Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IV

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Le syllabisme et le Rythme

Chapitre III. Le vers syllabique et non rythmé

Texte intégral

  • 1 M. Grammont, Petit Traité de Vers. fr., p. 47.
  • 2 Id., Le Vers français, son évolution, dans la revue Le Français moderne, janv. 1936.

1Dans une page assez obscure, et sans avoir suffisamment expliqué sa pensée, M. Grammont1 a écrit ce qui suit : « Avant l'époque classique, l'alexandrin n'avait pas à proprement parler de rythme. C'était un vers syllabique, composé de deux membres ou hémistiches. À l'origine, ces deux membres étaient séparés nettement l'un de l'autre par une pause ou césure. Mais quand la césure, par des affaiblissements successifs, fut devenue une simple coupe, il put y avoir dans le vers d'autres coupes aussi nettes que celle-là, et d'autres accents toniques aussi forts, ou même quelquefois plus forts que celui de la sixième syllabe. Avant Corneille, personne, à part peut-être Régnier, ne se souciait de la place des accents toniques dans l'intérieur des hémistiches ». Quel sens faut-il accorder à ces phrases, qui sont datées de 1908 ? M. Grammont se serait-il rendu compte qu'aucun accident ne venait, dans l'ancienne déclamation, interrompre la succession des syllabes en d'autres endroits qu'à la césure et à la rime ? En 1936, il est revenu sur cette question et il s'est exprimé avec plus de clarté2, mais il a raisonné sur de fausses données ; en outre, et c'est là le principal, il n'a pas aperçu toute l'étendue du problème et il n'en a pas trouvé la solution.

  • 3 Id. ibid., p. 19.

2Il a constaté que, chez les poètes du xvie siècle et de la première moitié du xviie, certains hémistiches, selon le mot qu'a employé Ronsard, sont "flasques", c'est-à-dire qu'ils ne permettent aucun repos intérieur avant ceux qui marquent dans l'alexandrin les syllabes sixième et douzième, ou dans le décasyllabe les syllabes quatrième et dixième. « Sans aller plus loin que la première scène de Médée (de Corneille), vous y trouverez, dit-il3, sur 7 vers de suite, 6 vers qui ont un hémistiche "énervé et flasque" (v. 151 à 157) :

Mais son bannissement nous en va garantir.
Gardez d'avoir sujet de vous en repentir. -
Quoi qu'il puisse arriver, ami, c'est chose faite.
Le termine le ciel comme je le souhaite ! -
Permettez cependant au'afin de m'acquitter
J'aille trouver le roi pour l'en féliciter. -
]e vous y conduirois, mais j'attends ma princesse.

3Malheureusement ces exemples ne prouvent rien, parce qu'à toutes les époques, même quand la déclamation a rythmé les vers, on en rencontre qui sont construits d'une manière semblable. En voici une moisson récoltée dans Les Feuilles d'automne, de V. Hugo :

  • Épandait son amour, et ne mesurait pas ... (I)
  • Vous le reconnaîtrez, ami, car tout rêvant... (II)
  • Que vous n'avez pas vu, qui vous aurait aimé. (II)
  • Mais il est arrivé. Le voilà qui dédaigne ... (III)
  • Ne nous reprenez pas ce qu'on avait gagné. (III)
  • Avec tout ce qu'on vit et qu'on ne verra plus. (III)
  • Elles ne valent pas le brin d'herbe que Dieu ... (IV)
  • Et là, penché sur l'onde et sur l'immensité... (V)
  • Perdu dans cette voix comme dans une mer. (V)
  • Et louait la beauté de la création. (V)
  • Et je me demandai pourquoi l'on est ici. (V), etc.

4Malgré ce mauvais point de départ, M. Grammont a cependant le grand mérite d'avoir formulé une conclusion très juste. Il l'a présentée à propos des alexandrins suivants :

  • Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage. (Du Bellay)
  • Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle... (Ronsard)
  • Oui, j'écris rarement et me plais de le faire. (Régnier)
  • 4 Id., ibid., p. 22.
  • 5 Id., ibid., p. 13.

5« Sans aucun doute, a-t-il écrit4, ces vers ont un rythme. Leurs auteurs les ont-ils rythmés consciemment et volontairement ? En aucune façon. La preuve, c'est que ce rythme ne se soutient pas au cours de la pièce, et que la place des coupes mobiles de l'intérieur des hémistiches est livrée au hasard. Ils n'ont nullement senti que ces vers étaient rythmés et cherché à leur donner ce rythme ; ils ont simplement eu l'intention et le désir de faire des vers bien pleins. Quand, ensuite de leur effort pour atteindre ce but, il s'est trouvé un mot consistant (c'est-à-dire accentué) dans l'intérieur de chaque hémistiche, il s'est dégagé du vers un rythme accentuel dont ils n'avaient pas l'idée, mais qui a donné à leur oreille l'impression de plénitude qu'ils cherchaient ». Et il dit ailleurs, à propos de Ronsard, que ce poète, « comme tout le monde alors, prend l'hémistiche en bloc, sans aucune division intérieure, sans autre règle que de compter six syllabes »5.

  • 6 En 1912, dans un article de la Revue de phonétique, p. 313, j'ai écrit ce qui suit : « Jusqu'en 16 (...)

6En d'autres termes, il a fort bien vu qu'aucun écrivain, au xvie siècle et dans la première moitié du xviie, n'a versifié avec le souci de ménager ces combinaisons rythmiques auxquelles on reconnaît aujourd'hui une grande valeur expressive, mais il a cru que la voix se chargeait de suppléer à cette insuffisance, qu'elle divisait les hémistiches par la mise en relief des toniques, et qu'ainsi elle créait un rythme accentuel vigoureux et vivant. Cependant, outre que, même au xviiie siècle, sauf sans doute Chénier, les poètes n'ont jamais compté que des syllabes et qu'ils se sont tout au plus efforcés de contrebattre la prédominance de la césure par quelque coupe plus importante, à condition que celle-ci fût marquée par une forte ponctuation, la conclusion de M. Grammont reste bien en deçà de la vérité. Non seulement les versificateurs ne se préoccupaient aucunement du rythme, mais ce rythme n'existait pas dans la déclamation, et la voix ne prenait ses points d'appui que sur deux syllabes désignées à l'avance, celles de la césure et de la rime, qui intervenaient à place fixe et se distinguaient ainsi de tous les autres éléments du vers. Ni Corneille, ni Régnier, n'ont eu les préoccupations que leur attribue M. Grammont ; Racine et Molière, partisans d'une diction assouplie, n'ont jamais réfléchi à la distribution des toniques qui parsèment leurs vers. Nous avons démontré à quel point les musiciens avaient peu tenu compte de l'accent intérieur, à quel point ils l'avaient ignoré. À leur témoignage nous voulons joindre les indications que nous ont laissées les grammairiens et les lettrés de l'époque que nous étudions présentement. Quelques-unes de ces indications ne nous apportent qu'une preuve indirecte ; d'autres sont beaucoup plus claires et beaucoup plus nettes. Nous commencerons par les premières, et nous terminerons par les plus précises, sans tenir compte de l'ordre chronologique, qui ici importe peu. Toutes concourent à établir ce fait indiscutable que, dans la poésie soutenue, la déclamation, encore semblable à ce qu'elle avait été au Moyen Âge, ne faisait entendre qu'un vers strictement syllabique, articulé seulement sur deux points invariables qui permettaient à l'oreille de vérifier l'exactitude du numérisme et de percevoir le mètre. Les choses ne devaient changer qu'aux environs de 1660, mais sans qu'on puisse affirmer qu'il y ait eu alors chez tous les poètes un désir unanime de réforme6.

  • 7 Ronsard, Art Poëtique, éd. P. Laumonier, T. VII, p. 57.

7C'est Ronsard qui, dans son Art Poétique, a pour la première fois recommandé expressément d'éviter « l'abondance des monosyllabes ... pour estre rudes et mal-plaisans à ouyr »7. En réalité il ne faisait que présenter sous une autre forme un précepte que le Moyen Âge n'avait pas ignoré. La règle qu'il édictait ainsi a été reproduite par bon nombre de traités de versification. Malherbe a condamné chez Desportes beaucoup de vers qui y contrevenaient. En voici un exemple :

Si trop en vous servant, ô ma mort bien aimée !
L'ardent feu de mon cœur éclaire et se fait voir,
Si l'on dit qu'à son gré votre œil me fait mouvoir,
Et que de vous sans plus ma vie est animée ...
(Gds Écrivains, T. IV, p. 330).

8« En ce premier quatrain, a-t-il noté, il y a trente-cinq monosyllabes ; encore y peut-on compter trente-six, car vie est devant est monosyllabe ». Lui-même cependant n'a pas été très rigoureux à cet égard, puisqu'on rencontre dans ses œuvres, comme dans celles des plus grands poètes du xviie siècle, beaucoup de vers qui ne tiennent aucun compte de la prescription formulée par Ronsard. Il suffit de citer celui-ci dont il est l'auteur :

Roi, le plus grand des rois, et qui m'es le plus cher. (ibid., T. I, p. 280).

  • 8 G. Lote, L'Alexandrin français, p. 77.
  • 9 Vaugelas, Remarques, T. I, p. 223. Il est suivi en 1672 par Richelet, Vers, fr., p. 133 ; selon lu (...)
  • 10 Le P. Menestrier, p. 19.
  • 11 Je renvoie à la première partie de cet ouvrage, Le Moyen Âge, T. I, p. 218.

9En réalité la défense dont il s'agit n'a plus aujourd'hui aucune signification, car, avec notre déclamation actuelle8, les monosyllabes s'agglomèrent pour former des mots métriques tout à fait semblables aux polysyllabes, et dont la dernière, sauf si elle est féminine, est régulièrement tonique. De bonne heure Vaugelas l'a senti : « Ce n'est point une chose vicieuse en nôtre langue, a-t-il écrit9, qui abonde en monosyllabes d'en mettre plusieurs de suite ... Non seulement il n'y a point de rudesse à en joindre plusieurs ensemble : mais il y a même de la douceur, puisque l'on en fait des vers tout entiers ». Et le P. Menestrier10, quelques dizaines d'années plus tard, s'est refusé à blâmer Maynard d'avoir fréquemment négligé la règle posée par Ronsard. La question n'avait véritablement d'importance que dans l'ancienne déclamation inaccentuée, où les syllabes autres que la césure et la rime devaient avoir strictement la même valeur. Or les mots monosyllabiques sont souvent des prépositions, des particules atones, des auxiliaires, assez faibles d'eux-mêmes et qui soutiennent malaisément la voix. D'autres ne se composent pas d'une seule voyelle et d'une seule consonne, mais de trois ou quatre sons, comme ciel, arc, Turc, etc. Ceux-ci, dans des vers lus à la moderne, prennent à bon droit l'accent qui leur revient. Il n'en était pas de même autrefois, quand ils intervenaient au milieu d'hémistiches indivisibles, où leur composition si complexe avait pour résultat d'interrompre l'écoulement lisse des syllabes et de former de petites crêtes désagréables aux auditeurs. Les Leys d'Amors11, qui nomment ces mots "retardatifs", avaient déjà présenté à ce sujet d'intéressantes remarques, provoquées par la conception qu'on avait du vers au Moyen Âge. Comme ce vers n'a pas encore changé à l'époque de Ronsard, celui-ci cède aux mêmes préoccupations que les auteurs du célèbre traité provençal, sans que nos critiques modernes comprennent le motif de sa prescription.

  • 12 Deimier, p. 53.
  • 13 A.-Ph. de la Croix, 1675, p. 16.

10Autre signe encore, d'ordre analogue au précédent. Il s'agit de l'e muet qui succède immédiatement à une voyelle tonique. Comme on sait, c'est au xvie siècle qu'il est définitivement exclu de l'intérieur du vers, où « il ne peut figurer que devant une autre voyelle qui l'absorbe par élision, tandis qu'il peut prendre légitimement place à la rime. Cette interdiction, qui est toujours en vigueur, conduit Ronsard, et d'autres poètes avec lui, ainsi qu'on le verra plus loin, à mutiler les mots français en usant largement de la syncope. Tous les traités proscrivent l'emploi de l'e muet formant à lui seul syllabe derrière une autre voyelle, mais généralement sans aucun commentaire. Voici pourtant comment Deimier s'exprime à ce sujet : « Aussi pour une autre raison l'e féminin qui suit une autre voyelle, comme en ces verbes aimée, vie, veue, n'est pas rejectée des vers en la façon que j'ay dit cy-dessus en ce chapitre, sinon d'autant qu'il est d'un accent trop bas et lasche, dont il avient que le vers qui s'en treuve chargé n'est pas coulant, doux et vigoureux, comme s'il estoit composé suivant la reigle dont les vers marchent virilement, et remplis d'agréable harmonie »12. À la fin du xviie siècle, A.-Ph. de la Croix donnera aux poètes les mêmes conseils, et pour la même raison : « La quatrieme règle, dira-t-il13, consiste à remarquer certains mots, qui ne se doivent mettre qu'à la fin des vers, si ce n'est en élidant la dernière syllabe, comme tous ceux qui ont une voyelle devant l'e muet, tels que sont vie, partie, sacrée, envie, etc. Ainsi l'on peut bien dire :

La vie est une mort à qui vit sans honneur.

11Mais ce seroit un vers insupportable de dire :

La vie n'est que mort à qui vit sans honneur.

12Ç'a été la faute de tous les anciens poëtes françois ». On entend parfaitement ce que signifient ces recommandations : l'e féminin, dans cette position, n'est qu'une voyelle isolée, sans aucun secours consonantique. Pour le prononcer en lui conservant une pleine valeur syllabique, il faut faire un effort assez considérable, sans quoi il s'affaisse derrière une syllabe composée au moins d'une consonne et d'une voyelle, syllabe qui alors reprend immédiatement sa valeur de tonique et rompt fâcheusement l'hémistiche : vice grave contre lequel il n'y a qu'un remède préventif, le seul qui soit d'une efficacité radicale, et qui consiste à défendre que l'e muet ainsi placé puisse être invité à faire figure d'élément compté à l'intérieur du vers. Il n'a donc plus qu'à disparaître, et les métriciens le congédient définitivement, sauf s'il peut être élidé. Il en est de même quand il se trouve en position atone interne, dans des mots comme passionnéement, enrouement, et autres formés selon les mêmes types, car là aussi il manque de résistance et se montre fort peu apte à jouer le rôle syllabique qui lui avait été primitivement assigné.

  • 14 Ronsard, éd. P. Laumonier, 8°, T. VII, p. 92.
  • 15 Lanoue, p. 171.

13Une dernière règle relève des mêmes préoccupations : c'est celle qui interdit dans le vers l'emploi de mots longs, qui dépassent trois ou quatre syllabes. C'est ainsi qu'elle est généralement formulée, et il est incontestable qu'il faut y voir le prolongement d'un précepte qu'avaient édicté les grammairiens de l'Antiquité. Pourtant il y a là quelque chose de plus, que les critiques du xvie et du xviie siècles dégagent assez mal ; mais qui ressort de ce qu'ils nous disent : « Tu te donneras de garde, écrit Ronsard14, si ce n'est par grande contrainte, de te servir des mots terminés en i-on, qui passent plus de trois ou quatre syllabes, comme abomination, testification : car tels mots sont languissants, ont une traînante voix, et, qui plus est, occupent languidement la moitié d'un vers ». Lanoue lui aussi condamne ces mots en i-on : « Ilz ont fort mauvaise grace et rendent un vers enervé, déclare-t-il15 ... On en uzera rarement et avec grand jugement, se servant toujours de ceux qui ont moins de syllabes les premiers, et des autres à la necessité ». C'est ensuite le tour de Deimier. Il cite ces vers de Jodelle :

Madame, j'ay regret de quoy je n'ay cet heur,
De treuver le moyen de vous faire connoistre
De quelle affection je desire vous estre,
Perpetuellement fidelle serviteur.

  • 16 Deimier, p. 357 sq.
  • 17 Richelet, Vers. fr., p. 119.

14« Or le dernier vers de ces quatre précédents, remarque-t-il16, me faict souvenir aussi d'un autre vice, dont les vers sont rendus impertinens et beaucoup des-agreables : lequel vice consiste en ces longs mots, qui occupent la moitié d'un vers alexandrin, tel que font ceux-ci : perpetuellement, continuellement, imagination, insensibilité, pusillanimité, familiarité, dénonciation, depopulation, envenimation, interpretation, exercitation, disproportionner, imperfectionner, etc. Ces mots qui tiennent ainsi tant de païs font qu'un vers est d'une part foible, lasche et fletry ; et de l'autre si pesant et incommodé, qu'il semble que la voix ne peut jamais sortir de le proferer, tant un terme si long l'appesantit d'une charge trop dure, et malgracieuse en sa vanité ». Richelet est du même avis : « Les mots en i-on, prononce-t-il17, qui ont plus de trois ou quatre syllabes, comme abomination et autres pareils, languissent dans le vers, et il faut les employer le moins qu'on peut :

Croyez-moi, resistez à ces tentations ;
Dérobez au public vos occupations. » (Molière)

  • 18 A.-Ph. de la Croix, 1675, p. 16.

15Vient enfin A.-Ph. de la Croix : « Il faut éviter, dit-il18, quelques mots qui rendent les vers languissants, comme font ruiner, poëtes, etc. ; on peut néanmoins s'en servir quelquefois par une espèce de nécessité ». Si l'on considère les mots cités, on constate qu'ils se divisent en deux catégories. Les uns, parmi une série d'atones, possèdent une syllabe réduite à une seule voyelle, privée de tout appui consonantique, et sur laquelle il faut s'attarder pour lui donner la même valeur qu'aux syllabes dont elle est entourée : la prononciation en est aussi gênante que l'était celle de l'e muet de vie, aimée, etc. à l'intérieur des hémistiches, d'où on a fini par l'exclure. Les autres présentent des désinences en i-on qui prennent forcément place à la rime, et qui sont par conséquent accentués sur la dernière voyelle, avec un hiatus intérieur assez désagréable que le diseur cherche à atténuer de diverses manières : la difficulté y est pourtant beaucoup moins grande que dans le premier cas. Or les critiques, influencés par les prescriptions des métriciens de l'Antiquité, ne tiennent compte que de l'aspect extérieur de ces mots et les réunissent sous la même rubrique, sans discrimination, alors que les faits signalés par eux sont d'ordre quelque peu différent ; insensibilité et pusillanimité, dans la déclamation syllabique, sont même d'une articulation très aisée.

  • 19 E. Pasquier, Recherches, VII, 7.
  • 20 Cf. Petit de Julleville, Hist. de la L. de la Litt, fr., T. V, p. 801.

16Nous passerons maintenant à d'autres considérations. E. Pasquier, au cours de son grand ouvrage, a déclaré qu'il préférait la poésie française à celle des Grecs et des Latins : « Leurs vers, lisons-nous19, si ainsi me permettez de le dire, marchent et vont avec leurs pieds, et les nostres glissent et coulent doucement sans pieds, voire quand bien il n'y auroit point de rime, en laquelle gist l'accomplissement des vers ». Cette assertion, que notre poésie plaît parce qu'elle ne présente pas d'aspérités, se retrouve sous la plume d'un homme à l'esprit aventureux, incidemment lancée dans une discussion menée justement pour provoquer, par un déplacement de la césure, un changement dans les habitudes de déclamation des Français d'alors. Le personnage dont il s'agit est Le Laboureur, dont F. Brunot a mis naguère au jour un curieux texte, relatif à la coupe de l'alexandrin. « Le Laboureur, écrivit alors F. Brunot20, montre que, contrairement à l'apparence et au préjugé, la césure de l'alexandrin est très mobile et ne se trouve nullement fixée après la sixième syllabe. Il en donne la preuve, en scandant quelques vers, parmi lesquels les suivants, de Nicomède :

Seigneur, - je crains pour vous - qu'un Romain vous écoute ;
Et si Rome savoit de quels feux - vous brûlez,
Bien loin de vous prêter l'appui - dont vous parlez,
Elle s'estouneroit de voir - sa creature
A l'éclat de son nom - faire une telle injure.

  • 21 Le Laboureur, cf. son chap. VI.

17L'ouvrage de Le Laboureur21, Les Avantages de la Langue françoise sur la Langue latine, a paru en 1669, à un moment où la déclamation théâtrale commençait à briser les hémistiches des vers de tragédie. Le passage qu'on vient de lire pourrait faire croire que l'idée d'un rythme moderne était alors communément acceptée, le tiret qui sépare certains groupes de syllabes n'ayant pour but que de marquer les coupes principales, sans préjudice des accents accessoires. Dès l'instant qu'il eut découvert ce texte, F. Brunot — il nous en a fait part lui-même — fut cependant d'avis que Le Laboureur dépassait de beaucoup l'usage de son temps. Si l'on se reporte au volume, cette opinion s'impose avec toute la force d'une évidence.

  • 22 P. 264 et 270 de l'ouvrage de Le Laboureur.
  • 23 Ibid., p. 238.

18Le Laboureur en effet soutient une thèse et se laisse emporter par sa polémique. Il a alors comme adversaire M. de Sluse, chanoine de Liège et géomètre lettré, par ailleurs en relations de correspondance avec ce Constantin Huyghens dont nous retrouverons le nom plus loin. M. de Sluse reproche au vers français de « couler toujours de la même façon »22. Le Laboureur au contraire voit dans cette prétendue infériorité un avantage manifeste et s'exprime en des termes qui confirment toutes nos précédentes observations. « On me dira, écrit-il23, que la mesure des vers latins est bien plus variée que la nôtre par le mélange des spondées avec les dactyles. Mais les uns ne succedent-ils pas toujours aux autres ; le cinquième pied n'est-il pas ordinairement un dactyle et le sixième un spondée ? Il est de cette mesure comme de l'eau qui coule d'une source sur de petits cailloux : à chaque saut qu'elle fait de dessus un banc de sable ou de gravier, elle forme un doux murmure qui est toujours semblable, et qu'elle répète autant de fois qu'elle rencontre la même résistance. Ce bruit endort à la fin ceux qui se reposent auprès et représente assez bien la cadence des dactyles et des spondées, qui sont les pieds dont nous voyons sautiller les grands vers latins. Cette cadence, qui est toujours égalle dans son inégalité, est cause que les vers latins endorment quelquefois plûtôt que les nôtres. Mais les vers françois ont leur mesure aussi bien que les latins ; et cette mesure étant bien moins variée parce qu'ils ont par tout le même nombre de syllabes, et une même césure, ils doivent assoupir davantage. Je répons deux choses : la première, c'est que notre mesure endort d'autant moins qu'elle est plus unie, à cause que ne s'y rencontrant ny haut ny bas comme dans les vers latins qui ne vont que par bonds, il n'y a point tant de balancement, et par conséquent bien moins de quoy provoquer le sommeil. La seconde raison, c'est que notre rime venant à la fin de chaque vers, corrige encore de sa part ce qu'il pourrait y avoir d'endormant à cause de la mesure ».

  • 24 Le Laboureur, p. 303 sq.

19Ce passage rend très bien compte de la manière quelque peu paradoxale selon laquelle Le Laboureur conduit sa discussion. On ne saurait cependant noter plus clairement que la poésie française ne connaît pas les ondulations du rythme, qu'elle consiste uniquement dans le syllabisme, la césure et la rime. Mais le chanoine de Sluse riposte par deux lettres à un huguenot français, Samuel Sorbière, médecin et érudit. Alors Le Laboureur revient à la charge et s'avise, pour la première fois seulement, que la césure n'occupe pas forcément une place fixe, tandis que précédemment il a dit exactement le contraire. En d'autres termes, il voudrait qu'on la déplaçât en la variant, ce qui n'est certes pas une idée commune à son époque. Il répète à ce propos que le vers latin est trop sautillant, mais il assure que le vers français par sa nature n'est pas dépourvu d'une certaine souplesse, qu'on peut y avancer le cas échéant, ou même y reculer la coupe de l'hémistiche — ce qui est simplement la proposition d'un novateur, mais non la constatation d'un fait courant —, et aussi la multiplier, selon la structure de la phrase. Il la marque donc à la seconde syllabe, à la quatrième, à la huitième ou à la neuvième syllabe du grand vers24, et l'on a déjà pu voir, par les citations qu'à faites F. Brunot, à quelles scansions il aboutit. Voici encore deux alexandrins pris à Nicomède, et qui nous permettent de juger ce que Le Laboureur entend par la « multiplication de la césure » :

Si cet homme est à vous, imposez-lui silence,
Madame, - et retenez - une telle insolence.

20« Vous voyez, dit-il, que le premier mot du second vers est une suite du precedent, où il se fait une pose qui est proprement une cesure, et que ces paroles qui restent du derniers vers :

Et retenez - une telle insolence,

21font un vers feminin de dix syllabes dont le repos est au deuxiéme pied, de sorte que si vous y rejoignez le premier mot, qui apaprtient à l'autre vers, il s'y trouvera comme deux cesures au lieu d'une : et apres cela, jugez s'il est vray que nos vers alexandrins puissent estre ennuyeux à cause que la cesure est toûjours la méme ».

22Le Laboureur, pour venir victorieusement à bout de ses démonstrations, va très souvent choisir des vers que Malherbe eût blâmés, ceux où la séparation des hémistiches n'a pas toute la netteté désirable. Pourtant, au bout du compte, que reste-t-il ? Sous ses paradoxes de novateur forcené on ne découvre qu'une chose, c'est que, abstraction faite des exclamations pathétiques pour lesquelles un accent exceptionnel était déjà toléré à d'autres places qu'à la sixième syllabe, Le Laboureur ne connaît qu'une seule coupe intérieure qu'il avance ou recule à son gré. Il ignore donc le rythme moderne de la poésie française, et son témoignage concorde avec tous ceux que nous avons rapportés jusqu'ici. Dans tous les vers qu'il cite, il n'y en a pas un seul qui présente intérieurement plus d'un temps marqué, quelquefois deux si l'un des hémistiches renferme un mot comme Seigneur, Madame, etc. À n'en pas douter, il tient pour une diction égale et unie, et sur ce point il ne devance pas ses contemporains, bien au contraire : « Mais je me souviens d'avoir dit, écrit-il, qu'on rencontroit aussi quelquefois la cesure en la quatrieme syllabe et je n'en ay point donné d'exemple. Permettez-moi d'en prendre un dans notre Charlemagne :

Tel est ce charme, - ainsi privé de sentiment.

23On ne sauroit disconvenir que le veritable repos de ce vers ne soit au second pied, où il se doit necessairement faire une pose, pour apres en prononcer le reste tout d'une haleine, qui se trouve un vers de huit syllabes ».

  • 25 Bruscambille, Facécieuses paradoxes, cité par E. Rigal, Le Théâtre français avant la période class (...)
  • 26 Beaucoup de critiques de Malherbe dans son Commentaire sur Desportes, semblent s'expliquer par la (...)
  • 27 Le P. Mourgues, 1685, p. 177, et 1724, p. 183.

24Toute une série de critiques viennent d'ailleurs appuyer de leur autorité nos observations, et confirment que la poésie française, jusqu'aux environs de 1660, du moins dans les grands genres, n'appuie son syllabisme que sur deux temps marqués uniques, celui de la césure et celui de la rime. Il est inutile de rappeler ici un certain nombre de textes cités précédemment, ni d'alléguer ceux de Bruscambille, de Molière et de Voltaire25 qui seront signalés en leur lieu et place au cours de cet ouvrage. Mais il est d'autres témoignages qui nous fournissent de précieuses indications26. On notera d'abord la manière selon laquelle le P. Mourgues formule certaines de ses remarques : « On doit éviter, déclare-t-il27, d'enjamber du premier hémistiche sur le second — je veux dire que si on porte un sens au delà de la moitié du vers, il ne faut pas l'interrompre avant la fin : parce qu'alors le vers sembleroit avoir deux césures, ce qui seroit desagreable. Le premier de ces deux vers, que nous avons déjà rapportez ailleurs, auroit ce défaut si le style en étoit serieux :

Et s'habillant - en homme - sous le linge,
Le singe aussi ne passa que pour singe. »

25Ces lignes, où s'affirme le principe de la séparation des genres, principe sur lequel nous aurons à revenir, démontrent qu'une double coupe intérieure paraît aussi extraordinaire au P. Mourgues qu'à Le Laboureur, que c'est là un phénomène si étrange qu'il doit être excusé, qu'enfin l'indivisibilité des hémistiches est un axiome indiscutable.

  • 28 I. Vossius, p. 22 et 23.

26Nous en viendrons maintenant à des preuves plus directes. La première nous est fournie par un étranger, Isaac Vossius, dont le livre, De poëmatum cantu et viribus rythmi, a été publié en 1673. Vossius est Hollandais : il est donc originaire d'un pays où, comme je l'ai montré, la déclamation faisait sentir l'accent. Il sait aussi que la langue française est oxytonique, sauf dans les mots à terminaison féminine. Il se rend parfaitement compte que l'opposition des toniques et des atones peut y déterminer des iambes et des anapestes, mais jamais de dactyles. Il n'ignore pas non plus les essais quantitatifs de Baïf. Pourtant il déclare que la plupart du temps — je comprends : en dehors de la césure et de la rime — les Français négligent non seulement la longueur ou la brièveté naturelles des syllabes, mais encore les accents, et qu'on ne pourrait savoir à la lecture si l'on entend des vers, sauf par l'effet de la rime, donc qu'il n'y a en français ni rythme ni pieds métriques, mais un seul mouvement qui se répète indéfiniment. Au reste, on lira avec intérêt son latin : « Qui duodecim aut tredecim tantum continent syllabas, ii similes sunt versibus iis quos et nostrates, et Galli, in suis verna-culis linguis heroicos perperam vocant ; licet majorem accentuum Graeci habeant rationem quam Galli, utpote qui non naturalem tantum syllabarum quantitatem, sed et ipsos quoque, ab plurimum, negligant accentus ». Et plus loin : « Ut vero ad nostri saeculi poëmata redeam, vere de illis dici potest nec accentuum, nec syllabarum quantitatis in iis haberi rationem. Ne quidem intelligas versus esse, quos legas, si similiter finientem auferas clausulam. Haec sola carmen facit, etiam si nihil aliud accedat, dummodo certus et definitus syllabarum praecesserit numerus. Cujuscumque vero naturae et ordinis istae syllabae fuerint, id perinde esse creditur. Abest ita-que rythmus, abest pedum metricum observatio ; qui si illibi occurrant, casu id fit, non arte aut studio ; cum promiscue licitum sit cujuscumque mensurae syllabas cuilibet loco praeter quam in ultima sede : ut vere de hujus saeculi versibus dici potest, illos uno tantum pede decurrere, quod, ut puto, plerique, qui hodiernae metricae leges tradidere, libenter agnoscent »28.

  • 29 F. Saron, p. 23.
  • 30 Cf. supra.
  • 31 I. Vossius, p. 29. L'auteur, un étranger, est le seul théoricien à établir qu'il y a identité entr (...)
  • 32 Id., ibid., p. 56.

27L'honneur d'avoir découvert ce texte revient à F. Saron29. Il est seulement regrettable qu'il ait cru y trouver la preuve que le vers français était soumis à une accentuation binaire, comme le sont beaucoup de vers germaniques. Les lignes qu'on vient de lire sont cependant rédigées de telle façon que cette interprétation est tout à fait impossible. En particulier le membre de phrase « uno tantum pede decurrere » ne peut signifier qu'une combinaison dissyllabique, indéfiniment reproduite, crée le rythme de la poésie française du xviie siècle. On n'a pas oublié en effet le témoignage de Van der Myle, précédemment rapporté30, où il nous est attesté qu'à la même époque les Hollandais possédaient un vers rythmé d'après l'accent. Cet accent, Vossius le considère comme un allongement, productio, et il écrit d'autre part ces quelques phrases où, bien entendu, il ne s'agit pas de la France, puisqu'il lui reconnaît un système de versification particulier : « Si Latinos exceperis versus, factos ad imitationem veterum, nulla hoc nostro saeculo in tota Europa scribuntur poëmata, quae nervis aut cantui possint aptari... Uno enim fatentur negligi hoc tempore veram et naturalem syllabarum quantitatem, sed hunc defectum commode suppleri censent accentuum observatione »31. Comparant la langue française à celle des Anglais, il note fort bien qu'elle est oxytonique : « In lingua Gallorum illud imprimis notatu dignum, quod nullum in hac vocabulum trisyllabum reperiatur, quod dactylum constituat. Tota pene Gallorum lingua constat ex iambis et anapaestis ... Aliter id se habet apud Gallos [par rapport aux Anglais] quorum vocabulis, quotcumque demum illa fuerint syllabarum, accentus semper fere ultimis adest syllabis, rarius penultimis [dans les mots à finale féminine], nunquam vero antepenultimis »32

  • 33 Id., ibid., p. 66.

28À d'autres pages de son livre, Vossius revient encore sur cette question, et il affirme que le rythme ne peut subsister sans un mouvement diversifié, qu'il ne vit pas de coups répétés et identiques dans leur continuité, mais de divisions et de différences : « Il ne suffit pas, dit-il, que ces divisions existent en puissance ; il faut encore qu'en fait elles soient mises en relief, afin que les sens puissent les percevoir et les distinguer ». Mais il vaut mieux transcrire le texte de Vossius : « Illud imprimis tenendum, licet rhythmus sine motu subsistere nequeat, non tamen omnem motum efficere rhythmum, sed eum tantum, qui partes et tempora habeat commensurabilia. Itaque, si corpus aliquod ita percutiatur, ut unum tantum et continuum concipiat motum, jam nullus fiet rythmus ... Ut ille fiat, necessaria est partium seu membrorum commensuratio. Quidquid vero unum et continuum est, id partibus caret. Adsunt quidem potentia, verum id non sufficit ; nisi enim actu ipso partes producamus, ita ut sensibus facile deprehendi et distingui possint, nullus omnino potest constitui rhythmus, nullaque aderit virtus quae animum aut affectus possit movere. At vero si motus fuerint non uniformes et continui, sed in partes seu membra proportionata distributi, ita ut singulorum motuum formae et figurae manifestae deprehendi et percipi possint, fieri aliter nequit, quintum quoque motus in animos spectantium tranfundantur »33. Cette déposition, minutieuse et détaillée, est formelle. Résumons-la dans son ensemble : sauf la rime (et la césure quand il y en a une) qui constitue un accent obligatoire, et qui est astreinte à une quantité déterminée — entendons : à une certaine qualité de timbre —, les vers français ne sont ni métriques comme ceux des Latins, ni rythmiques. Si on les Ut, ils n'ont rien qui les fasse ressembler à de la poésie, car ils s'avancent d'une allure uniforme. On peut se rendre compte également que Vossius vise la déclamation, en particulier ceUe sans doute qu'on entendait alors au théâtre, et l'on doit remarquer la justesse de son observation, que dans le vers français les groupes rythmiques ont toujours existé en puissance, potentia, mais que l'abandon de la diction inaccentuée est nécessaire pour qu'ils se fassent sentir à l'oreille. Lorsqu'il insiste sur ce caractère de monotonie et d'égalité qu'avait à son époque notre vers récité, il est complètement d'accord avec Le Laboureur qui de son côté nous a laissé les mêmes constatations.

  • 34 E. Langlois, Recueil, p. 3.

29Si le témoignage de Vossius ne semble pas encore assez convaincant, il y en a d'autres. Ceux-ci, dus à des Français, persuaderont peut-être davantage. Un texte de Jacques Legrand, au xve siècle, apporte des renseignements auxquels, jusqu'ici, on a eu le tort de ne pas prêter grande attention. Le voici : « Outre plus, tu doiz sçavoir que en nostre françoys aucunes silla-bes sont appellées femenines, et les vers qui se terminent en ceste sillabe sont appelez feminins. Si doiz doncques sçavoir que quant ce voyeul e se prononce imparfaitement et faintement, lors la sillabe qui est terminée en tel voyeul est appellée femenine, et dient les rymeurs et les versifieurs françoys que ceste sillabe feminine ne se compte point quant eUe advient à la fin [la rime] ou au mylieu [la césure] d'ung vers, mais en toutes aultres places elle se doit compter, si ce n'estoit que voyeul viengne aprés elle, et lors les deux ne se doivent compter que pour une, comme il est dessus dit »34. Telle est, semble-t-il, la première rédaction d'un précepte que nous retrouvons au xvie siècle sous la plume de deux théoriciens estimés, Sebillet et Tabourot des Accords, celui-ci complétant celui-là, qui nous ont laissé des déclarations non seulement concordantes, mais aussi plus nettes que celle de Jacques Legrand.

  • 35 Th. Sebillet, p. 43-45.

30Il est très notable que Sebillet, quand il traite de l'e féminin, ne lui reconnaît une valeur atténuée qu'à la fin des vers. Il oublie la césure, et sa définition est d'ailleurs formulée d'une manière toute générale : « L'e feminin, lisons-nous35, se congnoistra plus aisément conferé avecques son masle : car il n'ha que demy son, et est autrement tant mol et imbecille, que, se trouvant en fin de mot et de syllabe, tombe tout plat et ne touche que peu l'aureilhe ». Il donne alors comme exemple cet épigramme de Marot :

Quand j'escriroy que je t'ay bien aimée,
Et que tu m'as sur tous autres aimé :
Tu n'en serois femme desestimée,
Tant peu me sens homme desestimé.
Petrarque a bien sa maistresse nommée
Sans amoindrir sa bonne renommée :
Donc si je suis son disciple estimé,
Craindre ne faut que tu en sois blamée :
D'Anne j'escry plus noble et mieux famée,
Sans que son los soit en rien deprimé.

31Mais ses observations ne portent que sur la rime : « Prononçant aimée, desestimée, tu sens bien le plein son du premier e masculin en la syllabe mé : et le mol et flac son du second e femenin en la syllabe derniere, e : lequel (femenin, dis-je, duquel je te vay declarer les lunes et eclipses femenines) tombant en la fin du vers, comme je t'ay commencé à toucher au chapitre precedent, le fait plus long d'une syllabe n'estant pour rien contée, non plus que les femmes en guerres et autres importans affaires, pour la mollesse de cet e femenin ». L'e muet dont il précise ainsi la qualité succède à une voyelle accentuée et perd par conséquent tout ce que celle-ci gagne en relief. De ce que Sebillet passe sous silence les autres articulations identiques situées à l'intérieur du vers, il faut conclure que ces articulations ne sont pas consécutives à un accent ; par conséquent que les temps marqués des décasyllabes transcrits ci-dessus se réduisent à la césure et à la rime.

  • 36 Tabourot des Accords, Dictionnaire des Rimes françoises, p. 15.

32Si nous consultons maintenant Tabourot des Accords, nous constatons que cette interprétation est la seule possible : « L'e muet, écrit-il36, se prononce comme si on se vouloit retirer de la prononciation entière et ne la declarer qu'a demy comme en ces deux vers faits de foeminines terminaisons seulement :

Le sire de nostre province
Se monstre magnanime prince.

33Lequel e, encore qu'il remplisse sa syllabe au milieu du vers aussi bien qu'une masculine, si est-ce qu'à la fin il n'a nulle force et s'esvanouit en l'air, tellement qu'au lieu de neuf syllabes, il n'en faut compter que huit ». Ici la distinction est faite, et de façon catégorique : la syllabe féminine, à l'intérieur du vers, a la même valeur que toutes celles dont elle est entourée, et, dans ces octosyllabes, elle ne s'affaiblit qu'à la rime, c'est-à-dire derrière la tonique attestée. En d'autres termes, la déclamation ne frappe d'aucun ictus l'intérieur du vers : le syllabisme règne seul, appuyé dans les mètres courts sur l'unique accent terminal, tous les autres éléments possédant la même valeur.

  • 37 Cf. supra, p. 91. Je renvoie également à d'autres textes déjà utilisés, à celui de Deimier et à ce (...)
  • 38 A.-Ph. de la Croix, L'Art de la Poésie françoise et latine, 1694, p. 71.
  • 39 De la Croix suit de très près ce qu'a écrit le P. B. Lamy, dont il reproduit certaines phrases san (...)

34On n'a pas oublié d'autre part un texte du P. Bernard Lamy, précédemment cité37 où il est dit que l'alexandrin ne se compose que de deux mesures appelées hémistiches. A.-Ph. de la Croix en 1694, alors que la réforme de Molière et de Racine a déjà fait prévaloir une autre déclamation dans les théâtres de Paris, nous confirme que la poésie française ne connaît que les temps marqués de la césure et de la rime. Ses déclarations ont d'autant plus de valeur que, dans une autre partie de son livre, il est très habile à définir l'accent latin et les places où il tombe : « La Prononciation, dit-il38, regarde également et la Prose et la Poësie, puisque dans l'une et dans l'autre la voix s'arrête nécessairement quelque temps sur chaque silabe pour la distinguer et la faire entendre : tellement que l'on doit chercher les moiens de mesurer la quantité de ce tems, et dans le Latin et dans le François, afin de la proportionner aux choses que les oreilles aperçoivent dans la prononciation, soit à l'égard des Langues vivantes, ou des Langues mortes qui nous sont connuës. Dans les premières, on s'arrête également sur toutes les silabes, et le tems de la prononciation de toutes les Voielles est égal. Dans les autres, les Voielles sont distinguées entr'elles par la quantité du tems de leur prononciation, dont les unes sont appellées longues, et les autres bréves, suivant l'espace de temps qu'on emploie à les prononcer. La Poësie françoise est beaucoup diferente de la Latine. On distingue d'une autre maniere la mesure du vers françois ; nous n'élevons la voix qu'au commencement du sens ... Pour bien distinguer donc toutes ces mesures et en faire apercevoir aux oreilles la distinction par un élévement de la voix au commencement et un rabaissement à la fin39, il faut que chaque mesure contienne un sens parfait et qu'elle soit grande : ce qui fait que chacun de nos vers n'est composé que de deux mesures, qui le divisent en deux parties égales, dont la premiere s'appelle hemistiche ».

35Cet exposé se continuera par l'examen de deux controverses fort curieuses, mais encore assez peu connues, qui se sont déroulées au milieu du xviie siècle et qui ont mis aux prises de grands lettrés français et étrangers.

Notes

1 M. Grammont, Petit Traité de Vers. fr., p. 47.

2 Id., Le Vers français, son évolution, dans la revue Le Français moderne, janv. 1936.

3 Id. ibid., p. 19.

4 Id., ibid., p. 22.

5 Id., ibid., p. 13.

6 En 1912, dans un article de la Revue de phonétique, p. 313, j'ai écrit ce qui suit : « Jusqu'en 1660 — on me fera crédit de cette démonstration que je me propose d'apporter un jour —, la déclamation n'a accordé à l'alexandrin que deux temps forts, à la sixième syllabe et à la douzième, sans accents intérieurs ». C'est cette promesse que je vais tenir ici.

7 Ronsard, Art Poëtique, éd. P. Laumonier, T. VII, p. 57.

8 G. Lote, L'Alexandrin français, p. 77.

9 Vaugelas, Remarques, T. I, p. 223. Il est suivi en 1672 par Richelet, Vers, fr., p. 133 ; selon lui les vers monosyllabiques peuvent ne pas être inharmonieux.

10 Le P. Menestrier, p. 19.

11 Je renvoie à la première partie de cet ouvrage, Le Moyen Âge, T. I, p. 218.

12 Deimier, p. 53.

13 A.-Ph. de la Croix, 1675, p. 16.

14 Ronsard, éd. P. Laumonier, 8°, T. VII, p. 92.

15 Lanoue, p. 171.

16 Deimier, p. 357 sq.

17 Richelet, Vers. fr., p. 119.

18 A.-Ph. de la Croix, 1675, p. 16.

19 E. Pasquier, Recherches, VII, 7.

20 Cf. Petit de Julleville, Hist. de la L. de la Litt, fr., T. V, p. 801.

21 Le Laboureur, cf. son chap. VI.

22 P. 264 et 270 de l'ouvrage de Le Laboureur.

23 Ibid., p. 238.

24 Le Laboureur, p. 303 sq.

25 Bruscambille, Facécieuses paradoxes, cité par E. Rigal, Le Théâtre français avant la période classique, p. 193, n. ; Molière, Impromptu de Versailles, 1, « Vous faites le poëte ... » ; Voltaire, Correspondance, lettre à Mlle Clairon, janvier 1750.

26 Beaucoup de critiques de Malherbe dans son Commentaire sur Desportes, semblent s'expliquer par la diction inaccentuée de l'époque. Les cacophonies qu'il note sont en effet beaucoup plus sensibles dans une déclamation syllabique que dans une déclamation rythmée à la moderne. Je cite une série d'exemples que je relève, au hasard d'une lecture, dans le tome IV de l'Édition des Grands Écrivains, avec, entre parenthèses, l'observation de Malherbe :

Qui nuit et jour ne discourt que cautelle. (cour, que, cau)
Ce n'est point feu : j'eusse éteint toute flamme, (tein, tou, te)
Madame, amour, fortune, et tous les éléments (Ma, da, ma, mour)
Que l'unique beauté qui notre âme a ravie. (tra, ma, ra)
La sacre à l'immortalité. (la, sa, cra)

Il est vrai qu'il procède de semblable façon lorsque la césure, accent attesté, coupe la suite des syllabes :

Sa joue est toute teinte en mortelle couleur. (ton, te, tein, ten)
D'où vient que je sois seul suivant ce qui m'offense (sois, seul, sui)

Faut-il croire que, son point de départ étant juste, Malherbe, par un effet de son âpre malveillance, en soit arrivé à formuler des blâmes que plus rien ne légitimait ? On pourrait le croire. Je signale l'hypothèse sans en tirer aucune preuve à l'appui de mon exposé, car la certitude me manque.

27 Le P. Mourgues, 1685, p. 177, et 1724, p. 183.

28 I. Vossius, p. 22 et 23.

29 F. Saron, p. 23.

30 Cf. supra.

31 I. Vossius, p. 29. L'auteur, un étranger, est le seul théoricien à établir qu'il y a identité entre le rythme et le jeu des accents. Il est également intéressant de reproduire ce qu'il dit de la poésie mesurée à l'antique : « Scio quidem non admodum fe-lices fuisse labores eorum, qui hactenus inter Gallos et Italos antiquas carminum instaurare conati fuere mensuras, sed neque rectam illi, ut monuimus, insistere viam, et ad debellandam jam a tot saeculis inveteratam consuetudinem, pauci nimis et inermes accessere » (p. 131).

32 Id., ibid., p. 56.

33 Id., ibid., p. 66.

34 E. Langlois, Recueil, p. 3.

35 Th. Sebillet, p. 43-45.

36 Tabourot des Accords, Dictionnaire des Rimes françoises, p. 15.

37 Cf. supra, p. 91. Je renvoie également à d'autres textes déjà utilisés, à celui de Deimier et à celui-ci, qui est de Lancelot, dans ses Règles de la Poësie françoise : « D'où l'on peut remarquer que l'e muet ou feminin ne peut point faire une syllabe à part dans la césure, et ne la fait pas même proprement dans la fin du vers, parce que cette syllabe est comme surnuméraire dans les vers féminins, mais partout ailleurs où l'on ne demeure point, il fait sa syllabe s'il n'est point mangé [élidé] ». Or les deux endroits où l'on "demeure" sont la césure et la rime (p. 795).

38 A.-Ph. de la Croix, L'Art de la Poésie françoise et latine, 1694, p. 71.

39 De la Croix suit de très près ce qu'a écrit le P. B. Lamy, dont il reproduit certaines phrases sans changement.

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter