Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Livre septième. La réforme de la déclamation dans la seconde moitié du XVIIe siècle

Chapitre I. Les causes générales

Texte intégral

1On doit tenir compte de ce fait que les principes si rigoureux de l'art classique, à peine avaient-ils été formulés par un groupe compact de théoriciens, et presque dans le même temps qu'ils semblaient établis pour toujours, ont été mis en discussion, sur quelques points tout au moins, par un petit nombre d'esprits assez libres, et que toute une partie de la société d'alors, si profondément intellectualiste qu'elle fût, restait accessible à ce qui, dans l'art contemporain, s'adressait encore à ses sens et sollicitait sa sensibilité. C'est un lieu commun, en ce qui concerne la littérature française, que de voir en La Bruyère et en Fénelon, à des titres divers, des écrivains de transition qui relient le xviie siècle au xviiie. Il faut bien considérer aussi que le règne de Louis XIV s'achève en déroute artistique, même en débâcle, comme si une longue et sévère contrainte avait enfin cessé, à la grande satisfaction de ceux qui l'avaient subie. Dans le domaine de la peinture, la mort de Lebrun est le signal d'un commencement de réaction, et, dans celui de la sculpture, Girardon annonce déjà un style nouveau. La Querelle des Anciens et des Modernes, à partir de 1687, met ouvertement aux prises les partisans du progrès et les avocats de la tradition. Mais ceux-ci eux-mêmes, par certains côtés de leur talent, s'étaient montrés assez ”modernes” : jamais la ”nature”, d'une façon générale, ni la ”vérité”, n'ont été défendues avec plus d'ardeur que par Boileau, La Fontaine et Molière. Tout le monde conviendra que leur œuvre, d'une manière, il est vrai, le plus souvent assez discrète, laisse apparaître des tendances indéniables au réalisme, et qu'elle révèle des aptitudes très notables, plus ou moins soigneusement contenues, au pittoresque et à la précision.

  • 1 Cf. supra, xvie - xviiesiècles, T. IV, p. 64, et passim.
  • 2 La Mesnardière, Poétique, p. 376.

2Des manifestations diverses, dont nous aurons l'occasion de mentionner quelques-unes, prouvent que l'esprit d'abstraction et le goût de l'intelligence pure ne régnent pas avec une souveraineté absolue, mais qu'au contraire, des besoins d'émotion, encore que très modérés, se font jour en maintes circonstances. Peu à peu la société française recherche les plaisirs affectifs, sans toutefois répudier complètement cette ”raison” qui caractérise si éminemment l'esthétique classique, et l'art abandonne quelque chose de sa somptuosité et de son faste. Il n'est pas étonnant que le vers déclamé ne se soit, sous certains rapports, ressenti de cette évolution et n'en ait subi les conséquences. Même, sur ce terrain particulier, le mouvement commença de fort bonne heure. Il faut voir, dans certaines pages de Le Laboureur que j'ai citées précédemment1, l'indice d'une transformation dont on ressentait obscurément le désir. Déjà La Mesnardière, en 1640, malgré l'intransigeance de son classicisme, avait incliné à une diction vivante qui n'était point celle de son temps, et il avait invoqué à l'appui de son opinion, comme on peut s'y attendre, l'autorité des Anciens. Il loue en effet chez les Grecs « leurs exclamations fréquentes, leurs changements de mesure, leurs termes si pathétiques, et leurs discours interrompus par des soupirs redoublés ». Cependant il lui semble assez difficile de soumettre le vers français à une déclamation aussi émotive : « Mais je ne sçai, ajoute-t-il2, si les oreilles de nos juges délicats pourroient souffrir sur la scène cinq ou six exclamations poussées dans un seul vers, si les cris, les gémissemens, les larmes et les sanglots ne seroient point désagréables au jugement de ces messieurs ».

3Il n'en est pas moins vrai que l'alexandrin dramatique, surtout depuis le début du xviie siècle, présente déjà en fait quelques brisures à d'autres places qu'à l'hémistiche. Elles sont sans doute très rares, mais les poètes ne les considèrent pas comme une faute qu'ils devraient éviter. Indépendamment des exclamations, qui exigent une coupe en dehors des deux places traditionnelles réservées à l'accent, les changements d'interlocuteurs, lorsqu'ils se produisent en un autre heu qu'à la césure, amènent le même résultat. On en rencontre des exemples chez Corneille. L'un d'eux, célèbre par le trait de fierté qu'il contient, est le suivant :

Mérine
Votre pays vous hait, votre époux est sans foi :
Dans un si grand malheur que vous reste-t-il ?
Médée
Moi,
Moi, dis-je, et c'est assez (Médée, I, 5)

4En voici un autre :

Antiochus
Donnez-moi...
Rodogune
Quoi ? seigneur !
Antiochus

Vous m'arrêtez en vain.
Donnez
Rodogune
Ah ! gardez-vous de l'une et l'autre main !
Cette coupe est suspecte, elle vient de la reine. (Rodogune, V, 4)

5Il faut signaler d'une façon analogue les vers contenant des rejets par interruption ou par suspension, c'est-à-dire les enjambements permis, selon les types suivants que j'emprunte à Corneille :

  • Ne raillons point : le fruit qui t'en est demeuré
    Vaut bien... Mais revenons à notre humeur chagrine. (Mélite, IV, 1)
  • Où fuirai-je de vous après tant de furie,
    Madame ? et que feroit toute votre Syrie
    Où, seule et sans appui contre mes attentats,
    Je verrois ?... Mais, seigneur, vous ne m'écoutez pas. (Rodogune, V, 4)

6Je mentionne dès maintenant que l'Opéra, auquel je vais revenir, influence la déclamation théâtrale, et tend à la faire évoluer du côté de la variété, du mouvement et de la vie.

  • 3 Molière, Impromptu, sc. 1.

7D'un bien autre poids est encore l'influence des acteurs de comédie et surtout de farce, qui ont exercé une action profonde sur le goût public. Dépositaires de la tradition des mimes antiques, contraints à l'agitation et aux gestes par les scènes qu'ils représentaient, obligés pour ce motif même à parler d'une manière simple, expressive et naturelle, ils ont accoutumé peu à peu les amateurs de théâtre à leur diction rythmée, qui ne se contentait pas, dans un vers, de mettre en relief les seuls accents de la césure et de la rime. J'ai montré comment, en 1615, Bruscambille condamnait la déclamation de ses confrères, « la prolation à la pédantesque dont ces avortons de Roscie s'empêtrent la langue ». Nous avons des foules de raisons de croire, d'après ce que nous laisse entendre Molière dans l'Impromptu de Versailles3, que les troupes de campagne, qui parcouraient les provinces vers le milieu du xviie siècle, s'étaient déjà libérées des liens que leur imposait l'école savante, parce qu'elles étaient composées, pour une bonne part, d'acteurs de farce qui déjà appliquaient à la tragédie, avec plus ou moins de modération, la diction vivante dont ils usaient dans les genres inférieurs. À Paris au contraire se maintenait encore le pur numérisme syllabique, mais une évidente lassitude inclinait beaucoup d'esprits vers une réforme qui aurait détendu la raideur de la poésie déclamée, en lui donnant la souplesse dont elle était dépourvue et en corrigeant sa lourde monotonie. C'est à ces préoccupations qu'il faut attribuer les essais de d'Urfé, de Corneille et de Molière, qui s'efforcèrent, le premier dans Sylvanire, le second dans Andromède et dans la Toison d'Or, le troisième enfin dans Amphitryon, d'acclimater le vers libre au théâtre. Ces tentatives ont déjà été examinées, et il est inutile d'y revenir. Mais ne pouvait-on pas également, en conservant le majestueux alexandrin, lui donner la vie qui lui manquait ? La révolution ainsi opérée sauverait au moins les apparences ; elle conserverait aux grands genres la forme à laquelle le public était habitué, et cependant on aboutirait au résultat cherché. Il suffirait d'ouvrir le théâtre sérieux aux libertés de la déclamation populaire. C'est ce qu'on fit en effet, sans que rien eût été concerté, semble-t-il, et sans étalage de discussions techniques. Cette réforme fut l'œuvre de quelques grands écrivains et de quelques artistes. Elle ne fut sans doute pas très radicale et ne saurait satisfaire aux exigences de notre goût moderne. Pourtant elle a complètement modifié la constitution du vers français, et elle contient en germe toute son évolution ultérieure. Elle a une histoire, qu'il est facile de reconstituer, et elle présente des caractères très nets, qu'on peut analyser dans leurs détails les plus significatifs.

Notes

1 Cf. supra, xvie - xviie siècles, T. IV, p. 64, et passim.

2 La Mesnardière, Poétique, p. 376.

3 Molière, Impromptu, sc. 1.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter