Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Les formes nouvelles

Chapitre V. La glose

Texte intégral

  • 1 On trouvera ce morceau dans la Biblioteca de Autores espagnoles, Madrid, 1855, T. XXXV, p. 316.

1Dans la poésie espagnole, la Glose consiste dans un texte de quelques vers, suivi de strophes aussi nombreuses que les vers de ce texte, dont chacun, à tour de rôle, reparaît à la fin de chaque strophe. Au-delà des Pyrénées, ce genre est représenté par un très grand nombre de pièces. Je transcris l'exemple suivant, qui a pour auteur le licencié Juan Lopez de Ubeda, dont le Cançoniero y Vergel de Plantas divinas date de 15881 :

Ojos, cejas y cabellos,
Puso el cielo todo en vos;
Que à no conocer a Dios,
Se pudiera ver en ellos.

Cuando me pongo à mirar
Aquella honesta mesura,
No puedo della quitar
Los ojos de contemplar
Tanta gracia y hermosura;
Sus ojos, lindos y bellos,
Que no me harto de vellos,
Muestran que Dios la crió
Y que su mano formó
Ojos, cejas y cabellos.

Rostro angelico y divino,
Ojos mas claros que estrellas,
Cuello mas que alabastrino,
Y Virgen que al mundo vino
Por gloria de las mas bellas.
Sois una imàgen de Dios,
La mas perfecta entre nos;
Que para ser mas cabal,
Toda gracia natural
Puso el cielo todo en vos.

Vuestra belleza es tan rara,
Que el que a Dios non conociera,
Al punto que â vos mirara,
Sin duda que idolatrara
Y por su Dios os tuviera.
Si no pudieramos nos
¿ A Dios conocer por vos,
A que major mal llegara
Cuando alguno os adorara,
Que a no conocer â Dios ?

Por cualquier parte mirada
Vuestra angelical figura,
Es tan linda e agraciada,
Que al vivo está matizada
De celestial hermosura.
Son taies vuestros cabellos
Enmanarados y bellos,
Que á la hermosura del cielo
Con la luz que da en el suelo
Se pudiera ver en ellos.

2Presque tous les traités de versification française mentionnent la Glose, mais sans en indiquer l'origine. Seul Richelet, dans son Dictionnaire, apporte à ses lecteurs quelques renseignements sur cette question : « Terme de poësie, dit-il. C'est un poème que les François ont imité des Espagnols, et c'est une espèce de paraphrase de quelques vers qu'on appelle texte ». À première vue la Glose semblerait être une forme dérivée du Rondeau redoublé. Mais elle possède beaucoup plus que celui-ci un caractère de commentaire; elle peut atteindre des dimensions beaucoup plus considérables, et elle ne se termine pas par un refrain formé des premiers mots du premier vers. L'exemple cité par les métriciens est toujours la Glose de Sarasin, adressée A Monsieur Esprit sur le Sonnet de Benserade, ce fameux sonnet de Job, qui pour un temps se partagea avec celui d'Uranie, de Voiture, la faveur des lettrés. Voici le poème de Sarasin :

Monsieur Esprit, de l'Oratoire,
Vous agissez en homme saint
De couronner avecque gloire
Job de mille tourments atteint.

L'ombre de Voiture en fait bruit,
Et s'étant enfin résolue
De vous aller voir cette nuit,
Vous rendra sa douleur connue.

C'est une assez fâcheuse vue,
La nuit, qu'une ombre qui se plaint,
Votre esprit craint cette venue,
Et raisonnablement il craint.

Pour l'apaiser, d'un ton fort doux,
Dites : — J'ai fait une bévue,
Et je vous conjure à genoux
Que vous n'en soyez point émue.

— Mettez, mettez votre bonnet,
Répondra l'ombre, et sans berlue
Examinez ce beau sonnet,
Vous verrez ma misère nue.

Diriez-vous, voyant Job malade,
Et Benserade en son beau teint :
« Ces vers sont faits pour Benserade,
Il s'est lui-même ici dépeint ?

Quoi, vous tremblez, Monsieur Esprit ?
Avez-vous peur que je vous tue ?
De Voiture, qui vous chérit,
Accoutumez-vous à la vue.

Qu'ai-je dit qui vous peut surprendre
Et faire pâlir votre teint ?
Et que deviez-vous moins attendre
D'un homme qui souffre et se plaint ?

Un auteur qui dans son écrit
Comme moi reçoit une offense,
Souffre plus que Job ne souffrit,
Bien qu'il eût d'extrêmes souffrances.

Avec mes vers, une autre fois,
Ne mettez plus dans vos balances
Des vers où, sur des palefrois,
On voit aller des patiences.

L'Herty, le roi des gens qu'on lie,
En son temps aurait dit cela.
Ne poussez pas votre folie
Plus loin que la sienne n'alla.

Alors l'ombre vous quittera
Pour aller voir tous vos semblables,
Et puis chaque Job vous dira
S'il souffrit des maux incroyables.

Mais à propos, hier au Parnasse
Des sonnets Phoebus se mêla,
Et l'on dit que de bonne grâce
Il s'en plaignit, il en parla.

« J'aime les vers des Uranins,
Dit-il, mais je me donne aux diables
Si pour les vers des Jobelins
J'en connais de plus miserables.

  • 2 . Le romantisme, avec Lefèvre-Daumier, a tenté de remettre en honneur la Glose, mais sans succès.

3On peut constater que Richelet a complètement raison, car la Glose française est construite comme la Glose espagnole précitée : il y a quatorze vers dans le sonnet de Job; à ces quatorze vers correspondent quatorze strophes dont chacune se termine par un vers du poème original, dans un ordre rigoureusement maintenu. On notera que Sarasin s'est abstenu de transcrire le texte de Benserade, parce qu'il était universellement connu, et qu'en outre il l'a parfois légèrement modifié (cinquième couplet, Vous verrez ma misère nue au lieu de Vous verrez sa misère nue; douzième couplet, S'il souffrit des maux incroyables au lieu de Il souffrit...). Ce sont les rimes de ce sonnet qui commandent, pour une bonne part, les rimes de la glose. Ce genre, comme on le voit, n'offre qu'un intérêt très mince, et c'est avec raison qu'il n'a pas été adopté par les poètes français, tandis que les poètes espagnols lui ont témoigné une grande prédilection. Les renseignements que nous apportent sur lui les dictionnaires de Furetière et de Richelet sont en partie inexacts. Furetière déclare qu'il y a des gloses dans les poésies de Sarasin, alors qu'elles n'en contiennent qu'une seule. Selon Richelet, Voiture et Scaliger en auraient composé. Je n'ai pu le vérifier pour Scaliger, mais j'en ai vainement cherché des exemples chez Voiture. Sauf erreur, Sarasin est l'unique écrivain français du xviie siècle qui y ait exercé son talent. « La glose de Sarazin sur le Sonnet de Job, de Benserade, dit Richelet, est un petit chef-d'œuvre ». On peut être d'un autre avis, et il semble heureux, malgré la curiosité soulevée par cet essai, que personne, à l'époque classique, n'ait voulu récidiver2.

Notes

1 On trouvera ce morceau dans la Biblioteca de Autores espagnoles, Madrid, 1855, T. XXXV, p. 316.

2 . Le romantisme, avec Lefèvre-Daumier, a tenté de remettre en honneur la Glose, mais sans succès.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter