Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IV

 | 
Georges Lote

Livre deuxième. La Déclamation

Chapitre V. Les adversaires de la déclamation traditionnelle

Texte intégral

1Malgré les approbations qu'a rencontrées le vers classique, récité comme il a été dit ci-dessus, et malgré l'accord dans lequel il s'est trouvé avec les principes généraux de l'esthétique classique, on ne peut douter que certains milieux et certaines personnalités, parmi lesquelles on découvre des hommes de premier plan, n'aient nourri à son égard des sentiments assez hostiles. Il est évident qu'il n'est pas assez aéré et que, appuyé sur une ou deux toniques seulement, selon qu'il comporte ou non une césure, il manque d'un rythme suffisant, et par conséquent de légèreté. De ce côté, il est guetté par une réforme qui ne s'accomplira que dans la seconde moitié du xviie siècle, et qui sera examinée à une autre place. Mais, indépendamment de ce pesant numérisme qui égalise les syllabes, il a encore d'autres défauts qui à cette époque frappent peut-être davantage : la coupe immuable de la césure qui partage sans défaillance tous les grands vers, la perpétuité d'une formule mélodique à laquelle les masses denses des alexandrins ou des décasyllabes ne peuvent se soustraire. La lourdeur de la rime plate sur laquelle retombent avec fracas tous les hémistiches à modulation descendante, lourdeur particulièrement pénible dans les vers isométriques dont on use pour écrire les tragédies ou les poèmes qui appartiennent aux grands genres littéraires. Afin de pallier ces défauts, on avait inventé d'introduire dans les œuvres dramatiques des couplets lyriques ou stances, tentative à laquelle mirent rapidement fin des critiques sévères, partisans d'une régularité sans défaillance. Mais on s'efforça de les combattre par d'autres remèdes qu'on crut alors très efficaces, le vers blanc et le vers libre. Ce sont ces derniers remèdes, bien insuffisants sans doute, que nous nous proposons d'étudier ici brièvement.

2Ils ont été appliqués par une foule de poètes, dont la plupart étaient surtout des auteurs de madrigaux, d'épîtres, d'élégies ou d'idylles. Au nombre des réformateurs, on compte du moins quatre écrivains très connus, Honoré d'Urfé, P. Corneille, Molière et La Fontaine. Mais il est notable qu'en général ces réformateurs n'ont pas osé porter une main sacrilège sur les genres les plus relevés de la hiérarchie classique. Outre les sortes de poèmes que je viens de citer, ils se sont attaqués encore à la comédie légère, à l'opéra, aux pièces à machines ; ils ont encore appliqué leur système de liberté aux fables et aux contes, où il était entendu qu'on pouvait toujours risquer un déplacement de césure ou masquer une rime par un enjambement. Là toutes les licences étaient tolérées. Au contraire, dès qu'un audacieux essaya d'attenter à la tragédie, comme ce fut le cas de Corneille dans Agésilas,

— Après Agésilas
Hélas —

3alors les Aristarques s'indignèrent et rappelèrent durement à l'ordre le poète assez téméraire pour violer les conventions qui régissaient la haute littérature. Un goût épuré réprouvait ces dérèglements.

4Sans doute les vers blancs et surtout les vers libres connaissent-ils une grande vogue vers le milieu du xviie siècle, ainsi que nous en avertit Sara-sin en 1654 :

En un grand bataillon vont les adventuriers ;
Ces vers se sont entr'eux nommez irreguliers,
Inégaux par le nombre, inégaux par la taille,
Braves, mais combattans sans ordre de bataille.

5Cependant on s'accorde à penser qu'ils ne sauraient prétendre aux honneurs des grands genres. Un poète rouennais, Louis Petit, qui écrivait à la même époque environ que Sarasin, s'est chargé de nous le faire savoir :

  • 1 Les deux textes de Sarasin et Le Petit sont cités par F. Gohin, p. 141-142, et le dernier par Ph. (...)

A d'assez bons rimeurs aujourd'hui l'on voit faire
De ces vers sans façon, vers libres, inégaux,
Vers qu'on devoit laisser en proye aux Madrigaux,
Vers enfin dont l'oreille est rarement charmée,
Et qu'on peut appeler de la prose rimée.1
(Sat., XII, Contre la Mode)

6Ces derniers mots sont parfaitement exacts et expliquent sans exagération quelles ont été les intentions des poètes. Ils ont commencé à écrire en vers blancs pour imiter les Anciens, parce que ceux-ci ignoraient la rime ; mais beaucoup, bien loin de renoncer cependant aux autres entraves de la versification, ont continué de le faire sans autre dessein que de se rapprocher du langage ordinaire. C'est à ce dernier point de vue que se sont placés ceux qui ont usé du vers libre. Ainsi que les Italiens qui le leur ont transmis, ils ont eu recours à lui pour ce seul motif qu'il leur offrait une forme avantageuse, beaucoup plus souple que celle dont on usait couramment. La Fontaine en a fait l'aveu dans l'Avertissement de ses Contes : « L'autheur, a-t-il dit, a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des Contes. Il a creu que les vers irréguliers, ayant un air qui tient beaucoup de la prose, cette manière pouroit sembler la plus naturelle et par conséquent la meilleure ». Ces quelques lignes nous permettent de deviner à quelles libertés on pouvait prétendre dans la déclamation des vers légers. Honoré d'Urfé, Corneille, le P. Menestrier se sont, comme on le verra, exprimés en des termes analogues, qui ne nous laissent aucun doute sur la direction que prenaient leurs vœux : ils recherchaient ou encourageaient des techniques nouvelles pour combattre la fatigue qu'ils ressentaient de toujours entendre le grand alexandrin, invertébré, solennel et monotone, dont l'hégémonie, à la longue, se faisait insupportable.

  • 2 On connaît aussi des vers isométriques à rimes mêlées, mais ils ne portent pas le nom de « vers li (...)
  • 3 Ph.-A. Becker, Zur Geschichte der Vers libres, p. 93.

7À la vérité, l'absence de rime, qui caractérise le vers blanc, n'est pas liée au choix de tel ou tel mètre ; nous la retrouverons ailleurs, lorsqu'elle n'aura d'autre raison d'être que de libérer notre poésie d'un joug considéré comme inutile, puisque les Grecs et les Latins ne s'étaient pas souciés de s'y soumettre. Mais elle peut être employée en union avec le vers libre, comme un procédé destiné à provoquer une atténuation de la pesante déclamation que nous avons définie, et c'est sous cet aspect que nous nous proposons pour le moment de le considérer. Tout au contraire le vers libre proprement dit, qui a pour traits essentiels la variété indisciplinée des mètres et la répartition arbitraire des rimes, doit obligatoirement réunir ces deux particularités2. Pourtant il n'est pas tout à fait exact d'écrire, comme Ph.-A. Becker3, qu'en France le vers blanc et le vers libre ont eu une existence séparée, puisqu'au moins un écrivain les a fondus ensemble dans une tentative originale, en supprimant la rime du vers libre. Nous laisserons de côté tout ce qui concerne l'histoire des origines et du développement de ces nouveautés et nous ne les étudierons que comme une protestation très apparente contre la mélopée traditionnelle à laquelle devait se plier le vers déclamé, alors qu'on ne songeait pas encore que l'introduction du rythme accentuel pût amener sa libération totale et qu'elle suffît à la réaliser.

  • 4 En voici un exemple. C'est le premier vers qui ne rime avec nul autre :

8L'homme qui a combiné ces deux types avec une remarquable indépendance d'esprit n'est autre qu'Honoré d'Urfé. Il a commencé par semer quelques vers blancs dans les madrigaux que contient l'Astrée4, puis, en 1627, il a fait paraître une pastorale dramatique, Sylvanire ou la Morte Vive, où il a appliqué son nouveau système de versification, qu'il a défini en tête de son volume, dans un Avertissement au Lecteur dont on ne saurait nier le très vif intérêt. Il y reconnaît qu'il a subi l'influence des Italiens. Il nomme en effet ses modèles. S'il s'est décidé à écrire en vers libres, c'est qu'il y a été poussé par l'exemple du Tasse, auteur de Torrismondo et de l’Aminta, de l'Arioste, dans ses comédies et ses tragédies, enfin de Guarini dans son Pastor fido. « S'il est vray, écrit-il, que la perfection de chaque chose soit mise en la fin pour laquelle elle a esté produite et inventée, infailliblement celle-la sera la plus parfaite, qui parviendra le mieux à sa fin. Or le but principal que nous proposent les Poëmes que nous nommons dramatiques, c'est de représenter, le plus parfaitement qu'il est possible, le personnage qu'ils font parler sur le théâtre. Que si cette parfaite représentation est la fin principale où ils tendent, n'est-il pas vray que les Italiens ont raison de bannir les rimes de leurs tragédies, comédies, pastorales et semblables, puisqu'aussi tost que l'on les fait parler en rime, l'on sort incontinent de cette vraye-semblance qui est leur principal but ? Car qui seroit celuy qui se pourroit empescher de rire, s'il oyoit un roy à la teste de son armée parler en rime à ses soldats, ou bien un marchand faire ses comptes avec son facteur en vers rimez ? Et n'est-ce pas commettre cette même faute que de rimer les tragédies et les comédies ? »

9Il s'agit donc d'écrire avec vérité, afin que ceux qui lisent ou récitent puissent à leur tour parler de même. C'est le souci, à en croire d'Urfé, auquel obéissaient les Grecs et les Latins. Ils auraient pu, dans leurs œuvres de théâtre, se servir de l'hexamètre. Mais celui-ci aurait été bien trop reconnaissable à l'audition, parce qu'il se termine toujours par un dactyle et par un spondée. Voilà pourquoi ils ont usé du vers iambique, que les bonnes oreilles ne peuvent dépister aussi facilement : « Il est vray que ce sont des vers, parce que la poésie ne peut estre escrite qu'en vers ; mais il est vray aussi que le plus habile poëte ne sçauroit recognoistre lors que l'on recite Terence, si ce sont des vers, que ceux avec lesquels il fait parler les personnages qu'il introduit ». Donc le but cherché, c'est de dissimuler à l'oreille, autant qu'on le peut, la forme versifiée. Or l'absence de rime n'est pas un moyen suffisant pour y parvenir, et il faut encore y ajouter la diversité des mètres, de telle sorte que l'illusion soit encore plus complète : ainsi l'on obtiendra quelque chose qui ressemblera fort au discours ordinaire, où les membres de phrase sont tour à tour longs ou brefs, selon les mouvements de la pensée. D'Urfé sait en outre que le vers français, au contraire du vers italien, est soumis à une césure qui occupe une place fixe. Par conséquent il s'avise de recourir à une dernière finesse : « Après avoir donc fait une longue considération sur toutes ces choses, je remarquay que s'il n'y avait que le vers de six à sept syllabes, qui redoublé fait l'alexandrin, et le vers commun, qui peussent bien souffrir d'estre couplez ensemble, et cela d'autant que le vers commun estant formé de deux membres, le premier de quatre, et le second de six ou de sept s'il est féminin, la fin du vers commun tomboit en la structure du vers de six, si bien que, sans offenser l'oreille, l'on entre de l'un en l'autre insensiblement ». En jetant ça et là quelques rimes, qui contribuent à maintenir l'impression d'une forme versifiée, d'Urfé pense qu'il arrive à un résultat très satisfaisant et qu'il déterminera d'autres poètes à l'imiter.Voici un échantillon de sa manière, avec la ponctuation de l'édition de 1627 :

Or va pauvre berger,
Va t'en et continue
Le chemin que tu tiens,
Et sois certain, que tu ne peux faillir
D'estre bien-tost exemple mémorable
Des maux que la constance
Peut produire en amour :
L'opiniastreté en ce qui ne se doit
Est chose autant blasmable,
Que la persévérance,
Au bien est estimable.
Nous avons veu deux puissans tesmoignages,
Depuis fort peu de temps,
Du mal que nous rapporte
La sotte loi que Sylvandre nous presche :
Céladon le berger
De toute la contrée
Le plus aimable et le plus estimé,
Apres avoir longuement adoré
Une jeune bergère,
Une imprudente fille,
Ne voilà pas, quoy que l'on nous desguise
De sa cruelle fin,
Ne voilà pas qu'un desespoir l'emporte
Dans le profond des ondes du Lignon ? (Sylvanire, I, 6)

  • 5 Vaugelas, T. I, p. 188 : « Il faut éviter les vers dans la prose autant qu'il se peut, surtout les (...)
  • 6 Menagiana, T. I, p. 144; cf. Molière, éd. des Gr. Écr., de Ad. Régnier, T. VI, p. 213.

10Un autre champion de la réforme de la déclamation, qui était Molière, a usé du vers blanc d'une manière très différente. Ce n'est d'ailleurs qu'un des aspects de la peine incroyable qu'il s'est donnée, à tous les moments de son existence, pour assouplir la diction dramatique : « Tout ce qui n'est point prose est vers, dit le maître de philosophie à M. Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme, et tout ce qui n'est point vers est prose ». Pourtant lui-même n'en était pas complètement persuadé, car il a cherché, en 1667 et en 1668, une forme qui fût intermédiaire entre l'une et l'autre. C'est dans Le Sicilien, puis dans L'Avare, surtout dans la première de ces deux pièces, qu'il a mis à l'essai un système mixte dont il espérait un grand succès, mais sur lequel il ne nous a donné aucune explication. Son invention consistait, au mépris de renseignement de Vaugelas5, à glisser dans sa prose des vers de mètres variables et privés de rime, destinés bien évidemment à donner à son style une grâce particulière, mais sans l'asservir à une régularité stricte. Il y a longtemps qu'on en a fait la remarque : « Généralement, dit une note du Menagiana6, la prose de Molière est ampoulée, poétique, remplie d'expressions précieuses et toute pleine de vers. Le Sicilien, par exemple, est une petite comédie toute issue de vers non rimes, de six, de cinq ou de quatre pieds ». On y trouve même des alexandrins :

Aussi ne crois-je pas qu'on puisse voir personne
Qui sente dans son cœur la peine que je sens. (III)

11Il n'est pas vraisemblable, au contraire de ce que certains ont pensé, qu'il ait d'abord versifié sa pièce, et qu'il l'ait ensuite récrite en en faisant disparaître les rimes, car de celles-ci on ne rencontre nulle trace. Mais on ne saurait trop nier qu'il a eu bel et bien l'intention de disséminer des vers dans son texte, ce que démontrent les inversions qu'on y rencontre. Ad. Régnier, son éditeur, a signalé celles-ci :

  • Je veux jusques au jour les faire ici chanter.
  • Je n'ai garde sans lui de paraître à ses yeux.

12En voilà assez pour manifester son dessein. Pourtant il n'a point persévéré. Avec Benserade, il avait essayé du vers libre dans Les Plaisirs de l'Ile enchantée, en 1664, et c'est à lui qu'il revint en 1665, dans Amphitryon, sans doute parce que la rime lui semblait un ornement désirable.

  • 7 Id., ibid., p. 210. Le P. Menestrier dit encore (p. 244) : « Les vers de ces compositions sont ord (...)

13Le vers libre est en effet d'un emploi beaucoup plus courant que le vers blanc et paraît maintenir la forme poétique bien mieux que celui-ci, tout en asservissant la parole beaucoup moins que l'alexandrin et le décasyllabe employés d'une manière continue. Il se recommande par sa souplesse ; il n'est ni guindé ni monotone. Voilà pourquoi il paraît tout désigné pour les pièces destinées à être mises en musique. Dès 1622, c'est dans cette forme que sont écrits les programmes des ballets. Aussitôt qu'il naîtra, l'opéra en fera choix. À propos des représentations d'Orphée et Eurydice, organisées par Mazarin en 1647, le P. Menestrier s'exprime dans les termes suivants : « Jusqu'alors on croyoit toujours que nôtre langue n'étoit pas capable de fournir des sujets propres pour ces représentations, à cause que sur nos théâtres on étoit accoutumé à n'entendre que des vers alexandrins qui sont plus propres pour la grande déclamation que pour le chant, ayant plus de majesté pour exprimer de grands sentimens, que de variété pour favoriser la musique. Cependant le sieur Perrin, introducteur des ambassadeurs auprès de feu M. le duc d'Orléans, ayant fait souvent des paroles pour les airs que nos meilleurs maîtres de musique composoient, s'apperçut que nôtre langue étoit capable d'exprimer les passions les plus belles et les sentimens les plus tendres, et que, si l'on mêloit un peu des manières de la musique italienne à nos façons de chanter, on pourroit faire quelque chose qui ne seroit ny l'un ny l'autre et qui seroit très agréable ». Un peu plus loin il revient encore sur cette question : « Les vers libres de mesure inégale, dit-il7, qui s'étoient depuis peu introduits en France pour les lettres enjouées, ne contribuèrent pas peu à faire réussir ces actions par la liberté que l'on eut d'en faire de cette sorte au lieu des vers alexandrins, qui étoient les seuls qu'on récitait sur nos théâtres. On connut que ces petits vers étaient plus propres pour la musique que les autres, parce qu'ils sont plus coupez, et qu'ils ont plus de rapport aux versi sciolti des Italiens qui servent à ces actions. On avoit l'exemple de l’Arethuse de Philippe Vitali, composée de cette sorte avec tant de succès, qu'ayant été représentés à Rome dès l'an 1620, dans le palais de Monsignor Corsini, en présence de neuf Cardinaux, elle eut toute l'approbation qu'on en pouvoit attendre et fut imprimée avec la musique et dédiée au cardinal Borghese, l'un des spectateurs de cette pièce ». Ainsi qu'on peut s'en rendre compte, ce n'est pas Quinault qui a eu l'idée d'écrire en vers libres les livrets d'opéra. Mais, quand il a adopté cette forme, il y a apporté une remarquable maîtrise, par l'emploi qu'il y a fait des mètres les plus divers, qui vont de trois à douze syllabes, et qui souvent même sont impairs. Il les a maniés avec une virtuosité exceptionnelle, signe que pour lui l'alexandrin dont il se servait dans ses tragédies péchait par une monotonie à laquelle il aurait désiré se soustraire, si la tradition ne l'en eût empêché.

14On peut en dire autant de Corneille. Les stances du Cid et de Polyeucte sont déjà un indice que l'uniformité du grand vers ne répondait pas à ses aspirations, mais qu'il la subissait parce qu'elle lui était imposée par les règles. Cependant, dès qu'il en aperçut la possibilité, il manifesta son esprit d'indépendance. Le moment qui lui parut propice fut celui où il écrivit Andromède. C'était une pièce à machines : à cause de cela, elle n'était pas soumise à la rigueur des lois qui régissent le poème dramatique. Elle comportait une partie chantée, dont d'Assoucy composa la musique. Sans oser rompre tout à fait avec l'alexandrin, Corneille usa donc du vers libre dans le prologue, dans les tirades récitées par les dieux, dans les « chœurs en musique » et dans les stances d'Andromède. C'était en 1650. Dix années plus tard, il renouvela sa tentative dans une autre pièce à machines, La Toison d'Or, représentée d'abord en Normandie, à Neufbourg, chez le marquis de Sourdeac, qui en avait fait les frais, mais que les comédiens jouèrent ensuite à Paris. La facture n'en est pas différente de celle d'Andromède. Seules sont en vers irréguliers quelques scènes du prologue, qui contient des stances libres, non assujetties au retour des mêmes mètres, puis les scènes où paraissent des dieux et des déesses, enfin les parties chantées dont un auteur inconnu avait composé la musique ; ailleurs règne encore l'alexandrin.

15Enfin, en 1666, Corneille se risqua à écrire en vers inégaux, et d'un bout à l'autre, une véritable tragédie. Ce fut Agésilas, qui succomba d'une chute lourde. « On prétend, dit Voltaire dans son Commentaire, que la mesure des vers qu'il employa dans Agésilas nuisit beaucoup au succès de cette tragédie. Je crois au contraire que cette nouveauté aurait réussi, et qu'on aurait prodigué les louanges à ce génie si fécond et si varié, s'il n'avait pas entièrement négligé dans Agésilas, comme dans les pièces précédentes, l'intérêt et le style ». Ici Voltaire fait certainement erreur, et c'est bien la versification qui fut cause, en majeure partie, de l'échec que subit le poète. Lui-même, dans le très bref avis au lecteur dont il a fait précéder son ouvrage, ne nous a rien dit de ses intentions, sans doute pour ne pas soulever des polémiques dangereuses. Il faut également relever qu'il a procédé avec une prudente modération, désireux à la fois de faire triompher une réforme à laquelle il tenait beaucoup, et de choquer le moins possible : il a été beaucoup moins hardi que ne le seront Molière et Quinault, puisqu'il a seulement mélangé des vers de huit syllabes et des alexandrins. On en jugera par cet échantillon :

Cotys
Quand on aime, on se fait des règles différentes.
Spitridate a du nom et de la qualité ;
Sans trône, il a d'un roi le pouvoir en partage ;
Votre Grèce en reçoit un pareil avantage,
Et le sang n'y met pas tant d'inégalité,
Que l'amour où sa sœur m'engage
Ravale fort ma dignité.
Se peut-il qu'en l'aimant ma gloire se hasarde
Après l'exemple d'un grand roi,
Qui tout grand roi qu'il est, l'estime et la regarde
Avec les mêmes yeux que moi ?
Si ce bruit n'est point faux, mon mal est sans remède ;
Car enfin c'est un roi dont il me faut l'appui.
Adieu, Seigneur : je la lui cède,
Mais je ne la cède qu'à lui. (III, 3)

16Le cruel échec qu'il subit ne l'encouragea pas à renouveler sa tentative dans une autre tragédie. Mais il récidiva en 1671 dans la tragédie-ballet de Psyché, où il eut pour collaborateur Molière et Quinault, et qui appartient à un genre beaucoup moins relevé qu'Agésilas.

  • 8 Molière, Mal. im., II, 6.
  • 9 Ph.-A. Becker, Zur Ceschichte àer Vers libres, p. 117.

17Molière de son côté, après qu'il eût fait usage du vers libre dans Amphitryon, s'abstint de persévérer dans cette voie, et revint au dodécasyllabe : « C'est la première comédie que Molière ait écrite en vers libres, remarque à ce propos Voltaire. On prétendit alors que ce genre de versification était plus propre à la comédie que les rimes plates, en ce qu'il y a plus de liberté et de variété. Cependant les rimes plates en vers alexandrins ont prévalu ». Après cet essai, le grand comique reprit la forme traditionnelle dans tout ce qui était comédie pure, sauf pour les intermèdes et les entrées de ballet, qu'on peut considérer comme des hors-d'œuvre. Cela ne l'empêchait pas de penser que le théâtre se serait bien trouvé de renoncer à la versification raide et uniforme qui desservait les comédiens parce qu'elle bridait leur liberté. Il en demeura convaincu jusqu'à sa mort. On s'en rend compte par les paroles que Cléonte adresse à Argan, dans Le Malade imaginaire, lorsqu'il entreprend de faire à Angélique une déclaration détournée : « Vous n'allez entendre chanter, dit le prétendant à son futur beau-père8, que de la prose cadencée, ou des manières de vers libres, tels que la passion et la nécessité peuvent faire trouver à deux personnes qui disent les choses d'eux-mêmes, et parlent sur le champ ». Si Molière interrompit si vite le cours de ses manifestations d'indépendance, c'est sans doute parce qu'il possédait déjà les moyens de combattre par d'autres procédés, qui ne relèvent pas de l'écrivain, mais de l'acteur, la lourdeur du mètre traditionnel, et que ces procédés, faute d'une réforme de facture qui aurait diminué la tyrannie de la césure et de la rime, lui assuraient tout de même une satisfaction suffisante. Nous aurons à revenir sur son cas. Du moins ce vaste mouvement auquel ont participé des écrivains de premier plan, un Corneille, un Molière, un Quinault et un La Fontaine, prouve que l'ancienne déclamation avait cessé de plaire à beaucoup de Français. Faut-il dire, avec Ph.-A. Becker9, qu'au milieu du xviie siècle, la question d'un bouleversement de la technique dramatique était devenue brûlante ? Pas tout à fait, et sans doute la formule dont il s'est servi est-elle trop générale. Mais ce qu'il y a de certain, c'est que la diction syllabique, presque dépourvue de rythme, avait fait son temps, et qu'elle devait être remplacée par un art moins emphatique, plus naturel, plus voisin de la langue parlée, que celui auquel, jusqu'alors, on avait été habitué.

Notes

1 Les deux textes de Sarasin et Le Petit sont cités par F. Gohin, p. 141-142, et le dernier par Ph. Martinon, Les Strophes, p. 64, n.

2 On connaît aussi des vers isométriques à rimes mêlées, mais ils ne portent pas le nom de « vers libres ».

3 Ph.-A. Becker, Zur Geschichte der Vers libres, p. 93.

4 En voici un exemple. C'est le premier vers qui ne rime avec nul autre :

Le temple d'amitié
Ouvre sans plus l'entrée
Du sainct temple d'Astrée :
Où l'amour qui m'ordonne
De la servir tousjours :
Comme jadis je luy donnay mes jours
Veut qu'ores jeluy donne,
Les tristes nuits
De mes ennuis. (L'Astrée, H, p. 301)

5 Vaugelas, T. I, p. 188 : « Il faut éviter les vers dans la prose autant qu'il se peut, surtout les vers alexandrins ... parce que leur mesure sent plus le vers que celle des vers communs, et que marchant, s'il faut ainsi dire, avec plus de train, et plus de pompe que les autres, ils se font plus remarquer... Que s'il y a deux vers de suite, dont le sens soit parfait en chaque vers, c'est encore bien pis, et si ces deux vers finissent, l'un par une rime masculine, l'autre par une rime féminine, le défaut en est encore plus grand, parce que cela sent davantage sa poésie ».

6 Menagiana, T. I, p. 144; cf. Molière, éd. des Gr. Écr., de Ad. Régnier, T. VI, p. 213.

7 Id., ibid., p. 210. Le P. Menestrier dit encore (p. 244) : « Les vers de ces compositions sont ordinairement lyriques, c'est-à-dire vers de chansons. Car quoi qu'il n'y ait point de vers qui ne se chantent, les vers lyriques, de mesures irrégulières, sont incomparablement plus propres pour le chant parce qu'ils ont plus de variété ».

8 Molière, Mal. im., II, 6.

9 Ph.-A. Becker, Zur Ceschichte àer Vers libres, p. 117.

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter