Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome IV

 | 
Georges Lote

Première section. La césure et la Rime

Chapitre premier. Les caractères organiques de la césure et de la rime

Texte intégral

I. Nature de ces deux coupes

  • 1 Le P. Mourgues, Traité de la Poesie françoise, 1724, p. 28 et 81.

1On sait déjà que notre vers est constitué par un nombre fixe de syllabes, dont deux sont originairement privilégiées : l'une s'appelle la césure et n'existe pas forcément dans toutes les espèces de vers ; l'autre s'appelle la rime. Il semblerait peut-être plus logique de commencer cet exposé par l'étude du syllabisme, puisqu'il faut d'abord des syllabes pour que certaines d'entre elles puissent être frappées d'accidents qui les modifient. Cependant, pour des considérations de commodité, c'est la césure et la rime qui seront examinées en premier lieu. On a déjà eu la preuve que l'une et l'autre sont des phénomènes de même nature et que primitivement elles consistent toutes les deux en un accent qui termine une succession d'atones. Il n'y a pas lieu de revenir sur la discussion qui a permis de déterminer leur commun caractère, mais il importe au contraire, pour la période présentement étudiée, de réunir les témoignages qui leur reconnaissent cette valeur particulière. Ils sont très rares en ce qui concerne la rime, parce que l'attention des critiques a été surtout attirée par l'accord de timbres qui la signale. Après Brunetto Latino et les Leys d'Amors, les traités de versification gardent en général le silence sur ce point, qui paraît sans doute indiscutable, et à un tel degré que toute tentative de démonstration en deviendrait oiseuse. Je ne vois guère que le P. Mourgues qui ait jugé à propos de nous donner une précision à cet égard. Il s'exprime d'ailleurs avec une parfaite netteté : « Pour abréger mes expressions, dit-il1, je nomme Appuy cette voyelle ou diphtongue d'où se prend la rime et sur laquelle elle est appuyée comme sur son fondement. On voit donc que l'appuy de la Rime feminine est toujours sur la penultième syllabe des mots, et l'appuy de la masculine dans la dernière syllabe ». À un autre endroit de son livre, il revient à sa définition et la répète : « Nous avons fait remarquer, à la fin du chapitre II, que l'Appuy de la rime masculine est toujours dans la dernière syllabe du mot ». Bien entendu il n'est pas question d'un silence émotif ou respiratoire qui peut intervenir éventuellement après la dernière syllabe du vers, tellement il va de soi que le diseur doit conserver à cet égard une entière liberté. Il faut seulement remarquer que l'élision de la syllabe féminine finale, lorsqu'il y en a une, ne fait point nécessité et que le vers suivant peut débuter par une consonne : signe évident que la ligne écrite ou imprimée doit être considérée comme indépendante et comme formant par elle-même un tout complet. En outre la disposition manuscrite ou typographique du texte indique à l'œil une solution de continuité, et puisqu'il faut, du moment qu'on parle, reprendre haleine en un lieu quelconque, cette place est éminemment favorable, sans obligation toutefois, au renouvellement des provisions d'air dont on a besoin.

  • 2 P. Fabri, T. II, p. 14 ; Pasquier, Recherches, VII, 7 ; Deimier, p. 56 ; Richelet, Vers, fr., p. 2 (...)
  • 3 Th. Gerold, L'Art du Chant, p.27.

2D'une façon générale la césure et la rime, sous ce rapport, ne sont guère distinguées l'une de l'autre par les critiques. La règle classique, comme nous le verrons — mais en fait elle n'était certainement pas toujours appliquée — voulait que la syllabe féminine de la coupe s'unît par élision à la voyelle initiale du second hémistiche. Il est donc certain que la césure ne comportait pas un silence nécessaire, ce qui ne l'empêchait pas, le cas échéant, d'en admettre un après elle. Fabri la désigne sous le nom d'"incision ou couppe", sans plus ; E. Pasquier, sous celui de "petite pause". Pour Deimier, elle est "un certain repos" ; pour Richelet, "un repos"2. Tous ces termes semblent s'échanger entre eux et ne nous apprennent rien de positif, sinon que le silentium respirandi n'est pas le caractère essentiel du phénomène, pas plus qu'il ne l'est pour la rime. Ainsi l'ont pensé les musiciens, dont il est intéressant d'examiner les habitudes. Les uns ne notent aucune pause et s'en remettent aux chanteurs qui devront eux-mêmes découvrir à quel endroit ils devront reprendre haleine, en diminuant d'autant la valeur des notes. C'est pour ce système qu'a opté Gabriel Bataille dans l'Air de Cour suivant3 :

  • 4 Marot, Psaumes, éd. Th. Gerold, XXXVII.

3Au contraire les mélodies des Psaumes de Marot ne marquent jamais aucun silence à la césure, tandis qu'il y en a presque toujours un à la rime, selon ce type4 :

4Quant à Lulli, il fait intervenir des pauses où bon lui semble, soit à la coupe, soit même en d'autres endroits du vers, mais sans s'astreindre à privilégier régulièrement telle place plutôt que telle autre ; souvent même deux vers se suivent sans être séparés, ni entre leurs hémistiches, ni entre eux, par une reprise d'air quelconque. On en jugera par ces deux exemples, le premier emprunté au Ballet royal de Flore :

  • 5 Tous les deux dans Th. Gerold, L'Art du Chant, p. 225 et 177.

5le second à un passage de l'Amour médecin de Molière5 :

  • 6 G. Lote, L'Alexandrin, chap. XVI, p. 573.

6Il est de toute évidence que si les musiciens avaient été persuadés que le signe caractéristique de la césure consistât dans un silence, ils n'auraient jamais omis d'en marquer un à cette place, et qu'ils se seraient bien gardés de manifester la présence de la rime de la même manière. Or leur observation est parfaitement exacte, ainsi que mes études de phonétique expérimentale m'ont permis à moi-même de le constater6 : la césure ne consiste pas dans un silence, et celui-ci n'est même pas l'attribut obligatoire qui accompagne la coupe intérieure.

  • 7 P. xxi.

7Mais que nous disent à leur tour les métriciens de la Renaissance et de l'époque classique ? Je n'ai rencontré qu'une seule définition radicalement fausse, non réformée par son auteur. Elle figure dans le Traité de versification française qui précède le Dictionnaire des rimes de P. Richelet, revu en 1751 par l'abbé Berthelin. « La césure, y lit-on7, est un repos qui coupe le vers en deux parties, de sorte qu'on puisse s'arrêter naturellement après la première. Chacune de ces parties s'appelle hémistiche, c'est-à-dire demi-vers. Dans les vers de douze syllabes, ce repos se fait après les six premières ... ; dans les vers de dix syllabes, ce repos se fait après les six [sic] premières ... Cette césure est appelée repos, parce qu'il suffit qu'on puisse se reposer dans cet endroit, sans qu'il soit nécessaire qu'il y ait un sens fini... Quand l'e muet est seul (non suivi de consonne) et non autrement, il peut être la syllabe de repos, pourvu que l'hémistiche commence par une voyelle, parce qu'alors cet e ferninin se perd, c'est-à-dire ne se prononce pas ». Ce texte, d'une étonnante incohérence, est si trouble qu'il n'a même pas besoin d'être discuté.

  • 8 Je renvoie au présent ouvrage, Le Moyen Âge, T. I, p. 173.
  • 9 P. Fabri, T. II, p. 14
  • 10 Ronsard, Art Poët., T. VII, p. 59 ; Lancelot, Brève instruction ; P. Mourgues, p. 177 ; A.Ph. de l (...)

8Ailleurs, on peut noter quelques flottements, qui ont été provoqués par le double sens qu'avait en latin le mot pausa, double sens déjà signalé8, ainsi que par la nature de la coupe en latin. C'est pour cette raison qu'apparaissent ça et là, bien avant la réédition de Richelet, des définitions plus ou moins erronées, dont certaines préparent celle qu'on vient de lire. P. Fabri, dans une page très critiquable9, s'est exprimé ainsi : « Exemple de incision aprez la première sillabe ... ; exemple de deux ... ; exemple de trois ... ». Ronsard a appelé l'hémistiche "un repos ou reprise d'haleine". Lancelot est l'auteur des phrases suivantes : » Césure est un repos qui coupe le vers en deux parties, dont chacune s'appelle hémistiche, c'est-à-dire demi vers. Dans un vers de douze syllabes ce repos se fait après les six premières ... Dans les vers de dix syllabes, après les quatre premières ». Le P. Mourgues, à propos de la césure, a déclaré qu'« il seroit assez malaisé de bien soûtenir sa voix sur dix ou douze syllabes de suite sans respirer, sur tout dans une prononciation grave et majestueuse, comme lorsqu'on récite ou qu'on déclame des vers », ce en quoi il s'est trompé. De la Croix, dans son Art de la poésie françoise, en 1675, a dit d'une manière plus explicite encore : « La Césure est un certain repos qui separe le vers en deux parties, dont chacune s'appelle hemistiche ou demy vers. Dans le vers de douze syllabes, le repos se fait après les six premières ... Dans les vers de dix syllabes, le repos se fait après les quatre premieres »10.

  • 11 Ronsard, Art Poët., T. VII, p. 58.

9Mais ce ne sont là que des négligences d'expression dues à une rédaction trop rapide. Tous ces auteurs, à d'autres endroits, se sont corrigés pour revenir à la juste définition de la césure-accent. Dans le même passage que je viens de citer, P. Fabri a fort bien dit : « Et nota que selon l'antique maniere de rithmer de douze et treize sillabes, l'incision est sur la sixieme sillabe ». Ronsard de son côté en a fait autant dans son Art Poëtique : « Les Alexandrins, a-t-il écrit11, tiennent la place en nostre langue, telle que les vers heroïques entre les Grecs et les Latins, lesquels sont composez de douze a treze syllabes, les masculins de douze, les feminins de treze, et ont tousjours leur repos sur la sixiesme syllabe, comme les vers communs sur la quatrieme, dont nous parlerons apres. Ex. des masculins :

Madame baisez moy, je meurs en vous baisant,

10où tu vois manifestement le repos de ce vers estre sur la sixieme syllabe. Ex. du feminin :

O ma belle maistresse, as tu pas bonne envie. »

11Cette bonne définition précède chez lui la mauvaise. Du Gardin au contraire, après avoir fait d'abord fausse route, revient aussitôt à la vérité traditionnelle : « La Césure, lit-on, est la pose, interval, repartissement et reprinse d'haleine qui se fait environ le my lieu d'un vers par un son masculin finant le mot, ou réputé la fin d'un mot en un mot feminin ». Il n'a pas suffisamment surveillé sa plume, ce qui lui est d'ailleurs habituel, car il ajoute sans désemparer :

Quand le juge eut prononcé la sentence ;

  • 12 Du Gardin, p. 71-76.
  • 13 P. Mourgues, p. 177-179.
  • 14 A.-Ph. de la Croix, 1675, p. 11 ; cf. éd. de 1694, p. 34 et 38.

12eut occupe la césure et est de terminaison masculine », et plus loin il dit encore : « La césure s'observe en la quatriesme syllabe ez vers de dix ... La césure se faict en la sixiesme syllabe és vers de douze »12. Lancelot rétracte son explication inexacte en écrivant que « l'e muet, ne faisant qu'un son imparfait, il ne peut être la syllabe du repos, qui est la sixième ou la quatrième, soit qu'il soit seul, comme en Prince, ou avec une s, comme en Princes, ou avec nt, comme aiment. Mais quand il est seul, et non autrement, il peut être mis après cette sixième ou quatrieme syllabe, pourvu que le demi vers suivant commence par une voyelle, parce qu'alors cet e feminin est mangé » ; l'hypothèse que la césure consiste en un silence placé après la tonique de l'hémistiche ne se soutient d'ailleurs pas dès qu'il s'agit de mots à terminaison féminine. Le P. Mourgues a laissé échapper par distraction une formule hérétique, tandis que ses autres déclarations sont parfaitement orthodoxes. Ce sont les suivantes : « Dans les vers de dix syllabes, la césure porte toujours sur la quatrieme, et sur la sixieme dans ceux de douze ... Puisqu'il s'agit d'une maniere de repos, il est clair que cette quatrieme ou cette sixieme syllabe, qui portent la cesure, ne sçauroit souffrir l'e muet »13. Enfin De la Croix disait fort bien qu'aucun silence obligatoire ne sépare les hémistiches des vers et que, si l'on reprend haleine à la coupe, ce n'est jamais là un fait constant : « L'e muet ou feminin, a-t-il écrit, en effet en s'inspirant de Lancelot14, ne peut estre la syllabe du repos, qui est la sixième ou la quatrième, soit qu'il se trouve seul, comme en prince, ou avec l's, comme en princes, ou avec nt, comme en enseignent, ayment ». En 1694, il est encore plus clair, car alors il utilise Richelet, que nous retrouverons plus loin : « La césure est un certain repos qui coupe ou sépare le vers en deux parties, dont chacune s'appelle hémistiche ou demi vers : on l'appelle aussi "repos", à cause que l'oreille et la prononciation s'y reposent en quelque manière ; ce repos ne doit tomber sur aucun des monosyllabes pour, sans, me, te, parce que l'oreille ne sauroit s'y arrêter, de sorte que la cesure ne doit finir par aucun de ces mots je, qui, a, que, ni par aucune preposition ». Et il dit encore : « On doit remarquer que l'e muet ne sauroit estre la sillabe du repos, qui est toûjours la sixieme et la quatrieme ».

  • 15 J. Péletier, Art Poët., p. 156. Je ne reproduis pas la typographie originale de Péletier, à cause (...)

13Aux définitions traversées d'erreurs passagères s'opposent celles qui affirment avec une netteté décisive, sans que leurs auteurs vacillent le moindrement du monde. Nous possédons un texte important de J. Peletier du Mans : « La Cesure du décasyllabe, dit-il15, est en la quatrieme syllabe, comme :

Qui au conseil des malins n'a été.

14La Cesure est sus la dernière de conseil. Celle du dodécasyllabe est en la sixième, comme en ce vers de Ronsard :

Quand ce brave empereur, qui se donne en songeant...

  • 16 Opitz, Buch von der deutschen Poeterey. Je cite : « Der weibliche Versz hat drayzehen, der männlic (...)

15La Cesure est sus la dernière d'Empereur. Et en chacun la Césure fait toujours la fin d'un mot. Que si la Césure est féminine ou surcroissante, le mot suivant commencera par voyelle ». Un autre témoignage dont il faut tenir grand compte est celui du poète silésien Opitz, grand admirateur des poètes français, surtout de Ronsard, et qui, comme avant lui Tobias Hûbner, traducteur en allemand de Du Bartas, avait acquis une connaissance très exacte de ce qu'était un vers français. Opitz enseigne à ses lecteurs que la sixième syllabe de l'alexandrin doit porter une césure ou coupe, et il cite à ce propos le passage de Tobias Hübner où celui-ci tient à faire savoir que la césure tombe sur telle syllabe du vers, qui occupe une place déterminée16. Vient ensuite un texte d'Honoré d'Urfé, en tête de sa Sylvanire, où il déclare que le repos de la césure se prend sur la sixième syllabe de l'alexandrin et la quatrième du décasyllabe. Puis c'est le tour de Guillaume Colletet qui, dans son Escole des Muses, nous apporte une définition identique : « Il faut encore remarquer qu'il n'y a que les vers communs et les alexandrins qui doivent avoir un repos en une sillabe masculine : les alexandrins l'ont en la sixième, les communs en la quatrième ». À l'appui de son observation, G. Colletet cite ces exemples de Corneille :

Appaisez ma faiblesse et souffrez ma douleur.
Elle n'est que trop juste en un si grand malheur ;
Si pres de voir sur soy fondre de tels orages ...
(Horace)

16« Au premier, note-t-il, le repos se trouve sur bles, au second sur jus, au troisieme sur soy. Voici un exemple du commun :

Jugez combien je differe des hommes.

  • 17 G. Colletet, p. 4.
  • 18 P. Richelet, p. 26.
  • 19 P. Richelet, Vers fr., p. 26.
  • 20 On notera que les Italiens définissent la césure tout comme le font les Français. Dans sa lettre A (...)

17Le repos est sur cette sillabe bien »17. Richelet, dans sa Versification françoise de 1671, s'exprime ainsi18 : « Nos plus grands vers, ou nos vers alexandrins, ont douze syllabes, avec un repos au milieu ... Il faut qu'il se fasse toujours sur la sixieme syllabe ... Le repos est appelé repos, parce que l'oreille et la prononciation s'y reposent en quelque manière. On le nomme aussi césure, à cause qu'il coupe, ou sépare le vers en deux parties ... Ce repos ou cette césure ne doit tomber sur aucun de ces monosyllabes pour, sans, me, te ... je, qui, a, que, ni sur aucune préposition ». La définition de Richelet est déparée par une grosse absurdité, car il déclare que si la septième syllabe est féminine, la voix prend son repos sur cette septième syllabe 19. Mais lui non plus ne considère pas que la césure tombe dans le vide, entre les deux hémistiches. Il explique de la même façon la coupe du décasyllabe. On pourrait sans doute découvrir à la même époque d'autres témoignages qui, on n'en saurait douter, seraient conçus dans le même sens. Ceux qu'on vient de lire suffisent. Ils prouvent que, malgré quelques maladresses d'expression vite rattrapées, il y avait unanimité sur la nature du repos intérieur et sur l'accident qui le caractérisait 20.

II. La régularisation de la césure et de la rime

18La césure et la rime, en tant qu'accents destinés à permettre le dénombrement des syllabes du vers, pouvaient se présenter au Moyen Âge sous différents aspects. Certaines des variétés qu'elles offraient ont disparu sans bruit : c'est le cas des césures et des rimes avec tmèse. Il en est de même des césures et des rimes enjambantes, dites "italiennes", où la syllabe féminine qui suivait la tonique était rejetée soit dans le second hémistiche, soit au début du vers suivant. À la rime, le fait a été rarissime ; il l'a été beaucoup moins à la coupe intérieure, où pourtant les textes littéraires du xvie n'en contiennent plus qu'un tout petit nombre d'exemples. En voici deux de Marot :

Bergiers la vin-drent et tardifs bouviers. (Xe Églogue)
Par sainte Egli-se christianissime,

  • 21 Heune, p. 12.

19puis trois autres de Baïf, qu'a relevés Heune21 :

Ecoutons le rama-ge des rossignolets.
Se presentant à fai-re chapeaux et bouquets.
Frétillante de l'ai-le se baise en amour.

20On n'en peut faire qu'une très maigre récolte. Cette césure, malgré l'influence italienne qui a certainement déterminé Baïf, ne pouvait, pour des raisons de déclamation, s'implanter en français. À supposer en effet que l'effort de la voix affectât fautivement l'e muet par analogie avec la césure lyrique, le second hémistiche se réduisait de ce fait même à cinq syllabes, ce qui engendrait un déséquilibre déplaisant. Mais il était bien plus probable que le diseur maintiendrait l'accent à sa place normale, et alors, à moins qu'on n'y apportât une attention scrupuleuse, l'élément féminin, sous l'influence de la césure épique, se rattacherait à la première moitié du vers, diminuant d'autant la seconde, surtout en cas de pause : la fausse note serait d'autant plus désastreuse qu'elle se produirait au milieu de successions régulières 4 + 6 ou 6 + 6. La rime enjambante n'avait eu aucun succès, d'autant plus qu'elle était déplaisante pour l'œil. La césure italienne n'en eut guère davantage : elle mourut de sa belle mort, sans esclandre, et sans qu'aucun critique se donnât la peine de la condamner.

  • 22 Keuter, Herrig's Archiv, 1882, p. 340.

21La rime copiée sur celle de la poésie liturgique, telle qu'on la rencontre dans St Brendan, n'était même plus un souvenir. La césure du même type, dite césure lyrique, si commune dans les pièces destinées au chant, mais blâmée par les Leys d'Amors, avait rencontré au xve siècle l'aversion de Georges Chastellain et celle de Jean Lemaire de Belges qui pourtant l'avait pratiquée. Elle passa de mode. On n'en rencontre qu'un seul exemple chez Marot22 :

Et ne juge - que tu prennes soucy.

  • 23 Th. Sébillet, I, 6.

22Elle fut si vite oubliée que deux métriciens seulement ont pris la peine de l'interdire en la désignant d'une manière toute spéciale, Th. Sebillet et P. de Deimier. « Or entens tu, a écrit le premier23, que c'est coupe femenine, et l'entendras mieuz si tu notes encor qu'il te faut bien garder de faire tomber cet e fémenin en quattrieme syllabe au carme heroïque ; et en sizième au vers alexandrin. Car la synalèphe (élision) ne se pourroit bien faire : et si elle se faisoit, le vers baillerait et ne seroit bien plein : comme tu peuz juger au son de l'aureille, si tu disois en heroïque :

Qui Dieu aime-, et son commandement,

23ou en alexandrin :

Amour me fait vivre-, et ta rigueur mourir.

  • 24 Deimier, p. 44-46.

24En cés deuz vers mauvais, tu congnois en l'hemistiche ou se commet la couppe femenine, je ne say quel son rompu, qui ne touche point pleinement ton aureille, soit que tu synaléphes l'e, soit que tu le laisses entier ». Deimier ne touche à la question qu'incidemment, à propos de l'hiatus : « Mais, dit-il24, entre les vers que j'ay veu, où le feminin n'estoit point couvert de la voyelle qui le suivoit, en voicy deux qui serviront pour exemple de ne devoir jamais estre imité :

C'est ma belle - dont l'œillade aymable
Rend ma vie - en immortel soucy.

  • 25 H. de Noo, p. 41.

25... Les vers y sont du tout imparfaits et desagreables, outre l'erreur des premiers hémistiches, qui sont du tout faux : car il est necessaire que le premier hemistiche des vers alexandrins et des vers communs soit terminé par un accent masculin, et ceux-ci le sont contraires, dont il avient que ceste moitié de vers a un son bas et languissant, au lieu que suivant la raison des vers, il le devrait avoir haut, vigoureux et resonnant... Aussi de finir en ces vers le premier hemistiche par un e feminin, c'est la faute la plus extraordinaire et absurde de toutes ». C'est donc encore une question de déclamation qui a provoqué l'abandon de la césure lyrique. Il fallait absolument reporter l'accent sur la syllabe féminine, ce que nous atteste la musique du Moyen Âge ; mais alors la langue en était défigurée ; peut-être aussi, lorsque les ballades et les rondeaux cessèrent d'être chantés, certains diseurs négligeaient-ils ce transfert d'accent, de telle sorte que le vers en devenait boiteux. « Sebillet, note H. de Noo25, a très bien senti que, pour indiquer la césure, il faudrait appuyer sur l'e muet suivi d'une s ou de nt, bien plus que ne le permet la prononciation française, si ces groupes étaient placés à l'hémistiche ».

  • 26 G. Rydberg, p. 137.
  • 27 L.-E. Kastner, Les Grands Rhetoriqueurs et l'Abolition de la Coupe féminine.

26La césure épique, avec syllabe féminine en surnombre, a eu de nombreux adversaires dès le xve siècle. Déjà, a remarqué G. Rydberg26, Charles d'Orléans y avait renoncé. On n'en rencontre pas une seule dans les poésies de Georges Chastellain, qui fut, comme l'a dit L.-E. Kastner27, "le maître et le prince des poètes français". G. Molinet l'a abandonnée complètement à partir de 1483 ; Jean Lemaire de Belges n'en présente que cinq cas, qui sont les suivants, repérés par W. Heune :

  • Si ha encores - d'autres noms plus de quatre.
  • Estes vous donques - esbahis orendroit ?
  • Grebon qui pleure - d'un bon Roy la compaigne.
  • Loys douzieme - du Francigene throne.
  • Et tousjours tasche - leur bon fruit maculer.

27Plus tard on en rencontre encore quelques exemples chez les poètes de la Pléiade, même chez Ronsard et Du Bellay, et dans la Soltane de Gabriel Bounin. En voici qui ont pour auteurs Jodelle et Baïf :

  • Au ministre utile - de ceux pour qui les princes. (Jodelle, éd. M.-L., II, p. 236)
  • Par ceste grand allee - que j'ay fait ordonner. (Id., ib., II, p. 187)
  • Tenant de sa main belle - son jeune enfant Amour. (Baïf, B. de Fouq., p. 192)
  • Et me chantant luy mesme - de sa mere les tours. (Id., ib., p. 192)
  • Ce ne fut leur espee - dont la terre conquirent. (Id., ib., p. 333)
  • 28 Grimarest, Traité du Récitatif, VIII.

28Mais ce ne sont là que de maigres restes. On peut parfaitement discerner les causes qui ont amené l'abolition de la césure épique. La première, qui dut être déterminante au xve siècle, c'est que, par goût de la régularité, on tendit de bonne heure à réduire les libertés laissées à l'arbitraire des poètes. En second lieu, pour des pièces mises en musique, il fallait trouver une note supplémentaire lorsque la même mélodie devait s'appliquer à des vers qui s'augmentaient inopinément d'une syllabe en surnombre. Enfin on voulut parer à un inconvénient qui résultait de la déclamation d'alors. En effet, il n'est pas douteux que l'accent qui précédait la syllabe féminine non comptée exigeait une insistance particulière de la voix, il est non moins certain que l'e muet, au xvie siècle et même plus tard encore, était loin d'être aussi atténué que de nos jours, surtout dans les prononciations soignées. Les textes musicaux nous montrent que les compositeurs ne balançaient pas à le marquer d'une note pointée, faute qu'ils commettaient encore à la rime au xviie siècle et dont le P. Mourgues les reprend très vivement. Dans les dernières années du règne de Louis XIV, Grimarest formulera une critique qui illumine la question : « Quoique l'on doive faire entendre, dit-il28, la silabe muette des vers féminins, cependant il est ridicule d'y apuyer si fortement que le font quelques acteurs ; c'est faire perdre au vers sa qualité, et rendre longue la plus brève de nos silabes ». Il y avait péril que, dans le système rigoureusement syllabique de notre versification, le vers, devenant irrémédiablement faux, ne blessât cruellement l'oreille. On craignait d'obtenir ainsi dans les décasyllabes des groupements 5 + 6, dans les alexandrins des groupements 7 + 6, qui, intervenant subitement au milieu de combinaisons normales 4 + 6 et 6 + 6, auraient troublé à la fois le schéma rythmique et l'audition. Ou bien encore, le diseur maladroit aurait pu rejeter la syllabe féminine dans le second hémistiche, ce qui aurait créé un déséquilibre non moins malencontreux.

29Pour échapper à ces pièges, il n'y avait qu'un seul moyen : recourir à l'élision, vieux procédé par lequel nos plus anciens poètes s'étaient débarrassés de la syllabe féminine qui succédait à la tonique intérieure et qui leur avait semblé si gênante. Ce procédé n'était point des plus parfaits, puisqu'il éliminait de la césure les mots féminins terminés par s ou nt. Pourtant on s'y résigna, et il fut admis que seules les formes du singulier pouvaient figurer à cette place, à la condition que le second hémistiche commençât par une voyelle, ce qui permettait la "synalèphe". On peut donc écrire :

De ce pauvre Cyclope avez quelque pitié, (Ronsard)

30tandis que :

De ces pauvres Cyclopes avez quelque pitié

31fut frappé d'interdiction.

  • 29 A. Héron, Bull, de la Soc. d'Hist. de Normandie, T. V, p. 158.
  • 30 Voici le texte de Fabri : « Et pour ce qu'il est dict devant que termination feminine ne faict poi (...)
  • 31 E. Dolet, Les Accents p. 30.

32Étant donné la réforme à laquelle ils s'arrêtent et le remède qu'ils appliquent, les techniciens du xvie siècle ne s'attardent pas, sauf exception, à distinguer la césure lyrique de la césure épique, ni à faire leur procès séparément. Ils les condamnent en bloc, et défendent aux poètes de placer à la coupe inférieure un e muet quelconque qui ne pourrait être mangé par l'élision. Ils mettent à le proscrire une ardeur peu commune, et il en est peu qui négligent d'en parler. Dès 1516, une annonce du Puy de l'Immaculée Conception de Rouen offre un prix « au meilleur chant royal contenant le nombre de . XI. lignes, pour chascun baston sans coupes feminines, s'ilz ne sont synalymphes »29, recommandation répétée en 1525. Fabri, ainsi que L'Art et Science de Rhetorique, se prononcent dans le même sens 30. Clément Marot, en 1532, fait précéder son Adolescence clementine d'une déclaration où il nous fait connaître qu'il a été converti par les leçons d'un maître illustre : « L'Adolescence yra devant, écrit-il : et la commencerons par la premiere Eglogue des Bucoliques Virgilianes, translatée (certes) en grande jeunesse : comme pourrez en plusieurs sortes cognoistre, mesmement par les couppes femenines, lesquelles je n'observoys encor alors : dont Jan le Maire de Belges en les m'apprenant me reprist ». En 1540, E. Dolet intervient à son tour : « Exemple en rythme, écrit-il31 :

Tu es tant belle et de grace tant bonne.

  • 32 Th. Sébillet, I, 6.
  • 33 Tabourot, ch. XVIII ; E. Pasquier, VII, 7 ; De Laudun, I, 7 ; Deimier, p. 46.

33Necessairement en ce mot, belle, le dernier e est mangé : ou aultrement ce vers serait trop long. Et les Factistes, qui composent rhythmes en langue vulgaire, appellent cela couppe feminine : c'est a dire abolition de l'e feminin qui rencontre une autre voyelle, par laquelle il est aboli aprés la quatriesme syllabe du vers ». Naturellement Sebillet suit Marot, en donnant des exemples de cette élision qui fait disparaître l'atone post-tonique en surnombre. Cela ne l'empêche d'ailleurs pas de formuler une malédiction pittoresque : « Car cest e vulgairement appelé fémenin, peut-on lire32, est aussi fascheuse a gouverner qu'une femme, de laquelle il retient le nom ». Ensuite viennent Tabourot des Accords dans ses Bigarrures, E. Pasquier, de Laudun d'Aigaliers et P. de Deimier33, qui lancent la même interdiction, mais sans rien apporter de nouveau en la matière. Puis c'est le silence, car la règle est devenue définitive et ne souffre plus d'infractions.

34La prohibition de la césure épique n'a pas été sans rencontrer quelques résistances. La plus notable est celle de Gracien du Pont. À son avis, il ne fallait pas accumuler les difficultés ; puis encore on pouvait bien admettre à la césure ce qu'on ne songeait pas à supprimer à la rime ; enfin la mesure n'avait pas d'effet radical, puisque, en cas de silence à la coupe, l'élision cherchée ne pouvait avoir lieu. Malgré l'autorité de Marot, qu'invoque E. Pasquier, les poètes n'ont pas adopté sans regrets la nouvelle règle, car elle les privait de précieuses commodités. Certains, pendant longtemps, ont continué de versifier à l'ancienne mode, mais assez rarement et d'une façon très discrète. D'autres, plus habilement, ont essayé de tourner la défense qu'on leur opposait. Ronsard et ses amis, sans écrire l'e muet désormais fautif, l'ont remplacé par une apostrophe. En voici des exemples, cités par Büscher et W. Heune :

  • Bien que tu n'ay´s - au taureau faict retour. (Du Bellay)
  • Et de Neptun´ - le courroux lui conta. (Ronsard)
  • Ni la soif de Tantal´ - ni la rou´ d'Ixion. (id.)
  • Le trident à Neptun´ - la foudre à Jupiter, (id.)
  • Lorsqu'ils estoient encor´ - de neige tous couvers. (Jodelle)
  • 34 G. Lote, Alex. fr., chap. XVI, p. 586.

35Mais cet artifice dura peu, et il fallut bien se résigner. Pourtant les adversaires de la césure épique n'ont pas réussi à l'abolir tout à fait. Elle existe encore de nos jours dans les conditions qu'évoquait Gracien du Pont, et d'ailleurs sans qu'il s'ensuive aucune catastrophe. Il suffit en effet que le lecteur prenne un silence à l'hémistiche, après un mot féminin ; de la sorte, l'élision devient impossible. J'en ai rencontré des cas assez nombreux dans les vers que j'ai étudiés par les procédés de la phonétique expérimentale34. L'accent de la césure occupe sa place normale : il est suivi d'une syllabe féminine atone après laquelle intervient une pause. Les choses se passent comme à la rime, sans qu'aucune oreille en soit le moindrement du monde blessée. Et d'ailleurs, éventuellement, il en peut être de même à l'intérieur des hémistiches.

36À vrai dire, la même réforme aurait pu être étendue à la rime, et quelques critiques auraient peut-être cédé à la tentation de proscrire à la fin du vers les finales féminines, à moins que la ligne suivante ne commençât par une voyelle. La symétrie y aurait assurément beaucoup gagné. Mais c'est là une exigence que personne ne formula, pour des raisons qu'il est très facile de démêler. Là aussi la terminaison atone est en surnombre, et il arrive qu'on ne renouvelle pas ses provisions d'air quand on arrive au terme de la ligne. Mais la place est infiniment plus favorable que la coupe intérieure pour une reprise de respiration ou pour un silence émotif, parce que l'arrêt du sens y est généralement plus marqué. En outre la disposition manuscrite ou typographique protégeait la rime féminine en la désignant à l'œil, ce que ne faisait pas la césure. Enfin beaucoup d'e muets, les pluriels en -es, ceux en -ent sont inélidables ; s'ils avaient été interdits à la fin du vers, les difficultés de la versification en auraient été de beaucoup accrues pour les poètes, qui auraient été privés d'un grand nombre de rimes féminines, à une époque où la loi de l'alternance s'établissait dans toute sa rigueur, pour des raisons de commodité et d'harmonie, et surtout, comme on le verra, pour rendre plus facile le travail des musiciens, quand ils devaient adapter leurs mélodies à des poèmes destinés au chant. Tout ce qu'on pouvait faire, c'était d'avertir les diseurs que la syllabe féminine, à la fin du vers, ne pouvait avoir qu'une valeur très atténuée. Grimarest s'en est chargé.

  • 35 E. Pasquier, VII, 7.

37« Quelques-uns, a écrit E. Pasquier35, ont estimé que ces hémistiches ou demy vers estoient de pareille nature que la fin du vers, et que, quand ils se terminoient par l'e féminin, il ne falloit point craindre de les faire suivre d'une consonante, comme si cest e se fust mangé de soy mesme, tout ainsi qu'en la fin du vers. Posons par exemple au vers héroïque :

Si de mon am(e) - quelque pitié avez.

38ou en l'alexandrin :

Si mon ame ja louez(z) - vers tous les vents se tourne,

39qui est un vice ». L'esprit logique de Pasquier a bien aperçu la contradiction que la nouvelle règle établissait entre la césure réformée et la rime : il a donc essayé de se persuader et de persuader les autres qu'il n'y avait aucun rapport entre les deux phénomènes. Ils sont au contraire identiques et sa proposition, qu'il ne fait seulement qu'esquisser, ne vaut rien. La syllabe atone qui suit la tonique de la césure épique et celle qui suit la tonique de la rime sont exactement comparables, ce qu'avait parfaitement discerné le Moyen Âge. Elles sont aussi semblables à toutes les syllabes féminines qui suivent les autres toniques situées à l'intérieur du vers. Or celles-ci ont subsisté sans jamais avoir été frappées de la moindre interdiction. Ce fait mérite qu'on y prête quelque attention. On doit en conclure que l'abolition de la césure épique a été opérée à une époque où l'on ne faisait encore sentir aucun accent à l'intérieur des hémistiches, et que c'est seulement à ce moment que la réforme a été possible. Il n'en aurait pas été de même si les accents rythmiques, tels que nous les marquons aujourd'hui dans la déclamation, s'étaient déjà fait sentir alors, car il aurait fallu étendre la prohibition à des cas beaucoup plus nombreux. Il y a donc actuellement opposition entre le traitement des atones féminines après la tonique de la césure et celui qu'elles reçoivent après les autres toniques, où elles sont parfaitement licites et font syllabe. De même le vieux parallélisme qui existait entre les règles de la rime et celles de la coupe médiane a été détruit. À la rime féminine, avec syllabe en surnombre, ne peut plus correspondre une césure du même type, sauf lorsque la voix, ainsi qu'il a été dit, se libère de l'élision, et bouscule les barrières dans lesquelles on a voulu l'enfermer.

Notes

1 Le P. Mourgues, Traité de la Poesie françoise, 1724, p. 28 et 81.

2 P. Fabri, T. II, p. 14 ; Pasquier, Recherches, VII, 7 ; Deimier, p. 56 ; Richelet, Vers, fr., p. 26.

3 Th. Gerold, L'Art du Chant, p.27.

4 Marot, Psaumes, éd. Th. Gerold, XXXVII.

5 Tous les deux dans Th. Gerold, L'Art du Chant, p. 225 et 177.

6 G. Lote, L'Alexandrin, chap. XVI, p. 573.

7 P. xxi.

8 Je renvoie au présent ouvrage, Le Moyen Âge, T. I, p. 173.

9 P. Fabri, T. II, p. 14

10 Ronsard, Art Poët., T. VII, p. 59 ; Lancelot, Brève instruction ; P. Mourgues, p. 177 ; A.Ph. de la Croix, p. 10.

11 Ronsard, Art Poët., T. VII, p. 58.

12 Du Gardin, p. 71-76.

13 P. Mourgues, p. 177-179.

14 A.-Ph. de la Croix, 1675, p. 11 ; cf. éd. de 1694, p. 34 et 38.

15 J. Péletier, Art Poët., p. 156. Je ne reproduis pas la typographie originale de Péletier, à cause des difficultés techniques qu'elle soulève.

16 Opitz, Buch von der deutschen Poeterey. Je cite : « Der weibliche Versz hat drayzehen, der männlichez wölff sylben, wie der iambus trimeter. Es muss aber alle­zeit die sechste sylbe eine caesur oder abschnitt haben, und masculinae terminatio-nis, das ist, entweder ein einsylbig wort sein, oder den accent in der letzten sylben haben ; wie auch ein vornemer Mann (Tobias Hübner) der des Herrn von Bartas Wochen inunsere Sprache übersetzt hat, erinnert : Die andere Woche Wilhelms von Saheste Herrn zu Bartas aus dem frantzösischen gegen übergesatzten in Teutsche Reime mit ebenmässigen und gleichlanlauhanden endungen ... torrede, Seite 4 : "Dabey allein dieses zuberichten vor nötig ermessen worden Dass I. Alllezeit die sechste Sylbe in jedem Versz oder Reim den Abschnitt oder Cäsur macht und helt, derwegen allein masculinae terminationis, das ist entweder ein einsilbig Wort seyn, oder den Accent in der letzten Sylbe haben muss. II. Diejenige Reim so Foemininae terminationis seyn, das ist die den Accent wie obgemeldet in der letzten Sylbe ohn eine des ansgehen den Wortes haben und derwegen kein einsylbigwort zu ende zulassen von dreizehen Sylben die anderen Masculinae terminationis aber von zwölff Sylben seyn und also stets in Ordnung auff einander folgen ».

17 G. Colletet, p. 4.

18 P. Richelet, p. 26.

19 P. Richelet, Vers fr., p. 26.

20 On notera que les Italiens définissent la césure tout comme le font les Français. Dans sa lettre A'signori Accademici Affidati di Pavia, en 1604 (cf. G. Carducci, La Poesia barbara nei Secoli xv e xvi, p. 460), Bernardino Baldi s'exprime ainsi, à propos du très long vers qu'il a essayé d'introduire en italien et où il a ménagé une césure sixième : « Bisognerà dunque che chi vorrà prendere e dar gusto altrui nel leggere questo nostro verso si riposi alquanto su l'accento della sesta sillaba, cosi a punto come nel leggere i versi latini si fa posandi nel fine della cesura ; il che fatto con la grazia che si richiede, si finirà di leggere il verso con le debite depressioni ed elevamenti de gli accenti acuti e gravi ».

21 Heune, p. 12.

22 Keuter, Herrig's Archiv, 1882, p. 340.

23 Th. Sébillet, I, 6.

24 Deimier, p. 44-46.

25 H. de Noo, p. 41.

26 G. Rydberg, p. 137.

27 L.-E. Kastner, Les Grands Rhetoriqueurs et l'Abolition de la Coupe féminine.

28 Grimarest, Traité du Récitatif, VIII.

29 A. Héron, Bull, de la Soc. d'Hist. de Normandie, T. V, p. 158.

30 Voici le texte de Fabri : « Et pour ce qu'il est dict devant que termination feminine ne faict point pleine syllabe, il est requis que la iiii. syllabe qui est la couppe en champ royal, soit masculine, car sillabe feminine a la iiii. place n'est que de trois et de sa passe, qui est diminution de couppe, ou elle est de quatre et de sa passe, qui est addition » (éd. Héron, T. II, p. 101).

31 E. Dolet, Les Accents p. 30.

32 Th. Sébillet, I, 6.

33 Tabourot, ch. XVIII ; E. Pasquier, VII, 7 ; De Laudun, I, 7 ; Deimier, p. 46.

34 G. Lote, Alex. fr., chap. XVI, p. 586.

35 E. Pasquier, VII, 7.

© Presses universitaires de Provence, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter