Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Conclusion générale

Texte intégral

1Avec l’arrivée d’Albert Sarraut qui marque la fin d’un certain type d’anticolonialisme métropolitain l’année même où Phan Chu Trinh est exilé à Paris, l’histoire s’accélère.

2Après 1911 et jusqu’au milieu des années 20, se dessine nettement toute une période Sarraut, liée à un certain réformisme colonial (très limité), la mise en valeur grâce, notamment, à l’intérêt que suscite l’Indochine (et en particulier le Việt Nam) à un degré inégalé jusque là : c’est à partir des années 1910-1911 que la Banque de l’Indochine, par exemple, commence à s’investir de plus en plus dans les prises de participation, que débutent aussi les grandes plantations d’hévéas, que les mines atteignent leur plein développement. De ce point de vue, le Plan Sarraut de mise en valeur des colonies au début des années 20 ne marque pas une rupture mais une continuité. On peut noter également sur le plan des sociétés indigènes une rupture dans ces années 1910/1912, rupture liée à la révolution chinoise, rupture liée aussi à une évolution de la politique coloniale et notamment la mise au point d’un système policier fort efficace en Chine même, l’exil de Phan Chu Trinh à Paris où il est rejoint par de jeunes disciples. Les formes traditionnelles du nationalisme vietnamien, qui semblent s’être révélées inefficaces subissent la concurrence de formes nouvelles de contestation.

3Enfin, entre 1925 et 1930 commence une nouvelle période (1925-1945) marquée sur le plan économique par les effets de la crise mondiale et sur le plan politique par la mise en place de structures différentes de celles de la période précédente : mouvements nationalistes, trotskystes, communistes se développent alors, appuyés sur une presse de plus en plus active, de plus en plus lue. Les obsèques de Phan Chu Trinh en 1926, qui donnent lieu à la première manifestation de masse du Việt Nam colonial et surtout Yên Bái, révolte sans espoir comme dans les années 1890, mais aussi symbole éclatant que rien n’est réglé, que rien ne le sera jamais définitivement, résume ce changement. Face à cela, les autorités coloniales n’apportent que des réponses pusillanimes, l’homme symbolisant le mieux cette immobilité étant Pierre Pasquier, amoureux de la civilisation vietnamienne traditionnelle qui n’hésite pas à réprimer avec vigueur la révolte de Yên Bái.

4Dans un sens, il y a une continuité entre le réformisme limité de Sarraut, le paternalisme prudent de Pasquier face aux formes nouvelles du nationalisme vietnamien et l’activisme très maréchaliste de la période Decoux. De toutes façons, les hommes politiques de gauche qui, à l’occasion, ont à gérer l’Indochine coloniale pendant cette période (années 1924-27 avec Varenne, années 1936-38 au moment du Front populaire...) ne proposent pas de solution globale pour régler le “problème vietnamien”.

5On a souvent parlé de “blocage” pour résumer l’évolution du Việt Nam de ces années : de fait les contradictions de la colonisation “à la française” apparaissent alors au grand jour. Faut-il souligner qu’elles existent depuis le début, et notamment pendant ce premier demi-siècle du contact franco-vietnamien ?

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter