Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. La phonétique de la rime

Chapitre I. les voyelles orales

Texte intégral

  • 1 Abbé Rousselet, « Classification des voyelles », dans la Revue de phonétique, 1911, p. 1-26.
  • 2 Thurot, II, 631. C'est surtout quand ils traitent de l'e que quelques grammairiens font intervenir (...)

1Avant de les examiner dans le détail, quelques remarques au moins sont indispensables. On sait que les voyelles présentent des nuances diverses, qu'elles sont ouvertes, moyennes ou fermées. C'est l'e dont on a d'abord distingué les variétés de timbre par les mots de fermé (ou clos) et d'ouvert (ou clair). Mais cette nouveauté n'apparaît pas avant le xvie siècle, et on ne la rencontre alors que chez Peletier et Meigret. La grammaire de Port-Royal reprendra ces dénominations en 1660, sans réussir toutefois à les faire triompher et, si elles sont plus en faveur au xviiie siècle, elles ne l'emportent pas encore à cette époque sur les désignations quantitatives, imposées par le souvenir de la prosodie des Anciens1. Donc les grammairiens d'autrefois, quand ils décrivent les voyelles, usent le plus souvent d'une terminologie quantitative ; ils confondent le timbre avec ce qu'ils croient être la durée, et, au lieu de dire que Va est ouvert dans patte et fermé dans pâte, ils déclarent qu'il est bref dans le premier de ces deux mots, et long dans le second : cette nomenclature n'a pas encore disparu des manuels scolaires actuellement en usage. Non seulement elle est imparfaite, mais en outre elle présente le grave inconvénient de ne permettre que des notations assez grossières et de conduire presque immanquablement à ne pas tenir compte des timbres moyens, tantôt catalogués comme brefs, tantôt comme longs, selon qu'ils se rapprochent davantage de l'une ou l'autre de ces catégories. C'est à peine si certains spécialistes particulièrement scrupuleux tentent d'établir des degrés dans la brièveté ou dans la longueur, comme le fait parfois Lanoue2 ; le plus souvent pourtant leurs indications ne sont pas très satisfaisantes parce qu'elles manquent de sensibilité.

2D'autre part, lorsque les grammairiens, pour caractériser les voyelles, se servent des mêmes termes que nous, il arrive qu'ils les emploient d'une manière différente de la nôtre : Lancelot par exemple écrit que l'o de hôte est ouvert et que celui de hotte est fermé. Ces notations, qui ont pour nous parfois quelque chose d'assez surprenant, proviennent de ce que les critiques, pour formuler le jugement qu'ils portent sur l'ouverture ou la fermeture de telle ou telle voyelle, considèrent tantôt l'élévation de la langue, tantôt la position de la langue, tantôt l'agrandissement ou le rétrécissement de la cavité buccale, sans obéir à des principes communs, surtout sans tenir compte de la qualité acoustique du son. Il faut donc les lire avec la plus grande prudence et retrouver le timbre sous le mot dont ils le décorent.

3Cela dit, il est évident que tous sont d'accord sur le même principe, et qu'ils s'entendent pour déclarer que les poètes ne sauraient faire rimer des voyelles semblables dans l'écriture, mais qui sont de degré différent, que les ”brèves” ne s'accordent pas avec les ”longues”, que couronne par exemple ne fait pas écho à trône. Si l'on met à part le Dictionnaire des Rimes de Tabourot, qui réunit sans observation dans ses listes -aste, -ate et -atte, -oste, -ote et -otte, tous les ouvrages techniques ne négligent pas de formuler cette règle, qu'ils présentent comme fondamentale. Elle est mentionnée par Du Bellay, par Lanoue, par Deimier, par Malherbe, par Colletet, par Richelet, par le P. Mourgues et par De la Croix, sans doute par d'autres encore dont je n'ai pas pris la peine de noter les noms, parce que leur insistance ne retenait même plus mon attention. Elle ne s'applique pas seulement à l'a, à l'o et à l'e, les seules voyelles pour lesquelles la disparité des sons blesse aujourd'hui notre oreille, mais encore à l'i, et à l'u où elle ne nous choque plus. Au fur et à mesure de notre exposé, je signalerai à ce propos les prescriptions des critiques. Je montrerai que les poètes en ont fort peu tenu compte et j'indiquerai ensuite pour quelle raison ils ont négligé de s'y soumettre.

A

4Dans les divers mots de la langue, le timbre de cette voyelle est en général le même qu'aujourd'hui. Il y a cependant quelques différences, mais elles ne sont pas très considérables et, si l'on résume les témoignages des grammairiens, les faits se répartissent comme suit.

  • 3 Nous n'avons pas changé les transcriptions phoniques de G. Lote.
  • 4 Lanoue donne au contraire à esbatz, combatz, haras, bras une valeur "brève" (cf. infra, A : Á), ta (...)

5On prononçait ά3 (a ”long”) dan les finales en -as, même au futur, passé défini, et dans tu as ; pour bras, l'usage variait. On prononçait également á dans les pluriels des mots en -at4, devant l's devenu muette et qui était suivie d'une autre consonne (Basle, vaste, qu'il chantast,etc.), devant l's des terminaisons -se ou -sse (base, lasse, etc.), sauf quelques exceptions (fricasse, embarrasse, etc.), enfin dans les mots age, grace. Il y avait flottement pour harnache, have et quelques autres exemples. Les rimes en -aille et en -ail avaient un a fermé, à quelques exceptions près.

6L'a était au contraire moyen, et catalogué comme ”bref”, dans les finales -aque, -agne, -ache (avec indécision pour amourache, sache, cache, crache), -afe, -ate (sauf quelques mots sur lesquels les grammairiens ne sont pas d'accord), -afe, -ape (sauf râpe = raspe, qui appartient à la catégorie précédente) ; -abe (sauf crabe et Souabe) ; -ale, -agne (sauf gagne), -age, -ave, -ace (mais, outre grace, la fermeture se répand de plus en plus dans espace et lace). Il avait tendance à prendre le même timbre dans certains mots en -ail et en -aille (ail, émail, médaille, travaille, etc.). L'a était de même moyen devant les consonnes doubles autres que l's (nappe, flatte, etc.), devant x, devant s prononcée et suivie d'une autre consonne (Acaste, chaste), devant deux consonnes dans les mots savants (faste, exalte, etc.), devant toutes les consonnes finales des mots singuliers (égal, estomac, chat). L'usage était au contraire partagé lorsque l'a se trouvait devant deux consonnes dont la seconde était l ou r ; alors il pouvait être ou fermé (diable, cable, théâtre, havre, etc.) ou moyen (admirable, battre, spectacle, etc.) ; certains mots, comme habitacle, oracle, sable, simulacre, ont longtemps hésité. Le timbre enfin était encore moyen quand il terminait la syllabe tonique (il parla, sauf dans les notes de musique fa et la) et aux trois personnes du singulier de l'indicatif dans le verbe battre. Si l'on considère les mots dans leur ensemble, la prononciation n'a guère subi de profondes modifications depuis le xvie siècle. Lanoue pourtant nous est témoin que l'échange se faisait volontiers entre a et á, la voyelle moyenne pouvant facilement devenir fermée.

7Notre a ouvert (à) existait déjà pendant la période que nous étudions. Il apparaissait devant l'r double ; il était au contraire un peu moins aigu devant l'r simple, seule ou suivie d'une autre consonne. Pour désigner cet à, les grammairiens se servent très souvent du mot ”bref”, si bien qu'ils ne le distinguent pas de la catégorie précédente ; cependant il en est qui l'appellent a ”long”, ce qui crée une confusion par rapport à l'a fermé. Cet à avait tendance à prendre un timbre assez aigu, et se rapprochait ainsi de e ; cette prononciation, très fréquente à Paris et que nous avons déjà signalée, a produit des rimes sur lesquelles nous allons avoir l'occasion de revenir. Il ne nous reste plus qu'à dresser un court tableau des associations irrégulières et à les expliquer.

  • 5 Lanoue, éd. de Genève, 1624, p. 340.

8A : Á- On sait déjà que les critiques interdisent d'apparier les voyelles de degré différent. Cette règle est valable pour les différents a. Du Bellay avait déjà déclaré qu'il ne faut pas « rythmer les mots manifestement longs avec les brefz aussi manifestement brefz, comme un passe et trace,... un bast et bat ». Lanoue revient sans cesse sur cette défense à l'occasion des terminaisons les plus diverses dont la voyelle tonique est a. « On peut faire ici une observation encore plus particulière, écrit-il à propos de -as5, qui enrichira la rime de beaucoup de douceur, si on se veut peiner de l'y astraindre : c'est d'assembler les mots seulemet qui ont mesme accent : pour exemple bas et succombas ont l'accent long, esbatz et combatz l'ont brief ». Et il dit encore, au sujet de la finale -ace : « Ceste terminaison peut rimer avec celle en asse, qui a la penultieme longue. Ainsi dira-t-on :

Dieu vigoureux fracasse
Les hommes pleins d'audace,

9car ilz ne different que d'orthographe et non de pronuntiation, comme ceux-cy entr'eux :

Jamais Dieu ne se lasse
De faire à l'homme grace.

10Mais qui les assembleroit ensemble en les prononçant comme on doit, il sonneroit mal, comme :

  • 6 Idem, ibid., p. 26.

Bien souvent Dieu se lasse
De nostre folle audace.
Et rigoureux fracasse
Ceux qui fuyet sa grace. »6

11Vingt fois les mêmes recommandations reparaissent, toujours aussi impératives. Malherbe condamne chez Desportes glace : masse, qui pour lui sont de timbre différent ; Richelet blâme pasle : sale chez Voiture ; tous les théoriciens font preuve de la même sévérité. Pourtant, par une vieille licence, que constate Lanoue et qui était déjà courante au Moyen Âge, les poètes ne se gênent point pour apparier les a ouverts et les a fermés. Chez Du Bellay, nage rime avec dommage, personnage, courage, orage, etc. ; passe avec menasse ; grace avec Horace, race, efface ; basse avec place, et ainsi de suite. Ni Ronsard, ni Baïf, ni M. Scève, ni Du Bartas, ni D'Aubigné n'ont renoncé à ces rimes ; Malherbe n'en est pas plus exempt que Sarasin, ni Corneille que Molière, ni Boileau que Racine. On trouve chez ce dernier taches : lâches ; grace : audace, place, race ; disgrace : face, trace, glace, etc. C'est au diseur, ainsi que nous le montrerons, qu'est réservé le soin d'établir la parité entre ces sons discordants.

  • 7 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 291.

12A : Al- L'ai dont il s'agit ici est celui qu'on rencontre au lieu de a devant g,j, ch. Il en a déjà été parlé précédemment7. Au xvie siècle, il n'est plus qu'une fantaisie graphique, que la tradition impose encore quelquefois. O. de Magny écrit tantôt courage : orage, tantôt rivage : boscaige, orage : naufraige, courage : avantaige, mais le son est partout celui d'un a assez ouvert, qui tire sur l'e, sans aucune trace d'i, et qui se fixera en a à la fin du xvie siècle. La graphie par ai, fréquente encore chez les poètes de la Pléiade, disparaîtra bien avant 1600.

  • 8 Ibid., p. 290.
  • 9 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 12.

13A : E- Cette rime est ancienne8. On la rencontre surtout devant l'r suivie d'une consonne. Ronsard présente charme : enferme ; armes : enfermes, termes ; larmes : termes. Elle se manifeste aussi, mais plus rarement, devant 17 mouillée : le même poète écrit en effet esmail : vermeil, ouailles : oreilles. Il lui arrive parfois même de modifier l'orthographe courante et de remplacer a par e : « Aussi tu me treuveras facheux, dit-il9, si j'ai quelques fois changé la lettre E en A, et A en E, et bien souvent, ôtant une lettre d'un mot, ou la lui adjoutant, pour faire ma rime plus sonore ou parfaite : certes telle licence a toujours été concedée aux poëmes de longue alaine, ou de mediocre vertu, pourveu qu'elle soit rarement usurpée, non à ces rimes vulgaires, orphelines de la vraie humeur poëtique. Et si quelqu'un, par curieuse opinion plutôt que par raison se colere contre telle honteuse liberté, il doit apprendre qu'il est ignorant de sa langue, ne sentant pas que E est fort voisine de la lettre A ». Il est évident que l'a s'ouvrait en e au contact de l'r ou de 17 : on hésitait entre arrhes et errhes, bizarre et bizerre, catharre et catherre, guitare et guitere ; Saint Amant a encore associé terre : catherre, pierre : guiterre. Mais une telle prononciation était parisienne et populaire, ces rimes n'ont guère dépassé 1600.

14A : OI- On en a quelques exemples au xve siècle. Je n'en ai qu'un seul du xvie, avec modification de l'orthographe. Il a été cité par F. Brunot et se trouve dans Roger de Collerye : c'est si ne qua (si ne quoi) : reliqua. C'était là une manière d'articuler tout à fait vulgaire, que blâmaient les grammairiens, et dont les poètes ont évité de se servir.

AI10

  • 10 Je laisse ici de côté tous les mots en ai où cet ai n'est pas étymologique et représente un a ou u (...)

15Cette diphtongue, au xvie, n'est pas toujours réduite à un son simple lorsqu'il s'agit de la terminaison -aie, car le y s'y fait encore très souvent sentir : Meigret indique la prononciation a-yœ, Peletier et Baïf hésitent entre e-yœ et e-œ ; Th. de Bèze connaît ces trois façons d'articuler et opte pour la seconde. Au xviie siècle au contraire, les gens qui parlent bien laisseront tomber le y. Quant à ai non suivi de l'œ féminin, le y en a déjà disparu depuis longtemps, sauf dans le français provincial où il se maintient encore : Dobert et Hindret nous attestent en effet que les Provençaux et les Gascons n'ont pas renoncé à le faire sonner ; Du Gardin nous dit qu'il en est de même en Wallonie : « Nous autres Wallons prononçons ai, ei et oi en telle sorte, qu'on oit en ces trois diphtongues l'a et 17, l'e et l'i, l'o et l'i, par quoy entre nous ceste licence est fort dure. Les Parisiens les confondent ».

16Ce y mis à part, le timbre de ai est e en finale absolue. Il est fermé au futur et au passé défini des verbes (je chanterai, je chantai), ainsi que dans je sçay et j'ay ; il est au contraire ouvert, sauf dans certaines provinces, à l'impératif et à l'indicatif présent des verbes en -aire et en -aistre (je fay, je nays), que Lanoue interdit de rimer avec é. On a longtemps hésité sur certains mots pour lesquels la distinction est aujourd'hui complète et qu'autrefois on pouvait légitimement associer ; nous disons en effet mai et bai par è, mais geai et quai par é. La plupart des grammairiens considèrent, abstraction faite des temps de verbes dont il vient d'être parlé, que ai en finale absolue (balai, vrai, etc.) est long, c'est-à-dire ouvert.

17Ai, dans beaucoup de prononciations, paraît avoir eu un son moyen quand il était suivi d'une consonne en désinence masculine ou féminine (fait, laid, faite, laide), ou de deux consonnes en désinence féminine. Cependant bien souvent les spécialistes se contredisent. Les divergences partent sur -aigre (maigre, vinaigre), sur -aise (fournaise, braise), sur -aisse (abaisse, graisse). Au sujet de -aire (faire, grammaire), Meigret prétend que le son est ouvert, Peletier qu'il est fermé, tandis que les auteurs du xviie siècle déclarent qu'il est ”long”, sans qu'on sache comment il convient d'interpréter cette dernière qualification. Lanoue, peut-être arbitrairement, divise en deux séries les mots terminés par -ais, ceux qui ont ”l'accent long” (fais, plais), et ceux qui ont ”l'accent bref” (brais, distrais), alors que le P. Mourgues, comme dans les pluriels en -aits, entend partout è. On ne reconnaît guère comme ”longs”, à l'unanimité, que les ai placés devant un groupe de deux ou trois consonnes dont la première est une s non prononcée (naistre, maistre, repaist). Donc l'incertitude plane sur le timbre exact de toutes ces finales, comme sur celui de toutes les finales en e auxquelles les poètes les apparient. Selon les diverses régions de la France — et l'on peut penser que les divers critiques se guident sur leur parler personnel —, la prononciation était é ou è, avec des degrés de fermeture ou d'ouverture qu'il est difficile de préciser, mais qui étaient assez sensibles à l'oreille, comme ils le sont encore aujourd'hui.

18Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'ici encore les disparités de son étaient interdites à la rime, en vertu de la règle générale que nous avons signalée. Richelet condamne plaist : fait ; nous en trouverons d'autres exemples dans ce qui suit, à la rubrique AI : E. On doit considérer que essay : je le sçay, de M. Scève, je sçay : essay, de Du Bellay, gay : may de Jodelle ne sont pas des homophonies exactes.

19AI : El- Cette rime ne se rencontre guère que devant 17 mouillée (cf. supra, A : E, p. 247) et l'i n'y représente que la mouillure de la consonne, sans qu'il y ait là en réalité ni diphtongue ai, ni diphtongue ei. Celles-ci n'existent, réduites à un e fermé, que dans de rares associations comme n'ai-je : neige, n'ai-je : pleige (Jodelle) et s'accordent parfaitement.

  • 11 Le P. Mourgues, 1724, p. 44 ; pour d'autres, ces rimes de terre avec taire et caractère étaient ex (...)
  • 12 Idem, p. 58.

20AI : E- Cette équivalence, qui est très ancienne, est admise par tous les dictionnaires de rimes du xvie et du xviie siècles, pourvu toutefois que les deux sons aient le même degré d'ouverture ou de fermeture, quelle que soit la nuance que leur accordent les parlers locaux. Ainsi le P. Mourgues, auvergnat, veut que l'e soit fermé « dans la pénultième des mots qui ont la terminaison féminine”11, comme aide : remede (Corneille), Ganimede : aide (Benserade), plaire : severe (Racine) ; avec cette prononciation, l'exactitude de la correspondance n'est pas moins parfaite qu'à Paris, où le timbre était soit moyen, soit ouvert. Ce qui est interdit, c'est la rime de l'ouverte avec la fermée, ou même de la moyenne avec l'une ou l'autre. Ainsi Du Bellay blâme maistre : mettre, tandis que Richelet condamne s'abaisse : promesse chez Racine, et le P. Mourgues avez : mauvais chez Saint Amant. Ce dernier critique fait encore l'observation suivante : « Terre, écrit-il12, ne rime point avec caractere ni avec taire, qui rime fort bien avec caractere. Ce qui rend fausse la premiere de ces rimes, c'est que la double r rend toujours ouvert l'e qui précède, au lieu que celui qui précede la simple r est toujours fermé ». Donc Boileau a eu tort d'associer terre et chaire

Cotin à ses Sermons traînant toute la terre,
Fend les flots d'auditeurs pour aller à la chaire. (.Sat., IX)

21Coras a lui aussi protesté :

Je ris d'un rimeur qui pour rimer à terre
Dans ses égaremens ne trouve qu'une chaire.

22Cependant, ici encore, les poètes se sont souvent contentés d'homophonies approximatives : tendrelet : laict chez Du Bellay, jouet : souhait chez Baïf, rabaissent : confessent chez Malherbe, retraite : trompette, satisfait : billet chez Molière. On en relève des quantités de ce genre dans leurs œuvres. J'y reviendrai à propos de la voyelle e.

  • 13 Le P. Mourgues, 1724, p. 46.
  • 14 Idem, p. 49.

23AI : OI- Cette rime est très fréquente. Tous les dictionnaires des rimes et les traités de versification l'autorisent, sauf Tabourot qui condamne croissent : paissent, tout en avouant que c'est là un fait très ordinaire. Elle a déjà été expliquée (cf. Moyen Âge, T. III, p. 293). puisque oi sonnait we, l'accord avec ai se faisait par le second élément de cette diphtongue, plus ou moins ouvert. Mais souvent ce we se réduisait dans le langage courant, et parfois dans l'écriture, à e, afin d'alléger un groupe consonantique trop difficile à articuler. J. Bouchet écrit tranchet : s'approchet, par une liberté que quelques-uns prennent encore au xviie siècle. La première de ces deux prononciations appartenait au bon usage, tandis que la seconde était populaire. Cependant, dès 1650 environ, il était admis que le son è, au lieu de we, n'était pas fautif dans les terminaisons verbales en -oistre : « Hors cette terminaison, déclare le P. Mourgues13, la diphtongue oi retient sa prononciation naturelle dans les infinitifs ; et, quoiqu'en lisant de la prose on dise craire pour croire, on n'a jamais fait rimer croire avec contraire, par exemple. Mais, ce qui paroîtra plus singulier, c'est que, quoique dans le langage ordinaire le son de cette diphtongue se raporte parfaitement à celui de la diphtongue ai pour le regard des verbes, et que l'on prononce j'aimois, j'aimerois, comme si l'on écrivoit j'aimais, j'aimerais, toutefois, quand ces termes sont employés pour rimes, nos poëtes les prononcent encore comme l'on faisoit du temps que l'on écrivoit j'aymoye, j'aymeroye : je veux dire qu'ils font rimer j'aymois par exemple avec mois, j'aymerois avec rois ». Et un peu plus loin : « Quoique quelques-uns disent endroit comme s'ils lisoient endrait, cette prononciation est prosaïque. J'ajoute qu'il est presque sans exemple [en quoi il se trompe] de joindre les vers de cette terminaison avec les noms ou les adverbes en -ais et en -et, comme j'aimois avec jamais. Voiture est le seul, que je sache, qui ait conservé à ce mot marquoit sa prononciation prosaïque pour le rimer avec guet »14. Voici un bref catalogue : naissent : croissent et apparoissent, cloistre : maistre chez Ronsard ; croire : contraire chez Jodelle ; naissent : croissent chez O. de Magny ; haye : ploye chez Du Bartas ; naistre : accroistre chez Malleville ; adroite : retraite, cognestre : naistre chez Corneille ; flouet : etroit, etrètes (= étroites) : retraites, parêtre (= paroistre) : maître, croître (= croistre) ; maître, drète (= droite) : Annette chez La Fontaine.

AU

  • 15 Thurot, T. III, p. 613. En Provence, le son est moyen ou même ouvert ; on trouve la graphie goffre (...)

24Au début du xvie siècle, au, selon le témoignage de Fabri, Meigret, Th. de Bèze et H. Estienne, est encore prononcé ao, et eau sonne eao ou œao. Mais le premier devient o dès 1550, et le second se réduit définitivement à la même voyelle simple à la fin du XVIIe. Les grammairiens attribuent à cette voyelle tantôt une valeur ”brève”, tantôt une valeur ”longue”15, sans qu'il y ait unanimité. Deimier censure encore les vers suivants :

Junon le veut ainsi ; j'en jure par les eaux
(Qu'on ne doit parjurer) des marets infernaux.

  • 16 Deimier, p. 135.
  • 17 Le P. Mourgues, p. 52.

25« Ceste rime licencieuse d'infernaux avec eaux n'est pas bonne », dit-il16. Ménage est du même avis ; mais le P. Mourgues permet d'apparier les deux finales : « Les pluriers en -aux et ceux en -eaux riment ensemble, si l'on aime mieux s'en tenir à l'usage des poètes anciens et modernes qu'aux Observations sur la Langue françoise de Ménage, où ces rimes sont condamnées »17. Il déclare d'autre part que au et ó ont le même son. Les poètes ne font aucune difficulté pour les associer. Jodelle rime en et présente faute : hoste, mauls : los. Le Gaynard sépare aube, daube de gobe, globe où l'o est ouvert ou moyen. Lanoue réunit -aut et -ost (défaut : plus tost) ; -ausse et ó-sse (fausse : fosse), mais distingue -ausse de -oce et de -òsse (fausse ne va donc pas avec noce ou Ecosse, tout en ajoutant : « peut-estre qu'il n'est pas mauvais à toutes les oreilles ». Donc les rimes suivantes, de La Fontaine, sont irréprochables : Miraut : tost, idiots : animaux, ost : Renaud, tandis que saule : école, saules : paroles, du même poète, ne sont que des à peu près.

E

26La voyelle e présente les mêmes incertitudes et soulève les mêmes observations que l'ancienne diphtongue ai, avec laquelle est est constamment unie.

  • 18 Je renvoie à la première partie de cet ouvrage, Moyen Âge, T. III, p. 295. Au xvie siècle il y a e (...)
  • 19 Du Gardin, en 1620, indique bien que les finales en -er forment deux séries : « J'ay dict ja deux (...)

27Au début du xvie siècle, l'e tonique provenant de a latin libre est fermée, soit qu'il se trouve en finale absolue (aimé, pâté), soit lorsqu'il est suivi d'une consonne réellement prononcée (cantare > chanter, navem > nef), soit lorsqu'il précède une syllabe féminine (frere, pere). Le timbre est le même lorsqu'il provient d'un e latin (siccum > sec), ainsi que dans les mots de la langue savante : bibliotheque, collegue, espece, diocese, privilege, poëte, remede, chimere, arene, probleme, diametre, celebre. Il faut rattacher à cette série les mots en ai, où cet ai, qui n'est pas étymologique, a remplacé un e plus ancien issu de l'a tonique latin (pair, clair, aile, etc.), puis encore les mots air (aerem) et chair (carnem, qui a donné primitivement charn, puis char), enfin les mots qui possédaient devant r réellement articulée un e à l'origine ouvert (fer, enfer, hiver), mais dont la voyelle accentuée s'était fermée par analogie18. À partir de 1550 environ se produit un changement notable : lorsqu'on fait sentir la consonne finale (nef, chair, cher, pair, sec, enfer, etc.) et devant une syllabe féminine consécutive (aile, bibliothèque, collegue, etc.), l'e s'ouvre et ne reste plus fermée que dans les mots en -ere (pere, mere), où il ne deviendra è qu'à la fin du xviie siècle, dans ceux en -ege (sortilege, privilege), où il ne se modifiera qu'aux approches de la Révolution, et dans les infinitifs de la première conjugaison19.

  • 20 Tobler, V. Fr., p. 155.
  • 21 Un autre moyen, plus récent, de rétablir l'identité des finales, a été indiqué par le Père Mourgue (...)
  • 22 Ménage, p. 363.
  • 23 Richelet, Versif. franc., 1672, p. 193.
  • 24 A.-Ph. de la Croix, 1694, p. 57.

28La fameuse question de la rime normande, dont j'ai déjà parlé, ne prendra donc de l'importance que vers 1600. Ainsi que l'a remarqué Tobler20, ce n'est pas la prononciation de l'r finale qui est en jeu dans cette affaire, puisque cette r était prononcée à la finale, même dans les infinitifs de la première conjugaison. Il s'agit au contraire du timbre de l'e. Les associations de Ronsard, mer avec écumer, nommer, abysmer, aimer, germer, allumer ; cher avec nocher, chercher, pecher ; l'air avec voler, couler, parler, caler, chamailler ; chair avec rocher, broncher ; ver avec couver ; Jupiter avec despiter ; hiver avec lever ne soulèvent aucun blâme, car elles sont en er ; Lancelot nous dit d'ailleurs qu'on prononçait mér, enfér, Jupiter dans le Vendômois. Il en est de même de ramer : mer, marcher : chair chez Du Bartas. « Haec littera, dit Th. de Bèze en parlant de l'r, sive inchoet sive finiat syllabam, nativo suo sono profertur ». La discordance n'a éclaté que du jour où l'e s'est ouvert dans un certain nombre de ces mots, surtout monosyllabes (Jupiter, mer), tandis qu'il restait fermé dans les autres. Alors l'exactitude de la rime n'a pu être sauvée que si l'on maintenait l'ancienne prononciation en é, qui subsistait en Normandie21. Comme elle était avantageuse pour les poètes, et qu'elle s'appuyait sur la tradition, ils ne se firent pas faute de la solliciter, tandis que l'r peu à peu devenait muette dans les substantifs polysyllabiques et dans les infinitifs de la première conjugaison. Les rimes normandes sont très nombreuses au xviie : Malherbe n'en est pas avare dans ses premiers poèmes, où l'on rencontre mer : consumer, cher : lâcher, chercher ; Jupiter : vanter, douter, quitter ; enfer : philosopher, chair : pécher, clair : aveugler. On relève Jupiter : accepter, Lysander : accorder, macer : percer, Saint-Omer : alarmer, cher : approcher, chair : arracher, etc., chez Corneille ; Jupiter : assister, fer : triompher, hiver : lever, etc. chez Sarasin ; air : enfermer, cher : chercher, mer : massacrer, etc. chez La Fontaine ; cher : chercher, chair : arracher, etc., chez Molière ; cher : toucher, etc. chez Racine. On n'en cite au contraire qu'une seule de Boileau, qui s'est sans doute laissé intimider par les interdictions des métriciens. Ceux-ci en effet, tout au long du xviie siècle, ont proscrit les rimes normandes. « Vanter et Jupiter ne riment pas, écrit Ménage dans ses Observations sur Malherbe22, er en vanter étant fermé, et ouvert en Jupiter. Notre poète emploie encore ailleurs ces rimes vicieuses, que nous appelons ”normandes”, parce que les Normands, qui prononcent l'er ouvert comme l'er fermé, les ont introduites en notre poésie ». Richelet dit d'une manière analogue : « Les mots qui ont un e ouvert à la derniere syllabe, ne riment pas avec ceux qui, à la même syllabe, ont un e fermé. Jupiter, mer, enfer ne s'accordent point en cas de rime avec vanter, abismer, philosopher et austres pareils infinitifs. On appelle ces rimes, des rimes normandes, à cause que les Normands, qui prononcent l'er ouvert comme l'er fermé, les ont introduites dans notre poësie. Ces rimes sont tres vicieuses »23. A.-Ph. de la Croix distingue les finales en -èr de celles qui sont en -ér et interdit de les apparier : « Ce mauvais usage, déclare-t-il24, peut avoir été introduit par la prononciation de quelques provinces. Mais les poètes, appuyés sur la tradition, et sans doute assurés que leurs lecteurs sauraient rétablir la parité des timbres, refusèrent longtemps d'obéir aux prescriptions des traités.

29Il est assez facile de distinguer l'e fermé de l'e ouvert ; il l'est beaucoup moins d'énumérer les finales en e moyen qui, sous l'accent, tendaient à se confondre avec l'une ou l'autre de ces variétés extrêmes. Les grammairiens souvent se contredisent et, dans un exposé complet, où il resterait toujours des points obscurs, il faudrait définir d'une façon très précise les temps et les lieux. À considérer les choses d'une manière sommaire, elles se présentent ainsi. L'e est moyen lorsqu'il est suivi d'une ou deux consonnes, sauf les exceptions auxquelles je viendrai plus loin. Il a ce timbre dans les finales -et, -ect, -ete, -ette, -ele, -elle, -egre. Certaines d'entre elles ont d'ailleurs un son un peu plus ouvert que les autres, d'où les divergences que manifestent quelques auteurs ; mais la différence se réduisait à peu de chose, et la déclamation n'avait aucune peine à établir une homophonie parfaite.

  • 25 Le P. Mourgues, p. 110.

30L'e était au contraire fortement ouvert, mais ici encore avec des degrés, dans les finales en -es (du latin -essum), dans la seconde personne tu es, du verbe être, dans les pluriels des substantifs ou adjectifs en -et et -ects, dans les terminaisons en -es des mots savants (Cérès, Périclès), dans celles en -erre, en -esse (mais seulement dans les verbes où cette désinence était étymologique, comme cessat > cesse), dans tous les mots féminins où la voyelle tonique était suivie de deux ou trois consonnes dont la première était une s non prononcée. À ce groupe il faut encore joindre d'anciens e fermés qui s'ouvrirent devant consonne réellement articulée (mer, sec, cf. p. 251), les finales en -er dont l'e remontait à un e latin entravé (fer, hiver, cf. ibid.), et celles en -ert, -erd (perd, vert). Dans le détail, les critiques ne sont pas toujours du même avis : par exemple, Ménage blâme Malherbe d'avoir uni tempestes : estes, parce que, selon lui, l'e est ouvert dans le premier, fermé dans le second, tandis que le P. Mourgues admet cette rime, tout en faisant remarquer que P. Corneille et Racine ont écrit estes : secretes, Th. Corneille estes : sujettes, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas reconnu à la tonique de estes un son très ouvert25. Il suffit de feuilleter le Dictionnaire des Rimes françoises de Lanoue pour se rendre compte que les oreilles étaient très sensibles aux moindres nuances dans les timbres. Lanoue en effet sépare soigneusement les finales en -este (feste, beste) de celles en -ette (miette, galette), celles en -ete de celles en -ette ; pour me borner à une seule citation, il défend d'associer -eche et -esche, « car -eche a l'e en la penultieme qui se prononce comme la diphtongue ai, et que cet e est bref ». Seul Le Gaynard se montre peu difficile, puisqu'à la rubrique -este il renvoie à -ette, -ete, -ecte, -aite, peut-être parce qu'il se contente d'enregistrer l'usage des poètes. Ceux-ci en effet, malgré les grammairiens et les traités de versification, riment avec beaucoup de liberté : on relève preste : dette chez Ronsard, preste : souhaitte, celle : cèle chez Jodelle, maistresse : finesse (« brève, longue », dit Malherbe) chez Desportes, beste : brayette, teste : sonnette chez O. de Magny, nette : comete chez d'Aubigné, maistresse : tristesse, mesme : stratageme chez Corneille, est : déplaît, retraite : trompette chez Molière, et ainsi de suite. L'Académie a traité de ”négligées” ces deux rimes de l'Athalie de Racine :

Pontife de Baal, excusez ma faiblesse.
J'entre : le peuple fuit, le sacrifice cesse (v. 531-532)

  • 26 Ibid.

31Le P. Mourgues26 blâme des fautes semblables chez ce dernier poète et chez Boileau, tandis que de Châlons déclare mauvaise l'association terre : bergère. Il ne faut pas confondre ces rimes avec celles que présente Du Bartas : croisez : decez, à peu pres : sacrez, nez : nets, progrez : degrez, diaprez : pres, agassez : procez. Celles-ci sont dialectales ; en effet Audry de Boisregard reproche aux Gascons de dire succez pour succès, et Dumas remarque qu'ils confondent presque toujours l'e ouvert avec l'e fermé, disant un proces, les Angles, mes, famés.

32E : AI- Je renvoie à AI : E (cf. supra, p. 248). Des rimes comme fleche : sçaiche, qu'on rencontre chez Ronsard et les poètes de la Pléiade, forment une catégorie un peu à part ; il s'agit dans sçaiche d'un a extrêmement ouvert, très voisin de l'e : le cas a déjà été examiné (cf. A : AI, p. 246).

33E : El- La diphtongue ei n'est qu'une apparence dans les finales en -eil et en -eille,l'i représente seulement la mouillure de l'l ; c'est d'ailleurs au milieu du xviie siècle et seulement dans le langage populaire que -eil et -eille passent à ey et eyoe. Mais ei est une réalité dans un petit nombre de mots, qui sont neige, pleige et ses composés. Lanoue réunit dans une même liste les trois désinences -ege, -eige et -iege, avec cette remarque : « Ces trois terminaisons sont icy l'une apres l'autre pource qu'elles ont une mesme pronontiation. Celle en -eige seulement differe un peu quand on la veut prononcer selon la diphtongue qu'elle a, mais elle s'accommode fort bien à celle de l'e masculin, qu'il luy faut bailler en la rimant ». L'accord se faisait donc en e fermé, comme le prouve cet exemple :

Si vous promettez un pleige
Quand l'aurai-je ?

34Le y de ei cessa de se faire sentir en prose au xviie siècle.

35E : IE- Cette rime ne fait aucune difficulté, puisque les poètes, malgré les réserves de quelques théoriciens, ne se font point faute d'apparier la voyelle simple avec la voyelle précédée d'une semi-consonne.

  • 27 Pour -ève, Le Gaynard renvoie à la désinence -euve.

36E : EU- On rencontre au xvie siècle quelques associations comme treuve : febve (Ronsard), treuve : relève27 (R. Belleau), couleuvres : levres (Lecoq). La difficulté réside dans le timbre que recevait l'e tonique devant v. Le son entendu était œ, et c'était la consonne labiale consécutive qui modifiait le timbre de l'é dans le mot levres. C'est ainsi que veuve a fini par s'établir au lieu de vefve. À propos de fève, Lanoue fait cette remarque : « On l'écrit febve, et, soubz umbre de la vicinité de son orthographe avec les terminaisons en -eue, on rime avec ordinairement. Toutesfois sa pronontiation est celle de ceste terminaizon -euve, où il convient mieux de l'aparier qu'à nulle autre ».

  • 28 Une homophonie qui à première vue semble bizarre est celle de œil : fenoil, signalée par Le Gaynar (...)

37L'accord de e avec œ se constate aussi à la même époque devant 17 mouillée, c'est-à-dire qu'œ a tendance à se délabialiser sous l'influence de la consonne suivante. Le son de la voyelle, pendant un certain temps, a en effet été flottant. À Paris, œ a évincé e dans les graphies en ue et en eu, tandis que dans le Maine et l'Anjou l'indécision a persisté plus longtemps. Voici des exemples qui exigent une prononciation en e : soleil : œil (Ronsard), œil : sommeil, orgueil : appareil et pareil (Du Bellay) ; œil : sommeil, fueilles : abeilles, cueille : vermeille (Baïf) ; pareil : cercueil (d'Aubigné) ; soleil : œil (Du Bartas). Tabourot réunit dans ses listes les mots en -eil, en -ueil et en -euil et, suivant Du Gardin, les finales « -eil, -eul, -ueil contreryment : soleil, ayeul, orgueil ». Cependant, Lanoue, sous la rubrique -eil, où il a placé œil, écrit : « Ce mot, à cause de son orthographe, convient à cette terminaizon, mais, selon la prononciation qu'on lui baille ordinairement, il appartient à celle en -euil monosyllabe... où il est plus franc de le rimer. On l'apariera à ceste cy sous la mesme loy que toute l'autre ». Ces rimes ne dépassent pas la fin du xvie siècle28.

38E.- OI- On sait déjà que ai rime avec e et avec oi (cf. supra, p. 249). Donc e rime avec oi prononcé we, dont l'e va du timbre moyen à l'ouvert, mais peut aussi avoir un timbre fermé, selon les diverses régions de la France. J'ai montré que e et oi, dès la seconde moitié du xiiie siècle, avaient échangé leurs graphies dans le Nord-Ouest, qu'en Normandie la diphtongue se réduisait souvent à e et que, populairement, cette prononciation avait pénétré à Paris. C'est là que la rencontrèrent les gentilshommes italiens accourus au xvie siècle auprès des Valois, et ils contribuèrent à la mettre à la mode dans un certain nombre de mots, notamment des noms propres, où -ois correspondait originairement à la désinence transalpine -ese. François devint Français, et Anglois se transforma en Anglais, tandis que d'autres noms de peuples, comme Danois et Suédois ne subirent aucune modification, parce qu'ils étaient moins usités. Ailleurs encore le même changement se produisit : feble au lieu de foible nous est déjà attesté par Palsgrave, harnais au lieu de harnois par R. Estienne, raide au lieu de roide par Tabourot ; certains ont préféré fraide à froide. C'est e qui l'a emporté dans les terminaisons de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel, ainsi que dans les formes verbales de verbes comme con-noistre et paroistre, encore que la graphie en oi s'y soit longtemps conservée. J'ai cité à cet égard deux textes intéressants du P. Mourgues. Parfois e ou ai remplace oi dans les éditions du xvie et du xviie siècles. On trouve parestre : estre chez La Fontaine, sans parler des rimes drète : Annette, etrètes : retraites déjà signalées. Le texte d'Andromaque, en 1668 et 1673, présente les vers suivants :

  • .... Lassé de ses trompeurs attraits,
    Au lieu de l'enlever, Seigneur, je la fuirais (v. 751, var.)
  • Quel plaisir d'élever un enfant qu'on voit craître,
    Non plus comme un esclave élevé pour son maître (v. 1069)
  • 29 Abbé Rousselot, Rev. de Phon., 1913, p. 78.

39De nombreuses influences analogiques, la pratique plus ou moins étendue de tel ou tel terme, le fait qu'il était employé par des classes sociales différentes, le groupe de sons au milieu desquels oi se trouvait enclavé, toutes ces causes diverses ont contribué à précipiter, à retarder, ou à empêcher l'évolution des mots et le changement de oi en e ; en particulier, comme l'a noté l'abbé Rousselot29, la semi-voyelle de oi (we) devait disparaître beaucoup plus facilement après deux consonnes, dans droit par exemple, qu'après une seule, ce qui est le cas de doigt.

  • 30 On rencontre même croire : maniere chez Melin de Saint Gelais et Antoine : souvienne chez Marot : (...)

40Donc les rimes estre : cloistre, ailes : estoilles, estoilles : arondelles, victoire : sphere de Ronsard, ou javelle : poile d'O. de Magny, escritoire : colere de R. Belleau, reconnoistre : estre de Gombauld, s'accordaient par l'e de la diphtongue we (oi) que possédait un seul des deux vers associés30. Dans croistre : estre, estre : cognoistre, croistre : senestre, de Ronsard, croire : verre d'O. de Magny, connoistre : fenestre, paroistre : estre de Corneille, la rime pouvait être la même ou se réduire à e, ainsi que dans françois : exploits, qu'on trouve chez Racine. Quant aux désinences verbales en oi de l'imparfait et du conditionnel, elles étaient prononcées par e dans le langage courant, mais elles restaient we dans le discours soutenu, comme le prouvent ces exemples :

  • Ma colere revient, et je me reconnois :
    Immolons, en partant, trois ingrats à la fois. (Rac., Mithr., v. 1385-6)
  • Tenez, voilà le cas qu'on fait de votre exploit.
    Comment ? C'est un exploit que ma fille lisoit ? (Id., Plaid., v. 365-6)

EAU

41On se reportera au AU : cf. supra, p. 250.

EI

42Je renvoie aux rubriques AI : EI et E : EI (cf. supra, p. 248 et 254). En dehors des cas signalés, cette diphtongue ne se rencontre que devant les consonnes nasales ; c'est dans cette position qu'il y aura lieu de l'étudier (cf. infra, p. 276).

EU

43Ce n'est plus qu'un son simple, oe, écrit eu, ue ou œu. J'en ai indiqué les diverses provenances (cf. Moyen Âge, T. III, p. 297). Le timbre de cette voyelle n'appelle qu'un petit nombre d'observations. Elle est fermée au xvie siècle dans les finales en -eu, -euse, -eus ( tu peùs, tu meus, tu esmeus) et -eux ; elle l'est davantage au pluriel des substantifs et adjectifs en -eu et en -eux. Quant aux terminaisons en -eur et -eure, leur histoire est analogue à celle de -er et -ere ; elles ont un e moyen qui évolue dans deux sens différents et qui tend à devenir soit oé, soit oè, ce dernier timbre étant plus récent et dû probablement à l'influence de la désinence -eurre. Les grammairiens sont ici très ambigus, car ils se servent de qualifications quantitatives, et le terme de ”longue” paraît leur servir à la fois pour et pour oè ; mais il est évident, à cause de l'échange avec u dont je parlerai plus loin, que ces finales -eur et -eure à l'époque de la Renaissance, ont un son fermé. La prononciation est la même dans les terminaisons -eut et -eute et, semble-t-il, dans la finale -eutre. Mais, bien entendu, il faut toujours compter avec les parlers provinciaux, qui parfois ouvrent les œ fermés (pleùtre au lieu de pleutre, Maubeùge au lieu de Maubegúe).

44Sauf les exceptions ci-dessus indiquées, toutes les fois que la voyelle œ était suivie d'une ou de deux consonnes suivies d'un œ féminin, elle avait un timbre moyen qui tendait à s'ouvrir et qui s'ouvrit en effet de plus en plus. Tel est le cas des désinences en -eule (sauf meule, qui d'ailleurs a été ”bref” et veule), en -euve, en -euille, en -eugle, en -euble, en -eure, en -euvre, etc., sous cette réserve que dans certaines régions l'on prononce ces dernières finales par un (cf. véuve, feuille, manoeuvre dans le Lyonnais). Les dictionnaires de rimes et les grammairiens, selon que l'ouverture de la voyelle se fait sentir davantage, établissent des distinctions entre certains mots de même terminaison ; mais le plus souvent la différence se réduisait à peu de chose, et la déclamation n'avait aucune peine à égaliser les timbres.

45Quant à l'œ ouvert (oè), il n'existe dans son état le plus parfait, à l'époque de la Renaissance, que dans la finale -eurre, qui embrasse un tout petit nombre de mots. Cependant beurre, au xvie siècle, est souvent encore burre, forme régulière (*butitrum, gr. ßoútupov) ; l'u y est d'abord descendu à oé, et cet œ s'est ensuite ouvert en même temps que celui des finales en -eure.

46EU : OU- Ces rimes ne traduisent aucune réalité phonétique, et d'ailleurs ne dépassent point la période de la Pléiade, où les poètes n'en ont d'ailleurs fait qu'un emploi très modéré. Les formes en ou dans lesquelles cette voyelle représente un ancien Q latin libre (-orem, -osum) sont considérées comme archaïques par les grammairiens du xvie siècle. Cau-chie constate qu'elles sont tombées en désuétude. Tabourot les désigne comme des restes d'un usage aboli : « Les anciens poëtes françois, dit-il, faisoient en -our les mots en -eur, comme labour, honnour, langour, clamour ». Il présente la même observation pour les finales féminines : « Quasi tous les anciens poëtes françois riment -eure et -oure : comme ils ne font point de différence entre eu et ou. Exemple :

Qu'elle coure
En peu d'houre
Vers son doux
Amoureux.

  • 31 F. Brunot, Hist. de la L. fr., T. II, p. 266.

47Pourtant quelques poètes ont encore placé à la rime des formes en ou. F. Brunot31 a cité Nemours : clamours (Lemaire des Belges) ; clamours : amours, nouds : genoulx, jalouse : malheureuse (Marguerite de Navarre). Ronsard lui aussi a associé des mots comme clamours : amours, heure : ploure, genou : noud. Quelques-uns de ces ou sont d'ailleurs analogiques ; celui de noud pour nœud est dû à l'influence du verbe nouer ; jaloux a remplacé jaleux à cause de jalousie. Lorsque l'une des finales était ou et l'autre eu, il fallait bien évidemment que le diseur les unifiât pour rétablir une juste homophonie. Les ou issus d'un o latin libre ont vite disparu. Ceux qui ont survécu ont en général supplanté un eu provenant d'un ancien o latin libre, dans des formes analogiques assez récentes : je prouve, refait sur prouver (probare), a remplacé je preuve ; je trouve, refait sur trouver (tropare) s'est substitué à je treuve ; mais La Fontaine a encore uni je treuve : la preuve.

48EU : U- Ces rimes ont déjà été expliquées (cf. Moyen Âge, T. III, p. 299). Il ne s'agissait que de les rendre uniformes dans la déclamation, afin qu'il n'y eût aucune disparité dans les timbres. Furetière, dans son Roman bourgeois, cite ces vers :

Vous trapercez si fort un cœur
Que, quand je l'aurois aussi dur
Que celuy du cheval de bronze,
Il faudrait ceder à vos coups. (éd. Garnier, p. 283)

  • 32 Du Gardin, Addresses, p. 100.

49« Voilà (dit Charroselles) une rime gasconne ou perigourdine, et vous la pouvez faire trouver bonne de deux façons, en violentant un peu la prononciation, car vous pouvez dire un cœur aussi deur, ou un cur aussi dur ». À Paris on avait en effet ce choix, bien que le son fût en général u, mais dans les provinces on articulait de toute évidence à la mode locale. C'était dans le Midi que le son était u, et aussi en Picardie, où il provenait d'une fermeture trop grande de l'œ, et où l'on voit Du Gardin apparier amoureuse : ruse, abreuve : cuve32. Au contraire, en Normandie et dans le pays chartrain, toute graphie en eu était articulée œ, tandis que les lèvres n'avançaient pas assez pour produire très purement le timbre de Vu : « rime de Chartres », dit Malherbe à propos de heure : endure dans son Commentaire sur Desportes. Les mots en eu étaient innombrables, d'autant plus qu'y figuraient au xvie siècle tous ceux où eu était dû à la chute d'une consonne entre l'e et l'u, comme saputum > seu, securum > seur. Les hésitations dialectales offraient des commodités dont tous les poètes entendirent profiter, même s'ils étaient parisiens et s'ils devaient s'adresser surtout à un public parisien. On relève chez M. Scève seur : doulceur, heures : seures ; chez Ronsard, un peu : repeu, feu : veu, des-pleut : peut ; feu : a beu, receu : aperceu, heure : meure (mûre), cœur : seur, vœu : reveu, bleue : nue, furent : cheurent, chevelue : veue, teu : vertu, conceu : yssu, seures : serrures, voulut : esleut ; chez Du Bellay, clameurs : demi-meurs, purveu : feu ; chez Baïf, sœurs : seurs, asseure : despleure, heure : armure, seure : que je meure, queue : remue, cheut : il sceut, meilleure : plus seure ; chez O. de Magny, nature : blessure, queue : vaincue ; chez Jodelle, heure : seure, ravisseur : seur, aperceu : feu, esmeurent : conclurent, furent : receurent ; Deimier approuve fus : feux ; Du Bartas, qui est gascon, s'il associe demeure : emmeure, rime résolument en u, froideur : dur, trouve : Vesuve, feux : touffus, heur : dur, murs : rumeurs, murs : mœurs, bossus : paresseux ; Malherbe unit à la normande ceux : deceus, veu : aveu ; La Fontaine présente émute : dispute et Corneille meur : humeur, seur : sœur. Mais Corneille renonce à cette licence à partir de Suréna. C'est en effet à la fin du xviie siècle que les timbres dialectaux sont définitivement abandonnés.

50EU : E- Cf. supra, E : EU, p. 254.

I

51Cette voyelle ne présente aucune difficulté. Le son est moyen, mais tend, proportionnellement à l'importance de l'accent, à se fermer dans les mots en -i pur, dans ceux en -it, comme en général dans toutes les terminaisons masculines qui s'achèvent par une ou deux consonnes dont la première n'est pas une s muette. Toutes les désinences féminines, sauf les exceptions que je vais signaler, comportent aussi un i moyen que l'accent pousse plus ou moins vers í. L'i est au contraire plus fermé dans les désinences en -is, -ix et -iz, ainsi que dans les pluriels des finales féminines qui appartiennent à la catégorie précédente. Il l'est tout à fait quand il est suivi de deux consonnes dont la première est une s qui ne s'articule point, et qui, dans la graphie, sera souvent remplacée par un accent circonflexe (giste > gîte), il l'est également devant l'e féminin dans -ise, -ire, et sans doute dans -ir (cf. é dans aimer), quoique, pour cette dernière désinence, les grammairiens ne soient pas d'accord.

52Dans toutes les terminaisons où l'i est moyen, des discussions parfois passionnées s'élèvent entre les divers auteurs. Selon que leur prononciation fait évoluer la voyelle vers un son un peu plus fermé, ils établissent des distinctions entre les finales d'une même série et les distribuent en deux listes différentes : nuances sans doute négligeables, auxquelles ils attachent beaucoup d'importance. Peletier donne un i aux premières personnes du passé défini et à l'impératif des verbes ; Lanoue les répartit au contraire en longues et en brèves selon les conjugaisons. Le même Lanoue fait une différence que nous ne comprenons plus entre -is (soucis, mercis) et -fs (indécis, precis, concis), entre il maudit à l'indicatif présent, et il maudît au parfait, tandis que Le Gaynard, qui sépare -ist de ît, renvoie de l'un à l'autre. Malherbe condamne debile : distile et distille : ville chez Desportes : « mal rimé », observe-t-il dans ce dernier cas, et, dans le premier, « mauvaise rime ; distile a la penultieme longue, et debile l'a courte ». Le grammairien anonyme de 1696 note également capribe d'une part, et ravisse de l'autre, tout en déclarant que ces degrés sont presque insensibles. En somme, les timbres ne sont caractérisés et constants que dans les finales dont j'ai dressé ci-dessus le catalogue. Encore fallait-il sans doute une oreille très exercée pour qu'on s'aperçût d'une différence qui, aujourd'hui, ne choque personne. Bien entendu, Desportes n'est pas le seul poète qui n'ait pas tenu compte de ces finesses. M. Scève a accouplé isle : debile, Ronsard gentille : isle, Du Bartas isles : difficiles, cime : abisme, isles : villes, abismes : crimes. De telles rimes se rencontrent partout.

53Quant aux associations I : IÉ et I : U (cf. Moyen Âge, T. III, p. 302 et 306), elles ont disparu avec le xve siècle.

54Dans cette diphtongue, le y, depuis les environs de 1500, n'était plus prononcé après ch et g lorsqu'il s'agissait d'infinitifs de la première conjugaison (changier, mangier) ; il se maintint un peu plus longtemps dans les substantifs et les adjectifs (bergier, estrangier), mais finit par n'y être plus ni articulé ni écrit. Il a au contraire persisté là où il provenait d'une voyelle latine unique (sedet > sied) ou du suffixe -arium. Quant à l'e qui suivait ce y, il était fermé au xvie siècle, sauf dans les finales en -iel (miel), en -ierre (pierre) et en -ienne (chrétienne), où il avait un son ouvert. Ce son ouvert, à partir de 1550 à peu près, s'étendit à tous les ie toniques auxquels succédait une consonne réellement prononcée. En d'autres termes cette diphtongue suivit l'évolution de l'e fermé (cf. supra, p. 251). Au xviie siècle, seuls les mots en -iere et en -iege conservèrent l'é. Il résulte de ces faits que la question de la rime normande se pose pour toutes les finales en -ier, et que les explications données à propos de -er (cf. supra, p. 251) sont également valables ici. Voici quelques exemples : fiers : volontiers chez Du Bartas ; altiers : fiers chez Boileau (la seule qu'on rencontre dans son œuvre) ; fier(s) : volontiers et estafier chez La Fontaine ; fiers : foyers et premiers chez Racine.

O

  • 33 Cf. Thurot, T. II, p. 696.

55Cette voyelle était fermée dans tous les cas où elle provient d'un o latin, entravé et tonique, placé devant deux consonnes dont la première, une s devenue muette, sera remplacée par un accent circonflexe (hospitem > hoste). Même timbre encore dans les mots où l'o représente un au latin, et où il est suivi soit d'une s accompagnée ou non de la voyelle féminine (clausum > clos, clausa > close). La fermeture est attestée dans môle, engeôle, geôle, drôle, rôde, dans les finales en -os (gros) et en -ose (rose), dans les terminaisons en -osse qui dérivent de mots en -os (désosse, endosse, engrosse) ou bien dans lesquels la double s a une origine latine (fosse). Les désinences -ore (clore) et -orre (abhorre) paraissent avoir été graves, au témoignage de tous les grammairiens ; toutefois elles évoluèrent rapidement vers un son plus ouvert, si l'on en juge par une phrase assez obscure de Lanoue33, et d'après quelques exceptions que signalent divers auteurs, mais sans s'accorder entre eux.

56Toutes les fois que la graphie o était suivie d'une ou deux consonnes accompagnée d'un e féminin, sauf les cas particuliers déjà indiqués, elle avait un timbre moyen qui, sous l'accent, s'ouvrait plus ou moins (-otte, -oque, -ode, -ole, -osse, -oce, etc.). Il en était de même devant toutes les consonnes autres que l's et l'r en finales masculines (-ot, -oc, -ol, etc.). Quant à l'o ouvert, il n'existe sans doute à l'état le plus parfait que dans les terminaisons en -or, -ort, -ord, tandis que le son était plutôt moyen dans -orde, -orge, etc., c'est-à-dire lorsque o, devant r plus consonne, était suivi d'un e féminin.

  • 34 Il répète souvent cette recommandation, par exemple à propos de -ole : « Ceste terminaizon a la pe (...)
  • 35 Lanoue range cependant pole dans la même liste que sole, école, idole, etc. Selon d'autres, l'o es (...)

57Les désinences avec voyelle ouverte et les désinences avec voyelle fermée sont soigneusement séparées les unes des autres par les grammairiens et les dictionnaires de rimes. » Quelques-uns, dit Lanoue à propos de -ot, se dispensent d'aparier icy les terminaizons en -aud... -aut... -ost, mais c'est trop de licence, car elles ont l'accent long, auquel ceste cy, qui l'a brief, ne se peut aucunement accommoder, non plus qu'elle au sien »34. Cependant les dictionnaires renvoient parfois d'une série à l'autre. Le Gaynard indique qu'on peut apparier -oste avec -otte ou -ote ; Tabourot réunit dans une même liste rosse, grosse, negoce, fosse, sans aucune observation. Quant aux poètes, ils mélangent très volontiers les diverses nuances de ce timbre, d'autant plus que la prononciation n'en était pas unifiée sur tout le territoire, et qu'alors comme aujourd'hui, il y avait des provinces où ó était articulé à. Les exemples de cette confusion,qui n'est pas toujours dialectale, sont très nombreux : parolle : pole35 chez Jodelle, pôle : vole et boussole chez Du Bartas ; colosse : fosse, pôle : desole et parole, role : parole chez Malherbe ; parole : rôle chez La Fontaine ; rôle : parole, frivole : drôle, sotte : Pentecoste chez Molière.

58O : AU- Cette rime est en ó, sauf dans les parlers locaux. On se reportera à la rubrique AU (cf. supra, p. 250), où cette diphtongue a été étudiée.

  • 36 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 57.

59O : OU- Cette rime se rencontre déjà au xve siècle et a déjà été expliquée (cf. Moyen Âge, T. III, p. 305). La prononciation unifiait les deux fins de vers soit en o, soit en ou (u). Parfois les poètes réalisaient la parité de la graphie dans un sens ou dans l'autre ; le plus souvent au contraire ils accouplaient o et ou en laissant au lecteur le soin d'opérer la réduction nécessaire, il est très fréquent que dans un même texte on rencontre le même mot sous deux orthographes différentes. Phonétiquement les deux sons étaient très voisins, puisque l'u n'est qu'un ó très fermé et qu'inversement l'u, en s'ouvrant, se rapproche de l'ó. Les écrivains ont donc considéré qu'u et ó étaient interchangeables. La mode s'en mêla : « Tu pourras, écrit Ronsard36,... à la mode des Grecs qui disent oὔvoµα .a pour ὄvoµα, adjouster un u après un o pour faire ta rime plus riche et plus sonante, comme troupe pour trope, Callioupe pour Calliope, espouse pour es-pose, chouse pour chose ». Tabourot, après avoir énuméré les mots en -ode, dit, à propos de la finale -oude : « Les nouveaux courtisans pourront rimer ces mots avec ceux en -ode, puisqu'ils se plaisent à prononcer o en ou, comme :

Je m'accomoude
Avec le coude
Pour voir les pous
De l'homme grous. »

60Mais, à propos de Tholouse, il fait cette remarque : « Quelques-uns riment les mots en -ose avec les mots en -ouse, ostant Vu, et disent Tholose, espose, et tout le contraire des ouystes ». La liste suivante réunit un certain nombre de cas intéressants : Europe : trope, Calliope : crope, espouse : arrouse, troupe : coupe, Europe : croupe, houpe : troupe, jalouse : chouse, repouse : espouse, pouvre : descouvre chez Ronsard ; Rhodope : tropppe chez Du Bellay ; troppe : enveloppe, approuche : bouche chez Baïf ; atourne : orne chez Jodelle ; bourne : détourne chez Garnier ; épouse : arrouse chez La Fontaine. Mais La Fontaine est ici un retardataire car, depuis la fin du xvie siècle, les poètes ont en général renoncé à cette permutation.

OI

  • 37 Le P. Mourgues, 1724, p. 50.

61À peu près tout ce qui concerne cette diphtongue a été dit précédemment. Il en a été question à propos des rimes médiévales (cf. Moyen Âge, en particulier T. III, p. 304). On se reportera également ci-dessus aux rubriques suivantes : A : OI (p. 247), AI : OI (p. 249), E : OI (p. 255). Du Gardin indique que, dans les finales en -oi pur, les Picards, au début du xviie siècle, faisaient encore sentir le y, qui, dans la plus grande partie de la France, avait disparu depuis longtemps. Il s'était maintenu au contraire dans les désinences en -oie, prononcées we-yœ ; mais là aussi, dès les environs de 1600, il s'effaça également. On notera que dans les imparfaits et les conditionnels è avait déjà remplacé we à l'époque de la Renaissance, mais qu'en vers on continuait d'articuler we à l'ancienne mode, comme le démontrent les rimes voir : pleuvoir, voit : pleuvoit, carquois : sentois de Ronsard, devoit : doit, s'entendroit : endroit, froid : croistroit de Du Bartas, j'attendoy : foy, seroys : roys d'O. de Magny. Cette habitude persistait encore à la fin du xviie siècle dans des conditions que nous indique le P. Mourgues : « l'usage est de joindre ensemble les verbes de cette terminaison... Et alors la diphtongue oi se prononce à l'ordinaire, c'est à dire comme ai. Car ce n'est que par nécessité qu'on donne aux verbes cette autre prononciation (we) qui est vieillie : je veux dire lorsqu'ils se trouvent joints avec des noms, comme j'avois avec voix, sentoit avec toict, qui sont rimes desagreables qu'on ne doit employer que sobrement, malgré les exemples que nous en avons rapportez »37.

OU(U)

62Ce timbre était moyen dans les finales en -ou pur, soit qu'ou représentait un ancien groupe o + l (cou, fou), soit qu'il eût une autre origine (ou, clou). Il l'était également, sauf quelques cas particuliers, dans les terminaisons masculines ou féminines, lorsque la voyelle tonique était précédée d'une ou de deux consonnes dont la première n'était pas une s devenue muette (bout, lourd, ouvre). L'ou était fermé dans les désinences en -ous et en -oux, ainsi que dans les pluriels des finales masculines qui appartiennent à la catégorie précédente (fous, coups). Il l'était aussi quand il était suivi de deux consonnes dont la première était une s qui ne s'articulait pas et qui sera plus tard remplacée par un accent circonflexe (crouste). Le timbre était de même fermé devant l'e féminin (loue, joue), dans les finales en -ouse, -ouze, -outre, -oure et -ourre. Il l'était encore lorsque ou, issu d'un ancien groupe o + l, précédait un t ou un d, ou une terminaison féminine (absout, soufre).

63Assurément les grammairiens n'ont pas toujours été d'accord et, ici comme ailleurs, les divergences ont été fréquentes. Lanoue note comme longs en leur tonique les mots gousse, trousse, douille, rouille, Le Gay-nard en fait autant du mot boucle, par exception aux règles générales, et contre l'opinion des autres auteurs. Pour le même Lanoue, les pluriels des mots en -ou et en -out sont généralement ”brefs”, tandis que d'autres spécialistes les qualifient de ”longs”. Naturellement il est interdit d'apparier les finales moyennes avec les fermées. Mais, ici encore, les poètes n'observent guère la règle, ainsi que le prouvent les exemples suivants : mousche : touche (M. Scève), mousches : farouches (Du Bellay), gouste : degoutte (Du Bartas). Les critiques tantôt font montre de sévérité, tantôt cèdent à l'indulgence. Lanoue sépare housse, mousse, émous-ser, trémousse, rebrousse, courrouce, avec u bref, de secousse, recowsse, gousse, pousse, rousse, tousse, trousse, qui selon lui ont la voyelle fermée et conseille de ne pas faire rimer les deux séries ; mais, tout en distinguant -out de -oust, il renvoie de l'un à l'autre. En réalité la différence entre les deux degrés de cette voyelle était minime et ne pouvait être perçue que par des organes très exercés.

64OU : O- Cf. supra O : OU, p. 262.

65OU : ON- Cf. Moyen Âge, T. III, p. 305. Il est possible que cette rime, assez fréquente au xve siècle, existe encore au xvie, mais je n'en ai pas rencontré d'exemple.

U

66Cette voyelle appelle peu d'observations. Le timbre en est moyen, mais tend, proportionnellement à l'importance de l'accent, à se fermer dans les finales en - » pur, dans celles en -ut, comme en général dans toutes les terminaisons masculines qui s'achèvent par une ou deux consonnes dont la première n'est pas une s muette. Toutes les désinences féminines, où la voyelle tonique est suivie d'une ou deux consonnes réellement prononcées, comportent aussi un u moyen qu'un accent très marqué peut plus ou moins pousser vers ú. Le son est au contraire plus fermé dans les désinences en -us et en -ux, ainsi que dans les pluriels des finales masculines qui appartiennent à la catégorie précédente. Il l'est tout à fait quand il est suivi de deux consonnes dont la première est une s qui ne s'articule point et qui sera souvent remplacée par un accent circonflexe (brusle) ; il l'est également devant l'e féminin (battue), dans -use et dans -urre.

67Dans toutes les désinences où l'u est moyen, des discussions parfois très vives s'élèvent entre les grammairiens. Selon que leur prononciation fait évoluer cette voyelle vers un son un peu plus fermé, ils établissent des distinctions entre les finales d'une même série et les distribuent en deux listes différentes. Lanoue est le seul à indiquer un son moyen pour les terminaisons en —uts, et l'accord est loin d'être réalisé pour celles en -ure. Pourtant si les divers auteurs, en théorie, recommandent de ne pas accoupler u et ú, ils sont moins sévères dans la pratique. « La terminaizon en -usche, dit Lanoue à propos de -uche, ayant la penultieme longue que ceste cy a breve, s'y accommode mal... Toutesfois la necessité qui n'a point de loy se rencontrant, veu mesme qu'il y a peu de motz icy, on les pourra aparier... Il y en a qui s'y rangent mieux que les autres. On les choisira ». Du Bellay de son côté prononce que chevelure (-úre) rime mal avec hure (ŭ). Cependant les poètes,pas plus que pour les autres voyelles, ne s'embarrassent guère de ces nuances. Ronsard présente canicule : rebrusle, Du Bartas saquebute : fluste, credule : brusle, Racine brûle : recule. On en trouve autant chez tous leurs contemporains et successeurs. C'est qu'en effet la différence était minime, comme elle l'est de nos jours, entre Vu moyen et Vu fermé. « Il n'y a que les oreilles les plus délicates et les plus fines, écrit l'Anonyme de 1646, qui puissent être sensibles à la différence qu'il y a entre un i long et un i bref... On peut dire de Vu à peu près la même chose : la méprise n'y étant pas si importante que dans les autres, on auroit assez de penchant à se relâcher là-dessus, pourvu que l'on fût exact sur tout le reste ».

68U : EU- Je renvoie à la rubrique EU : U (cf. supra, p. 258).

69U : OU- J'ai déjà parlé de ces rimes (Moyen Âge, T. III, p. 305). La possibilité d'associer ces deux voyelles est toujours admise au xvie siècle, bien que je n'en aie pas rencontré d'exemple. À propos de la désinence urbe (conturbe, perturbe), Lanoue fait en effet cette remarque : « On peut rimer ceste terminaizon avec la suyvante (-ourbe), à la prononciation de laquelle elle s'accommode assez bien. Quand cela sera, il lui en faut bailler l'orthographe et dire contourbe ».

Notes

1 Abbé Rousselet, « Classification des voyelles », dans la Revue de phonétique, 1911, p. 1-26.

2 Thurot, II, 631. C'est surtout quand ils traitent de l'e que quelques grammairiens font intervenir la notion de valeur moyenne. Lanoue se sert de l'expression « e ouvert bref » ; Lartigaut et le P. Mourgues, au xviie siècle, mentionnent ce qu'ils appellent l'« e médiocre ».

3 Nous n'avons pas changé les transcriptions phoniques de G. Lote.

4 Lanoue donne au contraire à esbatz, combatz, haras, bras une valeur "brève" (cf. infra, A : Á), tandis qu'il dit ailleurs (AS, p. 232) que les pluriels des mots éclat, plat, etc. sont "longs".

5 Lanoue, éd. de Genève, 1624, p. 340.

6 Idem, ibid., p. 26.

7 Cf. Moyen Âge, T. III, p. 291.

8 Ibid., p. 290.

9 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 12.

10 Je laisse ici de côté tous les mots en ai où cet ai n'est pas étymologique et représente un a ou un e plus anciens, comme chair, pair, clair, aile, etc. J'en parlerai sous la rubrique E.

11 Le P. Mourgues, 1724, p. 44 ; pour d'autres, ces rimes de terre avec taire et caractère étaient exactes (cf. Thurot, I, p. 319) ; elles sont aujourd'hui très correctes.

12 Idem, p. 58.

13 Le P. Mourgues, 1724, p. 46.

14 Idem, p. 49.

15 Thurot, T. III, p. 613. En Provence, le son est moyen ou même ouvert ; on trouve la graphie goffre (gauffre), etc.

16 Deimier, p. 135.

17 Le P. Mourgues, p. 52.

18 Je renvoie à la première partie de cet ouvrage, Moyen Âge, T. III, p. 295. Au xvie siècle il y a eu hésitation dans les terminaisons -es et -ez. Cf. Thurot, I, p. 50.

19 Du Gardin, en 1620, indique bien que les finales en -er forment deux séries : « J'ay dict ja deux ou trois fois er doux. D'autant qu'en aucuns mots l'er est rude, comme en Jupiter, enfer, Luther, Lucifer, ou l'er se prononce rudement. Vous diriés que fer en Lucifer, enfer, sonne comme la premiere en ferrum ; pareillement la derniere en Jupiter et Luther sonne comme la premiere en terror. Mais les dernieres en chausser, taster, et quasi tous les autres mots en er sonnent plus doucement, tout ainsi que la premiere en fero, tero, esquels mots on entr'oit tant seulement un peu l'er qui se joint quasi comme à l'o en prononçant, de sorte que ter en tero et ter en taster donnent la mesme resonnance » (Addresses, p. 87).

20 Tobler, V. Fr., p. 155.

21 Un autre moyen, plus récent, de rétablir l'identité des finales, a été indiqué par le Père Mourgues. Il consistait, pour ceux qui avaient perdu le souvenir de l'ancienne prononciation, à dire mèr : bergèr par une faute que condamne Vaugelas (cf. Thurot, I, p. 58) et contre laquelle protestent Hindret et Grimarest. À la fin du XVIIe, dans la bonne déclamation, il faut croire bien moins à mé : bergé, quand on lisait des vers où se rencontraient ces rimes désignées sous le nom de ”normandes”, qu'à mér : bergér. Telle était la prononciation, nous dit Hindret, que Molière enseignait à ses comédiens. Cependant le P. Mourgues ajoute que les gens inhabiles, ceux-là seulement, prononçaient tout simplement mèr : bergé, ce qui supprimait la parité des sons, d'abord parce que les deux e étaient différents, ensuite parce que seul l'un des deux mots possédait une r sensible à l'oreille. D'ailleurs voici son texte : l'e est ouvert, dit-il (p. 39), « dans la penultieme, lorsqu'il est suivi de la double r, guerre, tonnerre, et dans la derniere, si cette r se fait entendre, comme dans leger, cher, fier, fer, mer, amer. Je dis : si cette r se fait entendre, car elle est le plus souvent muette dans les deux terminaisons -ger et -cher, par exemple dans berger, danger, messager, etc., et dans bucher, rocher, nocher, etc., que l'on prononce à la fin du vers comme si l'on écrivait buché, roché, noché, bergé, dangé, messagé, et alors e est fermé. Mais toutes les fois qu'on donne à cette r un son sensible, l'e qui la precede dans la même syllabe devient ouvert, même dans les infinitifs en -er. Ainsi les rimes suivantes [il donne des exemples] sont employées par nos meilleurs poètes anciens et modernes, quoique l'oreille condamne ces rimes dans la bouche de ceux qui ne sont point accoutumés à lire des vers, parce qu'ils ne font point sentir l'r à la fin des infinitifs, comme en effet elle y est muette selon la prononciation ordinaire ».

22 Ménage, p. 363.

23 Richelet, Versif. franc., 1672, p. 193.

24 A.-Ph. de la Croix, 1694, p. 57.

25 Le P. Mourgues, p. 110.

26 Ibid.

27 Pour -ève, Le Gaynard renvoie à la désinence -euve.

28 Une homophonie qui à première vue semble bizarre est celle de œil : fenoil, signalée par Le Gaynard chez R. Belleau. L'accord se faisait en ol. Il s'agit d'une rime dialectale : dans certaines régions l'o latin ne s'était pas diphtongué. Palsgrave donne la forme oyl ; Tabourot place oil parmi les rimes en -eil et en -euil. Il faut donc lire oil : fenoil.

29 Abbé Rousselot, Rev. de Phon., 1913, p. 78.

30 On rencontre même croire : maniere chez Melin de Saint Gelais et Antoine : souvienne chez Marot : la rime ne se fait donc que par la seconde partie de la diphtongue.

31 F. Brunot, Hist. de la L. fr., T. II, p. 266.

32 Du Gardin, Addresses, p. 100.

33 Cf. Thurot, T. II, p. 696.

34 Il répète souvent cette recommandation, par exemple à propos de -ole : « Ceste terminaizon a la penultieme breve, et partant ne peut rimer avec celle en -osle, ni en -aule qui l'ont longue. Partant se doit on abstenir de les aparier ».

35 Lanoue range cependant pole dans la même liste que sole, école, idole, etc. Selon d'autres, l'o est fermé. Cf. Thurot, T. II, p. 663.

36 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 57.

37 Le P. Mourgues, 1724, p. 50.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter