Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IV

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Le syllabisme et le Rythme

Observations préliminaires

Texte intégral

1Nous avons pu démontrer qu'au Moyen Âge le vers français, dans les grands genres, avait été articulé uniquement sur deux accents, celui de la césure et celui de la rime, qui étaient les deux seuls points sur lesquels la voix prenait un repos, de telle sorte qu'un étroit syllabisme régnait dans notre poésie. Au contraire, les genres familiers, exilés à l'écart de la haute littérature, composés eux aussi selon les lois numériques les plus strictes, avaient joui dans la déclamation d'une liberté qui permettait à l'organe de mettre en valeur les syllabes toniques, de passer plus rapidement sur les atones : ainsi s'établissait, par l'opposition de ces valeurs, un rythme beaucoup plus animé, beaucoup plus vif, ondulant, marqué par des crêtes et par des dépressions, qui était déjà ce que nous appelons aujourd'hui de ce nom. Le rythme pourtant, relégué dans les zones les plus basses de la poésie, abandonné à la parole des baladins et des bouffons, n'avait pas été repéré comme tel et, pendant de longs siècles, ne devait pas l'être. Pour tous les écrivains qui avaient quelques prétentions au grand art, toutes les syllabes d'un vers étaient de même valeur, sauf la césure, s'il y en avait une, et la rime, qui faisait l'objet de prescriptions spéciales. Et les autres pensaient de même, laissant aux déclameurs, qui ne savaient sans doute rien des règles de la versification, le soin de débiter comme il leur conviendrait, avec les intonations et les inflexions du langage courant, les scènes, les boniments et les monologues dont ils étaient eux-mêmes les auteurs. Jamais poète, jusqu'à une époque très récente, n'a composé ses vers avec d'autres éléments qu'un nombre fixe de syllabes, délimitées par la césure et par la rime. L'égalité de leurs valeurs donnait aux poèmes, dans la récitation des œuvres sérieuses, une allure lourde et pesante qui déplaisait à beaucoup et qui, à mesure que les années passaient, devait déplaire encore davantage. Pourtant la tradition, qui remontait au chant d'église, était tellement forte qu'elle s'imposait à tous ; personne, sauf les bateleurs et les acteurs habitués à jouer les farces les plus basses, ne songeait qu'on dût articuler comme de la prose vulgaire des vers soigneusement écrits et qui, pour cette raison, comme autrefois dans la littérature latine, ne pouvaient obéir qu'à leurs lois propres. La série des chapitres qui suivent a pour but de montrer qu'au xvie siècle et pendant la plus grande partie du xviie les choses étaient restées ce qu'elles étaient au Moyen Âge, et que le syllabisme inaccentué subsistait toujours. Le rythme moderne, qui a envahi lentement les grands genres, ne s'est guère établi avant les environs de 1660, et encore d'une manière tout empirique, par une révolution de fait qui a réussi grâce aux exigences du théâtre, mais qui n'a point modifié les théories et dont les premiers témoins ont été des musiciens. Mais, avant que cette révolution se produisît, maintes dépositions nous attestent que le vers avait conservé ses caractères primitifs, et que des esprits audacieux, peu satisfaits qu'il en fût ainsi, avaient essayé par de mauvais moyens de porter remède à cette situation et de regénérer la poésie en la soulevant sur les ailes d'un rythme plus léger. C'est de la persistance des anciennes conceptions et des tentatives qui furent faites par des novateurs malheureux que nous allons maintenant faire l'histoire, en apportant les preuves de ce que nous venons d'avancer dans cette courte introduction. Nous étudierons ailleurs l'invasion dans les grands genres du nouveau rythme, celui-ci basé sur l'accent, et qui règne aujourd'hui sans partage.

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter