Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 2

 | 
Claude Mesliand

Chapitre I. La fortune paysanne (1900-1938)

Texte intégral

1Des années 1860 au déclenchement de la seconde guerre mondiale, nous avons suivi et analysé une évolution économique considérable, l'enfantement difficile et pourtant rapide de l'agriculture moderne, entraînée dès lors dans une vive croissance, selon des modèles diversifiés. C'est ainsi que la paysannerie vauclusienne a fait et réussi son entrée dans la modernité, sans rien perdre de son enracinement, associant avec bonheur ses vertus traditionnelles de travail et de persévérance et une remarquable ouverture au progrès, une réelle capacité d'adaptation et d'innovation. L'analyse économique, prolongée par l'étude de ses implications sociales, pourrait certes se suffire à elle-même. Mais dans la perspective d'une histoire totale, qui se propose d'éclairer et de comprendre, dans sa complexité et dans l'interaction de ses différentes composantes, le comportement collectif d'une société déterminée par sa base économique, il est nécessaire de poursuivre l'étude dans des domaines significatifs de ce comportement collectif, car c'est par là que la société soumise à notre réflexion acquiert toute son originalité.

2La difficulté, bien sûr, consiste à définir les domaines d'expression du comportement collectif de la paysannerie vauclusienne : ce ne peut être qu'un choix, dont on n'est pas entièrement libre, du fait des contraintes de la documentation. Au risque de surprendre, il me semble que l'analyse de la fortune paysanne entre dans le champ du comportement collectif. Elle propose bien sûr un critère de hiérarchie sociale, mais pas seulement : par sa composition – et le niveau de fortune n'est pas à cet égard indifférent – elle est révélatrice de certaines attitudes, d'idées reçues sur la valeur des choses : la structure des patrimoines nous informe sur la psychologie collective de la paysannerie vauclusienne. Toujours dans le souci d'intégrer la base économique de ce groupe social dans ses représentations collectives, il me semble nécessaire de réfléchir sur les différentes formes de consommation de biens matériels : la relation entre le revenu et la consommation est certes évidente, mais il faut là aussi tenir compte des idées reçues et il n'est pas si simple de se libérer de la tradition, même si elle a perdu sa base objective.

3Fortune, Consommation... D'une certaine manière, ces deux concepts peuvent se contrarier l'un l'autre : le bas de laine ou le confort, ce n'est pas un débat abstrait, en milieu paysan. Sommes-nous là dans une histoire du mouvement, ou des résistances ? Pour répondre à cette question, on ne peut limiter à ses manifestations matérielles l'analyse du comportement collectif. Il convient naturellement de le poursuivre dans les domaines où l'expression d'une personnalité collective prend des formes idéologiques, culturelles. Champ d'investigation dont les limites reculent, comme on sait, et là je serai assurément très incomplet... Mais je pense aller à l'essentiel en m'interrogeant sur les comportements religieux et politiques. Ainsi puis-je espérer faire apparaître et dessiner les traits d'un "tempérament" original, synthèse des manifestations matérielles et idéologiques du comportement collectif de la paysannerie vauclusienne.

4La crise de ses systèmes de production traditionnels avait engagé l'agriculture vauclusienne dans une mutation profonde et inévitable, dont nous avons suivi le processus et les étapes. Sous réserve d'évidentes inégalités de situations, le bilan qu'on peut dresser, à la veille de la seconde guerre mondiale, d'une évolution inscrite dans la longue durée, est incontestablement positif. Il n'est pas excessif de parler d'un succès économique tel que les paysans vauclusiens ont dans l'ensemble réussi leur entrée dans la modernité.

5Succès économique et réussite sociale : ces deux catégories ne sont pas nécessairement associées et complémentaires. Le succès d'une mutation économique s'évalue en termes sociaux, il a ses bénéficiaires mais aussi ses victimes. Le cas particulier de l'agriculture vauclusienne n'échappe pas à cette règle, nous l'avons montré : la réalisation progressive d'un nouvel équilibre entre les hommes et la terre a contraint à des départs, vécus comme des déracinements ; la dure loi du marché avec ses impératifs de productivité et de rentabilité a imposé une sélection et créé des inégalités d'ordre géographique et social. Mais il est vrai que ces phénomènes– que l'analyse sociale peut qualifier de négatifs– ont eu en contrepartie la réussite et la promotion du plus grand nombre, que l'agriculture paysanne n'a nullement été disqualifiée par les exigences financières et technologiques du progrès économique. L'évolution économique a donc été bénéfique à l'ensemble de la paysannerie vauclusienne, on l'a bien vu avec les analyses conduites à différents niveaux du revenu agricole.

6Il me paraît nécessaire d'approfondir la réflexion sur la notion de réussite sociale. La consolidation de la propriété foncière paysanne, la progression du revenu agricole en sont des indices incontestables mais il est possible d'aller plus loin en s'interrogeant sur la destination et les différents emplois du revenu agricole. Il convient naturellement de raisonner sur le revenu net, déduction faite des charges salariales, des frais de culture et de la fiscalité. On peut alors considérer que le revenu des agriculteurs a deux grands emplois : les dépenses de consommation et l'épargne. En vérité, les choses sont plus complexes car les dépenses de consommation peuvent prendre le caractère d'un investissement lorsqu'elles couvrent les besoins de l'exploitation et l'épargne n'est pas moins ambiguë puisqu'elle aussi peut donner lieu à investissements productifs dans l'exploitation –c'est l'une de ses fonctions essentielles – en même temps qu'elle assure une fonction de sécurité et de protection. Mais il se trouve, fort heureusement, que ces fonctions diverses et parfois difficiles à distinguer les unes des autres peuvent être appréhendées de façon relativement précise et ordonnée par la nomenclature de la fortune acquise que proposent les déclarations de successions.

7Du revenu à la formation et à l'accumulation du capital, telle est donc la démarche que nous nous proposons de suivre maintenant, par l'étude de la richesse acquise ou encore des fortunes, telles qu'elles apparaissent au moment du décès de leurs détenteurs. Nous aurons par là un critère difficilement récusable de hiérarchie sociale, à confronter naturellement avec ceux que nous avons pu déjà déterminer. Plus encore, l'analyse spectrale des fortunes, c'est-à-dire l'identification de leurs différents éléments constitutifs et leur mise en relation avec les différents niveaux de fortune, nous permettra de mieux comprendre, de l'intérieur pourrait-on dire, ces derniers et de parvenir à une connaissance plus précise, plus rigoureuse de la hiérarchie sociale aussi bien que des possibilités et des limites de la promotion sociale dans le monde paysan.

I – METHODOLOGIE DE L'ETUDE DES FORTUNES

  • 1 Je reprends ici, en le complétant sur certains points, l'article que j'ai publié, sous le titre "L (...)

8Les déclarations de successions sont accessibles par les archives de l'Enregistrement, dans ses registres de "Déclarations des Mutations par Décès". Les déclarations faites par les ayants-droit comportent une description sommaire des biens que possédait le décédé et en proposent une évaluation, pour permettre de déterminer le montant des droits qu'auront à acquitter les héritiers de la succession ainsi ouverte. Ce sont ces documents que j'utilise pour étudier, dans la perspective à l'instant présentée, la fortune paysanne dans le Vaucluse1.

9Mieux sans doute que tout autre secteur socioprofessionnel la paysannerie se prête à un travail de ce genre. Elle constitue un monde d'une apparente mais aussi trompeuse uniformité, et il est essentiel de la pénétrer dans la réalité de ses structures économiques et de la hiérarchie sociale correspondante. Si le premier critère à cet égard est la propriété de la terre dans son inégale répartition, il est d'un intérêt évident de la soumettre à l'analyse, convertie en valeur monétaire, additionnée de tous les biens mobiliers – eux aussi exprimés en valeur monétaire – que son revenu a permis d'accumuler tout au long d'une vie. Les notions de pauvreté et d'aisance, d'appauvrissement et d'enrichissement se chargent ainsi d'un contenu précis et l'on peut pour le moins esquisser une évolution dont la connaissance est nécessaire à la compréhension de la paysannerie, pour le passé mais peut-être aussi pour le présent et l'avenir. D'autre part, la paysannerie par sa masse et la diversité de ses conditions sociales, présente un ensemble de facteurs favorables à l'étude projetée : celle-ci en effet doit être quantitative pour que ses résultats soient pris au sérieux, et le monde paysan fournit une base de travail assez large pour la mise en œuvre de procédés d'analyse quantitative, à partir d'échantillons assez importants pour être considérés comme représentatifs.

  • 2 Il est aisé de dissocier de la masse des successions celles qui concernent le monde paysan. Très s (...)

10L'exploitation des déclarations de successions pose toute une série de problèmes. En premier lieu, il faut pouvoir accéder à la source, ce qui n'est pas aussi simple qu'on pourrait le penser... Dans le Vaucluse, l'Enregistrement n'a pas versé ses dossiers aux Archives départementales pour les années postérieures à 1860 ; leur consultation exige donc du chercheur qu'il se déplace dans les différents bureaux où ils sont conservés, à Avignon, Apt, Cavaillon, Carpentras et Orange. Mais ces bureaux ne sont pas équipés pour le classement et la conservation d'archives, d'où des surprises désagréables... Les registres les plus anciens sont entassés dans des greniers ou des réduits obscurs, dans un désordre et sous une couche de poussière qui décourageraient le chercheur le plus endurci, surtout lorsque des sondages entrepris dans ces cimetières de documents révèlent que des registres ont disparu, que d'autres sont rongés par les rats... Pour toutes ces raisons nous avons commencé notre étude avec le début du siècle : à partir de 1900 en effet, dans tous les bureaux, les registres de déclarations de mutations par décès sont conservés dans de bonnes conditions, et le dépouillement en est matériellement facile2. Cette date peut paraître tardive, puisque l'évolution économique et sociale dont nous cherchons la traduction dans les fortunes a commencé vers les années 1860. J'en suis conscient, mais les contraintes matérielles de la recherche se sont imposées à moi. Par ailleurs, il faut se souvenir que les premiers résultats positifs de la reconstruction de l'agriculture vauclusienne se font sentir vers la fin du xixe siècle et la "photographie" des successions en 1900 nous propose en fin de compte un point de départ dont on peut, sans forcer la note, étendre la signification aux deux décennies antérieures.

11Mais ces registres sont très nombreux, ils regroupent des successions par milliers et leur dépouillement exhaustif, année après année, excéderait les forces d'un chercheur isolé. C'est pourquoi j'ai procédé par coupes annuelles, pour les années 1900, 1910, 1920, 1930 et 1938. J'ai pour chacune de ces années passé en revue les successions agricoles de tout le département, et j'ai estimé que l'écart de dix années entre deux coupes (réduit à huit pour la dernière coupe afin d'échapper à la perturbation qu'apporte la guerre en 1939) permettait de suivre avec une précision suffisante l'évolution de la fortune paysanne. Une objection toutefois peut être présentée au choix de l'année 1900, alors qu'une loi votée en 1901 a profondément modifié la législation sur l'enregistrement sur deux points. Mais les changements introduits sont sans incidence sérieuse sur notre recherche :

  • Tous les biens sont désormais déclarés au bureau correspondant au domicile du défunt, alors qu'auparavant les immeubles étaient déclarés dans le bureau où ils étaient situés. Mais les propriétés paysannes dispersées sur plusieurs bureaux d'enregistrement sont rares, et il a été possible de les regrouper autour du bureau principal chaque fois que le cas s'est présenté pour l'année 1900.
  • L'autre modification introduite par la loi de 1901 concerne les dettes que les déclarants ont maintenant le droit de déduire de l'actif brut de succession. Mais les déclarations pour lesquelles un passif est déduit sont très peu nombreuses, pour les coupes réalisées à partir de 19103, et on peut ne pas en tenir compte pour 1900.

12Nous pouvons donc considérer que les dates retenues présentent des résultats comparables entre eux. Mais il convient aussi de faire un choix entre les successions et de procéder à certaines corrections en fonction de l'objectif de la recherche. Il s'agit d'atteindre, aussi exactement que possible, à partir d'un échantillon représentatif, la fortune paysanne. Dans cette perspective, ont été éliminées :

  • les successions d'hommes jeunes, n'ayant pas atteint trente ans d'âge, en considération du fait qu'ils n'avaient pu encore constituer une fortune qui soit le reflet de leur propre activité. Leurs successions ne nous auraient proposé qu'une image déformée des biens acquis par leurs ascendants, tels qu'ils leur avaient été transmis,
  • certaines successions qui, en raison des dispositions particulières du contrat de mariage auquel elles se réfèrent, ne proposent qu'une partie, et pas nécessairement la plus importante, des biens du couple. Cela revient, le plus souvent, à éliminer des successions d'agriculteurs encore dans la force de l'âge,
  • d'autres successions enfin – mais peu nombreuses – de faible valeur, généralement dépourvues de terres : manifestement, elles ne sont que des vestiges de la fortune réelle du défunt, qui l'avait très probablement transmise avant sa mort par donation-partage.

13Toujours dans la perspective précédemment définie, il a fallu procéder à des corrections sur les valeurs successorales déclarées. En effet, les déclarations de successions sont des documents fiscaux et donnent lieu à des calculs qui n'ont évidemment rien à voir avec l'objectif que nous poursuivons. C'est ainsi que chaque déclaration de succession aboutit a un "actif de communauté", qu'il faut multiplier par deux pour atteindre la valeur réelle des biens de communauté. C'est ainsi encore qu'il faut négliger les "reprises" faites à la communauté, qui ajoutent à ses biens réels des valeurs qui en sont sorties avant que ne s'ouvre la succession... Chaque déclaration de succession doit donc être l'objet d'un examen attentif, et la méthode suivie est différente de celle qui conduit à l'établissement d'une annuité successorale.

14Au terme de ces opérations préliminaires, cinq échantillons ont été constitués :

323 successions pour 1900,

249 successions pour 1910,

233 successions pour 1920,

220 successions pour 1930,

194 successions pour 1938,

15La décroissance du nombre des successions retenues est tout à fait conforme à l'évolution de la population agricole. Certes, le chiffre de 1900 paraît un peu fort par rapport aux autres, mais il est évident qu'on ne peut demander à une courbe des successions d'épouser exactement le mouvement de la population paysanne dans son évolution numérique.

16Une première analyse peut être tentée, concernant la structure par âge des successions.

Structure par âge des successions

Structure par âge des successions

17L'âge du décédé n'est pas toujours mentionné sur la déclaration de succession, mais on peut alors le reconstituer avec une approximation suffisante à partir de l'âge du conjoint ou de la date du mariage, généralement indiquée. Le tableau de la structure par âge des successions n'est pas significatif de la mortalité paysanne, puisque nous avons écarté les successions ouvertes en raison d'un décès précoce. Le fait que les successions – choisies de telle sorte qu'elles soient à l'image de la fortune réelle – s'ouvrent le plus souvent au-delà de la soixantaine suggère que les paysans conservent leur patrimoine jusqu'à la mort, même si celle-ci intervient à un âge très avancé qui leur interdit, selon toute vraisemblance, d'exercer au cours des dernières années de leur vie la direction effective de leur exploitation. Il existe, bien sûr, des paysans qui procèdent de leur vivant au partage de leurs biens entre leurs enfants, mais ils attendent en général d'être parvenus à un âge qui ne leur permet plus de travailler. L'usage courant semble bien être le maintien du chef de famille dans ses prérogatives de propriétaire et d'exploitant jusqu'au dernier souffle de vie, ce qui traduit à coup sûr la persistance d'une mentalité patriarcale et d'une structure familiale très forte, très hiérarchisée ; ce qui indique aussi l'état de dépendance des enfants, jusqu'à l'âge adulte, à l'égard de leurs parents. Mais au-delà de ces traits de mentalité collective, il convient de considérer que bon nombre de paysans ne conservent leur patrimoine jusqu'à leur mort que parce qu'il les fait vivre, et pour beaucoup médiocrement. La notion de retraite est étrangère au monde paysan, et les économies réalisées patiemment tout au long de la vie ne constituent bien souvent qu'une assurance contre des risques indéterminés, mais qu'il est prudent de prévoir. Dans cette perspective, il ne sera pas sans intérêt de calculer la valeur des successions en fonction de l'âge des décédés.

18Nous rencontrons naturellement, puisque l'étude court de 1900 à 1938, le problème déjà évoqué du passage de la stabilité monétaire à l'inflation : il n'y a que pour 1900 et 1910 que les valeurs nominales sont comparables entre elles. Il est néanmoins possible de raisonner sur les valeurs nominales en comparant entre elles des proportions, calculées pour chaque classe de succession par rapport à leur masse globale ou bien pour chaque catégorie de biens composant les successions par rapport à la masse globale des biens de chaque classe de successions. Il reste qu'il est nécessaire de comparer les successions d'une coupe à l'autre, en fonction du pouvoir d'achat qu'elles représentent, et pour cela il convient de procéder à la conversion des valeurs nominales en francs constants. Il n'est pas certain toutefois que cette opération corrige de façon satisfaisante le gonflement apparent des valeurs successorales par la dévalorisation de la monnaie. En effet, on suppose en l'effectuant que les valeurs nominales représentent un ajustement constant, au jour le jour pour ainsi dire, à la baisse du pouvoir d'achat de la monnaie. Dans la réalité les choses ne sont pas aussi simples, et les valeurs d'estimation peuvent très bien retarder sur l'évolution du pouvoir d'achat de la monnaie. Ce décalage me paraît incontestable pour l'année 1920, et la conversion en valeur réelle donne pour cette date des résultats extrêmement douteux.

19L'analyse des successions serait d'un médiocre intérêt si elle n'était réalisée que globalement, pour la valeur d'ensemble de toutes les successions retenues. Elle doit nous conduire à la connaissance de la paysannerie dans sa hiérarchie sociale, et pour cela il convient d'établir un classement dans les successions, des plus faibles aux plus grosses. Cette démarche essentielle comporte une difficulté, en relation avec l'instabilité monétaire : les catégories de successions doivent être constantes dans leur signification économique et sociale, mais le passage de l'une à l'autre doit s'opérer par des seuils variables en raison de la variabilité de la monnaie. Cette méthode permet d'ailleurs de corriger, dans une certaine mesure tout au moins, la double divergence des valeurs nominales et des valeurs-or par rapport à la réalité. Dans cette perspective, j'ai prévu quatre classes de successions, considérées comme représentatives de quatre niveaux de fortune :

  • les petites successions, inférieures à 5 000 F en 1900 et 1910, à 10.000 F en 1920, à 30.000 F en 1930 et 1938,
  • les successions moyennes, de 5.000 à 20.000 F en 1900 et 1910, de 10.000 à 40.000 F en 1920, de 30 à 120.000 F en 1930 et 1938,
  • les grosses successions, de 20.000 à 60.000 F en 1900 et 1910, de 40.000 à 120.000 F en 1920, de 120.000 à 360.000 F en 1930 et 1938,
  • les très grosses successions, supérieures à 60.000 F en 1900 et 1910, à 120.000 F en 1920, à 360.000 F en 1930 et 1938.

20Les seuils sont identiques en 1900 et 1910 car on est alors sous le régime du franc-or, et en 1930 et 1938 car entre ces deux dates le coefficient de déflation des valeurs nominales est assez proche. La difficulté était pour l'année 1920, où l'inflation est déjà forte sans qu'elle se communique intégralement aux valeurs d'estimation des biens qui entrent dans les successions. Naturellement, les quatre classes de successions sont dans des rapports constants entre elles :

1 à 2 de 1900-1910 à 1920

1 à 3 de 1920 à 1930-1938

1 à 6 de 1900-1910 à 1930-1938.

21Ces rapports constituent à mes yeux des références commodes et utiles pour apprécier l'évolution de la fortune paysanne.

II – LES FORTUNES DANS LEUR CLASSEMENT HIERARCHIQUE

A – OBSERVATION GENERALE : LE PROBLEME DE LA FRAUDE

22Les deux tableaux "Classement hiérarchique des successions" et "Valeur moyenne des successions" sont naturellement complémentaires. La conversion en francs constants des valeurs moyennes des successions fait surgir un problème auquel on ne s'attendait pas : à mesure que se réalise la mutation économique que nous avons considérée comme un succès, les fortunes paysannes, à quelque niveau qu'elles soient, ont tendance à baisser. La contradiction entre revenu et fortune ne peut être acceptée comme telle, elle sollicite notre réflexion. Passons sur la baisse profonde de tous les niveaux de fortune en 1920, elle témoigne assurément de la discordance entre le taux d'inflation et la perception qu'on en a, lorsqu'on évalue des biens pour lesquels la référence spontanée se situe avant 1914. Elle nous aide à comprendre, soit dit en passant, la difficulté qu'ont éprouvée les contemporains de l'événement à s'adapter à l'inflation, l'indigence des instruments de mesure ou de simple appréciation du phénomène dont ils pouvaient disposer. Négligeons également le fait, apparemment paradoxal, que c'est en 1930 que les fortunes sont à leur niveau le plus élevé, pour l'entre-deux guerres. L'explication est en effet fort simple : les successions sont nécessairement décalées par rapport à la conjoncture, elles enregistrent l'accumulation du capital antérieurement au moment précis où elles s'ouvrent, ce qui veut dire que les successions de 1930 témoignent pour la prospérité des années 1920 alors que celles de 1938 enregistrent et accusent le traumatisme de la crise.

Classement hiérarchique des successions

Classement hiérarchique des successions

Légende : P.S. = petites successions G.S. = grosses successions
M.S. = moyennes successions T.G.S. = très grosses successions

  • 4 Paul Cornut : Répartition de la fortune privée en France par département et nature des biens au co (...)

23Ce que l'évolution des valeurs moyennes de succession suggère, et sur quoi je voudrais m'attarder, c'est que la fraude sur les déclarations de successions n'est peut être pas constante dans son intensité, et c'est une question difficile. Difficile en premier lieu parce que la fraude est dans la logique de l'acte de déclaration, mais que c'est autre chose de l'évaluer... La déclaration de succession a pour conclusion une imposition, et de ce fait les déclarants sont soumis à une double tentation : dissimuler certains biens, quand ils s'y prêtent, sous-évaluer les autres, l'une et l'autre ayant pour objectif de diminuer dans la mesure du possible le poids des droits de succession. C'est ce qui fait peser une grande incertitude sur la validité des déclarations de succession ! Nous avons la conviction qu'elles proposent des valeurs de succession inférieures à la réalité, mais il est impossible, une fois constatée la fraude, de mesurer son importance. Il est clair, bien sûr, qu'elle ne peut pas s'exercer également sur tous les biens de succession, on conçoit aussi que les critères d'évaluation retenus par l'Enregistrement la rendent plus ou moins difficile, que la tentation est d'autant plus forte que s'alourdissent, du fait de la législation, les droits de succession. Mais on doit aussi tenir compte des possibilités accrues de contrôle de l'administration... Devant ces facteurs parfois contradictoires, un auteur s'est efforcé d'analyser la fraude afin de pouvoir proposer des coefficients de rehaussement des déclarations, lesquels varient selon la nature des biens et la période étudiée4. L'application des coefficients auxquels il est parvenu aux déclarations de succession des paysans vauclusiens donne les résultats suivants :

Valeur moyenne des successions

Valeur moyenne des successions

Valeur totale des successions et valeur moyenne d'une succession après rehaussement de la valeur des biens

Valeur totale des successions et valeur moyenne d'une succession après rehaussement de la valeur des biens

24La fraude n'aurait donc pas la même intensité avant et après la guerre, et la différence s'expliquerait par le fait qu'avant 1914 l'évaluation des immeubles – en fonction de leur revenu – était conforme à la réalité alors que le procédé d'estimation directe par la valeur vénale, inauguré après la guerre, facilite la sous-évaluation. Par ailleurs, la place plus importante des valeurs mobilières dans les successions – et là il est aisé de frauder – accroît la dissimulation. Il est évident que si l'on introduit cette correction dans nos calculs, on obtient pour le mouvement des fortunes une évolution du même ordre que celle observée pour le revenu agricole.

25Et pourtant, je ne retiendrai pas pour la suite de cette étude les valeurs ainsi redressées des biens de succession. Je craindrais de tomber dans une rigidité qui serait elle-même source d'erreur et je préfère considérer la fraude comme une constante. Il m'apparaît d'ailleurs qu'elle s'accorde à merveille avec la mentalité paysanne et que de ce fait elle prend dans les déclarations de succession un caractère systématique, dans une certaine mesure indépendant de l'intérêt réel que peuvent y trouver ceux qui s'y livrent. Cela dit, les valeurs que je retiens ne peuvent être considérées, en elles-mêmes, comme vraiment représentatives de la fortune paysanne. Il me faudra trouver d'autres éléments d'analyse pour bien comprendre son évolution.

26Il est possible de calculer la valeur moyenne des successions en tenant compte de l'âge des décédés, ce qui nous propose une vérification de l'hypothèse précédemment avancée que les paysans conservaient leur propriété jusqu'à leur mort. J'ai choisi l'âge de 70 ans comme "frontière", parce qu'avant cet âge le paysan est encore dans la grande majorité des cas un actif, capable tout à la fois de travailler physiquement et d'exercer un pouvoir d'autorité, voire même de commandement. Une fois franchi le cap des 70 ans, le paysan qui garde des biens n'a plus la même capacité à les exploiter. Les résultats obtenus méritent de retenir notre attention :

Valeur moyenne des successions, en fonction de l'âge

Valeur moyenne des successions, en fonction de l'âge

27Jusqu'à la guerre, les successions ouvertes après 70 ans ont une valeur moyenne très proche de celle des successions des paysans morts, disons dans la force de l'âge. Cela confirme la force des relations patriarcales dans la famille paysanne, le père conserve son pouvoir de propriétaire et chef d'exploitation jusqu'à sa mort. Si l'année 1920 apparaît logiquement comme une transition, les années 1930 et 1938 témoignent d'un changement sensible dans les mentalités, puisque la valeur moyenne des successions ouvertes après 70 ans est très sensiblement inférieure à celle des autres successions. L'émancipation des jeunes s'inscrit en filigrane sous cette donnée, beaucoup de vieux paysans vivent dans une semi-retraite, et le dynamisme de l'agriculture vauclusienne apparaît lié à un certain rajeunissement des exploitants agricoles, investis plus tôt qu'avant guerre des responsabilités de chef d'exploitation.

B – LES DIFFERENTES CLASSES DE FORTUNE

28Les graphiques qui traduisent visuellement les tableaux présentant la part respective de chaque classe de fortune et la valeur moyenne des successions donnent l'impression première d'une grande stabilité des différents niveaux de fortune. Néanmoins, une évolution est perceptible : recul numérique des petites successions, recul en valeur des petites successions et surtout des très grosses se combinent, et les groupes intermédiaires, surtout celui des moyennes successions, apparaissent bénéficiaires de l'évolution. Il est d'ailleurs remarquable que, pour la valeur moyenne des successions, c'est également le groupe des moyennes successions qui connaît de 1900 à 1938 le plus fort coefficient d'accroissement.

29Les très petites successions définissent un groupe social qui vit dans des conditions très médiocres, à la limite, pourrait-on dire, du minimum vital. Elles représentent des effectifs importants, stables jusqu'en 1930 – de 29 % en 1900, elles passent à 27 % en 1930 – et connaissent une baisse sensible de 1930 à 1938, date à laquelle elles ne représentent plus que 18 % de l'effectif total des successions. Cette évolution tardive traduit sans doute d'abord le fait de l'exode rural – ses effets sont naturellement retardés par le caractère de la source soumise à l'analyse – qui concerne en priorité les plus pauvres, mais aussi une certaine réussite sociale, relative assurément, par laquelle une frange de très petits paysans accède à la catégorie supérieure : c'est aussi de 1930 à 1938 que le nombre de successions moyennes est en accroissement sensible. Mais il est probable aussi que les effectifs du groupe des petites successions sont gonflés par rapport au groupe social des paysans pauvres. En effet, les successions présentent l'image des fortunes paysannes au terme de la vie de leurs détenteurs et on est en droit de penser, s'agissant des très petites successions, qu'un certain nombre d'entre elles, en raison même de leur médiocrité, de la très faible rentabilité qu'elles impliquent, ne donnent pas lieu à la reprise des exploitations correspondantes par les héritiers qui, dans la plupart des cas, ont quitté la terre. S'il était possible de photographier les fortunes paysannes à un autre stade de la vie humaine, il est vraisemblable que la proportion des très petites fortunes serait moins élevée ; elle augmente par le fait même que les paysans s'engagent dans la vieillesse, sans que toujours le relais soit assuré par leurs héritiers : un certain nombre d'exploitations agricoles deviennent ainsi marginales, leurs propriétaires affaiblis par l'âge, dépassés par le progrès des techniques agricoles, se résignent à vivoter sur une exploitation qui se dégrade, et la déclaration de succession nous permet de la saisir au terme de ce processus. Par conséquent, la catégorie des petites successions pose en termes complexes le problème de la pauvreté, de l'insécurité dans la population paysanne. Pauvreté et insécurité sont d'incontestables réalités sociales, même si elles sont en recul après 1930. Mais aussi pauvreté et insécurité sont de plus en plus un phénomène lié à la vieillesse : les jeunes qui s'évadent pour échapper à la médiocrité des conditions de vie de leurs parents condamnent ceux-ci dans bien des cas, sans l'avoir voulu naturellement, à une vieillesse au cours de laquelle s'aggrave la pauvreté des plus vulnérables.

30Le groupe des successions moyennes s'impose par son importance numérique : toujours majoritaire par rapport à l'ensemble des successions, remarquablement stable de 1900 à 1930 – de 55 % à 57 % –il s'élève en 1938 à 63 % du nombre total des successions. La part de ses biens dans la valeur totale des biens est inférieure à celle de ses effectifs, mais tant par ses effectifs que par les biens possédés ce groupe propose l'image de la paysannerie la plus nombreuse, qui vit modestement, sans éclat mais aussi sans soucis majeurs, sur des exploitations agricoles de dimensions variables en fonction des systèmes de culture, mais toujours accordées aux conditions de l'exploitation familiale. Ce groupe, avons-nous déjà remarqué, s'impose comme bénéficiaire de l'évolution agricole puisqu'il s'accroît et que la valeur moyenne d'une succession de ce groupe résiste mieux que les autres à la baisse du pouvoir d'achat de la monnaie : convertie en francs constants, elle est en 1938 très légèrement supérieure à ce qu'elle était en 1900.

31Mais cette catégorie de successions recouvre des situations économiques très diverses, puisqu'elle rassemble des fortunes qui sont dans le rapport de 1 à 4, des plus faibles aux plus fortes. Il était certes nécessaire de procéder à ce regroupement pour faire apparaître dans sa masse l'existence d'une paysannerie moyenne, mais il est possible de pousser l'analyse à l'intérieur de ce groupe, à la fois vaste et complexe, en distinguant deux niveaux de fortune, respectivement de 5.000 à 10.000 et de 10.000 à 20.000 F pour 1900 et 1910, de 10.000 à 20.000 F et de 20.000 à 40.000 F pour 1920, de 30.000 à 60.000 F et de 60.000 à 120.000 F pour 1930 et 1938. On obtient ainsi l'image de deux groupes sociaux : d'une part d'une paysannerie qui est en dehors du dénuement mais qui vit petitement, d'autre part d'une paysannerie qui accède à l'aisance. Ces définitions sont certes imprécises, mais elles ont l'intérêt de nous introduire dans des cadres qui ne sont pas figés, qui se prêtent à une étude de la vie sociale dans son mouvement. Or on constate une évolution contrastée et naturellement complémentaire de ces deux groupes sociaux : les successions à l'image de la paysannerie qui vit petitement représentent 64 % du nombre total des successions moyennes en 1900, 57 % en 1910, 59 % en 1920, 60 % en 1930 et seulement 48 % en 1938 ; la valeur de leurs biens décrit une courbe analogue, elle passe de 47-45 % en 1900-1930 à 32 % en 1938, par rapport à la valeur totale des biens des successions moyennes. En d'autres termes, on assiste au sein de la paysannerie moyenne à un net progrès de l'aisance et les chiffres témoignent d'une mobilité sociale dans le sens de la réussite. Il s'agit d'ailleurs d'un phénomène de promotion sociale qui démarre au bas de l'échelle, puisque nous l'avons noté au niveau des petites successions, mais il s'amplifie au niveau des successions moyennes. Un problème : pourquoi ce phénomène devient-il sensible seulement dans les années 1930, qui sont pourtant des années difficiles pour l'agriculture vauclusienne que la crise économique n'épargne pas ? C'est que les successions traduisent avec un certain retard les modifications apportées par l'introduction de nouvelles cultures, de nouvelles techniques agricoles, dans les conditions de vie des paysans. En fait, il semble qu'il convient de faire remonter l'origine du progrès de l'aisance dans les années 1920 et la réalité de ce progrès n'est pas douteuse.

32Retrouve-t-on le même processus au niveau des grosses successions, représentatives de la paysannerie cossue ? C'est ici la stabilité, au double indicatif des effectifs, qui passent de 13 à 14,5 % de 1900 à 1938, et de la valeur des biens, qui passe de 27 à 30 % dans le même temps. La progression est si peu marquée qu'il est difficile de lui assigner une signification précise, encore qu'on soit tenté d'y voir le prolongement atténué de la promotion sociale précédemment signalée. Mais nous sommes ici dans le cadre d'un groupe social doté de moyens de production importants, qui se transmettent plus qu'ils ne s'acquièrent : c'est l'image d'une certaine bourgeoisie terrienne qu'il nous propose, d'ailleurs dynamique, parfaitement adaptable au progrès agricole, mais aussi difficilement accessible en raison des conditions de propriété qui en constituent la base. Il n'est donc pas surprenant que le procesus de promotion sociale s'arrête à ce niveau.

33Reste le cas des très grosses successions : elles sont importantes par la valeur des biens qu'elles représentent, mais elles sont aussi d'une analyse délicate, nécessairement prudente, en raison de la faiblesse de leurs effectifs, contradictoire avec les exigences d'une analyse quantitative. Il est facile de comprendre que la proportion des paysans très riches est trop faible pour qu'on soit assuré de la retrouver avec précision au niveau des successions. C'est ce qui explique la contraction des très grosses successions pour 1920, accidentelle à n'en pas douter. On doit noter cependant un recul des très grosses successions, dont la valeur par rapport à l'ensemble passe de 29,5 % en 1900 à 21 % en 1938. Là aussi les années 1930 paraissent déterminantes dans cette évolution, mais la valeur des très grosses successions pour 1930 est faussée par une succession exceptionnellement forte, qui dépasse deux millions. Retenons comme vraisemblable le recul des très grosses fortunes, en accord avec l'évolution de l'agriculture vauclusienne, qui est capable par son caractère intensif et la qualité de ses productions d'assurer des revenus élevés à l'hectare, mais qui n'est pas très bien adaptée à la très grande propriété, par son exigence en main-d'oeuvre, par la minutie de ses façons culturales.

34Ainsi l'évolution de la fortune paysanne de 1900 à 1938, telle qu'on peut la saisir ou tout au moins l'approcher à travers les déclarations de successions, fait ressortir un processus de promotion sociale et une sélection progressive des exploitations agricoles, dans le cadre d'une agriculture toujours plus spécialisée et intensive. Réussite incontestable, cette agriculture élimine les plus faibles et pénalise les grandes propriétés qui s'attardent dans des formes d'exploitation héritées du passé. A ce prix, elle consolide une paysannerie moyenne qui accède progressivement à l'aisance et qui s'enracine dans la mesure où elle s'adapte et s'enrichit, même s'il s'agit d'un enrichissement modéré.

III – STRUCTURE DES FORTUNES

A – LES BIENS FONCIERS

35Nous avons bien le sentiment d'un enrichissement des paysans vauclusiens, mais l'analyse des valeurs de successions ne permet pas de l'affirmer, à moins de faire intervenir la notion de rehaussement pour fraude, dont j'ai dit qu'elle me paraissait impossible à introduire systématiquement dans tous les calculs. Ne peut-on utiliser une autre méthode, celle qui consiste à analyser les successions dans leur composition, tout en respectant la hiérarchie des fortunes précédemment définie ? L'objectif est alors le suivant : chercher l'enrichissement de la paysannerie dans la structure de la fortune, donnant lieu à une répartition différente des biens qui la composent, de 1900 à 1938. Il sera toujours possible de tenir compte d'une sous-évaluation plus ou moins forte du fait de la fraude, au terme de l'étude.

36Les déclarations de successions présentent une grande diversité de biens, mais ils peuvent être regroupés en trois rubriques :

  • les biens fonciers, c'est-à-dire les maisons d'habitation, les bâtiments d'usage agricole et les terres,
  • les meubles, c'est-à-dire tout à la fois les meubles meublants et le matériel agricole,
  • les valeurs mobilières, rubrique complexe dont le contenu varie selon les années retenues pour l'étude.5

Composition des successions

Composition des successions

Légende : B.F. = Biens Fonciers M = Meubles V.M. = Valeurs mobilières

  • 6 Dans son ouvrage Niveau de Vie et Progrès techniques en France depuis 1800, P. Combe donne, pour l (...)

37Le tableau ci-dessus et le graphique correspondant présentent la part respective de chaque catégorie de biens dans l'ensemble des biens de successions tout au long de la période étudiée. La part des biens fonciers est naturellement prépondérante, mais l'évolution est aussi très nette : elle baisse sensiblement alors que les meubles et les valeurs mobilières sont en augmentation. Il convient d'observer que la baisse de la valeur des immeubles fonciers est constatée indépendamment de la fraude, qui est plus forte après qu'avant la guerre, et on ne peut l'expliquer par une réduction de la superficie moyenne des propriétés agricoles : l'évolution, nous le savons, va plutôt dans le sens opposé. L'explication, indépendamment de la fraude, doit être recherchée dans la baisse de la valeur vénale des terres, que nous avons déjà soulignée, mais qu'il est aussi très difficile d'apprécier. Dans les échantillons de successions que j'ai constitués, à supposer que les biens fonciers y entrent pour une part constante en superficie, la baisse serait pour 1930-1938 de 20 % par rapport à la valeur marchande de 1900-1910, et il n'est pas possible d'aller au-delà de cette hypothèse, d'ailleurs très modérée6.

38Mais l'affaiblissement du capital foncier n'est nullement contradictoire avec l'enrichissement du monde paysan. D'une part, nous savons que la terre produit après la guerre des revenus supérieurs à ceux de l'avant-guerre, d'autre part ce qui est perdu de ce côté est regagné par les autres biens constitutifs de la fortune paysanne.

39Nous n'entrons pas dans le détail des biens fonciers qui figurent dans les successions. Il sont consignés sur les déclarations avec précision, mention est faite de leur superficie, de leur nature de culture, parcelle par parcelle bien souvent. Mais justement cette précision souligne la disparité des évaluations, et il serait hasardeux, de faible utilité, de dégager des valeurs moyennes. Par ailleurs il ne serait pas possible d'isoler pour toutes les successions la valeur des terres de celle des maisons d'habitation et des bâtiments d'exploitation. En effet, lorsqu'il s'agit d'un bien de village les maisons et constructions diverses sont évaluées séparément, mais lorsqu'il s'agit d'une propriété isolée à la campagne les déclarations regroupent sous une même évaluation "le bâtiment de grange" s'il s'agit d'une petite propriété, ou la propriété désignée par son nom s'il s'agit d'un grand domaine, et les terres attenantes.

B – LES MEUBLES

40Il est possible, par contre, d'analyser les meubles dans les successions. Il s'agit, avons-nous dit, des meubles meublants et du matériel agricole y compris le cheptel. Il est donc logique qu'ils se rencontrent dans la quasi totalité des successions, mais ils représentent une part très faible de la valeur totale des successions, même si elle s'accroît sensiblement de 1900 à 1938.

Les meubles dans les successions

Les meubles dans les successions

41On est frappé, à la lecture des déclarations de successions, par le grand nombre d'entre elles qui mentionnent un mobilier dérisoire par la valeur qui lui est attribuée, cela surtout pour les années 1900 et 1910. C'est que, ainsi que le note M. Cornut "la fraude a toujours été élevée sur les meubles : fraude par insuffisance d'évaluation, par omission ou par défaut de déclaration". Il s'agit donc d'une catégorie de biens dont les déclarations de successions ne nous proposent qu'une image très partielle. D'autre part les critères d'évaluation ont changé pour les meubles meublants : jusqu'en 1920 ils sont évalués à 33 % et en 1930 à 60 % du montant des polices d'assurance ; dans le cas, fréquent, de non assurance des meubles, et à moins qu'il n'y ait eu vente publique ou inventaire par un officier ministériel, les meubles meublants sont évalués par simple déclaration des héritiers – ce qui explique l'importance de la fraude. La fraude, toutefois, n'est pas ici invariable dans ses proportions, dans la mesure où la pratique de l'assurance tend à se généraliser en milieu paysan après la guerre de 1914-1918, sous l'impulsion de la mutualité agricole, et l'évaluation des meubles à partir des polices d'assurance offre évidemment des garanties bien plus sérieuses que les déclarations des héritiers.

42Mais l'évaluation plus correcte des meubles ne suffit pas à rendre compte de l'accroissement de leur part dans les fortunes paysannes. Il est à remarquer que cet accroissement, négligeable de 1900 à 1910, se réalise en deux étapes après la guerre : en 1920 puis en 1938. Il n'est malheureusement pas possible de distinguer les meubles meublants et le matériel agricole, car ces deux catégories de biens sont souvent confondues dans une seule évaluation ; mais à défaut de données précises, l'impression prévaut, au terme de l'examen des meubles dans les successions, que leur progression en valeur s'explique pour une bonne part par l'utilisation d'un matériel agricole plus perfectionné. Jusqu'à la guerre de 1914, le paysan vauclusien travaille avec un outillage sommaire, dont nous trouvons de nombreuses descriptions dans les inventaires après décès des archives notariales. Après la guerre, les exigences de la technique agricole moderne pénètrent dans les campagnes vauclusiennes, et ce processus s'accélère à partir des années 1930, avec l'apparition des premiers tracteurs, des camionnettes pour le transport sur le marché des produits maraîchers et des raisins de table, la vulgarisation des appareils pour le traitement des vignes et des arbres fruitiers... A cet égard, le capital en matériel agricole des successions paysannes doit être apprécie moins comme la marque d'un enrichissement que comme la traduction d'une condition de la réussite de l'agriculture vauclusienne : s'ils n'investissaient pas des sommes croissantes dans l'achat de matériel agricole, les paysans vauclusiens ne pourraient assurer à leurs exploitations les rendements élevés ni les débouchés qui expliquent largement leur succès.

43D'autre part, il ne fait pas de doute que le confort pénètre progressivement dans les intérieurs paysans : le mobilier est renouvelé ; il devient plus important, avec la salle à manger considérée comme pièce de réception ; les postes de radio, un début d'équipement ménager apparaissent dans les années 1930. L'aspiration au confort, plus sensible dans les plaines vauclusiennes que dans d'autres régions rurales en raison des contacts étroits et fréquents avec les villes, rejoint donc les exigences techniques de l'agriculture pour rendre compte de l'accroissement de la valeur des meubles dans les biens de successions.

44Mais tous les paysans ne sont pas également susceptibles de moderniser leur matériel agricole et d'améliorer le confort de leur maison. Il convient, certes, de faire la part des attitudes individuelles, très diverses, en fonction de l'esprit d'entreprise des uns, de la routine et de l'esprit d'économie des autres... Mais il faut aussi examiner les meubles dans la hiérarchie des successions, et leur valeur moyenne nous propose alors un nouvel instrument d'analyse.

Valeur moyenne des meubles dans les successions

Valeur moyenne des meubles dans les successions

45En premier lieu, toutes les catégories de successions participent à un accroissement de valeur spectaculaire, que souligne la conversion des valeurs nominales en francs constants. La progression, faible avant 1914, s'accélère ensuite, ce qui correspond tout à la fois aux progrès de l'aisance et aux conditions de civilisation qui proposent des attitudes nouvelles à l'égard des biens de consommation. A cet égard, au niveau des successions moyennes et grosses, l'investissement de sommes croissantes pour l'achat de meubles constitue un signe de réussite sociale, alors que pour les petites successions, représentatives de la paysannerie la plus pauvre, les meubles représentent un minimum qui s'élève au rythme des exigences de l'évolution des techniques et du genre de vie, sans plus. Ainsi progressivement l'écart se creuse entre ceux qui peuvent, sur le plan des commodités de la vie professionnelle et familiale, vivre avec leur temps et ceux qui, au contraire, ne peuvent éprouver dans leurs conditions de travail et de vie le sentiment du progrès personnel. Des mentalités différentes s'élaborent, des attitudes nouvelles devant le travail, sans avenir ou au contraire permettant de profiter de la vie, se devinent au-delà de cette répartition sociale des meubles dans les successions paysannes. Donc, tout à la fois témoins de la modernisation de l'agriculture et signes extérieurs de richesse, les meubles sont un critère d'analyse sociale à ne pas négliger, même si leur valeur déclarée dans les successions est très inférieure à leur valeur réelle ; ils permettent de préciser la portée de la différenciation sociale à l'intérieur de la paysannerie, plus sensible à mesure que s'opère le passage de l'économie traditionnelle à l'économie moderne.

C – LES VALEURS MOBILIERES

46Les valeurs mobilières sont d'une grande diversité : sous cette rubrique figurent de nombreuses formes de capital mobilier, dont certaines, tels les comptes en banque, apparaissent au cours de la période étudiée et qui n'ont pas toujours la même importance. Il sera nécessaire de repérer et isoler pour une étude particulière chacune d'elles. Nous procéderons du général au particulier et dans un premier temps nous soumettons à l'analyse les valeurs mobilières dans leur totalité.

Les valeurs mobilières dans les successions

Les valeurs mobilières dans les successions

47Le tableau et les graphiques correspondants présentent les données de l'étude. Nous connaissons déjà le sens général de l'évolution, pour la place que tiennent les valeurs mobilières dans l'ensemble des biens de successions : c'est une place qui s'élargit sensiblement, puisqu'elle passe de 15 % en 1900 à 22 % en 1938, le maximum étant atteint en 1930 avec 25 %. Le recul de 1930 à 1938 peut s'expliquer par deux faits absolument indépendants l'un de l'autre. En premier lieu le pourcentage élevé de 1930 est fortement influencé par la situation dans les très grosses successions, elle-même provoquée par une succession exceptionnellement forte, supérieure à deux millions, dont un million et demi de valeurs mobilières. D'autre part, il convient sans doute de faire intervenir la conjoncture économique, favorable encore en 1930, alors que 1938 termine un cycle difficile, fortement marqué par la crise économique qui s'est abattue sur l'agriculture vauclusienne dans les années 1933-1936. Mais ce facteur, s'il peut expliquer la baisse des valeurs mobilières dans les successions petites et grosses, ne joue absolument pas pour les successions moyennes : peut-être traduisent-elles par leur mouvement ascendant dans une conjoncture difficile la capacité d'adaptation et de résistance de la moyenne paysannerie vauclusienne ?

48Il y a là une présomption que renforce l'analyse des valeurs mobilières pour le nombre des successions où elles figurent. En effet, de 1900 à 1938, la proportion des successions avec valeurs mobilières s'accroît, passant de 36 à 63 %. Là aussi 1930 est l'année de pointe, et le recul relatif de 1930 à 1938, qui se remarque dans toutes les catégories de successions, plaide en faveur de l'incidence de la crise économique sur les valeurs mobilières. Mais le fait le plus important, c'est la diffusion croissante des valeurs mobilières dans les biens de succession, diffusion d'ailleurs certainement plus forte que l'indiquent les chiffres car il faut tenir compte de la fraude. Cette diffusion ne joue pas au niveau des successions grosses et très grosses : elles comportent presque toutes dès le début du siècle des valeurs mobilières, et la stabilité des pourcentages indique qu'à de tels niveaux de fortune la diversité des éléments constitutifs de la fortune est de règle. La propriété foncière dégage ici des revenus dont une partie est mise en réserve, capitalisée sous des formes diverses. Il est probable que les successions qui pour ces classes de fortune ne comportent pas de valeurs mobilières en ont été "épurées" par des héritiers vigilants et prévoyants qui ont poussé la fraude aussi loin qu'il était possible.... Le groupe des grosses successions, représentatif d'une bourgeoisie paysanne cossue, propose une évolution significative : progression continue et modérée des valeurs mobilières, qui est un témoignage de capitalisation méthodique, prudente et souvent avisée, d'une part croissante de profits eux-mêmes en hausse.

49C'est pour les successions petites et moyennes que la diffusion des valeurs mobilières est très marquée : elles figuraient dans 10 % des petites successions en 1900, elles se trouvent dans 44 % en 1938 ; pour les moyennes successions, les pourcentages sont de 36 et 62 %. La présence toujours plus large de valeurs mobilières dans ces catégories qui définissent la paysannerie pauvre et modeste traduit, au-delà de la diversification croissante des fortunes paysannes, l'engagement de l'agriculture vauclusienne, y compris ses producteurs les plus faibles, dans une économie de marché dominée par la notion de revenu monétaire.

50Si faible que soit ce revenu, il en reste quelque chose qui tend à s'accumuler sous l'une ou l'autre des formes que peut prendre le capital mobilier. A cet égard, l'analyse des valeurs mobilières propose un instrument de mesure du passage de l'économie rurale traditionnelle à l'économie rurale contemporaine.

Valeur moyenne des valeurs mobilières

Valeur moyenne des valeurs mobilières

51Le calcul de la valeur moyenne des valeurs mobilières permet de préciser encore leur importance et leur évolution. Calculée sur l'ensemble des successions, la valeur moyenne des valeurs mobilières exprimée en francs constants est inférieure en 1938 à ce qu'elle était en 1900, et leur coefficient d'accroissement est de 5. Calculées pour chaque catégorie de successions, les valeurs moyennes font apparaître une évolution divergente, opposant les petites et très grosses successions, qui sont à la traîne, aux successions moyennes et grosses pour lesquelles la valeur exprimée en francs constants est supérieure en 1938 à ce qu'elle était en 1900 et le coefficient d'accroissement légèrement supérieur à 8. Ce n'est pas la diffusion croissante des valeurs mobilières qui explique l'affaiblissement de la valeur moyenne calculée sur l'ensemble mais il est incontestable que les très grosses successions nous posent un problème délicat, pour l'interprétation de ces données. Elles sont toujours en très petit nombre, mais il suffit qu'elles varient d'une ou deux unités, ou encore que telle ou telle catégorie de biens y soit anormalement forte ou faible pour qu'elles modifient sensiblement les rapports entre les classes de fortunes ou les valeurs moyennes qu'on peut en calculer. A cet égard, il n'est pas possible de retenir comme un fait établi la forte différence entre les valeurs moyennes des valeurs mobilières dans les très grosses fortunes de 1930 et de 1938. A ce niveau de richesse, en effet, la structure de la fortune ne peut être à ce point modifiée par un changement de conjoncture, et l'affaiblissement spectaculaire des valeurs mobilières en 1938 s'explique pour une part par les aléas de l'échantillon de successions.

52Nous sommes donc tenus à des interprétations prudentes de la hiérarchie des valeurs mobilières dans les successions. On se doit cependant de souligner leur progression dynamique dans les moyennes et grosses successions, qui est un signe de santé à mettre en relation avec la promotion précédemment observée de la moyenne exploitation agricole. Il est logique de lui opposer la vision besogneuse d'une paysannerie souvent vieillissante que suggèrent les petites successions. A l'autre pôle, du côté des très grosses fortunes, le piétinement des valeurs mobilières donne à penser qu'il existe une aristocratie foncière détentrice d'un capital qui est encore très important mais aussi passif. Il est bien vrai, en effet, qu'on observe que de très grosses successions valent surtout par leurs biens fonciers, ce qui est le signe d'un déclin condamnant des modes d'exploitation traditionnels et périmes, incapables de produire un profit d'entreprise dont on trouverait les traces dans les différents placements offerts à l'épargne.

IV – STRUCTURE DES VALEURS MOBILIERES

53J'ai regroupé sous la rubrique de valeurs mobilières l'ensemble des biens mobiliers entrant dans les successions, moins les meubles dont j'ai tenu à respecter le caractère spécifique en milieu paysan puisqu'ils comprennent, à côté des meubles meublants, le matériel agricole. La question se pose de savoir si les valeurs mobilières ainsi comprises ne présentent pas, elles aussi, une certaine spécificité dans le milieu socio-économique où je les saisis. Il convient alors, pour avancer dans cette hypothèse de travail, de présenter dans une diversité qui prenne en compte les conditions originales de l'économie agricole les divers biens constitutifs des valeurs mobilières et de les étudier, chacun en ce qui le concerne, en relation avec les différentes classes de fortune.

Composition des valeurs mobilières

Composition des valeurs mobilières

A – LE NUMERAIRE

54Le numéraire vient naturellement en premier lieu, car c'est la valeur mobilière la plus commune, celle dont aucune famille, si pauvre fût-elle, ne saurait se passer. Et pourtant le numéraire n'est mentionné que dans un petit nombre de successions, qui varie de 7 à 11 % sans que l'on puisse attribuer une signification quelconque aux variations du pourcentage, et son importance est très limitée dans le total des valeurs mobilières. Le paradoxe s'explique aisément : par sa nature, le numéraire se prête admirablement à la fraude, et il est évident que dans la plupart des cas les héritiers dissimulent les sommes d'argent, quelle que soit d'ailleurs leur importance, trouvées dans les successions. La fraude est donc ici énorme, sans qu'il soit possible de l'estimer, mais elle est aussi à n'en pas douter invariable, ce qui explique que, tout dérisoires qu'ils soient, les chiffres du numéraire dans les successions méritent d'être étudiés. Les successions qui comportent des espèces sont trop peu nombreuses pour qu'on puisse analyser cette catégorie de valeurs mobilières en fonction du classement hiérarchique des successions ; il semble toutefois qu'elle ne se rencontre qu'exceptionnellement dans la logique du dénuement comme de l'opulence. Dans le premier cas, le numéraire ne peut constituer que de faibles sommes d'argent, négligeables autant que faciles à dissimuler ; dans le second cas, il n'est pas d'usage de conserver par devers soi, sauf circonstances particulières, de l'argent liquide en grandes quantités. Ainsi, quoique de façon très imprécise, le numéraire dans les successions concourt à cerner les contours d'une réalité sociale, celle du "bas de laine" traditionnel, qui se survit encore dans la paysannerie moyenne ; mais cette conclusion ne peut être que très prudente.

B – COMPTES EN BANQUE ET DIVERS

55A partir de 1910, les déclarations de successions comportent des comptes en banque : les banques régionales, les agences des grandes banques nationales, et surtout la Caisse régionale de Crédit Agricole reçoivent en dépôt des fonds d'agriculteurs de plus en plus nombreux, ainsi qu'en témoigne l'évolution des effectifs de successions avec compte en banque.

Comptes en banque dans les successions

Comptes en banque dans les successions

56Il convient de signaler que si la dissimulation est impossible en ce qui concerne l'existence d'un compte en banque, il est toujours possible, quand le décès n'est pas brutal, de procéder à des retraits de fonds, ce qui peut être considéré comme une sous-évaluation du bien : le montant des sommes déposées en banque par les agriculteurs est certainement très supérieur à ce qui apparaît à travers les déclarations de successions. Telle qu'on peut l'approcher, cette valeur mobilière n'en est pas moins importante : elle traduit l'apparition et le développement relativement rapide de techniques financières nouvelles dans les campagnes, elles-mêmes liées à des innovations économiques, et nous disposons là d'un autre instrument de mesure du succès progressif de l'économie de marché dans l'agriculture vauciusienne. Ce sont les paiements par chèques, adaptés à des ventes par grosses quantités ou répétées quotidiennement sur les marchés, elles-mêmes inséparables d'une agriculture spécialisée, orientée vers la commercialisation et non l'autoconsommation, qui conduisent au compte en banque. D'autre part, les relations qui s'établissent entre les banques et les agriculteurs favorisent à n'en pas douter le placement des valeurs de bourse en milieu rural.

57Les comptes en banque traduisent-ils une réalité sociale ? Il est possible sinon d'en décider du moins de proposer une réponse au moins vraisemblable en mettant en corrélation les comptes en banque et la hiérarchie des successions pour les années 1930 et 1938, les seules où le nombre des successions avec compte en banque soit assez élevé pour permettre cette confrontation. Si nous laissons de côté les très grosses successions, trop peu nombreuses, il apparaît que c'est dans la paysannerie aisée, définie par les grosses successions, que la formule du compte en banque s'implante et s'impose : plus de 40 % des successions de ce groupe social comportent des comptes en banque. Mais les successions moyennes participent aussi, bien que plus faiblement, à cette évolution : ainsi se confirme et se précise le rapport entre l'aisance et l'enrichissement d'une part et la mutation de l'agriculture en une économie spécialisée et commercialisée d'autre part.

58La rubrique "Comptes récoltes en coopérative" demande d'abord à être définie. Il s'agit d'un bien intermédiaire, pourrait-on dire, entre le numéraire et le compte en banque, spécifique de la profession d'agriculteur. Il exprime en effet la valeur des récoltes que le paysan avait confiées, pour transformation et vente, à un organisme coopératif : cela concerne la viticulture, en premier lieu. A partir de 1936 se sont constituées aussi quelques coopératives céréalières, mais elles sont de peu d'importance.

59Pourquoi avoir isolé cette valeur mobilière qui ne peut avoir qu'un caractère transitoire et qui n'est saisie comme telle que par la nécessité de "photographier" tous les éléments constitutifs de la fortune paysanne au moment précis du décès ? On peut remarquer que les comptes récoltes alimentent souvent les comptes en banque, notamment à la Caisse de Crédit Agricole, car les coopératives qui distribuent des avances périodiques à leurs adhérents en fonction des ventes échelonnées auxquelles elles procèdent travaillent en relation étroite avec le Crédit Agricole et adoptent la formule des paiements par chèques. Ainsi, la diffusion de techniques financières nouvelles, déjà signalée, se trouve liée au développement des coopératives. Le grand intérêt de cette valeur mobilière, c'est donc qu'elle nous introduit dans les changements économiques qui se produisent dans l'agriculture vauclusienne, et elle nous aide à en préciser le contenu et les implications sociales. C'est pourquoi nous avons aussi isolé les "parts de fondateurs de coopératives", qui représentent un capital modeste, mais qu'il faut naturellement associer aux comptes récoltes en coopérative.

60Bien que leur nombre soit limité, il est possible de mettre ces deux valeurs mobilières proches l'une de l'autre en corrélation avec la hiérarchie des successions. Il apparaît que le recours aux coopératives et la part prise à leur création sont essentiellement le fait de paysans moyens et aisés qui constituent les secteurs dynamiques de la paysannerie vauclusienne. Le mouvement coopératif prend ainsi un double caractère : social en ce sens qu'il traduit l'aspiration des petits paysans à se grouper pour être en mesure de réaliser un équipement moderne qu'individuellement ils ne pourraient se procurer, il correspond aussi à une préoccupation technique, qui est la recherche de la rationalisation et de l'allégement du travail et d'une rentabilité supérieure. C'est la signification que lui assignent les paysans aisés qui y adhèrent.

Comptes récoltes et parts de fondateurs de coopérative dans les successions

Comptes récoltes et parts de fondateurs de coopérative dans les successions

61Comptes en banque, comptes récoltes et parts de fondateurs de coopérative constituent des valeurs mobilières nouvelles, d'une importance limitée quant aux capitaux qu'elles regroupent, mais d'un intérêt non négligeable par les indices qu'elles proposent pour apprécier tant l'évolution économique de l'agriculture vauclusienne que sa signification sociale. Nous pouvons aussi en retenir l'idée d'une complexité croissante de la profession d'agriculteur, que la diversification croissante de la fortune paysanne nous suggère. Certes, la réalité des valeurs mobilières que nous venons d'analyser est masquée, déformée par la fraude ; il n'en reste pas moins que le paysan de 1938, détenteur d'un compte en banque, membre d'une coopérative, est très éloigné du paysan de 1900. Ses rentrées d'argent sont à coup sûr très supérieures, ce que la fraude dans les déclarations de successions ne permet pas de voir clairement, mais sa vie est aussi moins simple, ses responsabilités sont plus lourdes, les mouvements de fonds qu'exige la gestion de son exploitation sont plus complexes. Bien entendu, ces conclusions ne concernent qu'une fraction de la paysannerie vauclusienne, celle qui réussit et qui sans doute réussit parce qu'elle sait s'adapter à des exigences économiques nouvelles. Et elles doivent être formulées avec prudence.

C – LES CREANCES

  • 7 Voir Supra. 2è Partie. Chapitre V. Les sondages effectués dans les études de Chateauneuf-du-Pape e (...)

62Mais il est d'autres valeurs mobilières qui figurent dans toutes les coupes annuelles,et qui expriment au-delà de l'évolution qu'on peut tracer pour chacune d'elles une permanence dans la structure des fortunes paysannes. Elles représentent mieux que les valeurs précédemment étudiées une accumulation durable de capital mobilier. En premier lieu viennent les créances. Ce sont pour l'essentiel des créances hypothécaires, et elles constituent un placement d'argent très ancien, très courant dans le monde paysan, ainsi qu'en témoignent les sondages que j'ai pu effectuer dans les archives notariales7.

Les créances dans les succesions

Les créances dans les succesions

63L'évolution des créances, tant sur le plan du nombre que sur celui de leur valeur, traduit un recul sensible : de 1900 à 1938, les successions qui comportent des créances passent de 16 % à 11 % du nombre total des successions, et leur valeur baisse de 23 % à 13,6 % du total des valeurs mobilières déclarées. Le recul est encore plus net pour 1930 : il y aurait, semble-t-il, un regain d'intérêt pour ce type de placement dans les années 1930-1938. Ce phénomène est très probablement en relation avec la conjoncture économique : les années 1920 ont été favorables à des placements en valeurs de bourse, alors que les années 1930 du fait de la crise, du fait aussi de la possibilité d'élever le taux d'intérêt des créances – il atteint alors couramment 8 % – valorisent à nouveau les créances. Mais le sens de l'évolution est sans équivoque : nous sommes en présence d'un placement d'ancien type, qui est progressivement délaissé.

64Tous les groupes sociaux de la paysannerie vauclusienne, à l'exception bien sûr des plus pauvres, participent à ce type de placement. C'est qu'il s'inscrit, à l'origine, dans une économie où les gains comme les besoins d'argent sont modestes, et il est de ce fait adapté à tous les niveaux de fortune. Certes, plus on s'élève dans la hiérarchie des successions, plus la valeur moyenne des créances s'élève, mais il est significatif que très souvent il n'y a pas une seule mais plusieurs créances par succession : le paysan dont les revenus sont modestes et qui parvient à économiser engage ses économies ou tout au moins une partie d'entre elles par un ou deux prêts ; le paysan aisé, surtout dans les dernières années de sa vie, prête non pas tellement des sommes plus importantes, mais à un plus grand nombre de personnes dans le besoin et c'est l'accumulation des prêts modiques qui fait s'élever la valeur moyenne des créances. Il convient d'ajouter que ces prêts sont remboursables en 5 ou 6 ans au plus, et le paysan prêteur affecte à ces placements un capital sinon constant en tout cas qui n'est soumis qu'à de faibles variations.

Valeur moyenne des créances par successions

Valeur moyenne des créances par successions

65Avec les créances, nous sommes dans l'épargne paysanne dans ce qu'elle a de plus traditionnel. C'est un type de placement de personnes âgées, il est significatif qu'il se rencontre rarement dans des successions qui comportent également des livrets de caisse d'épargne. II est normal qu'il décline après la guerre car il suit le destin de l'économie traditionnelle. Mais dans la mesure où il devient une activité financière socialement limitée, il joue un rôle peut-être plus important pour ceux qui s'y livrent de préférence à tout autre, ce dont témoigne la résistance de la valeur moyenne des créances à l'affaiblissement du pouvoir d'achat du franc.

D – LES LIVRETS DE CAISSES D'EPARGNE

66Les dépôts dans les caisses d'épargne représentent la forme moderne de l'épargne, dans ce qu'elle a de menu, dans ce qu'elle exprime d'effort patient pour mettre de côté un petit capital, auquel on ne touche que dans des circonstances graves. Mais c'est une valeur mobilière qui est fortement marquée par la fraude, soit par omission de déclaration, soit par retrait de fonds avant le décès si les circonstances s'y prêtent. Numériquement les successions avec livret de caisse d'épargne sont en accroissement régulier : elles représentent 21 % de toutes les successions en 1900, 37 % en 1938. L'année de pointe est ici 1930, et le recul observé de 1930 à 1938, non seulement au niveau de toutes les successions, mais aussi pour chaque catégorie de successions peut s'interpréter par les répercussions de la crise économique des années 1930 sur la paysannerie vauclusienne : la mévente des produits agricoles constitue une de ces circonstances graves où l'on puise dans les réserves, sans pouvoir les renouveler.

67Le montant des dépôts s'accroît lentement : de 14,6 % du montant total des valeurs mobilières en 1900, il passe à 20 % en 1938. Il ne saurait en être autrement, puisque les dépôts sont affectés d'un plafond qui limite à un niveau modeste leur importance. Il semble que les très grosses fortunes répugnent à ce placement qui ne correspond évidemment pas à leur genre de vie. Mais cette attitude ne se trouve pas au niveau de la paysannerie qui vit dans l'aisance, c'est dans le groupe des grosses successions que la proportion des successions avec livret est la plus forte, et aussi la plus stable. La borgeoisie terrienne, paysanne avant tout, a le sens de l'épargne, la prévoyance des hommes qui sont soumis aux caprices de la nature. La paysannerie moyenne accède progressivement à cette capacité de prévoir les accidents et les coups du sort, suivie avec un temps de retard par le groupe des plus pauvres, qui ne peuvent économiser que des sommes insignifiantes.

Valeur moyenne des dépôts Caisse d'Epargne

Valeur moyenne des dépôts Caisse d'Epargne

68C'est ce dont témoigne la valeur moyenne des dépôts : la hiérarchie sociale se retrouve jusque dans une valeur mobilière limitée dans les développements qu'elle peut prendre, comme c'est le cas pour les livrets de caisse d'épargne. Les dépôts dans les petites successions ont une valeur moyenne très faible, qui s'amenuise si on la convertit en francs constants, de 1930 à 1938 : c'est à ce niveau, bien sûr, que la crise agricole s'est traduite par des retraits de fonds supérieurs aux versements. Au contraire, et nous vérifions une fois encore leur capacité de résistance aux crises, les paysans moyens et aisés accroissent leurs dépôts exprimés en francs constants. Il est remarquable que la valeur moyenne d'un livret pour la catégorie des grosses successions soit toujours très proche du maximum fixé par la loi ; la possession d'un livret signifie ici choix délibéré et utilisation à plein d'un placement dont on connaît les limites, que l'on est en mesure de compléter par d'autres formes de placements de capitaux.

  • 8 Pour tout ce développement, A.D.V. 4 X (20 à 25).

69Le bilan annuel des opérations de la caisse d'épargne d'Avignon –nombre de livrets, solde dû aux déposants, mouvements de fonds effectués par versements et remboursements – permet de préciser la signification du capital accumulé par ce moyen. Nous en avons la série quasi continue, de 1860 à 1938, et nous savons que par ses succursales d'Apt, Cavaillon, L'Isle-sur-Sorgue, Carpentras et Orange elle est en mesure d'atteindre l'épargne disponible sur l'ensemble du département. Par ailleurs, les comptes-rendus des assemblées statutaires des conseils d'administration de ces caisses ne laissent aucun doute sur le poids décisif du monde agricole dans leur clientèle et aussi bien sûr dans les fluctuations des différents indices de leur activité8.

70Les dépôts, mais aussi les retraits, sur les livrets de caisse d'épargne sont en relation étroite avec l'activité agricole. Les paysans se sont familiarisés de bonne heure avec les caisses d'épargne puisque dès 1881 les administrateurs de la caisse d'épargne d'Avignon, se félicitant que l'ouverture de ses bureaux soit maintenant de trois jours par semaine, soulignent "qu'a été donnée à cette population si intéressante des campagnes la faculté de déposer le jour même où elle effectue la vente de ses denrées". Il y a donc une relation étroite, quasi immédiate, entre la commercialisation des productions agricoles et les opérations de dépôt, ce que confirment les administrateurs de la caisse de Carpentras faisant le bilan de l'exercice 1906, qui accuse un excédent des versements sur les remboursements :

"L'examen des opérations démontre... que cette épargne est le résultat presque exclusif de la campagne des fraises et des quelques primeurs de l'été, puisque les seuls mois accusant un excédent sont ceux de juin, juillet, août et septembre, et encore ces deux derniers dans une proportion très faible".

71On pourrait multiplier les témoignages, ils convergent tous vers cette idée que l'épargne et son mouvement – tel que l'enregistrent les caisses – sont directement commandés par la conjoncture agricole. C'est très net pour la série d'années médiocres, avec excédent des remboursements sur les versements, de 1896 à 1903 : pour 1896 à Avignon on se plaint des pluies de printemps qui ont compromis les récoltes ; pour 1901, les administrateurs de Carpentras incriminent "la mévente des fraises et des raisins de vendange", ceux de l'Isle-sur-Sorgue font de même et les administrateurs de Carpentras indiquent que le bilan "a peine satisfaisant" de 1904 est néanmoins suffisant pour effacer la mauvaise impression des années précédentes et faire la démonstration "qu'il suffit d'une année agricole moyennement prospère pour qu'aussitôt les facultés productives de notre région se manifestent par des bénéfices et par conséquent par des économies dont nous ressentons immédiatement les effets". L'analyse est naturellement du même ordre pendant les années 1933-1936, et ce sont les administrateurs de la caisse d'Orange qui la formulent de la façon la plus claire lorsqu'ils présentent le bilan de 1933 :

"La crise économique a amené le manque d'argent et nous avons pu constater que les plus durement éprouvés étaient parmi nos populations rurales. Une série d'années de mévente et de calamités atmosphériques a diminué leur trésorerie et beaucoup de déposants n'ont pas fait de versements ou ont opéré des retraits pour préparer les récoltes futures".

72N'allongeons pas la série de ces témoignages. Nous sommes bien, avec les dépôts sur livrets de caisse d'épargne, dans une épargne de précaution fort utile aux paysans parce que d'une très grande souplesse d'utilisation, très facilement et rapidement mobilisable. On peut donc considérer le mouvement de l'épargne dans les caisses comme un intéressant indice de conjoncture, mais à regarder les choses de près on observe que ses fluctuations sont le plus souvent de faible amplitude, ce qui indique que les paysans ne sont qu'exceptionnellement contraints de vider ce bas de laine. Si l'on considère le volume des opérations de la caisse d'Avignon, c'est un bas de laine qui se gonfle, et l'inflation n'en est pas la seule cause. Il y a, indiscutablement , une tendance chez beaucoup de déposants à remplir leur livret jusqu'au plafond légal et c'est de leur part un signe de relative aisance, cela donne un caractère de placement positif, dont on connaît les limites mais qu'on veut utiliser pleinement, à ce qui nous est en premier lieu apparu – et d'ailleurs fort justement – comme une épargne de précaution. Ce souci est perceptible dès 1896 : une loi votée en 1895 limite à 1 500 F les versements annuels, et les administrateurs de l'Isle-sur-Sorgue, d'Avignon, suivis en 1901 par ceux de Carpentras, font observer qu'il y a là un facteur de baisse des versements... Comme quoi la conjoncture agricole, invoquée au même moment pour justifier la médiocre activité de la caisse, ne pénalise pas tous les agriculteurs ! Après la guerre, lorsque l'inflation impose un relèvement du plafond des dépôts – de 7 500 F en 1924, à 12 000 F en 1927 puis à 20.000 F en 1931 – on constate chaque fois un accroissement sensible du solde des dépôts, qui ne peut pas s'expliquer simplement par l'inflation mais surtout par le souci d'utiliser sans restriction la possibilité d'augmenter les dépôts.

  • 9 Ce chiffre est élevé, mais dans la région de Carpentras les conservateurs monarchistes étaient sol (...)

73Cela revient à dire que les caisses d'épargne, si appréciées qu'elles soient par les paysans vauclusiens, ne peuvent absorber toute leur épargne. Ne négligeons pas le fait d'une certaine méfiance de nature politique, probablement orchestrée et exploitée. Elle s'exprime surtout avant 1914, c'est-à-dire à une période où l'épargne publique était encore mal connue dans ses mécanismes et ses liens avec l'Etat et de ce fait était plus vulnérable. En 1894, les administrateurs de Carpentras dénoncent "la campagne de dénigrement entreprise par les journaux réactionnaires dans les premiers mois de l'année 1893 contre les Caisses d'Epargne" : conséquence du scandale de Panama, cette campgne, estiment-ils, a conduit un millier de déposants à solder leurs livrets9. Ils font une observation de même nature en 1904, dans le contexte cette fois de la politique anticléricale, et déplorent "la détestable campagne politique entreprise l'année dernière contre le gouvernement, qui n'a rien trouvé de mieux, comme moyen d'action, que d'effrayer l'épargne en discréditant l'institution même des Caisses d'Epargne". Et ils sont suivis dans cette analyse par le conseil de la caisse de l'Isle-sur-Sorgue. Une dernière alerte est à noter en 1926, comme on pouvait s'y attendre. La caisse d'Avignon indique dans son rapport de mars 1927 que

  • 10 Le bilan annuel fait apparaître pour 1926 un excédent de 2 725 000 Fr des versements sur les rembo (...)

"L'augmentation (des dépôts) aurait été certainement plus importante si nous n'avions pas eu à regretter l'inquiétude causée à certains de nos déposants au cours du mois de juillet dernier. Ce malaise a été heureusement de courte durée, mais nous avons eu, pour ce seul mois, un excédent de retrait de 400.000 F environ"10.

  • 11 C'est ainsi que la caisse d'Avignon signale de forts excédents de retraits pendant les grèves de 1 (...)

74Par contre, les événements de février 1934 n'ont provoqué qu'une tension très passagère, tout comme la crise de septembre 1938. Cela ne signifie pas, bien sûr, que les déposants deviennent insensibles aux événements et secousses politiques, mais que leurs placements sur livrets de caisse d'épargne, auxquels ils peuvent toujours recourir dans un moment de panique ou de besoin pressant pour s'assurer de l'argent frais11, ne constituent plus, pour bon nombre d'entre eux, la seule sécurité qu'ils se soient assurée.

75Les administrateurs des caisses ont de bonne heure attiré l'attention sur la concurrence des placements boursiers. Dès 1904, ceux de Carpentras interprètent la baisse répétée du compte de leurs déposants par "l'engouement créé par certains établissements financiers (autour des fonds russes et chinois) qui a créé un courant même dans notre population rurale" et ils y reviennent en 1906, dans un sens opposé il est vrai puisqu'ils se demandent si le bilan très favorable de 1905 ne peut pas s'expliquer par un retour à la raison des déposants :

"N"y-a-t-il pas aussi, comme un autre facteur, la baisse des valeurs russes dont notre population rurale s'était engouée, et qui auraient été réalisées à la suite des désastres de ce pays ?".

76Un peu plus tard en 1912, c'est le conseil d'administration de la caisse d'Orange qui souligne "le développement qu'ont pris les maisons de banque tant à Orange que dans tous les chefs-lieux de canton" et ces maisons ont en effet de nombreux démarcheurs qui parcourent les villes et les campagnes pour offrir au public des valeurs de bourse à rendement plus rémunérateur".

77Cette tentation ne fera que grandir après la guerre, et c'est alors que se précise la fonction spécifique des caisses d'épargne en milieu paysan. Elles présentent une version modernisée du bas de laine, considéré comme une sécurité nécessaire, une assurance contre le péril des intempéries, du mauvais sort. Tous les paysans y souscrivent, en fonction de leurs moyens. Mais ceux qui accèdent à l'aisance, qui ne sont pas talonnés par la nécessité, non seulement font le plein de leur livret – sans compter celui qui est ouvert au nom de leur épouse et souvent à celui de leurs enfants ! – mais encore inscrivent cette épargne modeste dans une politique d'investissements mobiliers qui les conduit à s'intéresser aux valeurs boursières.

E – LES VALEURS DE BOURSE

78Par nature elles sont spéculatives, elles confèrent au capital qui s'y investit une valeur active, on en attend un profit. Mais aussi ce profit est aléatoire, il se joue sur un marché où les naïfs sont infiniment plus nombreux que les initiés...

Les valeurs de Bourse dans les successions

Les valeurs de Bourse dans les successions

79Il se trouve que les paysans vauclusiens ne sont pas insensibles à leur séduction, on en a la preuve par la croissance régulière, plus forte après qu'avant la guerre, du nombre des successions où il s'en trouve : de 7 % en 1900 il atteint 29 % en 1938. Mais dans le même temps leur montant dans le total des valeurs mobilières passe de 54,6 à 40 %, ce qui indique qu'à le diffusion croissante de ces placements correspond leur affaiblissement relatif, que confirme d'ailleurs l'évolution de leur valeur moyenne. Mais l'analyse en ce domaine doit être prudente, car les chiffres peuvent être fortement influencés par la présence, qui ne peut être significative, de valeurs mobilières excessivement fortes ou faibles dans quelques très grosses successions. Nous sommes là confrontés à la difficulté, incontournable, de l'étude statistique à partir d'un échantillon étroit : les successions concernées par les valeurs mobilières sont comprises, selon les années retenues, entre 22 et 62.

80On ne peut pourtant progresser dans la réflexion qu'en examinant la répartition des valeurs de bourse entre les différentes classes de succession. Ce qui fait problème à cet égard, c'est la situation dans les très grosses successions car on a affaire, inévitablement, à une collection – d'ailleurs étroite – de cas particuliers, qui se dérobent à toute tentative de synthèse. Je retiens cependant que les valeurs de bourse ne figurent jamais dans toutes, ce qui me paraît être un signe d'archaïsme d'autant moins négligeable que nous l'avons déjà noté au plan plus général des biens mobiliers. Mais, bien sûr, lorsqu'elles existent les valeurs de bourse à ce niveau de fortune jouent un rôle très important. Il ne semble pas, toutefois, qu'elles soient en progression et je serais tenté de conclure à l'inertie des plus grosses fortunes paysannes – il serait plus juste de parler des fortunes de l'aristocratie foncière.

81A l'opposé, il n'est pas dénué de signification que les valeurs de bourse fassent leur apparition dans les fortunes les plus médiocres. Mais là aussi l'analyse est délicate, car nous savons que certaines petites successions sont en réalité les vestiges de fortunes plus importantes, que leurs propriétaires ont préféré partager de leur vivant, se réservant juste ce qu'il leur fallait pour leurs vieux jours. Dans ce cas, les valeurs de bourse ont elles-même signification d'un reste, de vestiges et l'on a quelques raisons de penser que le gros du portefeuille qu'elles constituaient a été partagé ; peut-être même avait-il été constitué dans la pensée qu'il pourrait être utilisé à équilibrer les lots du partage. Mais on peut aussi penser que l'apparition des valeurs de bourse dans les petites successions s'explique par un mimétisme social d'autant plus facile à comprendre que la présence des établissements financiers et de leurs démarcheurs était vraiment très insistante. Dans cette hypothèse, les valeurs de bourse à ce niveau de fortune révèlent la force d'une pression sociale, mais elles sont insignifiantes en elles-mêmes.

Valeur moyenne des valeurs de bourse

Valeur moyenne des valeurs de bourse

82C'est bien sûr dans les deux classes de fortune intermédiaires que les valeurs de bourse ont la plus grande signification. C'est dans les grosses successions que leur progression est constante : présentes dans 26 % de celles-ci en 1900, elles montent à 61 % en 1938. Si l'on tient compte des omissions, volontaires bien sûr, on peut dire que la pratique de ces placements s'est généralisée dans la bourgeoisie terrienne et la paysannerie riche, et il y a eu un saut qualitatif, à cet égard, de l'avant à l'après-guerre, probablement facilité par les émissions de rente et de bons de la Défense Nationale pendant la guerre. On observe un processus analogue dans les moyennes successions, mais la progression paraît bloquée après la guerre, et l'on reste jusqu'en 1938 avec un quart de successions moyennes comportant des valeurs de bourse. Cette proportion n'a bien entendu qu'une valeur d'approximation, mais il n'est pas indifférent que dans des zones définissant une modeste aisance des placements spéculatifs intéressent une quantité notable de paysans. Cela dit, la diffusion des placements boursiers dans la paysannerie moyenne, aisée et même riche, a aussi la signification d'un engouement, pour reprendre un terme employé par les contemporains, et d'une certaine manière d'un jeu calculé, puisque la valeur moyenne de ces placements, transposée en francs constants, s'amoindrit notablement. Il y a, dans ces zones de fortune, une politique au moins implicite de l'épargne qui associe les placements sûrs des livrets de Caisse d'Epargne, où s'exprime la vertu ancestrale de l'épargne de précaution, au jeu spéculatif des valeurs boursières.

83Cela souligne qu'il existe un rapport complexe entre l'évolution de l'économie agricole et la progression des valeurs de bourse. Dans la mesure où s'implante et où réussit une agriculture spécialisée génératrice de revenus élevés, et ce processus est caractéristique de l'après-guerre, il est logique que progressent les placements en valeurs de bourse, et qu'ils s'étendent par ondes concentriques en quelque sorte à de nouvelles couches sociales, de plus en plus modestes, mais aussi concernées par l'accroissement du revenu monétaire de l'agriculture vauclusienne. Car il faut y insister, le Vaucluse, pays d'agriculture commerciale et spéculative, se prête sans doute mieux que d'autres régions agricoles à ce type de placement. Les paysans viennent à la ville, pour y vendre leurs produits, sur des marchés quotidiens ou hebdomadaires, saisonniers ou permanents ; ils y encaissent ou des chèques ou des sommes d'argent liquide qui peuvent être importantes et les deux modes de paiement les conduisent de plus en plus fréquemment vers les banques qui ouvrent des agences ou des bureaux temporaires jusque dans les gros bourgs où se tiennent les marchés les plus importants. L'activité des démarcheurs de banque en est considérablement facilitée, et un état d'esprit se crée, où la prudence traditionnelle cède progressivement le pas à des attitudes nouvelles, sollicitées par des gains plus forts, plus spéculatifs aussi : il y a chez le paysan vauclusien un côté "joueur" qui se retrouve dans la diffusion croissante des valeurs de bourse. Confirmation de cette analyse peut être trouvée dans le fait que les valeurs de bourse se rencontrent souvent dans les successions du canton de Cavaillon, le plus représentatif de l'agriculture commerciale et spéculative.

  • 12 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. V. L'étude qui suit s'appuie sur les souscriptions et achats de val (...)

84Les déclarations de succession ne permettent pas de savoir quelles valeurs boursières achètent les paysans, car leur description est beaucoup trop sommaire pour qu'il vaille la peine de les classer. Cette démarche peut être tentée à partir des archives bancaires que j'ai pu consulter12. J'ai distingué trois rubriques : les valeurs étrangères, les valeurs françaises et les valeurs coloniales et à l'intérieur des valeurs françaises, qui sont naturellement les plus importantes, j'ai distingué les valeurs publiques et les valeurs privées. J'entends par valeurs publiques les émissions de rentes, les emprunts d'Etat, les bons du Trésor et de la Défense Nationale, mais aussi les emprunts qu'émettent assez fréquemment des villes et des départements. Les valeurs privées ont une destination économique, elles comprennent des valeurs industrielles, parmi lesquelles les titres émis par les compagnies d'électricité tiennent une grande place, les valeurs ferroviaires, les valeurs bancaires et immobilières... Au total, un foisonnement d'émissions, donnant lieu à des souscriptions généralement très éclatées, à des opérations d'arbitrage.

85Inutile d'entrer dans le détail, la documentation s'y prêtant d'ailleurs assez mal. On observe quelques opérations importantes, qui suggèrent l'existence d'une clientèle peu nombreuse sachant gérer un portefeuille sans doute variable mais à coup sûr conçu et mis en oeuvre dans la perspective d'un profit destiné à assurer une part importante du revenu de ses détenteurs. S'agit-il de propriétaires fonciers ? Impossible de le savoir, mais si c'est le cas ce n'est pas pour autant représentatif du milieu paysan. Celui-ci se retrouve sans doute bien mieux dans la clientèle fluctuante, occasionnelle, sollicitée à l'occasion des grandes émissions de valeurs d'Etat et qui, dès lors qu'elle est entrée dans le jeu des souscriptions, sera soumise à une tentation que les démarcheurs doivent savoir stimuler, sans excès ni précipitation... C'est ainsi que les banques étendent leur emprise sur le milieu paysan, qu'il faut mettre en confiance, et cela détermine dans une large mesure le choix des valeurs qui sont proposées aux paysans.

Répartition des Valeurs de Bourse

Répartition des Valeurs de Bourse
  • 13 Ce souci est exprimé à l'Assemblée Générale du 4 mars 1931 de la Banque Chaix, où l'on peut lire, (...)

86Le tableau de la répartition des valeurs de bourse permet d'apprécier les préférences de placement d'une clientèle que nous savons être dans une large mesure paysanne. Observons tout d'abord que les comportements sont assez homogènes, ce qui leur confère une portée générale. Nous ne pouvons être surpris qu'à la Banque Pignet on soit plus qu'ailleurs porté vers les valeurs publiques, c'est bien sûr dans la logique du fonctionnement d'une banque locale, qui oriente sa clientèle vers des placements de sécurité – ou présumés tels –, qui soient aussi sans risques pour elle-même13.

87D'une manière générale, les valeurs étrangères ne font pas recette dans les campagnes où l'on a sans doute gardé un fort mauvais souvenir des emprunts russes et elles ne résistent pas à la crise. Si l'on observe les valeurs françaises, partout très largement majoritaires, il n'est pas sans intérêt de noter que la part respective des valeurs publiques et des valeurs privées s'inverse avec la crise. Nous vérifions ainsi, même si l'observation est mince, l'une des grandes caractéristiques du marché financier français de l'entre-deux guerres, la faiblesse des investissements productifs et la tentation des emprunts publics, qui croît avec la montée des difficultés monétaires et budgétaires.

  • 14 On peut considérer comme tels les Bons de la Défense Nationale, mais ils sont beaucoup moins nombr (...)

88Rien de saillant dans les valeurs privées, très dispersées et le plus souvent sous la forme d'obligations, ce qui introduit dans les placements un facteur évident de stabilité. Dans les valeurs publiques, les souscriptions de Bons du Trésor14 sont importantes, notamment à partir de 1934. Leur part dans l'ensemble des valeurs publiques s'établit ainsi :

  • 15 La baisse sensible de 1938 des souscriptions aux Bons du Trésor est à mettre en relation avec la n (...)

89Le petit banquier semble plus réticent que les grands organismes financiers, et cela peut traduire ses propres sentiments politiques, qui comptent dans de domaine15. Mais il nous faut surtout retenir l'incidence de ces placements sur les fortunes telles que nous les atteignons par les successions. En effet, les Bons du Trésor sont des valeurs mobiles, rapidement négociables et converties en numéraire, ils ont le caractère d'un placement d'attente et ils n'apparaissent guère, de ce fait, dans les successions. D'autant moins, devons-nous ajouter, qu'ils se prêtent admirablement à la dissimulation, par simple omission de déclaration. On voit par là combien les déclarations de succession doivent être considérées avec prudence pour apprécier la fortune mobilière : elles en proposent indiscutablement une image en réduction.

  • 16 A.D Série PI –Emprunts gouvernementaux. La propagande s'étend d'ailleurs aux émissions de Bons du (...)
  • 17 A. Sauvy .op.cit.t.I.p.402.
  • 18 Ibid. t. II. p. 255-256.

90Parmi les valeurs publiques, les emprunts d'Etat tiennent bien sûr une place importante, qui doit être appréciée en fonction de la propagande16 qui est faite en leur faveur. Nous en avons des indices, en particulier pour l'Emprunt 4 % 192517 et pour l'Emprunt 4 1/2 %, dit "à garantie et option de change", de 193718. Pièce maîtresse de la politique financière et budgétaire de Caillaux, l'emprunt 4 % 1925 a fait l'objet d'une propagande minutieuse, dans laquelle les ruraux n'ont pas été oubliés. Le Directeur des Services Agricoles avait recommandé de la faire par l'intermédiaire des associations agricoles, "la progagande directe auprès des agriculteurs ne pouvant être entreprise en raison de la défiance que ce procédé inspire à la population rurale". Et pourtant, si l'on en croit le préfet, c'est elle qui est responsable de l'échec des souscriptions, dont le montant est sensiblement inférieur à celui des emprunts précédents, car explique-t-il "l'écart existant est incontestablement dû aux ruraux qui malgré une propagnande particulièrement intense et active se sont montrés d'une façon générale réfractaires à l'opération financière entreprise".

91Mais les "ruraux", c'est-à-dire les paysans, sont-ils directement responsables de cet échec ? Il semble qu'ils ne sont pas en situation d'initiative et que, malgré la propagande officielle, c'est l'attitude des banques qui est déterminante. On le constate à nouveau avec les souscriptions à l'emprunt 4 1/2 % de 1937. Dans une région pourtant largement favorable au Front Populaire, il n'obtient que des résultats médiocres, puisque sa souscription représente respectivement 20, 16 et 14 % du montant total des valeurs publiques souscrites en 1937 à la Banque Populaire de Carpentras, à la Société Générale de Cavaillon et à la Banque Pignet de Buis-les-Baronnies. II semble bien que, indépendamment de leurs convictions politiques, les paysans vauclusiens n'avaient plus confiance dans le crédit public, ils étaient insidieusement mis en condition dans ce sens par une propagande dont les banquiers se faisaient souvent les relais. J'ai recueilli plusieurs témoignages oraux, de banquiers et de notaires, selon lesquels les paysans qui en avaient les moyens s'étaient livrés à des achats d'or après 1936... Naturellement, c'est invérifiable au niveau des successions !

92Un dernier mot, à propos des valeurs coloniales. Elles sont peu importantes, mais je me demande si elles n'ont pas contribué à façonner une mentalité collective sur l'Empire colonial. C'est une question sans incidence politique alors, mais la construction et la représentation idéologiques qu'elle implique n'ont-elles pas eu une incidence lors de la "décolonisation" ?

93En conclusion, la présence des valeurs de bourse dans les successions paysannes a une signification qui va bien au-delà de leur valeur moyenne dans les successions. Elles nous suggèrent en effet l'apparition et la progression de nouvelles formes d'accumulation du capital, mais aussi de nouvelles attitudes collectives à l'égard de la richesse, à nuancer bien sûr en fonction de la hiérarchie sociale à l'intérieur du monde paysan.

V – STRUCTURE DE LA FORTUNE ET HIERARCHIE SOCIALE

94Après avoir décomposé la fortune paysanne et soumis à l'analyse les différents biens qui la constituent, il est nécessaire de procéder à une dernière démarche, de caractère synthétique : suivre ces biens dans l'association qu'ils représentent pour chaque catégorie de successions. Nous pouvons ainsi atteindre la fortune paysanne dans sa structure, confrontée aux critères de hiérarchie sociale définis à partir des déclarations de successions.

95Pour conduire cette étude, j'ai classé les biens constitutifs de la fortune paysanne en autant de tableaux qu'il y a de catégories de successions, et j'ai traduit en pourcentage la valeur de chacun d'eux. Ces tableaux ont permis de réaliser le graphique : "Structure de la Fortune Paysanne" où chaque catégorie de succession est représentée par un demi-cercle dont le rayon a été calculé de manière à respecter la proportionnalité de la fortune paysanne entre les différentes catégories de successions.

96D'une année à l'autre, les changements sont minces. Ils confirment dans sa prépondérance la paysannerie moyenne, qui accroît son avance par rapport aux autres groupes sociaux. Léger recul de la bourgeoisie terrienne et de l'aristocratie foncière, alors que se précise au fil des années le caractère marginal et le poids dérisoire de la paysannerie pauvre que définissent les petites successions ; il est manifeste que la fortune paysanne est orientée tout au long de la période considérée dans le sens d'une déconcentration modérée. C'est la traduction de la réussite économique de l'agriculture familiale vauclusienne, qui a su s'adapter aux conditions nouvelles de la technique agricole, aux exigences des marchés de consommation. Réussite économique qui se double, avons-nous noté, d'un processus de promotion sociale au sein du groupe complexe de la paysannerie moyenne.

97L'observation de la répartition des biens de successions entre les différentes catégories de successions peut nous aider à préciser la portée de cette promotion sociale. On constate à tous les niveaux de fortune un recul de la valeur des biens fonciers, mais aussi que la place qu'ils occupent est d'autant plus forte que le niveau de fortune est plus faible. Par contre, si leur part s'accroît généralement, la place des meubles et celle des valeurs mobilières dans l'ensemble des biens de successions sont d'autant plus fortes que le niveau de fortune est plus élevé. Ces divergences dans l'évolution de la structure de la fortune paysanne suggèrent l'idée que la propriété foncière, indépendamment des fluctuations de sa valeur nominale et réelle, produit, au-delà d'un certain seuil, des revenus qui conduisent naturellement, sans effort pourrait-on dire, à l'aisance telle qu'on peut la définir par la possession et l'acquisition de biens de consommation durables et par des placements de capitaux importants.

98En deçà de ce seuil, le patrimoine doit comporter proportionnellement une plus grande quantité de biens fonciers, pour un revenu qui vraisemblablement passe, pour l'essentiel, en biens de consommation immédiate puisqu'il ne donne pas lieu à accumulation d'un capital mobilier – tel du moins que nous pouvons le saisir par les déclarations de succession. Mais où est ce seuil, peut-être même cette frontière séparant ceux qui réussissent, jusqu'à la richesse, et les autres ? Son tracé est difficile à établir, parce qu'il semble bien qu'il passe au sein de la catégorie des successions moyennes. On repère aisément, en effet, ceux qui ont réussi de manière indiscutable et à l'autre extrémité du paysage social, ceux qui vivotent péniblement, sans perpectives. Mais il y a une zone d'incertitude, d'autant plus difficile à délimiter que la paysannerie – moyenne – où elle se situe-est une couche sociale en mouvement, qui s'est ouverte à des hommes partis de rien et qui compte dans ses rangs des agriculteurs ayant acquis rapidement une aisance spectaculaire. La question qu'en dernier ressort on peut légitimement se poser, c'est de savoir si la répartition sociale de la paysannerie vauclusienne à la veille de la seconde guerre mondiale traduit un état d'équilibre durable.

99Mais les notions de réussite, d'enrichissement peuvent être précisées en prolongeant la confrontation de la structure de la fortune et de la hiérarchie sociale au plan, plus limité mais peut-être aussi plus significatif des biens mobiliers entrant dans la fortune paysanne. Pour éviter une dispersion excessive, j'ai procédé à des regroupements de valeurs mobilières : sous la rubrique numéraire figurent, associés au numéraire proprement dit, les comptes en banque et les comptes récoltes en coopérative. J'ai maintenu les parts de fondateurs de coopérative, qui ne peuvent être assimilées aux valeurs de bourse. Les valeurs mobilières ainsi répertoriées ont été classées en autant de tableaux qu'il y a de catégories de successions et traduites en pourcentages. La structure de la fortune mobilière a été ensuite reproduite graphiquement, dans le respect de la proportionnalité de la fortune mobilière entre les différentes catégories de successions, selon la méthode suivie pour la présentation et l'analyse de la fortune paysanne dans son ensemble. Une exception cependant : il n'a pas été possible de représenter à son échelle vraie la fortune mobilière dans les petites successions, tant elle est faible par rapport à celle des autres groupes sociaux. On ne saurait mieux dire, pour montrer qu'on touche ici une paysannerie économiquement condamnée, en état de survivance, ce qu'accuse d'ailleurs la documentation utilisée puisque nous atteignons la fortune lorsque disparaît son détenteur.

100Observons tout d'abord que la fortune mobilière est soumise dans les très grosses successions à des variations d'une grande amplitude, qui tiennent en partie à l'effectif très réduit des successions de cette catégorie. Elle est au contraire d'une relative stabilité dans les grosses successions et elle marque une progression sensible dans les successions moyennes. C'est là, sans aucun doute, le fait le plus important, qui apporte un nouveau témoignage de l'enrichissement paysan. Déconcentration de la fortune mobilière et promotion sociale sont perceptibles sous l'évolution de la fortune mobilière, d'autant plus qu'il faut aussi tenir compte de l'accroissement des effectifs de la catégorie des successions moyennes.

101La structure de la fortune mobilière n'est pas identique aux différents échelons de la hiérarchie sociale. On rencontre bien tous les types de biens mobiliers dans les différentes catégories de successions, mais selon des associations diverses et c'est à cela qu'il convient de prêter attention. Ecartons d'emblée de ces associations le numéraire, qui s'accroît sensiblement dans toutes les catégories de succession ; cela tient à la diffusion toujours plus grande des comptes en banque et aussi à l'apparition des comptes-récoltes dans les caves coopératives : il faut y voir la traduction de l'engagement de l'agriculture dans les circuits commerciaux.

  • 19 Un seul exemple : un grand propriétaire vigneron de Chateauneuf-du-Pape, dont la succession s'ouvr (...)

102Dans les plus grandes fortunes, les valeurs de bourse caractérisent les biens mobiliers. Mais j'ai indiqué que ce n'était pas le cas de toutes – dans la mesure bien sûr où un échantillon de fortunes aussi faible que celui sur lequel nous travaillons permet de le déterminer. En vérité, il y a deux types sociaux à. distinguer dans les très grosses fortunes : celles, déclinantes et passives, d'une aristocratie foncière qui n'a pas su – ou pu –, prendre le train de la modernisation agricole ; celles, autrement plus dynamiques, d'une très riche bourgeoisie rurale par les biens agricoles qu'elle a acquis ou dont elle a hérité, mais aussi urbaine par les biens mobiliers qu'elle possède, qui lui assurent un revenu passant pour partie dans des investissements agricoles. On comprend bien qu'il n'est pas possible de donner des exemples, même si les recherches effectuées dans les archives notariales et les témoignages oraux recueillis m'ont donné à cet égard une solide conviction19.

103Les biens mobiliers sont plus équilibrés entre eux dans les grosses successions, où l'ancien et le nouveau se côtoient. C'est à ce niveau de fortune que les créances ont la plus grande fréquence et si leur place se réduit, elle reste néanmoins appréciable, d'autant plus que les valeurs de bourse leur font concurrence, avec succès il faut le dire. Dans les deux cas, les riches paysans sont à la recherche de placements productifs, témoignant de l'aisance que leur assure leur revenu. Le souci d'une épargne de précaution n'est cependant pas absent de leur pensée, on le voit avec les livrets de caisse d'épargne, où s'exprime le vieux fonds de prudence paysanne. La richesse ne les a donc pas totalement libérés de la tradition, mais le trait caractéristique de leur position est que la terre qu'ils détiennent et cultivent leur assure un revenu qui permet l'accumulation du capital, et ce sont ses formes modernes qui l'emportent.

104L'observation de la fortune mobilière dans les successions moyennes nous fait retrouver et préciser le plan de clivage social signalé précédemment. En effet, ce qui caractérise la fortune mobilière à ce niveau de fortune, représentatif des larges couches de la paysannerie moyenne, c'est que la notion de placement productif s'efface devant celle de l'épargne, considérée pour la garantie de sécurité qu'elle apporte. La valeur mobilière caractéristique, ce sont ici les livrets de caisse d'épargne, dont la valeur l'emporte sur toutes les autres. Des formes de placements productifs se rencontrent : créances qui déclinent et valeurs de bourse qui progressent, elles témoignent d'une aisance qui s'élargit, mais elles restent subordonnées à l'épargne, elles sont limitées comme le montrent le nombre de ceux qui les pratiquent et la valeur moyenne qu'elles atteignent, alors que l'épargne dans les dépôts de caisse d'épargne est très largement répandue. Ainsi pour la paysannnerie moyenne, la réussite et l'enrichissement, c'est d'abord d'avoir pu et su s'adapter à une économie en mouvement et dans ce cadre d'avoir acquis la sécurité matérialisée par l'épargne. Qu'il y ait des degrés dans cette réussite, que le caractère commercial et spéculatif de l'agriculture vauclusienne engage une fraction de la paysannerie moyenne vers des placements de type capitaliste, cela ne fait aucun doute, mais ce n'est pas le plus important. Le plus important, qui fut d'ailleurs ressenti comme une promotion ainsi qu'en témoignent toutes les conversations qu'on peut avoir avec les paysans vauclusiens qui ont vécu la période de l'entre-deux-guerres, c'est le gain de sécurité qu'ils expriment par des formules comme celle-ci : "on pouvait faire des économies". Promotion indiscutable, mais elle n'efface pas la hiérarchie sociale.

105La fortune paysanne, observée à travers le prisme nécessairement déformant (quelques précautions que nous ayons pu prendre) des déclarations de successions nous a permis de dégager certains caractères de la société paysanne et de son évolution, qu'on ne saurait séparer des mutations qui s'accomplissent dans l'économie. A une agriculture qui se spécialise et se commercialise de plus en plus correspond une société ouverte, où s'affirme la prépondérance d'une paysannerie moyenne, adaptée aux exigences de cette agriculture nouvelle. C'est dans ce contexte économique que s'opère une sélection sociale et que se manifeste aussi une mobilité sociale : elles se combinent pour proposer l'image d'une société dynamique, qui s'enrichit. Mais la hiérarchie sociale héritée du passé ne disparaît pas pour autant ; elle doit simplement prendre en compte des données nouvelles qui l'assouplissent : la réussite passe par l'acquisition de la sécurité, mais pour le plus grand nombre elle ne va pas plus loin et la richesse à base de propriété foncière mais aussi de capital mobilier productif, est toujours réservée à une minorité, qui ne s'accroît que lentement.

106Promotion et mobilité sociale, diffusion large des formes modernes de l'épargne, et même progression de l'accumulation du capital mobilier : nous sommes bien dans une société paysanne ouverte, attentive à toutes les formes du progrès. Mais il y a une contradiction incontestable entre le sentiment du mieux vivre qu'on retire de l'analyse des patrimoines – sentiment qui confirme les conclusions de l'étude du revenu agricole – et la faible progression de la valeur moyenne des patrimoines. Sans doute, il faut être conscient de la fragilité de l'échantillon de successions, il faut tenir compte de la fraude – même s'il est impossible d'en proposer une mesure exacte... Cela ne suffit pas à dissiper le malaise qui surgit de cette contradiction.

107Ne faut-il pas s'interroger alors sur la pertinence des déclarations de succession pour analyser la fortune ? Il est de fait que nous photographions pour l'essentiel des patrimoines au terme de leur "carrière", et ils peuvent nous présenter l'image affaiblie des gains réalisés dans une activité professionnelle productive, parfois depuis longtemps arrêtée. Dans un temps de croissance économique, ce sont surtout les personnes actives qui s'enrichissent et elles consomment, sous des formes naturellement diverses, une partie importante – plus ou moins, naturellement, selon l'importance de leur revenu – de ce qu'elles gagnent. Malheureusement, la consommation est bien plus difficile à appréhender que la richesse qui s'accumule... II vaut tout de même la peine d'essayer de le faire.

Notes

1 Je reprends ici, en le complétant sur certains points, l'article que j'ai publié, sous le titre "La fortune paysanne dans le Vaucluse (1900-1938)" dans les Annales E.S.C. n° l janvier-février 1967. Pour une bibliographie complète sur la question, voir l'ouvrage collectif, sous la direction d'Adeline Daumard : "Les fortunes françaises au xixème siècle" Paris 1973.

2 Il est aisé de dissocier de la masse des successions celles qui concernent le monde paysan. Très souvent les déclarations mentionnent la profession du décédé ou de son conjoint s'il s'agit d'une femme. Si cette précision fait défaut, l'analyse des biens déclarés permet de retrouver sans grand risque d'erreur la profession d'agriculteur.

3 L'absence quasi-totale de dettes dans les déclarations de successions pose un problème, car l'endettement paysan est une réalité qu'attestent les sondages effectués dans les archives notariales pour cette période aussi bien que les créances qui figurent dans les déclarations de successions. Mais l'endettement en milieu rural est le fait d'hommes actifs, jeunes, et il est normal qu'il ne se retrouve qu'exceptionnellement dans les déclarations de successions, qui proposent un bilan de la richesse acquise au terme de la vie, le plus souvent à un âge avancé.

4 Paul Cornut : Répartition de la fortune privée en France par département et nature des biens au cours de la première moitié du xxè siècle. Paris 1963.p. 47-48.

5 Le calcul n'a pas été possible pour le canton d'Avignon, où les successions étaient vraiment trop peu nombreuses.

6 Dans son ouvrage Niveau de Vie et Progrès techniques en France depuis 1800, P. Combe donne, pour la France entière, des chiffres qui, pour les terres et les vignes, font apparaître sur les valeurs nominales un coefficient d'accroissement de 8, de 1914 à 1939. Pour respecter l'affaiblissement du pouvoir d'achat du franc dans la même période, le coefficient d'accroissement devrait être proche de 7.

7 Voir Supra. 2è Partie. Chapitre V. Les sondages effectués dans les études de Chateauneuf-du-Pape et le Thor montrent qu'après 1918 les créances sont de moins en moins nombreuses.

8 Pour tout ce développement, A.D.V. 4 X (20 à 25).

9 Ce chiffre est élevé, mais dans la région de Carpentras les conservateurs monarchistes étaient solidement implantés (voir infra. Chap. IV).

10 Le bilan annuel fait apparaître pour 1926 un excédent de 2 725 000 Fr des versements sur les remboursements pour la caisse d'Avignon.

11 C'est ainsi que la caisse d'Avignon signale de forts excédents de retraits pendant les grèves de 1936 et pour septembre 1938 chiffre à 14 000 000 Fr l'excédent de retraits.

12 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. V. L'étude qui suit s'appuie sur les souscriptions et achats de valeurs de bourse à la succursale de la Banque Populaire de Provence de Carpentras (1929-1938), à la Banque Pignet de Buis-les-Baronnies (1932-1939) et à la Société Générale, bureau de Cavaillon (1937-1939).

13 Ce souci est exprimé à l'Assemblée Générale du 4 mars 1931 de la Banque Chaix, où l'on peut lire, à propos de l'activité du service de placements de titres :

"Vous savez avec quelle prudence nous choisissons les valeurs offertes à notre clientèle. Nous nous efforçons de ne placer que des obligations d'une qualité certaine, telles que Emprunts de Chemins de fer de Compagnies d'Electricité, de Villes, de Départements ou d'établissements de premier ordre".

14 On peut considérer comme tels les Bons de la Défense Nationale, mais ils sont beaucoup moins nombreux.

15 La baisse sensible de 1938 des souscriptions aux Bons du Trésor est à mettre en relation avec la nouvelle orientation politique qui revient aux principes du libéralisme cf Sauvy.op.cité.t.II.p.325-347.

16 A.D Série PI –Emprunts gouvernementaux. La propagande s'étend d'ailleurs aux émissions de Bons du Trésor. C'est ainsi qu'on trouve dans le Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien de sept-oct-nov-1924 un placart publicitaire sur "l'émission au pair de Bons du Trésor à 10 ans" ainsi formulé :

"La restauration financière et économique de la France à laquelle les agriculteurs sont si intimement interessés, commande impérieusement que tous les Français sans distinction unissent leurs efforts.

L'émision de Bons du Trésor à 10 ans, qui est actuellement offerte, leur fournit l'occasion avantageuse de satisfaire à ce devoir fiscal.

Nous engageons nos adhérents à ne point y manquer".

17 A. Sauvy .op.cit.t.I.p.402.

18 Ibid. t. II. p. 255-256.

19 Un seul exemple : un grand propriétaire vigneron de Chateauneuf-du-Pape, dont la succession s'ouvre en 1931, laisse une fortune foncière (un château et un domaine de 20 ha de vignes) évaluée à 891 000 Fr et une fortune mobilière, toute en valeurs de bourse, de 222.000 Fr.

Table des illustrations

Titre Structure par âge des successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Classement hiérarchique des successions
Légende Légende : P.S. = petites successions G.S. = grosses successionsM.S. = moyennes successions T.G.S. = très grosses successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Valeur moyenne des successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Valeur totale des successions et valeur moyenne d'une succession après rehaussement de la valeur des biens
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Valeur moyenne des successions, en fonction de l'âge
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Composition des successions
Légende Légende : B.F. = Biens Fonciers M = Meubles V.M. = Valeurs mobilières
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Les meubles dans les successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Valeur moyenne des meubles dans les successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Les valeurs mobilières dans les successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Valeur moyenne des valeurs mobilières
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Composition des valeurs mobilières
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Comptes en banque dans les successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Comptes récoltes et parts de fondateurs de coopérative dans les successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Les créances dans les succesions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Valeur moyenne des créances par successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Valeur moyenne des dépôts Caisse d'Epargne
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Les valeurs de Bourse dans les successions
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Valeur moyenne des valeurs de bourse
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Répartition des Valeurs de Bourse
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1433/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter