Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. La phonétique de la rime

Chapitre IV. Les consonnes

Texte intégral

  • 1 Parfois cependant l'écriture avait réagi sur la prononciation : Lanoue indique que le d se prononc (...)

1Avant d'entrer dans l'exposé des faits, il convient de répéter une observation qui a déjà été présentée au sujet des lettres étymologiques, réintroduites dans les mots par les humanistes pendant la période du moyen français. Le xve siècle en avait abusé ; le xvie n'en a guère été moins prodigue ; elles ont disparu en masse au xviie, qui s'est montré beaucoup plus sobre et a réduit la consommation des caractères d'imprimerie inutiles, mais sans faire disparaître complètement cette végétation superflue, puisqu'il nous est resté des mots comme doigt, poing, sept, etc. Bien entendu, ces lettres n'intéressent que la graphie, n'ont aucune valeur phonétique1 et sont tenues pour nulles au point de vue de la rime, qui ne doit s'adresser qu'à l'oreille. Voici des exemples : huit : mict (Ronsard), sainct : empreint, soin : loing (Baïf), sainctes : plaintes (Jodelle), seing : sein, nœud : peu (Racine), seing : main, nœud : peu (Molière). Parfois même, pour donner satisfaction à l'œil, les poètes suppriment la consonne qui n'était pas articulée. Baïf associe en son poin : loin. À une époque où l'on écrivait bled, Benserade a préféré la forme blé :

Pour un cheval, elle eut le sens troublé
Et songea plus à l'avoine qu'au blé.

2Il a dit encore :

L'âne disoit au loup, je suis estropié
D'une épine, et voyez de quel air je chemine :
Comme à l'âne le loup voulut tirer l'épine,
L'âne au milieu du front lui tire un coup de pié.

  • 2 Thurot, T. II, p. 92 sq. et 441, n. 1 et 3.

3Cette question une fois réglée, nous examinerons d'abord le cas de la consonne terminale simple dans les rimes masculines. Les divers auteurs du xvie siècle, Dobert, Lanoue, Tabourot et d'autres, après Palsgrave, assimilent la fin du vers à la pause, c'est-à-dire que, la rime pouvant être éventuellement suivie d'un silence, il faut y avoir égard aux consonnes, à cause des habitudes de la prononciation courante. Or tous les grammairiens sont unanimes à attester que la consonne finale se faisait entendre devant une pause, même le t dans la désinence verbale -ent2. Tel était l'usage auquel la bonne société se montrait encore fidèle aux environs de 1600. La prononciation populaire, depuis fort longtemps déjà, en prenait à son aise avec les consonnes qui terminaient les mots et se dispensait le plus souvent de les faire sonner. Nous possédons, comme on le verra plus loin, de nombreuses preuves de cet amuïssement, qui parfois a conduit les poètes à violer les règles de la rime. Naturellement, dans les vers familiers et comiques, toutes les négligences étaient admises, tandis que la haute poésie, avec son ton majestueux et solennel, était nécessairement très conservatrice. Malheureusement les grammairiens étudient le français d'une manière générale, sans s'arrêter à la rime, et les auteurs des traités de versification ne s'occupent guère de cette question, si bien que nous ne savons pas exactement à quelle époque la phonétique populaire a conquis la haute poésie. Il est certain qu'elle a fait des progrès partiels, consonne par consonne, puisque certains sons résistaient encore au xviiie siècle. En 1625, Maupas écrit qu'« il est bien seant d'exprimer assez clairement toute consonne finissant la periode ». Il est probable qu'à la fin du règne de Louis XIV on articulait déjà, à quelques exceptions près, comme on le fait aujourd'hui.

  • 3 Ronsard a même écrit Ajas : Pallas (M.-L., VI, p. 247).

4Toutes les consonnes explosives et fricatives sonores continuent de s'assourdir quand elles terminent un mot. Les z et les x sonnent s, même dans borax, Aix, Cadix, Styx,ks n'a commencé à être introduit qu'au xviiie siècle, d'où la rime fils : prefix que présentent Ronsard3 et Du Bellay, tandis que Tabourot place flux et reflux parmi les désinences en -us. Il n'est pas moins certain que tout b final était articulé p ; à propos de Job et Jacob, Tabourot conseille d'avoir recours aux mots en op ; il faut attendre De la Touche en 1696 pour que la prononciation par b soit attestée. Quant au g, Lanoue, d'accord avec les autres auteurs, spécifie qu'il a le son du c (k) dans les terminaisons en -ang, -ong, -ourg : « à ceste terminaison, dit-il sous la rubrique -ang, rime fort bien celle en -anc... ou plustost ceste ci à elle, pour ce que son g final se prononce entierement comme si c'estoit un c ». Le d enfin était articulé t : à la fin de la période, affirme encore De la Touche, « le d se prononce : il fait froit, il est lait » ; le P. Buffier indique qu'il faut dire Davit pour David. On obtient donc une série d'équivalences qui sont aussi vieilles que la langue : z = x = s (aidez : index : bandés), b = p (Job : sirop), g = c (Magog : croc), d = t (Joad : fat). Toutes ces équivalences sont prouvées par de nombreux témoignages et reposent sur l'usage courant auquel les poètes se sont conformés.

  • 4 Thurot, T. II, p. 127.

5Ces consonnes se faisaient entendre dans le discours soutenu et dans la déclamation devant une pause. Ici les témoignages réunis par Thurot pourraient faire illusion, parce que les grammairiens auxquels ils sont empruntés ne s'occupent que du langage ordinaire, sauf mention exceptionnelle. Mais nous avons conservé sac, basilic, œuf, couvre-chef, avril, net et bien d'autres : si Molière a accouplé regret : net, net : ait, si Racine présente net : fouet, Josabeth : secret et si La Fontaine a apparié croc : coq, net : baudet, délicat : fat, ce n'est sans doute point parce qu'ils bornaient leur ambition à satisfaire les yeux. D'autre part le p se maintenait et faisait preuve d'une vitalité qui nous étonne : « Quelques-uns sont d'advis, dit Lanoue, que les mots terminez en p puissent rimer avec ceux qui desinent en la voyelle qui le precede, comme feroit laissa avec du drap, meslé, unjulep ; item avec la terminaizon en t, comme drap et chat, juillet et julep, trot et galop. A la vérité, il semble que ce soit aller le trot et le galop ensemble, car ces motz, hormi ceux en -amp, ne peuvent laisser la pronontiation du p à laquelle les autres ne s'accordent nullement ». La plupart du temps, les attestations que telle consonne finale ne se fait pas sentir datent du second tiers du xviie siècle et encore ne s'agit-il pas de la déclamation du vers. Un seul exemple suffira à faire ressortir les variations des grammairiens. Je transcris donc, d'après Thurot4, l'article qui concerne le mot estomac : « Le c est muet devant une consonne ou un point, Martin (1632) ; muet devant une consonne, Chifflet (1659) ; ”on le tait ou on le prononce dans estomac, exemple : estomac plein, D'Aisy (1674) ; muet, arbitraire, Hindret (1687) ; ”muet devant une consonne, est oma d'autruche”, De la Touche (1696), Buffier (1709) ; toujours muet, Bouillette (1760), De Wailly (1763), Domergue (1805), Ac, 1835-1878 ». Mais ce que ne dit pas Thurot, c'est que ce mot figure, sans aucune observation, chez Lanoue, dans une liste où figurent bac, zodiac, lac, flac, tillac, almanac, gondignac, trac, sac, bissac, tac, tictac, guayac, ce qui laisse conclure qu'à la rime il était bel et bien articulé.

6Les deux consonnes les plus intéressantes sont r et s. La première aujourd'hui ne se fait plus sentir que dans un tout petit nombre de mots, comme fer, Lucifer, fier. Il n'en était pas ainsi autrefois. Nous en avons des preuves. Malherbe a trouvé sept r dans ce vers de Desportes :

Un trait de mes regards me transforme en rocher, (Gds Ecr., IV, 311)

7et l'on ne peut arriver à ce total qu'en comptant celle qui termine le mot rocher. Ailleurs il a blâmé une « rime à demi vers » dans cet alexandrin :

Je veux avec le fer son portrait effacer (ibid., IV, 380)

8« Il y a certains mots en -er, dit Port-Royal, comme cher, rocher, que l'on rime avec ces infinitifs en -er, comme Malherbe rime cher avec chercher :

Non qu'il ne soit grief que la tombe possède
Ce qui me fut si cher ;
Mais en un accident qui n'a point de remede,
Il n'en faut point chercher

  • 5 Richelet, 1672, p. 218.

9Or, s'il falloit prononcer cherché, comment pourroit-il rimer avec cher : dira-t-on ché pour cher ? » Richelet5, à propos de deux vers de Gombaud, nous donne une indication qu'il faut rapprocher du témoignage de Malherbe :

Vous dois-je suplier ? montrez vostre pouvoir ;
Vous puis-je commander ? faites votre devoir.

  • 6 Thurot, T. II, p. 165.

10« Comme Ver des infinitifs, remarque-t-il, se prononce dans les verbes, suplier et commander font une espece de consonance qu'on ne feroit pas trop mal d'eviter à la fin des hémistiches ». Le P. Chifflet, Marguerite Buffet, Ménage, Th. Corneille demandent que l'r terminale soit prononcé dans la déclamation. On voit donc que la question de la rime normande ne concerne que le timbre de la voyelle tonique, et non pas la consonne, qu'une bonne prononciation devait maintenir. Quant à Monsieur : flatteur, qu'on rencontre chez La Fontaine, le poète comptait sans doute que le diseur ferait retentir la consonne finale dans le premier de ces mots, ce qui, selon les grammairiens, était encore possible au xviie siècle6, à moins que l'r, comme dans le parler populaire d'alors, ne fût destinée à rester muette dans les deux vers conjoints.

  • 7 Idem, ibid., p. 67.

11Le témoignage de Dobert, en 1650, est le premier à signaler que l's, à la fin des vers, pouvait ne pas être articulée, mais il indique que ce n'est pas là un phénomène régulier : « on ne prononce point du tout l's finale la plupart du temps à la fin du vers et de la fraze » ; on peut donc croire qu'elle survivait encore dans la déclamation la plus soutenue. Avant lui au contraire nombre d'auteurs nous disent qu'elle ne tombait pas. R. Estienne déclare qu'elle doit sonner « partout où on s'arreste ». Tabourot, dans ses Bigarrures, appelle « rimes viriles » celles qui sont « terminées par une con-sonante », et il en donne comme exemple harnois : François. Lanoue déclare qu'on faisait sentir l's dans les désinences féminines, dans graces, delices, premices, indulgences. En plein xviiie siècle l's se maintenait encore en poésie : « Comme le fréquent retour des articulations composées rend certainement la prononciation moins coulante, écrit Harduin en 17577, je n'ai jamais pu goûter la méthode des personnes qui, soit dans le débit d'un discours oratoire, soit dans la déclamation du tragique et du haut-comique, affectent de prononcer les consonnes finales de certains mots, contre les règles ordinaires de la grammaire françoise. Cette affectation tombe principalement sur l's finale des noms, et sur l'r des infinitifs en -er, que ceux dont je parle prononcent (sujets, rois, dieux, venez, aimer), non seulement à la fin d'un vers ou d'un membre de phrase, mais encore dans les endroits qui n'admettent aucune suspension ». Aujourd'hui l's ne se fait plus entendre que dans les mots savants, qui sont pour la plupart des noms propres, ce qui fausse les rimes. Jadis au contraire, ces rimes étaient très exactes. En voici des exemples : Venus : chenus, Francus : vaincus, Briséis : trahis, Phœbus : herbus, fournis : Adonis (Ronsard) ; tu n'as : Mecenas, Cypris : pourpris, Venus : nus, epris : Cypris, pris : son juge Paris (Du Bellay) ; logis : Montargis, Pholaris : cris, jadis : paradis et dis, assis : six (d'Aubigné) ; cognus : Venus, helas : bras (Du Bartas) ; Thémis : nuis (Malherbe), brebis : jadis (La Fontaine), Ignés : excès, Agnès : exprès, Damis : soumis, Laïs : pays (Molière), joas : soldats, Népharès : secrets, Antiochus : vaincus, Lesbos : flots (Racine).

  • 8 Richelet, Versif. fr., p. 194 et 215 ; le P. Mourgues, 1724, p. 68 sq. ; de Chalons, p. 137 sq.

12Dans ces conditions, il est fort compréhensible que les traités de versification et les dictionnaires de rimes aient continué de s'en tenir aux vieilles règles qui avaient autrefois régi la poésie française. Richelet et le P. Mourgues interdisent de faire rimer les mots dépourvus de consonne à leur finale et ceux qui en possèdent une, tout comme ils défendent d'apparier des consonnes non équivalentes ou différentes : aimer : désarmé est prohibé, ainsi que chantez : dureté ou avocat : cap. De Chalons n'oublie pas de rappeler que souhait : paix, changé : oranger ne s'accordent pas8.

  • 9 Ronsard, Suravertissement au Lecteur en tête des Quatre premiers Livres des Odes, 1550.

13Cependant, au lieu d'une seule consonne, les désinences peuvent en présenter deux ou même trois. S'il y en a deux, la première généralement s'efface ; s'il y en a trois, c'est d'ordinaire la seconde qui disparaît. Naturellement les groupes formés par deux consonnes qu'on profère d'une seule émission de voix n'entrent pas ici en ligne de compte. L'un des cas à envisager est celui des mots savants à terminaison féminine : nombre de rimes permettent de constater que la première des deux consonnes en présence n'était pas articulée au xvie siècle, c'est-à-dire qu'il n'y avait encore rien de changé par rapport aux habitudes du Moyen Âge. Ronsard s'est vanté d'avoir ”refondu” le mot hymne « dedans la propre forge françoise, le finissant par notre propre terminaison inne, rimant hinne sur divine »9. On peut citer éclipse : complice (M. Scève), infetes : extraites, maistre : sceptre (Jodelle) ; infaites (= infectes) : traittes (Baïf) ; prophete : infecte, dietes : suspectes (Du Bartas) ; accepte : rachète, faite : infecte, rejette : abjecte, dévolte : patriote, sceptre : permettre (A. Hardy) ; sucre : sepul-cre(Du Gardin). Sebillet conseille d'unir exempte et sente ; R. Estienne donne les deux orthographes drame et dragme pour désigner la monnaie des Grecs (dans Marot dragme : ame) ; Tabourot signale la rime Egypte : incite. Cependant, dès la fin du xvie siècle, on a tendance, dans ces finales féminines, à faire sonner la première consonne ; en 1582, H. Etienne considère comme vicieux de dire accetter au lieu d'accepter ; le mouvement s'accentue dans la suite, si bien qu'au xviie siècle ces rimes disparaissent complètement.

14L's devant consonne présente un traitement semblable. Dans tous les mots de la langue vulgaire, elle était régulièrement muette, mais au contraire on l'articulait volontiers dans les mots savants et dans ceux qu'on empruntait aux langues étrangères. Cependant, les conditions étant les mêmes que pour la précédente série de rimes, il n'est pas étonnant qu'on voie se reproduire le même phénomène. Tabourot permet d'accoupler terrestre : estre, et Th. de Bèze déclare que toute s est muette devant une autre consonne, sauf dans geste, peste, reste, moleste, qui d'ailleurs n'échapperont pas à l'analogie. Voici des exemples : senestre : paistre, desastre : albastre, perruque : offusque et brusque, teste : admoneste (Ronsard) ; antiques : obelisques (Du Bellay) ; rencontres : monstres (Jodelle) ; resiste : irrite (Chansonnier huguenot) ; desastre : combattre, celestes : parfaites, funeste : appreste, enqueste : reste, peste : s'appreste, proteste : teste, ministre : titre (A. Hardy), brute : juste (Vauquelin). Allons plus loin encore : du moment que le p pouvait s'amuïr dans précepte, sous l'influence d'un mot comme achète, du moment aussi que l's pouvait s'effacer dans gestes sous l'influence d'un mot comme honneste, pourquoi ne pas admettre la rime précepte : geste ? L'x sonnait s dans sexte, texte, prétexte, contexte, au témoignage de Le Gaynard et de Du Gardin. À propos de ces deux vers de Ronsard :

Ainsi voloyent ces deux secouans à la dextre
L'espée, et le bouclier en l'autre main senestre.

  • 10 Deimier, p. 133.

15Deimier a remarqué : « Ces deux mots dextre et senestre ne riment pas bien ensemble, car la consonante x de dextre se prononce, ce que ne faict pas le s de senestre, si ce n'est à la façon du langage des Provençaux »10. Cependant l's qui représentait x pouvait à son tour s'amuïr. Peletier et Meigret donnent en effet la graphie dêtre. On peut citer les rimes suivantes : dextre : naistre (Ronsard) ; dextre : estre (Jodelle) ; dextre : terrestre (Du Bartas). Elles sont elles aussi devenues fausses.

16Une mention spéciale est due au groupe ct dans les finales masculines de mots savants comme exact, instinct, infect, aspect, direct, etc. L'usage est variable. Les uns font sentir seulement la seconde consonne, et Tabourot range parmi les rimes en -et les mots aspect, conspect, despect, perspect, respect, suspect, infect, correct, direct. Donc Hardy rime sujet : respect, suspect : effet, et Corneille écrit :

  • Ce desir objet
    Qui m'a fait soupirer pour un indigne objet. (Mélite, v. 456)
  • Dis tout, Araspe ; dis que le nom de sujet
    Réduit toute leur gloire en un rang trop objet. (Nicomède, v. 386)
  • 11 Je renvoie pour le détail à Thurot, T. II, p. 102 sq.

17Mais d'autres n'articulent que la première consonne, ce que nous attestent nombre de grammairiens11. Ainsi s'expliquent ces vers :

D'un marais desséché les tristes habitantes,
Voulant choisir un puits, une des plus prudentes,
Qui pour leur sûreté trouvoit ce lieu suspec,
Dit : que deviendrons-nous, si ce puits devient sec ? (Sarasin)

  • 12 La Fontaine a fait rimer circonspec : respec : bec et grec : respect. Cf. le P. Mourgues, 1724, p. (...)

18Et en effet, selon l'opinion du P. Mourgues, les finales en -act et en -ect doivent se prononcer ac et ec12. D'autres enfin, comme Lanoue, veulent que l'on articule les deux consonnes. L'usage était donc partagé, et les poètes ont profité de cette indécision, qui pour certains mots s'est perpétuée jusqu'à nous.

  • 13 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 219.

19Le cas le plus fréquent est celui où la dernière consonne est l's de flexion qui marque le pluriel. Selon l'ancienne phonétique, ainsi qu'on le sait déjà13, la première consonne devenait muette, ou la seconde, s'il y en avait trois dont la première était une r, et l's se faisait entendre. Au xvie siècle, un grand nombre de rimes sont encore conformes à cette règle. En voici quelques-unes : vifs : ravis et je vis, tardifs : hardis, arcz : regards (M. Scève) ; boucs : nous, Mars : remparts ; pars (= partes) : parcs ; immortels : tu es, dards : Mars, neufs : deux, deserts : cerfs, Grecs : traits, espics : inutils, apprentifs : petits, seuls : eux, brefs : eschets, juifs : conduits, tardis : acquis (Ronsard) ; becs : gibés, Grecs : regrets, huis : Juifs (Du Bellay) ; segrets : Grecs, lacs : las, devenus : nuls, tu es : mortels, parts : parcs (Baïf) ; parts : arcs, nets : nez (Du Bartas). Les dictionnaires de rimes conseillent ces associations, et même indiquent souvent comment il faut prononcer pour que l'homophonie soit exacte. Tabourot permet d'accoupler -ecs avec -ais et -ets, -ics avec -is et -its, -ocs avec -ots, -ucs avec -uts. « Le pluriel de sec, qui est secs, dit Lanoue, se peut bien aussi prononcer sans le c, comme s'il estoit escrit ses, avec l'e qui represente la diphtongue ai ». Il dit aussi qu'on peut apparier porcs et ords (= sales), qu'il orthographie pors, ors avec cette remarque : « Si on les veut escrire cõme on a coutume porcs et ords, il n'importe, pourveu que cela ne face point cõmettre abus en la pronontiation ». Cependant, dès l'époque de Lanoue, la prononciation du singulier tend à remplacer celle du pluriel. Lui-même veut qu'on articule Vf dans souefs, nefs, brefs, reliefs, griefs. Lorsqu'on a pris l'habitude de dire des Grecs en faisant sonner le c, la rime de ce mot et d'autres semblables devient impossible avec les désinences en -ets. Ces reformations s'étendent avec rapidité et, à partir du xviie siècle, l'ancienne phonétique est définitivement abandonnée par les poètes.

  • 14 Idem, p. 291.
  • 15 Du Gardin, Addresses, p. 110.

20L'r première consonne d'un groupe mérite quelques observations. Elle avait manifesté depuis très longtemps une tendance évidente à devenir muette14. On rencontre encore, à l'époque de la Renaissance, des traces assez fréquentes de cette manière de parler, qui est conforme à la règle générale. Il faut signaler vierges : sieges chez J. Bouchet ; reculent : hurlent, arc : lac, rempars : soldats chez Ronsard ; targe : fuitage, charge : menage chez Baïf ; sert : fait, accort : sot chez R. Belleau ; loche : escorche chez J. Grevin ; menace : Sarce chez Desportes. Mais l'r dans cette position, où elle a résisté mieux que les autres consonnes, se renforce dès qu'elle devient grasseyée au lieu d'être roulée et Du Gardin, s'il consent encore qu'on puisse associer barbe : Arabe, bombarde : canonnade, hurle : brusle, reconnaît que ce ne sont pas là des homophonies exactes, et ne les excuse que parce qu'il y entre des mots rares15. Ces rimes ont disparu au xviie siècle.

  • 16 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 219.

21En opposition à la règle selon laquelle les consonnes finales doivent être prononcées à la fin des vers, il existe un mouvement très puissant, d'origine populaire et dont les premiers signes sont très anciens16, qui consiste à ne pas les articuler. C'est ce mouvement qui, dans ses lignes générales, et à l'exception d'un petit nombre de cas, a fini par triompher. Comme on peut s'y attendre, les poètes ont profité des possibilités qui leur étaient offertes, et souvent ils ont indiqué par leur graphie la façon dont leurs vers devaient être lus. Une rime comme long : blond suppose en effet qu'on ne doit faire sonner ni le g, ni le d ; mais la chose est encore plus claire si l'on écrit lon et blon. Examinons d'abord les consonnes explosives à la fin des mots. On relève les rimes suivantes : estomac : hanap, Anjou : sous le jou, adonc : gond, je ne sçay quoi : le doy (= doigt) ; couver : ver, ré (= ret) : enamouré, Childeri : nourri, clou : lou, jour : Luxembour, genou : noud, blond : tronc, rang : grand (Ronsard) ; Anjou : jou, lié : pié (Baïf) ; ce sujet qui ravi : suivi (Malherbe) ; doigt : moi, Saint Jean : blanc, roman : vul-gairemen (Sarasin) ; méchant : champ (Benserade) ; répon : bon (Mme Deshoulières) ; encor : fort et accord, Jupiter : desert, fer : sert, artisan : oposant, étang : autant : camp, faon : content, talon : long (La Fontaine) ; nœu : jeu (Molière). Enfin Racine a écrit :

Tu porterois au pere un faux exploit ? — Quoi don ?
Tu tendrois à la fille un billet ? Pourquoi non ?

  • 17 À signaler pourtant chez lui champ : Abraham (Gr. ter., IV, 231).

22Mais il l'a fait dans les Plaideurs, qui appartient à un genre familier17. Les grammairiens nous renseignent sur l'amuïssement progressif de ces consonnes dans le langage courant. Déjà Tabourot range dans la même liste les mots en -ang et ceux en -amp, et il dit : « Tu peux rimer onc avec ond, ong, et, à un besoing, avec ont ». L'articulation finale n'a subsisté que dans des mots savants ou d'origine étrangère, ainsi que dans un certain nombre de monosyllabes ou d'onomatopées.

  • 18 Je renvoie à ce sujet aux observations de Lanoue.

23Il en est de même lorsqu'il s'agit de Vf finale. Je n'en ai pas d'autre exemple à la rime que celui signalé par Le Gaynard, neuf : peut, qu'il a relevé chez Du Bartas ; la consonne s'est maintenue dans bœuf, œuf, saif et quelques autres, mais on a fini par dire apprenti au heu d'apprentif, et bailli au lieu de baillif. L'l disparaît elle aussi dans les désinences en -il18 ; elle a cependant persisté dans plusieurs mots où elle a été menacée. Voici quelques exemples : souci : sourd (Du Bellay) ; sourd : ainsi (d'Au-bigné). Il en est de même dans soûl, d'où les rimes trou : sou chez La Fontaine et fou : soûl chez Racine. Frémont d'Ablancourt, au milieu du xviie siècle, sépare les mots en -il ou 17 se prononce de ceux en -il « dont 17 est mouillée et où elle ne se prononce que très peu, avril, babil, Brésil, chenil, fusil, gentil, grésil, gril, mil, nombril, outil,péril, persil, sourcil ».

24L'r et l's sont également atteintes, et la prononciation populaire envahit la poésie. Le parler courant laisse tomber l'r finale dans les infinitifs de la première conjugaison et même de la seconde. Maupas proteste : « Je trouve niaise la fantaisie d'aucuns, qui affectent une lasche prononciation du bas populas, d'obmettre et supprimer du tout toutes les r finales : ainsi : vous plaist il veni disné avec moy, vous me ferez plaisi, au lieu de dire venir, disner, plaisir ». Cependant La Fontaine écrit :

Celui-ci, qui ne fut qu'avec peine attrapé
Devait le lendemain être d'un grand soupé.

25Et on ht dans Molière :

Parbleu ! je viens du Louvre, où Cléonte au levé,
Madame, a bien paru ridicule achevé.

  • 19 De Chalons, p. 156.

26Je ne connais en vers d'autre exemple de couri, mouri, etc. que dans la chanson de Compère Guilleri. Mais voici à ce sujet quelques lignes intéressantes de De Chalons : « L'r qui est à la fin de loisir, et celle qui se trouve à la fin aux infinitifs des verbes terminez en -ir, ou à la fin de ces mêmes infinitifs employés comme noms, ne se prononce point à la fin des vers, ni même en prose, à moins qu'il ne suive une voyelle. Ceux qui parlent bien prononcent toujours si vous avez du loisi, et non pas du loisir ; ils diront, j'ai entendu glapi le renard, et non pas glapir, etc. Voilà une observation toute nouvelle pour la versification, me dira quelqu'un... J'en suis fâché, car la nouveauté de cette remarque n'empêche pas qu'elle ne soit juste, puisqu'elle est fondée sur le bon usage... Mais je veux même que l'r se puisse prononcer par licence en poésie, à la fin des mots terminés en -ir19... » Il était également fréquent que la consonne ne se fît pas sentir dans les terminaisons en -eur ; on disait laboureu, malfaiteu, d'où les rimes crocheteurs : eux, creux : humeurs, qu'on trouve chez Jodelle. Mais c'était là une articulation négligée, ce que laisse bien entendre le texte même de De Chalons.

27Quant à l's, elle était traitée pareillement dans le langage courant, ce qui a incité les poètes, en cas de nécessité, à n'en tenir aucun compte, malgré la règle qui interdisait d'apparier les mots sans s avec ceux qui finissaient par cette consonne. Les exemples sont rares, mais on en rencontre quelques-uns. Ronsard a écrit :

.....les Muses n'invoquon
Et les laisson baller dans le vol d'Helicon. (M.-L., T. V, p. 37)

28On peut encore citer : prée : diaprées, les oiseaux sont pront' : vont, triomphans : enfant (le même) ; vie : suivies (d'Aubigné), bors : tresor(La Fontaine). Reste enfin la question de la présence ou de la non-présence de l's à la première personne des verbes : elle sera examinée plus loin.

29Il est en effet indispensable, avant de clore ce chapitre, de présenter quelques observations sur certaines rimes que pratiquent les poètes du xvie siècle et auxquelles on a en général renoncé dans la suite, ainsi que sur certaines particularités que nous nommons aujourd'hui ”licences”.

Consonnes ou groupes de consonnes posttoniques

  • 20 Moyen Âge, T. III, p. 267.
  • 21 Il donne la même autorisation pour -emble, -enfle, -angle, -emple, -anle, pour enble, -engle, -enl (...)
  • 22 Deimier, p. 318 ; Du Gardin, Adresses, p. 101.

30Avant 1600, ces consonnes et groupes de consonnes peuvent ne pas être absolument identiques d'un vers à l'autre. C'est là un legs du Moyen Âge, qui admettait les homophonies imparfaites, parce que la différence des sons était à peu près insensible après l'accent, où la voix descend dans les notes basses et se fait assez indistincte. J'ai déjà attiré l'attention sur des cas semblables20. Fréquents dans l'ancienne versification, ils deviennent plus rares au xvie siècle. En voici quelques exemples : ventre : candre, desire : vivre (Ronsard) ; libre : delivre, vivre : libre, suyvre : libre (O. de Magny) ; decoeuvre : treuve (Jodelle) ; triple : paisible, double : couple, engendrent : espandent, ombre : profonde, découple : redouble, siècles : règles (Du Bartas). Tabourot ne propose nulle part un mélange quelconque de consonnes posttoniques différentes, plus sévère en cela que Le Gaynard, qui permet d'associer -abre, -arbre, -acre, -adre, -afre, -atre, -are21. Mais Du Gardin autorisera encore timide : licite, ingratitude : dispute, greffe : acheve. Ces rimes, dont la valeur est celle de simples assonances, sont interdites par Deimier, qui blâme grace : gaze22. Elles disparaissent complètement au xviie siècle.

Let L

31Il y a une hésitation perpétuelle au xvie siècle entre 17 pure et 17 mouillée dans les finales en -il et en -ille. Lanoue déclare que les mots babil, sourcil, mil, conil, fenil, chenil, peril, nombril, gril, avril, persil, til (arbre), gentil, outil, coutil, courtil, Brezil, grezil, fuzil, douzil se terminent par un son mouillé que l'étymologie exige seulement pour quelques-uns d'entre eux ; il les sépare de fil, pourfil, mil (mille), viril, subtil, insubtil, vil, civil, incivil, mais place aussi fusil et dousil dans cette dernière liste. Il veut que les deux terminaisons restent distinctes ; cependant il reconnaît qu'on les confond : « Quand on est à bout de la rime légitime, et qu'on void avril et viril escrits d'une mesme façon en la derniere syllabe, pour se flater on se persuade bien aysément qu'elle ait à estre bonne... Quand on vient toutesfois à lire :

Cest homme est bien incivil
Avec son trop de babil

32on cognoist bien qu'il ne va pas bien, mais pour ce que la plus part le font, on le passe... On n'apariera point ces deux rimes ordinairement. Mais afin que l'authorité de plusieurs poëtes, qui cy devant en ont uzé, ne semble être mesprizée, avec ce que l'usage en a desja tellement accommodé quelques mots, qu'ilz peuvent passer en l'une et l'autre pronontiation (comme gentil), on s'en pourra dispenser au besoing, mais peu ». Ainsi d'Aubigné a accouplé nombril : steril. De même encore la langue oscille entre soupirail et soupirai, gouvernail et gouvernai, cristail et cristal, corail et coral (coral : liberal chez Saint-Amant), métail et métal.

  • 23 Marty-Laveaux, T. I, p. 461.
  • 24 Thurot, T. II, p. 304.

33Quant aux terminaisons en -ille, elles sont indécises, d'autant plus que la démouillure se produisait régulièrement dans le Nord de la France et que de nombreuses rimes en avaient répandu la tradition. Nous citerons gentille : inutile, filles : inutiles, ville : fille, villes : fertiles, inutiles : chevilles, fertiles : gentiles (Ronsard) ; stile : gentile (Du Bellay) ; gentile : ville et stile, fille : gentille, gentile : distile (Baïf) ; subtiles : anguilles, immobile : scintille (Du Bartas) ; villes : quilles (Sarasin) ; quilles : habiles (Ovide bouffon) ; grilles : villes (Art de prêcher). « On tâchait, dit Marty-Laveaux23, de rendre la prononciation des deux mots aussi analogues qu'il était possible ; quelquefois on supprimait la double l pour que le rapport fût plus frappant, et l'on écrivait vile : famile (Ronsard, T. V, p. 140) ; mais plus habituellement on doublait 17 des deux côtés, inutilles rimant avec chevilles (R., V, 78), et fertille avec gentille (R., V, 135) ». Il est bien difficile de savoir s'il ne s'agissait là que d'une égalisation graphique, si certains mouillaient les deux rimes, ou s'ils démouillaient la rime en Z. Thurot a exposé à ce sujet les variations des grammairiens24 (l'hésitation affectait aussi d'autres finales,puisque Pontus de Thiard a uni decele : pareille, où évidemment l'accord devait se faire en Z. Au xviie siècle, la critique s'est élevée contre ces associations dont on rencontre encore quelques exemples dans des textes burlesques. Deimier a condamné ces deux vers de Ronsard :

Morions façonnez d'invention gentile
Sur le mesme portraict de l'ovale coquille.

  • 25 Deimier, p. 132.

34« Ces deux rimes, a-t-il écrit à ce propos25, vont mal ensemble, parce qu'elles n'ont pas assez d'analogie l'une envers l'autre, à cause que celle de coquille se prononce avec deux ll, qui ont la prolation doublée comme en ces verbes vaillant et assaillant, et que l'autre de gentile, n'ayant qu'une l, a la prononciation simple comme ces verbes excellent et volant ». La même interdiction sera renouvelée par Richelet. Quant à la réduction de l à y, elle ne se produit qu'à partir du xviie siècle, et d'abord dans le langage populaire.

N et N

35Personne n'ignore tout au long de cette période, pas plus qu'aujourd'hui même, que n et n sont des sons différents. On sait même, ce qui échappe à beaucoup de nos contemporains que n + yod et n ne sont pas articulés d'une manière identique, puisque Boileau, dans sa correspondance avec Brossette, a blâmé épargner : dernier. Cependant, avant 1600, on a souvent apparié n et n, comme si, dans ces deux consonnes, on ne voulait tenir compte que de ce qui les rapproche, et non pas de ce qui les sépare. Ces rimes étaient fréquentes au Moyen Âge, et elles avaient été popularisées par des textes septentrionaux, écrits dans la région où n perd sa mouillure. Elles persistent au xvie siècle, ainsi que le prouvent les exemples suivants : amener : eslogner (Melin de Saint Gelais) ; colonne : Boulon-gne, compagnie : ceremonie, Bellonne : Boulongne, Polongne : couronne, Poulongne : colonne (Ronsard).

  • 26 Tobler, V. Fr., p. 159, n.

36Au contraire, la graphie par gn, dans les mots savants, n'était pas le signe d'un son mouillé, mais d'une n ordinaire. En d'autres termes, la prononciation de ces mots, jusque bien avant dans le xviie siècle, resta ce qu'elle avait été au Moyen Âge. Th. de Bèze, parmi d'autres grammairiens, nous en avertit très clairement : « G quiescit ante n molle, ut signe cum derivatis... in quibus g quiescit et n nativo suo sono... effertur, quasi scriptum sit sine ». De nombreuses rimes attestent cette manière d'articuler : encline : signe, limousine : digne (Ronsard) ; regner : gouverner, digne : cygne (Du Bellay) ; divine : dine (= digne), Meline : benine (Baïf) ; malignes : epine, divine : digne (Jodelle). Racine, lorsqu'il prit des armes parlantes, fit choix d'un rat et d'un cine (cygne). Sa versification a provoqué la remarque suivante de Tobler26 : « Il est difficile d'admettre qu'on puisse faire rimer -gner et -ner, comme le dit Quicherat. Il devait le prouver par plus d'exemples que cet unique confiner : régner (Bér., IV, 4). On trouve chez le même poète régner rimant avec gêner (Théb., V, 3), avec importuner {Baj., V, 4), mais beaucoup plus souvent avec baigner, épargner, gagner, éloigner, comme aussi le substantif règne avec craigne (Théb., II, 3). Ou Racine a admis pour régner, à côté de la prononciation moderne, une prononciation plus ancienne, d'après laquelle le radical avait une n simple après l'e... ou il s'est dispensé de rimer richement dans les passages cités ».

R et RR

  • 27 Thurot, T. II, p. 372 sq.
  • 28 Le P. Mourgues, 1685, p. 55. Cependant Brossette rapporte que Boileau reprochait à Destouches d'av (...)

37D'après les témoignages qu'a réuni Thurot27, il y avait au xvie siècle une grande différence entre l'r simple et l'r double. Outre que la première était roulée, parfois très faiblement, et la seconde grasseyée, celle-ci avait une tenue plus longue et une articulation beaucoup plus forte, que Lanoue déclare si rude « qu'une porte de fer tourneroit quelquefois à moindre bruit sur de vieux gonds rouillés ». Elle ne se fait plus entendre ainsi que dans les parlers locaux du sud de la France. Cependant, dès cette époque, elle se réduisait déjà à l'r simple dans certaines provinces, en Bretagne selon G. Tory, dans le pays du Mans, en Poitou et en Lorraine selon Th. de Bèze. Elle subsistait au contraire à Paris et dans le reste du royaume. C'est au xviie siècle que l'r se substitue de plus en plus à l'r double. Le mouvement s'accentue aux environs de 1650, si bien qu'en 1685 le P. Mourgues peut écrire : « Puisqu'il est certain que la double r et la simple ont une même prononciation dans la bouche de ceux qui sçavent parler françois, quoy qu'elles en ayent de fort differentes dans quelques provinces, il ne faut pas s'étonner que Despréaux, qui est de Paris, ait employé la rime de ferre avec chaire, ni que Coras, qui estoit Gascon, luy en ait fait une faute dans sa parodie »28. Au contraire il n'y avait pas encore identité au temps de Malherbe, quand, prenant prétexte de la règle qui interdisait la « rime d'une seule lettre », celui-ci avait condamné les associations adorer : errer et errer : moderer, qu'il avait rencontrées chez Desportes.

L'S analogique

  • 29 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 241.
  • 30 De Laudun, IV, 8.
  • 31 Cf. Baïf, je pouvoy : je n'en avoy : je me voy.

38Il faut faire une place ici à l's analogique, qui a été ajoutée aux premières personnes du présent et de l'imparfait de l'indicatif, du parfait, du conditionnel, et à la seconde personne du singulier de l'impératif, dans les verbes auxquels l'étymologie l'avait refusée. Cette addition, dont on rencontre des exemples bien avant 150029, se répand beaucoup au xvie siècle. À cette époque, elle devient régulière dans les imparfaits et les conditionnels. De Laudun d'Aigaliers se refuse encore à l'y admettre, parce qu'il suit de très près Sebillet, qui l'a condamnée : « Il ne peut estre permis de mettre la lettre s à la premiere personne des verbes... comme j'aymois, je lisois, pour j'aymoi, je lisoy »30. Cependant, et bien que Ronsard penche encore pour les formes sans s (j'alloy, je parloy), il semble bien qu'aux environs de 1550 les formes avec s étaient seules considérées comme correctes, sauf liberté laissée aux poètes d'utiliser les vieilles désinences -oye, celle-ci étymologique, ou -oy31, pour la commodité de leurs vers. Lanoue juge que les rimes suivantes :

Tandis que je couroye
Je rompi ma courroye,

39ont quelque chose de ”rude” et d'insolite.

  • 32 Vaugelas, T. I, p. 226.

40Les autres temps ont résisté davantage. Non pas que l's y soit rare, mais pendant longtemps elle n'est utilisée que comme un artifice qui permet d'obtenir une homophonie parfaite ou d'éviter un hiatus. À l'intérieur de ses hémistiches, Malherbe écrit toujours je voy, je croy, je sçay, etc., sans jamais avoir fait figurer un seul de ces présents si usuels à la fin de ses vers, où l'on signale seulement Ivr'i : je couvri. Corneille présente des quantités d'exemples comme moi : je voi, toi : je doi, je vi : suivi ; il a même écrit ami : j'en fremi, où l'étymologie exigerait une s. Mais Vaugelas, en 1647, considère les formes avec s comme seules correctes et exigées par l'usage : « Quelques uns ont creu qu'il falloit oster l's finale de la premiere personne, et escrire je croy, je fay, je dy, je crain, etc. et qu'il falloit escrire ainsi la premiere personne pour la distinguer de la seconde, tu crois, tu fais, tu dis, tu crains, etc. Il est certain que la raison le voudroit, pour oster toute equivoque, et pour la richesse et beauté de la langue, mais on pratique le contraire, et l'on ne met point de difference ordinairement entre ces deux personnes... Nos poëtes se servent de l'un et de l'autre à la fin du vers, pour la commodité de la rime... A mon avis, ce qui a fait prendre l's, c'est que l'on a voulu eviter la frequente cacophonie que cette premiere personne faisoit avec tous les mots qui commencent par une voyelle... Mais il ne s'agit pas d'examiner s'il y a raison ou non ; il suffit d'alleguer l'usage, qui ne souffre point de replique »32. À partir de cette époque, l'irrégularité consiste donc à employer les anciennes formes sans s, et c'est en cela qu'il y a licence, tandis que précédemment c'était la présence de l's qui était anormale. Malgré l'opposition de l'Académie qui, en 1704, dans ses Observations sur Vaugelas, a essayé de maintenir je sçay et je voi, ces deux verbes ont suivi le sort commun. Quant aux poètes, ils ont continué de rimer avec s ou sans s, selon leurs besoins. Boileau écrit d'une part je crois : doigts, mais de l'autre croy : emploi. On trouve de même je vous en averti : parti, je vous tien : bien, je voi : moi, j'entrevoi : moi, je croi : toi, ordonne et revien : mien (Racine) ; et voi : moi, ravi : je le vi, étourdi : je di, je fremi : endormi (Molière). Cette liberté, appuyée sur la tradition, s'est perpétuée jusqu'à nos jours.

  • 33 Deimier, p. 195 et 180. Cf. Ronsard, tu assemble' : ensemble, tu nous outrage : avantage ; d'Aubig (...)
  • 34 De Laudun, IV, 8.

41Notons enfin qu'au xvie siècle on a parfois ôté l's à la deuxième personne de l'imparfait de l'indicatif, par analogie avec la forme en -oy de la première personne, qui remplaça pendant quelque temps, concurremment avec -oys, la désinence -oye étymologique. Deimier admet cette suppression : « On dict bien souvent ainsi : tu pensoy, tu disoy, tu faisoy, tu croioy, tu adoroy, etc. Et aussi en ceste façon : tu pensois, tu disois, tu faisois, etc. ». Il tolère aussi à l'indicatif présent tu pense et tu donne sans s33. Mais la première de ces licences est déjà condamnée par De Laudun d'Aigaliers34, et la seconde ne nous est attestée que par un petit nombre d'exemples dont quelques poètes du xixe siècle n'oublieront d'ailleurs pas de s'inspirer.

Notes

1 Parfois cependant l'écriture avait réagi sur la prononciation : Lanoue indique que le d se prononce fort peu en pied, qu'il se prononce en nid, mais pas en nud.

2 Thurot, T. II, p. 92 sq. et 441, n. 1 et 3.

3 Ronsard a même écrit Ajas : Pallas (M.-L., VI, p. 247).

4 Thurot, T. II, p. 127.

5 Richelet, 1672, p. 218.

6 Thurot, T. II, p. 165.

7 Idem, ibid., p. 67.

8 Richelet, Versif. fr., p. 194 et 215 ; le P. Mourgues, 1724, p. 68 sq. ; de Chalons, p. 137 sq.

9 Ronsard, Suravertissement au Lecteur en tête des Quatre premiers Livres des Odes, 1550.

10 Deimier, p. 133.

11 Je renvoie pour le détail à Thurot, T. II, p. 102 sq.

12 La Fontaine a fait rimer circonspec : respec : bec et grec : respect. Cf. le P. Mourgues, 1724, p. 73.

13 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 219.

14 Idem, p. 291.

15 Du Gardin, Addresses, p. 110.

16 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 219.

17 À signaler pourtant chez lui champ : Abraham (Gr. ter., IV, 231).

18 Je renvoie à ce sujet aux observations de Lanoue.

19 De Chalons, p. 156.

20 Moyen Âge, T. III, p. 267.

21 Il donne la même autorisation pour -emble, -enfle, -angle, -emple, -anle, pour enble, -engle, -enle, -enple, pour -ifre, -ibre, -igre, -itre, -ivre, -ire, pour -omble, -oncle, -onfle, etc.

22 Deimier, p. 318 ; Du Gardin, Adresses, p. 101.

23 Marty-Laveaux, T. I, p. 461.

24 Thurot, T. II, p. 304.

25 Deimier, p. 132.

26 Tobler, V. Fr., p. 159, n.

27 Thurot, T. II, p. 372 sq.

28 Le P. Mourgues, 1685, p. 55. Cependant Brossette rapporte que Boileau reprochait à Destouches d'avoir accouplé terre avec colère ; cf. M. Souriau, p. 370.

29 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 241.

30 De Laudun, IV, 8.

31 Cf. Baïf, je pouvoy : je n'en avoy : je me voy.

32 Vaugelas, T. I, p. 226.

33 Deimier, p. 195 et 180. Cf. Ronsard, tu assemble' : ensemble, tu nous outrage : avantage ; d'Aubigné, tu compare : s'esgare, derniere heure : que tu te meure.

34 De Laudun, IV, 8.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter