Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VI

 | 
Georges Lote

Première section. Le retour à l'antiquité

Chapitre I. L'ère nouvelle

Texte intégral

  • 1 Du Bellay, Deffence et I;llustration, II, 4.

1La Pléiade, dès qu'elle a pris conscience d'elle-même, s'est proposé de rompre avec le passé littéraire de la France et de restaurer les genres dont l'Antiquité avait laissé les modèles. C'est à cette glorieuse entreprise que Du Bellay encourage les poètes dans un texte bien connu, mais qu'il faut citer encore : « Ly donques, s'écrie-t-il1 et rely premierement, (ô Poète futur), feuillette de main nocturne et journelle les exemplaires grecz et latins : puis me laisse toutes ces vieilles poësies françoyses aux Jeux floraux de Thoulouze et au puy de Rouan : comme rondeaux, ballades, vyre-laiz, chantz royaulx, chansons et autres telles episseries qui corrumpent le goust de nostre langue, et ne servent sinon à porter tesmoingnage de nostre ignorance. Jete toy a ces plaisans epigrammes, non point comme font aujourd'huy un tas de faiseurs de contes nouveaux, qui en un dizain sont contens n'avoir rien dict qui vaille aux IX premiers vers, pourveu qu'au dixiesme il y ait le petit mot pour rire, mais à l'imitation d'un Martial, ou de quelque autre bien approuvé, si la lascivité ne te plaist, mesle le profitable avecques le doulz. Distile avecques un style coulant et non scabreux ces pitoyables elegies, à l'exemple d'un Ovide, d'un Tibule ou d'un Properce ... Chante-moy ces odes incongneues encor' de la muse françoyse, d'un luc bien accordé au son de la lyre grecque et romaine, et qu'il n'y ait vers ou n'aparoisse quelque vestige de rare et antique erudition ... Sur toutes choses prens garde que ce genre de poëme soit eloingné du vulgaire, enrichy et illustré de motz propres et epithètes non oysifs, orné de graves sentences, et varié de toutes manieres de couleurs et ornementz poëtiques ... Quant aux epistres, ce n'est un poëme qui puisse grandement enrichir nostre vulgaire pource qu'elles sont volontiers de choses familieres et domestiques, si tu ne les voulois faire à l'immitation d'elegies, comme Ovide; ou sentencieuses et graves, comme Horace. Autant te dy-je des satyres que les Françoys, je ne sçay comment, ont appellées coqz à l'asne : és quels je te veux estre aliene de mal dire, si tu ne voulois, à l'exemple des Anciens, en vers heroïques ... soubz le nom de satyre, et non de ceste inepte apellation de coq à l'asne, taxer modestement les vices de ton tens, et pardonner aux noms des personnes vicieuses ... Sonne-moy ces beaux sonnets, non moins doctes que plaisante invention italienne, conforme de nom à l'ode, et différente d'elle, seulement pource que le sonnet a certains vers reiglez et limitez, et l'ode peut courir par toutes manieres de vers librement, voyre en inventer à plaisir ... Pour le sonnet donques tu as Petrarque et quelques modernes Italiens. Chante moy d'une musette bien resonnante et d'une fluste bien jointe ces plaisantes ecclogues rustiques, à l'exemple de Thëocrit et de Virgile : marines, à l'exemple de Sannazar, gentilhomme nëapolitain. Que pleust aux Muses qu'en toutes les especes de poësie que j'ay nommées, nous eussions beaucoup de telles immitations qu'est cete ecclogue sur la naissance du filz de Monseigneur le Dauphin, à mon gré un des meilleurs petiz ouvraiges que fit onques Marot... Quant aux comedies et tragedies, si les roys et les republiques les vouloient restituer en leur ancienne dignité qu'ont usurpée les farces et moralitez, je seroy bien d'opinion que tu t'y employasses, et si tu le veux faire pour l'ornement de ta langue, tu sais ou tu en doibs trouver les archetypes ».

2Le morceau est fort long, mais pourtant Du Bellay n'y a pas tout dit. Il s'aperçoit vite qu'il y a commis un oubli important. Mais, comme l'ordre n'est pas la qualité maîtresse de la Deffence et Illustration, il répare bientôt son omission par une addition notable, qui prend place dans le chapitre suivant : « Si tu as quelquefois pitié de ton pauvre langaige, si tu daignes l'enrichir de tes thresors, ce sera toy veritablement qui luy feras hausser la teste, et d'un brave sourcil s'egaler aux superbes langues greque et latine, comme a faict de notre tens, en son vulgaire, un Arioste italien, que j'ose-roy (n'estoit la saincteté des vieux poëmes), comparer à un Homere et Virgile. Comme luy donq', qui a bien voulu emprunter de nostre langue les noms et l'hystoire de son poëme, choysi moy quelque un de ces beaux vieulx romans françoys, comme un Lancelot, un Tristan, ou autres; et en fay renaître au monde une admirable Iliade, et laborieuse Eneide ».

  • 2 J. Peletier, II, 5; Boulanger, p. 171. À ces textes de Du Bellay et de J. Peletier, il faut adjoin (...)

3De ce manifeste on doit rapprocher celui de Jacques Peletier du Mans, plus concis et moins détaillé, mais qui donne aux poètes les mêmes conseils : « Combien de temps, dit-il2, a été notre langue languissante en barbarie, pauvreté et contentement ? ... Combien longuement a elle sophistiquée en Ballades, Rondeaux, Lais, Virelais, Triolets et s'il y en a de tels : pour être emparée de l'Ode et du Sonnet ? Deux genres d'ouvrages élégants, agréables, et susceptibles de très beaux arguments ? Desquels nous nous aidons, tandis que nous espérons que les Farces qu'on nous a si longtemps jouées se convertiront au genre de la Comédie : les jeux des martyres, en la forme des Tragédies : les romans de tant de sortes, en la composition de l'œuvre héroïque ». Les deux voix s'accordent, comme aussi bien leurs déclarations pourraient être contresignées de Ronsa-d, de Baïf, de Pontus de Tyard ou de Remy Belleau. Tous les écrivains de la Pléiade ont la volonté bien arrêtée de rompre avec le Moyen Âge et de renouveler la littérature française en faisant revivre les genres qu'avaient illustrés les Anciens.

4Ce qu'annonce la voix claironnante de Du Bellay, qui retentit avec plus d'éclat que celle de J. Peletier, c'est l'ouverture d'une ère nouvelle, dont la littérature s'inspirera uniquement des modèles antiques, source de toute perfection. Bien que l'auteur de la Deffence et Illustration se donne l'allure d'un chef de conjurés qui brandit l'étendard de la révolte, il n'est pas tout à fait l'initiateur de ce mouvement, tant s'en faut, car depuis longtemps déjà l'attention publique s'attachait aux grandes œuvres des Grecs et des Latins, laissant ainsi présager l'explosion de 1549. Octavien de Saint-Gelais a mis en français Ovide en 1498, l'Enéide en 1500. Claude de Seyssel a fait au début du xvie siècle de nombreuses traductions d'ouvrages anciens. Guillaume Michel de Tours a fait passer dans notre langue en 1516 les Bucoliques de Virgile; Marot en fera autant de la quatrième églogue et des Métamorphoses d'Ovide. Hugues Salel a vulgarisé l'Iliade en 1545 et Despériers en 1547 le Lysis de Platon. J. Peletier lui-même n'a pas attendu le manifeste de Du Bellay pour répandre en France la connaissance des écrivains marquants de l'Antiquité. Il a traduit en 1544 l'Art poétique d'Horace et, dans son recueil de 1547, les deux premiers livres de l'Odyssée, le premier des Géorgiques, ainsi que les odes d'Horace. D'autre part Du Bellay n'est pas le premier à voir dans les Italiens les continuateurs des Grecs et des Romains, ni à vouloir tenir compte des leçons qu'ils donnent aux poètes. Jean Lemaire de Belges, imitateur de Serafino, s'est fait le disciple de Pétrarque, que Marot a mis en français. C'est également Marot qui a le premier fait connaître chez nous les grâces du sonnet, importé de la péninsule. Saint-Gelays et Maurice Scève ont italianisé. Bembo est depuis longtemps connu chez nous; le Florentin Luigi Alamanni, banni depuis 1532, vit à la cour du roi de France où il s'est réfugié. Mais Du Bellay est le premier qui dresse un plan de campagne et qui signe une proclamation. À ce titre la Deffence et Illustration doit être considérée comme une des dates les plus importantes de notre histoire littéraire.

5À la vérité elle est dictée par l'ardeur de la jeunesse et elle manifeste une certaine irréflexion. Son auteur, en proposant à ses contemporains l'imitation des modèles antiques, n'a guère étudié les genres qu'il nomme et ne se fait d'eux qu'une idée approximative et assez superficielle. Il parle en écolier ébloui par ses découvertes récentes et s'arrête beaucoup plus aux mots qu'aux choses, par un défaut qui sera celui de beaucoup d'hommes de sa génération. Il ne se donne pas la peine de définir exactement. Il distingue mal l'épître de l'élégie et laisse entendre que le sonnet ne diffère de l'ode que par les règles auxquelles il est assujetti. D'autres genres au contraire se caractérisent par les sujets qu'ils traitent, comme l'églogue, sans qu'aucune condition de forme doive les rendre reconnaissables. Toutefois il est juste de dire qu'un certain nombre de ces incertitudes et de ces confusions, bien loin d'être son fait, remontent fort loin dans le passé et se perpétueront dans la suite. Mais il faudra beaucoup de temps avant que les idées se clarifient, et nous pourrons constater que quelques-unes d'entre elles resteront pendant de longues années hésitantes et mal assurées, tandis que d'autres, dès le premier jour, s'imposeront avec une netteté relative.

6Le programme de Du Bellay, qui est d'ailleurs celui de ses amis, embrasse tout le domaine de la poésie, ou à peu près. Pour le remplir, il faudra des années et des années de travail acharné, ce qui n'effraie pas son auteur, non plus que le groupe d'écrivains dont il s'est fait le porte-parole. Ce programme, quand il le rédige, est évidemment provisoire; il recevra des compléments, mais seulement sur des points de détail. Surtout sa mise à exécution est abandonnée au bon vouloir des poètes qui se rallieront à la doctrine de la nouvelle école. C'est à la poésie lyrique qu'ils s'adonneront d'abord et c'est surtout à elle qu'ils consacreront leurs peines. L'ode les attire, tandis que le premier essai de tragédie à l'antique ne verra le jour qu'en 1552. Ronsard différera très longtemps avant d'appliquer ses efforts à l'épopée, car les quatre livres de la Franciade ne paraîtront qu'en 1572; il faudra attendre le milieu du xviie siècle pour que d'autres héros que Francus, et pour la plupart moins intéressants encore, attirent l'attention des poètes français. Les élégies n'apparaîtront qu'assez tard, et l'Eglogue ne prendra figure qu'après quelques tâtonnements. Certains écriront des œuvres didactiques, d'autres des poèmes scientifiques, d'autres des vers gnomiques. Tous ces genres, ceux que Du Bellay a nommés, et ceux qu'il a passés sous silence, ont une histoire, très simple pour quelques-uns d'entre eux et plus compliquée pour d'autres. Cette histoire doit trouver place dans le présent ouvrage, tout au moins à cause du rôle qu'y ont joué les questions de forme qui font l'objet de cette étude. Nous nous proposons donc d'examiner les divers genres l'un après l'autre, en passant plus rapidement sur ceux qui sont parfaitement connus, ou qui se sont fixés dès le premier jour et dont l'évolution, presque nulle, ne présente aucune difficulté.

Notes

1 Du Bellay, Deffence et I;llustration, II, 4.

2 J. Peletier, II, 5; Boulanger, p. 171. À ces textes de Du Bellay et de J. Peletier, il faut adjoindre encore quelques vers de Vauquelin de la Fresnaye, qui en sont l'écho un peu affaibli :
De ces vieux Chants Royaux décharge le fardeau;
Ote-moi la Ballade; ôte-moi le Rondeau !
Que ta Muse jamais ne soit embesognée
Qu'aux vers dont la façon à toi s'est enseignée. (A.P., I)

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter