Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. La phonétique de la rime

Chapitre II. Les voyelles nasales

Texte intégral

  • 1 H. Estienne soutient que nom est différent de non ; mais la différence de graphie a pu lui faire i (...)

1Comme précédemment, et pour ne pas surcharger les titres, ce qui concerne les finales en m doit être cherché sous les rubriques en n, puisqu'il ne s'agit ici que du timbre de la voyelle nasalisée. Les terminaisons en m, lorsqu'elles sont masculines, se rencontrent dans un petit nombre de mots monosyllabiques (faim, nom) et dans des noms propres étrangers : les grammairiens, sauf H. Estienne, reconnaissent que l'm n'y a pas d'autre valeur que l'n en pareille position1. Dans les terminaisons féminines au contraire, l'm conserve le son qui lui est particulier, et diffère par conséquent de l'n. On doit admettre que, à l'exception de quelques parlers locaux, la voyelle tonique avait complètement absorbé la consonne nasale dans les finales masailines, ainsi que dans les finales féminines où elle était entravée (pense, honte, peinte). Il n'en était pas de même dans les finales féminines lorsque la voyelle tonique était suivie d'une seule consonne ou d'une consonne double (lame, femme), car alors la consonne subsistait et formait syllabe avec l'e muet consécutif. Je dois ajouter qu'au moment où commença la dénasalisation, la réduction de la consonne double à une seule fut souvent le signe que la voyelle tonique ne devait pas être nasalisée. Inversement le redoublement de la consonne, là où nous n'en écrivons qu'une, indiquait la nasalisation de la voyelle : on rencontre les graphies cabanne et soutanne, tandis que nous écrivons soutane et cabane.

2Un phénomène très important se produisit au cours des xvie et xviie siècles : c'est celui de la dénasalisation, dans tous les cas où une voyelle, tonique ou atone, se trouvait placée devant une consonne nasale simple ou double que suivait une autre voyelle. Pendant cette période en effet, evidamã (évidemment) devint evidamã, fãmœ (femme) devint famœ, et cette transformation intéresse le timbre de la rime. Le changement ne s'est pas opéré en un jour, ni dans toutes les provinces en même temps. On doit se rendre compte que la transition a été fort longue et que, pendant plusieurs générations, les deux prononciations ont été en lutte, ce qui a autorisé les poètes à exploiter l'une et l'autre, au gré de leurs convenances : « Voy -ane pour les mots en -anne, déclare Tabourot, et dy hardiment :

J'estois en une cabane
Auprès de la belle Jane ».

3À propos de flamme et d'oriflamme, il donne encore ce conseil : « Tu peux rimer avec -ame en ostant par licence l'une des m ». En d'autres termes, il permet de ne pas articuler Jãnœ afin de l'apparier à cabane, qui pour lui est déjà dénasalisé, et semblablement il autorise flame au lieu de flãmœ lorsqu'il s'agira de l'accoupler avec un mot comme déclame. Cela laisse penser que la nasalisation, pour certaines personnes, pouvait ne plus s'étendre à tous les mots d'une même série. Ainsi Lanoue n'écrit par deux n que le mot manne avec cette remarque : « Cestuy-cy, pour avoir la penultième longue et se prononcer avec deux n (mã-nœ = man-ne), s'accorde mal aux terminaisons en -ane ».

  • 2 Racan, Vie de Malherbe, cf. Œuvres de Malherbe, éd. des Gds Écr., T. I, p. LXXXIII.

4Il y a donc, dès 1 550 environ, des signes manifestes de dénasalisation. Dans la suite, grâce aux prescriptions des grammairiens et aux remarques des critiques, nous pouvons nous faire une idée de l'évolution de la langue, de la résistance de certaines provinces et des prononciations particulières des poètes. L'a nasal a pour base un a fermé, l'o nasal un o assez grave. Avant la dénasalisation, des mots qui ne riment plus d'une manière satisfaisante s'accordaient parfaitement. Alors fantosme : homme était correct, ainsi qu'ame : femme (õ et ã) ; mais tous les deux ont cessé de l'être dès qu'on a dit fantôme (ó) et homme (o), âme (á) et femme (a). Si donc Richelet et de Chalons condamnent le premier de ces assemblages, c'est qu'eux-mêmes ne nasalisent plus. Les finales -eme : -esme, toutes les deux nasalisées en - ẽme, se correspondaient exactement ; mais dès que l'on a eu d'une part un e moyen, et de l'autre un è, la discordance a éclaté, si bien que Malherbe a censuré extreme : mesme quand il l'a rencontré chez Desportes : « mal rimé, a-t-il noté ; mesme est long et extreme bref ». Cependant lui-même nasalisait l'a de flamme et par conséquent aussi celui de dame qu'il a accouplé avec ce dernier mot. « Il ne vouloit point, rapporte Racan2, qu'on rimât sur malheur ni bonheur ... Il ne vouloit non plus que l'on rimât à flame (fla-mœ, avec dénasalisation), parce qu'il l'écrivoit et le prononçoit ainsi avec deux m : flamme (flãmœ) et le faisoit long en le prononçant ; c'est pourquoi il ne le pouvait rimer qu'à épigramme ». Il était d'ailleurs d'une région où la nasalisation persista pendant fort longtemps : cette prononciation nous est en effet représentée par Hindret comme spécifiquement normande, et Corneille n'hésite pas à unir chome et somme. Cependant l'ancienne manière d'articuler se maintint jusque bien avant dans le xviiie siècle, indépendamment des parlers provinciaux où elle n'a pas encore cessé de se faire entendre. Mouet, en 1635, donne l'orthographe famme pour femme ; la prononciation nasalisée de l'a dans canne nous est attestée par De Soule en 1698.

  • 3 Thurot, Pron. franç., T. II, p. 482.

5Un autre fait également doit être mis en lumière : c'est que, dans ain, ein, oin, le y se faisait encore sentir à l'époque de la Renaissance. Certains grammairiens en font l'observation, tandis que d'autres y contredisent, ce qui permet de supposer que l'usage était tout au moins partagé3. Th. de Bèze déclare que les Français possèdent la diphtongue grecque ει dans des mots comme plein, sein, feinct, auxquels on peut ajouter bain, main, pain, sainct. Ramus reconnaît lui aussi l'ει des Grecs dans peindre, feindre. Baïf transcrit partout ain et ein par éin. Mais Saint-Lieus, H. Estienne, Masset, n'y entendent qu'un son simple. Pareillement, dans oin, Th. de Bèze signale le son de la diphtongue grecque oi, que Ramus perçoit lui aussi dans moindre, poindre. Cependant beaucoup de gens laissaient tomber le y. Th. de Bèze déclare que haim, faim sonnent hin et fin. J. Peletier écrit pourmenet et menet ; H. Estienne rapporte que seul le peuple fait entendre un y dans peine, veine, je meine ; Tabourot range dans une même liste les mots en -aine, -eine et -ene. Lanoue, à propos des finales en -aine et -eine, rangées dans une même liste, note qu'« on peut hardiment rimer avec la terminaizon en -éne, en l'accommodant à la pronontiation de ceste cy, où elle s'accorde bien ». Le y disparut complètement au début du xviie siècle.

6Nous examinerons successivement les diverses voyelles nasales.

AN et AN (A + nasale)

7Pour AN, je renvoie à la rubrique AIN et AIN, et je n'étudie ici que AN dans les rimes qu'il forme avec EN.

8AN : EN- Cette équivalence est depuis très longtemps admise, et de ce côté rien n'est changé. Le son est ã dans les finales masculines en an et en am, cette dernière série ne comprenant que des noms propres ; au xvie siècle, on prononce Priam, Abraham en ã, comme Adam ; c'est seulement au xviie siècle que l'a se dénasalise et que l'm se fait sentir dans les deux premiers de ces mots, tandis que le dernier ne change pas, de telle sorte que océan : Abraham devient inexact. Les terminaisons en en (examen, hymen, amen), em (Jerusalem) peuvent s'associer aux précédentes. Elles se rencontrent dans des mots latins et des noms propres étrangers et sont assez flottantes : les uns articulent (chien : Bethleem chez La Fontaine), ou en, ou em, mais d'autres disent ã, au témoignage de Tabourot, et écrivent même an (Nemean, Lernean) : c'est ce qui explique la rime hymen : Liban, qui a été employée par R. Belleau. La prononciation moderne ne triomphe qu'au xviie siècle. Lorsque an et en sont suivis d'une consonne, la parité du son est complète (amant : moment, etc.).

  • 4 Pourtant il ne faut sans doute pas être trop affirmatif, puisque j'ai signalé femme : extreme au x (...)

9Elle l'est également dans les finales féminines, lorsque cette consonne est suivie d'un e muet (puissante : innocente, dépense : danse, etc.). Le seul cas intéressant est celui où la voyelle tonique précède une nasale simple ou double. Si elle est simple, les voyelles a et e, même nasalisées, ne confondent pas leurs timbres : asne ne rime pas avec carène, ni avec supreme, tandis que tous les a, tant qu'ils sont nasalisés, sont équivalents, d'où les associations ame: dame, s'enflame : lame (Ronsard), blasme : dame (Du Bellay), dame : ame (Jodelle), madame : pasme et ame (Corneille) ; une fois la dénasalisation accomplie, ces mots, après nombre d'hésitations, se fixèrent tantôt en a moyen, tantôt en a fermé et ne s'accordèrent plus exactement ; déjà Colletet déclare qu'« infame ne rime pas bien avec trame ». Si l'm est double après a ou e dans l'un seulement des deux mots accouplés, la voyelle, par suite de la nasalisation, confond son timbre avec celui de l'a devant m simple, mais non pas avec celui de l'e dans la même position : femme ne rime pas avec diademe4, mais l'on a infames : femmes (d'Aubigné), enflamme : dame (Ronsard, Du Bellay et Baïf). Tabourot range gemme parmi les mots en -emme, -amme qui peuvent rimer avec -ame ; Le Gaynard, à propos de -ame, renvoie à -amme, -emme, -asme. Enfin, devant n, il faut que cette consonne soit graphiquement redoublée pour que l'e soit susceptible de prendre le son ã, ce qui est d'ailleurs un trait normand et picard, car on articule généralement enœ, qui deviendra ẽnœ : Tabourot range gehenne parmi les mots en -ane et parmi ceux en -aine et en -ene ; comme lui, Lanoue admet que garenne peut rimer avec les terminaisons en -aine et avec celles en -ane.

AIN et AIN (AI + nasale)

  • 5 Il s'agit de la désinence de quelques noms propres hébreux, comme Ephraïm, Joachim. Certains prono (...)
  • 6 Thurot, T.II, p. 483, n. 2.

10AIN : AIM : EIN : IN : IM-5 Toutes ces graphies, en finales masculines, étaient déjà, ou deviennent équivalentes. La première et la troisième s'échangent entre elles au xvie siècle, où l'on écrit tantôt plain, tantôt plein (aussi au féminin : plaine et pleine). L'homophonie est parfaite, qu'on fasse sentir ou non le y. Il n'y a de difficulté que pour les deux dernières de ces terminaisons. Tout d'abord, pour qu'elles s'accordent parfaitement avec les trois autres, il faut que dans celles-ci le y s'efface. Mais il est également indispensable que l'identité des timbres vocaliques soit réalisée, et c'est sur ce point que discutent les grammairiens et les critiques. On sait que le son ancien de in est celui de l'i nasal (r) mais qu'il a perdu de son acuité et qu'il a fini par se fixer en è. Cependant, avant d'atteindre ce dernier degré l'r primitif est d'abord devenu un e fermé nasal (é), assez différent de l'e ouvert nasal (I) qui se faisait sentir dans ain, aim et ein. H. Estienne déclare en effet qu'incontestablement vain se prononce plus ouvert que vin, pain que pin, et que c'est une licence de rimer ain (ein) avec in. Voici son texte, que cite Thurot6 : ”Minime dubium tibi relinquitur quin ore magis aperto proferre debeas vain ... quam vin ...,pain ...quam pin. Scio tamen qui in rhythmis, eum qui syllaba ain clauditur, illi quem claudit simplex in opponere non dubitent : sed licenter potiusquam recte hoc a se fieri nequaquam (ut opinor) mihi negaverint ». Pendant longtemps il fallut donc accommoder les sons pour que leur parité fût réalisée. C'est ce que remarque Lanoue à propos des mots en -inte : « Il y a si peu de difference d'entre la prononciation de ceste terminaison et de celles en -ainte et-einte ... qu'elle ne les peut empescher de s'apparier fort bien ensemble ».

  • 7 Deimier, p. 325.
  • 8 Ménage, Obs. sur Malh., p. 511.
  • 9 Richelet, Versif. fr., 1672, p. 196.

11Donc les critiques furent divisés, et aussi les poètes. En Normandie, in continuait d'être prononcé V, si bien que ain : ein : in ne se rencontre ni chez Malherbe, ni chez Corneille. Ce fut d'abord une rime parisienne, contre laquelle protesta Deimier, qui était d'Avignon : « On ne doit point rimer humain avec chemin, vain avec divin, etc. Car c'est le proceder des poëtes licencieux de rimer de la sorte, accommodans leur foiblesse sur la varieté du commun parler des Champannois, qui prononcent vain au lieu de vin, et destain au lieu de dire destin, comme aussi quelques uns du vulgaire de Paris en usent ainsi : mais les damoiselles de ceste grande ville et tous autres gens de bon lieu qui parlent bon françois proferent ces termes vin, divin, chemin, destin, etc. comme ils sont escrits ordinairement »7. Le Gaynard et Tabourot ne mélangent pas les mots en -in avec ceux en -ain ou en -ein ; Ménage, sans vouloir blâmer expressément cette équivalence, déclare qu'elle est parisienne et que lui-même ne voudrait pas rimer ainsi8. Richelet indique que la question est toujours débattue ; il se défend de vouloir imposer son avis, mais conseille pourtant de ne pas commettre cette faute9. Au contraire Lanoue, Lancelot, le P. Mourgues, Ai-Ph. de la Croix, de Chalons ne font aucune réserve. On a relevé fin : dessein chez Ronsard, festins : putains chez d'Aubigné, parmi tant d'autres de la même espèce. Molière a usé de ces associations, mais sans les prodiguer ; elles sont courantes chez Boileau, Racine et La Fontaine. D'ailleurs, peu à peu, l'identité du son dans toutes ces finales est devenue complète.

  • 10 Cf. à ce sujet Thurot, T. II, p. 497. Brunot, Hist. de la Lg. fr., T. II, p. 261, montre que Marot (...)

12Les terminaisons féminines du même groupe ne soulèvent que peu d'observations. J'ai déjà noté au xve siècle (cf. Moyen Âge, T. III, p. 310) des rimes comme marine : marraine. Elles subsistent encore au xvie, bien qu'elles n'y soient pas très abondantes Jean Le Houx par exemple présente medecine : peine, où l'accord devait se faire en e fermé nasal. Lorsque les deux vers se terminaient en -ine, l'i, d'abord nasalisé, se dénasalisa. Un cas particulier est celui d'entreprinse : surprise10, que donne Ronsard, et où l'n du premier mot, bien évidemment d'origine analogique, n'était pas obligatoire, comme on peut le voir par surprise ; donc on nasalisait ou on ne le faisait pas, ce que montrent d'ailleurs les témoignages réunis par Thurot : il suffit ici d'égaliser la graphie et la prononciation dans un sens ou dans l'autre. D'autre part, Lanoue sépare chaine des autres mots en -aine et en -eine, en disant que la désinence en est plus ”longue” que dans le reste de la série. Il introduit en outre une troisième division où il fait entrer faine, gaine, reine, traine, qui, selon lui, ne riment que par très grande licence avec les deux autres. Il aurait sans doute dû ranger chaine dans cette dernière catégorie, qui comprend des mots où la diphtongue représentait une ancienne diérèse étymologique ; il s'ensuivait sans doute une certaine différence de prononciation par rapport aux autres mots en -aine ou en -eine ; mais il ne donne à ce sujet que des explications très confuses. Au xviie siècle, l'Académie a censuré comme négligées ces deux rimes de Racine :

Je viens ici chargé d'un ordre de la Reine.
— Leurs enfants ont déjà leur audace hautaine. (Ath., v. 859-60)

  • 11 Ils notent éing et éint sans faire allusion à la nasalité. Mais il faut la déduire de ce que Lanou (...)

13Il faut encore noter que ai et ei, devant l'n mouillée, avec des échanges de graphie encore assez fréquents possédaient en finale féminine la même valeur dans un grand nombre de prononciations, et qu'il était parfaitement légitime de les accoupler, comme on l'avait fait précédemment, et comme il est très régulier de le faire aujourd'hui. Ces rimes, sur lesquelles il sera inutile de revenir, sont très nombreuses (enseigne : saigne chez Jodelle, etc.). Le son était ẽ, au témoignage de Peletier et de Baïf11 ; cependant il semble bien qu'au xvie siècle certains articulaient par à, ce qui paraît ressortir de graphies comme Allemaigne : ensaigne, qu'on trouve chez Ronsard, et d'autres cas semblables : il s'agit ici de l'alternance de a et de e dans les terminaisons en -aigne, alternance qui a provoqué la formation de deux séries différentes. De nos jours -aigne et -eigne, après nasalisation, s'accordent en e.

14AIN : E1N : EN- J'ai déjà parlé de la prononciation de en en finale absolue dans les mots masculins empruntés au latin : il est évident que main : examen, ou frein : hymen sont possibles au xvie siècle. En finale féminine, l'équivalence est admise, à la condition qu'on ne fasse pas sentir le y dans -aine et -eine. Le Gaynard, par renvois successifs, unifie -aine, -eine, -ene, -esne, et -enne (celui-ci pourtant pouvait recevoir une prononciation différente : cf. supra, p. 272). Tabourot met ensemble les trois premières de ces désinences. Lanoue, dont j'ai déjà cité le texte (cf. supra, p. 271) est du même avis. Du Bellay approuve Athènes : fontaines. Voici quelques exemples : plaines : arenes chez Jodelle, qui associe également peine avec arene et Helene, rameine avec Melpomene, saine : peine chez d'Aubigné, qui donne d'autre part gehenne : peine et semaines : geines, ainsi que pleines : Valenciennes, chaine : Helene chez Racine. Si la consonne est m, la valeur est la même ; on relève aimes : mesmes chez Jodelle, aime : moi-mesme chez Boileau, extreme : aime chez Molière et chez Quinault. Le son, qui était d'abord est devenu e après dénasalisation.

  • 12 Thurot, T. II, p. 491.

15AIN : EIN : OIN- Cette équivalence, qui était déjà admise précédemment, se rencontre encore au xvie siècle dans des finales masculines et féminines. Elle n'est plus autorisée aujourd'hui par les dictionnaires de rimes, mais elle était toute naturelle alors, puisque personne ne se faisait scrupule d'associer une voyelle simple avec une diphtongue dont le second élément seul entrait en ligne de compte. On peut citer craindre : moindre (Saint Gelais), plaindre : conjoindre, craindre : poindre, moindre : atteindre (Ronsard), se plaint : ne point (Baïf), mains : tesmoins, plaind : poind, sein : besoin (Belleau). Les grammairiens, au sujet de la prononciation de oin, sont assez confus12 ; certains indices, notamment la transcription constante par oéin qu'en fait Baïf, permettent de conclure à une diphtongue wé, dont la dernière partie consistait dans un e nasal très fermé, si bien qu'il fallait un peu modifier les sons pour qu'il y eût correspondance exacte avec ain et ein. Le Gaynard unifie les trois graphies, mais Lanoue les sépare toujours : « Ceste terminaison, écrit-il à propos de -oin ne se peut apparier à celle en -ain, toutesfois à quelque grande necessité on se pourra dispencer d'apparier deux monosyllabes, comme main avec soin ... Encore en faut-il apparier la prononciation au plus pres qu'on peut. Il le faut faire rarement ». L'Anonyme de 1624 déclare qu'il est incorrect de dire moens, poent. Raillet et d'Aisy, dans la seconde moitié du xviie, enregistrent la manière d'articuler actuelle ; le premier transcrit oin par oen, le second par oèn.

  • 13 Ménage, Observ. s. Malh., p. 241.

16AIN : EIN et AN- L'essentiel a déjà été dit à ce sujet (cf. Moyen Âge ; T. III, p. 205 sq. et 308 sq.), de telle sorte qu'il y a peu de chose à y ajouter. Dans les terminaisons masculines, le g figure encore assez souvent à la fin des mots pendant le xvie siècle, mais par simple tradition graphique (baing, seing) : tous les grammairiens nous disent qu'il y est dépourvu de valeur phonétique. Seules donc sont intéressantes les désinences féminines. Voici quelques exemples de rimes recueillies chez les poètes : compaigne : baigne, desdaigne : accompaigne, Charlemaigne : Espaigne, accompagne : Espagne, Allemeigne : ensaigne, compagnes : montagnes chez Ronsard ; campagnes : bagnes, campaignes : baignes, compaigne : dedaigne, montagne : bagne chez Du Bellay ; montagne : bagne chez Baïf ; Almagne : caigne (= chienne), baigne : campagne, campagne : Ascaigne, campaigne : Ascaigne chez Jodelle. Ces exemples permettent, en tenant compte de la permutation assez fréquente de aign et de eign, d'établir l'existence au xvie siècle de deux prononciations différentes, l'une en ẽn, l'autre en ãn, celle-ci éventuellement marquée, pour aign, par la suppression de l'i dans l'écriture, applicable à l'une ou à l'autre de ces deux graphies, selon le choix du diseur, ou conformément à l'indication que donne le poète par le moyen de son orthographe, d'ailleurs inconstante et variable : le grammairien Palliot, en 1608, relève encore que bien des gens font entendre ei pour ai : eigneau, Breteigne, monteigne, Cham-peigne ».Les mots écrits par ei se fixent en ẽn ; ceux écrits par ai hésitent entre en et an avant d'aller prendre place dans l'une ou l'autre de ces deux catégories (chastaigne d'une part, Espagne de l'autre). Lanoue donne les deux formes bagne et baigne, chastagne et chastaigne dans des listes différentes. On peut pourtant considérer que le partage est définitivement fait au début du xviie siècle ; Malherbe archaïse déjà, semble-t-il, quand il fait rimer compagne : dedagne, ce qui lui vaudra plus tard une censure sévère de Ménage13, qui exige dédaigne, tout comme il blâme accompagnent : bagnent, qu'il a rencontré chez Ronsard, tandis qu'il aurait fallu baignent. À ces phénomènes il faut ajouter encore celui de la dénasalisation, qui se produit d'assez bonne heure, mais qui ne l'emporte pas du jour au lendemain. Elle est certainement très avancée dès l'époque de Lanoue, qui ne met à part que gangne et regangne, mais qui écrit compagne, campagne, accompagne, etc. : « à ceux-cy [gangne et regangne] on prononce l'n de la penultième, note-t-il, et partant l'ont-ils longue, toutesfois en les rimant il leur faut retrancher l'un et l'autre pour les accommoder a la terminaizon en -agne, à laquelle seule ils riment ». En 1620 Godard, mentionnant Allemaigne et Champaigne, déclare qu'on y prononce l'a « purement et simplement ». C'est la dénasalisation qui a fini de donner à tous ces mots leur sonorité moderne.

EIN et EIN (EI + nasale)

17Je renvoie à AIN et AIN, p. 272.

EN (E + nasale)

18On se reportera à AN : EN, p. 271 et à AIN : EIN : EN, p. 275. Le cas où la consonne est m au lieu de n y est également examiné.

IAN et IEN

19Il a déjà été parlé de cette permutation (cf. Moyen Âge, T. III, p. 311). Les formes Lucian, Arrian, Quintilian ont été longtemps en usage et n'ont disparu qu'à la fin du xviie siècle. Selon Th. de Bèze, -ian est une prononciation de l'Ouest. Tabourot la qualifie de parisienne. Le Gaynard, à propos de -ien, renvoie à -an et cite les rimes saturnien : dictean de R. Belleau, et anciens : aegineans de Ronsard, qui a dit ailleurs Ocean : ancien. L'accord de ces finales se faisait donc, selon les habitudes d'alors, par le dernier élément de la diphtongue et il fallait articuler dans les mots en -ien. Pour dictean et aegineans,en (ẽ) remplaça définitivement an au début du xviie siècle, on se reportera à la rubrique AN : EN, p. 271.

IN (I + nasale)

20Pour les terminaisons masculines, je renvoie à AIN (division AIN : AIM : EIN : IN : IM). Dans les terminaisons féminines, la nasalisation égalisait les voyelles moyennes et aiguës, qui furent un peu différentes entre elles après la dénasalisation, ou qui passèrent pour l'être, car on considère comme ”longues” celles où un accent circonflexe marque la place d'une s disparue. L'Académie a blâmé comme négligées les deux rimes suivantes de Racine :

... s'il n'est opprimé, tôt ou tard il opprime.
Ainsi de piége en piège, et d'abîme en abîme ... (Ath., v. 1397-8)

OIN et OIN (OI + nasale)

  • 14 Thurot, T. II, p. 495.

21La véritable diphtongue d'origine ne se rencontre que dans des mots comme foin, moins, point, joint, avoine, pivoine. Dans la plupart des mots de terminaison masculine (loin, tesmoin), elle est de formation plus récente, ainsi que dans certaines finales féminines (tesmoigne, esloigne). L'histoire de ces désinences a déjà été faite (cf. Moyen Âge, T. III, p. 312 sq.). Il suffit de répéter que dans les graphies en -oing masculines (poing, coing), le g, aux dires de tous les grammairiens, n'a plus aucune valeur phonétique réelle14 ; dans les mots féminins au contraire, il indique que l'n est mouillée. Ces mots féminins, au xvie siècle, ont toujours la même diversité d'écriture. On peut en juger par les exemples suivants : vergogne : eslongne (Ronsard) ; rempoigne : trogne (Jodelle) ; tesmoigne : Boulongne (O. de Magny) ; esloigne: charongne, eslongne: besongne (d'Aubigné) ; empoigne : besongne (Du Bartas) ; toutes ces rimes étaient articulées õet s'accordaient très exactement. « Les mots de ceste terminaizon, déclare Lanoue à propos de -ongne, reçoivent triple orthographe selon qu'il plaist à celuy qui escrit, ou en -ogne, ou -oigne, ou -ongne ; mais on les prononce de la derniere façon, car on n'y exprime point cet i de -oigne : on ne baille pas aussi le son ordinaire de l'o pour prononcer -ogne, mais un certain son sourd que luy donne ceste n. Laquelle ne se prononce pas pourtant ; autrement la penultieme seroit longue ». Ainsi Lanoue nous atteste dans ces finales la nasalisation qu'il ne reconnaît pas dans les désinences en -agne . Il semble cependant qu'elle avait déjà commencé de s'effacer à son époque, à en juger par cette remarque de Le Gaynard : « n est nul dans trongne, hongne, hongnement, rongne, rongneux, rongnure ». Mais beaucoup de gens nasalisaient encore aux environs de 1650. Nous disons aujourd'hui charogne, trogne, besogne par onœ, tandis que témoigne, joigne, soigne s'articulent par wanœ, plus anciennement wenœ, sans nasalisation de la voyelle tonique dans un cas comme dans l'autre. Cette dernière manière d'articuler, due à l'analogie de loin, témoin, soin, qui avaient eux-mêmes subi l'influence de la diphtongue oi prononcée we, remonte assez haut, puisque les transcriptions phonétiques de Baïf, à côté de vergogne et bezogne, donnent soégnens, soégnant et soéignes. Elles permettent en outre de constater que le son de oin était plus aigu au xvie siècle que dans notre français actuel ; il faudrait le figurer non pas par wẽ, mais par wé.

ON et ON (O + nasale)

22Le son est õ dans les finales masculines en -on et en -om, ainsi que dans les finales féminines où l'o est entravé par n ou m devant consonne (honte, rompe). Il paraît avoir été plus fermé qu'aujourd'hui, puisqu'il est fréquemment transcrit par ou (boun, soun, toumbe). Le seul cas qui mérite de retenir l'attention est celui où l'o tonique précède une nasale simple ou double. Dans ces deux terminaisons -ome et -one, -omme et -onne la voyelle accentuée était nasalisée, et chaque consonne, m ou n, conservait son articulation propre ; la nasalisation se marquait fréquemment dans la graphie par le redoublement de la consonne, selon un usage assez général, mais qui n'était pas constant dans tous les mots : c'est ainsi que Baïf a écrit couronne : Veronne, et que d'autres présentent chomme au lieu de chome. Le Gaynard sépare bien -ome de -omme, mais renvoie de l'un à l'autre. Lanoue n'est pas clair ; il dresse deux, et même trois listes, et dit que -ome ne peut s'apparier à -omme, tout en laissant conclure à une nasalisation possible dans cette dernière finale. Il fait une déclaration beaucoup plus nette à propos de -onne : « encore qu'il y ait icy deux n, on n'en prononce toutesfois qu'une, l'autre ne servant qu'à oster la naifve pronontiation de l'o, pour prendre celle qu'il a icy, et partant ne luy allonge point la penultieme ». Voici des rimes : hommes : chome (Baïf) ; phantosme : homme (Du Bartas) ; chome : somme, trone : Ildione (Corneille) ; trone : Antigone et Babylone (Boileau) ; chomme : homme et somme (La Fontaine). La première et la seconde étaient certainement excellentes parce qu'à l'époque de Baïf et de Du Bartas la nasalisation de la voyelle était encore très répandue ; on en peut dire autant de celles de Corneille, mais pour cette raison qu'en Normandie la nasalisation continuait d'être, ce qu'elle fut à la même époque en Gascogne, un trait caractéristique du français provincial qu'on y parlait. Au xviie siècle cependant, la dénasalisation avait fait de tels progrès dans la bonne langue que les fins de vers de Boileau, Parisien, et de La Fontaine, Champenois, ont bien des chances d'avoir été artificielles et d'avoir postulé une prononciation archaïsante. Aujourd'hui donne : aumône accouplerait des timbres discordants, ce qui ne veut pas dire que les poètes aient renoncé à employer des rimes de ce genre.

23J'ai déjà indiqué (Moyen Âge, T. III, p. 313) que la finale latine -um avait été autrefois articulée õ, ce qui a produit toton, factoton (à côté de factotum), dicton, aliboron. Il en était encore ainsi à la fin du xviie siècle, donc pendant toute la période que nous étudions ici.

24ON : AUN- Le son était le même en terminaison féminine. Lanoue permet d'apparier prosne et jaune ainsi que dome : baume ; La Fontaine a écrit Babylone : l'aune.

25ON : OIN- On se reportera à la rubrique OIN et OIN (cf. supra, p. 277).

26ON : OUN- Ce n'est qu'une question de graphie, ce que Thurot ne paraît pas avoir aperçu très clairement. Cette notation n'avait d'autre but que de marquer le son très fermé de l'o nasal. On trouve les formes vergougne, Roume, houme, soune, etc. L'ou disparaît de l'écriture en même temps que la voyelle se dénasalise. On peut en juger par cette remarque d'Oudin en 1633 : « L'o françois se prononce fort ouvert, contre l'opinion impertinente de ceux qui le veulent faire prononcer comme ou, quand il est devant m ou n : car ceux qui parlent bien ne disent jamais houme, coume, boune etc., et bien que plusieurs disent chouse pour chose, il ne s'y faut pas arrester ».

27ON : UN- Dans les graphies unze, umbre, unce, trunc etc., fréquentes au xvie siècle, Vu n'était amené dans l'écriture que par des préoccupations étymologiques mais le son était õ.

UN

  • 15 Thurot, T. III, p. 542.
  • 16 F. Brunot, T. II, p. 261.

28Ces terminaisons, soit masculines (-um, -un), soit féminines (-urne, -une) sont fort peu nombreuses. La finale -unoz ne se rencontre que dans répugne. « Il est fort difficile, écrit Thurot15, de déterminer si dans cette nasale on faisait entendre, avant 1650, un u ou un eu. Les témoignages qui attestent la prononciation par eu sont de la seconde moitié du xviie siècle. Les témoignages antérieurs conduiraient à penser qu'on faisait entendre plutôt un u ». À cela F. Brunot a riposté dans le volume qu'il a consacré à la langue du xvie siècle16 : « Pour un, je ne comprends pas comment Thurot en arrive à conclure des témoignages du xvie siècle qu'on faisait entendre plutôt un u nasal (ũ) ». Des textes qu'il cite, particulièrement de ceux de Fabri, de R. Estienne, de Rambaud, de Lanoue, il ressort très nettement que u nasal et eu nasal se confondent (soit œ). L'existence du son actuel peut être prouvée par les rimes, puisque un rime avec eun. Mais il ne donne pas d'exemple de ces rimes, et moi-même je n'en possède pas.

Notes

1 H. Estienne soutient que nom est différent de non ; mais la différence de graphie a pu lui faire illusion. Th. de Bèze lui donne un démenti : « M syllabam finiens, sive intra ipsam dictionem, sive in ultima vocabulorum, perinde prorsus pronunciatur ut n... ; ut dam, nom, faim, temps perinde efferenda, acsi scriptum esset dan, non, fin, tans ». Donc il permet de rimer faim : pain, nom : non, temps : sens.

2 Racan, Vie de Malherbe, cf. Œuvres de Malherbe, éd. des Gds Écr., T. I, p. LXXXIII.

3 Thurot, Pron. franç., T. II, p. 482.

4 Pourtant il ne faut sans doute pas être trop affirmatif, puisque j'ai signalé femme : extreme au xve siècle.

5 Il s'agit de la désinence de quelques noms propres hébreux, comme Ephraïm, Joachim. Certains prononcent encore Joachin. Dans ce dernier mot, Tabourot déclare que im sonne in ; il écrit Benjamin, Neptalin, mais dit qu'il faut les rimer avec -in. L'm nous est au contraire attestée au xviie siècle.

6 Thurot, T.II, p. 483, n. 2.

7 Deimier, p. 325.

8 Ménage, Obs. sur Malh., p. 511.

9 Richelet, Versif. fr., 1672, p. 196.

10 Cf. à ce sujet Thurot, T. II, p. 497. Brunot, Hist. de la Lg. fr., T. II, p. 261, montre que Marot rime tantôt en in (prinses : vinses, prinses : princes), tantôt en i (pris : gris, prise : requise, etc.).

11 Ils notent éing et éint sans faire allusion à la nasalité. Mais il faut la déduire de ce que Lanoue nous dit de la désinence ongne (cf. infra, p. 277).

12 Thurot, T. II, p. 491.

13 Ménage, Observ. s. Malh., p. 241.

14 Thurot, T. II, p. 495.

15 Thurot, T. III, p. 542.

16 F. Brunot, T. II, p. 261.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter