Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Première section. Le compte des syllabes

Chapitre I. L'élision et l'hiatus

Texte intégral

  • 1 Ch. Oulmont, P. Gringore, p. 351.
  • 2 A. Hamon, J. Bouchet, p. 336.
  • 3 Keuter, ”C. Marot's Metrik”, dans Herrig's Archiv, 1881, p. 341.

1Une évolution très nette, tout au cours du Moyen Âge, incline les poètes vers l'élision obligatoire de l'e muet et les pousse à admettre que l'hiatus doit être de plus en plus sévèrement interdit. On remarque d'ailleurs que le goût public tend à éliminer les concours de voyelles jugés désagréables, et on peut en voir une preuve dans l'introduction du t analogique qui s'insère dans les tournures interrogatives a il, chanta il, cacha on et autres semblables, fait qui se produit dans le cours du xvie siècle. À vrai dire les progrès de l'élision ne s'accomplissent d'abord que par les voix d'un usage qui se répand peu à peu. Il y a encore des hiatus très durs chez Gringore, comme ne allez pas, fortune eu, comme avez1; Jean Bouchet en est plein2, Keuter, parmi bien d'autres collisions, a relevé chez Marot crea une, lay ou epistre, Pirithoe aux, laissera il3, etc. Il faut attendre Ronsard pour rencontrer une prohibition nettement formulée des heurts de voyelles entre deux mots consécutifs, sans qu'il ait jamais pu être question de les interdire en position interne. C'est en 1565, dans son Art Poëtique, que le chef de la Pléiade expose pour la première fois son opinion : « Tu eviteras, autant que la contrainte de ton vers le permettra, les rencontres de voyelles et diphtongues qui ne se mangent point : car telles concurrences de voyelles font les vers merveilleusement rudes en nostre langue, bien que les Grecs soyent coustumiers de ce faire, comme par elegance : Ex.

Vostre beauté a envoyé amour.

  • 4 Ronsard, éd. P. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 55.

2Ce vers icy te servira de patron pour te garder de ne tomber en pareille aspreté, qui escraze plutost l'oreille qu'elle ne luy donne plaisir »4.

  • 5 T. VII, p. 87.
  • 6 Ph. Martinon, La Genèse des Règles…p. 77.
  • 7 J. Vianey, Rev. d'Hist. litt., 1915, p. 606-607.

3« Autant que la contrainte de ton vers le permettra », est-il écrit. Voilà qui montre que Ronsard déploie assez peu d'énergie dans son interdiction. En 1587, la préface posthume de la Franciade est encore plus molle : « J'avais aussi pensé, y lit-on5, que les mots finissans par voyelle et diphtongue, et rencontrans après un autre vocable commençant par une voyelle ou diphtongue, rendoit [sic] le vers rude; j'ay appris d'Homere et de Virgile que cela n'estoit point mal seant, comme sub Ilio alto, Ionio in magno; Homere en est tout plein ». Ce n'est cependant là qu'une tolérance, par respect pour les Anciens. On a remarqué en effet que Ronsard, en corrigeant ses Odes, y avait introduit des changements de texte qui ne paraissent pas avoir d'autre but que d'en éliminer des hiatus, et que la Franciade n'en contenait plus qu'une moyenne de trois par cent vers6. À la fin de son existence, suivi en cela par les poètes de son école, il fait très visiblement effort pour les éviter, sauf dans deux cas nettement délimités7.

4Le premier est celui où un monosyllabe terminé par une voyelle précède un autre mot qui commence de même. Ces collisions sont assimilées aux hiatus intérieurs, et, comme tels, semblent devoir légitimement échapper à la règle. Les exemples en sont très fréquents chez Ronsard lui-même, chez ses amis et disciples, dans les œuvres de jeunesse de Malherbe, assez rares chez Corneille. On peut citer :

  • Où allez-vous, fille du ciel ? (Ronsard)
  • Et en guerre et en paix. (id.)
  • Tout boit, soit en haut ou en bas. (id.)
  • Et le saint chœur, qui en Braye sejourne (id.)
  • Ce qui est a esté, et cela qui doit estre ... (id.8)
  • Si en louve tu peux devorer la viande. (D'Aubigné, Trag., I, 617)
  • Tu as plus que jamais de merveilleuses testes (id., ibid., I, 637)
  • Mais las ! vous lui avez prodigué tout vostre heur. (Malherbe)
  • Ne vous ont pu mouvoir à lui estre plus doux. (id.)
  • Ces pieds qui en hiver faisoient dessous leur porte ... (id.)
  • Qui eussent alenti d'un tigre le courroux. (id.)
  • Où il estoit gravé d'un burin tout de flamme. (Corn., T. X, p. 131)

5Avec une prédilection très marquée, les mêmes poètes glissent leur hiatus entre deux hémistiches ou après une exclamation, à cause de la dépression d'intensité qui suit l'accent et qui rend la rencontre des deux voyelles moins dure à l'oreille. Ce cas est le second dont nous ayons à nous occuper. Voici une liste d'exemples :

  • Adieu, Amour, adieu, adieu, penser, adieu. (Ronsard)
  • Il lui souffla un horreur dans les yeux. (id.)
  • Cedent pour toy aux volontez supremes. (Jodelle9, T. II, p. 96)
  • Et devant toy agenouiller se viennent. (id., ibid., p. 97)
  • Des Dieux jaloux de moy a fin que terminée ... (id., ibid)
  • Et vomissant un cri il s'enferra sur l'heure. (id., ibid., p. 103)
  • Encore apres cela ils sont enfans des cieux. (Régnier10, Sat., II)
  • Eussent deçà, delà, à secousses tremblantes ... (Malherbe)
  • N'eust lui-mesme souffé en la bouche des vers, (id.)
  • Ton Fèvre et ton Fanu et ton Malherbe aussi, (id.)

6En dehors des circonstances ainsi définies, il existe encore, depuis 1550 jusqu'à la seconde moitié du xviie siècle, un assez grand nombre d'hiatus, dont la fréquence toutefois diminue peu à peu. Nous citerons, d'après Büscher et M. Souriau :

  • Le Moly et la Panacée. (Ronsard)
  • Quand je te voy et voy encore (id.)
  • La fierté inhumaine (Malherbe)
  • Pendu ores au croc. (id.)

7D'autres encore seront expliqués et commentés au cours de ce chapitre.

  • 11 Deimier, p. 50.
  • 12 Cf. M. Souriau, p. 27; les références sont données d'après le tome et la page de l'édition des Gra (...)

8Cependant, dès l'époque de Malherbe, l'interdiction de l'hiatus devient de plus en plus rigoureuse, et les tolérances, d'un point de vue théorique tout au moins, ne sont plus admises : « Il ne faut pas qu'une voyelle masculine qui termine un verbe, écrit Deimier11, soit suivie d'un autre qui commence par une voyelle ... Les poëtes du passé, et encore la plus grande partie de ceux qui font des vers aujourd'hui ont tous failly ... car ils ont semé leurs poëmes de toutes ces formes de parler, comme tu avois, tu estois, tu es, etc. ». L'exception des monosyllabes et celle de la césure disparaissent. Malherbe, qui prodigue l'hiatus dans ses premières œuvres, ne se permet plus que quelques rares licences, six en tout, dans ses œuvres de maturité et de vieillesse. Ce sont les suivantes12 :

  • Vous voyant sans beauté, et moi rempli d'honneur ... (I,3)
  • Je dirai : « Autrefois cette femme fut belle ... » (I,3)
  • Je demeure en danger que l'ame qui est née ... (I, 9)
  • Car l'ame qui lui est commise ... (I, 287)
  • Montrent le soin que tu as pris. (I, 285)
  • D'où à peine un Dieu seroit digne. (I,296)

9Corneille, après avoir laissé échapper dans sa jeunesse quelques erreurs, a amendé son texte dans la suite. Il avait écrit :

— Le glorieux éclat d'une action si belle,
Ton sang, ou répandu, ou hazardé pour elle. (La Suivante, IV, 6)

10Il a corrigé en 1660 :

Ton sang mis au hasard ou répandu pour elle.

11Il avait également écrit :

Mais pour vous je me plais à être maltraitée. (III. Com., III, 8)

12Il a corrigé en 1660 :

Mais pour vous je me plais à me voir maltraitée.

13Sauf quelques supercheries dont il n'est pas le seul à avoir le monopole et dont il sera question plus loin, il n'a laissé subsister dans son œuvre, peut-être par inadvertance, que deux collisions prohibées :

  • Mais c'en est un beau aujourd'hui. (Poésies div., XXIV)
  • il estoit gravé d'un burin tout de flamme (ibid., XLI)
  • 13 Mlle de Gournay, Les Advis ou les Presen…, p. 651.

14Bien que des considérations d'harmonie acoustique aient justifié l'interdiction de l'hiatus, la règle nouvelle, quand elle eut atteint le degré de rigueur où elle s'est maintenue jusqu'à nos jours, n'a pas été sans rencontrer quelques oppositions notables. Mlle de Gournay, la fille spirituelle de Montaigne, qui avait conservé une vive admiration pour Ronsard, ne manqua pas de faire observer que le concours des voyelles ne pouvait être aboli à l'intérieur des mots, où l'on ne pouvait exiger l'élision : « Car non seulement, écrit-elle13, il ne nous faut plus finir et commencer deux vers de suite par voyelles, ou vocales, si ce baaillement est crime, la fin de l'un estant fort liée au commencement de l'autre : mais si nous ne disons cet entre cy et là, il ne faut plus dire liez-la : si nous ne disons ou estes, il ne faut plus dire mouettes et poëles; si nous ne disons et elle, il ne faut plus dire moelle et ruelle ». Et encore : « Si nous observons les belles instructions d'aujourd'hui, nous ne pourrons plus dire non seulement peu à peu, çà et là, mais mari et femme, père et enfants, toi et moi, tu as, il y a, qui est-ce ? ... Mais pourrons-nous même dire mouettes et poëtes, déesse ou liesse, ruelle, lier, tua, rua, cria, jouira . » À ces justes remarques, personne, comme on le pense, ne put répondre, et la règle de l'hiatus, loin de corriger toutes les cacophonies du vers, comme l'auraient souhaité les réformateurs, ne le fit que partiellement. On comprendra cependant qu'une prohibition complète aurait rendu l'art de la versification à peu près impraticable, à cause de l'appauvrissement du vocabulaire qui en aurait été la conséquence.

  • 14 De Briefwisseling van Contantijn Huygens.

15Une autre protestation plus tardive est celle de Constantin Huyghens. Dans une lettre adressée à Conrart le 16 avril 1654, il s'exprime ainsi : « Outre que pour la poësie françoise je voy qu'on a prins plaisir à s'y lier les pieds et les mains par certaines regles et observations qu'il faut qu'on me pardonne si je les nomme abusives et superstitions. La seule que je vous marqueray pour le present, c'est ce concours de voyelles dans la suitte de deux mots, que je voy qu'on abhorre comme une cacophonie insupportable. Ce n'est pas que je la tienne belle ou aggreable, mais la necessité m'y portant, je ne voy pas pourquoy il est plus messeant aujourd'huy que par le passé de dire: Tu as esté Seigneur nostre retraicte. Tu as eu l'œil assez sur mes forfaits. Qui est-ce qui conversera. Qui a usure n'entendera ... Ce sont, comme vous voyez, des vieux passages des Psaumes, qui n'ont jamais offensé les oreilles les plus delicates, jusques à ce que ceste mode est venue à s'introduire, et j'en voudrois bien appeler à M. Corneille seul, s'il vouloit m'advouër l'incommodité qu'elle luy donne sur le theatre, ou il n'oserait avoir dit : Qui est là, s'il n'y entre, ou chose semblable, sans se faire siffler, et au fonds je voudroy sçavoir des auteurs de ceste belle remarque, pourquoi en mesme temps ils ne cassent tous les mots où mesme cacophonie se rencontre, comme sont reünir, reüssir, plier, et mil autres qu'on ne sçauroit oster à vostre langue sans la destruire »14. Conrart sans doute a été pris de court et n'a pu fournir aucune explication satisfaisante, car neuf années plus tard le tenace Batave, qui ne renonce pas à son idée, s'adresse directement à Corneille. Dans une lettre qu'il lui écrit le 30 mai 1663, il lui dénonce « ceste fuitte superstitieuse de la rencontre de deux voyelles ou deux mots : rigueur que vos excellens predecesseurs n'ont pas receuë, mesme qu'ils ont rejettée comme impertinente, voyant bien que qui n'ose dire qui est là ne debvroit pas non plus oser dire inquiet, et si on peut dire l'amie entend, aussi bien dit-on l'ami entend, et ainsi du reste. Certes nous sçavons assez ce qui est de la cacophonie, mais n'en trouvons pas tousjours en toutes telles rencontres ».

  • 15 Le P. B. Lamy, p. 167-168.

16Ces justes objections, formulées par un étranger, ne pouvaient avoir aucune chance de succès, à une époque où l'usage s'était déjà prononcé en faveur de la règle qu'avaient imposée Ronsard et Malherbe. En France, toute opposition avait disparu. Seul le P. Bernard Lamy laisse percer quelques regrets, mais seulement d'une manière détournée, en déplorant que l'interdiction soit aussi radicale, et que les écrivains ou les poètes ne sachent pas utiliser l'hiatus pour en tirer, de temps à autre, certains effets de style : « Il est facile, remarque-t-il15, de rendre la cadence du discours douce ou rude. Pour la rendre douce, il faut eviter le concours des voyelles qui cause des vuides dans le discours, et empêche qu'il ne soit uni ou égal. Ce concours de voyelles, et celui de plusieurs consonnes, particulièrement de celles qui sont aspirées, ou qui ne s'accordent point, rendent le discours raboteux. Un discours rude convient aux choses rudes et desagreables. Rebus atrocibus, conveniunt verba auditu aspera (Quintilien) ... La plupart des poëtes semblent avoir ignoré cet accord des nombres avec les choses : ils ne cherchent dans leurs vers qu'une douceur qui devient fade dans la suite : chez eux les affligez et les joyeux, les maîtres et les valets parlent d'un même ton : un païsan parlera avec autant de délicatesse qu'un courtisan; cependant ces poëtes ont des adorateurs qui croyent fort favoriser Virgile quand ils disent des vers rudes et negligez, avec lesquels il disoit les choses basses, qu'il s'est négligé dans ceux là pour faire paraître la douceur des autres ». Mais les propositions du P. Lamy, si habilement présentées qu'elles fussent, ne rencontrèrent l'adhésion de personne : il ne semble même pas qu'on y ait fait attention.

17La règle veut donc qu'en vers l'élision ait lieu devant toutes les voyelles par lesquelles commence un mot, qu'elles soient précédées d'une h muette, d'origine latine, ou qu'elles soient pures. Cette règle est imparfaite. D'une part, comme l'a remarqué Mlle de Gournay, elle n'interdit que les hiatus qui se produisent entre finales et initiales, mais elle laisse subsister les hiatus intérieurs, bien qu'ils ne soient pas d'une autre essence. D'autre part, selon l'observation de Huyghens, elle ne se préoccupe que de donner à l'œil une satisfaction facile quand elle considère qu'un e muet, directement placé derrière une voyelle tonique et précédant la voyelle par laquelle débute le mot suivant, suffit à éviter une collision jugée ailleurs cacophonique. Malgré la sévérité des critiques et des théoriciens, elle a laissé en dehors de ses prohibitions les expressions toutes faites, où la rencontre des voyelles est assimilée aux cas d'hiatus intérieur. À cette dernière catégorie appartiennent les locutions que signalait déjà Mlle de Gournay, peu à peu, ça et là et d'autres semblables, si bien que Corneille n'est aucunement répréhensible pour avoir dit :

Dans tout le Pré-aux-Clercs tu verras même chose. (Gds Écr., T. IV, p. 171)

  • 16 Tobler, V. Fr., p. 62. Je les lui emprunte.
  • 17 Ce mot d'ailleurs est ici abusif, puisque oui débute par une semi-voyelle. Il en est de même de ou (...)

18La règle respecte également quelques usages particuliers de la langue. Il est admis qu'on peut écrire en vers le onze et le onzième, selon la prononciation courante, et comme si le mot débutait par une h aspirée. De même il est permis d'écrire le huit et le huitième, qui seuls sont corrects, et où l'h n'est pas aspirée, tandis qu'on dit l'huître et l'huissier. Mais inversement certaines conventions établies par les poètes se sont perpétuées sans être justifiées autrement que par la tradition. L'élision faite devant oui s'explique par le fait qu'anciennement ce mot était dissyllabe, et qu'on le prononçait encore ainsi au xvie siècle; Molière s'en est autorisé pour lui donner deux traitements différents, dont Tobler16 a donné des exemples. Tantôt on trouve chez lui l'hiatus17, comme aujourd'hui :

  • Et pourvu que l'honneur soit... que vois-je ? est-ce ? ... oui
    (Ec. des Femmes, I, 4)
  • Quoi ! de ma fille ? — Oui; Clitandre en est charmé. (F. Sav., II, 3)
  • Moi, ma mère ? — Oui, vous. Faites la sotte un peu (ibid., III, 6)

19Tantôt l'élision est faite, tout au moins sur le papier :

  • Il n'importe. — Qu'entends-je ? — Oui, c'est là le mystère.
    (Ec. des Femmes, V, 7)
  • Toi, mon maître ? — Oui, coquin ! m'oses-tu méconnaître ?
    (Amph., III, 2)
  • Tu te dis Sosie ? — Oui. Quelque conte frivole ... (ibid., I, 2)
  • C'est vous, seigneur Arnolphe ? — Oui, mais vous ? — C'est Horace.
    (Ec. d. F., V, 2)

20En vertu d'un usage qu'approuvait encore Sebillet, mais que Malherbe condamnera plus tard, Ronsard écrit avec élision s'elle, s'encore, s'un:

Comme s'un cheveu blanc ou noir
Pour baiser eust quelque pouvoir, (Meslanges, 1555, A ]ane)

  • 18 On trouvera ces témoignages plus loin, p. 202-203.
  • 19 Les exemples de Ronsard sont donnés par Büscher et par Rydberg, p. 476, ceux de La Fontaine et de (...)

21parce qu'anciennement se était la forme régulière de la particule conditionnelle. Il ne peut plus en être de même aujourd'hui puisque, si la langue élide encore dans s'il, elle ne le fait pas dans si elle, si encore, si un. Enfin le pronom personnel le, placé après le verbe, avait une voyelle à laquelle, selon des témoignages du xviie siècle18, certaines prononciations donnaient encore une valeur féminine, si bien qu'elle pouvait être ”mangée”, comme on disait alors, devant une autre voyelle. On peut citer19 :

  • Secourez le, ou bien tost il s'en va consumer ... (Ronsard)
  • Mettez le en vostre coche, il n'est pas si pesant. (Id.)
  • Pein lui le col, mais pein le un petit long. (Id.)
  • Voyez le avec Esope en un sujet semblable. (La Fontaine)
  • Allez, et vous, Timandre, arrachez le à ces lieux. (Id.)
  • Vains et trompeurs démons, rendez le à mon amour. (Id.)
  • Du titre de clement rendez le ambitieux. (Id.)
  • Ascagne vient ici, laissons le, il faut attendre. (Molière)
  • Ingrat ! Laissez le en paix. S'il faut à deux genoux ... (Id.)
  • Mais, mon petit Monsieur, prenez le un peu moins haut. (Id.)
  • Ou bien, faites le entrer. — Qu'est-ce donc qu'il vous plaît ? (Id.)

22Racine n'a laissé subsister dans son œuvre que le cas suivant, qui se trouve dans Les Plaideurs :

Condamnez le a l'amende ou, s'il le casse, au fouet. (v. 614).

23Il avait écrit dans La Thébaïde :

Attendez le plutôt, voyez le en ces lieux. (v. 810).

24On constate donc qu'au xviie siècle cette liberté était propre au style familier, mais qu'on ne la rencontrait plus dans les grands genres.

  • 20 Hindret, L'Art de prononcer parfaitement la langue françoise, éd. de 1687, p. 213, et éd. de 1696, (...)
  • 21 Thurot, T. II, p. 91.

25Ces observations une fois faites, on doit constater que la règle de l'hiatus, au moment où elle s'établit, est encore conforme à la phonétique de la langue. Au xvie siècle, une prononciation soutenue faisait toutes les liaisons d'un mot à l'autre. En 1696, Hindret déclare bien qu'il faut dire dè jan inconnu dè maniere onaite, son mouchoir à la main, mais il avait écrit en 1687 que, « lorsqu'on lit ou qu'on prononce des ouvrages de poësie, il est bien souvent necessaire de faire sonner toutes les consonnes finales qui se rencontrent devant des mots commencez par des voyelles, soit que ces mots soient régis par les précédens, soit qu'ils ne le soient pas »20. Régnier, en 1705, s'exprimera encore en termes analogues, signalant que la prononciation « qui regarde la chaire, ou le barreau, ou la poésie ... a ses regles à part; et elle ne supprime pas si facilement les lettres finales ». Certes Choisy, en 1696, semble bien apporter une indication contraire : « Il y a quelques occasions, dit-il21, où la poésie s'émancipe, comme

Elle a le teint uni, belle bouche, beaux yeux.

26Il semble que pour éviter l'hiatus, on pourrait prononcer le t final de teint, et dire : elle a le teint-t-uni; mais la poësie souffre cette cacophonie et prononce elle a le tein uni ». C'est en effet après la voyelle nasale que le t de liaison a d'abord disparu, et en outre une idée de cacophonie s'attachait, comme le montre la critique de Malherbe, à la répétition des mêmes consonnes. Mais il n'en faudrait peut-être pas conclure, malgré Choisy, que dès cette époque il y avait eu hiatus réel, car l'n suppléait à la dentale disparue : « J'en vois beaucoup à Paris, nous affirme Hindret, qui prononcent le t du mot point comme une n quand il est suivi d'une voyelle, et qui disent : je n 'en ai poin-n-eu pour dire je n 'en ai point eu, dont le t ne se doit pas faire sentir ». Si telle était l'habitude dans le discours familier, à plus forte raison le heurt des voyelles, en vers, devait-il être évité.

  • 22 Id., ibid., p. 551. On notera que dans les mots en -am, -im, -om, -um, la liaison se faisait par n (...)
  • 23 Port-Royal, Règles de la Poësie françoise, éd. de 1671, p. 57.

27Lorsque le mot se terminait par une voyelle nasale pure, la consonne nasale s'en détachait régulièrement pour se lier à la voyelle initiale du mot suivant, comme nous le faisons encore quand nous disons bo-n-à-manger. Au xviie siècle, on s'abstenait parfois, dans le parler courant, de marquer cette liaison, particulièrement à la fin des noms propres, mais Hindret nous atteste qu'elle subsistait dans le style soutenu, pour prévenir « un concours de sons voyels qui ne plaît pas à tout le monde »22. Quant à lui, il est partisan d'une articulation habile, qui escamote le plus possible la difficulté. Les traités de versification sur cet article, se montrent très fermes. Au moment où l'hiatus pénètre de plus en plus dans le langage ordinaire, ils s'efforcent, en ce qui concerne la poésie déclamée, de maintenir l'ancien usage : « Quand l'auteur des Remarques sur la langue françoise, déclare Port-Royal23, dit que l'r des infinitifs aimer, enflammer, etc. ne se prononce point, cela ne se doit entendre que dans la prose, et lors que le mot qui suit commence par une consonne. Autrement on ne pourroit mettre ces infinitifs en vers avant des mots qui commencent par des voyelles. Par exemple ces beaux vers de M. l'évêque de Grasse :

Il ne peut commander à son désir nouveau.

28et en un autre endroit :

L'aimer et le louer soient vos uniques soins,

29tous ces vers, dis-je, ne seroient pas supportables, s'il falloit prononcer ces infinitifs, commander, aimer, sans r, et comme s'il y avait commandé, aimé ».

  • 24 Port-Royal, ibid., p. 56.

30C'est à juste titre qu'une consonne placée à la fin d'un mot, lorsqu'elle n'était qu'une simple restitution étymologique sans valeur phonétique, était considérée comme n'empêchant pas l'hiatus réel. « La seconde chose à observer, précise Port-Royal24, est que ce concours de voyelles se juge par la prononciation, et non par l'écriture. Ainsi, parce que la conjonction et n'a reçu le t du latin que dans l'écriture, on ne la peut point mettre dans les vers avant les mots qui commencent par des voyelles, ny dire, par exemple :

Qui sert et aime Dieu possède toutes choses. »

  • 25 E. Dolet, Des Accents de la Lg. fr., p. 31.

31Quant à l'h aspirée, dont les signes d'amuissement remontent à une époque assez lointaine, elle n'était pas encore, pour la plupart des Français, une vaine graphie qui n'a plus d'autre résultat que d'établir un hiatus très net. Matthieu, en 1559, la définit comme « une forte haleine », que Du Gardin rapproche de l'h allemande : au xvie siècle on avait donc le droit de considérer qu'elle empêchait une collision jugée fâcheuse. « Nous disons sans apostrophe, écrit E. Dolet25, le haren, la harendiere, la haulteur, le houzeau, la housse, la hacquebute, le hacquebutier, la hacquenée, le hazard, le hallecret, la hallebarde. Et si ces mots se prononcent sans aspiration, la faute est énorme. De laquelle faute sont pleins les Auvergnats, les Prouvençauls, les Gascons et les provinces de langue d'oc. Car pour le haren, ils disent l'aren; pour la harendiere, l'arendiere; pour le houzeau, l'ouzeau; pour la housse, l'ousse; pour la honte, l'onte etc. Et non seulemêt (qui pis est) font ceste faulte au singulier nombre de telles dictions, mais aussi au pluriel. Car pour des harens, ils disent des arens; pour les hacquenées, les acquenées, etc ... » Cependant, malgré les objurgations de Dolet, on cessa de plus en plus d'aspirer l'h d'origine germanique et, dès 1650 environ, l'ancienne manière d'articuler ne subsistait plus que dans quelques provinces. Les liaisons au contraire se maintinrent d'une façon plus artificielle pendant longtemps encore, jusqu'au moment où beaucoup d'entre elles cessèrent de se faire sentir dans les vers. Mais cette disparition est postérieure à l'époque que nous étudions présentement. Au cours de cet ouvrage, nous aurons à rechercher quand et comment la déclamation se libéra définitivement des entraves du passé, quand et comment la défense de placer l'une devant l'autre deux voyelles appartenant à des mots différents ne fut plus qu'une prohibition qui lie encore les poètes, mais que les diseurs sont bien loin de toujours observer.

32L'absence de l's, à la première personne de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel, ou bien encore à la première personne de l'indicatif présent et parfait et à la deuxième de l'impératif, établit devant voyelle un hiatus fautif; sa présence rend au contraire le vers correct. On sait aussi que l'élision et l'hiatus intéressent directement le syllabisme, sur lequel est fondée notre versification. Une élision faite économise une syllabe, une élision évitée au contraire en apporte une. De même un £ muet bien placé permet d'éluder la règle gênante, et c'est là une ressource que peuvent fournir certaines formes qui, pour cette raison, seront préférées à d'autres, même quand elles auront cessé d'être usuelles. Il y a donc tout un ensemble de possibilités qui s'offrent à l'ingéniosité des hommes habiles, et dont, pendant très longtemps, ils ne se font pas faute de profiter.

33Prenons d'abord ce dernier cas. L'E féminin a été introduit par analogie dans certaines premières personnes de l'indicatif présent de la première conjugaison, comme je prie et je supplie, et il y devient peu à peu régulier. Mais les poètes, pendant longtemps encore, n'emploient la nouvelle graphie que devant voyelle, où elle leur paraît prévenir le concours de sons interdit. Ronsard écrit :

Je te pry, grand Dieu, ne m'oublie …, (B. de F., p. 161)

34mais au contraire :

De Bèze, je te prie, escoute ma parolle. (ibid., p. 358)

  • 26 Tabourot des Accords, Dict. des Rimes, 1572, p. 35-36.
  • 27 Ronsard, Art poétique, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 61.

35L'E féminin se présente encore dans les premières personnes étymologiques en -oie de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel, qui, au xvie siècle, sont de plus en plus abandonnées au bénéfice des terminaisons en -oy (ou en -ois), analogiques de la troisième personne, celle-ci depuis longtemps privée d'e. Tabourot des Accords ne donne plus la forme en -oie que pour six verbes, et déclare que les poètes de son temps se servent généralement de la forme en -oy26. Ronsard au contraire recommande expressément de conserver la désinence ancienne : « Tu ne rejetteras point, dit-il27, les vieux verbes picards, comme voudroye (pour voudroy), aymeroye, diroye, feroye. Plus nous aurons de mots en notre langue, plus elle sera parfaitte et donnera moins de peine à celuy qui voudra pour passe-temps s'y employer ». La finale -oye sauve le vers de l'hiatus, en vertu des idées courantes, qui règnent encore dans notre métrique, et ce décasyllabe de G. Lemaire de Belges :

j'avoie acquis, par-dessus mes merites,
(Illustrations, I, Compl. de l'Am. vert.)

36est correct. La terminaison -oy au contraire ne peut trouver place que devant une consonne, comme dans ce vers de Baïf :

Et je ne pensoy pas que tes lois peussent tant. (Antigone)

  • 28 Brunot, Hist. de la Lg. fr., T. II, p. 330.

37Ce sont des raisons d'euphonie28, à cause de la liaison obligatoire avec la voyelle suivante, qui font adopter -ois, tandis que -oye, malgré Ronsard, tombe en désuétude vers le milieu du xvie siècle.

  • 29 Sebillet, I, 9; Gaiffe, p. 95.
  • 30 J. Peletier, II, 9.
  • 31 Ronsard, Art Poët., éd. Laumonier-Lemerre, T. III, p. 61.

38Il y a longtemps que l's a fait son apparition aux premières personnes du singulier des temps énumérés plus haut, ainsi qu'à la seconde de l'impératif. Vers 1550, elle n'y est pas encore régulière. À son égard, non seulement les grammairiens, mais encore les théoriciens de la versification se montrent assez divisés : « Tu dois te garder, conseille Sebillet29, de mettre s aux premières personnes singulieres dés verbes de quelque moeuf ou temps qu'ilz soient : comme je voy, tu voys, il voit : j'aimoye, tu aimoys, il aimoit; je rendy, tu rendis, il rendy; je boiray, tu boiras, il boira. Si je faisoye, tu faisois, il faisoit. Quand je diroye, tu dirois, il diroit, et ainsi dés autres : ce que tu verras aujourd'huy observé des savans en leurs escritures : et la raison t'enseigne que tu le dois observer ainsi, à cause que s est note de seconde personne aus Grecz et aux Latins; et doit estre a nous qui tenons d'eus la pluspart du bien que nous avons. Que si tu rencontres en Marot ou d'autres cecy non observé ... si c'est en fin de vers, appelle cela licence poëtique s'estendant jusques à impropriété, a fin de servir à la ryme. Si ailleurs, dy que c'est faute d'impression, ou l'attribue a injure du temps, qui n'avoit encore mis ceste verité en lumiére. Le mesme dois-tu observer au singulier de l'impératif, disant fay, dy, ly, respon, etc. ... non pas fays, dys, lys, etc. qui sont secondes personnes indicatives plus proprement qu'impératives ». J. Peletier écrit de son côté : « Je ne suis pas d'avis pourtant que l'on retienne la lettre s en ces mots je sen, je tien, je fai et les autres, et qu'on die je suis, je tiens, je fais, sinon qu'on le prenne pour antiquité »30. Ronsard au contraire adoucit l'interdiction portée par Sebillet et J. Peletier, tout en leur signalant qu'ils ont négligé de penser à l'hiatus, pour lequel il faut bien avoir quelques égards : « Tu n'abuseras des personnes des verbes, mais les feras servir selon leur naturel, n'usurpant les unes pour les autres, comme plusieurs de nostre temps. Ex. en la premiere personne, j'alloy, et non j'allois, il alloit. Tu pourras avec licence user de la seconde personne des verbes pour la premiere, pourveu que la personne se finisse par une voyelle ou diphtongue, et que le mot suyvant s'y commence, afin d'éviter un mauvais son qui te pourroit offencer, comme i' allois à Tours, pour dire j'alloy à Tours, je parlois à ma dame, pour je parloy à ma dame, et mille autres semblables ... Tu pourras aussi adjouster par licence une s à la premiere personne, pourveu que la ryme du premier vers le demande ainsi »31.

39L'addition de l's, à la première personne des temps dont il s'agit, est donc courante à l'intérieur du vers, pour éviter le concours de voyelles prohibé. Dans la même épître de Marot (Au Roi, pour avoir été dérobé), on lit en effet d'une part :

  • Et ne croy point que ce fust pour la rendre.
  • Quand je me vey sans honneste vesture...

40et de l'autre :

  • J'avois un jour un valet de Gascongne ...
  • Et pour autant, Syre, que suis à vous ...
  • 32 Brunot, op. et l. cit.; Richelet, Vers, fr., 1672, p. 140, indique que la forme je desirerois est (...)

41L's s'établit assez vite à l'imparfait et au conditionnel32, mais non sans que Vauquelin ait encore pu légitimement se servir des deux formes dans la même pièce :

  • Je ne sçauroy jamais estre faussaire.
  • Je ne sçaurois avoir la conscience ...
  • 33 T. XI, p. LXII.

42Au contraire, les progrès de cette consonne à l'indicatif présent et à l'impératif ont été plus lents puisque, pendant tout le xviie siècle, les formes étymologiques sont toujours demeurées en vigueur; ce sont même, a noté A. Régnier dans son édition de Corneille33, les seules régulières chez l'auteur du Cid et ses contemporains. En 1704, l'Académie déclarera encore, dans ses Observations sur Vaugelas, que les verbes sçavoir et voir ne prennent pas d's à la première personne du présent de l'indicatif, et qu'« il faut dire je sçay et je voy ». Mais les poètes ne se faisaient aucun scrupule d'ajouter l's pour éviter l'hiatus. En voici des exemples :

  • A present que je sais et son bien et sa race. (Corn., Menteur, v. 1574)
  • Quoy, tu me fuis, ingrate, et je te vois ici !
    (Mol., Am. Magn., IIIe interm., V)

43Le plus caractéristique est ce vers de Racine, où les deux formes sont juxtaposées, mais où celle en s est évidemment amenée par la nécessité de séparer deux voyelles par une consonne :

Oui, croyez-moi... — Je croy tout. Je vous crois invincible. (Alex., 1073)

  • 34 P. de Deimier, p. 180.
  • 35 G. Colletet, Ec. des Muses, p. 9.

44Les poètes sont donc autorisés à écrire comme il leur convient. Deimier leur en donne la permission expresse : « On peut escrire ainsi diversement ces termes : je dis, je dy »34. Colletet, qui s'inspire de ce critique, leur laisse pareillement le choix entre les deux graphies35.

  • 36 J. Peletier, Art poët., II, 9; Boulanger, p. 213.
  • 37 De Laudun d'Aigaliers, Art poët, IV, 8.
  • 38 P. de Deimier, p. 180.

45Inversement, l's gênante peut être supprimée quand on veut obtenir une élision utile. J. Peletier s'insurge contre cette liberté qu'il juge abusive. Il ne veut pas « que l'on die tu donne, tu aime, pour tu donnes, tu aimes, car ce seroit trop usurper, à cause de la diversité qui doit être entre la première et la seconde personne »36. De Laudun d'Aigaliers se prononce dans le même sens, protestant qu'« il ne peut estre permis de mettre la lettre s à la première personne des verbes singuliers, l'oster de la seconde, comme j'aymois, je lisois, pour j'aymoy, je lisoy, et tu aimoy, tu lisoy pour tu aimois, tu lisois »37, règle qui s'étend bien naturellement aux deuxièmes personnes de la première conjugaison. Deimier au contraire fait preuve sur ce point d'une tolérance qui ne lui est pas habituelle : « On dit aussi tu pense et tu penses, en ces deux sortes d'orthographe, comme de mesme tu donne et tu donnes, tu parle et tu parles ... Car les uns et les autres sont bons à la parole, ou à l'escriture : et ainsi ce ne sera que bien d'en user indifféremment »38. Malherbe, plus sévère, reprend Desportes de ce qu'il a écrit porte au lieu de portes, et fusse au lieu de fusses dans ces deux vers :

  • Jupiter, s'il est vrai que tu fusse amoureux ... (Gds Ecr., T. IV, p. 455)
  • Tu t'abuses toi-même, ou tu me porte envie. (Id., ibid., p. 273)

46C'était là un de ces vieux artifices de versification auxquels les poètes se montraient résolument attachés. Les exemples en sont en effet très nombreux au xvie siècle. On peut citer :

  • Amour, tu semble' au phalange qui point. (Ronsard, Bl., I, 395)
  • Seule tu erre' en t'esgardant si haut. (Id., ibid., I, 424)
  • Tu vois et remedie aux malheurs de la France.
    (D'Aubigné, Trag., I, v. 599)
  • 39 G. Colletet, Ec. des Muses, p. 9-10.

47En plein xviie siècle, Colletet donnera encore tu pense et tu penses, « et ainsi des autres de semblable terminaison » parmi les doubles formes dont on peut user en poésie. Selon lui, on y a également le choix entre vous estes et vous este. En outre, comme la même licence s'étend aux adverbes, il énumère encore avecque et avecques, doncque et doncques, mesme et mesmes, jusque et jusques, oncque et oncques, presque et presques39. D'ailleurs Malherbe, si difficile pour les autres, est l'auteur de cet alexandrin :

Les immortels eux-même en sont persécutés (Gds Ecr., I, p. 279)

48Molière de son côté a écrit :

Mais c'est pain béni, certe, à des gens comme vous, (Ec. des Maris, I, 3)

  • 40 Richelet, Vers, fr., 1672, p. 128.

49à propos de quoi Richelet a noté que « certe, sans s finale, ne se soufre ni en poësie, ni en prose »40. Tout le monde cependant ne pensait pas ainsi. D'autres catégories de mots n'échappent pas davantage à ces retranchements utiles, puisqu'on trouve dans Racine ce vers :

Au tumulte pompeux d'Athène et de sa cour, (Phèdre, v. 32)

  • 41 G. Colletet, Ec. des Muses, p. 9-10.

50par une liberté que légitime Colletet quand il enseigne que « les noms propres venus des Grecs, Achilles, Socrates, et autres, peuvent s'écrire de cette façon, ou sans s à la fin »41.

51Comme on vient de le voir, les flexions verbales embarrassent souvent les versificateurs, qui emploient volontiers un procédé radical pour réduire l'obstacle. Or ce qui est possible pour certaines secondes personnes du singulier l'est également pour les troisièmes personnes du pluriel, où le groupe consonantique nt s'oppose malencontreusement à une élision dont le besoin urgent peut se faire sentir et qui serait tout à fait normale s'il ne s'agissait pas d'un pluriel. Quoi de plus simple dans ce cas que de négliger l'accord ? S'il y a plusieurs sujets et que le dernier soit au singulier, la syntaxe de l'ancien français, qui n'est pas encore abolie au xvie siècle, permet de ne tenir compte que de celui-ci. S'ils sont au pluriel, on supprime sans autre forme de procès les deux consonnes qui forment barrière. Desportes écrit :

Serments, soupirs, faveurs en abondance
De son amour ne te rende assuré. (Div. Am., Villan., IV, 401)

52ou encore :

Car l'éternelle nuit ne couve point d'horreur,
De tourments et de flamme,
De pleurs, de peurs, de morts, de remords, de fureur,
Qui ne loge en mon âme. (id., Coupl. 4, IV, 444)

53Cette violation effrontée des règles de la grammaire a soulevé, comme on peut le supposer, l'indignation de Malherbe; mais il n'est pas certain qu'il ait obtenu immédiatement gain de cause ni qu'on ne puisse encore découvrir quelques licences semblables dans le courant du xviie siècle.

54Les poètes traitent aussi l'h à leur convenance, bien qu'il convienne de mettre à part quelques cas particuliers. Qu'on lise en effet chez Pontus de Thyard :

La harmonie aux doux concens nourrie
Des sept accords.............(M.-L., p. 20)

  • 42 On en rapprochera les élisions suivantes, qu'il a faites devant onzième et huitième, et qui ont ét (...)

55il ne faut sans doute voir là qu'une restitution de l'esprit rude du grec. Que le mot héros42 ne soit pas aspiré chez Ronsard et chez Baïf :

Puis quand tu vois aussi qu'une telle fortune
Avecques tant d'Heros si vaillans t'est commune, (Rons., M.-L. VI, 215)

  • 43 Cf. Thurot, T. II, p. 403.

56c'est là un souvenir de la façon dont les Latins en avaient déjà usé avec lui, et d'ailleurs on dit encore une héroïne avec élision. D'autre part l'usage a été partagé sur le mot hésiter où beaucoup aspiraient l'h43, qui est devenu définitivement muette au xviiie siècle. Corneille a écrit :

  • Quoi ! je hésite encor, je balance, je doute. (Gds Ecr., T. II, p. 272)
  • Ne hésiter jamais, et rougir encor moins. (id., T. IV, p. 190)
  • Et bien que sur le choix il semble hésiter ... (id., T. VII, p. 127)

57Puis il a corrigé les deux premiers de ces alexandrins :

  • Quoi ! je balance encor, je m'arrête, je doute.
  • Ne se brouiller jamais, et rougir encor moins.

58Mais il a laissé subsister le troisième.

59Au contraire on rencontre d'autres cas où il y a incorrection évidente. Voici chez Desportes des élisions tout à fait injustifiées contre lesquelles a protesté Malherbe :

  • Je maudis mon offense, honteux et repentant...
  • Tandis la Renommée, hâtive messagère ...
  • Pour sa belle entreprise hardiment s'exposer ...44

60« Hardiment se doit aspirer, a-t-il noté à propos de ce dernier vers, et cette faute est inexcusable ». De même La Fontaine est l'auteur de ce vers :

Très mauvais gîte, hormis qu'en sa valise. (Oraison de St Julien)

61Inversement d'autres mots sont aspirés qui ne devraient pas l'être, comme en ce vers de Ronsard, ce qui d'ailleurs est un fait beaucoup plus rare :

Et en hurlant d'une horrible voix (M.-L., T. V, p. 76)

  • 45 Il n'est cependant pas le premier à en avoir usé ainsi, car Ronsard a écrit :
    Bien que l'un des fil (...)

62Pour un autre son, mais avec une audace analogue, Racine a obtenu une élision dont il avait besoin45 : il a transformé en locaste le nom propre de Jocaste dans l'alexandrin suivant :

Polynice, Eteocle, Iocaste, Antigone. (Thébaïde, v. 1509)

  • 46 Tobler, V. Fr., p. 141.

63Enfin, à maintes reprises, les poètes ont faussement considéré que les lettres étymologiques possédaient une valeur articulatoire réelle, et ils ont affecté de croire que la barrière qui se manifestait à l'œil satisfaisait également l'oreille. Régnier a placé et devant une voyelle, tout comme Molière chez qui Tobler a relevé cet exemple46 :

Et à l'événement mon âme s'intéresse. (Ec. des Fem., III, 4)

64Le d est une restitution graphique dans le mot pied. Donc le vers de Desportes :

A cheval et à pied en bataille rangée,

65a été justement condamné par Malherbe : « Cacophonie, a-t-il dit : pié en bataille; car de piet, comme les Gascons, il n'y a point d'apparence ». Il a blâmé de même :

Pieds nuds, estomac nud, ignorant qu'il estoit,

66parce que le d ne s'est jamais prononcé dans le mot nu(d). Deux fois il a fait une remarque au sujet du mot nid :

  • Fait son nid aux jeunes bocages
  • Ne peut laisser son nid, y fait maint et maint tour.

67« Garde-toi bien de croire, note-t-il à propos de ce dernier vers, que l'on prononce nid; on ne dit que ny, et pour ce il y a ici cacophonie : ny y ». S'il avait mis à exécution le projet qu'il avait d'écrire un commentaire sur Ronsard, quelle réprimande sévère ne lui aurait-il pas administrée à propos de cet alexandrin :

Ainsin Endymion soit toujours ton ami

  • 47 Ainsin est un mot à l'étymologie obscure, et particulièrement sous cette forme, qui est ancienne e (...)

68l'n de ainsin n'a sans doute d'autre utilité que d'assurer la liaison entre les deux mots en contact47.

69Ce qu'il y a cependant de certain, c'est que les règles qui concernent l'élision et l'hiatus, grâce à Malherbe et à l'école de métriciens qui procède de lui, sont de plus en plus strictement observés par les poètes à mesure qu'on se rapproche davantage de la fin du xviie siècle, et que les infractions qu'on peut alors découvrir sous leur plume se rencontrent surtout dans les œuvres légères et comiques. Par un fait singulier, la docilité des poètes s'accroît à mesure que le parler courant prend peu à peu l'habitude de négliger les liaisons et cesse d'aspirer l'h d'origine germanique. La raison en est que les théoriciens ont tendu à faire admettre qu'il pût y avoir deux prononciations, l'une pour la langue ordinaire, l'autre, archaïque et par conséquent artificielle, pour la poésie. Les préceptes qui s'attachent à l'élision et à l'hiatus, fondés encore sur un usage très vivant lorsque les écrivains de la Renaissance les ont formulés et lorsqu'ils ont en fait une des lois du vers, n'ont pas tardé à perdre beaucoup de leur valeur parce que leur terrain d'application s'effondrait sous eux. Ce dont on peut s'étonner, c'est qu'ils soient restés si longtemps intangibles et que les poètes, sans s'apercevoir qu'ils ne correspondaient qu'à un état définitivement périmé de la langue, et sans chercher à les rajeunir, aient accepté si docilement de se plier à leur joug.

Notes

1 Ch. Oulmont, P. Gringore, p. 351.

2 A. Hamon, J. Bouchet, p. 336.

3 Keuter, ”C. Marot's Metrik”, dans Herrig's Archiv, 1881, p. 341.

4 Ronsard, éd. P. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 55.

5 T. VII, p. 87.

6 Ph. Martinon, La Genèse des Règles…p. 77.

7 J. Vianey, Rev. d'Hist. litt., 1915, p. 606-607.

8 Les exemples de Ronsard sont donnés par Büscher (cf. d'autre part Tobler, V. Fr., p. 145), ceux de Malherbe ont été recueillis par A. Gasté, La Jeunesse de Malherbe, p. 37 sq., et reproduits par M. Souriau, p. 26-27.

9 A. Herting, p. 41; les références sont données d'après l'édition Marty-Lavaux, toutes empruntées à Cléopâtre; mais il n'y a pas un seul hiatus dans le Recueil des Inscriptions, le seul ouvrage que Jodelle ait publié lui-même.

10 Th.-A. Braam, p. 28; il y a 44 cas d'hiatus chez Régnier, dont 31 à la césure.

11 Deimier, p. 50.

12 Cf. M. Souriau, p. 27; les références sont données d'après le tome et la page de l'édition des Grands Écrivains.

13 Mlle de Gournay, Les Advis ou les Presen…, p. 651.

14 De Briefwisseling van Contantijn Huygens.

15 Le P. B. Lamy, p. 167-168.

16 Tobler, V. Fr., p. 62. Je les lui emprunte.

17 Ce mot d'ailleurs est ici abusif, puisque oui débute par une semi-voyelle. Il en est de même de ouais. Molière a fort bien dit :
Eh ! non mon père — Ouais ! Qu'est-ce donc que ceci ? (G. Écrivains, T. IX, p. 189)

18 On trouvera ces témoignages plus loin, p. 202-203.

19 Les exemples de Ronsard sont donnés par Büscher et par Rydberg, p. 476, ceux de La Fontaine et de Molière par M. Souriau, p. 232-267. Cette élision se rencontre déjà au Moyen Âge; cf. Tobler, VB, p. 63.

20 Hindret, L'Art de prononcer parfaitement la langue françoise, éd. de 1687, p. 213, et éd. de 1696, p. 711.

21 Thurot, T. II, p. 91.

22 Id., ibid., p. 551. On notera que dans les mots en -am, -im, -om, -um, la liaison se faisait par n, Adã -n-a péché; dans le Rouergue on dit encore : son renõ-n-a été grand.

23 Port-Royal, Règles de la Poësie françoise, éd. de 1671, p. 57.

24 Port-Royal, ibid., p. 56.

25 E. Dolet, Des Accents de la Lg. fr., p. 31.

26 Tabourot des Accords, Dict. des Rimes, 1572, p. 35-36.

27 Ronsard, Art poétique, éd. Laumonier-Lemerre, T. VII, p. 61.

28 Brunot, Hist. de la Lg. fr., T. II, p. 330.

29 Sebillet, I, 9; Gaiffe, p. 95.

30 J. Peletier, II, 9.

31 Ronsard, Art Poët., éd. Laumonier-Lemerre, T. III, p. 61.

32 Brunot, op. et l. cit.; Richelet, Vers, fr., 1672, p. 140, indique que la forme je desirerois est correcte.

33 T. XI, p. LXII.

34 P. de Deimier, p. 180.

35 G. Colletet, Ec. des Muses, p. 9.

36 J. Peletier, Art poët., II, 9; Boulanger, p. 213.

37 De Laudun d'Aigaliers, Art poët, IV, 8.

38 P. de Deimier, p. 180.

39 G. Colletet, Ec. des Muses, p. 9-10.

40 Richelet, Vers, fr., 1672, p. 128.

41 G. Colletet, Ec. des Muses, p. 9-10.

42 On en rapprochera les élisions suivantes, qu'il a faites devant onzième et huitième, et qui ont été signalées par Büscher. On notera qu'elles sont justifiées par l'étymologie :
Quels maistres avoit-il ? Philippes et l'onzieme ...
Loys, roys des François, et le roi Charte huitième.
Quant au mot héros chez Baïf, cf. Marty-Laveaux, T. V, p. 214 et 397.

43 Cf. Thurot, T. II, p. 403.

44 Souriau, p. 62.

45 Il n'est cependant pas le premier à en avoir usé ainsi, car Ronsard a écrit :
Bien que l'un des fils d'I-ocaste
La nuit sous le portail d'Adraste ... (Laumonier-Hachette, T. V, p. 174)

46 Tobler, V. Fr., p. 141.

47 Ainsin est un mot à l'étymologie obscure, et particulièrement sous cette forme, qui est ancienne et se rencontre assez souvent au xvie siècle, même devant consonne. L'n y est difficilement explicable.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter