Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Première section. Le compte des syllabes

Chapitre III. La diérèse et la synérèse des diphtongues

Texte intégral

  • 1 Outre ces travaux, les principaux ouvrages utilisés pour ce chapitre sont ceux de Sebillet, Le Gay (...)

1On sait déjà pour quelles raisons étymologiques les diphtongues, dans les œuvres des poètes, sont comptées comme formant tantôt une, tantôt deux syllabes. On sait également que les règles primitives se sont souvent altérées au cours des temps, soit par suite de changements qui se sont introduits dans la prononciation, soit par analogie, et qu'enfin le bon plaisir des versificateurs a souvent négligé l'usage établi lorsqu'il était commode de n'en point tenir compte. La matière est d'une austérité qu'il est inutile de dissimuler, mais elle est importante puisqu'elle intéresse le syllabisme sur lequel a été fondé notre vers. Nous ne pouvons donc nous dispenser de l'étudier. Thurot, à partir du xvie siècle, a réuni un grand nombre de témoignages dus à des grammairiens. F. Brunot a mis beaucoup de faits en lumière. D'autres ont été catalogués dans des ouvrages spéciaux, comme celui que M. Souriau a consacré à l'Evolution du vers français au xviie siècle, ou dans des monographies, sans parler des consciencieux dépouillements de M. Hossner, que nous avons déjà utilisés pour la période précédente1. C'est de tout ce matériel que nous profiterons ici, en nous réservant de faire ressortir ensuite les conclusions qu'on pourra tirer de cet exposé.

  • 2 La simple indication du tome et de la page renvoie, pour les poètes de la Pléiade, à l'édition Mar (...)

2AA- Corneille fait la synérèse dans Aaron (IX, 24)2. Mais c'est un mot étranger dont la prononciation a toujours été flottante.

3AE- La diérèse A-eschylus chez Jehan Bouchet est une pure fantaisie.

4AEN- Dans Caen et d'autres mots semblables, ce groupe est déjà réduit à un son simple.

5AI- La diérèse va de soi dans Thaïs, naïf, haïr, haï. Bouchet compte encore a-ydes, Baïf a-ïde (I, 312, II, 159). Au contraire le même Baïf, suivi en cela par Desportes et Bertaut, écrit traizon par analogie avec traistre, déjà réduit à deux syllabes, mais que Lanoue place encore aux rimes en -istre :

Or je m'en va dans la maison
Pour lui brasser quelque traizon (Le Brave)

  • 3 Cette scansion est assez fréquente. Cf. d'Aubigné : Le paisan de cent ans, dont la tête chenue... (...)

6Le Gaynard nous atteste que ce mot était trissyllabique. Ha-ine, ga-ine opèrent leur synérèse à la fin du xvie siècle et sont encore séparés par Lanoue des autres mots en -aine. Il en est de même de traîne et de traî-ner. Dans les composés du mot pays, mais non dans ce mot lui-même (.pa-is), la prononciation hésite entre la diérèse et le synérèse : Molière compte tantôt paysan (III, 168 = pézan)3, tantôt pa-y-san. La scansion a-y-eux est tout à fait arbitraire dans l'exemple suivant, dont Le Gaynard ne cite pas l'auteur :

De sa plume engrava les faicts victorieux,
Pour durer à jamais, de tes grands a-y-eux.

7AO, AON, AOU- Toutes ces diphtongues sont désormais monosyllabiques. Dans août cependant, le xvie siècle hésite, mais compte généralement deux syllabes ; Vaugelas blâme cette manière d'articuler, qui à notre époque n'est pas encore complètement abolie. Marot fait la synérèse dans paour et saoul, Malherbe dans taon et faon, que Gringore divisait encore en fa-on. Quant à extraordinaire, c'est un mot composé où la diérèse est régulière : cela n'empêche pas qu'on ne rencontre souvent extraordinaire jusqu'à la fin du xviie siècle, en raison d'une prononciation populaire qui nous est attestée par les grammairiens.

  • 4 Ces deux mots sont exactement comparables : fléau remonte à flagellus, préau à pratellus par des f (...)

8EAU- La scansion est celle d'aujourd'hui, à quelques exceptions près. En effet la réduction à un son unique, comme dans les mots sceau et seau, s'étend parfois par analogie à fléau, mais non pas à préau4. Fléau est un monosyllabe, malgré Lanoue, chez Jodelle (M.-L., II, 192), chez Ronsard (M.-L., III, 151 ; IV, 176 ; V, 392 ; VI, 52) et chez d'autres poètes. On trouve chez d'Aubigné :

Fleau des tyrans, flambeau luisant sur l'univers (Trag., III, 994)

9chez Malherbe lui-même :

Allez, fléaux de la France et les pestes du monde,
(Prédiction de la Meuse)

10chez Maynard :

C'est le fléau des âmes vulgaires,

11puis encore chez Rotrou :

12Ce redoutable fleau des dieux sur les chretiens. (St Genest, II, 2)

13Mais ailleurs Jodelle (M.-L., II, 240) maintient l'ancienne scansion flé-au, qui a définitivement triomphé. Quant à perdreau, on le rencontre parfois de trois syllabes :

  • Le perdre-au en sa saison. (Jodelle, Eng., I,1)
  • N'égalent point nos perdre-aux
    Ni les gros poissons de nos eaux. (Sarasin)
  • Et perdre-aux tendres comme rosée. (Idem)
  • 5 Tobler, V. Fr., p. 54.

14Cependant Tobler a fait remarquer que cette scansion a été influencée par perdri-au, qui ne remonte pas au suffixe -ellus, mais au suffixe -alis, comme le montre le provençal perdigal5. Il a cité ce vers de R. Belleau :

Le perdri-au tapi se desrobe dans l'herbe.

  • 6 Thurot, T. I, p. 437 et 441.

15J'ajoute que Le Gaynard, dans la préface de son Promptuaire d'unisons, considère que ce mot est normalement de trois syllabes, et note que Ronsard ne lui en a donné que deux. On a scandé de même he-aulme (un exemple chez Ronsard) et pse-aume6.

16Et, EO- A. Hamon a relevé chez Jean Bouchet deesse, geometrie, theologie, theologiens, par analogie avec ces mots où un e intérieur en hiatus s'était absorbé dans la voyelle suivante.

17El- Reine est déjà réduit. La diérèse paraît plus fréquente que la syné-rèse dans le verbe obeir et ses dérivés. Lanoue laisse pourtant le choix entre les deux scansions. On prononce De-ité, Ené-ide.

18EOl, EAN- Un seul auteur, Le Gaynard, déclare que « eoy se divise en se-oy, asse-oy, che-oy et en leurs derivez et composez ». C'est là un souvenir de l'étymologie. Mais tous les autres témoignages sont contraires. Cependant, au participe présent des verbes seoir et échoir, dans les substantifs séance et échéance, ainsi que dans néant, on a fait la diérèse, comme aujourd'hui.

19EU- L'étymologie, sauf cas exceptionnels au xvie siècle, ne laisse aucune trace dans les mots sûr (souvent écrit seur) et ses dérivés, dans heur et ses dérivés, ni dans mûr (meur). Pu, vu, su, plu, bu, etc. (souvent écrits peu, seu, etc.) sont monosyllabes depuis longtemps déjà ; cependant Gringore use encore de la scansion ancienne à l'imparfait du subjonctif dans cet octosyllabe :

Et si n'e-ust esté l'ermyne.

  • 7 Idem, p. 519.

20La diérèse n'a lieu que pour eu, participe d'avoir, dans les régions d'Orléans et de Chartres, et à Paris7. Racan nous rapporte que Malherbe

21le reprenait d'avoir rimé ont eu avec vertu, parce que dans la capitale ont eu formait trois syllabes. Vaugelas traite cette prononciation de fautive. Ménage cite cette chanson :

Comtesse de Cursol
La, u, ré, mi, fa, sol,
Je veux mettre en musique
Que vous avez e-u
La, sol, fa, mi, ré, u
Plus d'amants qu'Angélique.

22Mais il ajoute que « tous les honnêtes gens, et à la cour et à Paris, disent eu en une syllabe ».

23IA- Cette diphtongue, dans le langage courant, est déjà monosyllabique au xvie siècle. On prononce dig, diable, liard, cordigl, opiniastre, etc. La scansion dissyllabique, que certains mots de cette série ont conservée chez les poètes, était donc, dès la Renaissance, une pure tradition. Les contradictions abondent. R. Belleau est le seul de son groupe qui écrive encore di-able ; Ronsard fait toujours la synérèse, mais, comme Gringore, il emploie di-abolique, et il hésite pour le mot enthousiasme, où il compte tantôt ia et tantôt i-a. M. Hossner a relevé des exemples de réduction dans repudig (Baif), ecclesiastique, Marianne, annoncigtion, symonigque (Gringore), familiarité (Hardy), celui-ci sous l'influence de familier, primitivement famili-er. Molière résout la difficulté en écrivant mignature (Sgan., v. 145) au lieu de mini-ature. On pratique la division dans des mots nouveaux, d'origine inconnue et qui devraient se plier à la prononciation populaire :

  • Or bien, je sais celui de qui procède
    Cette pi-affe ; apportez-y remède. (La Font., Contes, Serv. just.)
  • Quand on verra finir ce galimati-as (Mol., Sgan., 22)

24Au contraire liard, qui apparaît au xve siècle, est monosyllabe, mais Molière écrit piastre, emprunté de l'italien, et où l'i représente une l étymologique. Visiblement, les poètes perdent pied.

25IAI- Ni-ais (de nidacem) présente quelquefois la synérèse que Corneille a faite également dans niaiserie et La Fontaine dans déniaisé. Molière donne tantôt une, tantôt deux syllabes à biais (de bifacem).

26IAN- Dès le xvie siècle, la prononciation ordinaire opère la réduction, qui n'était pas primitive. Lanoue propose estudiant, negociant, incon-venant et viande. Cette scansion devient définitive à l'époque classique pour le dernier de ces mots, tandis que le reste de la série y échappe, mais Régnier comptait encore vi-ande. La Fontaine est l'auteur de ce vers :

Elle n'en plut pas moins aux yeux de son fiancé.

  • 8 Mais il a fait lui-même de ce mot un monosyllabe (I, 165), comme parfois Molière et d'autres poète (...)
  • 9 Thurot, T. I, p. 490-491.

271-E et JE- Une importante modification de la valeur syllabique intervient aux xvie et xviie siècles dans la diphtongue iequand elle est précédée de deux consonnes dont la dernière est une liquide l ou r et qui sont articulées d'une seule émission de voix. Ce cas, où la diérèse remplace une synérèse primitive, est mis à part pour le moment et sera étudié au cours des observations qui suivront cet exposé méthodique. Quant au reste, les faits sont les suivants. Le suffixe latin -arium a donné un -ier monosyllabique qui ne subit pas de changement, sauf dans la combinaison qui vient d'être mentionnée. Les deuxièmes personnes du pluriel -i-ez de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel sont déjà devenues -iez ; cependant Meigret signale encore en 1548 que les Parisiens prononcent doneri-ez pour doneriez. J. Bouchet écrit esti-ez, Gringore esti-ez et voulli-ez ; Marot fait la synérèse sans exception ; elle est de règle chez Corneille : croyiez (III, 550), déployiez (V, 30), payigz (VI, 170), témoigniez (II, 5). Ailleurs la réduction de la diérèse originaire, qui s'opère partout dans le langage courant, en dehors des parlers provinciaux, laisse les poètes indifférents, et ils continuent de compter comme l'ont fait leurs devanciers, envi-er, sati-été, hy-ène, essenti-el, etc., malgré l'avis contraire de J. Peletier du Mans, qui désirerait une réforme. La prononciation réelle ne laisse que peu de traces dans leurs œuvres ; on peut signaler marier chez Gringore, piété chez Ronsard, Desportes et Bertaut, renier, hardiesse, relié dans des poèmes négligés du xviie siècle, diète, inquiète chez d'obscurs écrivains du xviie siècle, miette chez La Fontaine, serviette chez Régnier et Boileau ; la synérèse ne s'est maintenue que pour ces deux derniers mots. Encore ne s'agit-il peut-être pas là de mettre à exécution un programme raisonné, mais bien plutôt de commodités passagères. Parallèlement en effet on rencontre un certain nombre de diérèses indues, qui n'ont pas l'air plus systématiques : mi-el chez J. Bouchet et Gringore, emmi-ellé chez Ronsard et Régnier, fi-el chez Gringore, et merci-er chez le même poète, à côté de mercier régulier, vi-enent, advi-ent chez lui encore, ainsi que meschi-ef ; Pi-erre et pi-éton chez Marot, qui a compté de même li-erre, en quoi il a été suivi par Jodelle, Ronsard, Malherbe et Régnier ; ni-ece chez Marot et Ronsard ; i-eme au lieu de -ieme chez Louise Labé et Ronsard, derni-er chez Ronsard, fi-ers chez Hardy, rosi-er chez La Fontaine, tandis que le reste de la série ne bouge pas. À lire les grammairiens du xvie siècle, on peut se demander si la prononciation courante n'a pas quelquefois opéré une séparation entre les deux éléments de la diphtongue. Elle est certaine pour hier, devenu alors hi-er, et pour lequel Malherbe exige une scansion dissyllabique8, tandis que ce mot est resté monosyllabe dans le composé avant-hier. Quoique les témoignages en soient rédigés d'une manière assez vague, elle est assez probable pour d'autres mots : « S'il se trouve bien à propos, dit J. Peletier, se pourra départir la syllabe, comme mi-el, fi-el, hi-er, mais rarement et dextre-ment ». « Empiéter, Pierre, chien, lit-on dans Maupas, sont indifférents »9. Toutes ces fluctuations cessent d'ailleurs à la fin de la Renaissance, et le rosi-er de La Fontaine n'est bien évidemment qu'une licence.

28I-EN et IEN- Cette diphtongue ien vaut originairement une syllabe si elle est le produit de la diphtongaison d'une voyelle latine unique placée devant consonne nasale (rem > rien, canem > chien), ou deux si elle remonte à deux sons latins dans la même situation (ligamen > lien, christianum > chrestien). Ici les faits sont semblables à ceux que nous venons d'exposer sous la rubrique précédente. Marot fait la synérèse dans chrestien et chestrienneté ; elle est autorisée par J. Peletier et s'impose très rapidement en vers. La réduction est admise un peu plus tardivement par les poètes dans ancien que Lanoue range parmi les mots en ien monosyllabe, mais qui conserve souvent encore au xviie siècle sa scansion primitive. Lanoue ne veut la séparation des voyelles que dans li-en, dont quelques poètes font cependant un monosyllabe, dans grammairi-en, histori-en, terri-en, tandis que dans les autres mots qui remontent au suffixe -ianum, il conseille le synérèse. Plus tard le P. Chifflet déclarera, ce qui est la règle actuelle en vers, que ien « est toujours de deux syllabes, excepté bien, combien, rien, chien, mien, tien, sien, maintien, soûstien, entretien, chrestien, et les yen, payen, moyen, et les verbes je viens, tiens, souviens et leurs composez ». En d'autres termes la poésie ne suit sans réserve le mouvement général de la langue que pour les deux mots chrétien et ancien, tandis que, par une singulière paresse, elle reste fidèle, dans tout le reste de la série, à l'ancienne tradition : Corneille compte comédi-en (II, 520), gardi-en (V, 540), Illyri-en (VI, 643), Lusitani-en (VI, 366), prétori-en (VI, 643). Ses contemporains et successeurs, sauf rares exceptions, n'oseront rien y changer : à peine peut-on citer praticien, magicien, logicien chez Racine, julien chez La Fontaine et quelques autres cas semblables.

29Conformément à cette scansion dissyllabique, on a traité l'i de i-en comme formant une syllabe autonome quand ce suffixe était précédé non pas d'une consonne, mais d'une voyelle. Ch. Oulmont en cite des exemples de J. Bouchet ; il a noté chez Gringore les suivants :

  • Plebe-y-ens povres et languissans.
  • Cito-y-en de la ville de Romme.

30Thurot est muet sur la syllabation de ces deux mots, où la réduction est faite depuis longtemps. La Fontaine a écrit :

Les citoyennes des étangs (Fables, VI, 12)

31Littré ne donne pas d'exemple de plébéien en vers avant Alexandre Duval (Fille d'Honneur, III, 5) ; le féminin y est de quatre syllabes, avec synérèse.

32Inversement, comme pour ie, on enregistre au xvie siècle un certain nombre de diérèses indues dans des cas où -ien provenait de la diphtongaison d'une voyelle latine unique précédant une consonne nasale. Ce phénomène se constate dès le xve siècle et se rencontre encore au xvie. On trouve en effet fi-ens (lat. *fḝmus), qu'approuvent H. Estienne et Th. de Bèze ; Gringore a employé ri-en, Ronsard et Hardy bi-en. Les remarques à faire sont les mêmes que celles qui ont été présentées ci-dessus à propos de i-e au lieu de ie.

33I-EU et IEU- La diphtongue ieu est monosyllabique, pour la raison déjà indiquée, dans cieux, Dieu, lieu, yeux, mais l'analogie de i-eu dissyllabique entraîne parfois la diérèse ; M. Hossner en a relevé trois exemples pour le premier de ces mots au xve siècle et au xvie, d'autres en plus grand nombre, dont le dernier se trouve chez Gringore, pour le second, un seul au xviie siècle pour lieu, dans une pièce de jeunesse de Racine.

34Les dérivés en ieur des verbes de la première conjugaison, comme scieur, marieur, rieur, crieur sont naturellement dissyllabiques, mais les deux derniers seuls le sont restés. Les auteurs du xvie siècle indiquent la diérèse, ainsi que dans les adjectifs à signification comparative antérieur, intérieur, inférieur, etc., sans qu'il soit possible de savoir si la langue populaire n'opérait pas déjà la réduction. Monsieur, qui était encore de trois syllabes chez Villon, n'en vaut plus que deux à la même époque et est demeuré tel.

35Le suffixe latin iosum donne régulièrement i-eux. Mais Peletier et Lanoue permettent ieux dans un certain nombre de mots, ce qui prouve que la synérèse est déjà courante. Peletier il est vrai ne voit là qu'une licence qui s'autorise du genua habent et du labat ariete crebro de Virgile. Cependant Le Gaynard ne se donne pas la peine de chercher une excuse : « Tu peux encore, dit-il, t'aider de cette figure [la synérèse] aux mots en i-eux, comme avarici-eux, envi-eux. Exemple prise en une comedie :

Y en a il dessous les cieux
Plus que huy fin et malicieux,

36ou tu vois malicieux de trois sillabes adjoutant en une la diphtongue i-eu pour l'enrichissement de l'unison de son vers ». La réduction, selon M. Hossner, a souvent été faite au xvie siècle, et même au xviie. Les autres métriciens, en continuant d'enregistrer l'ancien usage, en ont assuré la persistance en poésie.

37Aïeul, autrefois a-i-eul (lat. *avi-olum) et dont l'origine est savante, présentait quelquefois encore cette scansion. Le Gaynard en effet cite ces vers :

De sa plume engrava les faicts victorieux
Pour durer à jamais, de tes grands a-y-eux.

38Yeuse sépare ses deux voyelles ; ce mot, primitivement masculin, est emprunté au xvie siècle du provençal euse (1. vulg. iltcem au lieu du classique ilicem) ; l'ancien article masculin li euse a été mal compris, et l'on a coupé l'ieuse.

39IO- Malgré l'étymologie, il y a des exemples de réduction de cette diphtongue dissyllabique dans physionomie (Marot), chariot, myope (Ronsard), viol, violet, pour lequel Sebillet et J. Peletier, au contraire de Mei-gret et Cauchie, exigent encore la diérèse, et médiocrité (Hardy). Du Val, en 1604, indique qu'on dit pionnier. Mais l'ancienne division a subsisté en poésie. Elle est donc régulière dans Y-onne (Icauna) et dans my-osotis, venu du grec à travers le latin.

40I-ON et ION- Le groupe ion appelle les mêmes remarques que ie, soit qu'il s'agisse du cas où il est précédé de deux consonnes dont la dernière est une liquide l ou r, et qui sont articulées d'une même émission de voix, soit qu'il s'agisse des premières personnes du pluriel de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel, primitivement i-ons, et qui sont devenues ions par analogie avec le subjonctif. Ici pourtant les poètes maintiennent sporadiquement la diérèse pendant une assez longue période. J. Bouchet donne avi-ons ; Gringore écrit :

Nous esti-ons subitement peris,

41et on trouve exceptionnellement pourri-ons (E,106) chez Jodelle. La synérèse devient au xvie siècle une règle générale, formulée par Meigret, Lanoue et Maupas, et que les poètes observent docilement : on relève chez Corneille croyions (VI, 24) et voyions (V, 369). Ce changement s'est établi sans rencontrer grande opposition.

42Au contraire Lanoue et la plupart des grammairiens indiquent que ion forme deux syllabes dans la terminaison des substantifs, comme aussi la division est normale dans Ly-on (Lugdunum), ce qui ne veut pas dire que la prononciation n'ait pas évolué. J. Peletier est le premier qui recommande en vers la réduction, dont Du Val est également partisan. Cette réduction, très ancienne d'ailleurs, puisque le Moyen Âge ne l'a pas dédaignée en quelques occasions, se rencontre dans de nombreux textes poétiques du xvie siècle, chez Ronsard par exemple. Plus tard on la rencontre fréquemment chez Hardy, et Malherbe, qui sépare d'ordinaire les deux

43voyelles en hiatus, les a pourtant réunies une fois dans le mot damnation (I, 288). Mais la diérèse traditionnelle l'a emporté, ainsi que dans la première personne du pluriel de l'indicatif présent des verbes en -ier (men-dier, envier, sacrifier, etc.), où les poètes scandent toujours -i-ons, sans tenir compte du langage courant :

Allons, n'envi-ons plus son indigne conquête. (Racine, Andr., II, 1)

44OA et OUA- Ces diphtongues ne séparent pas leurs voyelles, au témoignage de presque tous les grammairiens. Dans les mots de cette série, le premier élément du groupe, écrit o ou ou, est parfois un w d'origine germanique. Mais tous ont été primitivement prononcés avec division. On constate en vers, çà et là, des tentatives de réduction, par exemple dans ouaille chez Marot. Une seule persiste chez les poètes, celle de joailler. Partout ailleurs la diérèse subsiste. On scande donc ou-ate, tou-aille, pou-acre etc. Boileau écrit :

Ses rivaux obscurcis autour de lui cro-assent (Ep., VII)

45OAI et OUAI- Quelques noms propres mis à part, douaire est le seul mot qui entre en ligne de compte. Le langage ordinaire réduit l'hiatus intérieur ; mais Malherbe, à propos de ce vers de Desportes :

Bref, pour douaire elle avoit tout le malheur du monde.

46proteste (IV, 445) que « douaire est de trois syllabes », et maintient l'ancien usage.

  • 10 Thurot, T. I, p. 540.
  • 11 Marot a aussi employé fou-etter.

47OE et OUÈ- Les mots Noé et Noël, ainsi que ceux où les deux voyelles sont précédées de deux consonnes prononcées d'une seule émission de voix, comme prouesse, brouette, écrouelles maintiennent l'hiatus intérieur. Ailleurs Thurot10 suppose qu'on a hésité jusqu'au xviie siècle entre la diérèse et la synérèse et que celle-ci a dû être le cas le plus fréquent, à cause de l'analogie avec oi, articulé we. Sebillet, qui est Parisien, écrit déjà en 1548 : « Moelle, foët, coëtte, boëtte... Je les fay de deux syllabes... Tu les liras souvent usurpées de trois ; mais demande conseil à ton oreille, et tu ne craindras à dire moelle, dissyllabe, comme moy ». Le Gaynard conseille moelle ; cette réduction est également adoptée par R. Garnier et par Corneille ; elle devient régulière au début du xviie siècle, ainsi que dans poële. Fou-et conserve encore sa diérèse chez Marot11, Ronsard et Jean de la Taille ; mais d'autres poètes disent fouet, qui s'impose à l'époque classique ; on le trouve en effet chez Molière et chez Racine ; une fois pourtant Boileau a repris l'ancienne scansion. Au contraire on continue de compter dou-elle, girou-ette, pirou-ette, comme on l'avait fait plus anciennement, tandis que Desportes et Molière ont écrit girouette, et que Hossner donne un exemple de pirouette au xviie siècle. Les mots poésie, poème et poète divisent ou ne divisent pas leurs voyelles, au gré des versificateurs. J. Bou-chet compte po-ësie ou poesie. Selon M. Hossner, on trouve 132 o-e chez Ronsard, et seulement 9 oe, 3 o-e chez Régnier contre 17 oe. Malherbe écrit :

Des plus riches présents de sa docte poésie.

48Corneille fait toujours la synérèse dans poème, poète ; La Fontaine préfère 15 fois la synérèse, et deux fois la diérèse, qu'on rencontre aussi chez Boileau et d'autres écrivains. On sépare les deux voyelles dans ou-est,l'ou découle d'un w germanique, et que l'on prononce aujourd'hui ouest, ainsi que dans tro-esne, dont la forme plus ancienne était troine.

49OI et OUI- Il n'y a pas de difficulté pour les mots où oi provient de la diphtongaison d'un e latin libre ou d'un o + yod, la synérèse étant commandée par l'étymologie. Cependant le suffixe -orium > oir a été quelquefois écrit ouer au xvie siècle, ce qui a induit certains poètes à lui donner une scansion dissyllabique : on la rencontre même parfois quand l'orthographe normale a été conservée. J. Bouchet a donné trois syllabes à ouvroir et à tranchoir, trois également à razou-er ; Christophe de Bordeaux a écrit mouchou-ers, Ronsard mirou-er et rasou-er : cette fantaisie ne dura que peu de temps.

50Dans d'autres mots, oi ou oui est issu de deux sons latins et doit par conséquent diviser ses voyelles. C'est le cas de foine ou fouine, de oir ou ouir, de Lois ou Louis, etc. Ici le parler courant fait la synérèse, au témoignage de nombreux grammairiens. Lanoue n'accorde qu'une syllabe à ouir, auquel La Fontaine a donné aussi cette valeur. Louis présente des exemples de réduction au xviie siècle, mais seulement dans des poèmes populaires. Fouine hésite au temps de Ronsard et devient monosyllabique. Fouir est sur le point de partager le même sort, ainsi que le propose Lanoue. Cependant, sauf l'exception indiquée, tous les mots de cette série, évanouir, jouir, etc. conservent leur scansion primitive.

51Aujourd'hui nous faisons régulièrement la diérèse dans le nom propre savant Moyse. Telle était en effet la prononciation la plus générale de ce mot à l'époque de la Renaissance. Mais le peuple, par analogie avec la diphtongue oi provenant de l'e latin ou de l'o + yod, tendait à articuler Moise, ce que permet Le Gaynard. G. Bouchet présente d'ailleurs les deux scansions.

52L'adverbe oui, quoique compté déjà pour une syllabe par Villon, sépare encore ses voyelles chez Marot et les poètes du xvie siècle, mais devient monosyllabique au xviie et l'est demeuré.

53OIN et OUIN- Baboin ou babouin, sagoin, chafoin devraient être de trois syllabes. Telle est la valeur que donne Marot aux deux premiers et que la plupart des grammairiens assignent à babouin, tandis que Le Gaynard conseille la synérèse dans la versification. Celle-ci s'opère assez vite en vers, si bien que chafoin, qui n'apparaît dans la langue qu'au xviie siècle, semble n'avoir jamais connu la diérèse. Groin, quelquefois grouin, du lat. *grünnium est étymologiquement monosyllabique, et c'est ainsi que l'emploie Ronsard (IV, 345) ; plus tard il se divisera en gro-in.

54OUEU- Cette diphtongue est dissyllabique selon Lanoue, qui autorise la rime avec ueux. Mais on ne peut savoir s'il se base sur la prononciation réelle, ou s'il enregistre seulement l'usage des versificateurs.

55UA- Ruade continue de séparer ses éléments vocaliques. Au contraire suave et persuade ne le font pas toujours parce que ces deux mots sont d'origine savante et qu'en latin Vu y était consonne. Dans ces deux mots, Couchie, qui était picard, ne compte ce groupe que pour une seule syllabe ; Ronsard en effet a employé suave et Racine persuade. La diérèse pourtant a triomphé dans la poésie, d'après la forme écrite de ces mots en latin.

  • 12 Molière compte du-el (III, 54).

56UE- Dans ce groupe, ainsi que je l'ai déjà montré, la synérèse nous est attestée dès le xve siècle. Cependant le seul Cauchie ne l'admet pas et veut la séparation. Sauf duègne qui est un emprunt à l'espagnol duena et où la diphtongue est monosyllabique, toute la série présente une diphtongue qui remonte à deux voyelles latines. La division est donc un fait étymologique, mais qui n'a plus aucune valeur réelle. Cela n'empêche pas les poètes de s'en tenir à la tradition, sauf pour les deux mots duel et écuelle. Marot et Ronsard comptent déjà duel, qui cependant ne rallie pas l'unanimité des versificateurs12. Certains écrivent déjà escuelle au xve siècle, par une scansion qui triomphera seulement au milieu du xviie siècle. Fluet n'apparaît sous cette forme qu'à la fin du règne de Louis XIV ; il était antérieurement flouet, toujours dissyllabique. Je rappelle que dans Suisse et Suède la synérèse est obligatoire, puisque Vu français est issu d'un w germanique. Corneille dit donc très correctement Suedois (X, 320).

  • 13 Il a été imité en cela par Vauquelin, et se rencontre avec J. Peletier du Mans (cf. Cl. Jugé, p. 1 (...)

57UEU- Cette diphtongue est représentée dans un assez grand nombre d'adjectifs en -ueux (impetueux, tortueux, etc.). Lanoue et Maupas exigent la diérèse13.

58UI- L'U y est normalement consonne dans une foule de mots comme puis, nuit, nuire, suivre, cuide, hui, dont Sebillet indique qu'ils font la synérèse, et qui sont de formation populaire. Si donc Ronsard a fait la diérèse dans huit :

Il fut dix-hu-it mois gouverneur de l'empire,

59et si Marot a donné quatre syllabes à fru-i-ti-on (fructustionem), au lieu de frui-ti-on, il ne faut y voir que de purs caprices. Mais d'autres mots, également de formation populaire, doivent séparer les deux éléments de la diphtongue ui, qui remontent à deux voyelles latines : tels sont fuir, ruine, bruire, juif. On trouve encore, conformément à la règle, fu-ie et fu-ir chez Jodelle, et d'Aubigné a écrit :

Fit noircir et fu-ir et cacher le soleil (Trag., I, 544)

60Mais fflgtta avait donné fuite, et par analogie on fit la réduction dans fujr. Les premiers exemples de cette réduction se rencontrent au xvie siècle, notamment chez Ronsard. Corneille à son tour emploie fui (III, 155), et le fait adopter par les poètes, malgré la protestation de l'Académie. Ruine, très ancien, avec synérèse, se retrouve ainsi chez Marot. Mais Malherbe, à propos de ce vers de Desportes :

Que tout à l'impourvue une ruine survient,

61observe que « ruine est de trois syllabes” (IV, 407). Malgré La Fontaine, chez qui on relève ruinera (VIII, 435), le mot, sauf quelques exceptions, conservera en vers sa diérèse. Bru-ire devient bruire seulement au xviie siècle. Juif, à qui Villon déjà n'a donné qu'une syllabe, en a encore deux chez J. Bouchet et chez Marot, conformément à son étymologie ; mais Sebillet se prononce pour la synérèse, en quoi il est obéi par Ronsard, Garnier, Regnier et Corneille, qui l'imposent à leurs successeurs.

62Au contraire tous les mots savants, malgré l'évolution du langage, ont retenu leur ancienne scansion dissyllabique : dru-ide (La Fontaine, V, 343), superflu-ité, perpetu-ité, vacu-ité, etc., sauf circuit, qui existe déjà sous cette forme chez Ronsard et Hardy, malgré l'opposition de Sebillet, pituite, employé ainsi par Ronsard et Régnier, et fortuit, dont M. Hoss-ner a relevé un exemple avec synérèse chez Molière.

63UIN- Cette diphtongue est très rare. La division y est régulière dans su-int, su-inter. Juin au contraire ne doit former qu'une seule syllabe ; cependant M. Hossner a rencontré deux exemples de ju-in à la fin du xviie siècle, sans que l'usage des autres poètes en ait été modifié.

  • 14 Thurot, I, 491.

64Plusieurs faits résultent de cette énumération. Ils sont quelquefois contradictoires. L'un d'eux, le principal, c'est que les voyelles en hiatus intérieur, au cours du xvie siècle, s'agglomèrent de plus en plus de manière à ne former qu'une seule syllabe, c'est-à-dire que la première passe à l'état de semi-consonne. Cette évolution, qui s'annonce bien avant 1500, peut être considérée comme entièrement accomplie vers 1650 dans le langage courant, sauf en ce qui concerne certains parlers locaux où se maintient l'ancien usage, et il est assez naturel qu'un tel changement ait dû se propager dans la versification. Dans quelle mesure il l'a fait et pour quelles raisons la réforme n'a pas été universelle en vers, c'est ce qu'on verra plus loin. Il faut du moins relever que dans l'opinion générale la synérèse donne des syllabes plus pleines et plus résistantes que la diérèse. C'est pour ces considérations d'euphonie que Sebillet veut que juif soit désormais monosyllabique, tandis que plus anciennement il séparait ses voyelles. Au moment où une prononciation fautive transforme en i-ème le suffixe ième, Tabourot proteste en ces termes : « Ié de iesme, deuxiesme, etc. est monosyllabe, encor bien que quelques-uns se soyent dispensé, mais c'est une licence, et provient d'une prolation trop languide dont je ne voudrois estre imitateur »14. En 1695 De la Croix, pour le même motif, se déclare partisan de la synérèse dans la diphtongue ien, autrefois soumise à la division : « Comme l'oreille est le juge principal du nombre des syllabes, elle trouve plus doux de faire le mot de magicien de trois syllabes que de quatre, et celui de gardien de deux plutôt que de trois ». Cependant, lorsque des diérèses non primitives s'établissent, ce qui s'est produit pour les groupes ion et ie lorsqu'ils prenaient place après deux consonnes articulées d'une seule émission de voix, et qui est en opposition avec le mouvement de réduction précédemment signalé, c'est encore l'harmonie acoustique et les commodités de la prononciation qui ont déterminé ce changement : Ménage, en 1672, rapporte que les dames, quand elles lisaient des vers, « s'arrestoient, comme à un mauvais pas, à ces mots de meurtrier, san-glier, bouclier, peuplier et autres semblables, lorsqu'ils estoient de deux syllabes ».

  • 15 Idem, I, 532.

65Ici encore, le langage ordinaire a précédé la versification et, comme toujours, la nouveauté s'est heurtée aux habitudes de la scansion traditionnelle. Dans ce conflit si manifeste, de quel côté devait être la victoire ? Certains détails prouvent, à n'en pas douter, que les poètes ont souvent eu le désir de se plier aux variations de l'usage et que, s'ils avaient pu procéder de façon systématique, le contact entre le vers et le parler courant n'aurait pas été rompu. De nombreux témoignages nous montrent qu'ils ont eu longtemps une certaine répugnance à compter pour deux syllabes des diphtongues qui n'en faisaient plus qu'une dans la conversation quotidienne. De la Touche, en 1694, note d'une manière générale que « les voyelles qui forment deux sons dans les diphtongues se prononcent presque toutes dans une seule syllabe en prose ». Et il ajoute : « Toutes les personnes qui ont l'oreille délicate sentent fort bien que la prononciation de ces voyelles est ordinairement beaucoup plus soutenue et plus agréable en une seule syllabe qu'en deux »15. À propos de fuir, les grammairiens invoquent au xviie siècle des raisons d'ordre acoustique pour recommander la synérèse en vers. Si fuir et fui étaient dissyllabes, dit Port-Royal, « le vers en deviendrait si languissant qu'il seroit impossible que ce mot si nécessaire entrât jamais dans la poësie » ; le P. Mourgues prononce de même : « Parlant en general, notre poésie ne s'accommode pas de cette desunion de voyelles qui rend toûjours le vers languissant. Ainsi fuir est monosyllabe ». On ne saurait encourager plus clairement l'initiative des réformateurs.

  • 16 Thurot, I, p. 543 et 549.
  • 17 J. Peletier, Art Poëtique, II, 9 (A. Boulanger, p. 211).
  • 18 Port-Royal, I,5.
  • 19 Richelet, Dict. des Rimes.
  • 20 E. Rigal, A. Hardy, p. 647.

66Pourtant la tâche de ceux-ci n'était pas des plus faciles. Au cours de cette évolution où la langue a hésité, certains auteurs ont opté pour le mode d'articuler nouveau. Sebillet par exemple n'est pas un conservateur intransigeant ; il enregistre volontiers les changements qui s'accomplissent : je renvoie ici aux diphtongues précédemment étudiées et sur lesquelles il a donné son avis ; on constatera qu'il laisse souvent apparaître son intention de s'en rapporter à la phonétique courante : il place en effet le mot juif parmi les termes pour lesquels il conseille la synérèse et il motive ainsi sa décision : « pèse-le à l'oreille le prononçant, et tu le cognoistras n'estre plus de deux syllabes que les exemples precedens »16. Peletier, lui non plus, n'est pas l'ennemi des réformes17 et Lanoue pas davantage. Même au xviie siècle on n'a pas encore renoncé tout à fait à se régler sur l'usage de la prose. On évitera dans la poésie, dit Port-Royal, « tout ce qui fait paroistre à l'oreille que le vers n'a pas sa juste mesure : ou il ne faut pas se servir de ces mots, ou il faut nécessairement les prononcer de cette derniere sorte [avec synérèse], se ressouvenant toûjours ce que que dit un ancien maistre d'éloquence : superbissimum est judicium aurium ». Donc, lorsque la scansion devient incertaine, et parce que la diérèse rend le vers languissant, il vaut mieux ne pas employer les mots qui font difficulté, comme ruines et poète18. Richelet conseille de s'en rapporter à l'oreille et penche pour la synérèse dans fuir, liard, hier, oui, lierre, violer, violent, violon, mais il exige trois syllabes dans paysan, que beaucoup articulaient pézan19. On a constaté enfin que les poètes, pendant fort longtemps, ne sont pas rebelles en principe à l'idée que des modifications pourraient être légitimement apportées à l'usage : Marot a fait la synérèse dans physionomie, A. Hardy dans escient, déliés, douaire, monstrueux (à tort pour celui-ci), résolution, exécution, révolution, superstition, médiocrité, extraordinaire, opiniâtreté, Racine dans praticien et quelques autres20 ; Malherbe déclare que le compte des syllabes doit se conformer au parler usuel de Paris.

  • 21 La réforme a été accomplie sans aucune méthode : briève et brièvement font encore la synérèse chez (...)
  • 22 Marty-Laveaux, T. I, p. 466 sq.

67Tout cela aurait été au mieux, s'il avait existé quelque autorité qui aurait eu le pouvoir de publier les changements acquis et de les faire passer à l'état de règle. Mais les poètes n'ont pu compter que sur leur bonne volonté mutuelle, qui n'eut jamais rien de très stable, et ce sont d'imprévisibles circonstances qui décidèrent du succès dans quelques essais de réforme notables. On en jugera par l'histoire de ie21 et de ion après deux consonnés articulées d'une seule émission de voix, diphtongues monosyllabiques à l'origine, mais que l'on divise aujourd'hui en prose et en vers. Des exemples de diérèse se rencontrent déjà dans la seconde moitié du xve siècle, et l'on sait que chambri-ère a été ainsi employé par Villon, qui bien évidemment enregistrait ainsi un fait de prononciation nouveau. Les cas en deviennent plus nombreux au cours du xvie siècle : Jodelle scande boucli-er, et Régnier, comme l'avait fait Villon, chambri-ère. Cependant les poètes de la Pléiade conservent aussi l'ancienne scansion : Marty-Laveaux22 cite baudrier chez Baïf et Ronsard ; bouclier chez Baïf, Ronsard et Jodelle ; coudrier chez Ronsard ; encombrier chez Baïf ; levrier et menestrier chez Ronsard ; meurdrier chez Jodelle et Ronsard ; ouvrier chez Baïf, R. Belleau, Du Bellay, Jodelle et Ronsard ; peuplier chez Du Bellay ; sanglier et voudriez chez Ronsard. A. Herting signale que Jodelle, dans la même position, fait toujours ions monosyllabique dans les désinences verbales, qu'il dit couvrions, entrions. Mais les poètes de la Pléiade n'observent ces scansions qu'à contre-cœur. Ce qui le prouve, c'est que, pour un certain nombre de mots ci-dessus énumérés, ils ont volontiers recours à des formes anciennes, dans lesquelles la difficulté n'existe pas : à bouclier, Du Bellay et Ronsard préfèrent souvent boucler ou bouclair ; à sanglier ils substituent sangler. Les choses en sont encore à ce point, avec prédominance de l'ancienne synérèse, lorsque Corneille, dans le Cid, écrit ce vers fameux :

Il est juste, grand Roi, qu'un meurtri-er périsse. (II, 8)

68L'Académie alors proteste, mais le prestige de Corneille l'emporte. Certes il est encore des poètes qui usent, lorsqu'ils y ont intérêt, de l'ancienne scansion :

  • Elle n'est pas fort bonne, et vous devriez tâcher (Molière, I, 108)
  • Que les ouvriers qui sont après son édifice. (Idem, I, 137)
  • Où pourrai-je éviter ce sanglier redoutable ? (Idem, IV, 150)
  • Mais beaux et bons sangliers, daims et cerfs bons et beaux.
    (La Fontaine, Fables, II, 19)

69Cela n'empêche pas qu'ailleurs Molière et La Fontaine ne suivent l'exemple de Corneille :

  • Hé quoi ? Vous voudri-ez, Valère, injustement... (Molière, I, 434)
  • Mon Dieu, ne gagez pas, vous perdri-ez vraiment. (Idem, III, 196)
  • Même l'on dit que l'ouvri-er
    Eut à peine achevé l'image
    Qu'on le vit frémir le premier (La Fontaine, Fables, IX, 6)

70Quant à Boileau et à Racine, ils adoptent la diérèse, qu'ils observent régulièrement. Elle ne rencontre plus qu'un seul adversaire décidé, Desmaret de St Sorlin. Il prend position en ces termes dans l'Advis qui précède son Clovis : « Quelques poëtes de notre temps se sont avisez, de leur authorité privée, de faire de trois syllabes les mots d'ouvrier, bouclier, sanglier, meurtrier, levrier et quelques autres semblables, pour les rendre de plus facile prononciation : quoy que depuis que l'on parle françois, on ne les ait faits que de deux syllabes, comme les mots de guerrier, courrier, dernier, qui ne sont pas plus faciles à prononcer. Mais ces poëtes n'ont aucun droit ny aucune authorité suffisante pour establir une loy nouvelle : et ils seront desavouez particulièrement par les poëtes héroïques, qui ne pourroient plus se servir de ces mots, comme trop languissans et trop lasches pour la dignité de leur sujet, s'ils estoient de trois syllabes ». Mais Desmarets arrive trop tard ; le sort en est déjà jeté : Richelet et le P. Mourgues adoptent la diérèse, et Ménage constate que « nostre poësie a cette obligation, avec plusieurs autres, à M. Corneille ». Il n'en est pas moins vrai qu'il a fallu cent années d'efforts et l'intervention d'un homme considérable pour faire triompher une réforme aussi simple.

  • 23 J. Peletier, II, 9 ; A. Boulanger, p. 211.
  • 24 De Laudun, IV, 8.

71Une telle résistance, qui se prolonge pendant tant d'années, s'explique par les conditions dans lesquelles se sont trouvés les poètes. Le cas qui vient d'être examiné est assez simple, puisque les commodités d'articulation poussent d'elles-mêmes vers la solution qui l'a emporté. Mais ailleurs, comment expliquer que des mots de conformation semblable puissent présenter des valeurs différentes, que bien soit d'une syllabe et li-en de deux ? Les versificateurs n'ont aucune notion de phonétique historique, et ils sont assez enclins à se laisser guider par des analogies superficielles qui les égarent, de telle sorte que tout d'un coup, avec une liberté qui n'a pas de lendemain, ils préfèrent la diérèse à la synérèse, ou inversement. Les scansions établies leur semblent bien souvent arbitraires, et par conséquent ils se croient l'autorité nécessaire pour les corriger selon leur bon vouloir, en vertu de cette idée qu'en poésie toutes les licences sont possibles : « Combien que le mot de licence dénote une hardiesse par sus l'ordinaire permission, déclare J. Peletier23 au cours de l'exposé où il traite du compte des syllabes, si est-ce que la chose est devenue en familière usance aux poètes, tellement que c'est une forme d'ornement de poésie quand elle est bien employée : et dont Virgile a usé en maints endroits, plus par beauté que par nécessité... Licences gisent au bon jugement des poètes. Car il faut être sobre et discret ». Ces recommandations ont été pieusement accueillies par De Laudun d'Aigaliers, qui les a transcrites en indiquant sa source et en les modifiant légèrement dans leur forme24.

  • 25 Thurot, I, p. 539.

72Les esprits les plus curieux n'ont jamais pu découvrir quel système avait présidé à la répartition des diphtongues en deux catégories, ni savoir pourquoi les unes ne valaient qu'une syllabe et les autres deux. Ils constatent les faits, purement et simplement, mais ils sont incapables d'en donner la raison ou, s'ils essaient de le faire, ils échafaudent des classifications baroques, qu'on retrouve encore aujourd'hui dans les manuels les plus répandus : ien, dit Maupas, est de deux syllabes « dans tous les mots de nation et d'art »25, ce qui revient à dire que des caractères extérieurs retiennent seuls son attention. De son côté Malherbe recommande de s'en tenir à l'usage ; mais ce précepte n'est pas d'une absolue clarté. S'agit-il de l'usage courant ? Mais justement il varie et, si l'on consulte Thurot, on voit qu'au xvie siècle il a été flottant, qu'à Paris même, pendant de longues années, il a manifesté des hésitations, qu'enfin de nombreuses provinces restaient fidèles à la manière d'articuler primitive — elles le sont encore aujourd'hui —, sans qu'on se fût déjà mis d'accord sur la suprématie qu'il fallait reconnaître au parler de la capitale. S'agit-il de l'usage des poètes ? Encore qu'il ne fût pas exempt d'incertitudes, c'est lui qui finit par faire la loi, et la tradition fit régner sa toute-puissance, corrigée çà et là par quelques nouveautés que de grands écrivains contribuèrent à répandre. Ainsi se forme le catalogue des scansions modernes, qui ne sont pas très cohérentes et qui, la plupart du temps, ne tiennent pas compte de l'évolution du langage.

  • 26 Th. Sebillet, I, 8 ; Gaiffe, p. 82.
  • 27 Cf. Thurot, T. I, p. 536.

73La grande autorité a été celle de Marot. Il obéit, tout comme les poètes qui l'ont précédé, aux synérèses commandées par l'étymologie. Or s'il arrive, fait assez rare et qui se trouve en opposition avec le mouvement général du français parlé, que des voyelles anciennement articulées d'une seule émission de voix tendent à se désunir, l'exemple de Marot suffit à maintenir le compte accoutumé des syllabes. Les mots fiel et miel (lat. fel et mel) en sont la preuve, et voici, à ce propos, la manière de raisonner très caractéristique de Sebillet : « Le son à l'oreille montre que miel et fiel se doivent diviser en deux syllabes, combien que l'usage soit au contraire : auquel, fondé sur l'autorité de Marot et autres qui l'ont suivi, tu ne peux faillir d'adhérer ». Il reprend le même argument à propos des mots lien et lierre, pour lesquels, à l'encontre des deux précédents, il voudrait qu'on fît la synérèse : « Ne plus ne moins, que disant lien et lierre d'une syllabe, je suivray aussi la raison, voiant que lien et lierre ne portent autre son a mon aureille, que bien, rien, mien : et si tu dis li-en et li-erre de deus syllabes, tu regarderas a ce que Marot et autres aprés lui en ont ainsi usé : l'authorité desquels est suffisante en mon endroit pour me persuader chose plus facheuse a tenir que ceste cy : aussi ce que je t'en vien de dire, n'est que pour te montrer, que l'authorité et la raison sont bien souvent divisées »26. En somme il admet les deux principes, ce qui est une source d'extrême confusion, mais l'exemple de Marot suffit toujours à ses yeux pour justifier les poètes, même quand il n'est pas de leur avis. J. Peletier s'en laisse pareillement imposer par le prestige de ce grand nom dont il se sert pour combattre Maigret : « Tu t'abuses, lui dit-il27, en ce mot vio-let, le mettant de deux syllabes, car il est de trois, tant par usage que par autorité du vers de Marot :

Témoin la côte vi-olette ».

  • 28 Th. Sebillet, I, 8 ; Gaiffe, p. 84.

74Au xviie siècle encore, le P. Mourgues n'est pas bien sûr que viande soit une scansion légitime, car il prend soin de rappeler que Marot écrivait vi-ande, tout en reconnaissant que la synérèse a été adoptée par tous les poètes de son temps. À l'époque où il écrit, il est encore un autre homme illustre dont les versificateurs s'inspirent volontiers : c'est Corneille qui leur a fait accepter la division de ion et de ie après deux consonnes, et qui les a persuadés que fui, malgré le blâme que lui a infligé l'Académie, ne devait compter que pour une syllabe. « Sur ce point, avoue Sebillet28, n'est possible n'a moi n'a autre de te donner certaine règle, quand il faut diviser la diphtongue et quand non : mais suy l'usage, en cecy et partout ailleurs maistre de l'oraison : et le son de l'aureille, lequel avec raison s'attribue en cest endroit lés premieres parties ». Comme le son de l'oreille est loin d'être indiscutable, à cause de la diversité des prononciations, il est très simple, sauf en cas de changement universellement admis, de s'en tenir à la vieille tradition, si obscure soit-elle, parce qu'elle représente le moindre effort et qu'elle met à l'abri de toutes les critiques.

75Cette tradition, malgré quelques défaites partielles et sauf licences toujours possibles, l'emporte définitivement entre 1600 et 1650. À partir de ce moment, la diérèse ou la synérèse ne sont plus commandées par la phonétique courante, mais bien, en règle générale, par les habitudes séculaires de la versification, quoique celles-ci, en dehors des prononciations provinciales, ne correspondent plus à aucune réalité. On pourrait conclure de ce qui précède que les résultats de cette lutte ont entraîné la mort du syllabisme sur lequel était basée la versification française, et que, si les poètes comptaient deux syllabes dans la diphtongue ian pour des mots comme étudi-ant, humili-ant, confi-ant, etc., l'articulation usuelle réduisait tous ces hiatus intérieurs, comme on n'hésite pas à le faire aujourd'hui. Il n'en est cependant rien et, pour longtemps encore, le syllabisme a été artificiellement sauvé. Il a été entendu que tous les alexandrins se composaient de douze syllabes, tous les décasyllabes de dix, et ainsi de suite, de telle sorte que le mètre déterminait la déclamation. En d'autres termes, si Rotrou écrivait :

De quel œil puis-je voir le meurtrier de mon pere,

76la mesure indiquait suffisamment que meurtrier ne devait avoir que deux syllabes, tandis que, si l'on venait à lire ce vers de Corneille :

Jamais un meurtri-er en fit-il son refuge.

77la mesure exigeait qu'on fît entendre trois syllabes.

  • 29 Thurot, I, 531.
  • 30 Thurot, I, p. 551.
  • 31 Idem, I, p. 532. Je dois faire observer que la synérèse est primitive dans truite (lat. tracta), q (...)
  • 32 Idem, I, p. 5

78Le classicisme s'est résigné à une double prononciation, l'une courante, celle de la prose et de la conversation, l'autre plus solennelle, celle des vers, dont le caractère archaïque est désormais évident, et qui s'attachait à rendre effectives les scansions des poètes. Sur ce point, les témoignages ne manquent pas. Audry de Boisregard, en 1689, observe qu'il faut prononcer en prose jouir, ouir, fouir, et en poésie jou-ir, ou-ir, et fou-ir, que la première façon de parler est bonne en prose, et la seconde en vers. En 1687, on lit dans Hindret la même remarque29 : « Dans les ouvrages de poésie, on doit prononcer vi-olant, vi-olance, vi-ol, etc., di-ocese, peri-ode, gali-ote, di-amant, uni-on, etc. Ce qui n'arrive pas dans la prose, où on entend fort intelligiblement prononcer à ceux qui parlent bien ces doubles consonnes comme des diphtongues : violant, etc. ». Hindret, à propos des mots en ui, indique qu'ils exigent partout la synérèse, excepté druide, truite, fuir, ruine, « dont quelques poëtes séparent les deux voyelles pour augmenter ces mots d'une syllabe, et les autres les font diphtongues ; de sorte que les uns disent dru-ide, tru-ite, etc. Mais, quoi qu'il en soit, elles sont toujours diphtongues en prose »30. Régnier-Desmarets, qui écrit en 1705, note que Louis, réjouis, évanouis « ne font de diphtongue que dans la prononciation négligée du discours familier ; car, dans le vers et dans la prononciation régulière, on n'y sent point la diphtongue, i faisant alors une syllabe entierement séparée de l'ou »31. Billecoq, six ans plus tard, nous fait encore savoir qu'on dit avou-er, amadou-er, bafou-er ; « dans le discours familier, ajoute-t-il, on passe assez legerement sur ces trois voyelles : mais en lisant des vers il faut prononcer l'e separement des autres »32. Ainsi se vérifie ce que nous avancions plus haut : la poésie française, à la fin du xviie siècle, n'a pas encore renoncé au syllabisme strict sur lequel elle est fondée ; elle ne réussit d'ailleurs à le maintenir que par des moyens désespérés et conventionnels dont elle usera longtemps encore ; mais dès maintenant il est facile de prévoir que la déclamation, en dépit des indications écrites que lui donnent les poètes, rompra un jour les liens qui l'emprisonnent, et rendra à la langue son unité provisoirement perdue.

Notes

1 Outre ces travaux, les principaux ouvrages utilisés pour ce chapitre sont ceux de Sebillet, Le Gaynard, J. Peletier (II, 9), A. Hamon, Keuter, Herting, W. Ricken, E.-W. Wagner, Ziemansi, qui sont mentionnés dans la bibliographie.

2 La simple indication du tome et de la page renvoie, pour les poètes de la Pléiade, à l'édition Marty-Laveaux, et pour ceux du xviie siècle, à la collection dite des « Grands Écrivains ».

3 Cette scansion est assez fréquente. Cf. d'Aubigné : Le paisan de cent ans, dont la tête chenue... (Trag., I, 266)

4 Ces deux mots sont exactement comparables : fléau remonte à flagellus, préau à pratellus par des formes anciennes flaiaus et praiaus, cette dernière avec un y de transition.

5 Tobler, V. Fr., p. 54.

6 Thurot, T. I, p. 437 et 441.

7 Idem, p. 519.

8 Mais il a fait lui-même de ce mot un monosyllabe (I, 165), comme parfois Molière et d'autres poètes du xviie siècle ou plus récents.

9 Thurot, T. I, p. 490-491.

10 Thurot, T. I, p. 540.

11 Marot a aussi employé fou-etter.

12 Molière compte du-el (III, 54).

13 Il a été imité en cela par Vauquelin, et se rencontre avec J. Peletier du Mans (cf. Cl. Jugé, p. 1371).

14 Thurot, I, 491.

15 Idem, I, 532.

16 Thurot, I, p. 543 et 549.

17 J. Peletier, Art Poëtique, II, 9 (A. Boulanger, p. 211).

18 Port-Royal, I,5.

19 Richelet, Dict. des Rimes.

20 E. Rigal, A. Hardy, p. 647.

21 La réforme a été accomplie sans aucune méthode : briève et brièvement font encore la synérèse chez J. Peletier (cf. Cl. Jugé, p. 371) ; mais briève est resté monosyllabique par allégement du groupe consonantique (brève), tandis que grief, grièvement, brièvement ont opéré leur diérèse.

22 Marty-Laveaux, T. I, p. 466 sq.

23 J. Peletier, II, 9 ; A. Boulanger, p. 211.

24 De Laudun, IV, 8.

25 Thurot, I, p. 539.

26 Th. Sebillet, I, 8 ; Gaiffe, p. 82.

27 Cf. Thurot, T. I, p. 536.

28 Th. Sebillet, I, 8 ; Gaiffe, p. 84.

29 Thurot, I, 531.

30 Thurot, I, p. 551.

31 Idem, I, p. 532. Je dois faire observer que la synérèse est primitive dans truite (lat. tracta), qu'à l'origine l'étymologie exige au contraire dru-ide, fu-ir, ru-ine, et que le second de ces mots est le seul où la réduction soit considérée comme régulière.

32 Idem, I, p. 5

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable