Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 2

 | 
Claude Mesliand

Chapitre III. Les paysans vauclusiens et la religion

Texte intégral

1Le comportement religieux des paysans vauclusiens ne peut pas s'étudier d'une manière uniforme tout au long de notre période. Les éléments mesurables que proposent l'âge du baptême, les derniers sacrements, l'assistance à la messe et la communion pascale n'existent pas de façon continue, ou ne nous sont pas toujours accessibles. Il convient donc d'adopter une approche différenciée de cette question, en fonction de la documentation disponible, compte tenu également du contexte politique qui peut permettre une approche indirecte mais aussi précieuse. C'est ce qui nous conduira à évoquer la question scolaire, car elle entraîne des positions tranchées, souvent passionnées, qui ne peuvent pas être sans effet sur l'attitude à l'égard de la religion, au sens à la fois personnel et collectif.

I – VIE RELIGIEUSE DANS LES PAROISSES RURALES (1860-1875)

2Nous savons peu de chose sur la pratique religieuse dans les villages vauclusiens avant les années 1880 : aucune information d'ensemble, seulement des faits relatés par les prêtres dans leur livre de paroisse, accompagnés parfois de commentaires et de données chiffrées. Le problème est de retrouver cette documentation : il faut la chercher sur place, ce qui ne présente guère que des difficultés matérielles, mais elles ne sont pas négligeables. Outre qu'il m'était impossible de me rendre dans toutes les paroisses, il m'est rapidement apparu que les livres de paroisse avaient été très inégalement tenus et qu'il n'était pas rare qu'ils aient disparu. Je ne peux en conséquence présenter qu'une analyse partielle et lacunaire, les faits que j'avance ne peuvent sans risque donner lieu à généralisation.

  • 1 Archives Paroissiales de Robion.

3Le curé de Robion, bourg de 1.500 habitants, proche de Cavaillon, a tenu régulièrement son livre de paroisse de 1843 à 18601. Plus précisémnt, il a consigné les événements marquants de' la vie religieuse et il en retient surtout les démonstrations de masse, témoignages à ses yeux de la vitalité de la foi de son troupeau. Il s'efforce de placer sa pastorale sous le signe de la tradition et il est tout heureux du succès de la fête du Saint Rosaire de 1843, pour laquelle il a obtenu de l'archevêque d'Avignon d'exposer le Saint Sacrement comme cela se faisait avant la Révolution :

"L'affluence des fidèles a été extraordinaire, le nombre des communions a été de 182, le nombre d'adorateurs au-delà de toute espérance...".

4Mais si démonstrative qu'elle puisse être parfois, la foi de ses paroissiens doit être stimulée et c'est l'objectif de la mission qui se déroule du 21 mars au 12 avril 1847, minutieusement organisée et se terminant par la communion générale des femmes, au nombre de 500, puis des hommes qui y sont venus à 200. Le prêtre analyse en termes mesurés ce succès :

"Vu l'esprit du pays, il n'y a eu en général que des éloges à leur (ses paroissiens) donner, tout s'est passé avec calme et piété, cependant les jeunes gens en général ne se sont pas présentes.

Après la mission nous avons eu la consolation d'entendre en confession bien des hommes et quelques jeunes gens qui avaient été retenus par le respect humain".

5Il y a donc un "esprit du pays" qu'il faut combattre et qui retient les hommes d'accomplir leurs devoirs religieux. Lors de la communion solennelle qui s'est déroulée le 13 février 1848, le prêtre se félicite de ce que "presque tous les parents se sont approchés de la Table Sainte". Et c'est un événement, puisque "jamais première communion n'avait été aussi édifiante dans la paroisse". Mais le monde et ses tentations, politiques et frivoles, contrarient sans cesse les efforts du curé qui constate à Pâques 1848 que

"par suite des événements politiques et surtout à cause des élections qui eurent lieu le Saint Jour de Pâques grand nombre d'hommes ne firent pas leurs pâques selon leur coutume ; le nombre des filles fut inférieur à celui des années précédentes, en général ce ne fut que celles qui fréquentaient les danses qui ne se présentèrent même pas à confesse".

6La crainte du curé et de sa sévérité y est d'ailleurs sans doute pour quelque chose, puisqu'il ajoute en ‘nota bene" :

"nous avons appris que grand nombre de filles, c'est-à-dire que toutes les danseuses avaient été se présenter à Taillades et à N.D. de Lumières où elles ont été admises à la première fois".

7Que penser de ces manifestations de foule, où s'exprime une pratique religieuse ostentatoire, telles que le jubilé de 1851, avec exercices religieux s'étendant sur quatre semaines, des centaines de communions d'hommes et de femmes, l'érection d'une croix devant des milliers de fidèles venus des paroisses voisines ? La foi des habitants de Robion est-elle correctement mesurée par leur participation à ces fêtes dont le succès est ambigu puisque le jubilé de 1852 –cette fréquence est peut-être excessive – s'ouvre par une procession qui "fut si solennelle et si imposante qu'elle ranima le zèle des paroissiens et dissipa l'indifférence avec laquelle on avait accueilli le nouveau jubilé". Et les communions qui marquent sa fin sont effectivement moins nombreuses que celles de l'année précédente. On aimerait savoir comment se déroule la vie religieuse de la paroisse, dans l'intervalle de ces grandes fêtes qui permettent à bon compte de se mettre en règle avec sa conscience et les exigences du prêtre.

8Celui-ci n'est sans doute pas dupe et l'on peut penser que l'intérêt qu'il porte à l'école traduit un dessein pastoral visant à combattre "l'esprit du pays". Il y avait à Robion une école publique confiée à un instituteur laïque et les frères Maristes n'avaient pu ouvrir qu'un établissement privé, qui végétait. En 1858, 57 pères de famille pétitionnent près de l'Inspecteur d'Académie pour demander que l'école publique soit confiée à des religieux car, écrivent-ils :

  • 2 A.D.V.S.T. Situation de l'Enseignement Primaire.

"nos enfants aussi mal soignés sous le rapport de la science que de la religion ont besoin d'une autre école que la sienne (l'instituteur laïque)"2.

9Le conseil Municipal suit, non sans quelque réticence que le curé explique clairement dans une lettre à l'Inspecteur d'Académie où il établit le rôle majeur qu'il a joué dans cette affaire :

  • 3 Ibid.

"J'ai appris qu'il était survenu quelque hésitation au sein de l'autorité municipale, relativement aux dépenses que celle-ci pourrait être obligée de faire à l'occasion de l'établissement des frères dans notre commune, mais je viens vous informer (...) que j'ai enlevé cette difficulté en déclarant à Mr le Préfet que je me charge de tous les frais de cet établissement. J'ai aussi donne avis de cette démarche à Monseigneur et sa Grandeur est heureuse dans la pensée que par vos soins, notre établissement va commencer a renouveler le pays qu'elle a confié à ma garde"3.

10L'enjeu est nettement défini, et l'on retiendra qu'il est bien antérieur aux lois scolaires de la Troisième République, dans la logique d'une pastorale qui sent lui échapper les adultes et reporte tous ses espoirs sur les enfants.

  • 4 Archives Parsoissiales de Vacqueyras. Un cahier, intitulé "Historique de la Paroisse" relate sa vi (...)
  • 5 Le curé écrit qu'à la fin du Jubilé de 1851 "tous les hommes à quelques faibles exceptions près se (...)

11Il ne semble pas que nous soyions en présence d'une démarche isolée, puisque nous observons des faits analogues à Vacqueyras4, dans le canton de Beaumes-de-Venise. Là aussi, le culte est scandé par de grandes fêtes : jubilés de 1851, de 1854, de 1858, que le prêtre évoque avec grande satisfaction, comptant les communions et, elles sont en effet fort nombreuses5. Mais la présence d'une école laïque ne lui convient pas, et il raconte avec luxe de détails comment il a réussi à lui substituer une école congréganiste, en 1856 :

"... Il fallut se résoudre à attendre des circonstances meilleures, mais nous eûmes soin de fomenter ce projet dans l'esprit des pères et des mères de famille et de faire désirer sa réalisation. L'année suivante au mois de mai 1855 une crise municipale opéra un revirement dans les autorités locales (...) et Mr Blanchard instituteur et secrétaire de mairie, dépossédé de son secrétariat, opta pour un changement et fut transféré à Beaumes et son épouse (l'institutrice) aussi.

Dès lors la principale difficulté se trouvait levée, le nouveau maire et son adjoint (...) hommes intelligents comprirent parfaitement que le moment d'agir était arrivé".

12Le prêtre indique d'ailleurs qu'il avait agi de la même manière à Ville-sur-Auzon, sa paroisse précédente, et qu'il y avait été encouragé par l'archevêque d'Avignon. Il paraît incontestable que c'est le clergé qui a pris l'initiative d'une attitude conquérante à l'égard de l'école. Ceux que son attitude heurtait étaient alors dans l'impossibilité de s'opposer sérieusement à ses manoeuvres, mais on peut penser que le souvenir n'en fut pas perdu.

  • 6 A.D.V.S. 2 I n° 10 : "Fragment de Journal de l'abbé Magnin, curé".

13Nous pouvons d'ailleurs le vérifier à Velleron. L'abbé Magnin, lorsqu'il y arrive en 1869, commence un journal qu'il poursuivra jusqu'à la fin de 18736. Attentif à la fréquentation des offices, il note que les fêtes de Noël ont été satisfaisantes, notamment la messe de Minuit : "le plus grand recueillement a régné malgré la très nombreuse assistance, l'église était comble. J'ai été heureux d'y voir un grand nombre d'hommes et de jeunes gens". Et il se réjouit de la présence des autorités. Mais il déchante rapidement, car le jubilé qui se déroule immédiatement après révèle une indifférence qu'il précise ainsi :

"Le résultat de ces saints exercices a été loin de satisfaire les espérances que j'en avais conçues : une dizaine d'hommes et à peu près 80 femmes ou filles (ont communié)".

14Impression confirmée par la fête de Saint-Marc, pourtant très populaire, donnant lieu à une procession. Là aussi, "peu d'hommes". Et il lui faut féliciter vivement, au moins pour les préserver du découragement, ceux qui ont fait le 24 mai 1870 le pèlerinage de Saint Gens "pour demander le bienfait de la pluie". Ils étaient plus nombreux qu'il ne s'y attendait et il est monté en chaire au retour

"pour féliciter tout le monde de la manifestation de ce jour ; que peut-être ils seraient critiqués, appelés niais, mais que les niais n'étaient pas eux mais ceux qui de manière si déraisonnable n'avaient point de principes".

15Une paroisse sans empressement, indifférente, telle est l'impression qu'on retire de la lecture du journal de l'abbé Magnin. Mais de l'indifférence à l'hostilité, le chemin est très court et il passe par un événement politique. Le 4 septembre 1870 en effet, le prêtre note :

"Chute de l'Empire annoncée à 10 h 1/2 du soir. A 2 heures du matin, sonnerie folle des cloches, après avoir enfoncé la porte extérieure du clocher".

16Sans doute, on peut penser que le curé a refusé de l'ouvrir. Mais c'est un acte bien grave d'aller contre la volonté du prêtre. Et on ne s'en tient pas là puisque le registre de délibérations du Conseil Municipal nous apprend que le 27 septembre 1870 le Comité Républicain de Défense Nationale – qui a pris la place du conseil mis en place sous l'Empire –

"considérant qu'il convient de soustraire au plus tôt les jeunes enfants des écoles à l'influence décevante des congrégations religieuses en leur retirant l'instruction pour la confier désormais à des maîtres ou maîtresses laïques justifiant des capacités requises, que les idées et les aspirations des temps nouveaux réclament impérieusement cette transformation"

  • 7 Arch. Communales de Velleron.

17décide de relever de leurs fonctions les institutrices congréganistes7. Pour bien comprendre la signification de cette mesure, il faut savoir que l'école de filles avait été confiée à une institutrice laïque jusqu'en 1859, date à laquelle elle avait démissionné pour être remplacée par deux religieuses. Les Républicains de Velleron assurent que l'opération avait été montée par le prêtre et les "cléricaux" du village, et il faut reconnaître que les manoeuvres reconnues par les curés de Robion et de Vacqueyras donnent du poids à leurs dires.

  • 8 L'abbé Magnin raconte en. ces termes la soirée des élections à l'Assemblée Nationale, qui a vu la (...)

18Velleron est le premier village vauciusien à s'engager dans la querelle scolaire et aussi à connaître des actes indiscutables de refus de la religion : le premier enterrement civil y est signalé par le prêtre le 29 mars 1871 et ce n'est pas un acte isolé, puisque le mois suivant il en annonce deux autres, dont celui d'un enfant, et à la fin du mois de juin le bilan est de six. Le prêtre fait face comme il peut, il a dû supprimer la messe de Minuit de 1870, il parle en chaire sur le châtiment de Dieu "qui a promis des bénédictions aux nations qui lui sont fidèles et des malédictions si elles sont infidèles à ses commandements". Il fait un prône sur l'enterrement civil, essayant de prendre à leur propre piège ceux qui y assistent car "par tant d'honneur rendu au mort, ils ont proclamé sa supériorité sur la brute, proclamé par conséquent l'existence de notre âme, sa spiritualité, son immortalité". Un peu plus tard, en 1872, il fait un sermon sur l'orgueil, qui lui est une occasion de tonner à la fois contre l'Exposition Universelle de 1869 et contre l'athéïsme et qui prépare un autre sermon sur "l'amour de l'argent considéré comme la cause de nos malheurs"... Comment pourraient entendre ce discours les paysans de Velleron en proie à la crise de la garance ! Mais la solitude du prêtre, douloureusement révélée à lui-même par la conjoncture politique8, vient de plus loin et de plus profond. Elle est dans la logique d'un détachement religieux déjà ancien, dont nous ne pouvons d'ailleurs suivre les étapes ni analyser le mécanisme, que le clergé a probablement contribué à durcir, malgré les apparences, par une pastorale agressive – les manoeuvres contre les instituteurs laïques sont à cet égard significatives – et maladroitement moralisante. L'engagement sans réserve des prêtres dans le camp des Monarchistes, après la chute de l'Empire, ne peut manquer dans ces conditions de mettre le feu aux poudres.

  • 9 Archives paroissiales de Cadenet.
  • 10 Le curé relate ainsi l'accueil réservé à l'Archevêque d'Avignon lors de sa visite du 19 Avril 1866 (...)

19Le conflit, révélateur d'une foi très ébranlée dans la masse de la population, passe inévitablement par les autorités et représentants en qui celle-ci se reconnaît. Il n'est pas forcément circonscrit à l'école, comme nous l'apprend le curé de Cadenet dans son registre paroissial9. Cadenet est une de ces très nombreuses paroisses vauclusiennes où la pratique des hommes laisse à désirer : elle se réveille périodiquement, à grand renfort de jubilés ou de missions, mais on sent bien que ce sont des sursauts fragiles, que l'inquiétude du prêtre est permanente. Cependant tout est calme jusqu'à la chute de l'Empire, le curé se plaît à souligner la considération dont l'entourent les autorités municipales, qui entraînent avec elles la population aux cérémonies religieuses10. Sans aucun doute, l'influence des notables, dans un temps où le pouvoir politique s'appuyait sur eux au profit de l'ordre établi, a masqué pour une part l'affaiblissement de la conscience religieuse.

20Mais à Cadenet ces notables, qui tenaient la mairie, doivent en 1870 s'effacer devant un Comité de la Défense Nationale. Et celui-ci veut imposer son autorité au prêtre dans un domaine qui jusqu'alors ne lui était pas discuté : l'ordonnancement des enterrements. Les Républicains de Cadenet s'en prennent à la hiérarchie des convois funèbres, fondée sur un triple tarif et le curé en est si surpris qu'il se contente de reproduire sans conmmentaire le texte de la délibération prise par les nouveaux édiles, qu'il considère comme des usurpateurs... Cette délibération dénonce les "abus criants" auxquels a donné lieu le classement des obsèques en trois catégories

"de telle sorte que le pauvre est porté en terre avec une précipitation, un cérémonial et une parcimonie d'ornements qui trahissent l'indigence du trépassé, tandis qu'on réserve au riche les chants solennels et le luxe des ornements"

21elle souligne que ces pratiques

"sont en opposition formelle avec les principes de la religion et ne font qu'aggraver la division et la haine entre les citoyens qui auraient intérêt à s'unir".

22et elle établit un tarif et un convoi uniques

"considérant ... que les ministres du culte qui reçoivent un traitement de l'Etat et un logement de la commune indépendamment du casuel proprement dit, peuvent vivre honorablement sans avoir recours au trafic des cierges et des ornements de l'église à l'occasion des obsèques d'un citoyen".

  • 11 A Oppède, un problème analogue est posé en 1872. Le Conseil Municipal demande un nouveau tarif, mo (...)

23On ne peut s'y tromper, la pointe est dirigée contre le clergé et c'est habileté qu'elle aille chercher sa justification dans les principes de l'Eglise !11. Mais on ne peut isoler les conflits qui commencent à surgir dans les villages vauclusiens entre les prêtres et les Républicains d'un contexte religieux caractérisé par une foi vacillante, artificiellement maintenue par des manifestations spectaculaires qui ont, aux yeux de leurs acteurs, une fonction d'alibi bien plus qu'elles ne sont l'expression d'une conviction profonde.

  • 12 Archives paroissiales de Mazan.
  • 13 Au recensement de 1872,1a population de Mazan est de 3 246 habitants. La proportion des communiant (...)

24Il y a, certes, des paroisses où la foi et la pratique se maintiennent à un niveau élevé. C'est l'impression qui se dégage à la lecture du coutumier paroissial de Mazan, établi en 187112. Les écoles de ce village sont congréganistes, et l'encadrement religieux est assuré par un nombre impressionnant de congrégations et confréries : Congrégation de Ste-Philomène, Grande Congrégation des Filles et Congrégation des Femmes pour l'élément féminin ; Congrégation de St-Louis de Gonzague, Congrégation des Hommes, Confréries des Pénitents Blancs et des Pénitents Noirs pour l'élément masculin. Toutes ces associations assurent une activité religieuse permanente à l'église, drainant vers les processions dans un ordre soigneusement établi toute la population qui se trouve prise dans un réseau très efficace. Les hommes ne se dérobent pas, le curé explique comment il organise la retraite pascale des hommes, confiée à un prêtre étranger à la paroisse pour s'assurer au moins un succès de curiosité, et il annonce pour 1871 le chiffre considérable de 600 communions d'hommes13. La fête de la Congrégation des Hommes, le dimanche de l'octave de l'Assomption, est préparée sur toute la semaine : bénédiction du Très Saint Sacrement, confessions chaque soir et le dimanche "on commence par une procession autour du cimetière puis a lieu la grand messe qui est aussi la messe de communion générale pour les congréganistes". Pratique apparemment exemplaire, et qui pourtant n'est pas dépourvue d'ambiguïté puisque le curé indique qu'il a supprimé une vieille tradition qui conduisait chaque soir au cimetière où l'on allumait des feux et où l'on faisait partir des pétards... Ainsi, le profane et le sacré se mêlaient intimement, d'autant plus que le prêtre fait à son coutumier une confidence à l'usage de ses successeurs que par pudeur il écrit en latin : "Caveant venerabiles successores ! filii et filiae plures cimeterium tanquam lupanar adibant".

  • 14 Archives paroissiales de Vilielaure – Cahier des acquisitions et réparations de l'église.
  • 15 Ibid. Livre de Paroisse.

25Mais plus nombreux sont les villages dont les prêtres reconnaissent une foi déclinante, avant même que les querelles politiques ne leur fournissent une explication de toute évidence trop facile. A Villelaure, le curé entreprend en 1873 la restauration de la chapelle St-Marc, patron de la paroisse14, et la somme prévue à cet effet se révèlant insuffisante il faut organiser une quête, après qu'une souscription volontaire ouverte au presbytère n'eut recueilli qu'un seul don. Les fabriciens se sont fait beaucoup prier pour organiser cette quête car ils "avaient peu de confiance en la générosité de leurs concitoyens" et ils n'avaient pas tort puisqu'ils n'ont trouvé que 41 donateurs, pour une somme de 107 F.... Sans doute, la crise de l'agriculture est alors sévère, mais cela n'explique pas pareille indifférence. Elle est bien inscrite dans la conscience des gens, puisqu'à Pâques 1875 le prêtre observe que 15 premiers communiants de l'année précédente – sur 32 – ont fait leurs Pâques et qu'un seul des communiants de 1873 s'est présenté à l'autel... Quant au Jubilé de 1876, "125 femmes ou filles se sont approchées des sacrements et 20 hommes ou jeunes gens. C'est tout ce que nous avons recueilli"15.

26Même désolation à Althen-les-Paluds. Le prêtre avait fait de grands efforts pour un grand Jubilé en 1875, et il doit avouer son échec :

  • 16 Archives paroissiales d'Althen-les-Paluds. Livre de paroisse.

"Avec un inexprimable regret, nous devons constater que les fidèles n'ont point répondu à l'attente de notre excellent missionnaire. Les prédications ont été médiocrement suivies, par les hommes principalement et surtout par les jeunes gens. Les filles même n'ont répondu que faiblement, et il est déplorable que celles qui, depuis trop longtemps, se livrent aux dissipations du monde n'aient point voulu profiter du temps favorable et d'une occasion si salutaire. C'est donc avec une douleur profonde que nous signalons cette défection de la paroisse d'Althen-les-Paluds et ce dédain, irréfléchi sans doute, de la grâce de Dieu"16.

27Mais que faut-il entendre par les dissipations du monde ? Le prêtre n'est-il pas – et ce n'est pas un cas isolé – en discordance telle avec l'évolution des moeurs qu'il éloigne de son église certaines de ses ouailles ? Nous avons quelques raisons de le penser, à la lecture du règlement de la Congrégation de la Sainte Vierge, créée pour les filles, "dans le but d'offrir aux jeunes personnes un moyen de mener une vie véritablement chrétienne et de les préserver des dangers du monde". Les congréganistes doivent avoir une conduite publique exemplaire, il est souhaitable qu'elles n'aient d'autre lecture que les livres de piété et l'exclusion est prévue en cas "d'inconduite", terme générique qui recouvre la fréquentation des bals, des cafés chantants et des promenades publiques fréquentées par les jeunes gens... A ce compte, la congrégation se vide : de 1868 à 1881, 35 exclusions ont été prononcées, soit le quart des jeunes filles qui y ont été admises !

28Ce qui caractérise la foi et la pratique religieuses dans la paysannerie vauclusienne, au moment où va s'engager la bataille pour la République, c'est le conformisme où perce l'indifférence, l'impatience devant un discours religieux moralisant et étroit et des pratiques dont le rituel compte plus que le contenu. Dans une société où les hommes sont beaucoup plus libres que les femmes, il est normal que ce soit chez eux que l'on observe les réticences les plus vives, mais la jeunesse manifestement ne s'engage pas dans la voie de la persévérance, et les prêtres sont nombreux à s'en inquiéter. Leurs réactions sont d'ailleurs maladroites, ils ne résistent pas à la tentation d'incriminer les familles et, dans l'esprit de la loi Falloux, assignent à l'école une fonction d'éducation religieuse dont se soucient peu, justement, le plus grand nombre des familles. Ainsi l'Eglise, avec quelque imprudence, prend-elle l'initiative de faire de l'école un enjeu religieux autant que politique.

II – L'EGLISE ET LA RELIGION DANS LA BATAILLE POUR LA REPUBLIQUE

29En Vaucluse comme partout en France, l'Eglise catholique est descendue dans l'arène politique quand, après la chute de L'Empire, s'est posé le problème du choix d'un nouveau régime. Mon propos n'est pas d'analyser son intervention politique, directe ou indirecte, mais de montrer comment, du fait même de cette intervention, elle s'est exposée à des mesures qui prennent le caractère d'une riposte plus que d'une attaque délibérée, visant à réduire son influence. On ne peut séparer là le politique du religieux, car c'est par son enseignement doctrinal, les principes qu'elle exalte ou, au contraire, qu'elle condamne, que l'Eglise, par la médiation de ses prêtres, acquiert et exerce une réelle influence sur ses fidèles, qu'elle utilise incontestablement pour inspirer et orienter leurs choix politiques. On est en droit de penser – c'est en tout cas l'hypothèse de travail que j'adopte – que dans cet affrontement où l'Eglise a choisi son camp, les coups qui lui sont portes sont d'autant plus rudes et aussi d'autant plus facilement acceptés par la population que son influence était déjà, au préalable, affaiblie, bien au-delà des apparences que contribuaient d'ailleurs à maintenir les bonnes relations qu'elle entretenait avec le pouvoir politique. Privée de cet appui, d'où lui venait une part non négligeable de son autorité, soumise à des pressions diverses mais convergentes, qui visent à enfermer le prêtre et la religion dans l'église, il est évident que l'Eglise est confrontée à une situation tout à fait nouvelle, incontestablement défavorable à la diffusion et à l'écoute de son message. Il y a donc un rapport dialectique entre l'intensité du sentiment religieux et le succès ou l'échec des mesures, de nature politique, qui visent à réduire l'influence de l'Eglise, et une dynamique se met en place, qui peut précipiter la perte d'influence observable avant même que les événements politiques ne la révèlent au grand jour.

A – GENESE DE LA QUESTION SCOLAIRE

  • 17 A.D.S.T. Délibérations du Conseil Départemental de l'Instruction Publique. A Pernes et Bédarrides, (...)
  • 18 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général. Année 1871.
  • 19 Ibid. Année 1872.

30Depuis le vote de la loi Falloux, l'Eglise catholique n'avait cessé d'accroître son avantage, et nous avons vu que patiemment, méthodiquement, sa politique avait tendu à installer des instituteurs et institutrices congréganistes dans le plus grand nombre possible de villages vauclusiens. Dès que les Républicains eurent assis leur pouvoir dans le département – Comités Républicains de Défense Naionale prenant la place de nombreuses municipalités, renouvellement du Conseil Général en octobre 1871 –, l'enseignement primaire apparaît comme une de leurs premières et majeures préoccupations. Mais il ne semble pas qu'il y ait de leur part action concertée pour remplacer les instituteurs congréganistes par des laïques : outre le cas de Velleron déjà évoqué, le Conseil Départemental de l'Instruction Publique n'est saisi en 1871 et 1872 que de trois démarches en ce sens, provenant de l'Isle-sur-Sorgue, Pernes et Bédarrides et le temps qu'il les examine –avec une méfiance où transparaît une hostilité incontestable – la conjoncture politique sera redevenue favorable aux Congréganistes...17. Plus significative de la visée politique des Républicains vauclusiens est la décision de créer au sein du Conseil Général une "commission d'étude pour examiner la situation et les besoins de l'instruction primaire", le 14 novembre 187118. Elle se met rapidement au travail et présente son rapport, confié à Mr Avon conseiller du canton de l'Isle-sur-Sorgue, le 12 avril 187219.

31Rapport sévère sur l'installation matérielle des écoles, car les locaux sont exigus, malpropres, parfois même insalubres. Mais ce n'est pas le point le plus important, l'attention des membres de la commission s'est portée plus encore sur les moyens et méthodes pédagogiques et ils observent, que, à côté d'indigentes dotations en matériel scolaire – tableaux, cartes, livres... –

"en revanche, on trouve répandus partout à profusion les portraits de Pie IX, les tableaux religieux de toute espèce, les inscriptions les plus orthodoxes, les statues de Jésus et principalement les images et statuettes de la Vierge. C'est un vrai luxe de petites chapelles et de simulacres catholiques".

32La présence multiforme de la religion s'accompagne de pratiques de dévotion dont ils donnent un exemple qui manifestement les scandalise :

"Dans une école de filles (une école laïque), chaque élève qu'un membre de notre commission invitait à lire faisait précéder sa lecture d'un signe de la croix et d'une petite invocation au Saint Esprit".

33Et ils indiquent sans équivoque la voie qui devrait être suivie :

"Un très grand nombre d'instituteurs seraient satisfaits de voir rayer du programme de l'enseignement les mots : instruction religieuse. Cette suppression qui les dispenserait de faire réciter le catéchisme et les pieuses légendes de l'histoire sainte serait, hâtons-nous de le dire, fort bien accueillie par l'immense majorité".

  • 20 On peut lire dans le rapport du Directeur de l'Ecole Normale d'Avignon à la commission de Surveill (...)

34Il n'est pas du tout certain que la majorité des instituteurs, même laïques, soient d'accord avec cette conception de l'enseignement primaire20, mais c'est bien celle du Parti Républicain et elle est plus ambitieuse qu'une simple substitution d'instituteurs laïques à d'autres congréganistes.

  • 21 A.D.S.T. Délibérations du Conseil Départemental de l'Instruction Publique.
  • 22 Ibidem. A Entrechaux, le curé a légué à la Fabrique un capital assurant en rentes de l'Etat un rev (...)

35Le clergé ne s'y trompe pas, même si le régime de l'Ordre Moral, de 1873 à 1877, interdit aux Républicains toute avancée vers leurs objectifs. Assuré d'être appuyé par le préfet, d'être suivi par le Conseil Départemental de l'Instruction Publique, il durcit sa position sur l'école pendant ces années, sans se soucier le moins du monde des conséquences que pourrait avoir son intolérance dans un autre contexte politique. En 1873, il inspire la condamnation prononcée contre deux instituteurs de Cavaillon, révoqués et interdits d'enseignement pour cause d'athéisme par le Conseil Départemental de l'Instruction Publique21. C'est encore lui qui non seulement est à l'origine du refus opposé à plusieurs demandes formulées par les Conseils Municipaux de laïciser les écoles communales, à Ansouis, Malaucène, Ménerbes, mais encore fait prendre des décisions inverses en faveur des Congréganistes, à Entrechaux, Roussillon, Rasteau, Althen-les-Paluds22. Mais c'est à Velleron qu'on peut le mieux imaginer les suites inévitables de l'intolérance aveugle du prêtre. On le sait, c'est un village profondément républicain, attaché à l'école laïque et d'un catholicisme très tiède. Le 21 octobre 1876, son curé écrit au préfet une lettre qu'il vaut mieux reproduire, car tout commentaire affaiblirait son contenu :

"Depuis bientôt trois ans que je suis dans cette paroisse de Velleron, je n'ai cessé de me préoccuper des effets désastreux que produirait dans ce pays, d'ailleurs tout catholique, l'admission des enfants non baptisés dans ses écoles primaires.

Après le 4 septembre 1870, plusieurs familles, troublées et intimidées par quelques meneurs exaltés, ne firent plus baptiser leurs enfants. Mais depuis que le calme s'est rétabli, la plupart de ces familles égarées sont rentrées dans le devoir, et je puis constater avec satisfaction que le nombre des enfants non baptisés diminue chaque année et que plusieurs de ceux qu'on avait d'abord privés du baptême, ont été ensuite présentés aux fonts baptismaux.

L'arrêté préfectoral, en date du 17 octobre 1875, interdisant l'entrée dans toutes les écoles du département à quatre enfants de ce pays qui refusaient obstinément de se soumettre aux pratiques religieuses exigées par le règlement n'a pas peu contribué à cet heureux retour. Néanmoins tous ne sont pas revenus. Les plus tenaces restent encore et comptent, vainement je n'en doute pas, sur votre appui ; ils envoient à l'école, au mépris de l'arrêté ci-dessus énoncé, et du règlement scolaire, leurs enfants qui ne suivent aucun culte et dont l'un – c'est le fils de Mr le Maire –, n'est pas baptisé.

  • 23 Archives Paroissiales de Velleron.

Mon devoir est de vous signaler dès leur début ces faits regrettables afin que vous puissiez plus facilement, avant qu'ils n'aient répandu la contagion, les réprimer"23.

36Le curé de Velleron, d'une certaine manière, est dans son droit, il demande le respect de la réglementation dont il souligne bien involontairement la raideur sectaire. Il ne fait aucun doute que de tels comportements – qui ne sont pas isolés car ils sont dans la logique de la conception qu'ont alors les prêtres de leur ministère –contribuent fortement à rendre populaire le programme scolaire du parti républicain, dans des villages où la religion est vécue comme une pratique saisonnière, empreinte de sociabilité et dénuée de contraintes. Il faut, par ailleurs, tenir compte du contexte politique : les Républicains de Vaucluse ne peuvent tenir le comportement agressif du clergé comme indépendant d'autres mesures politiques qui les briment durement, dont ils savent bien que, localement, elles réjouissent les prêtres quand ceux-ci ne les ont pas souhaitées voire inspirées. L'Ordre Moral est une période de répression dans le Vaucluse, avec la dissolution de nombreux conseils municipaux, la fermeture de tous les cercles ou Chambrées soupçonnés d'être des structures de rassemblement et d'action pour les Républicains. Un climat politique est créé, d'où il n'est plus possible de tenir le clergé et l'Eglise à l'écart, et c'est ainsi que se mettent en place les conditions d'une vie politique dont l'un des enjeux est l'influence idéologique et politique des prêtres et des cléricaux dans les villages.

37Il n'est pas possible d'établir la statistique des élèves et des enseignants dès écoles primaires pour les seules communes rurales. Elaborée sous la responsabilité de l'Inspecteur d'Académie pour le département dans son ensemble, elle ne déforme pas gravement la réalité de la situation dans les communes rurales, et l'on voit bien qu'en 1875 – date qui constitue le sommet des positions détenues par l'enseignement congréganiste – le clergé disposait d'un avantage considérable. Sans doute le contenu de l'enseignement était identique dans toutes les écoles publiques, mais les congréganistes étaient naturellement pour les curés des collaborateurs et des soutiens privilégiés. Il est donc significatif, dans le contexte politique nouveau qui s'impose après les élections d'octobre 1877, que surgisse avec force la revendication de "laïcisation" des écoles publiques communales.

B – LE MOUVEMENT DE LAICISATION DES ECOLES ET DE LEURS ENSEIGNANTS

38On est en présence d'un mouvement trop important pour qu'il ne soit pas concerté, voire coordonné. Il démarre très tôt, des 1877, et comme il ne se heurte plus à l'opposition du Conseil Départemental de l'Instruction Publique ni du préfet, les premiers succès qu'il connaît constituent un encouragement pour les Républicains des villages dont les autorités municipales étaient moins empressées à agir dans ce sens. Dans la réunion que tiennent en septembre 1879 les délégués cantonaux, sous la présidence du préfet, l'Inspecteur d'Académie analyse la question scolaire telle qu'elle lui apparaît à la lumière des voeux et décisions pris dans beaucoup de communes, et il perçoit :

"un mouvement, une aspiration générale des municipalités et des populations... Ce mouvement se caractérise par plusieurs tendances :

  • 24 Bulletin Départemental de l'Instruction Publique. Année 1879 n°8.

Tendance à la laïcité de l'enseignement primaire
Tendance à la gratuité absolue
Tendance à demander à l'école une instruction plus forte
et plus développée
Tendance à améliorer l'organisation et l'installation des
écoles"24.

39Il ne faut pas sous-estimer le désir des autorités académiques et municipales d'améliorer la qualité de l'enseignement, et sur ce point la vulnérabilité de l'enseignement congréganiste est évidente. Dans son rapport de 1879 au Conseil Général, l'Inspecteur d'Académie précise que

  • 25 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général. Année 1879.

"au point de vue des titres de capacité, cet enseignement se place dans une infériorité trop évidente, trop palpable pour ne pas frapper les esprits. Sur 163 instituteurs de cette catégorie, 87 sont dépourvus du brevet ; sur 233 institutrices congréganistes, 210 ne produisent aucun titre"25.

  • 26 A.D.V.S.T. Situation de l'enseignement primaire.
  • 27 Cela n'empêche pas les inspecteurs primaires d'analyser en termes politiques la situation des écol (...)

40On dispose des rapports des inspecteurs primaires pour l'année 188326 ; ils confirment indiscutablement cette infériorité, même si certains sont favorables, voire élogieux. La diversité des appréciations montre bien qu'elles ne relèvent pas d'un parti pris d'ordre idéologique27, elle traduit la très grande inégalité des compétences, héritage qui joue désormais contre les congréganistes.

41Mais c'est bien l'enjeu idéologique et politique qui est le plus important, c'est lui qui détermine les positions résolument antagonistes des conseils municipaux et des prêtres, chaque fois qu'il est question de laïciser une école. On le voit bien à Ménerbes, où le conseil municipal a demandé en février 1878 la laïcisation de l'école publique des garçons. L'Inspecteur Primaire n'y est pas favorable, il estime que la demande est le reflet des querelles locales. Mais le curé intervient près de l'archevêché, et sa lettre, outre les éloges qu'elle contient pour les congréganistes, permet d'entrevoir ce qui est en question :

  • 28 A.D.V.S.T. Situation de l'enseignement primaire.

"Je m'abstiens de faire ressortir ici les avantages immenses que l'Eglise, le culte, la religion trouvent dans la coopération de ces bons religieux.... Cette affaire est pour nous capitale"28.

42C'est bien ainsi que l'entend également le conseil municipal, qui démissionne devant l'hésitation de l'administration à lui donner satisfaction. Il est aussitôt réélu, ce qui montre bien que la population dans sa majorité le suit, et c'est alors qu'il obtient la laïcisation de l'école de garçons. Trois ans plus tard, ce sera le tour de l'école de filles.

  • 29 A. Dansette – Histoire Religieuse de la France contemporaine. Paris 1951.T.II.p. 91-92.

43Le vote des lois scolaires de 1882 et de 1886 n'interrompt pas le mouvement en faveur de la laïcisation des écoles publiques. Certes, le principe de laïcité de l'enseignement est acquis depuis 1882 mais la question des personnels ne sera réglée qu'en 1891 pour les instituteurs et à mesure des vacances de postes pour les institutrices29. C'est surtout autour des écoles de filles que la querelle se poursuit, dans les communes où l'Eglise a de solides positions, qui trouvent un écho dans les conseils municipaux. On voit alors des groupes de Républicains, minoritaires dans la population, prendre l'initiative des demandes de laïcisation des personnels et ils sont soutenus par les conseillers généraux ou les députés. Ces ainsi que le Comité Républicain de Violés demande en 1892 le départ des religieuses de l'école communale de filles, et le député de l'arrondissement d'Orange, le radical Gaillard, les appuie dans une lettre au préfet où il écrit :

  • 30 A.D.T.

"Parmi les moyens propres à faciliter les efforts des Républicains, les laïcisations sont ceux qui ont donné les meilleurs résultats dans mon arrondissement. Jonquières et Camaret n'ont eu des adhésions nouvelles à la République qu'à la suite de la laïcisation de leurs écoles de garçons"30.

44Le problème de la laïcisation des écoles publiques a occupé le devant de la scène jusqu'à la fin du siècle. Certes, il n'a pas eu la même acuité dans tous les villages, mais il a cristallisé autour d'une question concrète, sensible à la population, des positions antagonistes. L'école, en quelque sorte, a donné un visage aux institutions : on est pour l'école de la République, ou bien on est contre l'école sans Dieu... Images simplificatrices sans doute, mais en raison même de cela capables de mobiliser les partisans de l'une et les adversaires de l'autre.

  • 31 En 1891,1e maire de Conquières et le sous-préfet d'Orange signalent au préfet l'attitude hostile d (...)
  • 32 A.D.V. IM 758-759.

45Initialement, les partisans de l'école congréganiste avaient l'avantage sur le plan de l'organisation, puisqu'ils pouvaient compter sur le prêtre et le réseau d'interventions et d'influence tissé de longue date autour de l'autel : le conseil de fabrique, les confréries et congrégations, même le confessionnal31 pouvaient être mis à contribution. Rien de comparable pour les partisans de l'école laïque, et très vite ils éprouvent le besoin de se rassembler dans une structure spécifique : ce sera les Sociétés du Sou des Ecoles Laïques. II s'en est créé une quarantaine dans les communes rurales du Vaucluse, toujours dans des villages où s'est posé le problème de la laïcisation et leur création suit généralement de très près la décision de laïcisation32. Nous connaissons pour bon nombre d'elles l'effectif de leurs membres, et l'on peut dire, d'une part qu'elles sont à l'image de la structure socio-professionnelle des villages, d'autre part que ce sont des association "de masse" : 88 membres à Cheval-Blanc, 177 à Courthezon, 118 à Mormoiron, 90 à Saint-Saturnin-d'Apt, 95 à Velleron... Ce sont des chiffres éloquents. Il ne fait aucun doute que ces sociétés ont largement débordé le cadre de leurs activités officielles : non seulement elles ont apporté un soutien moral et financier aux écoles laïques, mais encore elles ont été une force d'intervention dans la vie politique locale, elles se sont dressées, à l'occasion, contre les curés. Opposant une cohérence idéologique à une autre, elles ont sans aucun doute contribué à l'effritement de la pratique religieuse...

46Il pouvait difficilement en être autrement, notamment dans les communes où la laïcisation de l'enseignement et des enseignants a entraîné une situation de concurrence scolaire. Le clergé et les éléments les plus catholiques de la population n'ont pas accepté passivement les mesures de laïcisation et, partout où ils en avaient les forces et les moyens, ils ont ouvert une école libre avec les congréganistes qui venaient de perdre leur fonction d'instituteur public... Parfois les nouvelles écoles conservaient leurs locaux, quand ils étaient propriété de la fabrique ou qu'ils provenaient d'un legs précisant leur usage. Toujours se posait le problème du financement et, par conséquent, s'imposait la nécessité de s'assurer une population scolaire à la fois nombreuse et fidèle. C'était en grande partie au curé qu'il revenait de résoudre ces problèmes et par une dynamique bien connue la concurrence inévitable dégénérait en guerres de coups d'épingle, voire en conflits ouverts où le curé trouvait généralement en face de lui le maire du village.

47Il serait fastidieux de suivre toutes les querelles surgies de la concurrence scolaire, tous les incidents qui donnent lieu à rapports, naturellement contradictoires, du maire au préfet et du curé à l'archevêque qui soutient inébranlablement ses prêtres. Mais il est intéressant de noter que fréquemment ces querelles et incidents surviennent à propos du catéchisme et de la préparation à la communion solennelle. Les curés favorisent autant qu'ils le peuvent les élèves des écoles congréganistes, mais dès décembre 1881 le sous-préfet d'Apt notait dans un rapport l'inconséquence des populations républicaines

  • 33 A.D.V. V.132. Plaintes contre le clergé.

"ou peut-être l'indice que l'esprit religieux survit ici aux actes d'hostilité les plus manifestes contre le parti clérical : dans beaucoup de communes, les pères et mères de famille envoient leurs enfants à l'école laïque et se montrent très froissés qu'on ne leur donne point le pas sur les élèves des écoles congréganistes libres dans les cérémonies religieuses où ils sont ravis de les voir figurer".33

  • 34 Ibid. V. 133.

48A Mirabeau en 1902, le maire se plaint que le curé n'apprend pas le catéchisme aux élèves des écoles laïques, ce qui favorise les élèves de l'école libre où l'instruction religieuse fait partie des disciplines enseignées. Et il souligne que dans un esprit de conciliation l'institutrice laïque avait accepté de faire réciter le catéchisme aux enfants pendant les récréations.... ce qui n'a pas fléchi le mauvais vouloir du prêtre !34

49La même année, le Conseil Muncipal de Caromb demande le déplacement du curé :

  • 35 Ibid. V.133

"considérant qu'(il), en refusant des bancs aux élèves de l'école communale des filles a non seulement manqué de charité mais a en outre outrepassé ses droits, car les bancs de l'église ne sont pas la propriété du curé, mais bien au contraire la propriété collective des habitants de la commune : que cet ecclésiastique réserve toutes ses faveurs aux élèves de l'école privée auxquels il donne des sièges au premier rang ; que ce refus et cette différence d'égards sont des actes à la fois partiaux et méchants qui ont révolté la conscience des mères de famille ; que Mr le Curé mène une lutte sourde contre les écoles publiques ; que ses agissements s'exercent non seulement au préjudice de nos écoles, mais encore au détriment de la paix publique de notre commune ; que c'est par haine politique qu'il a quitté, au lendemain des élections législatives dernières, tous ses fournisseurs républicains ; que nul plus que lui n'a entravé l'essor et le progrès du parti républicain à Caromb, semé la division dans les familles et entretenu la haine entre les citoyens"35.

50... Texte étonnant ! Ainsi, l'anticléricalisme n'est pas vécu par ceux qui le pratiquent comme l'irréligion et moins encore l'antireligion. Nous avons là confirmation de la dissociation qu'opèrent les paysans vauclusiens entre leurs choix politiques avancés et leur conformisme religieux. Sensibles aux apparences, d'un amour-propre sourcilleux, leur indignation devant ce qu'ils considèrent comme des pratiques discriminatoires ne témoigne absolument pas d'une foi maintenue. Il n'en reste plus, à leurs yeux, que les formes les plus sociales.

C – LES ATTITUDES ANTIRELIGIEUSES

51Naturellement, il y a des comportements d'hostilité religieuse. Encore faut-il parfois y regarder de près. Il en est ainsi des mesures d'interdiction des processions, prises par de nombreux conseils municipaux dans les années 1880 : quand on lit les arrêtés, on observe qu'ils sont généralement motivés par deux raisons que l'on trouve associées dans l'arrêté du maire de Courthezon, qui intervient

  • 36 A.D.V. V138. Interdiction des processions.

"à la suite des plaintes nombreuses provenant de pères et mères de famille, froissés à juste titre de la façon peu polie dont des enfants des écoles laïques sont reçus, soit par le clergé, soit par les religieuses de l'école libre lorsqu'il s'agit de prendre rang à une procession, soit enfin au caractère de manifestation politique que l'on a ici l'habitude de donner à toute cérémonie religieuse"36.

52On voit les justifications ambiguës de la décision. Mais son effet est certain : refoulée à l'intérieur de l'église, la pratique religieuse perd peu à peu son caractère de fête publique et, dans une tradition de conformisme saisonnier, elle ne peut que s'affaiblir encore.

  • 37 A.D.V. 1M758-759.

53Il existe des associations d'irréligion et d'hostilité déclarée à la religion. Ce sont des Sociétés de la Libre Pensée, qui apparaissent à partir de 188637. Structures éminemment militantes, elles se donnent généralement une dimension "régionale", comme c'est le cas à Cavaillon où est créée en 1898 une Société Régionale de la Libre Pensée, ou cantonale, avec la création de la Ligue des Libres Penseurs du canton de Mormoiron en 1886 et du canton de Pernes en 1900. Elles regroupent ainsi des forces qui n'avaient sans doute pas les moyens de s'organiser dans tel ou tel village. Il y a cependant quelques villages où des sociétés de Libre Pensée se créent : Lacoste en 1899, Gargas en 1900, Les Taillades en 1901 et Aubignan en 1903.

  • 38 Ce registre m'a été communiqué par Mr Lucien Olivier, cultivateur à Aubignan. Commencé en 1903, il (...)
  • 39 La même année, la Société mandate ses représentants au Congrès Départemental de la Libre Pensée, q (...)

54J'ai pu, précisément, consulter le registre de procès-verbaux de la Société de la Libre Pensée Anticléricale d'Aubignan38. Les premiers adhérents sont au nombre de 30, et parmi eux on compte 18 cultivateurs ; on observe de nouvelles adhésions les années suivantes – 4 en 1904, 7 en 1905, 6 en 1906 – puis l'activité de la société semble s'assoupir. Le contexte politique y est sans doute pour quelque chose, et aussi, semble-t-il, la présence attractive d'un groupe socialiste, le Groupe d'Action Sociale avec lequel la Libre Pensée entretient des relations de collaboration. En porte témoignage l'organisation en commun d'une souscription publique au bénéfice des des victimes de Courrières, en mars 190639.

55L'engagement majeur que la Société demande à ses membres, c'est de déposer à son siège un testament, attesté par un certificat ainsi rédigé :

"Je soussigné... déclare avoir déposé au siège de la Société de Libre-Pensée un testament politique sur lequel je mentionne vouloir des obsèques purement civiles".

56Il est clair que les libre-penseurs redoutaient qu'à la mort d'un des leurs la famille du défunt n'impose des funérailles religieuses, et ils essayaient de se prémunir contre ce risque. Risque réel, et qui se manifestait parfois du vivant des adhérents, puisqu'on relève plusieurs cas de démission motivés par un "retrait de testament". La libre pensée est un engagement masculin, qui ne va pas toujours sans conflit domestique..

57Les obsèques civiles, considérées comme une manifestation publique et ostensible d'antireligion, sont une grande préoccupation de la Société. L'article premier de son règlement intérieur indique que "la Société munie de ses emblèmes n'assistera qu'aux funérailles des personnes faisant partie d'une société de Libre-Pensée". En juillet 1904, elle réagit vivement contre le fait que pour les obsèques civiles d'un pensionnaire de l'hospice on a utilisé un drap mortuaire orné d'une croix. ELle demande "l'achat d'un drap mortuaire vierge de tout emblème religieux" et considère qu'on devrait l'utiliser en toutes circonstances, car "l'administration de l'hôpital n'a pas à formuler même symboliquement des opinions religieuses ou philosophiques".

58Les obsèques des membres de la Société sont marquées par un discours, et dans son registre figure le texte d'une allocution prononcée dans une telle circonstance. La vie du défunt et les regrets qu'il laisse y tiennent peu de place, le discours est essentiellement une violente diatribe contre la religion, intéressante parce qu'elle est significative des arguments qui étaient utilisés dans cette période de conflit aigu entre l'Eglise et l'Etat :

"Chacun de vous, citoyens et citoyennes, sait que la plaie qui ronge et qui a toujours rongé la société, c'est le cléricalisme. Ce qu'on appelle la "peste noire" ou autrement dit l'extension prodigieuse qu'ont prise les différentes congrégations depuis un siècle, est devenu un fléau par trop redoutable pour que nous ne venions pas en aide au gouvernement que Dieu lui-même, d'après ceux qui ont la foi, nous a donné. Et comment chacun de nous peut-il participer à cette oeuvre d'assainissement social ? Point n'est besoin d'être riche ou haut placé. Le plus humble ouvrier, le plus modeste paysan peut contribuer pour sa part à nous débarrasser de cette gangrène rongeuse dont les sources vives sont le clergé régulier et séculier. Oui, citoyennes et citoyens, sachons nous passer des services toujours intéressés du prêtre. Ne croyons pas à toutes les balivernes qu'il nous raconte et qu'il ne croit pas lui-même. Les plus grands hypocrites que la terre porte sont précisément ces hommes qui, plus volontairement qu'inconsciemment, répandent partout le mesonge, pratiquent l'escroquerie avec Saint-Antoine-de Padoue, débauchent les jeunes filles et parfois même les enfants. Il faut que l'homme noir se nourrisse par lui-même, qu'il soit soumis à la patente comme l'est tout commerçant. Et puisqu'il nous vend la messe et le baptême, séparons donc l'Eglise de l'Etat. Commençons par ne plus aller aux offices religieux, ni surtout à confesse. Préservons nos enfants comme du virus de la rage de tout contact avec ces objets, excellents moyens d'exploitation au moment où l'ignorance étendait ses voiles épais sur tous les cerveaux. Mais aujourd'hui que l'instruction laïque et obligatoire répand partout ses bienfaisantes lumières, n'est-ce pas faire honte à la raison et à l'intelligence humaines que de croire qu'un homme affublé d'une soutane se dise le ministre de Dieu et puisse à ce titre absoudre même les plus grands crimes ? ".

59On peut penser que ce discours, à peu de choses près, a été prononcé chaque fois qu'un membre de la Société est mort et qu'il en a été de même dans toutes les circonstances où une société de Libre Pensée est intervenue. L'effet produit par de tels propos est bien difficile à apprécier : une partie de l'auditoire l'entendait avec sympathie, d'autres venus là sans arrière-pensée idéologique pouvaient en être gênés, choqués... Je ne pense pas que ces formulations agressives soient représentatives du climat politique des villages vauclusiens, car nous avons vu que l'anticléricalisme pouvait fort bien y être respectueux de la religion. Mais les passions ont atteint ce paroxysme, et il y a eu des discours en chaire qui ne le cédaient pas en violence à ces propos... Il est temps de s'interroger sur les conséquences de ces conflits, courtois ou âpres, sur la pratique et la foi religieuses.

III – LA VIE RELIGIEUSE DANS LES PAROISSES RURALES AVANT 1914

A – L'ENSEIGNEMENT CONFESSIONNEL : ESQUISSE D'UN BILAN

  • 40 Ce tableau résume celui qui figure en annexe, intitulé l'Enseignement Primaire en Vaucluse.

60Le vote et l'application progressive des lois de laïcisation de l'école primaire ont modifié profondément les conditions d'exercice de l'enseignement confessionnel. Avant que ces lois ne soient adoptées, l'enseignement public dans son principe était religieux, mais il est logique de distinguer les écoles congréganistes des écoles laïques par leur personnel. A mesure que sont appliquées les lois de 1882 et de 1886, l'enseignement confessionnel perd son caractère public pour devenir libre et l'opposition qu'il présente avec l'enseignement public, laïque, devient plus vive. Les forces respectives de l'un et de l'autre, établies par rapport au nombre d'élèves qu'ils encadrent, ne sont pas totalement comparables sur toute la période étudiée, en raison du changement législatif, elles sont cependant évocatrices de l'évolution du rapport de forces entre l'idéologie laïque et l'idéologie cléricale. Je les résume dans le tableau ci-dessous, qui vaut pour le département tout entier :40

61Si l'on pouvait isoler les communes rurales, le bilan serait encore plus catastrophique pour l'enseignement confessionnel, qui a très mal résisté au choc de la laïcisation. Les cartes traduisant cette évolution sont à cet égard parfaitement explicites. Une première vague de laïcisation a révélé la fragilité dans les consciences de l'enseignement congréganiste et par là même le formalisme d'une foi religieuse indifférente, pour le moins, à l'un des principes majeurs de l'Eglise. Sans doute, à cette date – 1885 – rien n'est irrémédiablement perdu, le clergé peut dans bon nombre de villages retarder l'échéance de la laïcisation des personnels et il s'efforce de créer les écoles "libres", qui poursuivront la tradition d'un enseignement où le sacré doit avoir sa place. Des bastions apparaissent, des concurrences âpres se mettent en place, mais on sent bien que c'est une bataille défensive, qui n'a que de faibles appuis politiques, étroitement localisés, et qui ne repose pas sur une foi militante.

62Aussi le déclin est-il irrémédiable. Dix ans plus tard, en 1895, les institutrices congréganistes se maintiennent encore dans quelques communes, où l'administration communale leur est favorable, et dans un grand nombre d'autres, où elles ont cédé la place à des institutrices laïques, elles ont ouvert des écoles libres. La carte de la concurrence scolaire n'est pas très différente de ce qu'elle • était en 1885, mais la baisse des effectifs scolaires des écoles confessionnelles se poursuit, ce qui compromet l'existence de beaucoup d'entre elles, et le fait que fréquemment la concurrence se limite aux filles est un indice certain de son caractère défensif. C'est ce qui apparaît nettement sur la carte de 1905 : la concurrence s'est partiellement résorbée, les positions de l'école chrétienne sont étroitement circonscrites, dans les communes du Comtat et de la principauté d'Orange. Même là où elle se maintient, elle rassemble le plus souvent une minorité d'élèves. Seulement à Mazan et Châteauneuf-du-Pape, elle compte plus d'élèves garçons et filles que l'école laïque ; elle approche la majorité des élèves à Monteux et à Camaret ; elle l'emporte pour les filles à Gordes et Saint-Didier... Palmarès peu brillant, qui ne témoigne pas en faveur d'un dévouement actif et persévérant des Catholiques pour l'école que leurs prêtres soutenaient pourtant de toute leur énergie et de toute leur conviction.

B – LA PRATIQUE ET LA FOI ANALYSEES PAR LES PRETRES

63Les archives paroissiales et aussi quelques rapports de curés sur l'état de leur paroisse, adressés à l'archevêché, présentent des éléments de réflexion et d'appréciation sur la pratique religieuse dans les villages vauclusiens. Sans doute, la synthèse est difficile car d'une paroisse à l'autre et d'un prêtre à l'autre les conditions peuvent changer sensiblement. Il est cependant possible de dégager de cette documentation, d'une incontestable sincérité, les lignes de force d'une évolution défavorable à l'Eglise.

64Première constatation : on ne trouve pas d'analyses absolument positives. Seul le curé de Mazan confie à son livre de paroisse, à l'occasion de la fête de la Congrégation des Femmes de 1891 – elle compte alors 123 membres – une impression d'un contentement sans réserves :

  • 41 Archives Paroissiales de Mazan.

"Le dernier jour il y eut une messe de communion des plus émouvantes, par la, piété, le recueillement et par l'harmonie du chant des jeunes femmes. Plus de 200 femmes se sont approchées de la Sainte Table"41.

65Mazan, il est vrai, est une paroisse de fidélité incontestable, où les catholiques pratiquants sont majoritaires. Autre exemple de fidélité, celui que proposent les paroissiens de Loriol. Leur curé a tenu la comptabilité précise de leur participation aux pèlerinages traditionnels hors de la paroisse, de 1894 à 1910 : on en dénombre une douzaine, et s'il est vrai que les présences s'y font moins nombreuses, il est remarquable qu'il y a toujours un noyau de 40 à 80 personnes à les suivre. Le prêtre peut compter sur ce noyau de fidèles, il en a fait l'expérience lors de l'inventaire de l'église, en février 1906 :

  • 42 Archives Paroissiales de Loriol : Registre de Paroisse.

"Les fabriciens et une cinquantaine de personnes dévouées entouraient Mr le Curé dans cette pénible circonstance. Les cantiques n'ont pas cessé durant la triste besogne"42

  • 43 Archives Paroissiales d'Aubignan : Livre de Paroisse.

66Le curé d'Aubignan a lui aussi des motifs de satisfaction, puisque de 1901 à 1914 les communions pascales des hommes se maintiennent autour de 200 et qu'en décembre 1912 il a organisé une mission très suivie, qui a permis à quelques paroissiens de revenir à une pratique plus conforme aux exigences de la foi. Il se plaît à souligner que les concours ne lui ont pas manqué : les membres du conseil paroissial, les hommes de la chorale, les dames de l'Oeuvre du Tabernacle et les maîtres et maîtresses des écoles libres. Il y a là un environnement favorable, une présence qui s'explique peut-être, d'ailleurs, par l'existence d'une structure également militante au service de l'irréligion43. Heureux prêtre encore, apparemment, que le curé de Caumont, qui fait l'analyse de Pâques 1908 et note que

  • 44 Archives Paroissiales de Caumont : Notes historiques établies par l'abbé Cartoux.

"le chiffre (des communions d'hommes) dépasse cent ! C'est joli par les temps présents, mais il aurait pu être plus fort. Hélas ! les anciens qui meurent ne sont pas remplacés par les jeunes que le respect humain tient éloignés des pratiques religieuses"44

67C'est donc un bonheur relatif et précaire, assombri par l'arrivée de ce mal si souvent constaté, mais très rarement analysé, qu'est le "respect humain".....

68Il se manifeste dans certaines paroisses bien plus tôt, et les prêtres, pour le combattre, comptent beaucoup sur des exercices de piété exceptionnels, dont ils attendent un réveil de la conscience chrétienne. On le voit bien, en lisant le compte-rendu de la mission de 1894, à Sablet :

"Dès les premiers jours, cette population dont on craignait de ne pouvoir vaincre l'indifférence profonde a répondu à l'invitation des missionnaires, hommes, femmes, jeunes gens, jeunes personnes se sont empressés autour de la chaire de vérité et dès la fin de la première semaine l'église était si bondée que les fidèles se regardaient avec étonnement et disaient tout haut : on n'aurait jamais cru qu'à Sablet on peut réunir tant de monde pour entendre un sermon de curé".

69Mais les résultats sont peut-être moins assurés qu'il ne paraît :

  • 45 Archives Paroissiales de Sablet : Registre de Délibérations du Conseil de Fabrique. Une impression (...)

"La presque totalité des femmes qui le pouvaient et une soixantaine d'hommes ont fait leur mission et promis de revenir désormais aux pratiques de la vie chrétienne ; beaucoup d'autres également, amis de la religion, ont regretté de n'avoir pas eu le même courage ; les bons ont été fortifiés, les sans Dieu en sont devenus moins fiers et moins osés, tous ont été profondément remués"45

70Là au moins, l'espoir est encore permis au prêtre. Mais il y a des paroisses où la situation est si dégradée que le curé l'analyse avec un pessimisme avoué. C'est le cas à Cadenet, le curé qui y arrive en 1889 établit un diagnostic lucide, où prennent place les facteurs politiques mais aussi personnels de l'indifférence religieuse :

"Dans notre nouvelle paroisse de Cadenet, nous nous trouvons en face du même esprit, de la même indifférence religieuse et des mêmes obstacles que nous avons rencontrés à Lauris. La classe des hommes se trouve presque complètement en dehors de toute pratique religieuse. Les femmes et les filles, quoique moins éloignées, semblent généralement agir plus par coutume que par conviction et se laissent facilement détourner de leurs principaux devoirs sous les moindres prétextes et par les plus petites difficultés. Pour une bonne partie, les femmes manquent d'une connaissance suffisante de la religion, elles viennent peu aux instructions religieuses et semblent ne faire qu'un cas très médiocre des saintes lois du dimanche, du repos dominical, de l'assistance régulière à la sainte messe et de l'abstinence.

Parmi celles qui se montrent plus régulières, on peut facilement reconnaître que la religion est plutôt dans des actes extérieurs que dans la dévotion de l'âme. On semble généralement persuadé que ce que l'on fait c'est tout ce que l'on doit faire et qu'il n'y a pas lieu d'exiger davantage. Il est facile d'apercevoir qu'il y a bien du superficiel et du froid dans les oeuvres de piété, et que l'usage même des sacrements laisse beaucoup à désirer, du point de vue de la ferveur et de l'amendement spirituel.

  • 46 Archives paroissiales de Cadenet. Registre paroissial.

L'antagonisme des écoles a fatalement introduit un bien funeste relâchement dans la discipline et c'est à grand peine que l'on peut, sauf quelques rares exceptions, inspirer aux enfants une direction quelque peu chrétienne. Il est inutile d'ajouter qu'on ne peut en rien compter sur les parents pour donner leur concours aux efforts des maîtres : le bon exemple, la leçon religieuse donnée dans la famille est ici une exception bien rare ; trop souvent même, la vie de famille est un obstacle insurmontable aux efforts du prêtre et des instituteurs (congréganistes). L'enfant à sa maison doit forcément vivre dans la violation des commandements de Dieu et de la Sainte Eglise"46.

71Suit une analyse sur la pauvreté de la paroisse, présentée comme une conséquence de "l'affaiblissement de la Foi" et sur les ravages moraux que cause "le mélange des sexes (qui) ne peut qu'aboutir à la ruine de l'esprit religieux", dans les ateliers de vannerie et de chardons qui sont une industrie locale active, recrutant surtout des jeunes.

72Dans une paroisse voisine, à Villelaure, le prêtre avait noté un peu plus tôt, en 1886, qu'il n'y a "presque jamais d'hommes à l'église, peu de femmes habituellement, surtout en certaines saisons", et par opposition il avait tenu à souligner que

  • 47 Archives paroissiales de Villelaure : Coutumier de la paroisse.

"jusqu'à ces derniers mois 25 filles n'allant pas au bal (souligné par lui) ont persévéré, ont depuis plus de 15 ans communie à peu près chaque mois et ont bien fait briller les offices, dimanches et fêtes, faisant très bien les quêtes"47

73Notons la concordance dans le temps d'un processus de détachement religieux analysé ici plus sommairement que là, mais dans le même esprit. Les hommes sont perdus, et malgré les apparences les femmes ne sont pas loin de l'être également, en raison du formalisme de leur pratique et surtout de la contradiction établie par le prêtre entre les moeurs coupables – à tout le moins dangereuses – qu'il leur prête et les exigences de la foi, telles qu'il les présente. Les plaisirs profanes en général, et la danse en particulier, font l'objet de vives critiques en chaire, et il y a tout lieu de penser que ces diatribes ont un effet contraire à celui recherché, elles éloignent de l'église des jeunes, notamment des jeunes filles qui n'ont pas un esprit de contrition tel qu'elles puissent accepter aisément des attaques publiques toujours sévères, parfois violentes... Voici, par exemple, ce qu'écrit dans un rapport à l'archevêché le curé de Murs, en 1910 :

  • 48 Archives de l'Archevêché.

"Les femmes, les mères de famille même d'une jeunesse relative, ont une passion invincible pour la danse, signe presque toujours caractéristique d'une religion fort douteuse. Leur assiduité coupable à ces réjouissances légères les éloigne bientôt de l'église et l'exemple scandaleux qu'elles donnent à leurs enfants, surtout à leurs jeunes filles, paralyse toute leur autorité dans l'éducation qu'elles ont le devoir impérieux de donner"48.

  • 49 Archives paroissiales d'Ansouis : Registre de la Paroisse.

74Voici les enfants atteints à leur tour par la perversion du monde moderne, et c'est alors la dernière étape du processus de déchristianisation. Les parents, par leur comportement personnel léger sinon coupable, y ont leur part de responsabilité, mais plus encore l'Etat par sa politique scolaire. L'école sans Dieu est en elle-même corruptrice, elle est contradictoire avec la discipline chrétienne, qui doit s'enseigner, s'inculquer à l'école même, et c'est à cette influence désastreuse que les prêtres imputent les difficultés qu'ils ont à obtenir des enfants une présence assidue au catéchisme. Le curé d'Ansouis le note en 190849, celui de Murs y insiste :

  • 50 Archives de l'Archevêché.

"Il faut déployer une rude énergie pour obtenir l'assistance régulière au catéchisme, et l'assistance à la messe... Les premiers dimanches après la seconde communion, la presque totalité des enfants ne paraît plus à l'église, et un mois après il n'en reste plus rien. Ils ne connaissent plus que le chemin du café, des promenades et du bal"50.

75Il ne fait aucun doute que l'analyse du curé de Cadenet, remarquable parce qu'elle est précoce et systématique, nous informe correctement sur les dispositions d'esprit des prêtres face à un processus de détachement dont ils perçoivent la cohérence et la progression et qu'ils aggravent sans doute par la raideur et le sectarisme de leurs réactions. Rares sont ceux, semble-t-il, qui s'interrogent plus profondément et s'ils le font cela ne les conduit pas à l'indulgence. Témoignage nous est donné par un rapport du curé de Lauris, en 1910 :

  • 51 Allusion à la communauté protestante, pourtant bien calme et sans prosélytisme, du village voisin (...)
  • 52 Archives de l'Archevêché.

"La paroisse de Lauris a toujours souffert du voisinage des huguenots51 et n'a pas su secouer ce joug malfaisant dont les hommes sont en général les victimes. Une des causes de cette indifférence se trouve dans le bien-être apporté par la culture des asperges. Cette richesse du sol a développé dans le coeur du Laurisien l'amour des plaisirs et un égoïsme que nous remarquons même chez les meilleurs catholiques. L'intelligence s'est émoussée à ce contact des plaisirs ou de l'argent, et aucun effort n'est venu pour atteindre une atmosphère plus élevée que le terre à terre"52.

76Le thème de l'enrichissement est également traité, lors de la visite archiépiscopale de 1909, par le curé doyen de Cavaillon, qui établit une relation directe entre l'indifférence et l'attraction de l'argent :

"A Cavaillon, la religion n'est point traitée en ennemie. Elle est au contraire généralement entourée de respect. Mais il y règne une lamentable et profonde indifférence religieuse. On subit de toutes parts dans cette paroisse une telle fascination de la matière que, chez la plupart des habitants, les intérêts corporels priment absolument tout. Que veut-on ? de l'argent ? Que cherche-t-on ? de l'argent. A quoi travaille-t-on avec tant d'ardeur, et le jour et la nuit ? à gagner de l'argent.

  • 53 Ibidem.

Et de l'argent, on en gagne en effet ; et l'argent devenant aisément le pourvoyeur du plaisir, les moeurs y sont, fatalement, déplorables. Dans ces conditions, comment la religion et la piété ne s'en ressentiraient-elles pas considérablement ?"53

77Deux choses à retenir : la résignation du prêtre, confronté dans sa pastorale traditionnelle à une réalité économique qui le déroute complètement, ce qui aggrave encore son isolement. Mais aussi, le fait que cette discordance entre l'Eglise et son temps, si elle conduit à l'indifférence, ne va pas jusqu'à l'affrontement et au conflit. C'est sans doute le seul point positif d'une évolution qui afflige le clergé, rend sa parole inefficace et devant laquelle il se sent impuissant, ce que traduit très bien le curé doyen de Bonnieux, à la suite de la visite décanale qu'il fait à Ménerbes en 1909 :

"Population indifférente, mais sans hostilité. Subit le courant général créé par l'esprit des pouvoirs publics et le respect humain.

  • 54 Archives de l'Archevêché.

Les moyens d'amélioration seraient ce qu'ils sont partout : missions, oeuvres de jeunesse, de presse, etc.. pour refaire l'esprit chrétien. Pour ces oeuvres il faut de l'argent que seul l'esprit chrétien peut fournir – et il reste le cercle vicieux qui nous étreint tous au milieu de populations rurales bonnes par traditions anciennes mais irréductibles sur ce point spécial"54

78Dans une paroisse au moins – mais ausi la seule de toutes celles dont nous avons pu consulter les archives –, le prêtre a essayé de mettre sur pied des oeuvres de jeunesse, adaptées à l'esprit du temps. Il s'agit de la paroisse de Caumont, où le prêtre peut s'appuyer sur un noyau de fidèles au sens militant du terme. En 1905, il crée un patronage de garçons, qui organise des sorties, qui met sur pied des représentations théâtrales. Ce premier succès entraîne en 1907 la création, sur le même modèle, d'un patronage de filles, et en 1909 d'un cours d'adultes regroupant environ 25 jeunes gens, présenté en ces termes par le curé :

  • 55 Archives Paroissiales de Caumont.

"Puisse le Bon Dieu leur accorder la sagesse, et de bien profiter des leçons qu'on leur donne, en étant fidèles aux devoirs religieux ! Ils le sont, car tous assistent à la messe du dimanche. C'est la première condition de leur admission au cours d'adultes. Pour les rendre bien assidus à ses réunions, dont on profite pour attacher de plus en plus ces jeunes gens à la religion et au patronage, leurs dévoués professeurs leur font boire de temps à autre quelques tasses de café, ou quelques verres de vin blanc ! Ces petites récréations réjouissent sans doute le corps, mais contentent aussi l'esprit et le coeur !"55

79C'est le seul exemple que nous ayons d'une tentative de reconquête de la jeunesse par une action religieuse, adaptée aux moeurs du temps. Le malaise du clergé est réel, évident, devant une évolution des moeurs qu'il n'est pas préparé à comprendre et on voit aussi que cette question le préoccupe, qu'il commence à s'interroger de façon critique sur sa pastorale et sa conception des oeuvres. Nous avons à cet égard un témoignage fort important, celui du curé doyen de Vaison dans un rapport sur les oeuvres catholiques qu'il rédige en 1910 :

"Le doyenné de Vaison, éloigné des centres, d'un accès peu commode jusqu'à ces dernières années, est resté pour ainsi dire figé dans la physionomie religieuse que lui avait faite la seconde moitié du xixe.

  • 56 Archives de l'Archevêché. Autre indice de cette gêne, et des questions que commencent à se poser l (...)

... Nous, en sommes encore, presque, aux seules congrégations de femmes ou de filles érigées vers l'an 1840 ; et sauf quelques rares débris des confréries d'hommes successivement disparues, nos oeuvres pieuses se bornent à des réunions de femmes, avant, pendant ou après les Vêpres, avec une tendance de plus en plus marquée à l'émiettement.56

De ces organismes qui répondaient, autrefois, au besoin de perfection d'un sentiment religieux universellement éprouvé, et qui s'étiolent aujourd'hui parce que la piété manque de sa base primordiale, on ne s'occupe, il faut bien le reconnaître, qu'avec la vieille routine qui fait sermonner placidement à l'église, entre deux signes de croix, quelques rares et inattentives jeunes filles encadrées de quelques anciennes et sommolentes dévotes. C'est là le point faible de notre apostolat à tous. Peut-être, avec ces anciens cadres, referait-on une vie paroissiale plus intense si l'on rajeunissait les méthodes... Les oeuvres pieuses d'hommes paraissent rayées du catalogue. C'est à peine si, à Vaison, on garde le vestige de la confrérie de St-Quenin représentée par 15 prieurs ou bayles choisis parmi les jeunes gens de 16 à 21 ans, et appelés seulement à régler les détails extérieurs de la fête patronale. Dans cette confrérie d'ailleurs, s'est introduit depuis longtemps un certain esprit de laïcisme indépendant qui a toujours rendu délicate, et quelquefois pénible, la direction ecclésiastique obligée de sauvegarder ses droits".

80Il est logique que la cible préférée du clergé soit l'Etat et sa politique, mais il convient de ne pas exagérer l'importance des luttes politiques et scolaires pour expliquer le processus de déchristianisation. Ces luttes apparaissent en réalité comme le révélateur d'une situation religieuse déjà dégradée, d'une foi superficielle, que la tradition ne protège plus. Le grand problème, c'est l'inadaptation croissante de l'Eglise à son temps, l'incompréhension qui gagne et s'alourdit entre sa parole, sa conception des rapports sociaux et humains et de la morale, et l'expérience concrète, les aspirations d'une population paysanne qui précisément tend toute son énergie à s'accorder avec son temps... Divorce douloureux pour les prêtres, qui ont le sentiment de prêcher dans le désert. Sentiment qui repose bien sur une réalité, que nous font découvrir les mesures statistiques de la pratique religieuse.

C – MESURES DE LA PRATIQUE ET DE LA FOI RELIGIEUSES

  • 57 On ne peut négliger le fait que dans certains cas un baptême tardif peur avoir la signification d' (...)

81On sait l'importance que l'Eglise attachait alors à la règle canonique de la présentation du nouveau-né au baptême dans les trois jours qui suivent la naissance. Le prêtre notait toujours l'âge du baptisé sur le registre de catholicité et l'on peut aisément calculer pour chaque année l'âge moyen au baptême. La valeur ainsi obtenue n'échappe pas à la critique, comme toutes les moyennes... Pour éviter qu'un baptême anormalement tardif n'introduise une déviation trop forte, j'ai écarté de mes calculs tous ceux intervenant au-delà d'un an d'âge57 et j'obtiens des valeurs qui, considérées dans leur succession chronologique, permettent incontestablement de saisir et apprécier une évolution. De quoi s'agit-il ? Il est clair que le respect de la règle canonique est significatif d'une foi intransigeante, alors qu'au contraire le choix d'une date éloignée indique qu'on devient plus soucieux du confort de l'enfant que du salut de son âme, et que le respect de la tradition s'inscrit avant tout dans le désir de fêter le nouveau venu, l'aspect familial et profane de la fête l'emportant sur son caractère religieux. Ce qu'il faut rechercher dans la valeur moyenne de l'âge au baptême, c'est le rapport des forces dans une paroisse donnée entre ces deux conceptions opposées. Sans doute des nuances peuvent-elles nous échapper, mais toute recherche statistique comporte ce risque.

  • 58 Voir le témoignage du curé de Cheval-Blanc, en 1908 :
  • 59 Il convient d'éliminer des calculs les morts subites et les décès d'enfants.

82Les prêtres étaient aussi très vigilants sur les sacrements avant la mort, et il y a là, très tôt, un grave sujet de préoccupation pour eux. Non seulement ils font la triste constatation d'obsèques civiles – dont il est d'ailleurs impossible de dresser la statistique – mais encore ils observent que de plus en plus fréquemment la mort intervient sans qu'ils aient pu y préparer le mourant et c'est pour eux un signe indiscutable d'affaiblissement de la foi58. Comme ils précisent toujours sur leur registre de catholicité si le décédé a ou non reçu les sacrements, il est possible de calculer, toujours avec l'objectif d'analyser une évolution, le nombre et la proportion des morts qui sont portés en terre sans avoir reçu les derniers sacrements59. Il y a là un indice de fidélité ou de détachement qui complète opportunément celui que propose l'âge moyen au baptême.

83J'ai pu faire ces calculs et construire les graphiques qui en présentent visuellement les résultats pour les paroisses d'Althen-les-Paluds, de Robion, Ménerbes, Gigondas, Sablet et Vacqueyras. Tous ces villages sont plus au moins atteints par le "respect humain", l'irréligion y est un fait attesté par des enterrements civils, la disparition de l'enseignement confessionnel. On observe en premier lieu, avant même d'entrer dans le détail de chacune d'elles, que les courbes représentatives de la piété, aux deux extrémités de l'existence, n'ont pas le même dessin : la courbe de l'âge au baptême est dans tous les villages considérés d'une ligne plus régulière que celle des morts sans sacrements et elle est du coup d'une lecture plus facile. Il n'y a pas d'explication simple ni unique à ce fait. On sait qu'il y a des prêtres moins attentifs – ou plus découragés que d'autres – à l'arrivée de la mort, et puis la réaction des mourants et de leur famille est nécessairement plus intime, plus personnelle que n'est le comportement des parents devant une naissance : la pression inconsciente des idées dominantes est dans ce cas plus forte et cela contribue à donner à la courbe de l'âge au baptême un dessin plus "coulé" que celui de la courbe des morts sans sacrements.

84Ceci dit, nous sommes bien dans toutes les paroisses étudiées devant une évolution majeure et irréversible de la piété : dans sa conception traditionnelle, conforme au dogme, elle s'effrite incontestablement et de manière très sensible. Les baptêmes sont de plus en plus retardés, et il apparaît à l'examen minutieux de l'âge de chaque baptisé que très rares sont ceux qui, dès la fin du xixe siècle, respectent la règle canonique des trois jours : la commodité familiale l'emporte indiscutablement sur l'impératif religieux. Quand la mort se fait menaçante, les familles hésitent, se font plus réticentes à aller chercher le prêtre. Le plus souvent, les obsèques sont à l'église mais on considère que c'est suffisant pour être en paix avec sa propre conscience religieuse.

  • 60 Archives paroissiales d'Althen-les-Paluds.
  • 61 Archives paroissiales de Gigondas. Registre du Conseil de Fabrique.

85Il y a tout de même des nuances dans ce processus général. Le respect des règles est le mieux assuré – ou le moins mal ... – à Althen-les-Paluds, paroisse manifestement partagée sur le plan religieux comme elle l'est sur le plan politique, où 15 % des hommes vont régulièrement à la messe et 30 % des hommes font leurs Pâques avant 1914, où 60 familles paient soit pour un banc, soit pour une place individuelle à l'église60. C'est à ce noyau de catholiques pénétrés de la vérité du dogme que l'on doit une relative résistance à l'indifférence religieuse. A l'opposé, Gigondas s'est très tôt et très nettement écarté des usages. Les années 1880 ont été à cet égard déterminantes et la corrélation avec la question scolaire et la vie politique, est évidente. Le curé l'indiquait lorsque, faisant le récit d'une mission en 1886, il indiquait que "un certain nombre d'hommes ne craignirent pas de braver l'ennemi partout sur leur passage"61. La pente dès lors suivie ne devait pas être remontée et lorsqu'il décrit en 1910 la situation de la paroisse où il vient d'être nommé, le nouveau curé fait un constat qui renforce la signification des indices de piété que nous analysons :

"Paroisse où il y a tout à faire. Je n'ai rien trouvé d'organisé, mais la dispersion à peu près totale du troupeau –bien petit– des fidèles (?) et l'hostilité systématique des autres.

  • 62 Archives de l'Archevêché.

...Du côté hommes...il y a ici trois catholiques pratiquants. Les autres sont hostiles, irrémédiablement indifférents ou envahis par la peur des autres"62.

86Nous n'avons pas de telles précisions sur la paroisse voisine de Sablet, mais elle présente des caractéristiques très comparables, que confirme le très petit nombre de communions pascales d'hommes. Par contre, à Vacqueyras le respect de la tradition est plus fort, notamment pour les sacrements précédant la mort, et l'on observe là un noyau plus important de pascalisants.

  • 63 A.D.V. V3. Personnel.
  • 64 Archives paroissiales de Ménerbes

87Robion et Ménerbes sont des paroisses très déchristianisées, encore que ce soit sans hostilité déclarée. On a même vu à Robion, en 1881, la population s'opposer au départ de son prêtre, voulu par l'archevêché qui lui reproche ses sentiments républicains. Mais la sympathie manifestée au curé n'avait aucune incidence sur le comportement religieux !63. A Ménerbes, pas de conflit ouvert mais une profonde irréligion puisqu'il n'y a pas d'année, depuis le début de notre siècle, où il n'y ait plusieurs enterrements civils, qui jusqu'à la guerre atteignent le quart du total des obsèques64.

88Par conséquent, les indices de piété que représentent l'âge au baptême et le refus des derniers sacrements sont tout à fait pertinents. Ils mettent en évidence, avec l'importance des années 1880 à cet égard, la corrélation entre pratique pieuse et conflits politiques, mais ils soulignent aussi que l'effritement de la foi est bien un phénomène de civilisation.

89Deux autres indices de la pratique religieuse nous sont proposés par l'assistance à la messe dominicale et la communion pascale, dont les données statistiques sont fournies avec précision par les prêtres lors des visites archiépiscopales pour la cérémonie de confirmation. Elles sont assez fréquentes pour qu'on puisse établir une statistique cantonale, valable pour l'ensemble du département, dans les années 1909-1914 et c'est une période trop courte pour que, d'un village à autre, des modifications sensibles de comportement puissent apparaître. Pour que cette statistique cantonale soit homogène avec toutes les autres, je n'ai retenu que les communes rurales et j'ai traduit l'assistance à la messe et le nombre des communions d'hommes en pourcentages par rapport aux nombres des électeurs en 1,914. Cela m'interdit une représentation cartographique pour la pratique féminine, mais je peux aisément la comparer à celle des hommes par un coefficient multiplicateur, puisqu'elle lui est toujours, et de loin, supérieure.

90L'assistance à la messe et la communion pascale sont deux gestes religieux complémentaires, bien qu'ils aient une certaine autonomie l'un par rapport à l'autre, très facile à comprendre puisque, dans le premier, le caractère d'assiduité – qui comporte nécessairement une part de conviction – est bien plus important que dans le second. A ce titre, ce mal des temps modernes que le clergé désigne sous l'expression de "respect humain" est plus redoutable pour l'assistance à la messe que pour la communion pascale, qui est souvent préparée par une retraite et prend un caractère collectif où les hésitants, les tièdes peuvent être confortés. Il n'est donc pas surprenant que le nombre et la proportion des communions pascales soient sensiblement plus élevés que pour l'assistance à la messe. On observe cependant que, dans les cantons qui sont d'incontestables déserts religieux –Cadenet, Pertuis, – les comportements sont aussi négatifs dans les deux cas. A contrario, c'est dans les cantons où la pratique des hommes reste forte que Pâques réveille des consciences religieuses assoupies en plus grand nombre. En d'autres termes, la pratique saisonnière est menacée en deçà d'un certain seuil, que nous pouvons dire critique, de pratique régulière, et l'on retrouve le processus d'effritement de la foi, dans une dynamique que les événements politiques ne peuvent à eux seuls expliquer.

  • 65 Il existe une paroisse au hameau de Causans – commune de Jonquières – sur lequel règne en maître l (...)

91D'une manière générale, la pratique religieuse est faible : dans le meilleur des cas – le canton de Carpentras – 15 % de paysans assistent régulièrement à la messe et 38 % font leurs Pâques. A l'autre extrémité – Cadenet et Pertuis – de 1 à 2 % se sentent concernés par ces grands gestes religieux. La vallée de la Durance est irrémédiablement perdue, et l'indifférence est déjà solidement installée au nord et à l'est du département. Seuls résistent les cantons des plaines comtadines, le canton d'Orange et les villages du versant nord du Ventoux. Là, l'isolement peut avoir assuré une protection relativement efficace à la tradition, mais autour de Carpentras ce sont d'autres influences qu'il faut rechercher : celle d'un clergé anciennement et profondément implanté, dans les écoles, dans les hospices, par la médiation de confréries longtemps puissantes ; celle d'une noblesse terrienne qui n'a pas encore renoncé à son influence, sociale et politique65. Mais il y a déjà, dans ces zones de relative fidélité, des villages où la religion est durement contestée, et les prêtres redoutent plus cette contagion qu'ils n'ont confiance dans la solidité de leurs bastions.

92Ces bastions existent. On le pressentait à l'analyse de la situation scolaire, et la confrontation des deux données – écoles libres prospères et indices de pratique religieuse – est absolument concluante : il y a corrélation positive entre elles. On peut penser, bien sûr, que c'est la solidité des convictions religieuses qui a déterminé la création d'une école libre et c'est sans aucun doute le cas dans la plupart des villages qui ont une école religieuse : 28 % des hommes à Mazan, 27 % à Châteauneuf-du-Pape, 26 % à Camaret, 22 % à Monteux vont régulièrement à la messe et ce sont des scores nulle part ailleurs atteints. Mais tout est relatif, et il peut y avoir des écoles libres bien fréquentées dans un milieu apparemment indifférent, sinon hostile : c'est le cas à Cucuron, où 2 % des hommes assistent à la messe, au Thor où ils sont à 4 96, à la Lapalud où ils ne sont que 3 %.

93C'est là, peut-être, qu'il convient de faire intervenir la pratique religieuse féminine. En effet, dans les villages précités elle a un très fort coefficient multiplicateur : elle est vingt fois supérieure à celle des hommes à Cucuron, onze fois à Lapalud, six fois au Thor et la religion reste présente dans ces paroisses dans des écoles de filles. Incontestablement, les femmes dans leur ensemble sont plus respectueuses de la religion, plus fidèles à sa parole et d'un canton à l'autre il y a moins d'écarts dans leur pratique que ce que l'on observe pour les hommes. L'Eglise peut-elle compter sur les femmes pour reconquérir les hommes ? Elle ne semble pas le croire, mais c'est une question qui n'est pas encore tranchée en 1914.

94Quoi qu'il en soit, lorsque la guerre éclate, la tradition qui dans le domaine de la religion avait le visage d'une fidélité au moins apparente est sérieurement battue en brèche. L'anticléricalisme de la Troisième République a été certes un facteur actif de déchristianisation, préparé d'ailleurs par un engagement politique aveugle et maladroit de l'Eglise, mais la tradition pouvait-elle se maintenir dans les consciences alors qu'elle avait été très consciemment combattue dans le domaine économique ? C'est la question à laquelle l'analyse du comportement religieux après la guerre devrait permettre de répondre.

IV – L'APRES-GUERRE : NOUVEAUX PROGRES DE L'INDIFFERENCE

  • 66 Archives paroissiales de Vacqueyras : Histoire de la paroisse.
  • 67 Archives paroissiales de Robion : Registre de délibérations de la Fabrique.

95La guerre, avec ses souffrances et son angoisse, pouvait déterminer un sursaut de la conscience religieuse, provoquer le rassemblement des catholiques, fidèles ou tièdes, autour de l'autel. Les raisons ne manquaient pas d'un retour à la tradition chrétienne, et il semble que les prêtres le comprirent. Le curé de Vacqueyras66 note que dès l'annonce de la mobilisation "à l'instant des fidèles d'eux-mêmes se rendirent à l'église pour y réciter le chapelet" et il eut le souci d'organiser cette ferveur spontanée, en établissant le chapelet quotidien, qui fut bien suivi le premier mois mais qui ne résista pas aux travaux de l'automne : vendanges puis cueillette des olives... si bien qu'il n'en fut plus question. Observation analogue pour les communions, fréquentes en août et septembre 1914 mais qui retombent bientôt. Sans doute, on ne peut généraliser mais il est tout de même significatif que la plupart des livres de paroisse que j'ai analysés soient muets pour la période de guerre, même lorsque les prêtres ne furent pas mobilisés. Ou bien ils tiennent un journal de bord d'où la guerre est étrangement absente, comme c'est le cas à Cadenet où après avoir indiqué, à la date du 3 août 1914, qu' "on se tourne vers Dieu, on vient prier dans les églises", formule bien stéréotypée, le curé se borne à mentionner des grandes fêtes religieuses, notamment les cérémonies de communion solennelle et de confirmation... A Robion, en juillet 1915, le prêtre consacre la paroisse au Sacré Coeur, en présence d' "un certain nombre de fidèles" et parmi eux "Trois !! hommes ont paru dans l'église", ce qui le décourage visiblement67.

  • 68 Le curé de Flassan, qui est pourtant une bonne paroisse, signale en 1920 à propos des communions p (...)

96La bonne volonté des prêtres ne peut être mise en cause. Ils ont sûrement essayé de rassembler leur troupeau, de stimuler sa piété, mais ce fut en vain : le détachement religieux était trop profond pour que la guerre, par ailleurs très vivement et douloureusement ressentie, soit en mesure de l'enrayer, encore moins de l'inverser. C'est donc une situation inchangée – peut-être même dans certains cas dégradée – que les prêtres trouvèrent dans les paroisses vauclusiennes, une fois la paix rétablie68.

A – LE CONTEXTE POLITIQUE

  • 69 Archives paroissiales d'Ansouis : Registre de la paroisse.

97Il y a bien sûr quelque chose de changé, à cet égard. L'anticléricalisme reste une pierre d'achoppement des options politiques, la Gauche et la Droite continuent à se déterminer pour une part non négligeable sur le terrain religieux, mais c'en est fini des luttes villageoises autour de l'école. La Séparation est entrée dans les moeurs et les relations entre le pouvoir municipal et le clergé ont pris un régime de croisière, caractérisé par une courtoisie réciproque mais distante et aussi le plus souvent par l'indifférence du maire aux problèmes matériels de l'église de sa commune. II y a des tentatives de rapprochement, qui ne sont pas, d'ailleurs, toutes heureuses..... Le curé d'Ansouis, dès la fin de la guerre, avait animé la constitution d'un comité pour ériger un monument aux morts, ce qui lui avait valu d'en être élu président, alors que le maire était porté à sa présidence d'honneur. Sur la lancée de cette manifestation d'unité nationale, le 11 novembre 1919 avait été marqué par une cérémonie religieuse en l'honneur des morts de la guerre, avec la participation du conseil municipal et des enfants des écoles et des discours prononcés par le maire, l'instituteur et le curé. Mais l'année suivante, le curé note l'absence du maire et de l'instituteur et en 1922 l'inauguration du monument aux morts est une cérémonie civile, qu'à son tour le curé boude69. Les vieilles méfiances ont la vie dure, et le prêtre doit rester à l'intérieur de son église, c'est la condition implicite du compromis qui peu à peu s'établit.

  • 70 Bulletin Paroissial Le Petit Camaretois – sept-oct. 1925.

98Le conflit peut même éclater, de façon retardée, lorsque le rapport de forces devient favorable à la Gauche dans un village jusqu'alors conservateur et où, de ce fait, l'Eglise avait conservé ses libertés traditionnelles. C'est ce qui se produit à Camaret où, en 1925, un arrêté du maire interdit les processions... Décision anachronique ! On n'en avait plus pris dans le département depuis le Combisme et ils n'étaient plus que mollement appliqués – ce que facilitait d'ailleurs la faiblesse militante des catholiques. Mais à Camaret, la mesure prend le caractère d'une provocation, et elle entraîne une protestation, en termes d'ailleurs mesurés, du curé qui laisse à la section locale de la Ligue des Catholiques le soin d'une intervention à la fois plus véhémente et plus politique, dans laquelle il est dit : "Vous pourrez voir désormais le drapeau rouge au milieu de vos rues... Mais vous ne verrez plus la Vierge" pour terminer par la dénonciation d'un acte qui "sonne le glas... de vos plus chères traditions et de la liberté"70. En fin de compte, le Conseil d'Etat annulera l'arrêté du maire et l'affaire n'aura pas de suite.

  • 71 Archives paroissiales de Ménerbes. Registre de Délibérations du Conseil de Fabrique.

99L'incident est bien trop isolé pour qu'on puisse le juger comme significatif. Ce qui l'est davantage, c'est celui qui s'est produit à Ménerbes71, l'un des villages vauclusiens où le détachement religieux est le plus fort. En 1920 des réparations importantes s'imposent au presbytère, propriété communale, mais le conseil municipal les refuse et décide la vente de l'immeuble, attitude qui se situe dans la logique de l'idéologie dominante au village. Une souscription s'organise immédiatement à l'initiative de plusieurs personnes pieuses, mais le jour de la mise en vente le presbytère est adjugé à un habitant de Ménerbes... Emotion et indignation chez les Catholiques qui parviennent à provoquer une nouvelle adjudication et organisent une nouvelle souscription. Mais, surtout, l'archevêque intervient et prescrit au curé de quitter la paroisse "avec ordre de n'y plus retourner dans le cas où la vente sur surenchère lui serait à nouveau défavorable". On imagine la tension, car l'enjeu est réellement très important. Survient alors la seconde adjudication, et le curé est acquéreur sans difficulté. Ainsi, dans une paroisse profondément déchristianisée, où il est impossible que n'existent pas des ferments d'hostilité, la menace clairement formulée de retirer le clergé, de reconnaître par conséquent sans équivoque le fait acquis de la déchristianisation a neutralisé une manoeuvre sérieuse en vue de retirer au prêtre son habitation... La tradition n'est pas vraiment morte, l'indifférence est dans les moeurs mais n'est pas considérée comme contradictoire avec la présence du prêtre. Les choses se seraient-elles passées ainsi, dix ans plus tôt ? Il serait présomptueux de l'affirmer, car alors les conflits politiques concernaient directement les choses de la religion.

  • 72 Expression employée par le curé de Caderousse en 1926 dans un article du bulletin paroissial sur " (...)
  • 73 Archives de l'Archevêché. Rapports sur l'état des paroisses présentées lors des visites archiépisc (...)

100C'est précisément ce qu'il y a de nouveau dans le contexte politique. Certes, la question scolaire est encore sensible au clergé, toujours prêt et prompt à rendre "l'école sans Dieu"72 responsable des difficultés qu'il éprouve à faire l'éducation religieuse des enfants, à s'assurer de leur fidélité au-delà de la communion solennelle. Il y a une méfiance invincible entre le prêtre et l'institueur, et les autorités diocésaines l'entretiennent et la cultivent, par les questions qu'elles posent et qui constituent la trame du rapport sur l'état de sa paroisse que chaque curé doit présenter lors des visites archiépiscopales pour la cérémonie de confirmation : l'utilisation des manuels scolaires frappés d'interdit, le non-respect de la neutralité de l'enseignement sont fréquemment évoqués dans ces rapports. Mais il est remarquable que, le plus souvent, l'instituteur est stigmatisé, dénoncé en raison de ses opinions politiques. A Villedieu, en 1932, les instituteurs forment "un ménage communiste actif" ; à Sarrians, en 1925, on a un "Directeur d'école radicalement communiste – Mariage civil ; enfants pas baptisés" ; à Villars, en 1933, les instituteurs sont "sectaires et bolchéviques" ; à Malaucène, en 1934, ils sont "communistes enragés (et) font la guerre à l'école libre"73. Ainsi, le rapport est établi entre l'engagement politique de l'instituteur et la nocivité de son action professionnelle. Il n'est pas du tout certain que les instituteurs communistes étaient plus anticléricaux que leurs collègues engagés ou non dans d'autres partis politiques, mais ils étaient communistes et c'est ce qui les désigne comme cibles privilégiées des curés.

101Il ne semble pas, toutefois, que tous les prêtres interviennent publiquement dans la vie politique locale, que leur anticommunisme soit fréquemment militant. La lecture des bulletins paroissiaux est à cet égard instructive, puisque c'est le moyen d'expression publique que se sont donné un assez grand nombre de curés dans l'entre-deux guerres. Il y a bien des allusions ou des piques politiques, ici et là, à l'occasion de scrutins municipaux ou cantonaux, ou encore des références à la situation politique générale et l'on n'y apprend rien d'original sur les positions de l'Eglise. Ce qui est plus intéressant, c'est le comportement de tel ou tel prêtre, dont l'insistance à aborder les problèmes politiques dans son bulletin paroissial traduit un tempérament militant, un esprit polémique. Indiscutablement, cela contribue à entretenir un climat de tension qui peut-être fortifie dans la paroisse le noyau de fidèles mais aussi creuse le fossé entre eux et la masse des indifférents. A vrai dire, ces personnalités impulsives et bagarreuses paraissent avoir été peu nombreuses. Celles qui sont à mes yeux les plus significatives sont le curé de Caderousse, de 1926 à 1936, et celui de Ménerbes – qui paraît avoir des sympathies déclarées pour l'Action Française –dans les années 1930.

  • 74 Le Petit Caderoussier. Bulletin Paroissial.

102A Caderousse74, le curé ne s'embarrasse pas de nuances. En 1926, il s'en prend à la politique tout court, qu'il oppose à l'honnêteté et à la justice et lors des élections législatives de 1932 il fait dans son bulletin une publicité complaisante à un appel de la Fédération Nationale Catholique qui met dand le même sac radicaux, socialistes et communistes. Son discours redevient moralisant en 1933, où pêle-mêle les grèves, le mépris de l'autorité, le luxe effréné, l'ambition sociale sont les fruits d'une politique politicienne et il apostrophe durement ceux qui s'y sont laissé prendre :

"Vous n'avez plus voulu de Dieu ! vous n'avez plus voulu de religion ! vous n'avez plus cru au Ciel ni à l'Enfer... Toutes les passions flattées ou formulées par vous se sont donné libre cours, semblables à des bêtes fauves qui réclament leur proie ; et leur choc, dans leur égoîsme insatiable, a produit l'ébranlement de tout l'édifice social".

103Car c'est bien là qu'est le péril majeur : la société est menacée dans ses fondements, et c'est là que les communistes, actifs dans l'arrondissement d'Orange, lui apparaissent particulièrement dangereux, comme il l'indique à la fin de l'année 1936, dans une mise en garde "contre la campagne hypocrite que les communistes ont engagée, afn d'attirer à eux et les ouvriers et les paysans catholiques".

  • 75 La Voix du Lubéron. Bulletin Paroissial.

104A Ménerbes75, c'est la mise en place du Front Populaire qui attire les foudres du curé, qui parle avec émotion des émeutiers du 6 février 1934, évoquant "les Parisiens qui se sont fait tuer pour que la France vive dans l'honneur et la propreté". Quelques mois plus tard, il dénonce le Front commun (qui) est maître de la rue, alors que les patriotes n'usent de leur liberté de parole et de réunion qu'en se faisant assommer" et développe un discours moralisant analogue à celui du curé de Caderousse. Couronnement de sa pensée, un appel à ses paroissiens à retrouver le chemin de l'Eglise, en mars 1936

"alors que des signes avant-coureurs d'une guerre civile et mondiale nous menacent, alors que nous subissons une crise agricole, commerciale, monétaire, et politique, alors que notre France est de plus en plus sous la direction de Moscou et de la Franc-Maçonnerie internationale, malgré les 1.500.000 soldats qui se sont fait tuer pour qu'elle soit libre".

105Il ne semble pas que ces discours où la vision prophétique se fait volontiers terrifiante, où la mise en cause de moeurs sociales qui, de toute évidence, rencontrent un très large assentiment ne peut être sérieusement crédible, obtiennent une large adhésion. Bien au contraire, ils aggravent l'isolement du prêtre et de son maigre troupeau. Ils sont, semble-t-il, très localisés et expriment le tempérament personnel et l'engagement politique de certains prêtres, condamnés par ailleurs à exercer leur ministère dans des paroisses fortement déchristianisées.

106Serait-ce que les prêtres dans leur majorité se tiennent désormais à distance prudente des combats politiques ? Difficile à dire.... Beaucoup sont plus circonspects, délimitent avec plus de précision le champ de leur intervention politique. Mais aussi ils s'efforcent de trouver des relais, de prolonger leur action pastorale, qui mieux qu'avant-guerre distingue les plans politique et religieux, par l'action spécifique d'organisations catholiques. Les oeuvres qu'ils animnent sont plus engagéees dans le monde qu'elles ne l'étaient avant 1914, elles portent la parole du curé, au sens politique autant que religieux, hors de son église : il y a là la recherche d'une adaptation à l'enfermement du prêtre dans son église qui s'est réalisé dans les années chaudes des luttes anticléricales et qui est maintenant une donnée forte de la vie sociale dans les villages vauclusiens.

107On voit bien cette fonction de relais avec la constitution d'un nombre appréciable de sections locales de la Ligue Nationale Catholique du Général de Castelnau. Ce sont les bulletins paroissiaux qui les signalent et il est clair que le curé du lieu est chaque fois à l'origine de l'initiative ; il prononce une allocution dans la réunion constitutive : à Jonquières, il donne l'orientation à suivre : "défendre la religion sans laquelle la France tomberait dans l'anarchie" ; à Cairanne, "il attire l'attention sur les dangers que font courir à la société les doctrines antireligieuses et révolutionnaires de certaine catégorie de citoyens". Mais ensuite, il s'efface derrière un comité où l'on n'a aucune peine à retrouver les notables conservateurs de la commune et c'est à eux que revient la responsabilité de diffuser la bonne parole, d'organiser l'action et surtout de rassembler les catholiques dispersés et découragés. Cette mission de combat sera-t-elle menée à bien ? On sait peu de chose sur l'activité des sections de la Ligue Catholique, qui ont parfois regroupé des effectifs non négligeables : 108 cotisants à Aubignan, "une centaine de braves de la première heure" à Piolenc, autant à Bédarrides. Mais il ne semble pas qu'il y ait une suite bien longue.. Dans ce domaine comme dans celui de leur activité religieuse, la persévérance n'est pas la vertu dominante des catholiques vauclusiens.

B – UNE VIE RELIGIEUSE ASSOUPIE

  • 76 Le Petit Aubignanais. Bulletin Paroissial.

108Les informations ne manquent pas pour analyser et apprécier la pratique religieuse et les gestes de piété. Encore faut-il s'entendre sur la définition de ces termes, et il n'est pas certain que tous les prêtres en aient une même conception car il faut compter avec leur propre personnalité et la situation religieuse de leur paroisse, qui les conduit dans bien des cas à modérer leurs exigences. Le curé d'Aubignan, village divisé mais de ce fait même comptant un noyau important de fidèles, peut indiquer en 1927 qu'à ses yeux la pratique recouvre l'assistance à la messe, le respect du dimanche et l'observation du vendredi, et qu'il fait une place à part aux "pratiques de piété", dans lesquelles il range l'assistance aux vêpres, au chapelet quotidien, aux mois du Rosaire et de Marie76. Celui de Villelaure est bien obligé d'avoir des ambitions plus modestes, puisqu'il constate en 1939 que

  • 77 Archives de l'Archevêché.

"Un groupe féminin de 20 à 30 membres demeure fidèle à toutes les réunions ou fêtes paroissiales, chante le dimanche aux messes et aux funèbres, aux funérailles religieuses et aux services funèbres. Ce petit groupe demeure intangible dans ses convictions. Les hommes demeurent indifférents et deviennent nettement hostiles à la moindre occasion. Les enfants sont très mal élevés, l'autorité paternelle n'existe plus"77

109Il convient donc d'être attentif au caractère relatif des appréciations portées par les prêtres, d'autant plus qu'elles sont rarement suivies, le plus souvent ponctuelles. Nous pouvons toutefois, pour deux paroisses au moins, prendre une vision panoramique de la vie religieuse, et il se trouve fort heureusement qu'elles sont, l'une bien conservée dans sa foi traditionnelle, l'autre profondément déchristianisée. Ces deux études de cas doivent nous permettre de dégager des éléments d'analyse de portée générale.

  • 78 Archives Paroissiales de Loriol. Livre de paroisse.

110Loriol, village proche de Carpentras, repeuplé et enrichi par les arrosages du canal de Carpentras, a eu le même prêtre pendant 40 ans, de 1911 à 1951, qui a laissé un livre de paroisse bien documenté, notamment pour les années 1928-193678. L'abbé F..., personnalité rugueuse et passionnée, animé d'une foi exigeante pour lui comme pour les autres, est un prêtre actif, malgré de douloureux ennuis de santé, et son témoignage, d'une indiscutable sincérité, vaut pour sa précision et pour sa rigueur. Pour bien comprendre sa pastorale, il faut tenir compte de l'existence d'un noyau de chrétiens très pratiquants, qui s'identifient au vieux fonds de population du village, et il les présente en ces termes en 1928 :

"Dans son ensemble, cette paroisse demeure foncièrement chrétienne, très dévouée et très attachée au prêtre... Elle compte encore un groupe très consolant de ces bons chrétiens d'autrefois, continuateurs fidèles des vieilles traditions de piété de leurs aïeux... La plupart de ces vieilles familles demeurent encore fidèles à la prière en commun et gardent au crucifix la place d'honneur au foyer".

111C'est ce qui assure une continuité dans la pratique religieuse, assistance à la messe et communions. C'est aussi ce qui permet au curé de constituer une Ligue des Catholiques, un groupe de Jeunesse Catholique parmi les jeunes qui persévèrent. Mais ces éléments positifs ne lui dissimulent pas des ombres préoccupantes, dont l'origine lui paraît être dans l'absence du prêtre pendant les années de guerre, qui a affaibli spirituellement la paroisse et l'a rendue vulnérable à "l'esprit mondain", à la "vague de sensualisme (qui) a déferlé sur elle" depuis la fin de la guerre. Aussi il oriente son effort vers la consolidation de la pratique, et organise a cet effet une mission dont il est en fin de compte déçu car les missionnaires s'en sont tenus à une prédication stéréotypée, sans se soucier des objectifs – à vrai dire bien ambitieux – qu'il leur avait proposés. Pendant plusieurs années, on suit la volonté inflexible du prêtre, qui pèse de tout son poids pour obtenir de ses paroissiens qu'ils pratiquent la communion fréquente, y compris les enfants, mais qui note des résultats toujours inférieurs à ses espérances. La distinction précédemment signalée entre pratique et pratiques de piété est ici placée en pleine lumière : les statistiques très précises que tient l'abbé F... montrent que la pratique – messe, communion pascale – ne fléchit pas et reste à un niveau élevé, mais c'est sur le plan de la piété vécue, assumée de façon régulière, que le curé connaît l'échec. Il avait réussi à développer la piété dans un fort groupe d'enfants, par le catéchisme et la communion, mais ses exigences sans doute rudes ont indisposé contre lui certains parents, qui sont intervenus à l'archevêché et le prêtre s'est trouvé isolé. Il n'a pas réussi davantage à faire vivre la Ligue des Catholiques, ni le groupe de Jeunesse, parce qu'il ne s'est pas trouvé de laïques pour le seconder.

112En 1937, l'abbé F... a dressé le "bilan de 26 ans de ministère" dans un sermon dont le texte est reproduit dans son livre de paroisse. D'emblée, il indique "Echec à peu près complet. Insuccès sur presque toute la ligne", mais les différents domaines de la vie religieuse qu'il analyse ensuite montrent bien que c'est un échec relatif. On doit cependant retenir le processus qu'il décrit, car c'est bien ainsi que s'affaiblit la foi, au sens traditionnel, sans que des formes nouvelles d'expression religieuse apparaissent. Par exemple les congrégations de femmes et d'enfants se sont effondrées, et l'inquiétude qu'il manifeste est fondée :

"On peut dire qu'il n'y a pas deux jeunes filles pieuses. Et c'est là un symptôme vraiment alarmant pour l'avenir religieux de votre paroisse. Quand il n'y a pas de piété chez la jeune fille, comment peut-il y en avoir chez la jeune mère ? Et alors, comment seront formés les enfants ?".

113Négligence coupable sur le point, à ses yeux essentiel, des derniers sacrements – "Indifférence par rapport au denier du clergé", puisque le quart seulement des familles s'en acquitte. Violation généralisée du repos dominical.... La conclusion dès lors est logique : "Sur les 17 et 18 terrains sur lesquels, inlassablement, pendant 26 ans, il a exercé son activité, votre curé a chaque fois abouti à un échec, à un insuccès". Oui, mais il y a encore 100 personnes qui assistent régulièrement à la messe, et un plus grand nombre qui font leurs Pâques. Combien de curés des villages vauclusiens seraient heureux de pouvoir en dire autant ! Le pessimisme, réel, de l'abbé F... n'est cependant pas seul en cause, il y a bien érosion de la pratique, à commencer dans ses gestes les plus exigeants, et c'est ainsi que se préparent les détachements, qu'on parvient tout juste à enrayer et retarder une fois que le processus s'en est engagé.

  • 79 Archives paroissiales de Ménerbes. Registre de Délibérations de la Fabrique.

114En fin de compte, l'analyse de la vie religieuse à Loriol nous met en présence d'un anachronisme. Ce qui s'y passe dans l'entre-deux guerres s'est produit trente ou quarante ans plus tôt dans le plus grand nombre des villages vauclusiens. Et pour ceux-là, nous pouvons apprécier ce qui reste d'activité religieuse avec les notes précises consignées par le curé de Ménerbes79. En 1921, les offices, qui sont chantés "dans la mesure du possible" accueillent le dimanche quatre hommes et une cinquantaine de femmes, chiffres que l'on retrouve pour la communion pascale ; le baptême "est ordinairement différé, un mois au minimum, souvent plusieurs, quelquefois des années" ; un tiers des enfants ne font pas la première communion ; la plupart des mourants ne reçoivent pas les derniers sacrements. La situation se dégrade encore, puisqu'en 1924 deux ou trois garçons et quatre ou cinq fillettes seulement sont venus régulièrement au catéchisme, un seul homme a fait ses Pâques et en 1933 le prêtre envisage d'arrêter la première communion puisque ceux qui la font ne mettent plus les pieds à l'église ensuite. Il a essayé de réagir, il a créé un cercle de Jeunes, appelé Cercle Saint-Luc, dans la perspective de rassembler les jeunes catholiques sur une base religieuse, mais aussi politique, dont on voit bien le contenu lorsqu'il écrit, en février 1933 :

  • 80 La Voix du Lubéron. Bulletin paroissial.

"Le cercle des Jeunes gens s'est réuni régulièrement au presbytère et a étudié des questions d'un vif intérêt : origines et histoire du socialisme et du communisme ; conciliation de la divine Providence et de l'existence du mal dans le monde ; les Assurances Sociales, etc.."80

115La confusion du religieux et du politique n'a manifestement pas donné de bons résultats, puisque en mars 1936 le curé annonce la fermeture du cercle

  • 81 Ibidem.

"Vu le nouvel état d'esprit qui règne, depuis quelque temps, chez certains membres du cercle... Les mêmes jeunes gens ont eu l'imprudence et la gaminerie de venir apposer, dans le tambour de l'église, une affiche insolente disant en terminant qu'ils reprendront leurs réunions chez Mr le Curé quand on n'y fera plus de politique"81

116Cette fronde, intolérable pour le curé dont on connaît par ailleurs les opinions politiques d'extrême-droite, est en réalité un acte fort sérieux. A vouloir, sans doute maladroitement, identifier conscience religieuse et engagement politique de droite, le curé de Ménerbes a réveillé des passions endormies et provoqué un phénomène de rejet sur le plan religieux chez ses paroissiens qui tiennent bien plus à leur identité politique, au sein d'un courant dominant, qu'à l'affirmation de leurs convictions religieuses.

117Ce type de problème ne s'est pas posé au curé de Loriol. Son troupeau l'a déçu, il s'est laissé séduire ou pervertir par les tentations du monde, mais il avait une cohérence idéologique qui le protégeait. Est-ce pour longtemps encore ? Et, inversement, la religion est-elle condamnée lorsqu'elle doit se pratiquer et se vivre dans un milieu où la dominante politique s'est forgée en grande partie dans les luttes anticléricales ? Ce sont des questions qui se posent dans les villages vauclusiens à la veille de la seconde guerre mondiale, et on n'en perçoit pas encore les réponses possibles.

118Une paroisse engagée dans un déclin encore peu apparent, une autre qui n'est plus qu'un désert... C'est entre ces deux pôles que se situe la vie religieuse dans les villages vauclusiens, et il apparaît que la balance penche du côté du désert. Bien peu de prêtres se déclarent satisfaits de leur paroisse, l'analyse la plus optimiste nous vient d'un petit village du canton de Mormoiron, Flassan, que son curé juge en ces termes en 1936 :

"Bonne paroisse où l'esprit chrétien fait des progrès. Un bon mouvement se dessine vers la communion (pas assez comprise autrefois) et cela même chez les hommes. La plupart des jeunes foyers (6/10 à peu près) sont entièrement chrétiens et semblent vouloir de nombreux enfants (l'enfant unique a été la plaie du pays.... ainsi que les vieux garçons). Les divisions se sont atténuées. Il n'y a plus guère d'hostilité mais il reste surtout chez les anciens une grosse indifférence. La paroisse est très docile en général à l'égard du prêtre, elle est très généreuse pour son église. Le Jacisme peut y trouver un terrain de choix...

  • 82 Archives de l'Archevêché.

et si les jeunes foyers restent chrétiens et féconds la vie chrétienne prendra le dessus"82.

  • 83 Le Petit Cairannois. Bulletin paroissial.
  • 84 L'Echo Montilien. Bulletin paroissial.
  • 85 La Voix du Lubéron. Bulletin paroissial.
  • 86 Le Messager paroissial. Bulletin paroissial.
  • 87 L'Echo de Gordes et des Imberts. Bulletin paroissial.

119Ce qui est effectivement encourageant, mais ne se trouve guère confirmé par les déclarations et réflexions des autres curés dont nous avons le témoignage, c'est la pratique religieuse chez les jeunes. Il y a bien à cet égard des prêtres qui ne se plaignent pas, tel celui de Cairanne qui note en 1924 que le "groupe compact" de pascalisants s'est accru de jeunes gens et qui observe un progrès en 193083, ou encore celui de Monteux qui se plaît à annoncer des chiffres qu'il présente comme des records dans le diocèse84. Mais les données statistiques dans ces paroisses permettent de conclure à la stabilité, sans plus. Et à côte de cela, combien de déclarations inquiètes... Celle du curé d'Oppède, en 1923, qui faisant le bilan de trois mois de catéchisme constate que beaucoup d'enfants font défaut et que d'autres ne viennent que de loin en loin85. Celle du curé de Goult, en 1934, préoccupé par la jeunesse "dont la pratique religieuse laisse à désirer en général toute l'année, mais a été presque nulle à l'occasion de Pâques"86. Celle du curé de Gordes, qui note en 1936 que quelques jeunes hommes et femmes seulement assistent à la messe, dans une paroisse "réputée chrétienne"87.

  • 88 Le Petit Aubignanais. Bulletin paroissial.

120Pourquoi cette défection de la jeunesse ? Laissons l'explication par l'école sans Dieu, objet de polémique bien plus que d'une réflexion sérieuse. La rupture consommée avec les gestes de piété de la tradition catholique, dans le cadre familial, la discordance toujours plus sensible entre le discours religieux, austère et moralisant, et les inéluctables tentations du monde sont des facteurs d'éloignement bien réels, que le curé d'Aubignan en 1926 analyse avec lucidité en même temps que fort maladroitement... Maladresse que la diatribe contre la mode féminine, où il ne veut voir que vanité et sensualité agressive, mais lucidité lorsqu'il observe que cette mode atteint jusqu'aux fidèles, c'est-à-dire "cette partie de la population qui fait profession de se guider d'après nos conseils"88. Sans aucun doute, par ailleurs, le comportement des pères déteint sur celui de leurs enfants, et il y a une rude pente à remonter dans les villages où les hommes ont oublié le chemin de l'église. C'est un cas si répandu qu'il est inutile d'y insister, il n'y a pas de prêtres qui ne s'en plaignent ou même n'avouent leur impuissance. L'érosion sur ce point se poursuit, et les prêtres font parfois preuve d'incompréhension : lorsqu'ils s'élèvent contre la violation du repos dominical, ils ont tendance à y voir d'une part un abandon coupable de la tradition, d'autre part la manifestation d'un esprit de lucre. C'est ce qu'exprime très bien le curé d'Aubignan, interpellant ses paroissiens en juillet 1927 :

  • 89 Le Petit Aubignanais. Bulletin paroissial.

"Est-ce un fait transitoire, résultant du travail intensif que vous vous imposez, non par nécessité, mais volontairement pour accroître votre aisance (souligné par le curé), en ces mois surmenés d'avril, de mai et de juin ? Est-ce un fait chronique, qui se révèle maintenant à mon attention plus éveillée ? Je ne sais, mais il est de fait que les pratiques faiblissent. Et cela me préoccupe grandement"89.

121Il y a peu de chance que les paysans vauclusiens soient convaincus par ce raisonnement. Le prêtre serait sans aucun doute mieux inspiré en reconnaisant la qualité de leur travail, et là l'incompréhension est certainement source de détachement.

  • 90 Le Petit Camaratois. Bulletin paroissial. L'article est intitulé "Une bénédiction spéciale" et le (...)
  • 91 Archives paroissiales d'Ansouis. Registre de la paroisse.
  • 92 Le Petit Couthezonnais. Bulletin paroissial.

122Puisque la pratique, au sens régulier et répétitif du terme, est à ce point dégradée, les prêtres n'ont plus d'autre ressource que les missions. Il en est organisé un grand nombre, et ce nombre serait lui-même plus élevé si l'Eglise n'éprouvait des difficultés à répondre à une demande qui croît avec la déchristianisation elle-même. Leur efficacité est douteuse, et ce n'est sûrement pas la corrélation qu'établit le curé de Camaret entre le mois de la mission en 1924 et le fait qu'il n'y a eu pendant ce mois aucun décès dans la paroisse qui ouvrira les yeux aux sceptiques...90. Les prêtres font généralement état d'assistances nombreuses, notamment quand la réputation d'orateur des missionnaires a fait le tour du village. C'est ainsi que le curé d'Ansouis note à l'occasion du Jublilé prêché en décembre 1926 qu'"on vient au sermon non par dévotion ou parce qu'on en comprend le besoin, mais bien, en général, par goût de la parole publique donnée, et sans respect humain"91. Et celui de Courthezon indique que la mission de décembre 1927 a été suivie par plus de 300 auditeurs, parmi lesquels on remarquait "non seulement nos fidèles paroissiens, mais un bon nombre d'indifférents, incroyants ou libres penseurs"92. Mais il n'y a pas de retours parmi ces derniers... En dernière analyse, les missions ont pour fonction essentielle de redonner confiance, de retenir à la pratique des catholiques qui s'en éloignent. Elles ne sont pas inutiles, mais leur résultat réel et durable est très inférieur à l'apparence qu'elles proposent, dans laquelle entre en compte leur caractère de fête, auquel beaucoup restent sensibles, même si leurs convictions religieuses sont très affaiblies.

C – NOUVEAU RECUL DE LA PRATIQUE RELIGIEUSE

123Inutile de prolonger l'analyse qualitative de la vie religieuse. Toutes les données concordent et elles permettent bien de dégager une ligne d'évolution défavorable. C'est celle-ci qu'il convient maintenant de préciser, sans nous dissimuler, bien sûr, que les données statistiques sur lesquelles il nous faut pour cela prendre appui n'apportent pas et ne peuvent pas apporter de réponse à l'interrogation personnelle des êtres humains qui, bien involontairement, se sont prêtés aux comptages que nous avons exploités. Sur ce point, le curé de Lapalud qui rendait compte, justement en termes statistiques, de l'état de sa paroisse à l'archevêque, en 1936, exprimait un scrupule fort respectable lorsqu'il disait dans sa conclusion :

  • 93 L'Echo paroissial de Lapalud. Bulletin Paroissial.

"Mon impression profonde est que la foi est encore bien vivante dans le coeur de mes paroissiens, quoique tous n'en fassent pas des démonstrations extérieures, ce à quoi je voudrais tant les amener"93.

124Vieux problème que celui de la pertinence des manifestations extérieures en la matière... Disons simplement qu'on ne peut récuser le témoignage, mieux la mesure, qu'elles nous proposent. Et l'Eglise l'entendait bien ainsi, puisqu'elle demandait aux prêtres d'y être attentifs, précisément en termes statistiques.

125C'est ce qui nous permet de mesurer la pratique masculine par l'assistance à la messe et la communion pascale, comme nous l'avons déjà fait pour l'avant-guerre. Nous pouvons établir deux statistiques, valables la première pour les années 1920 et la seconde pour les années 1930, et elles prennent naturellement toute leur signification par la comparaison de leurs données avec celles des années qui précèdent la guerre. La représentation cartographique met bien en évidence l'érosion continue de la pratique et la cohérence du phénomène, puisqu'on l'observe partout. Les déserts déjà repérables avant 1914 restent des déserts et la "contamination" est indiscutable, dans la basse vallée de la Durance et aussi dans le nord du département. Les zones de résistance sont inchangées, mais elles s'affaiblissent.

126Il est possible de préciser le processus d'érosion de la pratique religieuse en calculant pour chaque canton un indice d'évolution de l'assistance à la messe et de la communion pascale. Disons tout de suite que sa signification est très faible pour les cantons les plus déchristianisés : le détachement était déjà si fort avant 1914 qu'une très légère amélioration se traduit par un indice d'évolution fortement positif, ce qui pourtant ne change rien à la situation réelle, qui reste ce qu'elle était, c'est-à-dire désespérante pour le clergé. C'est le cas pour les cantons de Cadenet, Pertuis et Bonnieux. Pour tous les autres cantons – à l'exception de celui de Bédarrides pour l'assistance à la messe – les indices d'évolution sont négatifs ou, au mieux, traduisent un état de stabilité. C'est le cas à Mormoiron, Sault et Valréas pour l'assistance à la messe, mais on doit observer que ce sont des cantons a faible dynamisme démographique et le vieillissement de leur population peut à lui seul expliquer la stabilité de la pratique dominicale, qui ne concerne que 5 à 8 % de la population masculine. Mais les pascalisants y sont tout de même de moins en moins nombreux.

127L'important, c'est que la pratique est en baisse très sensible dans les cantons où elle était encore forte en 1914 : Carpentras, Pernes, l'Isle-sur-Sorgue, Orange, Malaucène résistent mal à la pression de l'indifférence religieuse et si l'on ne peut encore parler à leur endroit de désert, on s'en approche. Dans des cantons où tout espoir n'était pas encore perdu en 1914, comme Cavaillon et Beaumes, l'affaiblissement de la pratique est encore plus net et ce sont ces vitesses d'évolution qui donnent du poids à l'idée d'un processus irréversible, d'une chronologie différenciée mais qui obéit à une sorte de dynamique. Le fait qu'on l'observe à des périodes historiques différentes, où les luttes autour de l'Eglise n'ont pas la même importance, tend à prouver que les luttes politiques à incidence directe sur le fait religieux ne doivent pas être privilégiées. Elles expliquent sans doute que le processus a démarré ici plus tôt que là, mais son déroulement s'inscrit dans un contexte de civilisation qui pénalise l'Eglise, d'autant plus que son noyau de fidèles – au sens traditionnel du terme – est petit. S'agissant de la paysannerie vauclusienne, le processus de modernisation dans lequel elle s'est de bonne heure engagée apparaît comme contradictoire avec la foi et la pratique qui l'exprime, mais cette contradiction ne se manifeste pas nécessairement en premier lieu là où la modernisation s'impose également en premier lieu : il ne peut y avoir en ce domaine de rapport mécanique, on le comprend sans peine.

128Cela dit, la relation assurément complexe entre la base économique et les comportements religieux s'inscrit indiscutablement dans les indices d'évolution calculés. Partout où ils sont en baisse, celui relatif à la communion pascale témoigne d'une meilleure résistance que celui de l'assistance à la messe. Dans une économie dont nous connaissons les rythmes de travail toujours plus rapides, les contraintes d'emploi du temps, il est normal que la pratique dominicale soit en premier lieu atteinte. On est plus disponible –même si ne se sentent concernés qu'une minorité d'individus – pour un acte saisonnier, comme la communion pascale. Ce faisant, le catholique prend tout de même plus de distance envers son église et l'on comprend les prêtres qui vitupèrent contre le travail du dimanche, même si leur intervention est maladroite : ils savent bien, d'expérience, qu'il y a toujours péril à laisser le troupeau s'écarter du bon chemin.

129Dans la logique de cette évolution, la pratique des femmes est, elle aussi, soumise à érosion, peut-être même plus forte que pour les hommes. Les moeurs sociales ne permettent pas que les femmes soient un frein efficace à la déchristianisation, leur pratique traditionnelle était dans la logique de leur rapport de soumission aux hommes et il est inévitable qu'elles se soumettent à leur tour avec un décalage normal aux idées dominantes, qu'il ne leur revenait pas d'imposer. Elles sont donc, entre les deux guerres, de plus en plus nombreuses à rejoindre les rangs d'une indifférence aimable, sans hostilité –encore que certains prêtres les blessent par leur intolérance envers la mode, où elles ne voient nullement le risque d'une dépravation morale.

130Il serait donc tout à fait fâcheux et inexact de donner au détachement religieux la signification d'une dissolution des moeurs. C'est un argument polémique, intéressant à ce titre, mais rien de plus. Convient-il de le mettre en correspondance avec l'enrichissement des paysans vauclusiens ? Sans doute, mais à la condition expresse d'objectiver cette correspondance alors que les prêtres quand ils l'évoquent introduisent le sous-entendu du luxe corrupteur.... Il me paraît plus correct de faire de l'enrichissement, réel nous le savons, le terme d'une démarche sociale qui crée de nouveaux modes de pensée, de nouvelles règles de vie que l'Eglise n'a su ou pu prévoir. Et l'on ne peut, dans cette ligne de réflexion, esquiver le fait que ces paysans qui s'enrichissent – modestement tout de même pour le plus grand nombre ! – n'éprouvent pas pour autant le besoin de se ranger dans le camp du conservatisme, auquel l'Egalise, qu'elle le veuille ou non, est intégrée. On sait bien qu'il y a des retours a la religion dont c'est la grande justification. Ce n'est manifestement pas le cas en Vaucluse, et c'est un fait qui mérite d'être souligné.

Notes

1 Archives Paroissiales de Robion.

2 A.D.V.S.T. Situation de l'Enseignement Primaire.

3 Ibid.

4 Archives Parsoissiales de Vacqueyras. Un cahier, intitulé "Historique de la Paroisse" relate sa vie, en insistant sur les événements importants aux yeux des prêtres.

5 Le curé écrit qu'à la fin du Jubilé de 1851 "tous les hommes à quelques faibles exceptions près se sont approchés de la Sainte Table". Les chiffres qu'il donne concernent aussi des habitants des paroisses voisines et sont de ce fait difficilement comparables entre eux.

6 A.D.V.S. 2 I n° 10 : "Fragment de Journal de l'abbé Magnin, curé".

7 Arch. Communales de Velleron.

8 L'abbé Magnin raconte en. ces termes la soirée des élections à l'Assemblée Nationale, qui a vu la victoire à Velleron des candidats républicains :

"Il y a eu ce jour là au soir feu de joie devant la maison commune, accompagné du tir de serpentaux, chants. Après ont eu lieu des farandoles, le cortège accompagnant le transport du bonnet phrygien et statue de la République. On a traversé la place sans s'arrêter, on est venu sur la place de la cure où un feu a été allumé... La farandole a fait des va et vient, on a chanté, on a crié A bas les prêtres, A bas les capelans, j'ai entendu de mes propres oreilles, indépendamment de ces cris celui de A la guillotione. Il m'a été dit qu'il avait été dit en parlant de moi, qu'il descende et nous le brûlerons".

9 Archives paroissiales de Cadenet.

10 Le curé relate ainsi l'accueil réservé à l'Archevêque d'Avignon lors de sa visite du 19 Avril 1866 :

"Tout le pays était là, se pressant sur les pas du pasteur bien aimé, avide de contempler ses traits, de recueillir sa parole et faisant retentir l'air de chaleureux vivats. D'un côté, les joyeuses volées de nos cloches, la détonation des boites, les sons des tambours et des clairons de nos sapeurs pompiers, admirables de tenue, les fanfares enfin de notre excellente musique animaient singulièrement cette grande manifestation, et de l'autre le concours de toutes nos autorités, rehaussé ce jour là par la présence du digne commandant de la gendarmerie de Vaucluse...".

Récit intéressant, car il souligne l'ambiguïté des grandes cérémonies religieuses, encadrées par les autorités politiques et agrémentées par le concours de sociétés profanes qui leur donnent un caractère de fête, d'où le religieux est plus ou moins escamoté.

11 A Oppède, un problème analogue est posé en 1872. Le Conseil Municipal demande un nouveau tarif, moins élevé que celui en vigueur, pour les enterrements. Ce qui lui vaut un énergique refus du Conseil de Fabrique, "considérant que le Conseil Municipal, tout en se disant l'écho fidèle de la population d'Oppède, n'a été, dans sa démarche, que le triste écho de l'indifférence en matière religieuse et de quelques brouillons de village qui, dans les cafés, cabarets, clubs déblatèrent sur tout et contre tous et ne trouvent d'impôts légers que celui qu'ils paient pour les boissons qu'ils absorbent". Arch. Paroissiales d'Oppède – Registre de Délibération du Conseil de Fabrique.

12 Archives paroissiales de Mazan.

13 Au recensement de 1872,1a population de Mazan est de 3 246 habitants. La proportion des communiants est supérieure à 50 % des adultes.

14 Archives paroissiales de Vilielaure – Cahier des acquisitions et réparations de l'église.

15 Ibid. Livre de Paroisse.

16 Archives paroissiales d'Althen-les-Paluds. Livre de paroisse.

17 A.D.S.T. Délibérations du Conseil Départemental de l'Instruction Publique. A Pernes et Bédarrides, les frères ont immédiatement ouvert une école libre, qui redeviendra publique en 1873. A l'Isle, le Conseil Départemental avait recommandé qu'il y ait deux écoles communales, l'une laïque et l'autre congréganiste, "dans un esprit d'apaisement, de conciliation, d'équité et par respect pour la liberté des pères de famille".

18 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général. Année 1871.

19 Ibid. Année 1872.

20 On peut lire dans le rapport du Directeur de l'Ecole Normale d'Avignon à la commission de Surveillance de l'Ecole, en 1873 :

"Les devoirs religieux, qui sont la base essentielle de toute morale, sont pratiqués par nos élèves d'une manière que je peux dire édifiante : tous, sans exception et sans pression d'aucune sorte, se sont approchés des Sacrements le jour de la Noël, à Pâques et le dimanche 11 juillet. Ces heureux résultats sont dûs aux bons exemples que les maîtres donnent comme aussi à la haute influence que notre digne aumônier exerce sur l'esprit et le coeur de nos jeunes gens ; ils sont aussi la preuve de l'excellent esprit qui les anime".

21 A.D.S.T. Délibérations du Conseil Départemental de l'Instruction Publique.

22 Ibidem. A Entrechaux, le curé a légué à la Fabrique un capital assurant en rentes de l'Etat un revenu annuel de 1 545 fr, à charge de consacrer 1 000 Fr aux appointements de deux instituteurs congréganistes. Le maire, bien entendu d'accord avec le curé, demande que l'opération soit réalisée sans attendre !

23 Archives Paroissiales de Velleron.

24 Bulletin Départemental de l'Instruction Publique. Année 1879 n°8.

25 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général. Année 1879.

26 A.D.V.S.T. Situation de l'enseignement primaire.

27 Cela n'empêche pas les inspecteurs primaires d'analyser en termes politiques la situation des écoles. C'est ainsi qu'à Mormoiron l'inspecteur primaire dit de l'école congréganiste de garçons que "malgré tout le zèle de son directeur et de ses adjoints, (elle) ne pourra tenir longtemps contre le mérite supérieur et reconnu de Mr Bonnet, directeur de l'école communale laïque", alors que pour l'école libre congréganiste de filles "la directrice... est capable, habile, exprérimentée, elle fait une rude concurrence à l'école communale des filles où se trouve une directrice assez capable, mais sans énergie".

28 A.D.V.S.T. Situation de l'enseignement primaire.

29 A. Dansette – Histoire Religieuse de la France contemporaine. Paris 1951.T.II.p. 91-92.

30 A.D.T.

31 En 1891,1e maire de Conquières et le sous-préfet d'Orange signalent au préfet l'attitude hostile du vicaire de cette paroisse. Un habitant fait devant le sous-préfet la déposition suivante : "Je me suis marié il y a trois semaines, et j'ai dû aller à confesse. Je vous donne pour pénitence, m'a dit Mr l'abbé, d'envoyer votre frère à l'école qui enseigne le bien ; et d'ailleurs, si vous ne le faites pas, je persuaderai votre grand'mère qu'il faut qu'elle vous déshérite." A.D.S.V.

32 A.D.V. IM 758-759.

33 A.D.V. V.132. Plaintes contre le clergé.

34 Ibid. V. 133.

35 Ibid. V.133

36 A.D.V. V138. Interdiction des processions.

37 A.D.V. 1M758-759.

38 Ce registre m'a été communiqué par Mr Lucien Olivier, cultivateur à Aubignan. Commencé en 1903, il est tenu plus ou moins régulièrement jusqu'en 1922. Après cette date, il ne mentionne plus, sans commentaires, que les funérailles des adhérents.

39 La même année, la Société mandate ses représentants au Congrès Départemental de la Libre Pensée, qui se tient à Apt, pour "que les congrès ne soient pas exclusivement occupés que par la question anticléricale et libre-penseuse et que la question économique source industrielle de la libre-pensée, n'y soit pas négligée".

40 Ce tableau résume celui qui figure en annexe, intitulé l'Enseignement Primaire en Vaucluse.

41 Archives Paroissiales de Mazan.

42 Archives Paroissiales de Loriol : Registre de Paroisse.

43 Archives Paroissiales d'Aubignan : Livre de Paroisse.

44 Archives Paroissiales de Caumont : Notes historiques établies par l'abbé Cartoux.

45 Archives Paroissiales de Sablet : Registre de Délibérations du Conseil de Fabrique. Une impression analogue se dégage du récit de la mission de 1893 à Vacqueyras, où les deux missionnaires "ont su attirer, convaincre et finalement entraîner la population presque toute entière de Vacqueyras, et même un certain nombre de fidèles des pays voisins, chose consolante, surtout dans les termps exceptionnels où nous vivons". (Archives Paroissiales de Vacqueyras).

46 Archives paroissiales de Cadenet. Registre paroissial.

47 Archives paroissiales de Villelaure : Coutumier de la paroisse.

48 Archives de l'Archevêché.

49 Archives paroissiales d'Ansouis : Registre de la Paroisse.

50 Archives de l'Archevêché.

51 Allusion à la communauté protestante, pourtant bien calme et sans prosélytisme, du village voisin de Mérindol.

52 Archives de l'Archevêché.

53 Ibidem.

54 Archives de l'Archevêché.

55 Archives Paroissiales de Caumont.

56 Archives de l'Archevêché. Autre indice de cette gêne, et des questions que commencent à se poser les prêtres, ce que dit le curé de Sainte-Cécile-les-Vignes de la congrégation des Enfants de Marie, en 1910.

"Quant aux jeunes filles, il y en a beaucoup qui pratiquent la religion dans ce qu'elle a d'essentiel, mais très peu qui ne préfèrent à la piété la liberté de fréquenter le monde. Si cette liberté était tolérée, le nombre des congréganistes augmenterait".

57 On ne peut négliger le fait que dans certains cas un baptême tardif peur avoir la signification d'un retour à la religion.

58 Voir le témoignage du curé de Cheval-Blanc, en 1908 :

"Comme il n'y a jamais eu de frères, et qu'il n'y a plus de soeurs depuis 1881, en général les hommes ne croient plus ; les jeunes femmes suivent leur exemple. Il n'y a plus de religion que chez les vieilles. Aussi ne fait-on pas venir le prêtre pour les derniers sacrements. J'ai établi des surveillantes de quartiers.

Elles ne m'avertissent pas, ou elles le font à faux. Plusieurs fois la famille a fait mur pour m'empêcher de passer. Parvenu auprès du malade, parfois je me suis trouvé en face d'un incrédule, quelquefois même perverti par son père... Mais on veut ordinairement l'enterrement religieux et la messe". (Archives de l'Archevêché).

59 Il convient d'éliminer des calculs les morts subites et les décès d'enfants.

60 Archives paroissiales d'Althen-les-Paluds.

61 Archives paroissiales de Gigondas. Registre du Conseil de Fabrique.

62 Archives de l'Archevêché.

63 A.D.V. V3. Personnel.

64 Archives paroissiales de Ménerbes

65 Il existe une paroisse au hameau de Causans – commune de Jonquières – sur lequel règne en maître le marquis de Causans. L'archiprêtre d'Orange, en 1909, la juge en ces termes :

"La paroisse de Causans est toujours excellente. Les offices y sont bien fréquentés et son heureux curé n'a de difficulté d'aucun genre pour exercer son ministrère : les châtelains très chrétiens s'emploient de toutes leur forces à maintenir les habitants qui sont tous leurs fermiers dans l'amour et la pratique de la religion". (Archives de l'Archevêché).

66 Archives paroissiales de Vacqueyras : Histoire de la paroisse.

67 Archives paroissiales de Robion : Registre de délibérations de la Fabrique.

68 Le curé de Flassan, qui est pourtant une bonne paroisse, signale en 1920 à propos des communions pascales "une sensible défection parmi les jeunes démobilisés". (Archives de l'Archevêché).

69 Archives paroissiales d'Ansouis : Registre de la paroisse.

70 Bulletin Paroissial Le Petit Camaretois – sept-oct. 1925.

71 Archives paroissiales de Ménerbes. Registre de Délibérations du Conseil de Fabrique.

72 Expression employée par le curé de Caderousse en 1926 dans un article du bulletin paroissial sur "la déchristianisation de la jeunesse". Il revient sur ses méfaits dans un autre article, de 1931, où l'instituteur est dépeint, en général, comme issu "bien souvent d'une famille de petits propriétaires ambitieux", provenant d'un recrutement dans lequel "il n'est pas question d'appel intime, de vocation pour dire le mot". (Le Petit Caderoussier, bulletin paroissisal).

73 Archives de l'Archevêché. Rapports sur l'état des paroisses présentées lors des visites archiépiscopales.

74 Le Petit Caderoussier. Bulletin Paroissial.

75 La Voix du Lubéron. Bulletin Paroissial.

76 Le Petit Aubignanais. Bulletin Paroissial.

77 Archives de l'Archevêché.

78 Archives Paroissiales de Loriol. Livre de paroisse.

79 Archives paroissiales de Ménerbes. Registre de Délibérations de la Fabrique.

80 La Voix du Lubéron. Bulletin paroissial.

81 Ibidem.

82 Archives de l'Archevêché.

83 Le Petit Cairannois. Bulletin paroissial.

84 L'Echo Montilien. Bulletin paroissial.

85 La Voix du Lubéron. Bulletin paroissial.

86 Le Messager paroissial. Bulletin paroissial.

87 L'Echo de Gordes et des Imberts. Bulletin paroissial.

88 Le Petit Aubignanais. Bulletin paroissial.

89 Le Petit Aubignanais. Bulletin paroissial.

90 Le Petit Camaratois. Bulletin paroissial. L'article est intitulé "Une bénédiction spéciale" et le curé écrit que "le bon Dieu a voulu donner à tous la facilité de profiter de la mission".

91 Archives paroissiales d'Ansouis. Registre de la paroisse.

92 Le Petit Couthezonnais. Bulletin paroissial.

93 L'Echo paroissial de Lapalud. Bulletin Paroissial.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter