Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Première section. Le compte des syllabes

Chapitre II. L'e muet

Texte intégral

  • 1 Cf. Thurot, Pron. fr., T. I, p . 167.

1Dans le langage courant, et tout au moins en certaines positions, c'est à une époque très ancienne que l'E muet, déjà affecté d'une certaine faiblesse par suite de sa valeur atone, a commencé de ne plus se faire sentir. Le mouvement s'est continué pendant tout le xve siècle, si bien que les poètes de la Renaissance, cédant souvent à la tentation d'adapter leurs vers à la phonétique nouvelle, se sont trouvés en présence de problèmes très difficiles à résoudre. Compterait-on et articulerait-on toutes les syllabes écrites, ou serait-il permis d'en laisser tomber quelques-unes ? Ou bien n'écrirait-on pas celles que la déclamation ne devrait pas conserver ? « Il me semble desja, écrit Tabourot1, que j'en voy un qui fait un vers de treize et quatorze syllabes au lieu de douze, et le prononce si bien a sa fantaisie qu'il retienne la mesure parfaite, comme celuy qui me monstra un sonnet ou estoient ces vers,

A ceste heure, ma douce amie, je prens de vous congé,
Vous penserez, s'il vous plaist, au mal que pour vous j'é,

2et prononçoit :

Asteur' ma douc' amy' je prens de vous congé,
Vous pensrez, s'il vous plaist, au mal que pour vous j'é. »

3La versification française reposait sur un exact syllabisme. Comme l'écrivait Vauquelin,

Et si nous sçavons bien à l'oreille et aux dois
Juger le vers qui marche au nombre de ses lois. (Art poët., II)

  • 2 Cf. infra, p. 195.

4Il est donc indispensable, avant d'entrer dans l'exposé des faits, de caractériser la manière selon laquelle l'E muet était articulé. En prose, quand il était conservé, les grammairiens de la Renaissance sont unanimes à attester qu'il avait un son fort distinct, que pourtant il s'assourdissait lorsqu'il était situé derrière l'accent, et que dans ce dernier cas la voix, pour l'articuler, baissait de ton. En poésie au contraire, la même position ne devait produire le même effet qu'à la rime et à la césure, lorsque celle-ci était féminine : c'était la conséquence qui résultait de la constitution particulière du vers français et aussi de sa déclamation traditionnelle. Les difficultés avec lesquelles les versificateurs se sont trouvés aux prises proviennent donc de l'écart qui existait entre le parler ordinaire et la diction poétique, car le syllabisme du mètre était faussé dans son essence dès que l'un de ses éléments cessait d'exister ou qu'une dépression indue apparaissait dans l'hémistiche régulièrement constitué. En vers, l'E muet isolé, précédé d'une autre voyelle, avait peine à maintenir sa place, ce qu'il ne faisait plus en prose. Selon l'observation de Ronsard2, il y sonnait très mal et tendait à rendre le ”carme”, si le diseur n'y portait la plus grande attention, ”entrouvert” et ”béant”. Si au contraire il était précédé d'une consonne, il était bien évidemment, que ce fût dans la poésie ou dans la prose, doué d'une plus grande force de résistance. Cependant certaines prononciations négligentes, loin de lui laisser en vers la valeur à laquelle il pouvait assez légitimement prétendre, l'affaiblissaient et même le laissaient purement et simplement tomber, ce qui morcelait peut-être l'hémistiche en y faisant apparaître quelques arêtes d'accent, et, dans tous les cas, détruisait le syllabisme et l'égalité numérique.

  • 3 Du Gardin, Adresses, p. 42.

5C'est ce dernier danger que signale Du Gardin en faisant remarquer qu'il et particulièrement sensible dans son pays wallon : « Si l'on ne veut faire marcher un vers boiteux, dit-il3, il est nécessaire reciter toutes les syllabes tant féminines que masculines. Car chacune feminine suivant le demy son qu'elle a, faict aussi une syllabe à part soy, combien que certaine nation ne la prononce point, mais elle a tort de la manger ainsi. Ex., ce vers de huit syllabes de Garnier,

Toute chose naist pour mourir,

6par le wallon, recognu pour cela en son gallicisme, sera recité en six syllabes ainsi,

Tout chos naist pour mourir

7Item de ce bon vers de Du Bartas, de treize syllabes :

Tournoye vire volte et plus roide s'envole,

8quelque suffisant pensant bien dire ne fera que neuf syllabes, en ceste maniere,

Tournoy vir volt' et plus roid s'envol.

  • 4 Lancelot, Brève Instruction sur les Règles de la Poésie françoise.

9Neantmoins il faut reciter l'E feminin selon sa prononciation en toute chose, roide, faisant de chacun mot deux syllabes ». Après lui, Lancelot a signalé la même faute, qu'il avait relevée chez un certain nombre de ses contemporains. « Il faut prendre garde, note-t-il4, que cet E feminine ne se mange que quand il est seul, comme Prince, aime, et non comme j'ai dejà dit, quand il est suivi d'une consonne comme Princes, aiment. En quoi beaucoup de personnes se trompent, n'observant point cette différence, et prononçant par exemple, les Princes ont Dieu pour juge, comme si c'étoit la moitié d'un vers, et qu'il y eût :

Les Princ' ont Dieu pour juge,

10comme il faut dire au singulier :

Le Prince a Dieu pour juge.

11Cette mauvaise prononciation ne se remarque pas tant dans la prose, mais elle est insupportable dans les vers, parce qu'elle les fait trop courts d'une syllabe, comme on voit par ce vers :

Terrestres animaux, benissez son pouvoir,

12qui n'a que cinq syllabes au premier hemistiche, en prononçant comme font tant de personnes :

Terrestr' animaux etc. »

13Dans cette crise, née du désaccord qui existait entre le parler courant et les règles d'une versification séculaire, la question s'est donc posée de savoir quels remèdes il serait possible d'apporter au désordre causé par l'e muet, et par quels procédés il conviendrait de rajeunir notre métrique. Malheureusement les réformateurs avaient à lutter contre une longue tradition, contre les habitudes de l'orthographe régulière, plus libre cependant qu'à notre époque, contre la notion même de licence poétique, qui s'opposait jusqu'à un certain point à une reglementation rigoureuse. Enfin, sur ce terrain comme souvent ailleurs, il n'y a eu ni unité de vues, ni coordination dans les efforts ; les novateurs, qui n'ont pas fait preuve d'une grande énergie doctrinale, ont été combattus par des conservateurs autoritaires, pour qui les privilèges de l'œil devaient l'emporter sur les droits de l'oreille. L'on n'a abouti en somme qu'à des solutions de fortune, partielles et imparfaites, sans qu'un programme nettement défini ait présidé aux corrections adoptées, ou même que celles-ci aient été appliquées avec une ténacité qui aurait assuré leur durable victoire.

14Cependant, comme tous les E muets ne sont pas semblables entre eux, et que les uns se défendent mieux que les autres selon la place qu'ils occupent dans les mots ou les sons qui les précèdent et les suivent, il importe de distinguer plusieurs catégories différentes et de les étudier séparément.

.I.

  • 5 Je rappelle cependant qu'on a souvent dit meur (œ).
  • 6 Cf. infra, p. 216.

15Le premier cas que nous examinerons est celui où l'E muet, situé à l'initiale ou à l'intérieur d'un mot, se trouve en hiatus devant la tonique. Il ne donne lieu qu'à des observations assez brèves, car cet E s'est déjà fondu, sauf rares exceptions, dans la voyelle suivante. Là où il a survécu, il ne l'a fait qu'en modifiant son timbre et en prenant le son de l'e fermé (é) : c'est ainsi que credantia > creance est devenu créance d'une manière tout à fait exceptionnelle, tandis que maturum, autrefois me-ür, est passé tout à fait normalement à mûr5, par une évolution déjà terminée avant la période qui nous occupe. L'e se trouve ainsi en hiatus dans diverses combinaisons eau, eé, eo, ei, eoi, ean, eu qui seront étudiées au cours du chapitre consacré à la diérèse et à la synérèse des diphtongues6. Il est inutile d'entrer dès maintenant dans le détail de faits qu'on trouvera exposés à cette place.

.II.

  • 7 J. Peletier, II, 9.
  • 8 F. Brunot, Hist. de la L. Fr., T. II, p. 245.

16Dans le corps d'un mot, l'E muet peut succéder immédiatement à une voyelle ou à une diphtongue. Après une voyelle, le parler courant du xvie siècle n'en tient plus aucun compte. « Nous dirons encore lourai et jourai non seulement par licence, déclare J. Peletier du Mans7, mais encore par droit de prononciation ». Lanoue note que dans remuements, cruement, l'E n'est pas articulé, de même que dans aiguement, nuement, incongrue-ment. Cependant quelques poètes,optant pour une scansion archaïque qui leur est commode, le comptent encore. F. Brunot8 a relevé aisé-e-ment chez Marot, publi-e-rai chez Marguerite de Navarre, dissimulé-e-ment chez Saint-Gelais. Mais, plus souvent encore, l'E muet est tenu pour nul : Gringore donne chastiment, maniment, merciront, remedirez ; Ronsard desfirois (M.-L., I, 178), estourdiment (ibid., IV, 170) ; Baïf turies (Mimes, I) ; parfois même il en est ainsi quand il est conservé par la graphie, ce qui soulève une sérieuse difficulté. Marot écrit :

Que ce bienfait n'oubli/eray jamais,

17vers où l'E forme syllabe, tandis qu'il ne lui accorde aucune valeur dans le suivant :

  • 9 Keuter, Herrig's Archiv, 1882, p. 331.

En ceste foy l'homme s'humiliera9

18Il faudrait que le lecteur pût être averti du choix fait par le poète, et c'est à cette préoccupation qu'obéissent Gringore, Ronsard et Baïf, en supprimant, dans les exemples signalés, l'E muet qui ne doit pas être prononcé. Mais alors il s'agit de savoir si l'écrivain a le droit de mutiler arbitrairement la physionomie des mots. Ne vaudrait-il pas mieux avoir recours au système de l'apostrophe, qui montrerait aux yeux de quelle façon il faut lire, et qui rappellerait en même temps que la graphie habituelle est différente ? C'est le parti auquel se rangent le plus souvent, mais non pas toujours, Ronsard et ses amis. Ronsard présente jou'ra (M.-L., V, 142), bu'ra (ibid., II, 412), mani'ront (ibid., IV, 142), ni'ront (ibid., II, 293), vou'ra (ibid., II, 412), ru'ray (ibid., VI, 186), desli'ra (B. de F., p. 50), avou'roit (ibid., p. 151).

  • 10 Vaugelas, éd. Chassang, T. II, p. 136.
  • 11 Douze cas semblables chez lui : Plaideurs, v. 1, 396, 489 ; Britannicus, v. 553, etc.
  • 12 Groebedinkel, p. 50.
  • 13 M. Souriau, p. 22.
  • 14 Id., p. 122 et W. Ricken, Untersuchungen..., p. 1.
  • 15 Lierau, p. 3.
  • 16 M. Souriau, p. 264.
  • 17 Id., p. 204.
  • 18 On peut en citer cependant comme autre exemple notable le compte de la terminaison verbale -oient  (...)

19Cependant, au xviie siècle, on renonce à ce dernier moyen : l'on convient que l'E muet situé à l'intérieur d'un mot après voyelle ne forme pas syllabe, et qu'il peut même n'être pas écrit, mais sans qu'on puisse se mettre d'accord sur ce dernier point pour établir une règle générale. Des flottements persistent dans la graphie. Certains marquent la chute de l'E par un accent circonflexe placé sur la voyelle antécédente ; d'autres ne peuvent se résigner à ne pas le noter, et il est évident que lier a fortement contribué à maintenir lierai. Malherbe ne veut pas qu'on change quoi que ce soit à l'orthographe usuelle. Vaugelas est d'un autre avis : « Remerciment, dit-il10, se doit aussi écrire et prononcer remerciment et non pas remerciement avec un e après l'i ». Il y a des mots qui n'ont pas perdu leur E muet, comme ralliement et quelques autres ; il en est, comme enroûment, enjoûment, qui le remplacent, mais seulement en vers, par un accent circonflexe, selon un usage que sanctionne le Dictionnaire de l'Académie ; pour d'autres, cet artifice, après avoir été essayé, a été abandonné, et il en est ainsi de criera, crieront, que Corneille a notés crîra (Cid, 832) et crîront (Attila, 698). Ailleurs la voyelle a été purement et simplement supprimée, comme dans châtiment, hardiment ; ailleurs elle a reparu : fiera est la seule forme aujourd'hui régulière, tandis que Racine avait opté pour fira (Plaideurs, 1)11. Au reste, voici des exemples : chez Desportes12, beeler, envieront, envieroit à côté de loûray, advoûroit, prirois, oubliront ; chez Malherbe, crieront (Gds Ecr., I, 3), marieront (ibid.) ; chez Corneille13, outre les deux cas cités, envierai (Cid, 1224), agréeroit (Sciv., 1074), attribuerez (Pl. roy., 1065), desavoueras (Clit., 1394), infiniment (Cid, 1761), reniement (Gds Ecr., IX, 453), aisément (Mél., 37), agrément (Ment., 1620 ; agréement est condamné par Vaugelas), remuement (Pompée, 1431), denoûment, congrûment (Gds Ecr., IV, 388), renouement (Ag., 1628), j'agréerai (ibid., V, 44), suppléera (ibid., II, 188), ”déniera (ibid., IV, 356), écriera (ibid., VIII, 524), fortifiera (ibid., III, 158), justifiera (ibid., V, 195), oublierai (ibid., IX, 442), reprierai (ibid., IV, 334), avouera (ibid., V, 196) ; chez Malleville14, loûrois, oubli-rois, mariras, remédieras ; chez Molière15, avouerai (Gds Ecr., I, 415), remercierez (ibid., I, 466), contribuerait (ibid., I, 471) ; chez La Fontaine16, crierait (Gds Ecr., II, 272), j'oublierai (ibid., VI, 203), certifieront (ibid.,IX, 381), prierais (ibid., IX, 127), souciera (ibid., VII, 167), marierez (ibid., VII, 170), louera (ibid., I, 269), echoueraient (ibid., III, 871), tuerai (ibid., VII, 413)17. Dès la fin du xviie siècle, notre usage moderne, plein de contradictions, et dont il suffit de souligner l'illogisme, est définitivement fixé. L'unique solution acceptable eût été de supprimer partout et toujours dans la graphie la voyelle féminine qui, même en vers, n'était plus prononcée. L'œil et la tradition s'y opposèrent bien souvent, et l'on n'aboutit pas à des décisions cohérentes : là où l'ancienne orthographe demeura inchangée, c'est à peu près le seul cas où les grammairiens se désistèrent du principe selon lequel toute syllabe maintenue par la graphie devait, sauf élision, être prononcée en vers18.

  • 19 Cf. Keuter, p. 333.

20Les choses semblent s'être passées de façon un peu différente quand l'E muet intérieur était précédé d'une diphtongue, c'est-à-dire dans les combinaisons aie, oie et uie. Ici encore l'e muet, au xvie siècle, peut être tenu pour nul même quand il est écrit, comme dans cet octosyllabe de Marot19 :

Nenny vrayement je n'en sais rien.

21On relève de même vrayement chez Jodelle ; essuierez, essuieriez, envoierois, paiera, paiements chez Corneille ; envoierois, envoierai chez Molière.Pourtant, dès la fin du xvie siècle et le début du xviie, les poètes écrivent de préférence vrayement quand l'E doit être articulé, et vray-ment ou vraiment quand il ne doit pas l'être. Cette dernière graphie est assez courante, et Vaugelas exige payray en vers : c'est la solution à laquelle s'étaient arrêtés déjà nombre de poètes, mais très irrégulièrement et au gré de leurs besoins changeants : on a en effet signalé paiment, paira, desvoyment chez Gringore, employra chez Marot, pay'ment chez Desportes, j'envoîrai chez Corneille, etc. Cependant les cas où l'e muet forme syllabe sont extrêmement nombreux :

  • Pour vrai-e-ment la manière comprendre. (Marot)
  • Hoste de l'homme est vray-e-ment Lyon. (B. Aneau)
  • 20 Tous les exemples sont donnés par Keuter (ibid.), Ch. Oulmont (p. 349), F. Brunot (T. II, p. 245), (...)

22De même Jodelle a compté gay-e-ment, pay-e-rai, effroy-e-ment, vray-e-ment. O. de Magny gai-e-ment, flamboi-e-ra, pay-e-ment ; on trouve encore chez Maynard pay-e-ment20. Or Ronsard n'a compté l'E muet que deux fois seulement, dans gay-e-ment et vray-e-ment ; Garnier, Gombauld, Malleville, Corneille s'en sont abstenus, et cette scansion, dès le début du xviie siècle, tombe décidément dans le domaine du comique et des genres légers. En voici des exemples :

  • Non, non, point de chagrin : vive la gay-e-té. (Hauteroche)
  • Là le printemps toute l'année
    Y conserve sa gay-e-té. (Scarron)
  • Et l'on m'a mis en main une bague à la mode,
    Qu'après vous pay-e-rez si cela l'accommode. (Molière)
  • Tu t'en vas recevoir le juste pay-e-ment. (Idem)
  • 21 Th. Rosset, p. 133-140.

23L'explication de ces faits est bien celle qu'en a donnée Th. Rosset21. Il faut admettre que les diphtongues dont il s'agit avaient encore au xvie siècle deux prononciations, l'une étant [e], [we] [yi], où l'E muet disparaissait comme après la voyelle simple, l'autre étant plus archaïque, [εj], [wej], [yij] ; cette dernière, dans laquelle le y formait syllabe avec la voyelle féminine suivante, était maintenue analogiquement par des formes verbales telles que nous payons, nous voyons, nous fuyons, que nous payions, que nous voyions, que nous fuyions : on peut encore entendre actuellement, dans le parler populaire de Paris, que je [pεjø], que je [vwajø]. Dans les cas cités ci-dessus, où l'E muet est compté, il ne faut donc pas lire gay-e-té, pay-e-ment, comme on le propose généralement, mais gai-ye-ment, pai-ye-ment (gè-yœ-mǎ, pè-yœ-mǎ), etc. La première de ces prononciations, avec chute de l'E muet, déjà très répandue au xvie siècle, devient tout à fait régulière au xviie, mais la seconde, qui n'était pas encore tout à fait oubliée et qui n'appartenait pas au beau langage, continua d'être utilisée par les poètes dans les genres où l'on ne se piquait pas de « parler Vaugelas ». Quant à la graphie, elle n'a pas été mieux réglementée qu'après une voyelle simple et elle présente les mêmes contradictions.

.III.

  • 22 Thurot, T. I, p. 161-162.

24En voyelle initiale, ou à l'intérieur d'un mot, l'E muet peut également se rencontrer entre deux consonnes. Thurot, après avoir réuni un nombre énorme de témoignages, aboutit à quelques conclusions22, qu'il suffit de reprendre en les complétant pour rendre compte de l'évolution du parler courant. Au xvie siècle, l'E muet, dans les positions dont il s'agit, était généralement syncopé, soit qu'il se formât alors un groupe de consonnes qui pouvait être articulé d'une seule émission de voix (type pe-lu-che > plu-che), soit que ce groupe de consonnes pût se diviser de telle façon que chacune d'elle appartînt à des syllabes différentes (types ha-bi-le-té > ha-bil-té). Même ces réductions étaient déjà anciennes, puisque le Moyen Âge possédait quantité de doubles formes dont il a déjà été fait état et dont avaient usé les poètes : peliçon et pliçon, larrecin el larcin, ferai et frai, menera et menra, etc. Au contraire l'E muet se maintenait : 1°) dans les mots en -elier (chapelier, tonnelier, etc.) ; 2°) entre trois consonnes dont deux formaient groupe, selon la division 2 + 1 (agréablement, crever, bien que pr'nez soit attesté, mais évidemment dans une prononciation très négligée), tandis qu'au contraire il tombait lorsque ces trois consonnes se répartissaient selon la formule 1+2 (pal'frenier) ; 3°) entre la même consonne répétée, surtout quand la première est précédée d'une autre (chasteté). En outre, lorsque deux E muets se succédaient dans deux syllabes différentes, on n'en prononçait qu'un, le premier quand le mot n'était pas précédé d'un autre mot, le second dans le cas contraire, rev'nez, je vais r'venir). Il y avait le plus souvent persistance à l'initiale à moins que cette initiale fût une explosive labiale et la seconde l ou r (regarder, cheveu, mais p'lote) ; dans cette dernière catégorie, la syncope prit une assez forte extension et la voyelle ne fit preuve d'une grande résistance que lorsque la première syllabe n'était précédée d'aucun autre mot. Naturellement, comme aujourd'hui encore, ces accidents ou ces conservations de son n'étaient pas constants ; ils dépendaient de la rapidité ou de la lenteur du discours, du degré de familiarité ou de noblesse qu'on voulait lui donner.

  • 23 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 56 ; donra est très ancien.
  • 24 J. Peletier, Art poétique, II, 9.
  • 25 Le Gaynard, Promptuaire, Préf.

25Les poètes du xvie siècle tentèrent de faire passer dans leurs vers les syncopes dont on usait dans la conversation journalière, et ils l'osèrent sur une bien plus grande échelle que leurs prédécesseurs du Moyen Âge. Ils n'avaient d'ailleurs aucune intention d'établir une règle fixe, mais simplement d'ajouter quelques commodités à celles qu'ils possédaient déjà. Ronsard prit position dans son Art Poétique23 : « Tu accourciras aussi (je dis en tant que tu y seras contraint) les vers trop longs : comme don'ra pour donnera, saut'ra pour sautera ». J. Peletier prononce de même : « Nous dirons tout librement donrai pour donnerai »24. Le Gaynard, traitant de la syncope, s'exprime ainsi25 : « L'on puist par cette figure accourcir quelques personnes des verbes, pourveu qu'elles ne soient de la troisieme conjugaizon, comme tu vois :

Ou quelque jeune sot dont on ne se doubtra
Sa faux en la moisson secrettement mettra. (Ronsard)

  • 26 Ch. Oulmont, p. 349.
  • 27 Marty-Laveaux, La Langue de la Pléiade, T. I, p. 465 sq.

26ou il a syncopé l'e de doublera expressement pour richement uni-sonner à mettra ». Les indications données par ces métriciens ne sont d'ailleurs pas limitatives, comme on le verra par la suite. Avant Ronsard et ses amis, Gringore ne s'est pas gêné pour écrire fortresse, virletz(virelais), sou-vraine, almans (allemands), maintnant, salmandre (salemandre), Bon-val (Bonneval)26. Marty-Laveaux a rassemblé les exemples suivants27, pris chez les poètes de la Pléiade : assom'resse (Rons., IV, 288), atlage (Baïf, II, 136), band'roit (Rons., II, 422), chartier (Du Bellay, II, 232), don'ray, donzay, don'ra (Baïf, V, 282 ; R. Belleau, II, 97 ; Rons., II, 469 ; III, 63 ; VI, 437), durté (Rons., VI, 172), enfantront (Rons., IV, 181), envlopoir (Baïf, IV, 400), fortresse (en trois syllabes même quand il est écrit forteresse ; Baïf, II, 149 ; III, 208, 309 ; Rons., V, 271 ; mais Belleau fait au contraire ce mot de quatre syllabes), gardras (Baïf, III, 217), regardront (idem, II, 6), jartière (Rons., II, 457), monstr'ay (= monstrerai, ibid., III, 138) ; monstr'a (Baïf, II, 256) ; obscurté (Baïf, I, 54, II, 20 ; Rons., VI, 38) ; paq'rette (Rons., VI, 249) ; portra, port'ront (Baïf, I, 99, 287) ; redonra (Rons., II, 404) ; r'ent'ra (rentrera, id., V, 403) ; souv'rain (idem, V, 77) ; S'rizolles (= Cerisolles,id., V, 266) ; taftas (id., V, 415) ; tourt'relie (id., V, 108). Mais cette liste est certainement incomplète car Baïf a écrit :

Nul si fin que femme n'assote ;
Plus frapez, plus bondist la ploie. (Mimes, II)

  • 28 Baïf, Poésies choisies, p. 379.
  • 29 Herting, p. 6.

27Rien que dans les Etrènes et les Psaumes de ce poète, Becq de Fouquiè-res28 a relevé devlopera, s'envlope, m'anvlopoit, abandonras, engen-drras, aportront, chantrai, contrai, demourra, j'invoqrai, jetront, lavra, levra, montrront, ostrai, regardra, rejetroit, se vantront, visitra, grir ; de son côté A. Herting29 a signalé chez Jodelle Allmagne, restra, seurté, durté. On voit donc que la syncope est un fait courant.

  • 30 Le P. Mourgues, 1685, p. 82.

28Cependant on doit remarquer qu'une réforme mise à exécution de cette manière n'avait aucune chance de conduire à un résultat durable. Pour qu'elle pût aboutir, il aurait fallu corriger l'orthographe de la prose, et non pas, comme l'a fait souvent Ronsard, marquer par une apostrophe la place de la voyelle absente en indiquant par cela même qu'ailleurs elle devait être écrite, ou bien encore il aurait fallu établir une règle universelle de prononciation pour certaines combinaisons (charr(e)tier, taf(e)tas, etc.) où l'E muet ne devrait jamais se faire sentir, ce qui était déjà plus difficile. Cependant le procédé de la modification graphique a rencontré des partisans — assez rares il est vrai — bien avant dans le xviie siècle, mais toujours au gré du poète. « Cet E, déclare le P. Mourgues30, se trouvant entre une consonne muette et une liquide, comme dans ces mots, peloton, peluche, pelouse, esperon, chaperon, quarteron, auxquels on peut ajouter gallerie, hostelerie, cet E est alors coulé fort insensiblement ; car on prononce comme ploton, épron, quartron, galrie et ainsi des autres. On trouve dans Sarrazin :

Ces nobles epronnant pour estre les premiers.

29Et on peut trouver de semblables exemples, et les imiter aussi : mais alors il faut ortographier comme on veut qu'on lise, écrivant ploton, épron ; au lieu que les mots dont nous avons parlé auparavant retiennent leur E muet dans l'écriture, quoy qu'on le supprime en lisant ». Il est bien évident que dans le langage ordinaire la voyelle est syncopée, qu'elle est faible en vers si on la prononce, et qu'il faut faire effort pour lui donner sa pleine valeur syllabique.

  • 31 Deimier, p. 102, 121 et 131.
  • 32 Le P. Chifflet, Essay d'une parfaite grammaire de la langue françoise, 6e éd., Cologne, 1680, p. 2 (...)

30Mais les conservateurs refusèrent d'admettre qu'un écrivain fût libre de mutiler les mots ni d'en changer la physionomie habituelle. Deimier défend qu'on écrive don'ra, saut'ra : « Cette façon de faire, dit-il, a faict son temps comme les vieux habits d'un usurier qui pratique la lesine, veu que l'on connoist assez que telle façon d'escrire est fort esloignée de la vraye forme du bien dire ». À son avis, c'est là une licence, condamnable comme toutes les licences, qui sont l'audace des mauvais versificateurs occupés à dégrader le langage et à lui donner des entorses fréquentes. Sa sévérité s'étend aux bons poètes qui se rendent coupables des mêmes fautes, nommément à Ronsard : « Donques, à quelle occasion que ce soit que ces poètes ayent failli à se licencier ainsi, ils ne doivêt pas estre suivis en cela, comme aussi nul ne sçauroit dire avec raison que telles façons d'escrire meritent d'estre totallement excusees ny tant soit peu imitees : car ce sont toujours des erreurs et des fautes assez grandes qui difforment la raison et le langage des poëmes »31. Il faut voir d'ailleurs avec quelle véhémence le P. Chifflet, en 1659, répond à Oudin : « Sur cet E feminin, il n'y a que deux choses à dire, contre une double erreur d'un grammairien : La premiere est en ce qu'il dit que cet £ se mange tout à fait au milieu des mots, et qu'il ne se prononce point du tout à la fin des particules monosyllabes : et par consequent qu'il faut dire cla pour que là, sla pour cela, ach(e)ter pour achepter, lçon pour leçon etc. Je dis de cette prononciation affectée qu'elle est fausse, injurieuse à notre langue, et totalement pernicieuse à la poésie françoise. Elle est fausse, parce qu'elle anéantit des syllabes entieres qui ont droit d'estre distinguées des autres, quoy que j'avoue qu'elles sont fort courtes, et qu'il les faut prononcer brièvement. Elle est injurieuse à la langue : d'autant qu'elle la rendrait dure, scabreuse et fremissante, à cause du choc des consonnes, contre l'extréme inclination qu'elle a à la douceur. Enfin elle ruineroit toute poésie, estropiant les vers du nombre des syllabes qui est requis à leur mesure »32.

  • 33 Malherbe, Poésies, CXIX.
  • 34 Richelet, Vers, fr., 1672, p. 140.

31Tout de même convient-il de remarquer que le P. Chifflet formule une observation très raisonnable quand il fait ressortir l'inharmonie de certaines contractions telles qu'en ont opérées Ronsard et ses amis. C'est là un point de vue auquel ne s'étaient guère placés les critiques qui l'avaient précédé. Il est d'une indiscutable justesse. Les brutales syncopes que se sont trop souvent permises les poètes de la Pléiade ont en effet abouti dans bien des cas à la formation de groupes de consonnes presque imprononçables, comme gardras, fortresse. Ils ont parfois essayé de les alléger en supprimant l'un des sons mis en contact, comme dans monstr'a au lieu de monstrera, mais ils ont ainsi métamorphosé un futur en parfait, au mépris de toute clarté. En outre ils ne paraissent pas s'être doutés le moins du monde que l'E muet n'est pas stable, qu'il se maintient même dans le discours ordinaire aussitôt que des raisons d'euphonie l'exigent, que sa conservation ou sa disparition dépendent de la lenteur ou de la rapidité plus ou moins grande de la parole, du degré de solennité qu'elle comporte. Pourtant les métriciens ont bien aperçu que cette voyelle n'était pas très résistante, et qu'il fallait un peu d'application pour lui donner la valeur requise par le numérisme et la déclamation syllabique, particulièrement dans les futurs et les conditionnels de la première conjugaison, surtout lorsque le radical se terminait par une r, puisqu'on dit communément demeurra au lieu de demeurera, desirra au lieu de desirera, tout comme on dit il courra. Au xviie siècle la question se posa de savoir comment on pourrait obvier à cette difficulté, puisque les partisans de la syncope devenaient de moins en moins nombreux. On proposa alors, mais pourtant avec quelque timidité, de proscrire ces formes dangereuses, qui désormais ne pourraient plus être utilisées dans la poésie. Le commentaire de Ménage sur Malherbe contient à ce propos une remarque intéressante. Malherbe a écrit cet heptasyllabe : En nos maisons fileront33, à propos de quoi le critique observe que « les troisièmes personnes du futur finissent désagréablement les vers, et particuliérement les grands. Et celles du singulier les finissent encore plus désagréablement que celles du plurier ». D'autre part on lit dans Richelet : « Les personnes de l'imparfait de l'optatif, comme je desirerois, nous désirerions, vous désireriez, ne doivent presque jamais terminer un vers de douze syllabes... Les troisièmes personnes du futur ne terminent pas agréablement les vers héroïques... ; ces futurs vont bien dans des vers burlesques »34. À cette époque d'ailleurs, la réforme de Ronsard avait vécu. Elle avait été mal conçue et maladroitement appliquée. Il n'en resta rien : tous les £ muets situés à l'intérieur du vers entre deux consonnes, ou bien à l'initiale dans la même position, durent être écrits selon les habitudes de l'orthographe ordinaire, comptés du moment qu'ils étaient écrits, et par suite prononcés.

.IV.

  • 35 Thurot, Pron. fr., T. I, p. 177.

32La même voyelle peut encore succéder directement à la voyelle ou à la diphtongue toniques, à la fin des mots, comme dans amie, année, ils voient, etc. Au xvie siècle, dans le discours soutenu, elle était encore fréquemment prononcée, avec, par rapport à la tonique, l'affaissement que j'ai déjà signalé dans la durée syllabique, l'acuité et l'intensité. Mais le plus souvent elle s'effaçait totalement dans le langage familier, ce dont nous possédons des preuves très anciennes. Telle est l'opinion de Thurot35 : il s'appuie sur le témoignage de Saint Liens (1580), qui indique comme devant être supprimés les £ muets de : que j'aye froid les a elle eues longuement la vraye piété. En 1639, Duez enseigne qu'on omet complètement l'E féminin dans les mots en ie et en ue ; en 1669, Lartigaut le déclare inutile dans génie, otée, Orphée, etc. ; les autres grammairiens pensent de même. À propos de l'apocope ancienne déjà, qui affectait les troisièmes personnes du pluriel de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel, P. Lanoue déclare qu'« on les escrit improprement oyent, selon qu'on les prononce ; peut estre qu'autresfois on leur a baillé ceste terminai-zon feminine en parlant, mais cela est passé ; maintenant on leur baille une terminaizon masculine si que leur terminaizon qui estoit dissyllabe est maintenant monosyllabe, et se pronõce comme si elle estoit escrite oist, comme qui pour mangeoyent et mangeroyent escriroit mangeoist et mangeroist ». En voilà assez pour légitimer la tentative des poètes de la Renaissance, qui s'efforcèrent de plier leur versification aux habitudes du parler courant.

  • 36 Keuter, p. 332 sq.

33La Pléiade, il faut bien le dire, ne fit en cela que continuer un mouvement commencé avant elle, et qui l'avait été dans des conditions tout aussi mauvaises que les autres essais de réforme dont il a déjà été parlé. Les poètes de l'époque antérieure n'ont jamais' franchement renoncé à compter la voyelle féminine, qui avait régulièrement fait syllabe aux débuts de notre poésie dans la position présentement examinée, mais qui tenait sa place avec difficulté parce qu'elle n'était précédée d'aucune consonne. Ils avaient au contraire, ici encore, prétendu profiter à la fois de la tradition et de l'évolution du langage, compter l'E féminin ou ne pas le compter, selon leurs besoins. Ce double traitement est fréquent au début du xvie siècle, et remonte déjà alors à plusieurs centaines d'années. Il a été pratiqué d'une façon courante par des poètes tels que Roger de Collerye, Gringore, J. Bouchet. Keuter36 n'a pas relevé chez Marot moins de 150 exemples dans lesquels l'E muet fait syllabe derrière voyelle ou diphtongue. En voici quelques-uns :

  • Nous a pourveu de ligne-e nouvelle.
  • Et par ainsi fut frappe-e d'encombre.
  • Celuy qui prolongeoit la vi-e des humains
  • A veu-e d'œil deviennent longs rameaux.

34Mais il peut être écrit sans être compté, comme dans ces vers du même poète :

  • J'aymeroy(e) myeux tumber en l'eau. (Epistres, XI, 33)
  • On s'ennuy(e) d'un pain à manger. (Ibid., LVI, 186)
  • Qu'on jou(e) toujours des gigoteaux. (Ibid., 195)
  • En soit marri(e), comme on l'a dict. (.Ibid., LVII, 73)

35Tous ses contemporains en font autant.

  • 37 Ronsard, éd. Blanchemain, T. VII, p. 327.

36Alors arrive Ronsard, qui a bien l'intention de ne pas renoncer aux libertés dont ont joui ses prédécesseurs, mais qui en même temps est animé de préoccupations orthographiques, et qui entend guider la prononciation par l'écriture. Son système, dont il n'est d'ailleurs pas l'inventeur, est celui de l'apostrophe, destinée à remplacer le son qui doit être tenu pour nul : « Tu dois aussi noter, dit-il37, que rien n'est si plaisant qu'un carme bien façonné, non entr'ouvert ny beant, et pource, sauf le jugement de nos Aris-tarques, tu dois oster la dernière E féminine, tât ez vocables singuliers que plusieurs qui se finissent en ée et ées, quand de fortune ils se rencontrent au my-lieu de ton vers. Exemple du feminin plurier :

Rolland avoit deux espé-es en main

37Ne sens tu pas que ces deux espées en main offensent la delicatesse de l'oreille ? Et pour ce tu dois mettre :

Rolland avoit deux espé's en la main

38ou autre chose semblable. Exemple de l'E feminine singulière :

Contre la troupe Ené-e print sa picque.

39Ne sens tu pas comme de rechef Enee sonne tres mal au milieu de ce vers ? Pour ce tu mettras :

Contre Mezance Ené' branla sa picque.

  • 38 J. Peletier, II, 9. Cf. Boulanger, p. 212.

40Autant en est-il des vocables terminés en oue et ue, comme roue, joue, nue, venue et mille autres qui doivent recevoir syncope au milieu de ton vers si tu veux que ton poëme soit ensemble doux et savoureux : pour ce tu mettras rou', jou', nu', contre l'opinion de tous nos maîtres qui n'ont de si près avisé à la perfection de ce mestier ». J. Peletier écrit pareillement, non sans une certaine fierté : « J'ai usé de gru's et oi's pour grues et oies en mon Hyver, demandant ce congé là, et en usant de même »38.

41La Pléiade n'a donc rien inventé. Elle a seulement codifié une habitude qui existait avant elle. Les prescriptions de Ronsard n'empêchent pas les poètes d'observer l'orthographe régulière, même quand la voyelle ne doit pas être prononcée, comme dans cet octosyllabe de Baïf :

Toy qui levant la veue trop haute. (B. de F., p. 314)

42Ainsi l'avaient fait leurs prédécesseurs. Cependant, dans la plupart des cas, l'E muet doit être prononcé quand il est écrit :

  • Il s'égai-e de tes chansons (Ronsard, Odes, I, 9)
  • Qu'on espi-e, que l'on regarde (Jodelle, Eug., I,1)
  • Bé-e douteusement sur la calamité. (d'Aubigné, Trag., I, v. 712)

43Il est au contraire assez souvent remplacé par une apostrophe quand il n'est pas compté :

  • Que s'il tournoit là bas la rou' continuelle39
    (Ronsard, M.-L., I, p. 145)
  • Qui vous tue à veu' d'ceil, et que l'on ne voit point.
    (Régnier, Sat., VI, 212)

44On notera que l'E analogique de je prie et je supplie subit le sort commun :

  • Au moins, je te suppli' que tu me reconfortes.
    (Ronsard, B. de F., p. 282)
  • Ciel ingrat et cruel, je te pri', respons moy. (Idem, ibid., p. 312)
  • 40 Thurot, T. I, p. 176-177. La plupart des exemples qui précèdent sont empruntés à Tobler, VB, p. 47

45Thurot40 a relevé chez Baïf les apocopes inné', fumé', doré', maladî', vî', anvî', supplî', vrè', keu'.

  • 41 F. Brunot, Hist. de la L. Fr., T. II, p. 246.

46La précaution d'employer l'apostrophe, tout en modifiant l'orthographe habituelle, témoigne cependant d'un certain respect à son égard, comme on en éprouve devant les puissances que l'on redoute. Il aurait mieux valu décréter, purement et simplement, que la voyelle féminine écrite, et placée dans la position dont il s'agit, ne pourrait plus jamais concourir à la mesure du vers, il n'en serait résulté aucun embarras, puisque les troisièmes personnes du pluriel de l'imparfait et du conditionnel sont aujourd'hui dans le même cas. L'habileté de Ronsard et de ses amis, qui fut une maladresse, avait pour but de conserver aux poètes la possibilité de compter ou de ne pas compter la voyelle féminine. Elle ne corrigeait pas radicalement la faiblesse d'un syllabisme qui produisait des vers comme cet étrange décasyllabe que F. Brunot41 a découvert chez Louise Labé :

Medé-e fut aimé-e de Jason.

47Dès le début du xviie siècle, l'apostrophe est abandonnée, et elle ne subsistera que dans la poésie populaire. Deimier proteste contre la mutilation autorisée par le chef de la Pléiade. Il ne veut pas qu'on écrive :

Roland avoit deux espé's en la main.

  • 42 Deimier, p. 101 et Thurot, T. I, p. 177.

48Il interdit même les graphies Ené', rou', jou', nu', connu' : « Il n'y a point de juste raison, dit-il42, de transfigurer ainsi les dialectes d'un langage, en syncopant et en altérant ainsi les vocables ». En même temps il a bien soin d'indiquer ce que doit faire le poète : il placera le mot terminé par un E muet devant un mot commençant par une voyelle, de telle sorte que l'oreille ne puisse être blessée par ce mauvais son, grâce à l'élision : « On connoist aisément combien le vers est gentil pour estre composé à ce reiglement :

Je m'escrie après vous et vous prie en mon âme.

49Au lieu que cet autre-cy, où la reigle n'est pas observée, est lasche et languissant :

Je m'escri-e, je plains, et vous pri-e sans cesse ».

  • 43 Malherbe, éd. des Gds Ecr., T. IV, p. 329 et 384.

50L'autorité de Malherbe accroît encore la résistance. Il rétablit l'orthographe Epiméthée, Protée, Prométhée, hyménée, au lieu d'Epiméthé', Proté', Prométhé', hyméné' qu'il a rencontrés chez Desportes : « Jamais ne dis ni Proté, ni Prométhé, mais Protée et Prométhée »43. Il n'y a donc plus qu'une solution : l'élision obligatoire ou l'exclusion de l'E muet jusque-là placé à l'intérieur du vers, quand il succède directement à la voyelle tonique. Ainsi s'établit l'usage moderne : tous les pluriels sont irrémédiablement éliminés.

  • 44 Deimier, p. 53.

51La règle qui interdit de lui donner une valeur syllabique se justifie par la remarque suivante, que formule Deimier : « L'E féminin qui suit une autre voyelle, comme en ces verbes aimée, vie, veuë... est d'un accent trop bas et lasche, dont il avient que le vers qui s'en treuve chargé n'est pas coulant, dous et vigoureux »44. Ménage, dans ses Observations sur Malherbe à propos de ce vers des Larmes de Saint Pierre :

Quitte moy, je te pri',

  • 45 Port-Royal, I, 5.

52s'exprime en ces termes : « Et comme nos Anciens ne fesoient point difficulté d'accourcir ces mots..., ils n'en fesoient point aussi de les employer tous entiers devant des mots qui commencent par des consonnes : ce que nous ne fesons plus présantement, ces mots ainsi placez estant trop difficiles à prononcer a cause de cet E, qui n'est que demie syllabe ». Lancelot constate lui aussi la faiblesse de la voyelle non soutenue par une consonne et voudrait étendre le précepte à d'autres timbres qu'à l'E muet : « Il y a certains mots, dit-il45, qu'on ne peut mettre qu'à la fin du vers, si ce n'est en mangeant la dernière syllabe, tels que sont tous ceux qui ont une voyelle avant l'E muet, comme vie, envie, partie, vue, sacrée, etc. Les Anciens, qui n'ont pas observé cette règle, ont fait des vers qu'à peine peut-on prononcer, comme on voit en ceux-ci de Du Bartas :

  • Aux rais de ce Soleil ma veu-e s'éblouît.
  • Phrenesi-e qui fait le venteur insolent.
  • Des parti-es d'en bas la chaleur attiédir.
  • 46 Colletet, Escole des Muses, p. 4.

53Il y a encore quelques mots qui rendent les vers languissants, comme ruiner, poètes et semblables, dont néanmoins on peut quelquefois se servir par nécessité ; mais le plus rarement qu'on pourra faire sera le meilleur ». Les autres métriciens se contentent de mentionner la règle, mais sans l'expliquer : « Il faut remarquer, déclare simplement Colletet46, qu'on ne doit mettre en vers les mots de cette terminaison, ue, ée, ie, oüe, eue, que si l'E est élidé ou si ce n'est à la fin du vers ».

  • 47 Ph. Martinon, Rev. d'Hist. litt., 1909, p. 75. Malgré les déclarations de l'Art poëtique, l'élisio (...)
  • 48 M. Souriau, p. 24.

54La scansion syllabique de cette voyelle, fréquente dans les Odes de Ronsard, est déjà devenue très rare dans la Franciade47. Elle dure cependant tout au long du xvie siècle. On en trouve des exemples non seulement chez tous les poètes de la Pléiade, mais encore chez leurs disciples et successeurs immédiats. Hossner en a compté 203 cas dans Ronsard, 17 dans R. Garnier, 6 dans R. Belleau, 2 dans les Moelz de Jean Chaperon, 9 dans le Theâtre mystique de Pierre du Val, 162 dans Hardy, 11 dans Régnier. Malherbe lui-même, dans des œuvres de jeunesse, a suivi l'ancien usage. M. Souriau48 a cité de lui ces alexandrins :

  • Le thym, le serpolet et la pourpré-e fleur.
  • Anthé-e dessous lui la poussière mordit.
  • 49 A. Tobler, VB, p. 47.

55Tobler49 a relevé chez Rotrou :

  • Sosi-e soit Sosie et chascun ai son nom. (Sosies, V, 2)

56Corneille présente quelques syllabations semblables, six en tout :

  • L'épouvante le prend, et Médé-e s'enfuit. (Médée, I, 1)
  • Si vous êtes amant, Phiné-e, je suis père. (Andromède, II, 4)
  • Accorde à ma pudeur que deux mots de ta main
    Justifi-ent aux miens ma fuite et mon dessein (Place roy., III, 6)
  • Mes sœurs cri-ent miracle, et chacune renie... (Médée, I, 1)
  • Comme toutes les deux jou-ent leurs personnages
    (Suite du Ment., III, 3)
  • Justifi-e César, et condamne Pompée. (Pompée, I, 1)

57Sauf le quatrième et le cinquième de ces vers, tous ont été corrigés en 1660, le dernier de la manière suivante :

Justifiant César, a condamné Pompée. (Sosies, V, 2)

  • 50 Th. Rosset, p. 134 sq.

58La raison en est que la scansion syllabique, grâce à l'opposition de Malherbe, n'est plus admise dans les grands genres et se réfugie dans le comique et le burlesque, où elle survivra assez longtemps encore. Th. Rosset50 en a réuni un grand nombre d'exemples :

  • Prostitu-ent pour eux leur bon discernement.
    (Scarron, Dern. Œuvres, 1700, T. I, p. 217)
  • Cocsigru-es pour balivernes.
    (Richer, Ovide bouffon, 1662, p. 19)
  • J'ois mousquets, baudriers, épé-es, bandoulières.
    (Montfleury, Fille capitaine, IV, 1)
  • Je suis YOrphé-e de ce temps. (ld., Mar. de Rieu, 8)
  • J'ai vu venir Carlos l'épé-e toute nue. (Id., Ec. des Filles, II, 5)
  • Les statu-es parfois sont ainsi que des gens.
    (Benserade, Ballet d'Herc. am., 5e entrée)
  • Voilà depuis cinq ans la vi-e que je mène.
    (Regnard, Ep. à Bentivoglio)
  • Anselme, mon mignon, cn'-e-t-elle à toute heure
    (Molière, Gds Ecr., T. I, p. 120)
  • La parti-e brutale alors vient prendre empire. (Id., ibid., T. I, p. 484)

59Quant aux cas où l'e muet est écrit, mais n'est pas compté, ils deviennent rarissimes au xviie siècle. On peut citer pourtant :

  • Lassée d'un repos de douze ans. (Malh., Gds Ecr., T. I, p. 213)
  • Bon, jurer, ce serment vous lie-t-il davantage ?
    (La Fontaine, Contes, Le Petit Chien)
  • Hé bien, me plains-je à tort ? Me joues-tu pas, Amour ?
    (Id., Elégies, II, 36)
  • A la queue de nos chiens, moi seul avec Drécar...
    (Molière, Gds Ecr., T. III, p. 74)
  • 51 Deimier, p. 368.
  • 52 Sebillet, I, 6 ; Gaiffe, p. 46-47.

60Derrière diphtongue, l'E muet a généralement disparu dans les désinences de l'imparfait et du conditionnel. Il s'efface de la graphie à la première personne du singulier, où Ronsard et Du Gardin permettent cependant encore, selon les besoins du vers, d'utiliser l'ancienne forme en -oie. À la seconde personne du singulier, Marot est le premier poète qui ait usé régulièrement et sans exception de la terminaison -ois. « Pour escrire avec la perfection d'un langage, déclare Deimier51, il ne faut employer que les termes qui luy sont naturels, communs et recevables... Ces termes alloye, devalloye, mentoye, faisoye, disoye sont de vieux verbes picards qui... ne sont plus de mise aujourd'huy, car on treuve qu'il est beaucoup mieux de dire j'alloy, je montoy, je faisoy, je disoy. Et c'est pourquoy il n'en faut user qu'en ceste façon icy, quoy que Ronsard en son Abregé de l'Art poëtique en ait toute autre opinion : disant que plus nous aurons de mots en notre langue, plus elle sera parfaite ». Les troisièmes personnes du pluriel conservèrent leur E, mais tout le monde sut qu'il ne devait pas être prononcé, d'après l'analogie de la troisième personne du singulier, et qu'il ne s'agissait plus là que de syllabes masculines, même à la rime. Sebillet proposa qu'il fût supprimé dans la graphie : « Si tu y avises de près, tu verras beaucoup de gens les prononcer et escrire sans E, comme disoint, soint, avoint, couroint, l'opinion desquels n'est pas sans grande apparence de raison. Car il semble, puis qu'au singulier disoit, soit, avoit, couroit n'y a point d'E, aussi n'y en doit-il avoir au plurier »52. Ronsard, selon Hossner, ne présente qu'un seul exemple où il ait compté oi-ent : c'est le conditionnel rendroi-ent. La scansion monosyllabique, qu'on rencontre depuis le xive siècle, s'établit définitivement au xvie. J. Bouchet et Marot n'en ont pas employé d'autre. Cependant l'E fut maintenu dans l'orthographe, parce qu'on ne voulut pas renoncer à des habitudes qui n'intéressaient plus que l'œil. Pareillement les formes verbales aient et soient, d'après les troisièmes personnes du singulier ait et soit, ne valent plus qu'une syllabe masculine, bien que quelques flottements se produisent encore au xvie siècle. Marot écrit :

A celle fin que de dire n'ayent garde,

61comme l'avait déjà fait J. Bouchet, et l'on ne rencontre chez lui que cette seule exception :

Que nos esprits soy-ent nourris...

62Mais Desportes emploie tour à tour ayent et ay-ent. Cette dernière scansion, courante chez Jodelle, qui faisait pourtant soient monosyllabe, est sévèrement blâmée par Malherbe.

  • 53 Tobler, VB., p. 47.

63En dehors de ces désinences et des deux mots aient et soient, l'E muet placé derrière diphtongue a conservé longtemps son existence syllabique, souvent malgré l'analogie de formes verbales où ne figurait pas cette voyelle féminine. Il est couramment compté par les poètes du xvie siècle. Tobler53 en a cité beaucoup d'exemples :

  • Apres play-e vient le beau temps. (R. de Collerye, 264)
  • Et n'y a nation
    Qui n'oy-e bien le son. (Marot, Ps., 19)
  • Afin qu'ay-es l'entrée seure. (Jodelle, Eug., I,1)
  • Voy-ent soudain suivre l'envie. (Id., ibid., I,2)
  • Et par luy la cité de Troy-e fut bruslée. (Ronsard, Bl., T. VII, p. 35)
  • Car il suffit icy que tu soy-es guidé. (Du Bellay), etc.

64Chez Desportes, on relève ay-e, pay-e, s'égay-ent, voy-ent ; chez Régnier, voy-ent, pay-ent, hay-es, noy-e, broy-e, ay-e, croy-ent, play-e, bien que parfois il use de l'apostrophe pour marquer la suppression de la voyelle :

  • Que j'en ay' de vous voir belle et bien à votre aise (Sat., XIII, v. 86)
  • Et Savoy' qui plus bas ne pend qu'à un filet (Ibid., X, v. 193)

65Maynard présente fuy-ent, voy-ent, bruy-ent, voy-ent, essay-ent. Qui-cherat a réuni des exemples semblables de Théophile, Mairet et Chaulieu. Corneille avait écrit :

Quoi que j'ay-e pu faire,
Je crois n'avoir rien fait qui puisse vous déplaire.(Menteur, v. 741)

  • 54 Cf. supra, p. 188.

66Mais il a corrigé ce passage en 166054. La Fontaine a donné trois syllabes à fou-droi-ent, et l'on compte sept cas semblables chez Molière.

  • 55 Il y a chez lui, après diphtongue tonique, huit vers où l'E muet fait syllabe. Cinq ont été corrig (...)
  • 56 Th. Rosset, p. 133.
  • 57 Richelet et Hindret au xviie siècle, même Boindinau au xviiie, signalent encore que cet E était qu (...)
  • 58 Cependant Malherbe a été très affirmatif à propos de voyent employé comme dissyllabe par Desportes (...)
  • 59 Vaugelas, T. I, p. 172.

67La raison en est, ainsi qu'il a déjà été dit55, dans ce fait que toutes ces diphtongues avaient encore au xvie siècle une double prononciation, dont l'une était déjà notre prononciation moderne, et dont l'autre, plus ancienne, détachait un y- qui formait syllabe avec l'E muet consécutif. Cette dernière manière d'articuler soutenait le son et lui enlevait sa naturelle faiblesse. « E final, écrit Th. Rosset56, semble avoir survécu au xviie siècle assez longtemps57, lorsqu'il était précédé de la semi-consonne y dans les mots terminés en -ie, -aie, -eie, -oie. Malherbe hésitait à décider si aye, oye faisait une syllabe ou deux58. Th. Corneille déclarait qu'on doit éviter en vers la forme qu'ils ayent : « Si l'on n'en fait, dit-il, qu'une syllabe, on prononce souvent ce mot comme s'il en faisoit deux, et on rend par là le vers trop long : le contraire arrive si on en fait deux syllabes et qu'on le prononce comme s'il n'en faisoit qu'une »59. C'est à partir de Malherbe que la prononciation dissyllabique sort du bel usage et devient populaire. De plus en plus les poètes comiques et burlesques seront les seuls à en faire usage :

  • Lors te voyant, de joy-e non petite
    Mon pauvre cœur eust esté consolé.
    (Scarron, Œuvres, 1700, T. I, p. 406)
  • Fouquet est revenu ; que tous vos nourrissons
    En celebrant le jour par leurs gay-es chansons...
    (Id., Dern. Œuvres, 1700, T. I, p. 188)
  • Si de plus de huit hours ils voy-ent la lumière...
    (Poisson, Les Fous divertissants, III, 13)
  • Tous nos musiciens, du moins qui croy-ent l'estre... (Id., ibid., I, 4)
  • Qui pour gloser sur tout se croy-ent destinés.
    (Montfleury, Ec. des Filles, I, 5)
  • Quelle gloire pour toi que tes illustres vers
    Ay-ent donné matière à ces nobles concerts !
    (Regnard, Ep. à Quinaulf)60

68Si l'on tire la conclusion de ce qui précède, on remarque que la tentative faite par les poètes pour tirer parti de l'évolution du parler courant a presque complètement échoué. On n'enregistre que des gains médiocres, qui portent sur le traitement des troisièmes personnes du pluriel de l'imparfait et du conditionnel, ainsi que sur les formes aient et soient. Mais personne n'a eu l'audace d'étendre la scansion monosyllabique à tous les cas semblables, régulièrement et toujours. Les terminaisons en -es ou-ent appartenant à des substantifs, à des adjectifs ou à des verbes, sont exclues des vers lorsqu'elles suivent directement la voyelle ou la diphtongue toniques : celles en -e ne peuvent y entrer que s'il y a élision. L'ancienne scansion médiévale a été abandonnée, mais par timidité et pour obéir aux sollicitations de l'œil, on n'a pas osé réduire la versification à des règles que la logique eût facilement permis d'établir. Depuis des siècles il y a divorce entre la métrique et la langue ; on ne peut que le regretter.

.V.

  • 61 Thurot, T. I, p. 208.
  • 62 Cf. Lote, L'Alexandrin français, p. 549 sq.
  • 63 Tous ces textes dans Thurot, T. I, p. 206-207.
  • 64 Cf. supra, p. 171.

69L'E muet, à la fin des mots, peut aussi être placé derrière consonne. À cette catégorie appartiennent les E muets qui terminent les proclitiques et les enclitiques : ceux-ci doivent être traités à part. Il est certain que l'apocope y était apparue de fort bonne heure, du moins dans le langage courant. Oudin, en 1633, nous la montre poussée aussi loin qu'elle l'est actuellement. « A la fin des particules, dit-il61, lorsqu'elles se rencontrent seules, on oste l'E entierement, et, pour en bien trouver la prononciation il faut attacher la consonnante de la particule avec le mot précèdent... il n'y ac trois jours : pours contenter : ens point : et ainsi des autres ». En 1662, Duez cite un grand nombre d'exemples de suppression : j'te prie, j'ne l'fray pas, je m'lève, je l'croy bien, i m'fait mal, i n'faut pas, en c'temps là, qu'est c'qui dit. J'ai montré62 que de nos jours l'E muet de ces proclitiques se maintient fort souvent lorsque la parole devient solennelle : c'est même là qu'il se défend le mieux. De précieux témoignages montrent qu'il en était ainsi au xvie siècle et au xviie : au lieu de conserver son timbre d'œ moyen, il avait en effet tendance à se fermer ou à s'ouvrir, ce qui prouve une articulation très nette chaque fois qu'on le maintenait : « Le Picard, déclare Geoffroy Tory, dit u pour E et le prononce comme aspiré en disant chu garchon pour ce garçon ». Mourgues écrit que « c'est une faute grossière de prononcer l'E comme un e fermé dans ces monosyllabes je, ne, te, le, ce, que, de, me ». Du Gardin en 1620 note parfaitement qu'il y a des nuances à observer : « On pourrait penser de, ce, que, je et autres semblables monosyllabes debvoir estre briefs... Mais oyez la dernière en cantique et que à part ; item la derniere en face et ce à part, et vous jugerez que et ce monosyllabes estre un peu plus fournis ». Oudin prescrit de prononcer deu, ceu, queu63. Il y a eu hésitation pour le placé après un impératif ; certains l'accentuaient et par conséquent l'ouvraient ou le fermaient ; d'autres l'articulaient comme une finale féminine, ce qui permettrait en vers de l'élider64, ne faisant pas de différence, quant à la dernière syllabe, entre fais-le et réelle. « Le relatif le, déclare Hindret, se prononce comme un è ouvert après un impératif : anvoyez-laî, et non anvoyél, ou anvoyés-leu, comme on dit dans la plupart de nos provinces ». De la Touche remarque en 1696 qu'« une infinité de personnes font l'E masculin dans le pronom le après un impératif... ils prononcent lisez-le, faites-le, etc., comme s'il y avoit lisez lé, faites lé. L'E est toujours féminin en ce pronom, et c'est une faute de le prononcer autrement ». D'après tout ce qui précède, il est évident que les poètes ne pouvaient être tentés de pratiquer en vers l'apocope de l'E muet dans les proclitiques et, en fait, seule la poésie populaire l'a osé : c'est que cette voyelle, dans tous les mots que nous venons d'examiner, n'était pas un obstacle à un facile syllabisme et ne gênait en aucune manière la déclamation.

  • 65 Thurot, T. I, p. 163.
  • 66 Id., ibid., p. 181 sq.
  • 67 F. Brunot, Hist. de la L. fr., IV, 1, p. 191.
  • 68 La question sera examinée dans le chapitre consacré à la Rime. Cf. R. de Souza, ”La Poésie françai (...)

70Quant aux autres mots, la prononciation fréquente de l'E féminin final après consonne nous est attestée dans l'usage courant par Palsgrave, Pilot, Th. de Bèze, Delamothe, Mermet, Martin et d'autres grammairiens65. Pourtant cette voyelle était assez instable et on la laissait très fréquemment tomber. Fabri, en 1521, signale jaytm et demeur pour j'aime et demeure, Cauchée, en 1570, boun'nuit pour bonne nuit. Thurot66 donne de longues listes d'adverbes, d'adjectifs, de substantifs et de verbes où l'apocope a été faite, acceptée ou combattue par divers auteurs. L'Anonyme de 1624 déclare que femme, dire, sont à peu près l'équivalent de femm et dir ; il prescrit d'articuler toutes choses et non tout chos. « L'E, après les consonnes prononcées, s'amuissait de plus en plus, a écrit F. Brunot67. Si bien que de fins observateurs se demandaient déjà si la distinction des rimes féminines et des rimes masculines était aussi vraie pour les oreilles que pour les yeux »68. Le P. Mourgues acceptait l'idée que les consonnes finales ne peuvent se faire entendre sans le recours d'un petit E final, écrit ou non. Mais il existait, à son avis, aussi bien dans bal que dans bale, dans encor que dans encore, dans vis que dans vice. Chifflet disait qu'au bout de l d'animal il y avait un petit reste d'e, et qu'il était un peu mieux exprimé dans animale. On ne saurait discuter à distance ces assertions.

  • 69 J'ai déjà souligné (M.Â., T. III) l'opposition qui existe entre puéril et sénile.

71Ces remarques des PP. Mourgues et Chifflet, auxquelles il faut joindre celle de Boindin et de l'abbé d'Olivet au xviiie siècle, prennent leur point de départ dans l'usage de la conversation quotidienne. Dans le langage solennel, l'E féminin après consonne se manifestait généralement avec plus de force : d'autres témoignages, et les notations des musiciens, nous montrent que la rime féminine en particulier était articulée d'une manière assez soutenue. Cependant les hésitations du parler courant sont utilisées par les poètes. Ils le font d'autant plus volontiers que l'E muet, dans les mots savants, est une graphie conventionnelle69. Puis ils étendent la suppression de la voyelle à d'autres mots. Leur système, à l'époque de la Pléiade, est celui que nous connaissons déjà : ils comptent ou ne comptent pas la voyelle féminine, ce qui leur donne tour à tour deux formes, l'une longue et l'autre brève, selon qu'il leur faut une syllabe de plus ou une syllabe de moins, et généralement ils usent de l'apostrophe pour marquer l'apocope, mais sans aucune régularité. Voici deux alexandrins de d'Aubi-gné où le même mot est traité de manière différente :

  • Mais je te plains, rustic, qui, ayant la journée... (Trag., I, v. 257)
  • Si le rustique peut desrobber à soi-même. (Ibid., v. 329)
  • 70 Toutes ces références d'après l'éd. Marty-Laveaux.

72Jodelle écrit uniq'70 (II, 26), domestic (II, 220), monarchicq (II, 229), fan-tastiq' (II, 32), mais au contraire comique, rustique, tyrannique, et même aliment publicque (II, 236), publique repos (II, 248). On trouve ainsi brut (Baïf, II, 399), fantastiq' (Rons., VI, 267), augur (R. Belleau, II, 244), fertil (Rons., III, 376, V, 400), imbecil, inutil (id., V, 72), steril (Dorat, 17), rus-tic (R. Belleau, I, 80), le trafique (Rons., II, 326), un virile courage (Du Bellay, II, 157), public ou publique au masculin (id., I, 461, 472, II, 396, 405 ; Rons., III, 274, v. 237). Voici enfin des libertés plus graves :... t'y command' serepent (Rons., II, 32), les poinctes de feu errant's (Du Bellay, I, 151), Fiere, dure, rebelle et nonchalant' d'aimer (Rons., VI, 12), La peur... Sergent' de leur commission (Rons., II, 270). Celles-ci ne sont elles-mêmes pas très nouvelles, puisque Gringore avait déjà dit sans compter l'E muet :

  • Faict(e)s qu'ayons paix et visions sans discorde.
  • Nay sans péché, et si ne feist(e)s refus.
  • Qu'aupres de vous leur permist(e)s d'approcher.71

73Il y a surtout une catégorie de mots dans lesquels l'E féminin semblait facultatif : ce sont les substantifs, particulièrement les noms propres tirés du grec. J. Peletier a écrit :

  • 72 L'exemple a été cité par F. Brunot, Hist. de la L. Fr., T. II, p. 246. Je renvoie à ce qu'il a écr (...)

Lors le prudent Telemaq repondit.72

74Les choses allèrent ainsi jusqu'à Malherbe, qui prit énergiquement position contre ces tolérances, en faisant valoir les droits d'une orthographe correcte. Il condamna chez Desportes cholemiq', labyrinth', Zodiac', Achil'. À propos de cet alexandrin,

  • 73 Malherbe, Gds Ecr., T. IV, p. 370.

Comme un hydre fertil renouvela sa vie,73

  • 74 M. Souriau, p. 231.

75il remarqua : « Dis fertile, inutile, non fertil, inutil, etc. ». Il eut gain de cause sur ce point comme sur les autres. Après lui il ne fut plus permis d'apocoper en syllabe finale un E muet qui suivait directement une consonne. On en trouve cependant quelques exemples dans les poésies légères du xviie siècle, mais ils sont très rares. M. Souriau74 n'a relevé chez La Fontaine que Tartufs et rustic.

.VI.

  • 75 J. Peletier, II, 9

76On a pu se rendre compte que les tentatives de réforme de la Renaissance n'avaient pas été conduites d'une manière systématique et qu'elles avaient eu surtout pour but d'augmenter le nombre des licences permises, ces licences que J. Peletier a considérées comme un ornement de la poésie, lorsqu'elles sont bien employées75. Au lieu d'essayer de rajeunir la versification en établissant de nouvelles lois, basées sur la phonétique de la langue contemporaine, qui avait beaucoup évolué depuis ses origines, les poètes ont opté pour le régime du bon plaisir. Sans doute une réglementation exacte n'aurait-elle pas été chose commode car, dans bien des cas, la voyelle féminine ne manifeste aucune constance, persiste ou s'efface selon la signification des textes, qui réclament tour à tour une déclamation plus ou moins solennelle et plus ou moins soutenue. Il aurait également fallu tenir compte de ce fait que l'E muet se conserve lorsqu'il sert à séparer des groupes de consonnes qui, si elles étaient réunies, donneraient à la prononciation la dureté la plus fâcheuse. Il y a cependant des circonstances où la voyelle féminine pouvait toujours être tenue pour nulle sans que le vers souffrît, par exemple quand elle succède directement à une voyelle : puisqu'on admettait qu'il en serait ainsi à l'intérieur des mots, pourquoi ne devait-on pas prendre le même parti, sans exception, lorsqu'elle se manifeste dans les mêmes conditions en position finale, après la tonique ? Là comme presque partout ailleurs, la décision à prendre fut livrée à l'arbitraire volonté des écrivains. D'une manière générale, ils suivirent avec enthousiasme les leçons de Ronsard, qui lui-même obéissait aux suggestions de ses prédécesseurs, mais dont l'immense prestige tourna au bénéfice de la facilité. Comme lui, ses amis et ses disciples exploitèrent à fond toutes les ressources que la morphologie mettait à leur disposition. Quelquefois ils n'hésitèrent même pas à blesser la syntaxe pour parvenir à leurs fins. L'exposé qui précède se complétera donc tout naturellement par un court tableau des libertés que se permirent les poètes, acharnés à vaincre les obstacles d'un numérisme rigoureux. On pourra constater qu'ils ont usé de tous les artifices possibles pour réduire la langue à leur convenance, bien loin de se plier eux-mêmes à ce qu'elle exigeait d'eux.

  • 76 Darmesteter et Hartzfeld, Le xvie Siècle en France, p. 246 ; on trouvera dans F. Brunot, Hist. de (...)

77Leurs ancêtres du Moyen Âge leur avaient montré comment on peut utiliser le genre des substantifs, à cause de l'adjectif qui leur est joint, pour obtenir tantôt une syllabe de plus, tantôt une syllabe de moins. Un tel enseignement ne pouvait être oublié. Il y a au xvie siècle toute une série de mots qui hésitent entre le masculin et le féminin, ou qui évoluent de l'un vers l'autre, et qui ne se fixèrent guère qu'au xviie siècle, à quelques exceptions près. On peut citer abysme, affaire, âge, aide, aise, alarme, amour, arbre, ardeur, carrosse, cimeterre, coche, colère, comète, comté, dette, diocèse, dot, doute, duché, échange, énigme, épigramme, épitaphe, épithète, erreur, espace, étude, évêché, exemple, exercice, évangile, fabrique, fanfare, foudre, fourmi, garderobe, gent, guide, honneur, horloge, horreur, huile, humeur, hydre, hymne, idole, image, infortune, mélange, mensonge, minuit, navire, œuvre, office, offre, ombre, ongle, ordre, organe, orthographe, ouvrage, pleurs, poison, reproche, rencontre, rets, reste, trafique, tige, vidange76. Il n'est pas besoin de réfléchir bien longtemps pour s'apercevoir que le gros fourmi donne quatre syllabes, que la grosse fourmi en donne cinq, et qu'une grosse fourmi remplit un hémistiche d'alexandrin. Quelle mine à exploiter pour les poètes ! Racine écrira encore :

  • Venge-toi, punis-moi d'un odieux amour. (Phèdre, 699)
  • L'horreur et le mépris que cette offre m'inspire. (Baj., 1550)

78et d'autre part :

  • Votre amour de la mienne aurait dû se défier. (Baj., V, 6)
  • L'offre de mon hymen l'eût-il tant effrayé ? (ibid., 1692)
  • 77 Marty-Laveaux, La Langue de la Pléiade, T. II, p. 12.

79Malheureusement les philologues n'ont pas pris la peine d'étudier les variations que se sont permises les versificateurs dans leur usage particulier : les dépouillements font défaut. Ce qu'il y a de sûr, c'est que ces variations ont été chose courante. Marty-Laveaux, avant d'énumérer les mots que la langue faisait tantôt masculins, tantôt féminins, s'est borné à formuler de brèves observations, sans dresser de catalogue : « Nous nous contentons, dans la liste suivante, a-t-il écrit77, de relever les genres en contradiction avec l'usage actuel et de signaler les particularités curieuses. Il est bien entendu, d'ailleurs, que tel mot que nous ne mentionnons qu'au féminin, comme la navire ou la poison, parce que ce genre n'est plus aujourd'hui en usage, se trouve néanmoins au masculin dans les œuvres des poètes de la Pléiade, qui, nous ne saurions trop le répéter, usent, suivant les besoins de la mesure et de la rime, de toutes les ressources qu'ils ont à leur disposition ».

80Pour la même raison, quand deux formes coexistaient, l'une peut-être plus rare, ou déjà vieillie, les poètes ont opté pour celle qui leur était utile. Ronsard, dans un décasyllabe, écrit la prée, au lieu de le pré, qui est beaucoup plus fréquent :

Io, voicy la pré-e verdelette. (B. de F., p. 15)

  • 78 Deimier, p. 173 et 198.

81On rencontre grand ou grande selon les besoins du vers, tel ou telle, quel ou quelle au féminin. Quell' se trouve chez Jodelle. Deimier78 a cité ce passage d'un poète anonyme :

Ma foy pour vous désire d'estre tel
Que mon honneur en sera immortel.

  • 79 J. Peletier, II, 9 ; A. Boulanger, p. 212.

82Sans doute prononce-t-il à ce propos une condamnation sévère : « Au lieu de telle, remarque-t-il, il met tel, qui est autant que de vestir une femme des habits d'un homme ». Mais cela ne l'empêche pas, un peu plus loin, d'approuver la forme adverbiale vieillie loyaument à côté de loyalement, tout comme J. Peletier avait autorisé à la fois gramment et. grandement79. De même la forme féminine du pronom personnel el, courante depuis le xiie siècle et qu'on rencontre encore au XVe, a vulgarisé la syncope ell' au lieu de elle. Ronsard en a usé. Voici quelques exemples de Jodelle :

  • EU' ferme tout soudain son huis. (M.-L., I,31)
  • Qu'il n'en faut quand ell' le saura. (Ibid., I, 58)
  • S'ell' le fait, tant qu'elle vivra. (Ibid., I, 75)

83Desportes lui aussi a écrit :

  • 80 Mais, en 1584, il a corrigé partout, sauf en deux endroits, ell' par elle (cf. F. Brunot, Hist. de (...)

Je sais qu'ell' ont des yeux, les autres damoiselles.80

84Pour cet alexandrin, Malherbe a rétabli en marge l'orthographe elles, qui rendrait le vers faux. Mais les poètes de la Renaissance n'avaient point de ces scrupules, puisque Jodelle, dans le dernier des octosyllabes précédemment cités, a compté une fois ell' monosyllabe, et une fois elle dissyllabe. Bien entendu certains verbes retrouvent pour un moment, quand il le faut, leurs formes anciennes. Gard au subjonctif, au lieu de garde, reparaît à l'occasion. Baïf écrit, sans se soucier de choisir :

Dieu gard le bois, Dieu gard l'ombre,
Dieu te garde, aymé fouteau, (Am. de Meline, II)

  • 81 La Fontaine, Gds Ecr., T. VI, p. 415 et T. IX, p. 81. Je dois dire que cette formule était encore (...)

85et La Fontaine usera encore de la formule : Dieu vous gard81.

  • 82 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 62.
  • 83 Idem, ibid., p. 57.
  • 84 Cf. Herting.
  • 85 Deimier, p. 178 sq.

86Assurément toutes les doubles formes disparaissent peu à peu, et les poètes, au cours de l'âge classique, renonceront à se servir de celles qui sont tombées en désuétude. Ils ne le feront sans doute pas de gaîté de cœur, mais parce que les pédagogues réussissent à convaincre le public que le grand style ne saurait admettre les archaïsmes : d'ailleurs, à mesure que les grammairiens affermissent leur crédit, l'opinion résiste de plus en plus à consentir que la langue ne soit pas soumise à une discipline rigoureuse, que ses genres et ses paradigmes soient abandonnés au bon plaisir de ceux qui la parlent ou l'écrivent ; il lui paraît au contraire tout naturel qu'une autorité supérieure tranche les difficultés pendantes, qu'elle règle les incertitudes morphologiques et qu'elle prenne à cet égard des décisions définitives. Certains adverbes cependant résistent assez longtemps, sans e ou avec e final, un e qu'on peut faire suivre d'une s si l'on veut empêcher l'élision, ce qui donne un compte syllabique variable, au gré du poète : « Tu diras selon la contrainte de ton vers, déclare Ronsard82, or, ore, ores, adonc, adoncque, adoncques, avec, avecque, avecques, et mille autres, que sans crainte tu trancheras et alongeras ainsi qu'il te plaira, gardant toujours une certaine mesure consultée par ton oreille, laquelle est certain juge de la structure des vers ». Il conseille même, le cas échéant, d'écrire o luy au lieu de avecques luy83, « car le mot avecques, composé de trois syllabes, donne un grand empeschement au vers, mesmement quand il est court ». Jodelle84 use tour à tour de or, ore, ores, de desor, desore, deso-res, d'encor, encore, encores, d'avec, avecque, avecques, d'onc, oncque, oncques, de donc, doncque, doncques. Deimier85, si disposé qu'il soit à restreindre la liberté des poètes, autorise avec et avecque, « car l'un et l'autre se dit ». Mais il proscrit encor, sauf quand on a besoin d'une rime masculine, tandis qu'il donne son suffrage à encore et encores, celui-ci étant réservé à la locution encores que. Il juge également bons onc et oncques, ore et ores, tandis que or est seulement conjonction. Malherbe, à propos de cet alexandrin de Desportes,

Or' je suis plein d'amour, et or' je n'aime pas.

87note que « or' et or est hors d'usage », remarque qui ne concerne que le vocabulaire. Par ailleurs il est cependant visible que lui-même tend à la régularité. Il ne conserve plus que avec et avecque, encor et encore : ce dernier mot est aujourd'hui le seul que les poètes, selon qu'il leur plaît, aient le droit de faire de deux ou de trois syllabes. Avecque, qui est encore dans l'Alexandre de Racine, disparaît au xviie siècle ; le poète a corrigé tous les vers où il avait employé cette forme.

88Ajoutons qu'au xvie siècle on rencontre assez fréquemment des fautes de syntaxe dont la raison d'être très apparente est d'obtenir, par l'adjonction ou la suppression d'un e muet, une syllabe de plus ou de moins. Par exemple les participes passés s'accordent ou ne s'accordent pas au gré de l'écrivain, lorsqu'il est dans l'embarras pour donner à son vers sa juste mesure et qu'il veut l'obtenir coûte que coûte. On connaît la règle posée par Marot :

La chanson fut bien ordonnée
Qui dit : « M'amour vous ai donnée. »
Et du bateau est estonné
Qui dit : « M'amour vous ai donné. »
Voilà la force que possede
Le feminin quand il precede.
Or prouveray par bons tesmoings
Que tous pluriers n'en font pas moins.
Il faut dire en termes parfaictz :
« Dieu en ce monde nous a faictz. »
Fault dire en paroles parfaictes :
« Dieu en ce monde les a faictes. »
Et ne faut point dire en effect
« Dieu en ce monde les a fait. »
Ne « nous a faict » pareillement,
Mais ”nous a faictz » tout rondement.

89Or les poètes n'observent ces recommandations que s'ils n'y trouvent aucune gêne. Ronsard écrit sans vergogne :

Et ces faux devineux qui d'une bouche ouverte
De son sceptre royal ont predite la perte,

90ou encore :

Les douleurs qu'en vivant j'aurai receu par vous.

91Les licences qui s'attachent à l'e muet sont tellement répandues qu'on les étend à des cas où elles sont en contradiction avec les habitudes d'une prononciation soignée. Certains versificateurs ont compté autre et vo-stre pour une seule syllabe, comme il arrive qu'on l'entende dans le langage le plus vulgaire :

  • Sans vo(stre) moyen à nul on ne le livre. (Gringore)
  • Prier vo(stre) pere en vo(stre) necessité. (Idem)
  • Entre vo(stre)pere et tout le genre humain. (Idem)
  • Les uns poinctz plats, les aut(res) en grosses bosses.
    (Marguerite de Navarre)86
  • 87 Oulmont, ibidem.

92Mieux encore : on syncope d'autres voyelles que l'e muet, quand on a besoin d'une forme plus courte que la forme correcte. Je ne parle pas ici de courcez, cource, coursée dont il y a des exemples chez Gringore, Pontus de Tyard et Baïf : il s'agit évidemment là de l'ancien verbe courrecer, au lieu de courroucer, qui est analogique et refait sur courroux. Mais le même Gringore écrit tribles pour terribles, prilleux pour périlleux, arter et artez pour arrêter et arrêtez87. On trouve également artez chez Baïf (M.-L., II, 333). On a relevé d'autres cas analogues : a'moit (animoit, Ronsard, M.-L., II, 422) ; a'vous, avous (avez-vous, Baïf, III, 230, IV, 34, Du Bellay, I, 232 ; II, 125 374 ; Ronsard, I, 17) ; calfourchons (Ronsard, V, 63) ; sçavous (savez-vous, Baïf, IV, 58 ; Du Bellay, II, 234) ; ste (cette, Baïf, IV, 123, 129) ; desteure (de cette heure, Baïf, 178) ; asteure (à cette heure, Baïf, II, 314, IV, 101).

  • 88 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 56.

93Mais inversement on n'a pas de scrupule à ajouter un e muet quand on est à court d'une syllabe pour donner au vers sa juste mesure. On ne renonce pas au vieux procédé qui consistait à séparer par une voyelle épenthétique les groupes de consonnes qu'on feignait de croire trop difficiles à prononcer, mais dont on ne se faisait pas faute de provoquer la réunion par d'audacieuses syncopes toutes les fois qu'on y avait intérêt. Dans l'ancienne langue, l'analogie de la première conjugaison avait favorisé des formes longues dans des futurs et des conditionnels comme je renierai, je défenderais. Cette licence disparaît avec la Pléiade. Ronsard, qui permet « d'accourcir les verbes trop longs », comme don'ra pour donnera, interdit l'opération contraire dans les verbes « dont les infinitifs se terminent en e, lesquels au contraire tu n'allongeras point et ne diras prendera pour prendra, mordera pour mordra, n'ayant en cela reigle plus parfaitte que ton oreille, laquelle ne te trompera jamais »88. Il n'en a pas moins écrit :

  • J'appenderois à ta divinité
    Un livre faict de telle gravité
    Que Du Bellay luy quitterait la place. (M.-L., I, 35)
  • Vous en receverez un salaire bien doux. (Ibid., I,180)
  • Vous me responderez qu'il est un peu sourdant. (Ibid., VII, 10)
  • 89 Becq de Fouquières, Poésies choisies de J.-A. de Baïf, p. 379.
  • 90 Esperits se trouve aussi dans J. Peletier (cf. Cl. Jugé, p. 371).

94En outre il n'a pas parlé des substantifs, pour lesquels ce traitement restait possible : il a en effet donné trois syllabes à houbelon (idem, III, 363), comme Du Bellay en a donné quatre à épelucher (idem, II, 409). Becq de Fouquières89 a signalé chez le seul Baïf chevereau à côté de chevreau, esperit à côté d'esprit90, leverier et levrier, ouverier et ouvrier, même Iseraël conjointement à Israël.

95En somme, pendant tout le xvie siècle, le compte des syllabes obéit encore à la volonté du poète, qui reste libre de compter ou de ne pas compter les £ muets, de les supprimer ou d'en introduire. On ne saurait refuser de reconnaître que la curiosité des faits phonétiques n'a pas été étrangère aux écrivains de la Renaissance, qu'ils ont déployé dans leurs observations une réelle finesse, et qu'ils ont bien vu, toutes les exagérations mises à part, comment la métrique de leur temps pouvait être utilement corrigée. Cependant, loin d'avoir pour but de la modeler rigoureusement sur les habitudes du langage courant, ils n'ont guère tendu qu'à rendre, au hasard des circonstances, leur besogne moins pénible. Ronsard légiféra. Mais ses commandements, pour impératifs qu'ils aient été, ne doivent pas nous donner le change, puisqu'il s'est bien gardé d'être fidèle à ses prescriptions et qu'il ne s'est pas privé de s'administrer à lui-même les plus regrettables démentis. Les velléités de la Pléiade n'aboutirent qu'à soumettre le vers à un régime de pure anarchie. Pour qu'il en eût été autrement, il aurait sans doute fallu qu'une retouche de la métrique s'accompagnât de modifications parallèles et définitives apportées à l'orthographe, sous la condition que les mots, en prose comme dans la poésie, eussent toujours le même aspect. Mais l'audace des plus téméraires n'envisageait pas des mesures aussi exorbitantes, et personne n'en fit la proposition. Lorsque Deimier et Malherbe parurent, le désordre n'avait pas cessé. Les deux critiques, pour y mettre rapidement un terme, ne trouvèrent que des remèdes très simples : ils prononcèrent l'exclusion radicale des mots où la voyelle férninine n'était précédée d'aucune consonne, sauf en cas d'élision possible, et pour le reste ils rétablirent les scansions traditionnelles, en interdisant ce qu'ils considéraient comme d'impardonnables licences. Sauf quelques gains notables, lorsque l'E muet non précédé de consonne se trouvait en position intérieure, les libertés qu'avait prises la Renaissance ne laissèrent que peu de traces dans notre versification. L'occasion d'une grande réforme, qui aurait rajeuni notre métrique en tenant compte de l'évolution de la langue, s'était éloignée sans qu'on sût en profiter. Elle ne se représenta jamais au cours de l'époque classique, et c'est seulement de nos jours que les poètes du vers libre ont tiré argument de la prononciation incertaine de l'E muet pour substituer à l'ancien système syllabique un rythme qui repose uniquement sur l'accent.

Notes

1 Cf. Thurot, Pron. fr., T. I, p . 167.

2 Cf. infra, p. 195.

3 Du Gardin, Adresses, p. 42.

4 Lancelot, Brève Instruction sur les Règles de la Poésie françoise.

5 Je rappelle cependant qu'on a souvent dit meur (œ).

6 Cf. infra, p. 216.

7 J. Peletier, II, 9.

8 F. Brunot, Hist. de la L. Fr., T. II, p. 245.

9 Keuter, Herrig's Archiv, 1882, p. 331.

10 Vaugelas, éd. Chassang, T. II, p. 136.

11 Douze cas semblables chez lui : Plaideurs, v. 1, 396, 489 ; Britannicus, v. 553, etc.

12 Groebedinkel, p. 50.

13 M. Souriau, p. 22.

14 Id., p. 122 et W. Ricken, Untersuchungen..., p. 1.

15 Lierau, p. 3.

16 M. Souriau, p. 264.

17 Id., p. 204.

18 On peut en citer cependant comme autre exemple notable le compte de la terminaison verbale -oient ; mais Vaugelas discute encore en se plaçant à ce point de vue. Cf. éd. Chassang, T. II, p. 136.

19 Cf. Keuter, p. 333.

20 Tous les exemples sont donnés par Keuter (ibid.), Ch. Oulmont (p. 349), F. Brunot (T. II, p. 245), A. Herting (p. 6), J. Favre (p. 344), W. Ricken (p. 1), Lierau (p. 3).

21 Th. Rosset, p. 133-140.

22 Thurot, T. I, p. 161-162.

23 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 56 ; donra est très ancien.

24 J. Peletier, Art poétique, II, 9.

25 Le Gaynard, Promptuaire, Préf.

26 Ch. Oulmont, p. 349.

27 Marty-Laveaux, La Langue de la Pléiade, T. I, p. 465 sq.

28 Baïf, Poésies choisies, p. 379.

29 Herting, p. 6.

30 Le P. Mourgues, 1685, p. 82.

31 Deimier, p. 102, 121 et 131.

32 Le P. Chifflet, Essay d'une parfaite grammaire de la langue françoise, 6e éd., Cologne, 1680, p. 212.

33 Malherbe, Poésies, CXIX.

34 Richelet, Vers, fr., 1672, p. 140.

35 Thurot, Pron. fr., T. I, p. 177.

36 Keuter, p. 332 sq.

37 Ronsard, éd. Blanchemain, T. VII, p. 327.

38 J. Peletier, II, 9. Cf. Boulanger, p. 212.

39 À propos de cet alexandrin, R. Belleau écrit dans son commentaire ce qui suit : « La rou' par syncope. Je serois bien d'avis qu'on usast librement de telle syncope en tous les noms qui se finissent par ee, œe, oue et mille autres, pour éviter un mauvais son que ces vocables, ee, œe, oue, quand elles sont finales, rendent au milieu d'un vers, comme espees, espé's, roues, rou's » (M.-L., T. I, p. 411).

40 Thurot, T. I, p. 176-177. La plupart des exemples qui précèdent sont empruntés à Tobler, VB, p. 47.

41 F. Brunot, Hist. de la L. Fr., T. II, p. 246.

42 Deimier, p. 101 et Thurot, T. I, p. 177.

43 Malherbe, éd. des Gds Ecr., T. IV, p. 329 et 384.

44 Deimier, p. 53.

45 Port-Royal, I, 5.

46 Colletet, Escole des Muses, p. 4.

47 Ph. Martinon, Rev. d'Hist. litt., 1909, p. 75. Malgré les déclarations de l'Art poëtique, l'élision est beaucoup plus fréquente que la syncope.

48 M. Souriau, p. 24.

49 A. Tobler, VB, p. 47.

50 Th. Rosset, p. 134 sq.

51 Deimier, p. 368.

52 Sebillet, I, 6 ; Gaiffe, p. 46-47.

53 Tobler, VB., p. 47.

54 Cf. supra, p. 188.

55 Il y a chez lui, après diphtongue tonique, huit vers où l'E muet fait syllabe. Cinq ont été corrigés : les trois qui subsistent se trouvent dans des comédies, La Place royale (IV, 6), Le Menteur (I, 6) et dans Don Sanche (III, 6).

56 Th. Rosset, p. 133.

57 Richelet et Hindret au xviie siècle, même Boindinau au xviiie, signalent encore que cet E était quelquefois prononcé.

58 Cependant Malherbe a été très affirmatif à propos de voyent employé comme dissyllabe par Desportes :
Ceux qui voy-ent comment ce mal me met au bas. (Dianes, II, 59)
Il a noté : « Voyent se prononce en une syllabe. Voilà pourquoi il ne faut pas le mettre dans le vers ».

59 Vaugelas, T. I, p. 172.

60 Tous ces exemples dans Th. Rosset, ibid., Molière, auteur comique, écrit voyent (Gds Ecr., T. I, p. 405 et 466), croy-ent (T. II, p. 431), ay-e (T. I, p. 150 et 152), paye (T. V, p. 504) ; mais il a fait aussi aient monosyllabe (T. VIII, p. 352). Cf. M. Souriau, p. 265.

61 Thurot, T. I, p. 208.

62 Cf. Lote, L'Alexandrin français, p. 549 sq.

63 Tous ces textes dans Thurot, T. I, p. 206-207.

64 Cf. supra, p. 171.

65 Thurot, T. I, p. 163.

66 Id., ibid., p. 181 sq.

67 F. Brunot, Hist. de la L. fr., IV, 1, p. 191.

68 La question sera examinée dans le chapitre consacré à la Rime. Cf. R. de Souza, ”La Poésie française et la question de l'E muet” dans la revue L'Occident, nov. 1902.

69 J'ai déjà souligné (M.Â., T. III) l'opposition qui existe entre puéril et sénile.

70 Toutes ces références d'après l'éd. Marty-Laveaux.

71 Ch. Oulmont, Pierre Gringore, p. 352.

72 L'exemple a été cité par F. Brunot, Hist. de la L. Fr., T. II, p. 246. Je renvoie à ce qu'il a écrit sur la question.

73 Malherbe, Gds Ecr., T. IV, p. 370.

74 M. Souriau, p. 231.

75 J. Peletier, II, 9

76 Darmesteter et Hartzfeld, Le xvie Siècle en France, p. 246 ; on trouvera dans F. Brunot, Hist. de la L. fr., T. II, p. 400 sq., une autre liste plus complète.

77 Marty-Laveaux, La Langue de la Pléiade, T. II, p. 12.

78 Deimier, p. 173 et 198.

79 J. Peletier, II, 9 ; A. Boulanger, p. 212.

80 Mais, en 1584, il a corrigé partout, sauf en deux endroits, ell' par elle (cf. F. Brunot, Hist. de la Lg. fr., T. II, p. 247-248).

81 La Fontaine, Gds Ecr., T. VI, p. 415 et T. IX, p. 81. Je dois dire que cette formule était encore courante au xviie siècle.

82 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 62.

83 Idem, ibid., p. 57.

84 Cf. Herting.

85 Deimier, p. 178 sq.

86 Cf. Oulmont, Pierre Gringore, p. 349 et Brunot, Hist. de la L. fr., T. II, p. 248.

87 Oulmont, ibidem.

88 Ronsard, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 56.

89 Becq de Fouquières, Poésies choisies de J.-A. de Baïf, p. 379.

90 Esperits se trouve aussi dans J. Peletier (cf. Cl. Jugé, p. 371).

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter