Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Première section. Le retour à l'antiquité

Chapitre III. La poésie lyrique

Texte intégral

1Entre le lyrisme romantique et le lyrisme de la Renaissance on peut tracer une ligne de démarcation assez apparente. Celui-là est résolument personnel, chargé de confidences sentimentales, de protestations d'amour, de cris de joie ou de désespoir. Celui-ci au contraire est impersonnel, tandis que les effusions de la passion s'expriment dans des œuvres d'un type un peu différent, qui sera étudié plus loin. L'épopée et la tragédie mises à part, la grande poésie, pour Ronsard, ainsi que pour ses amis et ses successeurs, trouve ses modèles dans l'Ode, telle que l'ont pratiquée les Anciens. Horace en a énuméré les thèmes essentiels :

Musa dedit fidibus divos puerosque deorum,
Et pugilem victorem, et equum certamine primum,
Et juvenum curas, et libera vina referre. (Ars poet., v. 83-85)

  • 1 Sebillet, II, 6; Gaiffe, p. 151.
  • 2 J. Peletier, II, 5; A. Boulanger, 176.
  • 3 Ronsard, préface posthume des Odes (1587); De Laudun, III, 1; Dedieu, p. 114; Vauquelin, I. Ronsar (...)
  • 4 Du Bellay, Deffence, II, 4; Chamard, p. 210.

2Tel est le programme qu'a reproduit Du Bellay. Avant lui Sebillet a déjà indiqué que l'Ode avait comme sujets ordinaires « Venus, ses enfans, et ses Charites, Bacchus, ses flacons et ses saveurs »1. Après lui la conception de ce qu'elle doit être reste la même. J. Peletier lui assigne les louanges des dieux et des princes, les amours, les fêtes et les banquets2. Ronsard, De Laudun d'Aigaliers et Vauquelin ne lui voient pas d'autre destination3. Consacrée à l'éloge des grands hommes, au récit des combats, aux courses des chevaux dans l'arène, elle est d'une nature noble et ne peut aller sans un style extrêmement soutenu, avec des termes choisis et de brillantes images : « Prends garde que ce genre de poëme, déclare Du Bellay4, soit eloingné du vulgaire, enrichy et illustré de mots propres et epithetes non oysifz,orné de graves sentences, et varié de toutes manieres de couleurs et ornementz poëtiques ».

3Assurément quelques altérations viendront modifier ce programme primitif : certaines odes auront un caractère bucolique, élégiaque, moral ou philosophique; d'autres, qui célébreront les fêtes et les divertissements de la cour, porteront le nom de Mascarades et de Cartels. Mais ce genre sera toujours considéré comme particulièrement propre à exposer les fastes officiels et se laissera parfois pénétrer d'un souffle héroïque. La conception du XVIe persistera au XVIIe. On la retrouve chez Boileau :

L'Ode,...................
Elevant jusqu'au ciel son vol ambitieux,
Entretient dans ses vers commerce avec les dieux.
Aux athlètes dans Pise elle ouvre la barrière,
Chante un vainqueur poudreux au bout de la carrière ...
Elle peint les festins, les danses et les ris,
Vante un baiser cueilli sur les lèvres d'Iris ...
Son style impérieux souvent marche au hasard;
Chez elle un beau désordre est un effet de l'art. (Art poét., II)

  • 5 Le P. Rapin, T. II, p. 185.
  • 6 Le P. Mourgues, p. 280.

4Le P. Rapin, après avoir dit toute son admiration pour Pindare et Horace, ajoute quelques observations fort intéressantes : « La plupart des autres qui ont écrit apres eux en vers lyriques, dont on a fait tant de recueils, se sont attachés à une fausse délicatesse d'expression, laquelle les a éloignez du veritable caractere de l'Ode, qui est la grandeur et la majesté du discours, et ils sont tombez dans une honteuse mediocrité; leurs vers sont languissants; ils n'ont rien de cette chaleur et de cette noblesse si essentielle à l'Ode, qui ne doit rien dire de bas ny de commun »5. Les maîtres de l'Antiquité, en allant chercher leurs sujets ou la matière de leurs développements poétiques soit dans la mythologie, soit dans leur histoire nationale, ont créé ce lyrisme d'apparat, noble et majestueux, qui devait être celui de l'Ode française et que les poètes de la Renaissance devaient introduire dans notre littérature. Dans ses manifestations les plus hautes, et pour conserver le caractère sublime qu'il avait eu chez les Grecs, beaucoup pensèrent qu'il s'accommoderait volontiers d'un style inspiré, par lequel ils rendraient sensible la ”fureur” apollinienne dont il était convenable qu'ils fussent animés. Le ”beau désordre” que mentionne Boileau n'a pas d'autre signification : « Ce beau désordre, dit le P. Mourgues6, qui, en sortant des règles, est pourtant une règle de l'Ode, n'est pas aisé à énoncer. C'est un milieu entre l'écart et la règle trop uniforme. Il ne consiste pas seulement dans la négligence des liaisons grammaticales et des liaisons trop scrupuleuses, mais encore dans un changement subit de pensées : le poëte me menoit à droite, et je me sens emporté à gauche sans pouvoir m'en défendre, ni me plaindre de l'enchantement qui m'enlève ».

  • 7 H. Chamard, H. de la Pléiade, T. I, p. 282.

5Le mot Ode n'est pas inconnu en France avant que les écrivains de la Pléiade en aient fait usage : on le rencontre chez Jean Lemaire de Belges, Jean Bouchet, Barthelemy Aneau, Jean Martin et Rabelais. Il est difficile, même impossible, de donner de ce genre une définition qui embrasse tous les poèmes intitulés ainsi. H. Chamard7 a fait remarquer que la Pléiade n'a pas considéré l'Ode comme obligatoirement liée à la forme strophique, non plus qu'à rhétérométrie, ou à des systèmes de rimes diversement croisées. Il existe en effet quelques odes auxquelles manque l'un ou l'autre de ces caractères. Il a signalé la suivante de Ronsard, qui est en rimes plates, en vers isométriques, et qui n'est pas divisée en strophes :

Que les formes de toutes choses
Soient, comme dit Platon, encloses
En nostre ame, et que le sçavoir
Est seulement ramentevoir.
Je ne le croi, bien que sa gloire
Me persuade de le croire.
Car veritablement depuis
Que studieus du Grec je suis,
Si souvenir ici me pusse
D'avoir ses beaux vers entendu,
Ains que mon esprit descendu
Et mon corps fussent joints ensemble ...
(Odes, III, 7, A Maistre Denis Lambin)

  • 8 P. Laumonier, p. 651.

6Cependant, aux environs de 1550, on admet généralement que l'Ode se définit bien moins par les sujets qu'elle traite et par son style que par sa forme, et l'on pense que sa nature réside proprement en ce qu'elle est composée d'une succession de strophes rigoureusement semblables, avec retour régulier des rimes masculines et féminines aux mêmes places, mais sans unisonance. Or, entendue ainsi, on en rencontre déjà des exemples avant les premiers essais de J. Peletier et de Ronsard, dans des pièces qui ne portent pas encore ce nom. Sauf la correspondance exacte des rimes de même nature, Guillaume Cretin, Jean Lemaire de Belges, Jean Bouchet ont écrit des poèmes strophiques tout à fait comparables aux odes par leur structure. Cependant Marot, en ramenant toujours ses finales masculines et féminines dans le même ordre, donne aux couplets lyriques la perfection qui leur manquait encore, et les rend aptes à supporter sans difficulté les mélodies des musiciens : Marot, écrit P. Laumonier8, a composé, de 1520 environ à 1543, plus de cent pièces strophiques parfaitement régulières à tous égards, dont quatre ”Chants” construits sur deux systèmes enchaînés et alternants, quarante-deux ”Chansons” profanes et cinquante Psaumes. Comme ces Chansons et ces Psaumes furent publiés en recueils, avant les pièces analogues de Despériers et de Marguerite de Navarre, et qu'ils obtinrent immédiatement, pour des raisons diverses, une immense popularité, on peut dire que c'est Clément Marot qui a instauré, le premier dans la poésie française, l'ode ”mesurée à la lyre”. Il a en effet employé soixante-seize combinaisons strophiques différentes, parmi lesquelles beaucoup sont hétérométriques, et en évitant l'unisonance d'une strophe à l'autre. À ces pièces il ne manque que le titre d'ode pour qu'elles soient semblables à celles que les poètes de la Pléiade ont désignées de ce nom.

  • 9 Sur la tentative de L. Alamanni, cf. H. Hannette, p. 225 sq.

7Cependant Ronsard et ses amis ont eu des précurseurs très conscients, chez les Italiens, qui s'inspirèrent tantôt de l'exemple de Pindare, tantôt de celui d'Horace, selon des différences de forme qui seront exposées plus loin. C'est un humaniste qui tenta le premier cette résurrection. Lampridio, né à Crémone vers la fin du xve siècle, et mort en 1540, est l'auteur de vingt-quatre odes pindariques et de sept odes horatiennes écrites en latin. Renonçant plus ou moins à la formule de la canzone de Pétrarque, divers poètes, le Trissin, L. Alamanni et A. Minturno, en se servant de leur langue nationale, essayèrent à leur tour de reproduire l'ode pindarique9. D'autres suivirent Horace : Bernardo Tasso, entre 1534 et 1560, donna les meilleurs modèles d'odes constituées par de courtes strophes identiques l'une à l'autre, et c'est pour l'imiter qu'en Espagne Garcilaso de la Vega composa les premiers poèmes lyriques du même genre, en strophes de cinq vers dont trois sont des heptasyllabes et deux des hendécasyllabes. En France enfin c'est un humaniste, Dorat, qui écrivit en latin les premières odes pindariques dont nous connaissions l'existence; il fut l'initiateur de Ronsard, à qui de bonne heure il communiqua ses œuvres, si du moins Ronsard ignorait encore à cette époque les divers essais auxquels s'étaient livrés les Italiens.

  • 10 Ronsard est né en 1524, et Marot est mort en 1542.
  • 11 De Laudun, III, 1.

8Une question s'élève dès l'abord : celle de savoir à qui revient la priorité parmi les poètes qui se sont vantés d'avoir introduit ce nouveau genre dans notre littérature. L'illustre Vendômois, avec son habituelle fierté, en a revendiqué l'honneur : « Quand tu m'appelleras le premier auteur lyrique françois et celui qui a guidé les autres au chemin de si honneste labeur, lors tu me rendras ce que tu me dois, et je m'efforcerai de te faire apprendre qu'en vain ne l'aurai receu ... Donques desirant... m'approprier quelque louange encores non connue, ni atrapée par mes devanciers, et ne voiant en nos poëtes françois chose qui fust suffisante d'imiter, j'allai voir les étrangers, et me rendis familier d'Horace, contrefaisant sa naïve douceur dès le mesme temps que Clement Marot... se travailloit à la poursuite de son Psautier10 et osai, le premier des nostres, enrichir ma langue de ce nom Ode [il ne parla pas de la chose elle-même], comme l'on peut veoir par le titre d'une, imprimée sous mon nom dedans le livre de Jaques Peletier du Mans, l'un des plus excelens poëtes de nostre âge, affin que nul s'atribue ce que la verité commande estre à moi... Depuis aiant fait quelques uns de mes amis participans de telles nouvelles inventions, approuvants mon entreprise, se sont diligentés faire apparoistre combien nostre France est hardie et pleine de tout vertueux labeur, laquelle chose m'est aggreable pour veoir, par mon moien, les vieux Liriques si heureusement resuscités ». Il se targue seulement dans ce passage, qui figure en tête des Quatre premiers livres des Odes, en 1580, d'avoir restauré le nom du genre. Mais il se présente en même temps, sans le dire expressément, comme le rénovateur de la chose, puisqu'il prétend avoir été le premier à vouloir rivaliser avec Horace. Il l'a d'ailleurs répété, d'une manière plus nette, dans des vers qu'on trouvera plus loin. Son ambitieuse déclaration l'a fait passer auprès de quelques-uns, comme il l'avait certainement désiré, pour le créateur de l'Ode française. « Je puis affirmer avec Pelletier du Mans, a dit en effet de Laudun d'Aigaliers11, que c'est Ronsard qui en a esté le premier inventeur, ou innovateur ».

  • 12 Pasquier, Recherches, VII, 6. Sur cette question, cf. H. Chamard, ”L'Invention de l'Ode et le diff (...)

9Mais la réalité est un peu différente. En dehors de Marot et de ses prédécesseurs, déjà mentionnés, J. Peletier a publié en 1547 dans ses Œuvres poëtiques, en les désignant seulement comme ”vers lyriques”, de véritables odes, tandis que Ronsard, en tête d'un poème qu'il a introduit dans ce recueil, a inscrit ce titre : Ode de Pierre de Ronsard à Jaques Peletier. Du Bellay lui aussi s'est contenté d'appeler Vers lyriques treize pièces semblables à celles qu'avait fait paraître J. Peletier; il les a livrées au public en 1549, un an avant les Quatre premiers livres d'Odes de Ronsard, et, à la fin de la même année, il en a encore donné seize autres dans son Recueil de poésie. Le problème change d'aspect d'après l'angle sous lequel on l'examine. Du Bellay, dans son Chant triumphal sur le Voyage de Boulongne a écrit que la priorité revenait à Ronsard pour avoir été le premier à faire « Horace en France rechanter »; mais Pasquier12 cite ces vers de l'Ode à Ronsard contre les envieux Poëtes, où le même Du Bellay fait de Peletier son initiateur :

Pelletier me fit premier
Voir l'Ode dont tu es prince,
Ouvrage non coustumier
Aux mains de notre province;
Le ciel voulut que j'apprinse
A le raboter ainsi,
A toi me joignant aussi
Qui cheminois sur la trace
De notre commun Horace,
Dont un demon bien apris,
Les traits, la douceur et le grace
Grava dedans tes esprits.

  • 13 J. Peletier, II, 5; A. Boulanger, p. 172.
  • 14 Idem, ibid.; A. Boulanger, p. 176.

10Que dit à son tour J. Peletier ? Dans son Art poëtique, il ne conteste pas directement les prétentions de Ronsard : « Ce nom d'Ode, écrit-il13, a été introduit de notre temps par Pierre de Ronsard, auquel ne faillirai de témoignage, que lui étant encore en grand' jeunesse, m'en montra quelques-unes de sa façon en notre ville du Mans, et me dit dès lors qu'il se proposoit ce genre d'écrire à l'imitation d'Horace, comme depuis il a montré à tous les Français; et encore plus par sus sa première intention, à l'imitation du premier des Lyriques, Pindare. Combien toutefois que ce temps-là, il ne les fit pas mesurées à la lyre, comme il a bien su faire depuis. Ni moi non plus que lui ne me voulais obliger à cette loi de masculins et féminins ». L'entrevue des deux poètes a eu lieu au Mans en mars 1543. Peletier accorde à Ronsard qu'il a introduit en France le nom de l'Ode; que dès l'époque de cette rencontre le Vendômois imitait Horace et qu'il se proposait déjà de suivre l'exemple de Pindare et de lui emprunter sa formule. Mais il ne lui concède pas qu'il ait été le créateur de la chose; il ne contresigne pas les vers cités par Pasquier et dans lesquels Ronsard raconte que cette révolution s'est produite par l'intervention de Dieu, qui l'a choisi pour ministre14 :

De sa faveur en France il réveilla
Mon jeune esprit qui premier travailla
De marier les Odes à la lire. (Poèmes, I, à Jean de la Péruse)

  • 15 E. Pasquier, VII, 6, p. 703.

11Bien au contraire il lui rappelle qu'à cette époque, pas plus qu'il ne le faisait lui-même, il ne savait pas encore disposer ses rimes masculines et féminines selon les nécessités de la musique. Il ne parle pas des dates de publication parce qu'elles sont attestées par les imprimeurs et il ne discute même pas pour établir si lui-même avait ou non commencé son travail avant Ronsard. Modestement, il ne se met pas en avant. Ses premiers essais, dans lesquels il n'avait pas mesuré ses vers à la lyre, étaient imparfaits, et à cause de cela il aurait été abusif de les appeler des Odes. Marot seul alors avait su montrer la bonne voie, mais sans employer le mot dont on s'est servi depuis : « Pour ce, cette nouveauté se trouva rude au premier, et quasi n'y avait que le nom inventé. Mais quant à la chose, si nous regardons les Psaumes de Clément Marot, ce sont vraies Odes, sinon qu'il leur défaillait le nom, comme aux autres la chose »15. Ainsi Peletier, sans blesser le glorieux poète, rétablissait les faits. Ronsard reconnut sans doute la justesse de cette leçon, car, en 1553, il supprima sa préface de 1550.

  • 16 L'Ode à Jouachim du Bellai Angevin et l'Ode à la Paix en sont des exemples. Déjà, chez certains It (...)

12L'Ode, au xvie siècle, présente deux types différents. Elle est soit pindarique, soit horatienne. La première a Ronsard comme créateur incontestable, en ce sens du moins qu'en France, personne avant lui n'en avait écrit. Mais il n'en était pas de même en Italie, car L. Alamanni et le Trissin en ont composé un certain nombre. Cependant, comme ces poètes ont eu un précurseur latinisant en Lampridio, ainsi, chez nous, c'est Dorat qui, dans la langue de l'ancienne Rome, en a donné le modèle. Il est probable que Ronsard avait connu ses poèmes avant l'entrevue qu'il eut au Mans avec J. Peletier, en 1543. Cependant il commença par imiter Horace, et il ne vint qu'ensuite à Pindare : c'est seulement en 1545 ou en 1546, semble-t-il, qu'il emprunta au grand lyrique grec le lourd appareil de ses odes : on peut croire que la première pièce de cette sorte qu'il ait écrite est l'Ode sur la Victoire de François de Bourbon, conte d'Anguien, à Cerizoles. Les pièces qui appartiennent à cette catégorie se caractérisent par ce fait qu'elles sont écrites en triades, dont chacune se compose d'une strophe, d'une antistrophe et d'une épode, qui correspondent à ce que L. Alamanni a appelé ballade, contraballade et stanza, et Antonio Minturno volta, rivolta et stanza. Toutes ces parties sont écrites en mètres courts, avec cette particularité que l'épode est quelquefois, mais d'ailleurs assez rarement, composée de vers plus petits que ceux de la strophe et de l'antistiophe16. C'est dans ces odes pindariques que doit surtout se manifester le grand délire lyrique, qui se marque par une certaine chaleur du discours, avec interrogations, exclamations, invocations, prises à parti directes des dieux et des hommes, et par l'absence voulue des transitions. C'est là surtout que le poète s'abandonne à des inspirations héroïques et que le genre, par instant, offre des points de contact avec l'épopée.

  • 17 J. Peletier, II, 5; A. Boulanger, p. 179.
  • 18 H. Vaganay, Les Odes pindariques après Ronsard (1923).
  • 19 Cf. De Laudun, III, 2; Dedieu, p. 117; De l'Ode pindarique : « Les vers sont si longs que l'on veu (...)

13Ronsard n'a pindarisé que pendant une très courte période de sa vie littéraire. Il y a renoncé après 1552, satisfait d'avoir donné à ses contemporains l'impression qu'un Français avait égalé le grand poète grec. Il ne désavoua jamais sa tentative, à laquelle le sentiment public ne ménagea pas son admiration. Peletier, sans recommander chaleureusement cette forme de l'Ode, reconnaît qu'elle a de la grandeur, car strophes et antistrophes y sont à l'imitation du mouvement majestueux des astres17, ce qui entraîne pour elle l'obligation d'un style particulièrement élevé. Jusqu'en 1630 environ, beaucoup de poètes ont pratiqué cette variété pindarique, certainement parce qu'elle leur paraissait digne de louange18. Du Bartas, qui avait de hautes ambitions, s'y est essayé. De Laudun lui consacra un paragraphe, ce qui prouve en quelle estime il la tenait encore. La division triadique à elle seule lui donnait une allure puissante, propre à mettre en valeur le génie d'un aède inspiré. Bien que Ronsard lui ait généralement donné des dimensions assez réduites, puisque, dans son premier livre, une seule atteint 220 vers, tandis que d'autres n'en ont que 50, il a du moins montré, par son Ode à Michel de l'Hopital qui compte 810 vers, que l'ode pindarique pouvait être un poème de longue haleine. Si en outre il a usé de formations isométriques, à l'imitation de Luigi Alamanni, et s'il les a composées de vers assez courts, soit hexasyllabes, soit heptasyllabes, et très rarement octosyllabes, du moins y a-t-il employé des strophes passablement longues, qui vont jusqu'à quinze, seize, et même dix-huit vers, conformément à la dignité des sujets qu'il traite19. C'est vers le milieu du xviie siècle qu'on cesse de goûter les trop imposantes constructions pindariques. Boileau, qui a chanté la Prise de Namur, a rejeté cette armature tout en s'efforçant de conserver ce qui lui paraissait digne d'admiration chez son modèle grec. « Pour revenir à Pindare, a-t-il écrit dans son Discours sur l'Ode, ... j'ai cru que je ne pouvois mieux justifier ce grand poëte qu'en tâchant de faire une ode en français à sa manière, c'est-à-dire pleine de mouvements et de transports, où l'esprit paraît plutôt entraîné du démon de la poësie que guidé par la raison ».

14Ainsi, à ne considérer du moins que la forme, c'est l'ode horatienne qui triomphe en France. C'est par elle qu'a débuté Ronsard,et c'est de cette variété que relevaient les essais qu'il montra à J. Peletier en 1543. Elle peut traiter parfois des thèmes aussi héroïques que l'ode à la manière de Pindare, mais elle est souvent beaucoup plus familière, et elle possède une forme beaucoup plus souple, plus variée et moins ambitieuse. Comme elle, elle jouit d'une liberté plus grande que les genres à forme fixe du Moyen Âge, dont l'étendue était strictement limitée; ses couplets ne sont pas soumis à la loi de l'unisonance, qui produisait une monotonie trop sensible; sa longueur est laissée à la discrétion de l'auteur, qui peut augmenter ou réduire autant qu'il lui plaît la dimension de ses poèmes. À la différence de l'ode pindarique, elle ne s'attache pas étroitement à l'isométrie et elle présente les combinaisons de mètres les plus diverses, avec un mélange fréquent de petits vers qui lui communiquent leur légèreté; ses strophes, dont le dessin est d'une diversité infinie, sont généralement plus courtes, à l'exemple de celles qu'avait employées Bernardo Tasso en Italie. J. Peletier recommande de ne pas les rendre trop massives; De Laudun les préfère quand elles sont de six, huit ou dix vers et quand elles sont écrites en octosyllabes; elles n'arriveront à leur point de perfection que lorsqu'elles seront ”mesurées à la lyre”.

15C'est de cette forme d'ode, bientôt séparée du chant, que nous pouvons suivre les traces brillantes pendant tout le xviie siècle, et même au-delà, plus ou moins solennelle ou plus ou moins lyrique selon les circonstances, parfois épique, parfois moralisante, mais conservant presque toujours un certain degré de gravité. Tantôt on l'écrit en mètres rapides, comme l'avait fait le plus souvent Ronsard, et l'on y groupe les octosyllabes en quatrains, sixains, huitains ou dizains; tantôt au contraire on construit des strophes hétérométriques qui ont l'alexandrin pour base; tantôt enfin on l'alourdit par l'emploi exclusif de grands vers, soit décasyllabes, soit même dodécasyllabes, réunis en quatrains ou en sizains, comme dans cet exemple de Maynard :

Cloris, que dans mon temps, j'ai si longtemps servie,
Et que ma passion montre à tout l'univers,
Ne veux-tu pas changer le destin de ma vie,
Et donner de beaux jours à mes derniers hivers ?

N'oppose pas ton deuil au bonheur où j'aspire.
Ton visage est-il fait pour demeurer voilé ?
Sors de ta nuit funèbre, et permets que j'admire
Les divines clartés des yeux qui m'ont brûlé.

Où s'enfuit ta prudence acquise et naturelle ?
Qu'est-ce que ton esprit a fait de sa vigueur ?
La folle vanité de paraître fidèle
Aux cendres d'un jaloux m'expose à ta rigueur ...

16Tous les traités de versification et les manuels de poésie la mentionnent; les critiques, Vauquelin comme Du Gardin, Colletet comme le P. Rapin, Boileau et le P. Mourgues, lui témoignent beaucoup d'estime. Le Dictionnaire de Furetière en donne une définition qui résume assez bien ce qu'on pense d'elle à la même époque : « Petit poëme lyrique, y est-il écrit au mot Ode, mêlé de grands et de petits vers, entremeslés d'un nombre égal de rimes plates et croisées, et qui se distingue par couplets ou strophes où la même mesure est gardée. Les odes françoises sont faites pour louër les héros, et non pas pour mettre en chant, quoi qu'on y ait mis quelques unes de Ronsard, qui se vante d'avoir été le premier qui a mis en vogue les Odes en françois. Mais Du Bellay dit que ce fut Jacques Peletier du Mans. On a fait aussi des Odes bachiques et burlesques ».

  • 20 Sebillet, Art poët., II, 6; Gaiffe, p. 150.
  • 21 Cependant Ronsard a écrit sa première Chanson en 1552; mais c'est la connaissance d'Anacréon qui l (...)

17Au temps de la Pléiade, le burlesque n'existe pas encore, mais on connaît déjà des odes érotiques et bachiques, dénommées Odelettes ou Chansons, qui sont d'une inspiration plus légère que celles dont il vient d'être parlé. Ainsi les Italiens, à côté de la canzone, possédaient la canzonetta. La Chanson avait fait les délices du Moyen Âge. Marot et Saint-Gelais en avaient hérité; Sebillet lui avait donné place dans son Art Poétique : « La chanson, avait-il dit20, approche de tant près l'Ode, que de son et de nom se ressemblent quasi de tous poins, car aussy peu de constance a l'une que l'autre en forme de vers, et usage de ryme. Aussi en est la matière tout une ... Neantmoins tu trouveras la Chanson moindre en nombre de coupletz que le chant lyrique, et de plus inconstante façon et forme de stile ». Du Bellay, mécontent de cette assimilation, et de ce que Sebillet citait Saint-Gelais en exemple, avait parlé de la chanson avec le plus grand dédain. Elle reparut pourtant grâce à Ronsard, après que H. Estienne eut publié les œuvres d'Ânacréon, qu'il avait retrouvées en Italie21. Deux ans après, en 1556, dans la Nouvelle Continuation des Amours, il fit paraître vingt-et-une pièces auxquelles il donna ce nom. Elles sont d'une inspiration beaucoup plus personnelle que les Odes. Elles en diffèrent par leurs sujets, par leur style, qui est plus gracieux, et par leur tour. Sous le rapport de la forme, elles sont plus courtes. Elles consistent en grandes séries d'heptasyllabes, d'octosyllabes ou de décasyllabes comme l'exemple suivant :

Quand je te veux raconter mes douleurs
Et de quel feu en te servant je meurs
Et quel venin dessache ma mouëlle,
Ma voix tremblote, et ma langue chancelle,
Mon cueur tressault, et mon sang au-dedans
Est tout troublé de gros souspirs ardens.
Sur mes genoulz se sied une gelée.
Jusqu'aux talons une sueur salée
De tout mon corps comme un fleuve se suit,
Et sur mes yeux nage une obscure nuict :
Tanseulement mes larmes abondantes
Sont les tesmoings de mes flames ardentes,
De mon amour, et de ma foy aussi,
Qui sans parler te demandent mercy.

18Ou bien elles sont écrites en strophes de faible étendue, qui embrassent quatre ou six vers de mesure parfois semblable, mais plus souvent différente, alexandrins et hexasyllabes, décasyllabes mêlés d'hexasyllabes ou d'heptasyllabes, heptasyllabes et trissyllabes. Voici un échantillon de ce dernier type :

Pourquoi tournez vous vos yeux
Gratieux
De moy quand voulez m'occire ?
Comme si n'aviez pouvoir
Par me voir,
'un seul regard me destruire.
Las ! vous le faites afin
Que ma fin
Ne semblast bien heureuse
Si j'allois en perissant
Jouïssant
De vostre œillade amoureuse
Mais quoy ? vous abusez fort :
Ceste mort,
Qui vous semble tant cruelle,
Me semble un gaing de bonheur
Pour l'honneur
De vous, qui estes si belle. (Idem, ibid., p. 246)

19Pontus de Tyard et Baïf ont composé de ces petits poèmes. Vauquelin a célébré l'Odelette :

Mais rien n'est si plaisant que la courte Odelette,
Pleine de jeu d'amour, douce et mignardelette. (Art poët., I)

  • 22 Chamard, Hist. de la Pléiade, T. II, p. 164.
  • 23 De Laudun, III, 1; Dedieu, p. 115. De Laudun réserve le mot ”chanson” (p. 114) pour une acception (...)
  • 24 Le P. Mourgues (p. 251) dit simplement de la Chanson : « Petit ouvrage en vers fait pour être chan (...)

20De Laudun d'Aigaliers l'a définie dans le chapitre qu'il a consacré à l'Ode22 : « L'on en faict de si longues et de si briefves qu'on veut, a-t-il dit en parlant de ce dernier genre23; si elle est petite, elle s'appelle Odelette, comme étant son diminutif ». Mais il n'en a retenu que les caractères extérieurs. Au xviie siècle, l'ode bachique et érotique fut simplement nommée chanson, titre que l'on imposa aussi à toutes les pièces lyriques qui devaient être chantées24, car l'Ode proprement dite, la grande Ode, s'était détachée de la musique. Alors on lui donna parfois des strophes plus longues qu'on ne l'avait fait avant 1600. Voici une ”chanson” de Vion Dalibray :

Laquais, que l'on me donne à boire.
Je veux m'enivrer aujourd'hui;
Je veux que ce vin ait la gloire
D'avoir étouffé mon ennui;
Verse-m'en donc à tasse pleine.
Que je boive à perte d'haleine
Douze ou treize coups seulement :
Quiconque aime une fière dame
Jette de l'huile sur la flamme
S'il pense boire sobrement.

O que cette boisson vermeille
Chatouille doucement le cœur !
Je veux mourir, chère bouteille,
Si rien égale ta liqueur !
Tu vaux cent fois mieux que Sylvie;
Cette cruelle ôte la vie,
Et toi tu fais ressusciter
Ainsi désormais l'inhumaine
Ne me doit plus causer de peine.
Car pour toi je la veux quitter.

Toutefois s'il faut qu'elle voie
Que je ne vis plus sous sa loi,
Comme c'est la plus courte voie
Pour tirer une dame à soi,
S'il faut, dis-je, que cette belle
A mes premiers feux me rappelle
En me promettant guérison,
Souffre, bouteille, que je die
Que pour m'ôter ma maladie
Tu m'avais ôté la raison.

  • 25 Dans Cléonice.
  • 26 De Laudun, III, 5; cf. Dedieu, p. 121.

21Il est difficile de dire en quoi les Stances diffèrent de l'Ode. Le mot de stanza, en italien, désigne d'abord un élément de la canzone et est employé comme tel par les théoriciens de la versification. Puis, quand l'octave, ou strophe de huit vers, devint d'un usage général dans la poésie narratrice, c'est à elle qu'on le transporta, parce qu'il sembla qu'elle était la stanza par excellence. Enfin il servit à désigner des poèmes plus ou moins longs. C'est sous cette dernière acception qu'il passa en France dans la seconde moitié du xvie siècle. On a donné ce titre, tout au long du xviie siècle, à des strophes lyriques qui ressemblent de tous points à celles des odes. Desportes en fit d'abord un couplet de huit vers ABABCDCD, différent de l'octave du Tasse, qui répond à la formule ABABABCC. Mais il s'aperçut que cette construction équivalait à la juxtaposition de deux quatrains, et qu'elle manquait d'unité. Il opta alors pour le sixain à l'italienne, composé d'un distique à rimes plates auquel faisait suite un quatrain à rimes embrassées, ou d'un quatrain suivi d'un distique. D'autres poètes réduisirent le nombre des vers à quatre, selon l'indication qu'il avait une fois donnée25, ou l'étendirent à dix. Une pièce qui porte la dénomination de Stances, dit De Laudun26, « est divisée pas bastons ou couplets, contenant quatre, six, huict et dix, et douze vers, mais les plus communes sont de six en rime entrecroisées, dont les couplets ou bastons sont pareils les uns aux autres en ordre, genre et en rimes. Elles se font coustumierement en vers de dix ou douze syllabes, et plus souvent de douze que de dix; si quelqu'un en faict de moins que de six, c'est plustost Ode que Stances ». De Laudun, dans cette définition, n'envisage que des poèmes isométriques, comme sont certains de ceux auxquels Malherbe a donné le titre de Stances, ou encore les célèbres strophes que Racan a décorées du même nom :

Tircis, il est bien temps de faire la retraite;
La course de nos jours est plus qu'à demi faite;
L'âge insensiblement nous conduit à la mort.
Nous avons assez vu sur la mer de ce monde
Errer au gré des flots notre nef vagabonde;
Il est temps de jouir des délices du port.

Le bien de la fortune est un bien périssable;
Quand on bâtit sur elle, on bâtit sur le sable;
Plus on est élevé, plus on court de dangers;
Les grands pins sont en butte aux coups de la tempête,
Et la rage des vents brise plutôt le faîte
Des maisons de nos rois, que les toits des bergers.

O bienheureux celui qui peut de sa mémoire
Effacer pour jamais ce vain espoir de gloire,
Dont l'inutile soin traverse nos plaisirs,
Et qui, loin, retiré de la foule importune,
Vivant dans sa maison content de sa fortune,
A selon son pouvoir mesuré ses désirs ...

22Mais la Consolation à Du Verrier, de Malherbe, est écrite en quatrains composés de vers de douze et de six syllabes, et elle est intitulée de même. Ce n'est donc point par leur forme que les stances se distinguent des odes, car au xviie siècle beaucoup d'odes présentent les mêmes arrangements; tout au plus peut-on constater que celles-ci sont en vers généralement plus courts que celles-là, ce qui n'est point une règle absolue. La différence semble résider plutôt dans le fond que dans la forme. Les stances sont en effet d'un lyrisme beaucoup plus personnel, sans rien qui sente l'inspiration héroïque, « les stances sont ordinairement enjouées et sérieuses », note Richelet dans son Dictionnaire, et Furetière les définit ainsi : « Terme de poësie, qui se dit d'un certain nombre reglé de vers graves et sérieux qui contiennent un sens, au bout duquel il se fait un repos. Ce que le couplet est dans les chansons, la strophe dans les odes, les stances le sont dans les poëmes épiques (allusion à la Jérusalem délivrée du Tasse), ou en des matières graves et spirituelles ». Il n'y a pas lieu de s'attarder davantage sur cette question.

Notes

1 Sebillet, II, 6; Gaiffe, p. 151.

2 J. Peletier, II, 5; A. Boulanger, 176.

3 Ronsard, préface posthume des Odes (1587); De Laudun, III, 1; Dedieu, p. 114; Vauquelin, I. Ronsard dans ce texte lui attribue comme domaine « l'amour, le vin, les banquets dissolus, les danses, masques, chevaux victorieux, escrime, joustes et tournois, et peu souvent quelque argument de philosophie ».

4 Du Bellay, Deffence, II, 4; Chamard, p. 210.

5 Le P. Rapin, T. II, p. 185.

6 Le P. Mourgues, p. 280.

7 H. Chamard, H. de la Pléiade, T. I, p. 282.

8 P. Laumonier, p. 651.

9 Sur la tentative de L. Alamanni, cf. H. Hannette, p. 225 sq.

10 Ronsard est né en 1524, et Marot est mort en 1542.

11 De Laudun, III, 1.

12 Pasquier, Recherches, VII, 6. Sur cette question, cf. H. Chamard, ”L'Invention de l'Ode et le différend de Ronsard et de Du Bellay”, Rev. d'Hist. litt., 1899 et A. Boulanger, dans son édition de l'Art poëtique de J. Peletier, p. 172, n.

13 J. Peletier, II, 5; A. Boulanger, p. 172.

14 Idem, ibid.; A. Boulanger, p. 176.

15 E. Pasquier, VII, 6, p. 703.

16 L'Ode à Jouachim du Bellai Angevin et l'Ode à la Paix en sont des exemples. Déjà, chez certains Italiens, l'épode est différente par le mètre de la strophe et de l'antistrophe. Les treize premières odes du Livre Premier (1550) sont triomphales; une seule, la septième, est monodique.

17 J. Peletier, II, 5; A. Boulanger, p. 179.

18 H. Vaganay, Les Odes pindariques après Ronsard (1923).

19 Cf. De Laudun, III, 2; Dedieu, p. 117; De l'Ode pindarique : « Les vers sont si longs que l'on veut, et ne s'en trouvent gueres moins de six syllabes; les couplets sont depuis dix jusqu'à vingt vers; mais les plus usitez sont de dix à quinze et seize ».

20 Sebillet, Art poët., II, 6; Gaiffe, p. 150.

21 Cependant Ronsard a écrit sa première Chanson en 1552; mais c'est la connaissance d'Anacréon qui lui a donné l'impulsion définitive.

22 Chamard, Hist. de la Pléiade, T. II, p. 164.

23 De Laudun, III, 1; Dedieu, p. 115. De Laudun réserve le mot ”chanson” (p. 114) pour une acception spéciale : « la chanson, dit-il, est le plus souvent de choses viles et rurales ».

24 Le P. Mourgues (p. 251) dit simplement de la Chanson : « Petit ouvrage en vers fait pour être chanté ». Les définitions de Furetière et de Richelet, chacun en son Dictionnaire, ressemblent à celle du P. Mourgues. Le premier écrit : « Petite pièce de vers qu'on met en air pour chanter et qui se chante par le peuple ». Et le second : « Vers tournez d'une manière simple, aisée et naturelle, qu'on chante, et dont chaque stance s'appelle couplet ».

25 Dans Cléonice.

26 De Laudun, III, 5; cf. Dedieu, p. 121.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter