Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. La phonétique de la rime

Deuxième section. La phonétique de la rime

Texte intégral

1La rime du Moyen Âge à son déclin n'est pas encore notre rime moderne. Pendant la période que nous étudions présentement, la langue en effet continue d'évoluer. Elle ne le fait pas avec la même rapidité qu'à l'époque précédente, mais elle subit encore des changements assez profonds pour qu'apparaissent sinon de nombreuses possibilités nouvelles d'accord entre les timbres, du moins de considérables changements dans les sons, de telle sorte que souvent les valeurs acoustiques ne sont pas demeurées ce qu'elles avaient été plus anciennement et que bien souvent elles ne ressemblent guère à ce qu'elles sont aujourd'hui. D'autre part certaines associations de finales, tout à fait correctes au xvie siècle et au xviie, parfois seulement au xvie, ne le sont plus actuellement, pour des motifs qu'il est nécessaire de mettre en lumière, ce qui revient à dire que les colorations harmoniques des vers ont beaucoup varié. En outre il est intéressant de rechercher quelle idée se sont faite les critiques des lois qui régissent cette partie importante de notre versification, s'ils ont incliné dans le sens de la sévérité, ou s'ils ont admis qu'on les appliquât avec quelque négligence. Il convient enfin d'examiner quel a été l'usage des poètes, pour savoir s'ils ont tenu compte volontiers des modifications du langage et dans quelle mesure ils l'ont fait, s'ils se sont attardés à réunir les mêmes syllabes que leurs prédécesseurs, ou s'ils y ont renoncé de bon cœur, quand elles ne répondaient plus à rien, pour accueillir les nouveautés qu'autorisaient les progrès de la langue.

  • 1 Le Promptuaire d'Unisons, de Le Gaynard ou Le Gaygnard, terminé en 1572, n'a été publié qu'en 1585 (...)
  • 2 Outre l'ouvrage de Thurot, les Dictionnaires de Rimes de Tabourot, de Le Gaynard, de Lanoue, de Fr (...)

2D'abondants matériaux permettent de répondre à toutes ces questions. Il faut citer au tout premier rang les deux gros volumes où Ch. Thurot a réuni les dépositions des grammairiens et des métriciens français depuis P. Fabri jusqu'à nos jours. Pourtant ce précieux ouvrage ne doit être manié qu'avec précaution, et n'apporte pas toujours les clartés qu'on désirerait. Beaucoup d'auteurs décrivent mal, sont obscurs et imprécis ; d'autres se contredisent mutuellement ; d'autres érigent en règles générales leurs propres provincialismes, de telle sorte qu'il est parfois difficile au lecteur de se faire une opinion juste et certaine. Les dictionnaires de rimes, ceux de Tabourot des Accords, de Le Gaynard et de Lanoue pour le xvie siècle, ceux de Frémont d'Ablancourt et de Richelet pour le xviie1, même après l'usage qu'en a fait Thurot, sont des sources d'information auxquelles il ne faut pas craindre de remonter. Du côté des poètes, les documents ne manquent pas. Les monographies qui leur ont été consacrées accordent le plus souvent un chapitre plus ou moins nourri à l'étude de leurs rimes, si même cette étude n'a pas fait l'objet d'une publication particulière2. Les éditeurs qui à une date récente ont réimprimé leurs œuvres n'ont pas négligé, eux non plus, d'attirer notre attention sur des anomalies apparentes qu'explique l'histoire de la langue : notamment la collection dite « des Grands Ecrivains », qui comprend les principaux classiques, réunit toujours, en quelques pages, les observations que soulèvent les fins de vers de chaque auteur. Tous les poètes n'ont pas été dépouillés, mais beaucoup l'ont été, et en assez grand nombre pour qu'on puisse mesurer le chemin parcouru au cours de ces deux siècles.

3Dans l'exposé qui va suivre, nous procéderons comme nous l'avons fait pour le Moyen Âge, en prenant les sons un par un, et en étudiant successivement les diverses combinaisons dans lesquelles ils ont figuré. Les voyelles pures et les voyelles nasales seront examinées séparément, et à ce propos on notera que les groupes voyelle tonique + n ou m + e féminin prendront place dans cette seconde catégorie, à côté des finales masculines correspondantes. Ensuite viendront les consonnes. De brèves remarques sur ce qui constitue la différence entre la rime masculine et la rime féminine suivront. Enfin nous tirerons les conclusions de cette enquête et nous ferons ressortir jusqu'à quel point la règle a été tempérée par la licence, et par quels artifices les poètes ont tenté d'échapper à des contraintes parfois gênantes, jusqu'à ce que la rime classique soit arrivée à la rigueur, toute relative d'ailleurs, qu'on peut lui reconnaître dans les œuvres de nos écrivains les plus réputés.

Notes

1 Le Promptuaire d'Unisons, de Le Gaynard ou Le Gaygnard, terminé en 1572, n'a été publié qu'en 1585. Tabourot a mis au point un ouvrage écrit par un de ses compatriotes. Le Dictionnaire des Rimes françoises, qu'il a donné en 1587 porte cette mention : « premierement composé par Jean le Fevre Dijonnois, chanoine de Langres et de Bar sur Aube, et depuis augmenté, corrigé et mis en bon ordre par le seigneur des Accords ». Pour les Dictionnaires de rimes de Frémont d'Ablancourt et de Richelet, qui posent une question de paternité difficile à résoudre, je renvoie à ce que j'en ai déjà dit (cf. supra, T. II). On consultera également A.A. Barbier, Dictionnaire des Ouvrages anonymes, T. III, p. 498 et la Bibliothèque françoise de l'abbé Gouget, T. III, p. 424 et 477.

2 Outre l'ouvrage de Thurot, les Dictionnaires de Rimes de Tabourot, de Le Gaynard, de Lanoue, de Frémont d'Ablancourt et de Richelet, et les éditions « des Grands Écrivains », j'ai utilisé l'étude de Marty-Laveaux sur la Langue de la Pléiade, les traités de versification et les poétiques, les travaux de Ch. Oulmont sur Gringore, de A. Hamon sur J. Bouchet, de Keuter sur Marot, de Büscher et de H. Romane sur Ronsard, de Ziemann sur Du Bellay, de A. Herting sur Jodelle, de J. Favre sur Olivier de Magny, de G. Pellissier sur Du Bartas, d'E. Rigal sur A. Hardy, de Ricken sur Corneille. Je dois une mention spéciale au livre déjà cité de M. Souriau, et surtout à l'Histoire de la Langue française de F. Brunot, T. II et IV, 1. Les documents ainsi réunis ont été complétés par de nombreuses lectures personnelles.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter