Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Première section. Le retour à l'antiquité

Chapitre IV. La poésie élégiaque et la poésie bucolique

Texte intégral

1À vrai dire, il est assez artificiel de réunir ainsi ces deux genres. Ils diffèrent l'un de l'autre en ceci que le premier est caractérisé par le sentiment qui l'anime, tandis que le second l'est par son décor et par la condition de ses personnages. Celui-ci met toujours des bergers en scène; celui-là n'a rien de forcément pastoral, et, si tel poème est dans ce cas, bien que des effusions élégiaques s'y manifestent, il est presque toujours considéré comme une œuvre bucolique. Cependant ils offrent entre eux quelques points de ressemblance par leur style relativement simple et modeste, et ils usent des mêmes mètres. Voilà qui suffit pour légitimer ce rapprochement. Nous allons les étudier l'un après l'autre.

I. L'Élégie

2En Italie, l'Élégie ne constitue pas un genre littéraire particulier et n'a pas de forme constante. On donne ce nom à n'importe quel poème mélancolique et larmoyant, comme Pétrarque en a beaucoup écrit. L'Élégie classique, au début du xvie siècle, a été représentée par des pièces en terza rima, roulant le plus souvent sur des thèmes amoureux, avec une note de tristesse et de désespoir. L'Arioste et Bernardo Tasso en ont composé un certain nombre; mais c'est Bernardo Tasso qui a usé le premier de cette appellation pour désigner deux de ses poèmes qui répondent à cette définition. En France, le mot d'élégie se rencontre déjà dès 1500 dans la Chronique de Louis XII de Jean d'Auton :

Par elegyes, titres et epitaphes.

3On le retrouve en 1516 dans la Description du Temple de Venus de Jean Lemaire de Belges. Mais ni Jean d'Auton ni Jean Lemaire ne nous indiquent ce qu'ils entendent exactement par ce terme. Cependant les Français n'ignorent pas que l'élégie est un genre qu'ont illustré Tibulle, Properce et Ovide. Nous en possédons vingt-sept de Marot, ce qui lui a valu l'éloge de Sebillet, et quelques-unes de Pernette du Guillet. Du Bellay, dans sa Deffence et Illustration, sans rappeler ce souvenir, et en nommant seulement les écrivains latins, invite ses amis à reprendre la tradition des Anciens. Mais, pendant quelques années encore, les poètes français restent sourds à son appel. C'est seulement en 1553 que Ronsard écrit son Elegie sur le trepas d'Antoine Chateignier. Il en fera paraître d'autres, en 1565, dans son recueil intitulé Elégie, Mascarades et Bergeries, où il a inséré sa protestation Contre les Bucherons de la Forest de Gastine, qui figure dans toutes les anthologies. Jean Doublet a publié des Elégies en 1559. Il y en a d'Amadis Jamyn, de Louise Labbé et de Régnier. Au xviie siècle, Théophile de Viau, Racan, Charles Beys, Lingendres, Etienne Durand en ont écrit, et tout le monde connaît l'Élégie aux Nymphes de Vaux, de La Fontaine. En outre, on rencontre dans notre littérature beaucoup de poèmes qui ne portent pas ce titre, mais auxquels on pourrait légitimement le donner. Pour ne prendre qu'un exemple, il est incontestable que le ton élégiaque se manifeste à mainte place dans les sonnets que nous a laissés Du Bellay.

4Ce n'est pas la Pléiade qui a essayé la première de traduire dans des vers des sentiments douloureux. Vauquelin voit dans l'Élégie l'ancien Lai. Son opinion, qui peut sembler bizarre, s'explique cependant par cette raison qu'au xve siècle on a parfois exprimé des déplorations en petits vers semblables à ceux des lais.

  • 1 E. Langlois, Recueil, p. 260.

Lays se font communement
Bien souvent
Pour oroison et complainte
Devers Dieu omnipotent
Ou sa gent,
Par mainte personne sainte;
Pour venir à leur attainte
Par contrainte,
De lais leur fait on present,
Dont la rime est ainsi fainte
Et attainte
Qu'on le voy pour le present.1

  • 2 Idem, ibid., p. 33, 66, 283.

5La forme a provoqué ici la confusion que fait Vauquelin. À la même époque on connaissait aussi la Complainte amoureuse ou Grand lay écrite selon des combinaisons hétérométriques analogues2. Mais d'autre part il existait déjà d'autres Complaintes pour lesquelles on usait de mètres différents. La Complainte des Grecs, de Molinet, est en huitains de décasyllabes. Il est également l'auteur de divers poèmes funèbres qui portent ce nom : la Complainte des Trespassés pour mettre en ung cimetiere, en huitains de décasyllabes, et la Complainte sur la Mort Madame d'Autrisse en huitains d'octosyllabes. Ces pièces célébraient les mérites de personnages défunts. Qu'elle exprimât les peines de l'amour ou le deuil de la mort, la complainte traitait déjà les thèmes qui furent ceux de l'Élégie. L'imitation des Anciens n'a guère introduit en France que le mot, sans créer la chose.

  • 3 H. Chamard, Hist. de la Pléiade, T. IV, p. 162.
  • 4 Th. Sebillet, II, 7; Gaiffe, p. 155. Il est étrange que Sebillet ait séparé l'Élégie de la Déplora (...)
  • 5 J. Peletier, II, 6; Boulanger, p. 181 sq.; il y joint aussi la Satire, mais un peu à part.
  • 6 De Laudun d'Aigaliers, II, 14; Dedieu, p. 108.

6L'Élégie est un genre assez mal délimité, comme d'ailleurs la plupart des genres classiques. H. Chamard le déclare ”singulier” et ”déconcertant”3. Il note que chez Marot les poèmes qui portent ce nom sont des sortes d'épîtres, qui exposent des sentiments amoureux ou discutent de très subtiles questions de casuistique galante. C'est bien ainsi qu'en avait jugé Sebillet, le premier critique qui ait étudié ce sujet : « Or si tu requiers exemples d'Elégies, propose toy pour formulaire celles d'Ovide escrittes en sés trois livres d'Amours; ou mieus ly lés élégies de Marot : desquéles la bonne part représente tout vivement l'image d'Ovide, qu'il ne s'en faut que la parole du naturel. Pren donc l'élégie pour epistre amoureuse »4. J. Peletier, comme l'a fait Sebillet et comme le fera plus tard Colletet, réunit ces deux genres dans le même chapitre5, ce qui prouve qu'à ses yeux ils sont assez peu différents l'un de l'autre. De Laudun d'Aigaliers donne de la Complainte ou Déploration cette définition qu'elle n'est « autre chose qu'Elegie ou Epistre plaintive »6. Mais ailleurs c'est avec la Satire que s'opère la confusion, comme dans l'Elégie zélotypique de Régnier, dont voici les premiers vers :

Bien que je sache au vrai tes façons et tes ruses,
J'ai tant et si longtemps excusé tes excuses;
Moi-même je me suis mille fois démenti,
Estimant que ton cœur, par douceur diverti,
Tiendrait ses lâchetés à quelque conscience :
Mais enfin ton humeur force ma patience.
J'accuse ma faiblesse, et, sage à mes dépens,
Si je t'aimai jadis, ores je m'en repens ...

  • 7 Le P. Rapin, T. II, p. 184.

7Ronsard a considéré que ce genre pouvait s'ouvrir aux passions politiques, car l'Elégie à Guillaume des Autels, gentilhomme charrolois, sur les Troubles d'Amboise, et l'Elegie à Lois des Masures Tournisien, publiées en 1560 sous ce titre, ont été rééditées en 1567 sous celui de Discours et figurent dans ce dernier recueil. C'est sans doute en constatant toutes ces incertitudes que le P. Rapin, au xviie siècle, a pu écrire ces lignes désabusées : « Je ne parle point des élégies françoises : c'est un genre de vers que nous ne distinguons pas de l'héroïque, et on appelle indifféremment Elégie chez nous tout ce qu'on veut »7.

8Or, du consentement général, l'Élégie ne roule que sur des sujets tristes. Elle est ”flebile”, selon l'expression de Sebillet, et sur ce point tout le monde est d'accord, depuis J. Peletier jusqu'à Boileau. Mais il y en a deux types différents, qui ont l'un et l'autre leurs modèles dans l'ancienne Complainte, dont elle découle et dont elle subit fortement l'influence. À considérer les exemples qu'en ont donnés les poètes de la Pléiade, bien que chez eux elle s'échappe parfois dans des directions très diverses, on a surtout voulu voir en elle un poème qui raconte les peines et les douleurs des amants : c'est ce qu'avaient fait d'elle Properce et Tibulle, partout cités par les critiques du xvie siècle comme les modèles du genre. De ce point de vue, les vers de Boileau surprennent, quand, après avoir traité de l'Idylle, il poursuit ainsi :

D'un ton plus haut, mais pourtant sans audace,
La plaintive Elégie, en longs habits de deuil,
Sait, les cheveux épars, gémir sur un cercueil. (Art Poét., II)

9Mais, par l'Elégie sur le Trepas d'Antoine Chateignier, de Ronsard, nous remontons aux thèmes funèbres de l'ancienne Complainte. Le Vendômois, en préface à son recueil des Elegies, Mascarades et Bergerie, a même indiqué qu'à ses yeux les autres thèmes ne sont apparus qu'ensuite. Il pense que primitivement ce genre a été créé

Pour y chanter des morts les gestes et les faicts
Joints au son du cornet(éd. L.-L., T. VI, p. 22)

10puis qu'il s'est annexé plus tard un autre sujet d'inspiration :

Amour, pour y régner, en a chassé la mort,

11et que, d'ailleurs, ces deux destinations de l'Élégie lui étant conservées,

maintenant on compose
Divers sujets en elle, et reçoit toute chose.

  • 8 J. Peletier, II, 6; A. Boulanger, p. 182.
  • 9 Il se corrige d'ailleurs quelques lignes plus loin : « A mon avis que l'Elégie a été transférée en (...)

12Donc, en règle générale toujours mélancolique, malgré quelques altérations passagères de sa nature, elle est surtout un poème qui tantôt commémore lugubrement un défunt, et tantôt évoque les péripéties d'une passion inquiète. J. Peletier8 lui reconnaît ces deux aspects : « La première matière de l'Elegie furent choses tristes : comme lamentations, déplorations sus les morts, doléances des cas piteux, ainsi même que sonne le mot en grec ... Toutefois on a gagné depuis à l'accommoder aux choses joyeuses » (le mot est évidemment beaucoup trop fort : Peletier veut dire qu'on n'y parle pas toujours de deuil et de funérailles9), « c'est assavoir aux propos d'amour, comme ont fait Tibulle et Properce ». Vauquelin rend le même témoignage :

Les vers que les Latins, d'inégale jointure,
Nommoient une Elegie aigrette en sa pointure,
Servoient tant seulement aux bons siecles passez
Pour dire, après la mort, les faits des trepassez :
Depuis, à tous sujets, ces plaintes inventées
Par nos alexandrins sont bien représentées,
Et par nos vers communs, soit que diversement
En stances ils soient mis, ou bien joints autrement (Art poët., I)

13Il admet implicitement que l'Élégie peut exprimer les alarmes vraies ou fausses de l'amour, qu'elle peut ainsi cesser d'être grave pour devenir aimable, que d'un poème à l'autre le ton peut changer. C'est exactement ce que dit Boileau, qui ne se la représente pas toujours sous la figure allégorique d'une femme éplorée, mais qui l'autorise à chanter agréablement les émotions changeantes de ceux qui s'aiment :

Elle peint des amants la joie et la tristesse
Flatte, menace, irrite, apaise une maîtresse. (Art poét., II)

14Cette dernière conception se manifestait aussi dans l'ancienne Complainte. Dans l'élégie elle se répand plus fréquemment encore, grâce à l'exemple de Tibulle et de Properce.

  • 10 Le système de Jean Doublet est différent : ses élégies se composent de strophes hétérométriques de (...)

15L'influence latine a failli imposer à ce genre une forme particulière, celle du distique composé d'un grand vers et d'un vers plus petit. À Rome, il était de règle d'employer l'hexamètre suivi d'un pentamètre. Il convenait donc qu'en France on usât de l'alexandrin accompagné du décasyllabe10. J. Peletier en fit la recommandation aux poètes, en leur conseillant de croiser leurs rimes, c'est-à-dire d'accorder les alexandrins entre eux, et les décasyllabes de même. Il y eut quelques tentatives en ce sens; Ronsard écrivit ainsi son Elegie sur le Trepas d Antoine Chateignier, avec cette différence pourtant que les deux vers du distique s'unissaient par leurs finales :

Si quelquefois le dueil, et les grieves tristesses
Ont poingt le cœur des plus grandes Déesses,
Si quelquefois Thetis pour son fils larmoia,
Lors que Paris aus enfers l'envoia,
Sepulcrale Elegie, à cet' heure lamente,
Et de grans cous ta poitrine tourmente ... (Odes, L. V)

16Au contraire R. Garnier conserva bien la croisure des rimes prescrite par J. Peletier, mais choisit le vers de six syllabes pour en faire le second élément de son distique :

Nature est aux humains sur tous autres cruelle;
On ne voit animaux
En la terre et au ciel, ny en l'onde infidele,
Qui souffrent tant de maux.
Le rayon eternel de l'essence divine
Qu'en naissant nous avons,
De mille passions nos tristes jours épine
Tandis que nous vivons ... (Elégie sur la Mort de Ronsard)

  • 11 Ronsard est bien loin d'avoir toujours obéi aux préceptes qu'il a donnés. Il a écrit :

17Mais la tradition française, établie par la plupart des Complaintes anciennes, ne connaît guère que les vers isométriques, octosyllabes ou décasyllabes. Ronsard se sert d'abord, sauf dans l'exemple cité ci-dessus, du décasyllabe; puis il fait usage aussi de l'alexandrin quand il s'est rendu compte des qualités de notre grand vers, et c'est l'alexandrin qui finit par s'imposer dans un genre où Sebillet admettait encore l'octosyllabe : de Chalons, en 1716, ne mentionne plus que lui. On l'utilise généralement en longues suites continues et en rimes plates, plus rarement en strophes isométriques à rimes croisées. Les quatrains hétérométriques de Lingendes, dans son Elégie pour Ovide, selon le schéma 12-6-12-6, où les grands vers s'accordent entre eux, et les petits de même, sont au xviie siècle une forme exceptionnelle. Si l'on ajoute à cela que l'Élégie n'est pas en général un poème de longue haleine, et que la brièveté y est recommandée par Ronsard11 et par Vauquelin, puis encore que les critiques lui veulent un style simple et modeste, on possède sur ce genre tous les éléments d'information que la lecture des ouvrages de théorie poétique permet de réunir.

II. La poésie bucolique

18Elle n'a pas attendu l'avènement de la Pléiade pour trouver en France un terrain favorable. On n'a pas oublié qu'Aucassin et Nicolette, à la fin du xiie siècle, met en scène des bergers, que des bergères peuplent les Pastourelles du Moyen Âge. Le Dit de la Pastoure a pour auteur Christine de Pisan. J. Molinet, dans les poèmes de qui l'élément pastoral tient une grande place, a écrit Le Bergier sans soulas, où abondent les allusions politiques. En Italie, les sujets champêtres ont été de bonne heure à la mode. Il faut citer Boccace, qui a composé en 1341 ou 1342 le Ninfale d'Ameto. Mais Boccace n'est encore qu'un précurseur, et le véritable initiateur de ce mouvement est Sannazar. Celui-ci, entre 1481 et 1486, en s'inspirant de Théocrite et de Virgile, a construit lentement son Arcadia, roman pastoral formé de douze morceaux en prose et de douze églogues de mètres variés. Il y met en scène des bergers idéalisés, à la vie desquels une aimable nature, avec ses fleurs, ses bois et ses grottes, prête un cadre magnifique; il recueille leurs doléances amoureuses, ce qui donne parfois à son poème une teinte élégiaque; il décrit leurs fêtes et leurs jeux, mais glisse souvent dans leurs entretiens l'éloge des princes et des jugements sur les grandes actions des rois, comme l'avait fait Virgile dans ses Bucoliques. C'est lui qui donna le branle définitif à la poésie pastorale non seulement en Italie, mais dans toute l'Europe. De lui procèdent aussi bien la Diana enamorada de l'Espagnol Montemayor que l'Astrée de D'Urfé. Il a été cité par Du Bellay dans sa Deffence, à côté des maîtres de l'Antiquité, comme le modèle dont les poètes modernes devaient s'inspirer.

  • 12 Th. Sebillet, II, 8; Gaiffe, p. 159. — Colletet, Art poët., Discours du Poëme bucolique, reprend l (...)

19Cependant Marot n'avait sans doute jamais entendu parler de Sanna-zar quand il traduisit, au temps de sa jeunesse, la première Eglogue de Virgile. Au contraire, il est vraisemblable qu'il ne l'ignorait plus lorsqu'il écrivit l'Aeglogue au Roi, sous les noms de Pan et Robin, en 1539, et l'Aeglogue sur la naissance du Filz de Monseigneur le Dauphin, en 1544. Mais la preuve nous en fait défaut, et Sebillet12 ne le nomme pas quand il définit ce genre, « auquel sont introduis bergers & gardeurs de bestes, trait-tans soubz propos et termes pastoraus, mortz de princes, calamitéz de temps, mutations de republiques, joyeux succés et evenemens de fortune, louenges poëtiques, et téles choses ou pareilles soubz allégorie tant clére, que lés desseins dés noms dés personnes, et l'adaptation propre dés propos pastoraus aus choses soubz iceus entendues et déduittes, lés facent voirtant clérement, comme s'apperçoit la peinture soubz le verre : comme tu peus voir au Tityre, qu'a tourné Marot de Vergile ... ». Du Bellay, qui invite les poètes à écrire de « plaisantes eglogues », cite avec éloge Marot, et donne une place très honorable à Sannazar à côté de Théocrite et de Virgile. Cependant, comme les amis de Ronsard n'aiment guère passer pour les disciples de l'auteur des Psaumes, ils attendront pendant quelque temps encore avant de céder aux attraits de la poésie bucolique. C'est Baïf qui y viendra le premier, en une série de pièces composées entre 1554 et 1559. Ronsard le suivra de près avec son Chant pastoral sur les nopces de Charles de Lorraine et de Claude de France, également de 1559; surtout il écrira en 1565 sa Bergerie, en cinq églogues : les ”entreparleurs” en sont Orleantin, Angelot, Navarrin, Guisin, Margot, noms qui désignent de puissants princes travestis sous un accoutrement champêtre, tandis que deux autres aussi conventionnels représentent l'un la reine, l'autre, la duchesse Marguerite de Savoie. Vauquelin compose en 1555 ses Foresteries, et R. Belleau, de 1563 à 1566, sa Bergerie, où il imite très visiblement Sannazar. Jusqu'à la fin du xviie siècle les poèmes bucoliques se succéderont, avec quelque ralentissement cependant à partir de 1650, bien que Mme Deshoulières ait encore publié après cette date une églogue et quelques idylles, et que d'autres amis des Muses, Mme de Villedieu par exemple, n'aient pas davantage renoncé aux mièvreries pastorales.

  • 13 Colletet, Art poétique, 1658; Discours du Poëme bucolique, p. 18.
  • 14 De Laudun, III, 8; Dedieu, p. 126.

20Le genre bucolique, lui aussi, empiète souvent sur les autres. En considération de ce fait que les bergers qui y figurent échangent entre eux d'élégants propos, Th. Sebillet l'a classé dans le chapitre qu'il consacre au Dialogue, à côté de la Moralité et de la Farce. Ce point de vue sans doute n'était pas tout à fait faux, puisque l'Églogue, par l'adjonction de quelques personnages et l'introduction d'une intrigue un peu nourrie, prit une forme dramatique et donna naissance aux Tragi-comédies pastorales et aux Bergeries dont il a déjà été parlé. Elle déborde aussi sur l'Élégie, dont elle prend assez souvent le ton, ce qu'on peut constater à la lecture de Baïf. La poésie bucolique se présente sous plusieurs noms. Il faut d'abord citer ceux d'Églogue et d'Idylle. Colletet13 essaie vainement de les distinguer en disant que le second de ces poèmes se resserre dans des bornes plus étroites que le premier. Mais pratiquement les deux termes sont interchangeables, et les critiques, dans les descriptions qu'ils donnent du genre, emploient indifféremment l'un ou l'autre. Ménage, auteur de vers intitulés tantôt Eglogue, tantôt Idylle, a dit que pour lui ces deux noms étaient équivalents. La Bergerie, à l'origine, n'est encore qu'un poème narratif, à peine coupé de quelques discours et de pièces de vers. En 1565, avec l'imposant ouvrage de Ronsard, elle prend décidément un caractère dramatique; on y rencontre des monologues, des chœurs lyriques, des chants amébées à la manière de Théocrite et de Virgile. Dans la définition qu'il en donne, de Laudun14 glisse cette remarque significative que « s'il n'y avoit que deux personnages, ce seroit Eglogue ». Au début du xviie siècle, elle ne relèvera plus que du théâtre, comme la Pastorale, si bien que les deux mots désigneront une seule et même chose, à savoir quelques actes écrits pour la scène, joués par d'élégants bergers ou des pêcheurs raffinés dans le plus aimable des décors champêtres, avec une intrigue d'amour, une exposition, un nœud, et un dénouement. Tel est le point où l'Églogue devait normalement aboutir, à cause des parties dialoguées qu'elle avait contenues dès sa naissance.

  • 15 Le P. Mourgues, p. 266 sq.

21Les œuvres bucoliques n'occupent pas un rang très élevé dans la hiérarchie des genres poétiques. Elles n'ont même pas toujours, ni obligatoirement, une forme versifiée. Déjà Sannazar avait mêlé les vers avec la prose. En France, on suivit parfois son exemple, comme le fit l'auteur de l'Astrée, ou encore P. Bernier de la Brousse, qui donna en 1619 une ”Bergerie” dramatique dont certains passages étaient en prose. Aussi le style de l'Églogue ou de la Pastorale est-il en général assez simple, et les personnages n'enflent guère le ton que lorsqu'ils racontent les hauts faits des princes. Le P. Mourgues15 recommande d'orner la nature, mais d'écrire sans pompe et de ne pas user d'un langage affecté. Boileau, s'il ne veut pas que les bergers s'expriment « comme on parle au village », exige de l'Idylle beaucoup d'humilité :

Son tour simple et naïf n'a rien de fastueux,
Et n'aime point l'orgueil d'un vers présomptueux.
Il faut que sa douceur flatte, chatouille, éveille,
Et jamais de grands mots n'épouvantent l'oreille. (Art poét., II)

22Le P. Rapin, traitant l'Églogue, lui veut une parfaite modestie : « C'est une image de la vie des bergers. Ainsi sa matiere est petite, et son genie n'a rien de grand ..., de sorte que son caractère doit être simple, son esprit aisé, son expression commune ... Ses narrations sont courtes, ses descriptions sont petites, ses pensées sont ingénues, ses mœurs sont innocentes, sa diction pure, son vers coulant, ses manieres unies, et tous ses discours naturels : enfin ce n'est point une grande parleuse qui se plaise à faire du bruit ».

23Le genre pastoral, dans ses deux variétés, n'est lié à aucune forme métrique. Les critiques essaient bien de lui en assigner une. Sebillet se prononce pour le décasyllabe en rimes plates, bien qu'il autorise la rime croisée; mais à cette époque l'alexandrin n'a pas encore conquis sa place. On hésite longtemps, et Baïf use même une fois de l'octosyllabe. De Laudun conseille les deux grands vers, au choix de l'écrivain. Cependant ce n'est qu'au xviie siècle que l'alexandrin, déjà employé par Ronsard et Baïf, s'imposera à la plupart des poètes, toujours construit en rimes plates, ainsi que le veut Colletet. Encore faut-il remarquer qu'il n'aura cours que dans les pièces écrites « en perpetuel fil d'oraison », comme dit Sebillet, ce qui même n'a pas toujours lieu, car Mme Deshoulières, dans ses Idylles, emploie le vers libre. D'ailleurs les chants amébées, quand les poètes en introduisent dans leurs églogues, groupent les vers en quatrains, parfois même, comme il arrive chez Baïf, en ferza rima, et, dans les pièces de théâtre, les passages lyriques présentent les mètres les plus divers. Ce n'est donc point par sa forme que le genre bucolique signale son existence, mais par les sujets qu'il traite, par les personnages qu'il utilise, par les thèmes doucereux et galants qu'il développe, et par le décor dans lequel il se meut.

24La grande floraison ne dépasse pas 1630. Sous l'habillement dramatique, il jouit d'une grande vogue, pendant une cinquantaine d'années. Les ”Bergeries” se succèdent, comme celle de Jules de Guersens en 1583 et celle de Jacques Courtin de Lisle en 1584, jusqu'à l'œuvre plus justement connue de Racan. Pendant la même période, les ”Pastorales” abondent également. À lui seul Hardy en a composé cinq, où circulent les souffles italiens qui viennent de l'Aminta du Tasse et du Pastor fido de Guarini. Mais il faut encore citer la Clorise de Baro, la Silvanire et la Sylvie de Mairet, les deux Filis de Scire de Du Cros et de Pichon, ce qui n'épuise pas la longue série de ces pièces insipides où résonnent mollement les mêmes flûtes champêtres. Bientôt le succès du Cid vient mettre une fin à ces fadeurs arcadiennes. Hors du théâtre, églogues et idylles poursuivent encore leur carrière. Elles sont mentionnées dans tous les ouvrages consacrés à la poétique et dans les traités de versification; Colletet, Boileau, le P. Mourgues ne les oublient pas. Cependant le goût public se détourne d'elles. Boileau, qui estime pourtant Racan et Segrais, fait peu de cas de la poésie bucolique. Il se rend compte que c'est un genre faux, que ses bergers sont des personnages irréels, et il a peur, si on veut leur donner quelque vérité, que l'on tombe vite dans la bassesse. Le ridicule de ces déguisements maniérés finit par l'irriter, et il s'en détourne avec horreur :

Viendrai-je, en une Eglogue, entouré de troupeaux,
Au milieu de Paris enfler mes chalumeaux,
Et dans mon cabinet, assis auprès des hêtres.
Faire dire aux échos des sottises champêtres ? (Sat., IX)

25Mais déjà Sorel, dans son Berger extravagant, a déversé son ironie sur les pasteurs qui tournent des vers au lieu de garder leurs brebis.

Notes

1 E. Langlois, Recueil, p. 260.

2 Idem, ibid., p. 33, 66, 283.

3 H. Chamard, Hist. de la Pléiade, T. IV, p. 162.

4 Th. Sebillet, II, 7; Gaiffe, p. 155. Il est étrange que Sebillet ait séparé l'Élégie de la Déploration et de la Complainte, et qu'il en ait parlé dans deux chapitres différents.

5 J. Peletier, II, 6; Boulanger, p. 181 sq.; il y joint aussi la Satire, mais un peu à part.

6 De Laudun d'Aigaliers, II, 14; Dedieu, p. 108.

7 Le P. Rapin, T. II, p. 184.

8 J. Peletier, II, 6; A. Boulanger, p. 182.

9 Il se corrige d'ailleurs quelques lignes plus loin : « A mon avis que l'Elégie a été transférée en l'amour, non point comme en considération de joyeuseté, mais plutôt de tristesse, dont les pauvres amoureux sont toujours pleins : ou pour le moins, parce qu'il y a de tous deux, et du bien et de l'ennui ».

10 Le système de Jean Doublet est différent : ses élégies se composent de strophes hétérométriques de quatre vers, les deux premiers décasyllabes, les deux autres octosyllabes.

11 Ronsard est bien loin d'avoir toujours obéi aux préceptes qu'il a donnés. Il a écrit :

Soit courte l'Elegie, en trente vers comprise
Ou en quarante au plus........
Mais sa quatrième élégie contient près de six cents vers.

12 Th. Sebillet, II, 8; Gaiffe, p. 159. — Colletet, Art poët., Discours du Poëme bucolique, reprend les expressions de Sebillet.

13 Colletet, Art poétique, 1658; Discours du Poëme bucolique, p. 18.

14 De Laudun, III, 8; Dedieu, p. 126.

15 Le P. Mourgues, p. 266 sq.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter