Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Troisième section. Le déclin des poèmes à forme fixe

Le déclin des poèmes à forme fixe

Texte intégral

  • 1 J. Tahureau, Dialogues, éd. Conscience, p. 13.
  • 2 J. Peletier, IL 5; A. Boulanger, p. 171.

1La Pléiade, en revenant aux genres antiques, a prétendu faire table rase du passé. On connaît déjà l'anathème qu'a prononcé Du Bellay contre toutes les vieilles poésies françaises, des ”episseries” qu'il abandonnait désormais aux Jeux Floraux de Toulouse et au Puy de Rouen. Ce n'étaient point là sous sa plume de vaines formules, mais un article essentiel de sa doctrine, qui était également celle de ses amis. Indépendamment du fait que ceux-ci ont renoncé à toutes les formes en honneur au Moyen Âge, ils ont pris soin de lancer contre elles de vigoureuses interdictions, qui ne le cèdent pas en force à celle de Du Bellay, et de les répéter en toute occasion. Jacques Tahureau parle avec mépris des « triolets, virelais, rondeaux, ballades et autre telle espece de vieille quinquaille roüillée »1. J. Peletier du Mans explique que le progrès consiste à les jeter au rebut : « Combien de temps, dit-il2, a été notre langue languissante en barbarie, pauvreté et contemnement ? jusques environ notre âge qu'elle a commencé à s'éveiller et à s'élever tout de vue. Et pour abréger de venir à notre point, combien longuement a-t-elle sophistiqué en ballades, rondeaux, lais, virelais, triolets et s'il y en a de tels, pour être emparés de l'Ode et du Sonnet, deux genres d'ouvrages élégants, agréables, et susceptibles de très beaux arguments ? » Vauquelin de la Fresnaye lui aussi recommande aux poètes l'abandon des poèmes qu'avait cultivés le Moyen Âge :

Mais ta Muse ne soit jamais enbesongnée
Qu'aux vers dont la façon t'est ici enseignée,
Et des vieux Chants royaux décharge le fardeau;
Oste moy la Balade, oste moy le Rondeau. (Art poét., I)

  • 3 G. des Autels, préf. du Repos de plus grand travail (1550) : G. des Autels, sans être hostile aux (...)
  • 4 Quintil Horatian, éd. Person, p. 212.

2Certes Du Bellay, dans sa déclaration de guerre, a rencontré quelques contradicteurs. Guillaume des Autels3 lui a répliqué que la Ballade, le Chant royal, le Virelai, le Rondeau, dont il disait tant de mal, ne méritaient pas son dédain, puisqu'ils avaient permis aux poètes d'écrire de belles œuvres. Le Quintil Horatian a protesté avec une égale vigueur contre la condamnation qu'avait portée la Deffence et Illustration. N'était-ce point là sacrifier légèrement les plus beaux fleurons de notre patrimoine national, des trésors lentement ciselés, des objets d'art d'un goût exquis, auxquels on devrait substituer des produits grossiers et d'une exécution facile ? « Trop dedaigneuse, disait-il4, est ceste exhortation de laisser les vieilles Poësies aux Jeux floraux de Tholose et aux Puytz de Rouen. Par laquelle trop superbe dehortation sont indignement et trop arrogamment deprisés deux tresnobles choses. Dont l'une est l'institution ancienne en deux tresbonnes villes de France de l'honneur attribué aux mieux faisans ...; l'autre est l'excellence et noblesse de noz poëmes les plus beaux et les plus artificielz : comme rondeaux, ballades, chants royaux, virlais, lesquelz tu nommes, par terrible translation, espicerie corrompant le goût, qui toutefois, en toute perfection d'art et d'invention, excedent tes beaux sonnets et odes ... Et en cest endroit tu ne congnois, ou ne veux congnoistre que ces nobles poëmes sont propres et peculiers à la langue françoyse, et de la sienne, et propre, et antique invention ... Mais ce qui te faict les depriser, à mon advis que c'est la difficulté d'iceux poèmes, qui ne sortent jamais de pauvre esprit et sont d'autant plus beaux que de difficile facture, selon le proverbe grec ta chalepa cala, choses difficiles sont belles ... Et ne dy point que telz poëmes ne servent sinon à porter tesmoignage de nostre ignorance. Car au contraire, par excellence de vers et ligatures, nombreuses multiplicité de cadences unisonantes et argute rentrée, refrains et reprinses avec la majesté de la chose traictée, et épilogue des envois, tesmoignent la magnificence et richesse de nostre langue et la noblesse et felicité des esprits françois, en cela excedans toutes les poësies vulgaires. Mais pour le difficile artifice et elaborée beauté d'iceux anciens poëmes, tu les veux estre laissez. Et que l'on se jette (comme tu parles) à ces plaisans epigrammes, poësie aussi aysée comme briefve. Dans laquelle se sont aussi bien aydez et d'aussi bonne grace nos poëtes françoys tant vieux que nouveaulx, et en grand nombre, qu'un Martial latin. Tu nous renvoyes aussi à ces pitoyables elegies (helas), pour, alors que demandons à rire, nous faire plourer, à la singerie de la singerie de la passion italiane. Lesquelles sont ouvrages de propre affection, de simple et facile artifice, et de ryme platte ».

3Il est vrai sans doute que Th. Sebillet, qui accepte sans en rien retrancher tout l'héritage de Marot, a réservé une place honorable à l'Arbre fourchu, à la Ballade, au Chant Royal, au Rondeau, au Triolet, qu'il a même mentionné le Lay et le Virelay, déjà bien oubliés par les Grands Rhétoriqueurs, que De Laudun d'Aigaliers, qui l'a utilisé et parfois même copié, en a fait autant; que tous ces poèmes seront pour la plupart au moins nommés dans les traités du xviie siècle. Mais Sebillet a écrit avant Du Bellay, et c'est à son Art poëtique que celui-ci a opposé sa Deffence. Ce dernier ouvrage a eu un résultat très net : pendant toute la moitié du xvie siècle, les écrivains de quelque renom ont délaissé les anciennes formes, qui n'ont plus rencontré d'amateurs que dans les Puys et autres sociétés provinciales. Ces formes démodées, surtout le Rondeau et beaucoup moins la Ballade ont bien marqué un retour offensif à l'époque de Louis XIII; mais ce nouvel essor a été de courte durée; il a été interrompu aux environs de 1660, et c'est à ce moment que le Sonnet lui-même a commencé de perdre son prestige.

  • 5 . P. Villey, Les Sources italiennes de la Deff. & Illustr., p. 76, l'a très bien noté : « Le débat (...)

4Les causes pour lesquelles Ronsard et ses amis ont abandonné les anciens poèmes sont de nature diverse. Tout d'abord ils voulaient être libres, et ils y trouvaient des servitudes auxquelles Pasquier a fait allusion lorsqu'il a parlé du Chant Royal. Ils s'insurgèrent donc contre cette versification tyrannique qui leur imposait des cadres trop étroits, avec des rimes monotones, répétées à la même place dans toutes les strophes. Cependant ce n'est point là le motif principal de leur hostilité, puisque, ayant répudié le Rondeau, la Ballade et les autres constructions rigides du Moyen Âge, ils adoptèrent le Sonnet, qui est lui aussi un poème à forme fixe, soumis à des règles précises, et qui se compose obligatoirement de deux quatrains et de deux tercets. La vraie raison pour laquelle la Pléiade a condamné l'ancienne métrique, c'est qu'elle ne devait rien aux leçons des Grecs et des Latins, donc qu'elle était populaire et barbare, alors qu'ils ne voulaient plus admettre qu'une poésie savante5. Le Quintil Horatian a parfaitement compris le point de vue auquel elle s'était placée, puisqu'il combat l'argument d'ignorance, que faisaient valoir les poètes de la génération nouvelle contre leurs prédécesseurs, et qu'il s'efforce de leur montrer où est la vraie science, qu'ils ont le tort de dédaigner. Mais il prenait là une peine inutile : le préjugé fut si puissant et l'influence italienne si irrésistible, que les vieux poèmes à forme fixe succombèrent, par la désertion presque unanime de ceux qui auraient pu les défendre. Nous allons étudier ici les étapes de leur décadence.

Notes

1 J. Tahureau, Dialogues, éd. Conscience, p. 13.

2 J. Peletier, IL 5; A. Boulanger, p. 171.

3 G. des Autels, préf. du Repos de plus grand travail (1550) : G. des Autels, sans être hostile aux genres nouveaux, approuve le Chant Royal, la Ballade et le Lai.

4 Quintil Horatian, éd. Person, p. 212.

5 . P. Villey, Les Sources italiennes de la Deff. & Illustr., p. 76, l'a très bien noté : « Le débat n'est pas entre les genres à forme fixe et les autres; il est entre les genres nobles et les genres bas. Il faut relever la littérature vulgaire de son discrédit, faire en sorte qu'elle puisse plaire aux hommes cultivés dont le nombre croît de jour en jour, c'est-à-dire aux hommes versés dans les lettres grecques, latines et italiennes ».

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter