Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Troisième partie. Le Việt Nam de la période 1897-1911

Chapitre 2 : thèmes de recherche

Texte intégral

1La période 1897-1911 correspond à un trou noir dans l’historiographie du Việt Nam contemporain. Du côté vietnamien, les difficultés et les hésitations du mouvement national, entre la fin du Cần Výõng et 1908, n’incitent pas à l’intensification des recherches. Quant à l’aspect colonial français, les études réalisées sur Doumer s’appuient trop extensivement sur ses propres écrits ou sur ceux de ses proches tandis que la période qui précède l’arrivée d’Albert Sarraut en 1911 est essentiellement perçue à travers les œuvres de ce dernier. La plupart des domaines de l’histoire de la domination coloniale au Việt Nam au cours de la période 1897-1911 demanderait des études de caractère scientifique qui, pour le moment, sont à compléter, voire même à commencer.

I - LE MOUVEMENT NATIONAL VIETNAMIEN

2Les personnalités du mouvement national vietnamien sont peu connues, à part les principales, et des biographies seraient nécessaires. Il y a peu de choses sur les membres survivants de la génération du Cần Výõng à l’époque de Paul Doumer et les relations qu’ils ont pu nouer avec la génération de 1908. L’équilibre entre les divers courants du mouvement national vietnamien et leurs relations sont difficiles à établir. Bien des points restent obscurs en ce qui concerne le Kỳ Ðồng, sa jeunesse d’enfant prodige vaticinant contre les Français, son exil en Algérie, son action à son retour, l’obtention d’une concession voisine du Yên Thế, au nom d’un Français, la nature du mouvement qui se développe en 1897 et 1898. Se posent aussi beaucoup de questions à propos du Ðé Thám, et de son action politique après sa soumission dans les mains de Paul Doumer. Les déplacements de Cuòng Ðể, par exemple, donnent lieu à des interprétations contradictoires. Le séjour au Siam de Phan Bội Châu mériterait également d’être étudié, puisque ce pays restera jusqu’à la fin de la période coloniale une base importante des nationalistes vietnamiens en exil. Plus globalement, à focaliser sur les influences du Japon et de la Chine, on néglige d’observer les répercussions au Việt Nam des événements qui se produisaient dans d’autres pays asiatiques, Philippines, Indes néerlandaises et surtout Inde anglaise. La révolte de Calcutta d’octobre 1907, provoquée par l’arrestation d’un journaliste indien [F. Mury, B3, 1909], est contemporain du développement des sociétés d’entraide vietnamienne.

3Peut-être, il est vrai, l’influence indienne se faisait-elle sentir davantage dans le sud que dans le nord du Việt Nam, mais ce serait à vérifier.

4La Cour de Huê sous l’occupation française reste très mal connue, ses personnages, (par exemple Hoàng Cao Khâi) sa vie et ses intrigues et ses rapports, plus complexes qu’il n’y paraissait, avec les autorités coloniales. Quant à Thành Thaï, on a pu s’interroger sur les raisons qui ont amené à sa déposition, l’attitude assez bienveillante à son égard des Missions. Mais deux faits sont certains : d’une part sa déposition en septembre 1907, a créé un choc au niveau de la population vietnamienne, et d’autre part sa folie sanglante qu’attestent de nombreux témoignages d’archives. Une étude précise sur les rapports des autorités françaises avec la Cour et Thành Thaï, notamment sous Doumer et Beau, serait éclairante à la fois sur la gestion coloniale et la survie et le déclin du vieil Annam.

5Au niveau culturel, une des caractéristiques de la période qui suit l’échec de 1908 est la généralisation de l’emploi du quôc ngû par les nouvelles élites urbaines. Celles-ci se préoccupent moins que la génération précédente des campagnes et, dans un premier temps, le phénomène touche moins les villages vietnamiens. Néanmoins leur production littéraire et journalistique, particulièrement développée dans le Sud, mérite d’être étudiée de même que ses premiers écrivains au sens moderne du terme (Pétrus Ký, Paulus Huỳnh Tịnh Của, Hồ Biểu Chánh, Nguyễn Chánh Sát). Au niveau linguistique, l’usage du quốc ngữ et l’influence de la langue française amènent l’assouplissement de la syntaxe vietnamienne, l’apparition de nouveaux styles littéraires et un enrichissement lexical. Sur ces trois points, la période 1905/1911 voit la naissance de phénomènes qui se développeront surtout dans les années vingt et qu’on ne peut comprendre si l’on ne connaît pas leur genèse.

6Les rapports entre kinhs et minorités ethniques, ceux entre minorités ethniques et Français seraient également à réévaluer. Les militaires qui géraient la Haute Région tonkinoise eurent-ils une action aussi originale après 1897 que semblaient être les politiques de Galliéni ou Pennequin pendant la période précédente ? Dans l’ensemble, les minorités ethniques du Việt Nam occupaient avant l’arrivée des Français des régions frontières, ou des zones tampons si l’on veut, entre les sphères d’influence respectives des empires du Ðai Nam et du Siam. Avec l’affirmation grandissante de la présence militaire française dans l’hinterland vietnamien, ces ethnies minoritaires ne sont plus du tout dans la même position. Certaines concessions faites par exemple dans la Haute Région tonkinoise à des dynastes locaux avant 1893, n’auraient pas eu de sens après cette date. Dans le Sud, les frontières contemporaines entre Laos, Cambodge et Việt Nam ont été tracées dans des zones où la notion de frontière linéaire était mal connue des autochtones.

  • 1 Une thèse récente d’Andrew Hardy aborde le problème et le pousuit jusqu’à une période plus récente (...)

7Comment les choses furent-elles imposées (négociées ?), y eut-il des aménagements de la part des colonisateurs ? Enfin, avec Paul Beau, les Vietnamiens furent encouragés à émigrer vers les régions les plus élevées du Việt Nam et même au Laos et au Cambodge. On comprend bien la cohérence de cette politique mais les Vietnamiens suivirent-ils tout de suite et quelles furent les réactions des populations locales ? Autant de problèmes qui restent à résoudre1.

8Enfin, la diaspora chinoise est relativement peu étudiée, peut-être du fait des difficultés de l’accès aux sources. Néanmoins, elle semble avoir joué un rôle important dans l’évolution du Việt Nam entre 1897 et 1911.

9Sur le plan économique, les grandes lignes sont connues : les Chinois ont un quasi-monopole de l’achat et du traitement du riz, ainsi que de la distillation de l’alcool en Cochinchine et sont, par là, des artisans privilégiés d’une mise en valeur très particulière, servant d’intermédiaires entre les exportateurs français et les producteurs annamites. Leur position économique est telle qu’ils peuvent, notamment par des menaces de boycott, arrêter toute mesure pouvant porter atteinte à leurs intérêts ou à leur dignité et l’administration est tenue de les ménager (davantage que les Vietnamiens ?). Par contre, on manque d’études de détail, sur des entreprises spécifiques ou sur des provinces particulières.

10D’autre part, suivant la règle intemporelle que les flux des idées profitent des réseaux commerciaux, le commerce chinois sur Hong Kong ou par le chemin de fer du Yunnan favorise l’introduction au Việt Nam non seulement des œuvres philosophiques européennes dans leur traduction chinoise (les fameux “Tân thu” des néo-confucéens chinois), fait bien connu mais peu explicité, mais aussi des nouvelles de la guerre russo-japonaise, ce qui contribue au trouble des populations vietnamiennes... et des autorités coloniales. Il serait intéressant de mesurer l’influence de ce canal sur le développement du courant moderniste chez les Vietnamiens. Il est, par exemple, intéressant de constater que la province de l’Annam la plus troublée en 1908 est aussi celle où réside la communauté chinoise la plus nombreuse.

II - LA POLITIQUE MÉTROPOLITAINE

11Il n’existe pas de biographie solide de Doumer, le personnage est donc mal connu. La mémoire collective a retenu l’image du Président de la République assassiné et celui du gouverneur général de l’Indochine, qu’on connaît surtout par ses propres écrits. De nombreux points seraient à étudier, en particulier sa nomination : le choix de Méline, républicain modéré se portant sur Doumer, qui venait en tant que ministre de prôner l’impôt sur le revenu tellement redouté dans l’opinion de droite et du centre, pose problème, d’autant plus qu’il y avait d’autres candidats virtuels, comme par exemple Auguste Gérard, ministre de France à Pékin.

  • 2 Début 1897, il y avait des projets d’emprunt ferroviaire pour Madagascar. Voir la Revue coloniale, (...)

12La rapidité avec laquelle Doumer, un mois après son arrivée, qui était son premier contact physique avec l’Indochine, définit un programme précis qui va guider toute sa politique pendant cinq ans, pose un autre problème : Qui a aidé Doumer a élaborer ce programme ? Est-ce l’émanation du Parti colonial ? formulation trop vague pour être pertinente. Il faut noter cependant que Doumer avait rapporté à la Chambre sur le réglement de la situation financière de l’Annam-Tonkin, au sein d’une commission où il avait cotoyé notamment Rouvier, Thomson, Guieysse, Trouillot et Étienne, bref, la fine fleur du parti colonial. Cela lui avait donné l’occasion de développer des observations originales sur les chemins de fer [P. Doumer, B2, 1895]. L’étude de cette question de la génèse du programme ferroviaire serait réellement intéressante, en la replaçant dans le cadre plus général des difficultés de la sidérurgie française dans le dernier quart du xixe siècle. Le plan Freycinet et la construction de lignes “électorales” avaient fourni dans les années 1880 un “ballon d’oxygène” à ce secteur d’activité. On peut se demander si les colonies2 (et parmi elles l’Indochine), n’ont pas été perçues de la même manière.

13Quels étaient les rapports de Doumer, député radical bon teint et ex-ministre des Finances, avec les hommes du grand capital industriel et financier ? Quelques signes semblent indiquer qu’il avait, avant même son départ, des liens avec le Comité des Forges [C. Fourniau, B3, 1992], ce que ne démentiraient ni l’importance des commandes que son programme ferroviaire valut à la sidérurgie française (Doumer lui même a parlé de 60 millions) ni son enrichissement ultérieur dans la sidérurgie russe. Se pose d’autre part la question : comment cet homme pauvre, ancien ouvrier et professeur de mathématiques dans un collège, est devenu en 25 ans un des hommes d’affaires les plus riches de France [Estèbe, B1, 1982] d’avant la première guerre mondiale, tout en poursuivant sa carrière politique, à l’abri de tout scandale, et quel rôle son passage en Indochine a pu jouer dans cette ascension ?

14Quant à Paul Beau et à Anthony Klobukowski, dont les personnalités sont en quelque sorte écrasées par celles de Paul Doumer et d’Albert Sarraut, ils ont été complètement oubliés par l’historiographie, et peu discutés par les contemporains. Autant dire que sur la haute fonction publique indochinoise, dont le rôle est essentiel dans l’application des politiques décidées à Paris, surtout après 1902, on ne sait pratiquement rien : le clérical Broni bloquait-il les lois de séparation de l’Église et de l’État lorsqu’il assurait l’intérim de Paul Beau ? Bonhoure se suicida-t-il en 1909 parce qu’il regrettait d’avoir assumé la répression après 1908 comme l’avance de Pouvourville ? Qui dans l’administration était favorable aux Vietnamiens modernistes, au point de favoriser les sociétés Ðồng Lợi ou de laisser publier un texte de Phan Chu Trinh dans le très officiel Bulletin de l’EFEO ? On ne saisit pas du tout les actions de ces différentes personnalités.

15Au niveau purement factuel subsistent des zones d’ombres qu’il serait utile de combler. Tout d’abord, le début de la mise en place du programme dont Paul Doumer se vante (à juste titre) d’avoir été le promoteur et (de manière exagérée) le réalisateur, s’est effectuée après 1902. Le fameux pont Doumer par exemple n’a pu être inauguré le jour même du départ du gouverneur général qu’à l’aide d’échafaudages provisoires, puisqu’il n’était pas terminé. Autre exemple, la création de la station climatique de Dalat, prévue sur les 200 millions de l’emprunt n’a pu se faire dans le temps prévu, les crédits étant épuisés précocément. L’histoire de ces dépassements systématiques, de ces retards, de ce décalage, pour résumer, entre les discours officiels et la réalité sur le terrain reste à faire. Nul doute que l’exploitation intensive des dossiers AOM et de la presse permettrait de compléter les informations parcellaires de la série A20 des ANSOM, à laquelle les historiens se sont jusqu’à présent trop exclusivement fiés.

16La politique d’association est trop souvent étudiée dans son aspect intellectuel et théorique métropolitain. En conséquence, on s’est contenté jusqu’à présent de descriptifs se bornant à établir les chronologies des différents textes, de Saussure à Harmand, en passant par Pouvourville ou Le Bon. Il serait nécessaire dans un premier temps d’étudier l’ensemble de la doctrine contenue sous cette appellation, et ceci en se gardant du péché d’anachronisme : le respect des cultures “autres” ne s’est développé massivement qu’après la deuxième guerre mondiale et la politique d’association d’avant 1914 a peut-être des objectifs plus importants que celui-ci (mise en valeur, rétablissement de l’indigénat, défense moins coûteuse...). Comme l’écrivait par exemple Maurice Viollette en préfaçant le livre de Henri Bobichon [B3, 1912] :

“Dans les colonies, la préoccupation du sort des indigènes est primordiale et centrale, et cela, dans l’intérêt même des colons. Pour que nos nationaux, en effet, puissent avoir aux colonies le moyen d’appliquer utilement leurs capitaux et leur industrie, n’est-il pas nécessaire qu’ils y trouvent une main-d’œuvre abondante et robuste, des intelligences éveillées capables de s’adapter aux exigences de l’agriculture et de l’industrie modernes ?”

17Notons au passage que nul ne s’avise de définir les termes avec précision : par exemple, la politique d’« assimilation » est-elle synonyme de celle de « domination » ; ou bien, la politique d’« association » est-elle la politique « de Protectorat » ? Le fait que le débat association/assimilation soit spécifique à la colonisation française est également remarquable.

18Dans un deuxième temps, il faudrait étudier les implications du débat métropolitain dans la réalité coloniale vietnamienne. Il est facile de constater que la politique officielle d’assimilation entraîna peu de naturalisations, même en Cochinchine où elle fut pourtant pratiquée dès le début. La mauvaise volonté de la plupart des Français est incontestable : il faudrait la mesurer par des exemples concrets mais aussi à l’aune des réticences vietnamiennes. De la même façon, la politique d’association entraîna-t-elle réellement une relative prise de responsabilité des Vietnamiens dans la gestion de leur pays ? Ceux-ci la souhaitaient-ils dans un cadre colonial ?

19Sur le plan politique, l’intérim de Bonhoure pendant lequel se produisirent les différents troubles de l’année 1908 n’a pas été étudié du point de vue français. Y eût-il un infléchissement de la politique menée par Paul Beau ? Pourquoi les Français ne prirent-ils pas plus rapidement la mesure des événements ? En second lieu, l’intérim de Picquié n’a jamais été étudié. On sait qu’il prit le contre-pied de son prédécesseur et quelques mesures importantes, telle la création du service de la Sûreté promis à un bel avenir, mais quels étaient ses objectifs et ses soutiens politiques ? D’autre part, sa nomination fut une surprise pour toute l’administration indochinoise et on aimerait savoir qui en prit la décision, et pourquoi si tardivement. Pendant ce temps, Klobukowski se voyait durement critiqué à la Chambre des députés, ce que retiennent la plupart des auteurs traitant de la période. L’étude de cette période du côté français s’appuie d’ailleurs le plus souvent sur les comptes-rendus des débats à la Chambre des députés, ce qui est évidemment insuffisant. On sait moins que Klobukowski triompha de ses contradicteurs au Sénat, ce qui entraîna son retour en Indochine où il supprima, dès son arrivée le monopole de la vente de l’alcool de l’entreprise Debeaux. En dernier lieu, l’image de Klobukowski est extrêmement négative par rapport à celles de Beau et de Sarraut : généralement analysées à la seule lumière des débats parlementaires de 1909 à 1911, son rôle se serait résumé à celui de “bourreau des Annamites”. Sarraut s’in-génia-t-il à le noircir pour mieux faire ressortir son propre “libéralisme” ?

  • 3 Ce titre désigne un délégué royal investi des pleins pouvoirs pour une tâche précise ; en l’occurr (...)

20Les nombreuses condamnations de réformistes en novembre-décembre 1908 peuvent-elles lui être imputées alors qu’il venait d’arriver et intervint par ailleurs en faveur de Phan Chu Trinh ? A observer les actes gouvernementaux, on constate qu’il supprima à la fois la ferme des bacs et marchés, la responsabilité collective des villages en matière d’alcool et le monopole de vente de l’alcool de la maison Debeaux ; toutes mesures qui répondaient incontestablement aux aspirations des Vietnamiens. Le Gouverneur Gal, indépendamment de ses erreurs politiques et de ses défauts personnels semble avoir été victime de la convergence de la campagne affairiste lancée contre lui par l’avocat Guermeur et des préoccupations “indigé-nophiles” à la Chambre dont la montée commence avec l’intervention de Pressensé en mars 1909 : cette convergence fut-elle fortuite ou organisée ? Les accusations lancées contre le Khâm sai3 Lê Hoan feraient pencher pour la seconde alternative, mais des recherches de détail seraient ici nécessaires. De la même façon, que signifie la politique de décentralisation qu’il entreprend à rencontre des grandes directions du gouvernement Gal, hormis leur aspect d’économies budgétaires ? Bref, beaucoup de questions aujourd’hui sans réponses assurées.

III - POLITIQUE EXTÉRIEURE DES GOUVERNEURS GÉNÉRAUX

21Elle reste à étudier : dans les années 1897-98, Doumer simple exécutant en Indochine de Hanotaux, ou de quels intérêts et de quelles forces, ou décideur ?

22Sur son conflit avec Delcassé, on a essentiellement ce qu’en a dit Auguste François, il faudrait multiplier les sources. D’autre part quels appuis métropolitains, politiques et/ou dans le monde des affaires, ont permis à Doumer de tenir tête pendant trois ans à Delcassé qui, en 1894, avait, comme ministre des Colonies, mis fin par un simple télégramme au gouvernement de Lanessan ? Les visées de Doumer en direction du Guangdong et l’affaire de Guangzhou Wan demanderaient une étude approfondie. Quel rôle y jouèrent les consuls en place (Pakhoi, Hoi Hao etc.) les intérêts commerciaux, les questions de l’opium ? En ce qui concerne le Yunnan, la thèse de Metzgar [B3, 1973] apporte une étude d’ensemble très sérieuse, en éclairant les aspects chinois, mais ce chercheur américain n’a pas travaillé sur les sources d’archives françaises. D’importantes recherches restent donc à faire. Seule l’affaire du chemin de fer a été étudiée sérieusement par Michel Bruguière [B3, 1963]. Encore faudrait il compléter cette étude déjà ancienne avec des sources différentes, notamment le fonds François, pour lequel l’édition des souvenirs du consul [B3, 1990] fournissent une bonne introduction.

23Sur les diplomaties des gouverneurs généraux qui succèdent à Paul Doumer, on a encore moins de choses et pourtant, elles représentent des orientations profondément différentes avec des conjonctures tout à fait inédites (victoire du Japon, prémices de la révolution chinoise).

24Dans un premier temps, une politique d’apaisement a été recherchée avec la Chine et cette tendance a été renforcée par la victoire japonaise de 1905, qui faisait de l’Empire du Soleil levant le principal adversaire potentiel, mais cela serait à étudier dans le détail, y compris sur le plan des différences d’appréciation entre le Quai d’Orsay et les gouverneurs Gaux. La peur du Japon, du “péril jaune”, perceptible par exemple dans Les Civilisés de Claude Farrère, a été variable suivant les individus et les départements. Si Paul Beau a commencé à réorganiser les défenses de l’Indochine par rapport à cette menace, Jules Harmand [Jung, B3, 1908, p. 18] et bien d’autres spécialistes [R. Dorient, B3, 1906] ne croyaient pas à ce danger.

25Comment Delcassé et Paul Beau par exemple ont-ils à la fois mis fin à la politique de Doumer et conservé une part importante de ce qu’il avait initié ? A étudier aussi la place dans l’affaire du Yunnan d’hommes d’affaires comme Debeaux d’une part et de Pila et de son gendre Frachon d’autre part. Après 1908 en tous cas, la Chine devient une préoccupation constante des gouverneurs Gaux mais dans une ambiance bien différente de celle qui prévalait dix ans plus tôt. Les études existant sur la question mériteraient d’être développées. Celles de Jeffrey G. Barlow [B3, 1979] et de Marianne Bastide [B3, 1969] représentent un point de départ utile.

26La politique menée vers le reste de la péninsule est, elle aussi, trop rarement traitée. Ce qui apparaissait à l’époque comme des problèmes intérieurs (par exemple, entre le Việt Nam et le Cambodge) ou des problèmes de relations extérieures mineurs (par exemple, les relations avec le Siam) sont depuis lors devenus de redoutables problèmes internationaux. La position du Việt Nam y est rarement prise en compte : celles du Laos et du Cambodge le sont peut-être encore moins [S. Chhak, B1, 1966].

27Il faudrait enfin compléter les recherches sur les relations internationales par une étude de la construction de la voie ferrée du Yunnan ; la question du recrutement de la main d’œuvre, et sa terrible mortalité, notamment dans la vallée de la Nam Ti, mériterait une étude, qui pourrait être étendue à toute la question des chantiers ferroviaires indochinois, rejoignant ce qui existe déjà sur ce sujet dans d’autres colonies comme la Birmanie [J. Chandran, B3, 1971]. Les études existantes en ce qui concerne les chemins de fer indochinois [Hulot, B1, 1990] ; sont essentiellement consacrées à l’aspect technique de la construction.

IV - LES PROBLÈMES INTÉRIEURS DE L’INDOCHINE

28Un premier axe de recherche pourrait concerner les rapports entre Doumer et la Cochinchine, sur lesquels il n’y a pas grand chose, à part la version pro domo du gouverneur général. Le sujet mériterait une étude, qui pourrait aussi être centrée sur la personne de Blanchy [S. Reig, B3, 1995] et/ou les rapports de Doumer et de Le Myre de Vilers.

29Du point de vue financier, il manque des travaux sur l’évolution des budgets, sur l’emprunt des 200 millions et les opérations financières autour de l’emprunt et de la construction des chemins de fer. Car si l’on a maintenant deux excellentes études sur la Banque de l’Indochine aucune étude n’a abordé la question, pourtant primordiale : les grandes banques métropolitaines et l’Indochine. Sur l’organisation administrative en général, les études souffrent actuellement, d’une part de s’appuyer trop exclusivement sur les ouvrages de Paul Doumer lui-même ou de ses proches (tel Louis Salaün, son chef de cabinet) et, d’autre part, de concevoir le système en fonction de ce qu’il est devenu dans la longue durée. Or, l’œuvre administrative de Doumer a été réalisée dans une conjoncture très particulière et, bien entendu, rien n’était écrit d’avance. En ce qui concerne les régies, on possède deux thèses sur celle de l’opium (Descours-Gatin pour les fermes et Le Failler pour la Régie) mais il n’y a pas de travaux semblables sur la régie du sel et celle de l’alcool ; du même coup on ne connaît que de façon imprécise de quel poids global l’ensemble des régies a pesé sur les populations ; le monde des affairistes (Debeaux, Fontaine, Guermeur, etc.) est fort mal connu.

30Sur le plan économique, des mises au point de l’économie des trois “pays” sont à faire ; pour le Tonkin la thèse de G. Raffi [B1, 1993] et pour la Cochinchine les travaux de P. Brocheux [en particulier : Bl, 1995], cependant centrés davantage sur les années 1920 et 1930 que sur le début du siècle, apportent de premiers éléments. Il manque une étude sur les concessions en Annam et en Cochinchine correspondant à celle que l’on a pour les concessions au Tonkin.

V - L’ÉVOLUTION ÉCONOMIQUE

31La période 1897-1911 est une période de transition où les structures du développement des années vingt se mettent en place. Beaucoup d’entreprises individuelles qui ont réussi à s’implanter, soit par l’exploitation d’un monopole, soit en fournissant la population européenne en produits métropolitains, se transforment à ce moment en sociétés anonymes (Thés Lombard, Maison Debeaux...). D’autre part, on assiste à un mouvement de concentration dans certains secteurs (distilleries d’alcool, fourniture d’eau dans les villes, commerce...), accompagné d’un début d’afflux massif de capitaux métropolitains au début des années 1910. Des monographies d’entreprises, en commençant par celles qui sont liées à la fabrication et à la vente de l’alcool, pourraient permettre de quantifier ce double mouvement, d’apprécier l’ampleur de l’afflux de capitaux métropolitains, le rôle de la Banque de l’Indochine et la part relative de l’autofinancement dans cette évolution.

32Par ailleurs, Paul Beau est très réservé sur les projets de Paul Doumer ; il fait passer la priorité des chemins de fer à l’hydraulique agricole et au développement du réseau routier. Il serait intéressant de savoir si ce changement dans les volontés gouvernementales se traduisit dans les faits. Au demeurant, l’abandon de pans entiers du programme doumérien est aussi la conséquence de l’épuisement précoce des 200 millions de l’emprunt. Entre 1905 et 1911, non seulement les gouverneurs généraux ne peuvent développer de programme personnel de mise en valeur parce que le Parlement leur refuse tout emprunt, mais ils doivent consacrer une part de leurs ressources ordinaires à terminer les travaux commencés pendant la période précédente dont le financement devait être assuré par les 200 millions. Il semble donc que la mise en valeur fut mise en sommeil pendant cette période, mais l’hypothèse serait à vérifier.

VI - L’ÉVOLUTION INTELLECTUELLE : LE NÉO-CONFUCIANISME VIETNAMIEN ET LE MOUVEMENT DUY TAN

33Pour saisir les liens idéologiques entre néo-confucianisme chinois et son homologue vietnamien du début du siècle présent, il convient de remonter dans le temps pour comprendre la spécificité vietnamienne dans le contexte général de l’Asie sinisée à un double éclairage :

  • celui de la réception de la culture confucéenne (reproduction à l’identique ou/et recréation et modification du modèle chinois),
  • celui de la diffusion du modèle confucéen dans le paysage social (élite intellectuelle et masse paysanne).

34Tentons un rapide état des lieux en fonction de l’actualité scientifique :

1 - L’approche historique met en lumière une acculturation tardive par rapport à l’invasion chinoise :

35– la première greffe s’effectue en fait sous le governorat de Si Nhiếp (Shi Xie, ii- iiie siècle) considéré comme le premier “họp tô” (ancêtre) au Việt Nam pour avoir introduit les rites confucéens dans le mariage et le deuil, fondé des écoles, diffusé les livres et organisé les premiers examens. Par ailleurs, les Annales chinoises mentionnent les candidats du pays reçus aux concours de la capitale Truòng An (Ch’ang An). Pourtant malgré les apparences (érection du temple de littérature Van Miêu, fondation du collège impérial à Hà Nội) le confucianisme reste effacé à côté du bouddhisme au moment de l’indépendance du Việt Nam durant les dynasties de Lý et Trần. Ce n’est que vers la fin des Trần que s’effectue la deuxième greffe sous l’impulsion de Chu Vàn An (xive siècle) et surtout de Nguyễn Trâi (xve siècle). L’hégémonie du confucianisme comme idéologie d’État n’est acquise que sous les dynasties Lê-Nguyễn (xv- xxe). Mais il s’agit d’un règne à éclipses marqué par de nombreuses crises : celle des xvii- xviiie siècles (sous les Lê mat) et celle de la fin du xixe et du début du xxe siècle.

2 — Le mécanisme d’assimilation distanciée du modèle chinois

36Cette distanciation est repérable à trois niveaux :

  • la distance géo-politique. Par rapport aux autres pays confucéens de l’Asie (Japon, Corée), l’éloignement par rapport au centre de la civilisation chinoise (le bas Yangzi) constitue un véritable handicap. Le Việt Nam était constamment à l’écart des grands moments de l’histoire culturelle de son grand voisin (néo-confucianisme des Song, contre-réforme de la période Ming/Qing, néo-confucianisme de la fin du xixe siècle). L’impact de la pensée de Wang Yang-ming est décisif dans le confucianisme japonais mais insignifiant au Việt Nam.
  • la distance politique. Les rois vietnamiens surtout à partir des Lê observent une réserve de rigueur vis-à-vis du modèle chinois. Il est rare que les échanges et ambassades du côté vietnamien aillent au-delà de Canton. La stratégie d’évitement ne facilite pas des contacts approfondis entre les intellectuels des deux pays.
  • la distance culturelle enfin. L’introduction du confucianisme s’est déroulée en l’absence de véritable support éditorial et de communauté intellectuelle stable. Il s’en suit une sélection culturelle dans la réception du confucianisme chinois : prédilection pour les écrivains comme Han Yu, Su Dong-po, Ou Yang-xiu plutôt que les philosophes Dong Zhong-shu, Zou Hi ; plutôt la morale d’auto-perfectionnement de Cheng Yi que la métaphysique de Zou Hi ; à l’exception de Lê Quý Dôn et ses disciples du xviiie siècle, peu d’équivalents vietnamiens des écoles comme celles de “Thuc học”, “Lan học”, “cô học” et “quồc học” qui fleurissaient en Chine et au Japon.

3 - Caractéristiques du confucianisme vietnamien.

37Dans la tradition philosophique vietnamienne, on peut dégager quelques traits distinctifs :

  • primauté de l’utilitarisme et du syncrétisme des “trois religions” (Tam giáo đồng nguyên). Le “Nho giáo” propagé au Việt Nam est surtout celui des Song (xe siècle) qui représente une rupture par rapport au confucianisme des Hân (iiie av. J.C.- iie ap. J.C.) tant sur le plan philosophique que politique. Pour les vietnamiens, Ðồng-Gia-Trình-Chu sont mis dans le même panthéon des “sages” (Hiền).
  • primauté de la philosophie morale et politique sur la recherche et la spéculation métaphysique.
  • nette inclination pour une morale de la pratique sociale et la psychologie collective de la classe lettrée se distingue de son modèle chinois en ce qu’elle se sente plus proche de la classe paysanne, plus proche de l’école de Mencius que celle, aristocratique, de Sun Zi.

38En dépit des entreprises de risorgimento tentés par les lettrés modernistes de 1908 suivies des sinologues et historiens des années trente comme Trần Trọng Kim, Ngô Tất Tố, le confucianisme vietnamien est condamné au même titre que la monarchie, dont il fut le support idéologique, par une double offensive venant des occidentalisants du Tự Lực văn đoàn et des marxistes (Nguyễn An Ninh, Ðào Duy Anh).

Notes

1 Une thèse récente d’Andrew Hardy aborde le problème et le pousuit jusqu’à une période plus récente : A History of Migration to Upland Areas in 20th Century Vietnam, [B3, 1998]

2 Début 1897, il y avait des projets d’emprunt ferroviaire pour Madagascar. Voir la Revue coloniale, 1897.

3 Ce titre désigne un délégué royal investi des pleins pouvoirs pour une tâche précise ; en l’occurrence, la capture du Ðề Thám. La presse française locale, achetée par Guermeur, se joignit aux “indigénophiles” de métropole pour critiquer les excès répressifs qu’auraient commis le haut fonctionnaire vietnamien.

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter