Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Troisième section. Le déclin des poèmes à forme fixe

Chapitre III. Le chant royal et la ballade

Texte intégral

1Sur le sujet du Chant Royal, Sebillet n'ajoute rien à ce qu'en disent les traités du xve siècle. Pour lui comme pour eux, c'est un poème d'inspiration élevée, consacré à la louange des dieux ou des princes, ou des grands seigneurs. C'est là ce que répéteront tous les traités suivants, même quand ils admettent que le thème ne doit pas en être très strictement délimité. « Le Chant royal, déclarera Furetière, se faisoit à l'honneur de Dieu, ou de la Vierge, ou sur quelque autre grand argument. Il ne se fait qu'en maniere grave et sérieuse ». Et Furetière sera encore assez bien renseigné pour expliquer exactement le sens du mot Prince, par lequel doit commencer l'envoi, tandis que Sebillet, Pasquier et les autres critiques, qui mentionnent cette règle, n'en rendent aucun compte. Pour le reste, Sebillet se montre assez bref : il y faut cinq couplets identiques en nombre de vers et en rimes, chacun suivi d'un refrain, le tout étant terminé par un envoi dont la longueur est moindre que celle du couplet, auquel il assigne onze vers. Telle était déjà la description qu'avaient donnée du Chant royal ses prédécesseurs et qu'on retrouvera, plus ou moins écourtée, chez les théoriciens qui viendront après lui.

  • 1 Du Gardin, Addresses, p. 206.
  • 2 Pasquier, Recherches, VII, 5.

2Tous cependant ne feront pas preuve d'une grande exactitude. C'est peut-être Du Gardin1 qui se donne à cet égard le plus de peine, car il est de Douai, où la Confrérie de Notre-Dame met encore au concours tous les ans, au début du xviie siècle, un poème de ce genre, et il est fier d'avoir été couronné lui-même en 1611. Certes les marques de respect ne manquent pas sous la plume des métriciens, qui n'osent peut-être pas condamner brutalement la tradition. Pasquier2 reconnaît que la forme du Chant royal impose aux versificateurs une lourde servitude, mais fait observer que les poètes d'autrefois, sans se laisser intimider par ces difficultés, « en sortoient à leur honneur ».On ne doit pas oublier en effet que pendant très longtemps la province reste fidèle à ces morceaux d'apparat que récompensent les Puys ou les Académies. À Rouen et à Toulouse, pendant de longues années, ce sont là des pièces qui valent aux lauréats une gloire enviée. Du Gardin a des émules, du Bartas, en 1565, se voit attribuer le prix de la Violette aux Jeux Floraux pour un poème de ce genre.

  • 3 A.-Ph. de la Croix, 1694, p. 203 et De Chalons, p. 310.
  • 4 Le P. Mourgues, 1724, p. 233 sq.

3Mais il est visible, de très bonne heure, que le Chant royal perd son ancien prestige. Marot n'en a écrit que cinq, qui sont tous antérieurs à 1530. On n'en rencontre pas chez les poètes de la Pléiade et d'ailleurs les traités ne s'attardent guère sur cette forme pesante, ou même n'en exposent pas les règles sans quelque négligence. Sebillet indique bien que les vers convenables ne peuvent être que les décasyllabes, mais il ne dit rien de la disposition des rimes, dont il laisse au lecteur le soin de se faire une idée d'après l'exemple de Marot qu'il a cité. Pasquier passe rapidement, ainsi que De Laudun, et Boileau ne le nomme même pas. À la fin du xviie siècle, il est complètement démodé; beaucoup même ne prennent pas le soin d'en maintenir la forme primitive. Il en existe un de La Fontaine, mais irrégulier, car le onzième vers du couplet, qui fait suite à dix alexandrins et qui sert de refrain, est un octosyllabe; cet octosyllabe, à l'envoi, n'est précédé que de trois alexandrins, et le morceau, qui a bien les cinq strophes requises, porte cependant le titre erroné de ballade. De la Croix et de Chalons 3 veulent que le couplet soit de treize vers, et le premier consent qu'on le construise de mètres courts, ce qui est une véritable hérésie, tandis que le second parle avec négligence des rimes et prévient que ce poème « ne doit pas s'étendre au-delà de cent vers ». Le P. Mourgues, qui est professeur à Toulouse, ménage en quelques mots habiles les susceptibilités locales : « Le Chant Royal est un fort beau reste d'ancienne poësie, qui a été retenu en quelques endroits seulement, comme à Toulouse où j'écris ceci, et où l'on peut dire que cette sorte d'ouvrage a eu tout son éclat par le prix des Jeux Floraux, qui y étoit attaché avant l'établissement fait par Sa Majesté d'une nouvelle Académie de Toulouse ». Mais, cette précaution une fois prise, il ne se gêne pas pour dire combien lui semble justifié l'abandon dans lequel est tombé ce poème, qu'il est inutile de chercher à faire revivre : « Je ne laisserai pas de faire remarquer pour justifier le goût des Modernes qui ne s'en accommodent point, que la plupart des graces du Chant royal sont perdues pour l'oreille. Car l'attention de l'oreille, si on peut parler de la sorte, ne s'étend point assez d'une stance à l'autre, pour remarquer après de fréquentes interruptions le retour réglé des mêmes rimes »4. Cette fois, c'est le coup de grâce. Le Chant royal est définitivement mort: il conservera sa place dans les traités de versification, et peut-être dans quelques concours obscurs de province, mais il ne se trouvera plus jamais un poète de renom, même pas au xixe siècle, pour tenter de le ressusciter.

  • 5 Sebillet, II, 5; Gaiffe, p. 136.
  • 6 Idem, II, 4; Gaiffe, p. 131 sq.
  • 7 E. Pasquier, Recherches, VII, 5.

4Il n'échappe à personne que la Ballade est un poème de la même famille, ce que fait remarquer Sebillet, mais qu'elle est moins noble et moins solennelle : « Toute téle différence y a il entre le Chant royal et la Balade, déclare-t-il5, comme entre le Rondeau et le Triolet. Car le Chant royal n'est autre chose qu'une Balade surmontant la Balade commune en nombre de coupletz, et en gravité de matiére ». Elle-même, primitivement, n'était point faite pour le badinage, mais elle a quelque peu dégénéré, bien qu'on lui conserve encore un caractère assez sérieux : « La Balade est un poëme plus grave que nesun dés précédens6, pour ce que de son origine s'adressoit aux princes, et ne traitoit que de matiéres graves et dignes de l'aureille d'un roy. Avec le temps empireur de toutes choses, les poëtes françois l'ont adaptée a matières plus legères et facétieuses, en sorte qu'aujourd'huy la matière de la Balade est toute téle qu'il plaist à celuy qui en est autheur. Si elle est néantmoins moins propre a facécies et légéretéz ». Il en donne les règles : trois couplets de huit ou dix vers, parfois de sept ou de onze, tous identiques par leur mètre qui peut être, selon le sujet traité, de huit ou dix syllabes, et toujours sur des rimes unisones. Le dernier vers de la première strophe sert de refrain et se répète à la fin de chaque strophe et de l'envoi. Celui-ci, qui commence le plus souvent par le mot Prince, est de dimension variable; il ne dépasse généralement pas la moitié de la longueur du couplet; cependant si le couplet est de dix vers, il peut en atteindre sept, et, s'il forme un onzain, l'envoi peut être de cinq, six ou sept vers, au gré du poète, nombre qu'il ne doit pas excéder. Ce sont les prescriptions qu'on peut lire dans les traités composés depuis la fin du xve siècle et qui ont précédé celui de Sebillet. Les règles de la Ballade sont également exposées par Pasquier7, qui autorise « trois ou quatre » strophes, avec une indifférence marquée, puis par De Laudun, qui reproduit Sebillet, enfin, au xviie siècle, avec plus ou moins de détails, par Du Gardin, G. Colletet, les Dictionnaires de Richelet et de Furetière, et le P. Mourgues.

  • 8 De Laudun, II, 5; Dedieu, p. 100.

5Son déclin commence avec Marot, le premier poète notable qui renonce aux formes surannées. Avant 1532, il en a composé quinze, tantôt en octosyllabes, tantôt en décasyllabes, avec des couplets dont la longueur va du huitain au douzain. Mais, après cette date, il n'en écrit plus que quatre, qui ne sont pas postérieures à 1534. La désaffection est donc déjà très sensible lorsque Du Bellay publie sa Deffence, ou qu'il condamne expressément ce genre de poème. La Pléiade se conforme à l'avis qu'il a donné et la Ballade, pendant toute la fin du xvie siècle, n'intéresse plus que les sociétés provinciales, où des attardés la cultivent encore. E. Pasquier, Vauquelin et De Laudun nous sont témoins qu'elle est sortie de l'usage : « Aujourd'huy, outre ce que l'on ne s'en sert plus, dit ce dernier8, encore ceux qui s'en servent ne l'emploient qu'à risée, et n'estoit le Puy de la Conception des Carmes de Rouen, qui se tient une fois l'an, je croy que desjà la memoire en seroit perduë ». Comme le Rondeau, elle retrouve une vigueur nouvelle vers 1640, mais sans reprendre, tant s'en faut, l'éclat qu'elle avait connu au temps passé. De quoi souffre-t-elle ? De tous les maux qui s'attachent aux poèmes à forme fixe. Elle a été l'instrument d'une littérature vieillie et que personne ne goûte plus. Elle est ”gauloise”, c'est-à-dire trop nationale et par cela même trop vulgaire pour qu'elle puisse plaire à des lettrés exclusivement préoccupés d'égaler les modèles antiques : on ne voit donc en elle qu'un des signes de notre barbarie primitive. Enfin, par ses vaines difficultés de versification, elle distrait la poésie de sa tâche essentielle, qui est de parler à l'esprit et d'exprimer sans gêne inutile tout ce qu'elle veut dire : l'art ne peut commencer qu'au point où la pensée ne se heurte pas à des entraves surabondantes.

6Pour toutes ces raisons la Ballade ne jette au xviie siècle que quelques feux éphémères, sans retrouver sa gravité ni sa noblesse d'autrefois. Il est très notable aussi que ceux qui la cultivent en prennent à leur aise avec ses règles et qu'ils leur sont volontiers infidèles. Sarasin en adresse une à Conrart, la Ballade du Goutteux sans pareil, et Conrart lui réplique sur les mêmes rimes par sa Ballade sur la Misère des goutteux. On juge par là des sujets auxquels on ravale ce poème jadis si honoré. Ce sont là des échantillons fort corrects : trois couplets de huit octosyllabes dont le dernier forme refrain, avec un envoi de quatre qui commence par le mot Prince. Mais ailleurs que d'irrégularités ! Déjà la Ballade de Frère Lubin, de Marot, écrite en huitains, possède deux refrains, l'un au quatrième vers, l'autre au huitième. Après lui la désagrégation continue. Voiture écrit des ballades de quatre ou cinq strophes, conserve le refrain, mais supprime l'envoi. Une ballade de Marigny se compose de huit quatrains d'octosyllabes et d'un envoi de quatre vers avec refrain, mais sans que cet envoi commence par le mot traditionnel. Chapelle en écrit une pour Ninon de Lenclos, dont l'envoi est de treize vers alors que la strophe n'en compte que huit. Une autre, de Tallemant des Réaux, Rien n'est si beau que la jeune Dons, en dizains de décasyllabes, est ornée de deux envois, l'un de dix vers où le refrain est répété, l'autre de quatre vers sans refrain. La Fontaine nous en a laissé treize, dont l'une est un Chant royal. La dixième possède un envoi de neuf décasyllabes, aussi long que le couplet. La treizième est en sizains d'alexandrins, avec envoi de pareille dimension. Au reste, pourquoi ne pas prendre toutes les libertés qu'on veut dans des pièces qui ne sauraient être que de simples amusements et que les critiques dédaignent ?

7Ceux-ci en effet ne tiennent pas la Ballade en haute estime. Boileau ne la nomme que très rapidement, afin d'être complet, et sur un ton assez détaché :

La Ballade, asservie à ses vieilles maximes,
Souvent doit tout son lustre au caprice des rimes.
(Art poét, II, v. 141-142)

8Mais il ne la décrit pas, et il passe. Dans les Femmes savantes, Vadius, qui n'a pas beaucoup de discernement artistique, veut en lire une dont il est l'auteur :

Mais laissons ce discours, et voyons ma ballade,

9à quoi Trissotin lui répond :

La Ballade, à mon goût, est une chose fade :
Ce n'en est plus la mode; elle sent son vieux temps. (III, 5)

  • 9 Le P. Rapin, Réflex. sur la Poët., p. 189.

10On sait que Chaulieu a porté sur ce poème le même jugement. Quant au P. Rapin, il n'est pas plus favorable à cette vieille forme qu'au Madrigal et au Rondeau, et il se débarrasse en bloc de tous ces menus ouvrages sans s'y arrêter, parce que, dit-il9, on peut y réussir « sans aucun génie »; ils ne valent donc pas qu'on prenne la peine d'en exposer les règles. À la fin du xviie siècle, il est bien évident que la Ballade est morte pour la seconde fois, et tout laisse supposer qu'elle ne sortira plus jamais de son tombeau.

Notes

1 Du Gardin, Addresses, p. 206.

2 Pasquier, Recherches, VII, 5.

3 A.-Ph. de la Croix, 1694, p. 203 et De Chalons, p. 310.

4 Le P. Mourgues, 1724, p. 233 sq.

5 Sebillet, II, 5; Gaiffe, p. 136.

6 Idem, II, 4; Gaiffe, p. 131 sq.

7 E. Pasquier, Recherches, VII, 5.

8 De Laudun, II, 5; Dedieu, p. 100.

9 Le P. Rapin, Réflex. sur la Poët., p. 189.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter