Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Troisième section. Le déclin des poèmes à forme fixe

Chapitre II. Le rondeau et le triolet

Texte intégral

  • 1 Sebillet, II, 3; Gaiffe, p. 119.
  • 2 Cf. Gaiffe, Mélanges Picot.
  • 3 Colletet, L'Escole des Muses, p. 37.

1Les étymologies aventureuses n'ont jamais effrayé les hommes du xvie siècle. On a vu comment ils avaient expliqué le mot de Virelai. C'est d'une manière analogue qu'ils entendent rendre compte de celui de Rondeau. Pour eux le nom de ce dernier poème lui est venu de sa forme, bien loin de savoir qu'il était primitivement destiné à accompagner une ronde. Sebillet passe légèrement sur cette question : « Le Rondeau est ainsy nommé de sa forme », dit-il1. Mais d'autres s'expriment plus clairement: « Rondeau, remarque Q. de Boissière2, est faict en mode circulaire, car apres son discours revient reprendre son commencement ». Les techniciens du xviie siècle recueillent pieusement cette erreur. « Ce poëme, déclare Colletet3, est appelé Rondeau, qui veut autant dire que cercle, d'autant que comme en un cercle on retourne toujours au même point : ainsi en cette sorte de poëme, après quelques vers, on retourne toujours au premier ». Et Richelet, dans son Dictionnaire, écrit de son côté que « c'est une sorte de poëme originairement françois, nommé de la sorte à cause qu'il fait une espèce de demi-cercle ».

2Aux environs de 1550 beaucoup de variétés du Rondeau ont été abandonnées. On ne cultive plus le Rondeau sixain, ni le septain, ni le huitain. On ne connaît que le Rondeau sengle, le Rondeau quatrain, le Rondeau cinquain et le Rondeau redoublé dont les trois premiers ont changé de nom et dont le dernier est de création récente. Mais on sait que toutes ces espèces appartiennent à une même famille et qu'elles sont caractérisées par le retour d'un refrain. On n'ignore pas que les trois premiers, malgré les modifications de forme que certains d'entre eux ont subies, sont étroitement apparentés, qu'ils se composent de trois couplets et que, comme d'ailleurs aussi le Rondeau redoublé, ils ne comportent que deux rimes; tous sont isométriques. Alors qu'aujourd'hui l'ancien Rondeau sengle, orné d'un nom spécial, semble d'une autre nature que le Rondeau quatrain et le Rondeau cinquain, et est assez souvent séparé d'eux par les traités, les métriciens du xvie siècle et du xviie n'ont pas oublié qu'ils ont une commune origine, bien que l'aspect du premier soit différent de celui des deux autres.

  • 4 L.-E. Kastner, Histoire des termes techniques, dans la Rev. des Lgs rom., 1904.

3L'ancien Rondeau sengle, que l'on appelait aussi Rondeau simple, Rondel ou Rondelet, a reçu le nom de Triolet, tandis que l'appellation ”Rondeau simple” a reçu une autre destination, ainsi qu'on le verra par la suite. Cette dénomination de Triolet est récente. Le premier qui l'ait employée n'est pas Gracien du Pont en 1539, ainsi que l'a prétendu E. Stengel. En effet L.-E. Kastner4 en a signalé un exemple plus ancien à la fin du xve siècle, vers 1486, dans la Departie d'Amour, de Biaise d'Auriol :

Fuyez Motetz, vuydez ronds chapelletz
Et Chantz royalz : vous aussi, Floretons,
Lays, Vireletz, Entrelatz, Trioletz.

4Fabri cependant ne la connaissait pas. Mais elle fit fortune, car on la retrouve chez Sebillet et, à partir de lui, chez tous les autres métriciens. Le mot semble venir du latin trifolicum, qui désigne le trèfle, plante à trois feuilles. Mais Saint-Amant, dans la préface de ses Nobles Triolets, en a proposé une explication fantaisiste. « Ce nom, dit-il, leur a esté donné, à ce que je pense, tant à cause qu'ils se chantoient à trois, à la manière des vieux trios de nostre scène comique, qu'à cause du vers qui s'y repette par trois fois et des trois rimes qui en composent le milieu ». Il en a donné cet exemple, en recommandant de bien lier les diverses parties de ce poème :

Pour construire un bon Triolet,
Il faut observer ces trois choses :
Sçavoir, que l'air en soit folet;
Pour construire un bon Triolet,
Qu'il rentre bien dans le rolet,
Et qu'il tombe au vrai lieu des poses;
Pour construire un bon Triolet,
Il faut observer ces trois choses.

  • 5 Boileau, Art poétique, I, v. 120.

5Sebillet décrit très exactement cette forme : « Le Triolet se fait de deus vers au premier couplet, et de deus au tiers. Car te faut présupposer que le Rondeau de sa nature est party en trois membres, que nous appelons coupletz, d'ancienne appellation. Et que après le second couplet se fait répétition ou reprise comme après le tiers. Au Trïolet donc aprés le second couplet se répète le premier carme entier du premier couplet : et a la fin, après le tiers, se reprend tout le premier couplet... Sera assez de t'aviser que le Triolet se fait mieux de vers de huit syllabes ou moindres, à cause de sa légereté : et que tu ne le trouveras guéres hors des Farces et Moralités des Picars ». La même définition se retrouve chez de Laudun, qui copie Sebillet, et chez Colletet; celui-ci ajoute que le premier vers doit rimer avec celui du second couplet et avec le premier du troisième, et le second du premier couplet avec le second du troisième couplet. Le Triolet est le seul des rondeaux qui ait conservé son refrain entier, sans aucune mutilation. Boileau a commis une grosse erreur quand il a prétendu que Marot avait « tourné des triolets »5, puisqu'on n'en rencontre aucun dans les œuvres de ce poète. Le Triolet a disparu dans la seconde moitié du xvie siècle, puis il est ressuscité au début du xviie, où il a été remis en honneur par Saint-Amant, Bautru, Scarron, Marigny, et d'autres auteurs, mais sa vogue a rapidement décru.

6L'ancien Rondeau quatrain est désigné par les critiques sous le nom de Rondeau simple. Son refrain est réduit à deux rentrements, de quelques mots, l'un après le second couplet, l'autre après le troisième, bien que Marot ait quelquefois, à ces deux places, répété le premier vers tout entier. Sebillet, pour illustrer la définition qu'il en a donnée, lui a emprunté cet exemple :

On le m'a dit, dague a ruëlle,
Que de moy en mal vous parléz :
Le vin que si bien avaléz,
Vous le met-il en la cervelle ?

Vous estes rapporte nouvelle;
D'autre chose ne vous meslez,
On le m'a dit.

Mais si plus vous avient, meselle,
Voz reins en seront bien galléz :
Alléz, de par le diable, alléz,
Vous n'estes qu'une maquerelle,
On le m'a dit.

  • 6 Sebillet, II, 3, Gaiffe, p. 123.
  • 7 De Laudun, II, 4; Dedieu, p. 98; Colletet, Escole des Muses, p. 37; le P. Mourgues, 1724, p. 229.

7« Le Rondeau simple, écrit-il6, ha quattrain en premier couplet, et quattrain en dernier, unisones, dont les premiers et derniers vers symbolisent, et lés deus du mylieu demeurent en ryme platte. Le second couplet n'ha que deus vers resemblans en ryme lés deuz premiers du premier couplet, et en la fin du tiers le premier vers du premier, ou seulement l'hémistiche ». Sebillet n'est point partisan, malgré Fabri, de la reprise entière du refrain, ce qu'il juge une redite insupportable, mais il conseille un simple rentrement de quelques mots, sans qu'on dépasse l'hémistiche. Ce poème, selon lui, peut être soit en octosyllabes, soit en décasyllabes. On retrouve la même définition chez De Laudun, qui n'y insiste guère, chez Colletet, chez le P. Mourgues, et dans le Dictionnaire de Richelet7. La Bruyère, à la fin de son chapitre De quelques Usages, a cité deux pièces qu'il appelle Rondeaux et qui paraissent influencés par la forme du Sonnet. Elles ont non pas trois couplets, mais quatre, d'abord deux quatrains, puis deux tercets. Le deuxième quatrain et le deuxième tercet sont suivis chacun d'un rentre-ment. Ces deux pièces, qui semblent assez modernes, sont d'un type particulier, et je n'en connais pas d'autre exemple. Voici la première :

Bien à propos s'en vint Ogier en France
Pour le pays de mescreans monder :
Jà n'est besoin de conter sa vaillance,
Puisqu'ennemis n'osoient le regarder.

Or quand il eut tout mis en assurance,
De voyager il voulut s'enharder.
En Paradis trouva l'eau de Jouvence
Dont il se sceut de vieillesse engarder
Bien à propos.

Puis par cette eau son corps tout decrepite
Transmué fut par manière subite
En jeune gars frais, gracieux et droit.

Grand dommage est que ceci soit sornettes;
Filles connoy qui ne sont pas jeunettes
A qui cette eau de Jouvence viendroit
Bien à propos.

  • 8 Sebillet, II, 3; Gaiffe, p. 127.

8Cependant le Rondeau simple tombe vite en désuétude, à cause de la faveur dont va jouir longtemps le Rondeau cinquain. Celui-ci porte désormais le nom de Rondeau commun ou de Rondeau double, qu'il ne changera qu'au xixe siècle pour devenir le Rondeau nouveau. « Ce rondeau s'appelle double à la différence du simple, observe Sebillet8, pource qu'il ha tréze vers, ou le simple n'en tient que dis : et pour sa gravité n'admet guéres autres vers que de dis syllabes, comme le simple reçoit pour sa légéreté le plus souvent lés vers de huit ». Il comprend un premier couplet de cinq vers, un second de trois vers, avec un rentrement constitué par les premiers mots du poème et un dernier couplet de cinq vers, suivi du même rentrement. Marot, réfléchissant sur ce genre, avait dit dans sa Response à un Rondeau qui se commençoit : Maistre Clement, mon bon ami :

En un rondeau, sur le commencement,
Un vocatif, comme ”Maistre Clement,”
Ne peult faillir rentrer par huis ou porte;
Aux plus sçavans poëtes m'en rapporte,
Qui d'en user se gardent sagement.

Bien inventer vous fault premierement,
L'invention deschiffrer proprement,
Si que raison et rithme ne soit morte
En un rondeau.

Usez de motz receuz communement,
Rien superflu n'y soit aucunement,
Et de la fin quelque bon propos sorte.
Clouez tout court, rentrez de bonne sorte,
Maistre passé serez certainement
En un rondeau. (Rondeaux, II)

9Au xviie siècle Voiture en a donné les règles dans une pièce de démonstration :

Ma foi, c'est fait de moi; car Ysabeau
M'a conjuré de lui faire un rondeau :
Cela me met en une peine extrême.
Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en ème
Je lui ferais aussitôt un bateau.

En voilà cinq pourtant en un monceau.
Faisons-en sept en invoquant Brodeau,
Et puis mettons, par quelque stratagème,
Ma foi, c'est fait.

Si je pouvois encor de mon cerveau
Tirer cinq vers, l'ouvrage seroit beau.
Mais cependant me voilà dans l'onzième,
Et si je crois que je fais le douzième,
En voilà treize ajustés au niveau
Ma foi, c'est fait.

10La première et la dernière strophe sont semblables par la disposition de leurs rimes, dont la première reparaît huit fois et la seconde cinq. La seconde strophe reprend dans leur ordre les mêmes rimes qui figurent au début de la première. Colletet indique les schémas ffmmf, ffm, ffmmf ou mmffm, mmf, mmffm et autorise l'alexandrin, qui à son époque s'est introduit partout.

11Le Rondeau double, qui prédomine déjà nettement chez Marot, où il est représenté 68 fois sur 80, sera le Rondeau du xviie siècle. Chez ce poète, c'est une forme à laquelle il ne s'est consacré que pendant sa jeunesse et qu'il abandonne peu à peu après 1527. Elle disparaît dans le courant du xvie siècle à cause de l'opposition que lui manifeste la Pléiade. Mais elle reparaît sous le règne de Louis XIII et, pendant quelques dizaines d'années, brille d'un vif éclat. Aucun sujet ne semble devoir lui échapper, puisque Benserade s'en sert pour mettre en vers les Métamorphoses d'Ovide, et que plus tard le Chevalier de Saint-Gilles accommodera à cette sauce les Fables d'Esope. Benserade, il est vrai, ne rencontra pas une approbation unanime et fut même l'objet de critiques très vives que lui décochèrent, en des rondeaux également, un poète obscur nommé Stardin et Chaulieu. Mais Colletet attribue à ce genre le même domaine qu'à l'épigramme et au sonnet, ce qui est lui accorder un champ très vaste. En fait, beaucoup d'auteurs ont écrit des rondeaux à deux rentrements : outre Voiture, Benserade et le chevalier de Saint-Gilles, on peut encore citer Malleville, Adam Billaut, Pinchesne, Costar et Mme Deshoulières. Or je ne vois guère qu'ils aient pratiqué le Rondeau simple, tandis qu'ils ont largement exploité le Rondeau double, le seul des deux que décrive Furetière dans son Dictionnaire, évidemment parce qu'il lui semble être le Rondeau par excellence.

  • 9 Th. Sebillet, II, 3; Gaiffe, p. 127.
  • 10 Gaiffe, p. 128, n. 2.

12Le Rondeau redoublé ou parfait est un poème d'une facture assez différente. Il a reçu ce nom, dit Sebillet9 « à cause que de moitié ou plus il surmonte le double en nombre de vers et de reprises, et se fait ou du simple ou du double, en sorte qu'il admet autant de coupletz qu'il y a de vers au premier couplet : et a la fin de chaque couplet suivant son ordre se répète un vers du premier couplet l'un après l'autre. Mais avise que la reprise de cestuy n'est pas abondante hors du couplet comme és autres : ains le vers repris est du nombre dés constituans le couplet. Ce Rondeau estoit estimé souverain entre les anciens, et pourtant appellé parfait : aujourd'huy peu usité entre lés notres, qui reçoivent et usurpent le double de tréze vers avec une reprise d'hémistiche pour le meilleur, mieus sonnant, et plus gracieus ». Cette définition ne se recommande pas précisément par sa clarté. Il vaut mieux dire plus simplement que le Rondeau redoublé débute par une strophe dont chaque vers, dans l'ordre, est repris à la fin de chacune des strophes suivantes. La pièce se termine par une strophe supplémentaire à laquelle fait suite un rentrement qui reproduit le premier hémistiche du décasyllabe initial. En outre il n'est pas vrai que les ”anciens” poètes aient manifesté pour cette forme une prédilection particulière, car il semble que Marot en soit le créateur; comme le remarque F. Gaiffe10, on n'en rencontre aucune description ni aucun exemple chez les prédécesseurs de Sebillet.

  • 11 Je renvoie au présent ouvrage, Moyen Âge, T. II, p. 237.

13Celui-ci en a donné comme échantillon un poème qui a déjà été transcrit précédemment11. Il paraît cependant nécessaire de reproduire ici le Rondeau redoublé que le P. Mourgues a composé à l'appui de sa définition :

Si l'on en trouve, on n'en trouvera guère,
De ces rondeaux qu'on nomme redoublés,
Beaux et tournés d'une fine manière,
Si qu'à bon droit la plupart sont sifflés.

A six quatrains les vers en sont réglés
Sur double rime et d'espéce contraire.
Rimes où soient douze mots accouplés,
Si l'on en trouve, on n'en trouvera guère.

Doit au surplus fermer son quaternaire
Chacun des vers au premier assemblés,
Pour varier toujours l'intercadaire
De ces rondeaux qu'on nomme redoublés.

Puis par un tour, tour des plus endiablés,
Vont à pieds joints, sautant la pièce entière,
Les premiers mots qu'au bout vous enfilez,
Beaux et tournés d'une fine manière.

Dame Paresse, à parler sans mystère,
Tient nos rimeurs de sa cape affublés :
Tout ce qui gêne est sûr de leur déplaire,
Si qu'a bon droit la plupart sont sifflés.

Ceux qui de gloire étoient jadis comblés,
Par beau labeur en gagnoient le salaire :
Ces forts esprits aujourd'huy cherchez-les;
Signe de croix on aura lieu de faire,
Si l'on en trouve.

  • 12 De Chalons, p. 314.

14Le P. Mourgues n'ajoute pas grand'chose à ce qu'a déjà dit Sebillet. Il fait seulement remarquer que ce poème se construit sur deux rimes — elles sont toujours alternées — et non sur trois, comme l'écrira faussement de Chalons en 171612. Toutes les définitions des autres critiques se ressemblent. On notera que Hamilton a écrit un Rondeau redoublé, Par grand' bonté cheminoient autrefois qui contrevient aux règles ordinaires: il n'a que cinq strophes au lieu de six; la cinquième présente comme quatrième vers le dernier du premier quatrain, et ce quatrième vers est immédiatement suivi du rentrement. Les rondeaux redoublés sont très rares au xviie siècle; on en cite pourtant de Benserade et de La Fontaine.

  • 13 Pasquier, Recherches, VII, 5.
  • 14 De Laudun, II, 4; Dedieu, p. 98.
  • 15 Du Gardin, Addresses, p. 233.

15En somme le Rondeau, sous toutes ses variétés, ne mène qu'une existence très précaire pendant la seconde moitié du xvie siècle et disparaît de la haute littérature. Sebillet note lui-même que c'est un genre en décroissance, et de Laudun qu'il est fort peu en usage. Pasquier13 ne s'y attarde pas et déclare que c'est une ”antiquaille” passée de mode depuis le règne du roi Henri II. De Laudun14 seul regrette l'opposition que lui a manifestée Du Bellay. Au contraire Du Gardin15 le réunit au Lai, au Virelai, au Servantois et au Fatras pour englober tous ces poèmes dans une même condamnation : « On en peut dire, observe-t-il, ce qu'en chante Du Bartas en sa Babilon :

que je revere ainsi qu'un Colisée
Noircy, brisé, moussu, une medaille usée,
Un escorné tombeau; non tant pour leur beauté
Que pour le saint respect de leur antiquité.

  • 16 Colletet, Escole des Muses, p. 37.

16Lorsque les petits poèmes, dans la première moitié du xviie siècle, furent tirés de l'oubli, leur renouveau ne fut pas de longue durée. Le Rondeau n'avait pas son modèle chez les Anciens. Il était « originairement françois », selon la remarque de Richelet dans son Dictionnaire; il était « Gaulois », selon le terme dont se sert Boileau, et cela suffisait à le rendre suspect. En outre le Triolet, dont on se servait pour exprimer des idées bassement comiques, fit beaucoup de tort à ses autres variétés. Il suffit de transcrire l'exemple suivant, que nous a conservé Colletet16, pour qu'on puisse s'en rendre compte :

Oste moy ce mufle de veau;
Je ne puis supporter sa trogne.
Je suis las de voir son museau :
Oste-moy ce mufle de veau.
Il n'a pas toujours beu de l'eau;
L'on void bien que c'est un ivrogne :
Oste moy ce mufle de veau;
Je ne puis supporter sa trogne.

17De tels vers, et beaucoup d'autres analogues, n'étaient pas faits pour recommander le genre. Les jugements des critiques ne sont guère favorables au Triolet. « Petite pièce plaisante, dit Richelet dans son Dictionnaire, amoureuse ou satirique ... Il est aujourd'hui rarement en usage et, quand on s'en sert, il ne tient lieu que de vaudeville ». Or le Vaudeville à son tour est défini de la manière suivante : « C'est une sorte de chanson qui est dans la bouche du peuple, qui a plusieurs couplets, et qui est souvent une espèce de satire, ou de chanson historique ».

18À partir de 1660, le Rondeau, dans toutes ses variétés, est en recul marqué. C'est de cette forme que se servent pourtant Chaulieu et Hamilton pour constater qu'il a fait son temps. Le premier regrette que personne ne soit plus capable de la traiter avec la même élégance que Marot, déplore que Benserade en ait usé pour traduire les Métamorphoses d'Ovide, et signifie son congé à un genre désormais sans avenir :

Pour des rondeaux, chant royal et ballade
Le temps n'est plus; avec la vertugade
On a perdu la veine de Clement.
Cestoit un maistre; il rimoit aisement;
Point ne donnoit à ses vers l'estrapade.

Il ne faut point de brillante tirade,
De jeu de mots, ni d'équivoque fade,
Mais un facile et simple arrangement
Pour des rondeaux.

Cela posé, nostre ami Benserade
N'eust-il pas fait beaucoup plus sagement
De s'en tenir à la pantalonnade
Que de donner au public hardiment
Maint quolibet, mainte turlupinade
Pour des rondeaux ?

19Hamilton se montre encore plus sévère et conseille l'abandon de cette sorte de poèmes où se réfugient volontiers les grâces pour lui douteuses du style marotique :

Mal à propos ressuscitent en France
Rondeaux qu'on voit par belles dénigrés;
Mal à propos, selon l'antique usance,
Devant les yeux d'inexperte Jouvence,
Gaulois discours ores se sont montrés.

Blondins propos seroient mieux savourés
Près de tendrons en fleur d'adolescence.
Du vieil Marot vient la fine éloquence
Mal à propos.

Vous, jeunes gens, bien fringants, bien parés,
Quittez rondeau, sonnet, ballade, stance,
En bon françois contez leur votre chance,
Et soyez surs que jamais ne viendrez
Mal à propos.

20Ainsi le Rondeau se voit refuser le droit d'exprimer des sentiments galants.

21Sans doute Boileau en parle-t-il encore avec quelque indulgence :

Le Rondeau, né Gaulois, a la naïveté. (Art poët., II, v. 140)

  • 17 Le P. Mourgues, p. 225 et 228.

22Peut-être ne le fait-il que par égard pour quelques-uns de ses amis qui continuent encore d'en écrire. Mais cette brièveté même implique un évident dédain. Le P. Mourgues manifeste franchement son hostilité. Ce qu'il reproche à ce poème, c'est son inutile difficulté, et comme Hamilton, la simplicité triviale de son style : « Comme le Rondeau est extrémement gênant pour l'ordre et le nombre des mots qui doivent rimer ensemble, et que d'ailleurs le caractère en est familier, et le style à demi burlesque, on y prend diverses licences par les enjambements des vers ou des hémistiches, et par les rimes du simple avec le composé, et semblables. En un mot, le Rondeau est né Gaulois, et il ne s'est pas encore assujetti aux règles françoises ». Après avoir ainsi expédié le Rondeau double, il passe au Rondeau redoublé, qu'il exécute en quelques mots : « Aujourd'hui personne ne va plus guère se peiner de cela »17. Avec les années qui passent, les lettrés ignorent de plus en plus l'histoire de ce genre, et même quelquefois les règles qui en régissent les différentes variétés. Boileau fait un mérite à Marot d'avoir le premier

A des refrains réglés asservi le Rondeau. (Art poët., I, v. 121)

  • 18 Aubert a réédité à cette date le Dictionnaire de Richelet.
  • 19 De Chalons, p. 313. L'auteur paraît avoir suivi, sans y prêter beaucoup d'attention, l'ouvrage de (...)

23De là à prétendre, comme le fera Aubert en 172718, que Marot en est l'inventeur, il n'y a qu'un pas. En 1716, De Chalons19 ne connaît plus que le Rondeau simple et le Rondeau composé; sa classification repose sur une certaine confusion, car c'est le rondeau cinquain qu'il décrit sous le nom de Rondeau simple : il lui accorde quinze vers distribués en trois couplets, le premier de cinq vers, le second de quatre, et le troisième de six, en y comptant les deux rentrements exigés. Il ne trouve à ces poèmes aucune espèce d'intérêt, comme on peut le constater en se reportant à ce qu'il dit du Chant-Royal, un ouvrage « dont on ne peut bien parler, non plus que des Rondeaux et des Ballades ».

24Le Rondeau traînera au xviiie siècle une existence misérable, et c'est encore l'école parnassienne qui essaiera, mais sans grand succès, de le remettre en honneur.

Notes

1 Sebillet, II, 3; Gaiffe, p. 119.

2 Cf. Gaiffe, Mélanges Picot.

3 Colletet, L'Escole des Muses, p. 37.

4 L.-E. Kastner, Histoire des termes techniques, dans la Rev. des Lgs rom., 1904.

5 Boileau, Art poétique, I, v. 120.

6 Sebillet, II, 3, Gaiffe, p. 123.

7 De Laudun, II, 4; Dedieu, p. 98; Colletet, Escole des Muses, p. 37; le P. Mourgues, 1724, p. 229.

8 Sebillet, II, 3; Gaiffe, p. 127.

9 Th. Sebillet, II, 3; Gaiffe, p. 127.

10 Gaiffe, p. 128, n. 2.

11 Je renvoie au présent ouvrage, Moyen Âge, T. II, p. 237.

12 De Chalons, p. 314.

13 Pasquier, Recherches, VII, 5.

14 De Laudun, II, 4; Dedieu, p. 98.

15 Du Gardin, Addresses, p. 233.

16 Colletet, Escole des Muses, p. 37.

17 Le P. Mourgues, p. 225 et 228.

18 Aubert a réédité à cette date le Dictionnaire de Richelet.

19 De Chalons, p. 313. L'auteur paraît avoir suivi, sans y prêter beaucoup d'attention, l'ouvrage de A.-Ph. de la Croix, qui nomme Rondeau simple ce qu'on appelle avant lui Rondeau double. De la Croix lui aussi indique le nombre de quinze vers, mais en y comptant les deux rentrements.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter