Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IV

 | 
Georges Lote

Livre deuxième. La Déclamation

Chapitre IV. La diction et le jeu des grands comédiens

Texte intégral

1Ce sujet n'est pas de ceux qui peuvent permettre de longs développements. Que savons-nous en effet ? Pas grand chose. Nous lisons bien qu'au xviie siècle Montfleury, Beauchâteau, Hauteroche, Jodelot, Poisson, Floridor, Mmes Beauchâteau, Poisson, des Œillets, d'autres encore, ont fait partie de la troupe de l'Hôtel de Bourgogne, qu'au théâtre du Marais Montdory a tenu les premiers rôles et que Horidor, qui a brillé aussi dans la maison rivale, y a été très applaudi, que les sieurs Bellefleur et Dorgemont y ont souvent beaucoup plu, et que Mlle Duclos, à la fin du règne de Louis XIV, a trouvé au Théâtre-français de fervents admirateurs. Nous avons conservé les noms de tous les artistes qui secondaient Molière au Palais-Royal. Du Croisy, La Grange, Brécourt, Béjart, La Thorillière, Mmes La Grange, du Croisy, du Parc, de Brie, pour ne citer que ces seuls noms. Mais nous sommes fort peu renseignés sur le talent de chacun d'eux. Nous le sommes davantage, sans grands détails pourtant, sur Molière lui-même, dont nous étudierons ailleurs les idées sur la déclamation théâtrale. Tout ce que nous connaissons d'eux, grâce aux travaux de chercheurs diligents comme G. Mongrédien, E. Cottier, E. Magne ou J. Lemoine, se réduit à leur biographie, pour quelques-uns mieux connue aujourd'hui qu'elle ne l'était autrefois, et à un nombre souvent considérable d'anecdotes.

  • 1 Les frères Parfaict, année 1680.
  • 2 Donneau de Visé, Les Nouvelles nouvelles, III, 246, cité par J. Lemoine.

2Le reste demeure dans le vague. Bellerose, nous déclare Tallemant des Réaux, « n'entendoit point ce qu'il disoit », et Baron, le père du grand Baron, « n'avoit point le sens commun », mais, ajoute-t-il, « si son personnage étoit celui d'un brutal, il le faisoit admirablement bien », ce qui signifie sans doute qu'il récitait avec une dépense de force que la situation légitimait parfois, mais qui, le plus souvent, était en contradiction avec le texte. En règle générale, tout se borne à des jugements sommaires et superficiels, qu'on trouve soit chez Chappuzeau, soit chez les frères Parfaict, ou dans les autres publications de l'époque. « On dit de lui, écrivent les frères Parfaict1 à propos du comédien La Heur, que c'est le premier acteur qui ait eu ce qu'on appelle des entrailles, c'est-à-dire l'art de se toucher pour toucher les autres ». Mais de quels moyens se servait-il pour arriver à ce résultat, voilà ce qui est passé sous silence. Les formules laudatives, très nombreuses, ne sortent jamais d'une parfaite banalité. Lorsqu'on représente en 1663 la Sophonisbe de Corneille, Donneau de Visé vante en ces termes la réussite de Mlle des Œillets, qui a incarné l'héroïne : « Ce rôle, qui est le plus considérable de la pièce, est joué par Mlle des Œillets, qui est l'une des premières actrices du monde et qui soutient bien la haute réputation qu'elle s'est acquise depuis longtemps. Je ne lui donne pas d'éloges, parce que je ne lui en pourrois assez donner ; je me contenterai de dire qu'elle joue divinement ce rôle, et au-delà de tout ce que l'on peut imaginer »2. En 1666, elle paraît dans l'Alexandre de Racine, et c'est alors Robinet qui, dans sa Gazette en vers, la couvre de fleurs :

Montfleury fait si bien Porus
Qu'il semble qu'il soit encore plus.
Et l'Axiane, sa maîtresse
S'y rend admirable sans cesse
En l'excellente des Œillets
Dont l'habit est fait à grands frais.

3Robinet est d'ailleurs tout aussi prodigue de louanges à l'adresse de Mlle Du Parc, quand celle-ci, en 1667, représente le personnage d'Andromaque dans la tragédie de Racine :

J'ay vu la Pièce toute neuve
D'Andromaque, d'Hector la veuve.
Qui, maint siècle après son trépas,
Se remontre pleine d'appas,
Sous le visage d'une actrice.
Des humains grande tentatrice,
Et qui, dans un deuil très pompeux,
Par sa voix, son geste et ses yeux,
Remplit, j'en donne ma parole,
Admirablement bien son rôle,
C'est mademoiselle du Parc.

4Tel est le niveau courant des appréciations portées sur les comédiens de l'époque classique : on ne peut s'empêcher de remarquer qu'ils reçoivent à peu près toujours les mêmes compliments et que ceux-ci, à force d'être répétés et d'être adressés indifféremment à tous, paraissent souvent dépourvus de sincérité. Pourquoi cette médiocrité critique et cette imprécision ? On peut se demander si les talents se ressemblaient à ce point qu'ils méritaient tous les mêmes louanges, ou s'il ne s'agissait là que de formules convenues, ou encore si les gazetiers étaient incapables d'une analyse plus poussée. D'aussi pauvres documents, pour les deux premiers tiers du xviie siècle, sont les seuls que nous ayons à notre disposition ; il faut vraiment reconnaître qu'ils se réduisent à peu de chose. On peut encore ajouter que, si l'on en fait la somme, ils sont relativement assez rares, indépendamment du très douteux intérêt qu'ils présentent. Il est probable que, dans les grands genres, la même médiocrité égalisait les talents, à peu d'exceptions près, de telle sorte que les mêmes éloges étaient valables pour tous. On doit pourtant remarquer qu'ils sont sensiblement plus fréquents lorsqu'il s'agit de parler des actrices, de telle sorte qu'ils semblent chaque fois s'adresser davantage à la femme qu'à l'artiste qui joue un rôle. En cette matière, il est bien difficile de se prononcer à coup sûr, mais une pareille hypothèse reste assez vraisemblable : les Français, assure-t-on, sont le peuple le plus galant du monde.

5Parmi les acteurs qui ont joui de la faveur du public, on distingue tout de suite deux groupes, les spécialistes de la farce, et ceux qui représentaient la tragédie ainsi que la haute comédie. Les plus intéressants et les plus voisins de ce qu'exige notre goût moderne sont certainement les premiers, dans les rangs de qui on rencontre quelques personnalités dont les noms tout au moins ont survécu. C'est d'abord le trio Gaultier-Garguille, Gros-Guillaume et Turlupin, qui fit les délices des habitués de l'Hôtel de Bourgogne avant que Corneille eût donné Le Cid. Gaultier-Garguille, comme ses deux confrères, aurait débuté par être garçon boulanger et avait d'abord établi ses tréteaux dans la rue de l'Estrapade. Sa biographie, et même son état-civil, nous sont assez mal connus, puisque certains le dédoublent en deux personnages différents, ce qui n'est guère admissible. Il était originaire de Séez en Normandie, nous dit-on, et s'appelait de son vrai nom Hugues Guérin. Il écrivait des farces aujourd'hui perdues. Sauvai, qui fut l'historien de Paris, nous a décrit son costume de théâtre : il portait une espèce de bonnet plat et fourré, une longue camisole qui lui descendait jusqu'au milieu des cuisses, une culotte étroite ; autour de sa taille était nouée une ceinture de laquelle pendait une gibecière et où il passait un gros poignard de bois. Il ne jouait jamais sans masque, à ce que prétend l'abbé de la Porte, et faisait plus particulièrement les rôles de vieillards ou de pédants ; il chantait et déclamait à dilater la rate des spectateurs, qui souvent ne venaient au théâtre que pour l'entendre. Affligé d'une grosse tête et de longues jambes, effroyablement maigre, son seul aspect excitait le rire. Ses deux acolytes, Gros-Guillaume et Turlupin, lui donnaient d'ordinaire la réplique. Le premier, selon Balzac, contrefaisait admirablement l'ivrogne et le Gascon, tandis que le second faisait les valets. Gros-Guillaume, exagérément ventru, le visage toujours enfariné, le flanc orné d'un large coutelas, était coiffé d'un bonnet rouge, tandis que Turlupin, un grand chapeau sur la tête, armé d'un sabre de bois passé dans sa ceinture, s'habillait d'un manteau-pèlerine très court. De ces trois bouffons, Gaultier-Garguille est le seul dont on nous dit qu'il a aussi joué des rôles de rois, le chef surmonté d'une couronne.

  • 3 Naturellement les lettrés ne cachent pas leur mépris pour un art aussi bas : « L'expérience, dit l (...)
  • 4 E. Magne, Gaultier-Garguille, p. 23.

6Un autre burlesque de la même époque est Tabarin, qui fut très applaudi pendant les premières années du xviie siècle. Il s'était établi sur la place Dauphine, près du Pont-Neuf. Il était vêtu d'une longue blouse de couleur verte et jaune et d'un large pantalon de la même étoffe, avec une épée de bois fort longue qui lui descendait le long de la jambe ; il était assisté de sa femme, dans un costume d'arlequine, et d'un nègre. Les badauds s'arrêtaient pour le voir et l'entendre, et tous les laquais de la capitale se donnaient rendez-vous devant son petit théâtre3. Il faut aussi nommer Des-lauriers, dit Bruscambille, l'auteur des Facétieuses Paradoxes, qui avait longtemps parcouru la province. Lui aussi était un personnage pittores-que : « Bruscambille, dit E. Magne4, c'est la joie exubérante de sourires, de grimaces et de mots. Il est toujours et partout en mouvement, bouffon terrible, audacieux, cynique, décochant d'injurieuses et obscènes vérités au public qu'il amuse. Pour susciter le rire de la canaille, il s'affuble, sur la scène, d'un étrange costume culinaire, marmite pour casque, lèchefrite ornée d'andouilles et de saucissons pour plastron, broche garnie de poulardes et chapons en guise de hallebarde. Ainsi travesti en chevalier de taverne, il débite ses prologues ».

7Quand Gros-Guillaume, Gaultier-Garguille et Turlupin eurent disparu de la scène, ils furent remplacés à l'Hôtel de Bourgogne par Gringalet, Guillot-Gorju et Goguelu, dont nous ne savons rien, sinon que le second, de son vrai nom Bertrand Hardouin de Saint-Jacques, avait été soit médecin, soit apothicaire à Montpellier, puis avait voyagé avec un charlatan avant de débuter en 1634 à Paris, où il ne fit le métier de comédien que pendant huit ans. En somme, les seuls renseignements positifs que nous ayons sur les bouffons qui firent les délices des Parisiens pendant les règnes de Henri IV et de Louis XIII, c'est ce qu'on nous dit de leur costume, qui était de la plus haute fantaisie. Nous en pouvons conclure à la complète indépendance de leur déclamation, libre et débridée, ce que nous confirment d'ailleurs les polémiques de Bruscambille, dirigées sans aucun respect contre ses confrères les acteurs de tragédies. Eux seuls ne s'embarrassaient ni de la tradition ni des règles ; eux seuls se souciaient de mettre dans leur diction une variété qui la faisait briller des contrastes les plus vifs. Habitués à la prose, ils ne croyaient pas que le vers fût d'une essence spéciale, ni qu'il fût jamais permis de sacrifier le sens pour la césure et la rime, ni que les mots dussent disparaître dans les modulations d'une psalmodie grise et uniforme. Ils sont les ancêtres des comédiens modernes, qui n'auront besoin que de reprendre leurs procédés, en y adjoignant les notes graves, émues et tendres que les rôles de ces bouffons leur interdisaient.

8Un large fossé séparait leur manière de celle qui caractérisait les grands maîtres de la scène, spécialisés dans la tragédie, la tragi-comédie, la pastorale et la haute comédie. Cependant, que dire de Bellerose, qui joua certains grands rôles du théâtre de Corneille, et dont la déclamation nous a été dépeinte comme ampoulée et fausse ? Que dire de Beauchâteau, qui a représenté le personnage du Cid, mais dont Boileau a déclaré à Brossette que c'était un exécrable comédien ? Que dire de tant d'autres qui ont fait partie de la troupe du Marais ou de celle de l'Hôtel de Bourgogne ? Nous ne connaissons guère que leurs noms, mais point du tout leur art et, des contemporains de Molière, nous ne savons que ce qu'il nous en a révélé dans L'Impromptu de Versailles, peut-être avec une certaine malveillance, mais peut-être aussi en des termes très véridiques. Il n'y a guère que sur Montdory, Floridor et Montfleury que nous soyons quelque peu renseignés, mais si pauvrement encore que nous ne voyons pas bien en quoi ils se distinguaient de leurs très médiocres comfrères, ni en quoi ils leur étaient supérieurs. On peut aussi relever comme un indice favorable que Molière n'a critiqué ni Floridor, ni Mlle des Œillets ; mais cette réserve peut s'expliquer par des considérations personnelles, qui n'auraient rien à voir avec le talent réel ou l'absence de talent de ces acteurs.

9Guillaume Desgilberts ou, mais moins bien sans doute, Dosgilberts, dit Montdory, était né à Thiers, en Auvergne, en 1594, et mourut vers 1654. Il fit d'abord partie d'une troupe de campagne, celle de Le Noir, et joua assez longtemps en province ; il s'établit ensuite à Paris, où il créa Mâite de Corneille en 1629 ou 1630, puis Le Cid quelques années plus tard. Il était doué d'un physique imposant, nous dit Tallemant, comme il convient à un héros. Les frères Parfaict accordent que sa physionomie plaisait, qu'il avait un organe émouvant et « beaucoup d'entrailles ». Balzac a fait de lui le plus bel éloge : « Mais il est vrai, a-t-il écrit à Boisrobert dans une lettre du 3 avril 1635, que la grâce dont il prononce donne un degré de bonté aux vers, qu'ils ne peuvent recevoir des poètes vulgaires. Ils ont donc quelquefois plus d'obligation à celuy qui les récite qu'à celuy qui les a faits ; et ce second pere, pour le dire ainsi, les purge par son adoption de tous les vices de leur naissance. Le son de sa voix accompagné de la dignité des gestes, annoblit les plus communes et les plus viles conceptions. Il n'est point d'âme si bien fortifiée contre les objets des sens, à qui il ne fasse violence, ni de jugement si fin, qui ne se puisse garentir de l'imposture de sa parole. De sorte que s'il y a en ce monde quelque félicité pour les vers, il faut advouër qu'elle est dans sa bouche et dans son récit : et que, comme les choses y prennent l'apparence du bien, les bonnes y trouvent leur perfection ».

  • 5 Cf. supra, p. 244.

10À ces phrases cherchées et alambiquées, il faut encore ajouter quelques lignes que lui consacra Tristan, qui lui était reconnaissant d'avoir assuré en 1636 le succès de sa Mariane, où il jouait le rôle d'Hérode : « Jamais homme, écrivit-il l'année suivante dans la préface de Panthée, ne parut avoir plus d'honneur sur la scène ; il s'y fait voir tout plain de la grandeur des passions qu'il représente : et comme il en est préoccupé luy-mesme, il imprime fortement dans les esprits tous les sentiments qu'il exprime. Les changemens de son visage semblent venir des mouvemens de son cœur : et les justes nuances de sa parole, et la bien-seance de ses actions, forment un concert admirable qui ravist tous les spectateurs ». Mais tous ces détails ne nous montrent pas un acteur très différent de ceux qui se faisaient entendre alors. Montdory déclamait avec emphase, ce que reconnaît en somme Balzac, qui, dans une autre lettre du 15 décembre 1636, à lui personnellement adressée, l'a félicité pour l'impression de majesté qu'il faisait sur ceux qui recouraient et sur le ton de commandement qu'il savait prendre, à quoi ne contredit pas le témoignage de Tristan. Montdory, en bon héros de théâtre, déclamait d'une manière ampoulée et hurlait ses rôles : on n'a pas oublié que c'est en prononçant les imprécations d'Hérode5 qu'il fut frappé de l'attaque d'apoplexie dont il mourut quelque temps après. C'est tout ce que nous savons de lui.

  • 6 Rollin, La Manière d'enseigner et d'étudier les Belles-Lettres, 1731, T. IV, p. 617.
  • 7 S'agit-il de Lenglet-Dufresnoy ? Mais il n'est mort qu'en 1755.

11Floridor lui aussi, en ce début du xviie siècle, s'était fait au théâtre une grande réputation. Il ne mourut qu'en 1671 ou 1672, après avoir joué dans de nombreuses tragédies de Corneille, telles qu'Horace et Cinna, et après avoir fait le personnage d'Alexandre dans la pièce du même nom de Racine, et celui de Titus dans Bérénice. Né gentilhomme, ayant servi comme officier dans l'armée pendant un certain temps, Josias de Soulas prit le nom de Floridor quand il commença sa carrière dramatique. Il avait sur son art des idées qu'il serait très intéressant de connaître, et qu'il avait entrepris, paraît-il, d'exposer à ses contemporains. En effet Rollin6, en mentionnant les traités de rhétorique de Quintilien et de Cicéron, ajoute quelques lignes qui piquent vivement notre curiosité : « Il y en a un autre en français, dit-il, mais manuscrit, qui vient du fameux M. Lenglet7, qui excelloit dans l'art de prononcer, encore plus que dans le reste ». Cette phrase s'accompagne d'une note qui est la suivante : « M. Lenglet tenoit ce traité d'un célèbre acteur de son temps, Floridor ». Mais l'ouvrage dont il s'agit dans ce passage n'a jamais été publié et semble perdu. On ne peut qu'en éprouver un très grand regret, à cause de la célébrité que s'était acquise son auteur. Nous y aurions sans aucun doute trouvé des précisions sur la manière dont il concevait ses rôles et sur sa propre déclamation, tandis que nous sommes obligés de nous contenter de quelques phrases trop vagues, et généralement sans portée, que lui ont consacrées ses contemporains.

  • 8 Cité par G. Mongrédien, p. 141.

12Scarron l'a accusé de froideur, et Tallemant s'est montré sévère pour lui, tandis qu'au contraire Constantin Huyghens, dans ses lettres à Corneille, l'a traité d'admirable artiste. Il a joué à Londres et dans les Pays-Bas, avec un immense succès ; mais cela ne nous prouve pas qu'il ait été en possession d'une originalité exceptionnelle. Faut-il conclure de l'appréciation de Scarron qu'il évitait la boursouflure et que sa diction était moins emphatique que celle de ses confrères ? Mais sa simplicité n'aurait pas été d'accord avec le goût de son époque pour les tons exagérés et la véhémence qui provoquaient les applaudissements des galeries. Même en admettant qu'il ait rabaissé de quelques degrés la dépense de force qui plaisait au public d'alors, cela laisserait encore subsister le lourd syllabisme du vers et son impitoyable mélodie circonflexe. C'est Donneau de Visé qui nous en dit le plus long sur son talent, en un passage des Nouvelles nouvelles daté de 1663, comme il venait de faire le rôle de Massinisse dans la Sophonisbe de Corneille : « C'est M. de Floridor qui le représente, qui a un air si dégagé et qui joue de si bonne grâce que les personnes d'esprit ne se peuvent lasser de dire qu'il joue en honnête homme. Il paroît véritablement ce qu'il représente, dans toutes les pièces qu'il joue. Tous les auditeurs souhaiteroient de le voir sans cesse, et sa démarche, son air et ses actions ont quelque chose de si naturel, qu'il n'est pas nécessaire qu'il .parle pour attirer l'admiration de tout le monde ... Il y a longtemps qu'il est au-dessus de l'envie et que tout le monde avoue que c'est le plus grand comédien du monde et un des plus galants hommes et de la plus agréable conversation »8. Mais avec tout cela on ne va pas très loin, et il est difficile de se faire une opinion. Le mot de "naturel", qu'emploie Donneau de Visé, et qu'il applique d'ailleurs à autre chose qu'à la déclamation, ne peut avoir qu'un sens très relatif, eu égard à l'époque ; il a d'ailleurs ce privilège d'avoir servi pendant toutes les périodes de notre littérature, et toujours pour désigner des choses très différentes. A. Régnier, dans son édition de Molière, à propos de L'Impromptu de Versailles, n'a pas cru que Floridor n'ait point partagé les défauts de la déclamation à la mode, ni qu'il n'ait point prêté aux critiques que le grand comique formulait contre les acteurs de l'Hôtel de Bourgogne. Tout ce dont on peut être assuré, c'est qu'il avait beaucoup de distinction dans les manières, la taille élancée qui convenait à un roi de tragédie, un bel organe souple et sonore. À le dire, on ne court sans doute aucun risque de se tromper, mais il serait téméraire d'aller au-delà.

  • 9 Molière, dans L'Impromptu de Versailles, 1, y a fait également allusion : « Et qui fait les rois p (...)

13L'angevin Zacharie Jacob, dit Montfleury, nous est surtout connu par la lettre injurieuse que lui adressa Cyrano de Bergerac dans un jour de colère et par le rôle que lui a fait jouer E. Rostand quand il a porté à la scène la biographie romancée de cet écrivain gascon. Il était gros comme une tonne, obèse autant que Gros-Guillaume lui-même, et c'est de cette corpulence bouffie que Cyrano s'est moqué avec une âpre fureur9 : « Si je descends de mes regards jusqu'à vostre bedaine, lui a-t-il grossièrement écrit, je m'imagine voir Sainte Ursule qui porte les onze mille vierges dans son manteau, ou le cheval de Troye farcy de quarante mille hommes. Mais je me trompe ; vous estes quelque chose de plus gros, ma raison trouve bien plus d'apparence à croire que vous estes une louppe aux entrailles de la nature, et qu'il ne sçauroit en un jour échigner qu'une de vos omoplates, que je me veuille reposer de vostre mort sur le bourreau ? » On nous a dit aussi que Montfleury soutenait son ventre par un cercle de fer, tandis que Gros-Guillaume l'encadrait entre deux solides ceintures. Quand nous avons appris ces détails, nous ne sommes guère avancés dans la connaissance du comédien et de son art, et il faut décidément chercher autre chose.

14Mais que reste-t-il ? Presque rien. Nous n'ignorons pas pourtant que Montfleury a tenu les rôles d'empereurs et de rois et joué les personnages principaux des tragédies et tragi-comédies de Corneille, Rodogune, Théodore, Héraclius, Don Sanche, Nicomède, Pertharite, Œdipe, Sertorius, Sophonisbe, Othon ; qu'il a été Porus dans Y Alexandre de Racine et Oreste dans Andromaque ; enfin en lisant L'Impromptu de Versailles, nous voyons que Molière a critiqué la façon dont il déclamait les vers de Nicomède, et incriminé le ton démoniaque qu'il prenait pour dire les choses les plus simples. Il eut un fils, auteur dramatique, dont les œuvres furent rééditées en 1739. Mais c'est à lui assurément que pensait l'auteur du compte rendu qui parut dans le Mercure de France, à propos de cette publication, au mois d'août de la même année : « On ignoroit alors au théâtre, y est-il écrit, l'art de parler en récitant des vers tragiques : le spectateur étoit séduit par une prononciation cadencée qui tenoit plus du chant que de la déclamation ; l'acteur ne savoit émouvoir qu'en outrant les sentiments ; la simple nature, ornée uniquement des grâces nécessaires pour l'embellir sans la défigurer eût paru froide ; l'art n'étoit peut-être pas parvenu à ce degré de perfection d'imiter exactement la nature ; le goût n'étoit pas assez sûr, assez éclairé pour ne se plaire qu'à cette imitation exacte ». Evidemment Montfleury fut l'un des représentants les plus parfaits de l'école de la véhémence à laquelle se rattachent tous les acteurs de tragédie avant 1660, sauf un certain nombre de ceux qui faisaient partie des troupes de campagne. On n'a pas oublié qu'il mourut des efforts qu'il avait faits en jouant la scène des fureurs d'Oreste. Nous n'en savons pas davantage, et c'est de cela que nous devons nous contenter.

Notes

1 Les frères Parfaict, année 1680.

2 Donneau de Visé, Les Nouvelles nouvelles, III, 246, cité par J. Lemoine.

3 Naturellement les lettrés ne cachent pas leur mépris pour un art aussi bas : « L'expérience, dit le P. B. Lamy, fait connoître que le peuple a une passion très ardente pour ce qui s'appelle Spectacle, c'est-à-dire pour les choses extraordinaires qui font de grandes impressions sur les sens, et qu'indifféremment il regarde avec curiosité ce qui luy semble nouveau. Qu'un homme aille par les rues vêtu d'un habit moitié jaune, moitié vert, il fera sortir tous les artisans de leurs boutiques, qui le considéreront avec une attention merveilleuse. Cela vient d'une folle curiosité, qui fait rechercher la connoissance de tout ce qui se présente sous une figure nouvelle, avant que d'examiner s'il y a quelque utilité ou nécessité de le connoître. C'est cet amour que le peuple a pour les spectacles qui fait qu'un homme sur le théâtre luy paraît bien plus digne de ses regards que lors qu'il est à terre. Si ce théâtre a des décorations ; si celuy qui est dessus est vêtu d'habits extraordinaires, soit par la façon, soit par la prise ; s'il fait des postures qui ne sont pas communes ; s'il dit des plaisanteries avec une mine niaise ; s'il imite naïvement quelque action magnifique ou ridicule, et qu'il accompagne ses gestes de paroles, alors l'on ne peut exprimer la joye de la populace » (Nouv. Réfl., p. 167).

4 E. Magne, Gaultier-Garguille, p. 23.

5 Cf. supra, p. 244.

6 Rollin, La Manière d'enseigner et d'étudier les Belles-Lettres, 1731, T. IV, p. 617.

7 S'agit-il de Lenglet-Dufresnoy ? Mais il n'est mort qu'en 1755.

8 Cité par G. Mongrédien, p. 141.

9 Molière, dans L'Impromptu de Versailles, 1, y a fait également allusion : « Et qui fait les rois parmi vous ? —Voilà un acteur qui s'en démêle parfois. —Quoi ? ce jeune homme bien fait ? Vous moquez-vous ? Il faut un roi qui soit gras et gros comme quatre, un roi, morbleu, qui soit entripaillé comme il faut, un roi d'une vaste circonférence et qui puisse remplir un trône de la belle manière ».

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter