Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IV

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Le syllabisme et le Rythme

Chapitre IV. Un premier débat franco-néerlandais : le prêtre ban

Texte intégral

1Les Pays-Bas, au milieu du xviie siècle, étaient l'un des centres intellectuels les plus actifs de l'Europe, un pays de libre culture qu'illustraient ses universités et ses savants, et où s'étaient fixés bon nombre de grands esprits venus du dehors, tous désireux de participer aux bienfaits d'une civilisation brillante. Dans ces milieux cosmopolites, on entretenait des relations avec la France, l'Angleterre, l'Allemagne occidentale et même l'Italie ; aucune des grandes questions d'ordre scientifique, littéraire ou artistique qui se posaient alors n'y passait inaperçue. Descartes était venu s'y établir en 1629 et il y resta pendant vingt ans, d'ailleurs en diverses résidences successives. Il n'avait pas oublié ses amis français, parmi lesquels le P. Marin Mersenne, de l'ordre régulier des Minimes, avec lequel il était en commerce d'idées. Il avait fait la connaissance de Constantin Huyghens, érudit aux tendances encyclopédiques, que nous retrouverons plus loin, et qui lui-même entretenait une vaste correspondance avec les hommes les plus distingués de l'Europe entière. Il était également lié avec le héros de cette histoire, un prêtre hollandais nommé J.-A. Ban, qui avait latinisé son nom, selon une mode alors très répandue, et qui signait Bannius. Ce Bannius habitait Harlem, et Descartes aux environs de 1640 se trouvait être son voisin, car il s'était transporté à Egmond.

  • 1 A. Pierro, Descartes et la Musique, p. 109 sq.
  • 2 Le P. Mersenne, Harmonie universelle, VI, 3,11.
  • 3 Descartes, Correspondance avec Huyghens. Cf. p. 290-298. Il s'agit d'un mémoire que Descartes avai (...)

2La physique conduit à la musique, et la musique à la philologie. On voit donc comment tous ces hommes ont pu nourrir des préoccupations identiques1, y compris Bannius, bel esprit et dilettante, qui avait des théories sur la musique et qui se posait en réformateur. Celui-ci, en octobre 1638, avait écrit à Mersenne, avec qui il était entré en rapport, par l'intermédiaire du grand philosophe français et de C. Huyghens, pour lui exposer son programme : « Unicus mens scopus est musicam a catholicâ, apostolicâ et romanâ ecclesiâ instituere, vel restituere, eo modo ut vox legenti quam cantanti vicinior apparens (quod olim sancti Patres volebant) et in concentum multipliciter veniens, justa verborum ac syllabarum pronunciatione, per necessaria intervalla, non casu assumpta exque numero ac tempore musicali, accentui oratorio aptatis, distincta, aures sensibiliter et animum intelligibiliter afficiat. Quod hactenus ubique desideravi ». Quand Bannius parle ainsi d'accent oratoire, il ne s'agit encore que de l'expression, non pas des toniques, qui n'interviendront dans le débat qu'à une date plus tardive, quand ce débat lui-même aura été soulevé. En ce qui concerne les toniques, je dois dès maintenant indiquer que les amis français du prêtre hollandais, même le P. Mersenne et Descartes, sont beaucoup moins renseignés que lui: ils le sont même beaucoup moins qu'un grand nombre de nos grammairiens. Sous la plume du P. Mersenne, le mot d'accent ne désigne que les modalités de la parole, le passage de l'aigu au grave, du grave à l'aigu, le fait qu'on articule avec véhémence ou d'une voix faible : « L'accent dont nous parlons icy, écrit-il2, est une inflexion ou modification de la voix, ou de la parole, par laquelle l'on exprime les passions et les affections naturellement ou par artifice ». Il ne se sert d'ailleurs de ce terme qu'à propos de la musique ou de textes chantés. Quant à Descartes, il écrira à Bannius, en 1640, ce qui suit : « Quae de accentibus verborum donner, funeste, et aliorum scribis, ignosce nostris si ea non admittant, nec se ab extraneo in sua lingua doceri sinant, in qua nempe syllabas quidem unas longiores, alias breviores agnoscimus, sed nullos accentus qui vocis sonum attollere vel deprimere jubeant, atque ideo acuti et graves sint appellandi ; aut certe, si qui sint, mille modis illi in unoquoque vocabulo pro ratione locorum in quibus usurpatur possint mutari »3. En d'autres termes, Descartes admet qu'il existe en français des quantités métriques, mais point d'accents qui forcent la voix à s'élever ou à s'abaisser, c'est-à-dire que dans l'accent il ne fixe son attention que sur la hauteur musicale, sans tenu-compte de la durée et de l'intensité. Au surplus, il dénie à un étranger le droit d'avoir une opinion sur un sujet où seuls les Français peuvent prétendre à quelque compétence.

  • 4 A. Pirro, p. 107.

3À l'époque où ces érudits se livrent à ces échanges d'idées, la question pour laquelle ils manifestent tant d'intérêt est à l'ordre du jour. En Italie, dès les premières années du xviie siècle on s'est remis à étudier, avec plus d'ardeur que jamais, de quelle manière on pourrait assurer la collaboration si désirée entre les musiciens et les poètes. À Florence, le comte Bardi s'est mis à la tête de ce mouvement en se recommandant de l'autorité de Platon, à qui l'on doit, au troisième livre de sa République, cette indication que la musique consiste dans l'union des paroles, de l'harmonie et du rythme. Donc l'harmonie détermine le rapport des sons aigus et graves et du texte versifié avec le rythme, dans lequel il faut voir une succession ondulante de brèves et de longues. Giovanni Bardi, appelé à Rome en 1592 par le pape Clément VII, adresse de cette ville à son ami le musicien Caccini son Discorso sopra la musica antica e il cantar bene, dans lequel il résume les discussions auxquelles ils s'étaient livrés ensemble. Rien de définitif n'était d'ailleurs sorti de ces conversations prolongées. Elles avaient soulevé pourtant un intérêt assez vif pour que leur souvenir ne fût pas encore éteint. Doni, auteur de Deux traictez sur la musique qui sont conservés à l'état manuscrit à la Bibliothèque nationale et qui sont datés de 1640, y vante les chanteurs « qui sont sortis de la bonne escole de Florence, où a commencé l'exacte prononciation de la lettre et de toutes ses appartenances, comme la diversité des longues, des brièves, des accents »4. Doni était en correspondance avec le P. Mersenne, dont les suffrages allaient à la musique italienne, jugée par lui plus variée et plus passionnée que la musique française.

  • 5 Préface, p. LXXX et LXXVI.
  • 6 Ms. n° 3696. À ce mémoire est joint un résumé en français qui a été revu par Bannius lui-même.

4Toutes ces circonstances étant désormais connues, il n'y a plus qu'à exposer la querelle. Elle naît en 1640, à propos de vers français de l'académicien Habert de Cerizy, pour lesquels le compositeur Boësset, qui jouissait alors d'une grande réputation, avait déjà écrit une mélodie, et qui furent communiqués à Bannius. Quelle meilleure occasion pouvait s'offrir à celui-ci de mettre en lumière la valeur de ses théories, et de montrer que les musiciens français, mauvais connaisseurs des possibilités que leur offrait leur langue, se trompaient lourdement quand il s'agissait d'allier leurs notes avec un texte qui leur était proposé ? Bannius, le 5 mai, élabora son chef-d'œuvre et le communiqua à ses amis français, ce qui fut le point de départ d'une controverse assez passionnée. Les deux mélodies, celle de Boësset et celle du prêtre de Harlem sont contenues dans le volume intitulé Correspondance et œuvres musicales de Constantin Huygens, publié par W.J.A. Jonckbloet et J.P. Laad5, où l'on trouvera par ailleurs à peu près tous les documents intéressants. Il faut pourtant y ajouter un mémoire manuscrit adressé par Bannius à une femme de grand renom, Anne-Marie de Schürmann, érudite et musicienne, née à Cologne mais qui vivait à Paris et qu'il appelle « heroine incomparabilis ». Ce mémoire est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque Mazarine6 et résume les arguments de l'auteur.

5Le texte mis en musique par Boësset est identique à celui sur lequel a travaillé Bannius, à une différence près, dans le premier vers, où on lit chez Boësset : trop aimable inhumaine et, chez Bannius : insensible Chimaine. Je les transcris, avec la leçon de Boësset, et aussi avec les accents, tels que les a notés le prêtre hollandais après les avoir lus, selon l'idée logique qu'il se formait de leur rythme :

Me veus tu voir mourir, trop aimable inhumaine ?
Viens donner à tes yeux ce funeste plaisir !
L'excéz de mon amour et celuy de ta haîne
S'en vont en un moment contenter ton desir.

Mais au moins souviens toy cruelle,
Si je meurs malheureux, que j'ay vescu fidelle.

  • 7 p. 20.
  • 8 Ibid., p. 9.
  • 9 Je cite encore, ibid., p. 10 : « Accentus ipsis verbis syllabisque inscripsi quorum ope hi versus (...)
  • 10 On trouvera des échantillons de sa musique vocale dans le volume Correspondance et œuvres musicale (...)

6Il y a oublié une césure et marqué, aux quatrième, cinquième et sixième vers, quatre déplacements oratoires de l'accent, mais le dernier lui a semblé assez maladroit car, dans son mémoire à Marie-Anne de Schürmann7, il a corrigé malheureux en malheureux. « Ut hi versus recte ab auditoribus intelligantur, dit-il8, necesse est eosdem accurate recitari ; et nativis accentibus, nimirum pronunciationi vocis assae propriis, acuto, gravi, aut circumflexo praelegi oportet. Quamobrem accentus singulos singulis verbis pro meo judicio (errror si quis est, Batavo ignoscendus) adscripsi. Et jure omnes Galli exteros reprehenderent, si in accentu, quo saepius verbi significatio mutatur, peccaverint. Verum enim vero si eadem verba, et versus, modulatione musica recitanda fuerint, majus profecto peccatum erit, accentum in modulatione, quam in voce assâ, non servasse. Quando-quidem rationem accentuum sola musica docet, primario quidem et perfec-tissimo intervallo observanda, deinde etiam numéro temporis, qui notulis longioribus breviori busqué describitur ». Les idées de Bannius sont saines : il veut que les toniques découpent le vers selon les fragments du sens, afin que celui-ci soit bien compris ; il reconnaît à l'accent une valeur musicale, mais aussi une valeur temporelle, et veut qu'il soit noté plus exactement encore dans le chant que dans la diction simple, où la voix n'est pas soutenue par la musique. S'il manifeste de telles préoccupations9, c'est qu'elles lui sont habituelles et en latin et en néerlandais, ainsi que nous pouvons le constater par un certain nombre de mélodies composées par lui pour des poèmes écrits en ces deux langues10. Pourtant il n'est pas sans inquiétude, et il présente sa tentative avec une certaine modestie : il n'est qu'un humble Hollandais ; comment d'orgueilleux Français, jaloux de leur supériorité en fait de langue et qui se croient infaillibles, vont-ils accueillir une pareille manifestation d'audace ?

  • 11 Les indications du manuscrit n'ont pas permis d'identifier ces exemples.
  • 12 * Les indications du manuscrit n’ont pas permis d’identifier ces exemples.

7Ils l'accueillent assez mal. Le débat ne porte d'ailleurs que sur l'expression, mais on donne tout de suite la préférence à la façon dont Boësset a traité son texte. Bannius l'a critiqué en lui reprochant des modulations erronées : « La derniere silabe de donner, a-t-il dit, doit avoir l'accent aigu, aussi bien que la seconde syllabe de funeste en haussant, au lieu qu'en abaissant elles ont l'accent grave ; joinct que l'indignation ne se représente pas en abaissant, mais en haussant la voix ». Il l'a blâmé d'avoir procédé « casu, non ex certa scientia », notamment à propos du mot cruelle, de l'avant-dernier vers. Boësset a écrit*. Bannius aurait au contraire voulu * ou *. Cette note aigue sur la syllabe féminine de cruelle lui semble extravagante, absurde et presque monstrueuse. Il condamne également les inflexions qui soutiennent le mot mourir, celles qui marquent les mots amour et haine, insuffisamment mis en relief. Enfin, dit-il, « le mot excez devoit estre exprimé en haussant la dernière sillabe par une minime ou semi-breve, au lieu qu'elle laisse et finit par une noire ; de mesme, la derniere d'amour devoit se hausser pour avoir son accent ». Tandis que Boësset avait écrit11, il propose donc*12.

  • 13 Ibid., p. lxxxiii.

8Descartes prend aussitôt position et approuve sans réserve Boësset qui, à son avis, a donné au mot cruelle sa juste intonation : « Et ob eamdem causam syllabae vocabuli cruelle pulcherrimae gradatim elevantur et producuntur, quia effertur in vocativo, et moris est, cum voce debili et querula aliquem vocamus, ut ejus nominis posteriores syllabas acuamus, et etiam contra ipsam naturam, producamus, ut scilicet facilius et diutius audian-tur. Neque putandum est in iisdem syllabis eosdem semper accentus esse retinendos, sed pro diversitate affectum et temporum saepe mutandos ». Erreur complète : jamais en effet la finale féminine d'un mot ne reçoit une intonation aiguë par rapport à la syllabe accentuée antécédente. À son tour le P. Mersenne prononce, après avoir pris connaissance des objections que Bannius a opposées à Boësset. Dans une lettre adressée à Huyghens le 21 novembre 1640, il reproche au prêtre hollandais de ne rien comprendre à l'accent français, qui a cent manières de s'exprimer. Il approuve les inflexions qui soulignent les mots donner et funeste dans l'air de Boësset et, avec une certaine hauteur, déclare que lui-même a dit sur les rapports de la parole et du chant tout ce qu'il importait de savoir : « Il y a une autre chose à considérer dans les airs, à sçavoir le temps, ou la mesure des sillabes de chaque diction, dont j'ai discouru si amplement dans la quatrieme partie de l'embellissement des chants, que j'appelle Rythmique, qu'il n'est pas necessaire d'y adjouster ; et laquelle peut parfaitement servir pour les estran-gers, qui ne sçavent pas la quantité de nos sillabes »13. Quant à Constantin Huyghens, il est de l'avis de ses amis français et, le 19 janvier 1641, il écrit à Boësset pour l'approuver et le féliciter ; dans cette lettre il censure Bannius : « Les règles d'ailleurs qu'il pretend de prescrire sont, à mon advis, si esloignées de raison que, quand je n'auroy pas veu le mauvais essay qu'il vous en a envoyé, je ne lairroy pas de les rejetter aveq vous ».

9Il y a pis encore. Le 6 décembre 1640, un personnage qui n'a pas été identifié est intervenu dans le débat par un court mémoire intitulé Jugement d'un Trésorier général sur la Lettre de M. Bannius, dans lequel l'infortuné

  • 14 Ibid., p. XCL.

10Hollandais est affreusement malmené pour n'avoir rien compris à la juste expression qu'il convenait de donner à des vers écrits dans notre langue : « Il s'attache toujours par trop à vouloir exprimer la signification d'un mot, ou diction prise toute seule en son particulier, et destachée de tout le reste du discours, sans considerer en general quelle passion, ou affection, ou quelle substance resulte et paroist de toute la periode, ou du vers, ou du discours tout entier. Comme par exemple, pour exprimer ce mot mourir ou bien cruelle, il veut que le premier soit exprimé par des notes graves, et ravalées breves, et courtes, pour ce qu'il dit qu'un home mourant a la voix basse, et defaillante, et pour ce ne veut que l'on y face aucune repetition, comme si la mort venoit tout à coup, et que deslors, au premier instant on perdist toute force, et haleine. Quant au second mot, cruelle, il voudroit aussy faire exprimer une cruauté toute pure, en sa dureté naturelle, comme si le tout ensemble pris et considéré n'estoit point une complainte et langueur attraiante et amoureuse, plustost qu'une mort cruelle et sanglante, avec indignation, colere, menace ou vengeance, comme une tragedie. Ce qui montre bien que le sieur Bannius ne possède pas la vraye phrase, douceur, force, et maniere de parler de la langue et poésie française ». Cette question une fois examinée, le Trésorier Général passe à celle de l'accent et lance à nouveau des pointes acérées contre l'imprudent étranger qui a eu la prétention d'émettre un avis à ce sujet : « On demanderait volontiers comment et en vertu de quoy M. Bannius, Hollandais, s'est entremis de vouloir accentuer la langue françoise, qui ne l'a jamais esté, du moins en la plus-part de ses dictions, et nous la faire prononcer, accentuer et chanter autrement que nous n'avons accoustumé. Cela monstre bien que luy qui est latin, n'a pas l'esprit, l'air, la douceur et la phrase françoise, car bien que nostre langue derive beaucoup de la grecque et latine, neantemoins elle quitte leur rudesse, qu'il peut y avoir en leur prononciation ... De sorte que, pour estre maîstre de la françoise, et la bien posseder comme il faut, il est absolument necessaire de verser en France avec les polis et mieux disans. Ce que le sieur Bannius tesmoigne n'avoir aucunement. Mais au contraire ne plus ne moins qu'un pedant de college et qui ne hante pas le monde, ne con-noist que son latin, de mesme le sieur Bannius s'attache par trop à la quantité et aux accents des mots qu'il a accentuez a sa fantaisie. Ce que l'on n'observe pas tousjours et partout en français, mais seulement en quelques rencontres, selon le jugement, la raison et la douceur de l'oreille »14.

11Bannius, en ce qui concerne l'expression, maintiendra son point de vue dans une lettre à Huyghens qui figure en tête du mémoire adressé à Anne-Marie de Schürmann, ainsi que dans ce mémoire lui-même. Sa musique "flexanime", pour répéter le nom dont il la décore, s'efforce de n'être ni lâche, ni vague ; elle veut rendre par une judicieuse utilisation des tons, les divers sentiments qui agitent le cœur humain, la douleur, la colère ou la joie, selon les indications fournies par le texte que doit traiter le compositeur ; si les passions sont douces, de faibles intervalles suffisent ; si elles sont véhémentes, les écarts seront d'une quarte, d'une quinte ou d'une sixte majeure : il a fait attention à tout cela pour rendre le me veux-tu, le voir, le mourir que lui proposaient les vers de Habert de Cerizy.

  • 15 Ibid., p. C.
  • 16 Cela ne l'empêche pas de reconnaître qu'ils désignent du nom de "quantité" les différences de long (...)

12Cependant les attaques du Trésorier Général l'ont profondément blessé. Il bondit sous l'outrage. Il ne veut pas qu'on le prenne soit pour un Barbare fermé à toutes les finesses de la civilisation française, soit pour un sot. Ce sont les autres qui ne le comprennent pas : « Meam mentem non asse-queris », répond-il au P. Mersenne : « Vous ne me suivez pas ». Il réplique au Trésorier Général par une dissertation en latin, véritable plaidoyer non daté qu'il expédie à Huyghens : tous les musiciens parisiens sont incapables d'entendre ses raisonnements, Boësset tout autant que les autres, et d'ailleurs Boësset, au lieu d'écouter ses raisons, a eu le tort de se laisser influencer par les arguments du Trésorier Général. Qu'on lui ait dit qu'il avait parlé faussement de l'accent en français, voilà une injure qui l'exaspère, d'autant plus qu'il a été en France et qu'il y a fait d'utiles observations : « Fateor, ut dises, me esse hominem imperitum : sed adeo stupidi-tatis aut inertiae nondum me credo devenisse, ut dum olim in Gallia audi-rem loquentes Gallos, vel etiamnum eos loquentes, et linguae ac pronunciationis vernaculae energiam extollentes, syllabarum ac praecipue voca-lium productiorem ac velociorem sonitum, eodem semper modo ex gentilitio usu recitatum, nec observare nec distinguere valeam ». Puis il en vient au fait lui-même. Son adversaire a demandé pourquoi le Hollandais Ban-nius avait marqué des accents sur des mots français. Il l'a fait pour trois motifs15. D'abord parce qu'il s'est rendu compte que les Français qui parlent bien accentuent certains sons16 : « Licet Galli nullos accentus notent, sunt tamen Gallicae linguae, ut et Graece et Latine duo tempora, longum et breve. Et si vero brevium et longarum discrimen usu potius quam arte discitur, tamen, paucas istas regulas peregrini diligenter debent observare ». Ensuite il avait besoin de manifester par des signes artificiels comment il comprenait son texte. Enfin il a voulu indiquer quelle devait en être la déclamation, avec les variations de hauteur et de durée qu'elle comporte : « Tertia causa est ipsa pronuntiationis distinctae natura : quam cum praeterire non potui, necessario insinuandam, descripsi quidem : at non definivi. Dictat enim ratio, omnem cujuscumque linguae pronunciationem, debere esse articulate distinctam. Id fieri non posse, nisi syllabae inter se differant acumine, vel gravitate sonituum ; vel eorumdem production aut velociori tempore ; prout omnes fatentur. Ideoque aestimabam linguae Gallicae etiam esse distinctam pronunciationem quotidiano usu frequentatam. Quae si musica modulatione perfectius ederetur, decorum eloquen-tiae musicae non parum posse augere, mihi videbatur ».

  • 17 Ibid., p. CV.

13Il formule au cours de son plaidoyer quelques remarques essentielles. Ce n'est pas le tout, dit-il, que le chant brille par sa variété et plaise aux oreilles. Il faut avant tout que l'articulation des paroles soit distincte et exacte, et c'est cela qu'il faut considérer avant de songer au plaisir que peut susciter la musique. Donc il a noté les accents pour bien se faire comprendre du P. Mersenne, bien qu'il connût parfaitement le divorce établi entre la langue vulgairement parlée et le vers. C'est la langue courante qui fait entendre des accents, tandis que la Poesie règle son rythme d'après des quantités, sans tenir compte des toniques. Voici le passage le plus saillant de sa discussion17 : « Quin etiam accentus linguae gallicae adscripsi, eo quod distinctam pronunciationem Gallicani antehac didiceram, atque ex Nicod eandem temporibus potius longis et brevibus, quam accentibus constare intellexeram : arbitrabar tamen quantitatem syllabarum potius ad Poesim, hoc est ad Versus et Rythmos spectare ; accentus vero ad pronunciationem vulgarem referri. Volebam itaque, ut ex eo Mersennus mentem meam pienissime intelligeret, hoc est quid ego sentirem de linguarum pronunciatione modulamento aptanda clarissime videret : exoticae vero extra meam provinciam linguae pronunciandae leges statuere nolui, quas a consuetudine oriundas sciebam. Et forte si Galli mentem mean recte assequantur, atque istius rei crebriora experimenta sumant, aliquid aliud dein-ceps de pronunciatione musica statuent. Sed ego deinceps meo me pede metiar ».

14Après cette date, nous ne possédons plus qu'une lettre de Bannius ; il l'a écrite en octobre 1642 à Huyghens, à la suite d'une visite que lui a faite D. Robert, maître de chapelle de la reine d'Angleterre, qui avait eu connaissance de son mémoire envoyé à Anne-Marie de Schürman et qui était venu en Hollande pour s'entretenir avec lui des problèmes soulevés et discutés deux années auparavant. La conversation a roulé sur les accents. Dans toutes les langues, a dit Bannius à son interlocuteur, il faut en tenir compte dans le chant, qui autrement devient indistinct et confus ; cependant, s'il s'agissait de la langue française, il s'abstiendrait dorénavant d'en mettre aucun texte en musique. À quoi D. Robert lui répondit qu'il y avait dans cette langue quelque chose de spécial qu'il se sentait incapable d'exprimer clairement, mais que, si les Français condamnaient la musique de son hôte, c'était par ignorance et par sottise, car ils avaient une manière d'articuler détestable et altérée. La plus parfaite communion d'idées ne cessa de régner entre les deux musiciens. Ils formèrent le projet de continuer leurs entretiens à La Haye, mais nous ne savons pas ce qu'il en advint, ni quelle suite ils donnèrent à ce dessein.

15Tel fut le grand débat qui mit aux prises Bannius et quelques Français illustres. Visiblement, dès le premier jour, ils ne parlent pas le même langage et sont incapables de se comprendre mutuellement. Ni Descartes, ni le P. Mersenne ne savent rien des toniques, et celui-ci, quand le prêtre hollandais parle d'accent, ne pense jamais qu'à une élévation ou à un abaissement de la voix ; il ne peut concevoir le rythme que sous l'aspect des quantités métriques, dont il juge d'après les timbres et la loi de position. Le Trésorier général, qui écrit avec une certaine arrogance, se montre tout aussi impénétrable aux raisonnements de son adversaire. Non pas que les idées de Bannius soient toujours très claires ; il lui arrive en effet de confondre comme les Français l'accent avec l'expression, et il le fait souvent consister dans des variations de hauteur musicale, ce qui lui vaut tour à tour les dénominations d'aigu, de grave, et même de circonflexe, empruntées aux grammairiens latins. Mais le prêtre hollandais a le grand mérite de l'avoir marqué dans un texte en vers, à la grande stupéfaction de tous ses correspondants, sans aucune exception. Son analyse rythmique, qui tient compte en quelques endroits des déplacements oratoires, n'a rencontré chez eux aucune approbation ; ils ne l'ont même pas discutée et ils ne lui ont proposé aucune correction ou amélioration ; ils l'ont au contraire purement et simplement rejetée comme un objet de scandale : « Notre idiome, a simplement écrit le P. Mersenne, estant bien prononcé à la françoise, a si peu d'accents, qu'il est malaisé de les remarquer dans la prononciation ». Le Trésorier Général au contraire a pris le ton de l'indignation. Mais c'est lui, par la violence de ses protestations, qui a provoqué ce témoignage capital de Bannius, que l'accent ne jouait un rôle que dans la prononciation commune de notre langue, qu'il n'en avait aucun en poésie. Cette controverse confirme donc les conclusions auxquelles nous avaient conduit nos précédentes recherches : on vient d'en constater le puissant intérêt.

Notes

1 A. Pierro, Descartes et la Musique, p. 109 sq.

2 Le P. Mersenne, Harmonie universelle, VI, 3,11.

3 Descartes, Correspondance avec Huyghens. Cf. p. 290-298. Il s'agit d'un mémoire que Descartes avait envoyé à Bannius au sujet de l'air de Boësset dont il sera parlé, et qu'il a inséré ensuite dans une de ses lettres à C. Huyghens.

4 A. Pirro, p. 107.

5 Préface, p. LXXX et LXXVI.

6 Ms. n° 3696. À ce mémoire est joint un résumé en français qui a été revu par Bannius lui-même.

7 p. 20.

8 Ibid., p. 9.

9 Je cite encore, ibid., p. 10 : « Accentus ipsis verbis syllabisque inscripsi quorum ope hi versus et assa voce legi, et voce musica cani debent, nisi quis piacula in rectam pronunciationem committere velit. Gravius autem ut discimus peccatur in accentu dum canitur, quam dum legitur oratio, nam ex intervallo musico rectissime produntur accentus illi, sine quibus pronunciatio differentiam soni habere nequit, adeoque nec distinctionem verba accipiunt ».

10 On trouvera des échantillons de sa musique vocale dans le volume Correspondance et œuvres musicales de Constantin Huyghens.

11 Les indications du manuscrit n'ont pas permis d'identifier ces exemples.

12 * Les indications du manuscrit n’ont pas permis d’identifier ces exemples.

13 Ibid., p. lxxxiii.

14 Ibid., p. XCL.

15 Ibid., p. C.

16 Cela ne l'empêche pas de reconnaître qu'ils désignent du nom de "quantité" les différences de longueur qui se manifestent entre les syllabes ; et en effet la grammaire qu'on peut lire en tête du vocabulaire français-latin publié à Paris chez Sébastien Capellet en 1618 — Bannius l'attribue par erreur à Nicot — présente au chapitre de l'accent qu'il y a en français des longues et des brèves comme en latin et en grec.

17 Ibid., p. CV.

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter