sur les grands idéaux de liberté et de progrès, encore que la contradiction soit bien réelle chez beaucoup de paysans vauclusiens. Alexandre Blanc l'avait perçue avant 1914 et il la relève dans le récit qu'il fait d'un compte-rendu de mandat, où un contradicteur lui fait reproche de combattre le gouvernement radical, alors qu'il a été élu au second tour avec les voix radicales :

  • 97 Alexandre Blanc a écrit un roman autobiographique, qu'il a intitulé "Député".

"Citoyens, je disais que nous avons besoin de subventions pour les écoles, pour les chemins, pour l'éclairage, pour les hôpitaux. Qu'est-ce qui nous les attribue ? Le gouvernement. Si notre député le combat, notre député n'obtiendra pas ces subventions. Nous serons dépouilles au profit des arrondissements voisins"97.

119Les radicaux cultivent ce penchant des électeurs vauclusiens, mais surtout ils ont su l'organiser, le rationaliser en une méthode d'action politique. Ce faisant, il est clair qu'ils s'éloignaient de leurs références de gauche, même s'ils prenaient soin de les incorporer dans leur discours. Ils facilitaient ainsi le transfert des voix de droite sur leurs candidats, sur la base de services rendus s'ajoutant à leur position axiale sur l'éventail des forces politiques.

C – LE FRONT POPULAIRE : GAUCHE FORMELLE ET GAUCHE REELLE

120Paradoxalement, c'est au moment où les radicaux vauclusiens occupent sur le terrain politique une place qui n'est plus à gauche, que la conjoncture nationale les investit à gauche... Contradiction qui est dans la nature même du parti radical, que souligne plus encore dans le Vaucluse la personnalité de Daladier, réputé radical de gauche sur le plan national mais qui n'a dans sa circonscription d'autre concurrent sérieux que le communiste.

121La Fédération vauclusienne du parti radical est partie prenante du Rassemblement Populaire, ses candidats sont liés comme ceux des autres partis de gauche par l'engagement de désistement mutuel, sur la base d'un programme de second tour. Formellement, il n'y a aucune hésitation à avoir : les résultats qu'obtiennent les radicaux sont à porter au crédit du Front Populaire, qui a donc obtenu dans les quatre circonscriptions vauclusiennes au premier tour les suffrages de 80 % des votants, soit près de 65 % des inscrits. Mais il suffit d'indiquer ces chiffres pour faire apparaître précisément le caractère formel d'une telle présentation des faits. Il est évident que le Front Populaire, événement national, ne se réalise pas de façon identique dans tous les départements : dans le Vaucluse, l'évolution du parti radical, telle que nous l'avons analysée, n'en est pas, comme par miracle, renversée.

  • 98 Le Comité départemental antifasciste s'est doté d'un organe de presse bimensuel, "La Lutte Antifas (...)

122La réalisation du Front Populaire dans le Vaucluse a été préparée, dès 1934, par l'organisation de "Comités contre la Guerre et le Fascisme", dans la ligne des décisions prises par le Congrès de Pleyel du Comité Amsterdam, en juin 1933. Cette action, à laquelle il participe avec toutes ses forces, manifeste en quelque sorte la rentrée en scène du parti communiste, dont on se souvient que les élections de 1932 avaient traduit à la fois l'affaiblissement et l'isolement. Autant il était mal à l'aise dans la mise en oeuvre de la ligne classe contre classe – peu évidente étant donné la sociologie vauclusienne –, autant il trouve chez ses adhérents ardeur militante et conviction profonde pour rassembler les hommes de gauche qu'inquiètent l'arrivée au pouvoir de Hitler et l'activité des Ligues. On trouve alors le docteur Ayme, que l'on n'avait plus vu depuis les élections de 1928, et c'est lui qui assurera la présidence du comité départemental, créé en mars 1934 pour coordonner l'action des comités locaux déjà constitués et impuiser l'action de propagande pour en faire surgir de nouveaux98.

  • 99 A.D.V. IM809.

123Les comités antifascistes étaient des structures unitaires, et il est incontestable qu'ils furent perçus ainsi dans les villages où ils furent créés. Ils dévièrent d'ailleurs, dans plusieurs localités, en comités de Front Unique rassemblant communistes et socialistes et ils constituèrent un indéniable mouvement de masse : les adhésions qu'ils recueillent sont nombreuses, non seulement dans les chiffres qu'avance leur organe, la Lutte Antifasciste, mais aussi selon les estimations du préfet, qui parle de 1 500 adhérents en juillet 193599. A cette date d'ailleurs, leur action s'effacera devant celle des comités de Front Populaire, et c'est seulement à partir de ce moment que les relations se clarifient entre communistes et socialistes.

124Elles avaient été, en effet, orageuses pendant le premier semestre 1935, et la préparation des élections municipales n'y avait pas été étrangère. Les socialistes étaient bien décidés à faire un gros effort pour apparaître en position de force à l'intérieur de la gauche et il leur fallait pour cela s'imposer électoralement, comme ils avaient commencé à le faire à Avignon et dans l'arrondissement d'Apt. Leur adversaire principal à cet égard était le parti radical, mais ils redoutaient qu'une alliance étroite avec les communistes n'effarouche une partie des électeurs qu'il leur fallait prendre au parti radical. Aussi, tout en s'affirmant d'accord avec le pacte d'unité d'action, ils marquaient une nette distance envers les initiatives du parti communiste, qui visaient précisément à les lier – ce qui leur paraissait, inutilement, maladroitement compromettant. C'est pourquoi ils avaient été réticents à l'égard des comités antifascites, où ils voyaient, non sans raison, la préfiguration de listes d'union aux élections municipales, et les accrochages avaient été vifs entre eux et les communistes qui cherchaient à l'inverse à réintégrer la vie politique dans l'union retrouvée de la gauche.

125La tactique socialiste s'était révélée payante : une dizaine de municipalités gagnées, et les communistes bien souvent écartés des listes sur lesquelles les socialistes étaient majoritaires, qu'ils avaient généralement constituées sous le titre d'Union des Gauches où figuraient parfois des radicaux. Mais elle avait laissé des traces, et les communistes en avaient tout particulièrement contre Gros qui s'était énergiquement refusé à leur ouvrir sa liste, à Avignon. Ils le considéraient comme l'inspirateur d'une ligne politique qui ne prenait de l'union entre les deux partis que ce qui était favorable aux intérêts du parti socialiste.

  • 100 A.D.V. 3M285.

126Mais ces querelles ne pesèrent pas, semble-t-il, sur la préparation des élections législatives de 1936 : assuré de bases locales importantes, le parti socialiste ne redoutait plus guère la concurrence du parti communiste et celui-ci était moins préoccupé d'intérêts électoraux à court terme que de retrouver l'élan des années 1920, interrompu dans les années 1930-1932. Ce qui est certain, c'est que les deux partis ont donné à la campagne électorale100 un caractère militant, et qu'ils apparaissent bien comme les forces représentatives de la gauche, héritières de la tradition républicaine et ouvertes sur l'avenir. Sans doute, les professions de foi des candidats socialistes n'ont pas toutes la même tonalité : celle de Vaillandet à Avignon tranche sur les autres par sa prudence : les références au socialisme y sont discrètes, le capitalisme en est absent... C'est qu'il lui faut conserver l'électorat de Gros, dont les origines radicales sont encore proches. Cluchier à Orange et Allègre à Carpentras ont les coudées beaucoup plus franches, car la compétition est engagée entre eux et les candidats communistes pour détacher de l'électorat radical sa fraction encore sensible aux idées et principes de gauche.

127Quant aux communistes, ils ont abandonné pour la première fois le masque d'uniformité qui jusqu'alors leur avait fait dédaigner les aspects locaux des élections et avait conduit leurs candidats à effacer leur personnalité propre. Charpier à Orange n'hésite pas à se placer sur le terrain que jusqu'alors Daladier se réservait et il présente un programme pour l'arrondissement d'Orange. Le Docteur Ayme, à l'éloquence plus historique, se réclame de "nos pères, les anciens "Rouges" (qui) au cours de quatre révolutions, ont conquis pour nous la Liberté", il souligne ses origines provençales et paysannes, n'hésitant pas à écrire : "comme vous j'ai appris avant le fançais à parler dans notre belle langue nationale de Provence" ce qui lui permet de faire appel à la fierté provençale :

"Il me semble que nous concevons chez nous plus clairement qu'ailleurs la nécessité de remèdes hardis à nos misères ; il me semble que le sang chaud qui coule dans nos veines est capable, comme en 1789, de soulever la nation toute entière au-dessus de nos malheurs".

128C'est incontestablement chez Charpier et surtout chez Ayme qu'est passé le souffle généreux des candidats républicains d'avant 1914. Les candidats socialistes, fortement marqués par leur formation – Cluchier et Allègre sont instituteurs, Vaillandet professeur – apparaissent paradoxalement plus doctrinaux, plus calculateurs aussi. Mais les uns et les autres sont portés par un mouvement d'opinion dont on se souvient encore dans les villages vauclusiens.

  • 101 L'orientation à gauche des électeurs vauclusiens plonge dans la perplexité le journal Marseille-Ma (...)
  • 102 Charpier, avec qui je m'étais entretenu, confirmait cette manoeuvre, qui fut très localisée. Le pr (...)

129Rien de comparable chez les candidats radicaux. A Apt, la succession de Roumagoux a été difficile, elle se fait au bénéfice d'un Parisien inconnu dans l'arrondissement, ce qui revient à laisser le champ libre au candidat socialiste, Ch. Lussy. A Avignon, c'est une candidature de devoir que celle de Gonnet, venu de Camaret, qui ne peut espérer devancer Vaillandet et qui est concurrencé par un radical indépendant, que la Droite recommande chaudement à ses électeurs. Restent les deux fiefs, solidement tenus, de Carpentras et Orange. Bien qu'elles soient très dissemblables, les personnalités de Guichard et de Daladier découragent les conservateurs. La presse de droite ne les épargne pas101, mais en fin de compte elle conseille de voter pour eux, comme un moindre mal, et la consigne est entendue, même si à Conquières et Camaret des conservateurs extrémistes ont préféré voter pour Charpier, par un retour bien vain à la politique du pire102. Curieusement, alors que leur élection est assurée, ces candidats paraissent sur la défensive. La carence de Guichard a des causes physiologiques, qui font que ses réunions "tournent à sa confusion" et que le sous-préfet craint des abstentions "chez les électeurs radicaux qui vont hésiter à voter pour (lui) à cause de ses déficiences intellectuelles et physiques". Mais pour Daladier, le caractère terne de sa campagne exprime la discordance évidente entre son personnage parisien et national et le député prisonnier de la droite qu'il est devenu. Il est, certes, élu au premier tour, mais ne rassemble plus que 43 % des électeurs inscrits – contre 50 % en 1932 – alors que Charpier et Cluchier en comptent 34 % –contre 20 % en 1932 pour leurs prédécesseurs. On voit bien comment s'amenuisent les voix de gauche qui se portent encore sur lui, et on observe un phénomène identique à Carpentras, où Guichard recule de 43 à 29 % des inscrits pour l'emporter peu glorieusement au second tour, sans concurrent, mais sans retrouver – et de loin – le total des voix socialistes et communistes. Dernière confirmation du caractère très hétérogène de l'électorat radical, avec une forte composante modérée qui acceptait difficilement l'alliance à gauche ; à Avignon, il manque à Vaillandet au second tour 40 % des voix radicales du premier tour et à Apt la dérobade est encore plus importante : il semble que les électeurs radicaux – le petit bataillon qui en restait puisque leur candidat n'avait réuni que 28 % des voix qui s'étaient portées sur Roumagoux en 1932 – se sont abstenus ou bien ont apporté leurs suffrages au candidat de droite qui restait en lice.

  • 103 A.D.V. 3M486.

130Par conséquent, il n'est pas excessif de dire qu'en 1936 s'achève l'évolution du radicalisme vauclusien, qui ne peut plus être considéré comme une force de gauche. Une question cependant se pose encore : cette évolution, qui n'est pas le fait du seul parti radical puisque la droite aussi bien que les autres partis de gauche y ont à leur manière contribué, doit être vérifiée dans les scrutins locaux où l'incidence des problèmes politiques nationaux est moins évidente. Nous savons qu'en 1935 les radicaux conservent encore la direction de la majorité des municipalités : la statistique établie par le préfet leur attribue 80 mairies –contre 88 en 1929103. Mais quelle est la signification politique de ce classement ? Il est donc nécessaire de pénétrer dans la vie politique telle qu'elle est vécue dans la cellule communale, sous sa forme première, la plus élémentaire mais pas nécessairement la plus fruste, celle qui met en place les équipes municipales.

III – LA POLITIQUE AU VILLAGE104

A – LE POUVOIR MUNICIPAL, UN ENJEU POLITIQUE

  • 105 Les archives communales sont contrôlées par le service des Archives Départementales, qui n'a pas t (...)

131C'est dans les archives communales105, par la lecture des registres de délibération des conseils municipaux, de la correspondance administrative des maires, des budgets communaux, qu'on prend la plus exacte mesure du pouvoir municipal. Il apparaît alors qu'il est plutôt mince, limité aussi bien par l'étroitesse des ressources des communes rurales que par la tutelle préfectorale. Les municipalités de ce fait ne peuvent être à l'origine de grandes initiatives et leur pouvoir se réduit à une gestion où la prudence est une vertu de nécessité autant qu'une tradition du milieu paysan. On appréciera d'ailleurs leur savoir-faire à leur capacité d'entreprendre, serait-ce modestement, dans le respect de l'équilibre du budget, qui est en premier lieu le respect des contribuables. L'administration communale dans ces conditions offre moins d'occasions de faire oeuvre créatrice qu'elle n'oblige à une gestion menue et routinière, d'où les embûches ne sont pas exclues car il faut éviter les reproches contradictoires d'immobilisme et de gaspillage, et veiller à tenir la balance égale entre les intérêts de tous dans l'usage des deniers publics. Il n'y a rien d'exaltant dans cette obscure mission, rien en tout cas qui puisse justifier des rivalités et des compétitions capables dans certains cas de mobiliser plus de 90 % des électeurs du village !

132Car, c'est un fait, les scrutins municipaux font recette et donnent lieu fréquemment à de belles empoignades qui révèlent des antagonismes vifs autant que durables. Même s'il convient de ne pas négliger le caractère honorifique de la fonction municipale, qui peut expliquer certains empressements à la briguer, ce ne sont pas des satisfactions d'amour-propre qui peuvent rendre compte des compétitions électorales municipales. On ne peut les comprendre si on ne les relie pas aux grandes questions de la vie politque nationale ; celles-ci retentissent sur la petite scène villageoise et proposent des plans de calivage que l'on retrouve aux élections municipales. Le pouvoir au village doit être confronté, pour le rapport de forces qu'il traduit, à l'expression des grands courants politiques nationaux. Ce qui ne veut nullement dire que la majorité municipale soit toujours identique à celle qui se dégage des scrutins nationaux.

  • 106 Dans le bulletin paroissial L'Echo d'Althen-les-Paluds, numéro de février 1936, le curé du village (...)

133On observe d'ailleurs que dans le champ d'action du pouvoir municipal les questions qui divisent le plus, qui délimitent des frontières entre camps opposés sont celles que la conjoncture nationale charge d'un contenu politique. Il en est ainsi pour les attributions municipales en matière scolaire et religieuse. Par exemple, les conseils municipaux ont eu la possibilité de demander le remplacement des congréganistes par des instituteurs laïques dans les écoles communales, et ils ne s'en sont pas privés. De la même manière, jusqu'au vote de la loi de séparation il ne pouvait être question de simple administration quand un conseil municipal délibérait sur le traitement d'un vicaire ou sur une indemnité de binage, ou encore quand un maire prenait, en vertu de ses pouvoirs de police, un arrêté d'interdiction des processions sur la voie publique. On voit clairement, concrètement, avec ces deux domaines de responsabilité et d'action, comment le pouvoir municipal devient un enjeu politique. Alors même qu'ils ne représentent qu'une petite partie de la compétence municipale, c'est par rapport à eux que les électeurs feront leur choix. L'élection municipale est dès lors politisée, et même dans les villages où il n'y a ni querelle scolaire ni passions religieuses, ces questions seront au coeur de la compétition. Par ailleurs, après qu'elles ont cessé de se poser en termes conflictuels, les questions scolaire et religieuse continueront de proposer une ligne de démarcation bien nette dans beaucoup de villages106. Et il convient bien sûr de vérifier si le corps électoral la tient toujors pour importante.

134Incontestablement, la politique est présente dans les élections municipales. Ce qui fait l'identité politique d'un village, ce ne sont pas seulement les scrutins nationaux, mais aussi la manière dont il assimile les grandes options politiques nationales lorsqu'il faut choisir une équipe municipale. Et ce choix a toutes chances d'avoir des prolongements sur les autres scrutins. Mais les élections municipales, du fait même de leur cadre étroit, ne permettent pas à toutes les nuances politiques de s'exprimer, des regroupements s'imposent et ils s'opèrent en général selon le schéma classique Gauche-Droite, qui trouve là un terrain d'expérimentation fort intéressant. A cet égard, l'analyse des scrutins municipaux nous propose une vérification de l'évolution des positions politiques dans le cadre de cette opposition majeure, telle que nous l'avons suivie à partir des élections législatives. Il n'est nullement assuré qu'il y ait concordance entre les deux modes d'expression politique, et de ce fait il faut procéder à plusieurs études de cas. Mais il faut aussi savoir se limiter, égard à la masse des informations à utiliser. Je ne suis donc arrêté à quatre villages, choisis pour leurs points de ressemblance aussi bien que pour leurs différences.

135Althen-les-Paluds, Entrechaux, Lauris et Roaix : ce sont des villages où la petite propriété prédomine, où la terre est cultivée essentiellement par des propriétaires exploitants dans le cadre de l'exploitation familiale. Si des personnalités, si des leaders surgissent de ce milieu, ce n'est ni en raison de leur naissance, ni du fait de la notoriété qui peut accompagner la richesse amassée de génération en génération. La vie politique s'inscrit ici sur une relative égalité des conditions sociales et les antagonisme ne reposent pas sur des statuts sociaux inégaux. Mais si les rapports de production sont très voisins, les forces productives et la valorisation qui en est faite ne se situent pas à des niveaux identiques. Lauris, c'est le pays de l'asperge primeur, vendue jusqu'à Londres. Althen, c'est le pays de la culture maraîchère de plein champ, et c'est aussi une terre d'innovation, de recherche permanente de nouvelles productions. On peut parler dans les deux cas de réussite économique, d'aisance largement répandue, quitte à souligner la vulnérabilité de cette réussite, les inquiétudes et les tensions qu'elle engendre. Tout autre est le profil économique qu'on peut dessiner pour Entrechaux et Roaix, villages des marges provençales où la nature est moins généreuse, le progrès plus lent à pénétrer et les revenus, à condition sociale comparable à celle que l'on peut voir à Lauris et Althen, plus modestes.

136Leurs élections municipales doivent, naturellement, être confrontées aux résultats des élections législatives, mais il faut noter une différence : alors que les élections législatives donnent lieu, généralement, à compétition, il n'en est pas de même pour les élections municipales. Pour 18 renouvellements du Conseil municipal a Althen-les-Paluds, 9 ont donné lieu à compétition ; à Entrechaux les chiffres sont respectivement 16 et 11, à Lauris 22 et 8 et à Roaix 17 et 10. On aurait tort de conclure, concernant les scrutins non disputés, à la passivité, à l'indifférence des électeurs et par voie de conséquence à leur désintérêt pour le pouvoir municipal. Un tel comportement est tout à fait exceptionnel, je ne l'ai rencontré qu'une seule fois, à Lauris, à la suite des élections de 1919. L'épisode vaut d'être conté, car il souligne à sa manière la politisation de la population rurale provençale. Les élections de 1919 avaient vu à Lauris le succès facile d'une liste qui n'indiquait pas clairement sa tendance politique, mais que dominaient les radicaux-socialistes, assurant la continuité avec le Conseil élu en 1912. Succès facile, puisqu'il avait été acquis sans opposition, les réticences s'exprimant toutefois par un taux élevé d'abstentions et un nombre important de bulletins blancs ou nuls. Mais l'équipe municipale fut bientôt réduite à l'impuissance, à la suite du départ inopiné de l'adjoint et de l'impossibilité de le remplacer :

  • 107 A.D.V. 3M363.

"Les conseillers, les uns après les autres, déclarent qu'ils sont prêts à remplir leurs fonctions de conseiller (...) mais déclarent que par leurs occupations personnelles, dans un pays essentiellement agricole où le défaut et la cherté de la main-d'oeuvre les obligent à un travail assidu, ils se voient dans la pénible nécessité de décliner les fonctions d'adjoint"107.

  • 108 Le programme de la liste est le suivant : "Amélioration de la distribution de l'eau potable... ; a (...)

137Et cette dérobade, qui laisse percer une sourde irritation contre leurs conditions de travail de la part de ces paysans qui s'activent à effacer les traces que la guerre a laissées sur leurs exploitations, s'achève par une démission collective du Conseil. On retourna donc aux urnes en 1920, mais le premier tour fut blanc, puisque'aucun candidat ne s'y présenta. Entre les deux tours, une "Liste d'union de défense des intérêts laurisiens" vit péniblement le jour, composée de gens peu connus, sans passé politique, et elle fut élue par 25 % des électeurs. Sous son administration négligente et lointaine, le désintérêt pour la chose publique grandit et l'année 1923 vit une nouvelle démission. Cette fois l'expérience était faite : une liste se définissant sans équivoque au plan politique comme radicale-socialiste se constitua, renouant, la tradition des notables de gauche qu'un accès d'humeur avait malencontreusement interrompue en 1920, et elle fut élue sans concurrence par 58 % des électeurs, sur un programme ambitieux108 qui témoignait du retard pris dans les trois années précédentes.

  • 109 Rendant compte d'élections municipales à Beaumes-de-Venise en octobre 1885, le sous-préfet d'Orang (...)

138Cet exemple unique montre que le désintérêt pour la chose publique n'est pas dans le tempérament politique provençal. Il faut chercher ailleurs les raisons pour lesquelles un nombre important d'élections municipales ne sont pas disputées. L'absence de compétition intervient soit après qu'un des deux camps en présence a subi une sévère défaite, soit après une série de scrutins à compétition serrée, mais tous au bénéfice du même camp109. Dans les deux cas, un phénomène de découragement se produit, d'autant plus facile à comprendre que dans un village où tout le monde se connaît, la défaite peut être source de commentaires ironiques malmenant l'amour-propre des battus. Il faut donc à la fois de solides convictions politiques et une chance raisonnable – ou estimée telle... – de succès pour être candidat au pouvoir municipal ! Mais ce sont, on le verra, les convictions politiques qui constituent le facteur déterminant. On peut observer toutefois que la droite est plus prompte que la gauche à abandonner la partie, et l'explication en est sans doute sociologique. Même dans une population socialement peu différenciée, ce qui est le cas dans les villages étudiés, les hommes de droite, surtout les leaders, se recrutent en priorité parmi les couches sociales les plus riches, qui sont aussi les plus conformistes et de ce fait moins à l'aise dans l'affrontement politique que leurs adversaires de gauche, d'origine plus populaire et moins sensibles au retentissement social d'une défaite électorale. Ce sont des différences de comportement non négligeables, bien que secondaires.

B – LA BATAILLE POUR LA REPUBLIQUE (1871-1892)

139Elle est d'une grande simplicité, mais aussi d'une grande âpreté. L'enjeu politique du pouvoir municipal, c'est la "République au village" et on se regroupe pour ou contre elle d'une manière très proche de ce qui se fait dans les scrutins à portée nationale. Il faut attendre les élections municipales de 1892 pour que, dans les quatres villages que nous étudions, soient élues des municipalités républicaines. Ce résultat, qui fait disparaître la droite monarchiste de la scène politique, a été obtenu pratiquement sans combat à Lauris, rapidement à Althens les Palauds, mais il n'a été acquis qu'au terme de rudes empoignades à Entrechaux et Roaix.

140On peut appliquer à Lauris l'analyse que fait en juillet 1872 le sous-préfet d'Apt sur le parti légitimiste dans son arrondissement. Il ne compte, dit-il :

"que des représentants isolés et peu nombreux, hommes d'ordre avant tout, qui ne songent nullement à exciter les passions populaires en faveur de leurs opinions politiques, ni même à manifester ces dernières d'une manière publique.

  • 110 A.D.V. IM686.

Dans l'arrondissement d'ailleurs, les traditions légitimistes n'ont à aucun degré chez le peuple les mêmes racines que l'on remarque dans d'autres parties du département. En un mot, il n'y existe pas de parti blanc"110.

  • 111 A.D.V. 3M563.

141C'est un fait que la droite monarchiste est discrète à Lauris. Les élections législatives témoignent de sa faible audience, elle n'atteint pas le seuil qui justifierait sa présence sur la scène municipale car les hommes de ce bord savent fort bien qu'ils n'auraient aucune chance. La compétition qui eut lieu en 1871 fut donc sans lendemain, et il n'est pas certain que l'opposition qui se manifesta alors fût clairement monarchiste ; elle relevait au moins pour une part de la querelle de clocher, comme le donne à penser la destinée politique des candidats malheureux, puisqu'un bon nombre se retrouvèrent dans des scrutins ultérieurs sur la liste républicaine. La droite adopte une attitude d'abstention et, très vite, apparaissent des divergences et des failles dans le camp républicain, d'où surgira une "nouvelle droite", sans passé pour ainsi dire et forcément confuse dans ses références idéologiques. On en voit le résultat à l'élection de 1890, qui apporte un renversement de majorité à son profit, de façon tout à fait discordante avec les résultats des élections législatives de 1889 et 1893. Le dédoublement du comportement politique est ici tout à fait évident, et en ce sens Lauris anticipe sur l'évolution générale. Mais nous avons des indices qui permettent de qualifier les divergences dans le camp républicain et donc de caractériser la poussée modérée qui aboutit aux résultats de 1892. Il s'est produit en 1879 et 1880 des démissions, d'abord partielles puis collectives, du conseil municipal en signe de protestation contre le refus du préfet de suivre des suggestions municipales, relatives à la laïcisation de l'école de filles – demandée par une faible majorité du conseil –, à la création d'une école enfantine, au déplacement de la mairie dans le presbytère. Nouvelle escarmouche en 1888, à propos cette fois de l'interdiction des processions qui ne fait pas l'unanimité111. Il y a manifestement dans le conseil municipal une tendance "intransigeante", comme disent le préfet et le sous-préfet, qui conduit une offensive résolue contre l'Eglise catholique, mais cela n'est pas du goût de tous – et c'est sur ces questions qu'un plan de clivage apparaît à l'intérieur du parti républicain. Ce qui est original, c'est que la vieille droite ne semble pas s'en être mêlée, et aussi que ce clivage reste limité au plan des votes municipaux.

  • 112 Il semble qu'en 1883 les hommes de droite ont mis à profit un certain discrédit du maire – qui dev (...)
  • 113 C'est la droite qui a pris l'initiative de la querelle scolaire à Althen, en demandant en 1875 la (...)

142Dès la fin de l'Empire, la République était majoritaire à Althen-les-Paluds et l'élection municipale de 1871 se déroula sans que la droite pût se manifester, sinon par de nombreuses abstentions. Mais on mesure la vulnérabilité des positions de la gauche au renversement de majorité qui s'opéra en 1874, dans le contexte de l'Ordre Moral, et il devait être confirmé en 1878, dans le même temps où le parti monarchiste abandonnait le combat dans l'arrondissement de Carpentras. Il fallut l'annulation de ce scrutin en 1879 et le recours au sectionnement de la commune en deux parties – mesure de simple opportunité politique ! – pour décourager la droite, qui ne profita même pas d'une démission collective en 1882, à l'origine de laquelle il y aurait eu "l'inconduite" de l'adjoint... Elle reparaît en 1884, médiocrement, et fait figure d'opposition sérieuse en 1888112 et 1892. Elle disparaîtra ensuite jusqu'à la guerre. Nous sommes donc, à Althen, dans un village à la fois partagé et fragile dans ses convictions politiques, sensibles aux aléas de la conjoncture nationale. La victoire républicaine doit beaucoup au contexte national : les électeurs calquent leur comportement municipal sur les positions qu'ils adoptent dans les scrutins nationaux ; il se forge ainsi une tradition républicaine qui possède ses lettres de noblesse avec les luttes de l'Ordre Moral113, mais la droite vaincue ne disparaît pas pour autant : les abstentions sont là pour témoigner de sa présence silencieuse mais aussi attentive. Seulement, elle a irrémédiablement perdu l'initiative et Althen en 1892 apparaît comme une place-forte de la République radicale.

143A Entrechaux et à Roaix, le succès de la République est plus long à se dessiner, plus difficile à obtenir. Dans ces deux villages, les positions de départ de la gauche sont faibles, si faibles qu'avec l'Ordre Moral les républicains renoncent à disputer le pouvoir communal. Ce sont les élections législatives qui leur permettent de se compter, de se fortifier lentement ; il faut aussi apprécier l'élément de confiance que représentent, pour ces hommes isolés dans un milieu, sinon hostile du moins soumis à l'ordre et à la religion, les succès remportés dans des villages voisins. Ce n'est pas par hasard s'ils se rassemblent pour affronter les monarchistes sur le terrain communal en 1881, c'est-à-dire au moment même où leurs adversaires lâchent pied dans un scrutin légiqlatif : bien que les conditions locales soient différentes, on retrouve comme à Althen l'importance du fait politique national. Mais l'implantation de la droite est ici très profonde et peut résister à la vertu communicative de victoires plus ou moins lointaines... Aussi les républicains de Roaix n'hésitent pas à faire appel à l'intervention du préfet, considéré comme le bras séculier du principe républicain ! Ils lui adressent en janvier 1881 une curieuse supplique :

"Monsieur le Préfet,

Les soussignés ont l'honneur de vous exposer ce qui suit : Depuis longtemps la commune de Roaix est administrée par une municipalité réactionnaire qui n'est qu'un monument d'autocratie érigé sur une grande assise d'ignorance.

En effet, cette municipalité est composée de dix aveugles intellectuels, sachant à peine signer ; d'un membre un peu lettré, mais impotent et incapable, par conséquent, de s'occuper d'affaires communales, et enfin d'un borgne spirituel qui est le roi, c'est-à-dire, le maire.
Or quelle est l'administration de ce maire monumental entouré de ses onze satellites municipaux ? La voici :

Le gouvernement de la République fait tous ses efforts pour améliorer l'instruction populaire et met à la disposition des communes la somme de 80 millions pour construire des maisons d'école ? Lui, sous prétexte que des locaux scolaires tout à fait impropres à l'usage auquel ils sont affectés appartiennent à l'un de ses plus francs supports auquel ils rapportent une pension annuelle de 135 francs payés par l'Etat, n'a garde de mettre la commune en mesure de profiter des libéralités du gouvernement et laisse l'instituteur, l'institutrice et leurs élèves grouiller dans des masures insalubres et infectes !
Quelque méfait se commet-il dans la commune (et cela n'est pas rare) ? Si le malfaiteur appartient au parti réactionnaire, il est à l'abri de toute poursuite et est couvert par l'autorité locale !
Un pauvre paysan dont le père est infirme et indigent vient-il à tirer au sort ? Ce monarque communal ne prend pas la peine de l'avertir que la loi bienfaisante de 1872 a pris soin de prévoir son cas, et le laisse dans une profonde ignorance en face du sort, sans s'émouvoir de ce que le départ de ce jeune homme va plonger ses parents dans la plus grande misère.
Un instituteur républicain et au gré de la population est-il nommé à Roaix ? Cela contrarie l'humeur conservatrice de ce maire qui fait tous ses efforts pour éloigner un fonctionnaire qui lui déplaît, et ne veut en aucune manière lui donner le secrétariat de la mairie afin que le manque de ce modique traitement le force à quitter la commune.
Y-a-t-il quelque argent à faire gagner aux indigents dans la saison rigoureuse ? Les ouvriers sont soigneusement pris dans le clan réactionnaire, à l'exclusion expresse de tout républicain, comme si ces derniers n'avaient pas droit aux mêmes secours que les autres !
Vient-il la fête patronale ? Ce maire phénoménal préfère se faire suspendre pour 15 jours et laisser interdire la fête, plutôt que d'autoriser un bal où l'élément républicain domine (fête de Saint-Roch, août 1880).
Les soussignés s'arrêtent Monsieur le Préfet, car l'énumération des hauts faits de ce maire ordre moralien serait trop longue à faire.
Maintenant sur quoi est étayée cette administration si gracieuse ? Sur dix voix de majorité dont trois ne jouissent pas de toutes leurs facultés intellectuelles et les sept autres, peu tranquilles avec leur conscience, suivent non le maire, mais l'écharpe qui les effraie.
La commune de Roaix a assez souffert de cette gérance, il est temps que des voix s'élèvent pour faire entendre ses justes plaintes. En conséquence nous sollicitons de votre haute justie, Monsieur le Préfet, qu'une commission municipale soit nommée à Roaix et que l'administration supérieure fixe les élections municipales après au terme qui lui plaira. Nous donnons d'avance l'assurance que la République sera triomphante à Roaix. Comme elle l'est partout ailleurs.

  • 114 A.D.V. 3M42S.

En attendant cette justice les soussignés ont l'honneur d'être, Monsieur le Préfet, vos très dévoués serviteurs".114

144Il est sûr que le tableau brossé par les républicains de Roaix ne peut passer pour un exposé objectif, mais l'important n'est pas dans les erreurs qu'il peut contenir. En l'analysant, on voit bien quelle peut être l'influence du maire sur une assemblée dont il a, selon toute vraisemblance, choisi les membres, pris dans une population peu instruite ; on comprend surtout l'usage qu'il fait de son pouvoir, au profit de son parti – de son "clan", comme disent avec une intention péjorative les signataires de la lettre. Il y a là comme une logique du pouvoir dans une société peu évoluée, soumise à des rapports de clientèle que sait fort habilement renforcer et étendre le maire, en usant de son autorité. Je ne suis pas certain que les républicains n'useraient pas des mêmes armes, dans une situation semblable ! Mais l'élément le plus intéressant, c'est qu'ils reconnaissent implicitement l'efficacité de cette technique et, au-delà, la puissance de leurs adversaires puisqu'ils ont besoin d'un petit coup de force, même s'ils le transcendent en acte de justice, pour pouvoir prendre leur place. Le préfet se garda de les suivre, et la droite fut confirmée dans sa majorité, ce qui d'ailleurs découragea les républicains jusqu'en 1888 où ils reprirent la lutte, avec succès cette fois puisqu'ils se hissèrent au niveau de la Droite. On entre alors dans une période de majorité instable et incertaine, qui ne prendra fin qu'en 1896-97.

  • 115 Il se fait avec beaucoup de zèle l'intermédiaire et l'interprète des républicains d'Entrechaux aup (...)
  • 116 A.D.V. S.T. – Situation de l'Instruction publique.

145A Entrechaux aussi c'est une entreprise de longue haleine que la conquête du pouvoir communal par les républicains. Nous en ignorons les péripéties, mais il suffit d'observer le très faible nombre d'abstentions – toujours inférieur à 10 % du nombre des électeurs dans les élections disputées de 1880, 1884, 1888 et 1892 – pour comprendre que l'ensemble de la population est concerné. On remarque aussi que les républicains d'Entrechaux sont soutenus, en quelque sorte parrainés, par le conseiller général de Malaucène Geoffroy115, élu en 1883 contre un conservateur, attentif à consolider et élargir une majorité précaire, et de ce fait intéressé à la progression des voix républicaines dans une commune où il est minoritaire. Dans l'autre camp, on tient les deux écoles depuis qu'en 1874 l'école de garçons a été confiée à deux congréganistes selon le voeu – et le calcul –du cure qui avait légué à la fabrique des sa paroisse un capital assurant un revenu en rentes de 1 545 F, à charge de consacrer 1 000 F aux appointements de deux instituteurs congréganistes116. Point n'est besoin d'en savoir davantage pour comprendre l'âprete de la lutte, dans laquelle les conservateurs occupent une position forte sans doute, mais aussi défensive. La victoire républicaine est acquise en 1892, les deux camps arrivant à égalité. On mesure son prix et ses contraintes à un incident qui jette une vive lueur sur les passions soulevées. Le maire élu en 1892 est un républicain, mais il démissionne très peu de temps après son élection, invoquant l'état de sa santé et ses occupations professionnelles. Le sous-préfet intervient vainement pour le faire revenir sur sa décision, et il donne au préfet l'explication véritable de ce curieux comportement :

"Madame Maillet, qui est cléricale et qui subit l'influence du curé et des congréganistes, ne veut pas envoyer sa fille à l'école laïque.

D'après des renseignements que je tiens pour aussi sûrs que possible, Madame Maillet aurait menacé son mari de quitter le domicile conjugal si elle était contrariée sur ce point.

M. Maillet veut éviter un scandale et pour ne pas donner le mauvais exemple en sa qualité de maire il s'est décidé, sur le conseil de ses amis, à donner sa démission.

  • 117 A.D.V. 3M541.

Ce fait est regrettable, car il est très estimé. Il a combattu énergiquement la réaction mais il cède au besoin de conserver la paix dans sa famille".117

146Il n'y a rien à ajouter à ce commentaire, qui confirme l'importance des facteurs idéologiques et politiques dans la compétition pour le pouvoir communal, et la rigueur des comportements, là où la bataille est incertaine. Mais maintenant qu'ils ont gagné la partie, maintenant que la République s'impose au village tant à la mairie que dans les scrutins nationaux, les républicains vont-ils maintenir leur cohésion et leur discipline ? Alors que de nouveaux choix politiques sont proposés au plan national, la concordance des opinions politiques aux deux niveaux où elle s'exprime pourra-t-elle se poursuivre ?

C – ESQUISSE D'UN RECLASSEMENT POLITIQUE (1893-1914)

147On sait que le Ralliement n'a connu en 1893 qu'un succès très circonstanciel, que la Droite reste pour l'essentiel méfiante et même agressive envers le régime républicain, alors que les Radicaux en position dominante dans le parti républicain font jouer à leur profit la règle de la discipline répubicaine au second tour de scrutin. Mais aussi, le jeu des candidatures multiples et l'utilisation parfois frauduleuse de l'étiquette radicale et bientôt l'apparition du parti socialiste composent un paysage politique très diversifié au premier tour des élections législatives et mettent à l'épreuve le concept de discipline républicaine. Dans le jeu simplifié des scrutins municipaux, comment se réalisent les reclassements et ajustements d'opinion que traduisent dans leur subtile complexité les luttes pour un siège de député ?

148A Lauris, les Républicains s'étaient divisés dès 1892, à l'avantage des plus modérés d'entre eux. Pourtant, l'élection législative de 1893 donne une très forte majorité au candidat radical le plus avancé, qui recueille au second tour les suffrages de 47 % des inscrits, contre 18 96 à son concurrent plus modéré qui sera d'ailleurs élu. Mais on observe dans les élections législatives suivantes – 1898, 1902 et 1906 – une sensible progression des suffrages modérés : le dédoublement du comportement politique, incontestable en 1892, tend donc à disparaître et ce sont les options prises dans les scrutins municipaux – l'équipe mise en place en 1892 reste au pouvoir jusqu'en 1908 – qui s'imposent dans les scrutins nationaux. Le glissement à droites qui s'opère ainsi est sans aucun doute favorisé par l'équipe municipale, qui s'appuie à la fois sur une minorité d'électeurs conservateurs et sur les partisans de Laguerre, exclu des cadres politiques républicains depuis son aventure boulangiste et qui s'efforce de faire une seconde carrière politique – qu'il ne peut d'ailleurs réussir qu'avec l'appui des conservateurs. Les succès de la Droite à Lauris sont donc ambigus et tiennent pour une bonne part à la division des Républicains, révélée par les scrutins nationaux mais exploitée sur le plan municipal.

  • 118 A.D.V. 3M395.
  • 119 Le Beffroi – 22 sept. 1907. Paul Veyrac, le maire révoqué, attaque ses adversaires sur leur gauche (...)
  • 120 A.D.V. 3M563. Au premier tour, les deux listes étaient à égalité si on calcule la moyenne des voix (...)

149A ce jeu l'influence républicaine finirait par être sérieusement compromise. On comprend dans ces conditions la portée politique de la révocation du maire en 1907, pour de graves erreurs relevées dans la comptabilité municipale118. Justifiaient-elles une mesure aussi sévère ? Le maire révoqué y voit une manoeuvre politique, directement inspirée par le député radical-socialiste qui se vengerait ainsi de l'appui qu'il avait ouvertement apporté à Laguerre l'année précédente119. Ce qui est sûr, c'est que la révocation du maire ouvrait une longue campagne électorale, dans laquelle les Radicaux-Socialistes allaient entrer sur une base politique, et leur liste, dite de "Concentration Républicaine" devait l'emporter sur elle de l'ancien maire, qui avait rassemblé les "Républicains radicaux indépendants"120. Jusqu'à la guerre, Lauris manifeste une cohérence à gauche dans ses options politiques. L'épisode de droite reposait bien sur une ambiguïté en même temps qu'il ne s'enracinait pas dans une réelle tradition conservatrice ; c'est ce qui explique sa fragilité. Mais on doit observer aussi que le radicalisme laurisien n'était pas gêné par une concurrence socialiste : dans les scrutins législatifs où ils sont présents – de 1906 à 1914 –, les candidats socialistes font des scores insignifiants, de 2 % à 4 %, et cela pouvait sans aucun doute faciliter le sursaut de la gauche, aider au regroupement de toutes les voix de gauche sous la bannière radicale-socialiste.

  • 121 A.D.V. 3 M487. Bono est aussi une personnalité politique dans le cadre de l'arrondissement de Carp (...)

150La gauche présente à Althen-les-Paluds une structure analogue. Le Parti radical-socialiste en est la force prépondérante, sous la direction du maire, Adrien Bono, qui dispose d'une autorite et d'une influence considérables, comme en témoigne la démission collective du conseil municipal en 1903, par solidarité avec lui alors qu'il avait été attaqué localement par "quelques républicains dissidents", précise le sous-préfet de Carpentras121. Et les élections qui suivirent furent un triomphe pour Bono et ses amis, que leurs adversaires n'osèrent même pas affronter. L'Encyclopédie socialiste signale bien l'existence d'un groupe socialiste dès 1900, adhérent à la Fédération socialiste autonome de Vaucluse, et elle note encore sa présence en 1904, mais le moins qu'on puisse dire est que son audience est confidentielle. Dans toutes les élections législatives où un socialiste est sur les rangs – c'est-à-dire de façon ininterrompue de 1902 à 1914 –, il ne recueille au premier tour jamais plus de 10 % des suffrages. C'est en 1906 qu'il fait son meilleur score, mais aussi qu'il est victime de la manoeuvre la plus surprenante qu'on puisse imaginer. Alors qu'il avait été placé en tête des candidats de gauche dans l'ensemble de l'arrondissement, il est battu – de justesse, il est vrai – au deuxième tour et les radicaux d'Althen y sont pour quelque chose : ils étaient 150 au premier tour à voter pour les candidats radicaux, et le candidat socialiste, devenu pourtant candidat de discipline républicaine, ne recueillit au second tour que 56 voix parmi lesquelles devaient bien figurer les 37 qu'il avait obtenues au premier tour ! L'essentiel des voix radicales, et quelques autres en provenance de la droite qui avait suivi une consigne d'abstention au premier tour, s'étaient portées sur un candidat surgi entre les deux tours. Celui-ci n'était autre que Saint-Martin dont l'itinéraire politique aussi bien que la tactique sont rigoureusement semblables à ceux de Laguerre. Cet épisode donne à penser : le radicalisme à Althen, incontestable héritier de la tradition républicaine, notamment anticléricale, ne voit pas d'un oeil très favorable l'orientation nouvelle où la gauche est sollicitée de s'engager par les jeunes forces du parti socialiste et il entend bien conserver sa position dominante, serait-ce au prix d'une entorse au principe de la discipline républicaine. Ce principe en effet peut être redoutable si par son application on habitue les électeurs à voter pour un parti concurrent avant d'être un allié, et il ne fait pas de doute que les dirigeants radicaux à Althen – mais aussi dans d'autres communes de l'arrondissement – ont délibérément fait échec à l'élection d'un député socialiste pour éviter d'entrer dans cette dynamique. On peut se demander si ce calcul et, derrière lui, la méfiance envers le socialisme ne sont pas en relation avec la réussite économique du village, engagé dans l'agriculture maraîchère génératrice de revenus élevés, toutes proportions gardées bien sûr, pour sa population de paysans parcellaires. La question vaut aussi pour Lauris, où nous avons noté également une faible audience du parti socialiste.

  • 122 A.D.V. 3M595.

151Entrechaux et Roaix, où la lutte pour imposer la République au village a été la plus longue et la plus difficile, continuent d'avoir un destin semblable : en 1913 on y remarque un renversement de la majorité municipale, un retour de la droite au pouvoir. Mais l'analogie n'est pas totale puisque, en 1914, Roaix vote massivement à gauche aux législatives alors qu'Entrechaux confirme son orientation à droite. Il convient d'observer que dans les deux villages la gauche s'est longtemps présentée simplement comme "républicaine" dans les élections municipales : on en était encore là en 1912 à Entrechaux et c'est seulement en 1908 qu'à Roaix la liste de gauche se caractérise comme "républicaine radicale-socialiste"122. Un peu comme si une des leçons des luttes passées était de maintenir à la gauche une large assise idéologique, d'éviter ses divisions et concurrences internes. Mais, dans le même temps, l'arrondissement d'Orange voit surgir un parti et un électorat socialistes qui modifient profondément le paysage et les règles du jeu politique. Les deux villages sont donc confrontés à des problèmes politiques complexes, parfois contradictoires dans leurs données.

  • 123 Archives de l'Archevêché d'Avignon. Il est certain que le rapport de la pratique religieuse à la p (...)

152La montée du socialisme doit être analysée à deux niveaux de son expression politique. Il faut suivre l'évolution des suffrages socialistes en tant que tels, mais aussi observer ce qu'ils deviennent sous l'effet des désistements au travers desquels s'applique le principe de la discipline républicaine. A Entrechaux, le parti socialiste ne fait pas recette : il passe de 10 96 à 14 % et 15 % des suffrages de 1906 à 1910 puis 1914, et le succès de A. Blanc en 1906 n'a pas eu d'effet dynamisant. Roaix se montre nettement plus réceptif puisque les suffrages socialistes y montent de 13 % à 26 % puis 38 % : en 1914, le parti socialiste a ravi au parti radical-socialiste la première place dans la gauche. Les raisons de cette différence ? On ne voit pas qu'elle puisse s'expliquer par des facteurs socio-économiques, et il faut bien invoquer une inégale soumission à l'ordre établi, dont peut rendre compte assez justement la pratique religieuse, révélatrice d'un conformisme qui correspond mal à l'audace de pensée, à l'indépendance de jugement qu'implique l'adhésion à une idée politique neuve et révolutionnaire. Nous savons, par les visites pastorales, qu'à Entrechaux dans les dernières années de l'avant-guerre, 50 à 60 hommes et 200 à 250 femmes assistaient à la messe, qu'une centaine d'hommes et 300 femmes faisaient leurs Pâques, tandis qu'à Roaix – population inférieure de moitié à celle d'Entrechaux –moins de 10 hommes et 30 femmes allaient à la messe et seules 20 femmes communiaient à Pâques123. Si ces chiffres assurément n'expliquent pas tout, ils aident quand même à comprendre, à Entrechaux, la résistance au socialisme et à Roaix, sa rapide croissance.

153La poussée socialiste est telle dans l'ensemble de l'arrondissement que, dès 1906, le candidat socialiste arrive en tête des candidats de gauche, et la règle du désistement joue en sa faveur. Il en sera de même en 1910 et 1914, mais il faut voir comment elle est appliquée. Le report des voix radicales n'est pas total, on peut estimer qu'il en manque 20 % à Roaix comme à Entrechaux en 1906, mais en 1914 les défections sont plus fortes à Entrechaux – environ 25 % – qu'à Roaix où elles se sont réduites à moins de 10 %. Cela confirme les réticences à l'égard du socialisme à Entrechaux tandis qu'à Roaix l'audience socialiste est telle qu'elle entraîne la quasi-totalité de l'électorat de gauche. Celui-ci est largement majoritaire, puisqu'il représente 65 % des électeurs. Cependant, la gauche a perdu le pouvoir municipal... Cela peut se concevoir sans peine à Entrechaux, où elle est tout juste majoritaire, et encore, grâce au poids d'un électorat radical dont nous savons qu'une partie refuse l'alliance avec les socialistes. Dans ces conditions le renversement de la majorité municipale porte condamnation de cette alliance et marque une limite précise à l'engagement de gauche de l'électorat radical. C'est un reclassement politique qui est en marche, freiné, masqué par l'ambiguïté et la faible cohérence du radicalisme. Mais à Roaix l'orientation contradictoire des choix politiques surprend davantage, d'autant qu'on ne trouve aucune trace de querelle de clocher qui pourrait être un facteur de changement de majorité municipale. J'avance alors l'hypothèse suivante.

  • 124 L'équipe municipale élue en 1912 compte deux anciens conseillers "républicains", qui avaient dispa (...)

154L'électorat de gauche de Roaix n'a peut-être pas en ceux qu'il délègue au pouvoir communal une confiance égale a celle qu'il témoigne aux idées, au programme du Parti socialiste. Il est remarquable que ceux des élus de gauche qui ont une étiquette politique se disent radicaux-socialistes, et qu'on ne trouve parmi eux aucun socialiste, pas plus d'ailleurs qu'il n'est mentionne d'organisation socialiste dans le village. Cela peut s'expliquer par des données sociologiques, l'électorat socialiste s'identifiant aux couches les plus pauvres de la population, les moins instruites, les moins disponibles pour les fonctions municipales. On peut donc concevoir l'absence de socialistes dans une municipalité de gauche alors même que l'influence socialiste s'exprime avec une force croissante dans les scrutins législatifs, et l'on peut du même coup concevoir à la longue une certaine irritation de l'électorat socialiste envers une équipe municipale qui n'est sans doute pas empressée à lui faire une place et qui l'utilise comme de la piétaille. De là à s'opposer directement aux notables de gauche – qui sans doute considèrent qu'ils ont rempli leur contrat envers les socialistes en respectant le principe de la discipline républicaine ! –, il y a un pas que les données sociologiques justement interdisent de franchir. C'est ce qui redonne leur chance à d'autres notables qu'on trouvait au conseil, eux ou leurs pères, du temps où la droite détenait le pouvoir municipal... Jeu subtil, dira-t-on. Sans doute, mais il est difficile de considérer comme irrationnelle, aberrante, la contradiction indiscutable entre les deux expressions politiques du village, et je crois plus juste de chercher à en rendre compte par les rivalités à l'intérieur de la gauche, même si elles ne sont pas apparentes et par le glissement vers la droite du radicalisme, qui diminue les distances entre les équipes en compétition pour le pouvoir communal124, l'une et l'autre ayant besoin de l'apport des voix socialistes. Ce qui fait que la droite municipale à Roaix est sans doute moins à droite que celle d'Entrechaux, et qu'elle est aussi différente de celle qui se compte dans les élections législatives.

155Finalement, on doit retenir que de 1893 à 1914 les données de la vie politique et le rapport des forces politiques ont beaucoup changé dans les villages vauclusiens. A voir les choses de haut, la gauche a progressé et c'est le radicalisme qui en a tiré le meilleur profit. Mais à les voir de plus près, on note que c'est au prix d'une ambiguïté croissante, déporté qu'il est vers sa droite tant par l'apparition du parti socialiste que par l'effacement de la droite. La bipolarisation de la vie politique reste une donnée fondamentale, mais il faut être conscient qu'elle ne signifie pas pour autant immobilisme de l'opinion dans des cadres qui seraient alors bien formels. La vie politique municipale a ses rythmes propres, ses clivages et comportements qui ne sont pas toujours en harmonie avec ceux que l'on peut observer sur le plan national, et les différences qu'on peut noter nous apportent d'utiles indices et des témoignages sur les mutations qui s'accomplissent dans l'électorat paysan.

D – LE GLISSEMENT A DROITE DU PARTI RADICAL (1919-1936)

  • 125 A.D.V. 3M487. On peut penser que la sobriété de la dénomination de la liste de gauche est une répo (...)
  • 126 La liste de droite précise même "Croix de guerre", "blessé de guerre", "mutilé".

156Les élections municipales de l'après-guerre sont dans l'ensemble très politiques, en ce sens que les listes qui s'affrontent ont en général une référence politique précise. Il faut cependant disjoindre celles de 1919 : pour les quatres villages étudiés, il n'y a de compétition qu'à Althen-les Paluds où la droite camouflée en "Union du Parti Républicain" essuie un échec sévère face à la gauche radicale-socialiste qui retrouve curieusement les accents des débuts de la IIIe République en se dénommant tout simplement "Liste Républicaine"125. Dans les trois autres villages, les sortants – plus exactement leurs rares survivants encadrant une génération nouvelle – sont seuls sur les rangs. Cela peut surprendre, car ces élections ont lieu deux semaines seulement après les législatives qui avaient été le théâtre de rudes empoignades. Dans ces communes rurales durement éprouvées par la guerre, c'est un peu comme si on avait voulu, par respect pour les morts, tenir la vie municipale à l'écart des luttes politiques. En tout cas, il est significatif qu'à Althen, là justement où il y a compétition, des deux côtés on mentionne la qualité de "démobilisé" pour tous les candidats que cela concerne126. La participation à la guerre, avec ce qu'elle implique de souffrance et de sacrifice, apparaît comme un gage de responsabilité et de dévouement dans la conduite des affaires publiques, et on le revendique à gauche comme à droite.

  • 127 Pourtant, à Althen, la droite est présente aux élections municipales de 1925 et elle a constitué u (...)

157Mais cette sorte de trêve dans la vie politique locale est de courte durée, et les élections municipales de 1925 voient s'affirmer des positions politiques qui sont intéressantes à considérer même lorsqu'il n'y a pas compétition. C'est le cas à Lauris où, nous le savons, une crise municipale a jeté la confusion dans les affaires communales de 1920 à 1923. Les radicaux ont alors repris la barre, ils la conservent aisément en 1925, mais ils prennent grand soin d'afficher leur engagement politique et ce peut-être dans l'idée de récupérer à leur profit exclusif l'électorat qui avait porté ses voix l'année précédente sur les candidats de la liste du Cartel des Gauches, où étaient présents les socialistes. Car on ne peut comprendre le jeu politique municipal si on l'isole du contexte national, et cette observation a valeur générale. La concurrence entre radicaux et socialistes est une donnée que l'alliance cartelliste ne doit pas faire oublier ; on la remarque également à Althen-les –Paluds où la liste de gauche s'intitule radicale-socialiste, et non plus simplement républicaine comme en 1919127. Les radicaux ont pour eux, à Lauris comme à Althen, une implantation et une influence anciennes, que les élections législatives de 1919 avaient confirmées. Mais qu'en est-il exactement après les élections de 1924, où la liste du Cartel est en progrès sur le total des voix radicales et socialistes de 1919, et alors qu'apparaît une composante révolutionnaire à gauche, avec le parti communiste ? Les élections municipales inévitablement prolongent l'incertitude, en ce sens que les partenaires cartellistes ne peuvent s'y dissocier, mais les radicaux peuvent en jouer à leur profit. Parce qu'ils sont les tenants de la tradition de gauche, ils peuvent prétendre représenter l'ensemble de la gauche aux élections municipales et ainsi espérer capter dans sa totalité la poussée à gauche qui s'était manifestée en 1924.

  • 128 Les deux listes se sont affrontées par voie d'affiche, en un débat d'ailleurs courtois où les sort (...)

158La situation est différente, la tactique plus subtile et plus souple là où le radicalisme s'était affaibli sous la pression socialiste avant 1914. On sait qu'à Entrechaux les radicaux avaient cédé la place à une équipe de droite en 1912, et que c'était une réaction aux désistements que dans l'arrondissement d'Orange le parti radical-socialiste devait recommander à ses électeurs en faveur du candidat socialiste, qui représentait alors l'option révolutionnaire de la gauche. En 1925, la situation est bien changée, les radicaux ne sont pas suspects d'alliance avec les révolutionnaires du parti communiste et il leur est à nouveau possible de s'affirmer à gauche et de revendiquer en tant que tels le pouvoir communal, l'ouverture aux socialistes leur assurant une caution de gauche d'une nature bien différente de ce qu'elle était avant la guerre. L'opération comporte aussi un objectif sur sa droite, elle vise à récupérer des voix qui de la droite municipale passaient à la droite nationale, celle-ci plus cohérente, plus structurée et donc plus dangereuse que celle-là. Mais les sortants, qui se présentaient sous le signe de l'Union Républicaine, résistèrent victorieusement à l'assaut des Cartellistes en 1925, qui ne retrouvèrent pas leurs voix de l'année précédente et c'est seulement en 1929 que les radicaux s'emparent de la mairie128.

159On retrouve alors une unité de comportement politique, mais on ne doit pas oublier que la défaite de la droite locale coïncide avec l'effacement de la droite nationale dans l'arrondissement d'Orange : il y avait là un facteur favorable à la récupération de la mairie par les radicaux.

160A Roaix, la liste socialiste avait obtenu en 1919 la majorité absolue des suffrages exprimés, et le parti communiste apparaît comme le successeur du parti socialiste, recueillant 29 % des voix en 1924, 32 % en 1928. Dans ces conditions, il n'y a pas de place pour les socialistes et les scrutins nationaux deviennent un affrontement radicaux-communistes. Les conséquences sur le plan municipal sont immédiates : en 1925, une seule liste se présente, intitulée "Liste d'entente républicaine", formulation large qui dans le contexte d'alors n'élimine que les communistes, et il semble bien que beaucoup d'entre eux ont voté blanc, ce qui est une forme évidente de protestation. Le parti radical n'apparaît pas en tant que tel, mais c'est bien lui qui récupère la mairie.

161Il semble donc que d'une façon générale mais selon des méthodes variées le parti radical est à l'offensive sur le plan municipal dans l'immédiat après-guerre. Il adapte sa tactique aux conditions locales, attentif à conserver le bénéfice de la tradition de gauche sans pour autant négliger d'occuper le terrain que lui cède la droite. C'est un exercice d'équilibre assurément difficile, et le risque de dégringolade est sérieux.

  • 129 Ce conseiller municipal communiste fut déchu de son mandat en novembre 1939, en application des dé (...)

162Il n'y aura pas de chute à Entrechaux, où la reconquête du pouvoir municipal, acquise en 1929, est confirmée en 1935. La liste élue en 1929, et réélue en 1935 ne soulevait pas d'opposition politique nettement caractérisée, elle exprimait le sentiment politique majoritaire dans le village, d'un radicalisme tolérant et rassembleur, respectueux des structures de la société. Pas de chute non plus à Roaix, mais l'identification du parti radical avec la droite s'y précise. En 1929 la municipalité affronte une liste d'inspiration communiste et les résutats confirment le partage en deux camps, la zone d'influence du Parti communiste délimitant la gauche. La SFIO a beaucoup de mal à se faire une place dans ce tête-à-tête ; elle restera en position de force d'appoint et il semble bien, à analyser les élections muncipales de 1935, que ses électeurs sont réticents à l'égard des communistes. Face aux sortants, qui adoptent une ligne politique prudente, aussi dégagée que possible de la conjoncture nationale, puisqu'ils s'intitulent "Liste républicaine d'intérêt local", les communistes animent une "Liste du Front populaire pour du pain, la liberté, la paix". Mais il est clair, à voir les résultats, que l'électorat communiste n'a reçu aucun renfort, si ce n'est au second tour où un siège restait à pouvoir, qui revint à son leader129 par l'effet d'un souci de compensation trop connu pour qu'il soit nécessaire d'y insister. Sans doute l'électorat radical ne peut être classé à droite dans sa totalité, mais la volonté de tenir à l'écart les communistes conduit à son terme le processus de glissement à droite du parti radical.

  • 130 De nombreux indices soulignent la présence et la cohérence de la droite à Althen. En premier lieu, (...)

163L'exercice d'équilibre est plus périlleux pour le parti radical à Althen et à Lauris, villages où l'influence communiste est très faible. L'influence socialiste y était déjà très faible en 1914, c'est peut-être ce qui a manqué au parti communiste pour y prendre pied. Mais ce n'est pas un obstacle pour la SFIO qui enregistre une progression régulière, ce qui pose le problème de ses rapports avec le parti radical : les socialistes, sous peine de rester une force d'appoint, doivent se démarquer des radicaux, attirer à eux une partie de leur électorat. L'évolution du rapport de forces entre eux est perceptible sur le plan municipal. A Althen, socialistes et radicaux, s'ils se comptent séparément dans les élections législatives, restent associés dans les scrutins municipaux et c'est une nécessité tactique en raison de la présence d'une droite qui ne désarme pas. Seulement, leur alliance, dans les proportions qu'elle accorde à chacune de ses composantes, reconnaît l'évolution de leur influence respective dans les scrutins nationaux et c'est ainsi que l'on passe d'une "Liste républicaine radicale et socialiste" en 1929 à une "Liste socialiste et radicale-socialiste" en 1935. La nuance est d'importance, d'autant plus que les hommes sont les mêmes, ce qui indique des passages du parti radical-socialiste à la S.F.I.O. parmi eux, sans d'ailleurs que cela fasse conflit. Evolution indolore par conséquent au sein de la gauche, sous l'impulsion des faits politiques nationaux, facilitée il faut bien le dire par l'inexistence du parti communiste et la persistance d'une droite hostile130. Dans ces conditions, radicalisme et socialisme vus de la mairie d'Althen par une population largement déchristianisée, mais aussi largement bénéficiaire de l'évolution économique, ne sont pas des idéologies très différentes l'une de l'autre et le passage de l'une à l'autre n'apparaît pas comme un changement de cap.

  • 131 Il est à noter que le candidat communiste qui s'était maintenu au second tour a perdu à Lauris pre (...)

164Les rapports entre les deux partis sont nettement plus conflictuels à Lauris. Dès les élections législatives de 1928 il est apparu que la prétention des radicaux à représenter toute la gauche – les communistes ne comptent pas alors – n'était pas fondée, puisque le candidat socialiste devance largement le radical au premier tour et qu'il fait jeu égal avec lui au second, alors que la droite de toute évidence est venue au secours du radical131. Aussi les élections municipales de 1929 voient s'affronter radicaux et socialistes. La bataille tourne à l'avantage des premiers, qui n'ont pu l'emporter que grâce à l'appoint des voix de droite et l'on voit bien, là encore, comment le radicalisme est poussé sur sa droite. Le mouvement se confirme aux élections législatives de 1932, où la droite est pratiquement absente, et il est conduit à son terme logique aux municipales de 1935. Les sortants sont cette fois sur la défensive, comme l'atteste l'intitulé de leur liste "républicaine et de défense des intérêts communaux", formulation très proche de celle déjà notée à Roaix et ce ne peut être l'effet du hasard. Mais une autre comparaison s'impose : alors qu'à Roaix les communistes se référaient au Front Populaire, les socialistes de Lauris adoptent un titre bien moins compromettant, celui de "Liste républicaine et d'économie municipale", et cela aussi est révélateur d'un comportement politique soucieux de ne pas effaroucher une partie de l'électorat que les socialistes doivent disputer aux radicaux. Le calcul est payant et les socialistes s'installent à la mairie, déplaçant le centre de gravité de la gauche et donnant aux radicaux, bon gré mal gré, une teinte de droite.

165Cette analyse confirme celle que nous avons faite à partir des élections législatives. Le parti radical accentue sensiblement son glissement à droite, c'est peut-être plus net encore dans les consultations municipales où les choix sont nécessairement simplifiés. Ce que montrent bien ces élections, c'est la compétition sévère qui s'est engagée entre lui et le parti socialiste, qui est devenu l'axe de la Gauche en récupérant une partie appréciable de l'électorat radical. Car c'est ainsi que s'explique la progression de la S.F.I.O., dans les villages vauclusiens où le plus clair de l'électorat socialiste de 1914 est devenu communiste. On le vérifie aisément en comparant les résultats électoraux des deux partis socialiste et communiste à ceux qu'avait obtenu le part socialiste en 1914 et en 1919 : tous les villages, à l'exception de Villes-sur-Auzon, où l'influence socialiste était forte en 1914 et 1919 sont devenus des zones d'influence privilégiée du parti communiste. Mais la traduction municipale de l'influence acquise par le parti communiste est freinée, d'une part par la méfiance que lui témoignent ses partenaires de gauche, d'autre part parce qu'il lui est difficile, pour des raisons d'ordre sociologique, de proposer à son électorat un encadrement social comparable à celui que trouvent, aisément, dans les vieilles familles républicaines, les socialistes aussi bien que les radicaux.

E – LES EQUIPES MUNICIPALES : CONTINUITE ET FIDELITE

166L'analyse historique des comportements politiques et des rapports de forces qui les traduisent peut être utilement prolongée par une réflexion de caractère plus sociologique, pour répondre à la question suivante : qui exerce le pouvoir dans les villages vauclusiens ?

167Il ne serait pas facile de faire le relevé systématique des professions exercées par les conseillers municipaux, car ni les listes de candidats ni les tableaux des conseillers élus ne donnent toujours cette indication. Néanmoins, on peut recueillir des informations assez nourries pour en dégager une tendance. Bien sûr, les paysans sont les plus nombreux, apparaissant tantôt comme "agriculteurs", tantôt comme "propriétaires" et il serait imprudent de voir dans cette distinction une différence de statut économique. Sans doute certains propriétaires sont des non-exploitants, qui tirent leurs revenus de la rente foncière, mais le plus souvent ce sont des exploitants agricoles, de la même manière que les "agriculteurs". Il semble que, pour les quatre villages étudiés tout au moins, le secteur artisanal et commercial soit médiocrement représenté dans les conseils muncipaux, particulièrement dans les élections les plus disputées ; ce qui fait apparaître un souci de prudence chez des hommes qui n'entendent pas, en raison même de leur métier, être considérés comme appartenant à un camp. Il y a des exceptions : lorsque l'on voit figurer sur une liste un cafetier, et c'est relativement fréquent, c'est un indice de clivage de la population masculine en deux camps bien tranchés, chacun ayant son ou ses cafés selon l'importance du village. Le cafetier, dans ces conditions, n'hésite pas à entrer dans l'arène politique. Autre cas à considérer, celui des professions libérales : elles ne sont qu'exceptionnellement représentées.

168On ne sait rien de précis sur les critères et conditions du choix des candidats. Naturellement l'engagement politique est une condition première, encore qu'il serait erroné de voir cet aspect des choses de façon étroite ou mécanique. L'engagement politique ne comporte pas nécessairement adhésion à un parti et il y a même des cas où celle-ci n'intervient qu'après l'élection, pour renforcer sa cohérence politique. Le choix d'un candidat est donc affaire de conviction politique, mais aussi de respectabilité, et ces deux facteurs ne sont guère dissociables. Dans leur combinaison, ils sont une caractéristique familiale et cela apparaît très clairement quand on relève les noms de tous les conseillers municipaux pour suivre leur destinée et la succession des générations. Il y a dans chaque village des patronymes qui sont présents du début à la fin de la IIIe République, soit comme élus, soit comme candidats malheureux, et il est manifeste que, dans un camp comme dans l'autre, il serait impensable de mettre sur pied une liste sans le concours de ces familles qui sont en quelque sorte une caution morale et politique. Sans doute, d'autres raisons interviennent : l'influence sociale, l'étendue de la parenté, la localisation précise du lieu d'habitation, en particulier lorsque le village comporte des hameaux dont il faut assurer la représentation au sein de l'assemblée municipale. Mais elles ne sont évidemment pas contradictoires, et bien plutôt complémentaires des qualités premières.

  • 132 A.D.V. 3M487.
  • 133 A.D.V. 3M428. Le choix d'un maire plus modéré que son électorat et même que son conseil municipal (...)
  • 134 J'appelle indice de longévité le rapport du nombre des conseillers élus sur l'ensemble de la préri (...)

169C'est pourquoi, dans chaque équipe municipale, il existe un noyau durable, pour autant bien sûr que n'intervient pas un changement de majorité. Au coeur très souvent, le maire que l'on élit pour sa disponibilité mais aussi pour ses qualités d'administrateur et de dirigeant politique. C'est le cas d'Adrien Bono à Althen, propriétaire aisé et républicain avancé avant d'être radical, qui restera maire de 1882 à la guerre132, c'est le cas de Lucien Gontard à Roaix, moulinier en soie et leader des républicains modérés avant de se rallier au radicalisme de Daladier, maire sans interruption de 1919 à 1939133. Autour d'eux, des hommes qui accomplissent plusieurs mandats et, pour compléter les listes, d'autres moins durables, choisis selon toute vraisemblance en fonction des circonstances, c'est-à-dire – toujours bien sûr dans la zone d'influence de chaque camp – du fait de leur disponibilité, de leurs amitiés. Le résultat, pour prendre le cas de Roaix, c'est que pour 174 conseillers élus dans les les 17 renouvellements complets de 1871 à 1935 on dénombre 64 noms, et parmi eux 34 ayant effectué un ou deux mandats, 22 trois ou quatre et 8 plus de quatre. On atteint ici un "indice de longévité" élevé134 : 2,70, bien plus qu'à Lauris où il n'est que de 2. Mais il est vrai qu'à Lauris la population est plus nombreuse, ce qui accroît les possibilités de choix, et on observe par ailleurs à Lauris des querelles subalternes et confuses qui, en quelque sorte, brisent des carrières municipales. Il faut tenir compte des renversements de majorité, en tant que facteurs d'interruption, voire de cessation de carrière municipale, mais il n'empêche qu'en règle générale chaque conseil est composé d'un noyau durable, gage de continuité, et d'une enveloppe moins signifiante, où l'on devine, surtout dans les petites communes, les contraintes inhérentes justement au petit nombre des possibles, eu égard à la diversité des qualités requises.

170Le concept de continuité ne suffit pas à caractériser l'exercice du pouvoir municipal ; il faut le compléter par celui de fidélité. Nous avons observé la permanence d'un plan de clivage au sein de la population villageoise et sa signification politique ; il est important de chercher à savoir comment les familles, dans la longue durée, se distribuent de part et d'autre de cette ligne de démarcation politique. Une première observation : il y a très peu de transfuges, rares sont les hommes qui retournent leur veste ou changent d'option politique. Le cas s'observe à Entrechaux et à Roaix, au moment où la République s'impose au village : les républicains ont alors reçu le renfort de quelques anciens conseillers conservateurs, qui s'étaient d'ailleurs retirés de la vie publique depuis plusieurs années, ce qui semble indiquer une évolution lente et mûrie. Au delà des hommes, les familles auxquelles ils appartiennent témoignent également d'une grande fidélité puisque l'on repère, à une génération de distance, les mêmes patronymes dans le tableau du Conseil municipal. Une incertitude subsiste, car le même nom peut désigner deux familles différentes, mais l'analogie est trop fréquente pour n'être que fortuite. Il y a indiscutablement des traditions familiales en politique, et elles favorisent l'ambiguïté croissante du radicalisme : le fils est radical comme l'était son père, alors que le contexte politique a bien changé... La fidélité peut donc prendre un aspect rituel et masquer les évolutions. En tout cas, les clientèles électorales sont plus mobiles que leurs représentants.

  • 135 A.D.V. 4M99.
  • 136 A.D.V. 7M28.

171On peut enfin se demander si les élus municipaux ne sont que des représentants politiques et des administrateurs ou si, au contraire, ils n'interviennent pas à tous les niveaux de la vie politique et sociale en position de responsables. Cette question, dans une société peu différenciée, peut nous aider à approcher de plus près le concept de notable. Pour ce faire, il convient de confronter les listes de conseillers municipaux aux équipes dirigeantes de diverses associations existant dans les villages. Cette confrontation ne peut être exhaustive, elle est néanmoins instructive. Qu'il s'agisse du Cercle de l'Avenir, du Cercle Philanthropique ou du Sou des Ecoles laïques à Lauris pour les années 1878-1880, on trouve parmi leurs membres un grand nombre de conseillers municipaux135. On fait la même observation pour la société coopérative de boulangerie à Althen en 1901, pour le syndicat professionnel de boulangerie d'Entrechaux en 1911136. Ce ne sont pas des adhésions de pure forme, même si elles peuvent comporter un petit côté flatteur, honorifique, pour les associations qui les recueillent. Elles participent d'un réseau de relations sociales par lequel le parti au pouvoir étend son influence, contrôle les lieux et organismes où l'opinion se fait, se dirige et s'oriente. Et l'on comprend mieux, du même coup, la très large participation aux compétitions électorales les plus disputées et l'atout, qui peut être décisif, dont dispose le camp des hommes en place, ou bien des notables, sans qu'il soit nécessaire que cette qualité repose sur une fortune importante. Ce phénomène de tissage de liens sociaux par quoi la population du village s'organise et se structure a été un instrument efficace de la conquête républicaine, par opposition aux relations passives et hiérarchiques dont bénéficiaient les monarchistes. Il a ensuite fait la force du radicalisme, alors qu'à sa gauche le parti socialiste et le parti communiste s'appliquaient à forger des militants, ce qui est très différent et plus difficile à réussir !

IV – UNE PAYSANNERIE DE GAUCHE

172L'étude des comportements politiques établit l'engagement persistant à gauche, pendant toute la durée de la Troisième République, de la paysannerie vauclusienne. Mais l'on sait aussi que la Gauche, inscrite dans la longue durée comme et l'expression politique majoritaire, n'est pas pour autant figée dans des cadres institutionnels immuables. Elle est tout à la fois une tradition et une dynamique, parce que les principes qui la fondent sont adaptables et applicables à des situations historiques différentes. Cette conception plastique, évolutive, de la Gauche est certes discutable, mais on voit bien, par l'exemple vauclusien, qu'elle a une incontestable réalité. Tour à tour mobilisée pour la défense de la République, pour la laïcité de l'Etat républicain et de son système éducatif, pour une conception sociale, voire socialiste de la République, elle a puisé dans ces thèmes successifs, qui ne s'excluent pas mais se complètent et se chevauchent, les sources d'un renouvellement dans la fidélité à sa propre histoire.

173Reconnaître non seulement la réalité de la Gauche, mais aussi sa dynamique, c'est accepter la mobilité de ses frontières, et c'est bien ce qui nous est apparu dans l'analyse des positions politiques : elles ne sont pas dessinées une fois pour toutes ; l'espace qu'occupe la Gauche n'est pas une concession à perpétuité au bénéfice de telle ou telle formation politique. Il résulte de ce fait que l'évolution de la Gauche, dans l'épaisseur sociale que lui donnent les citoyens qui lui accordent leurs suffrages, est difficile à saisir avec précision. Les circonstances politiques font que tantôt elle se dilate, tantôt elle se contracte ou, si l'on veut, qu'elle traverse des périodes d'expansion alors qu'à d'autres moments elle resserre ses rangs autour d'une définition plus exigeante, plus rigoureuse.

174En 1869, être à gauche, c'est voter pour les candidats républicains, choix simple mais aussi difficile, à contre-courant de l'idéologie dominante. En 1876, tous les partisans de la République sont encore de gauche, et pour rigoureux qu'il soit, le choix est plus facile : la Gauche s'élargit en un flot puissant. En 1885, un parti du mouvement se dégage au sein du parti républicain : ce sont les radicaux, les intransigeants, par opposition aux opportunistes, gestionnaires prudents d'une République tout juste consolidée. La Gauche me paraît s'incarner alors dans le radicalisme naissant, qui la renouvelle au prix, nécessairement, d'un resserrement de ses rangs. Poursuivant ce cheminement jalonné par les élections – quel autre instrument de mesure utiliser ? – j'observe la progression du radicalisme, mais aussi la naissance, sur sa gauche, d'un nouveau courant politique, le socialisme. Deux courants distincts, mais qui coulent de front, qui adoptent des attitudes communes sur les grands problèmes de la vie politique nationale : à nouveau la Gauche s'étale, occupe un espace social élargi. C'est net en 1902, avec l'entente électorale du Bloc des Gauches, scellée par l'engagement de désistement mutuel. Ce l'est encore en 1914, bien que dans l'intervalle les divergences se soient accusées entre la Gauche radicale et la Gauche socialiste. Mais toutes deux n'ont alors d'autre choix que l'union, ce qui n'interdit nullement d'étudier leurs forces respectives.

175La guerre finie, le socialisme tout en recherchant une difficile identité assume des positions révolutionnaires qui l'écartent du radicalisme. Nouvelle articulation pour la Gauche, de ce fait plus étroite, plus rigoureusement définie. Mais bientôt la Gauche socialiste se divise : ses deux formations, si opposées qu'elles puissent être, restent néanmoins la Gauche réelle, même si l'ambiguïté du radicalisme et les circonstances politiques – le Cartel des Gauches – créent une frontière mouvante, incertaine. Le Front Populaire ne dissipera pas cette confusion, mais on peut distinguer dans son rassemblement une aile marchante, socialiste et communiste, par où s'exprime le dynamisme de la Gauche.

  • 137 J. Klatzmann – Géographie électorale de l'agriculture française in les Paysans et la politique dan (...)
  • 138 Dans ses Nouvelles Etudes de Sociologie Electorale (Paris 1954), F. Goguel indique, pour justifier (...)

1761869 – 1876 – 185 – 1902 – 1914 – 1936 : ces élections législatives jalonnent l'histoire de la Gauche vauclusienne sous la Troisième République, elles permettent d'en saisir l'évolution réelle, c'est-à-dire, compte tenu de sa diversité et des mutations que lui ont imposées les événements politiques et les transformations économiques et sociales. Mais mon propos est d'approcher d'aussi près que possible la Gauche dans la paysannerie vauclusienne, de saisir le comportement spécifique de celle-ci, à la recherche tout à la fois de sa fidélité et de ses audaces, de son aptitude collective à épouser son temps sans rien renier de son passé. On peut y parvenir, en isolant les résultats électoraux des communes dont les électeurs sont au moins à 70 % des paysans, selon la méthode utilisée par J. Klatzmann pour l'étude des votes paysans dans l'élection du 2 janvier 1956 : il établit que "à l'exception de quelques cas particuliers, la répartition des voix, dans un canton qui compte trois quarts environ d'électeurs paysans, est très proche de celle des voix des seuls agriculteurs"137. Mais comment déterminer les communes qui comptent au moins 70 % d'électeurs paysans ? Des sondages effectués dans les listes électorales montrent que les communes déjà retenues pour l'étude des faits démographiques entrent dans ce cadre : la proportion des électeurs paysans est toujours sensiblement plus élevée que celle des familles paysannes, ce qui s'explique aisément en raison du vieillissement de la population paysanne. Il est donc possible de calculer les votes dans les communes rurales, de les totaliser par canton et on peut les assimiler, sans risque d'erreur grave, aux votes paysans. Le cadre cantonal s'impose, non seulement parce qu'il n'y aurait aucune raison de l'abandonner alors que je l'ai systématiquement utilisé, mais aussi parce que c'est peut-être pour l'étude des comportements politiques qu'il est le plus pertinent138.

  • 139 C'est lui qui se livre à de remarquables expériences d'économie agricole sur ses domaines de Gigon (...)

177L'adhésion à la République, idée maîtresse qui restera toujours vivante et sensible, était en 1869 largement représentée dans la paysannerie vauclusienne : 26 % des électeurs paysans l'ont alors clairement affirmée, avec des inégalités, bien sûr, mais sur un fond de conviction militante que l'on trouve partout. Dans aucun canton en effet les suffrages républicains ne sont par leur nombre dérisoires et ils expriment incontestablement à la fois un attachement sentimental et une volonté politique pour l'avenir qui resteraient incompréhensibles s'ils n'étaient sous-tendus par une organisation et un encadrement, que pouvaient fournir les cercles et les notables qui avaient assuré, dans les heures les plus sombres, la permanence de la tradition républicaine. Ces facteurs de cristallisation de l'idée républicaine existent partout, plus ou moins nombreux et actifs, plus ou moins contrecarrés dans leur action par les forces organisées de l'idéologie opposée – fondamentalement conservatrice avant de se reconnaître dans la forme impériale ou monarchique de l'Etat. C'est ce qui explique les inégalités dans la répartition des suffrages républicains, bien plus que les différences de statut économique et social. Il est certain, par exemple, que la présence à Gigondas d'Eugène Raspail139, neveu de François Raspail, qui avait été élu représentant du peuple en 1848, est un élément important de mise en confiance et de cohésion des républicains du canton de Beaumes et l'on s'explique ainsi le score remarquable – 32 % des inscrits – qu'y fait A. Gent, lui-même un ancien de la Seconde République dont la candidature permettait de réveiller des souvenirs restés vivants malgré les années et les circonstances contraires, dans la mémoire collective.

178Par conséquent, il faut souligner le fait important que porteur d'avenir des élections législatives de 1869 est l'expression par la voie du suffrage de convictions républicaines partout enracinées et structurées. Cette base est essentielle, elle est le point d'appui de l'action républicaine et la justification, au niveau du vécu, des principes qui désormais fondent le Gauche. Dans les villages, les positions prises alors ne s'oublieront pas, la lutte d'influence engagée après la chute de l'Empire y trouvera des références précises et l'on ne doit pas sous-estimer la notion de fidélité dans le processus de politisation qui désormais s'accélère.

179C'est pourquoi les élections de 1876 montrent une continuité remarquable. Certes, les voix républicaines enregistrent une importante progression – 39 % des électeurs paysans contre 26 %, soit une progression de 50 % – mais elle est équitablement répartie, même si elle est moins forte dans les cantons où le comportement de gauche était le plus massif dès 1869. On n'observe nulle part d'évolution divergente depuis 1869, mais l'affirmation inévitablement différenciée d'une force montante.

  • 140 L'indice d'évolution est le rapport du pourcentage de voix obtenues en 1885 à ce même pourcentage (...)

180Qu'en est-il en 1885, alors que justement la Gauche ne peut plus se définir par le seul attachement à la République ? La comparaison s'impose avec 1869, c'est-à-dire avec l'enracinement d'une tradition à laquelle la Gauche se doit d'être fidèle. Comparaison qui fait apparaître des nuances plus que des divergences. Pour préciser les choses, on peut faire appel à l'indice d'évolution des suffrages de gauche depuis 1869140. Pour l'ensemble de la population paysanne du département, il est de 0,96 – ce qui veut dire que les suffrages qui se portent en 1885 sur les candidats radicaux sont légèrement inférieurs à ce qu'ils étaient en 1869. Les indices cantonaux s'écartent peu de cette valeur moyenne, à l'exception des cantons de Cavaillon, Apt et Vaison où le radicalisme naissant est bien plus fort que ne l'était l'opposition républicaine à la fin de l'Empire, alors qu'à Pertuis et l'Isle on note un phénomène inverse. Mais ce sont tout de même des mouvements d'ampleur limitée, qui n'apportent aucun bouleversement à la situation de 1869 : l'enracinement de la Gauche, dans des situations historiques différentes qui infléchissent son contenu, se confirme. Enracinement, mais absolument pas isolement, comme on le voit avec l'application au second tour de la règle du désistement : on retrouve alors des résultats très voisins de ceux de 1876, ce qui montre bien que la Gauche radicale, si elle prend position à l'avant du parti républicain, en reste profondément solidaire dès lors qu'il faut affirmer l'attachement au régime. Le parti du mouvement qui se dessine alors peut à bon droit revendiquer le bénéfice de la tradition républicaine et sur ce point garder la confiance de ceux des Républicains qui, pour être modérés, ne se sentent pas modérément républicains.

181C'est toujours la continuité qui apparaît à la lecture des résultats des élections de 1902. La Gauche, où les radicaux commencent à être concurrencés par les socialistes, a gagné du terrain depuis 1885 – 35 % des inscrits contre 25 % en 1885 –, et il n'y a que deux cantons qui ne participent pas à cette progression : Bédarrides et Bollène. Reculs significatifs de l'ambiguïté du radicalisme et de l'utilisation quasi frauduleuse de son étiquette. Dans le premier cas, Pourquery de Boisserin détache à son profit une fraction de l'électorat radical, dans le second cas c'est le docteur Loque qui réalise à son avantage une opération de même nature, dans le canton dont il est conseiller général. A l'inverse, la très forte progression des voix de gauche dans le canton de Mormoiron s'explique par la candidature de l'enfant du pays, Vialis. Plus généralement l'arrondissement de Carpentras manifeste en 1902 une tonalité de gauche quelque peu insolite, et cela tient au fait que devant la candidature conservatrice de Helen des Isnards, la gauche s'était présentée sans concurrence modérée : ses contours sont quelque peu distendus, en raison du danger que la candidature conservatrice faisait courir à la majorité républicaine. Les divergences ainsi observées montrent opportunément que la mesure de la Gauche – comme de tout courant politique –doit tenir compte de conditions locales ou circonstancielles, mais celles-ci n'ont qu'une incidence limitée.

182Nouvelle progression de la Gauche en 1914, qui recueille les voix de 42 % des électeurs paysans du département, plus que n'en avaient obtenu les candidats républicains en 1876. Confirmée dans sa fonction de dépositaire de la tradition républicaine, la Gauche doit cependant être cette fois analysée dans sa diversité, et dans le rapport de forces qui s'établit entre ses deux composantes, radicale et socialiste. La carte des suffrages de gauche en 1914 est très proche de celle de 1876, on observe la persistance – pour les mêmes raisons –du fléchissement déjà signalé en 1902 dans les cantons de Bédarrides et de Bollène et des gains non négligeables dans les cantons de l'arrondissement d'Apt. S'affirme là une personnalité de Gauche, où l'anticléricalisme et le détachement religieux apparaissent comme des facteurs déterminants. La corrélation entre la pratique religieuse et les votes de gauche ne vaut pas pour le seul arrondissemnt d'Apt, mais elle est d'une interprétation plus complexe ailleurs. La pratique religieuse encore forte, inséparable d'un comportement politique de droite, bloque la progression de la Gauche dans les cantons de Carpentras, elle y réussit moins bien dans les cantons de Pernes et de l'Isle où elle est significative de l'isolement d'une Droite qui ne croit plus en elle. Mais il ne fait pas de doute que la politique anticléricale du Bloc des Gauches a donné à la Gauche un caractère militant et agressif qui a rencontré un écho favorable dans une paysannerie très détachée de la religion de ses pères. C'est dans ce contexte que les candidats de Gauche recueillent dès le premier tour – c'est-à-dire avant de solliciter l'appoint des voix modérées au nom de la discipline républicaine – une confortable majorité des suffrages exprimés. Nous somes à l'apogée de la Gauche telle qu'elle s'était constituée en 1885 sous l'impulsion du radicalisme.

183Mais le radicalisme de 1914, dans ses objectifs et dans sa clientèle électorale, a changé et il est soumis sur sa gauche à la vive pression du parti socialiste. Dans le Vaucluse, la domination radicale reste indiscutable, et les forces respectives des deux composantes de la Gauche sont très inégales : 28 % des électeurs paysans donnent leur préférence aux candidats radicaux et seulement 14 % aux candidats socialistes. Mais l'implantation du socialisme s'est effectuée par transfert de sympathies et de voix radicales, à la recherche d'une définition plus rigoureuse et plus moderne de la Gauche, et le radicalisme est inévitablement tiré sur la droite, d'où l'ambiguïté précédemment signalée, la fragilité de l'apparente expansion d'une Gauche traversée par des contradictions que masquent encore – mais pour combien de temps ? – des positions communes. Dans cette situation de transition, le socialisme apparaît comme une greffe, partout réussie mais aussi naturellement aux pousses plus ou moins vigoureuses ; ses positions ne sont pas en relation directe avec l'enracinement de la tradition républicaine – il est aussi fort à Cavaiilon, où les suffrages républicains étaient peu nombreux en 1869, qu'à Pernes où ils étaient majoritaires – mais semblent tenir pour une part non négligeable à la personnalité de ses candidats. C'est le cas dans l'arrondissement d'Orange, avec Alexandre Blanc élu un peu par surprise en 1906 et qui apporte à l'idée socialiste en 1914 le bénéfice de son expérience et la chaleur de son éloquence : autour de lui le socialisme est reçu comme l'héritier de la tradition républicaine et c'est au nom de celle-ci que s'exprime avec force la revendication de faire jouer en sa faveur la discipline républicaine. Courant politique autonome par son programme et ses objectifs, le socialisme est encore perçu dans la paysannerie vauclusienne comme la fraction d'avant-garde du parti républicain, ce qui n'est pas non plus dépourvu d'ambiguïté.

184Ambiguïté levée en 1919, puisque – le scrutin de liste avec représentation proportionnelle aidant – socialistes et radicaux abordent les élections de façon distincte, sur des programmes qui établissent entre eux une incontestable différence. Aussi convient-il d'inscrire la Gauche dans une perspective redessinée, ouverte sur une société socialiste. Elle y perd naturellement beaucoup de ses forces, et ne peut revendiquer les suffrages que de 19 % des électeurs paysans, beaucoup d'autres restant, par habitude autant que par conviction, dans la mouvance radicale. Pas de divergence, en tout cas, entre l'implantation socialiste de 1919 et celle de 1914 : une progression d'ensemble modérée, répartie de telle manière qu'elle aboutit à une relative égalisation des forces socialistes. Elles conservent leur avance dans l'arrondissement d'Orange, où s'accentue le transfert de la tradition républicaine des radicaux aux socialistes, elles progressent de façon spectaculaire dans les cantons du sud du département, mais il s'agit là en quelque sorte d'un rattrapage, et d'un rééquilibrage des forces traditionnelles de la Gauche. Les zones de force qui se dessinent ainsi, perceptibles sur la carte, ne doivent certes pas être tenues pour négligeables, mais l'important me paraît être dans l'uniformité d'une implantation socialiste devenue une force politique autonome. C'est par là qu'elle n'apparaît pas contradictoire avec la tradition républicaine : qu'elle peut l'invoquer à son bénéfice, en même temps qu'elle se présente comme une base de départ pour atteindre de nouveaux objectifs.

185C'est seulement en 1936 que l'on peut reprendre la piste de cette Gauche nouvelle, qui s'est fixée le socialisme comme objectif. La lourde hypothèque que faisait poser la stérilisation des suffrages communistes sur l'ensemble de la Gauche est en effet levée par la constitution du Front Populaire et la disposition des forces politiques dans le Vaucluse nous autorise à retrancher le parti radical des forces de gauche. Sans rien escamoter des différences et divergences entre parti socialiste et le parti communiste, nous sommes fondés à les présenter comme constituant ensemble la Gauche réelle, dans la logique de l'évolution qui se dessinait en 1914 et qui s'était confirmée en 1919.

186La Gauche socialiste et communiste a considérablement élargi l'espace électoral qu'occupait le parti socialiste en 1919 : 42 % des électeurs paysans lui accordent leur préférence – soit 52 % des suffrages exprimés – contre 19 % en 1919. La base constituée en 1919 était bien solide, elle a résisté à la division et les idées de gauche, loin de connaître un reflux dans une paysannerie qui pourtant s'est enrichie, ont repris, pour d'autres objectifs qu'avant guerre, une remarquable progression. Progression qui les conduit très précisément au sommet qu'avait atteint en 1914 la Gauche radicale et socialiste, et la carte des suffrages recueillis en 1936 par les candidats socialistes et communistes se superpose sans divergences majeures à la carte des suffrages que recueillaient en 1914 les candidats radicaux et socialistes. Les légers reculs qu'on enregistre dans l'arrondissement d'Orange s'expliquent par la personnalité de Daladier, mais pour l'essentiel le glissement à gauche des voix radicales s'est poursuivi et on peut considérer que le processus arrive à son terme en 1936, car les choix politiques conscients – je veux dire décantés de la force de l'habitude et des traditions familiales, agissant comme des pesanteurs non négligeables – sont alors facilités par l'abstention de la Droite en tant que telle.

187Il y a quelque chose d'impressionnant dans la stabilité des forces de gauche, dans des conjonctures politiques et au delà dans des situations historiques aussi différentes que 1876, 1914 et 1936. Cette stabilité, à un niveau très élevé, confirme indiscutablement l'enracinement de la Gauche dans une tradition vivante et dynamique. Tradition qui dans son renouvellement rencontre une évidente concordance avec l'évolution de la pratique religieuse, mais aussi qui est, apparemment en tout cas, tout à fait indifférente aux résultats, évalués en termes de richesse, de l'activité économique. La croissance du revenu agricole, telle que nous l'avons établie dans sa répartition géographique, ne détourne absolument pas la paysannerie vauclusienne de voter a gauche et il n'y a aucune concordance à rechercher entre le niveau du revenu agricole et la tendance plus ou moins forte à voter à gauche. Bien au contraire – mais il n'y a pas lieu, naturellement, d'en faire une règle – les cantons où la réussite économique est la plus éclatante et aussi très largement diffusée sont souvent ceux qui s'engagent à gauche le plus résolument : Pertuis, Cadenet, l'Isle-sur-Sorgue, Pernes et à un moindre degré Cavaillon en apportent le témoignage irrécusable.

188Mais la gauche socialiste et communiste présente, on le sait, de notables différences et son histoire est très conflictuelle. II est donc nécessaire d'analyser la force respective des socialistes et des communistes. Calculée sur l'ensemble du département, elle est équilibrée : 21 % des électeurs paysans se retrouvent chez les uns et les autres. Dans un département longtemps dominé par le parti radical, où l'on a noté un glissement vers la gauche des voix radicales, la surprise ne peut venir que du score réalisé par les candidats communistes. Mais on observe une curieuse répartition des voix socialistes et communistes. Là où les premières sont importantes, les secondes sont faibles et vice-versa ; les situations d'affrontement sont moins nettes, moins dures qu'on pourrait le penser, du fait de cette disposition plus complémentaire qu'antagoniste des forces socialistes et communistes : il y a des fiefs de l'un et de l'autre partis, en quelque sorte, et il est nécessaire de chercher à en comprendre les raisons.

  • 141 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. V le rôle de Provane lors de la création de la cave coopérative de (...)

189On observe à ce propos qu'il y a, malgré tout, une certaine corrélation entre les choix politiques à l'intérieur de la Gauche et les niveaux de revenu. L'influence socialiste est incontestablement supérieure à celle du parti communiste dans les régions d'économie maraîchère, où l'aisance paysanne est la plus forte. C'est particulièrement vrai dans les cantons de Cavaillon et de l'Isle, mais il convient d'être prudent, car la tendance s'inverse à Pernes où, il est vrai, des militants communistes paysans, tels Cler dirigeant de la C.G.P.T. et maire de Velleron, ont un rayonnement personnel non négligeable. Phénomène de même nature à Carpentras, où le candidat communiste est un paysan de Sarrians. Mais dans le canton voisin de Mormoiron, où pourtant dans les années 1920 le Parti Communiste avait des militants connus, notamment à Bédoin141, la candidature locale du socialiste, instituteur à Villes-sur-Auzon, attire la quasi totalité des suffrages de gauche. Par conséquent, dans la disposition des forces des deux partis, il convient de tenir compte des personnalités, on le voit encore a Bollène, dont Charpier est conseiller général communiste.

190D'une manière générale, là où ils ont pu développer une activité militante continue et diversifiée – en particulier par l'intermédiaire de la C.G.P.T. – les Communistes ont développé leur audience. Mais ils ont aussi largement profité de l'implantation socialiste avant-guerre : c'est là où elle était la plus forte qu'ils réalisent leurs meilleurs scores, et la relation ainsi établie le socialisme d'avant entre 1914 et le communisme est tout à fait évidente dans l'arrondissement d'Orange. La tradition élaborée par Alexandre Blanc –devenu lui-même communiste – est passée entre leurs mains et ils n'ont d'ailleurs jamais manqué de la rappeler, même aux moments les plus sectaires de leur histoire. Il faut donc évoquer à leur endroit également le phénomène de continuité et de fidélité vivante à la tradition républicaine, mais évidemment de manière plus heurtée, plus laborieuse que pour les socialistes qui s'inscrivent de façon plus logique, plus naturelle dans l'héritage qu'abandonnent progressivement les radicaux. C'est pourquoi on peut penser que l'ancien électorat socialiste s'est porté plutôt vers le parti communiste, tandis que le parti socialiste offrait davantage une structure d'accueil aux électeurs radicaux désireux de confirmer et prolonger leur engagement à gauche.

191La persistance des choix de gauche dans la paysannerie crée un comportement politique original, mais il est utile de le confronter à celui des autres électeurs, difficiles à définir car ils relèvent d'une sociologie nécessairement plus complexe. En fait, il s'agit de la confrontation des choix politiques des villes et des campagnes, celles-ci relativemment homogènes, celles là beaucoup moins et c'est ce qui limite forcément sa portée et sa signification. Il faut tenir compte, en particulier, du poids très important et croissant d'Avignon dans la population urbaine et les conditions des choix politiques y sont naturellement très différentes de ce qu'elles sont dans les petites villes chefs-lieux de canton, qui baignent dans un milieu agricole et ne peuvent ignorer le poids de ses positions politiques. Ces précautions prises, on ne peut négliger certaines différences de comportement. Considérée pour l'ensemble du département, l'expression politique de gauche est moins forte dans la paysannerie que dans la population urbaine jusqu'au début du vingtième siècle, et l'écart est sensiblement constant. Un renversement de tendance s'observe avec les élections de 1902, où les choix sont identiques, et se confirme à partir de 1914 : désormais, on vote plus à gauche dans les campagnes que dans les villes.

192Il n'est pas surprenant, il est en tout cas plus conforme aux données de la sociologie politique nationale que les idées de gauche trouvent un terrain plus favorable en milieu urbain que dans les campagnes, particulièrement dans les premiers temps de la Troisième République où les cadres de la société traditionnelle sont plus contraignants dans les villages que dans les villes et contrarient l'émancipation politique que représente l'adhésion à la gauche. Mais dans le Vaucluse ces différences de comportement sont limitées, elles ne changent rien au fait essentiel de la présence dominante de la gauche dans les campagnes. On doit relever d'ailleurs des exceptions : les communes rurales des cantons de Bollène et de Pernes sont plus à gauche que leur chef-lieu, où réside une bourgeoisie qu'inquiètent les audaces politiques – et irréligieuses – des villages voisins, qu'elle dominait traditionnellement.

193Ce qui surprend davantage, c'est que les paysans s'engagent avec plus de résolution dans une gauche qui devient plus sociale, au vingtième siècle. L'absence d'une classe ouvrière nombreuse et organisée dans les villes vauclusiennes explique le retard relatif du mouvement des idées politiques dans l'électorat urbain, soumis plus que celui des campagnes à l'action politicienne et aux jeux subtils des notables radicaux. La dynamique de la tradition républicaine, précédemment analysée, s'exerce plus facilement dans les campagnes, et ce qui fait la différence entre le parti socialiste et le parti communiste en 1936, c'est le vote des villes, où les électeurs donnent leurs suffrages à raison de 24 % aux candidats socialistes, contre seulement 17 % aux candidats communistes. La différence est particulièrement sensible à Avignon, où les socialistes tiennent la mairie, alors qu'au contraire à Bollène, ville qui s'est industrialisée, l'électorat communiste est plus nombreux que dans les villages voisins et que l'électorat socialiste y est presque inexistant.

194Ainsi se confirme l'originalité du comportement politique de la paysannerie vauclusienne. Elle est de gauche, elle ne faiblit pas, bien au contraire, dans ses options politiques avancées et l'évolution favorable de sa situation matérielle n'altère en rien un tempérament politique nourri de principes généreux et ouvert, sans réticences, aux idées nouvelles.

Notes

1 J. Gouault. Comment la France est devenue républicaine. Les élections générales et partielles à l'Assemblée Nationale 1873-1875. Paris 1954.

2 A. Autrand. Un siècle de politique en Vaucluse. Avignon 1958.

3 Ils avaient bien présenté des candidats aux élections de 1861, mais sans y croire et ils n'avaient obtenu qu'un résultat médiocre : 7 % des suffrages des électeurs inscrits.

4 A.D.V. 1M 686.

5 Bibliothèque du Musée Calvet. Manuscrit 5831. Correspondance du vicomte de Salvador. L'appui que le préfet Doncieux apportait aux monarchistes est confirmé par une lettre du marquis de Biliotti, en date du 3 février 1875, après le vote de l'amendement Wallon dont il analyse les conséquences : "Vous allez voir tomber tous les fonctionnnaires conservateurs, et je me demande avec effroi ce que va devenir notre malheureux département si jamais nous avons un préfet Centre Gauche. Ne vous dissimulez pas que Mr Doncieux est le plus attaqué des préfets".

6 A.D.V. 1M808. Etat des révocations, suspensions, changements ou déplacements dans le département de Vaucluse, du 16 mai au 14 octobre 1877.

7 On comprend pourquoi à la lecture d'un rapport du sous-préfet d'Apt en mai 1873 qui indique que "les chambrées permettent, dans les communes où leurs tendances sont démagogiques, de propager rapidement un mot d'ordre dans toute la population ou, en temps d'élection, une candidature". A.D.V. 1M686.

8 Journal officiel. Compte-rendus des débats à la Chambre des Députés.

9 A.D.V. 1M808.

10 Les fraudes sont obtenues par des moyens très diversifiés. Les plus efficaces sont celles qui permettent de substituer des bulletins préparés à l'avance à ceux qui ont été réellement déposés dans l'urne. Il faut pour les réussir que les bureaux de vote soient complices et que des dispositions soient prises pour éliminer des bureaux de vote lors du dépouillement toute personne désirant contrôler les opérations. Aussi est-il nécessaire de prévoir l'intervention des forces de l'ordre, pour prêter main-forte aux fraudeurs, recrutés bien sûr dans les rangs des conservateurs.

11 A.D.V. 3M267.

12 Bibliothèque du Musée Calvet. Manuscrit 5831.

13 Une lettre du vicomte d'Adhémar au vicomte de Salvador (Bibl. Musée Calvet. Man. 5810), écrite quelques jours avant la mort du comte de Chambord, offre un bon témoignage des sentiments de la noblesse légitimiste de Vaucluse :

"Il est donc vrai ; le prince bien-aimé dont nous attendions avec confiance le salut et le relèvement de la patrie est atteint mortellement ; un miracle seul, de notre Dieu irrité qui châtie la France, peut le sauver. Aussi je prie ardemment pour implorer la miséricorde divine ; je sais que la prière est efficace, je l'ai éprouvé moi-même bien souvent, et j' espère encore en Jésus Christ qui ne peut pas vouloir que le Saint qu'il a désigné pour rendre la vie, l'honneur et la foi à notre pays en démence, quitte ainsi l'oeuvre bénie avant de l'avoir accomplie".

14 Le sous-préfet de Carpentras, dans l'arrondissement duquel les conservateurs ont remporté d'incontestables succès, indique dans un rapport que "nulle part nos adversaires n'ont osé arborer franchement leur drapeau : ils ont critiqué l'augmentation des charges communales, ils ont réclamé la liberté pour leur culte là où les processions ont été interdites". A.D.V. 3M483.

15 L'Union de Vaucluse.

16 A. Autrand.op.cit.

17 Le Réveil du Midi. 19 Avril 5831.

18 Bibliothèque du Musée Calvet. Manuscrit 5831.

19 Ce député, le docteur Poujade, vétéran des luttes républicaines, apparaissait comme un solitaire, à mi-chemin entre radicaux et opportunistes. C'était une position tout à fait inconfortable !

20 Le Réveil du Midi. 28 août 1885.

21 Le Radical de Vaucluse 13 septembre 1885.

22 Ibidem. 20 sept. 1885.

23 Le Radical Progressiste. 1er oct. 1885.

24 Ibidem.

25 L'Union de Vaucluse. 24 sept. 1885.

26 Ibidem. 25 sept. 1885.

27 Ibidem. 23 sept. 1885.

28 Ibidem. 22 sept. 1885.

29 Bibliothèque du Musée Calvet Manuscrit 5831.

30 C'est ainsi que le correspondant de Gadagne, E. Brémond, du vicomte de Salvador lui écrit le 15 Juillet 1885 : "J'ai compris que si le comité conservateur d'Avignon s'entendait avec les conservateurs de l'Isle, ils pourraient attirer au parti conservateur les républicains modérés de l'opposition Rédier, qui sont nombreux à l'Isle et dans les environs ; une fois cet élan donné et connu, il pourrait faire beaucoup de progrès". Le 21 avril, le délégué d'Apt du parti conservateur avait écrit à Salvador : "Nous espérons voir aujourd'hui.... Mr Appy avec lequel nous nous concerterons pour arrêter ce qu'il y a à faire dans le territoire de Bonnieux". Appy est conseiller général républicain modéré du canton de Bonnieux. Bibliothèque du Musée Calvet Manuscrit 5831.

31 Le Mont Ventoux 20 sept. 1885.

32 L'Union de Vauciuse 25 sept. 1885.

33 Ibidem. 22 sept. 1885.

34 Le Radical Progressiste. 1er oct. 1885.

35 Ibidem.

36 A.D.V.3M2668.

37 Compte tenu de la fraude aux élections d'octobre 1877, il faut remonter en 1876 pour trouver une élection générale où les conservateurs sont partout présents et actifs, confiants dans leurs forces.

38 Archives Fortunet.

39 Le Réveil du Midi 7 oct. 1885.

40 Ibidem.

41 A.D.V. 1J. Papiers Saint Martin.

42 Courrier du Midi – 21 sept. 1889.

43 Fortunet, candidat conservateur à Carpentras, ne dissimule pas ses convictions. Dans sa profession de foi, il indique : "mes préférences pour la forme monarchique ne sont, n'ont jamais été un secret pour personne".

44 A.D.V. 3 M270.

45 Son ami H. de Vichet lui écrit, après que les tentatives pour susciter une candidature de Paris ont échoué : "La fatalité pèse de plus en plus sur nous, et avec des chances certaines de succès, nous allons décourager pour toujours ce parti qui ne demandait qu'à marcher. Il y aurait à en pleurer de rage" Archives Fortunet.

46 Tous les textes explicatifs du retrait de Fortunet se trouvent dans ses archives personnelles.

47 A.D.V. 3M272.

48 M. A. Bernard obtient le soutien de Clovis Hugues, originaire du village de Ménerbes.

49 Le règlement du Congrès prévoyait sa composition :

  • Conseillers généraux et d'arrondissement et maires républicains,
  • délégués des "groupes, cercles, associations républicaines",
  • délégués des communes, élus par le conseil municipal là où il est républicain et là où il ne l'est pas par une réunion de tous les républicains de la commune.

50 Le préfet de Vaucluse indique dans un rapport de décembre 1901 que "l'intervention de Pourquery de Boisserin en faveur du général Mercier, lorsque sa mise en accusation fut demandée à la Chambre des Députés, quelque temps avant le jugement de Rennes, avait provoqué un vif mécontentement parmi les Républicains avancés". A.D.V. 3M272.

51 Le bureau du Groupe de Défense Républicaine était composé du président du Conseil d'arrondissement, du maire d'Althen Les Paluds, du président de Cercle républicain de Mazan et du directeur du canal de Carpentras.

52 Au second tour de scrutin, le candidat conservateur Gardair perd les trois quarts de ses voix. On peut penser qu'une partie de ses électeurs s'est abstenue, mais d'autres n'ont sans doute pas résisté à la tentation d'un vote tactique, "utile" en quelque sorte.

53 Encyclopédie Socialiste, sous la direction de Compère-Morel. Les Fédérations Socialistes. t. IV.

54 Jaurès était venu à Carpentras le 16 mars 1902 soutenir la candidature de Bertrand et il avait parlé "devant environ 6 000 personnes", selon le commissaire de police. A.D.V. 3M272.

55 Le Beffroi, journal d'Apt qui fait campagne pour Laguerre publie le 27 mars un article destiné aux paysans, à propos d'une loi – dite Bender du nom de son promoteur – qui taxe la circulation de la vendange fraiche et pénalise de ce fait les vignerons qui vendent leurs raisins. Le journaliste fait dialoguer deux paysans, et voici les propos qu'il leur prête :

"Pour faire revenir la Chambre des Députés sur cette loi... il nous faudrait un véritable orateur, un maître de la parole, mais tous les autres, ça ne vaut rien.

Si nous votions pour Laguerre, ils peuvent venir avec celui-là."

56 Succès sans lendemain...Laguerre meurt en 1912 et son concurrent malheureux de 1910, Tissier, est élu sans difficulté.

57 Le journal La Croix du Comtat a suivi de près les élections dans l'arrondissement d'Orange. Il a de bonne heure soutenu la candidature de Lacour, négligeant sa référence au radicalisme pour ne retenir que son "libéralisme".

58 L'Eclair. 24 avril 1914.

59 Ibidem. 21 avril 1914.

60 Pourquery de Boisserin est vivement critique pour son vote favorable à la loi de trois ans. La jeunesse républicaine de Robion lui a fait une conduite de Grenoble quand il est venu tenir sa réunion électorale. La Dépêche 25 avril 1914.

61 Après la création du parti radical, ses instances responsables nationales et locales avancent naturellement l'idée de candidats investis par le parti qui seraient les seuls à pouvoir utiliser l'étiquette radicale. Aussitôt les indisciplinés, les candidats qui ont un passé radical et entendent bien s'en servir, protestent avec véhémence et ils trouvent une formule qui n'est sûrement pas sans résonance dans la conscience des vieux républicains : ils s'élèvent contre "la candidature officielle". Ainsi s'expriment notamment Naquet, Laguerre et Saint Martin après leur aventure boulangiste.

62 A.D.V. 3M272.

63 La documentation sur les cercles est concentrée, aux Archives Départementales, dans les liasses 4M82-109. Elle comporte, par commune, des dossiers de demandes d'autorisation, avec un exemplaire des statuts, parfois la liste des membres et plus rarement des indications, fournies par le Maire ou par le conseiller général qui soit approuvent, soit déconseillent l'autorisation sollicitée.

64 A.D.V. 1M758. Le sous-préfet de Carpentras indique dans un rapport du 5 mai 1871 que tous les cercles de Carpentras, à l'exception de la Société Philharmonique, "sont des véritables réunions politiques" et il ajoute, étendant son analyse à l'arrondissement dans son ensemble : "Je n'ai pas besoin de vous signaler le danger d'un pareil état de choses, dans un pays où les passions sont ardentes, et se surexcitent par les libations, les discussions et les rivalités".

65 A.D.V. 1M686

66 A Mornas, le Cercle agricole, ouvert en 1877, est une structure au service des conservateurs. En 1878, le maire l'indique en précisant : "l'établissement de ce cercle a été cause d'une grande désunion et d'une haine implacable dans Mornas, nous avons vu fonctionner les membres de cette association à toutes les élections qui se sont faites depuis le 14 août 1877." Mais le cerle n'est pas pour autant inquiété.

Simplement, en 1881 on voit s'ouvrir un "Cercle républicain".

67 A Mazan, il fallut un an pour que la demande formulée par le "Cercle des agriculteurs" fut acceptée par le préfet, en 1894. Il y eut d'ailleurs intervention du conseiller d'arrondissement républicain, qui ne souhaitait pas que les conservateurs de Mazan puissent apparaître avec l'auréole du martyre !

68 A.D.V. 1M816. Rapport du préfet du 19 avril 1921 qui indique que le parti communiste s'est donné un siège départemental, la Maison du Peuple, à Avignon.

69 Ibidem.

70 Ibidem. Rapport du 29 déc. 1921.

71 Ibidem. Rapport du 12 août 1921.

72 Ibidem. Rapport de Mars 1922.

73 La police s'efforçait de placer des informateurs dans les rangs communistes, et il n'est pas possible de vérifier leurs dires, naturellement.

74 A.D.V. 1M816. Dans un village, l'organisation communiste est signalée en 1921-22 et 1925, et les mêmes militants s'y retrouvent.

75 Ibidem. Rapport de février 1922.

76 Ibidem. A Jonquières, d'après le sous-préfet d'Orange, des défections seraient "pour la plupart des jeunes gens qui ont suivi les conseils de leurs parents".

77 A.D.V. 3M280. Les conservateurs identifient le Cartel des Gauches au Bloc des Gauches d'avant 1914, et ils rappellent "sa triste politique de spoliation, de persécution, d'inquisition fiscale – régime abject d'abdication nationale qui nous a valu l'agression de 1914 et faillit nous coûter la liberté".

78 A.D.V. 1M816. Ce militant communiste était devenu président de la Caisse de crédit agricole de Cavaillon. Dès 1926, un informateur du préfet lui avait prêté les propos suivants, dans une réunion interne : "On pourrait offrir aux paysans autre chose que des grandes phrases sur la Russie des Soviets et le gouvernement Poincaré-Herriot. Ce qui importe surtout, c'est de défendre les paysans qui sont groupés dans les syndicats agricoles détenus en grande partie par des reactionnaires". Il devait être exclu en 1930, dans des conditions obscures, victime sans doute du sectarisme alors triomphant.

79 A.D.V. 1M816. Propos prêtés par un informateur du préfet au secrétaire de la Fédération, dans une réunion interne de décembre 1926.

80 Roumagoux présente en ces termes le parti radical : "Entre les partis de collectivisme et les partis qui se consacrent à la défense des privilèges capitalistes, se place notre parti qui entend faire de la petite propriété individuelle un instrument de libération sociale et de progrès humain, mais qui veut aussi exiger tout ce que le grand capitalisme doit à la nation".

81 Guichard multipliait à la Chambre les interventions mineures qu'il pouvait faire valoir comme correspondant aux intérêts de ses électeurs et il le faisait savoir !

82 Daladier pour la première fois de sa carrière politique apparaît dans l'arrondissement d'Orange et il insiste sur son double rôle : "continuer la défense des intérêts de notre admirable région" et "consacrer toute mon énergie à réaliser l'union nécessaire de tous les républicains". Sur ce dernier registre, il attaque "La Réaction qui s'efforce de faire appel à la haine et à la peur" et "les apôtres de la guerre civile et de la prétendue dictature du prolétariat".

83 La profession de foi des candidats communistes s'adresse aux "Travailleurs vauclusiens" avec une franchise brutale, qui n'est pas forcément habile. On y lit par exemple : "vous vous êtes, dans votre majorité, laissés embrigader par les différentes fractions politiques de la bourgeoisie, parti socialiste compris... Vous vous ressaisirez ! ... Vous reprendrez conscience de vos droits et de vos intérêts de classe".

85 Jean Touchard : La Gauche en France depuis 1900. Paris 1977.p.120.

86 13 voix seulement de majorité pour le Dr Roumagoux, député sortant radical. Le candidat communiste avait retenu sur son nom 256 suffrages.

87 La candidature d'Ulysse Fabre, conseiller général de Vaison et président du conseil général, était destinée à faire équilibre à celle de Louis Gros, député sortant et maire socialiste d'Avignon.

88 Jean Touchard op. cit. p. III cite un texte de Daladier au congrès radical de 1933 qui est un éloge chaleureux du militant rituel".

89 Le fond Requêtes et Recommandations n'est pas encore classé. Un étudiant de Maîtrise travaillant sous ma direction, Louis Amiens, en a fait sous le contrôle de Mr Hayez, Directeur des Services d'Archives de Vaucluse, une première exploration. Il en a extrait les documents du Fonds du Secrétariat Particulier de Daladier, à partir desquels il a rédigé son mémoire de maîtrise : "Un aspect du Radicalisme vauclusien : Daladier et sa clientèle politique entre les deux guerres". Université de Provence 1978. J'utilise ce travail pour l'étude qui suit.

90 La promotion de Bizardel à la sous-préfecture indique que dès 1926 Daladier songeait à s'y présenter à la députation dans la perspective, qu'il connaissait, d'un retour au scrutin d'arrondissement. Dès juin 1924, le Préfet de Vaucluse avait transmis au Ministre de l'Intérieur des propositions "au sujet de la division du département en autant de circonscriptions électorales qu'il a nommé de députés le 11 mai 1924" et il en avait informé Daladier, lui laissant "le soin d'apprécier si vous devez partager ma manière de voir".

91 Clapier est nommé en 1933 conseiller référendaire à la Cour des Comptes. Il occupera la direction du cabinet de tous les ministères auxquels accédera Daladier.

92 Il semble, d'après la composition des dossiers, qu'avec Mr Autrand les rapports du secrétariat particulier et de la préfecture étaient plus ouverts : la ventilation des requêtes adressées à Daladier se fait immédiatement entre les bureaux concernés. Du temps de Clapier, il semble que les circuits étaient plus discrets.

93 Les oiseaux sont attirés par des "appelants", c'est à dire des oiseaux en cage dissimulés à proximité d'un arbre sur lequel les oiseaux chassés viendront se percher. Ces appelants font l'objet d'un commerce très recherché, sur les foires comtadines.

94 Des députés ont d'ailleurs recours à lui, quand leurs propres démarches ont échoué.

95 Des électeurs communistes s'adressent parfois à Daladier, très ouvertement.

96 L'efficacité des interventions de Daladier n'est pas du goût de tout le monde, puisque Gros écrit en 1932 que "les bourses sont, et de loin, insuffisantes et souvent attribuées selon d'autres considérations que celles du mérite et des besoins matériels".

97 Alexandre Blanc a écrit un roman autobiographique, qu'il a intitulé "Député".

98 Le Comité départemental antifasciste s'est doté d'un organe de presse bimensuel, "La Lutte Antifasciste" qui parut du 15 avril 1934 au 1er juin 1935.

99 A.D.V. IM809.

100 A.D.V. 3M285.

101 L'orientation à gauche des électeurs vauclusiens plonge dans la perplexité le journal Marseille-Matin qui le 28 avril écrit :

"Par sa situation exceptionnelle, la richesse féconde de son sol, sa propriété... le Vaucluse a connu et connaît encore une certaine quiétude économique. Pourquoi ses électeurs se laissent-ils gagner par des promesses d'un paradis terrestre bien illusoire, alors qu'ils sont considérés comme des privilégiés que l'on arrive même à jalouser ?

Que leur faut-il de plus pour goûter à beaucoup de charmes de la vie que peuvent nous envier des régions moins favorisées comme l'Ardèche, la Lozère, et où cependant on vote plus sainement, plus sagement" ?

102 Charpier, avec qui je m'étais entretenu, confirmait cette manoeuvre, qui fut très localisée. Le préfet la signale également dans un de ses rapports, sans lui accorder une grande importance.

103 A.D.V. 3M486.

104 Je reprends ici mon étude publiée dans Etudes Rurales – juil. déc.1976 n°63-64.p.207-234, sous le titre de "Gauche et Droite dans les campagnes provençales sous la IIIè République".

105 Les archives communales sont contrôlées par le service des Archives Départementales, qui n'a pas toujours la possibilité et moins encore les moyens de les classer et d'assurer les conditions d'une bonne conservation. C'est pourquoi leur consultation est souvent difficile et plus encore décevante, en raison du désordre qu'on y rencontre, des disparitions qu'on y constate.

106 Dans le bulletin paroissial L'Echo d'Althen-les-Paluds, numéro de février 1936, le curé du village note dans le compte rendu des fêtes de Noël 1935 :

"Quoique l'assistance ait été assez nombreuse, nous sommes obligé de constater qu'une très grande partie de la population d'Althen reste de parti pris indifférente à nos fêtes religieuses. Ici plus qu'ailleurs peut-être, sont rares les personnes à pratique religieuse intermittente, ce qui fait qu'au fond comme affluence il n'y a pas tant de différence que cela entre les dimanches ordinaires et les jours de fête. Notre pays d'Althen, comme souvent on en fait la remarque dans les conversations, paraît donc bien divisé en deux camps bien tranchés".

On peut retrouver les origines de ce clivage : en 1879, le conseil municipal d'Althen avait coup sur coup supprimé l'indemnité de binage au curé, "le nombre de fidèles diminuant chaque jour", et demandé la laïcisation de l'école des filles (Archives communales, Registre de délibérations du conseil municipal).

107 A.D.V. 3M363.

108 Le programme de la liste est le suivant : "Amélioration de la distribution de l'eau potable... ; amélioration de l'éclairage ; construction d'un groupe scolaire ou aménagement des locaux actuels ; entretien des chemins, etc." Il est toutefois ajouté, après l'indication que "nous solliciterons de l'Etat et du département des subventions élevées" : "Dans la réalisation de ces divers projets, nous considérerons comme notre principal devoir de tenir le plus grand compte des facultés contributives des habitants".

109 Rendant compte d'élections municipales à Beaumes-de-Venise en octobre 1885, le sous-préfet d'Orange écrit : "Le parti républicain, découragé par des échecs successifs et manquant de chefs influents et actifs, n'a point entamé la lutte" A.D.V. IM686.

110 A.D.V. IM686.

111 A.D.V. 3M563.

112 Il semble qu'en 1883 les hommes de droite ont mis à profit un certain discrédit du maire – qui devait cependant rester en place jusqu'à la guerre de 1914 ! –, acharné à demander le départ d'une institutrice qu'il critique pour son enseignement, mais qui s'était, à ce que dit le sous-préfet, attiré ses foudres pour avoir refusé "les propositions peu honnêtes" qu'il lui faisait... (A.D.V. 3M487) On doit remarquer que la vie privée des élus municipaux peut être à la source de certains incidents de la vie politique locale.

113 C'est la droite qui a pris l'initiative de la querelle scolaire à Althen, en demandant en 1875 la suppression de l'école laïque de filles, qui était jusqu'alors en concurrence avec une école congrégationiste. Bien sûr, sitôt revenu au pouvoir, en 1879, le parti républicain fit la demande inverse et pour faire bonne mesure lui ajouta la décision de supprimer l'indemnité de binage au curé !

114 A.D.V. 3M42S.

115 Il se fait avec beaucoup de zèle l'intermédiaire et l'interprète des républicains d'Entrechaux auprès du sous-préfet d'Orange.

116 A.D.V. S.T. – Situation de l'Instruction publique.

117 A.D.V. 3M541.

118 A.D.V. 3M395.

119 Le Beffroi – 22 sept. 1907. Paul Veyrac, le maire révoqué, attaque ses adversaires sur leur gauche, ce qui est sûrement une attitude calculée. La violence de ses propos est suggestive de l'âpreté de de l'affrontement : "Ce ne sont pas les quelques énergumènes de la localité, hier encore réactionnaires enrages, se presternant devant l'autel de la Vierge et qui aujourd'hui crient leur républicanisme sur tous les toits, roquets affamés qui attendent un os à ronger, reptiles rampants et vils, usant auprès des simples gens des plus basses calomnies pour essayer de me discréditer, qui m'intimideront"

120 A.D.V. 3M563. Au premier tour, les deux listes étaient à égalité si on calcule la moyenne des voix obtenues par chacune. Mais dans un scrutin aussi serré, deux ou trois voix suffisent à faire la différence ce qui explique que la liste de concentration comptait 9 élus contre 3 seulement à celle du maire sortant. Le deuxième tour acheva la victoire radicale, avec 3 nouveaux élus.

121 A.D.V. 3 M487. Bono est aussi une personnalité politique dans le cadre de l'arrondissement de Carpentras. En 1902, il est l'un des signataires d'un appel à la "Concentration républicaine" qui avant que s'ouvre la campagne électorale recommande l'union au second tour "sur le candidat républicain le plus favorisé" ; il est aussi le président du "Congrès de défense républicaine" qui parraine la candidature radicale-socialiste de P. Vialis, qui sera d'ailleurs élu.

122 A.D.V. 3M595.

123 Archives de l'Archevêché d'Avignon. Il est certain que le rapport de la pratique religieuse à la pratique politique est loin d'être mécanique, puisque la déchristianisation des hommes est du même ordre à Lauris qu'à Roaix, pour un profil politique plus modéré, alors qu'à Althen un fort noyau d'hommes est fidèle à la religion : une soixantaine assistent à la messe, 120 à 130 participent à la communion pascale. Il est vrai qu'à Althen les élections montrent la persistance d'une opposition de droite, même si elle ne se manifeste que par des abstentions concertées et significatives. Cette opposition, bien sûr, se soude autour de l'Eglise.

124 L'équipe municipale élue en 1912 compte deux anciens conseillers "républicains", qui avaient disparu on ne sait pourquoi de l'équipe sortante, un ancien conseiller conservateur et quatre nouveaux.

125 A.D.V. 3M487. On peut penser que la sobriété de la dénomination de la liste de gauche est une réponse au camouflage de la liste de droite. Et il est certain que personne dans le village ne s'est trompé sur la signification des deux titres !

126 La liste de droite précise même "Croix de guerre", "blessé de guerre", "mutilé".

127 Pourtant, à Althen, la droite est présente aux élections municipales de 1925 et elle a constitué une "Liste de concentration républicaine". Mais la distinction est bien faite entre gauche et droite dans cette commune et pour la gauche la référence républicaine n'est plus adéquate à la situation, la question principale est de savoir quel courant de gauche l'emportera.

128 Les deux listes se sont affrontées par voie d'affiche, en un débat d'ailleurs courtois où les sortants affirment qu'ils laissent une situation financière prospère et protestent de leur dévouement et de leur probité. Leurs adversaires constatent la réalité des chiffres avancés et prennent "l'engagement de faire tout ce qui est logiquement possible, au mieux des intérêts de toute la population". L'ombre de Daladier et de son influence plane sur ces élections, d'où sont exclues les grandes questions politiques.

129 Ce conseiller municipal communiste fut déchu de son mandat en novembre 1939, en application des décrets-lois de dissolution du parti communiste français. Le préfet signala alors la présence de trois "communistes militants" à Roaix et il fit procéder à une perquisition en mars 1940 (A.D.V. 1M 815 et 816). Ce sont les seules indications que nous ayons sur la présence d'une organisation communiste à Roaix. Elle ne pouvait être que peu nombreuse, et elle était sans aucun doute très en deçà de l'influence électorale du parti communiste. C'est là un problème réel, qui n'est pas propre à Roaix.

130 De nombreux indices soulignent la présence et la cohérence de la droite à Althen. En premier lieu, tous les éléments statistiques de la pratique religieuse, qui font apparaître, qu'il s'agisse des communions pascales ou du versement au denier du culte, un bloc de 50 à 60 familles. Corroborant ce chiffre, une indication de l'Echo paraoissial d'Althen-les-Paluds, qui annonce, en 1926, 54 adhérents au du parti social français lors d'une élection municipale partielle en 1937.

131 Il est à noter que le candidat communiste qui s'était maintenu au second tour a perdu à Lauris presque toutes ses voix – il passe de 26 à 8 –, alors qu'il en retient le plus grand nombre sur l'ensemble de l'arrondissement. Cela semble indiquer que les communistes laurisiens participent aux côtés des socialistes à la lutte d'influence qui oppose ces derniers aux radicaux.

132 A.D.V. 3M487.

133 A.D.V. 3M428. Le choix d'un maire plus modéré que son électorat et même que son conseil municipal est un cas qui n'a rien d'exceptionnel. Le sous-préfet d'Apt le remarque dans un rapport sur les élections municipales de 1925 : "Cette anomalie s'explique par l'esprit des populations rurales qui aiment avoir un maire ayant une éducation et une situation plus élevées que celles de ses concitoyens et auquel ils pourront manifester plus de déférence. Mais dans ce cas le maire se borne à faire de l'administration et n'exerce aucune influence politique".

134 J'appelle indice de longévité le rapport du nombre des conseillers élus sur l'ensemble de la prériode au nombre des noms qui leur donnent vie réelle. Quand je dis que cet indice est égal à 2, cela signifie que chaque conseiller a en moyenne effectué deux mandats. C'est une mesure grossière, qui gagne à être précisée par la dispersion des conseillers en nombre de mandats accomplis, mais elle permet des comparaisons utiles.

135 A.D.V. 4M99.

136 A.D.V. 7M28.

137 J. Klatzmann – Géographie électorale de l'agriculture française in les Paysans et la politique dans la France contemporaine, sous la direction de J. Fauvet et H. Mendras p. 41. Paris 1958.

138 Dans ses Nouvelles Etudes de Sociologie Electorale (Paris 1954), F. Goguel indique, pour justifier le choix du canton comme unité territoriale :

"C'est... un fait d'expérience, constaté notamment en France par certains membres de l'administration préfectorale, que l'instabilité de l'orientaiton politique de petites communes se concilie parfaitement avec la stabilité de celle des cantons auxquels appartiennent ces communes".

Il n'est pas possible d'isoler les votes paysans dans le canton d'Avignon, ni à partir de 1919 dans celui de Bédarrides.

139 C'est lui qui se livre à de remarquables expériences d'économie agricole sur ses domaines de Gigondas. Il n'y avait malheureusement pas trace de ses activités politiques dans ses archives privées, telles qu'elles m'ont été communiquées.

140 L'indice d'évolution est le rapport du pourcentage de voix obtenues en 1885 à ce même pourcentage pour 1869. S'il est positif, c'est qu'il y a eu progression, s'il est négatif, c'est que l'évolution a été défavorable à la gauche.

141 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. V le rôle de Provane lors de la création de la cave coopérative de Bédoin.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter