Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Les formes nouvelles

Chapitre III. La sextine

Texte intégral

  • 1 Sur Arnaut Daniel, cf. U.A. Canello, La Vita e le Opere del Trovatore A. Daniello, Halle, 1883.

1Elle est née en Provence, où elle a été inventée au xiie siècle par le troubadour Arnaud Daniel1. Il n'en a écrit qu'une seule : c'est une pièce hétérométrique composée de six strophes de six vers, et d'un envoi de trois vers. Les mots qui terminent les vers du premier couplet reparaissent dans toutes les autres, mais à des places différentes et sous la condition que le dernier mot de chaque strophe revienne à la fin du premier vers de la suivante; ces mots sont répétés dans l'envoi, où le poète les groupe deux par deux et dans un nouvel ordre à la fin de chaque vers; la pièce s'achève par le mot A du premier vers :

Lo ferm voler qu'el cor m'intra (A)
nom pot jes becs escoissendre ni ongla (B)
de lauzengier, qui pert per mal dir s'arma; (C)
e pos no l'aus batr'ab ram ni ab verga, (D)
sivals a frau lai on non aurai oncle (E)
jauzirai joi, en vergier o dins cambra. (F)

Qan mi soven de la cambra, (F)
on a mon dan sai que nuills hom non intra (A)
anz me son tuit plus que fraire ni oncle, (E)
non ai membre nom fremisca, neis l'ongla, (B)
aissi cum fai l'enfas denant la verga, (D)
tal paor ai nol sia trop de l'arma. (C)

Del cors li fos, non de l'arma, (C)
e cossentis m'a celat dins sa cambra (F)
que plus me nafra'l cor que colps de verga, (D)
car lo seus sers lai on il es non intra; (A)
totz temps serai ab leis cum carns et ongla, (B)
e non creirai chastic d'amic ni d'oncle. (E)

Anc la seror de mon oncle (E)
non amei plus ni tant, per aquest'arma! (C)
c'aitant vezis cum es lo detz de l'ongla, (B)
s'a liei plagues, volgr'esser de sa cambra, (F)
de mi pot far l'amors qu'ins el cor m'intra (A)
meills a son vol qu'om fortz de frevol verga. (D)

Pos flori la seca verga (D)
ni d'eu Adam foron nebot ni oncle (E)
tant fin'amors cum cella qu'el cor m'intra (A)
non cuig fos anc en cors, ni eis en arma, (C)
on qu'ill estei, fors en platz' o dins cambra, (F)
mos cors no'is part de leis tant cum ten l'ongla. (B)

C'aissi s'empren e s'enongla (B)
mos cors en lei cum l'escorss' en la verga, (D)
qu'il m'es de joi tors e palaitz e cambra, (F)
e non am tant fraire, paren ni oncle, (E)
qu'en paradis n'aura doble joi m'arma, (C)
si ja nuills hom per ben amar lai intra. (A)

Arnautz tramet son chantar d'oncle (E) et d'ongla (B)
a grat de lieis que de sa verg'a (D) l'arma (C)
son Dezirat cui pretz en cambra (F) intra. (A)

2Il existe quelques autres sextines en langue provençale, mais elles sont très rares : Guilhem de Saint Gregori et le vénitien Zorli en ont écrit une, sur les mêmes fins de vers que celle d'Arnaut Daniel; le troubadour Ponce Fabre, d'Uzès, en a laissé également une, mais isométrique et en octosyllabes, sans qu'il ait emprunté ses fins de vers au créateur du genre ni qu'il ait observé leur retour caractéristique dans plus de deux strophes sur six.

3C'est Dante qui introduisit ce poème en Italie. Il n'en a composé que trois, toutes sur les mêmes finales. Chacune d'elle est de six couplets de six hendécasyllabes; les mots qui terminent les vers du premier couplet se répètent dans tous les autres, mais selon un ordre différent, chaque strophe, à partir de la seconde, reprenant le dernier et le premier vers, puis l'avant-dernier et le second, enfin le quatrième et le troisième de la précédente. Quant au commiato ou envoi, il fait reparaître les six mêmes mots, trois à l'intérieur des vers, et trois à la fin, mais sans les grouper comme l'avait fait Arnaut Daniel. Le schéma des couplets est le suivant : I : ABCDEF — II : FAEBDC — III : CFDABE — IV : ECBFAD — V : DEACFB — VI : BDFECA. Le commiato est assez variable et l'auteur y dispose ses mots comme il lui convient : Dante use de la succession BA, DF, EC, sans que la pièce s'achève par le mot qui termine le premier vers, règle que Pétrarque lui non plus n'a pas respectée.

4Ce poète nous offre neuf exemples de sextines. Toutes figurent dans le Canzoniere et l'une d'elles est double. Aucune n'est rimée. Je transcris la septième :

Non ha tanti animali il mar fra l'onde, (A)
Nè lassù sopra'l cerchio della luna (B)
Vide mai tante stelle alcuna notte, (C)
Nè tanti angelli albergan per li boschi, (D)
Nè tant' erbe ebbe mai campo nè piaggia, (E)
Quant' ha'l mio cor pensier ciascuna sera. (F)

Di di in di spero omai l'ultima sera, (F)
Che scevri in me dal vivo terren l'onde (A)
E mi lasci dormire in qualche piaggia. (E)
Che tanti affanni uom mai sotto la luna (B)
Non sofferse, quant'io, sannolsi i boschi, (D)
Che sol vo ricercando giorno e notte. (C)

lo non ebbi giammai tranquilla notte, (C)
Ma sospirando andai mattino e sera, (F)
Poi ch'Amor femmi un cittadin de'boschi. (D)
Ben fia, prima ch'i'posi, il mar senz'onde, (A)
E la sua luce avrà'l sol dalla luna, (B)
E i fior d'april morranno in ogni piaggia. (E)

Consumando mi vo di piaggia in piaggia (E)
El di pensoso; poi piango la notte; (C)
Nè stato ho mai se non quanto la luna. (B)
Ratto come imbrunir veggio la sera, (F)
Sospir' del petto, e degli occhi escono onde (A)
Da bagnar l'erbe e da crollare i boschi. (D)

Le città son nemiche, amici i boschi (D)
A miei pensier, che per quest' alta piaggia (E)
Sfogando vo col mormorar dell'onde (A)
Per lo dolce silenzio della notte : (C)
Tal ch'io aspetto tutto'l dî la sera, (F)
Che'l sol si parta e dia luogo alla luna. (B)

Deh or foss'io col vago della luna (B)
Addormentato in qualche verdi boschi, (D)
E questa ch'anzi vespro a me fa la sera, (F)
Con essa e con Amor in quella piaggia (E)
Sola venisse a stars'ivi una notte; (C)
E'l di si stesse e'l sol sempre nell'onde. (A)

  • 2 Ici l'envoi répète les fins de vers selon l'ordre de la première strophe. Il n'en est pas toujours (...)

Sovra dure onde (A) al lume della luna (B)
Canzon nata ni notte (C) in mezzo i boschi, (D)
Ricca piaggia (E) vedrai deman da sera.2 (F)

  • 3 J'ai cité ce qu'il a dit. Cf. supra, T. V, p. 299.

5À leur tour Sennazar et Bembo ont pratiqué ce genre de poème. Il était donc tout naturel que les grands écrivains de la Renaissance cherchassent à l'acclimater dans notre langue. Il a attiré l'attention des lettrés et Sebillet l'a mentionné3 à propos des vers blancs auxquels s'était essayé Bonaventure des Périers. Selon lui, c'est le seul cas où l'absence de rime puisse être tolérée, parce que le retour des mêmes mots à la fin des vers supplée à l'accord des timbres. Tabourot des Accords a consacré quelques mots à la Sextine, en déclarant que c'était une forme « pauvre de ryme, et riche d'invention ». Mais seul Pontus de Thyard a tenté de rivaliser avec Dante, Pétrarque et les Italiens que n'avaient pas rebutés ces combinaisons si difficiles. Il n'en a écrit que deux, qui ont pris place l'une et l'autre dans ses Erreurs amoureuses. Voici ces deux pièces :

I

Le plus ardant de tous les Elemens (A)
N'est si bouillant, alors que le Soleil, (B)
Au fort d'esté le fier Lyon enflame, (C)
Comme je sens aux doux traits de ton œil, (D)
Estre enflammé et bouillante mon ame : (E)
Le triste corps languissant en tourmens. (F)

A ces piteux travaux, à ces tourmens, (F)
N'ont les hauts Cieux, et moins les Elemens, (A)
Fait incliner, ou descendre mon ame. (E)
Mais, comme on voit les rayons du Soleil (B)
Eschauffer tout çà bas, ainsi ton œil (D)
Rouant sur moy de plus en plus m'enflame. (C)

Je voy souvent Amour, lequel enflame, (C)
Pour me donner plus gracieux tourmens, (F)
Ses traits cuisans en ton flamboyant œil. (D)
Lors me muant en deux purs elemens, (A)
Le corps se fond en pleurs, quand ce Soleil (B)
Empraint le feu plus ardemment en l'ame. (E)

Vienne secher toute langoureuse ame (E)
(Si comme moy Amour trop fort l'enflame) (C)
Ses tristes pleurs, aux rais de mon Soleil. (B)
Vienne celuy, qui comblé de tourmens (F)
Se pleint de Dieu, du Ciel, des Elemens, (A)
Chercher confort au doux tret de cet œil. (D)

Le doux regard, ou fier tret de cet œil, (D)
Fait ou joyeuse, ou dolente toute ame, (E)
Et temperez, ou non, les Elemens. (A)
Aussi c'est luy, qui rend froide ou enflame (C)
L'occasion de tous ces miens tourmens, (F)
Et qui m'est nuict obscure ou cher Soleil. (B)

Fuyant le jour de ce mien beau Soleil, (B)
Tout m'est obscur, et rien ne voit mon œil (D)
Que dueil, ennui, et funebres tourmens. (F)
Tourmens si grands, que ma douloureuse ame (E)
Meut a pitié le Dieu qui tout m'enflame, (C)
Mesme le Ciel, et tous les Elemens. (A)

Plutost ne soit resoult en Elemens (A)
Ce corps, ny l'ame (E) au ciel sur le Soleil (B)
Puisse saillir, que doux ne me soit l'œil (D)
Lequel m'enflame (C) et me tient en tourment. (F)

II

Lors que Phebus suë le long du jour, (A)
Je me travaille en tourmens et ennuiz. (B)
Et souz Phebé les languissantes nuits (C)
Ne me font rien qu'un penible sejour. (D)
Ainsi toujours pour l'amour de la belle, (E)
Je voy mourant en douleur eternelle. (F)

Bien doy-je, helas, en memoire eternelle (F)
Me souvenir et de l'herbe et du jour, (A)
Que je fuz pris aux beaux yeux de la belle. (E)
Car onques puis je n'ay receu qu'ennuiz, (B)
Qui m'ont privé du plaisir et sejour (D)
Des plaisans jours et reposantes nuits. (C)

Heureux Amans, vous souhaitez les nuits (C)
Avoir durée obscure et eternelle. (F)
Pour prolonger votre amoureux sejour. (D)
Et à moy seul, si rien plait, plait le jour (A)
Pour esperer, apres mes longs ennuiz, (B)
Nourrir mes yeux aus beautez de la belle. (E)

Mais rencontrant les Soleils de la belle (E)
Tout esbloui aux tenebreuses nuiz (C)
De mes travaux je r'entre, et aux ennuiz (B)
De ma pensée en son cours eternelle. (F)
Laquelle fait tout moment, nuit et jour, (A)
Dans les discours de mon esprit sejour. (D)

Las, je ne puis trouver lieu de sejour (D)
Tant j'ay de maux pour tes cruautez, belle. (E)
Car si je brusle et ars le long du jour, (A)
Je me dissoul en pleurs toutes les nuits. (C)
Te voyant vivre en rigueur eternelle (F)
Pour me tuer en eternels ennuiz. (B)

Inconsolable, ô Ame, en tes ennuiz, (B)
Qui veut sortir de ce mortel sejour, (D)
Pour t'envoller en la vie eternelle, (F)
Peus tu languir pour une autre plus belle ? (E)
Espere encore, espere : car ces nuiz (C)

S'esclarciront de quelque plaisant jour. (A)
Mais haste toy, ô jour (A) que mes ennuiz (B)
Prendront sejour (D) aux faveurs de la belle. (E)
Change l'obscur de mes dolentes nuiz (C)
En la clarté d'une joye eternelle. (F)

6Ces deux sextines, qui sont des pièces uniques dans notre littérature du xvie siècle, sont rimées sur trois rimes, au contraire de celles de Pétrarque, qui ne le sont pas. Elles conservent, de strophe en strophe, l'arrangement traditionnel des fins de vers, tel qu'il a été imaginé par Arnaut Daniel. Mais elles ont un envoi de quatre vers, que Tabourot des Accords considère comme régulier, au lieu de trois. En outre ces envois ne sont pas semblables entre eux. Les mots choisis y sont placés soit à la césure, soit à la fin du vers, mais les vers qui en contiennent deux ne sont pas les mêmes d'une pièce à l'autre et ils reparaissent dans un ordre différent. La forme de ce poème, fixe dans les grandes strophes, est donc un peu flottante dans les quatre vers par lesquels elle s'achève. Si la Sextine avait rencontré plus de succès, nul doute que des règles très précises n'eussent mis un terme à ces hésitations. Mais elle offrait des difficultés qui découragèrent les meilleures volontés. Le xviie siècle l'ignora. Elle ne devait reparaître qu'à l'époque parnassienne, où nous la retrouverons, mais pour n'y connaître une fois de plus qu'une existence éphémère.

Notes

1 Sur Arnaut Daniel, cf. U.A. Canello, La Vita e le Opere del Trovatore A. Daniello, Halle, 1883.

2 Ici l'envoi répète les fins de vers selon l'ordre de la première strophe. Il n'en est pas toujours ainsi, par exemple dans la première sextine, où le commiato présente la succession AE, CD, FB.

3 J'ai cité ce qu'il a dit. Cf. supra, T. V, p. 299.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter