Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 2

 | 
Claude Mesliand

Chapitre II. Mode de vie et consommation dans la société paysanne

Texte intégral

  • 1 Ces partages anticipés, dont j'ai montré qu'ils devenaient plus fréquents après la guerre, ne sont (...)

1Entre le revenu net des agriculteurs et la fortune qu'ils constituent se situe ce que j'appelle, pour faire court et aussi faute d'un autre terme plus explicite et plus rigoureux, "la consommation des agriculteurs". Entendons-nous bien sur la notion de revenu net : c'est ce qui reste au paysan sur les ventes qu'il a réalisées, après règlement de ses dépenses d'exploitation et de ses impôts. Entendons-nous bien également sur la notion de fortune : c'est l'accumulation des biens mobiliers et immobiliers que le décédé laisse à ses héritiers. Ce qui veut dire, bien sûr, qu'une partie, variable, de la fortune peut reproduire tout simplement des biens eux-mêmes hérités, le solde représentant les biens acquis par le décédé, à partir de son propre revenu. Dans ces conditions, évoquer l'a consommation des agriculteurs implique qu'on fait une distinction entre les dépenses de consommation concernant des biens durables ou moyennement durables et les investissements et placements, ces derniers se retrouvant en tout état de cause dans la fortune, ce qui ne peut être le cas qu'accidentellement pour les premiers. Ce schéma est inévitablement simplificateur, car l'image de la fortune que proposent les déclarations de succession est souvent une image en réduction de la fortune réellement acquise, du fait de répartitions partielles antérieurement effectuées, pour "établir" un fils, marier une fille....1 Par ailleurs, une fortune ainsi diminuée perd toute dynamique lorsque son revenu n'a plus pour fonction que la subsistance de personnes âgées, n'exerçant plus qu'une activité réduite, à la mesure de leurs forces et de leurs ambitions également déclinantes. Il n'y a donc pas à être surpris que l'évolution de la fortune paysanne fasse apparaître un rythme de croissance moins élevé que celui du revenu des agriculteurs.

2Cela dit, la consommation des agriculteurs, distincte de leurs investissements et placements, peut-elle être considérée comme une constante, pour la période que nous étudions ? Il est clair qu'elle n'est pas indifférente aux variations du revenu, ni au contexte de civilisation : l'enrichissement paysan, qui apparaît clairement en conclusion de l'étude du revenu des agriculteurs mais qui n'est pas confirmé d'aussi nette manière par l'étude des patrimoines et des fortunes, ne peut-il être approché – sinon mesuré – par l'étude de la consommation des agriculteurs ? C'est l'objectif que je poursuis maintenant, sans me dissimuler les difficultés de l'entreprise.

3On voit assez bien ce qui peut entrer dans la rubrique des dépenses de consommation, encore qu'il faudrait être en mesure de distinguer celles qui ont comme destination la satisfaction des besoins et désirs quotidiens des individus de celles qui visent à améliorer les conditions techniques – mais aussi humaines – de l'exploitation agricole. Pour ne prendre qu'un exemple, l'achat d'une sulfateuse mécanique, à traction animale, a valeur d'investissement mais il ne faut pas s'attendre à le retrouver comme tel, le plus souvent, dans les fortunes que nous livrent les successions, pas plus qu'il ne serait raisonnable de l'imputer sur un compte d'exploitation annuel. Pour un petit ou moyen exploitant, c'est une dépense qui se prévoit, qui s'intègre dans une programmation le plus souvent empirique, où interviennent des considérations d'efficacité économique et aussi d'allégement du travail, où la perspective du loisir n'est pas forcément exclue. Dans les dépenses en biens de consommation de moyenne durée qu'il envisage ou réalise, le paysan ne peut pas, le plus souvent, faire avec rigueur la distinction entre ce qui relève de son confort et ce qui relève du perfectionnement de son outillage. Pourquoi ne pas respecter cette ambiguïté, bien involontaire ?

  • 2 Voir A. Sauvy – Histoire Economique de la France entre les deux guerres. t. III, plus particulière (...)

4On peut donc considérer que les dépenses de consommation couvrent l'alimentation, l'habillement, l'équipement ménager et l'ameublement, l'équipement technique de l'exploitation, la santé et les loisirs2. Cette énumération suffit à nous convaincre qu'elles ne sont pas d'un volume constant et donc une réflexion à leur sujet est bien justifiée. Mais peut-on l'appuyer sur une documentation de nature statistique ? Evidemment non, et c'est ce qui donne un caractère risqué à notre tentative, que nous ne pourrons compenser que par l'extrême prudence de nos conclusions.

I – LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE3

  • 3 Je m'inspire largement dans cette étude de mon article : "Contribution à l'étude de l'alimentation (...)
  • 4 G. Dupeux, dans sa thèse Aspects de l'Histoire politique et sociale du Loir et Cher (1848-1914) Pa (...)
  • 5 La Prime d'Honneur du Département de Vaucluse en 1866.op. cité.

5Les grandes enquêtes agricoles du milieu du xixème siècle se sont intéressées à ce problème, dans la perspective de définir et présenter un budjet-type4, mais les archives départementales du Vaucluse n'ont rien conservé des réponses qui ont été faites – à moins qu'il n'y en ait pas eu.... – aux questions posées à ce sujet, et nous ne disposons d'aucune donnée de caractère général et synthétique pour aborder ce problème, qui représente pourtant un aspect fort important de la consommation paysanne. Nous pouvons simplement nous appuyer sur l'estimation du prix de nourriture d'un ouvrier agricole, calculé sur une année, présentée par E. Raspail lorsqu'il concourut pour la Prime d'Honneur en 1866, avec ses propriétés de Gigondas5. Son estimation se présente ainsi :

6Suit un commentaire pour préciser les limites de l'estimation :

"Ces chiffres sont ceux des collines moyennes qui entourent la plaine du Comtat. Dans les parties montagneuses, la nourriture, paraît-il, ne dépasse guère 0,30 F ; mais chez eux, quelque part que ce soit, les paysans, qui vivent en partie de déchets, ici comme partout, et qui sont très retenus, dépensent certainement moins que ces divers prix."

  • 6 Statistique de la France, Agriculture. Résultats généraux de l'enquête décennale 1862, Strasbourg, (...)

7Retenons l'idée d'une frugalité qui irait croissant de la plaine à la montagne, ce qui suggère une corrélation entre les systèmes de production et l'alimentation paysanne. Mais faut-il suivre E. Raspail quand il avance l'idée que le coût de l'alimentation des exploitants agricoles serait moins élevé que sa propre estimation relative aux ouvriers agricoles ? Il est fort possible qu'il assure une alimentation supérieure à la moyenne à ses propres ouvriers, mais on doit observer que la différence entre le salaire journalier de l'ouvrier non nourri et celui de l'ouvrier nourri est, d'après l'Enquête Agricole de 1862, de 0 Fr 84 en hiver et 1 Fr O4 en été, c'est-à-dire des chiffres plus élevés que le coût-nourriture quotidien auquel il parvient6.

8En vérité, l'estimation propose ce que nous appellerions le minimun vital, mais il s'applique à coup sûr à une population nombreuse, journaliers et paysans confondus dans un même genre de vie. D'ailleurs, l'usage n'est pas dans la plupart des maisons de cultivateurs-employeurs de dresser deux tables ni de servir deux menus, et l'on peut retenir à cet égard le témoignage de F. Mistral évoquant le repas au mas paternel :

  • 7 F. Mistral, Mémoires et récits. Son témoignage est d'autant plus éloquent que son père est un ména (...)

"... Pour dîner ou pour souper, les hommes, l'un après l'autre, entraient dans le mas et venaient s'asseoir, chacun selon son rang, autour de la grande table, avec mon seigneur père qui tenait le haut bout... Puis, le repas fini, le premier charretier fermait la lame de son couteau et, sur le coup, tous se levaient".7

9Il ajoute que la nourriture était simple, faite de légumes et de pain bis, arrosée de vin coupé d'eau, mais elle était la même pour tous, du berger au propriétaire.

10Bien sûr, on ne peut en conclure à l'uniformité de l'alimentation paysanne, et la hiérarchie sociale à la campagne, même si elle est masquée par l'unité du mode d'existence que créent les conditions de travail – le caractère à la fois patriarcal et paternaliste de la vie au mas en est un bon exemple – se retrouve dans la diversité des menus et la qualité de la nourriture. II y a là une direction de recherche que nous aurons à explorer, mais il est de bonne méthode de suivre en premier lieu les lignes de force de l'alimentation paysanne provençale, telles qu'elles sont suggérées par le document précédemment cité.

11L'évaluation monétaire des différents éléments de la ration alimentaire ainsi reconstituée ne doit pas faire illusion : dans la plupart des cas, elle ne correspond pas à une dépense effective et le paysan, employeur ou non d'une main-d'oeuvre salariée, puise pour l'essentiel dans les produits de sa récolte pour assurer sa subsistance. Le premier caractère de cette ration alimentaire, c'est donc sa corrélation étroite avec l'agriculture régionale, et elle signifie que le paysan vit dans une situation d'autoconsommation. Nous sommes dans l'économie traditionnelle, à faible revenu monétaire, avec prépondérance dans l'éventail des productions de celles dont le paysan tire sa subsistance. Certes, il peut y avoir –et on sait qu'il y a effectivement – des variantes dans ce schéma très général ; mais il traduit une réalité fondamentale : le paysan, même lorsqu'il perfectionnne son système de cultures, même lorsqu'il y introduit des cultures commerciales, reste soumis à l'exigence vitale d'assurer, avant toute autre considération, sa subsistance. Ses dépenses alimentaires effectives, celles pour lesquelles il doit débourser, sont très limitées. A s'en tenir aux rations et menus alimentaires présentés par E. Raspail, elles peuvent même être nulles dans la plupart des cas, car il n'y a guère d'exploitations agricoles qui ne soient alors en mesure de produire ces denrées.

A) le blé dans l'alimentation paysanne

12La simple lecture du budget alimentaire ci-dessus reproduit montre que le pain dans les années 1860 est l'aliment de base. Le calcul de conversion du blé en pain est une opération à la fois aisée et risquée, dans l'ignorance où l'on est du taux de blutage et de la qualité du pain : si l'on adopte les conditions d'échange blé-pain telles que nous les connaissons pour la fin du siècle par divers témoignages, la consommation annuelle de 4,5 hl de blé équivaut à une ration journalière de 750 g de pain. Mais l'important, c'est que le blé soit considéré comme la seule céréale panifiable pour une ration alimentaire que nous avons pu définir comme représentative du niveau de vie le plus modeste. C'est là une situation nouvelle qui traduit un double progrès, que l'on peut suivre depuis le début du siècle : en premier lieu, extension des surfaces consacrées aux céréales, mais aussi part croissante du froment dans les emblavures.

  • 8 Enquête agricole de 1866. 23 circonscription, Vaucluse-Drôme-Ardèche, Paris, 1868.
  • 9 P. Seignour, La vie économique du Vaucluse de 1815 à 1848, Aix-en-Provence, 1857.p. 114.

13Des années 1800 aux années 1860, la production céréalière a plus que doublé et la consommation a suivi une marche comparable. Plus précisément, la part du seigle et du méteil dans la consommation céréalière, qui était de 39 % en 1847, est tombée à 2 % en 18668. Un double mouvement par conséquent : victoire du pain, qui est acquise définitivement dans les années 18409, puis victoire du blé, qui définit un nouveau progrès dans l'alimentation et qui intervient dans les années 1860. De ces deux étapes, la première est assurément la plus importante, et on mesure sa signification sociale et humaine à la lumière d'un rapport du sous-préfet d'Apt, qui écrit en 1822, à l'occasion d'une mauvaise récolte :

  • 10 P. Seignour.op.cit.p.174.

"On mêle l'orge, les pois pointus, les haricots et les fèves et autres grains pour faire du pain"10.

14On comprend mieux alors la valeur de symbole prise par le blé, et sa persistance, longtemps après que les conditions économiques qui la justifiaient ont disparu. Le blé est tout à la fois promesse de prospérité et obligation morale de charité, et cette double signification s'exprime clairement dans l'ordonnancement du repas traditionnel de la veille de Noël, en Provence, ainsi évoqué par Mistral.

  • 11 F. Mistral. op. cit.

"A chaque bout (de la table) dans une assiette verdoyait du blé en herbe, qu'on avait mis germer dans l'eau le jour de la Sainte Barbe. Sur la triple nappe blanche, tout à tour apparaissaient les plats sacramentels... puis, au-dessus de tout, le grand pain calendal que l'on n'entamait jamais qu'après en avoir donné, religieusement, un quart au premier pauvre qui passait".11

15Mais, si le pain de blé est sur toutes les tables à partir des années 1860, ce serait une lourde erreur de se le représenter tel que nous le connaissons aujourd'hui. C'est du pain bis, c'est-à-dire obtenu à partir d'une farine grossière, beaucoup plus proche du pain complet que du pain blanc que nous consommons. Les techniques de sa fabrication ne sont d'ailleurs pas sans intérêt, dans la perspective que nous avons choisie. Un paysan d'un village du nord du Vaucluse les décrit ainsi, au terme de son enfance, vers 1880 :

  • 12 Souvenirs de D. A..., de Cairanne.

"Pour le pain, nous récoltions le blé, transformé en farine au moulin de Cairanne, c'est la mère Appolonie (la servante) qui la pétrissait elle-même à la maison où le boulanger venait chercher la pâte sur ses épaules, pour la cuire à son four. Son paiement en nature était un pain tous les vingt, plus un morceau de pâte. 12

  • 13 Il est évident que certaines familles, et d'abord celles qui ne produisaient pas de blé, achetaien (...)

16Ce témoignage est confirmé par d'autres paysans, en particulier du village de Robion, proche de Cavaillon, dans un terroir de plaine. Ici, l'enquête orale a permis de dater la disparition de la fabrication domestique du pain : le boulanger, dont l'activité était alors limitée pour l'essentiel à la cuisson du pain13, devient le maître d'oeuvre unique dans les premières années du xxe siècle. Il y a là une mutation qui correspond à des conditions nouvelles. Exigence de qualité, d'abord, car la fermière ne pétrissait qu'une fois par semaine et le pain que l'on achète chaque jour chez le boulanger est certes plus agréable à manger. Mais elle est, dans une certaine mesure, le reflet d'une vie plus large, inséparable d'un contexte économique lui-même nouveau ; le blé perd sa position dominante dans le système de cultures, qui se diversifie et sollicite pour de nouveaux travaux le paysan et sa famille : il y a mieux et plus à faire, désormais, pour la fermière et sa servante que consacrer de longues heures à la préparation de la pâte.

17Ainsi discerne-t-on une évolution des usages alimentaires dont la chronologie, nécessairement imprécise, doit être rapprochée de celle de l'évolution économique. Comme celle-ci ne progresse pas à un rythme uniforme, on comprend mieux la diversité, dans le temps et dans l'espace, de ces usages, et c'est ce qui confère à l'analyse du pain et de ses techniques de fabrication une valeur en quelque sorte exemplaire. D'autres formules, en effet, coexistent avec celle de la fabrication domestique du pain, ou lui succèdent. La plus courante, qui est aussi une forme d'autoconsommation, consiste dans l'échange blé-pain. Deux cas se présentent : ou bien le producteur fait moudre lui-même son blé, ou bien il le remet directement au boulanger. Mais cela ne change rien à l'objectif recherché, qui est de procurer le pain nécessaire à la consommation familiale sans bourse délier, le meunier et le boulanger prélevant pour la rémunération de leur travail une part, déterminée par contrat verbal, de la farine. Cette formule traduit le souci d'échapper autant que possible au circuit d'échanges monétaires pour l'alimentation, et elle s'applique à un système économique dont la rentabilité s'apprécie encore plus en termes de production qu'en termes monétaires.

  • 14 A.D.V. 7 M27 à 29.

18Dans de nombreux villages, l'abandon de la fabrication domestique du pain a été facilité par la création de boulangeries coopératives14, qui permettaient aux paysans d'échanger leur blé contre du pain dans une formule aussi peu commerciale que possible : la coopération prend ici une évidente signification idéologique, elle s'inspire des coopératives ouvrières mais aussi de l'esprit mutualiste très vivace dans les campagnes vauclusiennes. Les premières boulangeries coopératives apparaissent dans les années 1890, mais c'est plus encore dans les premières années de notre siècle qu'elles sont créées. On en dénombre 33 dans 32 communes en 1914 et 4 autres seront fondées immédiatement aprés la guerre. Leurs statuts sont manifestement inspirés d'un modèle unique. Ils sont imprimés sur un livret aménagé de telle sorte qu'on puisse y inscrire la consommation de chaque coopérateur, et ils prévoient dans un article que "chaque membre donnera du blé pour ses besoins pour un mois au moins et d'avance", et dans un autre que "tout membre qui ne pourra donner du blé donnera la valeur en espèces". Par conséquent, la boulangerie coopérative n'est pas ouverte aux seuls producteurs de blé, mais il est clair que sans eux elle aurait peu de chances de s'imposer, et la preuve en est faite par la répartition géographique et la réussite des boulangeries coopératives. Elles se créent de préférence dans les villages où la culture du blé est importante, et il est significatif qu'elles soient ignorées des villages que caractérise la spécialisation maraîchère ou viticole, qui sont justement ceux où la culture du blé connaît un rapide déclin, mais aussi ceux où le revenu monétaire est le plus important. Car la vocation des boulangeries coopératives, c'est, comme l'indiquent les statuts de celle d'Althen-les-Paluds : "la fabrication au meilleur marché possible du pain de bonne qualité".

  • 15 C'est le président actuel de cette boulangerie, constituée en 1906 sous le titre de Société coopér (...)

19On retrouve donc l'exigence de qualité précédemment notée, mais assortie d'un souci d'économiser... S'agissant d'un produit alimentaire de grande consommation, ce détail en dit long tout à la fois sur le fait en lui-même de l'économie qu'on veut réaliser et sur la représentation mentale qu'on s'en fait : l'économie ne peut être que minime, et elle ne peut avoir qu'une bien faible incidence sur le budget familial, mais elle s'accorde avec la mémoire collective d'un temps caractérisé par l'étroitesse du revenu, où le pain était l'aliment de base, précieux autant que nécessaire. Seulement, le réel finit par s'imposer et la boulangerie coopérative dans sa justification économique originelle connaît alors des difficultés. On peut en juger à l'analyse du registre des délibérations du conseil d'administration de la boulangerie coopérative de Mondragon15, village du nord du Vaucluse. La situation est favorable jusqu'en 1928 : le nombre des adhérents s'accroît lentement (on limite d'ailleurs les adhésions nouvelles pour ne pas augmenter à l'excès le travail du boulanger), le chiffre d'affaires est en progression, et l'on se félicite d'avoir vendu le pain, en 1925 "avec une différence moyenne de 0,15 F sur les prix pratiqués dans les autres boulangeries", en 1927 dix centimes au-dessous de la taxe. Vient ensuite une période difficile, où interviennent des problèmes de gestion mais aussi, et c'est ce qui est significatif, un détachement à l'égard de la coopérative. Les effectifs sont en baisse, et ils ne doivent pas faire illusion : tous ne sont pas fidèles, certains desservent la société à laquelle ils appartiennent par des achats dans les boulangeries du secteur commercial. Il y a là une manifestation individualiste qui traduit une attitude nouvelle devant l'aspect monétaire de l'alimentation en pain, ce que constatent avec amertume les dirigeants de la coopérative après l'assemblée générale du 15 mars 1936 :

"Beaucoup d'absents. Ce qui est très regrettable car cela montre le désintéressement quasi complet de la majeure partie de nos adhérents, ce qui n'est guère encourageant pour les commissions successives qui font en sorte en se dévouant de chercher la prospérité de notre société collective qui vise l'intérêt de tous".

20Et pourtant, ajoutent-ils, "le pain est bon et meilleur marché qu'ailleurs".

  • 16 En Beauce, où l'agriculture est largement ouverte sur l'économie de marché, mais où le blé est res (...)
  • 17 On sait que certaines boulangeries coopératives ont été dissoutes parce qu'elles n'avaient pas une (...)

21La divergence est nette entre ceux qui restent fidèles à la vocation sociale de la coopérative et qui en assument naturellement la direction, et ceux – le plus grand nombre – qui lui maintiennent une fidélité sentimentale et de routine, mais ne sont plus concernés par sa raison d'être. Il est intéressant de constater que même la crise agricole des années 1930, particulièrement sensible pour le prix du blé, ne produit pas une réaction favorable à la coopérative. Ce n'est qu'en 1936 qu'on s'est efforcé de rétablir l'échange blé-pain qui était tombé en désuétude : après bien des discussions, on aboutit à une convention dans ce sens, mais elle ne concerne que 25 sociétaires sur 130. Le pain, s'il tient toujours une place importante dans l'alimentation paysanne, n'est plus représentatif d'un genre de vie qui était associé à l'économie de subsistance16. Celle-ci a cédé la place, dans les plaines vauclusiennes, à une agriculture commerciale et spéculative, génératrice de revenus monétaires importants et d'une aisance qui modifie, sinon la consommation du pain, du moins l'idée qu'on s'en fait17.

22Les données chiffrées font défaut pour suivre l'évolution de la ration journalière du pain dans l'alimentation paysanne. Cependant, s'il est vrai que les changements dans les techniques de fabrication et les procédés d'achat du pain portent témoignage d'une baisse lente de l'importance qu'on lui accorde dans l'alimentation, on peut raisonnablement penser qu'ils s'accompagnent d'une certaine baisse de la consommation du pain, dans un processus de diversification et d'enrichissement de la ration alimentaire. Il s'agit, bien entendu, de mutations lentes, et elles sont malaisées à cerner chronologiquement, en l'absence de documents adaptés à une telle recherche et aussi parce que les témoignages que l'on peut encore recueillir pour remédier à l'absence de documents ont une nette tendance – compréhensible, mais gênante – à privilégier les temps anciens et la sobriété qui les caractérisait. Telles sont les contraintes majeures de l'enquête historique sur l'alimentation paysanne, lorsqu'elle abandonne le problème du pain pour s'attaquer à celui des autres denrées constitutives de la ration alimentaire. Au moins peut-on retenir l'évolution suggérée par l'étude du pain : du début du xixème siècle aux années 1860, le progrès essentiel dans l'alimentation passe par le pain, et c'est un progrès quantitatif. Par la suite, selon un mouvement très lent jusqu'à la guerre de 1914-1918 et nettement accéléré ensuite, de nouveaux usages alimentaires, qui traduisent le souci d'une alimentation plus riche et plus agréable, apparaissent, sur des rythmes variables selon les milieux sociaux et les régions agricoles.

B / Viande de boucherie et produits d'épicerie

  • 18 P. Seignour, op.cit. Elle cite un rapport du sous-préfet d'Apt en 1832, qui dit que "les gens du p (...)

23On peut parler d'une alimentation paysanne "traditionnelle", les vieux paysans emploient d'ailleurs l'expression lorsqu'on les interroge sur les usages et pratiques alimentaires de leur enfance. Mais il faut bien s'entendre sur sa signification : elle met l'accent sur la corrélation très forte entre une économie agricole dominée par des préoccupations de subsistance et une nourriture qui utilise quasi exclusivement les productions locales. D'où, bien sûr, la spécificité régionale de cette alimentation qui, dans le Vaucluse, est à base de légumes. Sous sa forme la moins élaborée, elle se présentait comme une soupe, où entrent pommes de terres, haricots, fèves, pois chiches... dans ce bouillon on trempait des tranches de pain, les légumes pouvaient être servis en plat, accompagnés d'un morceau de lard ou arroses d'huile d'olive dans le cas le plus favorable. Les pommes de terre étaient encore cuisinées en ragoût... Cuisine bien fade, qui explique la forte consommation de sel dans les familles pauvres18, et elle se répétait du déjeuner au souper, du premier au dernier jour de la semaine. La consommation de viande de porc était en relation directe, semble-t-il, avec les dimensions de l'exploitation agricole : si dans les fermes l'élevage d'un porc était la règle, il n'en était pas de même chez les paysans des villages, mi-exploitants, mi-journaliers. Ce sont ces usages alimentaires que la mémoire collective a retenus, génération après génération.

24Il n'est pas difficile de recueillir des témoignages qui établissent la réalité de cette nourriture sobre, bien qu'abondante. J'avais réuni plusieurs paysans de Robion, il y a quelques années, et ils s'étaient accordés aisément sur la description des quatre repas de la journée, vers le début du siècle :

  • Le déjeuner à 8 heures, repas copieux avec soupe de haricots et pommes de terre, saucisse et jambon – du moins dans les maisons où l'on élevait un cochon et le fait n'était pas dépourvu de signification sociale.
  • le dîner de midi, autour d'une soupe de légumes, dans le bouillon de laquelle on trempait des tranches de pain
  • le goûter, de pain, charcuterie et fromage.
  • le souper composé le plus souvent de salade et d'un ragoût de pommes de terre.

25La viande de boucherie, disaient-ils, était réservée pour le dimanche et la morue du vendredi était le seul poisson qu'on consommait. Même son de cloche chez les vignerons de Châteauneuf-du-Pape que j'avais consultés par questionnaire écrit :

26Un petit propriétaire résume ainsi ses souvenirs :

"La nourriture à la maison ? Soupe de légumes avec pommes de terre. Soir, soupe de pâtes, ragoût de pommes de terre, haricots avec de temps en temps une belle côte de porc. Le dimanche, soupe de viande avec pommes de terre, carottes, poireaux... De la volaille pour les grandes fêtes".

Un autre indique :

"La nourriture était beaucoup plus ordinaire que maintenant. La viande n'était pas servie à tous les repas. Les féculents avaient une place bien plus importante que maintenant".

Et un troisième :

"Dans mon jeune temps (au tournant du siècle) il y avait de la viande sur la table une fois ou deux la semaine, et le pot-au-feu le dimanche à midi, la volaille une fois ou deux dans l'année".

27Mais l'uniformité comporte cependant des nuances, qu'introduit le statut social puisqu'un grand propriétaire souligne pour sa part :

"Nourriture toujours riche et copieuse. Viande de boucherie ou produits de basse-cour presque tous les jours, parce que le travail était plus pénible que maintenant".

28D.A..., de Cairanne, nous présente une heureuse synthèse, qu'il date – c'est important – des années 1880 :

  • 19 Souvenirs de D. Alary.op.cit.

"Le pot-au-feu du dimanche coûtait vingt sous environ. On achetait en plus une demi-livre de sucre, un peu de café (très peu), du sel, un peu de pâtes, un morceau de morue pour le vendredi et quelques anchois qu'on mettait avec des pommes de terre bouillies pour le goûter. On avait en plus les salaisons de cochon, les légumes du jardin et les olives qu'on récoltait, c'était notre menu, à peu près, de toute l'année".19

29Ce qu'il faut dégager de ces témoignages, c'est l'apparition de la viande de boucherie et des produits d'épicerie. Il semble qu'on puisse la situer dans les années 1880, et c'est autour de ces aliments, que l'on achète, que va dès lors se réaliser progressivement l'enrichissement, quantitatif mais plus encore qualitatif, de l'alimentation paysanne. Car la viande de boucherie n'avait pas sa place dans l'alimentation réellement traditionnelle, et le métier de boucher n'apparaît qu'assez tard dans les villages. En 1832, le maire du gros bourg du Thor écrivait dans un rapport que

  • 20 A.D.V. 6M344.

"La profession de boucher et celle de charcutier sont exercées à volonté par des particuliers, qui abattent leurs bestiaux et débitent chez eux leur viande et charcuterie moyennant l'obtention d'une patente qui leur est délivrée par le maire".20

30En 1867 encore, à Saint-Trinit, petit village des plateaux de Vaucluse :

  • 21 Ibid.

"Il n'existe aucune boucherie dans la commune, les habitants en général ont très peu l'habitude d'user de cette viande, à part une très rare exception. Ils ne s'en servent que dans des cas de maladie.
Mais, poursuit le maire : il y a la viande de porc dont il se fait dans tous les ménages un usage presque journalier et chaque propriétaire tant soit peu aisé tue et sale son cochon".21

  • 22 Ibid.

31On connaît, par les enquêtes préfectorales dont la précision est certes suspecte mais qui ont le mérite d'exprimer des tendances indiscutables, la consommation de viande dans la population rurale et dans la population urbaine pour les années 1841, 1860 et 1875. Calculée par habitant, cela donne des résultats fort éloquents.22

32Sans doute, les statistiques préfectorales ne peuvent prendre en compte que la viande débitée dans les boucheries, et les produits de basse-cour, les porcs domestiques leur échappent. Reste que la différence entre villes et campagnes ne peut être comblée par ces oublis : la viande de boucherie, encore en 1875, n'entre qu'exceptionnellement dans l'alimentation paysanne.

33Sa diffusion est d'ailleurs lente. Dans le village de Roussillon, la boucherie est tenue par la même famille depuis quatre générations, et l'on a conservé des souvenirs fort intéressants. Le boucher, vers la fin du siècle dernier, tuait trois boeufs dans l'année : pour Pâques, pour la fête votive et pour Noël. La viande était vendue essentiellement en pot-au-feu et en daube, plat longuement mijoté typiquement provençal. Le boucher tuait par contre beaucoup de moutons et d'agneaux, et l'on retrouve là la primauté des productions locales puisque chaque ferme avait alors son troupeau de moutons. Mais il en vendait à la population du village essentiellement les bas morceaux, et expédiait les gigots vers Nice, qui commençait alors sa carrière de centre touristique.

34Par conséquent, au moins jusqu'à la guerrre, l'alimentation paysanne s'ouvre lentement à la consommation de viande. Certes, il y a des différences, sociales en premier lieu, géographiques aussi : les villages de plaine, où la modernisation de l'agriculture est bien engagée, où les rythmes de travail sont plus rapides et concernent aussi les femmes, consomment davantage de viande de boucherie et les vieux paysans se souviennent qu'alors on se mit à manger des cotelettes et des viandes rôties, représentatives d'une nourriture non seulement plus riche et plus coûteuse, mais aussi préparée rapidement.

35Mais c'est après la guerre que s'accomplit la généralisation de la viande de boucherie dans les menus paysans. Revenons à Châteauneuf-du-Pape, où l'on nous dit que

"Jusqu'à la période 1920-25, la viande de boucherie était consommée le dimanche. Après, la consommation de viande a été en nette augmentation, même dans les familles de situation modeste".

Ce que confirme cet autre témoignage

"dans les années 1920-1930, bonne nourriture, plats cuisinés, sauces. Epoque du prestige de la ménagère. Viande deux ou trois fois la semaine".

36Les paysans de Robion indiquent également que de nouveaux usages alimentaires sont apparus après la guerre, sous l'impulsion d'une vive croissance du revenu monétaire. Et il n'est pas surprenant que le boucher de Roussillon, village de la zone intermédiaire, situe le changement dans la consommation de viande seulement dans les années 1930 : c'est bien l'évolution du revenu qui détermine l'amélioration de l'alimentation paysanne.

37On le remarque aussi à la consommation des produits d'épicerie. Les témoignages sont à cet égard à la fois plus fragiles et plus massifs. Fragiles parce qu'avant la guerre il faut être très attentif à la lecture ou à l'audition des témoignages : le beurre est pratiquement inconnu, les seuls produits d'épicerie dont on parle sont le sucre et les pâtes – mais ils sont intégrés à l'alimentation traditionnelle – et le café, qui a un incontestable parfum de modernisme. Petites dépenses, semble-t-il, car la consommation est parcimonieuse. Les choses changent après la guerre, et l'on voit se créer, généralement à côté des boulangeries coopératives, des épiceries coopératives : on en dénombre seize, et les quelques informations qu'on a sur leur chiffre d'affaires montrent qu'après quelques bonnes années, elles végètent. On sait un peu plus de choses sur la coopérative de Mondragon, boulangerie et épicerie dès sa création. On peut penser que les denrées qui figurent dans son bilan annuel (pour les années où nous le connaissons) à titre de stock, sont représentatives de la consommation en produits d'épicerie de la population locale, particulièrement dans ses couches les plus pauvres. En 1911, figurent à l'inventaire sel, sucre, café et pois chiches. En 1921, la liste s'allonge de riz, vermicelle, huile et confitures, et en 1931 apparaissent le chocolat, les biscuits, les conserves de sardines. Nous avons ainsi un reflet de la diffusion croissante des produits d'épicerie. Mais justement, c'est lorsqu'ils sont devenus réellement des produits de grande consommation que la coopérative en abandonne la vente : elle renonce en effet à cette branche d'activité en 1934. Les raisons de cette décision ne sont pas indiquées, mais on peut aisément les imaginer : la coopérative, avec sa vocation sociale et le souci d'économiser sur les produits qu'elle procure à ses adhérents, est une formule qui n'est plus adaptée à l'usage généralisé, quotidien, des produits d'épicerie.

  • 23 A.D.V. 7M27.
  • 24 En 1931, la Coopérative se transforme en une "Union des Coopératives de Provence" parce que "de to (...)

38Une coopérative, au moins, semble développer son activité : c'est la Ruche Cavaillonnaise23, fondée en 1920, adhérente à la Fédération Nationale des Coopératives de Consommation. Animée par des hommes de gauche, elle a ouvert des succursales à Apt, Carpentras, l'Isle-sur-Sorgue, Cordes, Fontaine-de-Vaucluse, Caumont, et même Plan-d'Orgon et Salon dans les Bouches-du-Rhône. Nous pouvons calculer le montant moyen de ses ventes par adhérent, en francs constants pour permettre la comparaison d'une année sur l'autre, de 1920 à 193024

Activité de la Ruche Cavaillonnaise

Activité de la Ruche Cavaillonnaise

39La progression est nette dans les premières années et le plafond qui suit doit être interprété compte tenu de la concurrence très vive dans ce secteur commercial. Il ne fait pas de doute que les produits d'épicerie entrent, de façon plus importante et aussi plus diversifiée, dans l'alimentation paysanne.

40On peut, certes, regretter le caractère impressionniste de cette étude. Retenons-en toutefois qu'un tournant décisif, préparé dès le début du siècle, est pris dans l'alimentation paysanne après la guerre 1914-18, et dans les nouveaux usages alimentaires et culinaires on peut déceler l'apparition d'un contexte de civilisation également nouveau. Diffusion des produits d'épicerie, mais aussi des viandes rôties, des plats à cuisson rapide, il y a là de nouvelles correspondances qui se profilent : le réchaud à gaz, la cuisinière électrique font leur apparition dans les campagnes, et ces innovations techniques sont le complément logique d'un niveau supérieur des forces productives, qui se traduit par un processus d'intensification de l'économie agricole, c'est-à-dire tout à la fois croissance des productions et des revenus, cadences de travail plus rapides, exigeant en retour l'adoption de nouveaux usages alimentaires. On assiste ainsi à une mutation bien plus importante que l'évolution que nous avions pu observer dans l'alimentation traditionnelle ; c'est un nouveau temps long, qui nous est suggéré : le monde agricole et paysan, tel qu'on peut le saisir par ses techniques et usages alimentaires, pénètre dans l'ère contemporaine, et l'alimentation paysanne y perdra d'ailleurs, au cours d'une évolution qui n'est pas encore achevée, sa spécificité. Cette évolution est plus ou moins rapide, au rythme irrégulier de l'évolution agricole elle-même, stimulée ou freinée par la hiérarchie des revenus, par les fluctuations conjoncturelles de l'économie. Il est certain que, même dans les situations les plus favorables, elle retarde sur l'évolution des usages et rations alimentaires en milieu urbain, car les habitudes séculaires, les représentations mentales de l'alimentation sont en milieu rural plus fortes, plus contraignantes.

41Conséquence logique de cette mutation, et nous rejoignons ainsi la question que nous posions au début de ce chapitre, les dépenses alimentaires tiennent une place bien plus importante dans le budget des paysans vauclusiens. Impossible de la chiffrer, mais on peut avancer l'idée que la consommation alimentaire, exprimée en termes monétaires, suit une évolution voisine du mouvement du revenu des agriculteurs. Elle est un élément non négligeable du train de vie, elle propose une mesure – certes grossière – de l'enrichissement paysan.

II – LE TRAIN DE VIE DES PAYSANS VAUCLUSIENS

42On sait beaucoup moins de choses sur les autres éléments du train de vie. L'impression qui ressort des témoignages sollicités – elle rejoint celle que l'on peut avoir par la lecture des oeuvres littéraires – est que la masse de la population paysanne, jusqu'à la fin du siècle dernier, vivait petitement. Un paysan de Carpentras, pour faire comprendre le changement dont il avait été le témoin, après la guerre, évoque en ces termes les souvenirs de ses parents, sur leur jeunesse :

"Nos parents nous disaient : De notre temps pour voir les genoux d'une jeune fille, il fallait attendre le temps des cerises. Si nous voulions aller à la vote (la fête) du village voisin, il nous fallait lever une demi-heure plus tôt toute la semaine précédente ou ne pas faire la sieste, si c'était en été. On nous achetait un costume pour faire notre première communion et tant qu'il n'était pas usé, même s'il était un peu juste, il nous servait pour nos dimanches et fêtes. Si nous avions quarante sous en poche, nous étions heureux".

  • 25 Un paysan de Modène, dans le canton de Mormoiron, m'écrit : "Pas de fantaisies vestimentaires : un (...)

43Sans doute, ce témoignage vise à mettre en évidence la différence entre deux périodes et de ce fait même il accuse – peut-être à l'excès – le caractère étroit et austère des loisirs de l'ancien temps. Mais il est bien vrai que l'on ne faisait pas de grands frais vestimentaires25, que la vie sociale s'inscrivait dans le cercle étroit du village et que les distractions étaient peu coûteuses... Pas de budget-loisirs, par conséquent, qui vaille la peine d'être noté. Ne parlons pas davantage du confort de la maison : les inventaires après décès que j'ai pu voir dans les archives notariales décrivent des intérieurs généralement dépouillés, pauvrement meublés. Les gens étaient le plus souvent petitement logés, le linge de maison, la vaisselle étaient peu importants. En vérité, le train de vie était accordé à un revenu monétaire médiocre et le caractère restreint de la vie de relations contribuait à le maintenir tel quel, peu de tentations s'exerçaient sur les paysans.

44D'où l'importance de la guerre. Dans les villages de plaine, où la modernisation de l'agriculture était bien engagée dès le début du siècle, des indices de changement dans le mode de vie sont perceptibles avant qu'elle n'éclate, mais c'est surtout dans les années 1920 – là, tous les témoignages concordent – qu'ils s'accumulent au point de constituer un contexte de vie sociale et de civilisation tout à fait nouveau.

  • 26 Clarté n° de mai 1925.

45Dans la réponse à l'enquête agricole lancée par le Journal Clarté en 192526, l'idée maîtresse avancée par le correspondant vauclusien du journal est celle du "mieux-vivre". C'est un fait nouveau, car il s'oppose au comportement traditionnel de l'épargne en forme de bas de laine, et il repose sur une consommation considérablement élargie. Les apparences ont probablement faussé le jugement de cet observateur : nous savons en effet, et de bonne source, que les paysans vauclusiens n'ont pas renié la vertu d'épargne de leurs pères. Mais l'important réside dans l'élargissement et l'accroissement des dépenses de consommation, en relation, bien sûr, avec la progression du revenu et aussi, nous dit le journaliste, avec "le manque de confiance dans le billet de banque et dans les titres de rente, sentiment qui se répand chaque jour davantage". La remarque vaut d'être retenue : l'inflation est à coup sûr, pour des producteurs, un stimulant à la consommation.

46C'est dans la région de Cavaillon que le correspondant de Clarté a noté les signes de progrès les plus importants. Ce qui l'a frappé, ce sont les achats de matériel agricole –tracteurs et treuils à labour, sulfateuses – et l'entretien des bâtiments :

"On bâtit peu de nouvelles fermes, mais on restaure surtout, on agrandit les existantes. Construction de dépendances, remises, hangars, caves. Fait nouveau, on cherche le confort : de la pièce au parquet en terre battue, on passe aux carrelages en ciment".

47Nous avons des témoignages semblables à Carpentras, Pernes, l'Isle-sur-Sorgue. Un paysan de Gadagne m'explique que son grand-père avait fait construire une maison en 1914, achevée seulement en 1920. Mais on ne cessa d'y travailler jusqu'en 1930 : aménagement d'une chambre dans un grenier pour loger les vendangeurs ; aménagement de l'écurie, création d'une salle à manger, installation de l'électricité.. Nul doute que des travaux de même ordre furent réalisés dans un grand nombre de maisons. L'électrification, en particulier, fut importante : elle permit d'amener l'eau sur l'évier, à l'écurie.

  • 27 Monographie agricole du département Vaucluse. op. cité.

48La monographie agricole27 du département réalisée en 1935 nous apporte un nouveau témoignage de portée générale. Après avoir noté que les baptêmes et mariages sont l'occasion de "festins qui réunissent souvent, non seulement tous les membres de la famille, mais aussi les voisins et les amis" et que "le café, les apéritifs, les liqueurs sont sur presque toutes les tables", le rédacteur s'attarde sur le confort des maisons, qui le frappe par sa nouveauté et aussi par son caractère ostentatoire :

"L'ameublement a suivi le progrès général, le paysan ne se contente plus du mobilier sommaire et rustique des vieux parents, mais se fait livrer des meubles souvent luxueux, dont il lui arrive même de ne pas se servir. Dans combien de fermes ne nous a-t-on pas exhibé, avec une pointe d'orgueil, un superbe piano de marque dont naturellement personne ne jouait.
.... Nombre de cultivateurs sont aujourd'hui installés confortablement et l'aspect coquet et propre est un signe réconfortant de prospérité".

49Il y a peut-être une pointe d'envie dans ces observations un peu vite généralisées... Mais on ne peut douter qu'une partie non négligeable du revenu des agriculteurs passe dans des dépenses de consommation imitées du genre de vie des classes moyennes urbaines. Le mimétisme social, fait nouveau, est un puissant stimulant de ces dépenses, qu'autorise, bien sûr, la croissance du revenu.

50Il en est de même pour les loisirs. Je reprends le témoignage du paysan de Carpentras, cette fois pour lui-même et ceux de sa génération, après la guerre :

"Si on réussissait l'examen du certificat d'études, on pouvait espérer après la première année de travail avoir une bicyclette neuve. Si on échouait ou si on ne s'y présentait pas, alors il fallait la gagner à la force du poignet ou des reins. Mais avec un peu de volonté on pouvait à 15 ans avoir sa bicyclette. Ce moyen de transport nous permettait de faire des randonnées en groupe, d'aller d'une fête à une autre ou d'un bal à l'autre.... L'argent de poche s'obtenait plus facilement. Un peu plus tard, les plus aisés achetaient une motocyclette, un rêve convoité par le plus grand nombre mais auquel bien souvent les parents s'opposaient formellement, un peu parce que ça coûtait cher mais aussi à cause des nombreux accidents parfois mortels qui se produisaient. Les distractions favorites étaient le cinéma, mais surtout la danse.

A Carpentras, le moto-ball était roi, il y avait deux grandes équipes et les mordus étaient nombreux. Le rugby à quinze aussi avait ses adeptes et beaucoup de paysans s'intéressaient à ces deux genres de sport".

51Nous avons là une bonne synthèse des loisirs de l'entre-deux guerres. Pour les plus âgés, il convient d'ajouter que la conduite des véhicules automobiles favorisait les voyages à caractère touristique et aussi la fréquentation des spectacles urbains, cinéma et théâtre –l'opérette tout particulièrement était appréciée.

52Mais ce qu'il faut retenir, c'est que toutes ces distractions impliquent un réel budget-loisirs. Bien sûr, il n'est pas uniforme, tous les paysans n'ont pas les moyens d'aller au spectacle, sportif ou musical. Nombreux sont ceux qui travaillent le dimanche, préoccupés avant tout d'acheter des terres ou bien de planter une vigne... Nous le savons, la réussite n'est pas également partagée et il y aurait légèreté à l'oublier. Il reste qu'il y a dans les éléments nouveaux du train de vie paysan une source de dépenses importantes, où se réalise pour une part le "mieux-vivre" que signalait dès 1925 le correspondant de Clarté. Regrettons de ne pouvoir le mesurer....

III – DECOUVERTE DE L'AUTOMOBILE

53Il est un bien de consommation de moyenne durée, que l'on a peu de chances de retrouver dans les successions antérieures en 1939, qui est représentatif de l'aspiration à vivre mieux, dans tous les sens que l'on peut proposer à cette expression : c'est l'automobile. Elle est d'abord un instrument de travail, remarquablement adapté au transport sur le marché des productions maraîchères et fruitières : très tôt dans les années 1920 elle est apparue sur les routes et les chemins et sa supériorité sur la "jardinière", voiture à cheval légère traditionnellement utilisée, a rapidement été démontrée. Elle assurait en effet un appréciable gain de temps, dans un système de production où le paysan doit être présent dans ses champs, parfois la nuit, quand le calendrier des irrigations le lui impose, tôt le matin car c'est la meilleure heure pour la cueillette, mais aussi sur le marché à des heures dont il n'a pas la maîtrise. Ajoutons qu'il arrive fréquemment que la vente soit médiocre sur un marché et qu'il y a alors intérêt pour les producteurs à se rendre au plus vite sur un autre. On comprend dans ces conditions le succès de l'automobile, plus précisément de la camionnette, chez les paysans comtadins. Encore fallait-il avoir les moyens de l'acheter....

54Mais l'automobile ne peut être jugée, en Vaucluse, sous son seul aspect utilitaire. Dans une société paysanne où les recettes étaient fortes, parfois faciles, et faisaient naître la tentation – à coup sûr légitime – d'une vie large, ouverte aux séductions de la ville, curieuse d'horizons plus lointains que ceux qu'avaient connus les générations antérieures, l'automobile prend valeur de symbole : sanction visible, tangible d'une réussite économique qui surprend et étourdit quelque peu ceux qui en ont le bénéfice, elle permet l'évasion, elle rapproche de façon décisive le village de la ville, pas seulement parce qu'elle réduit les distances – au demeurant toujours courtes dans le Vaucluse – mais plus encore parce qu'elle est un facteur d'uniformisation des genres de vie. Elle m'apparaît à cet égard bien plus significative que le piano dont la présence dans quelques fermes a si vivement impressionné le directeur des Services Agricoles du département.

  • 28 Un paysan de Gadagne, qui exploitait 11 ha, essentiellement en vignes à vin et a raisin de table, (...)

55Pour ces raisons d'ordre économique et social, parce qu'elle exprime sous ses différentes facettes le modernisme, considéré tout à la fois comme un besoin objectif et une séduction, la "consommation automobile" de la paysannerie vauclusienne me paraît constituer une curiosité très légitime, correspondant parfaitement aux objectifs que je poursuis. Beaucoup d'observateurs ont relevé l'intensité de la cirulation automobile dans le Vaucluse et ont été frappés de cette forme, largement inédite avant-guerre, de motorisation de l'agriculture. Dans la masse des témoignages écrits et oraux que j'ai recueillis, l'achat et l'usage d'un véhicule automobile reviennent souvent, tantôt comme une évidence, tantôt comme un besoin et un désir qu'on avait eu du mal à satisfaire...28. Le problème était pour moi de tenter un traitement statistique de cette question.

  • 29 A.D.V. Registres de première immatriculation des véhicules à moteur.
  • 30 Je n'ai pu, pour des raisons évidentes, intégrer le canton d'Avignon dans mes calculs.

56J'ai consulté à cet effet les registres de première immatriculation dans le département des véhicules à moteur29. Tenus dans un ordre chronologique, on y trouve chaque fois les caractéristiques techniques du véhicule, le nom et l'adresse de son propriétaire et de façon irrégulière sa profession. On voit immédiatement la grande faiblesse de cette source... Désireux d'approcher de manière aussi rigoureuse que possible la motorisation de la société paysanne, j'ai fait porter ma recherche sur les communes constituant la population rurale du département, éliminant de mes comptages toute immatriculation pour laquelle une profession non agricole était mentionnée. J'ai d'ailleurs recueilli l'impression que les médecins, les instituteurs, les entrepreneurs... communiquaient plus naturellement l'indication de leur activité professionnelle que les paysans. En réalité, j'ai procédé à un recensement très méthodique, ne reculant pas, lorsque cela me paraisait nécessaire, devant l'interprétation des données, distinguant les automobiles "conduites intérieures" et "cabriolets" des camionnettes. Dans la logique de toute ma problématique, je m'en suis tenu au cadre cantonal30.

57Il s'agit, ne l'oublions pas, de la première immatriculation. Sous réserve de quelques cas de revente en provenance d'autres départements – si limités qu'on peut les tenir pour négligeables –nous atteignons donc les achats de véhicules neufs. Il serait possible d'approcher le marché de la voiture d'occasion, car des cases sont prévues et parfois remplies, pour les seconde, troisième et autres immatriculations. J'y ai renoncé, me contentant d'une estimation générale et présumant qu'elle valait pour les paysans comme pour tous les acheteurs : le marché de la voiture d'occasion représente environ 15 % de celui des véhicules neufs. En tout état de cause, il conviendrait d'introduire cette donnée pour parvenir à une vue d'ensemble de la consommation automobile dans la paysannerie vauclusienne, mais je ne crois pas nécessaire de le faire et je préfère considérer comme des données minima les chiffres auxquels mes comptages ont abouti.

58Enfin, j'ai limité mon investigation à trois années, prises toutes trois dans la décennie 1930 parce que c'est alors, m'est-il apparu, que la motorisation de la société paysanne devient un phénomène de masse :

  • 1930, année qui termine une période de vive prospérité
  • 1935, dont nous savons qu'elle est au contraire l'année la plus sombre
  • 1938, terme de notre période historique mais aussi année permettant d'apprécier les résultats de la politique agricole du Front Populaire.

59Les chiffres bruts des immatriculations ne signifient pas grand chose, j'ai donc décidé de les rapporter au nombre des exploitations agricoles dans chaque canton : la valeur moyenne que j'obtiens constitue un indice de motorisation de la société paysanne vauclusienne.

Les premières Immatriculations de véhicules automobiles dans 11 paysannerie vauclusienne
Légende : A = Automobiles C = Camionnettes E À = tant pour cent du nombre des exploitants agricoles en 1929

60Il est entré un véhicule automobile neuf dans 16 % des exploitations agricoles vauclusiennes ! L'année 1930 est la meilleure des trois années : on est alors dans la phase d'équipement de caractère technique, dont rend compte le nombre élevé des camionnettes achetées, mais les revenus disponibles permettent aussi des achats qui ont un caractère de luxe, et l'on peut penser que c'est la paysannerie riche qui s'engage alors dans la consommation des automobiles de tourisme.

  • 31 Les distances sont courtes, surtout dans les plaines, et la saison des récoltes s'étend sur quatre (...)

61Le tassement très sensible des achats en 1935 souligne l'importance de la conjoncture. Mais on est loin d'assister à un effondrement, et si l'on tient compte de la durée de vie d'un véhicule automobile – le kilométrage parcouru n'est pas très fort dans le Vaucluse31 – il faut bien admettre que les acheteurs de 1935 ne reproduisent pas ceux de 1930, qu'ils correspondent à l'entrée de couches nouvelles dans le cercle élargi de la possession et de l'utilisation des véhicules automobiles : des paysans riches on passe nécessairement aux paysans aisés, représentatifs de la paysannerie moyenne, et l'on ne voit pas que la crise les ait réduits au désespoir, ou qu'elle les ait empêchés de réaliser un achat si important qu'ils l'avaient très vraisemblablement prévu et programmé depuis un ou deux ans au moins.

62L'influence de la conjoncture explique que les achats de 1938 reviennent au niveau de 1930. Il semble, cependant, que la situation et les mobiles des achats aient quelque peu changé : l'équipement de caractère technique que réalisent les camionnettes se ralentit. On est entré, compte tenu de la durée de vie de ces véhicules, dans une phase de renouvellement qui s'ajoute à la poursuite du premier équipement, lequel concerne désormais un petit nombre d'exploitations, dans des zones agricoles moins favorisées. Confirmation de cette évolution nous est apportée par la part décroissante des quatre cantons les plus engagés dans l'économie maraîchère – Cavaillon, l'Isle-sur-Sorgue, Carpentras et Pernes – dans les achats de camionnettes : ils en totalisaient 52 % en 1930, 45 % en 1935, ils ne représentent plus que 38 % en 1938. Le phénomène de renouvellement vaut aussi pour les automobiles de tourisme, et si l'on ne peut parler de marché saturé, il y a bien ralentissement des acquisitions dans les cantons qui étaient partis les premiers : les quatre cantons précités, qui concentraient 41 % et 43 % des achats d'automobiles de tourisme en 1930 et 1935 n'en réalisent plus que 37 % en 1938. Mais dans les autres cantons, la capacité d'achat, qu'il convient d'apprécier en termes plus sociaux qu'économiques, paraît plus importante que pour l'équipement technique. En d'autres termes, la dynamique est plus forte pour l'achat des voitures représentatives d'une certaine réussite sociale que pour l'acquisition de véhicules exprimant un besoin économique : la fonction de consommation semble l'emporter sur celle d'investissement productif.

63La représentation cartographique, par canton, de l'indice de motorisation montre bien l'opposition de l'agriculture des plaines et de celle des zones de plateaux et de montagne. A cet égard, la comparaison s'impose avec la carte de répartition du revenu des exploitants agricoles en 1929. Comparaison nécessairement prudente car dans chaque canton, quel que soit le montant du revenu moyen, il y a des pauvres et des riches et ce sont ces derniers, qui achètent des véhicules automobiles. C'est ce qui explique sans doute qu'il y a discordance dans le canton de Mormoiron entre le revenu des exploitants, faible, et un indice de motorisation supérieur à la moyenne départementale en 1930 et 1935. D'autres discordances, moins nettes, doivent retenir notre attention, mais il importe de souligner qu'il n'y a pas de contradiction entre le revenu des exploitants agricoles et la motorisation du monde rural : c'est un fait majeur, qui confirme la corrélation positive entre revenu et consommation automobile. Dans cette perspective, on comprend que deux cantons soient de façon persistante les premiers à l'indice de motorisation, Cavaillon et Pernes. A regarder les choses de près, telles qu'elles apparaissent sur le tableau, on y est plus sensible, en 1938, à l'agrément de la voiture de tourisme qu'à l'efficience de la camionnette.

64C'est très exactement l'inverse dans le canton de Carpentras, toujours dans le peloton de tête, mais la motorisation y obéit davantage à des objectifs de rationalité et d'efficacité économiques. Il y a beaucoup de petites exploitations dans ce canton, la concurrence y est rude et la recherche de la rentabilité l'emporte logiquement sur des considérations plus futiles. C'est d'ailleurs la même démarche que l'on observe dans les cantons de Mormoiron, Bonnieux et Malaucène – ce dernier pour sa performance de 1935. Situation comparable, avec des indices de motorisation moins élevés, à Orange. Mais dans ce canton une étude plus fine ferait apparaître des inégalités : Châteauneuf-du-Pape revient souvent dans les déclarations d'immatriculation, et là ce sont les voitures de tourisme –certaines de grande valeur – qui l'emportent. On les trouve très majoritaires également dans les cantons de Valréas, Bollène et Pertuis et cela peut surprendre. L'explication me paraît pourtant simple : ce sont des cantons excentres, et l'automobile trouve ici une justification de relation au sens administratif et économique de terme.

65Peut-on tout expliquer, dans une statistique de ce type ? Assurément non, et son intérêt réside dans la cohérence de ses données, sur quoi il n'est pas besoin de revenir, et sur les questions qu'elle nous pose, les comportements divers –mais jamais contradictoires – qu'elle nous suggère.

66On aimerait pouvoir exprimer en termes monétaires ce que représentent ces achats, indiquer quelle part du revenu agricole entre ainsi, pleinement, dans l'un des secteurs les plus avancés de l'économie nationale. Mais il serait hasardeux de déterminer le prix moyen d'un véhicule automobile, le coût de son fonctionnement... Restons donc dans une imprécision qui traduit les contraintes pesant sur cette recherche. Elle ne nous interdit nullement de considérer que la croissance du revenu des agriculteurs nourrit bien une forte progression de leur consommation, qui contribue d'ailleurs puissamment à intégrer l'agriculture vauclusienne, sous ses aspects les plus modernes, dans l'économie industrielle.

  • 32 Voir Supra. 3e Partie. Chap. IV. p.

67Pour conclure, je voudrais présenter les résultats de l'enquête par questionnaire à laquelle j'ai procédé, dont 101 réponses très exactement sont exploitables32. Un certain nombre de questions concernait la vie matérielle des paysans entre les deux guerres, avec l'objectif d'approcher les phénomènes d'accumulation et de consommation. Je sais la fragilité d'un d'échantillon aussi faible. Je sais aussi que le fait même de répondre témoigne d'un intérêt intellectuel pour l'enquête qui constitue d'une certaine manière une sélection, culturelle mais aussi sociale, et l'on est en droit d'estimer qu'il y a là inflexion de l'échantillon dans un sens favorable à des réponses positives aux questions posées. Ces réserves formulées, je considère qu'il y a matière à réflexion dans la présentation quantitative des réponses obtenues, car elles définissent un climat socio-économique et proposent des tendances qui ne me paraissent pas niables.

Vie Matérielle des Paysans Vauclusiens avant 1939
(Exploitation de 101 réponses faites I un questionnaire diffusé par la presse agricole).

68J'ai tenu à distinguer les exploitations agricoles en fonction de leur superficie, pour faire apparaître les différences sociales dans le genre de vie. Mais ce n'est pas très convaincant, car le classement hiérarchique des exploitations ainsi proposé est faussé, par le fait que les systèmes de production ne sont pas identiques et n'ont pas une égale productivité. C'est très net, en particulier pour les exploitations de 1 à 5 hectares : dans mon échantillon, ce sont en grande majortité des exploitations maraîchères et elles assurent un revenu qui ne les distingue guère d'exploitations plus grandes, à dominante viticole. Aussi, les réponses recueillies ne donnent sans doute pas une image exacte de la paysannerie vauclusienne, elles sont plutôt représentatives de ses couches aisées, correspondant à la moyenne exploitation. Elles ne trahissent pas pour autant la réalité économique et sociale, placée sous le signe de la croissance et de la réussite entre les deux guerres.

69L'accumulation, ou encore la constitution – ou l'accroissement –d'un patrimoine de biens immobiliers et mobiliers, est bien une caractéristique de la paysannerie vauclusienne. Si les exploitations les plus petites sont celles qui s'agrandissent le moins, ce n'est pas tant par insuffisance de moyens que parce que, telles qu'elles sont, elles réalisent un équilibre convenable avec la force de travail dont elles disposent. Il ne faut pas, par ailleurs, se laisser abuser par les proportions importantes d'exploitations qui s'agrandissent : beaucoup de réponses apportent une nuance non négligeable, par un commentaire présentant ces achats comme modestes.

70L'investissement d'une partie appréciable du revenu dans des achats de matériel agricole perfectionné est une donnée significative, surtout si l'on tient compte que les systèmes de production en Vaucluse n'exigent pas, en général, d'équipements puissants. Les précisions ici et là apportées à la réponse^ à la question posée indiquent que ces paysans, manifestement bien informés de l'évolution des techniques agricoles, renouvelaient à son rythme leurs sulfateuses et poudreuses, leurs charrues... C'est le signe d'une incontestable aisance, qui stimule – peut-être même au-delà des besoins réels –l'investissement productif. Mais cette ouverture au progrès, qu'on retrouve très nettement dans les achats de postes radio – liés sans aucun doute à l'intérêt qu'il y a pour des agriculteurs pleinement engagés dans l'économie de marché à être rapidement informés – ne se retrouve pas avec la même intensité pour ce qui a trait au confort de la maison. Un tiers environ des réponses indiquent une sensibilité à cette question : l'entretien des bâtiments, mais plus encore l'électrification et ses suites – tout particulièrement l'installation de pompes électriques –sont le plus fréquemment mentionnés, mais on entrevoit aussi des intentions de coquetterie, voire d'un luxe maladroitement imité, avec le renouvellement du mobilier. L'introduction de la cuisinière, à l'électricité ou au gaz, me paraissait un test intéressant pour apprécier la place reconnue à la femme dans ce milieu où elle est sollicitée par les travaux des champs. Car la paysanne fait un double travail, elle participe aux travaux saisonniers, plantations, binages et surtout cueillette des légumes et des raisins, et elle n'est, bien sûr, pas pour autant déchargée des tâches ménagères.

71Faut-il s'en étonner ? Le modernisme s'adresse davantage aux hommes qu'aux femmes et ce n'est pas la société rurale qui peut impulser le changement à cet égard. On en a confirmation dans l'analyse des loisirs. Sous leur forme familiale, ils sont représentés par les veillées, importantes parce qu'elles s'inscrivent dans la tradition sociale, et par les spectacles, terme générique qu'il convient de préciser. Ils sont en effet très divers : le plus souvent il s'agit de représentations théâtrales ou de concerts dans les villages, exécutés par des troupes locales, des sociétés musicales municipales... Mais il arrive aussi, et ce sont des événements, qu'on aille en famille au théâtre à Avignon, Carpentras ou Orange. Et tous les autres loisirs sont ceux d'une société d'hommes : le café, la chasse et aussi le sport, qu'il soit l'objet d'une pratique ou qu'il soit considéré comme un spectacle.

  • 33 P. Georges, op. cit. p. 635.

72L'automobile prend toute sa signification sociale dans ce cadre de vie. Sa large diffusion est un signe évident d'aisance, et elle est aussi représentative d'une structure de consommation qui présente certes des traits spécifiques, mais ce n'est plus l'essentiel. Avec la croissance de leur revenu, les paysans se sont engagés dans un mode de vie qui absorbe une part elle aussi croissante de leurs gains et qui réduit les distances – au sens social du terme – entre eux et les classes moyennes des villes. Pierre George avait vu dans la modernisation de l'agriculture comtadine la mainmise de la grande ville sur le village, "la ruine du cadre municipal"33. Sans aucun doute, la maîtrise de l'économie échappe aux ruraux, le capitalisme qui l'exerce par ses structures commerciales et financières est un fait urbain. Mais ce n'est nullement contradictoire avec le processus d'uniformisation des genres de vie, sur le modèle urbain, et les paysans vauclusiens s'y laissent entraîner ou y participent consciemment, sur la base objective d'une condition sociale sensiblement améliorée. A cet égard, le revenu des agriculteurs, soumis aux multiples sollicitations du mimétisme social, est de moins en moins différent, dans l'usage qui en est fait, de celui des autres catégories socio-professionnelles.

Notes

1 Ces partages anticipés, dont j'ai montré qu'ils devenaient plus fréquents après la guerre, ne sont pas nécessairement rappelés dans les déclarations de succession. Le fait de donner des biens à un enfant lorsqu'il se marie ne se traduit pas forcément par un acte notarié de constitution de dot.

2 Voir A. Sauvy – Histoire Economique de la France entre les deux guerres. t. III, plus particulièrement le chapitre XVII. Le genre de vie, par Jean et Françoise Fourastié, P. 435-453.

3 Je m'inspire largement dans cette étude de mon article : "Contribution à l'étude de l'alimentation paysanne en Provence aux xixè et siècles, in Actes du quatre vingt treizième Congrès National des Sociétés Savantes –Tours 1968 – Paris 1971.

4 G. Dupeux, dans sa thèse Aspects de l'Histoire politique et sociale du Loir et Cher (1848-1914) Paris 1926 a utilisé les données des enquêtes agricoles de 1852 et 1862 pour construire le budget type d'une famille paysanne de cinq personnes.

5 La Prime d'Honneur du Département de Vaucluse en 1866.op. cité.

6 Statistique de la France, Agriculture. Résultats généraux de l'enquête décennale 1862, Strasbourg, 1868. Il s'agit là du journalier qui est assuré en moyenne de 224 jours de travail dans l'année. Il peut donc y avoir de façon implicite majoration du coût-nourriture en raison du caractère discontinu du travail rémunéré ; même alors, le coût-nourriture ne peut s'établir au-dessous de 55-60 centimes par jour.

7 F. Mistral, Mémoires et récits. Son témoignage est d'autant plus éloquent que son père est un ménager du pays d'Arles, catégorie sociale dont il propose la définition suivante : "sorte d'aristocratie qui fait la transition entre paysans et bourgeois."

8 Enquête agricole de 1866. 23 circonscription, Vaucluse-Drôme-Ardèche, Paris, 1868.

9 P. Seignour, La vie économique du Vaucluse de 1815 à 1848, Aix-en-Provence, 1857.p. 114.

10 P. Seignour.op.cit.p.174.

11 F. Mistral. op. cit.

12 Souvenirs de D. A..., de Cairanne.

13 Il est évident que certaines familles, et d'abord celles qui ne produisaient pas de blé, achetaient leur pain chez le boulanger, qui pétrissait donc de la pâte, mais en quantité bien moindre que toute celle qu'il faisait cuire.

14 A.D.V. 7 M27 à 29.

15 C'est le président actuel de cette boulangerie, constituée en 1906 sous le titre de Société coopérative agricole et de consommation, qui nous a permis de consulter ce registre, commencé en 1911.

16 En Beauce, où l'agriculture est largement ouverte sur l'économie de marché, mais où le blé est resté la production la plus importante, la réaction à l'égard de la crise et de la chute des cours du blé est très vive et incite les paysans à retrouver les vieux usages. Le témoignage de Grenadou (A. Prévost, Grenadou –Paysan Français Paris 1966) est ici très suggestif :

"Pas de sous pour payer le boulanger ! Il avait promis que je le payerais avec du blé, mais bientôt il n'a plus voulu. Alors on mangeait du pain fait avec du blé à d'autres, pendant que le mien restait en meules. Je trouvais ça drôle. Je me suis fâché et j'ai réparé le four de la ferme... Un vieux meunier m'a fait de la farine blanche avec mon blé. Mes parents avaient cuit le pain mais je ne me souvenais plus très bien. J'ai été chez Manceau voir deux trois fois sa méthode, parce que chez lui ils s'étaient jamais arrêté de faire le pain... On cuisait tous les quatre, cinq jours, un beau pain blanc"

17 On sait que certaines boulangeries coopératives ont été dissoutes parce qu'elles n'avaient pas une clientèle suffisante : c'est le cas à Camaret, Entraigues et Villelaure dès 1912, à Ansouis, Mazan, Roussillon et Sarrians en 1924, à Rustrel en 1932.

18 P. Seignour, op.cit. Elle cite un rapport du sous-préfet d'Apt en 1832, qui dit que "les gens du peuple aiment tous le haut goût ; ils salent beaucoup le pain et tout ce qu'ils mangent". Cette pauvre cuisine peut réserver d'autres surprises, comme en témoigne le récit d'un repas dans un village vauclusien, vers 1850, par Mistral (op.cit) : "L'aubergiste, charron de son métier, nous fit souper, l'animal, avec un épais ragoût de pommes de terre au plat, rissolées dans de l'huile infecte, que nous ne pûmes avaler".

19 Souvenirs de D. Alary.op.cit.

20 A.D.V. 6M344.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 A.D.V. 7M27.

24 En 1931, la Coopérative se transforme en une "Union des Coopératives de Provence" parce que "de tous côtés se sont créées et développées des firmes capitalistes à succursales multiples qui sont un danger pour les coopératives et surtout pour les coopératives autonomes".

25 Un paysan de Modène, dans le canton de Mormoiron, m'écrit : "Pas de fantaisies vestimentaires : un vêtement du dimanche qui durait, un vêtement du marché, un vêtement de travail".

26 Clarté n° de mai 1925.

27 Monographie agricole du département Vaucluse. op. cité.

28 Un paysan de Gadagne, qui exploitait 11 ha, essentiellement en vignes à vin et a raisin de table, m'écrit qu'il a acheté un camion en 1931, une automobile en 1934 et il ajoute que c'était des véhicules neufs. Un autre de Veileron, qui cultivait 3 ha en maraîchage, indique qu'il a acheté une camionnette "en 1932 seulement".

29 A.D.V. Registres de première immatriculation des véhicules à moteur.

30 Je n'ai pu, pour des raisons évidentes, intégrer le canton d'Avignon dans mes calculs.

31 Les distances sont courtes, surtout dans les plaines, et la saison des récoltes s'étend sur quatre à cinq mois. Quant aux déplacements à caractère de loisir, ils ne sont ni fréquents ni très longs.

32 Voir Supra. 3e Partie. Chap. IV. p.

33 P. Georges, op. cit. p. 635.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Activité de la Ruche Cavaillonnaise
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Les premières Immatriculations de véhicules automobiles dans 11 paysannerie vauclusienneLégende : A = Automobiles C = Camionnettes E À = tant pour cent du nombre des exploitants agricoles en 1929
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Vie Matérielle des Paysans Vauclusiens avant 1939(Exploitation de 101 réponses faites I un questionnaire diffusé par la presse agricole).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter