Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Les formes nouvelles

Chapitre IV. Le madrigal

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, T. V, p. 204.

1Il a déjà été question du Madrigal précédemment1, à propos du vers libre, mais il faut bien y revenir. C'est un poème lui aussi d'origine italienne et d'un tour populaire, qui a conservé longtemps son caractère rustique. Il a été illustré par Pétrarque, par Sacchetti et par Rinuccini. Sous sa forme métrique primitive, il consistait en deux ou trois strophes de trois vers hendécasyllabes, librement rimés, et terminés par un ou deux distiques à rimes plates, toujours dans le même mètre. C'est au xvie siècle qu'il commence à devenir hétérométrique, composé d'hendécasyllabes et d'heptasyllabes, librement rimé, exprimant tantôt une idée subtile ou un compliment, tantôt une pensée épigrammatique. De nombreux musiciens, par les mélodies qu'ils écrivent sur les vers des poètes, le font connaître à toute l'Europe. Il fleurit surtout au xviie siècle, comme le genre réservé aux finesses de la galanterie.

  • 2 Cf. Guarnerio, p. 90; R. Murari, p. 142.
  • 3 Cf. supra, p. 88, le texte où il a rattaché Madrigal à Mandra.

2On ne sait pas exactement quelle est l'étymologie du mot de ”Madrigal”. Vers le milieu du xive siècle, Antonio da Tempo l'a fait dériver de mandra, qui signifie troupeau, ce qui indiquerait qu'il a désigné d'abord une grossière chanson composée par des bergers. Ensuite le cardinal Bembo, par l'intermédiaire de madriale, a voulu le faire remonter à materiale « perciô che dapprima cose materiali e grosse si cantassero in quella maniera di rima sciolta e materiale altresi ». De nos jours L. Biadene, en partant d'un mot matricale qu'il avait rencontré dans les Gloses de Francesco da Barberino, a prétendu qu'il faudrait partir de l'expression carmen matricale, puis que matricale aurait été employé comme substantif, qu'il viendrait de mater, et qu'il aurait le sens de « poème écrit dans la langue maternelle »2. Il ne semble pas que cette explication soit elle non plus très satisfaisante. Mais enfin les Français, qui ont pris le nom et la chose à l'Italie, ne se sont pas préoccupés, R. Belleau mis à part3, de savoir à quelle étymologie il fallait s'en tenir : c'était sans doute le moindre de leurs soucis.

3Le premier d'entre eux qui ait intitulé ainsi une pièce de vers est Melin de Saint-Gelais. La voici :

Madrigal

Il n'est mal comparable
A mon extreme et infini malheur;
Mesme la mort n'est point telle douleur.
O desir immuable,
Qui m'avez fait changer tainct et couleur !
O espoir variable
Qui m'apportez le froid et la chaleur !
Soyez tesmoins comm'en triste paleur
J'ai supporté la plus vive estincelle
Qu'homme descœuvre ou celle.
Et faites tant qu'au monde, par vous deux
S'entende la nouvelle
De ce grand tort et cruauté nouvelle.
O ferme foi, de toi seule me deuls,
Car d'autre n'ose et douloir ne me veux;
Mais la coulpe en demeure
A qui me tue et ne veut que je meure.

4Plus long que les madrigaux isométriques de Pétrarque, qui ont huit à dix vers, le poème qu'on vient de lire est écrit sur deux mètres différents, hexasyllabes et décasyllabes. Il imite visiblement les pièces hétérométriques italiennes pareillement dénommées, qui sont si nombreuses au xvie siècle. Pour sa forme, on peut la comparer au morceau suivant, écrit par le Tasse à l'occasion de la mort de Marguerite, duchesse de Ferrare :

Non è questo un morire
Immortal Margherita;
Ma un passar auzi tempo all'altra vita.
Nè dell'ignota via
Duol ti scolora o tema,
Ma la pietà per la partenza extrema.
Di noi pensosa e pia
Di te lieta e sicura
T'accommiati dal mondo, anima pura.

  • 4 Cf. supra, p. 88.

5Cependant les poètes français de la Renaissance préfèrent ne donner le nom de Madrigal, ainsi qu'il a déjà été dit4, qu'au Sonnet qui dépasse quatorze vers, et R. Belleau a bien soin de faire observer que cette conception est différente de celle des Italiens. De Saint-Gelais et de Ronsard, c'est le premier seul qui est fidèle à l'exemple des Transalpins, car ceux-ci ne confondent pas les deux genres. Mais en France,pendant très longtemps, cette confusion règne, imposée par Ronsard. De Laudun d'Aigaliers traite de ces deux poèmes dans le même chapitre. C'est seulement au xviie siècle que la distinction devient très nette et que, dans l'opinion courante, le Madrigal se sépare pour toujours du Sonnet. Sous l'influence italienne, on ne lui accorde que de faibles dimensions, qui n'excèdent pas souvent une douzaine de vers, et qui se réduisent quelquefois à celles d'un quatrain; on l'écrit généralement en vers libres et, quand il dépasse quatre vers, toujours en rimes mêlées : au point de vue métrique, ce qui le caractérise est donc sa forme irrégulière. Il faut se reporter à ce propos aux définitions qu'en donnent Furetière et Richelet dans leurs Dictionnaires : « Petite poësie amoureuse, dit le premier, composée d'un petit nombre de vers libres et inégaux, qui n'a ny la gêne d'un sonnet, ny la subtilité d'un Epigramme, mais qui se contente d'une pensée tendre et agréable ». Et le second écrit de son côté : « C'est une espece d'epigramme amoureuse composée le plus souvent de vers inégaux. Elle a pour matiére l'amour. Son caractère est d'être tendre, polie et délicate ... Le Guarini et le Tasse sont ceux des poètes italiens qui ont le mieux fait les madrigaux. Les Espagnols ont appris à faire des madrigaux des Italiens ». Comme exemple, on peut citer la pièce suivante, de Georges de Scudéry, qui a été composée pour la fameuse Guirlande de Julie :

L'Iris

Si j'approche de vous avec le moindre orgueil,
Celle qui me nourrit devienne mon cercueil.
Que le froid aquilon me déclare la guerre,
Que ma feuille se sèche et tombe sous vos pas,
Et qu'on chasse de l'air ainsi que du parterre,
Afin de venger vos appas,
L'Iris du ciel et de la terre.

  • 5 Il en a publié en 1680 un petit volume divisé en six Livres, Madrigaux de M.D.L.S. Antoine de la S (...)

6Cependant le Madrigal, que le Sonnet n'a pas réussi à s'annexer, se heurte à un autre péril. On a noté dans les définitions de Furetière et de Richelet qu'ils n'ont pu parler de ce petit poème sans nommer l'Epigramme. L'un et l'autre se ressemblent par leur brièveté, et la délicatesse du Madrigal ne va pas sans admettre de temps à autre quelque pointe satirique. Le grand maître du genre, Antoine de la Sablière, que Conrart avait surnommé le Grand Madrigalien français5, ne s'est pas toujours privé d'y jeter quelques traits mordants, ainsi qu'on pourra en juger par cet échantillon :

Elle est coquette, sotte et belle...
Assez belle pour le plaisir,
Assez sotte pour mal choisir,
Assez coquette enfin pour n'estre pas cruelle :
Elle aura la foule chez elle. (V, 3)

7Chez d'autres auteurs, on constate des empiètements semblables. Comme l'Épigramme était généralement isométrique, il en fut souvent de même du Madrigal, qui s'éloigne ainsi de sa constitution primitive. On peut en juger par le quatrain suivant, que Mathieu de Montreuil écrivit Pour la Marquise de Sévigné, jouant à Colin-maillard :

De toutes les façons vous avez droit de plaire;
Mais surtout vous savez nous charmer en ce jour :
Voyant vos yeux bandés, on vous prend pour l'Amour;
Les voyant découverts, on vous prend pour sa mère.
(Anth., M. Allem, T. II, p. 81)

8Peu à peu la distinction s'effaça entre les deux genres. On en a diverses preuves, entre autres celle-ci que des madrigaux ont été insérés dans le Recueil des Epigrammatistes français. Plus convaincant encore est l'embarras de Bruzeu de la Martinière, dans son Nouveau Recueil des Epigrammatistes françois anciens et modernes : « Les personnes que j'ai consultées sur la définition du Madrigal, écrit-il en 1720, ne s'accordent guère sur la différence qui le distingue de l'Epigramme. Quelques-uns croient que l'Epigramme est un bon mot en vers d'une même mesure, et que le Madrigal admet des vers libres et inégaux; mais Mlle de Scudéri n'étoit pas de leur sentiment, puisque la plupart des petits poëmes qu'elle a intitulés Madrigaux sont en vers réguliers, et nous voïons au contraire que presque tous les Epigrammatistes modernes se servent de vers inégaux dans leurs épigrammes ... Il est plus vraisemblable que le Madrigal ne diffère de l'Epigramme ni par le nombre, ni par la mesure des vers, mais par le caractère de la pensée qu'on y emploie, qui doit avoir quelque chose de tendre et de noble en même temps ». C'est le sentiment de Boileau qui, après avoir parlé du Rondeau et de la Ballade, ajoute ces deux vers :

Le Madrigal plus simple et plus noble en son tour
Respire la douceur, la tendresse et l'amour.

9Or la tendresse et la galanterie n'étaient pas seules à caractériser primitivement ce poème qui, à l'origine, devait être écrit en vers libres, avec des rimes de type varié. Au début du xviiie siècle, peu de poètes en gardent le souvenir. Le Madrigal, après avoir mené une existence brillante et fastueuse, traîne ensuite de longs jours sans gloire et meurt obscurément.

Notes

1 Cf. supra, T. V, p. 204.

2 Cf. Guarnerio, p. 90; R. Murari, p. 142.

3 Cf. supra, p. 88, le texte où il a rattaché Madrigal à Mandra.

4 Cf. supra, p. 88.

5 Il en a publié en 1680 un petit volume divisé en six Livres, Madrigaux de M.D.L.S. Antoine de la Sablière avait épousé l'amie de La Fontaine.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter