Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. La phonétique de la rime

Chapitre III. L'e muet de la rime féminine

Texte intégral

1« On appelle vers feminins, dit Port-Royal, ceux dont la derniere voyelle du dernier mot est un e muet ou obscur, c'est-à-dire un e qui ne se prononce presque point ». Cette définition est courante et se retrouve dans tous les traités de versification. À la rime féminine s'oppose la rime masculine, terminée par une consonne. La distinction ainsi faite paraît simple et claire. En réalité elle ne l'est pas, car, si un rapide coup d'œil permet de constater à quel genre appartiennent les fins de vers, nous ignorons quelle était, en ce qui concerne l'e muet, la prononciation exacte des mots placés en cet endroit, et la valeur que la déclamation accordait à cette voyelle. C'est une question sur laquelle les grammairiens gardent généralement le silence, et sur laquelle les métriciens ne nous ont point prodigué les détails. Nous devrons nous borner ici à quelques considérations extrêmement brèves, car la matière nous fait défaut.

  • 1 F. Brunot, T. II, p. 246.
  • 2 Il y eut un moment, dans la première moitié du xvie siècle, où les deux formes se faisaient concur (...)

2On peut penser avec une certaine vraisemblance qu'au Moyen Âge l'écriture reflétait avec beaucoup de précision l'état de la prononciation, que l'e muet était articulé alors à la rime comme il l'était à l'intérieur du vers, où il formait toujours syllabe. Cependant, dès avant le xvie siècle, il tombait déjà assez souvent dans la conversation courante, particulièrement à la fin des mots, quand il suivait immédiatement la voyelle tonique. Ce mouvement si bien commencé eut pour résultat qu'après 1500, ainsi que le relève F. Brunot1, eaue devint eau, soucie se transforma en souci, etc. Assurément l'e muet dans cette position devait-il être exposé en prose à des syncopes fréquentes, pour que Ronsard ait pu conseiller d'écrire à l'intérieur du vers espé' au lieu d'espée, Ené' au lieu d'Enée. Il y a également des exemples de suppression à la rime : F. Brunot a cité en trofé : reluist estoffé, qu'il a rencontré chez Amadis Jamyn. Enfin, si à la première personne de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel aimoi et aimois ont pu remplacer aimoie2, c'est que l'oreille, dans cette dernière désinence, était déjà assez habituée à ne pas y entendre d'e. Pareillement on considéra comme formant une rime masculine la troisième personne du pluriel de ces mêmes temps, ainsi que les subjonctifs aient et soient, ce qui prouve avec la dernière évidence que la voyelle féminine n'y était pas prononcée : Lanoue conseille même d'apparier donnoyent et cognoist, ce que les poètes n'ont jamais osé faire.

3Pourtant ces constatations ne sont pas décisives. Il existe en effet une épigramme de Marot, dans laquelle il expose les règles de l'accord des participes, et où les formes masculines et féminines sont placées à la fin des vers. Je l'ai déjà citée et juge inutile de la transcrire à nouveau.

  • 3 Du Gardin, Addresses, p. 20. Il renvoie à ce propos à ses règles 64, 65 et 66, où il ne s'agit que (...)

4Si le poète a ainsi opposé les désinences en -ée à celles en -é, c'est que, dans son intention, la déclamation devait faire sentir qu'elles étaient différentes, donc que l'e muet devait être prononcé là où il était écrit. Que faut-il donc penser de faits aussi contradictoires ? On doit, semble-t-il, les interpréter de la manière suivante, à savoir que le vers était le vers, et qu'il comportait une diction plus soutenue, plus correcte que celle de la prose. Dans son expression la plus familière, lorsque le texte traduisait une inspiration assez simple, il empruntait à la prose les négligences ordinaires de sa phonétique ; mais dans les poèmes d'intention noble et de haut lyrisme, l'e muet, selon toute apparence, se maintenait encore sans rien perdre de sa valeur passée, qui était d'ailleurs celle d'un son assez faible, dorniné par celui de la voyelle tonique antécédente : « La feminine terminaison, dit Du Gardin3, se fait à cause de l'e feminin non accentué, lequel se prononce mollement, doucement, et comme enfonsée de musique à sçavoir à demy son, comme si on negligeoit la prononciation entiere, ne la declarant qu'à demy ». On peut supposer que la syncope de l'e muet après voyelle fit quelques progrès au xviie siècle, sans que toutefois elle y soit devenue d'un usage constant. Quelques remarques de grammairiens nous avertissent qu'au xviiie siècle il persistait encore à la rime ; à plus forte raison devait-il en être ainsi sous le règne de Louis XIV, tandis qu'aujourd'hui il ne manifeste plus son existence que dans la prononciation très artificielle de quelques comédiens.

5Après consonne, la voix soutenait beaucoup plus facilement la voyelle féminine et la laissait tomber bien moins souvent. La syllabe ainsi formée, puisqu'elle était atone, n'avait certes rien de bien éclatant, mais elle était d'articulation commode et se défendait beaucoup mieux que celle qui était réduite à une seule voyelle. Nous savons par un certain nombre de témoignages qu'au xvie siècle l'e muet ainsi abrité et défendu disparaissait fréquemment dans la conversation courante et même dans la poésie familière où quelques poètes l'ont en effet syncopé. Mais personne alors ne nous parle de la rime, sauf que Lanoue et Tabourot permettent pour certains mots des variations d'orthographe qui maintiennent ou suppriment la voyelle féminine : « En apostrophant l'e feminin dans -affe, dit ce dernier, tu auras des mots en -af ; rime le surplus de -ef avec -effe en apostrophant l'e feminin, sur tout si le nom en -effe est masculin, autrement non, et advise d'en user rarement selon que ton aureille en jugera ».

  • 4 Le P. Mourgues, 1697, p. 107.
  • 5 Idem, 1685, p. 14.
  • 6 Boindin, T. II, p. 94.

6Il faut attendre jusqu'au xviie siècle pour rencontrer chez les métriciens quelques renseignements utiles. Si Port-Royal se borne à formuler une observation toute générale, d'autres auteurs examinent précisément le cas que nous venons de définir. Le P. Mourgues4, après avoir exposé que la rime féminine prend son appui à partir de la syllabe pénultième, déclare qu'il en est ainsi parce que « la derniere ne portant qu'un e muet, cet e y rend un son si foible, que l'oreille ne distingueroit aucun rapport sensible entre les mots qui n'auroient que cela de semblable : comme entre noblesse, race. Car de la maniere que cela se prononce, c'est comme si l'on disoit noblés, ras : faisant seulement sentir le son de l's un peu fort ». Et il dit encore : « La rime est feminine, lorsque la derniere voyelle des mots qui la composent est un e feminin, obscur ou muet : soit parce qu'il distingue les deux genres dans les adjectifs et les participes, constant, constante, flottant, flottante, soit parce qu'il souffre élision à la fin du mot..., soit parce qu'il ne se fait entendre que fort bas, lors même qu'il ne souffre point élision. Ainsi on prononce homme, utile, rare, à peu près de même que si l'on écrivait hom, util, rar »5. De son côté Boindin remarque que « les yeux et l'oreille ne sont pas... d'accord sur la différence des rimes masculines ou feminines... Car si les consonnes finales ne peuvent se faire entendre... que par le secours d'un petit e muet, soit qu'on l'écrive, soit qu'on le supprime, cet e muet ne fait-il pas toujours pour l'oreille une rime féminine ? Quelle différence l'oreille peut-elle appercevoir dans la prononciation de bal et bale, sommeil et sommeille, encor et encore, feuil et feuille, vis à écroue et vice (vitium) ? »6.

  • 7 Cf. supra, T. IV.

7Mais tout cela ne nous apporte pas des clartés décisives et reste très vague. Il semble bien que dans la déclamation de la haute poésie la syllabe féminine posttonique composée d'une ou deux consonnes suivies d'un e muet était encore assez fortement articulée à la rime, si l'on en juge par la valeur que lui donnent les musiciens. Peut-être ceux-ci, sous la suggestion de l'écriture, ont-ils tendance à exagérer, comme exagéraient aussi certains acteurs à qui Grimarest en a fait le reproche7. Cependant les traités de versification sont généralement unanimes pour dire que les alexandrins masculins se composent de douze syllabes, et les féminins de treize. D'ailleurs ni le P. Mourgues ni Boindin n'affirment que l'e muet n'est pas articulé : selon le premier, il a un son faible, « à peu près » comme s'il ne figurait pas dans la graphie ; le second entend partout un e, même s'il n'est pas noté. Ce qu'il y a d'intéressant dans leurs témoignages, c'est qu'ils contestent l'effet produit par la rime féminine, puisqu'à leur avis la consonne finale réellement prononcée impressionne l'oreille tout autant que la même consonne suivie d'un e muet.

  • 8 C'est tout le système de la rime que d'Assoucy, en partant sans doute de la prononciation populair (...)

8Pour mon compte, je crois à la syncope assez fréquente, surtout au xviie siècle, lorsque l'e muet suivait immédiatement la voyelle tonique,tandis qu'elle se produisait beaucoup plus rarement après consonne. Il suit de là que, dans la pratique, l'alternance des rimes, qui avait eu tant de peine à s'imposer, n'était parfois qu'une apparence, ce dont personne d'ailleurs ne nous a avertis expressément, peut-être parce que l'écriture entretenait les illusions, peut-être aussi parce que les négligences de prononciation, du moins dans les grands genres, ne représentaient encore qu'un pourcentage assez réduit sur la somme de tous les vers déclamés au cours d'une même pièce. Ce qu'il faut retenir de ce que nous disent le P. Mourgues et Boindin, c'est que, pour un certain nombre de critiques, la distinction traditionnelle établie entre les rimes masculines et les rimes féminines ne paraissait plus fondée en raison8, et que la classification basée sur la présence ou l'absence d'e muet à la fin du vers ne leur semblait plus d'une justesse inattaquable. Combien justifié pouvait être en effet leur scepticisme, quand ils considéraient que des mots comme ami et avoient étaient rimes masculines, tandis qu'amie et aboient comptaient comme rimes féminines, ou qu'ils se trouvaient en présence d'une série de vers semblable à la suivante, dont Racine est l'auteur :

Vaines précautions ! cruelle destinée !
Par mon époux lui-même à Trézène amenée,
J'ai revu l'ennemi que j'avais éloigné :
Ma blessure trop vive aussitôt a saigné.
Ce n'est plus une ardeur dans mes veines cachée ;
C'est Vénus toute entière à sa proie attachée. (Ph., v. 301-306)

9Mais personne alors ne s'est hasardé à dire quel système aurait été meilleur et d'un rendement plus sûr pour l'oreille. C'est seulement au xixe siècle, et à une date tardive, que s'édifieront des théories précises, qui d'ailleurs, dans la pratique, n'ont guère été suivies d'effet.

  • 9 Tobler, VB, p. 150.

10Je n'ai plus qu'une seule observation à ajouter, qui intéresse la technique de la rime féminine. Celle-ci, au Moyen Âge, pouvait utiliser comme syllabe atone un mot qui recevait d'ordinaire un emploi proclitique, mais qui, par postposition, pouvait aussi devenir enclitique. Je, que, ce, me, te, le, les ont été ainsi traités, et l'on en trouvera dans Tobler9 un assez grand nombre d'exemples. Marot fait rimer qui est-ce : liesse. Il écrit :

Si ce ne fust ta grand bonté qui à ce
Donna bon ordre, avant que t'en priasse,

11ou encore :

O roi François, tant qu'il te plaira, pers le,
Mais si le pers, tu perdras une perle.

12Cette liberté ne s'est maintenue que pour ce, et surtout pour je :

Quelle fausse pudeur à feindre vous oblige ?
Qu'avez-vous ? - Je n'ai rien - Mais... - Je n'ai rien, vous dis-je
(Boileau, Ep., III)

13La rime ainsi constituée n'est pas plus mauvaise qu'une autre, à condition que, dans à ce et pers le, on maintienne à ce et à le la prononciation qu'on leur donnait alors et qu'on ne les transforme pas en syllabes toniques, comme nous le faisons aujourd'hui.

Notes

1 F. Brunot, T. II, p. 246.

2 Il y eut un moment, dans la première moitié du xvie siècle, où les deux formes se faisaient concurrence, si bien qu'on pouvait avoir à volonté une rime masculine ou une rime féminine. Marot rime encore desiroye : proye, sçavoye : la Savoye.

3 Du Gardin, Addresses, p. 20. Il renvoie à ce propos à ses règles 64, 65 et 66, où il ne s'agit que de la rime.

4 Le P. Mourgues, 1697, p. 107.

5 Idem, 1685, p. 14.

6 Boindin, T. II, p. 94.

7 Cf. supra, T. IV.

8 C'est tout le système de la rime que d'Assoucy, en partant sans doute de la prononciation populaire, semble avoir voulu narguer dans les vers suivants :
Parmi le doux charivari
De l'agréable compagnie
D'un gros de rats et de souris,
Qui sur ma panse dégarnie,
Pour dissiper mes longs ennuis
Et chasser ma mélancolie,
Me donne ici toutes les nuits,
Je pense à la palinodie
Qu'un tas de gueux aux pieds pourris,
Plus amis de la calomnie
Que de mes faits et de mes dits,
Parlant de moi, font dans Paris.
(A la France, Allem., T. II, p. 46)

9 Tobler, VB, p. 150.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter